Issuu on Google+

     M O N   C A R N E T   B E R L I N O I S    

SÉJOUR  CULTUREL   23    –    28  juillet  2012

Proposé  &  organisé  par  PASSAGE  &  CO. www.passage.co.com www.tell-­‐me-­‐tours.com

SOMMAIRE Programme  de  la  semaine   01 l‘hôtel  Bogota   08                 City-­‐West.  Le  Ku‘damm,  laboratoire  de  la  modernité   11   La  Potsdamer  Platz            14 La  „Topographie  de  la  terreur“  /  le  Mur            17 Kreuzberg  -­‐  un  quartier  multiculturel            18 Le  jardin  de  princesses  à  Kreuzberg     Gros  plan  sur  l‘exposition  d‘Alfredo  Jaar  à  la  galerie  NGBK        19 Visite  commentée  du  Bundestag   Gros  plan  sur  les  oeuvres  d‘art  au  Reichstag            20 Sur  les  traces  de  la  Märzrevolution  de  1848            23 Le  Palais  des  larmes  -­‐  Visite  commentée            26 Maxim  Leo,  L‘histoire  d‘un  allemand  de  l‘est            27 L‘effacement  des  traces  à  Berlin            30 La  révolution  de  novembre  1918            32 Sur  les  traces  des  Huguenots            33 Le  classicisme  architectural,  les  salons  littéraires          38 E.T.A.  Hoffmann,  La  Motte  Fouqué,  les  Mendelssohns, Mirabeau          40 L‘Alexanderplatz                            44 Le  quartier  des  granges  -­‐  Scheunenviertel          45 Potsdam  -­‐  le  château  de  Sanssouci          49 L‘île  aux  musées          52 la  nouvelle  galerie  nationale          55 La  collection  Berggruen          56 La  Hamburger  Bahnhof  -­‐  l‘art  contemporain          57 Où  manger  un  (bon)  morceau  ?          58 L’équipe  se  présente                                                          59 Passage  &  Co.  se  présente,  liste  de  lectures                                                        62 3

PROGRAMME  DU  23  AU  27  JUILLET  2012  À  BERLIN Lundi  23  juillet  -­‐  Journée  de  l‘arrivée Jusqu’à  18h00  :  Arrivée  des  participant(e)s  à  l’hôtel   Adresse  :   Hotel   Bogota,   Schlüterstr.   45,   10707  Berlin,   Tél  :   +   49  30   881  50  01 18h30   :   pot   de   bienvenue  au  salon  de  l’hôtel.  L’équipe  se  présente.   Distribution   du   «   carnet   berlinois   ».   Floriane   et   Thea   racontent   l’histoire   incroyable  de  l’hôtel  devant  la  galerie   photo  d’Yva,  au  4ème   étage  de  l‘hôtel. Option   :   dîner   en   groupe   près   de   l’hôtel   (restaurant   italien   «   Via   Veneto  ») Mardi  24  juillet 9h00   départ   de   l’hôtel.   Balade   commentée   le   long   du   Kurfürstendamm.   Walter   Kreipe   nous   raconte   „Le   Broadway   de   Berlin  et  son  âge  d‘or  dans  les  années  20“.   12h00   Pause  de  midi  au  restaurant  Weyers,  Pariser  Str.  16 14h00     Visite   de   la   Potsdamer   Platz   et   évocation   de   son   histoire   mouvementée.   Le   monument   inachevé   pour   Karl   Liebknecht,   la   station   de  bus  en  hommage  à  Varian  Fry.  Lecture  critique  de  la  place   par  Floriane  Moro  :  du  No  mans‘  land  au  manège  pour  touristes. 15h00   à  pied,  de  la  Potsdamer  Platz  à  la  Fondation  «  Topographie   de  la  terreur  ».  Traces  historiques  du  mur.  Le  Check  Point  Charlie. 16  h00   En   bus   n°   29   à   Kreuzberg,   un   quartier   multiculturel   16h30   Pause   café   au   jardin   urbain   Prinzessinnengarten,   Moritzplatz. Balade  dans  la  Oranienstrasse,  rue  principale  du  quartier   Visite   de  l’exposition  :  Alfredo  Jaar  -­‐   The   way   it  is.     Eine  Ästhetik   des  

3

Widerstands,  Neue  Gesellschaft  für  bildende  Kunst,  Oranienstrasse 19h30  (en  option)     Dîner   couscous   au   restaurant   Rote   Harfe,   Orient  Lounge,  Heinrichplatz.   22h00   Retour  à  l’hôtel  en  bus  M29 Mercredi  25  juillet 9h00   Rendez-­‐vous   devant   l‘hôtel.   En   bus   n°   100   de   la   Gare   Zoologischer  Garten  au  Reichstag. 10h  –  12h   Visite  commentée  du  Bundestag,   l‘Assemblée  Nationale   allemande.  Vue  panoramique  sur  Berlin. 13h00  –  14h00   Pause  de  midi  en  groupe    au  „Berlin-­‐Pavillon“ 14h30   Mémorial   de   l’Holocauste   et   mémorial   pour   les   homosexuels  victimes  du  nazisme   15h00   Promenade   historique   sur   la   Pariser   Platz   -­‐   ambassades,   Académie   des  beaux-­‐arts,   la  banque  DZ  avec  une  sculpture  de  Frank   O.  Gehry,  la  maison  du  peintre  impressionniste  Max  Liebermann 15h30   En  métro  U55  jusqu’à  la  Gare  centrale 16h00   Visite   du   parc   mémorial   à   l‘emplacement   de   l‘ancienne   prison   de  Moabit.  Évocation  de  la  révolution  de  mars   en  1848   et  des   résistants   antifascistes.   Les   écrivains   Albrecht   Haushofer   et     Wolfgang  Borchert. 17h00   Tränenpalast,   Friedrichstrasse   –   visite   commentée   de   l‘ancienne   gare   terminus   et   du   poste-­‐frontière   pour   les   passages   entre  l'Ouest  et  l'Est  d'Allemagne   18h00   Retour   à   l‘hôtel   (S-­‐Bahn   Friedrichstrasse   →   Zoologischer   Garten,  Bus  M49  →  Schlüterstr.,  Hôtel  Bogota)   19h00   (option)   Réunion   au   salon   de   l‘hôtel   Bogota   pour   discuter   sur  le  livre  de  Maxim  Leo  «  L’histoire  d’un  allemand  de  l’Est  ».

4

Jeudi  26  juillet 08h30   Rendez-­‐vous   devant   l‘hôtel.   En   bus   n°   100   de   la   Gare   Zoologischer  Garten  au  Lustgarten. 09h30   Nous   commençons   sur   la   «   place   de   château   »   par   une   ré{lexion  critique  sur  l’effacement   des  traces  et   la  ré-­‐interprétation   de  l’Histoire  après   la   ré-­‐uni{ication  allemande.  Balade  littéraire  dans   les   quartiers   de   la   Friedrichstadt   et   de   Friedrichswerder   :   la   Hausvogteiplatz,  l‘ancien  quartier    de  la  mode,  la  Mohrenstrasse.  Les   salons   littéraires  à   l‘époque  romantique  et  l‘histoire  des  Huguenots   autour   du   Gendarmenmarkt   -­‐     E.T.A.   Hoffmann,   La   Motte-­‐Fouqué,   Rahel  Varnhagen,  Alexander  von  Humboldt,  Adalbert   von  Chamisso,   Madame  de  Staël,  Mirabeau  ...   11h30  –  12h30   Déjeuner   en   groupe   au   restaurant   Roter   Jäger,   Jägerstr.,  en  face  de  la  Remise  Mendelssohn. 13h00  –  14h00   Concert  dans  la  remise  de  la  banque  Mendelssohn     14h00   en  métro  à  l’Alexanderplatz   –  évocation   du   roman  d’Alfred   Döblin  «  Berlin  Alexanderplatz  »  . 14h30     Balade   dans   l‘ancien   quartier   juif   Scheunenviertel,   en   commencant   sur   la   Rosa-­‐Luxemburg-­‐Platz,   Münzstrasse.,   Visite   de   l'atelier   de   fabrication   de   balais   d‘Otto   Weidt,   évocation   des   «   Stolpersteine   »,   les   Hackesche   Höfe   et   le   Neue   Club   des   Expressionistes.  La  Sophienstrasse  avec  les  Sophiensäle,   16h00   Pause  café  au  café-­‐restaurant  Mittendrin,  Sophienstrasse 17h00   Poursuite  de  notre  balade  dans  la  Grosse  Hamburger  Strasse:   le  philosophe  des  Lumières  Moses   Mendelssohn,  The  Missing  House,   de  Christian  Boltanski.  Le  parc  Monbijou  et   Adelbert  von  Chamisso.   La   nouvelle   Synagogue   dans   la   Oranienburger   Strasse.   Le   quartier   des   galeries   autour   de   la   Auguststrasse:   Kunstwerke   et     l‘ancienne   école  juive,  devenue  centre  d‘art.

5

À   partir   de   18h30,   du   temps   libre   pour  se   préparer   au   „marathon   muséal“   (ouverture   des   musées   jusqu‘à   21   ou   22h)   sur   l‘île   des   musées.  Vous  serez  munis  d‘un  Pass  Musées,  valable  durant  3  jours.* Retour  individuel  à  l’hôtel. Vendredi  27  juillet 08h00   Départ  de  l’hôtel.  Sortie  à   Potsdam             10h00   Visite  du  château  de  Sans-­‐Souci  et  du  parc                                                                         12h00   Pause  de  midi  individuelle                                     14h00   Quartier  hollandais,  retour  à  Berlin   Option  I                             14  h  00   Visite   de   l’exposition   «   Friederisiko   »,   en   hommage   au   tricentenaire  de  Frédéric  II.                   Retour  à  Berlin  vers  18h00   Option  II                             Rester   à  Berlin  pour  faire  du  shopping,  voir   d’autres  expositions  ou   musées  et  rejoindre  le  groupe  à  la  villa  Liebermann.                                           14h00  

Départ  accompagné  de  la  gare  Zoologischer  Garten.

15h00   Arrêt   à   Berlin-­‐Wannsee,   Visite   de   la   Villa   Liebermann   avec   son   somptueux   parc,   Exposition   «   Les   tableaux   de   jardin   de   Max  Liebermann  et  Emil  Nolde  »  ,  Teatime 17h00   Au   retour   à  Berlin,   arrêt   à   la   station  Grunewald  (la   gare   d'où  les  trains   via  les  camps  d'extermination   sont  partis).   Visite  du   «  Gleis  17  »,  un  mémorial  plein-­‐air  méconnu.   19h30  

Rendez-­‐vous  devant  l’hôtel.

20h30   Dîner  de  clôture   du  séjour  dans  un  restaurant   typique  et   convivial. Samedi,  28  juillet  -­‐  Départ  individuel 6

Informations  pratiques

Durant   le   séjour   organisé,   les   tickets   de   transports   (tickets   de   groupe   journaliers)   ainsi   que   le   „pass   musée“*   valable   durant   3   jours   (mercredi-­‐vendredi),   sont   pris   en   charge   par   l’organisateur.   Vos   petits-­‐déjeuners  à   l‘hôtel   et   4  repas   en   groupe   (en   dehors   des   boissons  consommées)  sont  également  pris  en  charge. Nous  ne  prenons  pas  en   charge  la   location  d’audio-­‐guides,  les  repas   en   dehors   des   4   repas   organisés,   les   boissons   et   pourboires   ainsi   que   les   déplacements   individuels   en   dehors   du   programme   journalier.   A  part  les  responsables  du   séjour,  Sabine   Günther  et  Walter  Kreipe,   les   trois   stagiaires   bilingues   de   Passage   &   Co.   Thea,   Floriane   et   Thomas  se  tiennent   à  votre  disposition  pour  vous  guider  dans  Berlin     et  pour  vous  faire  découvrir  encore  plus  de  belles  choses.

Vous  pouvez  nous  joindre  par  téléphone  : Sabine  Günther  :  0049  -­‐  (0)  -­‐  176  53  47  72  44 Walter  Kreipe  :  0049  -­‐  (0)  -­‐  175  490  35  98 Thea  :  0033  -­‐  (0)  -­‐  15  15  53  94  595 Floriane  :  06  71  58  16  80 Thomas  :    0049  -­‐  (0)  -­‐  15  77  41  303  48

7

HÔTEL  BOGOTA

Tout  sous  un  seul  toit.  Sur  les  traces  de  l’Histoire  au  45,  Schlüterstraße

Construit   en   1912,   le   bâtiment   au   45,   Schlüsterstraße   fait   partie   d'un   ensemble   d'immeubles   typiques  et   élégants   situés  près   du   Kurfürstendamm,   un   quartier   peuplé   notamment   par  des  juifs  fortunés  au  début  du   XXème  siècle. En   1919,   Oskar   Skaller,   homme   d'affaires   couronné   de   succès,   collectionneur   d'art   et   m e m b r e   d u   p a r t i   s o c i a l -­‐ d é m o c r a t e ,   emménagea   dans   l’immeuble   qui,   grâce   à   la   personnalité   rayonnante   de   son   locataire,   devint   par   la   suite   un   lieu   de   rencontre   d'hommes   politiques   et   d'artistes,   parmi  lesquels  Benny  Goodman   et  Max   Liebermann.  Suite   au   déclin   de   ses   affaires,   Oskar   Skaller   fut   contraint   de   vendre   sa   collection   d'art,   de   déménager,   puis   d’émigrer.   Jack   Hylton,   leader   d'un  groupe   de  swing  et  de  jazz  connu   dans  le  monde  entier,  occupa   l’immeuble  pendant  les  années  vingt. En   1935,   un   couple   de   photographes   installa   son   atelier   au   quatrième  étage  du  bâtiment.   Il   s'agit   d’Yva,   de  son  vrai  nom   Else  Ernestine  Neuländer,  et  de  son   mari  Alfred  Simon.   Photographe   de   mode   très   connue,   Yva   publiait   des   photos   dans   de   nombreuses   revues.   La   vie   du   couple   juif   devint   de   plus   en   plus   dif{icile   sous   le   régime   nazi,   et   ils   {inirent   par   être   déportés   au   camp   de   concentration   de   Majdanek. Deux   ans   après   avoir   commencé   sa   formation   chez  Yva,   Helmut   Neustädter,  son  élève,  réussi  à   s’échapper   en   émigrant   en   1938.   Il   ouvrit   à   Melbourne   son   propre   atelier   sous   le   nom   aujourd’hui  célèbre  d’Helmut  Newton.

8

L’immeuble   cessa   ensuite   d'être   un   repère   d'artistes   pour   devenir   un   haut   lieu   de   la   politique   culturelle:   en   1942,   les   nazis   con{isquèrent  l’immeuble,   considéré  comme  une  possession   juive,  et   y   i n s t a l l è r e n t   l a   C h a m b r e   d e   l a   c u l t u r e   d u   R e i c h   (Reichskulturkammer),  dirigée   par   Joseph  Goebbels  et   Hans  Hinkel,   destinée   à   superviser   tous   les   aspects   de   la   culture   allemande   et   dont  l’adhésion  était  obligatoire  pour  tout  artiste. Après   la   {in   de   la   Seconde   Guerre   Mondiale,   cette   institution   nationale-­‐socialiste   fut   remplacée   par   une  institution  soviétique,   la   Chambre   des   artistes   (Kammer   der   Kunstschaffenden),   dirigée   par   Paul   Wegener  et   ayant   pour   but   de  réorganiser   la  vie   artistique   et   culturelle   à   Berlin.   La   classi{ication   permettant   l'attribution   des   cartes   de   rationnement   s’y   poursuivant,   l’immeuble   devint   un   lieu   de   rencontre   d'artistes   et   d'intellectuels   berlinois.   La   première   exposition   de   la   Chambre   des   artistes   à   Berlin   y   eut   lieu   en   juillet   1945.   L’Association   culturelle   pour   le   renouveau   démocratique   de   l’Allemagne   (Kulturbund   zur   demokratischen   Erneuerung   Deutschlands),   y   établit   ensuite   son  siège.   Son   président,   Johannes   R.   Becher,   renforça   la   collaboration   avec   des   auteurs   exilés   ou   retirés   dans   une   «   émigration   intérieure   »,   tels   que   Gerhart   Hauptmann   et   Hans   Fallada,   et   accorda   une   licence   à   plusieurs   maisons   d'édition,   parmi   lesquelles   «   Au{bau   »   ou   encore   «   Axel   Springer  ». La  dissolution  de  la  Chambre  des  artistes  se  poursuivit  en  1946   avec   l'arrivée   des   Alliés.   Dès   lors,   la   Schlüterstraße   fut   intégrée   au   secteur   britannique   et   l’immeuble   devint   le   siège   de   l'organisme   chargé   de   la   dénazi{ication   du   secteur   culturel   et   des   artistes   de   Berlin,   tels   que   l'actrice   Grethe   Weiser   et   le   musicien   Wilhelm   Furtwängler.   Parallèlement,  les  libraires  et   les  éditeurs   y  fondèrent   une   association   boursière   commune   aux   quatre   zones   qui   dura  un   an.  Après   la  restructuration  de  l'Allemagne  et   la  fondation  des  deux   états  allemands,  l’immeuble  cessa   d’être  un  haut  lieu  de  la  politique   culturelle   et   fut   transformé   en   hôtel.   Pendant   les   années   soixante,   Heinz  Rewald,   un  juif  exilé  en  Colombie,  y  établit  l'  «   Hôtel  Bogota   ».   En   1976,   Steffen   Rissmann   reprit   l'hôtel   et   y   entreprit   des   travaux  

9

de  modernisation.  Son  {ils  Joachim  Rissmann  redonna  vie  à  l'histoire   du   lieu  en   y   établissant   des   témoignages   de  son   passé   varié.   Ainsi,   les  grands  plafonniers  rappellent  l'architecte  Eckart   Muthesius,   dont   le  bureau  se  trouvait  dans  les  sous-­‐sols  de  l'hôtel  pendant   les  années   soixante-­‐dix,   et,   au   quatrième   étage,   une   salle   exposant   des   photographies  de  mode  évoque  Yva  et  Helmut  Newton. L'omniprésence,   tout   au   long   du   XXème   siècle,   de   l'art   et   de   la   politique   culturelle   dans   cet   immeuble,   en   fait   aujourd'hui   un   lieu   plein  de  charme,  de  caractère  et  d'histoire. Devant   l‘hôtel,   deux  Stolpersteine  -­‐  pierres  à  trébucher  -­‐   rappellent   le  destin  tragique  d‘Yva  et  de  son  mari  Alfred  Simon. Compte  rendu  et  traduction  :  Thea  Göhring,  Floriane  Moro Source   :   Carl-­‐Peter   Steinmann,   Von   Karl   May   zu   Helmut   Newton.   Spurensuche   in   Berlin.   Transit  Verlag  2006

Si   vous  êtes  un  admirateur  inconditionnel   d’Helmut  Newton,  faites  un   tour   au   musée   de   la   photographie   de   Berlin   pour   l’exposition   permanente  «  Helmut  Newton’s  Private  Property  »  . En  2003,  un  an  avant  sa   disparation  lors  d’un  banal   accident  de  voiture  contre  le   mur  d’un  palace  de  Los   Angeles,  Helmut  Newton  avait   fait  don  d’une  partie  de  son   œuvre  à  la  ville  de  Berlin  et  fait   savoir  qu’il  souhaitait  y  être   (Foto: SMB / Jürgen Hohmuth, zeitort.de) inhumé.  Au  Friedhof   Schöneberg  quelques  anonymes  séparent  sa  tombe  de  celle  de   Marlene  Dietrich  qu’il  n’a  jamais  photographiée.  

Museum  für  FotograBie,  Jebensstr.  2,  10623  Berlin  (directement  derrière  la   gare  Zoologischer  Garten).  Horaires  :  lundi  -­‐  fermé,  mardi,  mercredi  :  10-­‐18h,   jeudi  :  10-­‐22h,  vendredi-­‐dimanche  :  10-­‐18  h

10

Le  Kurfürstendamm  –  Laboratoire  de  la  modernité                   Son  âge  d’or  dans  les  années  20,  raconté  par  Walter  Kreipe

Il  faut  dire  que  le  Ku'damm   a  un  passé  chargé.  C'est  Otto  von  Bismarck   qui,   après   la   victoire   sur   la   France,   a   voulu   donner   à   Berlin   un   axe   rivalisant   avec   les   Champs   Elysées.   Dans   les   années   1920,   ce   fut   un   foyer  de   la   vie  culturelle.  Dans  l'après-­‐guerre,  un  symbole  de  la  société   de  consommation,   à   un  jet  de   pierre  de  la  RDA.  Dans  les  années  1960,   la   scène   des   mouvements   protestataires.   Le   11   avril   1968,   c'est   là   qu'une  {igure   de  proue   du  mouvement   étudiant,   Rudi   Dutschke,   a  été   victime   d'un   attentat.   Dans   les   années   1980,   l'avenue   a   amorcé   un   déclin   que   la   réuni{ication   a   accéléré,   quand   le   centre   de   gravité   du   Berlin   créatif   s'est   décalé   vers   les   quartiers   de   l'est,   de   Mitte   à   Friedrichshain,  puis  vers  le  sud  de  la  ville,  jusqu'à  Neukölln. Notre   balade   commence   sur   la   «   Lehniner   Platz   »,   devant   le   théâtre   «   Schaubühne   »,   l’ancien   cinéma  «   Universum   ».  Dans  cet  ensemble  de   bâtiments   construit   par   Erich   Mendelsohn,   se   trouvaient   le   café   préféré   d’Erich   Kästner   le   «   Leon   »,   mais   aussi   le   Cabaret   des   Comiques   (   KadeKo   )   dans   lequel   Blandine   Ebinger,   les   Comedian   Harmonists  et  Ernst  Busch  triomphèrent.   Sur  le  chemin  vers  le  «  Romanisches  Café  »  qu’on  a  du  mal  à  imaginer   d a n s   l ’ a c t u e l   Europacenter,   nous   verrons   où   Helmut   Newton   a   été   formé   p o u r   d e v e n i r   photographe  de  mode   (l‘hôtel   BOGOTA!)n.   Nous   nous   arrêtons   un   moment   devant   les   anciennes   Max-­‐ Reinhardt-­‐Bühnen   s u r   l e   Kurfürstendamm.  

11

Nous   parlerons   de   Moritz   Seeler,   le   fondateur   de   la   «  Jeune  Scène  »,   du  peintre  Felix   Nussbaum,  de  la   peintre  Jeanne   Mammen,   de   l’amitié   entre   G e o r g e   G r o s z   e t   M a x   H e r r m a n n -­‐ N e i s s e ,   d e s   spectacles  solo  scandaleux   de  la   danseuse   Anita   Berber   mais   aussi   de   Vladimir   Nabokov   et   des   cafés   et   cabarets   dans   le   Berlin   «   russe   »   que   ce  dernier   avait  l’habitude  de  fréquenter.   Hannah  Höch    „Coupe  au  couteau  de  cuisine  dans  la  dernière  époque  culturelle   de  l'Allemagne,  celle  de  la  grosse  bedaine  weimarienne“,  1920

Nous   nous   demanderons   ce   que   l’établissement   «   Tattersall   Franz   Diener  »  a  de  spécial  et  pourquoi  Vicki  Baum,  Marlene  Dietrich,  George   Grosz   et   Bertolt   Brecht   voulaient   tous   apprendre   la   boxe   chez   un   égyptien.   Un  petit   détour  par  le  «  Théâtre  de  l’Ouest  »,  c’est   sur  cette   scène   que   Bertolt   Brecht   {it   sa   première   apparition   à   Berlin   et   que   Marlene   Dietrich   chanta   une   dernière   fois   avant   de   partir   dé{initivement   pour   l’Amérique.   Les   nazis   n’appréciaient   pas   le   Ku’Damm   :   pas   assez   allemand,   trop   américain   et   surtout   trop   juif.   Beaucoup   savaient   que   cet   endroit   serait   la   première   victime  de  leur  folie  et   {irent,  comme  Heinrich   Mann,  Bertolt  Brecht  et  Walter  Mehring,   leurs   valises  pour  quitter  l’Allemagne… Max   Liebermann   ainsi   que   les   Sécessionnistes   et   les   Expressionnistes   berlinois   Otto   Dix,   Georg   Grosz   et   Hannah   Höch  sont  à  voir  dans  la  Berlinische  Galerie,  Alte  Jakobstr.   Ouvert  du  mercredi  au  lundi,  de  10  à  18  h

12

Olivier  Apert

Ludwigkirchplatz Combien   de   temps   le   monde   {ini   —   commencé  —   met-­‐il   à  {inir,   se  demande,   attablé   en   terrasse,   l’homme   seul   avec   l u i -­‐ m ê m e   c o m m e   B a u d e l a i r e   interrogeant   la   fumée   de   son   cigare,   concluait   avec   colère,   avec   tristesse   :   “   Q u e   m ’ i m p o r t e   o ù   v o n t   c e s   consciences   ”…   Donc,   combien   de  temps   le   monde   {ini   mettra-­‐t-­‐il   à   {inir   depuis   que   l’annonce   du   commencement   du   temps   {ini   hante   l’homme   seul   avec   lui-­‐ même,   attablé   Ludwigkirchplatz   devant   un   verre   de   Chardonnay   blanc   :   de   conscience   est-­‐il   encore   question   Ludwigkirchplatz   puisque,   selon   le   bon   sens  populaire,  tout   a  un  prix  :  le   verre  de  Chardonnay   à  la   terrasse   de  Ludwigkirchplatz,   la   liberté  de  prendre  un  verre  à  la  terrasse   de   Ludwigkirchplatz,   la   terrasse   de   Ludwigkircheplatz   elle-­‐même,   la   conscience   ruminante   assise   à   la   terrasse   de   Ludwigkirchplatz   qui   demande  :  combien  de  temps   le  monde   {ini  (nous)  prendra-­‐t-­‐il  pour   {inir   depuis   qu’il   s’est   annoncé   ainsi,   à   la   terrasse   de   Ludwigkirchplatz,  comme  ailleurs. Le  Paradis   doit-­‐il  {inir,   se  demande   l’homme  seul  avec  lui-­‐même  à  la   terrasse   de   Ludwigkirchplatz,   à   moins   d’annuler   sa   propre   dé{inition,  or  la  terrasse  de   Ludwigkirchplatz   pourrait   être,   devrait   être,   est  peut-­‐être  un  des  paradis  localisés   :  pourquoi   devrait-­‐il  {inir   ici   plutôt   qu’ailleurs,   se   demande   l’homme   seul   avec   lui-��‐même,   puisqu’au   Paradis   également   tout   a   un   prix,   ne   fut-­‐ce   que   le   renoncement   au   verre   de   Chardonnay   à   la   terrasse   de   Ludwigkirchplatz.

13

La   Potsdamer   Platz  n'est   à   l'origine  qu'un  carrefour   aux  portes   de   Berlin   dont   les   routes   mènent   à   Charlottenburg,   Schöneberg   et   Potsdam.  Au  début  du  20e  siècle,  la  Potsdamer  Platz  est  le   carrefour   le  plus  encombré  d'Europe  :  34  lignes  de  métro  y  font  leur  jonction.  

E n   1 9 4 5   l a   p l a c e ,   d é v a s t é e ,   s i t u é e   à   l'époque   aux   jonctions   d e s   s e c t e u r s   b r i t a n n i q u e s ,   a m é r i c a i n s   e t   soviétiques,   devient   une   plaque   tournante   du   marché   noir.   Avec   la  construction  du  Mur   de   Berlin,   la   place   est   coupée  en  deux  et  condamnée  à  rester  un  terrain  en  friche.  

14

D e p u i s   l a   r é u n i { i c a t i o n ,   l a   Potsdamer   Platz   retrouve   sa   fonction   de   carrefour   stratégique   et   de   vitrine.   De   fait,   beaucoup   de   grandes   entreprises   décident   d'y   installer  leurs  sièges  sociaux. P a r m i   l e s   é d i { i c e s   l e s   p l u s   saisissants,   l'on  peut   citer   ceux   de   DaimlerChrysler   dessinés  par   Hans   Kollhof,   de   Sony   conçu   par   Helmut   Jahn   et   d'ABB  d'après  les  plans  de  Giorgio  Grassi. Debis   Hochhaus   -­‐   Culminant   à   101   mètres   de   hauteur,   le   campanile   de   la   société   Debis   domine   le   Sud   du   quartier   d'affaires   de   la   Potsdamer   Platz.   Réalisé   par   les   architectes   Renzo  Piano  et  Christoph  Kohlbecker,   le   siège   de   la  société   de   services   du   groupe   Daimler-­‐ Benz   présente   des   proportions   dignes   d'une   cathédrale.   En   dépit   de   ses   dimensions   impressionnantes,   la   structure   en   quatre   blocs   parvient   à   concilier   force   et   légèreté.   Sur   ses   163   mètres   de   longueur,   l'édi{ice   est   parcouru   sur   près   de   sa   moitié   par   un   atrium,   couronné   par   une   verrière   haute  de  33  mètres.   Au   son  sein   sont  exposées  des  oeuvres   contemporaines  :  un  ensemble  mécanique  de   Jean  Tinguely   intitulé   Méta-­‐Maxi,   une  installation  de  Nam   June  Paik,  et  les  néons  bleus   de   François   Morellet.   La   façade   extérieure   est   rythmée   par   une   ornementation  alternant  verre  et  terre  cuite. Point   de   vue   critique   de   Christian   Prigent   dans   :   Berlin.   Deux  temps  trois  mouvements.  Ed.  Zulma,  1999

Berlin  change.   C’est  ce   qu’on  dit.   C’est  ce   qu’ici   et  là   on   voit.   Ainsi   la   Potsdamer   Platz,   du   temps   que   je   vivais   dans  cette  ville,  était  un  vaste  vide  couturé  et   aride,  une   jachère  fauchée  à  la  vie  au   cœur  de  la  cité,  une  lande  de   15

mauvaise   végétation,   semée  de  baraquements  improbables,  de   ferrailles   résiduelles   et   de   moignons   d’architectures   noircies.   (…)   L’été   98   m’a   montré,   au   même   endroit,   une   sorte   de   Manhattan   un   peu   surbaissé   mais   pareillement   engorgé   d’immeubles.   (...)   Et   partout,   déjà,   envahissant,   arrogant,   décomplexé,   l’éclat,   architecturé   par   Renzo   Piano,   Giorgio  Grassi  ou  Helmut  Jahn,  des   verres,   des  aciers,   des  néons  et   des   ors   d’une   économie   libérale   branchée   à   la   planète   entière   par   les   réseaux   informatiques   :   bienvenue   à   l’axe   Sony-­‐Daimler-­‐Benz   !   (p   17-­‐19) La   Varian-­‐Fry-­‐Straße   est   une   rue   nommée  d’après  le   journaliste  américain   qui   sauva   à   Marseille   la   vie   à   un   grand   nombre  d’intellectuels  allemands  en  exil.   La   photo   (1935)   montre   Varian   Fry   sur   un   balcon   du   Kurfürstendamm.   C‘est   à   Berlin   que   Fry   avait   décidé   de   travailler   pour  la  cause  antifasciste.   Mais  pourquoi  a-­‐t-­‐on  donné  à  une  station   de  bus  sur  la  Potsdamer  Platz   le   nom   de   Varian  Fry  ? Deuxième  mystère   :   Un   socle  sans   monument   Karl   Liebknecht   (   né   en   1871,   assasiné   le     15   janvier   1919   ),   député   du   Reichstag   et,   avec   Rosa   L u x e m b u r g ,   f o n d a t e u r   d u   „Spartakusbund“   (devenu   ensuite   le   parti   communiste   allemande),   organisa  le  1er   mai   1916   une  manifestation   contre  la  Grande  Guerre   sur  la  Potsdamer  Platz.  

16

A{in   de   rappeler   cette   grande   manifestation   antimilitariste,   la   municipalité  de  Berlin  décida     en  1951  de  poser  la  première  pierre   pour   un   monument   en   hommage   à   Karl   Liebknecht.   Après   la   construction   du   mur,   le   socle   se   retrouvait   dans   le   No   man´s   land   entre   l‘est   et   l‘ouest.   On   le   démontait   au   début   du   chantier   de   la   Potsdamer   Platz.   En   2002,   il   y   retrouva   sa   place,   toujours   sans   monument. Près  de  la  Potsdamer  Platz  :  un  mille-­‐feuille  d‘histoire Inaugurée   en   mai   2010,   le   musée-­‐mémorial   consacré   aux   crimes   nazis   «Topographie   de   la   Terreur»   est   située   sur   un   lieu   hautement   symbolique   dans  l'ancien   quartier  gouvernemental   nazi   de   la   Wilhelmstrasse,   à   proximité   immédiate   des   lieux   où   s'élevaient   les  quartiers   généraux   de  la   Gestapo,   la   direction   générale   de   la   SS,   le   Service   de   sécurité   (SD)   de   la   SS   et   l'Of{ice   central   de   sécurité   du   Reich   (RSHA).   Le   musée,   immense   cube  de  verre,  qui  a  mis  de  longues  années  à   voir   le   jour   abrite   un   centre   de   documentation   et   d’information   pédagogique   sur   le   nazisme   et   prend   le   relais   de   l’exposition   en   plein   air   le   long  de  l'enceinte  du  terrain. Cette   exposition   se   trouve   à   la   place   d‘anciennes   caves  de  torture   de   la  Gestapo  et   juste  à  coté  d‘une  portion  du  mur.

LECTURE   :   TERRAY   Emmanuel   /   Ombres   berlinoises   /   Document   /   1996   /   Une   visite   des   ‘lieux   de  mémoire’   les   plus   signimicatifs   de   Berlin,   célèbres   ou   ignorés.  Un  voyage  dans  une  autre  Allemagne...

17

Berlin  -­‐  Kreuzberg Un  quartier  haut  en  couleur Prinzessinnengarten  –  un  jardin  urbain  en  centre-­‐ville Le  Prinzessinnengarten  fut  créé  en  2009  par  Robert   Shaw  et  Marco   Clausen   dans   le   quartier   de   Kreuzberg,   à   côté   de   la   Moritzplatz. Ce   jardin   écologique  et   social   est   entièrement   {inancé   par   des   dons,   les   ventes   de   légumes   et   un   petit   snack-­‐ café.   La   ville   est   propriétaire   du  terrain  et   le   loue   aux   deux   organisateurs.   Le   contrat   de   location   doit   être   renouvelé   chaque   année.   A   cause  de  cette  précarité,   le   jardin   est   construit   de   façon   à   rester   mobile,   les   maisonnettes   sont   des   containers   et   les   parcelles   sont   faites   d’emballages   et   de   sacs   de   voyage.   N’importe   qui   peut   venir   travailler   dans   le   jardin,   s’occuper   des   parcelles,   récolter   les  légumes  etc...    Les   légumes  récoltés  doivent   néanmoins   être  achetées  à   un  prix   avantageux  pour  soutenir  {inancièrement  le   projet.   Il   existe   aussi   la   formule   «   Parrainage   de   parcelles   »   qui   permet   d’aider   le  Prinzessinnengarten  à  se  développer  sans   trop   se   fatiguer   !   Le  nombre   de   collaborateurs   pour  ce   jardin   de   6000   m2     s’élève  à  1200  personnes. Que   serait   Berlin   sans   ses   marchés   turcs,   ses   hammams,   ses   bars  à  chicha  et  surtout  ses  Döners? Il   y   a   à   Berlin   environ   180   000   personnes   turques   ou   d’origines   turques,   soit   5  %   de  la   population   berlinoise,   et   environ   38   %   des     4,8   millions   berlinois   ne   possédant   pas  la   nationalité   allemande.   Il   est   toujours   un   peu   dif{icile   d’établir   une   frontière   claire,   car   les  

18

enfants   nés   en   Allemagne   de   parents   turcs   sont   automatiquement   allemands,   mais   doivent   choisir   entre   la   nationalité   turque   et   la   nationalité   allemande   à   leur   majorité,   impossible   pour   eux   (contrairement  aux  franco-­‐allemands  par  exemple)  d’avoir  la  double   nationalité,  avec  tous  les  déchirements  que  cela  peut   impliquer.  Les   nombreux  habitants  turcs  ou  d’origine  turque  donnent  bien  sûr  à  la   ville   une   ambiance   particulière.   Kreuzberg   ne   mérite   pas   mieux   son   nom   de  Klein-­‐Istanbul  que  lors  des   marchés   du   mardi   et   du   vendredi   sur   le   Maybachufer,   où   l’on   peut   renouveler   son   stock   d’olives,  de  fruits  et  légumes,  de  Fladenbrot,  d’épices  et   de  tissu  dans   une   atmosphère   chaotique   et   joyeuse.   De   quoi   faire   le   plein   de   couleurs  et  de  bonne  humeur  pour  la  journée.   Gros   plan   sur   l‘exposition   The   way   it   is.   L’esthétique   de   la   résistance,  d‘Alfredo  Jaar  à  la  NGBK,  Oranienstrasse La  galerie   NGBK  montre,  dans  trois   lieux   différents,   une   grande   rétrospective   de   l’artiste   chilien   Alfredo   Jaar.   Artiste   d'origine   chilienne,   né   en   1956   à   Santiago,   internationalement   reconnu,   Alfredo   Jaar   vit   et   travaille   en   partie   à   New   York   et   en   partie   à   Barcelone.   Il   a   réalisé  des   travaux  à  partir  d'images  {ixes   ou   d'images   mobiles   et   des   installations   très  complexes,  dans  bien  des  endroits  du   monde.   Il   s'intéresse   aux   effets   des   images   et   à   leur   réception,   cherchant   à   provoquer  la  ré{lexion.   Il   est   curieusement   méconnu   en   France,   et   encore   plus   curieusement   à  Toulouse,  où  une  oeuvre   majeure  est  exposée,   dans   la   plus   grande  discrétion.   On   peut   la   trouver  dans  la   Salle   des  Pas   Perdus   du   tribunal   (accessible   que   sous   certaines   conditions)   :   Paysage  montre,  depuis  l'intérieur  des  caissons,  des  re{lets  dans  des   miroirs,  qui  sont   des  photos  qu'Alfredo  Jaar  a  prises  au  Rwanda  en   19

août   1994.   Ce   sont   des   portraits   de   gens   qui   attendent   que   l'on   rouvre   la   frontière   fermée   du   Zaïre,   à   présent   Congo,   a{in   d'échapper  aux  massacres.   Sind  Sie  glücklich?  –   „Studies  on  Happiness:   Public  Interventions“,   1981.     Bild:    Courtesy:  The  Artist

Mercredi   25   juillet  -­‐   Visite  commentée  du   Bundestag,   le  

parlement  allemand.   Vue  panoramique  sur   Berlin  à  partir  de  la   plateforme  de   la  coupole.

Si   aujourd'hui   le   parlement   a l l e m a n d   ( B u n d e s t a g )   o c c u p e   l e   p a l a i s   d u   Reichstag,   il   n'en   fut   pas   toujours   ainsi.   C'est   en  effet   au   palais   du   Reichstag   à   Berlin  que  siège  l'assemblée   du   Reich   de   1894   jusqu'à   l'incendie   du   27   février   1933   que   l'on   attribua   à   un   jeune   hollandais   du   nom   de   Marius  Van  der  Lubbe  dont   la   culpabilité  n'a  jamais  été  prouvée.  Les   nazis  présentent  alors  l'évènement  comme  un  complot   communiste   et   lancent   une   campagne   de   terreur   et   de   répression   des   partis   politiques  qui  leur  sont  opposés,   à  commencer  par   les  membres  du   Parti  communiste  allemand.  

20

Après   la   réuni{ication   allemande   du   3   octobre   1990,   le   parlement   allemand,   Bundestag,   décide   le   20   juin   1991   le   déménagement   du   parlement   et   du   gouvernement   fédéraux   de   Bonn   à   Berlin,   et   sa   réintégration  dans  le  palais  du  Reichstag  à   Berlin,   devenue   capitale   de  l'Allemagne  réuni{iée.   En   ce   qui   concerne   l'édi{ice,   sa   construction   d'après   un   projet   de   Paul   Wallot   s'est   achevée   en   décembre   1894.   Depuis   1998,   le   bâtiment   a   retrouvé   une   coupole,   celle   en   verre   dessinée   par   Sir   Norman   Foster   qui   incarne   les   principes   de   transparence   et   de   démocratie  de  la  nation.  

Les  oeuvres  d‘art  au  Reichstag Pour   décorer   et   donner   sens   au   n o u v e a u   c e n t r e   d u   p o u v o i r ,   d’importantes   commandes   publiques   o n t   é t é   p a s s é e s .   D e s   œ u v r e s   monumentales   de   Gerhard   Richter   et   Sigmar   Polke,   tous  deux  originaires   de   l’ex-­‐Allemagne  de  l’Est,  sont   accrochées   sur   les   murs   de   l’entrée   ouest.   Deux   toiles   de   Baselitz   sont   placées   dans   l’entrée   sud,   et   le   restaurant   principal   est   orné   d’une   peinture   murale   de   Markus   Lüpertz.   Curieusement,   l’immense   toile   d’Anselm   Kiefer,   Seulement  avec   le  vent,  avec  le  temps  et   avec   le   son,   est   reléguée   dans   une   salle   de   réception   dont   les   dimensions  réduites  ne  lui   rendent   pas   justice.   Quant   à  la  chapelle,   elle  a  été  conçue  par  Gunther  Uecker.   Dans   la   salle   de   repos   ou   salle   «   des   pas   perdus   »   grande   salle   lumineuse,   à   la   décoration   simple,   se   trouve   un   grand   tableau   de   Katharina   Sieverding  remémorant   l’incendie  du  Reichstag  avant  la   prise   de   pouvoir   des   nazis,   et   l’incendie   mondiale   de   la   seconde  

21

guerre   mondiale.   Elle   contient   également   un   mémorial   pour   les   députés  assassiné  durant  la  prise  de  pouvoir  de  Hitler. Des   personnalités   représentant   les   anciennes   forces   d’occupation   ont  aussi  été  invitées.   La  Grande-­‐Bretagne  est   évoquée  par   le  travail   de   Norman   Foster   ;   Jenny   Holzer   –   probablement   l’artiste   américaine   la  plus  sollicitée  par   les   pouvoirs   publics  allemands  –  a   installé   dans   le   hall   d’entrée   nord   une   colonne   quadrangulaire   où   dé{ilent   des   textes   électroniques,   transcriptions   de   discours   et   de   débats   historiques   tenus   dans   l’enceinte   du   Reichstag.   Choisi   pour   représenter   la   France,   Christian  Boltanski  a  réalisé   dans  une  cave   du   palais   une   installation   intitulée   Archives   des   députés   allemands.   Caractéristique   du   travail   de   l’artiste,   la  pièce  est  un  couloir  de  dix  mètres  de   long  où  sont  entreposées  environ  cinq   milles   boîtes   métalliques,   chacune   dédiée  à   un  parlementaire   ayant  siégé   au   Reichstag.   Une   œuvre   de   l’artiste   russe  Grisha   Bruskin,  placée  dans   un   salon,   rappelle   la   longue   présence   de   l’URSS  dans  la  partie  orientale  du  pays. L‘oeuvre  la  plus  controversée Depuis   la   terrasse   il   est   possible   de   voir   dans   la   cour   intérieur   l‘oeuvre   végétale   de   Hans   Haacke   "Der   Bevölkerung"   (dédié   à   la   population).   Il   s‘agit   d'une   grande   auge   dans   laquelle   chacun   des   669   députés   apporte   une   pelletée   de   terre   de   sa   circonscription,   pour   former   une   oeuvre   évolutive.   Le   hic,   qui   a   provoqué   en   avril   2000  un   débat   au   Bundestag   était   que   Hans   Haacke  avait   dédié   sa   plate-­‐bande   non   pas   «Au   peuple   allemand»   («Dem   deutschen   Volke»),   l'inscription   qui   orne   le   Reichstag,   mais   «A   la   population»  («Der  Bevölkerung»),  dédicace  qui  brille  aujourd‘hui   en   lettres  lumineuses  imitant  la  calligraphie  du  fronton. Qui   donc   est   le   Souverain   en   Allemagne:   «le   peu-­‐ple»   ou   bien   «la   population»?  Et  l'un   exclut-­‐il  l'autre?  Pendant   une  heure  et  demie,  le   22

Parlement  allemand  a  dû  débattre  et   voter   (  à   260   voix  pour  et   258   contre   )   sur   ces   questions   de   fond"   soulevées   par   l'artiste   Hans   Haacke,  un  Allemand  émigré  depuis  des  années  aux  Etats-­‐Unis. Nous   verrons   sur   la   Rosa-­‐Luxemburg-­‐Platz   une   autre   oeuvre   de   Hans  Haake,  en  hommage  à  Rosa  Luxemburg.

Dans   la   Marie-­‐Elisabeth-­‐Lüders-­‐Haus     se   trouve   une   oeuvre   de   l‘artiste  française  Sophie  Calle  :  Souvenirs  de  Berlin-­‐Est,  1996.

A  Berlin,  de  nombreux  symboles  e   l'ex   Allemagne   de  l'Est  ont  été   effacés.  Ils  sont   laissé  des  traces.  J'ai  photographié  cette  absence   et  demandé  aux  passants  de  me  décrire  leurs  souvenirs. Le  parc  mémorial  de  l‘ancienne  prison  de  Moabit Sur  les  traces  de  la  Märzrevolution  de  1848 Balade  historique  avec  Walter  Kreipe

En   mars   1848,   le   continent   européen   s’embrase   à   nouveau,   de   Vienne   à   Venise   en   passant   par   Prague   et   Berlin   :   c’est   le  

23

«   printemps   des   peuples   »,   explosion   simultanée   de   populations   privées  de  nation  et  de  droits  politiques.   Les   révolutions   de   1848   ont   en   commun,   outre   les   barricades,   un   style   romantique   qu’incarnent   les   chants   ou   les   habits   et   appelé   «   quarante-­‐huitard   ».   Comme   en   1789   et   plus   encore   en   1830,   les   soulèvements  qui  ont  éclaté  à  Paris  ont  mis  en  branle  la  contestation   violente   dans  les  capitales  des  États   voisins,   tout   en  in{luençant   les   modes   de   la   révolte   et   le   contenu   des   revendications   :   libertés   p r i v é e s   e t   p u b l i q u e s   g a r a n t i e s ,   d é m o c r a t i s a t i o n   d u   pouvoir,   reconnaissance   des  nationalités.   Apparue   en   France   au   mois   de   février,   la   {ièvre   révolutionnaire,   après   avoir   gagné   l’Autriche,   m e t   e n   d i f { i c u l t é   l e   Royaume   de   Prusse.   Le   18  mars,   un  affrontement   sanglant   éclate   à   Berlin   entre  les   troupes   et   le  peuple   qui   réclame   une  libéralisation  du   régime.  Face  à  l’inaction  des  princes,  Frédéric-­‐ Guillaume   IV   promet   dès   le   lendemain   de   retirer   ses   troupes   de   Berlin,   mais   le   con{lit   se   poursuivra   après   l’échec   des   discussions   avec  l’Assemblée  –  il  conduira  à  la  déclaration  de  l’état  de  siège. La   Moabiter   Zellengefängnis   fut   construite   à   cette   époque   là   et   conçue   comme   un   nouveau   modèle   de   prison   :   elle   instaurait   le   principe   de   surveillance   individuelle   des   prisonniers.   Ludwik   Mieroslawski,   révolutionnaire   polonais,   fut   l’un   des   premiers   incarcérés  dans  le  bâtiment.  Avec  lui,   256  séparatistes  polonais  ont   été  condamnés. A   partir   de   1940,   la   prison  fut   d’abord   utilisé  par  la  Wehrmacht   et   par   la   police   allemande   et   après   le   20   juillet   1944   (tentative   d’attentat   d’Hitler)   également   par   la   Gestapo  a{in  d’y  incarcérer  les   ennemis   d’état,   dont   le  poète  Wolfgang   Borchert.  Dans   la  nuit   du   24

23  avril  1945,  16   prisonniers   ont  été  assassinés.   Parmi  les  victimes  :   Klaus  Bonhoeffer  und  Albrecht  Haushofer. La  prison   fut  détruite  en  1958.  A  partir  de  2003,  les  deux  architectes   Glaßer   et   Dagenbach   ont   transformé  le   terrain   derrière  la   nouvelle   gare   Hauptbahnhof   dans   un   parc   d’histoire   -­‐   Geschichtspark   Ehemaliges   Zellengefängnis   Moabit.   Depuis   2006,   le  parc   est   ouvert   au  public.  

Cécile  Wajsbrot  (journal,  2007) Albrecht   Haushofer,   un   écrivain,   un   géographe,   qui   soutenait   le   régime   nazi   mais   prit   ses   distances   à   partir   de   la   guerre,   jusqu’à   participer   à   l’attentat.   En   prison,   il   écrivit   des   sonnets   rassemblés   sous   le   titre   Moabiter   Sonette   -­‐   sonnets   de   Moabit,   du   nom   de   la   prison.   Il   y   en   a   quatre-­‐vingts,   des   vers   plus   qu’émouvants,   une   confession   retrouvée   après   sa  mort   et   publiée   en  1946.  Voici   un  extrait  de   celui   qui   s’appelle   Schuld,  la  faute,  mais  il  faudrait  plutôt  dire,  «  Coupable  ». «   Je   reconnais   volontiers   ce   que  le  tribunal Appellera  ma  faute  (…) Mais   coupable,   je   le   suis   a u t r e m e n t   q u e   v o u s   n e   croyez, J’aurais   dû   savoir   bien   avant   où  était  mon  devoir, J’aurais   dû   dire   plus   haut   que   cette   calamité   était   une   calamité  – Je  n’ai   que  trop  tardé   à   porter   mon  verdict.  » Le   plan   des   allées   suit   les   plans   de   l’ancienne   prison,   le   cube   de   béton   se   trouve   à   l’emplacement   d’une   cellule   dont   il   a   les   dimensions   –  sur  le  banc,  à  l’intérieur  de  la   cellule  symbolique,  de  jeunes   Turcs  écoutent   du  rap  –  et   au  milieu  du  parc,   un  étrange   cube   vide   migure   le   panoptique   central   qui   permettait   de   surveiller   l’ensemble.   Dans   la  

25

rue,   une   plaque   explique   l’histoire   spécimique   des   lieux   sous   le   nazisme   tandis   que   d’autres   panneaux   racontent   le   reste   des   temps.  (...)  Dans   ce   parc,  on   marche  sur  le  malheur  des  autres,  on  traverse  la  souffrance  sans   entendre  les   cris   de   ceux  qui   furent  enfermés  -­‐   quelle  qu’en  soit  la  raison.   Au   retour,   je   ne   sais   pas   si   je   prendrai   ce   raccourci   qui   passe   par   les   labyrinthes  de  l’histoire.                                                                                                                                    http://remue.net

Le   Tränenpalast   ou   Palais   des   Larmes   était,   après   la   fermeture  de  la  frontière  et  la  construction  du  Mur  de  Berlin,  la  gare   terminus  et  le  poste-­‐frontière  pour  les  passages  entre  l'Ouest  et   l'Est   d'Allemagne.   Le   poste   douanier,   baptisé   «   Palais   des   Larmes   »   en   raison   de   nombreux   adieux   que   s'y   sont   déroulés   jusqu'en  1989,   a   été  conservé.

Après   la   construction  du   Mur  de   Berlin  la  gare  de  Friedrichstrasse   s'est  retrouvée  entièrement  dans   le  secteur  soviétique  de  Berlin.     Le   «   Tränenpalast   »   fut   construit   pour   faire   face   à   ce   tra{ic   et   à   l'agrandissement   de   la   gare   de   Friedrichstrasse.   Il   était   utilisé   seulement  comme  lieu  de  transit,   avec  différents  points  de  contrôle   pour   les   citoyens  de  Berlin-­‐Ouest,   citoyens  d'Allemagne  de  l'Ouest,   é t r a n g e r s ,   d i p l o m a t e s ,   voyageurs   en   transit   e t   c i t o y e n s   d'Allemagne   de   l'Est.   Après   la   chute   du   M u r   l e   p o s t e -­‐ f r o n t i è r e   e s t   transformé   1991   en   club   et   théâtre   par   M a r c u s   H e r o l d .   Jusqu'en  2006  se  succèdent   pièces  de  théâtre,  lectures  publiques  et   concerts   des   grands   noms   du   jazz   (Amy   Winehouse   y   a   chanté   le   28  septembre  20041).  

26

En   septembre   2011,   le   «   Palais   des   larmes   »   est   transformé   en   m u s é e .   L ' e x p o s i t i o n   informe   les   visiteurs   sur   la   vie   quotidienne   dans   l'Allemagne  divisée.   T r ä n e n p a l a s t ,   Reichstagufer   17,   10117     Berlin

Invitation  à  une  discussion  sur  L‘Histoire  d‘un  allemand   de  l‘est,  de  Maxim  Leo.  Actes  Sud Une  famille  berlinoise  entre  Est  et  Ouest Il  est   des   destins   à  cheval  sur   deux   époques,   deux   mondes.  Il   en   va   aussi   parfois   de   certaines   familles.   Maxim   Leo,   chroniqueur   truculent   et   talentueux   au   Berliner   Zeitung   se   penche   sur   l’histoire   de   sa   famille   sur   six   décennies.   Une   famille   singulière   dans   un   pays   (ou   deux  ?)   et  une  époque   qui  ne   l’est   pas   moins.  Si   l’Allemagne   ou   même   Berlin   semble   parfois   être   u n   r é s u m é   g é o p o l i t i q u e   (Fascisme,   Shoa,  Stalinisme,   min   de   la   guerre   froide)   de   la   deuxième   moitié   du   20ème   Siècle,   cette   famille  est  au   cœur  du  Maelstrom.   Quand   l’histoire   intime   croise   la   grande  Histoire.  Des  destins  empreints  d’un  certain  tropisme   franco-­‐allemand   :   du   grand-­‐père   juif   allemand   résistant   en   27

France,   en   passant   par   un   «   dépucelage   idéologique   »   de   l’auteur  à  16  ans   à  travers  un   voyage   en  Provence,  jusqu’aux   enfants   franco-­‐allemands   qui   grandissent   aujourd’hui   à   Prenzlauer  Berg.  De  l’inéluctable  atavisme… Après  avoir  combattu  dans  la  résistance   française,   le   grand-­‐ père  de  Maxim  Leo   a  contribué  à  la  fondation  de  la  RDA.  Sa   mère   a  cru   à   l'avenir   du   jeune   état   communiste,  tandis  que   son   père   rêvait   déjà   de  le   voir   disparaître.  Maxim  Leo  avait   20  ans  au  moment  de  la  chute  du  mur  ;  il  raconte  aujourd’hui   d'une   plume   alerte   et   captivante   l'histoire   d'une   famille   peu   commune   :   la   sienne.  Un   portrait  de   l'Allemagne  de  l'Est   sans  fard  ni   "Ostalgie"   et   toujours   proche   de   la   réalité   vécue  par  ses  habitants. Maxim   Leo,   interview   pour   Le   Monde,   15.12.2011   Mon   identité   franco-­‐allemande   est   née   avec   mon   grand-­‐père   Gerhard,   qui   a   dû   fuir   l'Allemagne   en   1932   avec   sa   famille   parce   que   son   père,   un   avocat,   avait  gagné  dans  les  années   1920   un   procès  contre  un   certain   Joseph   Goebbels   -­‐   et   qu'il   était   juif,   par-­‐dessus   le   marché.  Sa   famille  partit  pour  Paris.  Mon   arrière-­‐grand-­‐père   s'établit   comme   libraire   ;   Gerhard   et   ses   autres   enfants   devinrent  de  petits   Français  en  l'espace   de   quelques  mois. Lorsque   les   Allemands   marchèrent   sur   Paris,   mon   grand-­‐père   Gerhard   prit   la   fuite   et   rallia   la   Résistance.  Il  opéra   dans   28

la   clandestinité,   fut   arrêté   par  la  Gestapo,  condamné  à   mort   et   libéré   par   les   partisans.   Après   la   guerre,   lorsque  Gerhard  revint   dans   sa   patrie   vaincue,   il   était   l i e u t e n a n t   d e   l ' a r m é e   française.  Et,  comme  il  était   e n t r e -­‐ t e m p s   d e v e n u   c o m m u n i s t e ,   i l   a l l a   construire   en   RDA   l'autre   Allemagne,   l'Allemagne   antifasciste.   Mais   je   crois   que,   au   fond   de   son   coeur,   il   n'a   jamais   cessé   d'être   un   Français. Voilà   comment   l'image   que   je   me   faisais   de   ce   pays   merveilleux  a   commencé   à   se  former.  Et  lorsque  la   RDA  a   mini   par   disparaître,  je   suis  allé  faire  mes  études  à  Paris.  Les  choses   y   étaient   exactement   comme   mon   grand-­‐père   me   l'avait   promis.  Peut-­‐être   même  mieux  que  cela.  Je   mis  la  connaissance   d'une   belle  Française  à  laquelle   je  chantai   des   chansons  russes   sur   une   plage   de   Normandie,  ce   qu'elle   trouva   très   exotique.   Lorsque   nous   nous   mariâmes,  quatre   ans   plus   tard,   à   Berlin,   Gerhard   tint   un  discours.  Il  parla  de  la  France,   de  l'Allemagne   et  de  la  réconciliation  entre  les  peuples.

29

L’effacement  des  traces  à  Berlin La   reconstruction   de   l’Allemagne   s’est   faite   sur   des   destructions,   d’abord   celle   du   mur,   puis   celle  d’une   grande   partie  des  bâtiments   qui   symbolisaient   la   RDA.   La   nouvelle   identité   de   l’Allemagne   semble  ne  pouvoir  se  faire   avec  la  mémoire  de   l’Allemagne  de   l’Est,   comme  si   celle-­‐ci   était  indigne   de  {igurer  dans  la  mémoire  nationale.   Certains   bâtiments   socialistes  ont   été   détruits   pour   être   remplacés   par  des   répliques  du  19ème  siècle,   comme  si  l’on  voulait  établir  une   continuité  historique  factice  et  sauter  des  pages  de  l’Histoire.  

La   disparition   du   Palais   de   la   République   et   la   r e c o n s t r u c t i o n   d u   C h â t e a u   d e s   Hohenzollern Le  château   des  Hohenzollern  a  été  construit  au   15ème  siècle  par   le  prince-­‐électeur  Frédéric  II,   et  reconstruit   par  l’électeur  de  Brandebourg   et   premier  roi  de   Prusse  Frédéric  Ier  au  début  du   18ème   siècle.   L’architecte   Andreas   Schlüter   s’est   occupé   de   sa   reconstruction   en   style   baroque.   La   dynastie   des   Hohenzollern   a   occupé  ce  château  pendant  plus  de  deux  siècles   jusqu’à  la  fuite  de   l’empereur  Guillaume  II  aux   Pays   Bas  après   la  défaite  allemande   lors  de   la   Première  Guerre  mondiale. Le   château   a   été   gravement   endommagé   par   les   bombardements   de   la   Seconde   Guerre   Mondiale   en   1944   et   en   1945.   Malgré   les   protestations,   Walter   Ulbricht   en   a   fait   dynamiter   les   ruines   en   décembre   1950   (seul   le   portail  nord  avec  le  balcon  de  Liebknecht   est   sauvé).   L’espace   est  resté  vide   pendant   20  ans,   puis   le  régime  socialiste  a  construit   à   sa   place   le  Palais  de  la  République.

30

Le   Palais   de   la   République   a   été   inauguré   en   1976   par   Erich   Honecker  et  a  {ini  par  faire  partie  de  la  vie  quotidienne  des   Berlinois   de   l’Est.  On  l’appelait,  entre  autres,  Erichs   Lampenladen,  le  magasin   des  lampes   de   Honecker,  parce  qu’il  était  illuminé.  Fierté  de  la   RDA,   il  était  à  la  fois  le  siège  de  la  chambre  du  peuple  (Volkskammer)  et  la   maison  de  la  culture,   un  lieu  de   rencontre  populaire.  Aujourd’hui,   sa   disparition  symbolise  l’effacement  des  traces  de  l’Allemagne  de  l’Est. Un   mois   après   la   chute   du   mur,   on   a   découvert   que   de   l’amiante   avait   été   utilisé   dans   sa   construction,   ce   qui   permit   de   le   mettre   immédiatement  sous   palissade   a{in  de  le  désamianter.  En  1991,  une   commission   interministérielle   est   chargée   en   de   trancher   sur   son   sort.   Elle  décide,  en  1993,  de  le  détruire,  et  une  violente   polémique   s’engage  entre  ceux  qui  veulent  restaurer   le  palais,  ceux  qui  veulent   reconstruire  le   château   à   l’identique  et   ceux   qui   veulent   y   bâtir  un   bâtiment   d’aujourd’hui   affecté   à   des   activités   culturelles.   Les   critiques   refusent   la   réplique   disneyisée   du   château,   qui   pour   eux   n’a   aucune   valeur  historique.   Le  palais   est   désamianté   en   1998,   et,   quatre   ans  plus  tard,  malgré  les  diverses  protestations,  le  Parlement   vote   sa   destruction   et   opte   pour   un   compromis,   l’édi{ication   sur   trois   côtés   de   la   façade   du   palais   des   Hohenzollern.   En   novembre   2003,   le   Bundestag   con{irme   la   reconstruction   du   château   et   approuve   la   création   de   l’Humboldt   Forum,   un   forum   culturel   qui   devrait   accueillir  le   Musée   d’ethnologie  et   le   Musée   d'art   asiatique   issus   des   collections   du   Staatliche   Museum   de   Berlin   et   de   l’Université   Humboldt,   ainsi   que   la   Bibliothèque   centrale   et   régionale   de   Berlin.   Le   Palais   de   la   République   est   démonté   de   janvier   2006   à   mars   2009.   Entre   2008   et   2009,   un   concours   international   d’architecture   est   organisé   pour   nommer   l’architecte   en   charge  de   la  reconstruction,   il   est   remporté   par   l’italien   Franco   Stella.   La   mise   en   chantier  du  Humboldt   Forum   a   commencé   le  21   juin  2012,  la  pose  de  la  première  pierre  devrait  avoir  lieu  en  2013  et   l’inauguration  en  2019. L’ancien   Conseil   d’état,   quant   à   lui,   est   à   présent   le   campus   de   l’European   School   of   Management   and   Technology.   Après   la   réuni{ication,   la   place   a   repris   son   nom   d’origine.   Il   ne   reste   donc   31

presque   plus   de   traces   de   cette   place   qui   était,   pendant   40   ans,   la   place   centrale   de   Berlin   Est.   Elle   n’a   conservé   ni   son   nom,   ni   ses   bâtiments  symboliques,  comme  si  la  RDA  n’avait  jamais  existé. Lorsque  le   château   de  Berlin  fut   rasé  en   1950,   seul  le   portail  latéral   nord   et   son   balcon   furent   préservés   et   intégrés   en   1964   dans   le   siège   du   Conseil   d’Etat.   Ce   geste   n’est   pas   un   honneur   au   Hohenzollern  ni  à  l’architecte  qui   a  construit  l’édi{ice.  Un  évènement   majeur  cher  aux  socialistes  s’est  produit  sur  ce  balcon.  

La  révolution  de  novembre  1918

Dès   le  début  de  l’année  1918,   la  révolte   contre   la   guerre   se   renforce   en   Allemagne,   que   ce   soit   à  l’arrière   où  les   ouvriers  multiplient  les  grèves   ou  sur  le   front   où   les   soldats   en   ont   assez   de   se   faire   massacrer   pour   le   prestige   des   of{iciers.   Les   soldats   savent   que   l’Allemagne   a   perdu   la   guerre   mais   l’état-­‐major   cherche   à   continuer   les   c o m b a t s   “ p o u r   l ’ h o n n e u r ” .   L’emprisonnement   de   marins   mutins   à   Kiel   renforce   la   colère   du   peuple   qui   manifeste  en  masse   pour  leur  libération.   Des  conseils  de  soldats  sont  constitués  sur  le  modèle  soviétique.  Aux   revendications  de  paix  et   de  libération  des   marins  s’ajoute  celle   de   l’abdication   du   Kaiser.   Début   novembre,   la   révolution   gagne   plusieurs  villes  et   des   conseils   d’ouvriers  et   de   soldats  prennent   le   pouvoir  dans  certaines  d’entre  elles.   Face   à   la   menace   révolutionnaire,   Max   de   Baden   annonce   l’abdication   de   Guillaume   II   le   9   novembre   1918   et   démissionne   pour   donner   le   pouvoir   à   Friedrich   Ebert.   Berlin   apprend   sa   nomination  vers  14  heures  et  la   foule  s’amasse  autour  du  Reichstag.   Un   des   lieutenants   d’Ebert,   Philipp   Scheidemann,   proclame   la   République   d’une   des   fenêtres   du   bâtiment.   C’est   le   début   de   la   République   de   Weimar.   Au   même   moment,   la   même   scène   se   32

déroule   au   château,   envahi   par   les   conseils   de   soldats   et   les   ouvriers   en   révolte.   Karl   Liebknecht   ouvre   la   fenêtre   d’un  balcon,   se   montre  à  la   foule   et   proclame   à   son   tour   la   n a i s s a n c e   d e   l a   «   l i b r e   R é p u b l i q u e   s o c i a l i s t e   d’Allemagne  ».   Pour  les  sociaux-­‐ démocrates,   le   départ   du   Kaiser   marquait   la   {in   de   la   révolution.   Pour   les   spartakistes,   qui   bientôt   allaient   fonder   le   Parti   Communiste  d’Allemagne,  elle  ne  faisait  que  commencer. Dossier  établi  par  Floriane  Moro

Sur  les  traces  des  Huguenots    à  Berlin Le   18ème   siècle   est   considéré,   à   Berlin,   comme   le   siècle   des   Français  :  20  000  réfugiés  français   de  foi   protestante,  les  Huguenots,   vinrent  s’installer  en   Prusse.  Plus  de  6  000  Huguenots  s’établirent  à   Berlin,   d’abord  dans  les  environs  du   château,  ensuite  dans   la  ville   de   Frédéric,   autour   du   Gendarmenmarkt,   mais   également   à   Moabit   et   dans   le   Bois   dit   des   Français   :   Französisch   Buchholz.   En   1700,   un   Berlinois  sur  cinq  parlait  français. En  1806,   Napoléon  entra   victorieux  dans  Berlin  et   espérait  pouvoir   compter  sur  l’aide  des  Huguenots.   Peine  perdue  !  Ils  étaient  depuis   longtemps  devenus  de  «  bons  »  Prussiens.   De   nos   jours,   les   traces   du   «   Temps   des   Français   »   sont   encore   perceptibles   à   Berlin,   par   exemple   sous   la   forme   de   la   nouvelle   garde,  des   monuments  de   généraux   devant  le  Café  de   l’Opéra   ou   de   la   Schlossbrücke.   En{in,   le   parler   populaire   berlinois   a   conservé   jusqu’à  nos  jours  des  traces  de  l’in{luence  linguistique  française. En   arrivant   en   Prusse,   les   huguenots   apportèrent   avec   eux   leurs   habitudes   alimentaires  et   culinaires,   avec  leurs  produits  plus   variés   que  ceux  qui   étaient   courants  à  l'époque   en  Prusse.   Cette  in{luence   33

se  manifeste,  encore  maintenant,   dans  l'usage  de  nombreux  termes   culinaires   importés   du   français.   La   fabrication   de   pain   blanc,   notamment   pour  les  petits  pains   (Schripppen)  remonte  sans   doute   a u x   h u g u e n o t s   ;   l a   f a b r i c a t i o n   d e   b i è r e   b l a n c h e ,   b a p t i s é e   Champagner   du   nord,   d'où   est  issue  l'actuelle  Berliner   Weiße   ;   les   actu ell es   Buletten,   qui   ont   leur   origine   dans   les   petites   boulettes  de  viande  que  les   h u g u e n o t s   a v a i e n t   l'habitude   de   mettre   dans   la   soupe;   le   Ragoût   {in,   authentique   spécialité   berlinoise,   fait   de   viandes   blanches   {ines   en   sauce  ;  de   nombreux  termes  désignant  des  aliments  ou   des  plats  ont   été   introduits  par  eux   à   cette   époque   et   plus   ou  moins   germanisés   ensuite   :   Aubergine,   Bonbon,   B o u i l l o n ,   C h a m p i g n o n   ( =   champignon   de   couche),   Karotte,   Delikatesse,   Muckefuck   (<   mocca   faux   =   "café"   à   base   de   chicorée),   Orange,   Pommes   frites,   Praline   (=   bonbon   au   chocolat),   Püree,   Sellerie,  etc.

La  révocation  de  l’édit  de  Nantes  et  ses  conséquences   Le  18   octobre   1685,   en   son  château  de   Fontainebleau,   le   Roi   Soleil   signait   l'édit  par  lequel  les  mesures  de  tolérance  religieuse  de   l'édit   de  Nantes  (1598)  se  trouvaient  révoquées.  À   Metz,  comme  dans  tout   le   pays,   le   traumatisme   fut   aussi   profond   que   durable.   Quelque   170000  réformés  du  royaume   -­‐   que  l'on  appelait,   dès  le  XVIe   siècle,   34

les   «   huguenots   »   -­‐   furent   lancés   sur   les   chemins   de   l'exil,   en   Angleterre,   aux  Provinces-­‐Unies  et   en  Allemagne,   pour  ne   rien  dire   de  l'Afrique  du  Sud   ou  encore  des  États-­‐Unis.  Les  réformés  du  Pays   messin  choisirent  majoritairement  les  états  voisins  du  Saint-­‐Empire   et,  plus  particulièrement,  le  Brandebourg-­‐Prusse.  

L’entrée  des  troupes  napoléoniennes  à  Berlin Quinze  jours  à  peine  après  les  brillantes   victoires   d'Auerstedt   et   de   Iéna   remportées   sur   les   troupes   prussiennes,   Napoléon   fait   une   entrée   solennelle   à   Berlin.   Si   les   rapports   of{iciels   font   état   d'une   liesse   populaire,   les  témoignages   de  ceux  qui   étaient  présents   dans   la  ville  ce  27  octobre  1806  sont  assez  différents…

Souvenirs  du  commandant  Parquin Le   25,   nous   arrivâmes   sur   les   hauteurs   de   Berlin,   ayant   marché   par   étapes,   sans   rencontrer   un   tirailleur   ennemi.   Qu'était   donc   devenue   cette   belle   armée   prussienne   qui   nous   attendait   naguère   si   orgueilleusement   sur   le   champ   de   bataille   d'Iéna,   et   dont   le   plus   médiocre   ofmicier   se   croyait   un   grand   Frédéric   ?   Elle   était   en   partie   détruite,   et  le   reste   cherchait  refuge   dans  les  forteresses   prussiennes,   qui   ne   devaient   pas   non  plus   tarder  à   tomber  au  pouvoir  de   l'armée   française.   […]   Notre   brigade,   qui   marchait   après   le   troisième   corps   entra  à  Berlin  à   deux   heures  après   midi.  Nous  ne  {îmes  que   traverser   la   ville  pour  aller   occuper  plusieurs  villages  à   quelques  lieues  au-­‐delà   de  Berlin.  L'infanterie  de  notre   armée  y  logea.   L'empereur,  le  quartier   général,   la   garde   impériale,   cavalerie,   infanterie   et   artillerie   y   arrivèrent  le   27   ;   le   général   Rapp   fut   nommé   gouverneur  de   la   ville.   Dans   le   village   que  nous   occupions,  les  paysans   avaient  déserté  leurs   maisons.   Nous  y   trouvâmes  des  fourrages   en   abondance  :  les  récoltes   venaient  d'être  faites.  Mais   les  vivres,  viande,  pain,  bière,   etc.,   ainsi  que   l'avoine,   devaient   nous   être   fournis   par   la   ville   de   Berlin.   Lorsque   notre   régiment   avait   traversé   la   ville,   nous   l'avions   trouvée   peu   bruyante   et   triste   ;   nous   y   trouvâmes,   le   lendemain   une   toute   autre  

35

physionomie  ;  c'était  absolument  un   petit  Paris.  Tout  le   monde  y  vaquait   à  ses  affaires.    Souvenirs  du    commandant  Parquin,   Bibliothèque  napoléonienne,  Tallandier,   Paris,  1979  pp.82-­‐83

Un  témoin  inattendu  :  Stendhal Opposant   farouche   à   l'Empire   dans   ses   jeunes   années,   Henri   Beyle,   dit   Stendhal   (1783-­‐1842),   se   rallia  grâce   à  l'intervention   de  Daru,  son  protecteur   qui  lui  {it  obtenir  les   fonctions   d'intendant   des   domaines   de   l'Empereur  à  Brunswick.   Le   27   octobre   1806,   il   entre   à   Berlin   à   la   suite  de  Napoléon. Je   rends   grâce  à   Dieu  d'être  entré  sain  et  sauf,   avec   mes   pistolets   soigneusement   chargés,   à   Berlin,   le   27   octobre   1806.   Napoléon   prit,   pour   y   entrer,   le   grand   uniforme  de  général  de   division.  C'est  peut-­‐être  la  seule  fois  que  je  lui   ai  vu.  Il   marchait  à   vingt  pas   en  avant  des   soldats  ;   la  foule  silencieuse   n'était   qu'à  deux  pas  de  son  cheval  ;  on  pouvait   lui  tirer  des  coups   de   fusil  de  toutes  les  fenêtres.     Stendhal,  Correspondance,  Gallimard,  Paris,  1968.   Dans   tous   les   endroits   qui   ne   sont   pas   pavés,   on   entre   jusqu'à   la   cheville   ;  le   sable  rend  déserts  les  environs  de  la  ville   ;  ils  ne  produisent   que   des   arbres   et  quelque   gazon.   Je   ne   sais   pas   qui  a   donné   l'idée   de  

36

planter   une   ville   au   milieu   de   ce   sable   ;   cette   ville   aurait   cent   cinquante-­‐neuf  mille  habitants,  à  ce  que  l'on  dit.   Stendhal,  Correspondance,  Le  divan,  1933.  Extrait  d'une  lettre  du  3   novembre  1806  à  sa  soeur  Pauline.

L'arrivée   des   troupes   napoléoniennes   vue   par   un   Prussien Le   premier  fantassin  entra  ;  c'était  un  homme  grand  et    maigre  avec   un   visage  pâle,   couvert  d'une   chevelure   noire  en  broussaille  [...]   Nous   fûmes  étonnés  de   son  équipage   :  une  capote  courte  couvrait  son  corps  ;   sur   sa   tête   un   petit   chapeau   tout   décati,   d'une   forme   indescriptible,   mais   ajusté  si  crânement   et  insolemment  que  cette   tête  et  ce  chapeau   étaient  pour  nous  un  extraordinaire  sujet  d'étonnement.   Les  pantalons   étaient   de   toile   sale   et   très  déchirée   ;   les   pieds   nus   dans   des   souliers   troués   ;   un   caniche   hirsute   mixait   attentivement   sa   bouche   avec   laquelle   il   arrachait  de   gros   morceaux   de   pains   qu'il   lui   jetait.  Qu'on   s'imagine   !   Un   soldat   avec   un   chien   en   laisse   et   avec   un   demi-­‐pain   enmilé   sur   sa   baïonnette   ;   à   son   briquet   pendait   une   oie   et   sur   le   chapeau,  au  lieu  de  l'enseigne,  brillait  une  cuillère  étamée.   George,  Erinnerungen  eines  Preussen  aus  der  Napoleonischen  Zeit,   Grima  1840. LECTURES   Bonifas   (Aimé)   et   Krum   (Horsta),   Les   huguenots   à   Berlin   et   en   Brandebourg  de  Louis  XIV  à  Hitler,  Paris,  2000 CNRS  (éd.),  Le  Refuge  huguenot  en  Allemagne,  Paris,  1981 Hoch  (Philippe),  Hugenots  :   de  la   Moselle  à  Berlin   –  Les  chemins   de   l’exil,  Woippy,  2006 Rosen-­‐Prest  (Viviane),  L'historiographie  des  huguenots  en  Prusse  au   temps  des  Lumières,  Champion,  Paris,  2002 Oudin   (Bernard),   Georges   (Michèle),   Histoires   de   Berlin,   Librairie   Académique  Perrin,  2000 Henry(Jean),   Journal   d’un   voyage   à   Paris   en   1814,   Editions   Gallimard,   2001  :   Journal  d’un  Prussien,  pasteur  huguenot,  dépêché   37

en  France   par  le   roi    au  printemps   1814  pour  recouvrer   les  oeuvres   d’art  que  Dominique-­‐Vivant   Denon  avait  con{isquées  7  ans  plus  tôt   à   Berlin  et  Potsdam FONTAINE   J.   /   Memoires   d'une   famille   huguenotte   /   Autobiographie   /   XVII   /   Une   autobiographie   qui   vaut   un   roman   d’aventure  :  la  vie   mouvementée  d’un  pasteur  homme  d’affaire   et   de   sa  famille,  victimes  de  la  révocation  de  l’Edit  de  Nantes.

Un  nouveau  classicisme  architectural A   la   libération   de   l’occupation   française  qui  dura  de  1806  à  1808,   de   nombreuses   réformes   sont   entreprises   a{in  de   réorganiser   les   v i l l e s   p r u s s i e n n e s   e n   l e u r   o c t r o y a n t   u n e   a u t o n o m i e   administrative  et   constitutionnelle.   Une   nouvelle   constitution   est   projetée   en   1815,   mais   au   grand   dam   des   Berlinois,  celle-­‐ci  ne  verra   jamais  le  jour.  Dépités,   ces  derniers   se   résignent   et,   faute   d’une   vie   politique,   cultivent   leurs   intérêts   artistiques   et  intellectuels.  Science,   enseignement,   littérature   et   musique   connaissent   une   longue   période   de   splendeur.   Le   plus   grand   artisan   du   classicisme   berlinois   s’appelle   Karl   Friedrich   Schinkel   (1781-­‐1841).   Ses   réalisations,   comme   par   exemple   la  Neue  Wache,  le  Vieux  Musée,  Le   Schauspielhaus,   que  l’on  peut   tous   encore   admirer   aujourd’hui,   se   distinguent   par   leur   sobriété,   la   pureté   de   leurs   lignes,   leur   style   dépouillé  et  fonctionnel,  le  raf{inement  dans  l’exécution  des  détails.   38

La  Bauakademie  sur  la  Schlossplatz   était   l‘un  de  ses  chef-­‐d‘oeuvres   (1831-­‐35).   Elle   a   été  détruite  après   la  Seconde  Guerre  mondiale.   Il   est   alors   prévu   de   reconstruire   à   l'identique   les   façades   de   l'ancienne   académie   pour   abriter   un   musée   d'architecture,   ainsi   qu'un   centre  de  recherche  de   la  {irme  Mercedes-­‐Benz.   Mais  le  coût   des  travaux  ne  permet  pas  pour  l'instant  la  reconstruction. À   la   moitié   du   18ème   siècle   Berlin   devint   le   centre   allemand   des   Lumières.   Au   tour   du   siècle   des   jeunes   femmes   juives   issues   de  ce   milieu   culturel   mais  déjà  ouvertes  à  la   pensée  romantique  ouvrent   leurs  maisons   à  tous  les  gens  d´esprit  donnant  vie  à  la  tradition  des   salons  littéraires  berlinois  qui  va  durer  plus  d´un  siècle.      

Rahel  Varnhagen,  née  Levin

Rahel   est   née   à   Berlin   en   1771   dans   une   famille   juive.   A   cette   époque,  seuls  les  garçons  peuvent   être   instruits.   L’existence   d’une   femme   cultivée   comme   Rahel   est   donc   exceptionnelle.   Jeune  femme,   elle   fréquente  le   salon  littéraire   de   son   père   et,   plus   tard,   elle   embauche   un   précepteur   pour   apprendre   l'allemand   (elle   parle   un   mélange   d'allemand   et   de   y i d d i s h ) ,   l e   f r a n ç a i s ,   l e s   mathématiques...   Elle   refuse   le   mariage  arrangé  par  son  père  avec   un   riche   juif   et   ce   n'est   qu'en   1814,   à  l'âge  de  43  ans,  qu'elle  se   marie.   Avant   de   se  marier,   elle  se   convertit   au   protestantisme,   le   mariage   civil   n'existant   pas   en   Prusse.   Karl   August   von   Ense,   son   époux,   est   écrivain,   historien   et   diplomate.   Il   parvient   à   décrocher   un   titre   de   noblesse,   ce   qui   constitue  pour  Rahel  un  ticket  d'entrée  dans  l’aristocratie  et  la  haute  

39

société   allemande.   Rahel   Levin   devient   donc   Rahel   Frederike   Varnhagen  von  Ense.   A   la   {in   du   règne   de  Frédéric   II,   les   salons   littéraires   et   mondains,   inspirés   du   modèle   français,   {leurissent   à   Berlin.   Rahel   Varnhagen   ouvre   son   premier   salon   au   54,   Jägerstraße   juste   à   côté   du   Gendarmenmarkt.   Elle   en   tient   ensuite   deux   autres   dans   les   rues   Friedrichstraße  et   Mauerstraße.   Le   règne   de   Frédéric   II   se  termine   en   1786   et   Rahel   fonde   son   salon   en   1785   sur   le   modèle   français,   après   avoir   passé  un  an   à   Paris.   A   Berlin,   les   deux  tiers   des   salons   sont   tenus   par   des   familles   juives,   bien   que   leur   communauté   ne   représente   alors   que   2%   de   la   population.   Le  salon   de   Rahel,   tenu   par  une   femme  juive,   se  démarque  des  autres.   Les   salons  berlinois   marquent   un   tournant   dans   l'histoire   de   la   femme   allemande   qui   accède   à  un  espace  semi-­‐public  ainsi  qu’à  la  culture  en  rencontrant   des  écrivains,  des  intellectuels…  En  donnant  aux  femmes  un   accès   à   une   vie   sociale   qui   leur   est   habituellement   interdite,   les   salons   constituent  un  premier  pas  vers  leur  émancipation.

E.T.A.  Hoffmann Hoffmann  est  l'un  des  plus  importants  représentants  du  romantisme   allemand.   Il   incarne   le   goût   du   fantastique,   du   ténébreux   et   du   morbide.   Il   n'est   pas   seulement   écrivain,   mais   aussi   compositeur,   peintre  et  juriste. En   France,   Hoffmann   a   connu   un   grand   succès.   Au   19ème  siècle,   il  y  est  même   plus   connu   et   populaire   qu'en   Allemagne.   On   parle   ainsi   en   France   d'une   «  vogue   hoffmannienne  »   et   de   la   création   du   «   genre   hoffmannesque  ». En   1814,   Hoffmann   est   accrédité   comme   magistrat   au   tribunal   régional   supérieur   (Kammergericht)  de   Berlin.  Il   loue  une  chambre  au  restaurant-­‐hôtel   40

«  Lutter  und  Wegner  »,  fondé  par   deux  frères  en  1811.  Il  y   séjourne   de  juillet  1815   jusqu'à   sa  mort   en  1822.  Peut-­‐être  a-­‐t-­‐il  choisi  ce  lieu   parce   qu’il   est   près   de   son   théâtre   préféré,   le   «   Königliches   Schauspielhaus   »,   aujourd'hui   devenu   le   «   Konzerthaus   Berlin   ».   Bien  qu’il  travaille   comme  fonctionnaire,  il  consacre   tout  son  temps   et  son  énergie   à  l'art,  il   rédige  de  nombreux  contes  et  compose  de  la   musique.  Dans  cette  chambre,  Hoffmann  écrit  les  contes  que  Jacques   Offenbach  transformera  plus  tard  en   opéra  sous   le  titre   «   Les  contes   d'Hoffmann  ».   Il  y  écrit   également   «  Les  Frères  de   Saint-­‐Sérapion  »,   un   recueil   de   contes   avec   un  récit-­‐cadre.   L'action   de   ce  récit-­‐cadre   contient  les   discussions   des  «  Frères  de  Saint-­‐Sérapion  »,   un  groupe   d'amis  qui   se  réunissait  régulièrement   chez  «  Lutter  und   Wegner  »,   et  parmi  lesquels  on  compte  le  baron  de  la  Motte-­‐Fouqué,   Adalbert   von  Chamisso,   Julius   Eduard  Hitzig   et   d'autres.   Il   y   écrit   également   son   œuvre  majeure,   «  Le   Chat   Murr  »,  et   «  La   fenêtre   d'angle  de   mon   cousin   ».   Il   évoque   la   Theaterplatz,   d’Unter   den   Linden   et   de   la   Charlottenstraße,   des   lieux   proches   de   «   Lutter   et   Wegner   ».     Gravement  malade,  Hoffmann  meurt  deux  mois  après  avoir  terminé   l'œuvre,  des  suites  d’une  paralysie  générale.

Friedrich  de  la  Motte-­‐Fouqué     Il   descend   d'une   famille   française   de   huguenots   qui   s'est   exilée   en   Prusse   après  la  révocation  de  l'édit  de  Nantes  en   1685.   A   l'âge   de   17   ans,   il   commence   une   carrière   militaire.   Il   prend   part   à   la   campagne   du   Rhin   en   1794.   En   1803,   il   interrompt   son   service   militaire   pour   le   reprendre   en  1813,   lors   de   la  révolte   de   l a   P r u s s e   c o n t r e   l a   d o m i n a t i o n   napoléonienne.   Parallèlement   à   sa   carrière   militaire,   il   poursuit   une   carrière   littéraire.   Fouqué   représente   le   mouvement   littéraire   du   romantisme   et   se   lie   avec   A.W.   Schlegel,   Fichte,   Kleist,   Chamisso,   41

Arnim,   Brentano,   Eichendorff   et   Hoffmann.   Comme   Chamisso,   il   fréquente  également  le  salon  littéraire   d'Henriette  Herz.  En  1811,  il   publie   son   chef-­‐d'œuvre   intitulé   «   Ondine   ».   Il   s'agit   d'un   vrai   «  Märchen  »  allemand,  un   genre   situé  entre  la  nouvelle,  la  légende  et   le  conte  populaire  féérique  et  merveilleux.   L'œuvre  connaît  tout   de   suite   un   grand   succès.   En   1816   paraît   le   livret   de   d‘opéra   mis   en   musique  par  E.T.A.  Hoffmann.   Fouqué  meurt   en   1843   à   Berlin.   Il   est   enterré   au   cimetière   «   Alter   Garnisonfriedhof  »  à  Berlin-­‐Mitte.

La  remise  de  la  banque  Mendelssohn C'est  aux  numéros  49  et  50  que  se  trouvait   la   banque  «  Mendelssohn  &  Co.  ».  Le  bâtiment  a   été   construit   entre   1891   et   1893   par   Schmieden  &  Speer. La   banque   a   été   fondée   en   1795.   Vingt   ans   plus   tard,   en   1815,   les   frères   Joseph   et   Abraham   Mendelssohn,   {ils   de   Moses   Mendelssohn,   ont   installé   la   banque   au   51,   Jägerstraße.   La   banque   des   Mendelssohn   était   située   entre   deux   banques   publiques.   Une  avait  été  fondée  par  Frédéric  II  en  1765   et   s'appelait   «   Königliche   Giro-­‐   und   Lehnbank   »,   l'autre   s'appelait   «   Preußische   Seehandlung  »,  plus  tard  «  Preußische  Staatsbank  ».   La  banque  des   frères   Mendelssohn   était   la   plus   importante   banque   privée   de   Berlin.   L'immeuble  à  côté,  au  numéro  51,  servait   de  lieu  d'habitation   et  de   commerce  depuis  1789.  Il  est  appelé  «   Mendelssohn-­‐Remise   ».   En   1890,   on   y   a   aménagé   une   salle   qui   servait   comme   halle   de   commerce  (Kassenhalle).  Plus   tard,  elle  servait  de  remise  où   ranger   les  carrosses. Aujourd'hui,   on  peut  visiter  ce  bâtiment  où  se  trouve  une  exposition   temporaire   intitulée   «   Les   Mendelssohn   dans   la   Jägerstraße   ».   De   plus,   l'exposition   met   l'accent   sur     le   rôle   de   la   religion   dans   la   famille  Mendelssohn  :   les  séparations  confessionnelles  de  la  famille   42

et   la   recherche   d'identité   entre   protestantisme,   catholicisme   et   judaïsme.

Moses  Mendelssohn  (1729-­‐1786) Arrivé  à   Berlin   en  1743,   Moses   Mendelssohn  s’imposa   comme   l’un   des   plus   grands   philosophes   allemands   du   18è   siècle.   Il   fut   une   {igure  centrale  de   la  lutte   des  juifs   pour  le  droit   à   la  citoyenneté;  il   fallut   attendre   1812  pour   que   ces   derniers   deviennent   à   Berlin   des   citoyens   à   part   entière.  Moses  Mendelssohn  repose   dans   le   Vieux  Cimetière  Juif.

Mirabeau  (1749  -­‐1791) En   1786,   Mirabeau   a   publié   un   livre   sur   l'émancipation   des   juifs,   intitulé   «   Sur   Moses   Mendelssohn,   sur   la   réforme   politique   des   Juifs   et   en   particulier   sur   la   révolution  tentée   en  la  faveur  en  1753   dans   la   Grande-­‐Bretagne   ».   C'est   un   vibrant   plaidoyer   en   faveur   des   juifs   et   de   la   tolérance,   et   l'une   des   premières   fois   que   l'idée  que  l'antisémitisme  est   une  hypocrisie   dangereuse   et   que   la   haine   raciale   est   une   perversion  de  l'esprit  humain  est  clairement   avancée.   L'œuvre   a  connu     un   grand   succès   lors   de   sa   première   publication.   Mirabeau   a   écrit   ce   livre   après   avoir   fréquenté   les   milieux   juifs  éclairés   de   Berlin,   par  exemple   le  salon  de  Rahel   Levin  et   d’Henriette  Herz.   Il   a   découvert   les   écrits   de   Kant   et   ceux   de   Lessing   ainsi   que   le   mouvement   d'émancipation   des   juifs,   dominé   par  la  personnalité  de  Moses  Mendelssohn.

43

L'Alexanderplatz   a   pour  

origine   un   marché   à   bestiaux,   p u i s   a u x   l a i n e s ,   a p p e l é   naguère   l'"Ochsenmarkt".   Elle   prit   le  nom   du  Tsar  Alexandre   Ier  en  1805,  lorsque  ce  dernier   rendit   visite   au   monarque   prussien.   La   place   était   le   coeur   de   la   ville   socialiste   du   temps   de  RDA.   Conçue  dans  les   années   1950-­‐1970   sur   les   ruines   de   la   guerre,   cette   esplanade   glaciale  n'a  plus  grand  chose  en   commun   avec   l'"Alex"   des   années   1920,  décrite  par  Alfred   Döblin  dans   son  roman   "Berlin   Alexanderplatz".   Avant   guerre,   elle   était   réputée   pour   être   un   lieu   de   distraction,   où   les   ouvriers   des   quartiers   Nord   et   Est   de   Berlin   venaient   grossir   la   clientèle   des   innombrables   commerces   et   bistrots   de   la   place.   Elle   n'en   demeure   pas   moins  toujours  aussi  fascinante  par  le  choc  des  styles  architecturaux   et  ses  perspectives  impressionnantes.

Berlin   Alexanderplatz   est   un   roman   d'Alfred  Döblin  publié  en  1929.   Il  relate  le  

parcours   de   Franz   Biberkopf,   délinquant   à   peine   sorti   de   prison,   dans   le   monde   de   la   pègre   dont   il   réalise   qu'il   lui   est   impossible   d'en   sortir.   Un   sondage   de   2002,   effectué   auprès  de  cent   écrivains  du   monde  entier,  l'a   placé   parmi   les   cent   meilleurs   livres   de   l'histoire.   Cette   oeuvre   aborde   avec   brio   le   thème  de   la  fatalité  au  travers  du  récit   épique   44

d'un  criminel,  Franz  Biberkopf,  qui  ne  parvient  pas  à  se  débarrasser   de   son   vice   premier   :   tuer.   Ce   roman,   publié   en   1929,   constitue   l'oeuvre   maîtresse  de   Döblin,   médecin   et   romancier   allemand,   que   dans   une   préface,   Mac   Orlan   rapproche   de   Céline.   Berlin   Alexanderplatz   est   une   exploration   des   bas-­‐fonds   du   Berlin   des   années  1925-­‐1930.  Son  antihéros,   Franz   Biberkopf,   criminel  repenti,   sera   victime   de   la   fatalité   et   retombera   dans   la   délinquance.   La   modernité   du   récit   étonne   encore   les   critiques   d'aujourd'hui   :   la   technique  de  l'oeuvre  a  des  points  communs  avec  'Ulysse'  de  Joyce.

E x t r a i t   d u   r o m a n   B e r l i n   Alexanderplatz  (Gallimard  2009) Ainsi   l’ancien   cimentier   et   déménageur   Franz   Biberkopf,   un   homme   fruste,   mal   dégrossi   et  d’aspect  repoussant,  est  de  retour   à   Berlin   et   dans  la   rue,   un  homme   dont  une   jolie   jeune   mille   issue   d’une   famille   de   serruriers   s’était   entichée   autrefois,   dont   il   mit  alors   une   putain  et  qu’il   blessa   pour  minir   mortellement   lors   d’une   rixe.   Il   a   juré   au   monde  entier  et  à  lui-­‐même  qu’il  resterait  honnête.  Et  aussi  longtemps   qu’il   eut   de   l’argent,   il   le   demeura   en   effet.   Puis   l’argent   vint   à   lui   manquer,   précisément   l’instant   qu’il   attendait   pour   montrer   enmin   à   tous  quel  gaillard  il  est.    (Livre  I,  p.49)

le  Scheunenviertel  -­‐  le  quartier  des  granges Au   19è   siècle,   la   communauté   juive   de   Berlin,   installée   dans   le   Scheunenviertel,  connut  une  période  de  prospérité   dont  témoigne  la   Neue   Synagoge   (1866).   Celle-­‐ci   fut   incendiée   par   les   nazis   le   9   novembre   1938   lors   de   la   Nuit   de   cristal   (Kristallnacht),   puis   ravagée   par   les   bombardements   alliés   en   1943.   La   plus   grande   partie   de   la   synagogue   fut   démolie   en   1958,   puis   reconstruite   en   1988  et  {inalement  inaugurée  en  1995. Sous  le  IIIème  Reich,  la   Gestapo  vida  le   quartier  d’une  grande  partie   de  ses  habitants.  Le  quartier  renfermait  aussi  plusieurs  écoles  ainsi 45

que   le   premier   cimetière   juif   de   Berlin   (Alter   Jüdischer   Friedhof)   fondé   en   1672   et   utilisé   jusqu’en   1827.   Un   parc   arboré   (créé   en   1945)   occupe  aujourd’hui   le  site  de  ce  cimetière  juif,   détruit   par  la   Gestapo  en  1943.    On  trouve  aussi  dans  la  Grosse  Hamburger  Strasse   l’école  juive   fondée   en   1778  par  Moses  Mendelssohn,   réouverte  en   1993. Situées   au   coeur   du   Scheunenviertel,   les   Hackesche   Höfe   c o n s t i t u e n t   u n   labyrinthe   de   8   cours   j u x t a p o s é e s .   Construites   en   1905,   les   Hackesche   Höfe   s o n t   d é c o r é e s   d e   briques   vernissées   polychromes,   d'après   les   dessins   d'August   Endell.   Aujourd'hui,   on   y   trouve   de   nombreux   cafés,   restaurants,   galeries   d'art,   un   cinéma   et   un   cabaret,   valant   à   cet   ensemble   un   caractère  particulièrement  vivant.

Les  Stolpersteine  -­‐   le  plus   grand  monument  décentralisé   au  monde Durant  vos  balades  dans  les  rues  de   Berlin,  avez-­‐vous  déjà  remarqué  ces   petites   plaques   en   laiton   souvent   disposées   devant   des   immeubles   sur   lesquelles   on   peut   lire   un   nom,   une  date  de  naissance,  un  lieu  et  une   date   de   mort   ?   Mine   de   rien,   ces   pavés   dorés   représentent   le   plus   grand   monument   décentralisé   au   monde   initié   en   1996     par   l’artiste   berlinois   Gunter   Demnig.   Ils   46

rappellent  le  destin  de  milliers  de  personnes,  connues   ou  inconnues,   déportées   sous   le   régime   nazi.   Ce   qui   n’était   au   début   qu’une   idée   conceptuelle  a  vite  pris  une  ampleur  commerciale  grâce  à  son  succès   auprès  du  public   interpellé  par  l’originalité  du  projet.   Fin   2011,  plus   de  32  000  pierres  ont  été  installées  dans  700  lieux  en  Allemagne.

The  Missing  House  de  Christian  Botanski

Le   cow-­‐boy,   dans   son   avion,   il   appuie   sur   le   bouton   et   la   bombe   s'écrase  sur  une  des  maisons  et  pas  sur  les  autres.    Christian  Boltanski Christian   Boltanski   aujourd'hui   reconnu   comme   l'un   des   principaux   artistes   contemporains   français,  est  resté  marqué  par   le   souvenir   de   l'holocauste.   L'œuvre   de   Boltanski   The   Missing   House   se   concentre   sur   le   vide   laissé   par   un   édi{ice   détruit   pendant   la   guerre  dans  la  Grosse  Hamburger   Strasse   et   dont   l'environnement   comportait   jusque   dans   les   années   30   une   proportion   importante  d'habitants  juifs.   L'artiste  est   allé   étudier  dans  les  archives   la  structure   sociale   des   habitants   de   l'immeuble   détruit   et   a   constaté   que   ses   habitants   juifs   avaient   été   expulsés   ou   déportés   par   les   nationaux-­‐ socialistes.   Pour   rappeler   les   anciens   habitants,   on  a   installé  sur  les   murs   des   plaques   mentionnant   leur   nom,  leur  profession  et  le  lieu  où  ils  vivaient.  

Adelbert  von  Chamisso  au  Monbijoupark A  l’entrée  du   Monbijoupark   se  trouve   un   monument   pour   Adelbert   von   Chamisso,   poète   français   de   langue   allemande   auquel   nous   voudrons   rendre   hommage   en   récitant   ses   poèmes   mais   aussi   des   poèmes  et  des  textes  contemporains…

47

Agé   de   onze   ans,   Adelbert   Chamisso   de   Boncourt   quitte   la   France  en  1792,   chassé  par  la  Révolution.  Il  suit  sa  famille  à  Berlin  et   obtient   un   poste   de   page   auprès   de   la   reine   Luise   qui   habita   au   château   de   ville   dans   le   parc   Monbijou   (Le   château   fut   détruit   en   1959)   .   Un   jour,   il   servira   dans   l'armée   prussienne   et   se   battra   contre  les   Français.   Plus  tard,  à  Paris,   il   rencontrera  Alexandre  von   Humboldt  et  à  Coppet,   Madame  de   Staël  :  deux  autres  déracinés...  De   1815   à   1818,   Chamisso   entreprend   un   voyage   d'études   autour   du   monde   :   ce  fut  un  éblouissement,   le   commencement   d'une   nouvelle   vie.   De   retour   à   Berlin,   «   l'homme   à   la   haute   silhouette   »   se   marie,   devient   conservateur   de   l'Herbarium   royal.   Le   voilà   dé{initivement   enraciné.   La   Merveilleuse   Histoire   de   Peter   Schlemihl   a   fondé   sa   renommée.   Il   a   publié   des   p o è m e s   e t   R o b e r t   S c h u m a n n   e n   a   m i s   quelques-­‐uns   en   musique.   Sa   Description   d'un   Voyage   autour   du   Monde   semble   annoncer   Melville   ou...   Loti.   Qui   était   Adelbert   von   Chamisso  ?  Un   Français   déraciné  ou   un   Prussien  mal   assimilé  ?  Un   grand  écrivain  classique   ?  Ou,  comme  il  s'est  désigné  lui-­‐même   :  un   «  homme  de  l'avenir  »  ?  

48

Le  parc  du  château  de  Sanssouci

Le   parc   de   Sanssouci   couvre   une   surface   de   près   de   300   hectares.   Dès   l'entrée,   la   succession   de   jardins   et   de   palais   permet   une   découverte  qui  surprend  à  tout  moment. Le   château   domine   six   terrasses   mêlant   vignes   et   serres.   C'est   à  

cheval  que  Frédéric  II   découvrit   le   site  enchanteur   du  Wüster  Berg,   où  il  ordonna  la  construction  de  sa  future  résidence  en  1744. Il  remit  les   plans  à  Knobelsdorff.  Le  roi  ne  voulait  pas  d'un   nouveau   Versailles,  mais  plutôt  d'une  retraite  dédiée  aux  Arts  et  aux  réunions   privées  entre  amis. Le  parc   a   été   aménagé   au   XIXe   siècle,   bien   après   la   disparition   du   grand  monarque,  par  le  paysagiste  Peter  Joseph  Lenné.

Nouvelles  chambres

Il   s'agit   de   l'ancienne   Orangerie   réalisée   par   Knobelsdorff,   puis   remaniée   par   Georg   Christian   Unger   en   1755   a{in   d'accueillir   les   hôtes  du  roi.  La  décoration  rococo  est  claire  et  raf{inée. Deux   pièces   méritent   le   détour   :   la   Galerie   d'Ovide,   dont   les   boiseries  dorées  sont   inspirées  des  Métamorphoses  du  poète   latin  ;   la   salle  de   Jaspe  agrémentée  de   bustes  en  provenance  du  château   de   Berlin Rappel  :  L'entrée  aux   Nouvelles  Chambres  est  comprise   dans  le   prix   du  séjour.  Visite  du  château  (entrée  :  12  €)  en  option.

49

Friederisiko

En   2012,  Berlin  et  Potsdam  fêtent  le   300e   anniversaire   de   la   naissance   de   Frédéric   Le   Grand.   C'est   au   château   de   Sans-­‐Souci   que   vous   pouvez   découvrir   une   exposition   d'envergure   "Friederisiko-­‐Fréderic   le   Grand,   1712-­‐2012".   A   cette   occasion   certaines   salles   du   palais   seront   ouvertes   pour   la   première   fois  au  public.

Le  quartier  hollandais

Le  quartier   hollandais,  situé  en  plein   coeur   de   Potsdam   (Allemagne)   est   composé   de   134   maisons   de   briques  rouges  et  à  pignons,  de  style  hollandais.  Ces  maisons   ont  été   construites  de  1733   à  1740  par  l'architecte  néerlandais  Jan  Bouman,   sur  ordre  du   roi-­‐sergent   Frédéric-­‐Guillaume   Ier   de   Prusse.   L'enjeu   était  d'attirer  des  artisans  hollandais  à  Potsdam.

Le   „Château   du   Lac"   La   villa   de   Max   Liebermann   au   Wannsee Après   la   rénovation   du   bâtiment   et   du   jardin,   la  villa   du  peintre   Max  Liebermann  a   ouvert   ses   portes   au   public   en  avril  2006.   Le   musée   au   premier   étage   expose   des   tableaux,   des   pastels   et   des   graphiques   créés  à   Wannsee   :  La  terrasse   en   {leurs,   le   bosquet   de   bouleaux  et  le   bord  du  Wannsee.   Il   y  a  un  lien   entre  les  oeuvres  et   leur   endroit   de  création   grâce   à   la   proximité   spatiale   des   motives.   50

Ceci   permet   au   visiteur   de   saisir   les   sources   d’inspiration   en   regardant   la   beauté  du   jardin   conçu  par   l’artiste  lui-­‐ même.   Au   rez-­‐de-­‐chaussée,   une   exposition   de   documentation   informe   sur   la   vie   de   la   famille   Liebermann   et   l’histoire   de   la   villa.   Sur   la   terrasse,   le   Café   Max   vous   accueille   avec   une   vue   formidable  sur  le  lac.

Max   Liebermann  (1847−1935)  est  considéré  comme  l’un   des  

peintres �� les   plus   importants   de   l’avantgarde   allemande   aussi   bien   par   son   œuvre   que   par   son   activité   en   politique   culturelle.   Jeune   peintre,   il   combat   avec   véhémence   l’académisme   {igé;   en   tant   que   co-­‐fondateur  et  président   de  la  «  Berliner  Secession  »  il  a  contribué  à   sortir  la  capitale  de  sa  torpeur   artistique.   Pendant   la  longue  période   de   sa   présidence  de   l’Académie   Prussienne   des   Beaux-­‐Arts   (1920– 1933),   il   a   permis   à   la   jeune   génération   d’artistes   de   s’exprimer   librement,  même  si  lui-­‐même  ne  savait  pas  toujours  en   apprécier  les   résultats.   En   1927,   Max   Liebermann   est   nommé   citoyen  d’honneur   de   Berlin,   sa   ville   natale,   ce   qui   rend   son   destin   d’autant   plus   tragique   après   1933:   en   tant   que   juif   victime   de   l’ostracisme   des   nazis,  il   meurt  solitaire  et   aigri   en  1935.   Martha,  sa  veuve,   échappe   à   la  déportation  à  Theresienstadt  en  se  suicidant  en  1943. Informations   générales   :   Max-­‐Liebermann-­‐Gesellsch.   ,   Colomierstr.   3,  14109  Berlin  /  T.:  +49  (0)   30  /  80  85  90  0  /  Accès  :  S-­‐Bahn  ligne  1   et   7:   station   Wannsee,   à   partir   de   Wannsee   bus   114:   arrêt   Colomierstrasse.    Ou:  à  partir  de  Wannsee  ca.  25  min.  à  pied. L'entrée  incluse  dans  le  prix  du  séjour.

51

GROS  PLAN  SUR  L'ÎLE  AUX  MUSÉES Amarrée   à   la   Spree,   cette   petite   surface   au   cœur   de   Berlin   abrite   depuis   le   1 9 è m e   s i è c l e   u n e   concentration   historique  de   musées.  l’Ile  des   Musées   est   classée   au   Patrimoine   M o n d i a l   d e   l ’ U N E S C O   depuis   1999.   Il   s’agit   du   Musée   de   Pergame,   de   l ’ A n c i e n n e   G a l e r i e   N a t i o n a l e ,   d e   l ’ A l t e s   Museum,  du  Musée  Bode   et   du  Neues  Museum.  

Le   Museuminsel   de   Berlin   (l’Ile   aux   Musées)  

e s t   u n   e n s e m b l e   e x c e p t i o n n e l   d e   c i n q   musées,   construit   entre   1824  et   1930  sur  une   petite   ile   de   la   rivière  qui   traverse   Berlin,   la   Spree,   et   qui   inclue   le   Pergamon   Museum   (Musée  de  Pergame).   Ce   bâtiment   d’une  grande  importance  culturelle  et   architecturale  a  été   inscrit   au   patrimoine   mondial   de   l’UNESCO   en   1994.   Véritable   Acropole   des   arts   de   Berlin,   elle   est   considérée   comme   exceptionnelle,  car  elle  illustre  l’évolution   de  la  conception   muséale   au  cours  du   20ème  siècle   et  ses  collections   couvrent  six  mille  ans   de   propositions  artistiques  de  l’humanité.   Les   oeuvres,   provenant   pour  une   large   part   des  collections   privées   de  la   famille   royale  de   Prusse,  ont  été  administrées   depuis  1918  par   la   Stiftung   Preussicher   Kulturbesitz   (Fondation   de   l’Héritage   culturel   de   Prusse)   Le   premier   musée,   le   Altes   Museum   (1830)   considéré   comme   le   chef   d’œuvre   néoclassique   de   Karl   Friedrich   52

Schinkel  est  le  plus  ancien  musée  d’Allemagne.   Le  développement   de   cette   zone   comme   complexe   muséal   et   la   construction   des   quatre   autres   musées   provient   de   la   vision   romantique   du   roi   Fréderic   Guillaume  (1840-­‐1861)   d’un  refuge  des  arts  et   des  sciences  similaire   au   Forum   de   la   Rome   antique.   L’Unesco   l’a   dé{ini   ainsi   :   «   Un   exemple   remarquable,   dans   un   environnement   urbain   central,   de   l’idéal   des   Lumières   de   rendre   l’art   accessible   au   plus   grand   nombre» Le   plan   d’ensemble   de   la   rénovation   et   de   la   modernisation   complètes   de   la   zone,   adopté   et   mise   en   œuvre   depuis   1999,   est   conçu  pour  transformer   le  site  en  un  lieu  de  culture  ultramoderne   à   partir  de  2015.   Une  visite   virtuelle  de   l’île  est   possible  dans  la  salle   des   médias   du   Pergamon   Muséum   et   constitue   un   bon   point   de   départ   pour   prendre   la   mesure   de   l’ampleur   du   projet   intitulé   Musée   Island   Berlin-­‐2015.   Parmi   les   extensions   plani{iées,   on   compte   la   promenade   architecturale   reliant   les   bâtiments,   des   développements   d’infrastructure   incluant   un   nouveau   bâtiment   d’accès   principal   conçu   par   l’architecte   britannique   David   Chipper{iled  avec  des  salles  d’exposition,   des  cafés  et  des  boutiques,   la   restauration   des   jardins   de   la   Alte   Nationalgalerie   dans   leur   aspect  de  1900  et  la  quatrième  aile  du  Pergamon  Museum. L’Ile  aux  Trésors  de  Berlin  est  accessible  directement   en   prenant   à   gauche   par   rapport   au   Musée   d’Histoire   allemande   –   en   face   du   Staatsoper   de   Berlin   sur   Unter   den   Linden,   à   proximité   du   pont   richement   ornementé   de   sculptures   Schlossbrücke   (Pont   royal)   Le   site   est   également   d’un   grand   intérêt   topographique   et   historique   car  c’est  ici,  sur  la   petite  Spreeinsel   (l’Ile  de   la  Spree)  que   la  ville   de   Berlin   fut   créée   au   13ème   siècle,   par   la   fusion   des   territoires   jumeaux  de  Berl  et  de  Cölln. Après   la   construction   du   Altes   Museum   de   Schinkel   en   1830,   Fréderic   Guillaume   IV   {it   construire   le   Neues   Museun   (Nouveau   Musée)  en  1859   pour   abriter  les  collections  d’art   égyptien  et   de  la   préhistoire.   Plus   de   200   millions   d’euros   ont   été   investis   pour  

53

rénover   le   musée   qui   expose,   à   de   rares   occasions   et   à   l’abri   de   vitrines   à   miroirs,   la   collection   des   Papyrus   égyptiens,   la   Bibliothèque  d’Antiquité  et  Néfertiti.  La  Alte  Nationalgalerie  suivit   en   1876,   construite   par   Johann   Heinrich   Strack,   le   successeur   de   Friedrich   August   Stüler  semblable   à   un   temple  antique   destiné   aux   collections   de   peinture   du   XIXème   siècle   allemand   et   européen.   Il   rouvrit  en  2001  avec  des  œuvres  de  Monet,  Manet,   Renoir  et  Caspar   David  Friedrich.   Le   baroque   Bode   Museum   (1904),   à   l’origine   Kaiser   Friedrich   Museum  (Musée  d’Art   de  la  Renaissance  de  l’Empereur  Frédéric)  fut   baptisé   du   nom   de   son   premier   directeur   Wilhelm   von   Bode   en   1956.  Réputé  pour  sa  collection  de  sculptures  et  comme  Musée  d’Art   byzantin,   il   rouvrit   seulement   en   2006,   après   cinq   ans   et   demi   de   restauration.   Le  musée  le   plus   connu  du   complexe  le   Pergamon   Museum  d’Alfred  Mussel  (1930)  (Musée  de   Pergame)  fut  construit   devant   la  nécessité   de  créer   un  espace  supplémentaire  d’exposition   pour   accueillir   les  œuvres   des  fouilles   des   archéologues   allemands   du   XIXème   siècle   à   Pergame   et   en   en   Asie   mineure   datant   de   l’époque   où   Henri   Schliemann   découvrait   le   trésor   de   Priam.   Le   Musée  de   Pergame   continue  d’attirer  un  million  de  visiteurs  venant   du   monde   entier   par   an   pour   admirer   le   Grand   Autel   de   Pergame   reconstitué,  la  porte  du  marché  de  Milet  et  la  porte  d’Ishtar. Des   audio   guides   sont   disponibles   dans   de   nombreuses   langues   et   compris  dans  le  prix  d’entrée. Horaires  d’ouvertures  des  musées  sur  l’Ile  des  musées  : t l j .   d e   9 h   à   1 8   h ,   j e u d i   d e   9   à                              

2 1  

h    

54

La   Nouvelle   Galerie   Nationale   au   Kulturforum   -­‐   Neue   Nationalgalerie Le   bâtiment   construit   entre   1965   et   1968   par   Mies   van   der   Rohe,   directeur  du   Bauhaus,   était   à   l'origine   un   projet   pour   Cuba.   Il  s'agit  en  fait   du   seul   édi{ice   de  Mies  van  der  Rohe   à   avoir   été   bâti   sur   le   sol   a l l e m a n d   d e p u i s   s o n   émigration   aux  Etats  Unis  en   1 9 3 3 .   L ' h i s t o i r e   d e   l a   Nationalgalerie   commence   après   la   seconde   moitié   du   XIXe   siècle,  avec  la  fondation   d'une   collection   privée   couvrant   l'art   allemand   depuis   le   romantisme.     Au   début   du   XXe   siècle,   elle   intègre   également   les   tendances   modernes   allemandes   et   étrangères.   En   1920,   la   collection   est   suf{isamment   grande   pour   occuper   entièrement   le   Kronprinzenpalais,   et   ce   jusqu'en   1937.   Lors   de   l'opération   "art   dégénéré"  (Entartete  Kunst),  menée  par  les   nazis,   le  musée   est  vidé   et   voit   ses   pièces   vendues   ou   détruites.   Après   la   seconde   guerre   mondiale,   les   oeuvres   subsistantes   sont   divisées   entre  les   secteurs   occidentaux  et   orientaux.   La  partie  restée  à  Berlin  Ouest   s'agrandit   pour  devenir  un  musée   d'art  moderne,   qui   emménage  en  1968  dans   son  bâtiment  actuel. Exposition  actuelle  à  la  nouvelle  galerie  nationale  :   Kunst   des   20.   Jahrhunderts   aus   der  Sammlung   der  Nationalgalerie     "Der  geteilte  Himmel.  1945  -­‐  1968.  -­‐  L‘art  dans  l‘Allemagne  divisé. Adresse:  Potsdamer  Str.  50  (Kulturforum) Horaires  d'ouverture  :    10  -­‐  18  h,  jeudi:  10  -­‐  22  h Accès  :   U-­‐Bahn  U2  (Potsdamer  Platz),  S-­‐Bahn  S1,  S2,   S25  (Potsdamer   Platz),   Bus   M29   (Potsdamer   Brücke);   M41   (Potsdamer   Platz   Bhf   /   Voßstraße);  M48,  M85  (Kulturforum);  200 55

Arrêt   sur   la   collection   Berggruen   (Sammlung   Berggruen)   Depuis   1996,   le   Musée   Berggruen   de   Berlin   propose   des   tableaux   et   des   sculptures   de   Heinz   Berggruen.   Il   s’agit   en   réalité   de   l’une   des   plus   importantes   collections   privées   au   monde,   avec   des   œuvres   exceptionnelles   d’artistes  de  renom  du  Moderne  classique. Le   musée   est   surtout   connu   pour   ses   importants   groupes   d’œuvres   de   Pablo   Picasso,  Paul  Klee  et   Henri   Matisse.   Sur  trois   étages,   une  exposition  intitulée  «  Picasso  und   seine  Zeit  »   (Picasso  et  son  époque)  présente   des   tableaux,   des   sculptures   et   des   travaux   sur  papier.   Picasso  y  est  représenté   avec  plus   de  100  œuvres,  de   sa   période   d’études   en   1897   à   ses   dernières   années   de   1960   à  1970.   Les   tableaux  de  la  période  bleue  (1901-­‐1904)  et   de   la   période  rose   (1904-­‐1906)   y   {igurent   en   bonne   place,   tout   comme   ses   phases   cubistes   et   classicistes.   Paul   Klee  y   est   également   à   l’honneur  avec   plus  de  60  œuvres.  Sans  oublier  Henri  Matisse  … Après  la  mort  de  Heinz   Berggruen,  Nicolas   Berggruen,  né  à  Paris,  {ils   du   collectionneur   d'art   Heinz   Berggruen   et   de   Bettina   Moissi,   a   repris   le  {lambeau.   Il   fonde  Berggruen   Holdings  en   1984,   ainsi   que   Alpha   Investment   Management,   un   hedge   fund   qu'il   revendra   en   2004.   Berggruen  a  été  surnommé  "le  SDF  milliardaire"  par   Le  Wall   Street   Journal.   Il   s'est   en   effet   débarrassé   au   cours   du   temps   de   l'essentiel   de  ses   biens  tels   que  son  appartement  new-­‐yorkais  et   sa   villa  de  Miami,  et   vit   exclusivement  dans  des  hôtels   disséminés  dans   ses   divers   points   de   chute   qu'il   rallie   avec   son   jet   privé.   Il   a   notamment  fait  don   de   sa   collection  d'art  à  des  musées,  et  rejoint  le   club  des  milliardaires  philanthropes. Il  crée  en  2009   le  Nicolas  Berggruen   Institute,  un  think   tank  dedié   à   la   recherche   d'idées   nouvelles   pour   améliorer   la   gouvernance   publique  auquel  il  af{irme  dédier  la  moitié  de  son  temps.

56

la  Hamburger  Bahnhof Depuis  1996,   l'ancienne  gare   de  Hambourg,  Hamburger   Bahnhof   en   allemand,   abrite   le   Musée   d'Art   contemporain,   Museum   für   Gegenwart.   Plus   ancienne   gare   de   Berlin,   sa   construction   remonte   au   milieu   du   19ème   siècle.   Aujourd’hui   elle   abrite,   sous   forme   d’exposition   permanente,   des   œuvres   de   plusieurs   grands   noms   d’artistes  du  20ème  siècle  :  Joseph  Beuys  en   particulier,   auquel   une   aile   entière   est   consacrée,   mais   aussi   Andy   Warhol,   Robert   Rauschenberg,   Cy   Twombly,   Roy   Lichtenstein,   Keith   Haring,   Julian   Schnabel   …   Depuis  2003,   le  Musée   présente   également,   sous  forme   d’expositions   temporaires   tournantes,   l’immense   possession   du   collectionneur  d’art   Friedrich  Christian  Flick,  longtemps  critiquée  en   raison   des   liens   de   la   famille   du   collectionneur   avec   le   régime   national-­‐socialiste. Parmi   les   expositions   actuelles   :     Cy   Twombly   &   The   School  of   Fontainebleau Hamburger  Bahnhof   Invalidenstraße  50/51  -­‐  10557  Berlin Horaires  d'ouverture  :  Mar.  -­‐  Vend.  10-­‐18h  ,  Sam.  11-­‐20h Entrée  :  12  €   Accès   :   U-­‐Bahn   U6   (Naturkundemuseum),   S-­‐Bahn   S3,   S5,   S7,   S75   (Hauptbahnhof),  Tram   M6,   M8,  12   (Naturkundemuseum),  Bus  M41,   M85,  TXL  (Hauptbahnhof);  120,  123,  147,  240,  245  (Invalidenpark) La   célèbre   chef   cuisinière   autrichienne   SARAH   WIENER   tient   un   café-­‐bistro-­‐restaurant  au  Hamburger  Bahnhof.

Où  manger  un  bon  morceau  près  de  votre  hôtel  ? Dans  le  quartier  où   vous  êtes  logés,  il   y  a   de  nombreux  restaurants  -­‐   très  chics,   très  chers   mais  aussi   moins   chers  et   aussi   sympas  -­‐     où   vous  pouvez  manger  pratiquement  à  chaque  heure  de  la  journée.

57

Sachez   que   dans   les   restaurants   allemands,   on   ne   vous   sert   pas   automatiquement  du  pain  ni  de  l'eau  en  carafe.  Pour  commander   de   l'eau  plate  (en   général,   on  vous   sert   de  l'eau   gazeuse  si   vous   ne   le   précisez  pas),  il  faut  dire  :  "Ein  stilles  Wasser,  bitte." Après   le   repas,   pour   demander   l'addition,   on   dit   :   "Die   Rechnung,   bitte.".   Quand   on   règle   la   facture,   on   donne   tout   de   suite   le   pour-­‐ boire  avec  la  somme   à  payer.  Par  exemple,   si   la  facture  se   lève  à   20   €,  on  donne  au  serveur  21  €. Samos  -­‐  Restaurant  Grec Leibnizstr,56   Marooush  -­‐  spécialités  égyptiennes Knesebeckstraße  48,  Ecke  Kurfürstendamm 10719  Berlin Ali  Baba  -­‐  Restaurant  italien   Bleibtreustr.  45 El  Borriquito  -­‐  Restaurant  espagnol Wielandstr.  6 Mommsen-­‐Eck  -­‐  Spécialités  allemandes  -­‐  La  "Maison  des  100  bières" Mommsenstr.  45 Vogelweide  -­‐  Spécialités  autrichiennes  et  bavaroises Bayerische  Str.  32 Il  Calice  -­‐  Bar  à  vin  et  spécialités  italiennes   Walter-­‐Benjamin-­‐Platz  4    |     10629   Berlin    |    Tel  030-­‐3242308    |    Mo-­‐ Sa  12-­‐02  Uhr  So  17-­‐02  Uhr La  Caleta  -­‐  Spécialités  espagnoles Wielandstraße  26a   58

Pour  rentrer  à  la  maison  en  taxi  ... Il   est   tard,   vous   êtes   fatigué,   vous   voulez   rentrer  à  l’hôtel   qui   vous   semble   si   loin   ?   Si   un   taxi   vide   passe   à   côté   de   vous,   vous   pouvez   l'arrêter   et   demander   (tout   de   suite   en   montant)   une   «  Kurzstrecke  »  :   3  Euros  pour  un  parcours  allant  jusqu’à  2  km.  

L’ÉQUIPE  SE  PRÉSENTE

Sabine  GÜNTHER Née   à   Berlin.   Germaniste,   critique   littéraire,   traductrice,   chef   de   projet   auprès   de   Passage   &   Co.   Vit   depuis   1991   en   Provence.   Travaille   comme   auteur   free-­‐lance   pour   différentes   stations  de  radio  en  Allemagne.   Spécialisée   en   littérature   et   philosophie   françaises  contemporaines. Entre   1991   et   1995,   enseignante   en   civilisation   et   théâtre   allemands   à   l‘Université   d‘Aix-­‐en-­‐Provence.   En   1996,   elle   a   fondé   l‘association   Passage   &   Co.   -­‐   une  Organisation  à  but  non  lucratif  destinée   à   promouvoir   de   nouvelles   formes   d‘échanges   culturels   et   littéraires   en   Europe.   Elle  anime  de   balades   littéraires   à   Marseille   et   organise   des   séminaires   européens   ainsi   que   des   voyages   culturels   sous  le  label  TELL  ME  TOURS.

59

60

Walter  KREIPE Vit   depuis   1963   à   Berlin.   Études   e n   l a n g u e s   e t   l i t t é r a t u r e s   romanes,   études   germaniques   et   politologie.   P r o f e s s e u r   d ’ a l l e m a n d   à   Clermont-­‐Ferrand.   Assistant   de   r e c h e r c h e   a u   d é p a r t e m e n t   “Littérature   comparée”   à   la   Freie   Universität   de   Berlin.   Éditeur.   Professeur   de   lycée   (français   et   a l l e m a n d ) .   D e   n o m b r e u s e s   expériences   dans   le   domaine   des   échanges   scolaires   franco-­‐ allemands.   Guide   conférencier.   Membre   de   la   Société   Max   Liebermann.   Collaboration   free-­‐lance   avec   la   Fondation   Brandenburgische  Gedenkstätten,  avec   différents  musées  et   avec  les   agences   Berlin   Tourismus   Marketing,   gehen   &   sehen   et   Berlin   Kompakt.  

Thea  Göhring Née   en   1989   à   Francfort-­‐Hoechst.   Depuis   2010   étudiante   en   licence   internationale   «   Allemand-­‐Lettres   »   à   Rheinische   Friedrich-­‐Wilhelms-­‐Universität   Bonn.   De   2011   à   2012   une   année   d'études   à   Paris-­‐ Sorbonne   (Paris   IV).   Les   matières   principales   sont   la   littérature   et   la   linguistique  comparées  (franco-­‐allemand).   2012   stage   auprès   de   «   Passage   &   Co.   ».   Collaboration   aux   ateliers   «   Plan   d'exil   »,   «  Nord-­‐Sud-­‐Passage  »  et  le  séjour  culturel  «  tell  me  tours  Berlin  ». 60

Floriane  Moro

Etudiante   en   traduction   et   management   interculturel   à   l’Ecole   Supérieure   de   Traduction   et   de   Relations   Internationales   de   Lyon.   Licence   de   Langues   Etrangères   Appliquées   anglais-­‐allemand   de   l’Université  Lyon  II. Stage   de   traduction   et   d’organisation   évènementielle  chez  Passage  and  Co.  à   Berlin,  juillet  2012.

Thomas  Nolte

Née   en   1986   à   Marbourg.   Etudes:   2011   Bachelor   of   Arts   de   Littérature   et   langue   allemande   avec   mineures   romanistique   française  et  musicologie  (Philipps-­‐ Universität   Marburg),   depuis   2011  Master  Aires  interculturelles   franco-­‐allemand   (Université   de   P r o v e n c e   e t   U n i v e r s i t ä t   Tübingen). Stage  auprès  de  «  Passage   &  Co.  »,   juillet   2012.   Collaboration   aux   ateliers   «   Nord-­‐Sud-­‐Passage   »  et   le   séjour  culturel  «  tell  me  tours  Berlin  ».

61

L‘association  porteuse  du  projet  TELL  ME  TOURS PASSAGE  &  CO.

Échanges  culturels  et  littéraires  en  Europe   Passage   &   Co.   –   Échanges   franco-­‐ allemands   culturels   et   littéraires   en   Europe   est   une   association   loi   1901,   créée   à  Marseille   en   février   1996  par   l a   c r i t i q u e   l i t t é r a i r e   S a b i n e   GÜNTHER.   Après   la   fermeture   de   «  l’Institut   Goethe  »   en   1997,  notre   a s s o c i a t i o n   –   à   t r a v e r s   s e s   différents   projets   culturels   -­‐   est   devenue   l’un   des   acteurs   principaux   dans   le   domaine   des   échanges   littéraires   et   culturels   franco-­‐ allemands  en  région  PACA.   Parmi  nos  activités  et  projets  culturels  franco-­‐allemands  : -­‐   Nous  promouvons   la  mobilité  des  artistes   en   Europe,  la  traduction   littéraire  et  la  diffusion  de  la  poésie  contemporaine.   -­‐   Nous  soutenons  activement   l’apprentissage  de  langues   étrangères   et   développons   les   échanges   culturels   entre   jeunes   venant   de   différents  pays  européens.   -­‐ Nous  travaillons  sur  la  mémoire  de   l‘exil,   sous   forme  d‘ateliers,   de   projets  artistiques  et  de  séminaires  européens. -­‐ Nous  proposons  un  programme  de   balades   littéraires  (7  thèmes  au   choix)  à  Marseille  et  dans  la  région  PACA.     PASSAGE  &  CO.  –  Chemin  de  la  Porte  rouge,  F  –  13530  Trets Tél/Fax:  04  42  29  34  05  /Mél:  passage.co@gmail.com www.passage-­‐co.com  

62

LECTURES   DÖBLIN   Alfred   /   Berlin   Alexanderplatz   /   Roman   /   entre   deux   guerres   /   Dans   les   bas-­‐fonds   du   Berlin   des   années   1925-­‐30,   l’aventure  d’un  criminel,  libéré   de  prison,  qui,  poussé  par   la  fatalité,   retourne  au  crime.  Nouvelle  traduction  !!! FALLADA   Hans   /   Seul   dans   Berlin   /   Roman   /   1947   /   En   1940,   à   Berlin,  à  travers  le   quotidien  d’un   immeuble   modeste   où  cohabitent   persécuteurs  et   persécutés,  la   description  des  conditions  réelles   de   survie   des   citoyens   allemands,   juifs   ou   non,   sous   le   IIIème   Reich   :   l’un  des  plus  beaux  livres  sur  la  résistance  antinazie. ROTH   Joseph   /   A   Berlin   /   Textes   /   1921   –   1933   /   Les   articles   du   correspondant   allemand   le   plus   réputé   de   son   époque,   arrivé   à   Berlin  en  1920. TERRAY  Emmanuel  /  Ombres   berlinoises  /  Document  /  1996  /  Une   visite  des  ‘lieux  de  mémoire’  les  plus  signi{icatifs   de   Berlin,  célèbres   ou  ignorés.  Un  voyage  dans  une  autre  Allemagne... GRÉSILLON,  Boris  /  Berlin,  Métropole  culturelle  /  Belin  /  2002 Bernard  OUDIN   et   Michèle   GEORGES  /   Histoires   de   Berlin   Georges   (Perrin,  2010)  Le   portrait  haut  en  couleurs  d'une   ville  jeune  -­‐Berlin   ne   devient   Berlin   qu'au   XVIIe   siècle-­‐   à   travers   les   lieux   et   les   personnages  qui  l'ont  modelée. Sous   la   direction   de   RICHARD,   Lionel   /   Berlin,   1919-­‐1933   :   Gigantisme,   crise  sociale  et  avant-­‐garde   :  l'incarnation  extrême  de  la   modernité  (Editions  Autrement,  2005) Anne  WIAZEMSKY,  Mon  enfant  de  Berlin.  Gallimard  2009 En  septembre   1944,  Claire,  ambulancière  à  la  Croix-­‐Rouge  française,   se   trouve   à   Béziers   avec   sa   section,   alors   que   dans   quelques   mois   elle  suivra  les  armées  alliées  dans  un  Berlin  en  ruine.   63

Hotel Bogota, Schlüterstr. 45 En direction de la Gare Zoologischer Garten (Bahnhof Zoo, terminus), prenez sur le Kurfürstendamm le bus M49. En direction de lʻhôtel à partir de la gare Zoologischer Garten, prenez le bus M49 en direction de „Heerstr./ Nennhauser Damm. Descendez à la 4ème station : Schlüterstr.

64


Carnet berlinois 2012