Page 42

42

Robert Comte

! J'ai déjà signalé que le Fondateur revient à plusieurs reprises sur 1Co 3. C'est l'occasion pour lui de rappeler à ses lecteurs qu'ils accomplissement « l’ouvrage de Dieu ». Dans ce contexte, il souligne expressément que l'action éducatrice des Frères repose sur celle de Dieu et que ils ne peuvent pas se l’approprier (cf. MR 193, 3 ; 196, 1 ; 201, 1 ; MD 62, 1). Très proche de ce thème est celui du « ministère » des Frères, l'emploi qu'ils exercent leur ayant été confié par Dieu. De même, quand le Fondateur qualifie les Frères de « coopérateurs » ou d'« ambassadeurs de Jésus Christ » (MR 193, 195, 196, 201), il leur rappelle qu'ils travaillent à une œuvre qui ne leur appartient pas. ! Dans les Méditations 197 et 198, c'est la symbolique des anges gardiens qui est développée. Cette symbolique souligne la responsabilité éducative des Frères, qui doivent être à la fois des guides et des exemples pour les enfants dont ils sont chargés. Les Frères doivent se faire proches des enfants et se mettre à leur portée pour que ceux-ci puissent réellement tirer profit de leur enseignement. ! Il est inutile de souligner l'importance de l’esprit de « zèle », qu’on pourrait traduire comme la préoccupation intense pour le salut des enfants et comme la force intérieure qui dynamise toute l’action des Frères (MF 87, MR 201). On pourrait rapprocher le zèle de la vertu de sollicitude qui découle de la générativité telle que la décrit Erikson. ! Enfin, on peut rappeler la grande place que tient la « gratuité » dans la pratique éducative lasallienne, celle-ci étant à entendre aussi bien au sens financier que comme une invitation au désintéressement qui doit marquer la relation éducative (MF 103, 3 ; 153, 3 ; MR 194, 1 ; 201, 2 ; 207, 2). Vivre la relation éducative dans un esprit de gratuité, c'est donner après avoir soi-même reçu.

Rivista lasalliana 1-2009  
Rivista lasalliana 1-2009  

Rivista lasalliana. Trimestrale di cultura e formazione pedagogica

Advertisement