Page 1

numéro spécial

pays de l’aigle

magazine Décembre 2011 - Communauté de communes du pays de l’aigle

15 ANS D’ACTION Rencontre avec Jean Sellier

BOHIN :

c’est parti. Ouverture début 2013 !


n d’une communauté

upées au sei 15 communes se sont regro

Tour d’horizon

de la Communauté de Communes

1994. de communes depuis

Elles représentent un bassin de vie de 20 000 et le 4e pôle urbain du département de L’Orne.

habitants

L’entretien au quotidien de 258 km de voirie et 170 km de chemins pédestres.

Le parc d’activité s c’est 26 entreprises engagé 60 Entreprises • 1 260 Salariés • es dans l’opéra tion Développe ment Durable. Les compé tences de la CdC : Eco urbanisme nomie, tou , logemen risme, soci t, sport, en al, voirie, vironneme nt.

Liste des communes : L’Aigle, Aube, Beaufai, Chandai, La Chapelle Viel, Crulai, Ecorcei, Irai, Rai, Saint-Martin-d’Ecublei, Saint Michel Thubeuf, Saint-Ouen Sur Iton, Saint-Sulpice-sur-Risle, Saint-Symphorien Des Bruyères, Vitrai-sous-l’Aigle 2


pays de l’aigle magazine

Notre territoire,

passionnément ! Jean Sellier

Président de la Communauté de Communes du Pays de L’Aigle

A l’heure où la nouvelle loi territoriale réorganisant le regroupement des communes et le paysage de nos collectivités territoriales se précise, il me paraît important de faire un bilan d’étape de notre CdC avant que nous ne fusionnions en partie avec la CdC du Pays de La Marche. 15 ans déjà que nous sommes regroupés à 15 communes autour de L’Aigle pour travailler ensemble. Comme j’aime à le rappeler, la vie en CdC n’est pas un long fleuve tranquille mais que les choses soient bien claires : le débat a toujours été bénéfique et ne nous a pas empêché d’avancer. Notre CdC a véritablement remodelé le territoire depuis 15 ans : structuré le développement économique local, défini une politique sociale ou touristique et organisé des services comme la voirie ou l’urbanisme. Hier la piscine, la Maison de la Petite Enfance, IMV, l’Hôtel d’entreprise, la réhabilitation des coeurs de bourg. Aujourd’hui, le pôle de santé, des ateliers pour la voirie, le projet Bohin. Demain, le gymnase, la réhabilitation de la place Boislandry Europe, l’extension de la zone industrielle n°1, le déploiement de la fibre optique sur notre territoire. Chaque projet est utile et s’inscrit dans un schéma de développement cohérent, vise à améliorer l’attractivité de notre

Sommaire       

15 ans d’action . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4

  

Logement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18

Paroles d’élus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

territoire, et apporte les services que vous êtes tous en droit d’attendre. Tout cela s’est fait en 15 ans pour respecter nos capacités budgétaires.

Ce que je crois, c’est que les hommes et les femmes qui habitent notre territoire reconnaissent dans notre CdC le moteur qui

redynamise notre Pays de L’Aigle. Et vous verrez au fil de ces pages que vous êtes au coeur de nos préoccupations, que nous sommes au plus proche de la réalité.

Des clés pour comprendre . . . . . . . . . . . . 6 On est sur la bonne voie ! . . . . . . . . . . . . 8 Rencontre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 ça roule sur le Pays de l’Aigle ! . . . . 12 Bohin, entreprise et site culturel . . . . 14 Un développement 

toujours plus durable . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Sport . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 15 ans d’investissements et de 

mobilisation des ressources . . . . . . . . . 20

Oui, notre Pays de L ’Aigle est un territoire de vie, un territoire où il fait bon vivre où le mot solidarité a encore un sens ; c’est en y croyant tous ensemble que nous le ferons avancer. Je formule pour cette nouvelle Année 2012 des voeux simples pleins d’espoir pour vous et vos familles.

Directeur de la publication : Jean SELLIER Tirage 20 000 exemplaires Distribution : La Poste Création et conception : Cadran Solaire Rédaction : Benoît POHU Crédit photos : Benoît POHU et les services de la CdC IMPRESSION : imprimerie herault Issn 1638-3559 3


4


pays de l’aigle magazine

15 ans d’action

Tout ce qui n’aurait pu être réalisé sans la présence de la Communauté de Communes du Pays de L’Aigle. 1. 2011 : inauguration des nouveaux locaux de l’aide alimentaire 2. 2001 : construction du bâtiment ssb2 pour Frénéhard & Michaux 3. Opération éparage / élagage chaque année sur le territoire. 4. 2004 : construction de Cap’Entreprises sur la ZI qui accueille de jeunes entrepreneurs qui démarrent

9. 2010 : construction d’IMV sur la ZI1 10. 2008 : ouverture de l’aire d’accueil des gens du voyage à La croix Lamirault 11. 2011 : Festiv’âne - Chez la Comtesse de Ségur. une biennale, véritable temps fort touristique de la région. 12.  2001-2006 : rénovation des coeurs de bourg

5. 2011 : réalisation de l’Avenue du Perche

13.  2010 : l’AMAP sort de terre grâce au soutien de la CdC

6.  2008 : inauguration de la Maison de la Petite Enfance qui accueille aujourd’hui 120 enfants

14. 1998 : le centre aquatique Cap’Orne est ouvert et connaît aujourd’hui une nouvelle jeunesse.

7. 2000 : construction du pôle administratif qui abrite aujourd’hui la CdC, Pôle Emploi et le Trésor Public

15. 2001 : rénovation du parvis de la gare sncf de l’Aigle

8.  2003 : développement des sentiers de randonnées sur tout le Pays de L’Aigle

1

3

2

5

16.  2000-2007 aménagement de la voirie des nouveaux logements sociaux dans les bourgs

4

7

8

9

10

6

14 11

12

13

15 16

5


éco

nomie

Des clés… pour comprendre

C

réer des conditions favorables à l’accueil et au développement des entreprises, c’est l’objectif majeur de la Communauté de Communes depuis 15 ans ! Aujourd’hui, les fondations sont là : zones d’activités attractives, développement des zones commerciales, animation et services aux entreprises, création de nouvelles filières économiques. Aujourd’hui, le Pays de L’Aigle est reconnu comme acteur fédérateur du territoire. Le défi de l’aménagement est relevé ; il faut maintenant réussir celui de l’attractivité.

Fédérer, rassembler et agir ensemble Vous avez 5 ans d’avance ! C’est par ces mots surprenants que les partenaires de l’Opération Collective Développement Durable ont salué le travail et la motivation de tous. Une action innovante 6

En soulignant le lien entre Economie, Social et Environnement,

Yanic Soubien, vice-président du Conseil Régional de Basse Normandie, présent pour la signature de la Charte “Entreprises & Territoire“, a félicité la Communauté de Communes du Pays de L’Aigle pour sa motivation et son innovation. Le Pays de L’Aigle devient ainsi un site pilote dans l’Ouest de la France et servira de réfé-

zoom sur

Vous avez dit “développement Durable“ ? Derrière cette expression “tendance“ se cache un concept complexe qui demande discernement et rigueur. La Communauté de Communes a depuis des années pris en compte la dimension ‘durable’ dans ses chantiers et ses réalisations. Aujourd’hui, avec la signature de la Charte ‘Entreprises et Territoire’ sur les zones industrielles du pays de l’Aigle, c’est une nouvelle impulsion qui est donnée : réduire de 20% d’ici 2020 les rejets carbone afin de lutter contre les émissions de gaz à effet de serre. Déjà 26 entreprises se sont très concrètement engagées sur des gestes simples de leur vie quotidienne (papier, transport, formation inter-entreprises…)…


pays de l’aigle magazine

rence pour d’autres collectivités qui veulent s’inscrire dans une démarche similaire. On embauche sur le Pays de L’Aigle La Communauté de Communes a pris à bras le corps depuis 18 mois la question de l’emploi sur notre territoire. C’est ainsi que forte d’une vingtaine d’offres d’emploi recensées sur l’agglomération aiglonne, la CdC était présente sur le salon Prov Emploi pour attirer des parisiens désirant travailler en province. D’autre part, localement, avec le soutien de nombreux partenaires, la CdC lance une association “Parrain par2“ destinée à accompagner les demandeurs d’emploi et les nouveaux arrivants pour les aider à trouver rapidement un emploi et faciliter la mise en contact avec les réseaux socio-professionnels locaux. Rencontre d’un nouveau type C’est la première fois sur le bassin d’emploi de L’Aigle qu’une collectivité s’engage au côté des enseignants et devient l’interface entre le milieu scolaire et le monde professionnel. Elle favorise ainsi les relations

zoom sur

L’excellence au coeur du territoire

La CdC du Pays de L’Aigle vient d’être récompensée comme Lauréat des Bonnes pratiques dans la catégorie ‘Développement Durable’ décerné par l’AQM (Association Qualité Management). Une reconnaissance sur toute la Basse Normandie qui donne à la CdC une nouvelle visibilité sur son dynamisme et sur le partenariat exemplaire avec les forces vives du territoire.

écoles et entreprises et renforce les liens de territoire. Avec des classes de collégiens (Molière, Dolto, Foch) et de lycéens (Napoléon), un programme est mis en place pour visiter les entreprises et aider à trouver des stages. A terme, le but est de permettre aux jeunes de rester sur la région et d’offrir aux entreprises des opportunités de recrutement. Ce sont plus de 300 élèves qui bénéficieront d’un contact privilégié avec les employeurs du territoire.

Parole d’expert…

L’économie, ce n’est pas que des chiffres ! Ce sont des entreprises, des hommes et des femmes. C’est ensemble que nous devons réussir. J’aime passionnément notre territoire et je crois dans son avenir. Je respecte profondément les entreprises et les responsables, quel que soit leur niveau, qui s’engagent et prennent des risques pour maintenir et développer leur activité, notre activité ! Nous leur devons tous beaucoup. J’ai envie de leur donner en retour la garantie de notre engagement à assurer leur avenir et un quotidien amélioré. J’ai confiance dans notre capacité à fédérer pour valoriser l’innovation et l’initiative des entreprises sur le territoire.

Brigitte LANGLOIS, Responsable du Pôle Economie de la CdC

7


tour

isme

Quelques chiffres

56 km

de voie verte entre Planches et Champignolles

17

communes traversées

On est sur la bonne voie !

L

e PAYS DE L’Aigle fait partie du Pays d’Ouche : c’est un territoire marqué par la présence de cours d’eau qui lui apporte tous ses charmes, son histoire et son patrimoine. C’est un milieu naturel préservé et diversifié pour le tourisme vert (paysage authentique, bâti typique, présence de forêts et rivières). Les musées ainsi que les grandes usines de renom présents sur le territoire ont su attirer l’attention de nombreux visiteurs (lire le projet Bohin, pp14-15). Des grandes manifestations comme Festiv’âne ou la Fête du ciel attirent aujourd’hui des milliers de visiteurs de Normandie et de la France entière. C’est une véritable dynamique touristique et culturelle qui rassemble collectivités, associations, volontaires bénévoles…

8

Un véritable enjeu économique

mérite le détour !

autour d’un même objectif : développer

Si l’accompagnement du développement économique est la mission première de notre CdC, très rapidement le tourisme s’est également imposé comme étant un facteur de développement économique essentiel. Nous avons des atouts souvent sous-estimés comme la Risle ou notre patrimoine bâti. Il ne reste plus qu’à structurer nos projets et à les concrétiser. Rappelons les propos de Robert Cassou (fondateur d’IMV) lors de l’inauguration de la rue portant son nom : «La Risle est un terroir où les hommes sont poussés à faire des prouesses intellectuelles et physiques. La Risle a une vocation fantastique. Ne l’oublions pas ! »

L’office de tourisme a su, depuis de nombreuses années, organiser des animations originales qui ont pour mission première de faire découvrir notre territoire. En parcourant chaque commune avec ses cœurs de bourg rénovés, on découvre des sites accueillants autour de l’église, des lavoirs, des moulins… Ce qui est moins visible et qui est tout aussi important, c’est la mobilisation des habitants de notre intercommunalité autour de ces festivités, créant ainsi un ‘esprit de pays’ indispensable au bon déroulement de ces temps forts touristiques. Associations, bénévoles volontaires, élus se retrouvent

l’attractivité du territoire et faire de notre pays de L’Aigle un rendez-vous incontournable pour urbains en quête d’authenticité. public/privé Des initiatives comme le musée de l’énergie à Chandai, le gîte Verhaeghe à St Symphorien des Bruyères ou le projet Bohin (pp14-15) renforcent l’offre proposée sur le Pays de L’Aigle. L’implication des privés doit être soutenue par les collectivités et aident à l’attractivité du territoire.


pays de l’aigle magazine

Parole d’expert…

Valéry BOURGOUIN, Responsable de l’Office de Tourisme

Véritable vitrine de notre territoire, l’Office de Tourisme est un centre d’informations pour les visiteurs et aussi pour les habitants, mais pas uniquement… Le tourisme est une composante forte du développement économique de notre pays, c’est pourquoi nous nous efforçons d’accompagner au mieux nos professionnels, de travailler avec eux afin de faire évoluer notre offre touristique et ainsi multiplier l’attractivité du territoire. Accueil, promotion, création d’animations, accompagnements… ces travaux divers et variés ont un point commun : une véritable expérience humaine. Voilà ce qui est plaisant et enrichissant, le contact avec les touristes, avec les habitants, avec les élus, avec les bénévoles qui participent à l’organisation de nos événements, avec les professionnels de notre territoire. Autant de personnes ayant des problématiques différentes à gérer….dans un seul et même but : faire de notre pays, un territoire accueillant, fréquenté, connu et apprécié.

zoom sur La présence de la Risle a façonné notre territoire et permis le développement de nombreuses activités industrielles liées au travail des métaux. Cette vallée offre aujourd’hui une richesse patrimoniale et culturelle qui marque son identité. Les élus du Pays d’Ouche ont choisi de valoriser cette vallée en aménageant un chemin touristique aux abords de la Risle à destination des cyclistes et randonneurs.

Fête du Ciel à Beaufai

Musée de l’énergie à Chandai

La vallée de la Risle, au coeur du territoire La zone étudiée s’étend sur une cinquantaine de km entre Planches (avec une liaison vers l’abbaye de St Evroult) et Champignolles dans l’Eure (étude menée avec le cabinet Inddigo – Altermodal, spécialiste de ce type d’aménagement en France). Sur la CdC du Pays de l’Aigle, il permettra de relier le site de la Forge d’Aube, le centre ville de L’Aigle, le site Bohin à St Sulpice sur Risle. Cet aménagement, opération de développement durable, profitera à la population locale et contribuera fortement à accroître l’attractivité de notre territoire.

Musée de la grosse Forge d’Aube

9


rencontre avec Jean Sellier C

’est autour d’un petit déjeuner dans le salon de l’hôtel du dauphin, à L’Aigle, que Jean SELLIER a voulu rassembler 7 personnes habitant sur le territoire, représentatives de la population locale. Un moment convivial où chacun a pu s’exprimer librement sur l’image qu’il a de la CdC et les évolutions à venir. Débat…

1 3 2 4

6 5 7

10

Les participants : Cédric Viaux(1), 32 ans, professeur d’EPS au lycée Napoléon, vice-président du club de handball, joueur national au club de handball et secrétaire départemental du syndicat national d’éducation physique • Serkan Ergun(2), 38 ans, gérant de la société EMG sur la zone industrielle n°1 dont l’effectif est de 20 personnes • Florence Nortier(3), mère de famille de 4 enfants, habitant sur Chandai  • Louisette Fouché(4), habitant Aube, conseillère municipale depuis 2008 et conseillère dans l’insertion professionnelle à l’association l’Aigle Emploi Service • Patrice Letilly(5), commerçant et exploitant de 9 boutiques dont 6 sur l’Aigle, avec un effectif total de 28 salariés • Aurélie de Bourboulon(6), 26 ans étudiante en BTS communication• Claude Vassard(7), 60 ans, exploitant agricole sur la commune de Saint Sulpice : exploite en agrobiologie depuis 25 ans, administrateur dans des organisations professionnelles.

Benoît Pohu, chargé de communication à la CdC : pour commencer cet échange, quand on vous dit CdC, Pays de L’Aigle, à quoi pensez-vous ? Serkan Ergun : J’ai connu la CdC dès 2005 grâce au projet industriel que je mettais en place. Louisette Fouché : je ne sais pas qui fait quoi entre la CdC, le pays, les communes… ce serait donc intéressant de communiquer sur les compétences de la CdC Patrice Letilly : Je pense que la politique trouble les esprits de chacun et j’ai l’impression que la commune renvoie vers la cdc et la cdc renvoie vers la commune Jean Sellier : C’est vrai qu’il faut clarifier les compétences exercées par les communes et celles exercées par la cdc. Si ces dernières années nous avons progressé, il reste du chemin à faire ; vous avez raison. Malheureusement la nouvelle loi territoriale qui devait apporter des solutions est longue à venir. Patrice Letilly : Je sais que vous, la CDC, vous avez construit les cœurs de bourg ce qui a permis pour eux de se sentir moins isolés. Jean Sellier : Effectivement notre priorité d’hier était les coeurs de bourg ; aujourd’hui, c’est la ville de l’Aigle. Dans nos réalisations, il n’y a pas de place pour le hasard. Nous continuons à organiser nos services : CIAS, voirie, tourisme... Le sport, par contre, n’est toujours pas structuré faute d’un accord entre les élus.


pays de l’aigle magazine

Cédric Viaux : En tant que professionnel sportif, il y a des installations qui sont très bien sur l’Aigle entre les différents stades et gymnases mais ils sont très vétustes et entre le lycée, les collèges et les écoles primaires, il n’y a plus assez de place pour tout le monde. Ça demande un peu de coordination… Jean Sellier : Une étude réalisée il y a 10 ans a montré la nécessité de créer un stade et un nouveau gymnase. Avec la capacité financière que nous avions, on ne pouvait pas générer un gymnase à 6 millions d’euros et nous avons commencé par un stade. Notre préoccupation première aujourd’hui est de structurer le sport à l’échelle de tout notre territoire. Il ne faut pas oublier que lors de la création de la CdC, il nous manquait beaucoup d’équipements : station d’épuration, déchetterie, piscine, crèche, zones industrielles. Je pense que vous concevez aisément que ces équipements étaient indispensables. Benoît Pohu : Et en vous promenant dans l’Aigle et le pays de l’Aigle, visualisez-vous les réalisations de la CdC ? Louisette Fouché : Oui, le pôle de santé, les efforts pour garder IMV, la voirie, les avenues qui arrivent sur L’Aigle. Jean Sellier : Effectivement, la volonté est d’avoir une ville attractive, de rendre la ville aux piétons, des entrées de ville attrayantes. Le centre-ville de l’Aigle se dévitalise et une impression de vieillissement peut être perçue par le visiteur. Claude Vassard : il y a eu beaucoup d’efforts de faits dans la voirie mais justement beaucoup de béton pour une société où l’on voudrait remettre l’environnement au centre. On met de l’argent dans la voirie mais à côté de cela on supprime des postes d’enseignants. Jean Sellier : Tous les villages de la CdC sont dotés d’écoles neuves avec des équipements modernes. Si cette remarque est peut etre justifiée pour l’Etat, elle ne l’est pas pour les communes qui gèrent les écoles primaires. Concernant les personnels pour les enfants notamment en maternelle, nous sommes au top. Pour les collèges et le lycée, les effectifs ont effectivement tendance à diminuer.

Mme Nortier : A l’Aigle, marcher avec des enfants et des poussettes ce n’est pas évident car les trottoirs sont trop étroits. Jean Sellier : Une étude a été faite pour aménager le centre de l’Aigle mais si on veut laisser la place aux piétons et aux poussettes, il faut enlever des places de parking. Les places de parking vont être mises ailleurs et non supprimées. Jean Sellier : Est-ce que vous avez une perception de l’action sociale de la CdC ? Savez-vous qu’au niveau du social, nous gérons l’aide alimentaire par l’intermédiaire du CIAS, la maison de la petite enfance, la malle aux repas, les sapinettes et demain les centres d’animation à caractère social. La semaine de la mobilité a été marquée par un véritable travail de sensibilisation au développement durable, mais a aussi permis de réunir les directeurs de collèges de lycée et les industriels afin de faire une passerelle entre le lycée et les entreprises. On travaille sur la formation avec le Conseil Général, avec la Région pour essayer de garder des filières professionnelles sur l’Aigle. Brigitte Langlois : Est ce que vous identifiez la cdc comme acteur majeur du tourisme ? Louisette Fouché : On a une belle région mais je me dis qu’est ce qui se fait, qu’est-ce qu’il y a comme projet car je n’ai rien entendu dessus. On connaît par contre Festiv’âne ou la fête du Ciel qui rassemble des milliers de personnes. Jean Sellier : il y a 15 ans on ne parlait pas de tourisme, c’est clair. Et grâce à l’action concertée de la cdc et du pays, nous avons développé des projets : chemins de randonnées, replantation de haies, création de produits touristiques nouveaux avec Bohin. Les missions de l’office de tourisme qui est notre bras armé, évoluent également pour devenir un point d’accueil incontournable aussi bien pour le touriste que pour les nouveaux habitants de notre territoire.

Merci en tout cas pour cette expérience qui sera très certainement renouvelée. Nous attendons vos remarques et suggestions suite à cet entretien sur www.paysdelaigle.com.

11


voirie

& urbanisme

ça roule sur le Pays de L’Aigle !

C

ompétence récemment transférée à la Communauté de Communes (2009), l’urbanisme c’est l’aménagement des espaces publics et privés, l’organisation du bâti et des activités économiques, la répartition des équipements (services publics), et d’une manière générale le travail sur la morphologie de la ville et l’organisation des réseaux qui la composent. Concrètement, il s’agit pour la Communauté de Communes du Pays de L’Aigle de travailler sur l’équilibre Communes et Ville Pôle, de redessiner le centre-ville de L’Aigle ou de rénover certains quartiers comme Blaizot. Depuis 15 ans, la Communauté de Communes a mis l’accent sur la rénovation des coeurs de bourg pour développer le charme de ces communes. Avec une certaine unité, ces travaux ont permis de donner un nouveau souffle à ces bourgs, tant pour les habitants que pour les visiteurs. Maintenant, la priorité est donnée à la réhabilitation urbaine de la ville de L’Aigle. La voirie et

12

l’urbanisme sont étroitement liés : la réflexion de l’urbaniste s’appuie sur des réseaux existants, sur la construction de voies nouvelles, sur des signalisations, sur des paysages. un nouveau visage pour la ville La communauté de Communes a décidé de mettre l’accent sur les voies douces, de rendre la ville aux piétons. L’Avenue du Perche, par exemple, prend en compte cette exigence. Par ce mode de circulation, sécurisé et accessible, ouvert à tous les moyens de déplacement non motorisés, elle

s’adresse aux piétons, aux cyclistes, aux rollers, aux personnes à mobilité réduite. Cette démarche qui s’inscrit complétement dans une réflexion

Quelques chiffres

200

c’est le nombre de tonnes de sel utilisées l’hiver dernier.

667 000 € c’est le budget du service voirie, un des plus importants de la CdC.


pays de l’aigle magazine

Paroles d’experts…

de développement durable permet à tous d’avoir une place réelle dans l’organisation des déplacements : l’aménagement de la place Boislandry Europe sera réalisée en 2012 en collaboration avec la ville de L’Aigle. Sans être exhaustif, on peut noter la réalisation de l’Avenue du Perche, de la route de Paris, de la rue de Chennebrun ou de l’Avenue Ile de France. Ces routes permettent d’enjoliver les abords de l’Aigle et de donner une image de la ville plus dynamique.

zoom sur

Opération Déneigement

Cette année encore, la CdC est prête à affronter les grands froids : avec une réserve importante de sel, avec le matériel approprié ce sont plus de 250 km de voies qui sont sous surveillance 7 J./7 et 24h/24. Comme en montagne, le sel est utilisé avec parcimonie afin de diminuer l’impact environnemental.

Objectif SCOT Le Schéma de COhérence Territoriale ou SCOT est un document d’urbanisme qui détermine, à l’échelle de plusieurs communes ou groupements de communes, un projet de territoire qui vise à mettre en cohérence l’ensemble des politiques notamment en matière d’urbanisme, d’habitat, de déplacements et d’équipements commerciaux, dans un environnement préservé et valorisé. Il a été instauré par la « Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains » loi SRU du 13 décembre 2000. Le SCOT vise la mise en valeur du patrimoine naturel et du bâti, en mettant l’accent sur les éléments qui vont donner une cohé-

rence au groupement ainsi constitué, notamment à partir d’une analyse du territoire sous toutes ses composantes. Boussole des différentes politiques (habitat, déplacement, environnement, activités économiques, mixité sociale, lutte contre les gaz à effet de serre, emploi ...), le SCOT définira le cap à suivre des futurs projets d’aménagement et de développement sur notre territoire, pour les 20 prochaines années. L’ambition est de faire d’un SCOT un document d’urbanisme exemplaire qui donnera lieu à une très large concertation avec l’ensemble des acteurs du territoire.

Projeter, réaliser toutes sortes de travaux sur les 15 communes de la CdC : voilà ma fonction (entretien, rénovation, création d’aménagements de voirie). C’est une charge de travail importante qui demande des déplacements et de la disponibilité. Quand un projet d’aménagement de voirie a lieu, J’aime chercher le compromis entre les riverains et les décideurs afin de satisfaire au mieux les demandes de chacun. Philippe BAUXDE, Responsable du pôle voirie

C’est un plaisir de contribuer à faire émerger un projet et qu’il se concrétise : constituer un groupe de travail de la phase conception à la phase réalisation, rechercher les financements, rencontrer les partenaires ; Actuellement, je suis notamment les 2 dossiers de construction d’équipements communautaires le Pôle de Santé et le projet de pôle sportif. L’urbanisme a cet avantage qu’il marque durablement le territoire. Faire partie de cette aventure est à chaque fois une nouvelle joie.

Christophe SBILE, Responsable du Pôle urbanisme 13


Grand

angle

bohin, entreprise et SITE CULTUREL

C

’ est au coeur de la commune de Saint-Sulpice-sur-Risle, en bordure de rivière, qu’est située l’entreprise BOHIN, unique site de fabrication d’aiguilles à coudre en Europe. Ce site va devenir le poumon touristique de notre région, un site qui « mérite le détour » ! Créée en 1833, l’entreprise se développe et se diversifie tout au long des XIXe et XXe siècles. Aujourd’hui, BOHIN produit et distribue une large gamme d’outils et accessoires pour la confection, les loisirs créatifs et le secteur de la papeterie dans une vingtaine de pays. Bohin s’inscrit parfaitement dans le projet d’aménagement de la Risle. A partir de 1866, l’usine BOHIN a développé et structuré un vaste ensemble immobilier de bâtiments industriels, toujours en activité. L’essentiel de ce patrimoine est inscrit depuis 1995 à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques. Consciente de la richesse de son patrimoine industriel (composé non seulement de bâtiments mais aussi de machines du XIXe siècle toujours en fonctionnement, ainsi que de documents, d’objets et de films retraçant l’histoire du métier d’épinglier), BOHIN propose en 2001

14

de développer sur son site un Centre d’Interprétation de l’Aiguille. Dans ce cadre, elle cède à la Communauté de Communes du Pays de l’Aigle plusieurs bâtiments qui seront confiés à JM Mandon Architecte et François Confino muséographe international. Le Centre, qui s’étendra sur une surface de 2433 m2, dont 1510 m2 au sol, ouvrira ses portes en mars 2013. Il répondra aux attentes touristiques de la région. Grâce à sa localisation et à la richesse de ses collections, il contribuera aussi à la dynamisation de l’économie locale et à la création d’emplois.

Clin d’œil… Oui, je rends hommage à Jean-Pierre “Pernaut. Il a eu l’intuition de quelque chose. Il a senti que la France va revenir à sa vocation initiale, à l’agriculture et au Tourisme, à une sorte de Conservatoire des paysages et des artisanats anciens. C’est paradoxal, mais le journal de Jean-Pierre Pernaut est un journal d’avenir. C’est ça la France qui gagne.

Michel Houellbecq


pays de l’aigle magazine

interview

Rencontre avec… François Confino, Scénographe La réputation de François Confino dans les domaines de la muséographie et de la scénographie n’est plus à faire. Au terme d’une carrière prestigieuse l’ayant conduit aux quatre coins du monde, François Confino a à son actif la conception et la direction de projets muséographiques d’envergure liés notamment au monde des sciences, des arts et du cinéma. Son intérêt pour le milieu cinématographique ne s’est jamais démenti tout au long de ses quarante ans de carrière. On lui doit nombre de concepts précurseurs liés au monde de l’image, dont « Cités-Cinés » présenté dans les villes de Paris, Gand, Montréal, « Cinéma Avenue » conçu pour le Centre international d’exposition de Tokyo, le Musée national du Cinéma de Turin, le Train du cinéma (SNCF France), le Musée national du cinéma et TV-Cité (France). François Confino a de plus laissé sa marque au sein de grandes expositions universelles, dont celles d’Hanovre, de Lisbonne, de Séville et d’Expo 02 en Suisse, en plus de participer au développement de productions à grand déploiement mettant à contribution le nec plus ultra des nouveaux médias, tels le mémorable Défiléspectacle célébrant le cinquantième anniversaire de la Libération de Paris et le spectacle « Oceanos E Utopias » qui a marqué l’Exposition universelle de Lisbonne. François Confino et son équipe ont apposé leur signature sur un nombre impressionnant de musées dont certains constituent des références internationales en la matière.

Didier Vrac Directeur de Bohin France Quel écho faites-vous à l’enthousiasme porté par tous sur le projet Bohin ? Très heureux d’abord de l’issue de plus de 10 ans de travail sur le projet au cours desquels, au-delà d’un questionnement légitime, le territoire dans son ensemble a compris son intérêt en se donnant les moyens de valoriser une composante majeure du patrimoine local. A quelque niveau que ce

J’ai vu les yeux briller ! soit, j’ai vu les yeux briller ; personnes âgées, jeunes, personnalités du monde politique, culturel, financier, industriel (la Fondation du Patrimoine et l’entreprise Total), médias multiples TF1, FR3, Arte, NHK japonaise, pour la télévision, les journaux Libération, Côté Ouest et plus récemment le magazine de Ouest France, Reportage, et Le Monde sur une page complète. J’ai eu l’impression de délivrer à chaque visiteur un peu de bonheur, de rassurer dans une époque difficile. BOHIN pourrait avoir inventé, avec d’autres heureusement, l’expression « développement durable » puisque ce projet est surtout là pour construire le futur. 15


Environ

nement

Quelques chiffres

250 000

c’est la production en kwh de la centrale solaire d’IMV. Soit l’équiva-

lent en consommation de 100 maisons environ soit 20 tonnes de CO2 économisés.

1 500 kG c’est le papier recyclé du pôle administratif en un an.

10 kM

De haies replantés sur notre territoire depuis 2009

Un développement toujours plus durable

E

ncore vécu il y a quelques années comme un frein à l’économie, le développement durable s’impose aujourd’hui comme une opportunité de croissance, génératrice d’emplois et donc de richesse. C’est la nouvelle ‘économie verte’ pour des territoires ruraux bien souvent en panne d’industrialisation.

Dès 2008, au lendemain des élections municipales, la CdC fixe l’objectif pour la durée du mandat : Réduire de façon significative les émissions de gaz à effet de serre et répondre ainsi aux objectifs de Kyoto (1997) : 20% de gaz à effet de serre en moins, 20% d’énergie renouvelable en plus, 20% d’économie d’énergie. comment ? la CdC montre l’exemple

16

• travail de fond engagé dans tous les services pour réduire nos propres factures : consommation de l’eau du

robinet et élimination progressive des bouteilles plastique ; attention particulière sur l’électricité et le chauffage ; réduction des quantités de papiers achetés avec encore plus de numérique, de recto verso, moins de couleurs ; mise en place du tri sélectif sur tous les sites communautaires, adaptation des horaires de travail pour faciliter le covoiturage du personnel

• et si la haie devenait notre mode de chauffage : mise en place de la filière bois énergie, incitation financière pour l’étude des petits réseaux de chaleurs, pour les plantations de haie et dans l’opération “une vie un arbre“ ; adhésion au plan climat énergie du pays d’ouche.

• l’événementiel passe au vert : remplacement des gobelets plastique à Festiv’ane par des verres recyclés et consignés ; tri sélectif à l’intérieur des manifestations, installation de toilettes sèches.

Avec tous les partenaires locaux qui façonnent et construisent notre territoire (école, collège, lycée, SMIRTOM et entreprises) : par la sensibilisation des jeunes au développement durable par un jeu concours annuel sur un thème

avec qui ?


pays de l’aigle magazine

imposé (plus de 700 enfants et jeunes ont répondu à l’appel). Avec le Smirtom, pour l’opération “nettoyons la nature“ et la collecte des cartons avec les entrepreneurs mobilisés autour des thèmes du développement durable dans le cadre de la charte “Entreprises et Territoire“ (pp6-7).

Dans un contexte mondial de changement climatique et d’incertitudes économiques, les intercommunalités sont bien au cœur des politiques environnementales.

zoom sur « le SPANC » Depuis la loi sur l’eau de 1992, l’assainissement non collectif constitue une alternative à part entière au tout-à-l’égout. L’objectif est d’assurer l’évacuation des effluents, tout en protégeant l’environnement. Pour répondre aux obligations de la loi sur l’eau du 3 janvier 1992, la Communauté de Communes du Pays de l’Aigle a mis en place un Service Public d’Assainissement Non Collectif (SPANC). Créé en 2003, les missions premières du service sont le contrôle des installations neuves et existantes. Concrètement, un peu moins de 2000 assainissements autonomes ont été contrôlés. Depuis le 1er janvier 2011, et conformément à la loi du Grenelle 2, le service réalise le diagnostic d’assainissement non collectif en cas de vente immobilière. Prochainement, un projet de loi modifiera le code de l’urbanisme et permettra ainsi d’intégrer l’avis du SPANC préalablement à la demande de permis de construire.

Parole d’expert…

Pour moi, le développement durable c’est bien souvent une question de bon sens dans nos gestes quotidiens. Par des actes simples, on peut véritablement changer notre impact sur notre territoire et cela a bien souvent aussi des répercussions économiques. En parcourant tous les jours le territoire, je me rends compte des efforts faits dans des foyers et de la prise de conscience de beaucoup qu’il fallait s’y mettre. C’est pour moi un réel encouragement pour l’avenir et dans la mission qui est la mienne au sein de la Communauté de Communes.

Roland DAOUT, Responsable du Pôle Environnement

17


Logement OPAH : l’engagement de la CdC En faveur des propriétaires bailleurs, elle abonde les aides déjà apportées par l’ANAH de 5% à hauteur de 1000 e maximum, pour les logements vacants situés sur la commune de l’Aigle, de Rai et de Saint Sulpice. Elle s’est engagée à apporter des aides complémentaires pour les propriétaires occupants sous certaines conditions : • Résorption de l’Habitat indigne

N

ous occupons tous un logement, locataires ou propriétaires. En faisant le choix de mettre l’accent sur le logement social, la communauté de Communes veut définir une politique du logement à l’échelle du territoire. Depuis 15 ans, la modernisation des voiries autour des logements sociaux dans les communes a permis de donner un second souffle aux cœurs de bourg. En réaménageant le quartier Blaizot à l’Aigle, c’est aussi faire de ce quartier un véritable lieu de vie avec équipements sportifs, lien avec les établissements scolaires et accès améliorés.

OPAH : Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat sur la CdC ! Derrière ces sigles, il y a une réalité qui peut concerner chacun : améliorer les conditions de vie des ménages du parc privé, sur un territoire donné, grâce à la concentration de moyens humains, techniques et financiers. Quartier BLAIZOT, c’est parti ! Après 3 années d’étude, aujourd’hui le projet est finalisé et phasé. La jonction du milieu scolaire, des équipements sportifs et des logements donne à ce quartier un véritable dynamisme. Une première tranche sera réalisée en 2012 et nous espérons terminer en 2015.

18

Quelques chiffres

101 500 € c’est l’enveloppe budgétaire réservée par la Communauté de Communes sur trois ans pour financer ces aides

La collectivité abondera de 10% les aides de l’Anah, à hauteur de 2 500 e maximum, pour les travaux de sortie d’insalubrité et pour l’habitat très dégradé. • Travaux dits de petite LHI (lutte contre l’habitat indigne) – sécurité, salubrité

La collectivité abondera de 5 % à hauteur de 1 000 e maximum les aides de l’Anah pour les travaux de sortie d’insalubrité des propriétaires occupants. • Travaux liés à l’autonomie de la personne

La collectivité apportera une aide complémentaire à celle de l’Anah de 5% du montant de la dépense subventionnable par l’Anah, avec un objectif de 25 logements, et un maximum de 500 e par logement. • Travaux financés dans le cadre du dispositif « Habiter Mieux »

Dans le cas spécifique d’un gain énergétique de 25% après travaux pour un propriétaire occupant, une aide de 250 e sera attribuée en plus de la subvention de base de l’Anah.

PERMANENCES sans rendez-vous Dans les locaux de la Communauté de Communes : Au Pôle administratif – 5 place du Parc – l’Aigle (Bureau du C.I.A.S. au rez-de-chaussée) Tous les Vendredis de 10h00 à 12h00


Sport

pays de l’aigle magazine

I

ls sont nombreux les habitants du territoire à pratiquer une activité sportive sur notre pays de L’Aigle : plus de 4300 licenciés dans 25 catégories sportives présentes sur notre territoire.

Des équipements à fédérer… Le pays de L’Aigle compte un grand nombre de clubs et d’associations sportives sur le territoire qui contribuent à créer un véritable lien social. La CdC continue à construire des équipements cohérents sur le territoire et souhaite, à terme, harmoniser la pratique du sport en prenant la compétence sportive. Le futur stade, qui sera prochainement livré, répond à une attente déjà ancienne et comprendra des tribunes de 650 places, la possibilité d’accueillir des compétitions régionales, voire nationales, des équipements pour les scolaires, des vestiaires… Au-delà de l’aspect purement sportif, c’est un nouveau visage qui est donné au quartier Blaizot. Plus qu’une piscine, un complexe aquatique ! La réouverture du Complexe aquatique Cap’Orne a suscité un engouement jusqu’ici jamais atteint. Preuve que le public est sensible à cette structure réhabilitée, gérée par la Communauté de Communes. Un véritable espace

forme a été aménagé avec possibilité d’un coaching personnalisé en salle de musculation. Cap’Orne n’est plus un lieu où l’on vient simplement nager, mais un espace de sport et de loisirs où tout est offert pour vivre un moment de détente et de dépaysement. Un nouveau gymnase Avec le projet d’un nouveau gymnase, la Communauté de Communes pourra offrir aux sportifs licenciés un panel élargi d’équipements confortables et sécurisés. Ce pôle sportif situé au cœur du quartier Blaizot et non loin du lycée Napoléon aura pour vocation de répondre aux besoins grandissants des associations

sportives et des scolaires du territoire. Ce gymnase améliorera l’organisation des plannings et des cours. Beaucoup de sports possibles pour le baccalauréat pourront être pratiqués dans ce pôle sportif.

Le chiffre

26 705

c’est le nombre d’entrées à Cap’Orne en 1 mois et demi, de la réouverture jusqu’au 4 septembre 2011. 19


fina

nces

15 ans D’INVESTISSEMENTS ET DE MOBILISATION DES RESSOURCES

N

ée en 1995, la Communauté de communes du Pays de L’Aigle a pour mission de mutualiser les moyens pour faire ensemble ce que nous ne pouvons pas faire seuls. Pour cela, elle vote l’impôt local, dispose de dotations de l’Etat et capte des subventions. Un rapide regard dans les comptes.

DES RESSOURCES MOBILISEES Comme chacun d’entre nous, la Communauté de communes du Pays de L’Aigle (Cdc) perçoit des revenus pour vivre et pour financer ses achats. Chaque année, le Conseil de la Communauté de communes du Pays de L’Aigle vote la part des impôts locaux qui lui revient et reçoit les dotations que l’Etat lui attribue. Les Impôt locaux : Quatre périodes distinctes caractérisent la perception des impôts locaux par la

Admin

L

istration

a communauté de Communes s’est bien agrandie depuis 15 ans. Aujourd’hui, elle gère 11 personnes au sein du pôle administratif et une équipe technique de 10 personnes (voirie, gens du voyage et office de tourisme) ; elle accompagne aussi 38 personnes liées au CIAS et 16 personnes attachées au centre aquatique cap orne. Le pôle administratif, c’est aussi un service finances, un secrétariat général, un pôle accueil.

20

Communauté de communes du Pays de L’Aigle en fonction des lois et de la volonté du Conseil communautaire. • 1995-2000 : la Cdc perçoit environ 10% du total des impôts locaux prélevés sur son territoire par les communes, le département de l’Orne, la région BasseNormandie et elle-même. Elle participe au prélèvement sur la taxe d’Habitation (TH), la taxe sur le Foncier Bâti (TFB), la taxe sur le foncier Non Bâti (TFNB) et la Taxe Professionnelle (TP).

Michel BELLOIR Directeur général des services J’ai fait le choix d’une collectivité à taille humaine car j’ai toujours considéré que l’efficacité du balayeur est aussi importante que le diplôme de l’ingénieur pour produire un service public de qualité.

• 2001 à 2005. Le Conseil de communauté décide de mutualiser la TP pour appliquer un taux unique sur l’ensemble du territoire intercommunal, elle perçoit uniquement l’impôt local sur les entreprises et ne perçoit plus les TH,TFB et TFNB, impôts qui concernent les habitants et les propriétaires. • 2005 à 2009. La Cdc perçoit toujours la TP et ajoute une part équivalente à 4.5% du total des contributions des habitants et propriétaires (TH,

Benoît POHU Responsable service Communication Ce que j’aime dans la communication, c’est la possibilité de créer des liens entre les personnes qui agissent sur le territoire, les élus et la collectivité, les associations et les habitants. Contribuer au développement de l’attractivité de notre territoire : voilà une priorité qui traverse mon travail. Communiquer, c’est aussi partager tout le travail fait par la collectivité, en interne et en externe. Chiffres clés : 17000 photos dans la banque d’images


pays de l’aigle magazine TFB, TFNB) de son territoire. Ainsi, en 2009, 17,5% de l’impôt prélevé par la Communauté de communes du Pays de L’Aigle proviennent des habitants et propriétaires, 82,5% proviennent des entreprises.

Les dotations attribuées par l’Etat

• depuis 2010, l’Etat a réformé le régime fiscal des entreprises et supprimé la TP et transféré divers impôts des habitants et propriétaires vers les Cdc pour ne pas déséquilibrer leurs finances. Cette réforme entre pleinement en vigueur en 2011 avec notamment le transfert de la TH perçue par le département à l’intercommunalité. Ainsi en 2010, la Cdc a prélevé environ 9,5% du total de ces taxes prélevées sur son territoire, les communes : 44 à 50% et le Département de l’Orne de 29 à 35% selon les années. Enfin, la Région Basse-Normandie a prélevé 9 à 10% uniquement sur les taxes foncières visant les propriétaires.

Ces dotations sont calculées selon des règles établies chaque année par les députés et sénateurs dans la loi de finances. L’attribution de la DGF à la Cdc se distingue en 3 périodes :

• 2000-2006 le changement de régime d’impôts provoque une augmentation substantielle de la part de la DGF dans les ressources de la Communauté de communes du Pays de L’Aigle allant de 26% en 2000 jusqu’à 34% en 2009. Mais, en 2006 le montant attribué de DGF plafonne à 2 149 000 €.

La mobilisation des ressources financières de la Communauté de communes du Pays de L’Aigle a servi à investir pour le développement du territoire et des services à la population. La Communauté de communes du Pays de L’Aigle a entre 1995 et 2010 investi 15 657 000 € et capté 4 356 000 € de subventions. C’est plus de 20 000 000 € de travaux et de réalisations qui ont soutenu l’activité des entreprises et apporté des services nouveaux à la population.

anita noel Responsable service Ressources Humaines Conviction forte : A mon sens, les ressources humaines sont un ensemble de fonctions et de mesures ayant pour objectif de mobiliser et développer les ressources d’une équipe  pour une plus grande efficacité au quotidien. Ma définition du fonctionnaire pour la CDC du Pays de l’Aigle : « Des hommes et des femmes de terrain à l’écoute des préoccupations des usagers et toujours prêt à s’investir dans la stratégie de développement de notre territoire ».

Laétitia JOUANDET Service Economie Conviction : Pour moi, le travail d’équipe est essentiel : c’est une grande force ! Comme au handball et dans tout sport collectif, on perd ensemble, on gagne ensemble ! L’important, c’est de se faire plaisir.

Aurélie JEAN Service Ressources Humaines Conviction : Travailler dans la fonction publique, c’est presque un sacerdoce. Il est très agréable de pouvoir être au service des usagers et surtout de pouvoir leur donner entière satisfaction.

Chiffres clés :

Chiffres clés :

Chiffres clés : 2 604 519 e de budget

Afin d’aider les collectivités à assumer leurs dépenses de fonctionnement, l’Etat verse aux collectivités des Dotations Globales de Fonctionnement (DGF).

• 1995- 2000, la Cdc perçoit une DGF qui suit l’évolution du prélèvement des impôts locaux, elle représente environ 19% des ressources (81% pour les impôts)

• 3 collèges, 1 lycée et de nombreuses entreprises engagées sur un même projet

• 2007-2011 : la DGF attribuée décroit légèrement pour se stabiliser autour de 2 000 000 € et ne représente plus que 30% des ressources de la Cdc Enfin, il est à prévoir, compte tenu des difficultés de l’Etat à équilibrer son budget que cette dotation diminue progressivement dans les années à venir. INVESTIR POUR L’AVENIR :

• Environ 90 bulletins de paie par mois. • Environ 160 jours de formation pour le personnel 21


Paroles d’élus Guy MARTEL Vice-président en charge de la voirie intercommunale. Roland BOUSSARD Maire de Beaufai. Vice-président en charge du logement et des bâtiments intercommunaux.

Ce qui me plait, c’est la montée en puissance du service qui a permis de répondre aux besoins des usagers. J’aime passer le soir voir l’évolution des travaux et ce que les entreprises ont fait. J’avoue qu’il y a une très bonne ambiance et une parfaite entente avec le pôle voirie. Je suis fier aussi de la réactivité qu’on peut avoir sur des dossiers urgents.

Une conviction : L’intérêt communautaire au sein d’un EPCI, ça ne se monnaie pas. Il est ! (ou) il n’est pas ! Et dans l’affirmative, la prise de compétence en est le corollaire, quel que soit le domaine abordé (culture, économie, environnement, logement, social, tourisme, urbanisme, voirie ou autre...). Concernant le logement, les actions à mener sont d’envergure pour servir le territoire à la mesure de ses besoins, mais l’exercice de cette compétence par la CDC ne jouit pas encore d’une franche adhésion.

Passion : la moto et la chasse. Depuis l’âge de 17 ans. D’une manière générale les sports mécaniques. D’abord la vitesse dans ma jeunesse et aujourd’hui, l’ambiance et la convivialité des rassemblements sportifs autour des enduros et autres championnats. La chasse au gros et la passion des chiens : c’est pour moi un temps privilégié de proximité avec la nature, la forêt.

Un leitmotiv : « Très tôt fan de Formule 1, j’en ai tiré qu’il fallait toujours se battre pour arriver ! »

Claude DELAHAYE Président de Pays d’Ouche Développement. Vice-président en charge du tourisme. Je suis particulièrement fier de l’ouverture des itinéraires de promenade et randonnée «Pays d’Ouche Nord» qui a été une des premières initiatives fédératives entre L’Aigle et la Ferté-Fresnel. Parallèlement, la création d’aires de camping-cars sur le PAYS DE L’AIGLE se développe progressivement. Le projet de véloroute-voie verte vallée de la Risle entre dans le droit fil de la volonté de fédérer les acteurs du territoire dans un dossier structurant et d’apporter une offre touristique de grande envergure. Une joie : Festiv’âne chez la Comtesse de Ségur qui pour sa 5e édition amplifie son renom et son périmètre d’attraction. Une fête familiale et populaire reconnue. Ses loisirs : la randonnée (pédestre, cyclotourisme ou VTT) et les courts séjours en camping-car. Passions qu’il retrouve dans son travail grâce au projet voie verte et aux circuits de randonnées.

François CARBONELL Maire de Vitrai sous l’Aigle. Vice-président en charge des affaires sociales. Le social c’est moi ! Maison de la petite enfance, la malle aux repas, aides sociales, pôle de santé… C’est accompagner les habitants de notre territoire dans tout ce qui fait leur quotidien. C’est simplement passionnant. Il faut donc s’intéresser aux autres, mettre au rebut à priori et jugements de valeur. A partir de là, tout est possible. Une conviction : « En dehors de mes engagements d’élu, le fil conducteur de toutes mes passions, c’est de partager avec les autres. Dans le sport par exemple – et le rugby en particulier – rassembler des gens de tous horizons autour d’un même projet, c’est vraiment bien. C’est aussi vrai pour la politique. Seulement, le mot aujourd’hui n’a plus de sens parce qu’il est un prétexte à toutes les lâchetés. Jean Paulhan, l’écrivain et académicien, écrivait «Tout ce que je demande aux Politiques, c’est qu’ils se contentent de changer le monde, sans commencer par changer la vérité.” ... »

22

Serge DELAVALLEE Vice-président en charge de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire. Une conviction : Concernant l’urbanisme, c’est d’essayer de faire du centre-ville un espace de convivialité, que les gens aient envie de venir en ville. La place Boislandry peut presque devenir un espace de cocooning dans lequel on aime flâner. Pour le quartier Blaizot, je veux qu’il devienne un quartier voué au sport (gymnase et terrain de rugby), à l’éducation (lycée et collège) et un lieu d’habitat qui soit qualifié. Rendre l’envie de vivre à Blaizot. On va déboucher sur un futur quartier très accueillant. Concernant le Pôle de santé, la nouvelle façade dont je suis un fervent partisan, va permettre de découvrir une partie de l’église telle qu’on ne l’a encore jamais vue. C’est vraiment un projet séduisant ! Passion : la cuisine. ça prend du temps mais j’adore préparer un menu pour la famille et les amis. J’ai chez moi une véritable bibliothèque de cuisine. Mon plat favori : les Escalopes de saumon à l’oseille des frères Troisgros. En dessert, je vous propose une tarte aux quetsches. Bon appétit !


Office de Tourisme du Pays de L’Aigle Place Fulbeirt de Beina 61300 L’AIGLE Tél. : 02 33 24 12 40 Courriel : officedetourisme@paysdelaigle.fr Claude BELLUCCO Vice-président en charge des affaires économiques. Une conviction : En économie, comme ailleurs, on ne peut rien faire seul. C’est de plus en plus vrai aujourd’hui dans notre travail. Son rêve : avoir une voiture ancienne avec velours et bois noble. Sa passion : découvrir l’histoire d’une région à travers ses pierres et mieux connaître ainsi l’âme du lieu.

Thierry PINOT Maire de L’Aigle. Vice-président en charge des équipements sportifs intercommunaux. L’objectif que je veux c’est de mettre à disposition du plus grand nombre un service public. Ceci est particulièrement vrai dans deux domaines : le sport et la culture. Je suis satisfait et heureux d’avoir pu avec tous mes collègues faire en sorte que les habitants du pays aiglon aient accès à l’apprentissage de la natation en scolaire ou en privé. Savoir nager ouvre beaucoup de portes notamment en activités de loisirs. La réalisation de cette piscine a été l’événement fondateur de cette CdC et j’en suis fier. Ma passion : elle reste la découverte des fonds sous-marins lors de mes voyages. Je pratique ainsi sous forme de loisirs ce que j’ai longtemps fait sous forme professionnelle.

Jean Marie VERCRUYSSE Maire de Aube. Vice-président en charge de l’environnement. Je prends un réel plaisir depuis 2008 à écrire, modestement mais avec conviction, la feuille de route du développement durable sur le Pays de L’Aigle et plus largement sur le pays d’Ouche. Jamais, la prise de conscience n’a été aussi forte qu’aujourd’hui. Je reste persuadé que le développement durable est plus qu’un état d’esprit ; c’est un art de vivre. L’idée générale n’étant pas de se montrer du doigt en invoquant ce qui n’est pas fait, mais de mettre constamment en valeur ce que nous faisons.

CIAS 5 place du Parc - 61300 L’Aigle Tél. : 02 33 34 70 86 • Fax : 02 33 84 50 49 Vice-Président : François Carbonell ouvert du lundi au jeudi : 08 h 30 à 12 h 00 / 13 h 30 à 17 h 45 vendredi : 08h30 à 12h00 / 13h30 à 17h00. Pays d’Ouche Développement 41 Grande Rue 61550 La Ferté-Fresnel Tél. : 02 33 84 87 23 Courriel : info@pays-d-ouche.com Site : www.pays-d-ouche.com SMIRTOM Déchetterie ouverte de 7 h 30 à 19 h 00 (l’été) et de 7 h 30 à 17 h 00 (l’hiver) Adresse : route de L’Aigle 61300 Crulai Les champs rouges Saint ouen sur Iton - BP 174 - 61305 L’Aigle Tél. : 02 33 34 17 75

Centre aquatique intercommunal Cap’Orne Avenue Kennedy 61300 L’Aigle Tel : 02 33 24 18 18

Communauté de Communes du Pays de l’Aigle 5 place du Parc - 61300 L’Aigle • Tél. : 02 33 84 50 40 • Fax : 02 33 34 98 33 • Président : Jean Sellier (permanence le jeudi après-midi sur rendez-vous) Ouvert du lundi au jeudi : 08 h 45 à 12 h 00 / 13 h 30 à 17 h 30 vendredi : 08 h 45 à 12 h 00 / 13 h 30 à 17 h 00.

site : www.paysdelaigle.com

Ma passion : La musique classique ou la beauté d’un paysage me fait encore et toujours vibrer et me laisse admiratif.

www.paysdelaigle.com

23


La MANUFACTURE BOHIN ouvre ses portes en mars 2013

HORS SERIE Pays de L'Aigle Magazine  

Le Magazine du Pays de L'Aigle. Un hors-série qui montre 15 ans d'action et des projets

HORS SERIE Pays de L'Aigle Magazine  

Le Magazine du Pays de L'Aigle. Un hors-série qui montre 15 ans d'action et des projets

Advertisement