Page 1

Portfolio

- Pauline Hardy -

2016


Pauline Hardy Architecte diplômée d’Etat 27/12/1991 hardypauline14@gmail.com 06 86 45 35 09

2016.09

Diplôme d’Etat d’Architecte, ENSA Strasbourg, grade master.

2016.09

Projet de Fin d’Etudes, Master «Architecture, Ville et Territoire». « Strasbourg, ville-refuge. L’obsolescence, une ressource pour penser l’habitat transitoire. »

2016.04

Workshop à Buenos Aires, Argentine. «Recorriendo el Riachuelo : memorias, cambios urbanos y arte» Exploration anthropologique et urbanistique des quartiers Sud de la capitale.

2016.01

Mémoire de fin d’études. Mention Très Bien. «Le festival Bellastock, vers une transformation du métier d’architecte.»

2015.07-09

Stage, 2 mois, Yan Olivares Architecture, Saint-Etienne (42). APS/APD, rénovation d’un appartement de 200m² Appels d’offres pour marchés publics Etude urbaine pour la revitalisation du centre-bourg de Bourg-Argental

2015.05

Exposition à la Chambre de Commerce et d’Industrie du Bas-Rhin. «Esplanade, au-delà des murs. Comment dévoiler sans altérer?»

2014+2015

Participation au festival Bellastock, festival d’architecture expérimentale.

2011-2014

Diplôme d’études en architecture, ENSA Strasbourg, grade licence.

2013.07

Stage, 1 mois, Clerc-Detolle-Thiebault Architectes, Strasbourg (67). APS, logements individuels

2012.07

Stage chantier, 1 mois, fouilles archéologiques à Bois l’Abbé, Eu (76).

2010-2011

Mise à Niveau en Arts Appliqués (MANAA), Quimper (29).

2009-2010

DUT Techniques de Commercialisation, Laval (53).

2009.06

Baccalauréat Economique et Social, Evron (53).

Autocad / SketchUp / Adobe Indesign-Photophop-Illustrator / Artlantis / Vectorworks + Revit (Notions) Anglais certification B2 Permis B


p.6

Strasbourg, «Ville-refuge» - 2016

L’obsolescence, une ressource pour penser l’habitat transitoire. PFE - Architecture, Ville et Territoire, sous la direction de A. Jaureguibérry

p.18

Centre chorégraphique à Strasbourg - 2015

p.24

Option photographie argentique - 2013

p.26

Workshop Public Fantaisie - 2014

p.28

Festival Bellastock Waterworld - 2015

p.30

Au-delà des murs, salon urbain - 2015

p.32

Au-delà des murs, Urban Studio - 2015

p.38

AWA Competition Oporto - 2015

p.42

Option Design - Assise - 2015

p.44

Appartement Stéphanois - 2015

p.46

Mémoire de fin d’études - 2016

Du parking au centre chorégraphique, amorce d’une métamorphose.

En collaboration avec l’agence UN1ON

Architecture expérimentale pour une ville amphibie à Achères (78).

Performance artistique, l’arrêt de tramway comme salon urbain

Atelier de projet Architecture et Urbanisme Master 1, dirigé par A. Jaureguibérry

Travail personnel, un espace de coworking à Porto.

Projet en collaboration avec les Compagnons du devoir.

Stage, Projet de rénovation d’un appartement (42)

Le festival Bellastock, vers la transformation du métier d’architecte. Sous la direction de B. Morovich.


6

STRASBOURG, «VILLE-REFUGE» L’obsolescence, une ressource pour penser l’habitat transitoire.

Nombre de migrants et réfugiés arrivent dans le campement. Qu’il soit auto-établie, humanitaire ou Etatique, à l’intérieur d’une ville ou dans l’épaisseur de ses frontières, c’est l’étape entre le lieu de départ et celui d’arrivée. C’est un entre-deux supposé provisoire. Le campement est incertain, le temps y est en suspend, et le migrant en attente. C’est aussi une intersection à la grande échelle où les cultures du monde se croisent en un point et les histoires se racontent dans toutes les langues. C’est un lieu riche où, poussé par la précarité et l’urgence, les initiatives se créent, la solidarité s’installe, et la créativité culmine. Sous toutes ses formes le campement est cette dualité entre un avenir imprécis et un rassemblement temporaire qui créer une communauté et la condition d’étranger. Le camp qui devrait être le lieu de reconstruction, d’inclusion et par définition de formation, se retrouve maintes fois lieu d’exclusion. Son implantation en périphérie, en dehors, en marge, à la frontière, confirme que «les réfugiés sont les premiers enfermés dehors». Tout laisse à penser que nous sommes face à une volonté d’invisibilisation de ces populations alors que la visibilité et la considération seraient les premiers facteurs d’intégration. Face aux problèmes d’exclusion, de contrôle, et de pénurie, il est impératif de se demander comment et où loger ces nouveaux arrivants? Qu’est-ce-qu’un habitat transitoire  ? Comment construire une ville de l’hospitalité qui favorise l’intégration  ? Comment empêcher une politique d’enfermement ? Comment repenser le campement ? Autrement dit, quelles solutions urbaines, sociales, et économiques, pour que les réfugiés ne soient plus « les premiers enfermés dehors »  ?


7


8


9


10


11


12


13


14


15


16


17


18

CENTRE CHOREGRAPHIQUE Du parking au centre chorégraphique, ce projet est l’amorce d’une métamorphose. La parcelle est localisée à Strasbourg entre un cinéma, un centre commercial et un parking. L’idée était de conserver l’espace public existant agissant comme une respiration le long des quais de la presqu’île Malraux. Le projet a donc été placé au plus près du parking jusqu’à être partiellement intégrer au sein de celui-ci. Comme une greffe, il anticipe l’obsolescence de l’architecture et tente de répondre à la question, demain, quelle fonction pour le parking? Le projet réalisé est la première étape de la transformation du parking. Le centre chorégraphique s’approprie une bande de 5 mètres à l’intérieur de l’infrastructure, soit la profondeur d’une place de parking afin qu’il puisse conserver son bon fonctionnement. Cette bande de 5 mètres permet de circuler tranversalement dans l’ensemble du projet. Elle dessert des volumes en porte-à-faux qui accueillent deux studios de danse, une caféteria, des locaux techniques, et des bureaux. La salle de représentation est quant à elle posée sur le sol, comme une boîte énigmatique mise en valeur par l’espace public qui l’entoure.


19


20


21


22


23


24

OPTION PHOTOGRAPHIE ARGENTIQUE Cette série de photographies illustre la trame et la géométrie dans la ville. L’objectif était de démontrer, comment à travers le cadrage, la photographie nous offre une vision éloignée de notre expérience habituelle. Ces photographies témoignent de la présence de la trame dans la ville et reflètent l’intervention humaine sur le territoire. La photographie accentue la perspective et offre des lignes fortes qui rythment le sujet jusqu’à perdre l’observateur.


25


26

WORKSHOP PUBLIC FANTAISIE Workshop réalisé avec l’agence UN1ON. L’enjeu de cet atelier était la création d’une ville nouvelle de 500 000m² dessinée sur une trame orthogonale composée d’ilôts de 1000m*200m. Chaque équipe se voyait attribuer une parcelle possédant des caractértistiques à définir. Le travail à l’échelle 1:2000 et le site symbolique avaient pour but de s’abstraire totalement des obstacles conventionnels pour se focaliser uniquement sur l’invention d’une typologie et d’un scénario. Le projet représente l’idée du canyon et de sa faille, comme une force traversant la ville et bousculant ainsi tout sur son passage. Les ilôts rongés offrent des formes organiques. Cette puissance de la nature a sculpté un chemin tantôt dilaté tantôt oppréssé qui forme des espaces et créer des lieux propices au rassemblement et à l’évènement.


27


28

WATERWORLD Participation au festival d’architecture éphémère Bellastock édition Waterworld. Ce festival étudiant prône l’expérimentation et la construction à l’échelle 1. Avec les matériaux founis : palettes, flotteurs, tasseaux, chevrons, et ficelle, chaque équipe devait construire son abris pour 4 jours, l’habiter, le faire vivre, puis le déconstruire. Ces abris modulables et transportables devaient être amphibies : sur terre la nuit, sur l’eau le jour. Après plusieurs essais, les constructions ont pu être assemblées entres elles afin de remplir l’objectif final : créer une ville de 1000 habitants sur l’eau. Bellastock oeuvre pour le réemploi et le détournement des matériaux pour faire naître de nouveaux usages dans la ville.


29


30

AU-DELA DES MURS - SALON URBAIN Court métrage réalisé en groupe dans le cadre de l’atelier Urban Studio. Le film a été réalisé dans le quartier Esplanade de Strasbourg, quartier typique des années 1960 composé de grands ensembles et du campus universitaire. Cette performance artistique témoigne de la perception de l’espace que nous avons eu en le pratiquant. Nous sommes intervenus dans l’arrêt de tramway Esplanade en installant un salon urbain afin d’intégrer la sphère domestique au sein de la sphère publique.  Ce film montre tout d’abord des immeubles avec des façades monotones voire impersonnelles où les gens ne font que se croiser. La deuxième partie dévoile un salon urbain où des personnes s’arrêtent, questionnent, discutent, s’assient, et repartent.Cette vidéo rend compte de la possible appropriation de l’espace public au sein d’un quartier de grands ensembles composé d’espaces vastes non propices à la rencontre. Elle témoigne également de la vie qu’il peut y avoir mais qui reste cachée derrière ces facades. Nous avons voulu bousculer les habitudes des habitants et passants, pour donner à voir Esplanade. 


31


32

AU-DELA DES MURS - URBAN STUDIO Projet d’urbanisme réalisé en master 1. Le quartier Esplanade à Strasbourg est caractéristique de la construction en plan libre des années 1960. Il réunit à lui seul le campus, des immeubles d’habitations, de vastes espaces de parking, le parc de la Citadelle, et des surfaces végétalisées. A proximité du grand projet urbain des Deux Rives (relier Strasbourg à l’Allemagne), Esplanade devient un quartier intersticiel, entre vieille ville et ville nouvelle. Le projet consiste à questionner le devenir de ce quartier en tirant profit des caractéristiques du plan libre jusqu’ici mal exploitées et utilisées comme de vastes parking. L’intervention a pour objectif de transgresser le zoning fortement présent pour offrir plus de lisibilité et d’interaction. L’idée est de recomposer le quartier sans l’altérer en injectant de nouveaux programmes, en créant des ambiances, et en apportant une nouvelle échelle dans le quartier, l’échelle intermédiaire qui devient la transition entre l’espace public et l’espace privé.


33


34


35


36


37


38

AWA COMPETITION - OPORTO Concours pour un espace de co-working à Porto. Le projet est situé sur un terrain en pente surplombant le Douro. Il est traversé par une voie rapide surrélevevée de 4 mètres au dessus du niveau du sol. La flexibilité et la mobilité définissent la nouvelle manière de travailler au XXIème siècle. Aujourd’hui, nous sommes partout connectés et le bureau personnel est devenu un concept désuet remplacé par le principe du partage. C’est de ce constat que l’idée d’un salon urbain est née. Les axes principaux du projet découlent du tissu urbain dejà présent. Le plan s’insère dans les rues existantes, et imite les places et ruelles de la vieille ville. La sous-face du pont devient une circulation couverte qui permet de distribuer l’ensemble des bâtiments du projet et de les connecter au reste de la ville.


39


40


41


42

ASSISE Ce projet est né d’une collaboration entre les Compagnons du Devoir et l’atelier Design de l’ENSAS. L’enjeu était de créer une assise pour la cafétéria de l’école des Compagnons du Devoir, de la dessiner permièrement puis de la construire afin de toucher la matière et faire l’expérience de l’échelle 1:1. A trois nous avons conçu une assise modulable qui se présente sous l’aspect d’un volume compact utilisable comme banc, mais qui peut se déployer pour répondre aux différentes attentes : boire un verre, lire, travailler sur son ordinateur, se rassembler, ou se relaxer. La flexibilité de cette assise permet une multitude de combinaisons qui remplissent chacune un besoin particulier.


43


44

APPARTEMENT STEPHANOIS Commande privée pour une cliente réalisée au cours d’un stage chez Yan Olivares Architecture. L’objectif était la conception d’un appartement de 200m² déployé sur deux niveaux dont un sous combles avec terrasse dite tropézienne. La maîtrise d’ouvrage souhaitait transformer les deux derniers niveaux d’un petit immeuble Stéphanois en un logement T5 familial. Nous avons profité de la double hauteur pour créer un parcours ponctué de demi-niveaux, permettant alors de hiérarchiser l’espace et d’offrir intimité.


45


46

MEMOIRE DE FIN D’ETUDES Depuis le début des années 2000 émerge en France de nouveaux fabricants de la ville. Ils représentent une partie de la jeune génération d’architectes et sont regroupés sous le nom de collectifs pour désigner ces associations pluridisciplinaires qui cherchent à construire la ville d’une manière «autre». Avec son festival d’architecture expérimentale destinés aux étudiants, Bellastock s’intègre dans cette mouvance. L’association privilégie les microinterventions ponctuelles, la spontanéité et l’éphémère pour expérimenter les usages de la ville. A mi-chemin entre architecte et médiateur, les collectifs d’architectes sont l’introduction d’un nouveau métier qui tend à réconcilier chaque acteur de la ville. Encouragés par les institutions publiques, ces collectifs apportent la dimension sociale, culturelle et expérimentale dans les projets urbains. C’est un nouvel échelon qui, dorénavant, accompagne les transformations urbaines à long terme et permet d’ouvrir des pistes de réflexion sur le devenir d’un lieu.


47

L E FESTIVAL BELLASTOCK

Vers une transformation du métier d’architecte

PAULINE HARDY

Janvier 2016 Sous la direction de Barbara Morovich Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg


- Pauline Hardy 06 86 45 35 09 hardypauline14@gmail.com


Cv/Portfolio - Pauline Hardy - Architecte DE  

Pauline Hardy - Architecte DE Diplômée ENSA Strasbourg - 2016

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you