Issuu on Google+

http://blog.lefigaro.fr/theatre/2010/07/angelica-aux-sombres-songes.html

Liddell : Angélica des douleurs et des sombres songes Par Armelle Héliot le 13 juillet 2010 3h27 | Lien permanent | Commentaires (0)

Au Cloître des Carmes, ce soir encore, La Casa de la fuerza de l'Espagnole Angélica Liddell. Cinq heures trente d'une originalité aussi bouleversante que troublante. Un événement à commenter sans fin tant il renvoie chacun au plus intime et à l'universel. (Les photographies sont de Christophe Raynaud de Lage)

La  vérité  est  qu'il  est  impossible  de  circonscrire  ce  terrible  et   déchirant  moment,  ce  long  moment  de  plus  de  cinq  heures  dont   on  ne  se  défait  pas  pour  peu  que  l'on  se  soit  laissé  porter  par  sa   force  et  celle  de  son  instigatrice,  souveraine  manipulatrice  qui   entraîne  dans    l'épuisement  des  corps  et  des  âmes  deux  autres   femmes  qui  ne  la  quittent  jamais,  puis,  à  l'orée  de  la  troisième   partie,  tard  dans  la  nuit,  trois  autres  qui  les  ont  prises  par  la  main  à   la  fin  de  ce  que  l'on  peut  nommer  le  «  deuxième  mouvement  »  et   se  clôt  sur  une  scène  paroxystique  de  transbordement  de  terre   noire,  caillouteuse  et  brillant  dans  la  nuit  comme  du  mica,  à   pelletées  rageuses,  les  trois  femmes  (Parques  et  sœurs  


http://blog.lefigaro.fr/theatre/2010/07/angelica-aux-sombres-songes.html

tchékhoviennes  à  la  fois,  Erinyes,  jeunes  filles  mises  à  mal  par  le   monde,  comme  à  la  frontière  mexicaine  et  Ciudad  Juarez  où  l'on   vous  conduit  pas  à  pas).  Elles  se  nomment  Cynthia  Aguirre,  Perla   Bonilla,  Getsemani  de  San  Marcos,  Lola  Jiménez,  Maria  Morales,   Maria  Sanchez.  Les  figures  des  hommes  ici  sont  littéralement   fabuleuses  :  douceur  infinie  de    Pau  de  Nut,  violoncelle  et  voix   d'essence  céleste,  Juan  Carlos  Heredia,  géant  enfantin  et  tendre   qui  surgit  à  la  toute  fin  de  cette  traversée  de  douleurs,  de  sombres   songes,  traversée  du  réel,  ce  mal  être  profond  de  l'artiste  qui  mène   cette  singulière  et  frénétique  ronde,  éclairée  des  apparitions  d'un   orchestre  de  Mariachis,  l'orchestre  Solis.

 

Car  si  Angélica  Liddell  est  espagnole,  c'est  au  Mexique  qu'elle   nous  entraîne,  hantée  qu'elle  est  notamment  par  les  mortes  de   Ciudad  Juarez,  hantée  aussi  par  la  lucidité  des  Trois  sœurs  d'Anton   Tchekhov  dont  certaines  scènes  constituent  le  point  de  fuite  de   cette  sarabande  infernale,  violente  comme  l'est  le  monde  pour  la   petite  fille  qui  se  prénomme  Angelica  et  a  choisi  pour  nom  de  sa   compagnie,  Atra  Bilis  Teatro.    On  voit  bien  ci-­‐dessus,  photographie   de  Christophe  Raynaud  de  Lage  combien  insiste  le  Mexique.  


http://blog.lefigaro.fr/theatre/2010/07/angelica-aux-sombres-songes.html

Angélica  Liddell  est  une  intellectuelle,  une  artiste  sensible,  une   fille  écorchée  vive,  une  scandaleuse,  une  outrancière,  une   provocatrice,  mais  il  y  a  en  elle  la  même  innocence  que   l'apparition  du  gros  garçon  de  l'épilogue  :  elle  part  de  sensations   concrètes,  de  découvertes  qui  ont  des  allures  d'évidence.  Ainsi  La   Casa  de  la  fuerza    (La  Maison  de  la  force)  est-­‐elle  une  «  pièce  »  au   sens  plastique,  chorégraphique,  dramatique,  physique,  qui  part   d'une  baisse  de  tension  :  le  jour  de  son  anniversaire,  en  2008  -­‐elle   est  née  e  n  1966-­‐  elle  se  sent  mal,  malade,  elle  a  le  sentiment   d'avoir  tout  perdu,  ce  qu'elle  aimait,  avait  aimé.  Elle  ne  lisait  plus,   elle  n'écrivait  plus.  Or  ce  jour  là,  elle  s'est  inscrite  dans  un  club  de   sport  et  elle  a  découvert  qu'à  épuiser  son  corps,  on  lavait  parfois   sinon  son  âme,  du  moins  calmait-­‐on  ses  nerfs,  ses  neurones,  au   moins  éloignait-­‐t-­‐on  les  songes  de  plomb,  tout  ce  qui  déchire  le   cœur,  l'âme,  la  pensée,  le  désir  de  vivre...

  Elle  est  maniaco-­‐dépressive.  Elle  le  sait.  Elle  vit  avec.  C'est  une   enfant  de  Saturne.  Cela  se  voit.  Il  n'y  a  qu'eux  pour  avoir  autant  


http://blog.lefigaro.fr/theatre/2010/07/angelica-aux-sombres-songes.html

d'énergie  à  dépenser.  Et  être  si  en  prise  avec  la  vie,  avoir  autant  de   vitalité  et  de  désir  de  mourir,  liés.  Pas  contradictoire.  C'est  cela   même  qu'elle  tente  de  «  porter  au  théâtre  »,  comme  l'on  porte  au   rouge  un  fer.  Tente  de  rendre  sensible  aux  «  spectateurs  »   puisqu'elle  ose  la  représentation  -­‐et  jusqu'à  la  pornographie  dans   d'autres  pièces,  présentées  en  Espagne.  Ici,  une  des  scènes  de  La   Casa  de  la  fuerza  par  Christophe  Raynaud  de  Lage. Il  faut  comprendre  qu'ici,  elle  a  franchi  un  pas,  puisqu'elle  n'est  ni   seule,  ni  deux...Elle  y  va.  Elle  entraîne  dans  sa  folie  dionysiaque  ces   femmes,  ces  filles,  ces  hommes,  ces  spectateurs  qui  demeurent.   Qui  ne  partent  que  parce  que  pour  certains,  c'est  trop  dur.  Angélica   Liddell  joue  sur  des  registres  très  profonds  et  donc  chacun  est   concerné,  même  si  elle  prétend  ne  parler  que  d'elle-­‐même.    Elle  se   déchire,  tranche  dans  le  vif,  lame  de  rasoir  sur  les  mains,  les  bras,   les  jambes,  prise  de  sang,  jeu  avec  le  sang.  Mais  sans  doute  est-­‐ce   dans  ces  courses  hallucinantes,  ses  efforts  jusqu'à  épuisement  des   corps,  ces  rages,  cette  virulence  de  lave,  ce  feu  ardent  qui  la  brûle,   ces  voix,  le  passage  d'une  femme  à  l'autre  -­‐comme  on  ne  la  connaît   pas,  on  hésite  à  la  «  reconnaître  »-­‐  la  part  des  musiques,  des   mouvements,  des  gestes,  des  adresses,  des  textes  -­‐puisque   l'écriture  est  depuis  qu'elle  a  douze  ans  son  ciment,  sa   sédimentation,  sa  liberté  dévastatrice  et  libératoire-­‐  ces  chants,   ces  musiques,  ces  chansons,  ces  apaisements  car  il  y  en  a...tout   cela,  y  compris  les  irruptions  du  monde,  de  Venise  à  Gaza,  de   Ciudad  Juarez  à  Avignon,  Cloître  des  Carmes,  tout  cela  elle  le   maîtrise,  elle  tient  son  propos  jusque  dans  ses  débordements.  Elle   est  fascinante.  Comme  une  artiste  qui  a  construit  son  mode   d'expression.  Qui  revendique.  Qui  est  d'une  atroce  lucidité.    Et  qui   est  époustouflante.   Catégories: Critique Tags: Angelica Liddell, Casa de la fuerza, Festival d'Avignon


http://blog.lefigaro.fr/theatre/2010/07/angelica-aux-sombres-songes.html


Le Figaro - Angélica des douleurs et des sombres songes