Page 1

p asc a le b orn ais -lam oth e portfolio | 2010 - 2017


2 | 36


c u r r i c u l u m vi tae - pas cale b o rn ais -lam o th e Architecte + (514) 686-8425 pascale.b.lamothe@gmail.com

3 | 36


c urriculum vitae EXPÉRIENCE DE TRAVAIL Architecte :: ADHOC architectes, Montréal 2017 à ce jour — Principales tâches : Être en charge d’un projet de l’esquisse à la construction Être en charge de la conception Présenter des esquisses conceptuelles et préliminaires Réaliser des études de faisabilité Réaliser des études réglementaires Réaliser des études de codes Participer au développement BIM du bureau Mener des réunions de coordination avec les différents intervenants et les clients Dessiner l’ensemble des documents pour demandes de permis avec les municipalités Prendre part aux visites de chantier et à la rédaction de rapports — Projets : Maisons unifamiliales • Logements collectifs • Réaménagements intérieurs • Mezzanines • Tours à logements • Résidences étudiantes • Espaces publics éphémères 2015 - 2017 Stagiaire en architecture :: Guillaume Lévesque Architecte, Montréal — Principales tâches : Assister l’architecte chargé de projet Contribuer aux relevés de bâtiment, à la mise en plan et aux esquisses Participer à la phase de conception Concevoir des images photoréalistes Prendre part aux réunions de coordination avec les différents intervenants et les clients Estimer les coûts des travaux à la phase esquisse Dessiner l’ensemble des documents pour obtention de permis avec la ville Dessiner l’ensemble des documents pour soumission et construction — Projets : Maisons unifamiliales • Projets communautaires • Projets dans le nord • Logements collectifs Réaménagements intérieurs • Mezzanines • Résidence privée d’hébergement • Rénovations majeures • Aménagements extérieurs Stagiaire en architecture :: Michel Pellerin Architecte, Trois-Rivières —Principales tâches : Assister les architectes chargés de projet Contribuer aux relevés de bâtiment et à la mise en plan Participer à la phase de conception Concevoir des images photoréalistes Rencontrer les représentants et mettre à jour la matériauthèque Contribuer à la rédaction d’offres de service et à des concours d’architecture Établir des échéanciers à l’interne et des méthodes d’archivage de documents

4 | 36

2011 - 2014

— Projets : Maisons unifamiliales • Logements collectifs • Commercial • Hôtels de ville • Postes de police Hôpitaux • Écoles • Réaménagements intérieurs


c urriculum vitae Parcours académique Maitrise en architecture 2013 - 2015 École d’architecture de l’Université Laval, Québec

Baccalauréat en architecture, profil international

2010 - 2013

École d’architecture de l’Université Laval, Québec

Échange étudiant 2012 - 2013 École polytechnique nationale d’Athènes, Grèce

Diplôme d’études collégiales en Sciences de la Nature

2008 - 2010

Cégep de Trois-Rivières, Trois-Rivières

IMPLICATION ÉTUDIANTE Coprésidente du comité des finissants

2014 - 2015

École d’architecture de l’Université Laval, Québec

Membre du comité de l’OBJET 2015

2014 - 2015

École d’architecture de l’Université Laval, Québec

Secrétaire aux communications

2013 - 2014

Association des étudiants en architecture de l’Université Laval, Québec

Responsable aux affaires sociales internes

2011 - 2012

Association des étudiants en architecture de l’Université Laval, Québec

PUBLICATIONS Le quatre-temps : Une présence nutritive et collective au cœur du quartier Saint-Roch, E(P)

Hiver 2015

—Essai (projet) publié à la bibliothèque de l’Université Laval et en ligne (2015)

Imminik amma Nuna — Indépendance et territoire, ÉAUL, Atelier Construction et design

Hiver 2014

—K. Blais, Laurent. « (Re) bâtir la confiance au nord du 55e parallèle », Nouveau Projet, No.7 (Québec) (2015) —Casault, A. Exposition de maquettes « Habiter le Nord », Musée de la civilisation, Mai 2014. —Blais, M. et Casault, A. (Québec), Dahan, P. et Piccon, L. (Strasbourg) (2014) Experiments in culturally appropriate dwellings for Nunavik : Architecture studios explore the idea of a contemporary inuit home and its relationship to the territory. Conférence Arctic Change 2014. 8-12 December, Ottawa, Canada. —Blais, M. et Casault, A. (2014) Habiter le nord aujourd’hui. 19ème Congrès d’études Inuit. Le savoir qui illumine – Enlightening Knowledge. 29 octobre – 1er novembre 2014, Université Laval, Québec.

BOURSES D’EXCELLENCE Le quatre-temps : Une présence nutritive et collective au cœur du quartier Saint-Roch, E(P)

Hiver 2015

— Bourse Pierre Martin Architecte - Projet remarquable par les sensibilités sociales — Bourse LEMAY | Associés - Projet dont le caractère innovateur et créatif bonifie les collectivités, optimise les ressources et réduit l’empreinte écologique — Bourse BGLA | Architecture + Design - Projet démontrant un bel équilibre entre échelle humaine et échelle urbaine

5 | 36


c urriculum vitae COMPÉTENCES PARTICuLIÈRES Modélisation 3D & dessin 2D AutoCAD Google SketchUp Revit Rhinoceros 3D Grasshopper Logiciels de rendus Google SketchUp Podium V-RAY Enscape Traitement d’image, graphisme et mise en page Photoshop Illustrator InDesign Premiere Suite Microsoft Office Web Graphisme web Réseaux sociaux Publicités Facebook Langues parlées et écrites Français, anglais et espagnol de base

6 | 36


référen ces ISABELLE larocque BLH Architectes Architecte patronne + (819) 840-2812

patrice harvey BLH Architectes Architecte patron + (819) 840-2812

MARIE-PIER DUFOUR BLH Architectes Architecte + (514) 573-3170

Olivier Vallerand École d’architecture, U. Laval Architecte et chargé de cours @ olivier.vallerand.1@ulaval.ca

MYRIAM BLAIS École d’architecture, U. Laval Architecte et professeure @ myriam.blais@arc.ulaval.ca + (418) 656-2131 p. 3206

7 | 36


t ab le d es m atières Projets sélectionnés

le quatre-tem ps Une présence nutritive et collective au cœur du quartier Saint-Roch p. 10 — 13

i m min ik am m a n un a Prototype d’habitation inuite en cap rocheux d’Umiujaq p. 14 — 17

r electure s o n ore Hôtel expérimental à l’entrée de l’aéroport de Dorval p. 18 — 19

m urm uratio n Installation temporaire intérieure p. 20 — 21

pum p it up La station-service comme espace public pour Montréal p. 22 — 23

8 | 36


la pas s erelle Centre d’interprétation et de production archéologique aux ruines de Kerameikos p. 24 — 25

la co n s tellée École primaire pour une revitalisation du quartier de Kato Patisia p. 26 — 27

b rum e Centre de création et de diffusion artistique pour la paroisse de Sainte-Geneviève p. 28 — 29

a l l é g or i e Musée maritime sur les chantiers Davie à Lévis p. 30 — 31

pho to graphie Voyages européens p. 32 — 33

9 | 36


Perspective avant du coin du Pont et du Roi

Un nouveau point rassembleur pour Saint-Roch

10 | 36 Une présence rassurante et lumineuse

Contextualisation des serres en toiture

Un écran végétal pratique et générateur de fraicheur


le q ua t r e - t e m p s | Une présence nutritive et collective au cœur du quartier Saint-Roch Essai (projet) de fin d’études en architecture, supervisé par Olivier Vallerand — Hiver 2015 LA PROBLÉMATIQUE — Dans un contexte urbain tel que Saint-Roch, les difficultés sociales sont multiples. L’accessibilité à de la nourriture saine et abordable est réduite tant pour les habitants du quartier que pour les banques alimentaires œuvrant dans le secteur. Ce type d’organisme, fonctionnant selon un système de dons, accueille une clientèle diversifiée et constamment grandissante. Malheureusement, on y manque fréquemment d’espaces agréables, de lieux extérieurs pour jardiner et de ressources alimentaires. Sur une base quotidienne et récurrente, les quantités de nourriture (peu succulente) s’épuisent rapidement et les banques alimentaires doivent fermer leurs portes à la population.

LE PROJET D’ARCHITECTURE — À cet effet, le quatre-temps vient s’implanter dans Saint-Roch, sur la parcelle au coin des rues du Pont et du Roi. Ce nouveau bâtiment adapté aux besoins alimentaires et collectifs d’organismes communautaires vise à bonifier la qualité de vie actuelle et à renforcer l’esprit de collectivité sociale déjà présent. En s’appuyant sur un concept de foodscape ou de paysage alimentaire comestible*, les multiples interventions architecturales encouragent l’alimentation saine en ville et sont guidées par un jeu entre les diverses échelles suivantes :

Distribution de nourriture

Serres en toiture

Aide alimentaire

Cuisines créatives

Surfaces végétales

Mobilier collectif

Activité humaine

Le paysage alimentaire comestible* comme outil d’intervention architectural à plusieurs échelles, pour une ville en santé. * « Paysage alimentaire comestible » défini par : « des espaces physiques, organisationnels et socioculturels où les gens partagent des repas, des rencontres ou des discussions encourageant l’alimentation saine. »

Le quatre-temps est un lieu de rassemblement comprenant quatre types d’expériences culinaires différentes, pour tout type de clientèle, et pour toute saison de l’année. C’est un projet qui pourra croitre tranquillement dans un endroit où les conditions urbaines sont plus difficiles, mais où l’activité humaine est très présente et bien vivante.

11 | 36 Plan d’implantation avec bâtiments principaux et serres urbaines


Rue de La Salle

11 14

A

9

13

4

A

10 7 6

5 Rue du Pont

11

2

1

11 8 6 3

12 7

6

9

1 Accueil 2 Casiers / Vestiaires 3 Cu. communautair 4 Cu. collectives 5 Petit parc public 6 Zone de préparatio 7 Entrepôt 8 Chutes à déchets 9 Monte-charge 10 Plate-forme éléva 11 Issue 12 Débarcadère 13 Café-restau végé 14 Vélo-livreurs

6 10 11

Plan du rez-de-chaussée | Échelle 1 : 200

Rue du Roi

Passerelle d’entrée vers l’amphithéâtre Amphithéâtre amovible, polyvalent à toutes sortes d’évènements

3 cuisines laboratoires privées, à louer

Espace pour cultiver des fines herbes

Parois de polycarbonate pour l’intimité et la diffusion de la lumière

Le bloc privé | Cuisines laboratoires et amphithéâtre

Int l’us

Le mobilier des cuisines | Cuisines com

12 | 36 Des espaces perchés et lumineux

Des grandes proximités entre les différents usagers


s res

Élévation nord du bâtiment principal et secondaire, rue De La Salle

on

atrice

Serres communautaires hydrop.

Jardins éducatifs

Serres communautaires hydrop.

Circulation Bureaux de consul. en nutrition

Amphithéâtre Espace public collectif

Cuisines labo.

Rang. Labo.

Mezzanine Café-restau végétarien

Cuisines collectives

Mécanique

Stationnement souterrain

Entrepôts

Compostage et biométhanisation

Coupe transversale A-A

teractions entre sager et le cuisinier

3. Le rangement Hottes continues sur tous les étages

1. La surface de travail 2. Le petit four et lavabo

Mobilier fixe avec bacs de plantation

Respect du triangle d’efficacité dans la cuisine

mmunautaires, laboratoires et collectives

Dalles végétales avec insertions de bois

4. Le coin

Les tables appropriables | Espace public et cuisines communautaires

13 | 36 Un petit ilot de fraicheur urbain

Pour une planche sommaire du projet, visitez le site web : http://bit.ly/1Htj38m


14 | 36


i mmi n i k a m m a n u n a | Prototype d’habitation inuite en cap rocheux d’Umiujaq Projet réalisé en collaboration avec Mathieu Leclerc — Hiver 2014 « Viser l’autonomie complète d’un bâti qui utilise les ressources et les facteurs locaux, tout en offrant un habitat de qualité adapté au mode de vie inuit. » Les valeurs traditionnelles inuites ont alimenté le processus de design tout au long du développement du projet. Afin de ramener un sentiment d’appartenance et une contribution inuite dans les communautés, des systèmes constructifs simples et versatiles sont valorisés. Les Inuits contribuent à la mise en place et à la construction de leur propre maison. La dépendance aux infrastructures, telles que nous les connaissons, est gage de déculturation et de contrôle sur leur mode de vie. Il est primordial d’offrir un habitat ou une agglomération autonomes énergétiquement, tel que l’étaient l’igloo et la cabane de chasse. Les relations soutenues entre les Inuits et le territoire sont maintenues dans une architecture s’y rapportant par le cadrage des vues, une empreinte au sol minimale et l’application de méthodes sensibles. Les problèmes liés à la construction sur le pergélisol nous ont porté vers une approche différente qui déplace l’implantation du bâti vers les caps rocheux, très présents en périphérie d’Umiujaq. Cette nouvelle attitude se prête facilement à un jeu de frontières, entre le roc et le pergélisol. Le cœur du village se voit également complètement revu. Le radier cède sa place à la nature et au paysage, le territoire prend place plus près des habitations inuites. Les bâtis ne nécessitent plus cette couche artificielle les séparant de la terre. En s’appuyant sur un élément central massif, la structure des planchers flotte au-dessus du pergélisol, le laissant visible et à découvert.

Jumelés agglomérés

Habitations temporaires

Agglomération sur affleurement rocheux

Maisons unifamiliales isolées 15 | 36


Construire un cœur émergeant du territoire à l’intérieur du bâti

1. Limites de l’implantation

2. Extraction des blocs de pierre

3. Assemblage des 4. Obtention d’un blocs en un noyau cœur

S’assurer que l’outil offert est versatile, appropriable et flexible

1. Main-d’œuvre locale

16 | 36

2. Bâtiments chauffés

3. Bâtiments non chauffés

4. Structures temporaires

Suggérer un système de construction qui devient un outil pour la communauté

1. Éléments simples 2. Transport et 3. Charpente du bâti 4. Enveloppe du bâti d’assemblage manutention facile

Garantir à la communauté un principe évolutif et modifiable dans le temps

1. Besoins variables 2. Trame régulière et 3. Multitudes de extensible typologies

4. Multiplication du système


PRODUCED BY AN AUTODESK EDUCATIONAL PRODUCT

15

12

16

13 14

Ateliers et infrastructures partagées Garages communs Bâtis temporaires

11

6

7

5 4

8

9 10

3

2

Maison unifamiliale Espaces communs

1

15 16

13

12 14 12

3

5 7

8

2

3 5

6

8

1

9 10 2 9 10

PRODUCED BY AN AUTODESK EDUCATIONAL PRODUCT

6

7

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16

Annexe extérieure protégée SAS froid Espace tampon pour rangement Espace tampon appropriable Mobilier non fixe et versatile Espace de vie Salle de bain Chambre Chambre (facultative) Chambre (facultative) Puits mécanique Laveuse/Sécheuse Chauffe-eau Mécanique pour géothermie Mécanique pour PV/Mur solaire Réservoir d’eaux usées

PRODUCED BY AN AUTODESK EDUCATIONAL PRODUCT

Plan de l’unifamiliale

Maison jumelée

17 | 36 Pour voir la totalité des dessins présentés en critique finale, visitez le site web : http://www.designurbain-ulaval.com/#!indpendance-et-territoire/c1ii


18 | 36


r e l e c t u r e son or e | Hôtel expérimental à l’entrée de l’aéroport de Dorval Projet réalisé en collaboration avec Catherine Bouchard et Jean-Jacqui Gaudet-Rocheleau — Automne 2013 Le projet s’est d’abord basé sur une analyse sensorielle et sonore de la portion de l’autoroute A20 entre l’échangeur de l’aéroport Dorval et l’échangeur Turcot. Afin de réinvestir ce milieu et le requalifier, l’étude a mené vers une recherche dense et complexe sur le son en lui-même, comment le réutiliser et même envisager en tirer parti, à l’aide des technologies de nos temps modernes. Le site choisi est à l’entrée de l’aéroport de Dorval, en raison de ses fortes variations sonores. Les typologies hôtelières en zone aéroportuaire nous ont amenés à nous questionner sur de nouvelles idées pouvant optimiser les problèmes d’organisations fonctionnelles, notamment les longs couloirs sombres et les immenses stationnements contribuant aux ilots de chaleurs urbains. L’hôtel s’élève et les étages arrondis suivent une courbe de 180 o pour offrir aux chambres disposées sur la grande courbe du plancher, une lumière naturelle venant directement du sud. La double peau réactive est une surface qui s’anime en fonction des sources sonores à proximité. À l’aide de Grasshopper, un pliage aux paramètres multiples fut développé. Le module se referme pour bloquer le son et la vue au moment opportun et ainsi offrir des espaces confortables aux usagers de l’hôtel. L’assemblage a des senseurs attachés derrière les panneaux qui captent les vibrations du son et permettent le mouvement du pliage.

Panneau avec senseurs

Panneau avec senseurs

Panneau filtre transparent

Panneau acoustique

Panneau filtre transparent

Panneau acoustique

Jardins

Chambres de 20 m2 Lounge

Espace détente

Chambres de 30 m2 Espace lecture

Restaurant Bretelles d’accès Lobby d’entrée

19 | 36


20 | 36


m u r m u r at i o n | Installation temporaire intérieure Workshop réalisé en collaboration avec Armelle La Chance et Catherine Bouchard — Automne 2014 « Le terme d’auto-organisation désigne l’émergence spontanée et dynamique d’une structure spatiale, d’un rythme ou d’une structure spatiotemporelle (se développant dans l’espace et le temps) sous l’effet conjoint d’un apport extérieur d’énergie et des interactions à l’œuvre entre les éléments du système considéré. » Murmuration est une rencontre paramétrique entre le mouvement des oiseaux comme phénomène naturel d’autoorganisation et la forme parfaitement calculée de l’anneau de Moebius.

45 m.

de câbles métalliques noirs, suspendus

370 m. de ficelle noire tendue entre

au plafond par des crochets

les câbles métalliques

21 | 36


22 | 36


pu m p i t u p | La station-service comme espace public pour Montréal Concours

MORPH.O.POLIS réalisé en collaboration avec Vincent Deslauriers, Lysanne Garneau et Marie-Andrée Groleau • Prix du public •

Icône de la consommation néfaste de pétrole, les stations-service polluent le paysage urbain de Montréal. Pump It Up propose de renverser la vapeur et de convertir ces icônes en infrastructures démocratiques et durables pour les citoyens des quartiers. Cette intervention est une réponse aux défis de ces sites contaminés, voués à l’abandon par l’apparition de technologies alternatives au combustible fossile. De ce fait, ces parcelles occupent des pôles stratégiques avec des accès privilégiés dans le tissu urbain. Pump It Up utilise la canopée existante des stations-service pour capter l’énergie solaire et ainsi alimenter des activités locales. L’énergie est ensuite acheminée par les poteaux existants jusqu’en dessous du sol où se trouvent les équipements techniques. Des batteries et un convertisseur permettent d’emmagasiner l’énergie et de la redistribuer pour les activités se déroulant sous la station. Les surplus peuvent quant à eux être redistribués à travers un réseau de bornes en libreservice pour les véhicules électriques. La végétalisation des sites permet de décontaminer les sols par la phytoremédiation et minimise ainsi les coûts exorbitants reliés aux méthodes traditionnelles de décontamination. Chaque station devient donc à la fois un pôle culturel et énergétique au sein de son quartier. Une consultation populaire permettrait de déterminer le type d’activité s’y déroulant en fonction des intérêts des citoyens. Les stations pourraient se décliner en marché public, en parc, en équipements culturels ou même en brasserie en plein air. Pump It Up redéfinit le paysage urbain de Montréal par un renversement du paradigme de l’automobile et par la mise en place d’interventions architecturales vivantes qui redonnent aux stations-service leur gloire d’antan.

1

2

? Utilisation des stations-service désuètes

Consultation publique de quartier

3

4

Ajout de panneaux solaires et décontamination des sols par phytoremédiation

Distribution de l’énergie et animation du lieu

23 | 36


Admin Accueil & boutique Entrée publique

Vue sur les ruines Labo public Passerelle avec plancher vitré

Mur végétal Labo privé

Belvédère

24 | 36 Accès au site archéologique


l a p a s s e r e lle | Centre d’interprétation et de production archéologique aux ruines de Kerameikos Projet réalisé en collaboration avec Marie-Emmanuelle Auger et Jordi Ortiz — Hiver 2013 Ce projet joue le rôle d’un médiateur entre le passé ancien et le présent actuel. Ce centre touristique expérimental induit un nouveau pôle culturel au centre de Kerameikos, un quartier peu mis en évidence dans la grande Athènes. Le premier étage offre une vue directe sur les ruines, ainsi que des laboratoires d’expérimentation archéologique à la disposition des touristes. Le deuxième étage accueille une librairie, un café ainsi qu’une salle de projection. Ces espaces intérieurs, baignés d’une lumière directe créée par les puits de verre, entrent en grand dialogue avec les ruines anciennes du site archéologique adjoint. L’accès à ces vestiges est possible à partir d’une passerelle localisée à l’extérieur du bâtiment. Étant donné l’échelle du projet, une grande attention fut consacrée à l’échelle humaine et à la qualité des détails. Le bois est omniprésent dans le projet, principalement pour ses propriétés esthétiques, acoustiques et écologiques. Il va de pair avec le béton utilisé tant pour la structure, que pour le parement extérieur. Le cheminement architectural mène ultimement à une vue incroyable des ruines de Kerameikos et offre un lien visuel direct avec le fameux Parthénon. Il en résulte un pont tangible entre le chaos de la ville d’Athènes et la tranquillité des vestiges de la Grèce ancienne.

?

Un site archéologique hautement protégé ceinturé de plusieurs quartiers (Omonia, Gazi et Kerameikos)

!

Deux axes principaux faisant face au sud et bénéficiant d’une vue incroyable sur les ruines et sur l’Acropole.

La proximité des quartiers a inspiré le simple emboîtement d’un volume plein et d’un volume vide.

Un autre volume plein vient prendre assise sur l’élément évidé placé au sol. Il impose une forte présence tout en semblant flotter.

Les ruines font partie intégrante du site. La rupture des volumes permet aux usagers de voir et de marcher à travers les anciens vestiges grecs.

Des circulations sont créées sur chaque niveau pour permettre aux usagers d’errer à travers le bâtiment efficacement.

Puits de lumière

Café

Biblio.

Amphithéâtre

Lobby

Admin. Labo public

Chambres de maintenance et de rangement

Les ruines

Accueil & boutique


Toiture végétale

Panneaux rotatifs en métal perforé, fixé aux dalles de béton

Plancher en béton brut Garde-corps de verre

Vitrage avec partie inférieure renforcée

26 | 36

Murs structuraux avec parement de bois se prolongeant à l’intérieur


la co n st e l l é e | École primaire pour une revitalisation du quartier de Kato Patisia Projet réalisé en collaboration avec Marie-Emmanuelle Auger — Automne 2012 La situation sociopolitique de la Grèce des temps actuels affecte impulsivement tout aspect de la vie des habitants. Dans le cadre de ce projet d’école primaire, un souffle nouveau pour le quartier et aussi pour la ville s’avère approprié. Les citoyens de demain pourront évoluer dans un environnement stimulant et verdoyant. En effet, Athènes étant un milieu dense et pollué, une mise en valeur des espaces verts s’impose, tant par une végétalisation des toits que par la création de lieux intermédiaires au niveau du sol ou en hauteur. Le bâtiment, véritable pôle éducatif et social dans cette communauté, offre des petits refuges extérieurs et ouverts à tous. L’articulation des volumes autour du chemin pédestre permet d’ailleurs une cohabitation agréable entre les étudiants et les habitants de Kato Patisia. Les enfants pourront éveiller tranquillement leurs sens dans une école hors du commun, qui les connecte entièrement avec l’environnement naturel extérieur à l’aide des multiples façades vitrées. Vu les journées très ensoleillées typiques de la Grèce et l’orientation plein sud du bâtiment, une façade perforée s’avère très appropriée pour filtrer le soleil et créer d’agréables jeux de lumières pour les enfants. Cette clarté découpée à travers les panneaux s’agence parfaitement avec les murs revêtus de bois qui se prolongent dans le bâtiment. La lumière filtrée induit une constellation de lumière, élément ludique dynamisant ce nouvel édifice pédagogique, la nuit comme le jour.

Toit végétal Terrasse

N

Circulation interactive

1

1

Circulation interactive

Bibliothèque

2

2

Labo 4

4

3

3

Salle à dessin

Plan de l’étage

27 | 36


Régie

Espace polyvalent

WC

Foyer

Lieu de recueillement

Espace scénique Gradins démontables

28 | 36

Rangement gradins

Accueil

Entrée


b r ume | Centre de création et de diffusion artistique pour la paroisse de Sainte-Geneviève Projet réalisé dans le cadre de l’atelier de réhabilitation et patrimoine — Automne 2011 Brume : « [...] amas de fines gouttelettes ou de fins cristaux de glace [...] qui réduisent la visibilité en surface. » Brume offre une nouvelle vie, à la fois culturelle et architecturale, à la grande paroisse de l’église Sainte-Geneviève. L’intégration d’un narthex nouveau-genre amène une touche contemporaine à l’église issue du mouvement moderne et annonce par le fait même, le centre de création et de diffusion artistique qu’est dorénavant le bâtiment. Cette entrée non conventionnelle aux typologies religieuses se matérialise sous forme de boîte poreuse constituée de deux couches décalées d’un métal perforé blanc, ce qui maximise l’effet de brouillard désiré et crée des jeux de lumière hors du commun. La récupération d’une ancienne vitrerie de l’église s’y retrouve afin d’annoncer l’espace de recueillement mis en place notamment, pour les utilisateurs actuels. La perméabilité et la luminosité des espaces permettront à l’église de respirer, mais également d’exprimer sa grande richesse patrimoniale.

Grande salle de répétition

Studio

Espace scénique

wc wc

Entrepôt

Arrière-scène

Arrière-scène

Espace scénique

Loges

Salle de spectacle

Salle de spectacle Rangement des gradins wc femmes wc hommes

Régie Entrée vers la salle Espace polyvalent

Terrasse extérieure

Foyer/Salle expo

Hall d’entrée Lieu de recueillement

Plan de l’étage

Plan du rez-de-chaussée

29 | 36


30 | 36


al l é g or i e | Musée maritime sur les chantiers Davie à Lévis Projet réalisé dans le cadre de l’atelier « petit édifice public » — Hiver 2012 Le projet se veut une dénonciation des changements climatiques. Le paysage hivernal de l’Arctique comme on le connait tend à disparaitre. L’ambiance créée par une telle saison est souvent oubliée, mise de côté. L’idée est de recréer une atmosphère froide dans ce projet de musée maritime sur l’Arctique. La fragmentation des glaces et l’émergence de celles-ci en environnement polaire sont les principales inspirations de la volumétrie et de la composition. L’implantation est optimisée en suivant les grandes lignes des éléments forts de part et d’autre du site. Les expositions se situent dans le volume central plus fermé et sont ceinturées par l’accueil et le café qui offrent des percées visuelles sur le paysage. L’effet sévère et vieilli de l’acier oxydé noir vient contraster de façon provocante dans le paysage de la pointe de Lévis. Un lieu de projection sur neige ainsi que certains aménagements extérieurs au niveau du café sont créés afin de maximiser le potentiel de cet environnement tout blanc. Le musée a pour mission de sensibiliser les gens et de leur faire apprécier et saisir les richesses de l’hiver, par cette austère allégorie du réchauffement de la planète.

Expo sur les chantiers maritimes Davie

Expo sur le capitaine Bernier

Expo sur l’Arctique Hall d’entrée

Café Expos temporaires

Réserve d’artéfacts

Expos temporaires Réserve d’archives

Salle de projection Conciergerie

31 | 36


Meteora, Grèce, 2012

32 | 36

Vérone, Italie, 2013


p ho t og raphie | Voyages européens Clichés d’architecture réalisés lors d’un échange étudiant d’un an, en Grèce

Rome, Italie, 2013

33 | 36


32 | 34


m erci et au plais ir ! pascale.b.lamothe@gmail.com

Toutes les photos ont été prises par et sont la propriété de © Pascale Bornais-Lamothe 2017 Mykonos, Grèce, 2012

35 | 36


Florence, Italie, 2012

Profile for Pascale Bornais-Lamothe

Portfolio / Pascale Bornais-Lamothe  

Portfolio / Pascale Bornais-Lamothe  

Advertisement