Page 266

La rue Gabriel Péri de Saint-Denis a été baptisée dès 1946 et une étude menée sur les plaques de rue, situe G. Péri parmi les dix personnalités les plus fréquemment citées pour nommer ou renommer les voies urbaines après la guerre. De nombreuses villes, et notamment les communes de la « banlieue rouge », ont leur rue Gabriel Péri, mais, selon les circonstances et la perception locale du « héros », on lui attribue des voies plus ou moins prestigieuses : grandes avenues issues de nouveaux tracés, petites rues reprenant le parcours d’anciens chemins, places rappelant des sites patrimoniaux, impasses inscrites dans des grands ensembles d’habitat social. L’exploration systématique des rues Gabriel Péri permet de constituer un espace d’enquête, témoin des arrangements de l’espace urbain avec ses nouveaux habitants et ses mutations institutionnelles. L’attention aux noms de rues et à ses plaques est une façon de tenir compte de descripteurs discrets. Parfois, les plaques de rue restent figées dans le contexte dont elles ont procédé : elles affichent pour toujours les choix et les enthousiasmes d’un moment historique. Il arrive aussi que l’on doive renouveler ces inscriptions urbaines : alors la plaque se met à parler d’un autre monde. Place Django Reinhardt Si les communes de la « banlieue rouge » commémorent ses héros aux actes résistants et autres personnages illustres de notre histoire, il est toujours surprenant et sympathique de trouver une plaque de rue dédiée à un musicien, célèbre dans un microcosme culturel comme peut l’être le jazz. En effet, on croise facilement au hasard des promenades, une avenue Mozart, une place Chopin, une rue Beethoven ou Berlioz, situées dans les quartiers riches de Paris, ou encore les rues Lulli ou Lassus. Ces grands compositeurs de musique classique ou baroque renvoient à une culture musicale générale ; mais il n’en va pas de même pour les musiciens qui ne relèvent pas tout à fait du même patrimoine culturel. Il est intéressant de constater par exemple qu’une place dans le 18e arrondissement de Paris est maintenant dédiée à Django Reinhardt, guitariste de jazz manouche, né en 1910 et mort en 1953. Les plaques de rue rappellent « une » histoire.

266

266

L'éducation tout au long de la ville  

Troisième n° de la Revue SpécifiCITéS, la revue des terrains sensibles, du secteur Crise, département des Sciences de l'éducation de l'unive...

L'éducation tout au long de la ville  

Troisième n° de la Revue SpécifiCITéS, la revue des terrains sensibles, du secteur Crise, département des Sciences de l'éducation de l'unive...

Advertisement