Issuu on Google+

N° 100 | DÉCEMBRE 2013

www.agglo-montbeliard.fr

P. 06 Engagement - bénévolat La chaleur même en hiver

PUISSANCE 29 L’ A C T UA L I T É

ÉVÉNEMENT

La Puissance du chiffre 100 p. 03

D U

P AY S

ÉCONOMIE

D E

Technoland I et II : des emplois sur plans pp. 16-17

M O NT B É L I ARD ENTRACTE

Le plus beau marché de Noël est ouvert p. 24


sommaire 03 Événement

Puissance 29 le numéro 100

©©Simon Daval

04-05 Repères 06-11 DOSSIER

Engagement - bénévolat : la chaleur même en hiver

12-13 Services

Eau : retour en régie Réhabilitation des friches Faurecia L’actualité du projet Caden’cité

14-15 En images 16-17 Économie

Au cœur de Technoland I et II

18-19 Éco-agglo

Fer’ensemble Un garage solidaire

20 Tribune 21 Portrait

Jeanne Morel, la passionnée

22-23 Rendez-vous

Ballet : Roméo et Juliette à l’Axone Le Moloco version enfants Les afterworks : un concept tendance

24 Entracte

27ème édition des Lumières de Noël

25 Commune

Voujeaucourt

26 Ensemble

Laïcité Pays de Montbéliard

27 Reflets

Frédéric Curie, résistant de la première heure

ÉDITO En France, on aime les chiffres ronds, les anniversaires, les célébrations. Et même si « 29 » est un nombre « pas très rond » (c’est un nombre premier, qui n’est divisible que par un et par lui-même !), on avait envie de vous faire un petit clin d’œil pour le centième numéro de cette publication aujourd’hui mensuelle. C’est cela l’événement du mois de décembre en page 3. Dans cet article, vous retrouverez les évolutions de ce journal dont on sait qu’il est attendu par nombre d’habitants du Pays de Montbéliard. Mais le vrai événement de décembre dans le Pays de Montbéliard, ce sont les Lumières de Noël et Puissance 29 vous en parle sans faillir à la règle (en page 24). On vous propose également des animations pour les enfants au Moloco, de la danse pour toute la famille (en page 22), et des temps conviviaux pour après le travail, dit afterworks (en page 23). Le dossier du mois fait le point sur le bénévolat dans le Pays de Montbéliard, une mine d’or pour le vivre-ensemble dans tous les domaines de l’activité sociale (en page 6). Les pages éco-agglo reviennent d’ailleurs elles aussi sur des activités solidaires (en pages 18 et 19). La solidarité et le vivre-ensemble, voilà deux valeurs intimement liées au principe de laïcité, que veut promouvoir la jeune association « Laïcité Pays de Montbéliard » (en page 26). Et parce que les préoccupations du moment portent à la fois sur le pouvoir d’achat et l’emploi, Puissance 29 vous en parle au travers des solutions retenues pour la gestion de l’eau à compter de 2015 (en page 12) et des actions menées pour le développement de Technoland (en page 16). Dans ce numéro, on s’arrêtera également à Voujeaucourt. La commune conclut, dans l’ordre alphabétique, cette rubrique qui nous a permis, 29 mois durant, de vous présenter les communes de l’agglomération les unes après les autres (en page 25). On fera connaissance avec Jeanne Morel, une jeune artiste montbéliardaise talentueuse qui mène sa carrière de danseuse à Barcelone (en page 21). Et on n’oublie pas, enfin, en cette période de commémoration des grandes guerres du XXème siècle, de rendre hommage (en page 27) à Frédéric Curie, un Erbaton, résistant flamboyant pendant la Seconde Guerre mondiale et engagé aux côtés des sapeurs-pompiers volontaires ensuite. Bonne lecture,

Retrouvez-nous sur Facebook, iPhone et Android en scannant le code ci-dessous.

La Rédaction

PUISSANCE 29 Retrouvez Puissance 29 et toute l’actualité en ligne sur www.agglo-montbeliard.fr Directrice de la publication : Martine Voidey – Directeur de la communication : Christophe Devillers – Rédactrice en chef : Adeline Coquet – Rédaction : Pierre Accard Jérémie Pignard - Eléonore Tournier - Régis Tullon - Maquette : Scoop Communication - Réalisation : Ahmed Aliouane – Impression : Estimprim – Photos : Melania Avanzato - Denis Bretey - Samuel Coulon - John Darboux - Simon Daval - JM Domon - Stéphanie Durbic - Guillaume Frey - Bruno Jacquet - Jakob Karte - Claude Nardin - Daniel Nowak - Florian Roy – Lorius - Renaud Ruhlmann – Coordinateur photos : Philippe Michel – Puissance 29 : Pays de Montbéliard Agglomération, 8, avenue des Alliés – BP 98407 – 25208 Montbéliard Cedex – Téléphone : 03 81 31 88 88 – Courriel : puissance29@agglo-montbeliard.fr – N° ISSN : 1279-869X Puissance 29 est adhérent de l’Union des journaux et journalistes d’entreprises de France. Tirage : 50 000 exemplaires – Couverture : Simon Daval


© Guillaume Frey

ÉVÉNEMENT I REPÈRES I DOSSIER I SERVICES I EN IMAGES I ÉCONOMIE I ÉCO-AGGLO I TRIBUNE I PORTRAIT I CULTURE I LOISIRS I SPORT I COMMUNE I ENSEMBLE I REFLETS I

Depuis sa création, le magazine a connu quatre refontes de sa maquette

Puissance 29, centième !

Avec la transformation du District urbain du Pays de Montbéliard en Communauté d’Agglomération, fin 1999, la collectivité acquiert de nouvelles compétences et des responsabilités accrues, qui lui imposent de nouveaux devoirs pour informer les habitants. Le nouveau magazine voit donc le jour en janvier 2000, marquant une réelle montée en puissance par rapport à Fréquence District, l’ancien titre. Publié dans une formule magazine dès le départ, Puissance 29 se veut un véritable support d’information, réalisé par des journalistes professionnels. Il paraît initialement tous les deux mois, comprend 24 pages, est abondamment illustré et agréable à lire. Un dossier permet de traiter sur le fond des sujets qui concernent l’avenir de l’agglomération. Des articles abordent l’ensemble des questions influant sur la vie des citoyens, informent sur les modalités pratiques de la vie quotidienne gérées par la collectivité, s’intéressent au patrimoine et présentent les principales manifestations cultu-

relles et sportives. En outre, dès le premier numéro, un agenda détachable est encarté qui recense les dates et lieux des événements organisés sur le territoire. Faciliter la lecture Janvier 2009 voit évoluer la maquette de Puissance 29. La une est remaniée et la mise en pages actualisée, facilitant les entrées multiples. De nouvelles rubriques font leur apparition - vie associative, international, Nord FrancheComté… - afin de coller aux attentes des lecteurs qu’on a consultés. Dans le même temps, la fréquence de parution devient mensuelle pour une meilleure connexion avec l’actualité. Puis, en janvier 2011, la pagination passe de 24 à 28 pages afin de mieux rendre compte encore des nombreuses compétences de Pays de Montbéliard Agglomération. Dernier changement important : en janvier dernier, la mise en page intérieure gagne en dynamisme. Par un jeu accru entre photos et textes et la plus grande interactivité des entrées, la lecture est améliorée et le graphisme épuré. █ ©©Simon Daval

Le magazine de Pays de Montbéliard Agglomération a vu le jour en 2000, accompagnant la création de la Communauté d’Agglomération. Depuis, il a sans cesse évolué : rubriques, mise en pages, fréquence de parution, nombre de pages… Plus vivant que jamais, Puissance 29 fête aujourd’hui son numéro 100.

De Puissance 28 à Puissance 29 Au moment de sa création, la Communauté d’Agglomération du Pays de Montbéliard comptait 28 communes. Le magazine s ’e s t a p p e l é Puissance 28 pendant onze n u m é ro s , c e nom exprimant la conjugaison des talents des 28 communes décidées à développer leur co o p é ra t i o n , plutôt qu’à simplement les a d d i t i o n n e r. Lorsque Mathay rejoint l’intercommunalité en 2002, le magazine prend tout naturellement le nom de Puissance 29, qu’il affiche fièrement sur sa Une depuis le numéro 12.

PUISSANCE 29 – N°100 DÉCEMBRE 2013 / 3


ÉVÉNEMENT I

REPÈRES I DOSSIER I SERVICES I EN IMAGES I ÉCONOMIE I ÉCO-AGGLO I TRIBUNE I PORTRAIT I CULTURE I LOISIRS I SPORT I COMMUNE I ENSEMBLE I REFLETS I

ÉCONOMIE

Des cadeaux Pays de Montbéliard PRÉSENTE

©©John Darboux

Donner envie à ses proches d’acheter dans des commerces de l’agglomération, c’est agréable et utile en même temps ! Mille commerces du territoire vendent et acceptent les chèques cadeaux des commerçants et artisans du Pays de Montbéliard. Cette initiative, qui fleurissait déjà sous les sapins des foyers de l’agglo à Noël 2012, est le fruit d’un travail collaboratif entre la CCI du Doubs, la Chambre des Métiers et de l’Artisanat du Doubs et Pays de Montbéliard Agglomération. Se faire plaisir ou faire plaisir tout en achetant « Pays de Montbéliard » c’est aussi soutenir le commerce local et les emplois de l’agglomération. Procurez-vous la liste des commerces participants à l’opération sur : uneenvieunbesoin.com █

PATRIMOINE

LE CHÈQUE CA

dedu s Commerçants et Artisans Pays de Montbéliard DEAU

agglo-montbel

Les chèques cadeaux des commerçants et artisans du Pays de Montbéliard sont en vente :

iard.fr

• à l’office du tourisme • au marché de Noël (stand office du tourisme) • au siège de CAEM (Commerces et Acteurs Économique Montbéliard) • sur Internet : boutique.uneenvieunbesoin.com

Les plafonds de l’hôtel du lion rouge s’offrent un lifting en 3D Ce sont des travaux de réhabilitation de « l’hôtel du lion rouge » qui ont révélé des plafonds peints, présentant un ensemble pictural exceptionnel et un intérêt patrimonial important. Ils ont fait l’objet d’une restauration, avant réalisation d’un modèle numérique en 3D. PMA a souhaité s’impliquer financièrement aux côtés de la Ville de Montbéliard pour permettre au public de les admirer sous forme virtuelle, la seule qui soit possible. Cette action figure dans un projet plus large, lauréat du programme « Développement de l’Économie Numérique » du Grand Emprunt, dans lequel la Communauté d’Agglomération est intégrée à un consortium comprenant notamment les sociétés et laboratoires Oktal, Virtuel city, ISM, PSA, Keolis et Armines. █

ACTUALITÉ

©©JM Domon

Musée Peugeot : visite by night et nouveau directeur dans la lumière

4 / PUISSANCE 29 - N°100 DÉCEMBRE 2013

Depuis le 1er novembre, Christophe Dupont, jusqu’alors chef de zone au sein du Commerce France Peugeot, remplace Jean-Michel Collart à la tête du Musée. Après trois années passées à diriger et à développer le musée de belle manière, ce dernier prend en effet les rênes du Développement et de la Qualité du réseau France, au sein du Commerce France de la marque Peugeot. C’est donc sous la houlette d’un nouveau directeur que le Musée de l’Aventure Peugeot organise une nocturne le vendredi 13 décembre, dans le cadre des Lumières de Noël du Pays de Montbéliard. Le musée sera exceptionnellement ouvert jusqu’à minuit, et un tarif spécial sera

appliqué à partir de 18h : 5€ pour les adultes, 3€ pour les enfants (de 7 à 18 ans) et toujours gratuit pour les moins de 7 ans. Le musée se dévoilera sous un éclairage étonnant et original, avec une ambiance particulière pour chaque époque et des animations surprises, à découvrir en famille ! La brasserie sera également ouverte et proposera sa carte complète. █ Nocturne au Musée Vendredi 13 décembre Tarifs appliqués entre 18h et 24h le 13/12 : 5€ pour les adultes, 3€ pour les enfants de 7 à 18 ans et gratuit pour les moins de 7 ans.


REPÈRES LOISIRS

Une nouvelle monnaie de Paris à l’effigie des Lumières de Noël Fort du succès de la médaille représentant le château des Ducs de Wurtemberg, l’Office de Tourisme édite un nouveau jeton touristique mettant en valeur les Lumières de Noël et le temple Saint-Martin. Il est disponible depuis le 23 novembre, date d’ouverture des Lumières de Noël. En vente à 2€ à l’Office de Tourisme. █ Office de Tourisme 1 rue Mouhot à Montbéliard Tel. 03.81.94.45.60 accueil@paysdemontbeliard-tourisme.com

©©Florian Roy - Lorius

AÉRODROME

Un nouveau pilote pour l’aérodrome COLLECTES

ATTRACTIVITÉ

Première foire exposition du Pays de Montbéliard

Après dix ans passés à diriger l’aérodrome de Courcelles-lèsMontbéliard, Lilian Bugnon quitte ses fonctions. Au cours de cette décennie, le site a connu de nombreux aménagements et des évolutions nécessaires sous sa houlette, notamment l’élargissement de la piste, passant de 20 à 23 mètres dans un souci de réglementation. Le 15 novembre dernier, celui qui a vu Johnny Hallyday et l’équipe de France de football fouler le tarmac

Si le Pays de Montbéliard a déjà, il y a très longtemps, connu une foire exposition, c’est une première à l’Axone et ce sera en avril. Durant trois jours, entre le 4 et le 7, six thématiques seront explorées : agriculture, habitat, décoration, gastronomie, bien-être et loisirs, mode et beauté. Avec ses 150 exposants, la manifestation se veut résolument familiale et gratuite. Elle est le fruit d’une coopération étroite entre l’Axone et la société Citivents qui organise chaque année les salons de l’habitat de Voujeaucourt et de Belfort-Andelnans. Le volet « terroir » occupera une place toute particulière. Concours agricole et cooking show spécial « produits fermiers » sont d’ores et déjà annoncés. Pays de Montbéliard Agglomération s’associera bien sûr comme il se doit à cette manifestation. █

de l’aérodrome courcellois, a passé les commandes à Michel Saulnier lors d’une réunion du comité syndical. Cadre à PMA, Michel Saulnier a déjà déterminé un certain nombre d’axes de travail, sous l’autorité du syndicat qui gère l’aérodrome, présidé par Jacques Hélias. Il sera accompagné dans sa tâche d’une équipe motivée. À l’intention des usagers, on notera que les tarifs et les taxes de l’aérodrome restent inchangés en 2014. █

©©Renaud Ruhlmann

Afin d’accompagner au mieux les modifications de la collecte des ordures ménagères, le calendrier des collectes change de formule. Plus pratique, plus simple, plus fonctionnel, il sera édité par commune. Les familles le trouveront dans leur boîte aux lettres courant décembre. En un clin d’œil, l’usager aura accès à l’ensemble des informations nécessaires à la collecte des déchets ménagers : nombre et jour de collecte immédiatement identifiables, point recyclage le plus proche, infos pratiques sur la collecte des déchets verts et des encombrants, emplacements et contacts des déchèteries fixes et mobile et rappel du numéro vert gratuit en cas de doute. █

©©Claude Nardin

Un calendrier des collectes nouvelle formule

PUISSANCE 29 – N°100 DÉCEMBRE 2013 / 5


ÉVÉNEMENT I REPÈRES I

DOSSIER I SERVICES I EN IMAGES I ÉCONOMIE I ÉCO-AGGLO I TRIBUNE I PORTRAIT I CULTURE I LOISIRS I SPORT I COMMUNE I ENSEMBLE I REFLETS I

Le bénévolat, ou comment mettre sa bonne volonté au service des autres

©©Simon Daval

LA CHALEUR

6 / PUISSANCE 29 - N°100 DÉCEMBRE 2013


DOSSIER

À LA UNE 07-09 ENGAGEMENT - BÉNÉVOLAT 08-09 ENGAGEMENT ASSOCIATIF > Téléthon : une équipe en or

©©Simon Daval

> La chaleur même en hiver

08

Fédération du bénévolat, une mine d’infos > Le collectif M’Ani&Fest

10-11 ENGAGEMENT PERSONNEL ©©Stéphanie Durbic

> Paroles de bénévoles > Famille de bénévoles

Engagement – bénévolat

MÊME EN HIVER Le monde associatif, qui améliore la vie dans tous les domaines s’appuie sur le bénévolat. Dans le seul Pays de Montbéliard, des milliers de personnes désintéressées consacrent de leur temps aux autres. Notre qualité de vie y gagne beaucoup, pour nos loisirs, tous types confondus, mais également en termes de lien social et de solidarité. La période des fêtes de fin d’année, propice aux gestes de générosité, permet de mieux s’en rendre compte. Le présent dossier rend hommage à ces nombreux bénévoles, sans qui la société se porterait moins bien.

09

Culture, sports, loisirs, santé, environnement, économie, solidarité, éducation… Les domaines concern��s par le bénévolat et la vie associative sont infinis. Ainsi que le fait remarquer Paul Mumbach, président national de la FFBA, Fédération française du bénévolat associatif, « pour 1€ apporté au monde associatif, celui-ci produit 3 € en retour, en termes d’animation et de cohésion sociale, que la collectivité n’a pas besoin d’investir. »

Des actions tous azimuts

Étymologiquement, bénévole dérive du latin benevolus, bienveillant, qui veut le bien. Il faut bien entendu distinguer le bénévolat formel du bénévolat informel. Le second s’exerce entre amis ou voisins, sous forme de coups de main. Lorsqu’il est formel, le bénévolat s’apparente à un engagement volontaire au sein d’une structure pour mener à À côté des grandes associations, acteurs bien une activité non salariée, c’est-à-dire non rééconomiques importants dans des domaines tribuée et non soumise à un lien de subordination. comme l’aide sociale ou la santé, qui emploient Les bénévoles agissent de nombreux salariés, la donc sans obligation et France compte quelque gratuitement. 1 300 000 PMA, petites LE BÉNÉVOLAT L’importance relative et moyennes associations - à ne pas confondre REPRÉSENTE 14 MILLIONS des principaux domaines d’action associatifs reavec Pays de Montbéliard DE PERSONNES DONT censés par la FFBA au Agglomération ! Animées 4,5 BÉNÉVOLES niveau national - sports, par une foule de béné29% ; culture et loisirs, voles - des enquêtes réRÉGULIERS ” 28% ; action sociale, centes évoquent « 14 milsanté et humanitaire, lions de personnes » 23% ; défense des droits, 10% ; économie et dévedont « 4,5 millions de bénévoles réguliers » -, loppement local, 4% ; éducation et formation, 4% ces structures sans but lucratif assurent 85% de - correspond sensiblement aux équilibres locaux. l’activité associative et remplissent un rôle majeur La fédération, qui s’inquiète du vieillissement des en termes de lien social. Mobilisatrices d’énergie, cadres associatifs sans toutefois constater une elles constituent en effet un véritable ciment pour baisse de l’engagement bénévole, vient de concocla société. Ce qui est vrai au niveau national vaut ter un livre blanc afin d’alerter les autorités sur pour l’agglomération. Le seul Pays de Montbéliard le sujet. Elle y fait notamment des propositions compte en effet plus de 1 500 de ces structures, destinées à pérenniser l’action du monde associaportées par des milliers de bénévoles.

PUISSANCE 29 – N°100 DÉCEMBRE 2013 / 7


ÉVÉNEMENT I REPÈRES I

DOSSIER I SERVICES I EN IMAGES I ÉCONOMIE I ÉCO-AGGLO I TRIBUNE I PORTRAIT I CULTURE I LOISIRS I SPORT I COMMUNE I ENSEMBLE I REFLETS I

tif : formation des cadres bénévoles, organisation de forums à l’échelon local, mise en réseau des acteurs associatifs, création d’un annuaire des associations, information scolaire sur le bénévolat, assurance obligatoire des bénévoles…

L’envie d’agir Le déclic qui mène au bénévolat peut être lié à une passion ou à un intérêt personnel, mais aussi à des rencontres. La pratique d’un sport ou d’un loisir, le goût pour une forme d’expression culturelle, le fait de côtoyer des personnes en difficulté, l’envie de mener ensemble des projets servent de catalyseurs. Une part de désintéressement et de générosité entre forcément en jeu, car devenir

bénévole implique de s’investir dans une activité au profit des autres. Passé le premier engouement, le travail mené collectivement apporte une satisfaction personnelle. Au contact d’autres personnalités, d’autres générations, on s’ouvre et on s’accomplit. Au-delà de l’action sur le terrain et selon le temps dont on dispose, on peut se découvrir un goût pour l’organisation. C’est alors que l’on choisit de se diriger vers l’encadrement associatif, une démarche parfois ardue mais toujours passionnante, certes généralement chronophage. Pour autant, tous les interlocuteurs que nous avons rencontrés avouent s’épanouir à travers leur investissement désintéressé. Au profit de la société tout entière. █

Les 6 et 7 décembre a lieu dans toute la France la Son co-équipier, Jean-Claude Todeschini, respon27ème édition du Téléthon. « La manifestation doit sable du secteur de Montbéliard, est bénévole pour le Téléthon depuis douze ans. « C’est une cause qui permettre de poursuivre les engagements de l’assome tient à cœur et j’aime le côté relationnel : on ciation pris dès 1958 : guérir et aider les malades et rencontre les gens en amont, pendant le Téléthon leurs familles », explique Robert Petiteau, coordinaet aussi en janvier avec ‘’ Téléthon merci ’’ », souteur de l’AFM Téléthon Doubs-Vallée. Dans le Pays de Montbéliard, quatre « équipiers » sont mobilisés ligne l’équipier, rappelant que la manifestation ne sur le terrain depuis des mois pour que tout soit se résume pas aux 30h de direct dans l’année. L’enprêt le jour gouement de J. «  Nous Jean-Claude Todeschini sommes les LES COMMERÇANTS DU MARCHÉ DE NOËL MOBILISÉS est resté interméOn se souvient des oranges vendues un euro l’an passé dans intact mais il les allées du marché de Noël. 20 000 agrumes s’étaient écoulés en diaires entre n’en va pas quelques jours. Cette année, les commerçants du marché de Noël se l’AFM et les de même mobilisent. Les 6, 7, et 8 décembre, ils proposeront des sacs vendus organisap o u r to u s un euro aux clients. 3 000 sachets doivent partir. L’intégralité des teurs : écoles, les organisabénéfices sera reversée au Téléthon. N’hésitez plus ! mairies, teurs. « Au fil associations, comités des du temps, il y fêtes… », explique Claudine Tavignot, équipière à a un effritement. Nous essayons toujours de trouValentigney. L’ancienne directrice de l’école Saintver de nouveaux partenaires, de nouveaux bénéMaimbœuf s’investit depuis un an dans cette misvoles, de lutter contre l’essoufflement », expliquesion. « J’ai moi-même organisé le Téléthon pendant t-il. « Une fois que les gens sont sur le terrain, ça plus de dix ans à l’école et j’avais envie de continuer fonctionne à merveille. Les gens sont contents de à m’investir d’une autre manière », explique-t-elle. participer », a-t-il plaisir à constater.

©© Denis Bretey - Ville de Montbéliard

TÉLÉTHON :UNE ÉQUIPE EN OR 271 000 euros, 116 manifestations en 2012

L’an passé, dans le secteur Doubs Vallée, 271 000 euros ont été récoltés pour 116 manifestations de terrain. « Entre 200 et 300 bénévoles se sont mobilisés dans l’agglomération et toutes les communes ont participé », se félicite Robert Petiteau. Cette année, une fois de plus, l’ensemble des communes seront à pied d’œuvre pour récolter des fonds. Des jeux, des repas, des concerts sont organisés à Badevel, Blamont, Fesches-le-Châtel, Mandeure, Seloncourt, Audincourt, Sochaux, Taillecourt, Voujeaucourt et Exincourt. À Montbéliard, Kry’s Florian fera chanter le public du théâtre le 8 décembre. Un thé dansant est organisé à la Roselière le 19. █ Une carte des manifestations, régulièrement mise à jour, est disponible sur le site de la coordination du secteur Doubs Vallée coordination25v.telethon.fr

FÉDÉRATION DU BÉNÉVOLAT, UNE MINE D’INFOS

départementales, elle gère un fichier de 700 000 associations. Son centre de formalités apporte des informations juridiques, fiscales et comptables, met à disposition des modèles et formulaires divers, dispose d’accords particuliers avec des avocats spécialisés…

La FFBA, Fédération française du bénévolat associatif, dont le siège national est dans le Grand Est, regroupe plus de 15 000 petites et moyennes associations à but non lucratif, œuvrant dans pas moins de 150 domaines : culture, loisirs, humanitaire, sports… Reconnue d’utilité publique depuis 2002, elle constitue une mine d’informations pour tout ce qui touche au bénévolat, à l’organisation et au fonctionnement quotidien des associations. En échange d’une cotisation modique - 36€ pour les moins de 50 adhérents, 56€ au-delà, gratuité la 1ère année pour les associations de moins d’un an -, la FFBA assure notamment la responsabilité civile individuelle de 3 à 10 des dirigeants des structures adhérentes. Organisée en unions régionales et

Les protocoles conclus avec la SACEM, pour la musique, et la SACD, pour le théâtre, permettent aux adhérents de la Fédération de bénéficier d’une réduction de 12,5% sur les tarifs généraux de la première et de 31% sur ceux de la seconde. Bien d’autres services utiles au fonctionnement associatif figurent sur le site internet de la FFBA : assurances/manifestations, Licence Bénévole, mise en contact associations/bénévoles, gestion des salariés, formations et stages, rôle de médiateur vis-à-vis des organismes sociaux… █

8 / PUISSANCE 29 - N°100 DÉCEMBRE 2013

De multiples avantages

FFBA : 4 rue des Castors, 68 200 Mulhouse, 03 89 43 36 44, www.benevolat.org


DOSSIER

MANIFESTEMENT CONVIVIAL ! Rebaptisé « Collectif M’Ani&Fest », il y a deux ans, le Comité des fêtes de Montbéliard affiche sa modernité.

Difficile de valoriser, en 6 pages, les milliers de bénévoles du Pays de Montbéliard qui se donnent sans compter dans les associations locales... Les témoignages retenus, l’ont été par la rédaction de manière inévitablement subjective.

©© Simon Daval

Saveurs partagées… À Audincourt, dans la salle des Croq’raves, une cinquantaine d’adhérents d’À la Table des saveurs se réunissent autour d’un déjeuner concocté chaque vendredi par une association différente. Chargée de mission de la Table et bénévole dans plusieurs associations, Stéphanie Caille constate la réussite du restaurant solidaire initié en 2011 par Ersin Arslan, présidé par Liliane Dangel et soutenu par la Ville d’Audincourt et PMA : « Le prix du repas est de 3, 7 ou 9€, selon les ressources de chacun. Des personnes à revenus modestes ou en situation difficile sortent ainsi de leur isolement. Les uns aident à mettre la table, à faire la vaisselle, tous partagent des bouts de vie et leurs savoirs… » Véritable atelier culinaire, la Table apprend à mieux gérer son budget pour s’alimenter, à préparer des repas équilibrés. C’est surtout l’occasion de créer du lien tout en découvrant la richesse de la vie associative. Sur 200 adhérents, la moitié sont audincourtois, les autres viennent de plus loin, du Pays de Montbéliard ou de communes voisines. Quant au coût d’adhésion, il est modeste : 1 ou 5€ ! █ À la Table des saveurs, tél. 09 52 77 18 57

Collectif M’Ani&Fest, 03 81 91 86 26, www.festivaldesmomes.fr

RAVITAILLER LES PLUS DÉMUNIS

©© Simon Daval

Les 150 bénévoles du Collectif M’Ani&Fest consacrent de 6 000 à 7 000 heures dans chacun des évènements phares organisés par l’association : carnaval, Festival des mômes et stands de vin chaud au marché de Noël. À leur côté, « trois salariés, dans un souci de professionnalisation et pour préparer nos actions en amont », précise le président Alain Boutonnet. Créée dans les années 60, l’association a pris un tournant plus culturel et éducatif avec la création du Festival des mômes en 2 000. « Nous contribuons à l’animation du territoire et donnons un coup de main aux autres associations, locales ou extérieures, comme les Paralysés de France lorsqu’ils organisent leur congrès dans l’agglomération » , explique Alain Boutonnet. Les bénévoles comptent un nombre important de retraités, « parce qu’ils disposent de plus de temps, estime le président. Mais, grâce au Festival des mômes, une trentaine de jeunes s’investissent chaque été. Ce sang neuf renforce notre dynamisme. » La motivation de ces personnes, de toutes origines sociales et de tous âges ? « L’envie

de s’impliquer, le plaisir de se retrouver et de monter des projets dans un esprit convivial. Au Collectif M’Ani&Fest, tout le monde est bienvenu ! » Retrouvez ces bénévoles autour des trois stands de vin chaud ou lors des trois soirées festives du marché de Noël.

L’antenne de Montbéliard de la Banque alimentaire existe depuis 1996. Elle fonctionne avec 30 à 35 bénévoles, qui collectent et transportent les denrées, les gèrent et les redistribuent en accord avec une trentaine d’associations partenaires dans l’Aire urbaine. Les denrées fraiches, soit 50% des 400 tonnes collectées annuellement, sont récupérées quotidiennement, du lundi au samedi, auprès d’une quinzaine de magasins à l’aide de deux camions frigorifiques. S’y ajoutent 20% d’aliments fournis par l’Union Européenne, 15% de produits non périssables collectés auprès du public le dernier weekend de novembre - les 29 et 30 cette année - et des dons de producteurs. PierreMarie Lerche, responsable et seul permanent de l’antenne, évoque « 800 000 repas redistribués chaque année à des bénéficiaires confrontés à la pauvreté. » Saluant la générosité de tous les bénévoles, il souhaite que les rejoignent « des personnes capables d’assurer des missions d’hygiène, de secrétariat, ainsi que la gestion informatisée des stocks. » Avis à ceux qui se sentent une âme de bénévole… █ Antenne de Montbéliard de la Banque alimentaire, 03 81 32 16 32, www.ba25.org

PUISSANCE 29 – N°100 DÉCEMBRE 2013 / 9


ÉVÉNEMENT I REPÈRES I

DOSSIER I SERVICES I EN IMAGES I ÉCONOMIE I ÉCO-AGGLO I TRIBUNE I PORTRAIT I CULTURE I LOISIRS I SPORT I COMMUNE I ENSEMBLE I REFLETS I

Paroles DE BÉNÉVOLES

www.alalueurdescontes.fr

Sarah et Laurent, les concerts dans la peau

©©Samuel Coulon

Françoise Teifreto-Vernier, vous êtes présidente d’honneur de la compagnie À la Lueur des Contes, comment êtes-vous devenue bénévole ? « Je suis devenue bénévole par passion et par goût ! Dès 1974, j’étais impliquée dans la création du Centre social de Valentigney. En 1989, je me suis investie dans la création de quatre contes opéras - couronnés « Meilleur projet jeunes de l’Hexagone » - , avec des enfants et des artistes, dont Mapie Caburet. En 2001, nous avons créé ensemble la compagnie À la Lueur des Contes, privilégiant le conte à voix nue, dans une démarche perfectionniste. Nous assurons la création et la diffusion de spectacles, organisons des balades contées, programmons Le 29 ça conte, tous les 29 de chaque mois dans une de nos 29 communes…» Et pourquoi ? « Pour valoriser la culture auprès d’enfants et d’adultes d’horizons très différents, afin de nous rencontrer, pour ne pas rester entre soi !». Quel vœu formez-vous pour 2014 ? «Toucher un public encore plus large et poursuivre l’ouverture des uns vers les autres.»

©©Stéphanie Durbic

Françoise, fan de littérature orale

Daniel, médaillé Jeunesse et sports

©©Samuel Coulon

Daniel Viault, comment passe-t-on du statut d’athlète à celui de bénévole ? « J’ai été international d’athlétisme, en décathlon, jusqu’en 1966, lorsqu’un accident m’a forcé à arrêter. Trois ans plus tard, incité par un ami professeur de sport, j’ai rejoint l’encadrement des jeunes au MBA, à Bethoncourt, d’abord dans la section handball, puis en athlétisme, en 1974. Aujourd’hui, après quelque 40 ans de bénévolat et deux médailles Jeunesse et sports, je me « contente » de m’occuper de la partie administrative de la section de Bethoncourt. » Et pourquoi ? « Quand on est accro à un sport, on le reste. Même si c’est très différent d’être athlète et d’être animateur : il faut acquérir la pédagogie, sur le tas et à travers des stages. Et comme il y a de nombreux déplacements le week-end, le soutien de mon épouse Monique, elle-même ancienne internationale de saut en hauteur, a beaucoup joué. » Quel vœu formez-vous pour 2014 ? « Que le club conserve ses bons résultats grâce à ses jeunes entraîneurs, il en a le potentiel ! »

Sarah Borne et Laurent Khoudja (dit « Khoudj ��), vous faites partie de la nouvelle génération. Comment êtes-vous devenus bénévoles ? Sarah : « C’est après avoir fait des photographies pour les Eurockéennes et le festival Génériq en 2010 que j’ai voulu faire partie de cette équipe. J’ai contacté le chargé de communication de l’époque suite à l’article dans les programmes tri-

Yves, tombé dans la musique à 4 ans !

10 / PUISSANCE 29 - N°100 DÉCEMBRE 2013

©©Samuel Coulon

www.mba.athle.com


DOSSIER

www.lemoloco.com

Yves Denariaz, vous êtes président de l’Harmonie municipale de Montbéliard, naît-on bénévole ? « Tout ce que je peux dire, c’est que c’est profondément ancré dans ma nature, j’aime bien donner ! Et comme la musique est un trait de ma personnalité - j’ai commencé le violon à 4 ans avant de passer à la clarinette à 12 -, j’arrive à réunir ces deux composantes de mon caractère au sein et au profit de l’Harmonie municipale… » Quelle satisfaction en retire-t-on ? « S’investir ainsi permet de sortir de chez soi, de retrouver des gens. J’éprouve le même plaisir lorsque je préside aux destinées de l’Harmonie, depuis trente années, ou que je participe aux cinq autres associations dont je suis membre. Je m’inscris dans une histoire collective qui permet de donner vie à des projets. » Quel vœu formez-vous pour 2014 ? « L’Harmonie aura 140 ans en 2014, alors je souhaite matérialiser cet anniversaire à travers des concerts exceptionnels et contribuer ainsi à la pérennité de l’orchestre. »

Familles DE BÉNÉVOLES

L’esprit associatif, une histoire de gènes ? De Didier Wiedmann, président du Moto-club de Vandoncourt, on peut dire qu’il se sent aussi à l’aise dans le bénévolat qu’un poisson dans l’eau, tout comme son épouse Catherine. D’évidence séduits par l’exemple parental, leurs enfants Brice, Adrien et Chloé n’ont pas tardé à poursuivre la sympathique tradition familiale. Lorsqu’il évoque son goût pour le bénévolat, Didier Wiedmann parle volontiers de Jean-Pierre Maillard-Salin. Celui-ci, dès 1971, sut créer une dynamique associative dans le village dont il était maire. Aujourd’hui, De gauche à droite : Didier, son épouse Catherine, l’USV, l’Union des sociétés et leurs enfants Chloé, Adrien et Brice de Vandoncourt fédère quelque 25 associations les dix ans du club, l’été prochain, il va sillonner pour 800  habitants, avec à son actif la Fête l’Ouest américain. des saveurs et la Balade gourmande annuelles ! Grâce au mouvement associatif local, Catherine « L’action collective, l’esprit de partage et de Héraud, l’épouse vendéenne de Didier, s’est tout solidarité sont comme une évidence dans notre de suite sentie bien dans le village. « Elle a village, explique le président du Moto-club de longtemps été présidente du club vacances qui Vandoncourt, ils font partie du quotidien de tous s’occupe des enfants pendant les congés scolaires, les habitants. Chacun, à un titre ou à un autre, est explique son mari, et nous continuons de donner impliqué dans une association. » Didier souligne des coups de main, notamment au moment des également l’influence de ses parents : sa mère repas, tout comme lors de la Fête des saveurs. » Wlady faisait partie du bureau d’aide sociale alors que son père Lucien jouait dans la fanfare. Le fruit Nouvelle génération n’est donc pas tombé loin de l’arbre ! Après les grands-parents et parents, passons à la troisième génération. Brice, l’aîné des Wiedmann Convivial et ambitieux a été président du foyer des jeunes, qui occupe À propos du Moto-club, Didier parle « du plaisir l’étage au-dessus de la salle des fêtes du village. de se retrouver entre amis, une quarantaine de C’est aujourd’hui son frère Adrien, étudiant par passionnés, pour la plupart de Vandoncourt. On ailleurs, qui assure la fonction, alors que sa sœur part pour la journée, un weekend, ou encore à Chloé siège déjà au comité. Après avoir profité l’occasion du pont de l’Ascension. Depuis dix ans, eux-mêmes des loisirs proposés par la structure, on a exploré les gorges du Verdon, de l’Ardèche ils s’impliquent au service des jeunes du village, et du Tarn, le Périgord, le lac de Garde, le Hautmaintenant un lien fort entre les générations qui Jura et même le Tyrol autrichien. On se fixe un se succèdent. thème architectural, paysager ou gastronomique, explique-t-il, comme la ligne Maginot en Alsace, les lacs suisses… On se retrouve à 20 ou 30 pour Union des sociétés de Vandoncourt : partager ces découvertes. » Convivial, le groupe vandoncourt.fr - rubrique Associations n’en est pas moins ambitieux : pour célébrer

www.harmonie-montbeliard.com

PUISSANCE 29 – N°100 DÉCEMBRE 2013² / 11

©©DR

mestriels.» Khoudj : « Je suis bénévole depuis plus de sept ans à la Poudrière à Belfort et comme j’ai déménagé à Montbéliard, je me suis rapproché du Moloco pour y être bénévole. » Et pourquoi ? Sarah : « J’étais curieuse de découvrir le côté caché des concerts, ce dont on ne se soucie pas forcément lorsqu’on va voir les artistes en représentation, mais aussi la rencontre avec d’autres gens, d’autres univers. » Khoudj : « Je connais l’équipe depuis de très nombreuses années. En plus, comme je n’ai plus le temps de jouer de musique et que je vais voir beaucoup de concerts (1 à 3 par semaines depuis plus de 20 ans) c’était un moyen de rester proche du milieu du spectacle. Je continue à aller faire du bénévolat à la Poudrière, mais ça me fait loin maintenant, le temps me manque car j’ai beaucoup de travail pour mes études et ça me fait des frais de déplacement pour mon petit budget. » Quel vœu formez-vous pour 2014 ? Sarah : « Une équipe agrandie et un public plus large. Et que tout ça continue dans cette lignée. » Khoudj : « Que la seconde année soit encore meilleure que la première, qui était déjà excellente ! Un peu plus de métal (avec Impetus je serais servi) et plus de Keep the Faith. »


ÉVÉNEMENT I REPÈRES I DOSSIER I

SERVICES I EN IMAGES I ÉCONOMIE I ÉCO-AGGLO I TRIBUNE I PORTRAIT I CULTURE I LOISIRS I SPORT I COMMUNE I ENSEMBLE I REFLETS I

Gestion de l’eau : l’agglo reprend les choses en main C’est le 15 novembre que les élus du conseil communautaire de Pays de Montbéliard Agglomération avaient à se prononcer sur la manière dont les services publics de distribution d’eau et d’assainissement devront être gérés à compter du 4 février 2015. On se souvient en effet (lire à ce propos l’article en page 12 du n°98 de Puissance 29) qu’une décision de justice, rendue en 2009 dans une affaire opposant une commune au gestionnaire privé de son réseau d’eau, rend désormais impossible, par principe, la poursuite du contrat au-delà de cette date. L’agglomération montbéliardaise, à laquelle cette jurisprudence est directement applicable, est ainsi contrainte, légalement, de mettre un terme à sa relation avec son prestataire Veolia, à qui elle avait confié, il y a vingt ans, la gestion de l’eau et de l’assainissement sur son territoire. Le débat portait donc sur le choix du dispositif selon lequel les services publics de distribution d’eau et d’assainissement devront être gérés à partir de cette date. Les élus

ont étudié toutes les possibilités, du mode de gestion le plus externalisé à celui le plus internalisé. Le système de « délégation de service public », retenu jusqu’alors, et de gestion en régie (par les propres services de l’agglomération) ont été plus précisément examinés. Il ressortait des analyses économiques et financières effectuées que la régie dite « à simple autonomie financière » semble être le mode de gestion le plus adapté aux spécificités des services d’eau potable et d’assainissement collectif de Pays Montbéliard Agglomération. Le conseil a confirmé cette option en votant à une large majorité le passage en régie qui permet notamment un contrôle accru des coûts et donc de la facturation. Les services de Pays de Montbéliard Agglomération n’auront donc pas trop de l’année 2014 pour se préparer à ce nouveau défi. Puissance 29 vous informera bien évidemment le moment venu des changements éventuels. █

©© Simon Daval

Depuis vingt ans, la gestion de l’eau était confiée à Véolia, aujourd’hui l’agglomération s’est prononcée en faveur du retour en régie.

Faurecia Beaulieu-Mandeure : un nouveau visage Les bâtiments vétustes et inutilisables du site de Faurecia-Beaulieu à Mandeure ont fait place nette à une belle entrée de ville dégagée. Le site dispose désormais d’un parking de 80 places bientôt complété d’un parking relais Caden’cité. Outre ses qualités esthétiques et pratiques, le site retrouve ce mois-ci une activité économique avec l’arrivée de l’entreprise Envie 2E, spécialisée dans la collecte, le démantèlement et la dépollution des D3E (déchets électriques, électroniques et électroménagers). La SARL, basée à Fesches-le-Châtel, va déménager d’ici la fin du mois dans 3 000 m2 d’anciens ateliers et de bureaux. « L’ancien local, où nous étions locataires, ne comportait pas de quais pour réceptionner les déchets, ce qui

12 / PUISSANCE 29 - N°100 DÉCEMBRE 2013

©© Simon Daval

Après plusieurs mois de travaux, le site de Faurecia-Beaulieu à Mandeure a bien changé.

La réhébilitation du site devrait permettre une recette d’environ un million d’euros pour PMA

constituait un gros handicap. Travailler au hayon coûte cher et prend du temps » , explique Philippe Chovet, responsable d’exploitation, qui attendait avec impatience ce déménagement. Sur le site de Beaulieu-Mandeure, les trente postes créés depuis 2007 en CDDI (contrats à durée déterminée d’insertion) vont maintenir leur activité principale : collecter, trier et désassembler les D3E pour les réorienter vers une filière homologuée par l’État. Mais l’entreprise espère aussi développer une nouvelle activité : le désassemblage et le traitement des déchets plastique ou bois pour des entreprises des secteurs tertiaire et secondaire. Très bientôt, Envie 2E pourrait être rejointe par d’autres acteurs économiques dans les espaces libres restants. « La requalification du site passe par le maintien d’une activité économique », rappelle Nicolas Pasquié, chef de projet à PMA « et le site va encore évoluer ». █


SERVICES

Avec plusieurs dates prévues sur le Pays de Montbéliard, la maison de projet itinérante de Caden’cité sera présente à de nombreux endroits de l’agglomération en décembre. Afin de pouvoir couvrir le territoire et informer sur le projet le plus largement possible, l’Airstream® sera visible notamment les samedi 30 novembre et dimanche 1er décembre à l’Axone à l’occasion de l’Arbre de Noël de PSA-Sochaux ou le mercredi 4 décembre au Stade Bonal lors d’une rencontre de Ligue 1 contre Reims. Et pas besoin de réserver sa place ! La porte restera grande ouverte

pour répondre à toutes vos questions sur le projet. Toutes les dates sont disponibles sur le site de l’agglomération, à la rubrique Caden’cité, onglet « la maison du projet ». █

Dans la dernière édition de Puissance 29, nous vous informions que le projet Caden’cité était en route vers la déclaration d’utilité publique. C’est chose faite. La préfecture du Doubs a pris l’arrêté correspondant.

La maison du projet s’apprête à faire de nombreuses escales en décembre ©© Guillaume Frey

Airstream® Caden’cité : début de tournée

DES SOLUTIONS POUR FAIRE BAISSER LES PRIX Du 27 au 29 novembre derniers ont eu lieu les 24èmes Rencontres nationales du transport public à Bordeaux. Ce rendez-vous incontournable du transport en commun en France a été l’occasion de débattre des grands enjeux de la mobilité de demain, et en particulier de l’équilibre économique du secteur face aux défis du report modal (autrement dit, le report des usagers de la route d’un mode de transport à un autre : de la voiture au train, du bus au vélo, etc.). Ces rencontres auront permis de nouer des contacts commerciaux et institutionnels utiles dans le cadre du projet Caden’cité, notamment avec les élus et techniciens d’autres agglomérations, en vue de la constitution d’un groupement de commande de matériel roulant. Cette éventuelle association permettrait d’acheter un grand volume de bus réduisant ainsi le coût unitaire de chaque véhicule. Cela accrédite l’axiome du battement du papillon, puisqu’une table-ronde à Bordeaux peut déboucher sur des économies à Montbéliard. █

Avec le réaménagement de 30 km de voies ou la construction de quatre ouvrages d’arts majeurs sur le tracé, le projet de transport à haut niveau de service Caden’cité aura naturellement un effet sur son environnement proche, que ce soit pendant ou après la phase de travaux. Afin de minimiser au maximum cet effet, de nombreuses démarches ont été entreprises, dont certaines ont abouti au cours des derniers mois. La pie-grièche écorcheur, espèce protégée d’oiseau gris-brun, qui niche aujourd’hui sur la zone des Gros-Pierrons, s’est vu attribuer plusieurs hectares de terrain (deux par couple de pies) entre son habitat actuel et la commune de Mathay, solution validée par la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement de Franche-Comté. █

©© Guillaume Frey

LA PIE-GRIÈCHE ÉCORCHEUR S’EN EST ALLÉE POUR MIEUX REVENIR

PUISSANCE 29 – N°100 DÉCEMBRE 2013 / 13


ÉVÉNEMENT I REPÈRES I DOSSIER I SERVICES I

EN IMAGES I ÉCONOMIE I ÉCO-AGGLO I TRIBUNE I PORTRAIT I CULTURE I LOISIRS I SPORT I COMMUNE I ENSEMBLE I REFLETS I

NOUVELLES TECHNOL

MONTBÉLIARD

28-31 octobre – La quatrième conf intérieure se tient dans le Pays de M venus de 38 pays se réunissent pou thématique sur laquelle les cherche

SPECTACLE

©©Samuel Coulon

9 novembre – Le Conservatoire du Pays de Montbéliard inaugure sa saison autour du thème « Mythologies et légendes des siècles » avec la représentation du concert « Le temps des Balkans ». Groupe en résidence, Aksak accompagne professeurs et élèves pour faire voyager vers l’Est un Jules-Verne comblé d’enchantement.

PRO D’UN JOUR

LE FCSM PRÉPA RELÈVE ?

24 octobre – La sixième saison de « dans cinq communes de l’Aggloméra de Valentigney, les deux Sébastien, prêtent au jeu des ateliers et dédica 250 jeunes supporters qui touchent

14 / PUISSANCE 29 - N°100 DÉCEMBRE 2013

©©Simon Daval

©©Simon Daval

©©Simon Daval

©©John Darboux

ENTRÉE EN SCÈNE SUR RYTHMES BALKANIQUES


EN IMAGES

DAMASSINE

LOGIES

D SUCCÈDE À SYDNEY

20 octobre – Les quatrièmes portes ouvertes de la Damassine ont une nouvelle fois pris rendezvous avec le succès. Outre les visites guidées de l’éco-construction, petits et grands profitent des nombreuses animations consacrées à l’environnement au travers d’ateliers ludiques ou des expositions plus techniques.

©©Florian Roy - Lorius

©©Simon Daval

férence internationale sur la géolocalisation en Montbéliard. Près de 300 spécialistes de la question ur partager et confronter leurs recherches. Une eurs montbéliardais travaillent depuis plus de dix ans.

PORTES OUVERTES SUR L’ÉNERGIE

PARE SA

« Pro d’un Jour » fait étape ation. Au stade des Longines Roudet (photo) et Corchia se aces. Au total, ce sont plus de t leur rêve du bout du pied.

©©Samuel Coulon

ARS NUMERICA

VISITES NOCTURNES

UN JEUDI SOIR ENTRE ÉTUDIANTS 25 octobre – Invités à découvrir quelques places fortes culturelles de l’agglomération, près de 400 étudiants franccomtois intègrent la quatrième « Nocturne étudiante ». Au programme cette année : la visite du musée du château, le pavillon des sciences et le CRAC, avant une soirée festive au Moloco.

MA SCÈNE NATIONALE CONNECTE LES INNOVATIONS ARTISTIQUES AUX CULTURES NUMÉRIQUES 6 novembre – Jeux vidéos de la première heure ou plongée dans la réalité augmentée, le dialogue entre le classique et le futuriste est l’enjeu de la deuxième édition du festival Ars Numerica, à l’image de Montagne 42, création de Florent Trochel qui fusionne théâtre et vidéo.

PUISSANCE 29 – N°100 DÉCEMBRE 2013 / 15


événement i repères i dossier i services i en images i

16 / Puissance 29 - N°100 décembre 2013

économie i éco-agglo i tribune i portrait i culture i loisirs i sport i commune i ensemble i reflets i


économie

Puissance 29 – N°100 décembre 2013 / 17


ÉVÉNEMENT I REPÈRES I DOSSIER I SERVICES I EN IMAGES I ÉCONOMIE I

INSERTION I TRIBUNE I PORTRAIT I CULTURE I LOISIRS I SPORT I COMMUNE I ENSEMBLE I REFLETS I

FER Ensemble propose des contrats d’insertion associés à un accompagnement socioprofessionnel individualisé.

©©Daniel Nowak

Sochaux : Fer’ensemble passe au lavage Depuis 2008, Fer’ensemble repasse le linge des particuliers, magasins, restaurants et collectivités. Parmi les habitués : PSA, Décathlon et les résidents de l’ensemble des foyers AMAT de l’agglo. À partir de ce mois-ci, l’association sochalienne développe un service supplémentaire de laverie. Quatre personnes inscrites à Pôle emploi, bénéficiaires du RSA, travaillent sur ce nouveau chantier d’insertion, ce qui porte à treize le nombre de contractuels au total. La demande pour ces postes est particulièrement forte : « Il y a une liste d’attente de cinquante personnes », constate Dominique Linozzi, encadrante technique des chantiers. Du côté des clients aussi, les besoins sont importants. Auparavant, l’association s’était déjà équipée d’une machine à laver pour les pen-

sionnaires de l’AMAT « mais ça ne suffisait plus », explique l’encadrante. Grâce au soutien de ses partenaires, Fer’ensemble peut désormais compter sur une machine de 13kg, deux machines de 9kg, un sèchelinge, une calendreuse sécheuse, une table pour le linge plat et une table à détacher. « Nous ne faisons pas le nettoyage à sec, mais nous avons un partenariat avec le pressing de l’Isle sur le Doubs qui s’installe à Audincourt. Nos clients ont un tarif préférentiel », précise Dominique Linozzi. La laverie a déjà des clients : les clubs de foot, de basket et de handball de Bavans. Les particuliers peuvent aussi bénéficier du service : « Comme pour le repassage, il faut compter 48h de délai », annonce Dominique Linozzi. Rapide, efficace et solidaire. █

Bavans : un garage solidaire pour réparer son vélo

18 / PUISSANCE 29 - N°100 DÉCEMBRE 2013

Romain Carrier. Mais ce n’est pas tout : ce garage pas comme les autres débarrasse les usagers de leurs vieux vélos et récupère les pièces encore viables. « Le reste est envoyé au recy-

clage », précise le référent. Les pièces remises à neuf sont ensuite vendues aux adhérents à des tarifs préférentiels. Tout pour pédaler sans se ruiner sur la voie verte et l’Eurovélo 6 ! █

Julien (à gauche sur la photo), service civique et des bénévoles donnent une nouvelle vie à vos vieux vélos.

©©Simon Daval

L’atelier de réparation de vélos a pris ses quartiers au centre social de Bavans depuis la rentrée. Mais si tout se passe comme prévu, c’est ce mois-ci qu’il investira un conteneur maritime non loin de l’école Champerriet. La grosse boîte métallique de trois mètres par six a été repeinte, décabossée et isolée par de jeunes bénévoles. « Toutes nos idées sont issues d’un comité de pilotage composé de plusieurs partenaires : la mission locale, la commune de Bavans et Pays de Montbéliard Agglomération. On parle d’un projet d’habitants pour les habitants », insiste Romain Carrier, référent des actions solidaires de la Maison pour tous. C’est désormais dans ce conteneur que des bénévoles et un service civique, Julien, âgé de 21 ans, vont redonner une nouvelle vie aux cycles. « Le but est de mettre en place un lieu de vie autour de la pratique du vélo, de les réparer et de les entretenir en impliquant leurs propriétaires », explique Romain. Avec l’aide de Julien, les cyclistes apprendront toutes les techniques pour éviter les crevaisons, réparer un pédalier ou resserrer des freins. Ou comment « devenir autonome et pratiquer dans les meilleures conditions possibles », résume


ÉVÉNEMENT I REPÈRES I DOSSIER I SERVICES I EN IMAGES I ÉCONOMIE I ÉCO-AGGLO I TRIBUNE I

CAMPUSI CULTURE I LOISIRS I SPORT I COMMUNE I ENSEMBLE I REFLETS I

©©Samuel Coulon

3

La protection de l’environnement est devenue ces dernières décennies un facteur impératif de l’innovation et du progrès, si bien que les contraintes légales qui pèsent sur les entreprises et les industries nécessitent des spécialistes. Des ingénieurs dont le rôle est notamment de veiller à ce que chaque processus, chantier ou construction respecte ces normes de plus en plus pointues. C’est en partie la raison pour laquelle a été créé ce Cursus Master Ingénierie (CMI) environnement et territoire à Montbéliard. La demande, aussi bien locale que nationale, révèle l’existence de débouchés en la matière. En marge de leur cursus licence-master « classique » en sciences de la vie et environ-

QUESTIONS À

JEAN-PIERRE VEROVIC

Directeur du département des sciences de la vie et environnement

Jean-Pierre Verovic, quelles sont les compétences que les étudiants vont acquérir via ce nouveau CMI ?

La nouvelle formation participera à l’éclosion de jeunes talents dans le Pays de Montbéliard

Depuis cette rentrée 2013, l’université de Franche-Comté a ouvert à Montbéliard un Cursus Master en Ingénierie (CMI) orienté vers les métiers de l’environnement. Une spécialité unique en France censée répondre à une demande locale et nationale.

©©Samuel Coulon

Un nouveau master « ingénierie environnement et territoire » aux Portes du Jura

nement, les étudiants ont désormais la possibilité de suivre ce « CMI » qui correspond à un module d’enseignement supplémentaire par semestre, soit 20% de charge de travail en plus. Si le diplôme délivré n’est pas un véritable diplôme « d’ingénieur » (réservé aux seuls établissements supérieurs habilités par l’État), la sélection se fait sur dossier et répond à une certaine exigence. Outre une base théorique nécessaire, la formation met l’accent sur le travail personnel au travers de projets et de stages afin que les étudiants se constituent un réseau professionnel avant leur sortie d’étude. Pays de Montbéliard Agglomération joue par ailleurs un rôle moteur dans ces problématiques environnementales via divers projets auxquels des étudiants ont contribué, notamment sur la mesure du Radon, ce gaz radioactif naturel très présent dans le Doubs. Parmi les métiers auxquels ils se destinent, figurent ceux de « chargé de prévention des pollutions et des risques », « chargé de mission d’assistance à la maitrise d’ouvrage » ou encore « responsable de sites protégés ». La première promotion de ce nouveau cursus sera sélectionnée en ce mois de décembre et les enseignements spécifiques débuteront en janvier à l’occasion du deuxième semestre de l’année universitaire. █

Cette formation fonctionne avec une pédagogie par projet et un contact étroit avec le milieu professionnel. Le but est de mener les étudiants à une autonomie de travail et de les faire raisonner par « résolution de problématique » par exemple sur des risques de pollution, sur des mesures antibruit, comme le font les ingénieurs. C’est un cursus extrêmement concret avec des stages et de nombreuses interventions de professionnels de l’environnement.

Combien d’étudiants seront concernés par cette formation ? Pour cette première année, on espère dépasser le seuil de cinq étudiants. C’est une formation sélective de petite taille qui ne dépassera pas la vingtaine d’étudiants. Au-delà, la gestion des stages et des intégrations en milieu professionnel deviendraient trop difficile à gérer.

Quand pourra-t-on évaluer la pertinence et le succès de cette nouvelle formation ? D’autres CMI existent déjà depuis deux ou trois ans dans d’autres universités. C’est forcément un pari sur l’avenir car le recul sur ces formations est aujourd’hui assez faible et les premières promotions ne sortiront des universités que dans deux ans. On verra alors quel sera l’accueil des diplômés chez les professionnels. Mais si le CMI environnement et territoire a été mis en place, c’est parce qu’il y a une expérience d’une quinzaine d’années sur les besoins du milieu professionnel au sujet de ces problématiques environnementales. Donc les débouchés existent et on parvient quand même à placer très rapidement la majorité de nos étudiants. █

PUISSANCE 29 – N°100 DÉCEMBRE 2013 / 19


ÉVÉNEMENT I REPÈRES I DOSSIER I SERVICES I EN IMAGES I ÉCONOMIE I ÉCO-AGGLO I TRIBUNE I PORTRAIT I CULTURE I LOISIRS I SPORT I COMMUNE I ENSEMBLE I REFLETS I

PUISSANCE 29 OUVRE SES COLONNES AUX GROUPES POLITIQUES DU CONSEIL D’AGGLOMÉRATION. LES TEXTES PUBLIÉS SONT SOUS LA SEULE RESPONSABILITÉ DES SIGNATAIRES. Françoise BAQUET CHATEL Éric LANÇON

Groupe Socialiste Républicain et Citoyen En janvier 2014, Citédo ouvrira ses portes au grand public et aux associations sportives. En septembre ; ce sont les classes des écoles, collèges et lycées qui pourront bénéficier de cet équipement. Avec les piscines de Montbéliard et Valentigney, tous les enfants des écoles de notre agglomération pourront avoir accès à une piscine et à l’apprentissage de la natation. Le chantier débuté en avril 2012 s’est déroulé de manière exemplaire. Plus de 70% des entreprises choisies sur appel d’offre sont de la région, preuve il en est de la qualité et de la compétitivité de celles-ci. C’est également une réduction de plus de 2 millions d’Euros sur l’enveloppe initiale que nous avons réussi à économiser sans réduire nos ambitions. Enfin, les avenants financiers ne représentent que 0,5 % du montant total des travaux. Cette première réussite nous encourage à poursuivre dans cette voie, celle de

l’attractivité du territoire à la mesure de la réalité budgétaire. En effet, ce complexe aquatique unique dans le grand Est répond à une triple fonction et va attirer les familles en quête de loisirs aquatiques, les sportifs désireux d’améliorer leur performance ou leur forme, le public cherchant un espace bien-être spacieux, moderne et accueillant. De nombreux services et activités innovants comme la garde d’enfants pendant que les parents nagent ou occupent l’espace bien-être, les massages, viendront compléter l’offre de Citédo. Cette réalisation inscrite dès 2008 dans notre projet d’agglomération voté à l’unanimité, traduit notre volonté d’offrir un cadre de vie agréable aux habitants du Pays de Montbéliard. Elle démontre aussi l’ambition que nous portons pour notre territoire. Souhaitons une pleine réussite à Citédo pour ses habitants et notre pays de Montbéliard

Groupe « Ensemble pour le Pays de Montbéliard » Changement de donne aux scrutins des 23 et 30 mars prochains. Pour les communes qui ont une population inférieure à 1000 habitants, il n’y aura rien de changé aux prochaines élections municipales, si ce n’est que le Maire sera obligatoirement le représentant de sa commune à PMA. Ainsi dans 6 communes, les électeurs pourront comme par le passé procéder au panachage. Pour les 23 autres communes, les électeurs disposeront de bulletins de vote présentant 2 listes. Les deux listes devront respecter la parité et ne supporteront aucune rature, ni surcharge sous peine d’être considérées comme nulles. Il y aura donc sur un même bulletin de vote, la liste des candidats aux élections municipales et la liste des

20 / PUISSANCE 29 - N°100 DÉCEMBRE 2013 2013²

candidats à la délégation communautaire. Les délégués communautaires seront de ce fait élus au suffrage universel direct. Pour les 15 communes qui n’auront que 2 délégués communautaires, ces deux délégués feront partie de la liste qui aura gagné les élections municipales. Le changement le plus important concerne les communes d’Audincourt, Bethoncourt, Grand-Charmont, Mandeure, Montbéliard, Seloncourt, Sochaux et Valentigney pour lesquelles les listes minoritaires pourront, en fonction du pourcentage de voix obtenu, avoir des délégués communautaires faisant partie des oppositions municipales.

Élus Républicains et Communistes Front de Gauche « SOYONS EN GUERRE » CONTRE LES POLITIQUES D’AUSTERITE ET POUR UNE JUSTICE FISCALE Rappelons que le 5 novembre dernier, le Sénat a rejeté unanimement le projet de réforme des retraites, en particulier l’allongement de la durée de cotisations à 43 ans, sur proposition du groupe communiste républicain et citoyen. La preuve en est que la mobilisation de tous les citoyens et le courage politique peuvent faire bouger les lignes. Le Front de Gauche vient de lancer une campagne d’actions car il est urgent de s’attaquer au coût du capital. Le crédit impôt compétitivité de 20 milliards d’euros, alloué aux entreprises plus exactement aux actionnaires sans la moindre contrepartie sera financé par les hausses de TVA prévues au 1er janvier 2014 soit 7 milliards qui viendront rançonner les familles y compris sur des dépenses aussi vitales que les transports en commun secteur touché de plein fouet par la hausse. Et 10 milliards qui proviendront de l’amputation des crédits des Services Publics. Le principe de l’impôt n’est pas à remettre en cause. C’est l’injustice fiscale et sociale qui est à combattre. L’ensemble de ces initiatives doit donner l’élan nécessaire pour une intervention populaire unitaire : Peuple de gauche réveille toi, Peuple de gauche lève toi, Peuple de gauche rassemble toi.

Bernard PETIT

Groupe Solidarité Communautaire Les problèmes financiers de notre agglomération vous concernent ? Une idée d’économie serait de s’attarder sur les indemnités des élus. Aucun salarié du secteur public ou privé ne peut normalement espérer une rémunération pour un travail qu’il ne fait pas. Alors, pourquoi ne pas verser les dites indemnités au prorata des heures de présence en commission. Au-delà des gains évoqués une telle démarche ne manquerait pas d’avantages : • d’abord celui de la vertu par l’exemple • très certainement une bien meilleure motivation des élus • probablement d’éviter certains cumuls de mandats • et certainement bien d’autres encore… Alors, chiche ?


ÉVÉNEMENT I REPÈRES I DOSSIER I SERVICES I EN IMAGES I ÉCONOMIE I ÉCO-AGGLO I TRIBUNE I PORTRAIT I CULTURE I LOISIRS I SPORT I COMMUNE I ENSEMBLE I REFLETS I

Jeanne Morel, l’art comme un chemin de vie Elle a grandi à Montbéliard. Elle avait dans le cœur le genre de rêve qu’on abandonne généralement au sortir de l’adolescence. Jeanne, elle, a choisi de poursuivre son rêve. Elle le réalise à Barcelone. Mais la jeune comédienne et danseuse revient souvent aux sources, dans la ville se son enfance.

©©Jakob Ka

rte

choisir ; chaque discipline enrichit les autres. Cette vie lui plaît, même avec sa part d’incertitudes et de doutes. C’est la vie qu’elle voulait. Quand on lui demande d’où est venue cette envie, Jeanne reste silencieuse un long moment. « Je crois que c’est le jardin de la maison, quand j’étais petite. J’y passais des heures, je jouais s e u l e, j ’y créais des mondes à moi. Je me souviens aussi d’une fois où ma mère m’a emmenée au musée Beyeler, à Bâle. J’avais six ans. Je me suis perdue dans les salles et curieusement, je me sentais parfaitement bien. J’étais à ma place. » Elle parle aussi des émotions que lui procurait la montagne où l’emmenait son père. La majesté des paysages, le défi des sommets à gravir. Et puis l’émerveillement devant son premier spectacle du Cirque Plume. L’énergie, l’imagination, la poésie… elle veut faire partie de cet universlà. Le Cirque Plume a son école, Passe-Muraille. Elle en suivra les stages pendant dix années, en plus de ses cours de danse. Pendant ce temps à l’école, au collège, au lycée (Cuvier), tout va bien, mais cette voie scolaire ne mène pas où Jeanne veut vraiment aller. À 18 ans, elle quitte la fac de Lettres comme on saute d’un train. L’appel du large. Les proches s’inquiètent ©©Melania Avanzato

Elle est en avance au rendez-vous. C’est elle qui a choisi le Chat Toqué, dans la rue Cuvier. « C’est un endroit original », dit-elle. « Et puis, quand je reviens, j’aime bien retrouver la rue piétonne. Ça me fait du bien. » La mère de Jeanne vit justement à quelques pas, près des Halles. Son père vit à Valentigney. Elle revient pour eux, ils sont importants dans sa vie, comme ils l’ont été dans son éveil à la création - elle le répétera souvent. Hier, elle était à Genève où elle a dansé avec la compagnie Rochat. Dans deux jours, elle sera à Lyon pour la préparation d’une pièce de théâtre de Rodrigo Garcia. Ensuite elle rentre chez elle pour d’autres projets, de cinéma cette fois-ci. Chez elle, c’est Barcelone. Elle aime l’Espagne, la chaleur des échanges, les voix qui por tent et les corps qui parlent, dit-elle. Ça lui ressemble. Elle y vit depuis cinq ans. Elle partage la vie du sculpteur Carles Piera. Avec d’autres artistes, ils louent un immense atelier de 1000 m2. Les co l l a b o ra t i o n s s’e n c h a î n e n t . Jeanne danse sous la direction de jeunes créateurs, elle crée elle-même, elle joue sur scène, elle joue devant la caméra. Elle explore. Pour l’instant il n’est pas question de

Une artiste aux milles facettes née à Montbéliard

mais Jeanne sait ce qu’elle veut. Ce sera Lyon, le Conservatoire, la danse, le théâtre, l’histoire de l’art (elle obtient sa licence). Deux années de rencontres, de découvertes, de maturation. À 20 ans, elle part pour Barcelone, la ville de tous les possibles. Dans les films et les clips que l’on peut voir sur son site et sa page Facebook, elle parle espagnol comme une native. Jeanne aime apprendre, travailler, repousser ses limites. La lumière qu’elle recherche est une lumière intérieure. Bientôt elle ira à San Francisco pour perfectionner son art du jeu par la méthode Meisner que connaissent bien les acteurs. Pour l’heure, elle attend le verdict de Cannes pour la sélection d’un moyen métrage, réalisé par Andres Bartos et dont elle est le personnage central. Buena suerte, Jeanne (bonne chance) ! █ jeannemorel.com JeanneMoArtworks

PUISSANCE 29 – N°100 DÉCEMBRE 2013 / 21


ÉVÉNEMENT I REPÈRES I DOSSIER I SERVICES I EN IMAGES I ÉCONOMIE I ÉCO-AGGLO I TRIBUNE I PORTRAIT I CULTURE I LOISIRS I

RENDEZ-VOUS I ENSEMBLE I REFLETS I

Un Molokids spécial reprises

Molokids #3 avec les Volleyeurs, mardi 10 décembre, 19h. Tarif : 5¤ contact@lemoloco.com et www.generiq-festival.com

©©Stéphanie Durbic

Pour les enfants qui aiment écouter du rock, du reggae et du rap debout, comme les grands, le Moloco organise les Molokids une fois par trimestre. « Le Molokids, c’est un peu l’anti Henri Dès », résume, avec humour, David Demange aux manettes de la Smac (Scène de musiques actuelles). Pour cette troisième édition, les 6-12 ans sont invités à disputer un match musical avec les Volleyeurs, une équipe de quatre Nantais, membres de groupes de rock indépendants. « Ils reprennent à la sauce rock des tubes que les enfants entendent à la radio, comme LMFAO, Youssoupha ou Shaka Ponk. Les petits connaissent les mélodies mais découvrent un style radicalement différent », explique David Demange. Les kids de l’agglo, hormis ceux de la région nantaise, seront les premiers en France à réceptionner ces « reprises de volées » durant les quatre séances scolaires les 9 et 10 décembre. Mille élèves sont concernés, ce qui risque de faire pas mal de bruit. « Lors du premier Molokids, c’était de la folie. Ça dansait, ça chantait », se souvient David Demange. Les parents ne sont pas en reste puisqu’ils sont autorisés à assister à la représentation tout public programmée le 10 décembre à 19h. Show devant ! █

Les amants de Vérone s’aiment à l’Axone

©©

DR

C’est une date qui devrait rassembler beaucoup de monde, à commencer par tous les amoureux de la plume de William Shakespeare ou de la partition soignée de Prokofiev. Le 18 décembre, l’Axone accueille le Moscou Theatre Ballet pour une représentation unique de Roméo et Juliette, l’un des ballets les plus joués au monde avec Casse-Noisette et le Lac des Cygnes. Les spectateurs de l’Axone découvriront la version originelle en trois actes de Leonid Lavrovsky, ancien directeur du Bolchoï. Celle-là même qui a été présentée pour la première fois en 1940 à Moscou et qui, depuis, a fait le tour du monde dans des salles prestigieuses : la Scala à Milan ou encore le Covent Garden à Londres. À l’Axone, la célèbre « Danse des chevaliers » de Prokofiev, interprétée par l’orchestre de l’Opéra national de Russie (absent le soir de la représentation) donnera à coup sûr des frissons à l’auditoire. Et qui peut rester insensible à l’histoire tragique des amants de Vérone ? Même les cœurs de pierre devraient s’attendrir devant ce spectacle étincelant. █

22 / PUISSANCE 29 - N°100 DÉCEMBRE 2013

Roméo et Juliette, le 18 décembre à 20h. Prix : 35/62 €. Réservations : www.franceconcert.fr www.ticketnet.fr et www.fnac.com


RENDEZ-VOUS

Rendez-vous aux Bains Douches

Après le départ de la Compagnie des Bains Douches, la Ville et l’agglomération décidèrent de rendre au public ce bâtiment très original labellisé Patrimoine du XXème siècle. L’objectif était de faire de ces anciens bains municipaux un lieu multiple où se mêlent culture, loisirs et divertissement. Le restaurant des Bains Douches, dirigé par François Loréfice, propose une déco contemporaine et chaleureuse, une cuisine inventive à prix abordables, à deux pas du centre-ville… Quant à la portion la plus importante du bâtiment, c’est désormais une salle de spectacle dont la programmation est confiée à MA scène nationale. Après une première année de mise en route, le site des Bains Douches va désormais donner la pleine mesure de ses capacités festives et créatives. Au programme des réjouissances, trois initiatives : les « afterworks », les Soirées spéciales et les soirées M Club. Aujourd’hui, les « afterworks » ont lieu un jeudi par mois mais l’objectif est d’en faire un rendez-vous hebdomadaire avec animations thématiques. Ces

©©Simon Daval

Ouvert en 2012, le restaurant Les Bains Douches s’est imposé comme l’une des tables les plus originales du Pays de Montbéliard. Fort de sa proximité avec la salle de spectacle du même nom, il organise désormais des soirées musicales et festives sur les berges de l’Allan.

jours-là, le restaurant ouvre ses portes à 18h et des tapas enrichissent la carte habituelle. Les Soirées spéciales, organisées dans le restaurant, sont des rencontres gourmandes et culturelles autour d’artistes invités pour l’occasion. Quant aux soirées M Club (organisées en partenariat avec MA scène nationale et le Moloco), elles proposent un « before » dans le bar de la salle de spectacle, puis un concert, puis un « after » au restaurant avec DJ. Côté assiettes, les Bains Douches restent fidèles à leur volonté d’offrir une cuisine entièrement « fait maison », à base de produits frais régionaux. L’esprit de la fête n’exclut pas l’exigence culinaire.

L’afterwork, une pratique de plus en plus tendance à la sortie des bureaux

Les « afterworks », une vie après le travail Avant, tout était simple. Il y avait la semaine (pour le travail), et le week-end (pour le loisir). Il y avait les lieux pour boire un verre, ceux pour manger, et ceux pour voir des spectacles. Ça, c’était avant. Aujourd’hui, c’en est fini des horaires figés et des conventions. Le succès généralisé des « afterworks » illustre cette envie de liberté. Les Bains Douches ne sont pas les seuls à avoir capté ce changement. À Sochaux, dans les murs du musée de l’Aventure Peugeot, le Koncept Bar offre lui aussi un bel éventail d’idées festives. Nina Ketfi, la maîtresse du lieu, organise plusieurs fois par semaine, de 17h30 à 2h, des apéros dinatoires et des soirées à thèmes (lectures, théâtre, débats…). Au Pub des Halles à Montbéliard, Jean-Michel Cordani multiplie les soirées musicales. Et bien d’autres bars, d’autres restaurants dans l’agglomération se mettent à réinventer des formes nouvelles de convivialité. Et puisque ces initiatives concourent à animer l’agglomération, Puissance 29 s’en fera volontiers l’écho. █

PUISSANCE 29 – N°100 DÉCEMBRE 2013 / 23


ÉVÉNEMENT I REPÈRES I DOSSIER I SERVICES I EN IMAGES I ÉCONOMIE I ÉCO-AGGLO I TRIBUNE I PORTRAIT I

ENTRACTE

Chapeaux ronds et lumières de Noël Jusqu’au 24 décembre, le Pays de Montbéliard met à l’honneur la gastronomie et le folklore de la Bretagne, invitée de la 27ème édition des Lumières de Noël de Montbéliard. Montbéliard reste attachée à la francophonie. Après avoir accueilli pour ses deux dernières éditions le Pays Basque puis la Wallonie, ce sont cette année les Bretons qui débarquent dans la Cité des Princes. « Cela plaît beaucoup à la clientèle et au public de pouvoir converser avec les artisans. En ce sens, accueillir des invités qui parlent français est un plus », fait remarquer Josette Chenot de la Ville de Montbéliard. Mais qu’on se ras-

MÉMOIRE

ROGER MAINPIN Son nom est inconnu, en revanche, son visage est indissociable depuis 12 ans du Marché de Noël de Montbéliard. Roger Mainpin, le Père Noël de Montbéliard s’est éteint le 13 novembre dernier, quelques jours seulement avant le coup d’envoi des Lumières. █

sure, on n’a pas invité les bretons uniquement parce qu’on les comprend ! La Bretagne arrive surtout avec sa culture, sa gastronomie et son folklore, l’un des plus populaires et identitaires de France. Chaque week-end jusqu’à Noël, les rues de Montbéliard vibreront au son des Bagad* venus spécialement de Bretagne. La soirée bretonne organisée le 6 décembre à La Roselière sera également l’occasion de découvrir tout le folklore breton autour d’un menu crêpes et galettes sucrées-salées. Des spécialités que les amateurs de gastronomie iront également déguster dans les chalets de l’invitée d’honneur. Aux côtés des cidres, salaisons et sablés bretons, il ne faudra pas manquer quelques spécialités inattendues. Comme la bière à l’eau de mer dont la brasserie « Mor Braz » est l’unique fabricant au monde ! Les curieux goûteront également à l’Andouille de Guémené et aux algues marines de Bretagne, en passant par les incontournables fars breton et « Kouign Amann ». Pour l’occasion, le village des enfants place Denfert-Rochereau se plonge également dans l’ambiance celte avec une exposition « Terre et mer, les légendes de Bretagne ». La salle des passions ainsi que la bibliothèque-médiathèque proposent un voyage au cœur de la Bretagne au travers de photographies de paysages et des traditions populaires, tandis que le musée du Château revient sur la « période bretonne » du peintre montbéliardais Jules-Émile Zingg. Les visiteurs ont eux, un mois, pour profiter de la parenthèse montbéliardaise de nos amis bretons.

Le chalet d’accueil de l’Office de Tourisme du Pays de Montbéliard est ouvert tous les jours pendant les Lumières de Noël (du 23 novembre au 24 décembre 2013), aux heures d’ouverture du marché. Dans le cadre de la promotion du tourisme de découverte économique, le savoir-faire de la société Cristel sera mis en valeur vvvv cette année à la boutique de l’Office de Tourisme. Des articles Cristel viendront ainsi rejoindre des articles de la boutique du musée de l’Aventure PEUGEOT déjà présents depuis plusieurs années. Une vitrine incontournable « made in FrancheComté » !

UNE CRÈCHE EN SABLE Dans la petite cour sous le musée Beurnier-Rossel, les principaux personnages de la crèche sont là, reproduits « quasiment à taille humaine.» Mais contrairement aux années précédentes, ils sont en sable ! Benoît Dutherage s’est employé une dizaine de jours pour « fabriquer » Marie, Joseph, l’enfant Jésus, l’âne, le bœuf, les rois mages et les anges… « C’est particulier, cette ambiance de Noël car j’ai plutôt l’habitude de sculpter sur les plages ! Ça change de faire ça au cœur d’un patrimoine historique. La ‘’grotte’’ du musée Beurnier et les personnages en sable se mettent réciproquement en valeur, c’est chouette », se réjouit le sculpteur qui avait déjà démontré son talent l’été dernier au Près-la-Rose. Son travail avait alors donné quelques idées à la Ville de Montbéliard qui l’a sollicité pour réaliser cette crèche éphémère.  █

formation musicale bretonne

*

©©DR

©©Simon Daval

L’événement de la fin d’année a débuté le 23 novembre

I LOISIRS I SPORT I COMMUNE I ENSEMBLE I REFLETS I

24 / PUISSANCE 29 - N°100 DÉCEMBRE 2013


ÉVÉNEMENT I REPÈRES I DOSSIER I SERVICES I EN IMAGES I ÉCONOMIE I ÉCO-AGGLO I TRIBUNE I PORTRAIT I CULTURE I LOISIRS I SPORT I

COMMUNE

I ENSEMBLE I REFLETS I

Le cadre de vie au centre des projets

©©DR

Le cadre de vie de la commune figure également parmi les orientations qui séduisent les familles. La

LE SAVIEZ-VOUS ?

retrouver et prarestructuration du quartier d’habitat tiquer des choses Au début des années 70, la commune de Voujeaupublic en direction ensembles. » excourt a vendu à Peugeot une part importante de sa de Dampierre-surplique-t-on en maiforêt à la frontière avec Valentigney. La marque du le-Doubs aboutira rie. « Il y a aussi la lion y a alors construit le centre technique d’essai de sur une architecpiste de prévention Belchamp, du nom d’une ancienne abbaye détruite routière (construite ture plus aérée par un incendie en 1725. Suite à la vente de ce teret harmonieuse. en 2011), renchérit rain et grâce à l’argent récolté, la municipalité de Karine. Les enfants « Voujeaucourt, Voujeaucourt a bâti en 1973 sa mairie actuelle, ainsi c’est aussi un bon s’y amusent en qu’un bureau de poste, à l’entrée du pont douanier. █ compromis entre toute sécurité et la ville et la camc’est un point de rencontre pour les pagne, estime parents le weekKarine. On a tous end. » L’autre carles avantages !  » Dont celui de disrefour où beauposer d’un espace coup se retrouvent, naturel qui incite c’est évidemment à la promenade le stade de motofamiliale. La muniball, véritable spécipalité finalisera cialité et fierté d’ailleurs dès cet locale. Champion hiver un projet de de France en 2012, sentiers en forêt finaliste de la coupe ainsi que sur les de France 2013, le rives du Doubs et du canal. « Nous avons cette Motoball Club Voujeaucourt attire le week-end près de 400 spectateurs. Des loisirs, qu’ils soient volonté de rendre plus agréable l’espace public culturels ou sportifs, Voujeaucourt n’en manque au bord de l’eau pour offrir des occasions de se pas. Avec quelques particularités notoires telles que la gymnastique rythmique et l’ultimate (frisbee). « On est largement autonome vis-à-vis des grosses communes de l’agglo en termes d’activités. J’apprécie aussi le côté culturel. On nous propose ici spectacles, contes, compagnies de théâtre... On peut y participer sans prendre la voiture ! » lâche Karine qui se réjouit de ce bonheur à portée de main. Un atout de plus qui n’est sans doute pas étranger à la hausse régulière de la démographie voujeaucourtoise. █ ©©Claude Nardin

Géographiquement, Voujeaucourt a toujours eu un pied à Montbéliard, l’autre en dehors. Au XVIIe  siècle déjà, le pont douanier situé au cœur de la commune constituait le seul passage sur le Doubs pour franchir la frontière entre la FrancheComté de Bourgogne et la principauté de Montbéliard. Entrée dans l���agglo en 1959 dès la création du District, Voujeaucourt joue aujourd’hui encore cette carte du compromis entre proximité de la ville et autonomie. Ce ne sont pas ses habitants, et notamment les familles, qui s’en plaindront. Car malgré la densité moyenne de la commune, l’offre de services dédiés à l’enfance est importante. « Ce qui est bien, c’est d’avoir les écoles de la petite section de maternelle jusqu’au collège. On ne se soucie donc pas du mode de transport, et les enfants sont vite rentrés à la maison. », explique Karine qui habite la commune depuis une douzaine d’années avec son mari et ses enfants âgés de 8 et 9 ans. Outre une crèche et un Relais Assistantes Maternelles qui viennent compléter l’offre, la présence du plus grand collège du Pays de Montbéliard (environ 600 élèves) est un autre argument de poids. Et c’est également le grand chantier de ces prochaines années car le collège Jean-Jacques Rousseau est en restructuration et rénovation depuis le mois de juillet et sera agrandi d’ici la rentrée scolaire 2015. Pour autant, les lycéens n’ont pas été oubliés puisque ce sont eux essentiellement qui font vivre la gare de Voujeaucourt, la seule avec celle de Montbéliard qui soit encore en activité dans l’agglo !

Les Voujeaucourtois ou Vodjacois profitent des charmes du village et des avantages de la ville moderne.

©©DR

Avec ses 3 500 habitants, Voujeaucourt constitue un point de liaison dynamique entre la vallée du Doubs et le Pays de Montbéliard. On y fait la part belle à la jeunesse et aux familles.

©©Bruno Jacquet

Séduisante Voujeaucourt

PUISSANCE 29 – N°100 DÉCEMBRE 2013 / 25


ÉVÉNEMENT I REPÈRES I DOSSIER I SERVICES I EN IMAGES I ÉCONOMIE I ÉCO-AGGLO I TRIBUNE I PORTRAIT I CULTURE I LOISIRS I SPORT I COMMUNE I

ENSEMBLEI REFLETS I

©©Guillaume Frey

La laïcité est souvent associée à la devise républicaine, gravée au fronton des mairies comme à Montbéliard

Liberté, égalité, fraternité, laïcité En France, depuis 1789, « nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public. » La loi de 1905, dite de séparation des églises et de l’Etat, a renforcé ce principe, faisant de la France un pays où la sphère publique est préservée des croyances personnelles de chacun. Une association du Pays de Montbéliard s’est créée il y a un an pour rappeler et promouvoir cette idée qui fait corps avec la République. Le 7 décembre, « Laïcité Pays de Montbéliard » organise sa deuxième fête de la laïcité dans une ambiance festive et conviviale. Cette rencontre est ouverte à tous. Elle se déroulera autour d’un repas auquel sont espérées une centaine de personnes, à l’image de l’idée que les membres de l’association se font de la laïcité : une valeur émancipatrice, qui permet aux citoyens de se retrouver dans un cadre rationnel pour gérer les affaires communes, tout en offrant la possibilité à chacun de vivre sa spiritualité (ou son absence de spiritualité) comme il l’entend. Car la foi tout comme l’absence de foi restent avant tout une affaire privée. Aussi, l’intérêt majeur de cette fête reste de provoquer des rencontres, à la découverte de l’autre sans s’encombrer d’a priori.

Le dialogue, un antidote à la peur

La laïcité, valeur fondamentale de la République au même titre que la liberté, l’égalité ou la fraternité, ne se fonde en rien sur l’installation d’un culte de l’athéisme : être laïque, ce n’est pas s’interdire de croire, ni interdire de croire à quiconque, c’est simplement refuser aux religions le droit de régir la société. Et la France, diverse, creuset d’intégration, a toujours su évoluer dans la laïcité depuis 1905. La France de 2013 n’est plus celle de la Belle Époque mais les principes qui permettent à tous de vivre ensemble, sans distinction d’origine, de religion et de croyance, restent les mêmes. Jeune association, dont les quarante membres fêteront la première année d’existence en ce mois de décembre, « Laïcité Pays de Montbéliard  » propose

26 / PUISSANCE 29 - N°100 DÉCEMBRE 2013

donc un repas convivial durant le week-end le plus proche du 9 décembre, jour anniversaire de la promulgation de la loi de 1905. Craignant pour l’avenir de ce qu’ils considèrent comme « le cœur du bien vivre ensemble dans notre société », aux dires mêmes de son secrétaire Olivier Guermouh, l’association se réunit deux fois par mois et œuvre tout à la fois pour la promotion de la laïcité qui conserve toute son actualité et pour une plus juste mixité sociale. C’est dans cette optique que certains d’entre eux projettent d’intervenir dans des écoles publiques, pour expliquer combien il est profitable pour chacun de maintenir, ainsi que le disait Victor Hugo, « L’Etat chez lui, l’Eglise chez elle. » Pour célébrer cette journée de la Laïcité de belle manière, trois arbres fruitiers ont été plantés en novembre à Montbéliard, Mandeure et Audincourt. Pour qui souhaite mieux comprendre les tenants et les aboutissants de la laïcité, un bar des sciences aura lieu le 12 décembre, en présence de Jean-Louis Bianco, président du nouvel Observatoire de la laïcité (voir agenda), installé en 2013 pour assister le gouvernement dans son action visant au respect du principe de laïcité en France. █

9 décembre 1905, l’anniversaire d’une grande idée « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes […] » édicte l’article 1 de la loi de 1905, dite loi de séparation des églises et de l’Etat, tandis que l’article 2 déclare « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. » Défendue par Aristide Briand et Jean Jaurès, cette loi intervient en France alors que la religion catholique s’implique fortement pour infléchir les décisions publiques. Il ne s’agit en aucun cas d’une loi de rejet des religions. Elle est d’ailleurs le résultat d’un compromis le plus large possible, qui n’empêchera pas cependant l’église catholique de réagir vivement. Il faudra attendre l’Union sacrée et la Grande guerre (1914-1918) pour que la France se rassemble face à l’ennemi allemand, la question religieuse passant alors au second plan. █

2ème édition de la fête de la laïcité samedi 7 décembre prochain Vieux-Charmont, salle Jean Jaurès à partir de 20h pour un banquet républicain et un concert (David Demange et l’ensemble Melos Tempo). Tarifs : 20€/adulte, 10 € pour les moins de 12 ans.


ÉVÉNEMENT I REPÈRES I DOSSIER I SERVICES I EN IMAGES I ÉCONOMIE I ÉCO-AGGLO I TRIBUNE I PORTRAIT I CULTURE I LOISIRS I SPORT I COMMUNE I ENSEMBLE I

REFLETS I

Frédéric Curie, le courage, le dévouement

Il est, dans l’histoire de France, des héros bien méconnus au regard de l’œuvre accomplie. Celle de Frédéric Curie est colossale. Pourtant, rien ne prédisposait ce fils d’agriculteur né à Étupes en 1906 à devenir une inspiration pour les pompiers de France, soixante ans encore après sa disparition. Pour autant, le fondateur du Centre National d’Instruction et de Protection Contre l’Incendie (CNIPCI) ne s’est pas construit seul : influencé par les conceptions résolument républicaines de ses parents, le jeune Frédéric s’est forgé une solide idée de l’État et de ses devoirs de citoyen. Rien d’étonnant à le voir s’engager dans la transmission de ses idéaux. Jeune homme éclairé et sportif accompli, Frédéric quitte néanmoins son estrade d’instituteur pour rejoindre les bancs de l’école d’officier de réserve. Il épouse peu après la vandoncourtoise Hélène Graff, la fille des propriétaires de l’hôtel de Mulhouse à Montbéliard. Nommé sergent des chasseurs alpins de Saint-Maixent (79), Frédéric est décrit comme « très zélé, très ardent, énergique, très sympathique, de caractère franc et ouvert, capable de faire en temps de guerre un excellent chef de section. » Neuf

©©www.frederic-curie.org

« Général, […] dans mon immense chagrin, c’est un réconfort pour moi de penser que mon mari jouissait de votre estime. » Cette lettre qu’envoya Hélène Curie au Général de Gaulle en remerciement de ses condoléances évoque non sans émotion le héros de guerre erbaton Frédéric Curie, pionnier du sauvetage aérien, Résistant de la première heure.

ans plus tard, la France déclare la guerre à l’Allemagne et confère à la description un caractère prémonitoire : lorsque Frédéric Curie répond à l’appel lancé par De Gaulle, ce n’est pas un simple patriote fougueux qui gonfle les rangs de la jeune Résistance, c’est un capitaine double médaillé d’honneur pour actes de courage et de dévouement passé à sa propre demande sous les ordres du régiment de Sapeurs-Pompiers de Paris.

En pleine rue, il ordonne à un soldat de la Wehrmacht de le saluer

Avec son chef Lucien Sarniguet, il échafaude des plans pour faire évader des soldats français. Dénoncé par la maîtresse d’un inspecteur allemand, il écope de quinze mois de réclusion. Mais les barreaux de sa prison ne l’empêchent ni d’aider des compatriotes à s’enfuir, ni de

croire en la victoire de la France : « Nous avons tous, depuis trop de générations, souffert pour Elle » écrit-il entre les murs de sa geôle. Chanal – son pseudo de Résistant – fonde Sécurité Parisienne, le seul réseau de résistance des Sapeurs-Pompiers de la capitale. Il est aussi l’agent 1460 du réseau de résistance Patriam Recuperare qui fournit à la France libre des informations essentielles, l’espion qui photographie des documents ennemis, le saboteur des services incendies nazis. Condamné à jouer les seconds rôles dans la grande aventure du Roman national, Frédéric Curie n’en demeure pas moins une figure illustre du patrimoine français, comme en témoigne sa prestigieuse décoration de la médaille de la Résistance avec rosette, qui le place au rang des Malraux, Brossolette, ou Aubrac. █

compétences pour créer les plans ORSEC, SAMAR et SATER pour les sauvetages en cas de catastrophes.

©©www.frederic-curie.org

 Volontaire à la paix comme à la guerre L’armistice du 8 mai ne signe pas la fin des activités de Frédéric Curie au service de ses concitoyens. Après avoir été le meneur des jurés au procès d’Otto Abetz, l’ambassadeur du Reich en France, le lieutenant-colonel Curie met à disposition des Sapeurs-Pompiers toutes ses

Acteur de la victoire des Alliés, Frédéric Curie est issu d’une des plus anciennes familles du Pays de Montbéliard

C’est dans cet engagement qu’il se prend de passion pour l’hélicoptère. Fondateur du Groupement d’Hélicoptères de la Sécurité Civile qui reste aujourd’hui encore une véritable référence, Frédéric Curie a su joindre, là aussi, l’idée aux actes, en devenant un pilote émérite et respecté. Il s’est éteint le 16 décembre 1956 à Paris et repose à Étupes.

PUISSANCE 29 – N°100 DÉCEMBRE 2013 / 27


PUISSANCE 29 – N°99 NOVEMBRE 2013 / 28


Puissance 29 N100 Décembre 2013