Page 16

l’ère du soupçon. Épistémologues et sociologues des sciences interrogent une certaine conception de la science. D’autres types de savoirs sont mis en avant : « savoirs de vie, savoirs de ville »1, savoirs d’action, savoirs d’adaptation, expertise d’usage, savoirs citoyens, qui sont mobilisés jusque dans les expertises scientifiques2. Reconnaître cette pluralité des savoirs n’est en aucun cas tomber dans la confusion entre information, connaissance et savoir3, ni entre savoirs et compétences, mais appeler à les penser dans leur complémentarité. Leur prise en compte et leur confrontation constituent un enrichissement personnel et collectif, une ouverture, la chance d’un désenclavement des savoirs, des métissages, de la pluridisciplinarité, et ils deviennent de ce fait vecteur de lien social. Il ne s’agit pas non plus par là d’entrer dans le relativisme, mais de reconnaître la légitimité de tous les savoirs (et de ceux qui les portent) à entrer dans la discussion et le débat public (aux antipodes donc des savoirs révélés ou des préjugés qui refusent cette confrontation). Cette posture revient de facto à reconnaître les savoirs de tous, et tous comme porteurs de savoirs. A. Mariani dans le projet de Rennes Métropole évoqué supra nous disait en quelque sorte : « tous formés ». Nous pourrions aller plus loin, en reprenant un slogan de Peuple et Culture dans les années 1970 : « tous formés, tous formateurs ». Ce qui nous conduit à identifier dans une certaine tradition de l’éducation populaire une préfiguration, sinon du territoire apprenant, du moins de la société apprenante. Cette reconnaissance des savoirs multiples et de tout un chacun comme porteur de savoirs renvoie clairement à une conception de la société voire à un projet de société. Ce qui nous conduit à faire l’hypothèse que le « territoire apprenant » pourrait se décliner en deux modèles antagonistes, dont on pourrait esquisser ainsi quelques composantes : 1

« Savoirs de classe, savoirs de ville, savoirs de vie », Ville-Ecole-Intégration, n° 123, décembre 2000. 2 Callon M., Lascoumes P. et Barthe P., Agir dans un monde incertain, essai sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil, 2001. 3 Astolfi J.-P., L’école pour apprendre, Paris, ESF, 1992.

16

16

L'éducation tout au long de la ville  

Troisième n° de la Revue SpécifiCITéS, la revue des terrains sensibles, du secteur Crise, département des Sciences de l'éducation de l'unive...

L'éducation tout au long de la ville  

Troisième n° de la Revue SpécifiCITéS, la revue des terrains sensibles, du secteur Crise, département des Sciences de l'éducation de l'unive...

Advertisement