Page 1

CONCEPTION GRAPHIQUE & SIGNALÉTIQUE

8 , r u e d u g é n é r al d e C aste ln au 7 5 0 1 5 P ar i s p au l i n e . m. roy@g m a il.co m 06 85 38 48 42


Responsable de la conception graphique et de l’identité visuelle depuis 4 ans au musée national des arts asiatiques Guimet, ma mission est, avant tout, de concevoir des visuels accessibles au grand

public tout en répondant à l’éxigence des équipes scientifiques du musée. être au contact des œuvres, répondre à la demande de chaque équipe (mécénat, service des expositions, communication, service cuturel ... ) me permet, en tant que graphiste, d’être au coeur des projets.

2008-2012 Musée Guimet - Responsable de la conception graphique et de l’identité visuelle Conception et déclinaison de l’identité visuelle sur tous les documents du musée à la demande et en accord avec tous les services du musée (affiches tout format, dépliants, invitations, brochures ludo-éducatives, mini catalogue d’exposition, dossiers de presse, journal du musée Guimet ... ). Conception de la signalétique d’expositions au sein des collections permantes et dans les salles d’exposition temporaire, en accord avec les commisaires et scénographes. Suivi de la fabrication des produits auprès des fabricants (imprimeurs et signaléticiens). 2011-2012 Musée des arts asiatiques de Nice - graphiste indépendante (cumul d’activités avec le musée Guimet) Conception de la signalétique des expositions : « Laques et ors de Birmanie », « Enfants de Chine », « Esprits du Japon ». Suivi de la fabrication des produits auprès du fabricant (signaléticien). Conception et maquette des catalogues « Laques et ors de Birmanie » et « Enfants de Chine » (192 pages) édités chez Silvana Editorial. 2006-2007 Scala Group (Editeur Italien) - Graphiste indépendante Suivi et montage du projet « Scala déco ». Conception et maquette des documents promotionnels et du catalogue. 2006 Musée de La Poste/Service conservation du patrimoine - Chargée de mission Catalogage des cartes postales des bureaux de poste et des films sur l’histoire de la poste et de la philatélie dans le cadre de l’inventaire rétrospectif des collections du musée. Utilisation du logiciel de gestion des collections Micromusée pour la description scientifique. 2004-2005 Illustratrice indépendante Illustrations, maquette et mise en page du livre “Trois Contes Sauvages” aux Editions Flies France paru en mars 2005. Illustration du livre “On est tous des mammifères” aux Editions Zoom paru en mars 2004. Parution d’illustrations dans la presse (magazine Vogue). 2002-2003 Vivendi Universal Interactive Publishing - Administratrice de licence Recherche de nouveaux clients, suivi des dossiers et des contrats, développement de nouvelles licences, gestion éditoriale sur les projets jeunesse Adibou (création de livres jeunesse avec les éditions Nathan et Hemma - créations et jeux avec les éditions Nathan Jeux). 2001-2002 Vivendi Universal Interactive Publishing - Responsable d’édition En charge de la gestion éditoriale et suivi de la maquette des packagings de jeux vidéos pour enfants sur les jeux interactifs Mattel. Coordination entre le marketting et les agences de graphisme ainsi que la déclinaison de projets multilingues pour les diverses filliales Européennes de l’entreprise.

p au l i n e . m . roy@g mail.co m 06 85 38 48 42


2000 Refflexgroup (Groupe de communication) Apprentissage de techniques Internet (flash) 1999 Button (agence de graphisme basée à Londres) Affiches pour le salon Internationnal du Packaging « Pakex » et pour le salon de la publicité «Lions Cannes». Scala, instituto de fotografia (éditeur Italien basé à Florence) Création d’un stand pour le Salon du livre à Francfort. Mise en page de dépliants. Projet d’un site Internet Groupe Excelssior (groupe de presse) Mise en page du numéro Aout 99 du journal Biba.

2006-2008

Ecole du Louvre - Histoire Générale de l’Art - Spécialité en peinture étrangère

Juin 2000

Diplôme d’arts graphiques de l’ESAG-Penninghen à Paris - Mention bien

1996-2000

ESAG-Penninghen / section Arts Graphiques

1999

Desingnskole, Copenhague - Programe d’échange universitaire Erasmus

1995-1996

Atelier préparatoire Met de Peninghen et Jacques d’Andon

Juillet 1995

Bac A3 (Arts plastiques et littérature) - mention assez bien

36 ans, marriée, 2 enfants Langues : Anglais (courant), Espagnol (notions) Permis B (possède un véhicule) Connaissances informatiques : Word, Excell, XPress, In Design, Photoshop, Illustrator, Flash (notions), Acrobat

p au l i n e . m . roy@g mail.co m 06 85 38 48 42


Le costume d’apparat est avant tout, un moyen de paraître, un instrument pour montrer sa puissance. Grâce à l’apparat, on peut endosser les atours du pouvoir même quand on ne le possède pas, ou, pour ce qui est des enfants, pas encore.

L’histoire de l’Inde est intimement liée à celle des textiles. Les costumes, qu’ils soient drapés ou cousus, transmettent des informations sur la personne qui le porte, son rang, son statut social, son identité culturelle. Ils sont également le reflet de la mode d’une époque.

En Inde, les cérémonies officielles offraient aux souverains l’opportunité d’afficher leur splendeur, d’imposer leurs futurs héritiers et de figurer en leur compagnie sur les portraits officiels. Plus encore qu’à l’accoutumée, les enfants étaient alors costumés en petits adultes, déjà présentés comme de futurs potentats.

Les petits sont vêtus de versions « miniatures » des habits portés par les adultes. Ainsi, le vêtement drapé est porté aussi bien par les hommes que par les femmes et les enfants.

En Inde, c’est la couleur du vêtement qui concentre la puissance symbolique et auspicieuse la plus forte, renforcée par les figures de divinités représentées sur les vêtements d’enfants. Le rôle des bijoux est également essentiel. Dès leur plus jeune âge, on pare les petites filles de bracelets, sur le haut du bras et aux chevilles, afin de les protéger. Les enfants, notamment au Gujarat, sont coiffés de chapeaux brodés de motifs identiques à ceux représentés sur les vêtements de leur mère, afin que la protection accordée à ces dernières leur soit transférée.

Les jeunes garçons portent, comme leurs aînés, un jama, sorte de manteau à la taille haute dont la partie inférieure est constituée d’une jupe ample, ou un angarkha, reconnaissable à son ouverture arrondie sur la poitrine. Il est complété, comme le jama, d’un pantalon (payjama), d’une tunique, d’un chapeau rond (topi) et de chaussures brodées à pointes recourbées.

Plus l’enfant avance en âge, plus il doit être conforté par l’apparat dans son rôle d’héritier. Certaines pratiques renforçaient cette idée de transmission par le costume des valeurs des aînés aux plus jeunes. Ainsi, la cérémonie de la robe d’honneur (khilat) permettait aux souverains de remettre publiquement à leurs descendants un ensemble de vêtements et de bijoux, de façon solennelle, à la manière d’une charge.

En Asie du Sud-Est, où les étoffes indiennes ne sont pas renommées que pour leur beauté, on tend aussi à leur attribuer des vertus magiques. Elles sont par conséquent massivement importées, et très souvent utilisées lors des rites religieux, ce qui n’exclue pas pour autant l’usage d’étoffes tissées localement. Ainsi, les petites vestes portées avec des jupes cérémonielles (tapis) par les jeunes filles indonésiennes servent pour les rites de passage symbolisant l’entrée dans l’âge adulte, en particulier le mariage.

Le costume féminin, tant pour adultes que pour enfants, se compose à l’origine d’un simple vêtement drapé sur le bas du corps, agrémenté d’une sorte de « cache-sein ». Il évolue en une brassière, le choli, complément indispensable du sari, vêtement par excellence des Indiennes. Portée avec un pantalon ou une jupe, la tunique (kurta) constitue la tenue classique des femmes et des jeunes filles des cours indiennes. Des chaussures de velours brodé ne sont portées que pour sortir du harem (zenana).

Toutefois, ces mises en scène ne font parfois qu’offrir l’image de simples petits garçons flottant dans leurs vêtements trop grands, ou disparaissant presque sous leurs coiffes ouvragées, comme déjà écrasés par le poids de leur charge future.

En Extrême-Orient, en raison du fort taux de mortalité infantile, le premier anniversaire de l’enfant a toujours été une date d’une importance cruciale. Au Japon, sa grandmère maternelle doit ce jour-là lui offrir son premier kimono, sur lequel sont cousus des symboles auspicieux. Des cérémonies impliquant des textiles particuliers ont lieu à intervalles réguliers, jusqu’à ce que l’enfant atteigne l’âge adulte. En Chine, le bébé, objet de toutes les sollicitudes, est protégé à la fois par des bijoux talismaniques, des chapeaux et des chaussures en forme d’animaux protecteurs tels le tigre et le chien.

Ce n’est que lors de cérémonies ou de représentations officielles que les jeunes garçons se couvrent d’un turban (pagri) remplaçant le chapeau rond. Différents selon les régions et l’usage que l’on en fait, les turbans ont une importance sociale capitale. Au cours du xIxe siècle, le chapkan et l’achkan vont graduellement prendre la place, dans le vestiaire des familles souveraines de l’Inde, de l’ensemble formé par le jama et l’angarkha. Ces vêtements représentent sans doute l’influence la plus marquée des habits britanniques sur les costumes de l’Inde.

Cette forme de filiation par le vêtement se retrouve dans d’autres pays d’Asie, comme en Chine, où les futurs empereurs arboraient dès leur plus jeune âge la robe dragon. Une pratique qui descend jusque dans la cellule familiale, où chacun portait, comme à la cour, des costumes correspondant à son statut. Pour un petit garçon, fils de fonctionnaire impérial, revêtir une robe quasiment officielle était censé le pousser à atteindre la même respectabilité que son père. Ainsi, plus l’enfant ressemble à ses parents, plus il est digne de leur succéder, devenant par là même le prolongement de leur existence sur terre.

Panneaux d'entrée de salle Apparat Religieux Populaire 041010.indd 1

Dans toutes les civilisations, le costume est indissolublement lié à la pratique religieuse. À la fois symbolique et protecteur, il est pour l’enfant le moyen d’attirer la bonne fortune, tout en repoussant les mauvais esprits.

La tradition vestimentaire indienne, notamment la tradition royale, ne différencie pas les enfants des adultes. Fils et filles ne sont pas encore des individus, ils ne sont que les prolongements de leurs géniteurs, dans le double souci de pérenniser leur héritage et d’asseoir leur légitimité.

6/10/10 10:17:02

Signalé tiq u e e xpo sit io n C o st u m e s d’ e n f a nts

Panneaux pédagogiques 240910.indd 1

4/10/10 10:23:55

Pa n n e a u x d e s a l l e

S i g n al é t i q u e Co s t u me s d 'e n f an t s © p h o t o s Pau l i n e R o y

Anonyme Japon 1ère moitié de l’ère Meiji (1868-1912) Agrandissement d’après une épreuve à l’albumine sur papier, numérisée 20,7 x 26,7 cm

Chine, tissu de la fin de la dynastie Ming (1368-1644) Tibet, assemblage du début du XXe siècle Satin de 8, chaîne, broché à liage repris en sergé de 3 lie 1, Z. Soie 124 x 172 cm

Musée Guimet, archives photographiques Collection Dubois, Album n°127

Musée Guimet, legs verbal Krishna Riboud, 2003 MA 10363 (AEDTA 2422)

C a rtel s s i mp l es Cartel Simple DEF.indd 55

2/10/10 Cartel11:47:01 Simple DEF.indd 1

24/09/10 20:39:53

p au l i n e . m . roy@g mail.co m 06 85 38 48 42


Ch ro n o l o g i e c o mp a r a t i v e © p h o t o s Pa u l i n e R o y

Po s e d e l a s i g n al é t i q u e © p h o t o s Pa u l i n e R o y

p au l i n e . m . roy@g mail.co m 06 85 38 48 42


LAQUE

& OR DE BiRmAniE

20 juillet - 7 novembre 2011

S ign a lé t ique ex p os i ti on L a c q ues et ors d e B i rma ni e, m us é e d e s a r t s a s i at i q u e s d e N i c e © Ph o t o s Hé l è n e Co rd o n n i e r

LaQUe

& Or De

Birmanie

intrODUctiOn

La Birmanie, profondément marquée par bouddhisme qui lui a façonné ce paysage de pagodes et de monastères, est un pays fascinant, au carrefour des influences de ses deux immenses voisins, l’Inde et la Chine. Sa situation géographique unique dans la péninsule indochinoise, avec ses frontières communes avec ces deux pays, en fait une charnière entre ces deux civilisations au plan culturel. Depuis 2010, le nom a été changé en République de l’Union de Birmanie (Myanmar). Ses 676 578 km² regroupent la plus remarquable mosaïque de peuples d’Asie du Sud-Est : 32% de sa population est composée de minorités ethniques. Même si celles-ci se retrouvent dans presque tous les autres pays d’Asie, la Birmanie reste le pays ayant le plus fort pourcentage de ces minorités dans sa population de près de cinquantesept millions d’habitants. Tous ces chiffres ne sont que des estimations car le dernier recensement date de près d’un siècle. Les Birmans, majoritaires, vivent au centre du pays, les minorités se partagent la périphérie. La Birmanie offre tous les types de climats et possède donc une riche biodiversité pour s’adapter à ces différentes conditions. Vingt-cinq mille essences de plantes à fleurs y sont recensées, l’espèce endémique de bois de teck qui y pousse est la plus recherchée. Comme la flore, la faune birmane est d’une très grande variété, avec plus d’un millier oiseaux, une très importante population d’éléphants d’Asie, des tigres et des léopards et près de cinquante-deux espèces de serpents venimeux. Les ressources minières du pays sont importantes et variées : or, argent, étain, plomb, cuivre, manganèse, tungstène, fer, charbon, uranium, rubis, saphirs, spinelles, jade, lapis-lazuli... Les plus anciennes traces d’occupation humaine remontent à plus de dix mille ans.

Deux civilisations se succèdent (les Môns et les Pyus) avant l’arrivée des Birmans au IXe siècle de notre ère. Il faut attendre le XIe siècle pour voir se former le premier Empire birman autour de sa capitale Pagan (aujourd’hui appelée Bagan). Pendant deux siècles, il se dispute la domination de l’Asie du Sud-Est avec l’Empire Khmer au Cambodge. Ce sont les Mongols qui détruisent Pagan au XIIIe siècle. Deux autres empires voient le jour les siècles suivants : la dynastie Taungu au XVIe siècle et la dynastie Konbaung au XVIIIe siècle. Au début du XIXe siècle, la Birmanie tombe peu à peu sous l’influence britannique et devient une colonie de la couronne d’Angleterre en 1886. Elle ne redevient indépendante qu’après la seconde guerre mondiale et, à partir de 1962 jusqu’en 2010, c’est une dictature militaire. Des élections démocratiques sont organisées en novembre 2010 et c’est le parti créé par la junte militaire qui remporte le scrutin. L’exposition « Laque et or de Birmanie », rassemble de nombreux objets utilitaires laqués et dorés, liés à la vie quotidienne : boîtes à bétel, à thé fermenté et à tous usages domestiques, vaisselle, boîtes à cigarettes, à bijoux, etc. et aux rituels bouddhiques : boîtes et plateaux à offrandes, bols à aumônes, livre de prière, statuettes de culte. Grâce aux pièces rassemblées par un collectionneur passionné, Philippe Fatin, le Musée des arts asiatiques offre au visiteur curieux, une occasion unique de découvrir ce pays où il reste difficile de voyager, pour approcher la vie quotidienne et la sensibilité de ses habitants au travers d’une expression artistique omniprésente dans ce pays.

1-2Panneaux Introduction et La Laque def salle 1 1600x3400.indd 2

05/07/11 10:20

LaQUe

& Or De

Birmanie

La LaQUe

ARBRE A LAQUE ET BAMBOU De la même famille que l’arbre à laque chinois, le genre birman s’appelle Thitsi-Pin, son nom savant étant Melanorrhoea usitata. Il pousse à l’état sauvage dans les forêts de moyenne altitude. Sa sève, le thitsi, est récoltée en dehors des périodes de fructification, en effectuant des saignées en forme de V sur son tronc. Le laquier, qui a longtemps fait partie du paysage birman, est désormais au bord de l’extinction à cause de sa surexploitation par le passé comme bois de combustion. Cette raréfaction pèse aujourd’hui très lourd sur le prix de la matière première, menaçant de ruiner l’ensemble de ce secteur économique. La laque est un plastique naturel de couleur grisâtre qui se transforme en une matière noire et solide qui durcit et rend étanche les matériaux qu’elle imprègne ou recouvre. Les objets deviennent plus résistants à l’usure mécanique, aux chocs et à la chaleur, mais également aux insectes, aux acides et aux produits alcalins. Ils préservent leur contenu de la moisissure et des bactéries, des propriétés inestimables dans un climat aussi chaud et humide. C’est pourquoi, en Birmanie, comme dans le reste de l’Asie du Sud-Est, cette substance est traditionnellement utilisée pour recouvrir toute sorte d’objets utilitaires et conserver les denrées périssables : aliments, épices, tabac, ingrédients du bétel, cosmétiques, médicaments, mais aussi vêtements, bijoux, livres, colorants, peintures, instruments... Elle peut être utilisée aussi bien sous sa forme liquide, comme vernis, colle ou encre que sous forme d’une pâte appelée thayo. Elle adhère à tout type de matériau, qu’il soit organique comme le bambou, le bois, la feuille de palme,

Image Royal Geographical Society n° S0003511_120x80

le papier, le textile, le cuir, ou inorganique, comme le métal ou la pierre. La matière la plus utilisée comme support des objets laqués reste le bambou. La plupart des grands maîtres préfèrent utiliser le bambou dit « humide ». Il est acheminé par flottaison sous forme de radeaux sur les rivières Ayeyarwaddy ou Chindwin, des forêts du nord de la Birmanie jusqu’aux centres de production. Les tiges sont refendues plusieurs fois dans le sens des fibres, pour en faire de fines lanières, appelées éclisses, qui serviront à la fabrication des formes, soit par tressage, soit par enroulement en spirale.

Panneaux Introduction et La Laque def salle 1 1600x3400.indd 1

01/07/11 20:58

LaQUe

& Or De

Birmanie

Les types De LaQUes

La décoration des pièces fait appel à des procédés très variés, qui sont la spécialité de certaines régions. On distingue six types de laques : 1. La “laque incisée” (yun), multicolore, qui consiste à tracer des motifs avec un stylet, créant des incisions à la surface, qui seront successivement remplies de différents pigments colorés. On retrouve cette technique décorative dans de nombreuses régions : à Bagan surtout, qui a rendu célèbres de grands maîtres décorateurs, mais aussi Kyaukka, Inwa (autrefois appelée Ava), Mandalay, Laikha et Mongnai. De très belles pièces viennent aussi des ateliers de la région de Gadu-Ganan, lieu de production nouvellement redécouvert. 2. La “laque peinte”, consiste à peindre les motifs à l’aide d’un pinceau trempé dans de l’encre « laquée ». Cette technique n’a été pratiquée en Birmanie que par les artistes intha, dans la région du Lac Inle et les artisans de Kengtung, capitale de l’État Shan. 3. Une autre variété de laque, très répandue, est appelée laque thayo, du nom de la pâte utilisée, mélange de laque et de cendres, qui sert à faire des nervures, des colonnades et des décors en relief. Elle est surtout l’apanage des ateliers de Kyaukka, Bago (autrefois appelée Pegu), Mongnai et surtout de Kengtung. 4. La laque shwezawa, quant à elle, est une technique thaïe importée en Birmanie qui permet de créer des dessins dorés sur une surface d’un noir de jais. Pratiquée dans les ateliers de Pyay (autrefois appelée Prome) elle a fait son apparition plus récemment à Bagan. 5. Enfin la technique la plus complexe est celle appelée Thayo shwecha hmansi, “incrustations de verre” qui permet de réaliser des objets décorés de reliefs de type thayo, sertis de verres colorés, puis dorés à la feuille d’or. Elle reste une spécialité de Mandalay. 6. Notons également l’existence de pièces une peu plus “brutes”, plus légèrement enduites de laque, laissant apparaître leur base en vannerie, dans les régions de Magway, du Lac Inlé, de Bago ou du Kachin. C’est la technique la plus ancienne

Types de laques et influences 2060X1600mm.indd 1

05/07/11 10:45

Pan n e au x d e la sa lle 1 a u m u sé e de s a rts a s i a ti q ues d e N i c e

p au l i n e . m . roy@g mail.co m 06 85 38 48 42


10 juin - 7 septembre 2009

10 juin - 7 septembre 2009

ENTRÉE

COLLECTIONS PERMANENTES - 2ÈME ÉTAGE PALIER DU 3ÈME ÉTAGE ROTONDE AUX LAQUES

Détails de vases - Photographie Matte Aleti © Marborough Gallery/Atelier Chu Teh-Chun

Ba n n i è re d e 13,50 m au mu s é e G u i me t © p h o t o Pau l i n e R o y

kakémonos 1-2.indd 1

Détails de vases - Photographie Matte Aleti © Marborough Gallery/Atelier Chu Teh-Chun

27/05/09 11:39:00

Kakémono 2e étage.indd 1

Sig n alé tiq u e e x po sit io n C h u Te h - C h un a u m us ée G ui m et

27/05/09 11:43:53

ADULTES ET ENFANTS INDIVIDUELS ET GROUPES

POUR LES INDIVIDUELS

Les visites conférences 05 Les ateliers pour les adultes 10 Les activités pour les enfants 12 Les activités à venir, pensez à vos inscriptions et réservations ! 16

Ba n n iè re s e x t é r ie u re s m u sé e Gu im e t © P a u lin e R o y

POUR LES GROUPES

LES VISITES CONFÉRENCES

LES VISITES CONFÉRENCES SONT ASSURÉES PAR DES CONFÉRENCIÈRES DE LA RÉUNION DES MUSÉES NATIONAUX, ATTACHÉES AU MUSÉE GUIMET. SPÉCIALISTES DES DOMAINES QU’ELLES ABORDENT, LES CONFÉRENCIÈRES ONT À CŒUR DE TRANSMETTRE LEURS CONNAISSANCES, LEUR PASSION DES PAYS QU’ELLES ONT ÉTUDIÉS ET OÙ ELLES ONT VOYAGÉ AINSI QUE LEUR ATTACHEMENT AUX COLLECTIONS DU MUSÉE. L’équipe permanente : Cécile Andriot, Vinca Baptiste, Véronique Crombé, Marie-Christine Duflos, AnneColombe Launois-Chauhan, Agnès Legueul, Pascale Lemoine, Béatrice Le Roux Gaillard.

18 Les activités pour les groupes 18 Qu’est-ce que le Les informations pour les groupes bouddhisme ? Parcours 23 dans les collections du La Société des Amis du Musée Guimet musée Guimet (1h30) 24 Cette visite offre une

première approche de la religion et de l’art bouddhiques dans les collections permanentes du musée Guimet, de l’Inde au Japon, en passant par l’Asie du Sud-Est, le Tibet, la Chine… Associé à ce parcours, l’installation de l’artiste contemporain Hung-Chih Peng pose une interrogation sur le sacré, l’héritage des textes et des images religieuses. - Vendredi et samedi à 14h

Les parcours d’été (1h30) Les trois parcours d’été proposeront chacun une découverte thématique des collections permanentes. Voyages sur les Routes de la soie - les jeudis à 16h Trésors de la céramique chinoise, des origines à Chu Teh-Chun - les vendredis 3/07, 10/7, 17/07, 24/07, 31/07, 7/08, 28/08 et 4/09 à 16h Découverte des royaumes d’Asie du Sud-Est (Thaïlande, Vietnam et Cambodge) - les samedis à 16h

Bro ch u re d u s e r v i c e cu l t u re l é t é 2009

Plein tarif : 6,30 euros ; tarif réduit : 4,80 euros (hors droit d’entrée). Sans réservation dans la limite des places disponibles. 4

A ffic h a ge m é t ro © P a u lin e R o y

5

p au l i n e . m . roy@g mail.co m 06 85 38 48 42


Hab i l l ag e s t an d Ja p an e xp o 2011

A ffic h e de l' e xp os i ti on " Lu c k n o w, u n e c o u r ro ya le en Ind e"

A ff i c he d e l 'e xp o s i t i o n " L uc k now, une c our roy a le e n In d e "

Aff i ch e d e l 'e x p o s i t i o n "Pa k i s t a n , t e r re d e re n c o n t re "

tout le programme sur :

Ba n n i è re s e xt é r i e u re mu s é e © p h o t o Pa u l i n e R o y

19, avenue d’iéna paris 16e

29 octobre 2010 31 janvier 2011

réservations :

Fnac : 0892 684 694 (0,34€ ttc/mn) www.Fnac.com magasins Fnac, carreFour, géant, magasins u, bon marché

TOUS LES JOURS SAUF LE MARDI DE 10H A 18H www.guimet.fr Tél 01 56 52 53 00

ticKetnet : 0892 390 100 (0,34€ ttc/mn) www.ticKetnet.Fr auchan, leclerc, virgin megastore, cultura, cora, galeries laFayette

Pixee Kazakhstan 150x200 DEF.indd 1

A ff i c hes 150x200

25/10/10 17:53:50

Aff i ch ag e mé t ro © p h o t o Pa u l i n e R o y

p au l i n e . m . roy@g mail.co m 06 85 38 48 42


présente

une exposition exceptionnelle ! des spectacles, des films, des ateliers, des conférences !

tout le proGramme sur :

MIROIR DES GRANDS

Hommage à Krishnâ Riboud musée Guimet 6, place d’iéna paris 16e

TOUS LES JOURS SAUF LE MARDI DE 10H A 18H www.guimet.fr Tél 01 56 52 53 00

20 OcTObRE 2010 – 24 JAnvIER 2011 RéSERvATIOnS / FnAc : 0892 684 694 (0,34 € TTc/mn) - www.fnac.com Magasins Fnac, réseau carrefour et système U TIcKETnET : 0892 390 100 (0,34 € TTc/mn) - www.ticketnet.fr virgin Megastore, Auchan, Galeries Lafayette

A ff i c he E x p os i ti on C os tume s d ’e n f a n t s

Aff i c h a g e mé t ro e t b u s © Pau l i n e R o y

Quand le manGa reVisite l'HistOire Cet été, le manga, c'est au musée Guimet ! JapOnaise ...

ratuit pour les - 26 ans ! *

* Ressortissants de la Européenne

musée Guimet 6, place d’iéna paris 16e

du 01 Juillet au 09 aOût 2010

Pixee

En partenariat avec :

Il l us tra ti on p o u r p ro p o s i t i o n d 'a ff i c h e « S a mo u r a ï s , mo i n e s e t n i n j a s »

déplACemeNTs #1

F lye r e x po sit ion « Sa m oura ï s , m oi nes et ni nj a s » et a ff i c he 4 0 X 6 0

du 29 sepTembre Au 13 déCembre 2010

Avec les oeuvres du Centre national des arts plastiques

6, plACe d’iéNA pAris 16e TouT le progrAmme sur :

FNAC : 0892 684 694 (0,34 € TTC/mN) www.FNAC.Com mAgAsiNs FNAC, réseAu CArreFour eT sysTème u TiCKeTNeT : 0892 390 100 (0,34 € TTC/mN) www.TiCKeTNeT.Fr VirgiN megAsTore, AuChAN, gAleries lAFAyeTTe Pixee

A ff i c he e x p o s i t i o n Ch e n Z h e n

p au l i n e . m . roy@g mail.co m 06 85 38 48 42

D é p l i an t d 'a i d e à l a v i s i t e © p h o t o Pau l i n e R o y


“ J’aime ces quelques minutes, quand tout est prêt et que tout vous appartient encore ... “ Je an - P au l D e sroc h e s, C on se rv ate u r Ch in e au M u sé e Gu ime t avan t l ’ ou ve r t u re de l’e xpo sitio n Ch u Te h -Ch u n

p au l i n e . m . roy@g mail.co m 06 85 38 48 42

CV  

CV et mini book Pauline Roy

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you