Issuu on Google+

VIVRE ICI Nature TEXTE ET PHOTOS : GEORGES CARLIER

Dans le Perche

Au secours des abeilles L’écomusée du Perche vous initie à l’apiculture. Une manière subtile d’apprendre les bons gestes et de participer à la sauvegarde de ces insectes indispensables à toute vie.

20 PAYS D E N O R MA N D I E

Nature.indd 20

25/05/10 14:43


Les stages d’apiculture attirent en nombre.

Le Perche

1 - Nourrissage des larves. 2 - L’enfumage. 3 - Nous nous équipons avec soin !

2

3

L

a situation des abeilles n’est pas, actuellement, des meilleures. Pesticides, herbicides et autres produits phytosanitaires leur ont porté des coups sérieux. Ondes électromagnétiques, frelon tueur d’abeilles, maladies, varroa1… l’abeille tente d’échapper à une disparition annoncée alors même que nous lui devons nos récoltes de fruits, légumes et fleurs. Sans elle, pas de pollinisation, plus de vie… Emu de cette situation, l’écomusée du Perche organise désormais, tout au long de l’année au cœur du parc naturel régional, des stages d’apiculture. Découvrons-les ensemble. Aujourd’hui, nous sommes vingt-quatre participants à écouter Louis

1

Malherbe de l’Union Apicole Ornaise (UAO). Il existe deux cycles de vie chez les abeilles, celles d’hiver vivent quatre à cinq mois, les autres cinq à six semaines seulement car le rythme de récolte les épuise. Le miel est le produit de la digestion du nectar, une grande part sert à les nourrir, cependant, une ruche de quarante mille abeilles produit environ 12 à 15 kg de miel par an. A la suite d’une projection sur la vie de ces insectes, de leurs diverses races ou de leur anatomie, les questions fusent. Chacun, voulant tout savoir, se dirige ensuite vers une douzaine de ruches, coiffé d’un chapeau blanc à voile grillagé et de gants après avoir bien serré le pantalon dans les chaussettes !

PAYS DE N ORMA N DIE 21

Nature.indd 21

25/05/10 14:43


VIVRE ICI Nature

1

3

2 1 - Un piège à essaim. 2 - Des stagiaires très studieux. 3 - Chaque geste est mesuré et prudent.

«  Elles sont en plein travail, nous avertit-on, évitez de stationner à l’avant de la ruche. Elles n’aiment pas çà, comme le bruit, l’agitation ou les mauvaises odeurs.  » Il faut enlever le toit emboîté sur les « hausses », ces sortes de cadres en cire gaufrée. Chaque geste est mesuré, prudent, non par crainte d’une piqûre, mais seulement pour éviter d’écraser l’abeille entre deux cadres. «  Il faut décoller le cadre à l’aide de la spatule, continue Louis Malherbe, puis le saisir par les côtés pour le retirer doucement en le faisant glisser. » Chaque stagiaire tentera ce geste, parfois avec un peu d’appréhension, d’autres chercheront la reine. Pas si facile, car si sa majesté est plus grande que le commun des ouvrières, ce n’est que de quelques millimètres… Seul le surnombre fera partir des essaims. Non loin de là dans un pommier, une ruche est posée à 1,5 mètre du sol, une autre sur un tas de bois. Ces pièges à essaims attendent d’être occupés. Les divers stages de l’année portent sur la récolte du printemps, les produits de la ruche et leurs vertus, la récolte d’été… Fin août, ce sera le tour de la flore mellifère2, des maladies et parasites de la ruche, de la mise en hivernage. Enfin, en octobre, on aborde la cuisine au miel… A ce jour, le nombre d’abeilles domestiques a chuté de 50 à 80 %, à travers le monde. Apparues sur

la terre il y a quatre millions d’années, elles se voient décimées depuis une vingtaine d’années. L’agriculture intensive et le jardinier inconscient qui utilisent les chimies «  miracles  » en rejettent la cause aux ondes électromagnétiques ou encore aux maladies parasitaires ou virales ! Quant aux responsables politiques, sont-ils bien informés  ? On en douterait, ne serait-ce que sur la base de cette récente autorisation d’utiliser le «  cruiser  », un autre pesticide pourtant mis en cause et interdit en Allemagne. Réagirons-nous à temps ? 1

Acarien qui parasite les abeilles, une des causes possibles de l’effondrement des colonies d’abeilles (source : Wikipédia.org). 2 Plantes « exploitables » par les abeilles.

Pratique

Ecomusée du Perche, Prieuré de SainteGauburge, 61130 Saint-Cyr-la-Rosière. Tél. : 02.33.73.48.06 accueil@ecomuseeduperche.fr http://museeatp.free.fr Prochaines séances d’initiation à l’apiculture (sur réservation, tarif : 10,80 €) : 10 juillet, 28 août, 25 septembre 2010. Fête de l’abeille à l’écomusée le 5 septembre

22 PAYS D E NO R M A N D I E

Nature.indd 22

25/05/10 14:44


Nature 69