Page 1


Page 1 Symboliquement, cette page était destinée aux listes de l’opposition. Comme personne n’en veut, nous avons décidé de l’occuper. -------------------------------------------------------------------------------------------

Éditorial Il est loin le temps où des coco-girls « à poils » envahissaient nos tubes cathodiques aux heures de grandes écoutes. A 3 ans, tous les gosses avaient vu d’autres seins que ceux de leur mère. C’était normal , c’était comme ça. Toute une époque. Aujourd’hui, ce serait un scandale : la croix de St Nicolas, l’urinoir de Mick Jagger, une pub radio ou la marque du beurre de Chaperon Rouge, tout fâche. En 2017, il faut ranger, normaliser, repasser. Rien ne peut dépasser, chatouiller ou gratter. Il y a 50 ans, les ados pensaient que le « couvrez ce sein que je ne saurais voir » était une histoire de ringards Hé non, les enfants ! Nous sommes à nouveau dans les tartufferies de Molière : « Par de pareils objets, les âmes sont blessées, Et cela fait venir de coupables pensées. » « Que personne ne bouge » serait LA réponse à nos incertitudes. J’aimais bien Colaro et ses coco-girls, un peu Frondeur.euse.s ! Notre fronde, c’est l’alternative démocratique. (Larousse : Qui présente ou propose une alternative, un choix entre deux solutions http://www.larousse.fr)

Mais pas à poil !? Quoique, si ça fait avancer le Schmilblick ? Je pourrais ! (Parole cocoricocoboy)

Il est beau comme un dieu Il a un ticket rock dans les yeux Beau comme un dieu, ticket rock dans les yeux Il fait même craquer les hommes Cest un super bébé cadum Craquer les hommes, super bébé cadum Au niveau de l’amour Tarzan dans un gant de velours Gant de velours, au niveau de l’amour En plus il est pas bête Il en a dans la tête Il a même de l’humour


Page 2 Les journées de… La journée des secrétaires, des grands mères, de la poste ou d’internet, y en a pour tous les goûts La journée de la femme est passée, celle du sida, aussi. Celle de la maltraitance et des violences faites aux femmes ou aux enfants, nous les avons consommé comme des pommes, des bonbons ou du chocolat.

La banalisation nous fait perdre notre dignité. Le sida, ce sont les autres, ailleurs. Les maltraitances, pas de ça chez nous Les accident de la route, ce sont les chauffards. Tout cela ce n’est pas nous ! C’est vous alors ? (Photo Source mairie de Paris) Page 3


Qui sommes nous Nous sommes des citoyens et citoyennes comme vous Des habitant(e)s de la commune de Durbuy. Des citoyen.ne.s de tout bord, unis par un même projet. Nous sommes tous impliqué.e.s dans des mouvements et des organisations citoyennes : le PCDN (Plan Communal de Développement de la Nature), la bourse aux plantes, les donneries, le « sel » (Système d'échange Local) et le ripair café, l'expo biodiversité, les incroyables légumes, la permaculture au quotidien, le fleurissement des villages, marche pour le climat, défense des chemins et sentiers,la culture. etc. Nous pensons que la démocratie a besoin de renouveau et de transparence. Nous pensons qu'elle a besoin de jeunesses et de publicité dans ses actes. Nous avons foi dans la démocratie et ne mettons pas en cause son principe. Nous voulons changer les habitudes et les vieilles idées. En essayer d'autres. L'environnement, ce sont les oiseaux et les forêts, c'est surtout des enjeux de santé publique, de démocratie, de droit fondamental d'accès à l'eau, à l'air et à une nourriture saine et suffisante pour tous.

La bouche de Mick Jagger comme urinoir ? Pour quoi pas ! L’avantage, c’est qu’il est comme nous : C’est pas demain qu’il va fermer sa grande gueule !


Page 4 Présentation du magazine.

(C’est la même page depuis le numéro 1 donc si vous avez lu le numéro 1 vous pouvez passer)) L'actuel majorité publie et distribue un magazine appelé « Bulletin Communal » Ce trimestriel bourré de publicités est un outil de propagande électorale dénoncé à de nombreuses reprises par l'opposition politique ou non. Il n'y a pas de droit de réponse aux articles et 90 % sont écrits par des mandataires CDH ou sympathisants de ce parti. L'objectif n'est pas d'informer les habitants mais d'organiser une propagande électorale permanente d'un groupe politique. Jamais, un bulletin communal n'est présenté comme celui là. (Nous avons cherché) En février et mars dernier, nous avons contacter les autres composantes politiques, le MR, Le PS et Écolo afin de créer un mensuel d'information toute boîte à l’intention des habitants de la commune de Durbuy. Nous n'avons pas reçu de réponse.. L'information du citoyen ne semble pas à l'ordre du jour pour tout le monde. Nous vous offrons donc ce numéro 4, seuls comme des grands. (Les deux autres sont toujours disponibles) Il n'y a pas de pub et il n'y en aura pas . Nous voulons rester indépendants des acteurs économiques et touristiques. Le magazine est disponible en PDF sur le site de l'ASBL Le pays de Durbuy et de la liste citoyenne Changer ? Changeons ! Il sera disponible au format papier lors de nos réunions dans les villages et à l'occasion des conseils communaux. Notre ambition est qu'il soit distribué à tous les ménages de la commune. Vous pouvez nous aider à le faire en versant quelques € sur notre compte, référence bulletin citoyen… Le Pays de Durbuy ASBL Grandhan 6940 BE49 1030 4970 3171 L'équipe de « Changer ? Changeons ! » (Photo Philippe Rossignon)


Page 5 Le Conseil Communal Durbuy, c’est Dallas. « Dallas ton univers impitoyable Dallas glorifie la loi du plus fort Dallas et sous ton soleil implacable Dallas tu ne redoutes que la mort »

Il y a quelques semaines nous avions proposé de filmer le conseil et de retransmettre tout cela sur YouTube. D’abords, le directeur général a dit « oui » (Le 15 novembre). Puis le bourgmestre a dit aux médias « oui mais » (Le 25 novembre) Enfin, le 28 novembre, il a dit « non ». Qu’est ce qui fait peur à tout ce petit monde ? Une camera fixe qui enregistre l’image et le son dans une salle mal éclairée où la moitié des conseille.ère.s tourne le dos au public ?… et puis ? Seize personnes qui ne prennent jamais la parole, quatre qui sommeillent, dix qui jouent à Tétris et 2 qui suivent les débats… et puis ? Les mensonges de circonstance, les vérités manipulées avec l’accord de tous ? ...et puis ? Des votes qui n’ont pas lieu ? Et puis ! Un huis-clos auquel tous les partis prennent part pour que personne ne sache qu’ils sont contre la transparence démocratique… et puis ? C’est Dallas, ce n’est pas grave. La démocratie, pour eux, c’est du ciné ! Tout est dit avant d’ouvrir la salle. Les citoyens le savent mais gardent toujours espoir. ! C’est peut-être de ça qu’ils ont peur ...finalement . L’espoir des citoyens !


Page 6 Je fabrique des sites internet depuis des lunes, Le premier, c’était en 1996. Certain,e,s de vous n’étaient pas né,e,s. J’en ai fait quelques uns, cent ? Deux cents ? Je ne sais plus . J’ai géré des serveurs, créé des modèles, traduit des logiciels Mes serveurs ont été piraté à plusieurs reprises. Toujours, les pirates signent ou demandent des rançons. Au moment des attentats de Paris, 2 sites avaient été piratés par un groupuscule nord Africain, j’ai eu des Russes avec du Viagra et des rigolos pour le plaisir de faire « chier ». Ils avaient, tous en commun, le besoin de se faire connaître. Internet c’est le miroir de la mégalomanie. Entre le 16 novembre et 03 décembre, date à laquelle j’ai fermé tous les sites en désespoir de cause, j’ai, mais je devrais dire, nous avons subit des attaques sans précédent sur nos sites citoyens. Le site www.sos-durbuy.be a reçu 800,000 tentatives de connexion en quelques jours… puis le site www.pays-de-durbuy.be s’est vu ajouter toute série de fichier le paralysant définitivement. Ces deux attaquent ciblées sur un serveur qui hébergeait d’autres sites n’est pas anodins.. Pourquoi ces sites là ? Pourquoi pas les autres ? Pourquoi maintenant ? Par qui ? Nous dérangeons !

« La dictature , c'est ferme ta gueule, La démocratie c'est cause toujours »

Visiblement à Durbuy, c’est plutôt ferme ta gueule….


Page 7 La revue de presse de Jacques. (Mettre en valeur la substance des infos) REVUE DE PRESSE Note : cette revue relate uniquement des condensés d’articles. Aucun commentaire n’a été ajouté. La Meuse 12 09 2017 (article condensé) « Lutgen doit céder sa place à la tête du cdH ! » Le maïeur de Sivry-Rance s’en prend ouvertement à la direction de son parti, le cdH, qui n’a jamais été aussi bas dans les sondages. « J’avais annoncé les résultats de ce sondage il y a trois mois », lance tout de go Jean-François Gatelier. « Quand on prend une décision unilatéralement, sans consulter sa base ou entamer une réflexion commune, et que cette décision est lourdement sanctionnée par le dernier sondage, ne serait-il pas normal que Benoît Lutgen assume ses actes et fasse un pas de côté dans l’intérêt du parti en démissionnant ? » Malgré des réactions apaisantes signées Catherine Fonck et Carlo Di Antonio, le maïeur de SivryRance n’a pas changé d’avis : « Ce que je juge, ce n’est pas le fond de la décision, mais la forme, la manière brutale dont elle a été prise. Moi, je ne me comporterai jamais comme ça avec un partenaire. Pourquoi n’avoir pas averti le PS que s’il ne faisait pas rapidement le ménage dans ses rangs, le divorce serait prononcé ? Je n’assiste jamais aux bureaux politiques du parti, mais un ami m’a dit que la semaine avant de débrancher la prise, rien, absolument rien n’avait été évoqué. On nous parle d’urgence, mais je constate qu’il a fallu deux mois pour composer un gouvernement wallon, et ce alors que le cdH était anti-MR depuis dix ans... Centriste pur et dur, Jean-François Gatelier estime que le Bastognard n’a pas respecté les gens de o terrain en ne les consultant pas avant de s’engager dans un virage à 180 . Il est temps que le président assume ses responsabilités. Jean-François Gatelier termine sur une note un brin moins fataliste : « Peut-être que le cdH n’avait pas le choix et qu’il devait se défaire du PS, mais la communication a été désastreuse. Carlo Di Antonio, que j’apprécie, dit que des décisions importantes vont être prises ; je ne demande qu’à voir. D’ici un an, on saura si c’était une bonne idée. » La Meuse 21 09 2017 (article condensé) Écolo dit non à la suppression de cinq trains IC directs Les militants d’Écolo Luxembourg étaient présents ce mercredi matin dans les gares d’Arlon et de Libramont pour faire signer une pétition contre la suppression, dès le mois de décembre des cinq trains « directs » reliant chaque jour Luxembourg à Bruxelles, aux heures de pointe. La SNCB justifie ces suppressions par des travaux. Mais pour Écolo, « les travaux ont trop bon dos ». Ils souhaitaient conscientiser les navetteurs sur un point précis : la suppression de cinq trains « directs » reliant chaque jour Luxembourg à Bruxelles, aux heures de pointe (avec arrêt à Arlon et à Libramont). La SNCB remplacerait ces cinq trains IC directs par deux trains : le premier circulerait à partir d’Arlon à 8h04 en omnibus jusqu’à Libramont et le second quitterait Bruxelles- Luxembourg à 13h34. L’un arriverait à Bruxelles largement après 10h00 ; l’autre ne correspondrait à aucune attente de la part des voyageurs. « Après avoir supprimé beaucoup d’appareils de voie (qui permettent aux trains d’emprunter une


Page 8 troisième voie ou simplement de se croiser plus facilement là où les travaux nécessitent le passage en voie unique), la Belgique lance plusieurs chantiers sur une même ligne avec de nombreux passages à voie unique et la particularité que l’on travaille partout et nulle part à la fois, souligne la sénatrice. La raison de la durée interminable des chantiers se trouve aussi dans cette particularité belge de répartition 60/40 dans le financement des infrastructures ferroviaires. Des chantiers ont été arrêtés avec pour seul motif le respect de la clé. Le retard des travaux est donc clairement une question de gouvernance et de choix politique ! » La Meuse 27 09 2017 (article condensé) Une pétition pour qu’un hall sportif soit construit à Barvaux Barvaux (Durbuy) L’espoir de voir un jour le projet de hall sportif se concrétiser n’est pas tout à fait mort. Michaël Warnier vient d’ailleurs de lancer une nouvelle pétition pour tenter un dernier baroud d’honneur à ce sujet. 213 signatures ont déjà été récoltées. « Barvaux est un village mourant. Le sentiment d’insécurité est de plus en plus grand chez les citoyens. Tout récemment encore, le bourgmestre de Durbuy postait sur son profil Facebook qu’un acte de vandalisme avait encore été commis à Barvaux. La construction d’un hall sportif serait un beau projet. Très positif pour la population locale et pour les jeunes. Mais cela fait 15 ans que cela dure. Des engagements avaient été pris par les politiques. Une étude avait conforté la thèse barvautoise. Mais finalement, le projet a été abandonné. » DE BARVAUX À BOMAL Depuis plusieurs années, la construction d’un hall sportif sur la commune de Durbuy suscite la polémique. Initialement, la majorité avait décidé que le projet se ferait à Barvaux. Une étude de faisabilité – d’un montant de 27.000 euros avait été commandée et avait plaidé en faveur de cette localité. Mais la majorité communale n’avait pas suivi, décidant de développer le futur hall à Bomal. En effectuant une rénovation complète du Sassin. Une première pétition avait récolté plus de 500 signatures. Sans toutefois faire plier la majorité. Cette dernière invoquait alors des raisons financières. Le projet barvautois étant jugé trop coûteux. « Actuellement Michaël Warnier a pu récolter 213 signatures. Ces dernières viennent de citoyens de Barvaux, mais également de Oppagne, de Wéris... et même de Bomal. Tous se disent déçus, le ressenti général est au dégoût, souligne-t-il. Cependant, même si les citoyens sont majoritairement de mon avis, une partie ne signe plus car elle pense qu’on ne pourra plus faire marche arrière. Dans ce combat, j’ai tout donné. Je ne vois plus ce que je peux encore faire », conclut-il. Contacté le bourgmestre Philippe Bontemps, confirme bel et bien que le projet barvautois est définitivement enterré. « Nos finances communales ne nous permettent pas de telles dépenses. Utiliser nos deniers pour remettre aux normes et transformer le Sassin nous a paru plus judicieux. Ceux qui disent le contraire se fichent des finances communales... ». L’Avenir 16 10 2017 (article condensé) "Permaculture à grande échelle" Les agriculteurs sont souvent pointés du doigt comme des pollueurs. Mais Géraud Dumont de GrezDoiceau, agriculteur, sème des couverts : trèfle d’Alexandrie, vesce, nyger, phacélie, avoine. Mélanger plusieurs espèces favorise une plus grande biodiversité, une meilleure exploration du sol par les différents systèmes racinaires et une récupération plus complète des éléments nutritifs restant dans le sol avant l’hiver. Il pratique une agriculture respectueuse de la vie du sol comme le décrit le panneau explicatif qu’il a implanté dans son champ. «De plus en plus de raccourcis et de désinformation circulent sur Page


Page 9 l’agriculture moderne, dénonce-t-il. C’est important qu’on revienne à l’avant de la scène et qu’on communique nous-mêmes. Sinon on va avoir de plus en plus de restrictions et de moins en moins de bon sens dans les réglementations. On devrait nous donner des objectifs de résultat sur l’ensemble du système et pas des obligations de moyens». Il y a trente ans, le père de Géraud, Dominique Dumont, s’est lancé dans la simplification du travail du sol. Petit à petit, il a arrêté de labourer certaines cultures pour en arriver à ne plus labourer du tout. Dans un premier temps, le but était de se faciliter la vie. Mais avec la simplification du travail du sol, c’est toute une biodiversité d’organismes qui ont repeuplé les terres. Tous ces organismes sont utiles au sol et aux cultures et travaillent gratuitement 24 h sur 24 pour l’agriculteur. Maintenant, Géraud et son père laissent faire au maximum la nature. Ils ont fortement réduit l’utilisation des fongicides et font du zéro insecticide (ce dernier étant présent uniquement dans l’enrobage des semences de betteraves). «En fait, on fait un peu de la permaculture à grande échelle», résume Géraud. La Meuse 22 11 2017 (article condensé) Nos forêts sont en danger : il faut reboiser Trop de parcelles de résineux sont surexploitées et non replantées. Le programme européen Forêt Pro Bos est un axe parmi d’autres pour contrer ce phénomène dangereux pour toute la filière bois. Au contraire des feuillus, on coupe beaucoup plus de résineux que la forêt n’en produit. Le taux de prélèvement est de 135 %, et de 150 % pour les seuls épicéas. Et si on tient compte de la forêt privée uniquement, ce chiffre monte à 164 % ! Cette surexploitation est de surcroît complétée par du non-reboisement pour un certain nombre de parcelles. Plus précisément, ce sont 6 hectares d’épicéas qui disparaissent quotidiennement. À l’horizon 2040, si rien ne change, les volumes annuels disponibles vont fondre de 20% . La matière première résineuse deviendra donc plus rare, pour des dizaines d’années, avec des risques de surcoût et de fragilisation de toute la filière. DEUX PROGRAMMES D’AIDES La Région a mis en place un programme d’aide via la Cellule d’appui à la petite forêt privée. Deux nouvelles personnes ont été engagées cette année pour intensifier le travail de sensibilisation des 90.000 propriétaires wallons et les aider sur le terrain, en collaborant avec les communes. Ils sont aujourd’hui trop nombreux à abandonner leurs bois après exploitation, voire à ne plus savoir où se situent leurs biens. Le morcellement, suite à des partages, est une cause parmi d’autres de ce désintérêt. Au niveau européen, deux programmes complètent les aides provinciales et régionales. Le programme Interreg Forêt Pro Bos regroupe depuis octobre 2016, 13 partenaires flamands, wallons et français (Hauts de France et Grand Est). Le public cible wallon est là aussi les propriétaires privés. Il vise à dresser une évaluation de la ressource forestière, à inciter au reboisement, à travailler les accès aux massifs forestiers, ce qui peut parfois être un frein, à former les propriétaires qui ne savent pas quoi faire de leurs parcelles et à les regrouper le cas échéant. De son côté, le programme Régio Wood 2 couvre l’espace de la Grande Région. L’objectif est de créer un outil de monitoring de cet espace et de dresser un inventaire du parcellaire forestier grâce aux technologies spatiales pour mieux connaître la réalité, en termes d’essences et de volumes, et assurer un suivi régulier de son évolution. La Meuse 30 11 2017 (article condensé) Des subsides pour les acteurs du tourisme Le ministre du Tourisme René Collin fera valider ce jeudi par le Gouvernement wallon une série d’investissements touristiques locaux. Certains seront développés dans les provinces de Namur et de Luxembourg.


Page 10 Transinne : 1.835.971 euros pour le Pôle spatial GALAXIA Depuis 24 ans, l’Euro Space Center à Transinne représente un outil touristique et pédagogique de qualité qui attire 40 000 visiteurs par an. L’équipement devient obsolète. Bouillon : 325.000 euros pour l’aménagement du point de vue du Tombeau du Géant Le Tombeau du Géant est un des paysages naturels les plus emblématiques de Wallonie et est d’ailleurs classé comme patrimoine exceptionnel de Wallonie. La Ville de Bouillon désire en faire un site de référence en matière d’aménagement et de gestion d’espaces patrimoniaux de grandes qualités. Durbuy : 800.000 pour l’aménagement du parking nord À Durbuy, il est projeté d’aménager un parking gratuit situé au Nord de la ville de manière à gérer les f lux et favoriser le déplacement doux. Namur : 460.000 euros pour la rénovation et valorisation des souterrains de la Citadelle Les grands souterrains sont actuellement visités par près de 15.000 personnes par an (en 2014). Ils se découvrent uniquement en groupes accompagnés d’un guide. Il s’agit d’un produit phare de l’offre touristique du site de la Citadelle de Namur. Mais, le dispositif technologique et scénographique a fortement vieilli et est en partie démonté. Les conditions de sécurité sont minimales et le niveau de confort de visite faible. Un million d’euros pour la construction d’un bâtiment pour la Fédération touristique du Luxembourg belge La Fédération touristique du Luxembourg belge doit adapter ses locaux afin d’y accueillir et d’y informer les membres et les personnels des organismes touristiques au sujet des techniques et des matériels de promotion touristique. Ils doivent également être dotés de tous les outils techniques de pointe en matière de communication et de connexion ultra rapide. -


Page 11

Réunion du 30 octobre 2017 du

Conseil Communal de Durbuy Compte rendu citoyen. Alain Roppe Ce 30 octobre 2017, il faisait plutôt frais dans le parc de la commune de Durbuy, j’y étais présent pour un rendez-vous à 18 h 30, la personne n’est pas venue, donc, c’est à bord de mon automobile que patiemment, j’ai attendu la joyeuse troupe des candidats de la liste Changer ? Changeons ! Pour la réunion qui était prévue à 19 h 00. Une fois la table de travail dressée, l’ordre du jour a été abordé, il n’était pas très copieux, il s’agissait en fait de fignoler les travaux préparatoires d’une réunion de la liste avec le groupe Écolo et prévue le lendemain. De cette rencontre, vous en saurez davantage sur nos sites Internet dès que le moment sera opportun. Une fois le travail bouclé, je me suis précipité dans la salle des mariages où se tient habituellement le conseil. La douce chaleur de l’endroit m’a vite réchauffé, de telle sorte qu’il m’était possible d’écrire mon brouillon de la réunion des édiles sans trembler. À 20 h 00, l’ensemble de la majorité a pris ses quartiers, suivi de près par l’opposition, sans Monsieur Tassigny, qui ne se présentera désormais plus pour le MR (Horizon Bleu Ciel) pour les raisons que vous savez, dès lors, pour le MR, Madame Rasse Chantal siégera seule à ce conseil. Le Bourgmestre, et président de l’assemblée des élus, ouvre le bal sur le coup de 20 h 05, il commence par excuser l’absence de l’échevin Dumoulin, mais oui, encore une fois, toujours du côté Liste du Bourgmestre, l’absence de l’échevine Cécile Colin a été remarquée et également excusée, et enfin, certainement plus ennuyeux compte tenu du point 9 de l’ODJ, Monsieur Bernard Chariot, le président du CPAS de Durbuy est également excusé, pour le remplacer, il faut souligné la performance de Sarah Tessely, sagement assise sur le fauteuil d’ordinaire réservé à Monsieur Chariot, elle était épaulée de loin par Monsieur Jean Galland, DG du CPAS, ses rares interventions étant claires et précises. La question habituelle de savoir si des objections au précédent PV étaient à formuler n’a pas obtenu un murmure, c’est donc que tout va bien. Monsieur Bontemps a signalé l’ajout de deux points (les chats errants et la Protection civile) à l’ODJ déjà conséquent, penser un peu, 35 points en séance publique, non, mais ! Plus les deux ajouts, je me suis dit que nous allions rentrer aux petites heures !!! Mais voici qu’une voix s’élève, il s’agit de la cheffe de file PS, plutôt rapide à se faire entendre aujourd’hui, elle interpelle le bourgmestre sur les travaux au Jean de Bohème, elle s’inquiète d’un manque de communication sur le sujet, et précise les craintes des commerçants, ils se plaignent du manque d’informations ! Monsieur Bontemps, indique pour la rassurer que la communication circulera le moment venu ! NDR : J’ai appris, ce midi, mais ce n’est que par rumeur que le Jean de Bohème va être rasé et


Page 12 reconstruit, qu’il est donc “out“ pour 1 an, d’autre part, encore un bruit de couloir, d’importants travaux au Sanglier des Ardennes seront entrepris après le 2 janvier pour une durée de 4 mois, la percée du tunnel reliant les deux hôtels est prévue, entraînant, paraît-il, la fermeture du pont qui enjambe la Place aux Foires ! Faits avérés ou simples rumeurs ? Des questions circulent, et cela, sans parler des licenciements secs (au Jean de Bohème et des possibles remerciements importants au Sanglier des Ardennes) d’une entreprise qui allait donner du travail à tour de bras !!! Faire des « Jobs Days » pour paraître créateur d’emplois, on voit où cela mène. Mais tout compte fait, cela est un autre débat, revenons plutôt aux joutes oratoires de cette soirée, le maïeur lance les débats après les préliminaires ci-dessus : Point 1 à Point 5 : Les budgets 2018 pour les fabriques d’église de Bomal, Heyd/Aisne, Houmart, Oppagne et Petit-Han. Les adoptions feront l’unanimité. Noter qu’en l’absence de l’échevin des finances, le Bourgmestre a présenté les choses et plutôt correctement, il est assez habitué maintenant à remplacer notre Monsieur chiffre. Madame Le Bussy intervient malgré tout pour regretter le manque de détail concernant certaines sommes affectées à des travaux ? Elle émet l’hypothèse d’éventuelles erreurs avec l’Ordinaire et l’Extraordinaire. Elle indique que le toit de l’église de Verlaine doit être refait, que l’église de Durbuy nécessite également des réparations. Mais la route doit d’abord être consolidée avant de les entamer, le cahier des charges sera bientôt sur la table du conseil, on parle aussi de l’église de Wéris et on vote pour en terminer avec ce volet financier, OK pour l’ensemble du conseil, les budgets sont adoptés. Monsieur Mottet précise que l’église est sale, que des festivités ne s’y tiennent plus, que le cachet visuel pour les touristes est pénalisant, le curé aurait même proposé de repeindre ? Point 6 : On parle de la taxe sur la collecte des déchets, d’une adaptation pour les gîtes qui génèrent d’importants volumes, cela doit être adapté, mais ce sera plus tard. Madame Têcheur propose une augmentation modérée en fonction de la hausse de la masse collectée, si j’ai bien compris. Il est également question des incivilités avec les poubelles, la majorité rétorque qu’il est difficile d’intervenir sur cet aspect, une idée du ministre Di Antonio est également avancée, le compostage à domicile ! La cheffe de file écologique est certaine que cela est dans le domaine du possible de recycler l’organique en circuit fermé, et c’est là qu’intervient Freddy Paquet en estimant que les citoyens ne sont pas prêts, pour la plupart, à se lancer dans cette expérience, les nuisances olfactives, les insectes, autant d’éléments contre, il souligne que les gens auront vraiment difficile de changer. Point de vue chiffre pour les « crasses » le parc à conteneur coûte 50O.000 €/an et le ramassage des duos-bacs se situe sensiblement à la même hauteur financière.


Page 13 Madame Le Bussy estime qu’il faut trier, j’entends aussi dire que le duo-bac à 200 € pour une famille, ce n’est pas cher… Le vote est oui pour la majorité, et non pour l’opposition. Point 7 : La taxe additionnelle à l’impôt des personnes physiques pour 2018 est adoptée à l’unanimité. Point 8 : Ici il s’agit des centimes additionnels au précompte immobilier exercice 2018, il est également adopté à l’unanimité. Point 9 : CPAS modification budgétaire n° 1- Je le rappelle, Sarah Tessely aura le bâton de parole pour ce point important, l’écran lui étant également réservé, après avoir épuisé son Powerpoint d’agréable manière, les questions fusent, le PS souhaite savoir s’ils étaient 7 ou 8 pour l’établissement de la modification budgétaire, ou s’il y a une faute de frappe ? Le débat embraye sur le Maribel Fiscal et le Maribel social, c’est à cet instant que Monsieur Galland vient avec ses précisions, il indique que le CPAS dispose d’un ½ poste en mode fiscal et de 6 sur le mode social. S’ensuit une série de questionnements brefs auxquels le directeur général du CPAS répondra précisément, il indique aussi que son organe dépend uniquement de la commune (Conseil et Collège), une question sur la récupération de créance est rapidement éclaircie, un fermier ne paye pas son bail de fermage au CPAS, l’huissier à coûté 300 euros, la réponse est fournie, cela rassure l’ensemble de nos dirigeants communaux qui se sentent désormais obligés de faire un vote unanime devant tant d’exactitude des chiffres. Point 10 : Valorisation propreté AIVE, il n’y aura pas de commentaire, c’est donc OK pour toutes et tous. Point 11 : Concerne le rapport sur "La maison du tourisme Famenne-Ardenne- Ourthe et Lesse". Madame Le Bussy signale que son groupe ne votera pas, car il est connu qu’il ne valide pas la formule, pas de raison que cela change ce 30 octobre. Le bourgmestre signale que la mise en commun produit du bon travail, il n’y aura pas de vote. Point 12 : Sofilux, l’assemblée générale est validée. Point 12 a : premier point complémentaire, les chats errants ! Pour commencer, il faut déjà savoir que selon le Bourgmestre, 20.000 chats ont été euthanasiés en 2017. Relativement à la nouvelle loi sur la traçabilité des félins, monsieur Bontemps est convaincu que la


Page 14 disposition ne sera pas vraiment suivie d’un effet positif, les gens ne feront pas implanter une puce à leur chat, ils prétendront que l’animal est sauvage, qu’il ne leur appartient pas, etc. Madame Rasse, qui est tout comme le maïeur, vétérinaire de profession, indique que Durbuy ne s’occupe pas correctement de la problématique, qu’il faut nécessairement impliquer les vétérinaires de l’entité, elle soutient que la SPA se déplace pour capturer les animaux en vue de la stérilisation, pour ensuite les relâcher à l’endroit d’où le chat provient, Monsieur Bontemps signale que cette prétention est inexacte, Chantal Rasse maintient sa version, Monsieur Bontemps est sûr de son fait, elle aussi. NDR) et moi, j’ai la vérité, car le téléphone n’étant pas fait pour les chiens, j’ai contacté la SPA, s’ils viennent poser des pièges, c’est uniquement chez leurs membres, dans leurs jardins privés, il stérilise l’animal et le ramène, mais uniquement pour les membres de la SPA et la puce qui sera alors automatiquement implantée sera identifiée au nom du requérant qui se trouve ainsi maître de l’animal, même s’il s’agit d’un chat sauvage, car capturé à sa demande dans son domicile, le simple fait de solliciter l’intervention de la SPA en fait de fait des propriétaires tout frais à leurs charges bien entendu. Le bourgmestre signale qu’il remettra le sujet en délibérer au Collège, des statistiques précises seront demandées à Marche. Laurence Le Bussy indique que le sujet est complexe, mais que la nouvelle loi va permettre de faire le tri, Monsieur Carlier (PS) dit qu’il y en a trop, Madame Rasse revient à la charge et parle de l’empoisonnement volontaire, de la pose de pièges à mâchoires (strictement prohibés), qu’il y a une subvention tous les deux ans, mais que Durbuy ne là jamais demandée, etc. Monsieur Bontemps tient à préciser que pour l’empoisonnement, il faut trouver des produits adaptés, et que de nos jours, cela est réellement très compliqué, en attendant, le bourgmestre précise qu’il lui arrive de stériliser des animaux sans contrepartie. Une telle embrouille, qu’une chatte n’y retrouverait pas ses jeunes. La seule chose à retenir, c’est qu’à partir du premier novembre et selon le texte de la loi, les maîtres ne seront plus les seuls à être connectés. À quand la souris pour félin ?

(Source : www.clique.tv)

Point 12 b : Second et dernier point ajouté : La protection civile de Libramont, bonne nouvelle, Durbuy s’associe aux communes ayant décidé de soutenir le maintien de ce service d’intervention d’urgence, il coûte, c’est vrai, mais il sauve aussi, et cela est indéniable. Point 13 : Éclairage public pas de souci, le conseil est unanime la LED c’est l’avenir, mais comme le précise Monsieur Bontemps, jusqu’à la prochaine invention.


Page 15 Point 14 : Les subsides pour les vélos, une affaire qui roule. (Pris rapidement et sous réserve 4.290€ pour Barvaux, 2.000€ pour Bomal & 3.105€ pour Durbuy) Point 15 : Subside solidarité : Cap 48, APN et autres… Madame Le Bussy aimerait un rapport pour savoir où ils en sont, car elle ne dispose de rien sur le sujet ? Point 16 : Programme communal d’actions en matière de logement, le PS tient à repréciser que les 10 logements adaptés HP sont faussement nommés, il s’agit plus précisément de logements sociaux qui seront affectés à des habitants relevant du Plan HP ! Le maïeur reprécisera d’ailleurs à ce sujet la qualification HP. NDR) Cela est-il bien utile, cela bouge à la RW et plutôt pas mal. Des surprises sont à venir, alors la stigmatisation cessera peut-être. Laurence Jamagne intervient à son tour pour indiquer une transformation originale d’une maison (à Bomal, il me semble ?) qui contient 4 logements et qui en comptera 5 après d’ingénieux travaux en cours. Point 17 : On apprendra avec ce point que les sentiers utilisés à Durbuy pour se rendre aux points de vues appartiennent à un privé qui en autorise l’accès, ce qui n’empêche que les endroits nécessitent un aménagement, l’accord pour le marché de service est enlevé à l’unanimité, quelques fois, il arrive que l’ensemble du conseil regarde dans le bon sens. Point 18 : Concerne la limitation de vitesse en Basse Cour, elle a été précédemment adoptée, mais est retirée aujourd’hui, car circuler vite dans cette rue relève de la science-fiction. Il n’y a pas de petite économie. Point 19 : Déclassement à Jenneret (Carrière) je n’ai pas entendu de remarque. Point 20 : Ouverture de la voirie à Barvaux, personnes n’est contre, Point 21 : La prescription relative à la voirie à Ninane, pas de commentaires non plus. Point 22 : Régie foncière Projet d’acte (vente Alasa) c’est OK Point 23 : Régie foncière Acte de dépôt Lotissement Marlaine II, pas de question. Point 24 : Régie foncière dans le même lotissement, projet d’acte pour le lot 5, c’est tout bon. Point 25 : Régie foncière Projet d’acte à hauteur de 50.000€ pour lot 6 à Pas-Bayards au lotissement Trois Fontaine, le conseil est unanime sur l’accord. Point 26 : Régie foncière Vente à Wéris, à 7.500€ l’hectare, ils sont aussi en parfaite harmonie. Point 27 : Couvent des Oblats, le point est retiré par la force des choses. Point 28 : Financement alternatif pour le remplacement des châssis de l’ancienne Maison communale, c’est accordé sans difficulté. Point 29 : Les eaux de ruissellement à Durbuy, Freddy Paquet signale que l’urbanisation en est la cause, l’eau arrive de partout, le conseil marque son accord sur le Marché de service par auteur de projet.


Page 16 Point 30 : Reprofilage 2017, décompte final. Monsieur Paquet est à la parole, il la joue calme, et pourtant, de 124.000€ prévus, la douloureuse approche les 200.000€, pas à dire, cela en fait des brouettes de goudron ! Mais professe-t-il, il y avait 300.000€ au budget global, on en reparlera au prochain conseil, l’affaire est presque en équilibre. NDR) Tant mieux, on tombera de moins haut ! Chantal Rasse, je l’avais presque oubliée, interpelle l’échevin des travaux pour savoir si une rue à Izier n’aurait pas été refaite, la réponse est non, mais il parle plutôt d’une voirie agricole. Madame Rasse parle de la fréquentation de certaines routes et prétend que la mise en chantier de voiries agricoles, je la cite : c’est con ! Monsieur Paquet indique que cela ne revient pas cher. Cela clôt le point 30. Point 31 : Cette fois Monsieur l’échevin des travaux l’aborde la mine réjouie, pensez un peu, pour des voiries agricoles à Heyd, les frais prévus étaient de 131.000€ et la facture finale s’établit à 122.000€ sans compter que l’on va encore retoucher 15 ou 16.000€ pour le béton. Point 32 : Concerne des travaux à Verlaine, le maïeur indique que le cahier des charges est adapté, les conseillers et échevins sont d’accord, le marché peut être lancé et, regardant Laurence Le Bussy d’un œil malicieux, il lui signale que les gens de Verlaine seront bel et bien tenus au courant de la date de début des travaux. Point 33 : Il est ici question des voiries agricoles à Bohon, l’échevin des travaux précise que des subsides sont possibles, on n’en apprendra pas plus. Point 34 : Aménagement de chemins pédestres et d’un espace de stationnement sécurisé à Durbuy, cahier spécial des charges adaptées ! Cette délibération est partie dans tous les sens, je vais tenter de résumer sans garantir l’ordre strictement chronologique, L’échevin des travaux indique que l’aménagement de l’ancien mini-golf de Durbuy sera doté d’emplacements pour voitures et vélos électriques avec une borne de rechargement ! Plus vers l’Anticlinal, huit conteneurs seront installés selon la technique de l’enfouissement, ces contenants étant destinés à recevoir les déchets des restaurateurs, la zone infecte qui existe actuellement pour l'entreposage des déchets disparaîtra du paysage urbain, des caméras seront posées. Les utilisateurs seront pourvus d’une carte magnétique rechargeable (style proton) si la carte est vide, alors tintin, pour vider les déchets. Madame Le Bussy est assez d’accords sur le principe, elle n’en fera pas plus de commentaires (pour l’instant), mais pose malgré tout une petite question d’ordre ménager, qui va s’occuper de la gestion du point de collecte ? La réponse est très rapidement fournie par Monsieur Paquet, les 2 ouvriers de l’atelier Environnement qui s’occupent de la propreté à Durbuy seront les référents, il lui semble que ces personnes sont parfaitement à même de mener la tâche à bien. Il signale aussi que le pollueur sera payeur, n’est-on pas en contradiction avec ce qui a été vanté plus haut par le bourgmestre (point 6) ? Évidemment, nous sommes dans un autre cas de figure, et puis il s’agit de la vieille ville ne l’oublions pas. Laurence Le Bussy souhaite savoir comment la taxe poubelle sera convertie pour la carte magnétique, car les conteneurs seront interdits de séjour sur la voie publique. La commission déchet va réfléchir à la


Page 17 finalisation optimum pour satisfaire tout le monde. Il est encore précisé que dans un premier temps une autre solution avec barrière avait été imaginée, mais bien vite abandonnée grâce à l’informatisation, alors, vive la carte à puce, tiens donc, encore des puces ! La vidange des conteneurs se fera deux ou trois fois semaines, et à nouveau Madame le Bussy intervient pour suggérer qu'il faudra prévoir la vidange en urgence le cas échéant, pour les fêtes ou les manifestations folkloriques par exemple. On attaque à nouveau avec l’ancien mini-golf et le parking à devenir, l’échevin indique que 47 emplacements sont d’ores et déjà prévus, il n’est pas possible de faire plus, car l’on doit tenir compte du rayon de braquage des voitures, la voirie sera à sens unique, mais elle l’est déjà et le chemin touristique qui est l’actuelle voirie devient piétonnier, là, je suis un peu dans le flou ? Madame Le Bussy revient à la charge avec l’égouttage, Monsieur Paquet lui indique qu’un tuyau de 500 sera posé sous le chemin pédestre sur l’ancien mini-golf, cela est prévu dans les travaux d’aménagement, pour l’eau qui s’écoulent de la venelle à la Calèche, il faut un caillebotis aménagé de telle manière que cela aboutissent à une chambre de visite, qui lorsqu’elle est pleine, s’écoule normalement dans le tuyau de 500. La cheffe de file PS n’est pas de la même opinion, et prétend que c’est faire les choses à l’envers, qu’il faut une évaluation d’ensemble sur l’égouttage et que tout doit être fait de concert, et seulement alors, l’eau pourra efficacement être évacuée sans risque d’inondation. Monsieur Bontemps, visiblement agacé déclare que contester sans compétence est infondé, que la ville dépense des milliers d’euros en études et expertises diverses, que l’on n’avance pas, que le ruissellement est un autre dossier, qu’il faut faire confiance aux ingénieurs.

(Dessin Gotlib source https://www.quizz.biz/uploads/quizz/729687/25_Nhwd2.jpg) Madame Le Bussy, sans se démonter réajuste le tempo en précisant que ce n’est pas sa faute si l’ODJ compte pas moins de 51 points (35 +2 ajouts en public, et 16 à huis clos), et soutient qu’il


Page 18 faut une étude globale. L’échevin Paquet revient sur la dernière inondation en indiquant que c’est arrivé à cause d’un frigo qui obstruait une grille d’évacuation, et la plaque coupe odeur qui freine aussi considérablement l’écoulement. Madame Le Bussy parle d’experts liégeois qui l’on conseillée. Le président de séance, clairement excédé, déclame que certains propos ont l’odeur d’égout !!! On en restera sur cette sentence. Point 35 : Consiste à adopter un rectificatif au règlement d’ordre intérieur visant l’extrascolaire (garderie). Le système prévoit un scan avec smartphone d’un badge ou code positionné sur la mallette des enfants pour permettre la récupération des frais. Laurence Le Bussy demande pourquoi utiliser un téléphone intelligent plutôt qu’un appareil dédié, il lui est répondu que l'appareil n'est pas à vocation de téléphone et doit être remis dans son berceau la nuit. Semblant satisfaite de la réponse, elle attaque sur le mode de tarification, une demi-heure entamée, étant une demi-heure due ! Elle démontre qu'une famille est pénalisée de +- 100€/an avec ce système et propose donc la tarification à la minute précise, son argumentation tient la route et est agrémentée d’une facture récente, avec ce document elle démontre que l'enfant à une consommation de gardiennage de 43' et que deux demi-heures sont facturées aux parents. La majorité ne semble pas convaincue et pense son système bien adapté, il sera maintenu. Pour Laurence Jamagne, qui aura le dernier mot sur ce point, l'accueil extrascolaire coûte 100.000€ à la ville en plus de ce que les parents payent. Et voilà, tout est dit pour ce conseil d’octobre 2017. Cela a été un peu à couteaux tiré à certains moments, c’est ainsi, on ne doit pas s’en formaliser, car après tout, sans pimenter le débat, il serait sans saveur. De la discussion jaillit la lumière, pas toujours la solution, pas toujours le consensus, mais au moins l’essai est tenté. Le maïeur remercie les gens venus assister à ce Conseil Communal C’est fini pour aujourd’hui à 22 h 10 Le couvert sera remis le mercredi 29 novembre à 20 h 00 pour le Conseil Communal et à 19 h 00 pour les membres de la liste Changer ? Changeons ! Suivez bien les sites et les réseaux sociaux, car en cas de grand froid, la réunion de 19 h 00 pourrait très bien se tenir dans un igloo, on vous tiendra informé d’un éventuel changement de lieu. À vous revoir,Peut-être à la Saint-Martin à Bomal, mais quoi qu’il en soit, ce sera malgré tout le 29 de ce mois au plus tard. N’oubliez pas qu’il vous est toujours possible de vous adresser à l’Administration communale pour obtenir des informations complémentaires ou des extraits du PV officiel. Alain ROPPE. Ce compte-rendu non officiel n’est nullement exhaustif des débats. Rédacteur (En chef): Alain ROPPE.


Page 19

Barvaux s/o, parlons en...

(Carte postale CDOC Ourthe Rendeux) Barvaux, le village qui aurait dû donner son nom à notre entité n’est plus. C’est avec une profonde tristesse que je vous confirme la nouvelle. Barvaux, ses commerces, son centre Belgacom, sa justice de paix, son administration du cadastre, sa piscine, son centre sportif, son mini-golf, sa plaine de jeux, ses tennis, ses kayaks et ses plages. Barvaux, sa fête des jumeaux, sa braderie, ses campings et villages de vacances, ses salaisons, son abattoir, son église et ses vieux quartiers, n’est plus. Barvaux est mort sous les coups de la logique absurde des politiques Durbuyphiles. Non contents d’avoir précipité sa mort, ils ont décidés de la couper en 4 : des trouées pour camions, sens uniques et des élargissements de voiries. Le bonheur est dans le béton, les pavés et les briques...(et les cancers, des particules fines). Durbuy vieille ville ne sera jamais le moteur économique de la commune. Il n’y a pas habitants, pas de lien avec le reste de la commune, pas d’activité sociale, pas de magasins, pas de mobilité externe, rien qui permet de lui donner une attractivité. Elle est l’illusion d’un loisir pour des personnes étrangères à la commune. C’est une attraction touristique montée de toute pièce, sans fondement patrimonial.


Page 20 Barvaux mort, il reste à ré-inventer un nouvel esprit « Barvaux » et réparer d’inutiles erreurs. Barvaux est un centre, le centre de la commune, mais également le centre commercial, le centre culturel, le centre éducatif, le centre administratif, le centre social. Mais, c’est un centre privé de ses moyens. Il faut pour commencer les lui rendre. La piscine doit être rendue aux sportifs en herbe, celle de Bohon trouvera bien un acheteur privé. C’était une erreur de la supprimer. Un cadeau à l’ opérateur touristique Ourthe et Somme lors du rachat du village de vacances de Bohon en faillite. Une piscine publique installée au milieu d’un (Carte postale CDOC Ourthe Rendeux) village fantôme n’ a pas de sens. Le service public est au service du citoyen, là où ils se trouvent. Point c’est tout. Il faut arrêter d’installer des commerces lowcost, des distributeurs industriels à l’extérieur. Stopper le développement du zoning. Il faut rétablir le commerce local intra-muros, réoccuper les cellules vides avec des commerces d’appel, y compris les anciens magasins Leboutte. Pourquoi ne pas en faire une halle pour petits producteurs, artisans, spécialités régionales ou médicinales, bio ou autre. Amener d’autres clients qui ne trouvent pas ces produits dans les grandes surfaces. Il faut réaménager une circulation piétonne/vélo, non polluante, à l’intérieur du village de façon à rendre ses achats agréables. Les bâtiments inoccupés doivent être réaménagés. Surtaxés si les propriétaires refusent de faire des travaux. La propreté et le beau doit être une priorité. Fini les trucs sales, les poubelles qui traînent, les plaques directionnelles crasseuses, pliées ou tordues. Bonjour aux murets propres, aux bacs entretenus aux espaces fleuris, hiver comme été. Il faut également soigner la mobilité collective, lui donner une forme d’étoile vers et venant des villages, des navettes de mini-bus, de voitures partagées régulières qui permettent des « courses » en famille. (Le forum de la mobilité/tec organise déjà des navettes, certaines à la demande mais vers les grandes surfaces...)


Page 21 Il faut stopper de toute urgence les investissements proposés pour Durbuy et les reporter vers Barvaux et les villages. Le vrai développement, celui que n’est pas délocalisable, celui qui peut créer une économie circulaire et par là des emplois décarbonnés, doit se faire pour et par les habitants et non pour et par des investisseurs dont la seule recherche est un profit exportable et non taxé. Rendre à Barvaux ce qu’on aurait jamais dû lui enlever. Verduriser ce qui a été abusivement et inutilement tarmaqué. Rendre ce village à ses habitants à ses enfants et à sa jeunesse. Il y a des écoles mais pas de plaine de jeux ? Pourtant ce n’est pas la(les) places qui manquent à Barvaux. Qu’y a-t-il pour les ados ? Pas grand-chose ! (Carte postale CDOC Ourthe Rendeux) La ville n’aime pas les endroits inoccupés. La ville n’aime pas les « vides ». Autour d’un vide rien ne se développe, c’est comme dans « un trou noir » Il faut se servir des espaces vides, petits et grands, pour y créer des espaces sociaux, de jeux, des espaces de repos, de développement pour le petit commerce et les artisans, pour le passage de commerçants ambulants spécialisés et pas toujours rentables fixés dans un magasin. (légumiers, espaces pour petits producteurs alternatifs, cordonniers, serruriers, vendeurs de pizza etc). Il faut créer la vie ! Créer la ville. Soignons également l’habitat. Rares sont les maisons isolées à Barvaux. De nombreux étages sont vides. Construire sans réaménager l’habitat existant n’a pas de sens. Donnons à Barvaux la chance qu’elle n’a pas eu depuis 30 ans.


Page 22

2018 sera une année faste pour vous et pour nous. Vous avez la possibilité en octobre prochain de plonger dans le futur avec nous. Nous sommes la seule alternative à une pensée unique. Nous ne voulons pas une révolution, ni le grand soir. Notre credo, c’est vous. Nous vous voulons à l’intérieur des conseils communaux, dans un dialogue permanent. Nous vous voulons comme pouvoir décisionnaire. Nous vous voulons pour préparer les changements climatiques et que tous, nous puissions vivre en paix. Nous vous voulons pour préparer, avec vos 12.000 idées, un demain choisi ensemble et non par quelques-uns. Ce sera votre décision en octobre 2018.

Belle année 2018 Le bulletin de janvier sera social. Comprendre la ruralité sociale, c’est pour fin janvier 2018. Durbuy, c’est la ville du meilleur et du pire. Nous consacrerons 1 page au(x) pire(s) et 22 pages aux meilleur.e.s. Les meilleur.e.s, c’est vous !


Page 23

Merci aux rédacteurs : Bernard, Alain, Jacques. Petite relecture et critiques de Chantal (La critique est bienvenue lorsqu'elle est motivée) Il nous manque encore un bon correcteur pour le suivant ? Vous souhaitez nous aider ? Vous nous trouvez sympas ? Nous avons un compte en banque . Un petit versement, 1 euros ou 1000 euros, si vous êtes riches et généreux, plus encore. ASBL Le Pays de Durbuy Rue du Colonel Vanderpeere 5 6940 Grandhan Banque BE49 1030 4970 3171 avec un petit mot si vous voulez figurer comme donateur sur notre site http://www.pays-de-durbuy.be http://www.changeons.be

Bulletin Communal Citoyen de Durbuy N°4  

Mensuel gratuit d'information pour et par les habitants de Durbuy

Bulletin Communal Citoyen de Durbuy N°4  

Mensuel gratuit d'information pour et par les habitants de Durbuy

Advertisement