Page 232

amoureuses, les ennuis familiaux, la nourriture que chacun amène en fonction de ses moyens (paquets de gâteaux, sandwichs, etc.), ou bien la boisson (eaux minérales, jus de fruits, bière, sodas, mixtes et autres alcools forts), sans oublier le tabac et le shit (produit de plus en plus présent dans les habitudes de consommation). Tous sont encore tributaires d’adultes qui se trouvent être pour la plupart d’entre eux, leur(s) parent(s). Ces « nous » constituent des « espaces de paroles impossibles ailleurs ». En aucun cas, ils ne sont assimilables à des bandes1. Des « aires intermédiaires d’expérience 2» entre chaos et cosmos Procéder à l’analyse de ce phénomène nous amène à croiser des regards sociologiques et philosophiques pour sortir du concept de l’espace géométrique, homogène et neutre, caractérisé par le fait qu’aucune rupture ne différencie qualitativement les différentes parties de sa masse. Nous choisissons de nous centrer sur l’expérience de l’espace, qui fait qu’à un moment donné le lieu approprié est vécu comme qualitativement différent par ses occupants3. Cette approche nous permet de dépasser les problèmes de description en montrant comment des jeunes gens s’installent jour après jour dans un « coin du monde4», voire un cosmos dans toute l’acception de ce terme, en référence à la cosmogonie5. Ils 1

Dubet F., La galère : jeunes en survie, Paris, Fayard, 1987, pp. 129. La bande possède une organisation interne avec des leaders et des épreuves d’entrée. La bande est organisée sur la base d’un territoire qui possède généralement une unité ethnique ou sociale assez forte. Cette unité communautaire de la bande se traduit par des affrontements avec d’autres bandes afin de contrôler des territoires, comme un quartier, des cafés ou des espaces de jeux et, afin de renforcer la cohésion interne, la bande possède une unité de style et, souvent, distribue des pseudonymes. 2 WinnicottI D.W., Jeu et réalité : l’espace potentiel, Paris, Folio essais, 1975, p. 28-33. 3 Bachelard G., La poétique de l’espace, Paris, Puf, 2004, p. 17. 4 Bachelard G., Op. cit., p. 24. 5 Bachelard G., Op. cit., p. 24.

232

232

L'éducation tout au long de la ville  

Troisième n° de la Revue SpécifiCITéS, la revue des terrains sensibles, du secteur Crise, département des Sciences de l'éducation de l'unive...

L'éducation tout au long de la ville  

Troisième n° de la Revue SpécifiCITéS, la revue des terrains sensibles, du secteur Crise, département des Sciences de l'éducation de l'unive...

Advertisement