Page 35

La générativité

35

se »24. Mais il faut souligner également que c'est par un acte d'espérance que l'on peut surmonter cette peur diffuse que cache la difficulté à transmettre. En effet, « il n'y a pas de transmission sans une confiance dans l'avenir, sans la croyance que les générations auront elles aussi, un avenir, un monde neuf à construire ». Car, « dans la transmission, la jubilation de la passation de la vie prend le pas sur l'angoisse de sa finitude » (id.).

Responsabilité éducative et générativité Ces réflexions générales sur la transmission entre les générations s'appliquent évidemment à l'action éducative des enseignants. En effet, « une école est fondamentalement un espace de tradition entre générations »25. Plus précisément, l'école occupe une place stratégique centrale dans le processus de transmission.

L'école comme institution de transmission - On peut dire que « les enseignants sont

une sorte de conscience de soi de la société globale. Ils sont le corps institué dans lequel une société consent assez à elle-même pour vouloir transmettre ce qui lui tient à coeur aux jeunes qui arrivent ; le lieu aussi où elle prend un certain recul critique visà-vis d'elle-même et décide de ce qu'elle veut vraiment être dans la conscience de ceux qui vont venir ; le lieu enfin où tout à la fois se garde la mémoire du passé et s'ouvre infatigablement l'avenir »26. Ainsi, par ses enseignants et les orientations qu'elle leur donne, une société transmet ce qui lui importe aux nouvelles générations : c'est toute la question du contenu des programmes scolaires et de leur esprit. Par ses enseignants, une société décide de la manière dont elle va faire grandir la liberté des jeunes confiée à son système scolaire. Par ses enseignants, une société décide de la manière dont elle va articuler le rapport entre son espace d'expérience et son horizon d'attente: autrement dit, elle choisit autour de quoi elle entend rassembler ses membres dans une mémoire commune en les initiant à sa culture (espace d'expérience) et vers quoi elle les incite à se dépasser (horizon d'attente).

Alors, il n'est pas étonnant que les sociétés incertaines d'elles-mêmes soient aussi incertaines de la mission de leur école. Il arrive même que certaines sociétés rejettent leur héritage et n'aient plus envie de le transmettre. C'est à leur propos que l'écrivain Charles Péguy († 1914) écrivait : « quand une société ne peut pas enseigner, c'est qu'elle a honte, c'est qu'elle a peur de s'enseigner elle-même [...] Une société qui ne s'enseigne pas est une société qui ne s'aime pas, qui ne s'estime pas ». La manière dont l'école est perçue par la société est donc révélatrice de la société elle-même et l'on pourrait donc l'analyser sous cet angle. Mais ce n'est pas notre propos. Il s'agit plutôt de proposer quelques remarques sur le métier d'enseignant comme expression de la générativité.

Être enseignant : une manière de vivre la générativité - Une première approche de notre question consiste à remarquer que l'éducateur/enseignant est en position de médiateur entre les générations : c'est à lui que la société confie une grande part de 24 N. Sartou-Lajus, « Le goût de transmettre », dans les Etudes, février 2008. 25 Marguerite Léna, Le passage du témoin, Parole et silence, 1999, p. 96. 26 Id., p. 101.

Rivista lasalliana 1-2009  

Rivista lasalliana. Trimestrale di cultura e formazione pedagogica