Page 1

L’histoire de PEN


PEN International promeut la littérature et la liberté d’expression, et est gouverné par la Charte de PEN et les principes qu’elle incarne : la libre transmission de pensée dans chaque nation et entre toutes nations. Fondé à Londres en 1921, PEN International – le Secrétariat de PEN – relie une communauté mondiale d’écrivains. C’est un forum où les écrivains peuvent se retrouver pour discuter librement de leur travail ; c’est aussi une voix s’exprimant franchement au nom d’écrivains réduits au silence dans leurs propres pays. À travers des centres dans plus de 100 pays, PEN opère sur cinq continents. PEN International est une organisation sans affiliation politique, qui dispose d’un statut consultatif spécial auprès de l’ONU, et d’un statut d’association auprès de l’UNESCO. PEN International est une organisation caritative enregistrée en Angleterre et au Pays de Galles, avec le numéro d’enregistrement 1117088. www.pen-international.org

L’histoire de PEN 1921 PEN est fondé par la dramaturge et poétesse britannique, C.A. DawsonScott, qui est aussi une militante pour la paix. Fonctionnant en tant que club international, PEN offre aux écrivains un espace de créativité littéraire et un forum pour partager leurs idées, quelles que soient leurs cultures, leurs langues ou leurs opinions politiques.

1922 Les Centres PEN Norvégien, Suédois, Roumain, Hollandais, Français, Italien, Belge (francophone), Catalan et le Centre PEN Américain sont fondés.

La fondatrice de PEN, Catharine Amy Dawson-Scott, avec le premier Président de PEN, John Galsworthy.


1923 PEN organise son premier Congrès International, présidé par John Galsworthy, et s’établit comme l’une des premières ONG mondiales et la première organisation à promouvoir l’inséparabilité de la liberté d’expression et de la littérature.

1924 Les Centres PEN Mexicain et Polonais sont fondés ainsi que le Centre PEN Chinois à Shanghai.

Les Centres PEN Autrichien et Espagnol sont fondés.

1925 Les Centres PEN de Sydney et Melbourne sont fondés.

1926

Le romancier et dramaturge anglais, John Galsworthy, premier Président de PEN. © 3260157 / Hulton Archive/Courtoisie de Getty Images

Les Centres PEN Canadien (bilingue), Yougoslave et Lithuanien sont fondés.

1927 Le Centre PEN Sud-Africain est fondé, ainsi que le centre PEN Yiddish avec des bureaux à Varsovie et New York.

1929 Thomas Mann, qui deviendra bientôt un membre fondateur du Centre PEN des écrivains de langue Allemande à l’étranger, reçoit le Prix Nobel de littérature.

Thomas Mann, lauréat du prix Nobel de littérature, 1929 © Library of Congress, Prints & Photographs Division, Carl Van Vechten Collection

Des écrivains de quinze nations participent au congrès annuel à Berlin. C’est la première rencontre internationale de la sorte organisée par l’Allemagne depuis la fin de la première guerre mondiale. Lors d’une rencontre avec Galsworthy, plusieurs jeunes écrivains allemands dont Bertolt Brecht, Alfred Döblin, et Robert Musil s’inquiètent du fait que le Centre PEN Allemand ne représente pas le vrai visage de la littérature allemande. Le dramaturge Ernst Toller affirme que PEN ne peut pas ignorer la politique, maintenant « qu’elle est partout, et influence toutes choses ». John Galsworthy réagit en présentant trois résolutions qui constituent la fondation de la future charte de PEN : 1. La littérature, quelle que soit son origine nationale, ne connaît pas de frontières et doit rester une valeur commune aux nations en dépit des bouleversements politiques ou internationaux. 2. En toutes circonstances et particulièrement en temps de guerre, les œuvres d’art, patrimoine commun à toute l’humanité, doivent être maintenues au-dessus des passions nationales ou politiques. 3. Les membres de PEN useront en tout temps de leur influence, quelle qu’elle soit, en faveur de la bonne entente et du respect mutuel entre nations; ils s’engagent à faire tout leur possible afin de dissiper les haines raciales, classiales et nationales, et pour promouvoir l’idéal d’une humanité vivant en paix dans un monde uni.


1930 Les Centres PEN Argentin et Flamand sont fondés.

1931

La montée du National-Socialisme en Allemagne et du fascisme en Espagne représentent un défi pour l’apolitisme précédemment affiché par PEN. Le Comité de PEN à Londres lance un « Appel à tous les Gouvernements », en faveur des prisonniers religieux et politiques.

1932 John Galsworthy, le premier président de PEN, reçoit le Prix Nobel de littérature. De temps en temps, la conscience du monde est bouleversée par les révélations de mauvais traitement des personnes emprisonnées pour des motifs politiques ou religieux dans un pays ou un autre. Nous estimons que, dans de tels cas, les gouvernements sont spécialement tenus d’assurer que l’humanité de ces prisonniers n’est pas violée. En outre, nous exhortons les gouvernements à rappeler que rien ne nourrit la rancune du monde entier contre un pays donné comme la connaissance du fait que les prisonniers politiques ou religieux sont victimes de mauvais traitements, et que ces mauvais traitements sont tenus en ces jours à devenir, tôt ou tard, de notoriété publique. Appel à tous les gouvernements, 1931

Poster for the German PEN Club in Exile, 1938

Tous les Centres PEN Indiens sont fondés.

Ernst Toller , poète et dramaturge juif allemand © 2630782 Agence de presse Topical/ Courtoisie de Getty Images.

1933 De fortes tensions sont présentes lors du Congrès de Dubrovnik. Les délégués internationaux reprochent au Centre Allemand de ne pas avoir protesté contre les autodafés de livres perpétrés par les nazis. Le président de PEN H.G. Wells déclare : « Nous devons clairement expliquer notre position, et ce que nous défendons – le progrès ou un retour au moyen âge ». Henry Seidel Canby (USA) propose que les délégués « prennent des mesures appropriées » contre les Centres qui contreviennent aux clauses et à l’esprit de la Charte Internationale. Les délégués allemands tentent de faire obstruction à la résolution de Canby et d’empêcher l’écrivain juif-allemand exilé Ernst Toller, de prendre la parole pendant le Congrès. Après un vote majoritaire donnant à Toller le droit de s’exprimer, les délégués allemands quittent le Congrès en signe de protestation. Le Centre Allemand est exclu par la suite. La folie règne en maître sur notre époque, le barbarisme règne en maître sur les hommes… La vérité n’est jamais agréable à entendre pour les détenteurs du pouvoir. Ceux qui se sont battus hier pour la vérité sont aujourd’hui torturés. Nous ne nous reverrons peut-être plus jamais, parce que notre avenir est en danger. Peu importe la manière dont nous nous battons, nous devons converger vers le même but – affranchir l’humanité des mensonges et de l’injustice. (Ernst Toller, 1933)


1934 Face à l’afflux des écrivains allemands qui cherchent refuge à Londres, le premier Centre d’exilés, celui des écrivains allemands à l’étranger, est formé pour leur venir en aide. Les Centres PEN Japonais et Brésilien sont fondés.

1937 Arthur Koestler est incarcéré et condamné à mort en Espagne fasciste. Sa libération est l’aboutissement d’une campagne menée par PEN, qui a envoyé au Général Franco un télégramme signé par les membres du conseil de PEN ainsi que par E.M. Forster et Aldous Huxley.

1936 H.G Wells, Président du Centre PEN Anglais, envoie le message suivant aux autorités militaires basées à Grenade : « H.G Wells, Président de PEN, attend avec anxiété d’avoir des nouvelles de son ami distingué Federico Garcia Lorca, et serait énormément reconnaissant d’avoir une réponse ».

1938 Des résolutions sont adoptées au Congrès de Prague pour condamner toute forme de persécution, y compris l’antisémitisme. Jules Romains, le Président International déclare à cette occasion: On nous reproche parfois de pousser la politique. Quelle naïveté et quelle hypocrisie! Rien ne nous serait plus agréable que de ne pas faire de politique, si seulement elle pouvait nous laisser tranquilles. Lorsque l’on nous demande de ne pas voir les conséquences démesurées que la politique a, par ses actions et ses répercussions, sur ce qui nous tient le plus à cœur et sur ce qu’il y a de plus noble en nous, il nous est demandé d’être encore plus ignorants et aveugles qu’il n’est possible de l’être.

Arthur Koestler © Patrimoine de Fred Stein, FredStein.

Un autre sujet de préoccupation est la deuxième guerre Sino-japonaise. Il est proposé de demander au Japon d’épargner les monuments culturels et les universités chinoises.universities.

À Londres, des fonds d’appels sont établis pour offrir l’asile et une assistance financière aux milliers d’écrivains allemands, autrichiens et tchécoslovaques qui sont contraints de s’exiler, et pour envoyer des colis alimentaires aux écrivains catalans. PEN s’emploie à écrire des lettres pour appuyer les demandes de visa vers la Grande-Bretagne, les États-Unis et le Canada, et tente d’épargner aux réfugiés l’internement dans des camps. Plusieurs membres bénévoles de PEN proposent de donner des leçons d’anglais aux réfugiés. Jules Romains, © Library of Congress, Prints & Photographs Division, Carl Van Vechten Collection


En ce moment, quand le futur, et non pas seulement celui de notre nation, mais de toutes les nations, est en train de se décider, nous, les écrivains anglais soussignés, demandons à être entendus par les écrivains d’autres pays. Notre pays a été mis en cause dans le passé pour des actions prises dans l’espoir d’éviter la guerre. Nous avons échoué. Nous n’avons pas réussi à contrôler la violence délibérée et soigneusement préparée qui a envahi et tué dans un pays après l’autre, l’Autriche, la Tchécoslovaquie, la Pologne, la Norvège, le Danemark, la Hollande, la Belgique, la France. Là où les armées d’invasion de l’Allemagne sont passées, des hommes, des femmes et des enfants sans armes ont été tués sans pitié, et la liberté de la pensée et de l’esprit a été écrasée. Ce n’est pas seulement la vie qui est menacée. C’est la liberté de conscience, et si celle-là est perdue, comme elle est perdue partout où la puissance nazie s’étend, la vie elle-même ne vaut plus un souffle. Nous demandons à tous ceux qui ont toujours leur liberté de parler et de penser, de réfléchir à ce que cela signifie. Nous vous demandons de faire comprendre aux gens de vos pays que nous et nos alliés ne combattons pas seulement pour nous-mêmes, mais pour la foi que nous partageons avec tous les hommes, de toutes races et religions, que tous les hommes se respectent mutuellement et que les esprits soient libres. Nous nous battons pour nos propres vies. Nous nous battons dans l’espoir de mettre fin à cette guerre avant que d’autres enfants innocents, innocents si quelqu’un l’est, ne soient abattus dans leurs maisons. Mais dans la mesure où nous nous battons pour les consciences de nos enfants, nous luttons également pour les gens de toutes les nations, sans exception. Nous vous demandons de le savoir. Nous vous demandons, avec l’assurance que vous nous jugerez avec équité, de nous soutenir du mieux possible dans une lutte qui n’est pas encore achevée. Nous ne nous attendons pas à la défaite. Nous nous attendons au danger et nous sommes en mesure d’y faire face. Nous attendons votre confiance. Et nous nous engageons de notre part à nous souvenir qu’une paix durable ne peut être fondée que sur la justice. Nous ne désirons pas et nous nous opposerons avec détermination à la vengeance. Nous lançons un appel à chacun d’entre vous individuellement de transmettre ce message, par tous les moyens possibles, à toutes les nations du monde. Appel à la conscience du monde, 1940

1939 Alors qu’il est Président du Centre PEN Finlandais, Frans Eemil Sillanpää obtient le Prix Nobel de Littérature.

1940 Storm Jameson, la première femme présidente du PEN Anglais demande explicitement aux écrivains de prendre position politiquement. À son initiative, PEN publie « L’appel à la conscience du Monde » et l’envoie à tous les pays alliés et Centres PEN, pour exhorter les écrivains « à expliquer clairement à leurs concitoyens que nous ne nous battons pas seulement avec nos alliés pour défendre nos propres intérêts, mais aussi pour la conviction que nous partageons avec chacun, quelle que soit sa race ou sa religion, que les hommes doivent se respecter mutuellement et que les esprits doivent être libres ». L’appel est repris par les médias internationaux et diffusé par les services de la BBC à l’étranger.

Storm Jameson, première femme Présidente du PEN anglais. © 2633408 / E. O. Hoppe/ Courtoisie de Getty Images

Juste avant la prise de Paris, le Président International Jules Romains fait transférer à Lisbonne des documents dangereux, notamment des cartes d’adhérents et des lettres, pour protéger les écrivains contre des représailles nazies.


1941 Rabindranath Tagore, lauréat du Prix Nobel de littérature, meurt alors qu’il est président du Centre PEN Indien.

Le Centre PEN Libanais est fondé.

1946 Le cadre de PEN International envoie une lettre ouverte aux écrivains et aux intellectuels soviétiques pour les convier à se joindre à PEN, et les exhortant à échanger des textes et des informations en vue d’établir des rapports entre l’URSS et l’Ouest.

Les membres de PEN accueillent avec gratitude l’entrée en guerre de la Russie et envoient des messages de salutation aux écrivains russes.

1945 Les Centres PEN Egyptien et Cubain sont fondés.

1947 L’UNESCO et l’ONU sont représentés au Congrès de PEN International à Zurich.

1948 Formation du nouveau Club PEN Allemand et du Centre PEN du Bangladesh.

1949 PEN obtient un statut consultatif à l’ONU, 1949.

1950

PEN obtient un statut consultatif auprès de l’ONU, au titre de « représentant des écrivains du monde ».

Les Centres PEN Turc et Basque sont fondés.

En Juillet le Bulletin de Livres Sélectionnés est publié pour la première fois par le Bureau International, en association avec l’UNESCO. Une protestation est adressée à l’Iran concernant les épreuves subies par les prisonniers politiques iraniens. Le Bulletin des Livres Sélectionnés de PEN International, publié en collaboration avec l’UNESCO

1951 Les écrivains yougoslaves Erih Kos et Miodrag Bulatovic en conversation avec le dramaturge américain Arthur Miller à la réunion de PEN International à Bled, Slovénie, 1955. © 52038145 / Keystone/ Courtoisie de Getty Images

L’écrivain Russe Ivan Bunin, lauréat du Prix Nobel de littérature, est élu le premier membre honoraire de PEN International, représentant la communauté des écrivains en exil.


1952 Le Centre PEN Indonésien est fondé.

François Mauriac, président de PEN International durant la guerre, reçoit le Prix Nobel de littérature.

1955 Les Centres PEN Hong Kong (parlant le Chinois) et Corée sont fondés.

1957 Le Centre PEN des Philippines est fondé.

1958 Le Centre PEN Chinois de Taipei est fondé.

1961 Le Centre PEN Langue d’Oc est fondé

1962 Pendant la crise des missiles à Cuba, le Centre PEN Américain s’efforce d’assurer la participation des cubains au Congrès sans l’intervention du gouvernement américain.

1964 Les Centres PEN Sénégalais et Afrikaans sont fondés.

1960 Le Comité International des Écrivains en Prison est formé pour enquêter sur les cas d’écrivains emprisonnés pour délits d’opinion, et pour coordonner les réponses et les mobilisations des Centres. L’écrivain albanais, Musine Kokalari, persécutée par le régime communiste en Albanie et condamnée à vingt ans de prison par le tribunal militaire de Tirana, est l’un des premiers d’une trentaine de cas examinés par le Comité.

Le centre PEN des Philippines organise une Conférence pour les Écrivains Asiatiques à Manille, à l’issue de laquelle une décision de produire périodiquement une anthologie de textes asiatiques est prise.

1966 Le Président de PEN International, Arthur Miller, parvient à convaincre l’administration de Lyndon Johnson d’accorder un visa à Pablo Neruda, afin qu’il puisse assister au Congrès de New York, malgré son affiliation au parti communiste.

L’auteur dramatique Arthur Miller avec le poète Pablo Neruda, au cours du congrès de PEN de 1966. Inge Morath © The Inge Morath Foundation/Magnum Photos USA. New York, NY. 1966.


1967 Parmi les premiers cas du Comité des écrivains en prison, figure celui de Wole Soyinka, qui avait été condamné à mort par le chef d’état nigérien. Sous la présidence d’Arthur Miller, PEN International parvient à négocier sa libération.

Wole Soyinka, professeur de théâtre à l’Université d’Ibadan, à sa résidence à Ibadan, au Nigéria, la semaine où il fut libéré, après deux ans de détention pour implication présumée dans la crise du Nigeria, 1969. © 2628992 / Keystone/ Courtoisie de Getty Images

1972 Heinrich Böll, Président de PEN International, reçoit le Prix Nobel de littérature et remet une partie de l’argent du prix à un fonds établi par des membres du PEN Hollandais, pour venir en aide aux écrivains persécutés et à leurs familles. Heinrich Böll, écrivain allemand et lauréat du prix Nobel de littérature, 1972. © 3287280 / Keystone/ Courtoisie de Getty Images

1980 PEN proteste contre l’emprisonnement de l’écrivain tchèque Václav Havel, et celui d’autres activistes, auteurs et premiers signataires de la Charte 77, un texte qui reproche au gouvernement communiste de ne pas respecter ses engagements en matière des droits de l’homme, malgré les divers documents qu’ils ont signés, notamment les Pactes internationaux des Nations Unies relatifs aux droits politiques, civils, économiques et culturels. Les membres de PEN, entre autres Arthur Miller, E. L. Doctorow et Jerzy Kosiński organisent une manifestation et font circuler une pétition pour demander la libération de Havel.

1978 Le Comité de la Traduction et des Droits Linguistiques est fondé pour encourager les lecteurs et les écrivains à explorer des textes de cultures différentes des leurs.

Le Centre PEN Népalais est fondé.

1981 On the 15th November, the Writers in Prison Committee launches the Day of the Imprisoned Writer, an event to be observed annually, to raise awareness of writers imprisoned and commemorate those killed for the practice of their professions.

Journée de l’Écrivain Emprisonné.


1982 Le Bulletin de Livres Sélectionnés de PEN International devient PEN International.

Première édition du magazine de PEN

1984 Arthur Miller et Harold Pinter avec le romancier turc Orhan Pamuk, 1985.

1985 L’ancien Vice-Président de PEN Anglais, Harold Pinter, et l’ancien Président International, Arthur Miller, se rendent à Istanbul avec une délégation de PEN International pour rencontrer des écrivains emprisonnés, et attirer l’attention du monde sur le régime répressif de Turquie, et exposer l’échec du gouvernement américain à superviser les politiques nationales alors que la république turque reste un allié de choix des Etats-Unis dans la guerre froide.

Le Comité des Écrivains pour la Paix est créé en réaction à la guerre froide, qui limite la collaboration entre les écrivains par-delà la ligne de partage entre l’Est et l’Ouest. Le Comité est un refuge pour les écrivains, particulièrement ceux venant de régions déchirées par des conflits, où ils peuvent partager leurs idées et faire entendre leur voix.

1986 Wole Soyinka reçoit le Prix Nobel de littérature.

1988 Le Centre PEN Kurde est fondé.

1989 L’Ayatollah Ruhollah Khomeiny émet en Iran une fatwa appelant à la peine de mort contre Salman Rushdie après la publication des Versets sataniques: PEN joue un rôle essentiel dans la campagne mondiale réclamant le retrait de la fatwa. Le Centre PEN Russe est fondé.

Václav Havel, président honoraire de PEN Tchécoslovaque, est élu Président de la Tchécoslovaquie.

Des manifestants scandent des slogans condamnant l’adoubement de l’écrivain d’origine indienne, Salman Rushdie, en Juin 2007 à Islamabad, Pakistan. © 74858112 / Paula Bronstein/ Courtoisie de Getty Images

Au Congrès International du Canada, les femmes écrivains obtiennent pour la première fois cinquante pour cent de représentation, ce qui leur offre plus d’opportunités pour aborder et trouver des solutions aux problèmes auxquels les femmes écrivains sont confrontées à l’échelle internationale.


1991 Nadine Gordimer, Vice-Présidente de PEN International, reçoit le Prix Nobel de littérature.

Le Comité des Femmes Écrivains est établi afin de faire connaître les enjeux auxquels les femmes écrivains sont confrontées dans le monde, tels que les inégalités en matière d’éducation, l’accès inégal aux ressources ou l’interdiction d’écrire.

Aung San Suu Kyi, membre honoraire des PEN Anglais et Japonais reçoit le Prix Nobel de la Paix.

Une conférence en 2007 du Comité des Femmes Écrivains de PEN International, créé en 1991.

1993 Toni Morrison, Vice-Présidente de PEN International, reçoit le Prix Nobel de littérature.

Aung San Suu Kyi © 107666863 / Drn / Courtoisie de Getty Images

1994

Toni Morrison © 81470465 / Archive Photos / Courtoisie de Getty Images

Après des années de conflit entre les Centres PEN de l’ancienne Yougoslavie, pendant lesquelles Miloš Mikeln (le Président du PEN Slovène de l’époque) avait accusé les écrivains serbes de « répandre la haine » et « d’assister à une propagande chauviniste », le nouveau Président International, Ronald Harwood, visite Belgrade pour recueillir de vive-voix les vues du PEN Serbe. À l’issue de cette rencontre, il accepte de présenter à Zagreb la proposition du PEN Serbe pour la coopération entre les Centres PEN de l’ancienne Yougoslavie et la reprise des relations littéraires. Harwood exhorte les membres du PEN Serbe à participer au prochain congrès de Prague, malgré une opposition qui se manifeste aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de PEN. En novembre, la présence au Congrès des délégués serbes, Vida Ognjenović, Predrag Palavestra et Dušan Veličković, conduit à la réadmission du PEN Serbe au Comité des Écrivains pour la Paix, et à la reprise du dialogue.


1995-6

Le dissident chinois Wei Jingsheng © 1444687 / Michael Smith / Courtoisie de Getty Images

PEN publie une lettre ouverte adressée aux chefs d’état internationaux en défense du journaliste et activiste pour la réforme démocratique chinois Wei Jingsheng, accusé par le parti communiste chinois de complots destinés à renverser le gouvernement et condamné à quatorze ans de prison. Les signataires de cette lettre, au nombre desquels figurent Jacques Derrida, Günter Grass et Susan Sontag, demandent à ce que tout soit mis en œuvre pour obtenir sa libération.

1996 1998 Au 65ème Congrès de PEN International à Helsinki, l’Espagnol est acceptée comme troisième langue officielle de PEN International. Un mois plus tard, la fondation PEN Ibéro-Américaine est fondée pour promouvoir le travail de PEN dans la région.

2000

La Déclaration des Droits Linguistiques est signée à Barcelone par L’UNESCO avec le support du Comité PEN International de la Traduction et des Droits Linguistiques.

1999 Günter Grass du Centre PEN Allemand reçoit le Prix Nobel de littérature.

La première rencontre régionale de la fondation PEN Ibéro-Américaine se déroule à Miami en Floride.

2001 Le Centre PEN Indépendant Chinois est fondé.

Le Comité des Femmes Écrivains de PEN International publie le premier volume de Nuestra Voz, Our Voice, Notre Voix, une anthologie d’œuvres poétiques, de fiction et d’essais, à laquelle 113 femmes écrivains de 33 pays ont contribué en proposant des textes en espagnol, en anglais, et en français.

Diversité, un recueil électronique d’œuvres littéraires multilingue.

2003

Le Comité de la Traduction et des Droits Linguistiques fonde Diversity, un recueil électronique d’œuvres littéraires multilingue, contenant le travail d’auteurs contemporains écrivant dans des langues peu parlées et traduit vers d’autres langues ainsi que les langues officielles de PEN International.

Premier volume de l’anthologie Nuestra Voz, Our Voice, Notre Voix.


Les représentants des dix-huit Centres PEN en Ibéro-Amérique se réunissent à Miami en Floride à une réunion organisée par la Fondation PEN Ibéro-Américaine et le Centre PEN Cubain pour les auteurs en exil.

2003 J. M. Coetzee, Vice-président de PEN International et membre du PEN Sud-africain reçoit le Prix Nobel de littérature.

2004 Le Comité des Écrivains en Prison publie Antiterrorisme, Écrivains et Liberté d’Expression, un rapport qui fait l’état des lieux de la répression et du climat de peur qui s’est installé dans le contexte de la lutte contre le terrorisme.

2005 Antiterrorisme, écrivains et liberté d’expression.

Le Comité des Femmes Écrivains de PEN International organise avec le centre d’Asie Centrale une conférence régionale sur le thème « les femmes et la censure » qui porte particulièrement sur les expériences des femmes écrivains en Asie Centrale. La conférence est l’occasion pour les femmes écrivains de former une communauté dans une région où elles ont pratiquement disparu de la scène publique.

PEN International collabore avec le Comité de la Traduction et des Droits Linguistiques, ainsi que les Centres PEN Kurde et Turque, pour réunir pour la première fois dans l’histoire contemporaine, les langues et les littératures turques et kurdes, pour que leurs écrivains fassent connaissance, discutent et s’engagent dans un dialogue productif sur la diversité culturelle, la paix, les langues et la traduction, et de la place qu’occupent les écrivains dans sa conservation.

Logos des PEN kurde et turque.

Des membres du Comité des Femmes Écrivains à la conférence régionale sur le thème ‘Les femmes et la censure’, 2005.

Harold Pinter, ancien Vice-Président du PEN Anglais reçoit le Prix Nobel de littérature.


2006 Les membres de PEN organisent dans le monde entier des rassemblements silencieux, des hommages et des manifestations à l’occasion de l’assassinat de la journaliste russe Anna Politkovskaya. PEN International se mobilise en son nom pour lutter contre l’impunité. Politkovskaya recevait des menaces de mort depuis 1999, à la suite de ses rapports sans concessiovn sur les cas présumées de violations des droits de l’homme commis par les forces armées russes en Tchétchénie.

La journaliste russe Anna Politkovskaya. © Xenia Bondareva

Orhan Pamuk, membre de PEN reçoit le Prix Nobel de littérature.

2007 Pendant le Congrès de Dakar au Sénégal, PEN International présente Libertés, une nuit consacrée à la littérature africaine, qui célèbre la diversité des œuvres sur le continent africain, ayant l’écrivain kényan Binyavanga Wainaina pour hôte.

PEN rend hommage à Anna Politkovskaïa.

PEN International lance une campagne mondiale pour demander l’abrogation des lois qui traitent la diffamation comme un acte criminel plutôt que comme un délit civil. Elle se concentre sur l’histoire du délit d’insulte en Turquie et de son application; sur le système légal égyptien et les inculpations pour diffamation ; sur l’Union Européenne et les 11 pays où des poursuites sont engagées en vertu du code pénal pour sanctionner les insultes contre l’état, ses institutions et les familles royales ; ainsi que le recours aux lois sur la diffamation criminelle en Afrique pour réduire au silence les journalistes de la presse imprimée. Rapport du Comité des Écrivains en Prison sur la diffamation et l’insulte, 2008.


2007

Projet scolaire organisé par PEN au Ghana, 2010.

2008 PEN International lance son premier festival, Libérez le Mot!, sur le thème « Mon voisin l’écrivain ». Cet événement célèbre la littérature contemporaine internationale et est, par la suite, organisé en Autriche, en Turquie, au Maroc, en Afrique du Sud, en Angleterre, en République Tchèque, en Serbie, en Espagne, au Mexique, en Colombie, en Écosse, au Liban et à Haïti.

PEN International en collaboration avec des Centres PEN régionaux en Afrique, établit des programmes internationaux, qui abordent en priorité l’éducation, l’accès aux bibliothèques, la littérature et la participation publique. Les premiers programmes proposent des lectures littéraires en Algérie, des projets de récits centrés sur la famille en Zambie, et des ateliers de création littéraire sur le thème des souvenirs d’enfance pour la jeunesse ougandaise. Les programmes de PEN International sont par la suite élargis sur tout le continent Africain ainsi qu’à l’Amérique Latine et aux Caraïbes, à l’Asie Centrale, l’Asie Pacifique et au Moyen-Orient.

Le Centre PEN Ouïghour est fondé.

Le festival Free the Word! (Libérez les Mots) de PEN International au théâtre The Globe, Londres, 2009

Carte postale de la campagne « Liberté d’écrire dans les Amériques ».

2009 Le Comité des Écrivains pour la Paix écrit plusieurs lettres ouvertes, qui exhortent à l’ouverture d’un dialogue au Moyen-Orient, en l’Iran et en Afghanistan, et réclamant la liberté de la presse en Russie et la protection des cultures minoritaires en Chine.

À l’occasion des Jeux Olympiques de Beijing, PEN International lance en 2008 une campagne internationale, à l’aide de rapports médiatiques, de pétitions, de pressions gouvernementales, de conférences et de lectures, pour demander à ce que les écrivains et journalistes chinois puissent jouir de la liberté d’expression et de meilleurs droits civiques et politiques. PEN Sydney, PEN Chinois Independent et PEN Suisse-Allemand organisent un relais de poésie, qui se déroule parallèlement au relais de la flamme olympique : le poème ‘juin’, écrit par le poète et journaliste chinois emprisonné, Shi Tao, une méditation sur les manifestations de la Place Tiananmen, fait le tour du monde grâce à l’internet et est traduit dans 100 langues différentes.


Dans le mois qui précède les élections présidentielles en Iran, le Comité des Écrivains en Prison de PEN International se mobilise pour défendre six écrivains, journalistes et activistes culturels appartenant à diverses régions ethniques de l’Iran, qui ont été condamnés pour leurs reportages critiques et leur activisme pacifique en faveur des droits des minorités. Les appels sont envoyés au gouvernement iranien.

Au travers du programme régional en Amérique Latine et aux Caraïbes, le Centre PEN Bolivien organise des ateliers de travail dans les écoles primaires, pour pallier l’indigence de matériel pédagogique concernant les langues et les cultures indigènes du pays. Un livre intitulé Pedacitos est publié, comprenant une sélection de textes et de réflexions écrites par des enfants locaux sur les questions des droits de l’homme, de l’égalité entre les femmes et les hommes et sur l’environnement.

Magazine de PEN International, Contexte : Asie Pacifique.

Le Comité des Écrivains en Prison lance une campagne mondiale pour attirer l’attention sur la persécution des écrivains et des journalistes, en particulier au Mexique, à Cuba et au Venezuela. Des écrivains tels que Lydia Cacho, Noam Chomsky et Derek Walcott signent une « Déclaration en Défense de la Liberté d’Écrire dans les Amériques ». Une mobilisation est lancée avec des cartes postales pour réclamer la fin de l’impunité pour les meurtres et les disparitions de journalistes survenus au Mexique.

L’écrivain ouigour Nurmuhemmet Yasin, dont la nouvelle « Le pigeon sauvage » lui vaut d’être arrêté et incarcéré par les autorités chinoises, est l’écrivain invité principal du magazine de PEN International, intitulé ‘Contexte: Asie Pacifique’, qui lui rend hommage et atteste du fait qu’il n’a pas été oublié.

Des écoliers boliviens participent à des ateliers organisés par PEN Bolivie.

2010 Mario Vargos Llosa, ancien Président de PEN International, reçoit le Prix Nobel de littérature. Lauréat du prix Nobel de littérature, Mario Vargas Llosa, 2010 © 107513740 / Getty Images / Courtoisie de Getty Images


2010

Liu Xiaobo remporte le prix Nobel de la paix, 2010.

Le programme régional Asie Pacifique, lancé en 2009, s’élargit avec la mise en œuvre de projets d’éducation en collaboration avec PEN Philippines, PEN Népal, et le PEN des Écrivains Tibétain à l’étranger.

Pour commémorer son 50e anniversaire, le Comité des Écrivains en Prison organise une campagne d’un an « Parce que les Écrivains Disent ce qu’ils Pensent ». Le Comité publie un livre regroupant 50 cas emblématiques qui reflètent son travail au cours des dernières 50 années.

Le Comité des Écrivains en Prison entreprend des travaux de recherche sur les agressions commises contre des journalistes et des écrivains en Tunisie et approche l’Union Européenne, rencontrant des représentants de la Commission et du Parlement Européen, pour leur faire part de ses inquiétudes, et leur parler d’une nouvelle loi interdisant aux activistes tunisiens d’approcher et de faire pression sur l’Union Européenne, ainsi que le manque d’indépendance du système judiciaire en Tunisie .

Liu Xiaobo, ancien Président du Centre PEN Chinois Indépendant, se voit décerner le Prix Nobel de la Paix -l’aboutissement d’un long combat pacifique pour les droits de l’homme en Chine - mais il ne peut le recevoir en mains propres, étant incarcéré dans le Nord-Est de la Chine après avoir écopé d’une peine de onze ans de prison pour subversion. PEN International assiste à la cérémonie de remise du Prix Nobel au nom de Liu Xiaobo, dont la chaise vide a une signification symbolique pour PEN, qui a utilisé l’emblème de la chaise vide pour représenter les écrivains emprisonnés et persécutés depuis 1980.

Atelier sur l’enseignement de la littérature philippine dans les écoles

PEN International organise un débat aux Nations Unies à Genève sur la « Foi et la libre parole: diffamation des religions et liberté d’expression », pour souligner le message que tout individu a un droit absolu de pratiquer sa propre religion, librement et sans discrimination ou crainte de violence, et pour montrer qu’interdire la diffamation religieuse n’est pas un moyen efficace d’éliminer la bigoterie ou la haine religieuse. John Ralston Saul est rejoint au panel par Agnès Callamard, directrice d’Article 19, Tariq Ramadan, spécialiste de l’Islam né en Suisse, et Budhy Rahman de la Fondation Asia en Indonésie. Des écrivains de renommée internationale, dont le lauréat du Prix Nobel Wole Soyinka, interviennent par vidéo interposée.


2011 Le manifeste de Gérone pour les droits linguistiques est ratifié au Congrès de PEN International. Il promeut la valeur de la diversité linguistique, prend la défense des langues minoritaires et souligne la nécessité pour l’ONU de reconnaître le droit d’employer et de protéger sa propre langue comme un droit humain fondamental. Présentation du Manifeste de Gérone au Palais de la Generalitat, Barcelone © Agence de presse catalane

PEN International renouvelle ses appels pour la libération de plus d’une trentaine d’écrivains emprisonnés en Chine, notamment Liu Xiaobo.

PEN International lance sa campagne « Journée des morts » commémorant les écrivains et journalistes mexicains, assassinés ou portés disparus du fait de leurs travaux. PEN lance un appel aux autorités mexicaines pour leur demander de traduire en justice les coupables de ces crimes, et des membres de PEN construisent des autels pour honorer les morts, exposés avec des photos de journalistes assassinés ou portés disparus durant des veillées publiques.

Día De los Muertos Noviembre de 2011

2012 La Déclaration de PEN relative à la liberté numérique est ratifiée au 78ème Congrès Annuel, représentant une réponse à l’inquiétude autour de violations du droit à la liberté d’expression et du droit à la liberté subies par des poètes, dramaturges, essayistes, romanciers, écrivains, blogueurs et journalistes. Recordando a los fallecidos periodistas mexicanos

Affiche pour la campagne ‘Le jour des morts’ de PEN International, 2011.


2012

Mexico, PEN Protesta! Eric Lax, Hori Takeaki et John Ralston Saul avec le président du Sénat, le sénateur José González Morfín, le sénateur Renán Cleominio Zoreda Novelo, Secretario de la Mesa del Senado Correctiva de la Republica et autres, 2012.

PEN International, PEN Mexique, PEN San Miguel de Allende et PEN Guadalajara lancent une initiative commune, PEN Protesta!, pour protester contre les meurtres d’écrivains et de journalistes au Mexique et pour demander au gouvernement de mettre un terme au climat d’impunité. Les cadres de PEN International, PEN Américain, PEN Anglais et Japonais, sont à la tête d’une large délégation à Mexico, où plus d’une cinquantaine d’écrivains et de journalistes lisent des déclarations, témoignant des menaces qu’ils ont reçues ou exprimant leur indignation, et une lettre ouverte est publiée. Peu de temps après cet événement, le Sénat mexicain approuve un amendement constitutionnel qui fédéralise les crimes commis contre les journalistes.

Lettre ouverte adressée aux écrivains et journalistes du Mexique, 2012. Publiée dans le journal mexicain El Universal et le journal canadien Le Devoir.

À temps pour le Jour des Morts au Mexique, PEN International lance la campagne « Écrivez contre l’Impunité », une protestation littéraire contre la violence croissante envers les journalistes, écrivains et blogueurs d’Amérique Latine et des Caraïbes. La campagne fait appel aux écrivains de la région, leur demandant d’envoyer des messages de solidarité avec les journalistes et écrivains menacés, et pour honorer la mémoire de collègues assassinés. L’année suivante, 43 de ces appels apparaissent en tant que livre dans l’anthologie bilingue Write Against Impunity/ Escribe Contra la Impunidad, qui fait partie d’une série publiée par le Cercle des Éditeurs de PEN International.

L’ anthologie ‘Write Against Impunity’.


2013

Le Rapport de PEN : Créativité et Contraintes dans la Chine d’Aujourd’hui.

Le Prix PEN International/ Nouvelles Voix est décerné pour la première fois au 79ème Congrès à Reykjavik, en Islande. Le prix, dont les nominations sont faites par les Centres, honore des écrivains âgés de 18 à 30 ans qui n’ont encore jamais étés publiés.

À l’occasion de la Journée Internationale de la Liberté de la Presse, PEN International et le Centre PEN Américain lancent le Rapport de PEN : Créativité et Contraintes dans la Chine d’Aujourd’hui. La culmination de cinq ans de recherche collaborative entre des membres de PEN en Chine et ailleurs, le rapport est une évaluation franche du climat de la liberté d’expression en Chine, à travers les essais personnels de dix éminents dissidents Chinois. Le rapport est lancé par le Président International John Ralston Saul et Salman Rushdie au Festival PEN Voix du Monde à New York ; en même temps qu’une lettre ouverte aux autorités chinoises, signée par environ 150 figures littéraires et culturelles globales en faveur de la liberté créative en Chine, est publiée dans le Guardian et le supplément littéraire du Times. Le rapport est amplement couvert dans le monde entier.

PEN Myanmar et PEN Delhi sont fondés.

2014 Prix PEN International/ Nouvelles Voix.

PEN International reçoit un financement majeur du Fonds pour la Diversité Culturelle de l’UNESCO pour travailler, avec son Cercle d’Éditeurs et des Centre PEN au Kenya, en Serbie, en Haïti et au Nigéria, sur un projet visant à renforcer les industries de l’édition dans les langues minoritaires de ces pays.


2014 PEN International, PEN Canada et le Programme International des Droits de l’Homme (International Human Rights Program – IHRP) lancent Honduras : le Journalisme dans l’Ombre de l’Impunité à faculté de droit de l’université de Toronto.

PEN International lance la campagne ‘Dehors dans le Froid’ à l’approche des Jeux Olympiques d’Hiver 2014 à Sotchi, contestant les restrictions draconiennes placées sur la libre expression en Russie. Une lettre ouverte condamnant les lois sur le blasphème et contre l’homosexualité est signée par plus de 200 écrivains éminents venant des quatre coins du monde, et reçoit une grande couverture médiatique.

Honduras : le Journalisme dans l’Ombre de l’Impunité à faculté de droit

Affiche pour la campagne ‘Dehors dans le Froid’ de PEN International, 2014.

Célébrant plus de 90 années de liberté d’écrire International PEN opère sous le nom de PEN International. International PEN est une société enregistrée en Angleterre et au Pays de Galles sous le numéro 05683997. International PEN est une organisation caritative enregistrée en Angleterre et au pays de Galles sous le numéro 1117088. Le siège d’International PEN est situé à Brownlow House, 50-51 High Holborn, London, WC1V 6ER, UK.

PEN International tient à remercier spécialement Getty Images pour leur soutien, sans lequel la production de cette chronologie n’aurait pas été possible.


www.pen-international.org


PEN International Brownlow House, 50/51 High Holborn, London WC1V 6ER

T. 44(0)20 7405 0338 www.pen-international.org info@pen-international.org

PEN International est une organisation caritative enregistrée en Angleterre et au Pays de Galles, avec le numéro d’enregistrement 1117088. www.pen-international.org

L'histoire de PEN  

PEN International promeut la littérature et la liberté d’expression, et estgouverné par la Charte de PEN et les principes qu’elle incarne :...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you