Issuu on Google+

CLASSE 1

Un skieur : - avec peu de vécu, - appréhendant plus ou moins la QUI ? pratique, - ressentant le plaisir de la glisse qui s’installe, - sachant utiliser les téléskis et les télésièges, - utilisant souvent une attitude figée, monobloc, voire crispée, - ne sachant pas lire le terrain, - n’ayant pas la représentation de la forme d’un virage, ni de la ligne de pente, - craignant la collision, - pas encore capable de décentrer son attention par rapport à sa pratique.

Son bagage technique : - centrage : le skieur subit les phénomènes d’accélération et de freinage, en attitude de recul consécutive au glissement. - manœuvres de carres : prise de carres faible liée à l’écartement des pieds, position de chasse-neige. - charge : pas de variations volontaires. - amplitude de pivotement : rotation de l’ensemble du corps, pivotement skis convergents.

58

OÙ ?

• Pente faible. • Pistes larges, grands espaces avec pentes régulières pour favoriser le glissement skis parallèles.

• Découverte des dévers. • Découverte des mouvements de terrain.

Objectifs généraux :

Objectif technique :

N.B. Une pente trop forte rendra la notion de progrès difficile.

• Contrôler son équilibre et sa vitesse • Développer le relâchement, la confiance et les par des trajectoires dérapées pour équilibrations pour accepter le glissement et la QUOI plongée dans la pente, et contrôler sa vitesse dans évoluer en autonomie. FAIRE ? des arrondis skis parallèles. • Utiliser des terrains facilitant le glissement et les dérapages. • Découvrir le milieu (règles de conduite du skieur) et s’intégrer dans le flux des skieurs.


Moyens techniques : • Virage élémentaire. • Dérapage arrondi élémentaire. • Feston pivoté élémentaire. • Pas tournant amont élémentaire.

• Pas de patineur élémentaire. • Trace directe élémentaire. • Trace directe en travers de la pente. • Dérapage en biais élémentaire.

CLASSE 1 SKI

DESCRIPTIF

Virage élémentaire : A partir d’une trace directe en travers de la pente, amorcer une ouverture chasseneige ou en stem pour engager l’ensemble du corps dans la pente et terminer le virage en dérapage arrondi élémentaire une fois la ligne de pente franchie.

Chacun des deux skis produit l’effet directionnel dérapé subi jusqu’à la fin de la courbe.

59 Lâcher la carre du ski aval, charger et pivoter le futur ski extérieur.

Lors de la phase où le ski intérieur est à plat, le retour parallèle est facilité.

L’effet directionnel du ski extérieur domine.


Feston pivoté élémentaire : Succession d’amorces de virages élémentaires entrecoupées d’arrondis élémentaires, sans jamais franchir la ligne de pente.

Rechercher un changement de carres uniquement au niveau du ski amont.

N.B. Lors de la réalisation de ce type de feston, on veillera à ne jamais franchir la ligne de plus grande pente.

60 Dérapage arrondi élémentaire : Arrondi utilisant l’effet directionnel dérapé subi suivant une trajectoire courbe vers l’amont. Pas tournant amont élémentaire : Changements de direction obtenus par des déplacements angulaires des skis sur une pente très faible, suite à une trace directe face à la pente.

Pas de patineur élémentaire : Succession de pas glissés skis divergents ayant pour effet d’augmenter la vitesse par poussées alternatives sur les jambes. Trace directe élémentaire : Trace directe face à la pente sur une pente faible à moyenne ou moyenne à faible. Dérapage en biais élémentaire : Dérapage consécutif à un dérapage arrondi réalisé sur un terrain facilitant.

> EXEMPLE DE MISE EN SITUATION

COMMENT FAIRE ?

Objectif : Intérêts : • Equilibre latéral (manœuvres de • Améliorer l’indépendance de jambes. carres). • Favoriser le retour des skis parallèles dans le virage élémentaire (changement de carres). • Faciliter le dérapage arrondi élémentaire.


EXEMPLE DE MOYENS TECHNIQUES

CLASSE 1 SKI

• Pas de patineur, sur le plat. • Demi-escalier en glissant, sur pente faible.

• Pas tournant amont, sur pente faible. • Ou parcours matérialisé en forme de huit, sur le plat.

COMMENT FAIRE ?

Consignes :

Critère de réussite :

• Allonger le temps d’une jambe sur l’autre. • Ne lever que le talon du ski (centrage). • Maintenir une trajectoire sur un ski. • Ne pas s’aider des bâtons. • Regarder loin devant.

• Garder un ski levé sur une traversée avec la spatule en contact sur la neige.

Exemple de mise en place :

- plusieurs élèves, disposés sur une ligne horizontale, se déplacent en pas de patineur et doivent Lors de la mise en place, pour éviter entre autres conserver leur couloir d’évolution. l’erreur pédagogique d’une attente individuelle trop importante, on pourrait : Evolution possible : - utiliser le demi-escalier entre chaque changement • Augmenter la pente. de direction, lors d’un enchaînement de virages • Augmenter le rythme d’un pied sur l’autre. élémentaires, pour gagner de l’altitude, • Rechercher le dynamisme grâce au mouvement - mettre en place une petite course entre élèves au vertical. sein du parcours en forme de huit (possibilité de matérialisation),

61


CLASSE 2

Un skieur : - en cours de progression ou « éternelle classe 2 » (problème physique QUI ? ou psychologique), - pouvant encore avoir des appréhensions face à la notion de vitesse, - n’ayant souvent pas la représentation d’une courbe (refus du passage dans la ligne de pente), « peur de l’accélération », - n’ayant pas encore de gestes coordonnés dans sa pratique, - utilisant une attitude encore monobloc.

• Son bagage technique : - centrage : attitude de recul, subit les déséquilibres mais les exploite pour découvrir l’effet survireur skis parallèles. - manœuvres de carres : angle de prise de carres encore faible, changement de carres en deux temps, possède une petite indépendance de jambes. Ecart de pieds encore important. - charge : léger abaissement du centre de gravité en phase de conduite. Pas de mouvement vertical actif. - amplitude de pivotement : rotation gainée de l’ensemble du corps, skis convergents puis skis parallèles dans la phase de conduite avec un effet directionnel dérapé subi, sur des trajectoires variées plus ou moins ouvertes.

62

On considère, pour une utilisation plus complète du domaine skiable, un élève de fin de niveau : - présentant des capacités physiques adaptées, - autonome techniquement au sein du groupe, - ayant envie de jouer avec les bords de pistes, les différences de neige et de relief, - respectant les consignes du moniteur.

• Pente faible à moyenne. • Pentes moyennes pour le perfectionnement des • Utilisation de dévers. dérapages. • Pistes faciles avec de grands espaces • Petits mouvements de terrain (bosses, parcours si possible pour favoriser le glisseaménagés). OÙ ? ment et les trajectoires courbes. • Proximité des pistes balisées, ne présentant pas • Pistes faciles plus étroites pour favoriser l’apprende difficultés majeures et permettant un retour tissage de la godille de base. aisé sur la piste.


Objectifs généraux :

• Découvrir la gestuelle et les méca- • Découvrir et développer le mouvement vertical nismes pour évoluer skis parallèles (charge) en améliorant les notions de centrage sur des pentes moyennes de plus en (attitude de base et position d’avancée) et la mobilité latérale (inclinaison, transfert d’appui plus variées. volontaire). • Sensibilisation aux qualités de neige et aux types de terrain. • Premières notions de dissociation.

Moyens techniques :

Spécifique toutes neiges, tous terrains :

• Virage de base. • Godille de base. • Dérapage en biais de base. • Dérapage arrondi de base. • Feston pivoté de base. • Feston simple de base. • Chasse-neige arrière. • Feuille morte. • Pas tournant amont de base. • Trace directe de base.

• Changer de direction dans des conditions difficiles (relatif au niveau de la classe), pas tournant, stem, conversion, dérapage latéral, monter et descendre en escalier sur terrain difficile, contrôler sa vitesse grâce au chasse-neige (chasse-neige frein).

CLASSE 2 SKI

QUOI FAIRE ?

Objectifs techniques :

DESCRIPTIF

63

Virage de base : Enchaînement de virages skis parallèles utilisant les mécanismes d’extension pivotée et/ou de redressement orienté combinés à l’utilisation des effets directionnels dérapés contrôlés.

Déclenchement skis parallèles obtenu par synchronisation du mouvement vertical, de l’appui bâton, du pivotement, de l’inclinaison vers l’avant et l’aval, combiné à un transfert d’appui volontaire.

Conduite par contrôle de l’effet directionnel par des actions de centrage (milieu), de pivotement et d’angle de prise de carres.

N.B. Dans un contexte facilitant, le virage de base peut se restreindre à l’utilisation de trois fondamentaux : le centrage, le changement de carres et le pivotement. L’utilisation du mouvement vertical n’est alors pas nécessaire.


Dérapage en biais de base : Dérapage rectiligne, oblique par rapport à la ligne de plus grande pente, obtenu par un abaissement permettant le lâchage de carres qui pourra être combiné à un léger pivotement des skis (garder l’ensemble du corps orienté dans la direction du dérapage).

Godille de base : Virage de base rythmé dont les courts rayons peuvent engendrer l’utilisation de nouveaux mécanismes. Pour cette raison, le braquage ne devra pas être négligé en tant qu’apprentissage technique.

Dérapage arrondi de base : Arrondi utilisant l’effet directionnel dérapé contrôlé suivant une trajectoire courbe vers l’amont. Feston simple de base : Succession de dérapages en biais entrecoupés de traces directes en travers de la pente. Suite à une trace directe en traversée, rechercher le lâchage de carres par abaissement et la reprise de carres par redressement.

Recherche de pivotement localisé au niveau des articulations basses, avec une relative neutralité du haut du corps.

Feston pivoté de base : Succession d’amorces de virages de base entrecoupées d’arrondis de base, sans jamais franchir la ligne de pente. Chasse-neige arrière : Evoluer en marche arrière sur une trajectoire plus ou moins serpentée en utilisant la convergence des skis.

Découverte des premières prises d’appui par augmentation de l’angle de prise de carres liée au pivotement important.

Feuille morte : Succession de dérapages en biais dirigés vers l’avant et vers l’arrière.

64

Pas tournant amont de base : Changements de direction obtenus par un déplacement angulaire des skis, à réaliser sur une pente moyenne avec une recherche d’amplitude des mouvements suite à une trace directe en traversée.

Variation de charge par succession de prises d’appui et d’allègements.

N.B. L’utilisation de la godille est le moment favorable pour l’utilisation du bâton : appui, coordination, synchronisation.

Trace directe de base : Trace directe recherchant des notions d’accélération et de freinage consécutifs au passage d’une pente moyenne à forte et d’une pente forte à faible. On pourra également retrouver ces effets grâce aux changements de qualité de neige.

> EXEMPLE DE MISE EN SITUATION

COMMENT FAIRE ?

Objectif :

Intérêts :

• Equilibre avant-arrière (centrage).

• Faciliter les déclenchements skis parallèles. • Contrôler sa trajectoire, ne plus subir le relief.


EXEMPLE DE MOYENS TECHNIQUES

CLASSE 2 SKI

• Trace directe de base en terrain varié.

• Evoluer dans un terrain aménagé (half-pipe).

COMMENT FAIRE ?

65 • Chasse-neige en marche arrière.

• Dérapage en feuille morte.

Consignes :

Critères de réussite :

• Prendre conscience de la position d’avancée. • Ne pas s’asseoir. • Garder les bras dans le champ de vision.

• Amélioration de l’attitude de base. • Découverte de la position d’avancée.

Exemple de mise en place :

- rechercher les accélérations et les freinages en se rapprochant le plus possible du sommet des côtés Le terrain doit être une aide à la mise en place des du module, lors d’un enchaînement d’évolutions exercices et permettre le ressenti de l’objectif. dans le pipe. On pourrait : - utiliser la trace directe en bordure de piste sur une neige non damée et un relief plus ou moins marqué, Evolution possible : - mettre en place des évolutions serpentées chasse- • Augmenter la vitesse, la pente et les mouvements neige marche arrière sur un terrain facilitant (pente de terrain. faible et lisse) puis comportant de très légères ruptures et reprises de pente,


CLASSE 3

Un skieur : - à l’aise avec son matériel, - recherchant le plaisir de la glisse, QUI ? - pouvant avoir différentes motivations (découverte d’un domaine skiable, progression technique, recherche de la compagnie du groupe), - n’ayant plus d’appréhension sur des pentes moyennes, - pivotant de manière souvent rapide liée au degré de pente, - n’ayant pas de notion de progressivité dans la courbe, - ne possédant pas une coordination gestuelle toujours très juste, - maîtrisant les trajectoires, la vitesse et les changements de direction sur les pentes moyennes, - manquant d’adaptation dans la réponse technique.

66

On considère, pour la pratique du hors-piste, le skieur : - présentant des capacités physiques adaptées, - respectant les consignes du moniteur, - se débrouillant, étant capable d’une autonomie suffisante pour se relever, rechausser en conditions difficiles, etc., - ayant envie de découvrir d’autres espaces de glisse.

Son bagage technique : - centrage : contrôle de l’attitude de base par une rééquilibration a posteriori. - manœuvres de carres : modification de l’angle de prise de carres par un début d’inclinaison globale. Transfert d’appui et changement de carres volontaires. - charge : mise en place d’un mouvement vertical actif dans les phases de conduite et de déclenchement, plus ou moins coordonné à l’appui bâton. - amplitude de pivotement : toujours importante dans la phase de déclenchement (liée au mécanisme de ce niveau), mais tendant à se réduire dans la phase de conduite (effet directionnel dérapé contrôlé, voire effet directionnel coupé subi sur terrain et neige facilitants.


OÙ ?

Objectifs généraux :

Objectif technique :

CLASSE 3 SKI

• Pente moyenne à forte en fonction • Parcours imposé. • Hors-piste plus ou moins éloigné n’aboutissant des conditions de neige. pas forcément à un retour immédiat aux pistes • Pente faible pour favoriser certains balisées ou à la station et ne présentant pas de effets directionnels. difficultés importantes. • Proposer une grande variété de terrains, petits champs de bosses et • Découverte du snowpark. terrain de plus en plus vallonné.

• Evoluer en virages skis parallèles sur • Affiner les variations de pression ainsi que les tous types de piste en utilisant les équilibrations pour permettre une utilisation plus QUOI mécanismes adaptés au terrain. pertinente des différents mécanismes. FAIRE ? • Rechercher volontairement l’utilisation de l’effet directionnel coupé lorsque le terrain et la trajectoire le permettent. • Anticiper les variations propres au terrain et à la neige.

Moyens techniques :

Spécifique hors-piste :

• Virage perfectionné, godille perfectionnée. • Arrondi perfectionné. • Feston simple perfectionné. • Feston pivoté perfectionné. • Pas tournant amont perfectionné. • Pas tournant aval. • Trace directe perfectionnée. • Virage marche arrière. • Dérapage frein. • 180° et 360° glissés, 180° sauté. • Différents petits sauts simples utilisant les mouvements de terrain.

• Virage skis parallèles privilégiant l’extension pivotée (neige lourde ou croûtée). • Virage skis parallèles privilégiant le retour d’angulation (neige dure, bosse). • Savoir modifier l’écart des pieds en fonction de la neige • Virage dégagement avec un ou deux bâton(s). • Dérapage latéral dans tous types de neige. • Conversion en pente plus forte.

DESCRIPTIF

Arrondi perfectionné : Arrondi utilisant l’effet directionnel dérapé perfectionné suivant une trajectoire courbe vers l’amont. Feston simple perfectionné : Succession de dérapages en biais entrecoupés de traces directes en travers de la pente. Suite à une trace directe

en traversée, rechercher le lâchage de carres par redressement et la reprise de carres par abaissement. Feston pivoté perfectionné : Succession d’amorces de virages perfectionnés entrecoupées d’arrondis perfectionnés, sans jamais franchir la ligne de pente. ➤

67


Pas tournant amont perfectionné : Changements de direction obtenus par un déplacement angulaire des skis à réaliser sur tous types de terrain avec recherche d’amplitude, de dynamisme et d’efficacité. Pas tournant aval : Changements de direction obtenus par des déplacements angulaires des skis vers l’aval, à réaliser sur une pente faible à moyenne. Trace directe perfectionnée : Trace directe face à la pente réalisée sur pente moyenne avec une succession de bosses et de creux.

Virage marche arrière : Enchaînement de virages plus ou moins parallèles en marche arrière. Le déclenchement sera consécutif à une petite ouverture des spatules. Dérapage frein : Prise d’élan lors d’une trace directe perfectionnée, suivie d’une mise en travers des skis par l’association de l’extension et du braquage, puis d’une augmentation de l’angle de prise de carres par flexion et légère angulation. Il en découle un dérapage en travers de la pente jusqu’à l’arrêt complet. ➤

Virage perfectionné : Enchaînement de virages skis parallèles où chacun des deux skis est déformé par la charge et l’accroche est obtenue par un angle de prise de carres suffisant pour engendrer un effet directionnel. Ce dernier peut être dérapé perfectionné, voire coupé dans certaines situations facilitantes (trajectoires ouvertes, pente faible à moyenne et neige douce).

L’inclinaison et l’angle de prise de carres sont marqués dès l’entrée du virage, accompagnés d’un pivotement d’amplitude variable.

68

Centrage maintenu avec précision au milieu du ski tout au long de la courbe. La surcharge de fin de virage comprime l’ensemble skieur-ski et produit une réaction d’appui qui déclenche le virage suivant.

N.B. Etape importante de la progression, la continuité des enchaînements engendre le dynamisme des techniques utilisées tout en privilégiant la régularité du contact ski-neige.


Godille perfectionnée : Virage perfectionné, rythmé à courts rayons.

CLASSE 3 SKI

Réaction d’appui plus ou moins marquée combinée au retour d’angulation.

69

N.B. Godille reprenant les différents éléments du virage perfectionné avec un rythme plus élevé. Ceci nécessite une meilleure maîtrise du centrage et une coordination gestuelle plus juste.

180 ° et 360 ° glissés : Rotation glissée sans perdre le contact avec la neige, effectuée grâce au mécanisme de vissage. Il en résulte un demi-tour ou un tour complet sur soi-même.

180° sauté : Rotation consécutive à un saut volontaire sans prise d’élan.


> EXEMPLE DE MISE EN SITUATION

COMMENT FAIRE ?

Objectif : Intérêts : • Contrôler l’effet directionnel coupé • Améliorer la qualité des conduites. (manœuvres de carres). • Augmenter l’angle de prise de carres. • Réduire les sources de freinage sur terrain facilitant. • Utiliser un mécanisme de pivotement différent (retour d’angulation). EXEMPLE DE MOYENS TECHNIQUES

• Arrondi coupé sur pente moyenne.

70

• Pas tournant amont perfectionné.

COMMENT FAIRE ?

• Serpentin coupé en recherche de vitesse sur pente faible.

• Feston simple perfectionné.


Consignes :

Critères de réussite :

Exemple de mise en place :

Evolutions possibles :

Lors de la mise en place, pour permettre à tout le groupe d’évoluer ensemble, on pourrait : - après démonstration du moniteur pour les trajectoires à suivre, utiliser les meilleurs éléments du groupe pour décrire des serpentins coupés, les mains sur les genoux ou en recherche de vitesse. Ils seraient suivis par quelques autres élèves ayant pour consigne de décrire les mêmes rayons que leurs prédécesseurs, en s’aidant des traces laissées sur la neige, - réaliser l’arrondi coupé sous forme de jeux où l’élève aura pour objectif de remonter le plus haut possible de l’autre côté de la piste en décrivant un seul arrondi. Il aura pour obligation de ne pas changer l’écart de pieds utilisé au départ (on cherche ainsi à éviter toute faute du type pas tournant amont, perte d’appui du pied extérieur...), - décrire le feston simple perfectionné en se plaçant sur une ligne horizontale, le moniteur en tête. Tous les élèves devraient réaliser le lâchage et la reprise de carres en même temps et avec les mêmes amplitudes. Un décalage sur la ligne montrerait une mauvaise utilisation de l’un ou l’autre des mécanismes.

• Augmenter la vitesse et la pente. • Réduire le rayon. • Travailler des inclinaisons plus importantes. • Découvrir l’angulation dans des situations facilitantes.

CLASSE 3 SKI

• Augmenter l’angle de prise de carres en utilisant la • Laisser deux traces sur la neige. poussée des genoux vers l’amont. • Atteindre des repères visuels donnés à l’avance. • Conserver les tibias parallèles. • Rester sur des rayons assez ouverts pour éviter tout pivotement intempestif.

71


PEDAGOGIE DU SKI CLASSE 1-2-3-4