Page 1


Pierre BrĂŠger prrbrgr@gmail.com +33665706597


PIERRE BREGER Curriculum Vitae ______________________________________________________

2016

2013

2012

2009

Formation - Architecte Diplomé d’État, mention bien Master Théorie & Projet avec Jacques Lucan, à l’École d’Architecture de la Ville et des Territoires de Marne-la-Vallée (EAVT Marnes) - Licence d’Architecture Escola de Arcquitectura de Sant-Cugat-del-Valles (Catalogne) - Rahovitza Slow-tech Campus réhabilitation de maisons traditionnelles en Bulgarie. - Workshop AA Visiting School et Louis Vuitton, ‘Retail Spaces’, au Musée des Arts Décoratifs de Paris - Brevet d’Animation aux Fonctions d’Animateur (BAFA) - Baccalauréat ES ______________________________________________________

Expérience professionnelle 2016 - Assistant de construction, Grappa Studio, Pantin (1 mois) 2015-16 - Assistant de projet, atelier David Lafon, EAVT (10 mois) 2014 - Stagiaire chez Jean-Christophe Quinton (4 mois) 2012 - Stagiaire chez [Ay] Studio (2 mois) 2011 - Stagiaire chez Construction Côte d’Émeraude (1 mois) ______________________________________________________ Activités 2013-16 - Membre d’archiflou - laboratoire de photographie - Contributeur au magazine étudiant Poteau Poutre - Voyages sans carbone (Istanbul Highway, Eurovélo5, Via Toscana) - Membre de l’équipe construction au festival Pete the Monkey ______________________________________________________ Logiciels - Autocad - Rhinocéros - Google Sketchup - Microsoft Office - Suite Adobe : Photoshop, Illustrator, InDesign, Premiere

Langues - Français - Anglais (TOEIC 880) - Espagnol

3


sommaire pierre BSélection de projets

Curriculum Vitae

3

MARNES : master Théorie & Projet

7

- 50000M2, logements, atelier et bureaux au Bourget

9

- Cour maximum, 350 logements à Aubervilliers

11

- Greenhouse Market, halle de marché à Londres

13

- Red Brown Houses, 200 logements à Londres

15

- Le Livre de Sable, mémoire

36

Expériences professionnelles - Cellule no 1 d’Absalon avec Grappa Studio : constructeur

38

- Atelier David Lafon : assistant de projet

41

- JC Quinton Architectes : maquette et rénovations

43

- [Ay] Studio : vidéo et expériences sur la matière

45

EXTRA : projets personnels - Archiflou, association photo

47

- Festival Pete the Monkey, installations

49

- Via Toscana, répertoire d’atmosphères

53

- Atelier Carfantan, études pour un horloger

55 5


MARNES Master Théorie & Projet

Pendant quatre semestres, j’ai suivi l’enseignement rigoureux de Jacques Lucan, Odile Seyler et Eric Lapierre dans le master Théorie & Projet à l’école d’architecture de la ville et des territoires de Marne-la-Vallée (ENSAVT). Nos recherches se sont portées sur le pittoresque à l’occasion de projets à Londres et sur l’architecture métropolitaine, lors de projets en région parisienne. Ces deux années se résument en un mot : rationalité, comme une solution face aux nombreuses contraintes, à la nécessité d’une économie de moyens et aux questionnements sur la place de l’architecte. J’ai appris qu’il n’y avait pas de mauvaises idées, mais seulement des idées non abouties. J’ai appris que l’architecture ne se fait pas seul, mais qu’elle doit se faire à partir de convictions partagées. J’ai la conviction que les réponses se trouvent aujourd’hui entre sobriété et pureté, rationalité et expressivité, économie de moyens et fonctionnalisme. Lors de nos jurys, nous avons reçu les commentaires de Johnatan Sergison (Sergison Bates architects), Jan de Vylder (de Vylder Vinck Tailleu architecten), Pierre-Emmanuel Trevelo (TVK), Marc Mimram. Nous avons eu l’occasion de travailler un semestre sur la métropole parisienne avec les studios de Kirsten Geers à l’EPFL et Christ & Gantenbein à l’ETH.

maquette et luminaires dans l’atelier Wagner

intra-MARNES

7


plan masse - 1 : 5000


5o ooo m2 Ateliers, logements, bureaux au Bourget (93)

Une architecture métropolitaine peut-elle avoir un caractère local ? Lors de notre dernier semestre à Marnes, une question commune rassemble les recherches de l’atelier : qu’est-ce qu’une architecture métropolitaine ? Les résultats de nos recherches sont compilés en trois publications nommées Urbi & Orbi - à la ville et au monde. La première regroupe l’analyse comparative des données de deux étendues urbaines ambivalentes, mais toutes deux qualifiée de métropole : la région Parisienne et l’arc Lémanique. La seconde regroupe les différents filtres choisis par chacun pour observer la ville et se forger son point de vue. La troisième regroupe les vingt-deux projets esquissés, comme des définitions potentielles de l’architecture métropolitaine.

les trois publications du semestre

intra-MARNES

9


plans de structure et de circulation 10


Je me suis concentré sur une situation type de la métropole : la saturation des infrastructures. Le site est situé au sud du Bourget, au nord de Paris, entre l’A86, la N2, le RER B et une ligne ferrée de fret. Un mélange de hangars sous-utilisés, de pavillons et de petites entreprises bordent ces axes de circulation. Le projet est d’abord un réseau de nouvelles rues qui divise les dix hectares du site et reconnecte le quartier au centre-ville et à la future gare de Grand Paris. Mon projet se concentre sur la parcelle nord, située le long des rails et longue de 205 mètres par 33 mètres de large. L’exercice consiste à reproduire le fonctionnement du quartier actuel en architecture, convaincu que la proximité chaotique des pavillons et des bâtiments d’activités (hangar, entreprises, bureaux, ateliers) est une conséquence inévitable de la condition métropolitaine et un phénomène à considérer positivement. Dans une grande et longue forme sculpturale équilibrée en deux épaisseurs se mêlent trois structures et trois types d’espaces, desservis par trois axes de circulations spacieux, lieux d’échanges entre les différents utilisateurs. À chaque étage, plusieurs configurations sont possibles, mais chacune est limitée par le comportement de sa structure. La dimension et l’expression de l’édifice lui donnent une importance sur le territoire qui l’entoure. Son fonctionnement l’intègre à son environnement direct. Sur ce territoire encore complexé par les grands ensembles d’aprèsguerre, la question de la grande opération peut-elle être posée ?

photographie du site

intra-MARNES

11


vue extérieure, façade sud-ouest, photo maquette et collage 12


vue intérieure, hall d’entrée, photo maquette

vue intérieure, loggias, photo maquette

intra-MARNES

13


14


faรงade sud - 1 : 500

faรงade nord - 1 : 500

intra-MARNES

15


plan masse - 1 : 1000


cour maximum Logements à Aubervilliers (93)

Comment insérer du logement dans un territoire post-industriel en pleine transformation ? La grande parcelle difforme se situe dans le quartier ouest d’Aubervilliers, banlieue nord de Paris. D’une longueur d’environ 230 mètres pour 100 mètres de large, elle est entourée de hangars, de bureaux et de petites industries de différentes tailles au nord et au sud. Une route très fréquentée longe le canal Saint-Denis à l’est et une rue secondaire clôt l’ouest. Un grand hangar occupe aujourd’hui la parcelle. Le projet est d’abord un paysage intérieur, un monde en équilibre entre l’espace d’une gigantesque cour et l’expression des façades qui l’entoure. Au rez-de-chaussée une colonnade assure l’accès aux étages. Tous les séjours des trois types de logements sont orientés sur la cour. Cette réflexion menée depuis l’intérieur présente à la ville une façade régulière aux ouvertures généreuses. À l’ouest, l’édifice s’aligne à la rue. À l’est, une place est aménagée pour garantir un déroulé de façade maximum face au canal. Ce recul donne une présence monumentale à l’édifice, que la stabilité et l’équilibre de la façade renforcent. Ce projet est mené par équipe de trois étudiants, en collaboration avec le studio Kirsten Geers de l’EPFL et le studio de Christ & Gantenbein de l’ETHZ, autour du thème Paris Revisited; clin d’œil au concours Réinventer Paris. Nos travaux étaient visibles lors de l’exposition La méthode Piano à la cité Chaillot.

photographie du site

intra-MARNES

17


vue extĂŠrieure, depuis la canal saint-denis, collage

coupe transversale sur la cour - 1 : 200 18


vue intérieure, séjour d’un logement type, photo maquette

plan type des logements - 1 : 125

intra-MARNES

19


URT

faรงade sur cour - collage 20


TOWN

faรงade sur rue - collage

intra-MARNES

21


plan masse - 1 : 2000


greenhouse market Marché couvert à Londres

Comment faire fonctionner ensemble temporaire et permanent, local et métropolitain ? La parcelle est située à Marylebone, un quartier chic du centre de Londres. Elle forme un rectangle d’environ 100 x 30 mètres, entourée d’immeuble de logement de trois à quatre étages, accessible par trois rues secondaires et un parc. Aujourd’hui, c’est un parking qui accueille un marché biologique hebdomadaire. Le projet est une grande halle lumineuse qui couvre toute la parcelle. Une nef centrale traverse le centre de la parcelle sur l’axe nord-sud; elle dessert des bas côtés : à l’ouest des commerces avec mezzanine se glissent derrière les vitrines de chaque travée; à l’est un grand espace ouvert s’ouvre au gré des besoins sur la rue. Les éléments permanents et temporaires du programme sont sous une même couverture et fonctionnent ensemble. La couverture est le résultat d’un travail sur un motif unificateur des cinq façades, autant qu’une recherche sur les possibilités plastiques et les limites du papier. Sur le modèle du Crystal Palace et des serres anglaises du XIXe siècle de Joseph Paxton, j’ai cherché un équilibre entre rationalité et élégance.

peeters & schuitten, les cités obscures

intra-MARNES

23


photo maquette 24


vue intĂŠrieure, la nef, photo maquette

intra-MARNES

25


26


plan

faรงade ouest

intra-MARNES

27


plan masse - 1 : 2000


red & brown houses 200 logements à Londres

Quelle identité pour un projet de logement de grande échelle au cœur de l’hétérogénéité londonienne ? La parcelle d’un hectare est située dans le quartier central de Farringdon. Une ancienne manufacture et une bande de logements ouvriers occupent le nord-ouest, un centre de tri de la Poste et son grand parking dominent le nord-est, une petite place est bordée de bâtiment de trois à cinq étages au sud-ouest et deux grands édifices de bureaux s’élèvent au nord-est. Le projet est divisé en deux grandes entités de teintes différentes. Leur géométrie présente une variation autour du thème de la cour ouverte. Le statut des différents vides est primordial : privé - partagé ? public ouvert ? Une tour se dresse depuis chaque entité. Un réseau de relations visuelles ambiguës se forme entre elles et leur contexte. L’hétérogénéité supposée de la ville de Londres ne constitue-t-elle pas un fond cohérent ? La structure est organisée selon une trame déformable de poteaux de béton de 6x6 m. Huit différentes typologies de logements, déclinaisons du type loft, s’agencent selon les déformations de la trame et les caractéristiques du contexte direct. Le rez-de-chaussée accueille des commerces au sud, des ateliers à l’est et des maisons de ville à l’ouest et au nord. La façade est construite en panneaux de béton préfabriqués. Son expression s’inspire des nombreuses manufactures reconverties en bureaux visibles dans le centre de Londres.

vue extérieure, vers le sud, photo maquette et collage

intra-MARNES

29


vue extĂŠrieure, Cough street, photo maquette et collage 30


vue extérieure, Phoenix street, photo maquette et collage

vue intérieure, séjour d’un logement type, photo maquette

intra-MARNES

31


32


plan du rez-de-chaussĂŠe et coupe longitudinale en rabattement - 1 : 500

intra-MARNES

33


34


plan étage type - 1 : 200

intra-MARNES

35


36


le livre de sable Procédés sans fins & formes architecturales

Comment résoudre la contradiction entre forme finie et outils sans fin ? « [...] il est le contraire de l’angle amplifié et rustique de la Renaissance, il est si raffiné qu’il en disparait presque. En le reculant derrière la surface des murs, en cassant l’angle en une multiplicité d’arêtes et de plans, le coin a été dissout. Ainsi, et c’est là la véritable intention, la continuité des deux murs est préservée. Aucun n’est autorisé à passer devant l’autre pour arrêter sa prolongation imaginaire et infinie. » Richard Llelewyn-Davies, L’architecture sans fin, Marnes III, 2014, p. 68 (éd. or. 1951, AA Journal) L’interprétation donnée par Richard Llelewyn-Davies de la non-finitude du projet de l’Alumni Hall de l’Illinois Institute of Technology de Mies van der Rohe est autant liée à la recherche de compréhension du mythe de Mies qu’à ses obsessions personnelles. Son analyse est peut-être une manière de légitimer une idée déjà présente dans l’architecture moderne. En témoigne la diversité des procédés sans fin identifiés dans l’architecture contemporaine, dont l’on pourrait identifier les discrets germes dans les aspects d’édifices modernes : le musée à croissance illimitée dessiné en 1934 par Le Corbusier et la bibliothèque de Musashino de Sou Fujimoto, le palais des congrès de Chandigarh et le centre des congrès d’Agadir de l’OMA, la médiathèque de Sendaï et le système domino, la bibliothèque des sciences sociales de Taïwan de Ito et les bureaux de la Johnson Wax de Frank Lloyd Wright. Il est de notre devoir de mesurer le degré d’importance des différents aspects infinis entrevus dans leurs projets. Le caractère infini d’un édifice, par les contradictions qu’il rencontre dans la réalité de la forme architecturale, est condamné à rester un aspect conceptuel dont quelques résidus sont laissés à la perception d’un observateur avisé. Ce sont ces aspects que ce mémoire tente de rendre perceptibles.

intra-MARNES

37


EXPéRIENCES PROFESSIONELLES


40


grappa studio Construction de la cellule no1 d’Absalon, 2016

Pour une exposition au Kunstmuseum de Bonn, j’ai construis une réplique d’une cellule d’Absalon avec une équipe d’artisans. La cellule n°1 abrite une habitation de 12m2 optimisée par l’artiste pour son activité vitale minimum. Elle est réalisée en médium, contreplaqué, OSB et entièrement peinte en blanc. Ce fut un travail rigoureux qui exigeait précision et qualité de finition. J’ai manipulé une large gamme d’outil, ce qui m’a donné envie de prendre le temps d’en apprendre plus.

expérience professionnelle

41


42


atelier lafon Assistant de projet, 2015-2016

J’ai assisté David Lafon dans l’enseignement du projet en première année à l’école d’architecture de Marne-la-Vallée pendant l’année de mon diplôme (2015-2016). Mon rôle était double. D’un côté, j’aidais les vingt-deux élèves du groupe à améliorer la communication de leurs idées et la représentation de leurs projets; de l’autre, je participais aux critiques aux côtés de David Lafon. Patience, rigueur, sens de l’écoute et esprit de synthèse ont été nécessaires. Cette expérience m’a convaincu de l’importance de l’enseignement en complément d’une pratique professionnelle.

expérience professionnelle

43


documents de construction pour la transformation d’une ancienne forge en chambres d’hôtes

vues 3D pour une ville nouvelle en Chine 44


quinton architectes Stage, 4 mois, 2014

J’ai travaillé quatre mois dans l’agence parisienne de Jean-Christophe Quinton pendant l’année 2014. J’ai repris des projets sur différentes phases et assisté la petite équipe sur différents projets : esquisse d’une rénovation d’appartement pour un privé, gabaritage d’un projet de logements pour étudiants, livraison de logements collectifs pour la mairie de Paris, étude de faisabilité et esquisse d’un projet de ville nouvelle en Chine. Dans cette agence, j’ai appris les bases du fonctionnement d’une agence et le travail en totale autonomie.

esquisse pour la rénovation d’un appartement à Paris expérience professionnelle

45


46


[Ay] studio Stage, 2 mois, 2012

J’ai travaillé chez [Ay] Studio pendant l’été 2012. Dans cette petite structure basée à Paris et dirigée par Jorge Ayala, j’ai été responsable du développement de projets de scénographie, d’architecture, de mode et de design. Pour communiquer sur les projets, j’ai travaillé avec la photo, la vidéo et la musique. Notre travail se situait à la tension entre expérimentations autour de la matière et modélisation 3D. Certaines pièces du « cabinet de curiosités post-digitales » ont été exposées au FRAC d’Orléans pendant ArchiLab, en 2013.

expérience professionnelle

47


extra Projets personnels

49


50


archiflou Atelier & laboratoire photo

Comment rendre accessibles les outils photographiques à tous les étudiants ? Le laboratoire photo de l’EAVT existe depuis 2011 sous le nom d’Archiflou. Sous-utilisé, était de sensibiliser les étudiants à la photo et de relancer l’activité du laboratoire argentique. Pendant l’année 2015-16, j’ai proposé une série d’ateliers, ouvert à tous les étudiants, sur le thème voleur d’images, inspiré de Raymond Depardon. Nous sommes descendus à trois stations RER méconnues, caméra sous le manteau, pour y saisir les microévènements du quotidien qui s’imprime sur la toile de fond formée par l’architecture. Le résultat de ce travail prend la forme d’une exposition itinérante. Le dispositif est simple : trois tables sont disposées aux angles d’un triangle isocèle de 6 mètres de côté. Sur chaque table sont disposées les photos des trois sessions. Sous chaque table, une enceinte diffuse les sons enregistrés dans chaque lieu. Différentes temporalités, différentes atmosphères se laissent percevoir dans ces lieux pourtant si proche. Cela nous donne un aperçu de la richesse d’une métropole en mouvement.

plan de l’exposition

extra-MARNES

51


Le

Zo

ne

Sauna

Na

tu

re

lle

Pr

ot

Du

n

ég

ée

Scène 1

Scène 2 (amphithéâtre)

Camping

Scène 3

plan masse 52


festival pete the monkey Construction d’un amphithéâtre

Comment permettre à 400 personnes de partager les émotions d’une seule ? Le festival Pete The Monkey se tient tous les ans en Haute-Normandie. Il rassemble des artistes pour soutenir une réserve naturelle en Bolivie. Nous avons construit pour eux une scène, des assises et des ombrières. L’amphithéâtre est la seconde scène du festival. Elle doit pouvoir accueillir jusqu’à 400 personnes, sous la canopée d’un vieil acacia. Pour offrir le meilleur point de vue à tous et garantir la sensation de proximité avec l’artiste sur scène, nous avons utilisé un dispositif inspiré du panoptique de Foucault. Nous avons récupéré un maximum de matériaux pour tenir un budget serré - 2000€ - palettes, pallox de pomme de terre, planches à coffrage. En 7 jours et 4000 vis et clous, l’amphithéâtre était achevé.

plan du panoptique,

extra-MARNES

53


planches de coffrage découpées sur mesure

chevrons cloués entre les modules (120/90/60/40 cm)

palettes entières fixées horizontalement

palettes coupées au 1/3 et 2/3 fixées verticalement

pallox à pomme de terre posées à l’ envers à 13°

deux modules complets

54


photographie de nuit, la veille de l’ouverture

concert de fishback

extra-MARNES

55


56


via toscana Carnet de voyage & répertoire d’atmosphères

En 2014, mon pouce levé m’a mené de Paris à Rennes en passant par Istanbul. En 2015, j’ai pédalé de Boulogne-sur-Mer à Vesoul avec une étape à Rotterdam. En 2016, je vais à Rome après une longue marche à travers la Toscane. Le point commun de chacun de ces voyages est le mode de déplacement. Je ne dois consommer moi-même aucun gaz carbonique pour aller explorer le patrimoine naturel et culturel de ces territoires. Le plan de voyage se dessine chaque année autour d’un thème, un objectif de départ qui ouvre à toutes les improvisations. Le premier voyage se concentre sur la construction de maisons traditionnelles en Bulgarie, le second sur la découverte de la vallée du Rhin classée à l’UNESCO et le troisième sur l’exploration de l’Italie par la Via Francigena. Ce voyage de Rennes à Rome commence en réalité à Conques pour finir à Saint-Charles des Quatres Fontaines. Mon itinéraire se dessine le long de chaque lieu sacré visité, comme les étapes d’un pèlerinage. Ces pages constituent autant un carnet de voyage qu’un répertoire d’atmosphères sacrées, dans lesquelles j’ai cherché l’expression d’une spiritualité, comme un besoin humain lié à une époque et à un paysage, plus qu’à une religion particulière.

extra-MARNES

57


58


atelier carfantan Étude pour un atelier d’horloger

Comment concevoir un espace de travail favorable à la concentration ? Ce projet est une étude pour un jeune horloger. Ma proposition s’inspire de la séparation entre espace public et espace sacré, de la clarté à l’obscurité, de l’agitation au calme. J’ai utilisé la maquette pour retranscrire la qualité de tels espaces, de la rue à l’atelier. Elle m’a permis de discuter directement avec le client de ses attentes et de ses doutes.

extra-MARNES

59


contact Pierre BrĂŠger prrbrgr@gmail.com +33665706597

breger pierre sélection de projets  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you