Page 1


EditoEDITO de Pasky Merci à vous qui soutenez la revue après son passage au numérique. N’hésitez pas à nous soumettre vos suggestions pour améliorer le site. Parallélement à l’évolution du site Nous souhaitons réimprimer la revue en 2014. Nous lançons à ce propos une souscription en fin de magazine Ours et Poupées continue grâce à vos abonnements réguliers et vous souhaite une bonne année 2014


Réouverture du Musée de la Poupée à PARIS


Parisienne GAULTIER (1870)


groupe de bébés Steiner, Petit & Dumoutier, Mascotte, Rabery Delphieu, vers 1801890


bébé Kestner, début XX


groupe de baigneurs en cellulo誰d Marraine de guerre Jean Ray, 1917 Copyright MUSEE DE LA POUPEE PARIS


La rédaction a reçu


Livre en vente au Musée de la Poupée, Paris (voir liens du site )


Bonbonnières Le doux art des petites boîtes

«Bon! Bon!» s’écrient les dames de l’époque rococo en goûtant pour la première fois les douceurs que le maître queux du comte du Plessis-Praslin avait créées pour les grandes réceptions de celui-ci. «Bon! Bon!» devient ainsi le nom des nouvelles friandises. Le bonbon ou la praline sont rapidement les chouchous des grands confiseurs et maîtres pâtissiers qui rivalisent d’inventivité pour trouver de nouvelles variantes raffinées à ces délicieuses gourmandises. L’appellation «bonbonnière» est dérivée du mot bonbon. Il s’agit d’une boîte servant à conserver les sucreries, depuis toujours considérées comme un luxe. Jusqu’au XIXe siècle, les bonbonnières sont des boîtes richement et minutieusement décorées. Elles peuvent être en or ou en argent, et parfois ornées de pierres précieuses. Ces petits chefs-d’œuvre servant à conserver les friandises sont également appréciés comme objets d’exposition et offerts en cadeaux de prix. Leurs luxueuses variantes sont des montres à gousset et des boîtes

à musique dont le contenu réserve des surprises. Artistiquement travaillées à la main en métal précieux, en albâtre ou en porcelaine, elles s’enrichissent d’ivoire, de nacre, d’écaille, d’ambre ou d’émail. On raconte ainsi que MarieAntoinette, reine de France, possédait deux bonbonnières en ivoire, délicatement sculptées par le très célèbre artiste dieppois Jean-Antoine Belleteste.


Dans ce contexte culturel et historique, les bonbonnières sont offertes à l’occasion de fêtes, baptêmes et mariages; les hôtes en font présent à leurs invités en remerciement ou en souvenir de l’événement. En général, on sucrait autrefois les aliments avec du miel ou du sirop. Les confiseries en sucre, comme les pétales de violettes candies sous forme de pastilles, n’étaient accessibles qu’à un petit cercle de privilégiés. Le raffinement extrême des anciennes bonbonnières est tout à fait digne de leur contenu de grand prix. Leur nom, en usage en France depuis 1870 env., ne tarde pas à s’imposer aussi en Allemagne. Aujourd’hui encore, on appelle bonbonnières les boîtes remplies de friandises.


.

On trouve aussi de magnifiques animaux en papier mâché ou en terre, parfois peints ou recouverts de fourrure ou de mohair. Leur diversité est tout aussi inouïe: chèvres, bisons, chevaux, poules, canards, chiens, chats, lions, bref tout un zoo. Les chiens recouverts de fourrure sont très appréciés comme accessoires pour les magnifiques poupées en porcelaine. Ces objets sont souvent utilisés aussi comme jouets, ce qui explique pourquoi il n’en reste pas beaucoup dans le monde…


Il peut s’agir également de poupées complètes en porcelaine, dont le corps dissimule un étui. En ouvrant le corps, on découvre l’étui rempli de friandises. Dans les variantes toutes simples, la tête est montée directement sur une boîte où l’on place les «bon-bons». La tête ou le buste des poupées sont en cire, en porcelaine, en biscuit de porcelaine, voire plus tard en celluloïd. Les motifs des bonbonnières suivent naturellement la mode en vogue ou l’esprit du temps. L’époque art déco est représentée au même titre que le style victorien. Bonbonnières de saison ou dédiées aux occasions spéciales On crée aussi bien sûr des bonbonnières spéciales pour les occasions les plus diverses. Elles viennent en bonne place parmi les objets de Pâques: lièvres en papier mâché de toutes tailles et formes, petits et grands canards, et même le célèbre œuf de Pâques, un sujet très apprécié. Certains sujets sont plutôt modestes, entourés de papier en couleur, d’autres plus luxueux, recouverts de soie et ornés d’un motif peint à la main. On trouve aussi des décors en plomb ou de petits pieds en laiton. On offre une cigogne pour les naissances et pour les baptêmes une boîte portant le nom de l’enfant et le jour de la cérémonie. A Noël, les «boîtes à bonbons» (leur autre nom) se vendent très bien. On trouve des Pères Noël, des pommes de pin entourées d’une feuille de couleur et toutes sortes de petits objets à suspendre dans le sapin. A la Saint-Sylvestre, on peut acheter des cochons de toutes tailles en terre ou en papier mâché, voire recouverts de fourrure. Incontournables également, les autres portebonheur que représentent les ramoneurs et les champignons. Il existe des bonbonnières connues uniquement dans certains pays ou régions. On compte parmi elles le «Krampus» d’Autriche, une sorte de figure de diable. Outre des motifs comiques et grotesques, de célèbres personnages de contes, comme Blanche-Neige et les sept nains, ou des héros de dessins animés, tels que Popeye, ne manquent pas.


Ouvertures sophistiquées Certaines boîtes à bonbons n’en ont pas forcément l’air au premier coup d’œil. En particulier lorsqu’il s’agit de figurines. Afin d’accéder aux douceurs qui s’y cachent, il faut soulever le buste de la plupart des poupées, l’étui se trouvant dans la partie inférieure de leur corps. D’autres dissimulent leur doux secret tout simplement sous leur ample vêtement. La plupart du temps, il faut d’abord ôter la tête des animaux. Les oiseaux, en particulier les grues, cigognes et canards, recèlent les sucreries sous l’une de leurs ailes qu’on doit


relever pour les découvrir. Dans les meubles, ce sont les tiroirs ou les portes qui s’ouvrent. Quant aux cigares, ils s’ouvrent en deux.

Boîtes de «La Marquise de Sévigné» L’histoire de cette fabrique de chocolats ressemble à un conte de fée. Elle commence en 1898, lorsque les époux Auguste et Clémentine Rouzaud à Royat (France) fondent une fabrique de chocolats. Dès le départ, leur objectif est de créer uniquement les meilleurs chocolats de qualité, afin qu’ils deviennent des produits de luxe. Pour y parvenir, madame Rouzaud adopte une stratégie de distribution géniale. Elle invente «La Marquise de Sévigné» et vend désormais ses produits sous ce nom. Ses chocolats connaissent un rapide succès dans toute la France. En l’espace de quatorze ans seulement (de 1900 à 1914), onze points de vente s’ouvrent, dont deux à Paris. Mais «La Marquise de Sévigné» est aussi représentée à Nice, Lyon, Cannes, Monte-Carlo et Deauville. Quand on se veut de la bonne société, on achète ses friandises chez «La Marquise de Sévigné». Le décor de ces boîtes de confiseries représente souvent des scènes du temps de Louis XIV où figure la marquise de Sévigné à la célèbre coiffure. Ces produits sont très coûteux. Ainsi la boîte «Chez Fouquet» de l’assortiment de Noël 1923 coûte 33 francs, somme fort rondelette à l’époque. Madame Rouzaud la présente à une fête chez Fouquet où elle est invitée en tant que «La Marquise de Sévigné».


Histoire du chocolat et présentation des confiseries C’est à la fin du XVe que les conquistadors espagnols rapportent le chocolat du nouveau monde en Europe. Le peuple aztèque dégustait le cacao mélangé au maïs pour obtenir une sorte de bouillie, ou sous forme de boisson aromatisée au miel et à la cannelle. Ce sont les Espagnols qui passent pour les véritables inventeurs du chocolat, grâce à leur idée d’associer cacao et sucre de canne. La consommation de chocolat se répand petit à petit dans tout le royaume d’Espagne qui conserve le monopole de son importation et de sa fabrication jusqu’à la fin du XVIIe siècle. C’est seulement par la suite qu’il arrive en Hollande et dans le reste de l’Europe. Copyright texte et photos / Musée des jouets du monde de Bâle.


Album photos LES OURS CHILTERN

Les premiers ateliers de jouets Chiltern datent de 1908 et sont installés à Chesham, dans le Buckinghamshire. Le nom vient des collines environnantes, les Chiltern Hills. A la gamme de poupées originelle est adjoint en 1915 le premier ours: Master Teddy, dont les yeux un peu globuleux et la tête ronde sont particulièrement originaux.


A la mort du créateur Joseph Eisenmann en 1919, c'est son gendre Leon Rees qui hérite de l'entreprise. Après un déménagement à Chesham, Leon s'associe à Harry Stone pour former la H.G. Stone and Co. Ltd. Une 2ème usine est ouverte à Tottenham (près de Londres) en 1921. La gamme des ours Hugmee apparaît en 1923 et la marque "Chiltern Toys" est enregistrée en 1924.Pendant la 2ème guerre mondiale, la production est interrompue à l'usine de de Chesham mais se poursuit à Tottenham.Nouveau déménagement à Amersham où elle restera jusqu'à la fermeture en 1960, mais une 2nde usine est ouverte dans le Pays de Galles, à Pontypool en 1947. En 1967, quatre ans après la mort de Leon Rees, Chad Valley reprend Chiltern, d'où une étiquette portant les 2 noms pendant quelques temps. TEXTE DU SITE OURSEMENT-VOTRE/ PHOTOS Vectis auction LONDRES


Magie d’hiver en porcelaine : Les snow babies

Nom et naissance des snowbabies Les experts sont partagés à propos du nom comme de l’origine des snowbabies. Il existe en effet deux théories. L’une affirme que leur origine est à chercher du côté de la production des bonbonnières en Allemagne. Il y a 200 ans déjà, on y fabriquait des boîtes à bonbons en forme d’ours polaires, ainsi que des poupées en sucre roulées dans du sucre blanc pour donner une impression de neige. On raconte qu’un confiseur aurait fait fabriquer des poupées en porcelaine pour dynamiser ses ventes. Ainsi seraient nés les snowbabies en porcelaine. L’autre théorie nous emmène sur les traces de l’explorateur Robert Edwin Peary qui, de 1891 à 1909, a entrepris plusieurs expéditions au Groenland et sur les glaciers arctiques. Sa fille Marie a été la première enfant blanche à naître au nord du cercle polaire. Les autochtones,


enthousiasmés par ce bébé à la peau claire, l’ont appelé «Ah-poo-mick-aninny», ce qui signifie «snowbaby». Pour financer les expéditions, Robert E. Peary et sa femme Josephine ont écrit des livres. L’un des ouvrages pour enfants de Josephine Peary s’intitule «The Snow Baby». Par la suite, sa fille Marie Peary, «l’enfant des neiges», a elle-même écrit des livres pour enfants. On ignore aujourd’hui encore si le livre intitulé «The Snowbaby’s Own Story» a suscité l’idée de produire des personnages en porcelaine ou si leur origine vient des bonbonnières d’Allemagne.

Snowbabies classiques Le snowbaby classique est en porcelaine non émaillée et représente un enfant en vêtements d’hiver. Ces vêtements, recouverts de paillettes micacées en porcelaine finement broyée, évoquent les flocons de neige fraîchement tombés. Les premiers snowbabies sont fabriqués en Allemagne vers 1905. Les


visages peints sont fidèles à la nature; chaque détail est travaillé par des artistes. La production est interrompue pendant la Première Guerre mondiale. Bien qu’il existe aussi des figurines sans mica imitant la neige, ainsi que d’innombrables

personnages

et

représentations,

tous

sont

également

considérés comme des snowbabies: pères noël, elfes et nains, petits chanteurs de Noël, pingouins et ours polaires, adultes à skis ou en luges, bonshommes de neige ou personnages de Disney, etc. Les snowbabies permettent ainsi de créer souvent à Noël de charmantes scènes hivernales. Vers 1910 en Angleterre, on utilise de grands snowbabies d’env. 5 cm comme décoration sur les mokas blancs.

Production ultérieure de snowbabies


Vers 1920, après la fin de la Première Guerre mondiale, la production de snowbabies reprend. Mais cette fois, on accorde beaucoup moins de soin à leur finition; il s’agit désormais de production de masse. On n’attache plus guère d’importance aux détails et même la peinture laisse à désirer. On ne les fait même plus cuire après les avoir peints. Leurs teintes sont plus contrastées et la plupart des personnages sont plus petits qu’au début. Cette «nouvelle» génération de snowbabies se distingue toutefois par sa fantaisie, les personnages prennent des poses plus «actives»: un enfant donne le biberon à un pingouin, un père Noël lance des jouets d’un avion, etc. La variété est pratiquement infinie. On estime qu’il existe plus de 2000 sujets. Peu avant la Deuxième Guerre mondiale, on commence à fabriquer aussi des snowbabies au Japon. Mais il s’agit en général de figurines de moins bonne qualité qu’en Allemagne.


Manufactures On

compte

parmi

les

plus

importants

fabricants

de

snowbabies

les

manufactures de porcelaine allemandes «Galluba & Hoffmann», «Gebr. Heubach AG», «Porzellan- und Steingutfabrik Hertwig & Co.», «Porzellanfabrik Limbach» ou «A.W. Fr. Kister Porzellanmanufaktur». De 1890 à 1926, «Galluba & Hoffmann» produit des figurines et des poupées. Ses snowbabies comptent sûrement parmi les plus beaux et se distinguent par leur excellente qualité. Cette manufacture crée en plus des snowbabies avec de la neige dans les tons


bleus ou ivoire. La neige bleue possède une spécificité: la couleur bleue est en effet peinte sur la porcelaine avant d’être cuite et fragmentée. Seule la neige bleue de «Galluba & Hoffmann» présente cette particularité. Les anciens snowbabies bleus, fabriqués vers 1905, sont souvent marqués «G&H».

Objets de collection Les snowbabies allemands des débuts font aujourd’hui partie des objets recherchés par les collectionneurs, en particulier les figurines de «Galluba & Hoffmann», «Gebr. Heubach AG» et «Hertwig

& Co.». L’exposition présente

un grand nombre de snowbabies fabriqués par ces trois producteurs. Du fait de l’engouement croissant des collectionneurs pour les snowbabies, on voit aussi augmenter le nombre des copies sur le marché. Avant d’acheter une figurine, il est donc recommandé de prendre le temps de l’examiner attentivement.


Copyright images THERIAULTS Texte Musée des jouets du Monde BÄLE


POUR UNE INSERTION PUBLICITAIRE ENVOYEZ UN MAIL à oursetpoupees@yahoo.fr


"Little bilingues accompagne les enfants âgés de 2 à 6 ans dans l'apprentissage de l'anglais ou du français deuxième langue. Téléchargez gratuitement eBooks et activités ludiques." www.littlebilingues.com


Les poupées de PEYNET

Raymon Peynet à Montmartre

Les poupées du dessinateur français Raymond PEYNET (1908-1999) témoignent d’une façon charmante, naïve et personnelle des aspects de notre société au travers de petits personnages féminins et masculins qui endossent les costumes spécifiques issus du microcosme culturel français, reflétant ainsi une tranche de notre histoire au travers des yeux d’un authentique poète. Ces poupées furent réalisées d’après les dessins de Peynet par la société TECHNIGOM . Elles comptent 170 modèles parmi


lesquels certains sont repris en couple. Elles furent réalisées en mousse de latex entre 1953et 1968 et vendues dans des boîtes en carton parfois avec un couvercle opaque (modèle Strip tease), mais presque toujours à couvercle en rhodoid transparent, et sont de couleur blanche rayée de rose. Les vêtements qui étaient réalisés à domicile par les couturières, sont accompagnés presque toujours de charmants accessoires miniatures. Les poupées sont fragiles en raison du materiau bio-dégradable dans lequel elles furent conçues. Elles s’auto détruisent, mais cependant nombre d’entre – elles, pour des raisons inconnues arrivent à franchir sans trop d’encombres les années. Comme le conseillait TECHNIGOM et Raymond PEYNET, on pouvait placer les poupées sous des globes de verre à défaut de les laisser dans les boîtes. On peut aussi les talquer légèrement.


Les poupées de PEYNET subirent quelques évolutions durant les quinze années de leur courte vie. Les cheveux par exemple furent d’abord réalisés en fil de soie puis par la suite en nylon. Des modèles sont abandonnés au bout de quelques années en raison des tissus devenus indisponibles (en 1964 par exemple il n’est plus possible d’acquérir « Tahitienne », « Etourdie », « Strip tease » « Mimouna » et « Chasse aux papillons ».Un mobilier, des supports, des cadres ainsi que des décors furent ajoutés. Presque chaque poupée comporte un ou plusieurs accessoires miniatures qui ajoutent au charme de l’ensemble. Le fait que certains modèles eurent plus ou moins de succès les classent par degré de rareté auprès des collectionneurs. Ajoutons encore que quelques modèles eurent une variant au fil des années tel « Côte d’azur » qui eut un oiseau puis le perdit, ou même changèrent de nom tel « Squaw valley » qui devint « Grenoble 68 » en conservant le même numéro. A noter que la sociéte MASPORT reproduit quelques modèles en exclusivité ( 6 et deux couples : Parisienne, Miss Twist, Opéra, Starlett, Avocate , Dîner aux chandelles ») dans un materiau plus durable mais en utilisant le même emballage. Copyright François THEIMER


Prochain magazine en MARS 2014


OFFRE SPECIALE NOEL

Une année complète de ventes aux enchères

Coffret NEUF de l'année complète de vente aux enchères poupées, ours, jeux et jouets organisées à PARIS par l'expert François THEIMER; Nous vendons les 5 catalogues des 5 ventes de l'année 2013, avec les résultats obtenus aux ventes, le tout réuni dans un superbe coffret cartonné imprimé. Chaque catalogue fait entre 60 et 80 pages, soit plus de 350 pages de photos, descriptifs et de cotations poupées, jouets et jeux anciens. Un document indispensable pour donner une valeur à votre collection.


Prix de l'ensemble des 5 catalogues avec résultats + COFFRET DE RANGEMENT : 65 euros port colissimo compris Règlement svp à l'ordre de/

LA LIBRAIRIE DU JOUET BP 90240 88212 REMIREMONT Tel :0631232396


LE MAGAZINE MENSUEL DES JOUETS aux USA


Notre projet pour 2014 Suite à de nombreuses demandes De votre part, nous envisageons si nous avons assez de souscriptions d’abonnement de réimprimer La revue Ours et Poupées

Nous lançons à cet effet une souscription d’abonnement annuel de 60 Euros Pour 4 magazines trimestriels Merci de nous envoyer un mail ou votre adresse pour recevoir ce bon de souscription.

Enoursetpoupees@yahoo.fr 2104 Je pense à m’abonner au site OURS &Poupées www.oursetpoupees.com


www.oursetpoupees.com


DOLLS AND BEARS MAGAZINE 41  

The magazine entirely devoted to antique dolls and teddy bears collectors (french language edition) our website www.oursetpoupees.com

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you