Page 1

EXILPLAN 2013 PARCOURS  À  MARSEILLE  EN  10  ÉTAPES TEXTES  &  PHOTOS

Organisé par  Passage  &  Co.,  Marseille  2013 Animation  :  Sabine  Günther www.passage-­‐co.com www.exilplan.com passage.co@gmail.com

1


Lorsque la   Seconde  Guerre  Mondiale  éclate,  Marseille  devient   le  seul   port   de  secours  pour  tous  les  émigrés  qui   fuient  L’Allemagne  nazi.  Dans  les  années  1939-­‐42,  les  chemins  de  nombreux  artistes  se  croisent  à  Marseille  –  ils   fréquentent   les   mêmes   cafés,   parfois   ils   habitent   ensemble   (comme   les   surréalistes),   parfois   ils   créent   leur   propre   structure   (comme   les   artistes   de   la   Coopérative   «   Croq   fruits   »).   Leur   destin   est   entre   les   mains   du   régime   de   Vichy   et   se   transforme   très   souvent   en   tragédie   personnelle.   Aidés   par   le   Comité   de   secours   de   l’Américain   Varian  Fry,  les   plus   célèbres   candidats   à  l’exil   pouvaient   émigrer   de  justesse.   AUin  d’évoquer   ces   années   sombres,   si   riche   en   renseignements   historiques   et   littéraires,   nous   nous   rendons   à   Marseille   –   les   textes   à   l’appui  -­‐   sur   les  traces  des   artistes   en   exil:  Anna  Seghers,  Mary  Jayne  Gold,  André  Breton,   André   Gide,   Lion  Feuchtwanger,  Heinrich  Mann,  Franz  et  Alma  Werfel,  Max  Ernst  et  beaucoup  d’autres.

ETAPES DU  PARCOURS  EXILPLAN (02/2013) I Boulevard  d’Athènes,  l’ancien  hôtel  Splendide  (  aujourd’hui  :  Centre  Régional  de  Documentation  Pédagogique) II Boulevard  d’Athènes,  l’ancien  hôtel  Normandie   III. Rue  Thubaneau   IV Rue  du  relais,  l’ancien  hôtel-­‐restaurant  Aumage

V Canebière –  l’ancien  Hôtel  du  Louvre  et  de  la  Paix L’ancien  hôtel  Moderne  (auhourd’hui  :  Océania) VI Rue  Beauvau,  l’ancien  hôtel  Continental 5,  rue  Beauvau,  OfUice  de  placement  allemand VII   Place  devant  l’Opéra VIII 10,  Cours  Jean  Ballard IX Les  cafés  du  Vieux  Port  :  Mont  Ventoux,  Au  Brûleur  de  Loups

X Quai du  Port Hôtel  de  ville

2


I  L’ancien  hôtel  Splendide VARIAN  FRY  (1907-­‐1967) Le   14   août   1940,   un   journaliste   américain   diplômé  de   Harvard  nommé  Varian  Fry  débarqua   à  la  gare  Saint-­‐Charles,   à   Marseille,   mandaté   par   l'Emergency   Rescue   Committee,   le   Comité   américain  de   secours  d'urgence  récemment  créé,   pour  faire  sortir  de  France  un  certain  nombre   de   personnalités,  femmes  et  hommes   politiques,   intellectuels   et  artistes,  menacés  par  les   Nazis   depuis   la  défaite  de  la  France.  Il  avait  deux   cents  visas  et  trois   mille  dollars  en  poche,   ainsi   qu'une   lettre   de   recommandation   d'Eleanor   Roosevelt.   En  quelques   mois,   presque   seul   et   quasiment   sans   soutien   -­‐   l'administration   américaine   ne   lui   facilita   pas   la   tâche,   c'est   le   moins  que  l'on   puisse  écrire-­‐,  ce  novice  de  l'action  clandestine  s'entoura  d'une   petite  équipe   terriblement  efVicace  (11  personnes)  avec  laquelle,  du   marché  noir  aux  Vilières  d'évasion,  du   traVic   de   visas  et   de  papiers  d'identité  à  la  corruption  de  fonctionnaires,   il  apprit   les   règles   d'un   jeu   inédit,   souvent   clandestin.   Le   15   août   1941,   l'administration   de   Vichy   expulsa   Varian  Fry  pour  avoir  "protégé  des   Juifs  et  des  antinazis".  En  vivant  selon  ses  propres   termes   une   vie  en   un  an,   il  avait   aidé  presque  4000   personnes   et   organisé  le  voyage  d'évasion  de   près   de   la   moitié   d'entre   elles,   dont   les   plus   célèbres   s'appelaient   Hannah   Arendt,   André   Breton,   Marc   Chagall,   Max   Ernst,   Lion   Feuchtwanger,   Arthur   Koestler,   Anna   Seghers   ou   Victor   Serge.   Après   son   départ,   jusqu'au   2   juin   1942,   plus   de   trois   cents   personnes   proVitèrent  encore  de  certaines  des  Vilières  qu'il  avait  mises  en  place.   Témoignages  de  Hertha  Pauli  (1906-­‐1973) Miss  Pauli",  dit-­‐il  d'un  ton  sec,  "well"  –  vous  êtes    bien  sur  ma   liste."  Cela  n'eut  pas  l'air  de  l'étonner,  et  son  visage  ne  trahit   aucune  expression.  Un  visage  à    la  Buster  Keaton,  voilà   comment  j'appelais  ce  genre  de  visages.  Ce  n'est  que  bien  plus   tard  que  j'appris  à  lire  à  travers  ces  masques.                                                                 Parmi  tous  les  noms  qu’il  avait  sur  la  liste,  Fry  n’en  trouva   qu’un  seul  qui  ne  se  considéra  pas  comme  menacé  :  le  peintre   MARC  CHAGALL.  Chagall  pensait  être  en  règle  avec  ses   papiers  français  ;  en  outre,  il  ne  se  mêlait  pas  du  tout  de   politique.  Pour  le  moment,  Fry  avait  toutes  les  peines  de   monde  à  remuer  le  peintre.  Celui-­‐ci  était  à  Gordes  avec  sa   femme  et  il  était  exclusivement  occupé  à  peindre  des  vaches.   Même  une  visite  de  Fry  ne  changea  rien… Lorsque  la  situation  devint  critique,  Chagall  apparut  tout  de  même  un  beau  jour  au  Splendide.  «  Est-­‐ ce  qu’il  y  a  aussi  de  belles  vaches  en  Amérique  ?  »,  demanda-­‐t-­‐il.  Et  ce  ne  fut  que  lorsque  Fry  l’eut   convaincu  qu’il  y  avait  d’aussi  belles  vaches  à  peindre  en  Amérique  qu’ici,  que  Chagall  se  déclara  prêt   à  fuir.  (Hertha  Pauli.  Der  Riss  geht  durch  mein  Herz.  Ein  Erlebnisbuch,  Wien,  Hamburg  1970) «  C'est  une  histoire  d'horreur.  Non  pas  l'horreur  d'une  mort  brutale  sur  les  champs  de  bataille,  mais   l'horreur  lente  et  invisible,  qui  n'en  est  pas  moins  abominable.  L'horreur  que  vécurent  des  hommes,   des  femmes  et  des  enfants  enfermés  dans  des  camps  d'internement.  L'horreur  de  la  chasse  à  

3


l'homme par  la  Gestapo...  C'est  une  histoire  de  truands,  de  contrebandiers  et  d'espionnage.  De   bassesse  et  d'héroïsme,  de  trahison  et  de  dévouement...  »  (Varian  Fry)

1940-­‐1943/ Boulevard  d’Athènes,  hôtel  Splendide  –  N°  26           L’hôtel  Splendide,  anciennement  Grand  hôtel  de  Russie  et  d’Angleterre,  est,  pendant  la   Deuxième  Guerre  mondiale,  un  établissement  réputé.  Au   31  boulevard  d’Athènes,  ses  vastes  locaux  sont   aujourd’hui  occupés  par  le  Centre  régional  de   documentation  pédagogique.  C’est  dans  cet  hôtel  que   l’Américain  Varian  Fry,  quelques  jours  après  son  arrivée  à   la  gare  Saint-­‐Charles,  au  mois  d’août  1940,  installe  ses   premiers  bureaux.  Envoyé  à  Marseille  par  l’Emergency   rescue  Comittee,  qui  se  préoccupe  de  sauver  les   intellectuels  et  artistes  européens  menacés  par  le   nazisme,  il  a  en  poche  une  liste  de  deux  cents  noms.  De   fait,  Varian  Fry,  avec  l’équipe  du  Centre  américain  de   secours  qu’il  crée  sur  place  et  dont  le  siège  se  déplace  à  la   rue  Grignan  puis  au  Boulevard  Garibaldi,  contribue  au   départ  de  plus  d’un  millier  de  personnes  jusqu’à  son  expulsion  par  les  autorités  vichystes  en   septembre  1941. Après  l’occupation  de  novembre  1942,  l’hôtel  Splendide  devient  un  lieu  de  résidence  et  de   réunion  privilégié  des  autorités  allemandes.  Le  3  janvier  1943,  un  groupe  de  résistants  des   Francs  Tireurs  et  Partisans  -­‐  Main-­‐d’oeuvre  immigrée  (FTP-­‐MOI),  constitué  de  communistes   étrangers,  lance  un  explosif  dans  la  salle  à  manger  du  rez-­‐de-­‐chaussée,  tuant  la  femme  d’un   attaché  du  consulat  d’Allemagne  et  un  maître  d’hôtel.  Le  général  Mylo,  commandant  de  la   place  de  Marseille,  proclame  immédiatement  l’état  de  siège.  Cet  attentat  sert  de  prétexte  aux   opérations  de  destruction  du  quartier  du  Vieux-­‐Port,  prévues  de  longue  date.  

1940-­‐1942/ Boulevard  d’Athènes,  siège  de  l’AFSC  (Quakers)  –  N°  27           Après  la  défaite  de  la  France,  l’American  Friends  Service  Comittee  (AFSC,  «  Société  des   Amis  »)  a  établi  son  siège  au  29  boulevard  d’Athènes.  Les  Quakers  prolongent,  en  1940,  une   tradition  de  secours  déjà  à  l’œuvre  pendant  la  Première  Guerre  mondiale  et  la  Guerre   d’Espagne.  Reconnus  par  les  autorités  françaises,  ils  apportent  une  aide  appréciable  aux   enfants  des  écoles  et  distribuent  vivres  et  vêtements  dans  les  camps  d’internement.  Mais  ils   prennent  aussi  en  charge,  avec  une  association  française,  le  Comité  de  secours  aux  enfants,   et  le  consulat  du  Mexique,  des  maisons  d’enfants  qui  accueillent,  en  particulier,  des  petits   réfugiés  espagnols.  Deux  sont  implantées  dans  la  banlieue  marseillaise,  à  La  Rouvière  et  aux   Caillols.  Les  Quakers  sont  aussi  en  lien  avec  le  village  refuge  du  Chambon-­‐sur-­‐Lignon.

4


Après l’occupation  allemande  de  la  zone  Sud,  la  «  Société  des  Amis  »,  dissoute,  dissimule  ses   activités  sous  le  couvert  d’une  autre  association  caritative  présidée  par  le  doyen  de  la  faculté   de  médecine,  le  «  Secours  Quaker  ».  Mais  évidemment  ses  moyens  d’action  sont  plus  limités.

II. l‘ancien  Hôtel  Normandie Mann  est  arrivé  quelques  jours  plus  tôt  à  Marseille  avec  sa   femme  et  ils  sont  descendus  au  Normandie,  où  logent   également  Breitscheid  et  Hilferding.  Quand  je  leur  parle  de  mon   projet,  ils  sautent  sur  l’occasion.  Heinrich  Mann  me  demande   de  compter  également  son  neveu,  Golo,  le  Vils  de  Thomas  Mann,   dans  le  groupe,  et  c’est  entendu.  Il  est  décidé  que  nous   partirons  pour  la  frontière  dès  que  tout  le  monde  aura  son  visa   de  sortie.  Dick  Ball  descendra  jusqu’à  Cerbère  avec  nous  et,  de   là,  je  les  conduirai  à  Lisbonne.                                                                    (Varian  Fry,  „Livrer  sur  demande...“)

III. Rue  Thubaneau Nous  convenons  de  changer,  au  cours  de  280   francs,  2000  dollars  que  je  lui  apporterai  le   lendemain  à  son  hôtel,  rue  Thubaneau.  Le   lendemain,  je  vois  tout  de  suite  qu’il  y  a  quelque   chose  qui  cloche  :  une  voiture  noire  sans  le   harnachement  du  gazogène  stationne  dans  la  rue   et  deux  hommes  arpentent  le  trottoir  d’un  air   faussement  détaché.  Je  n’entre    pas  dans  l’hôtel,  je   vais  le  dépasser  sans  tourner  la  tête  pour   continuer  mon  chemin  ;  mais  Kourilo  est  sur  le  pas   de  la  porte,  il  m’aborde,  me  tend  sa  main  molle  tout  en  me  glissant  à  l’oreille  :  „Ca  sent   mauvais.  Revenez  ce  soir  à  8  heures“.  Aussitôt,  les  deux  Vlâneurs  se  précipitent  sur  moi,   m’arrachent  ma  sacoche  et  me  jettent  dans  la  voiture  toute  prête  pour  me  recevoir... (Daniel  Bénédite,  La  Uilière  marseillaise)

Vers la  Uin  novembre,  je  reçois  un  mystérieux  appel  téléphonique. - Je  ne  connais  pas  Monsieur  Fry,  mais  je  pense  présenter  pour  lui  un  certain  intérêt.  Si  vous   voulez  me  rencontrer,ce  qui  n’engage  à  rien,  venez  ce  soir  à  22  heures  dans  l’arrière-­‐salle  du   Café  Z…,  Cours  Belsunce. - Comment  je  peut  vous  reconnaître  ? - Facilement,  je  serais  le  seul  consommateur. Effectivement,  à  l’endroit  et  à  l’heure  dits,  il  n’y  a  qu’un  petit  homme  attablé  dans  une  demi-­‐obscurité  devant  un   verre  de  pastis.

5


Je m’appelle  Drach,  mais  appelez-­‐moi  Fred.  Vous  avez  des  difUicultés,  je  le  sais,  et  je  peux  vous   aider  à  les  résoudre. Il  sort  de  sa  poche  deux  petits  carnets  reliés  de  toile  bleue  et  les  met  sur  la  table. - Voyez  vous-­‐même.  Vous  pouvez  les  prendre,  ça  n’explose  pas.  Ce  sont  des  passeports  danois.   Regardez  bien,  celui-­‐ci  est  vrai,  celui-­‐là  est  faux… Un  jeudi,  Drach  ne  fut  pas  au  rendez-­‐vous  et  on  n’eut  plus  aucune  nouvelle  de  lui  jusqu’au  jour  où  j’appris  que   son  corps  criblé  de  balles  avait  été  découvert  dans  une  chambre  d’hôtel…                                                                                                                          (Daniel  Bénédite,  La  Gilière  marseillaise) -

En ce  temps-­‐là,  tous  n’avaient  qu’un  désir  :  embarquer.  Tous  n’avaiant  qu’une  seule  crainte  :  rester   en  arrière.   Partir,  partir  de  ce  pays  écroulé,  de  cette  vie  écroulée,  de  cette   planète  !  Les  gens  vous  écoutent  avidement  tant  que  vous  parlez  de   départs,  de  bateaux  capturés  qui  jamais  n’arriveront  au  port,  de   visas  achetés  et  de  visas  falsiniés,  et  de  nouveaux  pays  de  transit.   Tous  ces  racontars  servent  à  abréger  l’attente,  car  les  gens  sont   rongés  par  l’attente.  Ce  qu’ils  écoutent  de  préférence,  c’est  l’histoire   de  bateaux  partis  sans  eux,  mais  qui,  pour  une  raison  quelconque,   n’ont  jamais  atteint  leur  but. (Anna  Seghers,  Transit,  183)

Quiconque a  passé  sa  vie  dans  un  pays  qui  n’a  jamais  été  secoué  par   des  troubles  internes,  par  la  guerre  ou  l’occupation  étrangère,  ne  sait   pas  le  rôle  éminemment  important  que  peuvent  jouer  une  pièce   d’identité  ou  un  tampon  administratif  dans  la  vie  d’un  homme.  En   géneral,  il  s’agit  d’un  bout  de  papier  ridicule  ou  d’un  tampon  sans   importance  qu’un  scriboullard  quelconque  a  apposé  sur  un   document  sans  même  y  pense.  Mais  il  y  a  des  dizaines  de  milliers  de   gens,  des  centaines  de  milliers,  des  millions  peut-­‐être  qui  essaient   désepérémentd’obtenir  un  tel  tampon.   (Lion  Feuchtwanger,  le  diable  en  France)

6


IV.  Rue  du  Relais Je  n'était  pas  retourné  à  l'hôtel  AUMAGE  depuis  qu'envoyé  par   Binet,  j'avais  cherché  un  docteur  pour  l'enfant.  Cette  nuit-­‐là,  je   n'avais  guère  fait  attention  à  l'immeuble.  Sa  façade  se  dressait,   étroite  et  sale,  dans  l'affreuse  rue  du  Relais.  L'hôtel,  d'une   étonnante  profondeur,  avait  une  quantité  de  chambres.  Elles   s'alignaient  le  long  d'étroits  couloirs  qui  débouchaient  dans  la   haute  cage  d'escaliers.  Au  rez-­‐de-­‐chaussée,  dans  un    corridor   latéral,  un  petit  poêle  dont  le  tuyau  montait  jusqu'au  2ème  étage   répandait  un  peu  de  chaleur.  Plusieurs    locataires  étaient  assis   autour  du  fourneau  et  faisaient  sécher  du  linge;  une  grande   bassine  occupait  le  couvercle  du  poêle.  Dans  les  méandres  du   tuyau,  on  avait  posé  des  petits  récipients  pleins  d'eau.  Les  gens   nous  regardèrent  quand  nous  entrâmes.  C'étaient  tous  des   clients  de  passage;  et  qui  donc  aurait  choisi  pour  y  demeurer  un  endroit  pareil?  Le  genre  de   maison  que  l'on  supporte  dans  la  mesure  où  l'on  sait  qu'on  la  quittera  bientôt.                                                                                           (Anna  Seghers,  Transit)

Anna Seghers  vivait  avec  ses  enfants  Pierre  (15  ans)  et    Ruth   (13  ans)   du  30  décembre    1940  au  24  mars  1941  à  Marseille,  à  l'hôtel  Aumage.   Son   mari   Laszlo  Radvanyi,   interné   au   camp   des   Milles  a   pu   prendre   "du   congé"   autour   de   Noël   1940   anin   de   passer   les   fêtes   avec   sa   famille   et   de   s'occuper  des   papiers   pour   l´émigration.   Le   25     mars   1941,   ils  quittaient   Marseille   sur  le   paquebot  "Paul   Lemerle",  avec   à   son   bord   d'autres   artistes   célèbres:   André   Breton,   Claude   Lévi-­‐ Strauss  et  Victor  Serge. Le  voyage  se  terminait  au  port  de  Mexico-­‐City  le  30  juin  1941.

1941/ 3,  rue  du  Relais,  hôtel  Aumage  –  N°  30 Le  cours  Belsunce  construit  au  XVIIIe  siècle,  devient,  au  XXe  siècle,  l’axe  d’un  quartier  qui,   entre  le  port  et  la  gare  Saint-­‐Charles,  accueille  de  nombreuses  vagues  d’immigration.   Pendant  la  Seconde  Guerre  mondiale,  ses  étroites  ruelles  offrent,  en  plein  centre-­‐ville  de   Marseille,  un  refuge  provisoire  aux  étrangers  fuyant  la  répression  ou  la  misère.  Il  n’est  donc   pas  étonnant  qu’Anna  Seghers  ait  attribué  au  héros  de  son  roman  Transit  le  domicile   précaire  d’un  de  ces  hôtels  douteux  qu’elle  connait  bien  pour  y  avoir  habité.  En  1940-­‐1942,   les  réfugiés  ne  sont  pas  à  l’abri  des  raVles.  Pour  échapper  à  celles-­‐ci,  le  héros  de  Transit  se   hisse  sur  le  toit  de  l’immeuble  d’où  il  voit  «  la  ruée  des  Ilics  à  tous  les  étages  ».  Revenu  dans  sa   chambre,  il  constate  que  plusieurs  locataires  ont  été  emmenés  par  la  police.  Ce  récit,  réaliste,   s’inspire  sans  doute  de  faits  vécus.

7


V. Canebière  –  l’ancien  Hôtel  du  Louvre  et  de  la  Paix „On  m’envoya  au  Grand  Hôtel  du  Louvre  et  de  la  Paix  sur  la   Canebière,  pour  transmettre  un  message  à  M.  et  Mme  Franz   Werfel  ;  c’étaient  des  personnes  très  en  vue,  qui  évoluaient  sous   leur  vrai  nom  en  plein  coeur  de  la  ville.  Les  werfel  voulaient   jouir  de  leur  confort  et  se  trouver  au  centre  des  événements.   L’Hôtel,  réputé  de  qualité,  était  fréquenté  de  temps  à  autre  par   la  comission  allemande  d’armistice.  En  ces  circonstances,  le   concierge  les  prévenait  que  les  membres  de  la  commission   étaient  dans  le  hall  et  qu’ils  devaient  rester  dans  leur  chambre   ou  bien  emprunter,  s’ils  devaient  entrer  ou  sortir,  l’entrée  de  service.  C’était  un  couple  très   sociable  et  on  les  voyait  souvent  attablés  aux  terrasses  des  meilleurs  bistrots,  devant  leur   ersatz  de  café  ou  leur  bénédictine.  Aux  signes  qu’ils  échangeaient  avec  les  émigrés   germanophones,  on  pouvait  penser  qu’ils  les  connaissaient  tous.„ (Mary  Jane  Gold,  Marseille  année  40)

Ce soir-­‐là,  je  dine  avec  M.  et  Mme.  Werfel.  J’ai  rencontré  à   Lisbonne  la  soeur  de  l’écrivain,  et  c’est  par  elle  que  j’ai  eu  leur   adresse.    Ils  sont  descendus  à  l’Hôtel  du  Louvre  et  de  la  Paix,   sur  La  Canebière,  sous  le  nom  du  compositeur  Gustave   Mahler,  ex-­‐mari  d’Alma  Werfel.  Ils  s’entourent  de  mystère  à   l’hôtel,  et  je  dois  patienter  un  certain  temps  avant  d'être   auorisé  à  monter  dans  leur  chambre,  Quand  j’arrive,  je   comprend  qu’ils  m’attendaient.  Werfel  ressemble  trait  pour   trait  à  ses  photographies  :  gros,  courtaud  et  blafard,  pareil  à   un  sac  de  farine  moitié  vide.  Il  perd  ses  cheveux  sur  le  haut  du   crâne  et  ils  sont  trop  longs  sur  les  côtés.  Vêtue  d’une  robe   d’intérieur  en  soie  et  de  pantouVles,  il  est  affalé  sur  une  petite  chaise  dorée.  Il  paraît  enchanté   de  me  voir  mais  fort  inquiet  à  l’idée  qu’on  apprenne  sa  présence.   (Varian  Fry,  Livrer  sur  demande  10)

"Toute la  journée,  des  nlots  de  soldats  et  de  réfugiés  entrent  ou  sortent  de  la  gare  Saint-­‐Charles,   montent  ou  descendent  le  boulevard  Dugommier  et  la  Canebière,  entrent  et  sortent  des  cafés  et  des   restaurants  de  la  Canebière  et  du  Vieux-­‐Port,  se  ruant  dans  les  rues  comme  la  foule  après  un  match   de  foot-­‐ball,  qui  envahit  les  plates  formes  avant  et  arrière  des  trams,  pousse,  bouscule,  joue  des   coudes.  Mais  tout  cela  sans  bruit,  épave  vivante  déposée  sur  la  grève  par  un  terrible  désastre".        

(Varian Fry,  Livrer  sur  demande)  

La Canebière,  la  rue  principale  de  Marseille,  était  activement  contrôlée   par  la  police  française  en  1940,  même  si  l'ordre  venait  de  plus  loin.    Mais   qui  voulaient-­‐ils  encore  arrêter,  puisque  les  conjurés  gouvernaient  déjà  ?     Mais  les  papiers  :  celui  qui  n'a  pas  ses  papiers,  ou  pas  les  bons,  on  vient  le   chercher  au  Grand  Café.  Il  brille  de  statues  en  stuc  plus  grandes  que   nature,  et  de  tableaux  de  ce  type  de  femmes  qui  était  particulièrement   attrayant  en  1890.  Elles  vous  sourient  des  miroirs,  leur  image  passée   entoure,  capiteuse,  le  consommateur  de  1940,  assis  devant  son  mauvais   alcool  qui  n'est  autorisé  que  trois  fois  par  semaine  –  et  bientôt  on  va  lui   demander  ses  papiers.                (Heinrich  Mann,  Ein  Zeitalter  wird  besichtigt                                                          )

8


Heinrich MANN  (1871-­‐1950) Écrivain  allemand  (1871-­‐1950),  frère  ainé  de  Thomas  MANN.  Il  s'exila  en  1933  en   Tchécoslovaquie  puis  en  France.  Humaniste  et  militant  antifasciste  actif,  il  fonda  à  Paris  le  Front   populaire  antifasciste  allemand  et  publia  plusieurs  pamphlets  contre  le  régime  nazi.  De  1935  à   1938,  il  écrivit  un  long  roman  historique,  appel  à  la  tolérance  et  à  l'humanisme  :  Jeunesse  et   maturité  d'Henri  IV,  personnage  représentant  pour  lui  le  type  même  du  dirigeant  démocratique.   Heinrich  Mann,  Nelly  Mann,  son  neveu  Golo  Mann,  l'écrivain  autrichien  Franz  Werfel  et  sa  femme   Alma  Mahler-­‐Werfel  quittaient  Marseille  en  train,  accompagné  par  Varian  Fry  et  Richard  Ball,   sans  avoir  des  visas  de  sorties.  Ils  prennaient  un  chemin  clandestin  par  les  Pyrénées  anin  d'arriver   à  la  frontière  franco-­‐espagnale  (Cerbère).  Grâce  à  quelques  paquets  de  cigarettes,  le  groupe   recevait  l'autorisation  de  passer  la  frontière.  Le  13  octobre  1940,  le  couple  Heinrich  et  Nelly  Mann   prenait  à  Lisbonne  le  navire  Nea  Hellas.  Ils  arrivaient  à  New  York  le  13  octobre  1940.

Max (Ernst)   rencontrait  souvent  sur  La  Canebière   de   nombreux   amis   qu’il   avaient   connus   dans   les   camps   d’internement.   Ils   ressemblaient   à   des   fantômes,   mais,   pour   lui,   c’était   des   êtres   bien   vivants   qui   évoquaient   des   souvenirs   communs.   Pour   moi,   c’était  un   monde   étrange   et  nouveau   où   l’on   citait   les  noms   des   camps   comme   s’il   s’agissait   de   Saint-­‐Moritz,   Kitzbuel,   Deauville   ou  quelque  autre  station  mondaine...       (Peggy  Guggenheim,  Ma  vie  et  mes  folies)  

Nous arrivâmes  sur  une  grande  place  oblongue  dont  une  des  moitiés  était  à   l'ombre  d'arbres  magniniques.  La  chaleur  devenait  écrasante...  La  place  était  le   terminus  d'une  ligne  de  tram.  Près  de  la  petite  maison  où  s'arrêtaient  les  trams,  les   gens  se  séparèrent  en  deux  groupes  :  les  uns  se  précipitèrent  vers  le  tram,  les   autres  se  dirigèrent  vers  une  maison  avec  une  petite  plaque  de  cuivre  qui  portait   l'inscription  suivante  :  "Consulat  Américain". Encore  une  chose:  entre  nous,  exilés,  il  n'y  a  pas  de  solidarité.  Déjà  auparavant,   nous  avions  vécu  notre  vie  de  façon  très  privée.  A  présent,  nous  nous  isolions   encore  plus.  En  voyant  les  autres  au  consulat,  on  hochait  la  tête  :  «  Aha,  toi  aussi,  tu   es  là  »,  et  personne  n'avouait  quels  étaient  ses  projets,  et  sur  qui  il  comptait.  On   gardait  jalousement  son  secret.  Suspicion,  peur  que  l'autre  se  tourne  vers  la  même  issue  et  lui  prenne   sa  place.                        (Alfred  Döblin,  Schicksalsreise.  Bericht  und  Bekenntis)

1940-­‐1942/ 5,  La  Canebière,  hôtel  Moderne    (aujourd’hui  Océania)  –  N°  09      

En novembre  1940,  Jean  Moulin,  révoqué  de  sa  fonction  de  préfet   d’Eure-­‐et-­‐Loir  par  le  gouvernement  de  Vichy,  vient  s’installer  dans  la  maison  familiale  de   Saint-­‐Andiol  dans  les  Bouches-­‐du-­‐Rhône,  sous  sa  véritable  identité.   Mais,  sous  le  faux  nom  de  Joseph  Mercier,  il  parcourt  la  Provence  et  rencontre  les  dirigeants   des  premiers  mouvements  de  Résistance.  Il  obtient  un  passeport  sous  son  nom  d’emprunt  et,   à  la  Vin  de  l’année  1941,  il  gagne  Londres  en  passant  par  l’Espagne  et  le  Portugal.  Il  utilise  les   renseignements  obtenus  en  France  dans  le  rapport  sur  la  Résistance  qu’il  remet  alors  au   9


général de  Gaulle.  Devenu  envoyé  spécial  de  ce  dernier,  sous  le   pseudonyme  de  Rex,  il  est  parachuté  le  2  janvier  1942  dans  la   région  des  Baux  de  Provence.  Jean  Moulin,  Rex,  reprend  alors   contact  avec  les  dirigeants  des  mouvements  de  Résistance  et   défend  auprès  d’eux  les  instructions  du  général  de  Gaulle.  Il   complète  sa  couverture  légale  en  ouvrant  à  Nice  la  galerie  de   peinture  Romanin.

VI. Rue  Beauvau,  l’ancien  hôtel  Continental MARY  JAYNE  GOLD  (1912-­‐1997) En   1939,  j’étais   une   jeune   nille   de   la   bonne   société   américaine   protestante   résidant   à   Paris  dans   un   appartement   de   la   très  élégante   avenue   Foch.   Je   partageais   mon   temps   entre   cette   ville,   Londres   et   les   stations   chic,   me   sentant   chez   moi   aussi   bien   à   Cannes,   à   Biarritz,   à   Majorque   qu’à   Saint-­‐ Moritz.  La  déclaration  de  guerre  sonna  le  glas  de  cette  existence  dorée  ...   Les   bouleversements   qui     accompagnèrent   la   défaite   de   la   France   me   jetèrent,   en  même   temps  que   des  milliers  de  réfugiés  français  et  étrangers,   dans  les  rues  de  Marseille.  J’avais  l’intention   de  mettre   de  l’ordre  dans  mes   papiers   et   de   rentrer   aux   États-­‐Unis.   Mais   il   se   trouva   que   je   me   laissai   entraîner  en   quelques   jours   dans   une   relation   avec   un   jeune   aventurier  qui   venait   de   déserter   la   Légion   étrangère.   Quelques   semaines   plus   tard,   je   rejoignais   le   «Centre   américain   de   secours»   de   Varian   Fry,   qui   préparait   l’opération   «Mouron   Écarlate»   consistant   à   faire   secrètement   sortir   de   France,   par   des  moyens   légaux   ou   illégaux,  des  centaines  de  réfugiés   antinazis,   aussi   bien   juifs  que   non  juifs.  A  ce  moment  sans  précédent  de  ma  vie,  je  décidai  immédiatement  de  rester  à  Marseille... La  Canebière,  l’avenue   principale   de  Marseille,  descend  en  pente   douce  vers   le  port.  Je  la   parcourus   de   haut  en   bas,   m’arrêtant   à   tous  les  hôtels   et  à   toutes   les   auberges,   les   petites  aussi   bien   que   les   grandes.   J’allai   même   jusqu’à   frapper,   dans   les   ruelles   adjacentes,   aux   portes   d’obscurs   établissements   qui  n’étaient  même   pas  mentionnés  dans  la   plus  basse   catégorie   du  Guide   Michelin.   Épuisée  de  m’être   traînée   en  long,  en  large  et  en  travers  sur  toute  la  Canebière,   je  reposai  mes  valises   sur  le   trottoir  et  m’assis  dessus   pour  faire   une   petite   pause   durant   laquelle   Dagobert  s’appliqua   à   lécher  mes  doigts  endoloris.  Je  ninis   par  trouver  une   chambre   avec  salle   de  bains  au   Continental,   un   hôtel   de   classe   moyenne,   assez   propre   et  confortable.   Sitôt   après   m’être   installée,   j’allai   tout   droit   dîner  Chez  Basso,  à  un  ou  deux  pâtés   de  maisons  de  là  face  au  Vieux-­‐Port.  Le  décor  n’avait  pour  ainsi   dire   pas   changé.   Des   bateaux   de   pêche   et   des   yachts   étaient   alignés   le   long   des   quais,   et   vers   la   gauche   s’élevait,   sur  la   colline,   l’imposant  fort   Saint-­‐Nicolas  qui   garde   encore   les  abords  de   l’ancien   bassin.   Quelques   lumières   électriques   se   rénléchissaient  dans   les   eaux   sombres,   avec   la   lune   et   la   plupart  des  étoiles  au  nirmament.                                                                        Mary  Jayne  Gold,  Marseille  Année  40,  Éditions  Phébus,  2001

Walter BENJAMIN  (1892  -­‐  1940) Critique  et  essayiste  allemand  d'origine  juive  (1892-­‐1944).  Après  la   prise  du  pouvoir  par  les  nazis,  il  s'installa  à  Paris,  où  il  poursuivit  son   travail  de  critique.  Il  fut  nommé  en  1935  membre  de  l'Institut  de   sociologie  de  Francfort    (dont  le  siège  s'exila  à  Genève  puis  à  New   York),  ce  qui  lui  permit  d'assurer  sa  subsistance.  Il  rendit  visite  à   10


plusieurs reprises  à  Bertolt  Brecht  au  Danemark.  En  1936,  son  recueil  de  lettres  "Deutsche   Menschen",  dans  lequel  il  déplorait  la  décadence  des  valeurs  morales  en  Allemagne,  parut   chez  un  éditeur  suisse.  En  1938,  il  n'écouta  pas  les  conseils  de  son  ami  Adorno  et  refusa  de   s'exiler  aux  États-­‐Unis,  estimant  qu'il  y  avait  «  en  Europe  des  positions  à  défendre  ».  Interné   au  camp  de  Nevers,  puis  au  camp  des  Milles  (près  d'Aix-­‐en-­‐Provence)  en  juin  1940,  il  tenta   de  fuir  clandestinement  aux  États-­‐Unis,  mais  il  fut  arrêté  à  la  frontière  franco-­‐espagnole  et  se   suicida  en  septembre  1940.   Les  endroits  frontaliers  ont  souvent  une  histoire  particulière,  il  en  est  de  même  pour  Portbou.  Ici,  non   seulement  la  dernière  bataille  de  la  guerre  civile  espagnole  eut  lieu  en  1940,  mais  la  même  année,  Walter   Benjamin  mourut  au  village.   Le  suicide  de  Walter  Benjamin  ce  27  septembre  1940  à  l'hôtel  de  Francia  de  Portbou,  incita  la  société    Walter   Benjamin  de  Francfort  à  construire  un  mémorial  pour  l'un  des  penseurs  les  plus  considérables  du  20°  siècle:    le   mémorial  PASSAGES.                (OfIice  du  tourisme  de  Port-­‐Bou)

1940-­‐1944/ 5,  rue  Beauvau,  Ofiice  de  placement  allemand  –  N°  14           En  1941-­‐1942,  l’extension  du  conVlit  et  le  passage  à  la  guerre  totale  accentuent  très   fortement  les  besoins  en  main-­‐d’œuvre  du  Reich.  Les  autorités  d’occupation  tentent,  par   tous  les  moyens,  de  recruter  des  travailleurs,  notamment  par   l’intermédiaire  des  ofVices  de  placement  allemand  (OPA)  dont  le   siège,  à  Marseille,  est  établi  5a  et  6a  rue  Beauvau.  Celui-­‐ci  dispose   également  d’antennes  nombreuses  dans  tout  le  département.   L’OPA,  dans  ses  publicités  dans  la  presse  et  lors  de  séances  de   cinéma,  fait  miroiter  les  avantages,  principalement  matériels,  du   travail  en  Allemagne.  En  1942,  le  nombre  de  partants  outre-­‐Rhin   augmente  grâce  aux  divers  dispositifs  mis  en  place  par  l’État  français,  dans  le  cadre  de  la   Collaboration.  Le  gouvernement  de  Pierre  Laval  instaure,  en  avril  1942,  la  Relève  (échange   théorique  d’un  prisonnier  de  guerre  contre  trois  ouvriers  spécialisés)  puis,  au  début  1943,  le   Service  travail  obligatoire  (STO)  qui  contraint  les  jeunes  à  partir  pour  l’Allemagne.  Dans  ces   deux  cas,  les  services  de  l’État  français  et  ceux  de  l’OPA  travaillent  ensemble.

23 janvier  1943/  Place  devant  l’Opéra  –  N°  12                   Lors  des  discussions  autour  de  l’évacuation  et  de  la  destruction  des  quartiers  nord  du  Vieux-­‐ Port,  les  13  et  14  janvier  1943,  les  autorités  françaises  proposent  à  Karl  Oberg,  chef   supérieur  des  SS  et  de  la  police  en  France,  d’élargir  les  opérations  de  police  à  tout  le  centre-­‐ ville  et  de  les  prendre  en  charge.  C’est  ce  qu’elles  font  dans  la  nuit  du  22  au  23  janvier  1943,   en  particulier  dans  le  quartier  de  l’Opéra,  qui  abrite  de  nombreuses  familles  juives.  Les   individus  à  appréhender  sont,  d’après  la  note  de  service  concernant  l’opération  «  les  repris   de  justice,  les  souteneurs,  les  clochards,  les  vagabonds,  les  gens  sans  aveu,  toutes  les   personnes  dépourvues  de  cartes  d’alimentation,  tous  les  Juifs,  les  étrangers  en  situation   irrégulière,  les  expulsés  autorisés,  toutes  les  personnes  ne  se  livrant  à  aucun  travail  régulier   11


depuis un  mois  ».  1  865  personnes  sont  arrêtées  au  cours  de  visites  domiciliaires  planiViées  à   partir  du  Vichier  juif.  Elles  sont  conduites  à  la  prison  des   Baumettes  comme  les  635  autres  arrêtées  la  nuit   suivante  dans  les  quartiers  du  Vieux-­‐Port.  Sur  les  2  500   détenus  des  Baumettes,  plus  de  la  moitié  est  transportée   à  la  gare  d’Arenc  le  dimanche  matin,  24  janvier  1943,  et   déportée. Dans  un  communiqué  en  date  du  23  janvier,  la  préfecture   revendique  l’entière  responsabilité  de  ces  raVles  qu’elle   distingue  des  opérations  de  destruction  du  quartier  du  Panier. 1940-­‐1944/  10,  Cours  Jean  Ballard  (Cours  du  Vieux-­‐Port),   Les  Cahiers  du  Sud  –  N°  16 La  revue  littéraire  Les  Cahiers  du  Sud  succède,  dans  les  années  1920,  à  la  petite  revue   Fortunio  éditée,  avant  la  Première  Guerre  mondiale  par  Marcel  Pagnol  et  Jean  Ballard.  Ce   dernier,  par  ailleurs  peseur-­‐juré  sur  les  quais,  consacre   sa  vie  aux  Cahiers  du  Sud  dont  il  est  le  directeur.  La   «  revue  mensuelle  de  littérature  »,  loin  de  se  cantonner  à   des  sujets  et  à  des  écrivains  régionaux,  publie  de   nombreux  auteurs  non-­‐provençaux,  français  et   étrangers  et  aborde  des  thèmes  souvent  novateurs  et  de   grande  ampleur,  parfois  développés  dans  des  numéros   spéciaux,  comme  en  juin-­‐juillet  1941,  Message  actuel  de   l’Inde  et  en  1943,  Le  génie  d’Oc  et  l’homme   méditerranéen.  Le  «  grenier  »  des  Cahiers  du  Sud  au  4e  étage  du  Cours  du  Vieux-­‐Port,   accueille,  pendant  la  Seconde  Guerre  mondiale  de  nombreux  intellectuels  et  artistes  français   et  étrangers  réfugiés  dans  le  Midi.  De  1940  à  1944,  la  revue  publie  entre  autres,  André   Breton,  Albert  Camus,  Lanza  Del  Vasto,  Robert  Desnos,  Paul  Éluard,  Benjamin  Fondane,   André  Gide,  Frédérico  Garcia  Lorca,  André  Masson,  Loys  Masson,  Henri  Michaux,  Saint-­‐John   Perse,  Jean-­‐Paul  Sartre,  Paul  Valéry,  Simone  Weil  (sous  le  pseudonyme  d’Émile  Novis),  parmi   des  auteurs  plus  méridionaux  comme  Joë  Bousquet,  Léon-­‐Gabriel  Gros,  Charles  Mauron,   Gaston  Mouren,  René  Nelli,  Jean  Tortel  et  Axel  Toursky.

„La maison,  façade,  cage  d’escalier,  dégagaient  une   telle  impression  de  délabrement  qu’elle  paraissait   inquiétante...  Il  faisait  nuit  noir.  L’obscurité  parut   m’absorber.  Il  n’y  avait  aucun  commutateur  dans  la   cage  d’escalier  (je  crois  qu’il  n’existait  alors  aucune   installation  électrique  pour  éclaircir  les  marches)  et  je   me  désespérai  à  l’idée  de  monter  ainsi  les  quatre   étages.  J’usais  les  quelques  allumettes  que  j’avais  sur   12


moi et  m’avançai  en  tâtonnant  vers  les  étages,  me  gardant  bien  de  frôler  les  murs  sous  la   rampe...  Soudain  je  trébuchai  sur  quelque  chose  de  mou  ;  c’était  un  corps  humain,  qui   s’anima  et  se  redressa  lentement.  Du  coup  ma  conviction  de  m’être  frouvoyé  dans  une  antre   de  brigands  se  trouva  conVirmée  et  accrut  ma  panique.  Mais  l’homme  que  j’avais  heurté  du   pied  un  peu  brutalement  se  contenta  de  protester  en  baîllant  et  en  marmonnant  :  „  Y  a   vraiment  pas  moyen  d’avoir  la  paix,  avec  ces  foutus  poètes  !“  Un  an  plus  tard,  environ,   Ludwig  Marcuse,  que  j’accompagnais  là-­‐bas  pour  une  visite  à  la  rédaction,  m’avoua   alors  avec  un  xsourire  embarrassé  qu’il  avait  eu,  au  cours  de  cette  ascension  sinistre,  le   sentiment  coupable,  mais  subitement  plausible,  que  je  pourrais  être  un  agent  de  la   Gestapoqui  l’avait  attiré  dans  un  guet-­‐apens“ (Citation  d’Ernst  Erich  Noth,  Alain  Paire,  Chroniques  des  Cahiers  du  Sud)

1940-­‐1942/ Quai  des  Belges  –  N°  08 «  Mères  qui  avaient  perdu  leurs  enfants,  enfants  qui  avaient  perdu  leur  mère,  résidus  des   armées  décimées,  esclaves  échappés  à  leurs  chaînes,  troupeaux  humains  chassés  de  tous  les   pays  et  qui  arrivaient  Iinalement  à  la  mer,  où  ils  se  précipitaient  sur  les  bateaux  d’où  ils   seraient  de  nouveau  chassés,  tous  fuyaient  devant  la  mort,  jusqu’à  la  mort.  C’est  ici  que  toujours   les  bateaux  avaient  jeté  l’ancre,  juste  à  cet  endroit-­‐là,  parce  qu’ici  Iinissait  l’Europe,  parce  qu’ici   commençait  la  mer.  C’est  ici,  c’est  à  cet  endroit-­‐là,  que  toujours  s’était  dressée  une  auberge,   parce  qu’ici  la  route  se  jetait  dans  la  mer  ».

Anna Seghers,  Transit Anna  Seghers,  née  à  Mayence  en  1900,  est  décédée  à  Berlin  en   1983.  En  1928,  elle  reçoit  le  prix  Kleist  pour  son  livre  La  révolte   des  pêcheurs  de  Santa  Barbara.  Ses  ouvrages  sont  brûlés  par  les   nazis  et  elle  s’exile  en  France  en  1933  avec  son  mari  Ladislas   Radvanyi  et  leurs  deux  enfants.  Ils  habitent  dans  la  région   parisienne  jusqu’à  la  guerre.  En  1940,  son  mari  est  interné  au   camp  du  Vernet  et  ensuite  transféré  au  camp  des  Milles.  Anna   Seghers  s’installe  alors  à  Marseille  où  elle  fréquente   nécessairement  le  milieu  des  réfugiés  et  les  cafés  du  Vieux-­‐Port   où  ils  se  retrouvent  souvent.  

13


Cette citation  (ci-­‐desus),  extraite  de  son  roman  Transit  paru  en  1944,  traduit   la  situation  et  l’angoisse  de  ces  hommes  et  ces  femmes  qui  ont  fui  le  nazisme   et  sont  perpétuellement  en  instance  de  départ.  Le  24  mars  1941,  Anna   Seghers  embarque  pour  la  Martinique,  avec  son  mari  et  ses  enfants  à  bord  du   cargo  Paul  Lemerle  où  se  trouvent  aussi  André  Breton,  Victor  Serge  et  Claude   Lévi-­‐Strauss.  La  famille  gagne  ensuite  le  Mexique.

1940-­‐1942/ 3,  Quai  des  Belges,  Le  Brûleur  de  Loups    N°  15 Les  cafés  constituent  un  havre  pour  les  réfugiés   qui  y  trouvent  du  réconfort  et  un  peu  de  chaleur   entre  deux  démarches  dans  les  consulats,  les   organisations  de  secours  et  les  compagnies  de   navigation.  Ces  lieux  de  convivialité  permettent  de   rompre  la  solitude  et  de  partager  les  angoisses.  On   y  échange  les  dernières  informations  sur  les   moyens  de  fuir  loin  des  nazis  et  d’obtenir  les   papiers  indispensables  pour  le  faire.  Certains  de   ces  établissements  sont  connus  comme  le  siège  de   Vilières  de  départ.  Sur  le  Vieux-­‐Port,  Le  Brûleur  de   loups  est  le  lieu  de  rendez-­‐vous  des  artistes  et   intellectuels.  C’est  surtout  le  nom  de  ce  café,  qui,  semble-­‐t-­‐il,  a  séduit  les  surréalistes.  Ce   milieu  n’inspire  aucune  conViance  aux  autorités  qui  y  multiplient  les  contrôles. Le  25  mars,  nous  nous  embarquâmes  à  bord  du   Capitaine-­‐Paul-­‐Lemerle,  Une  coquille  de  noix  pourrie   jusqu’aux  machines.  Il  y  avait  le  clan  Breton,  Claude   Lévi-­‐Strauss  et  Wilfredo  Lam.  Les  Français  seuls  avaient   des  cabines,  nous  autres  étions  en  cale,  dormant  sur  des   litières  mal  rabotées,  repoussantes.  EnVin,  nous  étions   saufs…  Quelques  jours  plus  tard  il  y  eut  une  mutinerie  :   mal  nourris,  nous  avions  appris  par  hasards  que  le   bétail  parqué  sur  le  pont  avait  été  payé  pour  nous  servir   de  vivres.  La  rébellion  fut  suivie  d’effets  :  on  nous   distribua  le  pain  gratuitement  et  l’on  tua  un  bœuf.  Le   voyage  dura  trente  jours.     (Témoignage  de  Vlady  Serge,  Iils  de  Victor  Serge,  ami  d'André  Breton  )

14


Les Surréalistes  vivait    quelques  mois  (l'hiver  1940/41)   dans  une  villa  -­‐  la  VILLA  AIR  BEL  -­‐,  déniché  pour  Varian   Fry  par  Mary  Jayne  Gold  dans  le  quartier  de  la  Pomme,   où  ils  reprennaient  leurs  travaux  collectifs  en  créant  un   Jeu  de  cartes  -­‐  Le  Jeu  de  Marseille  -­‐  avec  des  dessins   emblématiques.   LE  JEU  DE  MARSEILLE  -­‐  Avec  la  participation  de  Victor   Brauner,  André  Breton,  Oscar  Dominguez,  Max  Ernst,   Jacques  Hérold,  Wilfredo  Lam,  Jacqueline  Lamba,  André   Masson

24 janvier  1943/  Début  du  Quai  du  port  (Quai  Maréchal  Pétain)  –  N°  02 Wehrmacht,  SS  et  SIPO-­‐SD  («  Gestapo  »)  qui  quadrillent  la  ville  depuis  le  11   novembre  1942  se  méVient  de  la  cité  phocéenne  où  ont  eu  lieu,  le  14  juillet  1942,   d’importantes  manifestations  de  la  Résistance.  Les  quartiers  nord  du  Vieux-­‐Port  les   inquiétent  particulièrement  :  considérés  comme  très  dangereux,  on  les  suspecte  de  cacher   des  déserteurs  et  «  des  terroristes  internationaux  ».  De  plus,  les  Nazis  souhaitent,  dans  le   cadre  de  la  «  solution  Vinale  »,  augmenter  rapidement  le  nombre   de  déportations. L’attentat  du  3  janvier  1943  contre  l’hôtel  Splendide  (près  de  la   gare  Saint-­‐Charles)  sert  de  prétexte  aux  destructions  et  aux   déportations.  Pour  l’exemple,  Hitler  ordonne  de  raser  les  vieux   quartiers  immédiatement.  L’état  de  siège  est  proclamé  et  de   nouvelles  unités  de  la  Wehrmacht  et  de  SS,  ainsi  que  de   nombreuses  troupes  françaises  sont  dirigées  vers  Marseille.  En   accord  avec  les  occupants,  les  autorités  de  Vichy  multiplient  les   contrôles  et  les  arrestations  dans  toute  la  ville. Les  vieux  quartiers  sont  bouclés  dans  la  nuit  du  samedi  23   janvier  et  évacués  le  lendemain.  Les  opérations  durent  toute  la   journée  du  dimanche,  de  8  à  17  heures.  Des  barrages  Viltrants   sont  installés  sur  les  quais.  15  000  personnes,  amenées  en   tramways  et  camions  à  la  gare  d’Arenc,  sont  entassées,  avec  leur  maigre  paquetage,  dans  des   wagons  de  marchandises  et  conduites  dans  des  camps  à  Fréjus.  A  partir  du  28  janvier,  la   plupart  d’entre  elles  peut  revenir  dans  les  Bouches-­‐du-­‐Rhône.  Mais  plusieurs  centaines,   envoyées  à  Compiègne,  rejoignent  celles  arrêtés  à  Marseille  les  jours  précédents.  Nombre   d’entre  elles,  juives,  sont  transférées  à  Drancy,  puis  vers  les  camps  d’extermination  où  elles   ont  péri.

15


février 1943/  Rue  Caisserie  –  N°  06     Le  quartier  du  Panier  s’élève  sur  les  buttes  Saint-­‐Laurent,  des  Moulins  et  de  la  Roquette  qui   dominent  le  Vieux-­‐Port  et  l’Hôtel  de  ville,  sur  l’emplacement  de  la  Massalia  antique  réoccupé   à  l’époque  médiévale.  L’extension  de  la  ville  aux  époques  moderne  et  contemporaine,  le   percement  de  la  rue  Impériale  (rue  de  la  République)  au   XIXe  siècle  contribuèrent  à  en  faire  un  espace  à  part.  Les   désormais  «  vieux  quartiers  »,  habités  par  une  population   nombreuse  souvent  d’origine  immigrée,  et  dont  une  partie   des  ruelles  étroites  est  réservée  à  la  prostitution,  ne   tardent  pas  à  avoir  une  très  mauvaise  réputation,   encouragée  par  de  violentes  campagnes  de  presse.   Pourtant,  ils  abritent  tout  un  petit  peuple  qui  vit  des   activités  maritimes,  pêcheurs,  marins  ou  dockers.  Plusieurs  plans  sont  proposés  pour  leur   rénovation  dont  celui  de  l’architecte  Eugène  Beaudoin  au  début  de  l’année  1942. La  rue  Caisserie  qui  s’étend  de  la  place  de  Lenche  jusqu’à  la  place   Daviel  est,  à  Vlanc  de  colline,  l’une  des  principales  artères  Est-­‐Ouest  du   quartier.  Elle  constitue  la  limite  nord  des  destructions  de  février  1943,   qui  s’étendent  du  quai  du  port  (alors  rebaptisé  Maréchal  Pétain)  au   Sud,  jusqu’aux  rues  de  la  Roquette  et  Chevalier  Roze  à  l’Ouest,   l’Esplanade  de  la  Tourette  et  la  place  Saint-­‐Laurent  à  l’Est,  sur  une   superVicie  de  14  hectares.  La  partie  détruite  est  reconstruite  au  début   des  années  1950.  On  voit  bien  aujourd’hui,  de  part  et  d’autre  de  la  rue   Caisserie,  la  différence  architecturale  entre  les  immeubles  reconstruits   (côté  impair)  et  ceux  qui  ont  été  préservés. Le  2  décembre  (1942),  des  explosions  ébranlèrent  le   boulevard  Garibaldi  et  le  Cours  Saint-­‐Louis,  en  plein   centre  de  la  ville.  C’étaient  les  premières  bombes  lancées   contre  les  occupants  et  leurs  complices.  Un  soldat   allemand  fut  tué  et  deux  personnes  blessées.  Le   lendemain,  il  y  eut  encore  deux  attentats,  l’un  au  Splendid   Hôtel  contre  un  ofVicier  d´état-­‐major  allemand,  l’autre   contre  un  bordel  de  la  rue  Lemaître.      (Marcel  Julien,  Loin  de  Massilia) ….  Encore  quelques  heures  de  voyage  et  quelques  papiers  et  tous  ces  lieux  si  souvent  évoqués  –   Espagne,  Portugal,  Afrique  du  Nord,  Antilles,  Mexique  ou  Etats-­‐Unis  –  deviendront  ennin  réalité.  Pour   tous  les  autres,  pour  tous  les  laissés  pour  compte  de  la  culture,  de  la  fortune  et  de  la  politique,  ne   restera  plus  alors  souvent  que  l’errance,  le  désespoir  ou  la  folie.   (  André  Gide,  Journal  1939-­‐49)

16

Parcours Exilplan, Marseille 2013  

Plaquette avec les textes accompagnants le parcours sur les traces des exilés à Marseille. Conçu et animé par Sabine Günther, Passage & Co.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you