Page 231

Des « nous 1» comme « espaces de paroles impossibles ailleurs 2» Dans ces niches propices à la rencontre de jeunes gens, nous croisons majoritairement des groupes primaires dont le nombre restreint des membres (entre 5 et 10) est propice à la discussion3. Chaque membre peut percevoir individuellement les autres, développant ainsi la possibilité de nombreux échanges interindividuels. La classe d’âge représentée, oscille entre un minimum de 13 - 14 ans et un maximum de 25 - 26 ans, ces deux extrêmes ne s’y côtoyant jamais dans la mesure où les regroupements s’organisent par affinité d’âge. Ils sont résidents du territoire où se situent les lieux qu’ils s’approprient avec d’autres. Ils s’élisent entre eux et se choisissent librement sur des critères précis4. Sensiblement du même âge, ils partagent les mêmes goûts, les mêmes références culturelles, la même manière de s’habiller, le même vocabulaire et adoptent les mêmes postures. Ils représentent néanmoins une part infime de leur classe d’âge, difficile à quantifier, car très variable d’un territoire à un autre. Les groupes sont majoritairement homogènes sur le plan sexuel, sauf exceptions observées en milieu périurbain et rural. Ils sont mixtes sur le plan ethnique. Les relations affectives entre les membres sont intenses, allant jusqu’à produire le départ volontaire de certains membres n’y retrouvant plus leur compte. C’est bien l’affinité entre les membres qui fait la cohésion de ces groupes, mais aussi leur fragilité. La façon la plus simple de décrire une telle totalité est de dire qu’elle est un « nous ». Tout y est partage. Que ce soient les émotions, les confidences, les états d’âme à propos de tel ou tel sujet d’actualité, les ruptures ou les conquêtes 1

Cooley C.H., « Social Organisation », in Anzieu D. et Martin J.Y., La dynamique des groupes restreints, Paris, Puf, 2004, pp 38-39. 2 Henry G., Des « micro » lieux du territoire du cercle familial et des jeunes Un passage entre le « dedans » et le « dehors », Thèse de doctorat en sociologie, Université Paul Verlaine de Metz, 2009, pp. 170 - 172. 3 Anzieu D., Martin J.Y., La dynamique des groupes restreints, Paris, Puf, 2004, pp. 36-38. 4 Bidart C., Les formes de l’amitié, Sciences Humaines N°150, 2004, pp.21-23.

231

231

L'éducation tout au long de la ville  

Troisième n° de la Revue SpécifiCITéS, la revue des terrains sensibles, du secteur Crise, département des Sciences de l'éducation de l'unive...

L'éducation tout au long de la ville  

Troisième n° de la Revue SpécifiCITéS, la revue des terrains sensibles, du secteur Crise, département des Sciences de l'éducation de l'unive...

Advertisement