__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

Et si  l’on  pensait     l’architecture  autrement¹  ?   L’architecture  par5cipa5ve,     un  processus  d’émancipa5on  

LOISY Pauline   sous  la  tutelle  de  Emeline  Curien   Etudiante  à  l’Ecole  Na4onale  Supérieure  d’Architecture  de  Nancy     Année  2012/2013   1


« Nous   ne   sommes   que   de   passage   dans   un   monde   inachevé   et   envers   lequel   nous   avons   la   responsabilité   éthique   de   nous   ques5onner  sur  notre  rôle  et  de  par5ciper  à  son  améliora5on…   Peut-­‐on  construire  des  bâ5ments  démesurés  sans  être  conscient  des   inégalités   sociales   et   ne   pas   contribuer   à   les   accroître   par   nos   proposi5ons   et   nos   projets,   parfois   «  pres5gieux  »   comme   ces   arrogantes   tours   auprès   desquelles,   de   Shanghai   à   Marseille   la   pauvreté  subsiste…   Comment   se   fait-­‐il   que   j’ai   la   joie   et   le   privilège   de   pouvoir   exister,   concevoir,   partager,   transmeOre…   Nous   construisons   pour   les   enfants  d’aujourd’hui,  de  demain…  Vis-­‐à-­‐vis  d’eux,  je  souhaite  ne  pas   par5ciper  à  la  destruc5on  de  notre  environnement.  »  2

1 BOUCHAIN  Patrick.  Construire  autrement.  Comment  faire  ?  L’impensé  Actes  Sud,  

2006 2   KOHN   Bernard.   Regards   croisés   sur   un   territoire.   La   manufacture   des   paysages,   2006.   2


!

Bandes dessinées  de  Bernard  KOHN     hOp://www.bernardkohn.org

3


Depuis le   début   de   l’hominidé   et   peut-­‐être   au   delà,   les   savoirs   se   cumulent   et   se   contredisent.   Plusieurs   siècles   de   connaissances   4rées   d’expériences   mul4ples   et   denses   se   massent   dans  nos  esprits  comme  des  leçons  à  faire  ou  oubliées.  Pourtant,  les   a-­‐t-­‐on   réellement   confrontées   à   la   réalité   du   monde   qui   nous   entoure,  aux  cités  grecques  ou  moyenâgeuses,  aux  villes  modernes   qui   ont   vu   le   jour   dans   les   heures   noires   du   monde   ?   Tant   de   créa4ons   qui   semblent   ne   jamais   avoir   été   confrontées   au   monde.   Faut’  il  célébrer  l’éphémère  ?  L’un  croit,  pense,  fait.  L’autre  contredit,   cri4que,   détruit.   Le   monde   ne   semble   stable   qu’à   l’échelle   de   l’homme,  si  l’on  peut  avancer  ce  fait.   La   réponse,   peut-­‐être   que   Patrick   Bouchain   nous   l’a   déjà   exposé.   Construire  autrement.1 L’architecture   est-­‐elle   définie   ?   Y   a   t’il   des   règles   préétablies   du   comment   construire,   avec   quoi   et   pour   qui   ?   Vitruve   nous   le   démen4rait   certes   mais   l’habita4on   de   nos   jours   est   bien   différente.   Une   nouvelle   idée   de   l’architecture   a   vu   le   jour.   Les   nouveaux   principes   du   Corbusier,   en   résonnance   avec   l’alter   modernisme   de   Rem   Koohlaas,   tant   de   styles   et   de   mouvements   de   pensées   qui   s’opposent  créant  ainsi  la  désillusion  de  notre  monde  contemporain.   Et  pourtant,  l’architecture  n’est  pas  une  affaire  de  spécialistes  ou  de   techniciens.   C’est   l’Homme   avec   un   grand   -­‐H   qui   alimente   les   mythes,  imagine  les  tradi4ons,  réinventent  les  habitudes  portant  un   regard  différent  sur  l’architecture.   Alors  sait-­‐on  répondre  à  cela  ?  Qu’est-­‐ce  que  l’architecture  ?     Ça   y   est,   la   ques4on   a   fusé,   simple,   directe,   évidente,   tout   du   moins   au   premier   abord.   Car   quel   étudiant   en   architecture,   après   plusieurs   années   de   découverte   et   de   pra4que   de   cece   discipline,   oserait   relever   le   défi   de   proposer   une   réponse   claire   et   complète   à   cece   ques4on  ?   4


L’exercice est   en   effet   périlleux   car   nombreux   sont   les   contre-­‐ exemples   qui   se   profilent   dès   que   l’on   tente   d’enfermer   l’architecture  dans  une  défini4on  fixe.  Mais  alors,  qu’est-­‐ce  donc  que   ce  mystérieux  art  qui  a  pris  naissance  presque  en  même  temps  que   3   l’homme?  Quelle  est  son  essence,  quel  est  son  principe  générateur? Pour  ma  part,  je  ne  pourrais  tenter  de  répondre  à  cece  ques4on  par   écrit.   Une   certaine   intona4on   avec   une   pointe   d’ironie   permecrait   d’avantage  de  laxisme  selon  moi.  Je  laisse  donc  cece  ques4on  à  plus   tard,   si   j’ose   y   revenir.   A   travers   ce   court   écrit,   je   souhaite   me   préoccuper   plutôt   du   rôle   fédérateur   de   l’architecte.   Etrangement,   il   me  serait  plus  facile  de  discerner  le  fond  de  la  forme.  L’architecte,  tel   un  po4er  marquant  l’argile  de  son  pouce,  l’homme  marque  la  terre   de   ses   mains,   de   son   intelligence   et   de   sa   sensibilité.   Frank   Lloyd   Wright  a  cece  défini4on  très  belle  lorsqu’il  parle  de  l’architecture  :  «   C’est   l’homme,   et   c’est   plus.   C’est   l’homme   en   possession   de   sa   4  

terre. » Le   lien   in4me   qu’il   décrit   ainsi   entre   l’homme   et   «   sa   »   terre   est   très   riche   et   porteur   de   sens.   Les   termes   «   possession   »   et   «   sa   »   illustrent   clairement   ce   mouvement   de   conquête   de   l’homme   à   travers  l’architecture.  Cece  appropria4on  de  la  chose  qui  en  fait  de   lui  le  gardien.     Mais   nous   préoccupons   nous   autant   de   notre   terre?   Il   s’agit   réellement   d’un   acte   de   domina4on   puisque   l’homme,   en   agissant   sur   la   terre,   va   agir   sur   la   créa4on   sans   se   préoccuper   de   son   coté   épuisable,   fragile   et   instable.   Wright   a   d’ailleurs   ces   mots:   «   L’homme  prend  une  part  ac4ve  à  la  créa4on  chaque  fois  qu’il  érige   5    

une construc4on  sous  le  soleil.  » On   retrouve   dans   cece   thèse   l’idée   de   l’homme   en   mouvement,   ac4f  et  conquérant,  l’homme  qui  cherche  à  tout  maîtriser,  l’homme   qui   cherche   à   s’approcher   de   la   toute-­‐puissance   de   Dieu   dont   l’harmonie  et  la  divine  propor4on  y  sont  incontournables.     3  

PERCIE DU  SERT  Cécile,  Pensées  sur  l’Architecture,  Mémoire  de  Licence,  2011.

4

WRIGHT Frank  Lloyd,  L’avenir  de  l’architecture,  1 ed.,  Paris,  Gonthier,  1966,  p.  25

5

Ibid. p.  27  

e

5


Pourtant l’homme   con4nue   à   posséder   et   dominer.   Mais   jusqu’à   quand   allons-­‐nous   décider   et   u4liser   sans   retenues   les   ressources   précieuses   de   notre   terre?   Quand   allons-­‐nous   prendre   en   compte   la   dimension  éthique  d’habiter  la  Terre  en  la  respectant  au  mieux  ?  La   6 ques4on   du   «   devenir   possible   »   est   plus   que   jamais   en   suspend   dans  nos  esprits.  Elle  agit  sur  moi  telle  une  leçon  mal  apprise  ou  un   grain  de  semoule  dans  la  trachée,  dérangeante  mais  incontournable,   légi4me  mais  injuste.   Je   me   pose   une   ques4on,   celle   de   la   place   de   l’architecte   dans   notre   monde   actuel,   face   aux   enjeux   divers   qui   pèse   sur   ce   mé4er   en   phase   d’évolu4on.   Comment,   dans   ce   contexte   actuel,   pouvons-­‐ nous  élargir  notre  engagement  ?  Se  pose  également  la  ques4on  de   la   transmissibilité,   de   l’héritage   des   savoirs   et   de   la   transmission   des   principes.     Depuis   tant   d’année,   l’architecte   bâ4,   érige   des   construc4ons   à   l’image   de   notre   puissance,   toujours   plus   imposants,   toujours   plus   grands.   Mais   vous   architectes,   vous   êtes-­‐vous   déjà   poser   la   ques4on   de   l’héritage   ?   L’architecture   telle   que   vous   la   pensez   est   en   péril.   «   Pourquoi   encore   bâ4r   ?   Simplement   parce   que   l’urgence   n’a   pas   encore  ouvert  nos  droits  à  ques4onner  le  spirituel.  7»   Qu’il   soit   géographique,   topographique,   économique,   poli4que,   social,   culturel,   l’acte   architectural   et   le   principe   d’édifica4on   d’un   bâ4ment  sont  précédés  d’une  pensée,  d’un  désir  de  voir  ériger  une   œuvre   u4le,   une   demande   construc4ve   posi4ve.   Bâ4r   est   un   acte   volontaire   de   modifier   son   environnement,   le   façonnant,   l’embellissant.   Certains   choix   dans   la   construc4on   appliquent   des   principes  de  bon  sens  :  réu4liser  ce  qui  peut  l’être,  et  préserver  ce   qui  sert  déjà.8   6   KOHN   Bernard.   Regards   croisés   sur   un   territoire.   La   manufacture   des   paysages,  

2006. 7  FURNEMONT  Eric.  Pourquoi  bâ5r  encore  ?  Atelier  Eric  Furnémont.  2011.     8   CATSAROS   Christophe.   Le   Lieu   Unique.   Le   chan5er,   un   acte   culturel/Nantes.   L’impensé  Actes  Sud.  2006.   6


Je peux   donc   avancer   que   l’architecture   témoigne   d’une   pra4que   construc4ve   u4le,   nécessitant   d’être   en   phase   avec   son   environnement.     L’architecte   se   doit   d’être   en   phase   avec   le   monde   qui   l’entoure,   construire   durablement   prenant   en   compte   la   dimension   sociale,   humaine   et   également   poli4que.   De   ce   fait,   cece   réflexion   est   un   travail   conjoint   et   en   interface   avec   les   habitants,   les   usagers,   les   visiteurs,  observateurs,  étudiants…
 


« Le  monde  est  rempli  de  savoirs,  il  est  vide  de  compréhension.  »  9   C’est  à  cet  instant  qu’intervient  Gilles  PERRAUDIN  et  ses  intensions,   telles  des  répé44ons  du  passé,  des  expérimenta4ons  de  la  ma4ère   existante.  Il  nous  donne  la  leçon,  nous  fait  la  morale  en  démontant   tous  les  acquis  pédagogiques  depuis  ces  cinq  dernières  années.  10  En   contre   temps   avec   le   corps   enseignant,   il   persuade,   convaincs   les   étudiants   et   futurs   architectes   que   «   bâ4r   aujourd'hui   ne   doit   pas   seulement   répondre   à   une   équa4on   énergé4que,   technique   ou   programma4que.  Cela  requiert  une  éthique  construc4ve,  au  service   des   usagers   et   du   site   ».   On   dit   de   Gilles   PERRAUDIN   qu’il   est   le   pionnier   dans   ce   domaine,   celui   de   la   prise   en   compte   du   site,   de   sa   culture   et   de   son   climat.   Son   occupa4on   et   intégra4on   au   site   semblent   op4males   permecant   de   pouvoir   répondre   à   l’approvisionnement  naturel  des  matériaux  grâce  à  son  u4lisa4on  de   la  terre,  la  brique,  le  bois  et  la  pierre  puisés  à  proximité  du  chan4er. Chaque  image  que  nous  projetons  dans  notre  tête  et  qui  est  le  fruit   de   notre   imagina4on   ne   résulte   jamais   de   quelque   chose   de   totalement  nouveau.  Notre  cerveau  n’est  pas  en  mesure  de  res4tuer   une  chose  qu’il  n’a  jamais  vue.     9  SULLIVAN  Louis  Henry   10  PERRAUDIN  Gilles.  Conférence  à  l’ENSA  Nancy.  L’âge  de  Pierre.  22  janvier  2013.  

7


J’imagine donc  que  ses  no4ons  ont  été  apprises  du  passé.  Tirées  de   l’enseignement  de  l’existant,  de  ce  qui  est  déjà  là  et  de  ce  qui  restera   encore   longtemps.   De   ses   premières   composi4ons,   d'inspira4on   brutaliste,   à   ses   dernières   réalisa4ons,   pures   et   douces,   Gilles   PERRAUDIN  mul4plie  les  réflexions  sur  l'espace  construit,  combinant   ces   recherches   de   la   performance   de   l’enveloppe   à   la   sub4lité   de   l’intégra4on   dans   son   site.   Unique,   son   travail   n’est   pourtant   qu’une   con4nuité   à   celui   de   Louis   KAHN,   Frei   OTTO   ou   André   RAVEREAU,   ces   architectes   référencés   par   un   style   à   la   fois   classique,   avant-­‐ gardiste  et  vernaculaire,  sans  éclec4sme.   Il   a   fallut   du   temps   pour   que   l’architecture   sans   architectes11   soit   reconnue   à   sa   juste   valeur,   et   faire   valoir   la   place   indispensable   de   l’ouvrier   constructeur.   L’architecture   dite   vernaculaire   est   présente   dans  pra4quement  tous  les  pays  et  sur  tous  les  con4nents.  Variées   selon   la   culture,   les   tradi4ons   et   les   moyens   naturels   de   mis   en   œuvre,  l’architecture  vernaculaire12  tant  à  se  développer  à  nouveau   dans   le   but   d’aceindre   une   certaine   autonomie   construc4ve   et   parfaite  intégra4on  à  son  environnement.   Le   retour   à   l’architecture   vernaculaire   peut-­‐il   être   une   solu4on   aux   crises   sociales,   environnementales   et   culturelles   que   nous   connaissons  aujourd’hui  ?     Peut-­‐on   créer   sans   se   référer   ?   J’en   doute,   parce   que   cece   leçon   vient   d’avant.   Regardons   autour   de   nous,   les   plus   belles   places,   les   plus   symboliques   bâ4ments   de   nos   villes.   Les   regardez-­‐vous   à   leur   juste   valeur   ?   La   technicité   dans   les   moindres   détails,   du   savoir-­‐faire   transmis   par   l’architecte/ouvrier/constructeur.   Mais   tout   n’est   plus   que   grandeur.   Est-­‐ce   que   la   percep4on   de   l’architecture   est   restreinte  par  notre  monde  contemporain  ?  Ce  monde  si  grand  qui   nous   entoure,   fait   par   l’architecte   qui   voudra   voir   son   bâ4ment   s’érigé  pour  s’assurer  d’une  vie  éternelle.     11  RUDOFSKY  Bernard.  Architecture  sans  architectes.  Edi5on  du  Chêne,  1977.   12  FREY  Pierre.  Pour  une  nouvelle  architecture  vernaculaire.  Edi5on  Actes  Sud,  2010.   8


Conçu pour   son   intérêt   personnel   et   se   voulant   toujours   plus   novateur  et  dénué  de  toutes  significa4ons  à  la  portée  des  usagers. «  L’architecture  est  morte  »  13 L’architecture  est-­‐elle  encore  une  culture  collec4ve  ?  Doit-­‐on  alors  ré   automa4ser   l’architecture   du   passé,   connoté   ses   formes   pour   redynamiser  l’architecture  locale  et  ainsi  toucher  ses  u4lisateurs?     L’architecture   exemplaire   doit   s’appuyer   sur   les   percep4ons   et   modes   de   pensées   de   ces   observateurs,   u4lisateurs,   déchiffreurs,   spectateurs.  De  ce  fait,  les  formes  ne  doivent-­‐elles  pas  s’appuyer  sur   celles   du   passé   créant   ainsi   des   références   préexistantes,   re-­‐fondées   sur  des  bases  solides  et  communes  du  passé  ?     «  La  durabilité  est  dans  les  personnes  et  non  dans  les  structures  »  14 Elle   est   une   de   ces   architectes   tendance   et   pourtant   son   nom   résonne   dans   nos   esprits   sans   que   nos   mémoires   fusent.   Carin   S.M.U.T.S.,   se   re4ent   portant   facilement   de   par   la   sonorité   de   son   nom   afrikans,   des   boers   d’Afrique   du   Sud   mais   derrière   un   nom   insonorisé,   se   cache   une   image   forte   d’an4-­‐apartheid   et   de   libéra4on.  Les  enjeux  et  les  méthodes  de  Carin  SMUTS  sont  des  plus   engagés   dans   la   par4cipa4on   des   citoyens   au   projet   urbain,   à   l’émancipa4on   par   l’habitat   ou   au   chan4er   comme   moment   esthé4que   et   comme   porte   d’intégra4on.   L'intérêt   que   porte   Carin   SMUTS   aux   modes   de   vie   fait   écho   à   la   démarche   du   Team   X   et   renvoie   au   goût   pour   les   «   architectures   sans   architectes   »   ou   à   l'architecture  spontanée  de  Bernard  Rudofsky.   Qui   dit   "habitat   durable"   dit   forcément   panneaux   solaires,   éco   matériaux   ou   encore   toitures   végétalisées…   Avec   Carin   Smuts,   le   concept  réside  moins  dans  les  moyens  que  dans  l’objec4f.    

13 MEYER  Hannes,  père  fondateur  du  mouvement  Neues  Bauen     14  RAMIAS  Olivier.  De  l’urgence  au  développement.  164  Ecologik,  2008,  n°3,  p.60-­‐63 9


En Afrique  du  Sud,  il  s’agit  de  recréer  du  lien  social  en  construisant   des   bâ4ments   collec4fs   au   cœur   des   bidonvilles.   Sans   technologies   dernier   cri   mais   toujours   dans   le   respect   de   l’environnement.   Elle   consacre   une   part   significa4ve   de   son   travail   à   des   projets   communautaires   dans   les   townships   noirs.   Elle   n’adhère   qu’à   une   seule   manière   d’envisager   le   projet,   celle   d’une   prise   en   compte   minu4euse  des  besoins  et  de  la  culture  de  l’usager.   L’architecture   africaine   correspond   à   une   architecture   totale   par   laquelle   tout   se   «   dit   »   ;   les   condi4ons   du   milieu,   les   détermina4ons   économiques   et   les   rapports   sociaux,   les   concep4ons   fondamentales.   Malgré   la   faible   diversité   des   condi4ons   matérielles,   la  diversité  des  modes  de  mis  en  œuvre  n’en  reste  pas  moins  limitée.   Dimensionné   à   l’échelle   du   corps   humain,   l’architecture   matérialise   dans  l’espace  les  rapports  sociaux  fondamentaux  et  les  conservent,   elle   délimite   les   lieux   privés   des   lieux   collec4fs.   L’espace   habité   devient   une   descrip4on   matérialisée   de   la   société.   L’architecture   africaine   se   veut   en   adéqua4on   avec   son   espace   environnant.   Ces   no4ons   de   cohésion   ne   s’appliquent   pourtant   que   trop   peu   au   cas   de   l’Afrique   du   Sud   et   quelques   autres   pays   d’Afrique   australe.   Le   système   poli4que   de   l’Apartheid   n’a   pas   favorisé   la   vie   en   communauté   pour   les   habitants   de   couleurs   noires,   mé4ssées   et   blanches   d’Afrique   du   Sud.   Marqués   par   plus   de   quarante   ans   d’Apartheid,   les   townships   des   villes   sud   africaines   se   retrouvent   gangrénés   par   la   pauvreté,   la   violence,   la   drogue   et   les   gangs.   Loin   des   buildings   pres4gieux   du   centre-­‐ville,   de   l’économie   et   des   échanges,   les   maisons   de   bric   et   de   broc   s’entassent   dans   la   poussière  et  les  déchets.     Afin  de  recréer  du  lien  social,  l’architecte  Carin  SMUTS  imagine  des   bâ4ments   publics   implantés   dans   les   townships   noirs,   permecant   aux   communautés   de   se   retrouver   et   d’échanger.   Ses   démarches   d’intégrer  les  enjeux  du  développement  durable  dans  la  concep4on   et  l’acte  de  bâ4r  permecent  de  valoriser  une  architecture  dépassant   les  pra4ques  conven4onnelles  qui  ouvre  l’accès  aux  logements  et     10


!

Interven5on par5cipa5ve  en  France  de  Carin  Smuts  sur  le  projet     du  centre  mul5service,  Follainville-­‐Bennemont,  Yveline,  2008   hOp://  hOp://csstudio.co.za/  

11


équipements publics   dignes   à   des   popula4ons   encore   mises   à   l’écart.     En   bâ4ssant   des   lieux   de   vie   à   fonc4on   sociale   et   mul4culturelle,   Carin   SMUTS   contribue   à   préserver   la   paix   dans   les   bidonvilles.   C ’est   à   cece   seule   condi4on   qu’elle   peut   parvenir   à   sensibiliser   la   popula4on   à   la   protec4on   de   l’environnement.   L’idée   de   responsabiliser   chaque   habitant,   qu’il   apprenne   à   respecter,   faire   évoluer  puis  animer  son  lieu  de  vie.  Fier  de  sa  construc4on,  il  saura   alors  la  préserver.     Conçu   pour,   mais   surtout   avec   les   habitants,   chaque   projet   fait   l’objet  de  réunions  avec  la  popula4on,  les  élus  et  les  associa4ons.  De   la   concep4on   à   la   construc4on,   les   citoyens   sont   intégrés   aux   nouveaux   équipements.   Les   jeunes   sont   employés   en   chan4ers   d’inser4on,   les   ar4stes   locaux   invités   à   exprimer   leurs   talents,   les   habitants  formés  pour  les  gérer.  Chacun  est  inves4  dans  le  processus   renforçant   ainsi   les   rela4ons   sociales   et   créant   une   dynamique   économique.     Il  y  a  aussi  des  choix  qui  rentrent  dans  certaines  pédagogies  du  faire,   par   exemple   de   rendre   la   superposi4on   des   différentes   étapes   de   l’histoire   du   lieu   apparente   ;   no   man’s   land,   cheminement   et   lieu   de   rencontre,   espace   culturel,   centre   communautaire.   Pour   Carin   SMUTS,   il   est   possible   de   dis4nguer   des   choix   liés   à   une   certaine   éthique   de   la   construc4on.   La   ques4on   de   l’architecture   est   directement  liée  et  manifestent  parfois  explicitement  leur  inten4on   poli4que.   Certaines   architectures,   emplacements   ou   choix   architecturaux   sont   directement   liés   à   des   volontés   sociales,   poli4ques  et/ou  ins4tu4onnelles.  15

15 CLUZAN   Lucie.   Global   Award   2008,   ressources   humaines.   164   Ecologik,   2008,   n°5,  

p.24-­‐26 15   NAMIAS   Olivier.   Carin   Smuts,   la   par5cipa5on   construc5ve.   19   D’A,   2009,   n°183,   p. 7-­‐12   15   LECLERC   David.   Afrique   du   Sud,   les   dents   de   la   terre,   combat   pour   une   architecture  par5cipa5ve.  D’A,  2012,  n°208,  p.38-­‐39   12


« C'est  bâ4r  des  lieux,  et  pas  uniquement  des  mètres  carrés  que  l’on   empile  ou  étale.  L’architecture  est  capable  de  créer  des  cadres  de  vie   fonc4onnels   et   poé4ques,   qui   peuvent   faciliter   le   développement   d’ac4vités   et   l’épanouissement   des   gens   qui   les   habitent.   Les   lieux   que  je  souhaite  respirent.  Ils  sont  le  reflet  d’une  constante  recherche   du   sens   du   projet.   Parallèlement   à   l’art   de   construire,   je   suis   très   préoccupé  par  la  façon  dont  nous  nous  situons  face  à  ce  qui  se  passe   localement,  et  dans  le  monde.  »16  

Tant de   no4ons   que   l’architecte,   co-­‐créateur   doit   penser.   En   effet,   son   intérêt   ne   doit   pas   être   seulement   porté   aux   bâ4ments.   Celui   qui   voudrait   répondre   au   mieux   à   la   demande   de   l’architecture   devrait   être   à   la   fois   architecte,   urbaniste,   sémiologue,   géographe,   historien,  anthropologue  et  probablement  psychanalyste.  Comment   l’architecte  est  donc  formé  ?   Ivan   Illich   a   tenté   de   répondre   à   cece   ques4on.   Au   travers   son   œuvre17-­‐  que  l’on  n’imagine  pas  faire  lire  aux  jeunes  étudiants  -­‐  Illich   compare  le  système  scolaire  à  une  société  de  consomma4on  qui  fait   par4e  de  notre  quo4dien.  Plus  qu’une  valeur  sociale,  l’appren4ssage   est   devenue   une   ac4vité   commercialisable   nous   éloignant   de   la   connaissances  et  de  l’épanouissement.     C’est  ainsi  que  la  recherche  du  sens  et  de  la  per4nence  des  lieux  doit   faire   l’objet   d’une   étude   préalablement   menée   au   sein   de   la   popula4on   inves4e   afin   de   puiser   l’informa4on   directement   sur   les   lieux   d’interven4ons,   d’expérimenter   soi-­‐même   les   lieux,   les   habitants  et  l’architecture.       16   KOHN   Bernard.   Regards   croisés   sur   un   territoire.   La   manufacture   des   paysages,  

2006. 17  ILLICH  Ivan.  Une  société  sans  école.  Essais  Seuil,  1971.   13


De nombreuses   façons   d’inves4r   l’usager   dans   le   processus   de   concep4on/construc4on   sont   à   notre   portée.   La   sub4lité     de   notre   architecture  doit  se  référer  à  la  technicité,  la  manière  de  mecre  en   œuvre   et   économiquement   intéressante   pour   les   ouvriers   refondant   alors  le  processus  de  concep4on.     La   pédagogie   interac4ve   développée   par   Bernard   KOHN   permet   de   sensibiliser,  former,  interroger  et  finalement  abou4r  sur  une  créa4on   commune  et  raisonnée.  Il  me  semble  nécessaire  pour  le  citoyen  de   demain   de   construire   dès   à   présent   son   avenir,   que   les   débats   s’ouvrent,  que  chacun  s’interroge  et  élabore  une  proposi4on  pour  le   développement   futur.   Cece   réflexion   collec4ve   par   le   biais   de   mul4ples  ac4ons  et  ou4ls  est  fondamentale  afin  de  pensée  au  mieux   le   devenir   de   notre   monde   bâ4.   Inves4r   les   lieux,   les   relier   et   les   exploiter   avec   les   acteurs   qui   auront   à   les   créer,   les   déchiffrer,   les   habiter.  

La large  vision  de  l’architecture  vue  au  niveau  de  la  cri4que  et  de  la   théorie  nécessite  un  regard  orienté  sur  le  sujet.  Mais  cece  pra4que   est  rela4ve  et  relèverait  d’une  certaine  subjec4vité  de  ma  part.  C ’est   pour  cela  que  j’invite  aux  débats,  à  ouvrir  la  discussion  afin  d’obtenir   différents   regards   créant   ainsi   toute   la   richesse   qui   fait   la   valeur   même  de  l’architecture.      

Après avoir   réfléchi   et   écrit   sur   la   ques4on   de   l’architecture,   sa   richesse   et   sa   complexité   m’apparaissent   de   manière   encore   plus   criante.   Je   crois   bien   qu’essayer   d’enfermer   l’architecture   dans   une   défini4on   –   y   arriverait-­‐on   seulement?   –   serait   une   erreur   car   c’est   justement  de  cece  mul4tude  de  faceces  qu’elle  4re  sa  force  et  son   unicité.   L’architecture   comme   empreinte   sur   la   terre,   abri,   comme   œuvre  d’art,  comme  moyen  d’émancipa4on  ? 14


Rien n’interdit   cependant   de   se   poser   la   ques4on.   Au   contraire.   A   travers   ce   court   écrit,   j’ébauche   une   pensée   qui   puisse   abou4r   un   jour.  Une  amorce  d’une  réflexion  qui  me  4ent  à  cœur  et  qui  je  pense   trouvera   une   réponse   en   chacun   de   nous.   Toute   personne   qui   dit   s’intéresser   à   l’architecture   se   doit   de   s’interroger   et   de   creuser   toujours   plus   cece   ques4on.   Et   par4culièrement   les   futurs   architectes,   dans   le   but   d’exceller   dans   cece   pra4que   afin   de   conserver   ce   qui   nous   à   été   léguer   et   transmecre   durablement   les   nouvelles  no4ons  acquises.  A  nous  d’y  travailler.  

15


LOISY Pauline   sous  la  tutelle  de  Emeline  Curien   Etudiante  à  l’Ecole  Na4onale  Supérieure  d’Architecture  de  Nancy     Année  2012/2013  

16

Profile for Paulineloisy

LOISY Pauline - Essai "Et si l'on pensait l'architecture autrement ?"  

Depuis le début de l’hominidé et peut-être au delà, les savoirs se cumulent et se contredisent. Plusieurs siècles de connaissances tirées d’...

LOISY Pauline - Essai "Et si l'on pensait l'architecture autrement ?"  

Depuis le début de l’hominidé et peut-être au delà, les savoirs se cumulent et se contredisent. Plusieurs siècles de connaissances tirées d’...

Advertisement