Issuu on Google+

Bâtir un nouveau contrat générationnel GROUPE : Jeunesse DATE : Juillet 2011 Animateurs : Chantal De Linarès, Camille Peugny Rapporteur : Julie Courtemanche Ont contribué aux travaux du groupe : Guy Benloulou, Juan Branco-Lopez, Laurianne Deniaud, Frédéric Fappani, Olivier Galland, François Kalfon, Thierry Marchal-Beck, Christian Paul, Carla Pritzker-Barasz, Nicolas Rénahy, Emmanuelle Santelli

Les rapports établis par les groupes de réflexion du Lab sont des contributions libres aux débats et réflexions politiques du Parti socialiste.

www.laboratoire-des-idees.fr


Sommaire

Introduction

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1. Proposition de définition de la jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 2. É  tat des lieux de la jeunesse française . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 a) Une jeunesse, des jeunesses ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5

•L  a diversité intergénérationnelle • Les problématiques communes

b) Le modèle français . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 • Un modèle de « familialisation induite » • La spécificité de la situation des jeunes Français

I- Les enseignements de notre enquête statistique (étude IPSOS)

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8  1. Un besoin d’autonomie qui rime avec travail et argent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 a) Être autonome, c’est avant tout gagner de l’argent en travaillant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 b) Le chômage, principale crainte des jeunes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 2. Une volonté de s’intégrer dans une société moins inégalitaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 a) Une société encore trop inégalitaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 b) L’effort personnel, principal moyen de s’intégrer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1 3. Un libéralisme culturel qui s’accompagne d’une demande d’ordre et de sécurité. . . . 2 1 a) Une ouverture d’esprit sur le plan des mœurs… . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1 b) … mais dans un cadre ordonné . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1 c) Une minorité conservatrice, voire réactionnaire et xénophobe non négligeable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 4. Un rapport au politique empreint de désillusion et de méfiance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 a) Un intérêt modéré pour la politique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 b) Une population difficile à mobiliser . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

II- L  es enseignements de nos groupes terrain

23  1. Méthodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 2. Les grandes tendances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 3. Un système éducatif à refonder ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 4. L’intégration au monde du travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 5. La perception des inégalités et discriminations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

2


III- L  es auditions et contributions libres d’experts

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 1. Les auditions : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 a) Olivier Galland . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

• Les principales valeurs de la jeunesse • Les principales difficultés • Ses recommandations

b) Nicolas Rénahy. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 • Spécificités du milieu rural • La fracture des années 1990 • La mobilité

2. Les contributions  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 a) Santé mentale chez les jeunes : contribution de Guy Benloulou . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 b) « Éducation et symboles » : contribution de Frédéric Fappani . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 • Pourquoi les symboles sont quelque chose d’important ? • Pourquoi les aînés doivent-ils être aidants sur la question des symboles ?

IV- Axes de réflexion pour améliorer la situation des jeunes

. . . . . . . . . . . . 34 1. Remettre le collectif au cœur du projet de redressement de la France . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34

• Positiver le discours • Réinvestir dans nos services publics • Lutter contre les inégalités par la refonte du système fiscal

2. Réinventer un système scolaire qui donne sa chance à chacun en fonction de ses capacités et aspirations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 • Revaloriser les professions d’instituteur, enseignant et professeur • Favoriser les rapports avec le milieu professionnel au sein du collège, du lycée, et de l’université • Réorganiser le système d’information et d’orientation • Faciliter le choix en formation professionnelle • Améliorer la préparation à la recherche du premier emploi à l’université • Encadrer les stages

3. Permettre à tous dès le plus jeune âge de prendre soin de sa santé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 4. Favoriser l’entrée, le maintien et l’épanouissement dans l’emploi pour tous . . . . . . . 36 • Appliquer la surcotisation sur les contrats précaires • Se former tout au long de sa carrière • Favoriser l’égalité d’accès à l’emploi par la mise en place du CV anonyme • Favoriser l’accès à l’emploi des jeunes par la création d’emplois d’avenir

5. Pour une République fraternelle, remettre le civisme et le sens du collectif au cœur de la citoyenneté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 • Réinvestir dans la protection de la jeunesse • Mettre en place un service civique universel • Remettre la connaissance de l’autre et l’apprentissage de la citoyenneté au cœur de l’éducation nationale • Favoriser la maîtrise de la langue française • Améliorer la représentativité de la société

6. Améliorer la qualité de vie par l’habitat, constituante majeure de l’appartenance citoyenne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 7. Établir un nouveau contrat social afin d'accéder à une égalité des possibles . . . . . . 39

Propositions

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

40

3


Introduction

1. Proposition de définition de la jeunesse

2. É  tat des lieux de la jeunesse française1

La jeunesse est un temps de la vie entre l’enfance et l’âge mûr. Mais c’est une catégorie floue dont les bornes ne peuvent être fixées tant elles dépendent des conditions historiques et sociales qui produisent des définitions de la jeunesse qui varient selon les sociétés. En France, durant la période relativement proche des Trente Glorieuses, les seuils de passage de la jeunesse, temps de préparation au statut d’adulte, étaient plus ou moins concomitants : décohabitation de la famille d’origine, accès à l’emploi et à un logement indépendant, mise en ménage. Depuis les années 1970, il y a déconnexion de ces seuils et les schémas traditionnels de sortie de la famille et du système éducatif ont été profondément modifiés. « L’allongement de la jeunesse » est un constat partagé. Qu’il s‘agisse d’un temps d’étude plus prolongé avec la massification de l’enseignement secondaire puis supérieur, d’une entrée dans l’emploi différée avec une forte précarité durant les premières années sur le marché du travail, voire une exclusion plus ou moins durable de ce marché pour certains d’entre eux, les jeunes connaissent une jeunesse longue, marquée par une itération des trajectoires et un temps de construction de soi beaucoup plus long pour parvenir à une autonomie, à une liberté de choix de vie et de possibilités de gouverner cette vie en fonction de ses valeurs et aspirations. Etre pleinement autonome suppose donc une indépendance psychologique, financière, résidentielle et donc des revenus stables, des possibilités de logement, accessibles grâce à un emploi stable. La jeunesse d’aujourd’hui en France, se caractérise par un temps d’études et surtout d’insertion dans l’emploi qui la maintient longtemps à la lisière de la société adulte malgré une forte aspiration à l’autonomie.

On compte aujourd’hui 8,18 millions de jeunes en France. Le poids démographique de la jeunesse tend à diminuer. Le nombre de jeunes resterait stable d’ici à 2050, mais du fait de l’augmentation de la population totale durant cette période, la part des jeunes dans la population métropolitaine baisserait (24,9 % en 2005 et 21,9 % en 2050). Les dynamiques des sociétés contemporaines modifient les trajectoires vers l’âge adulte et l’autonomie pleine et entière. 1 jeune sur 5 vit sous le seuil de pauvreté (avec moins de 880 euros par mois). 25 % des jeunes nés dans les années 1950 accédaient à l’autonomie avant 22 ans ; seulement 8 % des générations nées au début des années 1970 y accèdent au même âge. Et la tendance à la baisse se poursuit aujourd’hui : de moins en moins de jeunes accèdent facilement à l’autonomie, et ils y parviennent de plus en plus tard. Aujourd’hui, 63 % des jeunes vivent chez leurs parents et 49 % maintiennent une déclaration d’impôts sur le revenu avec leurs parents. La permanence au domicile familial tend à reproduire les inégalités sociales, fait particulièrement problématique pour les jeunes issus de familles pauvres, alors qu’un départ du domicile entraîne des conditions de vie difficiles, notamment pour des jeunes en rupture familiale. 32 % des jeunes n’ont pas de lien financier avec leurs parents, dont la moitié entretient un niveau de vie inférieur à 1048 euros mensuels. 51 % des jeunes ont des revenus d’activité au cours de leur année scolaire.

Sont considérés comme « jeunes » les 18-25 ans dans les statistiques ci-dessous 1

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

4


Quant aux parcours scolaires, 62 % des jeunes d’une génération accèdent au baccalauréat alors qu’environ 750 000 jeunes quittent le système scolaire chaque année, dont 20 % sans diplôme, soit 150 000 jeunes. À l’inverse, 40 % d’une génération est diplômée de l’enseignement supérieur. Trois ans après leur sortie, 11 % d’entre eux sont au chômage. Le taux d’emploi des 16/25 ans est de 28,5 %, se situant parmi les plus bas taux d’Europe. Enfin, si dans l’ensemble, la santé physique des jeunes est relativement meilleure que celle des générations plus âgées, la santé mentale reste un sujet préoccupant. Un adolescent européen sur quatre présente un ou plusieurs symptômes de trouble mental et les problèmes liés à la dépression s’amplifient faute de réponses appropriées : violence, suicide, toxicomanie, alcoolisme, troubles alimentaires…

a) Une jeunesse, des jeunesses ? • La diversité intergénérationnelle Il existe des jeunesses, et à bien des égards, les différences internes aux générations sont au moins aussi importantes que les différences entre les générations (cela vaut d’ailleurs également pour les baby-boomers). La diversité de la jeunesse française se vérifie tout d’abord du point de vue du statut : en 2010, parmi les 18/25 ans, on compte 38 % de lycéens/étudiants, 45 % d’actifs occupés, 6 % d’inactifs et 11 % de chômeurs. La jeunesse n’est donc pas qu’étudiante, malgré la hausse de l’âge moyen de fin d’études, et elle est fortement touchée par la fracture entre gagnants et perdants de la mondialisation, y compris parmi les étudiants. Soulignons ainsi que parmi les enfants d’ouvriers nés entre 1981 et 1985, seul un sur deux est titulaire du baccalauréat. Un autre facteur témoigne de la diversité de la jeunesse : l’étude de ses comportements électoraux. Le 21 avril 2002 avait bien illustrée la coupure existant entre deux jeunesses : celle qui manifestait dans la rue contre celle majoritairement non diplômée qui votait Le Pen à hauteur de 29 % au second tour.

La diversité territoriale est également une donnée à ne pas négliger avec les différences de parcours, de vécus que peut rencontrer la jeunesse des quartiers populaires, celle des ZUS, la jeunesse rurale, périurbaine ou citadine… • Les problématiques communes Les politiques publiques en créant depuis plusieurs décennies une catégorie administrative à part, celle des jeunes de 18 à 25 ans, en organisant l’action publique de manière spécifique en direction de cette catégorie à travers des politiques d’insertion, de prévention etc., ont contribué à « sanctuariser » une partie de leurs difficultés et à installer une situation précaire et mal intégrée de la jeunesse. Ajoutons à cela que les jeunes sont aux avantpostes des transformations sociétales dont celles de l’organisation du marché du travail et qu’ils expérimentent les situations de précarité dans l’emploi davantage que leurs aînés. Il n’est donc pas étonnant que les angoisses des jeunes se cristallisent particulièrement autour d’un point : les difficultés croissantes d’insertion sur le marché du travail, qui rendent les jeunes Français particulièrement inquiets et pessimistes quant à l’avenir. Pour comprendre la situation de la jeunesse en France aujourd’hui, il faut l’inscrire dans un cadre général. Tout d’abord, elle trouve sa source dans la « grande transformation » du capitalisme des années 1970, transformation marquée notamment par l’apparition et la persistance du chômage de masse et la dégradation continue du contrat de travail. Ces dynamiques qui concernent l’ensemble de la population active, touchent avec plus d’acuité encore les âges fragiles de l’existence affectant ainsi les travailleurs seniors mais aussi et surtout les jeunes qui cherchent à s’insérer sur le marché du travail. Et il est important de noter que la persistance d’un taux de chômage important agit comme catalyseur des angoisses des adolescents et jeunes adultes, tout comme pour leurs parents, engendrant un fort stress scolaire et des tensions familiales.

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

5


b) Le modèle français •U  n modèle de « familialisation induite » Il existe trois modèles d’accès au statut d’adulte, à l’autonomie, clairement structurés et identifiés en Europe. La France constitue une sorte de modèle hybride. Le modèle d’accompagnement public nordique est fondé sur une culture exigeante de l’autonomie et de l’indépendance : tout jeune, à partir de 18 ans au Danemark par exemple, est considéré comme détaché de sa famille et la société a le devoir d’accompagner et d’aider cette prise d’indépendance. C’est ce qui justifie, dans certains de ces pays, une conception universaliste des aides à la jeunesse apportées par l’État. Le modèle méditerranéen, quant à lui, est familialiste. C’est essentiellement la famille qui accompagne le jeune durant la transition vers l’âge adulte. Le modèle libéral anglo-saxon, quant à lui, repose sur une autonomie précoce des jeunes par rapport à leur famille. L’État n’est pas très généreux en aides directes mais accorde plutôt des prêts qui permettent, accompagnés d’un travail à côté, de financer les frais élevés des études supérieures, généralement courtes. Le modèle français est hybride. Il consiste en un accompagnement familial. La particularité du modèle français est en effet cet éloignement progressif de la sphère familiale : les liens, résidentiels, matériels, affectifs, se distendent peu à peu et permettent de tenter des expériences, en autorisant des retours en arrière. Les pouvoirs publics interviennent de manière non systématique à travers des aides telles que l’APL et les bourses d’étudiant, mais ce sont les familles qui sont au cœur du soutien apporté aux jeunes. Les effets pervers de cette familialisation induite sont néanmoins nombreux : de véritables poches de pauvreté s’étendent au sein de la jeunesse. Il pèse un risque de « repatrimonialisation » de la société française, sans compter l’augmentation des inégalités et la force de la reproduction sociale. Les jeunes sont donc en partie pessimistes parce qu’ils

ont le sentiment que la société française ne leur fait pas de place, ce que confirme en partie l’image négative recensée parmi les plus de 40 ans à l’égard des jeunes, qui ressort des sondages d’opinion. •L  a spécificité de la situation des jeunes Français En premier lieu, la barrière que constitue l’âge de 25 ans pour obtenir les minimas sociaux entretient des situations de pauvreté importantes. Il est assez surprenant de voir qu’il existe différentes légalités (16 ans pour quitter l’école, 18 ans pour la majorité et le droit de vote, 25 ans pour obtenir le « vrai » RSA). Le poids et l’emprise du diplôme sur l’évolution professionnelle constituent également un des grands paradoxes français. Alors qu’elle affiche haut et fort l’égalité des chances dans l’éducation, la France est non seulement l’un des pays dont l’origine sociale a le plus d’impact sur les résultats scolaires mais elle est également celui dans lequel le diplôme a le plus d’emprise sur l’ensemble de la carrière. Dans ce système, les dix premières années sont finalement prépondérantes, puisque les formations et possibilités de réorientation sont rares par la suite. Le premier emploi stable et correctement rémunéré s’obtient en moyenne à l’âge de 28 ans et les vraies promotions de carrière s’achèvent généralement à 40 ans. Cette situation contribue au sentiment que le déclassement est irrémédiable et par conséquent, à l’angoisse et à la pression ressenties par les jeunes de ne pas trouver leur place. Cette situation accentue la fracture entre diplômés et non-diplômés, ces derniers redoutant une exclusion définitive du marché du travail, d’autant plus qu’ils se retrouvent en compétition avec des jeunes qui peuvent être diplômés mais sont recrutés à un niveau inférieur à leur qualification. De plus, il est vrai que la particularité d’être jeune aujourd’hui en France consiste à être jeune dans une société vieillissante. Ce qui implique bien évidemment qu’au-delà même des difficultés économiques, cela a des conséquences diverses, notamment sur les leviers du changement social.

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

6


Les réponses à apporter à ces problématiques ne sont toutefois pas à rechercher dans un traitement spécifique des jeunes. L’amélioration de leur situation pourrait souvent être acquise par des solutions aux problèmes de l’ensemble de la population, en faisant bénéficier par exemple les jeunes du droit commun (RSA, suppression des différentes formes de contrats aidés jeunes, suppression des stages comme substituts d’emploi…), même si la sélection opérée par l’éducation et qui pèse sur l’ensemble des destins sociaux des jeunes doit être une question traitée avec le plus grand soin.

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

7


I- Les enseignements de notre enquête statistique (étude IPSOS)

Une enquête a été réalisée auprès des jeunes, afin de cerner plus précisément leur perception de la société actuelle, leurs valeurs, leurs aspirations, leurs craintes, ou encore leur rapport à la politique. Qui sont les jeunes de 18-30 ans ? S’agit-il d’une population homogène ou des différences profondes existentelles selon leur milieu social ou leur lieu d’habitation (ville, campagne, zone urbaine sensible) ?

Ipsos a interrogé par téléphone, début janvier 2011, un échantillon représentatif de 702 jeunes âgés de 18 à 30 ans, auquel s’ajoute un échantillon spécifique de jeunes du même âge résidant en zone urbaine sensible.

La proximité avec d’autres catégories de population QUESTION : Diriez-vous que vous êtes très, assez, peu ou pas du tout proche avec…

Les gens du même milieu social que vous

32

55

10 21 87

28

58

12 11 86

Les gens de votre âge

33

53

12

86

24

62

12 2 86

Les autres Français

13

Les gens d’origine immigrée en France

20

Les habitants de votre quartier

7

59

51

26

37

Très proche Assez proche

2

22

4 2 72

8

22

6 1 71

9

53

27

10 1 62

33

9

50

28

13

30

Peu proche Pas assez proche

27

61

36

38

31 69

59

48

18

63

27

12

12 1 87

51

43

26

8

5 1 86

15

2 2 81

5 2 70

23

29

33

Ne se prononce pas

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

8

38


La signification de l’autonomie pour les jeunes QUESTION : Pour quelqu’un de votre âge, être autonome, qu’est-ce que cela signifie ? Cité en premier

Gagner de l’argent en travaillant

55

52

17

Ne plus vivre chez ses parents Vivre en couple, avoir des enfants

13

Être considéré comme un citoyen

7

Avoir les mêmes droits sociaux que le reste de la population

6

Avoir accès personnellement à la sécurité sociale

1

Disposer d’aides publiques pour étudier (bourses, allocations)

1

47

16

20

20

7

8

16

3

7 1

1

2

La signification de l’autonomie pour les jeunes (suite) QUESTION : Pour quelqu’un de votre âge, être autonome, qu’est-ce que cela signifie ? Cité au total

78

Gagner de l’argent en travaillant

75

49

Ne plus vivre chez ses parents

51

30

Vivre en couple, avoir des enfants

Avoir les mêmes droits sociaux que le reste de la population

46

35

22

19

18

Être considéré comme un citoyen

78

26

16

16

21

Disposer d’aides publiques pour étudier (bourses, allocations)

4

1

5

Avoir accès personnellement à la sécurité sociale

3

2

3 Total supérieur à 100, trois réponses possibles

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

9


Les valeurs des jeunes QUESTION : Voici un certain nombre de valeurs qui peuvent compter dans la vie des gens. Je voudrais que vous me disiez pour chacune d’entre elles quelle importance elle a pour vous. S/T important +ext. important % La liberté, la liberté de ses 6 opinions, de ses actions Être indépendant, être autonome, 9 se débrouiller tout seul

27

66

S/T important +ext. important %

93

16

33

43

48

91

1 12

43

48

87

1 13

L’honneur, être respecté dans la vie

3 10

L’ordre public, le respect de la loi

3 11

48

38

86

3

Prendre soin des autres

2 13

45

40

85

2 13

Chercher à préserver la planète

3 12

43

42

85

1 14

Pas très important Plutôt important

60

48

15

87

50

39

28

66

1 94

13

40

47

87

1 86

2 12

35

51

86

32

84

2 13

51

33

1 84

35

85

3 11

45

41

86

85

1 10

42

89

46

52

14

93

39

40

S/T important +ext. important %

46

Important Extrêmement important

47

Ne se prononce pas

Les valeurs des jeunes (suite) QUESTION : Voici un certain nombre de valeurs qui peuvent compter dans la vie des gens. Je voudrais que vous me disiez pour chacune d’entre elles quelle importance elle a pour vous. S/T important +ext. important % Réduire l’écart entre les riches et les pauvres

6 13

L’ambition, travailler dur pour réussir

6

17

La réussite matérielle, gagner 13 de l’argent Le respect des traditions, préserver nos coutumes, nos manières de vivre

La recherche de sensations fortes et de plaisirs immédiats La religion

37

20

18

19

42

22

57

2 18

77

7 14

21

67

12

21

63

13

33

46

37

1 80

43

44

33

11

Pas très important Plutôt important

21

S/T important +ext. important %

8

41

11

32

43

37

54

25

23

17

26

34

60

37

9

Important Extrêmement important

23

6 6

79

12

70

23

47

80

65

20

45

3 40

8

S/T important +ext. important %

31

31

12

20

14

55

2 86

23

13

40

17

20

50

34

2

28

Ne se prononce pas

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

10

57

73

25

48

42

76

35

41

4

38

2

46


Les principales craintes des jeunes QUESTION : Dans la liste suivante, quels sont les principaux problèmes auxquels vous craignez d’être confronté ?

43

Le chômage

50

31

Le manque d’argent

46

33

32

La dégradation de l’environnement

24

24

19

L’insécurité

23

23

20

Le racisme

19

Les difficultés pour accéder à une logement

19

L’extrême droite

17 13

17

Le terrorisme

16

14

17

11

La solitude

11

12

La drogue

7

8

Autre*

25

16

Le SIDA

L’alcool

27

13

10

3

10 14 4

3

2

1

1

* Item non suggéré

Total supérieur à 100, trois réponses possibles

Le média auquel les jeunes font le plus confiance QUESTION : : Parmi les médias suivants, quel est celui auquel vous faites le plus confiance ?

76

S/T MEDIAS TRADITIONNELS Les journaux

31

La télévision

30

La radio

15

S/T INTERNET

15

Les sites internet des journaux, radios, télévision

75

83 32

28

36

32

15

12

15

11

16

9

13

Les réseaux sociaux (Facebook…)

2

1

2

Les blogs

1

1

1

Ne se prononce pas

9

6

9

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

11


Les principaux défauts de la société française QUESTION : Selon vous, quels sont les principaux défauts de la société française actuelle ?

Elle est trop inégalitaire

34

L’argent y tient une trop grande place

37

27

Il y a trop de malhonnêteté, de corruption

25

Elle décourage ceux qui ont de l’initiative

24

Elle ne donne pas suffisamment de place aux jeunes

24

Elle est trop individualiste

24

38

30

33

21

24 27

18

20

36

17

22

Elle est trop violente

9

8

10

Il n’y a pas assez d’autorité, d’ordre

9

9

7

7

Elle n’est pas assez démocratique

7

Autre*

1

1

Ne se prononce pas

1

2

9

1 * Item non suggéré

Total supérieur à 100, trois réponses possibles

Les critères les plus importants pour réussir dans la vie QUESTION : Aujourd’hui qu’est-ce qui vous paraît le plus important pour réussir dans sa vie ?

Être compétent dans son domaine

37

Être courageux

36

35 40

30

Avoir le goût du travail

Avoir des diplômes

17

Être cultivé

17

32

34

22

Avoir des relations

34

28

16

28

17

26

13

16

Avoir de la chance

11

9

Avoir de l’argent

10

13

Être né dans un milieu favorisé

8

4

14

Avoir l’esprit de compétition

8

4

13

Ne se prononce pas

1

13 10

Total supérieur à 100, trois réponses possibles

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

12


Les acteurs qui devraient aider les jeunes durant les études QUESTION : Selon vous, pendant la période des études, qui devrait en priorité aider financièrement les jeunes ?

L’État, sous la forme de bourses ou d’allocations

67

La famille, sous la forme d’une aide régulière Le jeune lui-même, en travaillant Ne se prononce pas

66

17

17

15

16

1

74 9 16

1

1

Les principaux freins à l’accès à l’emploi QUESTION : Selon vous, qu’est-ce qui gêne le plus les jeunes pour trouver un emploi ?

Le manque d’expérience

46

Le manque de confiance des chefs d’entreprises envers les jeunes

53

36

La couleur de peau

20

Le fait d’être issus de ville ou de quartiers qui ont une mauvaise image

19

Le coût trop élevé des charges à l’embauche pour les entreprises

18

Le manque de formation professionnelle

15

L’apparence vestimentaire ou physique des jeunes

15

L’insuffisance des aides publique à l’embauche des jeunes

35

1

Ne se prononce pas

1

41

16

30

8

24 26

8

17

22

14

10

Autre*

46

7

18 8

1 * Item non suggéré

Total supérieur à 100, trois réponses possibles

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

13


La préférence entre secteur privé et secteur public QUESTION : Vous personnellement, préfèreriez-vous travailler… ENSEMBLE

RURAUX

13 %

ZUS

12 %

13 %

43 %

46 %

44 %

52 %

42 %

Dans le public Dans le privé

35 %

Ne se prononce pas

Opinions et attitudes sur les grands sujets de société QUESTION : Voici un certain nombre de phrases que l’on entend parfois. Pour chacune d’elle, vous me direz si vous ��tes plutôt d’accord ou plutôt pas d’accord.

Chaque mois on se demande comment on va faire pour tout payer

81

1

18

84

85

16

Que ce soit la droite ou la gauche, c’est toujours la même chose

70

28

2

Il est normal que les couples homosexuels puissent adopter des enfants

70

27

3

72

26

2

La France est sur le déclin

69

27

4

71

27

2

Il faut plus de services publics en France

66

32

2

Tous les étrangers non européens résidant en France devraient avoir le droit de vote aux élections locales

64

33

3

Les chômeurs pourraient trouver du travail s’ils le voulaient vraiment

52

La mondialisation économique est une chance pour la France

49

Je me sens de plus en plus européen

49

Plutôt d’accord Plutôt pas d’accord

47

50

4

1

35

63

65

48

49

2

1

34

45

50

7

1

33

29

1

33

65

2

3

52

46

48

40

58

Ne se prononce pas Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

4

8

70

45

3

29

67

59

2

22

75

2

38

60

1

47

1

21

78

13

14

6

2


Opinions et attitudes sur les grands sujets de société (suite) QUESTION : Voici un certain nombre de phrases que l’on entend parfois. Pour chacune d’elle, vous me direz si vous êtes plutôt d’accord ou plutôt pas d’accord.

A l’école la cantine devrait servir des plats différents selon les convictions religieuses des élèves

48

On ne se sent en sécurité nulle part

36

61

3

33

64

3

On parle trop de l’extermination des Juifs en France pendant la Seconde Guerre mondiale

29

69

2

La femme est faite pour avoir des enfants et les élever

23

Il faudrait diminuer le nombre de fonctionnaires

22

76

2

Il faudrait rétablir la peine de mort

22

76

2

76

1

35

27

24

30

65

59

63

59

38

27

1

59

41

Il y a trop d’immigrés en France

Plutôt d’accord Plutôt pas d’accord

40

59

41

Il faudrait dépénaliser la consommation de haschich

1

51

72

29

3

1

73

75

1

69

1

70

35

60

35

61

26

25

26

1

5

4

74

73

2

73

1

Ne se prononce pas

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

1

59

40

2

1

34

15


L’intérêt pour la politique QUESTION : Personnellement, diriez-vous que vous vous intéressez à la politique ? ENSEMBLE

RURAUX

ZUS

S/T Beaucoup + Assez 46 %

S/T Beaucoup + Assez 39 %

S/T Beaucoup + Assez 40 %

7%

12 % 24 %

20 %

15 %

31 % 32 %

34 % 30 %

25 % 40 %

30 %

S/T Peu + Pas du tout 54 %

S/T Peu + Pas du tout 61 %

Beaucoup Assez

Peu Pas du tout

S/T Peu + Pas du tout 60 %

Ne se prononce pas

L’intérêt des responsables politiques pour les jeunes QUESTION : À  votre avis, est-ce que les responsables politiques, en général, se préoccupent beaucoup, assez, peu ou pas du tout de ce que pensent les gens comme vous ? ENSEMBLE

RURAUX

ZUS

S/T Beaucoup + Assez 12 %

S/T Beaucoup + Assez 9%

S/T Beaucoup + Assez 8%

1%

1%

1%

7%

8%

11 % 37 %

37 % 50 %

48 %

44 %

54 %

S/T Peu + Pas du tout 87 %

Beaucoup Assez

1%

S/T Peu + Pas du tout 91 %

Peu Pas du tout

S/T Peu + Pas du tout 92 %

Ne se prononce pas

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

16


Les motivations potentielles de l’engagement politique QUESTION : Qu’est-ce qui pourrait vous pousser à vous engager en politique ?

35

Lutter contre les injustices sociales

27

25

Lutter contre les discriminations Se retrouver avec des gens qui partagent les mêmes valeurs

19

Soutenir un responsable politique qui défend vos idées

18

20

S’opposer à Nicolas Sarkozy

5

Rien de tout cela*

4

Ne se prononce pas

12

13

21

11

11

Réagir à une bavure policière

21

15

12

Participer à un combat collectif

19

16

14

Protester contre une guerre à l’étranger comme en Irak

33

21

16

Réagir à une catastrophe écologique

32

17

11

11

5

2

6

3

2

2

2 * Item non suggéré

Total supérieur à 100, trois réponses possibles

Le sentiment de pouvoir faire bouger les choses QUESTION : Avez-vous le sentiment de pouvoir, à votre niveau, faire bouger les choses dans le pays ? ENSEMBLE

RURAUX

ZUS

S/T Beaucoup + Assez 14 %

S/T Beaucoup + Assez 11 %

S/T Beaucoup + Assez 15 %

1% 10 %

13 %

54 %

32 %

55 %

S/T Peu + Pas du tout 86 %

Beaucoup Un peu

3%

1%

34 %

S/T Peu + Pas du tout 89 %

Très peu Pas du tout

12 %

62 %

23 %

S/T Peu + Pas du tout 85 %

Ne se prononce pas

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

17


Le contrôle de sa vie QUESTION : Certaines personnes pensent qu'elles ont le contrôle de la manière dont leur vie se déroule. D'autres pensent qu'elles n'ont que peu de pouvoir réel sur ce qui leur arrive. En ce qui vous concerne, diriez-vous plutôt que… ENSEMBLE

RURAUX

1%

ZUS

1%

36 %

4%

36 %

44 %

63 %

63 %

52 %

Vous avez le contrôle de la manière dont se déroule votre vie Vous n’avez que peu de pouvoir réel sur ce qui vous arrive Ne se prononce pas

Le positionnement sur une échelle gauche-droite QUESTION : Diriez-vous que vous êtes… ENSEMBLE

RURAUX

ZUS

S/T Gauche 35 %

S/T Gauche 30 %

S/T Gauche 38 %

2%

2%

2% 5 % 14 %

9% 25 %

26 %

50 %

24 %

50 %

56 % 8% 10 %

7% 4%

3% S/T Droite 13 %

Franchement de gauche Plutôt de gauche

S/T Droite 12 %

Plutôt de droite Franchement de droite

3% S/T Droite 10 %

Ni de gauche ni de droite Ne se prononce pas

Illustrations de la page 8 à 18 - Source : Ipsos Public Affairs Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

18


Les enseignements de l’enquête

Loin des clichés parfois associés à cette population, cette enquête fait le portrait d’une génération qui ne souhaite pas la « révolution » mais désire néanmoins changer en profondeur certains aspects de la société (inégalités sociales, chômage élevé), qui aspire à l’autonomie mais en misant surtout, faute d’alternative, sur elle-même pour y parvenir, qui se montre libérale sur le plan des mœurs tout en souhaitant de l’ordre et de la sécurité, et qui apparaît, enfin, profondément désabusée à l’égard de la politique et de ses représentants. Les jeunes vivant en zone rurale ne se distinguent guère des autres. Les jeunes vivant en zone urbaine sensible ne sont pas non plus si différents mais ils pointent avec plus d’insistance certaines difficultés auxquelles ils sont probablement davantage confrontés (accès au logement, racisme, discriminations) et expriment un besoin de considération plus viscéral.

1. Un besoin d’autonomie qui rime avec travail et argent a) Être autonome, c’est avant tout gagner de l’argent en travaillant Les jeunes de 18 à 30 ans aspirent à être autonomes et cette autonomie passe avant tout par l’accès à un travail et, in fine, à l’indépendance financière. Ainsi, le fait d’être indépendant et de se débrouiller tout seul est quelque chose d’important pour la quasi-totalité d’entre eux, la moitié indiquant même que c’est quelque chose d’extrêmement important (48 %). Parmi toutes les valeurs qui peuvent compter dans leur vie, c’est celle qui leur paraît, avec la liberté d’expression, la plus essentielle.

majorité (55 %) répond avant toute autre chose qu’il s’agit de gagner de l’argent en travaillant. Cette réponse arrive loin devant toutes les autres, qu’il s’agisse de « ne plus vivre chez ses parents » (17 %), de vivre en couple ou avoir des enfants (13 %), d’être considéré comme un citoyen (7 %), d’avoir les mêmes droits sociaux que le reste de la population (16 %), de disposer d’aides publiques pour étudier (1 %) ou d’avoir accès personnellement à la sécurité sociale (1 %). Si l’aspiration à fonder un foyer est un peu plus mise en avant par les jeunes ruraux et les personnes issues d’un milieu social défavorisé, et le besoin d’être considéré comme un citoyen davantage mentionné par les personnes vivant en ZUS, force est de constater que le souhait de gagner de l’argent en travaillant est la réponse citée en première position par tous les jeunes, quel que soit leur profil sociodémographique, ce qui témoigne de l’importance qu’ils accordent à l’indépendance financière. Ainsi, l’ambition et le fait de travailler dur pour réussir sont des choses importantes pour trois jeunes sur quatre (77 %), et même extrêmement importantes pour un tiers d’entre eux. De même, la réussite matérielle et le fait de gagner de l’argent est quelque chose d’important pour deux jeunes sur trois et d’extrêmement important pour 21 % d’entre eux.

b) Le chômage, principale crainte des jeunes Cette aspiration à l’autonomie financière s’accompagne logiquement d’une crainte prononcée à l’égard du chômage : c’est en effet le principal problème auquel les jeunes redoutent d’être confrontés(43 %), avec le manque d’argent (31 %). Les problèmes économiques sont donc au cœur des inquiétudes des jeunes.

Par ailleurs, lorsqu’on leur demande ce que signifie pour quelqu’un de leur âge « être autonome », la Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

19


Ce sujet inquiète toutes les catégories de population, y compris les plus diplômées. Les autres domaines d’inquiétude arrivent assez loin derrière : la dégradation de l’environnement est mentionnée par 24 % des jeunes, quasiment au même niveau que l’insécurité (23 %) et juste devant le racisme (19 %), les difficultés pour accéder à un logement (19 %), l’extrême droite (17 %), le terrorisme (16 %), le SIDA (11 %) et la solitude (11 %). L’accès à l’emploi étant primordial, les jeunes se désolent qu’on ne leur donne pas suffisamment la possibilité de faire leurs preuves. Ainsi, le manque d’expérience (46 %) et le manque de confiance des chefs d’entreprise envers leur classe d’âge (36 %) leur apparaissent comme les deux principaux freins pour trouver un emploi. Le manque de confiance des dirigeants est particulièrement mis en avant par les jeunes vivant en ZUS (41 %). La discrimination dont peuvent également être victimes certains jeunes est également pointée du doigt par les 18-30 ans : la couleur de peau (20 %) et le fait d’être issu de villes ou de quartiers ayant une mauvaise image (19 %) sont considérés comme des entraves importantes pour trouver un emploi, ces deux facteurs étant particulièrement soulignés par les jeunes vivant en ZUS (respectivement 30 % et 24 %) et par les jeunes d’origine immigrée (28 % et 23 %). Les interviewés résidant en zone urbaine sensible sont également plus nombreux à redouter d’être confrontés au racisme (27 %) et à des difficultés pour accéder à un logement (25 %), craintes qui leur apparaissent supérieures à l’insécurité ou la dégradation de l’environnement. Invités à se prononcer sur leur préférence entre secteur public et secteur privé, 43 % souhaiteraient plutôt travailler dans le public, 44 % dans le privé et 13% ne se prononcent pas. Les personnes vivant dans des agglomérations rurales ne se distinguent guère de la moyenne. En revanche, les jeunes habitant en zone urbaine sensible expriment un peu plus leur envie de travailler dans le secteur public (52 %), tout comme les personnes n’ayant pas le Bac (51 %). À l’inverse, les jeunes ayant un bac +5 penchent majoritairement (60 %) en faveur du secteur privé.

Ces chiffres démontrent, à l’image des travaux de Sybille Gollac2, la persistance de l’attirance des jeunes pour la fonction publique, toujours perçue, notamment par les enfants de milieux populaires, comme une voie de mobilité sociale.

2. Une volonté de s’intégrer dans une société moins inégalitaire a) Une société encore trop inégalitaire Entre autres récriminations, les jeunes reprochent surtout à la société française d’être trop inégalitaire (34 %), une critique encore plus mise en avant par les jeunes vivant en ZUS (38 %). Ces derniers soulignent également davantage le fait qu’elle ne donne pas suffisamment de place aux jeunes (36 % contre 24 % en moyenne). La réduction des écarts entre riches et pauvres apparaît donc comme une valeur importante pour 80 % d’entre eux, près de la moitié (43 %) estimant même qu’il s’agit de quelque chose « d’extrêmement important ». Les habitants des ZUS expriment ce souhait avec encore plus de force : ils sont 55 % à juger cet objectif extrêmement important, ce qui le place en deuxième position dans la hiérarchie des choses qui comptent dans leur vie. C’est peut-être pour corriger en partie ces inégalités que les interviewés estiment très largement (67 %) que c’est surtout à l’État d’aider financièrement les jeunes pendant la période des études, loin devant la famille (17 %) ou le jeune lui-même (15 %). Les personnes vivant en ZUS sont encore plus nombreuses à plébisciter l’intervention de l’État (74 %). C’est peut-être également pour satisfaire cet objectif de baisse des inégalités que la majorité des interviewés considère qu’il est nécessaire qu’il y ait plus de services publics en France (66 %), cette opinion étant là encore davantage partagée par les personnes habitant en ZUS (70 %).

Gollac Sybille, 2005, « La fonction publique : une voie de promotion sociale pour les enfants des classes populaires ? » Sociétés contemporaines, L'Harmattan, n°58, Paris, p. 41-63 2

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

20


b) L’effort personnel, principal moyen de s’intégrer Si leur angoisse du chômage et leur dénonciation des inégalités sociales sont réelles, ils ne remettent pas en cause le système tel qu’il fonctionne actuellement. Les 18-30 ans semblent avoir encore relativement foi en la méritocratie à la française. Ainsi, les deux critères qu’ils jugent essentiels pour réussir dans la vie renvoient à des notions de compétence et d’effort personnel bien plus qu’à des avantages innés liés à une origine socio-culturelle favorisée. Selon eux, le plus important est d’être compétent dans son domaine (37 %), courageux (36 %) et d’avoir le goût du travail (30 %). Le fait d’avoir des relations (22 %), des diplômes (17 %) ou d’être cultivé (17 %) arrive ensuite, tandis que le fait d’avoir de la chance (11%), de l’argent (10 %) ou d’être né dans un milieu favorisé (8 %) est cité dans des proportions encore plus marginales, tout comme le fait d’avoir l’esprit de compétition (8 %). Il est important de noter que 52 % des jeunes habitant en ZUS pensent n’avoir que peu de pouvoir réel sur ce qui leur arrive. En fait, les jeunes qui vivent en zone urbaine sensible plébiscitent l’effort personnel mais de manière moins affirmée que les autres : s’ils placent la compétence et le courage en tête des critères indispensables pour réussir dans la vie, ils sont néanmoins plus nombreux à estimer que les relations et les diplômes, voire le fait d’être né dans un milieu favorisé ou d’avoir l’esprit de compétition comptent pour beaucoup. La confiance de cette population est donc plus vacillante. Il ressort clairement dans leurs réponses qu’ils considèrent le piston comme étant un facteur important dans la réussite personnelle et professionnelle.

3. Un libéralisme culturel qui s’accompagne d’une demande d’ordre et de sécurité a) Une ouverture d’esprit sur le plan des mœurs… Sur le plan des mœurs, les jeunes de 18 à 30 ans se caractérisent par un certain libéralisme social et culturel. Ainsi, les deux tiers d’entre eux estiment que

la liberté, et notamment la liberté de ses opinions et de ses actions, est quelque chose d’extrêmement important. C’est la valeur qui compte le plus pour eux, loin devant toutes les autres. Alors que les Français dans leur ensemble se montrent très partagés sur la question, les 18-30 ans sont particulièrement favorables à l’adoption d’enfants par les couples homosexuels : 70 % estiment que c’est quelque chose de normal, contre seulement 27 % qui sont de l’avis contraire. Si les femmes sont encore plus nombreuses à s’y montrer favorables (77 %), les autres catégories de population expriment toutes majoritairement leur assentiment, y compris les jeunes catholiques. Seuls les jeunes de confession musulmane s’y opposent majoritairement. Les 18-30 ans se montrent également très largement ouverts au droit de vote des étrangers non européens résidant en France aux élections locales (64 %). Là encore, le sujet suscite peu de rejet, même si des divergences liées à la proximité politique apparaissent : les jeunes se disant proches de l’UMP sont beaucoup plus partagés, alors que ceux qui se disent proches de la gauche parlementaire y sont majoritairement acquis.

b) … mais dans un cadre ordonné Ce libéralisme culturel réel sur certaines questions de société s’accompagne néanmoins d’un besoin de cadrage prononcé. Les 18-30 ans plébiscitent une société ordonnée où l’on se réfère à certaines règles. Ainsi, l’ordre public et le respect de la loi sont des valeurs importantes pour 86 % des jeunes, 38 % estimant même que c’est quelque chose d’extrêmement important dans leur vie. De même, 87 % estiment que l’honneur et le fait d’être respecté sont des choses importantes, voire extrêmement importantes pour 48 % d’entre eux. Ces valeurs sont parmi celles qui comptent le plus pour les jeunes avec la liberté et l’autonomie. L’attachement aux traditions est par ailleurs mis en avant par 63 % d’entre eux (21 % considérant que c’est quelque chose d’extrêmement important).

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

21


Certaines idées reçues sur les jeunes sont également battues en brèche par cette enquête : seule une minorité accorde de l’importance à la recherche de sensations fortes et de plaisirs immédiats (41 %) et c’est une nette majorité qui se dégage pour s’opposer à la dépénalisation de la consommation de haschich (61 %). Ils se montrent également sensibles à l’argument du déclin de la France (69 %).

c) Une minorité conservatrice, voire réactionnaire et xénophobe non négligeable Si les idées les plus conservatrices testées dans cette enquête sont rejetées par la plupart des jeunes, une minorité non négligeable les défend. Ainsi, 33 % des 18-30 ans considèrent qu’il y a trop d’immigrés en France, 29 % qu’on parle trop de l’extermination des Juifs pendant la seconde guerre mondiale, 23 % que la femme est faite pour avoir des enfants et les élever et 22 % qu’il faudrait rétablir la peine de mort. Les jeunes n’ayant pas le baccalauréat ont plus tendance à partager ces idées. Sur le sujet de l’extermination des Juifs durant la Seconde Guerre, les jeunes musulmans se distinguent également par une propension beaucoup plus importante - et même majoritaire (58 %) - à adhérer à l’idée que l’on en parle trop.

4. Un rapport au politique empreint de désillusion et de méfiance a) Un intérêt modéré pour la politique Moins d’un jeune sur deux (46 %) déclare s’intéresser à la politique. À l’inverse, 54 % affirment ne pas s’y intéresser, dont 24 % qui ne s’y intéressent « pas du tout ». Les jeunes ne se distinguent guère de l’ensemble des Français sur ce point, le désenchantement à l’égard de la politique traversant toutes les couches de la société. Les personnes n’ayant pas le baccalauréat (74 %) ou vivant en zone rurale (61 %) ainsi que les femmes

(62 %) font part de leur désintérêt avec encore plus de force. En revanche, les hommes (53 %) mais surtout les personnes ayant un bac+5 (75 %) déclarent majoritairement s’y intéresser. Il faut dire que les jeunes ont massivement le sentiment que les responsables politiques ne se préoccupent guère des gens comme eux (87 % dont 37 % qui estiment même qu’ils ne s’en préoccupent « pas du tout »). Ce sentiment de rejet est exprimé avec encore plus d’intensité par les jeunes vivant en ZUS : la quasi-totalité d’entre eux considère que les responsables politiques ne s’intéressent pas à eux, 48 % estimant qu’ils ne s’y intéressent « pas du tout ». Lorsqu’on leur demande de préciser leur préférence politique, la moitié des jeunes affirme n’être « ni de gauche ni de droite » (50 %). S’ils sont un peu plus nombreux à pencher pour la gauche (35 %) que pour la droite (13 %), force est de constater que le positionnement sur une échelle gauche droite est difficile pour une part significative de cette population.

b) Une population difficile à mobiliser Lorsqu’on demande aux jeunes ce qui pourrait les pousser à s’engager en politique, la lutte contre les injustices sociales arrive en tête (35 %), devant la lutte contre les discriminations (25 %). Ces deux motivations font écho aux préoccupations mises en évidence dans cette enquête et sont particulièrement mentionnées par les personnes se disant de gauche (respectivement 46 % et 31 %) et par les personnes les plus diplômées (50 % et 33 %). La lutte contre les discriminations est également soulignée par un tiers des jeunes habitant en ZUS. Les motivations plus classiques, comme le fait de se retrouver avec des personnes partageant les mêmes valeurs (19 %), de soutenir un responsable politique défendant ses idées (18 %) ou de participer à un combat collectif (11 %) n’apparaissent guère comme des motivations essentielles, tout comme l’opposition à Nicolas Sarkozy qui n’est mentionnée que par 14 % des interviewés (mais 21 % en ZUS).

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

22


II- Les enseignements de nos groupes terrain Échanges avec des jeunes d’Aubervilliers, Bordeaux, Clamecy, Paris entre le 5 et le 16 février 2011 1. Méthodologie

2. Les grandes tendances

Il s’agissait de trois heures en moyenne de discussion avec de petits groupes de jeunes âgés de 17 à 30 ans. L’animation du groupe était effectuée par un chercheur et un politique. Les jeunes ne constituaient pas un panel représentatif, mais la diversité des lieux et du recrutement a permis de constituer au final un ensemble de jeunes assez représentatif, ni révoltés par les institutions, ne rencontrant pas forcément les plus grandes difficultés mais connaissant tout de même dans leur quotidien l’ensemble des problèmes de leur génération. L’ensemble des jeunes était soit en cours de passage soit en possession du bac (général ou professionnel) au minimum.

Sur ce qui était considéré comme étant positif dans le fait de vivre en France, l’unanimité des groupes a évoqué les services publics, que certains appellent « les biens publics », avec notamment la sécurité sociale, l’accès aux soins, à l’hôpital, les transports… L’aide de l’État pour faire des études à travers le système des bourses est également ressortie. Le contexte aidant certainement, ces groupes ayant lieu au moment où les « révolutions arabes » faisaient la une de l’actualité, les libertés d’expression, l’État de droit, la liberté de la presse ont été unanimement salués, tout comme le fait que nous vivions dans un pays en paix, sans guerre civile ni guerre avec un pays voisin. Les semaines de congés payés, ainsi que le fait de pouvoir bénéficier d’un peu de temps pour soi, ont également été énoncés comme éléments positifs, mais plus à la marge, relativisés par la pression et le stress subis dans le cadre du travail.

Il ne s’agissait pas d’un entretien sociologique à proprement parler, malgré la présence systématique d’un sociologue ou politiste, mais d’une discussion ouverte, bien que cadrée, avec ces jeunes, afin d’approfondir l’enquête IPSOS quant à leur appréhension de la société, du politique, des valeurs, et d’autre part, de leur soumettre quelques propositions des socialistes concernant les jeunes. La discussion s’effectuait en trois temps. Tout d’abord, l’interrogation portait sur ce qui allait ou non en France, sur ce qu’il faudrait changer selon eux. Ensuite, en fonction des groupes, la discussion s’orientait autour de quelques thèmes dont les jeunes s’emparaient tels que les inégalités, le travail, le mérite, l’autonomie… Enfin, des propositions leur étaient soumises afin de voir leur réaction, entendre leur avis sur la question.

Il est néanmoins important de souligner que ces atouts mentionnés sont aussitôt signalés comme étant menacés et représentatifs de la dégradation des conditions de vie en France. Les jeunes estiment dans leur ensemble qu’une menace pèse sur les services publics, que ceux-ci se délitent. Elle pèse aussi sur le système redistributif des retraites et sur l’âge du départ. Les aides sociales, de plus en plus difficiles à obtenir, sont également citées ainsi que la complexité des documents administratifs à remplir, nécessaires pour toute demande. Les difficultés d’obtention d’un logement social sont aussi dénoncées.

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

23


3. Un système éducatif à refonder ? Le système éducatif français est particulièrement décrié, faisant écho au fait que ces jeunes considèrent que l’école n’assure plus correctement et équitablement la préparation de leur avenir. Les propos de l’ensemble d’entre eux, tout milieu social ou niveau d’études confondus, confirment les analyses de sociologues tels que Cécile Van de Velde et Olivier Galland sur la spécificité française de l’éducation. Le poids des diplômes est dénoncé aussi bien par les jeunes diplômés d’une grande école que par ceux ayant arrêté leurs études peu après le bac. Ce sentiment que toute sa vie se joue à partir de l’obtention ou non d’un diplôme, et de plus pas de n’importe quel diplôme, celui d’une école reconnue, dans une formation reconnue, pèse lourdement sur la vision de l’avenir qu’ont les jeunes. Ils considèrent qu’ils n’ont pas le droit à l’erreur et que tout échec scolaire sera obligatoirement et irrémédiablement sanctionné par l’impossibilité d’évoluer professionnellement par la suite. Ceci développe le stress scolaire, la compétition des élèves entre eux, la surenchère dans les diplômes que l’on cherche à cumuler pour sortir du lot. Les dysfonctionnements du système d’orientation mis en place dans le secondaire constituent un objet récurrent d’insatisfaction. La manière d’orienter les jeunes est très sévèrement critiquée : ce système est considéré comme étant au mieux inutile et au pire discriminant. Les conseils fournis sont aléatoires, ne prennent que peu en compte les désirs des jeunes, et surtout une sorte de censure est opérée sur l’information accompagnée d’une prédétermination en fonction du lycée. On ne présentera ainsi pas les grandes écoles à des jeunes étudiant et résidant en ZEP, de la même manière qu’en fin de collège les jeunes de quartiers populaires sont massivement orientés vers des filières professionnelles, quels que soient finalement leurs résultats scolaires ou leurs envies. Le contenu même des enseignements est critiqué, parfois de manière contradictoire d’ailleurs. On reproche l’abandon ou la menace pesant sur certains cours (histoire, littérature, options cinéma, arts plastique, théâtre), reprochant à l’école de ne

plus constituer un lieu d’épanouissement personnel mais de ne se concentrer que sur un enseignement productiviste, rentable pour l’avenir professionnel. Et dans le même temps, la coupure entre établissement scolaire et monde professionnel est fortement dénoncée. Le manque de contact entre les deux milieux est mis en avant et regretté, complexifiant les choix d’orientation. Les remarques mettent en exergue la difficulté de choisir une orientation alors que l’on ne sait concrètement en rien ce à quoi cela correspond. L’envie de découvrir les métiers par des salons, des expériences courtes en entreprise est affirmée et met en relief le manque d’information dont disposent les élèves, les métiers présentés étant généralement uniquement ceux des parents d’élèves, réduisant d’autant le champ des possibles. Les inquiétudes et difficultés pour financer leurs études, en raison de l’insuffisance du montant des bourses (pour ceux pouvant y prétendre !), le coût pour passer certains concours, et le fait que certaines formations ne soient proposées que par des instituts privés constituent de véritables sources d’inquiétude pour ces jeunes. Les coûts liés à la mobilité (logement, frais d’inscription…), pour suivre certaines formations, aussi bien pour les formations professionnelles dans le secondaire que pour l’enseignement supérieur, constituent de véritables barrières économiques et sociales pour une grande partie des jeunes interrogés.

4. L’intégration au monde du travail Les jeunes, dans tous les groupes, se plaignent du manque de confiance qui leur est accordé, notamment de la part des recruteurs qui leur reprochent toujours leur manque d’expérience. Paradoxalement, l’exigence est de plus en plus forte à l’égard des diplômes, mais ceux-ci ne constituent plus une garantie de salaire ou de statut. Les jeunes dénoncent le fait que l’on demande de plus en plus d’investissement dans le travail tout en ne bénéficiant ni de reconnaissance symbolique ni salariale. La quasi non rémunération des stages est dénoncée dans le cadre des stages de fin d’études s’apparentant à un véritable emploi.

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

24


L’accès à l’emploi est enfin décrit comme d’autant plus difficile que le poids du réseau est devenu un élément majeur pour être recruté, complexifiant encore l’accès pour les moins bien dotés à l’origine, et que la discrimination est vraiment ressentie (femmes, jeunes d’origine étrangère ou de quartiers dits sensibles). La précarité dans l’accès à l’emploi, intérim, CDD à répétition, semble frapper de plus en plus toutes les tranches de la jeunesse, quel que soit le niveau de diplôme ou l’origine sociale.

5. La perception des inégalités et discriminations Le groupe d’Aubervilliers s’est particulièrement démarqué sur cette thématique. Pour eux, les inégalités se vivent aux travers des discriminations dont ils se sentent victimes au quotidien. Le problème de la couleur de peau sur la photo du CV est évoqué de manière étouffée. Mais ils expriment pour certains très nettement le manque de reconnaissance, le sentiment de devoir faire plus d’efforts, de prouver plus que les autres leurs mérites au quotidien. Ils ont le sentiment qu’ils ne connaîtront pas la mobilité ascendante dont leurs parents ont pu profiter, malgré des vies souvent difficiles et sont découragés par les galères qu’ils ont pu voir endurer par leurs frères, sœurs ou amis plus âgés. Beaucoup revendiquent haut et fort le fait d’être Français et d’être reconnus comme tels, et non de l’être en tant que « Français d’origine étrangère », en dépit des discriminations qu’ils connaissent dès l’école. Ils expriment très clairement le fait que ce sont les autres qui doutent qu’ils soient des Français à part entière, ce qui provoque un sentiment de « division » chez eux. Le rejet qu’ils subissent amène certains à remettre en question leur identité. La question du problème de la religion est évoqué : la question de la meilleure intégration des portugais et italiens (catholiques) est posée en rapport avec les problèmes qu’ils subissent en tant que fils d’immigrés de religion musulmane.

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

25


III- Les auditions et contributions libres d’experts

1. Les auditions : a) Olivier Galland Olivier Galland est sociologue et directeur de recherches à l’EHESS. Il est l’auteur de nombreux ouvrages de référence sur la jeunesse. • Les principales valeurs de la jeunesse Les attributs classiques de l’âge adulte restent très stables et très forts. Pour les jeunes, gagner de l’argent, travailler, avoir une résidence autonome, former un couple et une famille, constituent la base de l’entrée dans l’âge adulte, dans l’autonomie. Un consensus s’est imposé sur le partage des valeurs. Deux valeurs sont particulièrement fortes : la demande d’individualisation et la demande d’autorité. La demande d’individualisation consiste en une revendication d’autonomie, de liberté dans le choix de ses propres valeurs, notamment dans le domaine de la vie privée. Chacun doit ainsi être libre de choisir ses valeurs, mais la liberté de chacun s’arrête là où commence celle des autres. Quand les libertés s’entrechoquent, une régulation doit apparaître, d’où cette forte demande d’autorité. Cette demande d’autorité n’est pas la volonté de voir s’imposer une autorité traditionnelle, arbitraire mais plutôt de voir réguler les comportements publics. L’autorité revendiquée doit trouver sa justification dans la pacification des rapports sociaux. Les enquêtes relèvent le pessimisme des jeunes, mais un pessimisme plus axé sur la société que sur leur cas en particulier. Les jeunes ne tiennent cependant pas leurs aînés pour responsables, ils ne sont en majorité pas favorables à une guerre des générations. Ceci s’explique d’ailleurs assez simplement : il existe une solidarité extraordinaire

entre générations dans les familles. Les grandsparents contribuent, les parents paient très souvent, au moins en partie, le loyer de leur enfant. Ces solidarités atténuent les discriminations générationnelles. • Les principales difficultés Le système éducatif aujourd’hui ne fonctionne plus correctement. Il est devenu une sorte de grand instrument de classement social. Les gens ont ainsi dans l’idée que le niveau auquel on va sortir de l’école conditionne pour tout le reste de la vie, que le destin social sera figé par le classement scolaire. Le système éducatif est désormais extrêmement sélectif et académique. La compétition entre les jeunes s’est accrue avec la massification scolaire. Elle a légitimement créé des aspirations de promotion sociale pour ces nouvelles générations. Or, la société n’est pas aujourd’hui en capacité de satisfaire ces aspirations. Le problème n’est peut-être donc pas le fait que les jeunes s’en sortaient mieux avant, mais plutôt qu’il existait une meilleure correspondance entre leurs aspirations initiales et le statut auquel ils parvenaient. La société était globalement plus marquée par la reproduction sociale auparavant. Aujourd’hui, nous sommes passés dans une société plus mobile mais aussi plus angoissante pour tout le monde. Les jeunes issus de milieux favorisés sont malgré tout moins sûrs d’y rester. Le modèle français est globalement, sur le plan de l’emploi, défavorable aux jeunes, le marché du travail fonctionnant sur la dichotomie CDD/CDI. Cela a pour conséquence de concentrer sur les jeunes la flexibilité de l’emploi. Cette flexibilité relève essentiellement de deux caractéristiques : - les transformations de l’économie et la mondialisation provoquent de grandes

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

26


incertitudes pour les entreprises et cela se répercute sur la gestion de la main-d’œuvre ; - la massification de l’enseignement et le fait que les diplômes soient distribués beaucoup plus largement aujourd’hui atténuent l’effet signal du diplôme. Le diplôme a normalement pour fonction d’indiquer la qualité d’une personne pour occuper un emploi. Or ce signal s’affaiblit devant le nombre croissant de personnes diplômées. Les entreprises souhaitent désormais tester les qualités réelles des personnes qu’ils recrutent au cours de périodes d’essai. Cela a pour conséquence la généralisation des CDD, devenus de vraies périodes d’essai déguisées, détournement complet sur le plan juridique de ce qu’était le CDD au départ. Il semble toutefois que les différences à l’intérieur de la jeunesse sont bien plus importantes que les différences intergénérationnelles. Aujourd’hui, la question des réseaux d’information et d’orientation est centrale. Alors que les parcours sont de plus en plus complexes et constituent des transitions longues, aussi bien au niveau des parcours de formations que professionnels, il est essentiel d’apprendre à se repérer dans cette complexité. Or, il y a des inégalités énormes entre les jeunes, entre ceux qui ont accès aux bons réseaux d’information, d’orientation et les autres. Les diplômes demeurent une protection très forte contre le chômage et cette tendance a plutôt tendance à s’accentuer. Il y a néanmoins indiscutablement des diplômes qui sont plus valorisés que d’autres. Ainsi, les diplômes de lettres et sciences humaines traversent une crise, et permettent parfois moins bien de s’insérer que certains bons BTS. • Ses recommandations Au niveau du marché de l’emploi, il faudrait inventer un nouveau contrat générationnel. Les pays scandinaves par exemple, où le chômage des jeunes est moins élevé, sont des pays qui fonctionnent sur ce modèle, sur une meilleure répartition

intergénérationnelle de la flexibilité de l’économie. Une piste consisterait à trouver un moyen de réformer le contrat de travail : comme en créant par exemple un contrat de travail dont les droits se renforceraient progressivement au fur et à mesure de sa durée et dont le coût en termes de cotisations sociales pour les entreprises serait d’autant plus élevé que le contrat serait de courte durée. Il faudrait également améliorer l’orientation des jeunes qui se dirigent vers les filières professionnelles dans le secondaire. Ainsi, on reconnaît aux jeunes qui s’orientent en filière générale le droit de réfléchir à leur orientation lors de la seconde de détermination. Pourquoi n’offrirait-on pas la même possibilité en filière professionnelle ? Une seconde de détermination professionnelle permettrait d’orienter vers de grandes familles professionnelles au sein desquelles l’élève pourrait affirmer son choix. Afin de permettre un véritable choix face aux contraintes géographiques liés à ces parcours (on choisit souvent sa filière en fonction de ce qu’il existe à côté de chez soi), il faudrait développer une politique de mobilité pour ces jeunes, en assurant le financement nécessaire au suivi de leur formation, et en développant notamment les internats sur place. Combattre le décrochage scolaire doit constituer une priorité. Il faut trouver des réponses pour qu’il n’y ait pas autant de jeunes qui sortent du système scolaire sans diplôme. Les enseignants doivent être remobilisés, les jeunes sont trop découragés aujourd’hui par le système éducatif tel qu’il existe. Une véritable révolution culturelle est à organiser au sein de l’école : ce système basé sur une sélection de l’élite scolaire doit être complètement revu car il produit des inégalités trop fortes. Il serait bien de le remplacer par un système qui soit moins académique, plus en prise avec la société réelle, avec peut-être la mise en place d’une méthode d’enseignement plus participative. La cible ne doit pas être les grandes écoles, elles ne concernent qu’une infime partie des jeunes. L’important est de mettre en place un système qui permette à chacun, à son niveau, de réussir. Il faut éveiller et parvenir à mettre en avant les potentialités de chacun.

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

27


b) Nicolas Rénahy Nicolas Rénahy est sociologue, chargé de recherches à l’INRA (Dijon). Il est l’auteur du livre « Les gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale » (La Découverte, 2005). • Spécificités du milieu rural Les situations sont très différenciées, mais on peut dire que les populations de nombreux territoires ruraux connaissent aujourd’hui des conditions d’existence précarisées, et doivent restreindre leurs aspirations. Même au sein des classes populaires, il n’y a évidemment pas les mêmes possibilités d’ascension sociale et de mobilité quand on grandit à la campagne ou à la ville, dans la vallée de l’Arve, les Ardennes, une ZUS, ou un quartier urbain « gentrifié », une banlieue pavillonnaire. En regard des années 1970 d’apogée de la mise en place de l’État social, l’évolution actuelle des services publics provoque un isolement croissant des classes populaires, qui vient s’ajouter à la morosité du marché de l’emploi dans les zones de désindustrialisation, mais il est extrêmement difficile d’y répondre par une politique spécifique. Le monde rural est en effet majoritairement peuplé de classes populaires. La question n’est donc finalement peut-être pas d’avoir une politique territorialisée mais plutôt socialement située, en fonction des revenus et patrimoines. Il est également important de comprendre que l’évolution de l’État social, mis en place à l’aprèsguerre, ne cesse d’aller en se détériorant aussi bien pour les services à la personne, la santé, la Poste, qu’en termes de service public éducatif. Un exemple simple : dans le nord de la Bourgogne, la petite ville de Châtillon-sur-Seine (6 000 h, au cœur d’une zone rurale isolée où 63 % des actifs sont ouvriers ou employés) avait vu la construction d’un nouveau lycée en 1972, d’un nouvel hôpital au début des années 1980. En 2008, la ville a vu se fermer son tribunal d’instance, les services de chirurgie et de maternité de l’hôpital. Aujourd’hui, c’est par l’action et le financement des collectivités locales que l’hôpital peut se doter d’un scanner : c’est donc aux habitants, toutes catégories de revenus

confondues (puisque la contribution à l’achat du scanner provient des impôts locaux), de participer au financement de la pérennité d’un service public. Le fait que la fonction publique territoriale recrute moins a également des répercussions : cela restreint les possibilités en matière d’orientation pour les jeunes, et oblige bien souvent ceux qui réussissent à s’urbaniser, quittant définitivement leur territoire d’origine. • La fracture des années 1990 En 1968 déjà, 37 % des ouvriers étaient des ruraux. Pour les générations qui entraient sur le marché du travail entre les années 1950 et les années 1970, il existait de fortes opportunités d’ascension sociale locale : il était possible de « monter » socialement en restant sur place, dans un cadre familier, à 10 ou 20 kilomètres, dans les villages avoisinants. Il existait de véritables possibilités d’évolution au sein des usines, fruits des pratiques patronales paternalistes de l’entre-deux-guerres, qui visaient à sédentariser et former localement une main-d’œuvre. Aujourd’hui, la désindustrialisation et l’éclatement des sites de production a fortement fragilisé ces territoires, quand c’est avant tout par la migration définitive en ville que l’on matérialise une ascension sociale. Un secteur d’activité présent sur un territoire le ravive, redynamise l’école, le lycée professionnel, le commerce de proximité, la formation et l’emploi… Il faut également noter que, depuis les années 1980 d’installation pérenne de la crise du marché de l’emploi, les jeunes sédentaires (c’est-à-dire les moins qualifiés) subissent un isolement que n’ont pas connu leurs parents. Ces effets sont liés à la politique économique, mais sont renforcés depuis plusieurs années par l’évolution de la politique éducative. Par exemple, la fermeture et le regroupement de classes SEGPA obligent l’enfant à bouger s’il veut continuer sa scolarité. Or dans les fractions les plus fragiles des classes populaires, les plus éloignées culturellement du système scolaire, cela se traduit par une familiarisation encore plus difficile avec le monde de l’école, ce qui contribue à provoquer le décrochage total.

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

28


Il est donc d’autant plus important de poser la question du recrutement des enseignants et de leurs attributions sur tout le territoire. Dans le passé, les enseignants étaient des véritables « missionnaires » des services publics : beaucoup s’installaient de manière pérenne sur le lieu de leur affectation. Aujourd’hui, les profils sociologiques des enseignants sont très différents, ils aspirent pour une majorité d’entre eux à rester en ville. Il devient donc urgent de recommencer à former de jeunes ruraux, qui s’investiront dans ce métier d’enseignant et l’exerceront en milieu rural, tout en étant susceptibles de redynamiser le secteur associatif. Plus globalement, il est nécessaire de redonner du sens à ce métier, et cela doit d’abord passer par une revalorisation salariale (parce que cela constitue la base de la considération sociale : la France est l’un des pays d’Europe où les enseignants sont les moins bien payés) et une amélioration des conditions de travail, particulièrement dégradées ces dernières années (hausse du nombre d’élèves par classe, baisse drastique du nombre de TZR et des stages de formation, etc.). • La mobilité Les personnes qui partent du jour au lendemain dans un pays ou une ville inconnu(e) sont rares. La migration se fait le plus souvent à partir d’un pionnier, quelqu’un que l’on connaît (un oncle, un frère ou une sœur aînée…). Ces personnes ont constitué ce que les historiens appellent un « stock professionnel familial ». Or, on remarque que la grande différenciation entre les jeunesses populaires repose sur le fait d’avoir ou non un fort réseau dans la famille. Les aspirations qui en découlent diffèrent profondément. Les orientations se font d’abord au sein de la famille, car c’est à ce moment là et par ses proches que l’on est poussé ou non à l’école, que l’on a ou non des modèles. C’est le premier lieu de socialisation. Il serait donc utile de se concentrer sur deux points majeurs : - Redonner une assise, des formes d’assurance sociale aux familles populaires - stopper la « restructuration » des services publics, qui touche particulièrement les zones les plus fragilisées, et redévelopper

une politique socio-éducative républicaine (enseignement, PJJ, jeunesse et sport, soutien des réseaux associatifs…)

2. Les contributions : a) Santé mentale chez les jeunes : contribution de Guy Benloulou Guy Benloulou est docteur en psychologie. Il exerce son métier de psychologue depuis plus de 25 ans dans deux clubs de prévention spécialisée (Paris 19e et Garges-lès-Gonesses) ainsi qu’à la Maison des Familles et des Cultures (Paris 11e). « Il est frappant de constater la différence marquée avec laquelle s’exprime la souffrance chez les filles et chez les garçons, à l’adolescence. Je reçois par exemple, depuis plusieurs années, des adolescents, suite à une tentative de suicide (TS). Ces TS, dont on connaît la fréquence élevée à cet âge, dans nos sociétés riches, sont quasiment exclusivement le fait de jeunes filles tandis que les garçons, par contre, se donnent beaucoup plus souvent la mort. Face à ce qu’ils ressentent comme insupportable, l’absence d’interlocuteur qui pourrait les aider à réintroduire la douleur et l’angoisse dans le circuit de la parole, ne leur laissent d’autre issue qu’un geste maladroit et fatal. Les modalités de l’auto-agression varient d���ailleurs d’un sexe à l’autre et en fonction de l'âge. Nous sommes plusieurs psychologues pour adolescents à remarquer ces dernières années un rajeunissement dans les premiers passages à l’acte et des évolutions quant aux modalités. Il en va de même pour les addictions à la drogue ou aux nouvelles technologies car ce sont plus généralement les garçons qui y trouvent une identité qu’ils n’ont plus par ailleurs, que ce soit au sein de leur famille, à l’école, ou dans une espérance de vie professionnelle. Nous pourrions effectuer le même type de constat quant à la ségrégation sexuelle nette des expressions de la souffrance à l’adolescence, relativement à d’autres variétés de troubles. Les problèmes de comportement alimentaire en constituent un exemple flagrant. 98 % des anorexies mentales sont des pathologies féminines.

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

29


D’autres exemples pourraient être donnés. Mais je ferai, au sujet de cette différence entre les symptômes des filles et ceux des garçons, la remarque suivante : l’adolescence est un moment de l’existence où se posent, avec une particulière acuité, la question de la différence des sexes, où se pose avec insistance la question de ce que cela peut bien vouloir signifier, être un homme ou être une femme. Il s'agit même de l’âge où pour la première fois, cette question se pose relativement au réel qu’implique la rencontre amoureuse. Il suffit d’observer des adolescents à la sortie d’un collège ou d’un lycée, pour constater sur ce point, comment les garçons et les filles cherchent à accentuer les traits qu’ils souhaitent afficher comme la marque de leur virilité ou de leur féminité, à travers leur tenue vestimentaire ou leur gestuelle, comme s’il revendiquaient une reconnaissance de l’autre, comme s’ils cherchaient à affirmer quelque chose avec vigueur et parfois défi ou provocation, comme s’ils craignaient une atteinte ou une remise en cause d’une identité mal assurée dont ils doutent un peu, et dont ils ignorent ce qui peut désormais offrir une garantie, maintenant que leur père et leur mère ne sont plus en place d’en assurer la stabilité et la solidité.

jalonnent les parcours de vie de ces jeunes. C’est de ce côté que l’on trouve la plupart des facteurs de vulnérabilité. Cela semble se traduire concrètement dans ce que l’on nomme parfois des « bandes » par la problématique des « boucs-émissaires » qui fait donc émerger des « cumulards », des « camouflés » (qui se protègent derrière une autre cause de rejet social) et des « débusqués » (qui pensent que l’ostracisme dont ils sont victimes vise précisément leur différence cachée), mais aussi des « entredeux », des « tiraillés » (entre deux identités), des « frontaliers » (qui brouillent les cartes en inventant une troisième voie), des « passeurs de frontière » (qui franchissent l’infranchissable), des « Bountys » (terme qui vient de la communauté noire vivant en France et désignant ceux qui sont noirs dehors et blancs dedans, autrement dit dominés socialement dehors mais dominants dedans) et des « Tybouns » (dominants dehors et dominés dedans).

Ce que je constate également, notamment chez les jeunes des quartiers dits « sensibles », sont les comportements discriminatoires. Ces agissements de certains adolescents et de beaucoup d’adultes (parents, fratries, groupes « politiques » etc..) ont des conséquences sur les discriminations entre adolescents.

Souvent, les jeunes filles dans les quartiers doivent vivre sous le contrôle social de la cité, et supporter la violence et les harcèlements machistes. La pression familiale et environnementale est quotidienne, banale. Sur elles, la rue fait peser une pression permanente, qui les oblige à déployer une énergie folle pour se protéger, veiller constamment à leur réputation. Les faits divers et largement médiatisés ces dernières années concernant des adolescentes (viol, etc..) ont eu comme conséquences le renforcement du poids de la tradition « patriarcale » dans certaines familles d’origine africaine, musulmane, ou juive, et une forme d’enfermement psychique dans la peur des garçons.

Les stéréotypes qui désignent les personnes qui ont un regard discriminant font souvent écho à la virilité et à la « matrilité » (pendant de la virilité pour la construction identitaire féminine, et sacralisant les valeurs de la maternité, les systèmes de domination à l’œuvre pouvant s’apparenter à la « matrivirilité »). Les « camouflés » l’utilisent : plus un garçon est susceptible d’être discriminé, plus il affiche les valeurs de la virilité, alors qu’une fille qui craint d’être débusquée va se réfugier du côté de la matrilité. Mais on trouve aussi des filles viriles et des garçons matrils. À l’inverse, la dévalorisation conjointe des valeurs féminines et paternelles

Cela commence par l’habillement, le gros pull que l’on n’enlève qu’une fois arrivée au collège ou au lycée. Porter une jupe, un décolleté, être maquillée, c’est immédiatement risquer de se faire insulter. Quelle que soit son apparence, une fille qui marche seule dans la rue échappe difficilement à l’insulte lorsqu’elle croise des garçons. Dans un espace public dominé par les garçons, les filles doivent développer des stratégies de contournement compliquées pour éviter les groupes de garçons, faisant parfois de longs détours. Elles se déplacent rarement seules, plutôt en bandes de filles. Les seules qui échappent aux insultes sont les filles

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

30


voilées. Se sentant en insécurité, les filles sortent peu, d’autant que les infrastructures sportives et culturelles, dans le quartier, sont beaucoup plus investies par les garçons que par les filles. Dans les cours des collèges, des lycées, la mixité entre garçons et filles n’est pas davantage de mise. Souvent pourtant la question sexuelle est abordée tant par les garçons que par les filles mais sur un mode de « mécanismes de défenses » proche du déni voire du mépris, ou de la naïveté. Ainsi, parmi les jeunes que je rencontre, souvent la simple idée du flirt ne trouve plus de sens. Le phénomène qui m’inquiète tout comme nombre de mes collègues est la position de certaines jeunes mineures (1618 ans) qui préfèrent être mère afin de changer de statut familial et se retrouver moins sous la pression du père et des frères, et par voie de conséquence se sentir plus protégée des garçons à l’extérieur de par leur nouveau statut. Depuis quelques temps, je suis aussi amené à rencontrer des adolescents en situation de « décrochage scolaire » dans ces quartiers. En tant que professionnel de « terrain », accueillant de nombreux enfants ou adolescents en situation d’échec scolaire ou de décrochage, j’ai pu observer ces dernières années, une nette progression de leur nombre. Les causes de cette problématique, en sont à mon sens, multiples et variées et bien sûr chaque enfant dans cette situation, et dans sa singularité familiale, culturelle et sociale, va vivre cette forme d’exclusion scolaire, comme une réponse à un rejet plus global, celui de la société dans laquelle il est supposé s’inscrire. Pour les parents de ceux-ci, les ressentis sont tout aussi multiples, mais très souvent la « blessure » de cet échec est vécue comme un rêve brisé : « celui que leur enfant » réussira sinon aussi bien ou mieux qu’eux. Ce sont dès lors des sentiments de honte, parfois de stigmatisation qui s’installent, tant pour les parents que les enfants et qui débouchent sur un désarroi pour les adultes et une « certaine forme de violence » chez ces enfants ou adolescents, qui va s’exercer soit à l’école ou au collège, soit dans la sphère familiale. Il est courant d’associer l’exclusion du « savoir apprendre » aux conditions sociales et économiques du milieu familial. Il reste vrai, que parmi les jeunes

que je reçois depuis plusieurs années, ceux qui se trouvent dans cette problématique viennent souvent d’un foyer monoparental, aux faibles ressources économiques, ou bien où le père est présent/ absent, et n’a plus qu’une fonction financière, où une certaine « violence intra familiale » s’est érigée comme système de fonctionnement. Un certain nombre de lois, ces dernières années, sont venues contraindre, punir, ou stigmatiser un groupe de parents et de familles généralement issues de l'immigration et vivant dans les quartiers sensibles. Celles-ci pour la plupart, cumulent les handicaps sociaux et économiques (chômage, foyer monoparental, plusieurs enfants, appartements souvent délabrés ou trop petits...) et ce sont aussi celles-ci que les lois pénalisent pour l'absentéisme de leurs enfants. L’étude et la pratique de la psychologie montrent que les troubles du comportement à l'adolescence, l'échec scolaire, la déshérence, voire l'errance dans la rue, ne sont pas innés chez ces jeunes, mais le résultat d'un désespoir, d'une fuite en avant, d'une crise d'identité, d'une recherche de place pour exister (celle du clown de la classe, celle du provocateur, celle du violent...). De plus, avec le nombre de familles « recomposées » en croissance constante, la place de l’enfant génère des situations relationnelles complexes aux enjeux affectifs prégnants où l’identité en tant que telle fait symptôme. Les facteurs cultuels et culturels, peuvent être également à l’œuvre, lorsque la famille maîtrise mal la langue française, ou lorsque le poids des traditions a comme conséquence un désinvestissement de la scolarité de la jeune fille destinée « de naissance » à d’autres fonctions. La crise économique et le chômage des parents qui n’arrange rien n’entraîne bien souvent que des frustrations chez l’enfant qui ne vit plus « comme les autres ». L’investissement et l’attraction du multimédia, ou des jeux vidéos, peuvent aller jusqu’à de véritables addictions, utilisés comme moyens de fuir la réalité, familiale et scolaire. Tous ces indicateurs peuvent, de surcroît, se croiser au sein des mêmes familles, multipliant alors les facteurs de risques d’échec ou d’exclusion du savoir de l’école.

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

31


Dans ces secteurs ou ces villes dites de relégation, les moyens humains, professionnels et financiers en termes d'accès aux soins psychologiques et psychiques, pour ces adolescents, sont très loin d'être en adéquation avec les besoins. Non seulement les moyens sur le terrain sont insuffisants, mais ce qui est actuellement en place est menacé dans son existence. Tous les dispositifs de prévention tournés vers les adolescents sont attaqués ces dernières années : suppression des missions de prévention de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, diminution des budgets des plannings familiaux de 40 % l’an passé, diminution des effectifs des équipes médicosociales dans les collèges et les lycées, stagnation des postes d’éducateurs en Prévention Spécialisée... Il faut pourtant reconnaître un intérêt, tant des responsables politiques que des médias pour la question adolescente. Il se passe rarement un mois sans qu’un média fasse un dossier sur l’adolescence. Les soucis qu’occasionnent désormais les adolescents, le pouvoir de fascination, fait d’attirance et de répulsion, qu’ils exercent sur les adultes, la façon dont ils deviennent le support de toutes les évolutions et les révolutions de nos sociétés, à commencer par la révolution internet, entraînent régulièrement les adolescents au cœur du débat politique. Pourtant, lorsque l’on observe comment le pouvoir politique actuel, à l’échelle nationale, tout comme à l’échelle européenne, s'évertue à démanteler l’ensemble des services publics, et par là-même, à mettre à mal l’une des grandes idées de l’après-guerre, on comprend que ce sont plutôt les adolescents qui devraient avoir peur des adultes plutôt que l’inverse. Lorsque nos dirigeants souhaitent faire glisser vers un fonctionnement privé ce qui relevait des services publics, par définition non rentables, au nom d’une Europe qui prône la libre-concurrence sans discernement, alors c'est la signification même de la notion de service public qui est oubliée. Concernant les structures qui s’occupent de la prise en charge des adolescents, notre gouvernement a décidé qu'elles devront désormais fonctionner sur le modèle de l'entreprise privée, avec des évaluations internes et externes dont la philosophie réside dans le fait « de travailler mieux avec moins de moyens ». Le paradoxe est que l'ensemble de ce mouvement de dégradation est mené au nom de la « qualité » et de la « bientraitance » des usagers. »

b) « Éducation et symboles » : contribution de Frédéric Fappani Frédéric Fappani est chercheur et chef d’un service en prévention spécialisé à Paris. « Je défends l’idée que l’on peut sortir de la crise du symbole, que la jeunesse peut être porteuse d’espoir, et même que les aînés peuvent nous y aider : bref, une sorte d’optimisme au nom même du réalisme ! • Pourquoi les symboles sont quelque chose d’important ? En fait, beaucoup d’auteurs et penseurs actuels pensent que la société et les individus qui la composent ont connu un écroulement symbolique (de la symbolisation) sans précédent. Les écroulements psychique, intellectuel, matériel, financier n’expriment alors ni le symbole défaillant ni la défaillance de symbolisation. En conséquence, certains parmi nos plus jeunes ne peuvent donc pas se construire harmonieusement sur ces questions, faute d’avoir face à eux des adultes assez costauds. Pour ces auteurs (dont je suis), la grande majorité des gens tardent même dans leur reconstruction de symboles. Ils n’ont pas récupéré la capacité à s’émouvoir des symboles, ils sont handicapés par l’absence de capacité à symboliser. Finalement, une grande part n’arrive plus que difficilement à penser et à agir le monde de manière libre et ressent de moins en moins un certain bonheur à être euxmêmes et à agir dans le monde. Penser et agir avec une psyché écroulée et dont le symbolisme est défaillant, c’est au mieux répéter des discours et des actes formatés, c’est être en survie. C’est-à-dire ne pas être pleinement lié à soi-même, et finalement ne pas avoir de réelle profondeur ni hauteur, sans même pouvoir s’en rendre compte. Or, tout ce qui relève du symbole est aujourd’hui considéré comme n’étant que superflu. Sauf que le symbole, la symbolisation est justement ce qui unifie un être humain. Ce « pas grand chose » est en somme une partie du carburant du fonctionnement

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

32


psychique et donc finalement du fonctionnement général. C’est ce qui permet de donner sens et direction à un être, à la réalisation de lui-même et d’envisager sens et action dans sa vie (et de la vie). Les symboles et la symbolisation ne sont « rien que » le sens (direction et signification) de tout ce qui nous concerne et pour chacun d’entre nous, et par là-même évidemment les enfants et les jeunes dont nous avons la charge. En prendre conscience est déjà un pas pour en sortir ensemble. • Pourquoi les aînés doivent-ils être aidants sur la question des symboles ? L’adolescence est un moment important pour l’être humain, pendant lequel une énergie prodigieuse transforme l’être. Ces transformations modifient l’être globalement : dans son corps, son plan intellectuel, son plan psychoaffectif et donc aussi dans ses idées, ses pensées, ses comportements. A chaque nouvelle génération, ce processus est là, en jeu, et se manifeste chez de nombreux individus. Cette transformation a un sens. Elle pousse l’être en direction de son développement. Et il en est de même sur le plan affectif. En plus de prendre la direction de produire une nouvelle génération d’adolescents, le processus de transformation apporte du « sens nouveau », des « valeurs nouvelles » à ceux qui s’intéressent à ce que peut apporter aux anciennes générations la génération nouvelle qui est entrain de naître sous nos yeux. Ainsi, à chaque fois, une nouvelle génération, pleine de vie, d’énergie, se transformant et voulant transformer le monde (au moins ses valeurs) vient au monde.

mêmes quelques belles inventions. C’est bien parmi ces « boutonneux et moins boutonneux » que vous avez le futur prix Nobel de Chimie ou le futur prix Nobel de la Paix. Mais plus encore, l’ensemble de la génération nous apporte son lot de valeur. Parfois je me demande si en tant qu’adulte nous ne devrions pas plus nous éduquer à l’homme ou à la femme, que nous avons été, que nous sommes, qui est en nous et que nous advenons (devenir soi-même), un peu plus chaque jour. Ainsi, nous pourrions alors comprendre et nous souvenir de l’adolescent que nous étions, plein d’espoir et porteur de l’espoir. Nous devons être capables de donner du sens au monde, à nos jeunes, et les aider à leur tour à symboliser le monde. C’est encore plus vrai dans les moments de crise, les moments où le matérialisme ne tient plus ses promesses et où il faut plus que jamais porter des mots sur les maux et apporter du sens « vrai » (profond et haut) sur les choses de la vie si nous voulons agir. Il nous faut sortir de la crise du symbole. Il faut comprendre que les adolescents, les jeunes sont notre espoir et sont porteurs d’espoir nouveau et leur permettre de l’exprimer. Tel est le rôle des aînés : le rôle de passeur de valeurs, de passeur de symboles. »

En réalité, ce regain de vigueur est lié à notre nature humaine. Est-ce un hasard ? A chacun de nous d’y répondre… Je pense qu’il y a là, non pas tout à prendre de la génération qui vient comme s’ils devaient être nos gourous mais tout de même à comprendre qu’ils nous apportent et sont porteurs des futures ruptures épistémologiques. Ils portent en eux-

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

33


IV- Axes de réflexion pour améliorer la situation des jeunes Ces axes de réflexion sont le fruit de l’ensemble des travaux menés (sondage, enquêtes terrain, auditions, contributions libres, séminaire…). Nos travaux nous ont amené à une conclusion qui peut sembler évidente, mais qu’il n’est pas inutile de rappeler : les jeunes ne souhaitent pas être traités différemment parce qu’ils sont jeunes. Ils sont pessimistes il est vrai mais parce que leur vision de la société globale est négative. Il n’y a pas de ressentiment manifeste à l’égard des générations précédentes, mais plutôt un regret très fort envers une société qui perd petit à petit ses forces, particularités et atouts et où la solidarité fait place à l’accroissement des inégalités, une société de moins en moins réellement méritocratique (au sens où les mérites de chacun seraient reconnus), et où la reconnaissance sociale passe désormais avant tout par le diplôme et le montant du salaire qui en découle.

1. Remettre le collectif au cœur du projet de redressement de la France • Positiver le discours Plusieurs messages sont adressés à la gauche, et au Parti socialiste en particulier : " redonneznous des rêves, de l’espoir, l’envie de croire à des lendemains qui chantent, mais ne nous faites pas non plus de promesses intenables… Notre confiance est fortement entamée, mais finalement nous ne souhaitons qu’une chose : montrez-nous que nous avons tort de penser que vous ne vous souciez pas de nous, que vous ne pouvez rien pour nous et notre quotidien. Agissez concrètement, intéressez-vous à nous, à nos désirs, sans faire preuve pour autant de démagogie. " La première des choses à faire est donc celle-ci : prendre davantage le temps d’écouter, de sortir de

nos cadres habituels, et essayer de répondre du mieux que nous le pouvons. Et plutôt que de conforter les gens dans leur désespoir, redonnons-leur envie de construire collectivement un avenir meilleur et qui fasse une juste place à chacun. Un travail main dans la main avec des associations d’éducation populaire dans ce domaine sera essentiel. Notre discours doit viser à tirer les gens vers le haut et reposer sur un subtil équilibre entre optimisme et confiance, crédibilité. • Réinvestir dans nos services publics Parmi les conditions nécessaires pour calmer cette angoisse profonde que l’on ressent chez tous ces jeunes mais aussi chez l’ensemble de la population, la première est de réinvestir fortement dans nos services publics (santé, logement, éducation, allocations chômage, retraites…)…. Leur dégradation est partout citée comme la plus grosse inquiétude qu’ont nos jeunes. Ils considèrent que ces services publics constituaient la particularité, la chance de la France et s’inquiètent fortement devant leur érosion. De plus on le sait, cela créé de nombreux problèmes d’aménagement du territoire mais aussi de débouchés professionnels, particulièrement dans les zones rurales et les banlieues. La demande est claire : les moyens financiers et humains doivent être remis sur nos services publics (nationaux et territoriaux…). • Lutter contre les inégalités par la refonte du système fiscal Face à la montée des inégalités, qui est vivement ressentie par tous, la refonte du système fiscal, afin de le rendre plus juste et progressif est apparue comme fortement désirée et nécessaire pour redonner un sentiment de justice sociale à nos concitoyens. Une vaste réforme de l'impôt sur le revenu, prélevé à la source, s'impose, accompagnée

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

34


de réformes structurelles d'envergure dont notamment la fusion de l'impôt sur le revenu et de la contribution sociale généralisée (CSG)2.

2. Réinventer un système scolaire qui donne sa chance à chacun en fonction de ses capacités et aspirations Un deuxième trait est très saillant dans tous nos entretiens : l’école est l’objet de très nombreuses critiques, alors même qu’elle est considérée comme l’endroit où devrait être garantie une égalité des possibles, le lieu où devrait se construire l’individu, le citoyen, le travailleur, l’adulte de demain. Face à la tyrannie du diplôme et à la surenchère dans les exigences des employeurs à l’égard des jeunes, se construit une fracture entre d’un côté, une jeunesse surangoissée, partie à la quête du meilleur diplôme, de la meilleure formation, de l’établissement le plus côté, du stage qu’il faut avoir fait, de la ville la mieux dotée… conditions qui, une fois remplies, donneront éventuellement la chance de ne pas être totalement déclassé et de s’en sortir… et de l’autre côté, une jeunesse qui se sait d’avance condamnée par son échec à l’école, qui sait qu’aujourd’hui on n’évolue plus au sein de l’entreprise par l’expérience seule, et qui essaie laborieusement de s’en sortir pour les plus forts ou n’ose même plus envisager quoi que ce soit, et vit au jour le jour pour les plus désillusionnés. C’est d’ailleurs cette idée que le niveau auquel on va sortir de l’école conditionne tout le reste de la vie qui provoque certainement ce faible sentiment de maîtrise de sa vie pour une partie des jeunes sondés. Au-delà même de l’effort que nous devrons effectuer pour desserrer cette tyrannie du diplôme, plusieurs axes au niveau éducatif sont à travailler : • Revaloriser les professions d’instituteur, enseignant et professeur Cela passe bien entendu par une revalorisation des salaires, parce qu’un début de carrière à 1 300 € en plus de l’envoi dans les zones les plus difficiles n’est plus tolérable. Il faut que ce métier redevienne la vocation qu’il constituait auparavant et non plus

malheureusement dans beaucoup de cas un choix par défaut. Peut-être est-il nécessaire d’envisager des pistes comme la prise en charge des deux dernières années d’études en contrepartie d’un engagement à passer le concours… En tout cas, ce travail de réflexion est incontournable pour le bienêtre et l’intérêt des professeurs eux-mêmes et de leurs élèves3. • Favoriser les rapports avec le milieu professionnel au sein du collège, du lycée, et de l’université Les enseignements sont considérés comme trop théoriques et éloignés, parce que les jeunes ne voient plus le rapport entre ce qui leur est enseigné, les choix d’orientation qu’ils doivent effectuer, et les demandes des entreprises d’être immédiatement opérationnels. Plusieurs pistes ont été évoquées : des stages courts à la fois en troisième, seconde et première… des représentants des différents corps de métiers qui viendraient parler au sein des écoles plus tôt et plus souvent, et pour toutes les catégories d’emploi et non pas seulement celles occupées par les parents d’élèves comme c’est souvent le cas aujourd’hui… Le message qu’ils font passer est simple : comment choisir son orientation quand le seul rapport à l’entreprise que l’on a jusqu’à nos 15 ou 18 ans, en fonction des filières, est le stage d’une semaine en troisième… • Réorganiser le système d’information et d’orientation Le manque d’information et les problèmes qui en découlent pour l’orientation sont fortement décriés. Il y a une totale inégalité dans l’accès à l’information qui handicape fortement les jeunes pour s’orienter correctement et qui de fait, précipite l’échec scolaire et le décrochage. Les formations sont souvent proposées en fonction de l’origine sociale, géographique, ou encore de l’établissement scolaire… La révision totale du Sur la question de l'imposition, voir le rapport « Le partage des richesses et les moyens de corriger les inégalités » du Laboratoire des idées ainsi que le projet socialiste. 2

Sur la question de la revalorisation du métier d’enseignant, voir les travaux du groupe de travail « Éducation – Savoirs et émancipations » du Laboratoire des idées ainsi que le projet socialiste. 3

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

35


système d’information et d’orientation apparaît comme absolument indispensable et nécessaire pour tous. • Faciliter le choix en formation professionnelle On demande aux jeunes très tôt, sans véritable information, et souvent avec des contraintes géographiques de choisir le métier qu’ils vont devoir préparer. Pas évident à 15 ans. La création d’une seconde de détermination en filière professionnelle pourrait répondre à la question du choix de l’orientation, comme c’est le cas en filière générale. Un grand secteur de métier pourrait être choisi en seconde, tel que basé par exemple sur les secteurs primaire, secondaire et tertiaire, et serait accompagné d’options qui permettraient la détermination en première. De meilleures passerelles entre les filières seront à prévoir. De plus, les formations n’étant pas toutes les mêmes sur le territoire, l’origine géographique détermine souvent le choix du domaine professionnel, et ne suit pas finalement l’envie du jeune. Une aide à la mobilité serait donc vraiment nécessaire pour ces jeunes, le plus souvent issus de milieux sociaux modestes ou très modestes. • Améliorer la préparation à la recherche du premier emploi à l’université L’éveil et la prise de conscience dès la première année à l’importance de se constituer des réseaux, relations, connexions professionnelles sont nécessaires et doivent être encouragés quel que soit le parcours. Il serait intéressant aussi d’inciter plus fortement le développement du suivi des responsables des parcours à la première recherche d’emploi de leurs diplômés (licence, master…). De la même manière, il serait heureux d’être un peu raisonnable dans le nombre de places ouvertes sur certains masters aux débouchés très particuliers et restreints. Les réalités du marché de l’emploi ne doivent pas être complètement écartées, pour éviter le risque de difficultés aiguës pour l’étudiant à trouver un emploi correspondant à sa formation.

• Encadrer les stages Un véritable encadrement des stages au cours des études supérieures est nécessaire. La proposition de les encadrer, en leur accordant une définition juridique précise, et en renforçant les conditions de validité et d’obtention des conventions apparaît juste et nécessaire. Des conditions de rémunération minimales plus strictes en fonction des parcours devraient être envisagées. Le stage en fin de 5e année est fortement perçu comme l’occasion d’utiliser les jeunes comme de la main-d’œuvre pas chère, avec l’argument de leur non rentabilité pour l’entreprise qui est loin d’être démontré. Il faudra les interdire.

3. Permettre à tous dès le plus jeune âge de prendre soin de sa santé Parce que l’éducation à la santé se fait dès le plus jeune âge mais qu’il a un coût, et que les problèmes de santé, notamment mentale, sont à combattre au plus tôt, il est nécessaire de rétablir une plus grande présence des personnels de santé au sein des établissements scolaires, avec la mise en place de dépistages, d’informations sur la contraception, la proposition d’un suivi psychologique pour ceux qui en auraient besoin. Il est essentiel également de redonner des moyens aux plannings familiaux qui pourraient d’ailleurs, avec les centres médicaux de prévention, être associés à un travail global de prévention de la santé chez les adolescents et jeunes adultes. L’ouverture de tickets donnant droit à une visite annuelle gratuite chez un spécialiste jusqu’à l’âge de 25 ans doit être mise en place (dentiste, opticien, etc…).

4. Favoriser l’entrée, le maintien et l’épanouissement dans l’emploi pour tous • Appliquer la surcotisation sur les contrats précaires Les jeunes constituent actuellement la variable d’ajustement des entreprises, alors même que le travail demeure une valeur essentielle pour la jeunesse, et

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

36


l’accès à un CDI l’une des premières étapes d’accès à l’âge adulte. Ils sont plus que les autres exposés à la flexibilité de l’emploi, à la précarité et confrontés à un vrai parcours du combattant dans l’accès à une stabilité, et ce d’autant plus que leur niveau de formation initial est faible. Face à la perte de l’effet signal du diplôme, en raison de la massification des études, les CDD constituent des sortes de période d’essai déguisées et de plus en plus longues. Les propositions visant à limiter le recours aux emplois précaires, en mettant en place une surcotisation des contrats précaires ainsi qu’une réduction du temps légal autorisé sur les contrats de période déterminée, semblent donc nécessaires pour limiter l’empilement des CDD. • Se former tout au long de sa carrière Les problèmes de mobilité et d’évolution professionnelle inquiètent aussi beaucoup les jeunes. Ils soutiennent fortement l’idée du renforcement de la validation des acquis de l’expérience et la mise en place du droit à la formation tout au long de la vie, qui leur apparaît comme un droit à progresser, à évoluer et se réorienter en fonction de ses envies, mais aussi des exigences du marché du travail. Ils craignent fortement l’enfermement dans une orientation dont ils ne pourraient sortir au cours de leur vie. • Favoriser l’égalité d’accès à l’emploi par la mise en place du CV anonyme Le CV anonyme est fortement plébiscité par tous (tout particulièrement dans les ZUS), mais nécessite tout de même un effort d’explication pour être bien compris. Ils y voient l’occasion d’obtenir une chance de faire tomber les préjugés initiaux de l’employeur en ayant la chance de passer un premier entretien. • Favoriser l’accès à l’emploi des jeunes par la création d’emplois d’avenir Les jeunes sont demandeurs d'emplois d'avenir qui seraient sur une période suffisamment longue, surtout sur des secteurs porteurs, à des niveaux de formations variés. Ils ne voient pas ces emplois comme une fin en soi mais comme une opportunité de mettre un pied à l’étrier, de répondre à la crise actuelle.

5. Pour une République fraternelle, remettre le civisme et le sens du collectif au cœur de la citoyenneté • Réinvestir dans la protection de la jeunesse La protection judiciaire de la jeunesse voit aujourd'hui l'essentiel de ses missions et moyens être consacré au traitement de la délinquance. Son rôle éducatif et protecteur en direction de la jeunesse en danger doit être réaffirmé, ses moyens renforcés. Il apparaît parallèlement nécessaire de réinvestir fortement dans les mesures de protection des jeunes majeurs (18-21 ans), à la fois au niveau de l'État mais aussi des moyens délégués aux départements. Le suivi d'un jeune en fragilité ne peut raisonnablement être interrompu dès lors qu'il a 18 ans, mais doit au contraire s'effectuer dans la continuité, jusqu'à sa réelle insertion sociale. • Mettre en place un service civique universel Le principe de mettre en place un service civique universel est bien perçu parmi les jeunes. Ce principe doit être précisé et expliqué. Il pourrait être envisagé juste après le baccalauréat ou lors du décrochage scolaire à 16 ans. Il pourrait faire l’objet d’un défraiement sous forme de salaire ou de logement/repas, etc (comme à l’époque du service militaire) et devrait se faire uniquement auprès d’associations et de lieux d’engagements (types partis politiques…). La durée de ce service est à trancher entre le risque d’une durée trop courte et le handicap que constituerait une période trop longue. (La semestrialisation des études supérieures serait à envisager dans le cas de sa mise en place). Il serait l’occasion de mixer les populations, de créer un passage commun obligatoire pour tous quel que soit le milieu d’origine, qu’il serait une possibilité pour les jeunes décrocheurs de remettre un pied à l’étrier, et l’occasion pour la jeunesse de se réintéresser aux questions collectives, sociétales, politiques, d’être partie prenante d’un collectif.

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

37


• Remettre la connaissance de l’autre et l’apprentissage de la citoyenneté au cœur de l’Éducation nationale Le respect et la tolérance sont des valeurs essentielles chez la majorité des jeunes, particulièrement pour ceux issus de zones urbaines sensibles. Les jeunes sont très demandeurs de cours d’éducation civique plus ancrés dans le réel, le quotidien, l’actualité, et œuvrant à une réelle connaissance de la diversité. Des débats sur les questions d’actualité, des rencontres avec des acteurs de la société civile, anciens résistants, réfugiés politiques, etc seraient donc bienvenus et feraient pleinement partie d’un éveil à la citoyenneté. Une meilleure explication et ouverture à l’Europe, ce qu’elle constitue, son fonctionnement, serait également à promouvoir, peut-être aussi par le renforcement des échanges organisés entre pays européens, dès le plus jeune âge. Car l’Europe est méconnue, désirée par certains, laissant indifférents beaucoup, provoquant une vraie peur pour d’autres… Dans tous les cas, un travail d’éducation à la citoyenneté européenne est à entreprendre. Des formations au BAFA, secourisme, devraient être proposées en option lors de la scolarité. • Favoriser la maîtrise de la langue française La question de la maîtrise de la langue française a été largement posée, surtout en zone urbaine sensible. Des cours renforcés en langue française pour les jeunes qui en auraient besoin devraient être mis en place, en primaire et collège particulièrement, pour garantir que l'école joue son rôle : permettre à chacun de lire et d'écrire. • Améliorer la représentativité de la société Les jeunes Français sont plus nombreux que leurs homologues européens à se plaindre de la difficulté d’accéder aux responsabilités politiques, sociales et professionnelles. Le problème de le représentativité en politique revient très souvent : le manque de parité, de diversité dans les origines aussi bien ethniques que sociales, le manque de jeunes… provoquent le sentiment d’éloignement de la population avec leurs élus. Le non cumul

des mandats et une plus grande ouverture aux responsabilités dans les associations notamment permettraient de normaliser leur intégration dans la vie de la cité.

6. Améliorer la qualité de vie par l’habitat, constituante majeure de l’appartenance citoyenne Le logement est une thématique majeure pour les jeunes, car il constitue le premier stade d’accès à l’autonomie. Dans les villes « tendues », les conditions d’accès à la location (pièces nécessaires pour déposer un dossier), les frais de caution, d’agence, le montant du loyer, sont fortement décriés et empêchent une grande partie des jeunes de pouvoir prétendre à quitter le domicile familial. Ils dénoncent aussi le fait qu’ils ne peuvent pas accéder au logement social (où les demandes sont trop nombreuses). Il semble toutefois que les problèmes de logement ne soient pas spécifiques à la jeunesse (bien qu’il manque cruellement de petits logements dans certains endroits, notamment en logements sociaux). La solution viendra certainement d’un desserrement généralisé sur le marché immobilier, très attendu par l’ensemble de la population qui voit la part du logement dans ses dépenses exploser. Une autre problématique, plus présente chez les ruraux ayant pu accéder à la propriété, est le montant des taxes locales qui les étranglent financièrement. La question posée ici est celle de la péréquation. Face aux problèmes des sans abris et des difficultés d’hébergement rencontrées par de nombreux Français, la question de la réquisition des logements vides ne faisait pas pour autant l’unanimité en raison du droit des propriétaires à disposer de leur bien et des droits dont peut disposer un locataire une fois qu’il est dans un logement. Les pistes évoquées consistent en une taxation forte des logements non occupés depuis longtemps, ou la réquisition mais à la condition d’assouplir les droits du locataire. Une vraie demande est faite, particulièrement en zone urbaine sensible, pour recréer de vrais quartiers dans les villes, qui seraient mixtes

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

38


socialement (et non plus des ghettos différenciant riches/pauvres…), à la fois des lieux de vie, habitat, culture et de travail… Le besoin de retisser du lien social et de développer des services propres à la ville, est fortement exprimé.

7. É  tablir un nouveau contrat social afin d’accéder à une égalité des possibles Les jeunes définissent l’autonomie comme une véritable indépendance qu’ils obtiennent par leurs propres moyens. Cela correspond pour eux à travailler, gagner sa vie. Toutefois, il est évident qu’une véritable fracture existe au sein des jeunes tant au niveau de l’accès à l’information, qu’au niveau des possibilités de mobilité et d’entreprise d’études longues, souvent coûteuses. Les axes prioritaires d’investissement à opérer viseraient : - les jeunes partant en formation professionnelle en seconde. Les choix sont trop restreints généralement sur son lieu de vie, et cela conduit souvent, particulièrement en zones rurales ou urbaines sensibles, à une mauvaise orientation qui dégoûte le jeune de sa formation dont il ne peut le plus souvent plus sortir, soit au décrochage scolaire, en raison de l’impossibilité de pouvoir partir loin de sa famille effectuer la formation de son choix. Il faut donc œuvrer pour développer une véritable politique de mobilité pour ces jeunes en assurant le financement de leur départ, développer les solutions d’hébergement en internats pour ces formations. C’est une condition sine qua non pour agir contre le décrochage scolaire. - à remettre directement les jeunes décrocheurs dans une formation professionnelle, leur faire suivre des cours de français si problème d’illettrisme, en échange d’une ouverture à des droits comme le propose le dispositif « jeunes décrocheurs » du groupe de travail mené par Alain Vidalies. Il est important de ne pas attendre leurs 25 ans pour récupérer ces jeunes, lors de leur inscription au RSA.

-à  permettre aux jeunes qui veulent suivre des formations spécifiques après le baccalauréat qui ne sont pas délivrées à proximité de chez eux (hors circuit cursus privé) de pouvoir partir effectuer leur formation là où elle est proposée en cursus public d’où la nécessité d’une aide financière. La refonte totale des aides financières accordées aux jeunes est nécessaire. Un véritable contrat générationnel doit être trouvé pour que chacun à son niveau puisse réussir. Il s'agit de progresser vers une « défamilialisation » de la jeunesse. Les jeunes semblent très réceptifs à un pacte civique basé sur un échange de droits et devoirs et il ne faut certainement pas avoir peur d’être imaginatifs à ce niveau là, le plus important étant surtout de bien communiquer, expliquer, car cette génération éprouve plus que les précédentes le besoin de comprendre ce qui lui est demandé et proposé.

Ce contrat générationnel passe par la mise en place d'une allocation autonomie sous condition de ressources (voir proposition dans le projet du PS).

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

39


Propositions

OBJECTIF : Établir un nouveau contrat social afin d’accéder à une égalité des possibles. 1. R  emettre le collectif au cœur du projet de redressement de la France - positiver le discours - réinvestir dans nos services publics - lutter contre les inégalités par la refonte du système fiscal 2. R  éinventer un système scolaire qui donne sa chance à chacun en fonction de ses capacités et aspirations - revaloriser les professions d’instituteur, enseignant et professeur - favoriser les rapports avec le milieu professionnel au sein du collège, du lycée et de l’université - réviser le système d’information et d’orientation - faciliter le choix en formation professionnelle - améliorer la préparation à la recherche du premier emploi à l’université - encadrer les stages 3. P  ermettre à tous dès le plus jeune âge de prendre soin de sa santé - renforcement du personnel de santé au sein des établissements scolaires - mise en place de dépistages, d’informations sur la contraception, suivi psychologique au sein des établissements - redonner des moyens aux plannings familiaux et aux centres médicaux de prévention - visite annuelle gratuite chez un spécialiste jusqu’à l’âge de 25 ans

4. Favoriser l’entrée, le maintien et l’épanouissement dans l’emploi pour tous - appliquer la surcotisation sur les contrats précaires - se former tout au long de sa carrière - favoriser l’égalité d’accès à l’emploi par la mise en place du CV anonyme - favoriser l’accès à l’emploi par la création d’emplois d’avenir 5. P  our une République fraternelle, rétablir le sens et le goût de la citoyenneté - réinvestir dans la protection judiciaire de la jeunesse - mettre en place un service civique universel - remettre la connaissance de l’autre et l’apprentissage de la citoyenneté au cœur de l’Éducation nationale - renforcer la maîtrise de la langue française - améliorer la représentativité de la société 6. A  méliorer la qualité de vie par l’habitat, constituante majeure de l’appartenance citoyenne 7. É  tablir un nouveau contrat social afin d'accéder à une égalité des familles - donner les moyens de la mobilité aux jeunes partant en formation professionnelle en seconde, ou dans des formations post-bac spécifiques - mettre en place un dispositif « jeunes décrocheurs » - créer une allocation autonomie pour les jeunes à partir de 18 ans

Bâtir un nouveau contrat générationnel / Le Laboratoire des idées du Parti socialiste / Juillet 2011

40


10, rue de Solférino 75333 Paris cedex 07 Tél. : 01 45 56 77 09 www.laboratoire-des-idees.fr


/batir-un-nouveau-contrat-generationnel-165783