Page 123

Enfin, si l’on se focalise sur les entretiens réalisés le plus tardivement, les bénévoles semblent montrer des signes d’une progressive imprégnation au cadre discursif plus généralement dessiné par l’AFEV. Au-delà même du dispositif pratique, les récits de représentation de l’engagement les font peu à peu apparaître plus proches des normes de discours de l’association et, comme si cela allait de concert, ils semblent dorénavant faire preuve d’une plus grande aisance dans leur propos. Notre enquête ne nous permet pas de tirer de trop larges conclusions concernant la réalité des apprentissages de l’engagement bénévole, toutefois elle nous incite à penser qu’au-delà des bénéfices associés à l’action elle-même (AFEV, 2009), ces bénévoles ont aussi appris à parler et à penser en bénévole. L’entretien d’Odile est à ce titre particulièrement illustratif : - Je suis assez contente de moi (sourire), enfin… ça m’a vraiment aidé à prendre confiance en moi. Le fait de se sentir utile, ça justifie un peu sa présence sur terre (rire). Non mais, j’trouve que c’est assez important dans le sens où on vit dans une société où c’est un peu la rentabilité, la productivité qui comptent. Bah… revenir à un rapport exclusivement humain, ça fait vraiment du bien. Enfin j’trouve ça limite naturel qu’on s’entraide comme ça, et être bénévole… quand on a un regard extérieur, c’est… oui, travailler sans argent, tout ça. Mais en fait (…) ça m’apporte tellement en retour que j’ai l’impression que c’est plus eux qui me donnent que moi je donne. Quels que soient les différents modes de participation que les étudiants investissent dans la situation, chaque fois que l’un d’eux entre dans l’arène associative, il doit apprendre à agir, à parler et à penser comme un bénévole : bien qu’entrés en association pour des raisons souvent pratiques et utilitaires, [les jeunes engagés] s’y découvrent dans le projet et apprennent à devenir responsables et militants, ils s’engagent (Ferrand-Bechmann, 2004). Si les premiers actes et récits d’engagement mettent immédiatement en gage le bénévole en tant que tel, et notamment lorsqu’il se présente à autrui (par exemple à des étudiants, comme lui, qui l’interrogent sur sa pratique de bénévole), il lui restera pourtant à trouver dans la pratique même ce juste engagement dans la situation, à incarner cette forme pure du bénévolat pour lui 123

123

L'éducation tout au long de la ville  

Troisième n° de la Revue SpécifiCITéS, la revue des terrains sensibles, du secteur Crise, département des Sciences de l'éducation de l'unive...

L'éducation tout au long de la ville  

Troisième n° de la Revue SpécifiCITéS, la revue des terrains sensibles, du secteur Crise, département des Sciences de l'éducation de l'unive...

Advertisement