Issuu on Google+

6e année N0 6 Octobre 2008

LES OUVRAGES DE RETENUE

SE DRESSENT LE BÉTON

UNE INVENTION DE GÉNIE SUR LA PISTE DU NOUVEL AÉRODROME

Des gens de vision et d’énergie


MOT DU DIRECTEUR L’année 2008 est déjà très avancée. Lors de mes déplacements aux chantiers, je sens l’effervescence des travaux et je constate toute la collaboration et les efforts déployés pour faire de ce grand projet un franc succès. D’ailleurs, le degré d’avancement des travaux démontre la qualité du travail de cette grande équipe. L’automne qui s’annonce et les conditions dangereuses qu’il apporte nous rappellent qu’il faut redoubler de prudence. Chacun doit s’en préoccuper.

Dans un tout autre ordre d’idées, j’attire votre attention sur la campagne Centraide qui s’anime encore une fois cette année. Voici une belle occasion de faire preuve de générosité et de partager avec les moins nantis. Un tout petit geste peut faire une grande différence. Encore une fois, MERCI de votre précieuse contribution. Normand Béchard, ing. Directeur – Projets de l’Eastmain

On souligne la fin d’une étape importante KL - À l’occasion de la fin des travaux d’excavation du roc de la centrale et de construction de la digue provisoire, la direction du chantier de l’Eastmain-1-A a voulu souligner l’effort de tous ceux et celles qui, depuis le début, ont participé à la réalisation de ce grand projet. Le 13 août dernier, des travailleurs et des travailleuses de toutes les spécialités ont convergé vers la cafétéria pour célébrer l’événement. Un cocktail et un immense gâteau à l’effigie de la centrale et de la digue provisoire ont été servis. Chaque travailleur a eu droit à une affiche qui rend hommage aux sculpteurs de roc et à un exemplaire du numéro spécial du mensuel Info-Eastmain.

Responsable - Relations publiques Yves Barrette / Directrice artistique Bionda Miotto / Rédacteur en chef Jimmy Lavoie 819 672-2200, poste 3853, lavoie.jimmy@hydro.qc.ca Rédacteurs Brian Brousseau, Véronique Gagnon-Piquès, Nathalie Girard, Karine Lemay, Liza Perron Collaborateur Daniel Lacoursière, santé et sécurité Réviseurs Richard Roch et Christine Gervais / Graphiste Paul Salois Design / Photographe Paul Brindamour / Impression Imprimerie Lebonfon Le Journal Eastmain est publié par les Relations publiques de la SEBJ pour les travailleuses et les travailleurs du projet de l’Eastmain-1-A–Sarcelle–Rupert. (© SEBJ. Tous droits réservés. ) Site Internet : www.hydroquebec.com/rupert Site extranet : www.extranetsebj.ca Le Journal Eastmain est imprimé sur du papier du Québec certifié Éco-Logo, blanchi sans chlore, contenant 100 % de fibres post-consommation, sans acide et fabriqué à partir de biogaz récupérés. 2 Journal Eastmain, octobre 2008

Des gens de vision et d’énergie


Bétonnage de la centrale - phase 1

KL - Les travaux d’excavation à la centrale de l’Eastmain-1-A ont pris fin en septembre. Plus de 1 650 000 mètres cubes de roc auront été excavés. Puis, les équipes ont amorcé la mise en place de béton projeté à plusieurs endroits et l’injection de boulons de consolidation dans les murs de la future centrale.

Les travaux de bétonnage de la centrale ont débuté en septembre. Quelques semaines plus tard, en octobre, nous avons assisté à la première coulée structurale de chacun des groupes turbines-alternateurs de la centrale.

Réservoir Opinaca

Poste Muskeg

Campement de l’Eastmain

Centrale de l’Eastmain-1

Centrale de l’Eastmain-1-A

Réservoir de l’Eastmain 1

Journal Eastmain, octobre 2008 3

AVANCEMENT DES TRAVAUX

Centrale de l’Eastmain-1-A Excavation de la centrale de l’Eastmain-1-A


Chantier de l’Eastmain-1-A

Prise d’eau et digue provisoire

Conduites forcées L’excavation des conduites forcées se poursuit. Le 13 septembre, 25 100 mètres cubes de roc avaient été extraits, soit 68 % du volume total à excaver. Les conduites forcées s’étendront sur une distance de 127 mètres.

Réservoir Opinaca

Poste Muskeg

Campement de l’Eastmain

Centrale de l’Eastmain-1

Centrale de l’Eastmain-1-A

Réservoir de l’Eastmain 1

4 Journal Eastmain, octobre 2008

Des gens de vision et d’énergie

AVANCEMENT DES TRAVAUX

KL - L’excavation de la prise d’eau tire à sa fin. En tout, près de 260 000 mètres cubes de roc auront été excavés. Le 13 septembre, 35 % du volume total avaient été extraits.


Canal C-1

Bief Rupert aval

Canal C-1A

Digue LR-12A Barrage de la Nemiscau-1

Barrage de la Nemiscau-2 Canal C-2 Canal C-3 Digue du Ruisseau-Arques

Digue LR-39

Canal C-4

Digue LR-28

De son côté, l’entreprise Fernand Gilbert Limitée a achevé les travaux sur la majorité des digues entreprises cet été. Ne reste que les digues LR-55 et LR-56 à finaliser. Un peu plus au nord, l’entreprise SBC-EMF a terminé les travaux sur la dizaine de digues amorcées en début de saison. Au bief aval, l’entreprise CCDC a terminé quatre digues. Pour ce qui est de CRT-Hamel, trois digues sont terminées. La majorité des autres ouvrages sont avancés à 80 % ou plus, sauf les digues LR-09A, LR-09C et LR12B, dont l’avancement varie entre 40 et 70 %.

Campement de la Rupert Tunnel de transfert

Barrage Lemare

Digue LR-39

Canal C-5A Canal C-5 Canal C-6 Canal C-7

Digue LR-57 Barrage de la Rupert

Journal Eastmain, octobre 2008 5

AVANCEMENT DES TRAVAUX

VGP - Avec les gelées qui arrivent, les activités sur les digues tirent à leur fin. D’ailleurs, plusieurs de ces ouvrages sont maintenant terminés. Ainsi, EBCNeilson a complété la digue LR-57, la seule de son contrat.

Digue LR-28

Bief Rupert amont

Chantier de la dérivation Rupert Digues Digues

Réservoir de l’Eastmain 1


CCDC vient de débuter l’excavation du canal de restitution du tunnel de transfert. Le canal, de près de 500 mètres de longueur, permettra de diriger l’eau dans le bief aval. Les travaux de construction des autres canaux du chantier de la Rupert (C-4, C-3, C-1/C-1A) progressent de façon intermittente : 70, 65 et 95 % respectivement.

Ouvrage Lemare et digue LR-33

Ouvrages de restitution La coentreprise SBC-EMF a presque terminé l’ouvrage de restitution de la rivière Lemare. Il ne manque que le bâtiment de service, qui est achevé à 20 %. Le bétonnage des ouvrages de restitution du Ruisseau-Arques et de la Nemiscau-2 devrait s’achever avant l’arrivée de la saison hivernale. Dès lors, les équipes de CCDC entreprendront l’installation des systèmes électriques et mécaniques.

Canal C-1A Canal C-1

Barrage de la Nemiscau-1

Barrage de la Nemiscau-2 Canal C-2 Canal C-3 Digue du Ruisseau-Arques

Canal C-4

Campement de la Rupert Tunnel de transfert

Barrage Lemare

Canal C-5A Canal C-5 Canal C-6 Canal C-7

Ouvrage de restitution de la Nemicsau-2

Barrage de la Rupert

6 Journal Eastmain, octobre 2008

Des gens de vision et d’énergie

AVANCEMENT DES TRAVAUX

Canal Sakami

Réservoir de l’Eastmain 1

Bief Rupert aval

VGP - L’excavation du canal Sakami est maintenant chose du passé. La prochaine étape consistera à ériger un seuil à l’intérieur du canal pour maintenir l’eau du lac Sakami au niveau 185 (par rapport au niveau de la mer). Les équipes de JVC et de son sous-traitant, Cégerco, se préparent donc au bétonnage du seuil.

Bief Rupert amont

Chantier de la dérivation Rupert Ouvrages de restitution et canaux

Canaux


Canal C-1A Canal C-1

Bief Rupert aval

Barrage de la Rupert

Barrage de la Nemiscau-1

Barrage de la Nemiscau-1 Barrage de la Nemiscau-2 Canal C-2 Canal C-3 Digue du Ruisseau-Arques

Barrage de la Rupert Canal C-4

Tunnel de transfert

Barrage Lemare

Barrage Lemare

Barrages VGP - Au chantier de la Rupert, deux des trois barrages amorcés cet été sont maintenant terminés. Le barrage de la Nemiscau-1 (HQC et KoloVeidekke), pourvu d’un noyau en béton bitumineux, a été achevé au début de septembre, et le remblayage du barrage Lemare (SBC-EMF) s’est achevé

Canal C-5A Canal C-5 Canal C-6 Canal C-7

à la fin septembre. Le barrage de la Rupert, débuté à la mi-août, va se terminer dans les prochains jours. Sa réalisation avait été confiée, on s’en rappelle, à EBC-Neilson. Barrage de la Rupert

Journal Eastmain, octobre 2008 7

AVANCEMENT DES TRAVAUX

Campement de la Rupert

Bief Rupert amont

Chantier de la dérivation Rupert Barrages

Réservoir de l’Eastmain 1


Chantier de la dérivation Rupert Tunnel de transfert

Canal C-1A Canal C-1

Bief Rupert aval

Réservoir de l’Eastmain 1

Barrage de la Nemiscau-1

Barrage de la Nemiscau-2 Canal C-2 Canal C-3 Digue du Ruisseau-Arques

Tunnel de transfert

Barrage Lemare

Canal C-5A Canal C-5 Canal C-6 Canal C-7

Tunnel de transfert VGP - Le dynamitage de la banquette au tunnel de transfert avance rapidement. Avec deux dynamitages par jour, à raison de 10 mètres de banquette grugés par

8 Journal Eastmain, octobre 2008

ronde, les responsables de l’entreprise SBC prévoient terminer l’excavation du tunnel à la fin de novembre. Pour le moment, un peu plus de 80 % des 2,9 kilomètres du tunnel ont été excavés en totalité.

Barrage de la Rupert

Des gens de vision et d’énergie

AVANCEMENT DES TRAVAUX

Campement de la Rupert

Bief Rupert amont

Canal C-4


Chantier de la Sarcelle

Les travaux en bref NG - Le campement, qui compte plus de 240 lits, a ouvert ses portes en octobre. La cafétéria, assemblée par le Groupe ModSpace Secto, est déjà en service, et l’entrepreneur en alimentation satisfait l’appétit de plus de 200 résidents. L’Accueil et le Centre de santé sont également en service. Les ouvriers de Constructions Binet s’affairent actuellement à l’assemblage des bâtiments où seront aménagés le casse-croûte et le bar de même que le service de sécurité incendie. Tous les entrepreneurs se préparent à achever l’installation des modules pendant la saison froide.

Campement de la Sarcelle

Réservoir Opinaca

Centrale de l’Eastmain-1-A Poste Muskeg

Campement de l’Eastmain

Centrale de l’Eastmain-1

Réservoir de l’Eastmain 1

EBC-Neilson a amorcé l’excavation de la centrale Campement après que Eeyou GD de la Sarcelle Lumberjack inc., une entreprise de Wemindji, ait déboisé le site.

Centrale de la Sarcelle Campement de la Sarcelle

Réservoir Opinaca

Poste Muskeg

Réservoir Opinaca

Centrale de l’Eastmain-1-A Campement de l’Eastmain

Centrale de l’Eastmain-1

Centrale de l’Eastmain-1-A Poste Muskeg Campement de l’Eastmain Centrale de l’Eastmain-1

Réservoir de l’Eastmain 1

Journal Eastmain, octobre 2008 9

AVANCEMENT DES TRAVAUX

Centrale de la Sarcelle

Pour sa part, Nabashou Construction débroussaille l’accotement de la route qui mène au campement de la Sarcelle et, sous peu, procédera à son rechargement. D’autres travaux seront réalisés plus tard. C’est le cas, entre autres, de la réfection du pont Opinaca.


Le béton, une invention de génie

1 KL - Depuis le début de l’automne, le béton occupe la place d’honneur au chantier de l’Eastmain-1-A. En effet, le contrat de bétonnage de la centrale a été accordé à Neilson-EBC à la fin de l’été. Les premières coulées de béton ont eu lieu au mois de septembre et se poursuivront durant la prochaine année.

Louis Vicat, et remonte au 19e siècle. Aujourd’hui, le béton est le matériau le plus utilisé en construction. Ses propriétés sont étonnantes et uniques et en font « un matériau noble et vivant, malléable, d’une grande durabilité physique », explique Pierre-Charles Drouin, ingénieur à LVM Technisol.

Matériau noble et vivant, chargé d’histoire

Quelle est la différence entre le béton et le ciment ?

Il y a plus de 5 000 ans, les Égyptiens de l’Antiquité étaient déjà familiers avec le mélange de béton obtenu avec du calcaire calciné et du plâtre pour lier les pierres. Si cette recette est connue depuis longtemps, la mise au point du ciment Portland revient à un Français,

D’abord, il faut savoir que le béton est une roche artificielle produite à partir d’un mélange de ciment, d’eau, de granulats (sable et pierre) et d’adjuvants. « Le ciment est au béton ce que la farine est au gâteau », affirme M. Drouin. Le ciment est donc le liant hydraulique

10 Journal Eastmain, octobre 2008

du béton. Il garantit un durcissement du béton par hydratation. Si le lien est le ciment, on parlera de béton de ciment. Par ailleurs, on peut utiliser un autre liant. Le liant hydrocarboné appelé couramment « bitume » sert à la fabrication du béton bitumineux. Ce liant, moins courant aux chantiers d’Hydro-Québec, est pourtant exploité au chantier de la Rupert. Le noyau du barrage Nemiscau-1 est vraisemblablement fabriqué à partir de béton bitumineux.

Des gens de vision et d’énergie


Un mélange de matériaux Dans le cadre du projet, on privilégie le ciment Portland du type LH-HQ (anciennement 20M). Il est spécialement conçu pour les besoins de la SEBJ. Il est idéal pour les coulées de grande masse, car il dégage une faible chaleur d’hydratation, élément-clé pour éliminer les risques de fissures dans le matériau. Pour fabriquer du béton, il faut utiliser une eau pure, exempte de sédiments et d’agents chimiques. L’eau du réservoir est donc tout indiquée. Les pierres concassées proviennent des carrières, et le sable, des dépôts à proximité des travaux. Puisque le béton ne contient qu’environ 2 % d’air occlus de façon naturelle, il est essentiel d’utiliser un adjuvant entraîneur d’air. À la manière d’un savon à vaisselle, l’adjuvant produira de microscopiques bulles d’air réparties dans tout le volume du béton. Ces bulles formeront une chambre d’expansion parfaite pour que l’eau résiduelle gèle en saisons froides, pour protéger le béton contre une prise éventuelle de volume lors des cycles de gel et de dégel et, finalement, pour augmenter la durabilité du béton.

2 fabrique de la glace qui est incorporée au mélange de béton selon les besoins. Par temps froid, une immense bouilloire produit de l’eau chaude et de la vapeur qui serviront à réchauffer les ingrédients utilisés dans la préparation du béton. Le béton est omniprésent dans tous les ouvrages de génie civil. Il est, sans contredit, l’ami de l’homme et de ses ambitions.

Sensible aux variations de température Enfin, l’étape de la mise en œuvre et du mûrissement du béton demeure toujours complexe. Lors de sa mise en place, les écarts de température dans la masse du béton doivent être respectés. Pour qu’il y ait absence de choc thermique, l’écart entre le « cœur » de la masse et la « peau » ne doit pas dépasser les 20 °C. Un écart doit aussi être respecté entre la « peau » et la température ambiante. Selon la température et la saison, le béton doit être refroidi ou réchauffé afin de respecter ces écarts. C’est ce qui explique pourquoi l’usine de béton au chantier est pourvue d’une machine qui

Photo 1 : Usine à béton Construction Polaris au chantier de l’Eastmain-1-A

3

Photo 2 : Une équipe de Construction Polaris a procédé aux premiers tests de coulée de béton près de l’usine. Photo 3 : Pierre-Charles Drouin, ingénieur résident pour l’entreprise LVM Technisol, discutant avec Rodrigue Lavoie de Construction Polaris.

La Boutique virtuelle maintenant en ligne

Achetez des articles à l'effigie du projet de l'Eastmain-1-A–Sarcelle–Rupert - Vêtements - Articles promotionnels

- Cadeaux - Documentation

http://www.boutique.extranetsebj.ca/

Journal Eastmain, octobre 2008 11


Excavation de roc souterraine

KL - Comment excave-t-on des conduites forcées dans un tunnel avec une inclinaison de 60° ? Pour le commun des mortels, cette question tient de l’énigme. Pour les travailleurs chargés d’excaver des conduites forcées, par contre, elle est la simplicité même ! Les travaux d’excavation souterraine sont réalisés en deux étapes. On commence avec l’excavation, par le bas, de trous pilotes. Puis, par le haut, on procède à la percée frontale et à l’excavation des banquettes.

Des trous pilotes depuis la galerie d’accès Les trois conduites forcées ont un diamètre de près de 9 mètres. Dans le segment incliné des conduites, on excave un espace de 2,44 m x 2,44 m depuis le coude des conduites forcées jusqu’à la prise d’eau pour former un orifice appelé « trou pilote ». Quand le

12 Journal Eastmain, octobre 2008

trou est excavé sur toute sa longueur dans la partie inclinée, on peut dès lors procéder à l’abattage de la masse totale à partir de la prise d’eau. Tous les débris d’excavation chutent par le trou et sont évacués à partir de la galerie d’accès.

L’excavation de la masse des conduites forcées à partir de la prise d’eau est en cours depuis le mois d’octobre.

Une plateforme ascenseur appelée « Alimak » Les trous pilotes sont percés au moyen d’une plateforme ascenseur d’origine suédoise appelée « Alimak ». Le montage et la manipulation des foreuses de cet équipement, qui fonctionne tel un monorail, sont guidés manuellement. Les travailleurs peuvent forer les trous pilotes et exécuter le chargement de dynamite.

À la différence de cet « Alimak » qui est vertical, celui que nous utilisons au chantier de l’Eastmain-1-A est un modèle incliné.

Des gens de vision et d’énergie


Nouveau lieu de transit

NG – Les travailleurs hébergés aux campements de l’Eastmain et de la Sarcelle transiteront par un nouvel aérodrome dès la fin de l’année 2008. Située à environ 40 kilomètres au nord du campement de l’Eastmain, l’aérogare d’Opinaca accueille déjà les petits transporteurs. Les travailleurs du campement de la Sarcelle n’auront que 60 kilomètres à parcourir pour s’y rendre, ce qu’ils apprécieront sûrement compte tenu du fait qu’ils doivent couvrir 175 kilomètres avant d’atteindre l’aérogare de Nemiscau.

Avant de pouvoir transiter par l’aérodrome d’Opinaca, la piste doit être pourvue de différents instruments d’aide à la navigation aérienne : feux de balisage, manche à vent... D’autres travaux comprennent le compactage de la piste et l’installation d’un bâtiment qui provient de l’aérogare de Fontange, près de la centrale Laforge-2.

Ces derniers ont débuté au mois de septembre. Toutes ces activités s’échelonneront de septembre à décembre. L’aérodrome pourra recevoir les avions de la ligne aérienne Air Creebec d’ici à la fin de l’année 2008.

Il faut encore déboiser environ 30 hectares. C’est le maître de trappe Roderick Mayappo, de la communauté d’Eastmain, qui réalise ces travaux.

Campement de la Sarcelle Ça déménage ! NG – Les bâtisseurs de campement font partie d’une classe de travailleurs bien à part. Souvent, ils sont hébergés à des kilomètres de leur lieu de travail et profitent peu des infrastructures et des installations nouvellement aménagées qu’ils auront, pour la plupart, installées eux-mêmes. Appelés à travailler dans des conditions peu enviées, sans électricité, sans eau courante, ces bâtisseurs de

campements font preuve d’une grande débrouillardise. L’ambiance qui règne à un campement en voie de construction est empreinte d’entraide et de camaraderie entre gens passionnés. Au campement du chantier de la Sarcelle, plus de 70 travailleurs se côtoient et vivent dans ce contexte.

Journal Eastmain, août 2008 13


BARRAGE DE LA RUPERT Surprise de la marmite VGP – L’eau, jumelée au temps, a une force souvent insoupçonnée. Sur des milliers d’années, elle peut modeler le roc le plus dur qui soit. Parfois, ce profilage de la roche cause de désagréables surprises, par exemple, quand le lit d’une rivière est mis à nu et qu’on y trouve… une marmite. Les marmites sont des cavités circulaires qui peuvent atteindre quelques mètres. Elles sont creusées dans le lit rocheux d’une rivière par le mouvement tourbillonnaire de l’eau chargée de sable et de gravier. Au fil du temps, le trou emprisonne des cailloux de plus en plus gros qui, sous la force de l’eau, continuent d’éroder le roc. Les marmites de géant apparaissent généralement dans des

rapides ou au pied des chutes. Lors de la fermeture de la rivière Rupert à la hauteur de l’évacuateur de crues, donc lors de la mise à nu du lit de la rivière, plusieurs personnes s’attendaient à retrouver des marmites. La question était de savoir si ces marmites allaient être grosses au point qu’il faille les remblayer.

Finalement, seuls des bébés marmites de la grosseur d’un trou d’injection ponctuaient le roc. Les équipes de l’entreprise EBC-Neilson ont pu procéder rapidement au traitement des fondations de l’ouvrage et, déjà, le remblayage du barrage tire à sa fin.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Pour les Dénés et les Métis des Territoires du Nord-Ouest, il y a une autre sorte de marmite de géant qui a une signification bien particulière. Ces peuples laissent des offrandes de tabac et d’allumettes près des sources thermales Rabbitkettle pour s’attirer la bonne fortune. Tant que la marmite déborde, c’est signe de bonne fortune. Mais quand elle est vide, c’est un mauvais présage. C’est du moins ce qu’on rapporte !

Ouvrages de retenue La finition en pente VGP – Avec la fin de l’été, les entreprises du chantier de la Rupert terminent les ouvrages de retenue amorcés au printemps. Pas moins d’une quarantaine de digues s’élèvent maintenant là où le terrain naturel dessine des creux. Les travaux de finition sont presque faits à l’équerre pour sculpter des ouvrages aux pentes parfaites.

14 Journal Eastmain, octobre 2008

L’angle d’une pente est déterminé en fonction de deux facteurs : le type de matériau de finition utilisé et son calibre – la granulométrie. Une pente de perré sera plus abrupte – 1 mètre de dénivelé vertical (1,0 V) pour 1,6 mètre d’avancée horizontale (1,6 H) – qu’une pente de sable ou de moraine (2,5 H : 1 V), car la pierre fournit une meilleure stabilité naturelle que les deux autres constituants. Côté granulométrie, plus une pierre est grosse, plus l’angle de la pente est aigu.

des glaces sont enrochées. D’ailleurs, la granulométrie des pierres est ordinairement assez grosse – de 400 à 1 000 mm – pour empêcher que la glace, en se retirant, ne parte avec la roche. C’est également à cause de la glace que les roches sont entassées très serrées les unes sur les autres.

Ce qui détermine si l’ouvrage sera fait en enrochement ou non, c’est l’utilité qu’on en fera. Les pentes soumises aux mouvements des vagues et à la friction

Des gens de vision et d’énergie


Un accès pour les générations futures Route d’accès au camp Auclair

NG – Makaahiikan Construction s’affaire à terminer la route d’accès au camp Auclair. Le tracé débute au km 22 de la route du bief aval et joint celle qui sillonne le territoire sous les lignes à 735 kV.

La nouvelle voie de 7 mètres de largeur, qui s’étend sur une distance de 5 kilomètres, nécessite la construction d’un pont. Construit par CRT-Hamel, le pont à quatre piliers centraux sera achevé en octobre, permettra d’enjamber la rivière Nemiscau et traversera le futur bief aval.

Il faut construire cette nouvelle voie, car la route qui longe les lignes à 735 kV sera partiellement ennoyée après la mise en eau des biefs en 2009. La route donne un accès aux camps des familles cries près de la rivière Nemiscau notamment.

Match de hockey des légendes Soyez l’un des 45 joueurs qui auront la chance de croiser le bâton avec les Légendes du hockey lors d’un match exceptionnel qui se déroulera le samedi 20 décembre à l’aréna Maurice-Richard. « Il s’avance, déjoue Stéphane Richer, accélère et se faufile derrière Gaston Gingras, s’élance et compte ! Quel but ! » Eh oui, c’est le rêve de bien des passionnés du hockey ! Que diriez-vous si cela devenait possible ? Le rêve pourra maintenant se réaliser avec l’activité spéciale « Jouez au héros ! ». La campagne Centraide Hydro-Québec Équipement/SEBJ organisera un match de hockey bénéfice le 20 décembre 2008 à l’aréna Maurice-Richard.

Lors ce match, plus de 20 ex-joueurs de la Ligue nationale de hockey (L.N.H) seront en uniforme, avec vous peut-être, sur la glace ou dans les estrades. Le but ? Amasser des fonds au profit de Centraide. Objectif : 100 000 $. Hydro-Québec s’engage à doubler la somme récoltée par cette activité. Vous en voulez plus ? Devenez vendeur et courrez la chance de participer au match. Les cinq meilleurs vendeurs auront une place assurée dans l’une des deux équipes de pros. Parmi les vendeurs ayant vendu au moins vingt billets ou plus, quarantecinq d’entre eux seront tirés au sort afin qu’ils puissent eux aussi participer à ce match et disputer une période de 20 minutes de hockey avec et contre d’anciens professionnels de la L.N.H.

Pour plus d’information : Communiquez avec Martin Longchamps 514 286-2020 poste 2248 Pour tous les détails, visitez le www.extranetsebj.ca Journal Eastmain, octobre 2008 15


Du crayon... à la turbine ! Acquisition de biens

Services

Comme le projet de l’Eastmain-1-A– Sarcelle–Rupert est colossal, la gamme des biens que la SEBJ doit acquérir va du simple crayon au groupe turbinealternateur, en passant par le mobilier de bureau, les unités de logement, les fournitures de bureau, les appareils de bureautique et les ordinateurs. Sous cette rubrique, on peut également trouver le matériel roulant de la SEBJ : camionnettes, véhicules d’urgence (ambulance, camion d’incendie) et autobus, pour l’essentiel. Il y également les équipements permanents des centrales fournis dans le cadre d’un contrat mais installés dans un autre : barres blindées, appareillage électrique, de téléphonie ou de commande.

Les services nécessaires à la bonne conduite du projet sont tout aussi importants. Dans cette rubrique, on retrouve, par exemple, l’exploitation des cafétérias et des services de loisirs, l’entretien des bâtiments de la SEBJ, la sécurité et la protection contre les incendies, l’entretien des routes et l’entretien des véhicules de la SEBJ. D’autres, moins évidents, comme le nolisement d’avions auprès d’Air Creebec ou d’autres transporteurs, le nolisement d’hélicoptères, la fourniture des carburants par Petronor, le transport terrestre par Kepa Transport, les télécommunications, etc.

« Malgré la taille de notre équipe, nous pouvons en accomplir beaucoup. Et ça, j’en suis fier. La polyvalence et notre approche client sont nos forces. »

Appels d’offres, Achats et Contrats

- Robert Charbonneau, chef, Appels d’offres, achats et contrats JL - La petite équipe Appels d’offres, achats et contrats de la SEBJ, basée à Montréal, ratisse large. À juste titre, elle est impliquée dans l’acquisition de tous les biens et services d’un projet dont le coût atteint plus de 5 milliards de dollars. De quoi donner le tournis ! Le secteur névralgique des appels d’offres, des achats et des contrats de la SEBJ a pour mandat d’acquérir des biens et des services requis dans la réalisation des avant-projets et des projets en concluant des accords avec des tiers ou des ententes avec des divisions d’Hydro-Québec. Dirigée par Robert Charbonneau au siège social de la SEBJ, à Montréal, cette unité administrative est derrière toutes les activités d’acquisition de biens, de services, de services professionnels ainsi que des biens et services mixtes.

16 Journal Eastmain, octobre 2008

L’équipe des Appels d’offres, achats et contrats de la SEBJ. Rangée du haut : Georges Abdouche, spécialiste - Contrats de services professionnels, Louis Blais, spécialiste - Appels d’offres et contrats, Martin Longchamps, acheteur, Robert Charbonneau, chef de service, Francyne Loranger, spécialiste - Appels d’offres et Contrats, Fernand Charest, spécialiste - Appels d’offres et contrats. Rangée du bas : Jessica Montero, commis - classement et archives, Mylène Morin, secrétaire, Élizabeth Lamarre, commis-comptable et Valérie Turgeon, commis - bureau des Appels d’offres. Des gens de vision et d’énergie


Services professionnels

Une autre grande catégorie est celle des services professionnels. Alors que la réalisation du projet de l’Eastmain1-A–Sarcelle–Rupert nécessite une expertise plus spécifique, la SEBJ doit s’appuyer sur une gamme de services spécialisés. On n’a qu’à penser à l’ingénierie, aux études géologiques et géotechniques, aux études et au suivi de l’environnement autant humain que physique ainsi qu’à l’archéologie, pour ne nommer que ceux-là.

Biens et services La catégorie mixte des biens et services, la plus importante en valeur, regroupe les contrats de construction qui déboucheront sur des ouvrages permanents. Un entrepreneur réalise en usine ou en chantier des travaux (services) qui deviennent en partie des biens. Les bâtiments neufs des campements, les centrales, les routes, les barrages et les digues s’inscrivent dans cette catégorie. Pour Robert Charbonneau, ces travaux

représentent ce qui restera à la fin des chantiers et ce qui témoignera du travail dévoué et compétent de milliers de personnes pour des générations à venir. « Notre équipe est très fière d’y participer », dit-il.

Du début à la fin JL - À l’image du projet, le défi que doit relever l’équipe Appels d’offres, achats et contrats de la SEBJ est colossal. Cette unité administrative est impliquée du début à la fin dans tous les secteurs d’activité du projet. « Il s’agit d’un défi très stimulant », lance d’entrée de jeu Robert Charbonneau, chef, Appels d’offres, achats et contrats à la SEBJ. « Il faut être capable de satisfaire notre client en tenant compte des critères de qualité élevés que nous connaissons, en assurant une rigueur constante, en respectant les contraintes de temps souvent serrées, le tout réalisé dans une logique de marché visant à abaisser les coûts. Autrement dit, il ne faut pas être un frein au projet. »

participer au découpage en contrats. Cette étape est nécessaire afin de développer une logique d’ensemble qui pourrait avoir des conséquences sur des contrats subséquents et abaisser les coûts. Aussi, avant d’aller en appel d’offres, et même de penser à produire un contrat, une étape cruciale visant à solliciter le marché doit être accomplie. Enfin, quand un contrat est attribué, ce sont les administrations de chantier qui en font la gestion. « Puis, nous intervenons à la fin pour l’archivage des documents contractuels », précise M. Charbonneau. Cette dernière étape, tout aussi importante, doit être réalisée avec rigueur car il ne faut perdre de vue le fait que cette documentation sera utilisée ultérieurement, lors de litiges devant les tribunaux, notamment. Les documents doivent être des plus complets et simples à la fois. « Nous allons jusqu’à la fin du cycle de vie d’un contrat. Et cela peut prendre plusieurs années », dit-il.

L’équipe de M. Charbonneau est sollicitée au tout début d’un projet, avant même son démarrage, pour

Journal Eastmain, octobre 2008 17

Appels d’offres, Achats et Contrats

Du crayon… à la turbine !


« Travailler ensemble, réussir ensemble » – Lloyd Mayappo près de neuf années au conseil de bande. Il est un homme de relations humaines. « Mon but, c’est d’exercer les droits de la Convention, soit travailler ensemble et réussir ensemble ! Les membres des communautés doivent profiter de l’occasion pour se prévaloir d’une expérience et d’y acquérir des compétences dans le domaine de la construction. Après, ils pourront les rapporter dans leur communauté. »

NG – Originaire de la communauté d’Eastmain, Lloyd Mayappo connaît bien le territoire à proximité du chantier de la Sarcelle. « Je proviens de la terre sous l’eau. Je suis né dans la zone ennoyée par le réservoir Opinaca ! », me raconte-t-il, en souriant. Lloyd Mayappo a été chef de la communauté d’Eastmain de 2005 à 2008. Il occupe maintenant le poste de chef de service – Relations cries (SEBJ) au chantier de la Sarcelle. « Je me destinais au privé, dans le domaine de la construction, mais les choses ont tourné autrement. Je suis ici maintenant et, d’une autre façon, je vais trouver de l’emploi pour les membres des communautés. » Avant d’être chef de sa communauté, Lloyd Mayappo a siégé

Lloyd Mayappo m’explique que les Cris, qui vivent plus au nord, préfèrent de loin le site du chantier de la Sarcelle. « Les pères et les mères de famille vont se sentir un peu moins loin de chez eux. Le chantier de la Sarcelle va certainement profiter de la volonté des gens d’aller y travailler. »

Portrait d’un foreur Stéphane Hovington

« Ces Jumbos viennent de Finlande. Les tout premiers du genre à débarquer en Amérique du Nord étaient destinés au chantier de Toulnustouc (2002), près de Baie-Comeau. » Patient, « ti-gars » m’explique comment sa machine fonctionne. Il me montre les disquettes qu’il faut insérer dans le disque dur de l’appareil pour enregistrer les plans de forage. Il me montre aussi les différentes commandes qui servent à manœuvrer les trois bras de la foreuse et m’explique la différence entre une foreuse traditionnelle et le Jumbo. « C’est pareil quand tu reçois un ordinateur pour la première fois. C’est beaucoup plus excitant et motivant ! » KL - Toujours en quête de gens à interviewer pour le journal, j’ai cru bon d’aller faire un tour dans les coulisses de la future centrale, là où les travaux d’excavation souterraine des conduites forcées sont en cours. J’étais déterminée à en sortir avec, en poche, l’entrevue d’un type qui travaille en bas, dans ce tunnel, dans l’obscurité, et qui a peu d’occasions de parler publiquement de son boulot. La chance m’a souri, car j’y ai trouvé « ti-gars ».

18 Journal Eastmain, octobre 2008

J’ai fait la connaissance de Stéphane Hovington, alias « ti-gars », à plusieurs mètres sous terre. Pour parler à « ti-gars », il ne faut surtout pas avoir le vertige. Stéphane est foreur et opère un de ces fameux Jumbo Truck Data. Ce natif de la Côte-Nord connaît bien sa machine. Il m’avoue être l’un des premiers en Amérique du Nord à avoir suivi la formation qui lui permet aujourd’hui de la manœuvrer.

Avant de redescendre de la foreuse, je remercie « ti-gars » pour toutes ces explications et le précieux temps qu’il m’a accordé. De retour à la surface, je me rends compte à quel point cet engin sophistiqué m’a impressionnée. C’est qu’il ressemble étrangement à une pieuvre, ce Jumbo, avec ses tentacules qui s’articulent séparément les unes des autres. Tout simplement saisissant…

Des gens de vision et d’énergie


Pompiers volontaires À la grandeur du projet VGP – Dany Michaud est chef pompier du projet de l’Eastmain-1-A–Sarcelle– Rupert. Son équipe est constituée des constables d’Hydro-Québec Sécurité Industrielle, auxiliaires de première ligne, et d’une trentaine de travailleurs répartis dans tous les campements qui se sont portés volontaires. « Ça change de la routine. C’est totalement différent du travail de bureau que je fais habituellement », raconte Sébastien Arcand, un pompier volontaire. « Ça me permet de contribuer à un autre volet du projet, et j’apprends beaucoup dans les différentes formations », poursuit-il. Tous les pompiers volontaires reçoivent une formation de base en incendie. Plusieurs participent également aux formations complémentaires comme le sauvetage minier et le sauvetage nautique. Les équipes interviennent principalement lors d’alertes d’incendie, d’incendies réels et d’accidents de la route. Chaque année, une trentaine d’événements majeurs, en plus de tous les autres cas mineurs, requièrent l’assistance du service d’incendie.

Les chutes Selon une récente étude de l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRRST), chaque année, au Québec, une centaine de travailleurs perdent la vie à la suite d’un traumatisme. À elles seules, les chutes en hauteur représentent près de 12 % de l’ensemble des accidents qui surviennent dans les principaux secteurs économiques.

Évaluer les risques de chute et établir des normes et attentes.

Quand il est question de chutes, il faut aussi englober les chutes de même niveau. Chaque année, les chutes par glissade causent plus de 6 456 accidents de travail au Québec. L’absence au travail liée aux chutes par glissade donne lieu à des compensations annuelles de l’ordre de 25 millions $.

Établir les normes les plus élevées en matière d’entretien, d’éclairage et de visibilité.

Comment réduire les risques de chute Admettre qu’il est possible de prévenir les chutes et d’identifier les lieux à risques potentiels. Éliminer les risques liés aux travaux d’entretien; enrayer les conditions pouvant comporter des risques; fournir, entretenir et utiliser l’équipement et les dispositifs correctement afin d’éviter les chutes; fournir, entretenir et porter les équipements de protection individuels correctement; instaurer des méthodes de travail sûres.

Évaluer les risques de chute potentielle ou réelle en effectuant, par exemple, une inspection détaillée des aires de travail ou en interrogeant les travailleurs. Contrôler les dangers en éliminant ou en réduisant les risques.

Préciser et consolider le rôle des superviseurs dans l’application des normes. Veiller au respect des normes sur la prévention des causes potentielles de glissades et de chutes. Fournir un équipement en bon état pour qu’il soit utilisé correctement. Donner aux travailleurs une formation sur les façons d’éviter les glissades et les chutes, dans leur propre intérêt et dans celui d’autrui. Adapter ses méthodes de travail selon le temps, la température et les saisons.

Plusieurs facteurs de risque peuvent occasionner une chute. Les plus fréquents sont le manque de formation et d’information, une mauvaise méthode de travail et une faille dans la gestion de la santé et de la sécurité. L’employeur doit planifier, coordonner et mener les travaux correctement. Entre autres choses, il doit identifier et résoudre les problèmes au préalable, veiller à ce que les travailleurs appliquent les méthodes de travail appropriées et rappeler aux travailleurs les mesures de sécurité qu’ils sont tenus de respecter. Journal Eastmain, octobre 2008 19


Mais d’où vient le nom « Rupert » ? Il faut remonter au XVIe siècle, au tout début de la recherche du légendaire passage vers l’Orient par les Européens, pour comprendre de quel personnage la rivière et le campement tirent leur nom. LP - En 1610, Henry Hudson obtient le mandat de trouver cette route maritime et d’en délimiter le trajet. Il ne la trouve pas. De sa quête émergent non seulement la découverte de l’étendue d’eau salée qui porte son nom, la baie d’Hudson, mais aussi la conquête d’un territoire dont la richesse faunique en attirera plus d’un. C’est l’explorateur Radisson, coureur des bois de la première heure, qui a réussi en 1667 à rendre la traite des fourrures légale. Il était appuyé dans sa démarche par le roi Charles II d’Angleterre. La Compagnie de la Baie d’Hudson voit donc le jour avec à sa tête nul autre que le Prince Rupert, cousin du roi, à titre de premier gouverneur. Deux vaisseaux mettent les voiles de l’Angleterre, mais un seul se rend à bon port, et amarre à l’embouchure de la rivière Rupert en septembre 1668. Le premier poste de traite voit le jour à l’endroit même où se situe aujourd’hui le village de Waskaganish. Autrefois appelé Rupert House ou Fort Rupert, Waskaganish est le plus ancien village cri du Québec. Waskaganish signifie « petite maison ». Rupert, personnage coloré, passionné par l’aventure, est aussi artiste, chimiste et protecteur des arts et des sciences. On lui doit plusieurs inventions, dont les gouttes de Rupert, particules de verre en forme de larmes et ancêtres de la vitre pare-balles. Il a également inventé un alliage de cuivre modifié, appelé le « Métal du Prince », apparement utilisé dans la fabrication de canons de fusils. La rumeur veut que la liste de ses créations contient aussi un moteur capable de récupérer des trésors sous-marins… et une torpille.


SEBJ Journal Fran Oct 08