Page 1

PDAC

en bref

Hiver 2013

Le président de la PDAC accompagne le Gouverneur général au Mexique, au Pérou et au Guatemala relever ces industries et sur les possibilités qui s’offrent à elles, au Canada ou à l’étranger. D’expliquer le principal intéressé, « j’ai investi passablement de temps à discuter l’importance de l’exploration et de l’activité minière avec le Gouverneur général, les députés et l’honorable Diane Ablonczy, ministre d’État des Affaires étrangères. J’en ai profité pour souligner le travail de la PDAC et le leadership exercé par cette dernière en vue de sensibiliser les intervenants aux pratiques exemplaires en matière de durabilité écologique, d’engagement social et de santé et de sécurité des travailleurs de l’industrie. » Interrogé à propos du Gouverneur général, Monsieur Nolan a eu les paroles suivantes : « Quel homme incroyablement gentil et attentionné! Mais il n’est pas facile de le suivre! Lui et sa femme sont actifs du matin au soir. Ils n’hésitent jamais à aller à la rencontre des gens et à échanger avec eux. C’est avec grande fierté que j’ai accompagné le couple dans cette mission de représentation du Canada. » U Le Gouverneur général du Canada traverse la cour d’honneur du Palais gouvernemental de Lima, au Pérou.

UNE OCCASION À NE PAS MANQUER! Voilà ce que représentait pour Glenn Nolan, président de la PDAC, l’invitation à prendre part à une série de visites diplomatiques au Mexique, au Pérou et au Guatemala, en compagnie du très honorable David Johnston, Gouverneur général du Canada. Effectuées du 30 novembre au 7 décembre, ces visites avaient pour but de favoriser le partage du savoir-faire et de débattre les enjeux liés au commerce, à la sécurité, à l’éducation et à l’innovation. Le président de la PDAC était membre d’une délégation réunissant Madame Sharon Johnston, épouse du Gouverneur général, et de nombreux chefs de file canadiens représentant le milieu des affaires, le monde de la politique ainsi que les secteurs de l’éducation, de la justice sociale et du développement. Selon Monsieur Nolan, ce voyage a permis « de mesurer directement l’importance du rôle exercé par le Gouverneur général dans l’arène mondiale et de saisir la contribution majeure de l’industrie minière canadienne au développement économique et social des pays visités ». Lors du voyage, Monsieur Nolan a notamment visité les installations de la société Bombardier Aérospatiale dans l’État de Querétaro, au Mexique, pris part à un débat portant sur l’éducation, l’innovation et le commerce ainsi que participé à une table ronde réunissant des dirigeants d’entreprises canadiennes actives au Guatemala. Le voyage a permis à Monsieur Nolan de bien cerner les répercussions positives qu’ont l’industrie minière canadienne et l’industrie canadienne de l’exploration sur l’économie nationale des pays visités. De plus, le président de la PDAC a eu l’occasion d’échanger sur les défis que doivent

Monsieur Nolan prend la parole à l’Université Rafael Landivar, située à Guatemala.

Au Pérou, le Gouverneur général remercie Monsieur Nolan de sa participation comme membre de la délégation.

Le bulletin de l’Association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs This newsletter is also available in English. See www.pdac.ca.


La PDAC et les affaires autochtones : un leadership qui s’affirme LE COMITÉ DES AFFAIRES AUTOCHTONES de la PDAC a vu le jour en 2004, à une époque où l’association éprouvait un désir grandissant de renforcer le partenariat naturel qui existe entre les collectivités autochtones, d’une part, et l’industrie de l’exploration minérale et l’industrie minière, d’autre part. Pourtant, à cette même époque, les Autochtones ne participaient pas en grand nombre au congrès de la PDAC, et l’association ne comptait aucun dirigeant autochtone au sein de son conseil d’administration.

respectueuse, et cela me semble très encourageant. » Peter Dimmell, ancien président de la PDAC, a été le premier à comprendre que l’association devait affirmer son leadership pour promouvoir l’établissement de relations positives avec les collectivités autochtones. La Cour suprême de la Colombie-Britannique venait alors de rendre sa décision au sujet de l’obligation de consulter, et des défis commençaient déjà à apparaître sur le plan des relations entre certaines petites sociétés minières et des collectivités

Cérémonie de signature du protocole d’entente lors du congrès PDAC 2008.

Les choses ont bien changé depuis ce temps! Aujourd’hui, la PDAC et l’Assemblée des Premières Nations (APN) disposent d’un protocole d’entente qui vise à promouvoir la participation des Premières nations dans l’industrie minérale au Canada. Par ailleurs, en 2012, le congrès de la PDAC a attiré plus de 500 Autochtones déclarés. Enfin, au cours de la dernière année, la présidence de l’association a été confiée pour la toute première fois à un Autochtone, Monsieur Glenn Nolan. En plus d’exercer la présidence de l’association, Monsieur Nolan — qui est membre de la Première nation des Cris de Missanabie, dans le Nord de l’Ontario — occupe le poste de vice-président, Affaires autochtones de la société Noront Resources. « Je m’étonne toujours de voir tout le chemin qu’a fait l’industrie au cours des dix dernières années, » explique-t-il. « Les membres de l’industrie s’éveillent progressivement aux mesures à prendre pour susciter la participation des collectivités, de façon dynamique et

autochtones en Ontario. Comme l’explique Don Bubar, un intervenant auprès des groupes autochtones des Territoires du Nord-Ouest et du Nord-Ouest de l’Ontario qui, en 2004, venait d’être nommé au conseil d’administration de la PDAC, « le litige entre Platinex Inc. et la Première nation de Kitchenuhmaykoosib Inninuwug ne défrayait pas encore les manchettes, mais des différends moins frappants commençaient à opposer des sociétés et des collectivités au sujet de l’obligation de consulter. Monsieur Dimmell m’a proposé la direction du nouveau Comité des affaires autochtones de la PDAC, car j’avais soulevé certaines questions autochtones lors des réunions du conseil d’administration. De plus, à l’époque, j’étais l’un des rares membres du conseil d’administration à posséder une expérience pertinente en matière de collaboration avec les collectivités. » Monsieur Bubar a immédiatement invité Chuck Willms, avocat spécialiste du droit autochtone au sein du cabinet Fasken Martineau, à

PDAC en bref est un bulletin trimestriel publié par l’Association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs. Cette publication vise à informer les membres des activités de la PDAC ainsi que des actualités et des événements qui intéressent l’industrie canadienne de l’exploration et du développement.

Association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs 135, rue King Est Toronto (Ontario) M5C 1G6 Canada Téléphone : 416 362-1969 / Télécopieur : 416 362-0101 Courriel : info@pdac.caa 2

siéger au comité et à prononcer une allocution lors d’un événement organisé par la PDAC pour étudier les répercussions de la décision de la Cour suprême au sujet de l’obligation de consulter. Participant à cet événement à titre de porte-parole de sa collectivité, Monsieur Nolan s’est présenté à Monsieur Bubar, qui a vu en lui un candidat de valeur pour siéger au comité et au conseil d’administration de la PDAC. Élu lors de l’assemblée générale annuelle de mars 2005, Monsieur Nolan est devenu le seul Autochtone à siéger au conseil d’administration de la PDAC. D’autres ont suivi plus tard, dont Jack Blacksmith, Michael Fox et Annita McPhee. Aujourd’hui, Monsieur Fox et Madame McPhee sont encore membres du conseil d’administration, au même titre que Monsieur Nolan. D’affirmer Monsieur Nolan, « mon rôle de président consiste à faire comprendre que de nouvelles règles du jeu s’appliquent. Les Autochtones perçoivent maintenant l’association comme un mécanisme pour s’ouvrir à des possibilités qu’ils n’auraient jamais considérées par le passé. » Pour Monsieur Nolan et Monsieur Bubar, le protocole d’entente conclu entre la PDAC et l’Assemblée des Premières Nations constitue la plus grande réalisation du comité. Signé en 2008, ce protocole définit les termes de la relation entre les deux parties et énonce leur engagement à promouvoir des possibilités régulières en ce qui concerne : le dialogue entre les collectivités et l’industrie minérale; la collaboration relative aux initiatives en

Présentation du prix Skookum Jim lors du congrès PDAC 2012.

www.pdac.ca


ressources humaines qui stimulent la participation des Premières nations dans l’industrie minière et l’industrie de l’exploration au Canada; ainsi que la coopération au regard des enjeux de politique publique qui intéressent les parties. Selon Ressources naturelles Canada, en date de février 2012, les sociétés minières avaient conclu plus de 180 ententes avec des administrations ou des collectivités autochtones au pays. Ces ententes portaient sur un éventail de projets ciblant des zones d’exploration locales ou des mines en exploitation, d’un bout à l’autre du Canada. La création du prix Skookum Jim constitue une autre initiative importante de la PDAC. Décerné pour la toute première fois en mars 2008, ce prix souligne les réalisations ou les travaux exceptionnels d’une entreprise dirigée par des Autochtones ou encore la contribution notable d’une personne à l’industrie. En 2013, le prix est remis à la société Windigo Catering Limited Partnership, un traiteur du Nord-Ouest de l’Ontario qui se spécialise dans la prestation d’un éventail de services de gestion et d’entretien ménager léger sur les lieux. Selon Monsieur Nolan, « il est significatif que le conseil d’administration reconnaisse l’importance des gens d’action et des entrepreneurs autochtones qui personnifient un engagement marqué à l’égard de l’industrie ».

La médaille Skookum Jim, avec insigne de décoration. Photo : Gill Gracie, Opportunity North.

Depuis son lancement lors du congrès de la PDAC de 2006, le programme autochtone a connu une croissance exponentielle, tant sur le plan du nombre de séances que de la qualité

Glenn Nolan, président de la PDAC; Phil Fontaine, ancien chef national de l’Assemblée des Premières Nations du Canada; et Jon Baird, ancien président de la PDAC, lors de l’assemblée générale annuelle de l’AFN de juillet 2008.

de ces dernières. Au début, le programme consacrait une demi-journée à des séances axées sur les initiatives visant les Autochtones. Aujourd’hui, le nombre de séances permet de meubler une période deux jours. Ainsi, le congrès de la PDAC offre aux entreprises et aux collectivités une occasion unique de faire du réseautage, d’établir des partenariats et d’échanger des connaissances. La participation des Autochtones devrait continuer de progresser en 2013, croit Lesley Williams, gestionnaire de programme de la PDAC chargée des activités de défense et de gestion des enjeux. Par exemple, le programme consacrera quatre séances distinctes aux thèmes du renforcement des capacités, de la promotion de l’excellence en matière de participation, de la conclusion d’ententes entre entreprises et collectivités ainsi que de la consultation. Madame Williams ajoute que, tout au long de l’année, la PDAC continuera de mettre au point des outils de sensibilisation axés sur le cycle de mise en valeur des minéraux et sur les occasions qui s’y rattachent, et ce, tout en favorisant une participation élargie et significative des Autochtones dans l’industrie. En plus de concevoir le programme autochtone lors du congrès annuel, le Comité des affaires autochtones de la PDAC propose des initiatives et des activités propices à une meilleure connaissance et à une collaboration accrue entre les collectivités autochtones et l’industrie minérale au Canada. Tout en défendant des politiques, notamment en ce qui concerne le partage des revenus tirés des ressources publiques ou le règlement des

3

revendications territoriales, la PDAC participe à des conférences et des réunions importantes qui abordent les questions autochtones au Canada. La mise au point d’études et d’outils comme le guide sur l’exploration et l’exploitation minières à l’intention des collectivités autochtones constitue également un élément central de l’action du comité. Les représentants du gouvernement fédéral et des administrations provinciales sont conscients des occasions qui se présentent afin d’assurer une mobilisation et une participation constructives des Autochtones dans le secteur. Présente lors du congrès PDAC 2012, la députée libérale Carolyn Bennett, qui exerce la vice-présidence du Comité permanent des affaires autochtones et du développement du Grand Nord de la Chambre des communes, a affirmé ceci : « Il est beaucoup question de politiques publiques qui abordent le défi du déséquilibre entre l’offre et la demande d’emplois, et je crois qu’il s’agit là d’un facteur-clé qui justifie l’établissement d’une alliance naturelle entre l’industrie minière et les Autochtones, plus particulièrement chez les jeunes. » Monsieur Nolan partage cette opinion et contemple un avenir qui verrait les collectivités s’approprier les programmes d’exploration, recruter leur propre main-d’œuvre et obtenir les permis nécessaires à la réalisation de projets. Le jour où cette vision deviendra réalité, le Comité des affaires autochtones de la PDAC aura rempli son mandat. D’ici là, il reste encore beaucoup de travail à accomplir. U Un reportage de Virginia Heffernan


Prix décernés lors du congrès PDAC 2013 Prix Thayer Lindsley

Prix Viola R. MacMillan

Nommé en mémoire de l’un des plus grands découvreurs de mines du Canada, ce prix est remis à une personne ou une à équipe de géologues d’exploration à qui l’on doit une récente découverte minérale de premier plan, au Canada ou ailleurs dans le monde.

Portant le nom de la détentrice du record de longévité à la présidence de la PDAC, ce prix est remis à une personne ou une entreprise qui fait preuve de leadership en matière de gestion ou de financement d’activités d’exploration et de mise en valeur des ressources minérales.

Cette année, le prix Thayer Lindsley est décerné à Daniel G. Wood, qui a dirigé le travail d’équipes d’exploration responsables de la découverte de nombreux gisements minéraux situés dans divers milieux géologiques, lesquels représentent une valeur globale brute de plus de 100 milliards de dollars. Monsieur Wood a mis fin à ses activités d’exploration minérale en 2008, au terme d’une longue carrière dans le domaine. En vingt-quatre années de service auprès de la société BHP Billiton et près de dix-huit années de service auprès de la société Newcrest Mining Limited, il a dirigé des équipes chargées d’explorer un éventail de ressources minérales en Australie, en Asie du Sud-Est, dans le Sud-Ouest du Pacifique

et dans les Amériques. Ces équipes ont découvert des gisements de houille, d’or, de cuivre-or et de cuivre-molybdène en Australie, en Indonésie et au Pérou. La liste des découvertes faites sous la direction de Monsieur Wood surprend par la variété des milieux géologiques explorés, par le nombre de substances utiles recensées et par la valeur brute totale des gisements, qui s’établit à plus de 100 milliards de dollars. Monsieur Wood a joint l’effectif de Newcrest Mining Limited lors de la création de cette entreprise, en 1990. Occupant le poste de directeur général administratif de l’exploration à compter du milieu des années 1990, il a dirigé une équipe modèle qui, de 1992 à 2005, a dominé le palmarès mondial des meilleures équipes d’exploration aurifère dressé par le Metals Economics Group of Canada. Monsieur Wood est membre du comité consultatif du WH Bryan Mining and Geology Research Centre de l’University of Queensland, où il occupe un poste de professeur auxiliaire. Monsieur Wood milite énergiquement en faveur d’un apport plus marqué des géosciences à l’effort général de recherche dans le domaine minier. La découverte des gisements de cuivre-or Cadia, en Nouvelle-Galles du Sud, lui a valu de recevoir la médaille Joe Harms décernée par la Geological Society of Australia. De plus, en 2013, il a reçu le prix Robert M. Dreyer décerné par la Society for Mining, Metallurgy and Exploration. Monsieur Wood est membre Fellow de la Society of Economic Geologists des États-Unis.

Cette année, le prix Viola R. MacMillan est décerné à la société New Gold Inc., qui s’est distinguée par son leadership en gestion et par l’excellence de ses pratiques exemplaires liées à la mise en production de la mine New Afton. Située à Kamloops, New Afton est une mine de cuivre-or qui exploite un vaste dépôt souterrain de cuivre-or qui devrait soutenir une production annuelle moyenne de 85,000 onces d’or et 75 millions de livres de cuivre pendant toute la durée de vie de la mine, soit douze ans. Les réserves se chiffrent à 1,0 million d’onces d’or démontré et probable ainsi qu’à 1,0 milliard de livres de cuivre démontré et probable. D’entrée de jeu, New Gold a perçu que l’édification d’une relation étroite avec les Premières nations constituait un facteur de réussite du projet. En 2008, une entente inédite a été conclue entre New Gold et les Premières nations de la région. L’entente de participation de la mine New Afton aborde quatre enjeux — soit la protection de l’environnement, l’emploi et la formation des membres des Premières nations, les possibilités commerciales et les contributions sur le plan social et économique — et constitue une pratique exemplaire reconnue à l’échelle du Canada.

Prix géosciences Mary-Claire Ward

Prix Bill Dennis Portant le nom d’un ancien président de l’association, ce prix récompense une personne qui a fait une importante découverte minérale et/ou qui a contribué de manière appréciable au secteur de la prospection ou de l’exploration. Le prix peut aussi être octroyé en reconnaissance d’une importante découverte minérale faite au Canada.

Cette année, le prix Bill Dennis est décerné à la société Pretivm Resources, qui a fait du secteur de la « Vallée des Rois » du dépôt Brucejack un gisement aurifère à haute teneur de classe mondiale. Situé dans la région du Nord-Ouest de la Colombie-Britannique, le dépôt Brucejack est un gisement aurifère à haute teneur. L’un des secteurs du gisement, dit de la « Vallée des Rois », a été le théâtre d’une découverte aurifère de classe mondiale. Les ressources aurifères à haute teneur de la Vallée des Rois (à teneur-limite de 5,0 g/t d’équivalent-or) s’établissent maintenant à 8,5 millions d’onces d’or indiqué (16.1 millions de tonnes ayant une teneur de 16,4 grammes d’or par tonne).

Conscient du potentiel que représentait la Vallée des Rois, découverte à l’origine en 2009, le président et chef de la direction de Pretivm, Monsieur Robert Quartermain, s’est porté acquéreur du dépôt Brucejack au moment de lancer l’entreprise, en 2010. Déjà, au cours des décennies précédentes, ce territoire avait fait l’objet de travaux de prospection. C’est pourtant à l’équipe de Pretivm, dirigée par Monsieur Quartermain, que revient le mérite d’avoir fait progresser l’examen de la Vallée des Rois, ce qui a transformé un dépôt prometteur, mais éloigné, en découverte aurifère de classe mondiale. Depuis 2011, Pretivm a déployé un programme efficace d’exploration qui a permis de porter la base de ressources de la Vallée des Rois à son niveau actuel, soit 8,5 millions d’onces d’or indiqué.

4

Cette année, le prix géosciences Mary-Claire Ward est décerné à Danielle Thomson, étudiante de doctorat à la Carleton University, qui a réalisé un projet de recherche intitulé « Sedimentology, sequence stratigraphy, and stable isotope stratigraphy of the Tonian-Cryogenian Shaler Super group, Victoria Island, Northwest Territories ». Remis annuellement en mémoire de MaryClaire Ward, ardente défenseure des géosciences décédée en 2004, le prix s’accompagne d’un certificat et d’une bourse de 5 000 dollars. Au moment de sa mort, Madame Ward était présidente du Comité géoscientifique de la PDAC, présidente de la société Watts Griffis McOuat Ltd. ainsi qu’ancienne présidente de l’Association géologique du Canada.


Prix décernés lors du congrès PDAC 2013 Prix pour service distingué

Prix de la responsabilité environnementale et sociale

Ce prix est remis à une personne qui a fait une contribution appréciable, échelonnée sur plusieurs années, dans le domaine de l’exploration minérale ou du développement minier, qui a investi un temps ou des efforts considérables au profit de la PDAC et/ou qui a fait un apport remarquable à l’industrie minérale sur différents plans : finances; recherche en géologie, en géophysique ou en géochimie; autres activités connexes.

Ce prix est remis à une personne ou une organisation qui se distingue par son esprit d’initiative, son leadership ou ses réalisations en matière de protection et de préservation du milieu naturel et/ou en matière d’établissement de relations harmonieuses avec les collectivités dans le cadre d’un programme d’exploration ou d’une opération minière.

Cette année, le prix pour service distingué est décerné à Ronald P. Gagel, en reconnaissance de sa contribution exceptionnelle à l’industrie minérale sur le plan des finances ainsi que de son soutien marqué aux activités de la PDAC. Membre actif des comités de la PDAC depuis 1991 et membre du conseil d’administration de l’association depuis 1997, Monsieur Gagel est un comptable agréé qui a accumulé une trentaine d’années d’expérience, tout particulièrement dans le secteur minier. Misant sur ses antécédents professionnels en comptabilité, en finance et en fiscalité des opérations minières, il a soutenu de façon exceptionnelle les activités et les affaires financières de la PDAC, notamment par son travail au sein du Comité des finances et de la fiscalité. Monsieur Gagel a fait partie de l’équipe qui a fait pression pour que le gouvernement canadien introduise le Crédit d’impôt pour l’exploration minière, un programme fédéral grâce auquel le Canada à réussi à se hisser durablement au sommet du palmarès mondial des pays qui investissent dans l’exploration minérale. Par ailleurs, pour le Canada, le passage aux Normes internationales d’information financière (NIIF) s’est traduit, en 2011, par des défis particuliers pour les petites sociétés minières. En conséquence, la PDAC et l’Institut canadien des comptables agréés ont créé un groupe de travail de l’industrie minière sur les NIIF et ont confié la présidence de cette instance à Monsieur Gagel. Le leadership exercé par ce dernier a permis au groupe de travail de publier une série de neuf documents portant sur la mise en pratique des NIIF dans l’industrie minière.

Cette année, le prix de la responsabilité environnementale et sociale est décerné à la société Cameco Corporation, qui a excellé dans la mise en place de relations harmonieuses avec les collectivités dans le cadre de ses activités d’exploration et de ses opérations minières. Cameco applique un modèle de responsabilité sociale d’entreprise qui repose sur cinq piliers et qui, par sa conception, favorise l’obtention du soutien des collectivités locales et l’exercice d’une gérance environnementale proactive. Conformément au premier pilier, axé sur la participation des collectivités, Cameco veille à ce que les collectivités collaborent à toutes les phases des projets de développement, de façon à ce que les populations locales connaissent et comprennent les activités de l’entreprise et aient l’occasion d’y contribuer. Centré sur la gérance environnementale, le deuxième pilier incite Cameco à dresser des plans dynamiques partout où elle intervient, de façon à minimiser

l’incidence environnementale de ses activités. Le troisième pilier porte sur le perfectionnement de la main-d’œuvre, ce qui pousse Cameco à privilégier la formation, l’instruction et le recrutement de ressources provenant des collectivités du Nord et à recruter le plus grand nombre possible de travailleurs du Nord pour soutenir ses activités minières en Saskatchewan. Fidèle au quatrième pilier, qui s’intéresse à l’expansion économique, Cameco se tourne d’abord vers des entreprises appartenant à des intérêts du Nord pour se procurer les biens et les services nécessaires au déploiement de ses activités en Saskatchewan, dans le cadre d’une stratégie visant l’édification d’entreprises locales durables qui continueront d’offrir des débouchés aux populations locales une fois terminée l’exploitation minière. Enfin, le cinquième pilier, axé sur l’investissement dans les collectivités, encourage Cameco à injecter des ressources dans des secteurs-clés qui favorisent les initiatives en matière de développement des collectivités, d’éducation et d’alphabétisation ainsi que de jeunesse, de santé et de bien-être. Chef de file reconnu par les associations autochtones, Cameco se classe parmi les sociétés les mieux cotées au sein de son industrie en matière de responsabilité sociale d’entreprise.

Prix Skookum Jim Les titulaires de ce prix ont à leur actif une réalisation ou un travail exceptionnel au sein d’une entreprise qui est dirigée par des Autochtones et qui offre des services à l’industrie minière canadienne ou encore au sein d’une société minière ou d’une société d’exploration canadienne autochtone. Le prix peut également être remis à une personne qui a fait une contribution notable à l’industrie minière.

Cette année, le prix Skookum Jim est décerné à la société Windigo Catering Limited Partnership, qui a su se distinguer en tant qu’entreprise canadienne dirigée par des Autochtones qui offre des services de qualité à l’industrie minière canadienne. Établie dans le Nord-Ouest de l’Ontario, Windigo Catering est la propriété exclusive des Premières nations Windigo de Bearskin Lake, Cat Lake, North Caribou Lake, Sachigo Lake et New Slate Falls. Fière d’un taux de recrutement de membres des Premières nations de 83 %, la société emploie 60 personnes, toutes issues de la région. Les bénéfices de l’entreprise sont

5

redirigés vers les collectivités participantes. Windigo se spécialise dans la prestation de services de traiteur pour l’industrie, notamment dans des camps miniers éloignés. Windigo propose également des services de blanchisserie, de gestion de camps, de conciergerie, d’entretien ménager léger ou de nettoyage et d’entretien poussés. À l’heure actuelle, de tels services sont offerts à la société Goldcorp, au camp isolé accessible par hydravion qui jouxte la mine Musselwhite, sur la rive du lac Opapimiskan. Misant sur l’expérience de gestion du contrat conclu avec les autorités de la mine Musselwhite, Windigo entend maintenant élargir ses activités. À cette fin, l’entreprise a mis la dernière main à son plan quinquennal, en plus de concevoir un site Web et d’autres documents de marketing qui l’aideront à trouver de nouveaux clients. Établie à Sioux Lookout, Windigo prévoit l’ouverture, à Thunder Bay, d’un bureau qui l’aidera à saisir les occasions qui se présentent localement dans le domaine de l’exploration minérale.


CONGRÈS INTERNATIONAL DE LA PDAC 2013

CONGRÈS INTERNATIONAL DE LA PDAC 2013

Un programme technique qui met en vedette l’argent, le minerai de fer et les diamants de l’Arctique Le programme technique du congrès PDAC 2013 débutera le dimanche 3 mars. Ce jour-là, quatre séances sont prévues, lesquelles porteront respectivement sur les produits de base et les perspectives de marché connexes, sur les défis et les solutions en matière d’accès au territoire, sur la maximisation de la valeur des entreprises ainsi que sur les nouvelles mines dans la région des Andes centrales et australes.

séances se pencheront sur les perspectives canadiennes pour 2013 et sur les diamants de l’Arctique. Le mardi 5 mars, en matinée, le programme technique proposera des séances ayant pour thème le financement dans un marché volatile, le minerai de fer au Canada ainsi que la métallogénie et les provinces abritant d’importants gîtes ignés. Le déjeuner sera ponctué d’un panel international, suivi en après-midi de séances consacrées aux dépôts d’or et de cuivre de l’Australie, à la géophysique de même qu’aux métallotectes émergents du Nord du Canada.

Le lundi 4 mars, en matinée, le programme proposera une séance-programme consacrée aux récompenses et aux risques liés à l’exploration et à la mise en valeur des minéraux ainsi que des séances portant sur les enjeux de développement associés aux mines et aux gisements minéraux (tels qu’illustrés par les projets à investissement élevé, mais à faible teneur) et sur le renforcement des capacités des Autochtones, à l’appui de leur autonomie sur le plan économique. Lors du déjeuner portant sur les perspectives minérales, Tom Butler fera un exposé sur les tendances qui se dessinent dans les marchés émergents, telles qu’abordées du point de vue de l’organisme qu’il représente (c.-à-d. la Banque mondiale). Par la suite, en après-midi, des

Le programme technique prendra fin le mercredi 6 mars en matinée. Les séances prévues auront pour thème l’argent, les métaux et les minéraux spéciaux, le cercle de feu de l’Ontario ainsi que les nouvelles découvertes et les nouveaux développements — sujet populaire s’il en est un. Pour en savoir plus sur les 21 séances que compte le programme technique du congrès PDAC 2013, il suffit de visiter la page à l’adresse : www.pdac.ca/pdac/conv/2013/presentations-tech-sessions.aspx.

Cours abrégés lors du congrès PDAC 2013

Guide du congrès pour appareils mobiles (Mobi)

Quinze cours abrégés sont au programme du congrès PDAC 2013, ce qui constitue un nombre record. Tous les délégués auront l’occasion de s’inscrire à l’un ou l’autre de ces cours, et ce, avant même le début du congrès.

Utilisez votre téléphone intelligent pour parcourir la liste des exposants, des séances spécialisées ou des conférenciers et pour retrouver des participants en temps réel, au moyen de liens intégrés vers les applications de réseaux sociaux. Ainsi, vous pourrez facilement planifier vos réunions et établir votre horaire lors du congrès.

Du vendredi 1er mars au dimanche 3 mars, les cours abrégés offerts avant le congrès aborderont des thèmes comme la santé et la sécurité dans le domaine de l’exploration minérale, le potentiel minéral inexploité de l’Europe (« de nouvelles mines dans de vieux pays »), le guide pratique de la gestion du territoire au Canada ou encore les communications à impact élevé. De retour pour une huitième année, le toujours populaire atelier sur les principes de l’investissement sera offert toute la journée samedi et mettra en scène des conférenciers provenant de sociétés minières, de cabinets d’experts-conseils et de sociétés de courtage.

Mobi fonctionne sans difficulté sur tout appareil de type iPhone, iPad, Blackberry, Palm, Windows Mobile, Nokia Symbian ou Google Android. Balayez le code QR suivant pour lancer l’application. Pour obtenir de l’aide, repérez les spécialistes de l’application Mobi, reconnaissables à la chemise rouge qu’ils portent.

Pendant le congrès, trois cours abrégés seront dispensés le mercredi 6 mars, y compris un cours de géophysique pour tous offert du matin au soir par la Canadian Exploration Geophysical Society de même que la toujours populaire série d’ateliers de la Decennial Mineral Exploration Conference, offerte en après-midi. Cette dernière donnera notamment lieu à un débat sur l’exploration secrète de la ceinture cuprifère du Nord du Chili.

En 2013, nous vous offrons un accès élargi et GRATUIT à la technologie Wi-Fi : • dans l’aire d’inscription et au café Wi-Fi, situé au niveau 600; • dans le salon Wi-Fi situé au niveau de la mezzanine, tout juste au-dessus de l’entrée Sud; • dans les corridors à l’extérieur des salles d’exposition et des salles de réunion situées aux niveaux 700 et 800.

Pour acheter des billets pour l’un ou l’autre des quinze cours abrégés, il suffit de visiter la page à l’adresse, www.pdac.ca/pdac/conv/2013/presentations-shortcourses.aspx.

Pour vous inscrire et/ou acheter des billets pour les COURS ABRÉGÉS, les DÉJEUNERS ou les ÉVÉNEMENTS EN SOIRÉE (en fonction des disponibilités), visitez le site à l’adresse www.pdac.ca (cliquez sur le lien pour le congrès PDAC 2013).

6


CONGRÈS INTERNATIONAL DE LA PDAC 2013

CONGRÈS INTERNATIONAL DE LA PDAC 2013

Déjeuners – Palais des congrès du Toronto métropolitain, Bâtiment Sud Déjeuner portant sur les perspectives minérales

Déjeuner du panel international

Déjeuner sur l’innovation

Le mardi 5 mars – Salle 718, 12 h à 14 h

Le mercredi 6 mars – Salle 718, 12 h à 14 h

Le lundi 4 mars – Salle 718, 12 h à 14 h

Prenez part à un déjeuner avec service aux tables et dégustez un verre de vin en assistant à un exposé sur les stratégies de redressement des petites sociétés minières. Entre autres sujets, ce panel avec animateur abordera les façons de profiter des efforts de financement, des fusions, des co-entreprises et des redevances ainsi que les risques et obstacles inhérents à ces solutions. La discussion portera également sur la composition du marché des actions et sur l’influence qu’exercent de nouveaux mécanismes (comme les fonds négociés en bourse) sur le cours des actions.

Dans le domaine minier, la réussite mondiale du Canada tire son origine de l’émergence de politiques ingénieuses et d’institutions privées novatrices, adaptées aux caractéristiques particulières de l’industrie minière. L’honorable Le conférencier invité Perrin Beatty pour ce déjeuner est l’honorable Perrin Beatty, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Canada, qui expliquera comment le Canada a transformé la richesse de ses ressources en un avantage concurrentiel mondial. Cet exposé intéressera sûrement les chefs de file de l’industrie et des collectivités, les investisseurs, les membres de la PDAC ainsi que les délégués du congrès.

La PDAC accueille Tom Butler, responsable à l’échelle mondiale des investissements miniers de la Société financière internationale, organisme membre du Groupe de la Banque mondiale. L’exposé de Monsieur Butler portera sur les tendances qui se Tom Butler dessinent dans les marchés émergents, telles qu’abordées du point de vue de la Banque mondiale. La PDAC est fière de se joindre à la Société financière internationale pour cette activité. POUR VOUS PROCURER DES BILLETS POUR

LES DÉJEUNERS (en fonction des disponibilités) VISITEZ LE SITE À L’ADRESSE

www.pdac.ca (cliquez sur le lien PDAC 2013) Prix : 70 dollars le billet

Animateur Raymond Goldie, analyste principal en valeurs minières, Salman Partners Inc. Panélistes invités Eric Sprott, président et chef de la direction et agent en chef des investissements, Sprott Asset Management LP Ned Goodman, président et chef de la direction, Dundee Corporation John Kaiser, rédacteur en chef, Kaiser Research Online

Mercredi mars 6

7


Fiers commanditaires du congrès Diamant

Or Plus

Teck Resources Limited

Kinross Gold Corporation Waterton Global Resource Management Agnico-Eagle Mines Limited Celerant Consulting, Inc. CIBC World Markets Inc. IAMGOLD Corporation KGHM International Ltd. National Post Rio Tinto SNC-Lavalin Inc. Xstrata Plc

Platine Goldcorp Inc. Barrick Gold Corporation IBK Capital Corp.

Bienfaiteur Ernst & Young PwC Renvest Global Resource Fund Groupe TMX Vale Canada Limited

Or Excellence Corporation Minière Osisko Deloitte & Touche LLP Anglo American Exploration (Canada) Ltd. Canaccord Genuity Franco-Nevada Corporation KPMG Silver Wheaton

1984 Enterprises Inc. AECOM Aecon Mines Aurizon ltée DRA GROUP Freeport-McMoRan Copper and Gold Inc. GE Canada Global Mining Finance

Gowling Lafleur Henderson LLP Grant Thornton LLP HudBay Minerals Inc. Inmet Mining Corporation Newmont Mining Corporation Pan American Silver Corp. Primero Mining Corp. Royal Gold, Inc. Tourisme Toronto Votorantim Metals Canada Inc.

Congrès Accenture Avanti Management & Consulting Limited Peter Bojtos CHF Investor Relations Clean Harbors Loewen, Ondaatje, McCutcheon Limited Newsfile Corp. S&P Capital IQ

Bronze Baker & McKenzie LLP Hallmark Insurance MNP LLP Raymond James ltée RBC Marché des Capitaux Banque Scotia Shamrock Enterprises Inc. Silvercorp Metals Inc. Standard Chartered

Photos de la première page : Rideau Hall © Sa Majesté du chef du Canada, représentée par le Bureau du chef de cabinet du Gouverneur général (2012) et sgt Ronald Duchesne, Rideau Hall.

This newsletter is also available in English. See www.pdac.ca. Association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs 135, rue King Est Toronto (Ontario), Canada M5C 1G6

Accord de publication no 40042453

PDAC In Brief Winter 2013  

PDAC In Brief Winter 2013

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you