Issuu on Google+

La Ligue nationale contre le cancer et ses comités départementaux Créée en 1918, la Ligue contre le cancer est une association loi 1901 reconnue d’utilité publique. Cette Fédération composée de 103 Comités départementaux présents sur tout le territoire national, apolitique et indépendante financièrement, repose sur la générosité du public et sur l’engagement de ses bénévoles et salariés formés pour répondre aux besoins des personnes concernées par le cancer. Retrouvez les coordonnées de votre comité départemental

http://www.ligue-cancer.net


Le dépistage du cancer colorectal Pour en savoir + Site de l’INCa : http://www.e-cancer.fr/depistage/cancer-colorectal Film « questions Côlon » - ADECA 75 : http://www.adeca75.org/le-film-questions-col%C3%B4n-pour-toutsavoir-sur-le-cancer-colorectal-et-son-d%C3%A9pistage Film « Faut pas s’en priver ! » - CDC 93 : http://cdc93.fr/colon-rectum/index.html Ces films ont bénéficié d’un financement de la Ligue nationale contre le cancer Ecole de formation - Module "Promouvoir le dépistage des cancers"

- Page 2


Un peu d’anatomie

Ecole de formation - Module "Promouvoir le dĂŠpistage des cancers"

- Page 3


Cancer du côlon-rectum Données épidémiologiques  40.500 nouveaux cas en 2011 (11% des cancers) • 21 500 chez l’homme (3ème cancer chez l’homme) • 19 000 chez la femme (2ème cancer chez la femme)  17.500 décès en 2011 (12% des décès par cancer, 2ème cause de décès par cancer) • 9 200 chez l’homme • 8 300 chez la femme  Augmentation importante et constante des nouveaux cas depuis 25 ans (+ 56%)  Un taux de mortalité en baisse depuis 25 ans grâce à l’amélioration de la prise en charge. La situation du cancer en France en 2012 - INCa janvier 2013 Ecole de formation - Module "Promouvoir le dépistage des cancers"

- Page 4


Cancer du côlon-rectum Données épidémiologiques L’âge : 52 % des cas entre 50 et 74 ans

Ecole de formation - Module "Promouvoir le dépistage des cancers"

- Page 5


Taux d’incidence et de mortalité de 1980 à 2005 en France

Incidence 1980 / 2005 Homme : + 0.5 %/an Femme : + 0.3 %/an 2000 / 2005 Homme : - 0.5 %/an Femme : + 0.1 %/an

Mortalité : 1980 / 2005 Homme : -1.1 %/an Femme : - 1.3 %/an 2000 / 2005 Homme : - 1.2 %/an Femme : - 0.8 %/an *Source : INVS Estimation nationale l’incidence et de la mortalité par cancer en France Ecole de:formation - Module "Promouvoir de le dépistage des cancers" entre 1980 et 2005

- Page 6


Cancer du côlon-rectum Facteurs de risque non modifiables

 Les antécédents personnels de cancers ou gros polypes  Les antécédents familiaux de cancer colorectal et gros polypes (chez sujets jeunes)

15 à 20 %

 Les maladies inflammatoires du côlon  La polypose adénomateuse familiale

Facteurs génétiques et héréditaires 5 %

 Le syndrôme de Lynch ou syndrôme HNPCC

Ecole de formation - Module "Promouvoir le dépistage des cancers"

- Page 7


Cancer du côlon-rectum facteurs de risque modifiables Les habitudes de vie Facteurs de risque

OU

 Une alimentation trop calorique  Une consommation importante de viande rouge  Une alimentation riche en graisses animales  La consommation d’alcool  La consommation de tabac  L’inactivité physique  Le surpoids Ecole de formation - Module "Promouvoir le dépistage des cancers"

Facteurs protecteurs

 Alimentation équilibrée et variée - consommation de fruits et légumes (5/jour)  Modérer la consommation d’alcool  Ne pas fumer  30 minutes d’activité physique modérée/jour  Eviter la sédentarité et le surpoids - Page 8


Cancer du côlon-rectum Histoire naturelle Les polypes adénomateux (ou adénomes)

 L’adénome est une tumeur bénigne qui peut être une lésion précurseur d’un cancer.  1 personne sur 3 de + 60 ans est porteur d’adénome.  Un adénome sur 10 atteint 1 cm en +/- 5 ans.  Un quart de ces adénomes > 1 cm évoluera en cancer en 10 à 20 ans. Ecole de formation - Module "Promouvoir le dépistage des cancers"

- Page 9


Evolution du polype

Ecole de formation - Module "Promouvoir le dĂŠpistage des cancers"

- Page 10


Adenomes (Polypes) du colon et du rectum

Ecole de formation - Module "Promouvoir le dĂŠpistage des cancers"

- Page 11


Stades du cancer du c么lon


Dépister n’est pas diagnostiquer

 Le dépistage s’effectue en l’absence de symptômes  Le dépistage permet : • Soit d’éviter un cancer (repérage des lésions précancéreuses) • Soit de le soigner mieux (repérage des cancers à un stade peu avancé) en proposant des traitements moins lourds avec plus de chance de guérison (diminution de la mortalité)

Ecole de formation - Module "Promouvoir le dépistage des cancers"

- Page 13


Le dépistage organisé du cancer colorectal

Objectif : offrir  à tous les hommes et femmes de 50 à 74 ans, tous les 2 ans  un égal accès au dépistage du cancer colorectal  sur l’ensemble du territoire (depuis 2009)  avec la même garantie de qualité et de prise en charge  grâce à un examen de dépistage pris en charge à 100 % par l’assurance maladie (le test est gratuit mais pas la consultation). Un programme mis en œuvre par les centres de coordination locaux du dépistage (ex : structures de gestion départementales, interdépartementales ou régionales) Ecole de formation - Module "Promouvoir le dépistage des cancers"

- Page 14


Les acteurs du dépistage organisé Population cible

Ministère de la Santé Institut National du Cancer Institut de Veille Sanitaire Conseils Généraux Ligue contre le Cancer

Assurance Maladie 16.000.000 (envoi des fichiers)

Structures de gestion Centres de lecture

départementales Résultats

Patients

Généralistes

Gastroentérologues

de 50 à 74 ans

55.000

3.000

Ecole de formation - Module "Promouvoir le dépistage des cancers"

- Page 15


Dépistage organisé du cancer colorectal

Ecole de formation - Module "Promouvoir le dépistage des cancers"

- Page 16


Dépistage selon le niveau de risque Risque moyen Sujet asymptomatique de 50 à 74 ans

Test Hemoccult

Risque élevé ATCD familial ou personnel de cancer colique ou d’adénomes ATCD d’affections inflammatoires intestinales - Rectocolite hémorragique

Négatif

renouveler test dans 2 ans

Positif

-Maladie de Crohn

Coloscopie Coloscopie

Dépistage organisé

Risque très élevé  Polypose adénomateuse familiale

Cancer colorectal héréditaire non polypoïde (HNPCC ou maladie de LYNCH)

Consultation d’oncogénétique

Démarche diagnostique individuelle + Suivi médical

Ecole de formation - Module "Promouvoir le dépistage des cancers"

- Page 17


Le dépistage organisé du cancer colorectal Une démarche en deux temps 2 1

1ère étape Une recherche de saignement occulte dans les selles par un test au gaïac (Hémoccult II®)

Ecole de formation - Module "Promouvoir le dépistage des cancers"

2ème étape Une coloscopie en cas de test Hémoccult II® Positif Recherche des Polypes, des adénomes, lésions précancéreuses et Prélèvements - Page 18


• AUCUN TEST DE DEPISTAGE N’EST FIABLE a 100% RISQUES D ’EFFETS NEFASTES du DEPISTAGE ORGANISE

• LES RISQUES  FAUX POSITIFS :  déclenche des interventions inutiles (biopsies, coloscopie)  augmente le coût économique  majore l’angoisse des personnes  entraîne une désaffection des personnes pour les examens de dépistage ultérieurs

FAUX NEGATIFS :  fausse garantie : retard au diagnostic final

NECESSITE UNE RIGUEUR METHODOLOGIQUE POUR MAXIMISER LES BENEFICES DU DEPISTAGE EN REDUISANT LES INCONVENIENTS POUR UNE POPULATION QUI A PRIORI N’ETAIT PAS DEMANDEUSE (diminution des faux positifs et des faux négatifs)


Dépistage organisé du cancer colorectal La coloscopie Un test Hémoccult positif révèle la présence de sang dans les selles, mais pas la présence d’un cancer. Pour identifier l’origine de ce saignement, UNE COLOSCOPIE EST INDISPENSABLE. Il s’agit d’un examen permettant de visualiser l’intérieur de l’intestin. – – – – –

Prescrite par le médecin traitant, Elle est réalisée par un gastro-entérologue En hôpital de jour Sous anesthésie générale. Elle permet retirer les polypes, avant qu’ils n’évoluent en cancer et de pratiquer une biopsie pour affirmer le diagnostic de cancer. Ecole de formation - Module "Promouvoir le dépistage des cancers"

- Page 20


Le test Hémoccult II® en pratique

Ecole de formation - Module "Promouvoir le dépistage des cancers"

- Page 21


Le test Hémoccult II® en pratique Quelques précautions d’emploi  En dépistage systématique, aucune restriction alimentaire n’est indispensable. Les thérapeutiques à base de fer peuvent cependant provoquer une difficulté lors de la lecture du test, car elles engendrent des selles noires.  Eviter de réaliser le test :  en période de règles (risque très faible de contamination des selles) et en cas de saignement hémorroïdaire  en cas de prise de vitamine C > 1 g (risque de faux négatif) et de prise d’aspirine > 1 g (risque de faux positif).  La prise d’aspirine à petite dose (effet antiagrégant) ne représente pas une contre-indication au test au gaïac.  Conserver les plaquettes à température ambiante dans un endroit sec (pas plus de 10 jours) et ne mettre le test dans le sachet plastique qu’au moment de l’envoyer. Ecole de formation - Module "Promouvoir le dépistage des cancers"

- Page 22


Réponse du laboratoire

TEST NEGATIF TEST POSITIF Probabilité de ne pas avoir de lésion colique suspecte ou d’adénome de plus de 1 cm (spécificité du test élevée) Refaire le test Hémoccult dans 2 ans Mais consulter son médecin si signe d’appel dans l’intervalle Ecole de formation - Module "Promouvoir le dépistage des cancers"

Consulter son médecin qui prescrira une coloscopie Un test positif ne signifie pas obligatoirement cancer - Page 25


Réponse du laboratoire 3.4 % de tests ininterprétables *

Causes principales  Humidité trop importante  Tests non datés  Dépôt défectueux  Dépôt trop important

Autres causes  Identité manquante  Identité discordante  Délai d’acheminement trop long  Date de péremption dépassée

*Source : INVS - BEH 13 janvier 2009 – Numéro thématique « Dépistage organisé du cancer colorectal en France » Ecole de formation - Module "Promouvoir le dépistage des cancers"

- Page 26


Le test Hémoccult II® Recherche de sang microscopique

Test positif

Ecole de formation - Module "Promouvoir le dépistage des cancers"

- Page 27


Ecole de formation - Module "Promouvoir le dĂŠpistage des cancers"

- Page 28


Polypes pédiculés

Ecole de formation - Module "Promouvoir le dépistage des cancers"

- Page 29


Cancers

Ecole de formation - Module "Promouvoir le dĂŠpistage des cancers"

- Page 30


Ablation du polype (polypectomie)

Ecole de formation - Module "Promouvoir le dĂŠpistage des cancers"

- Page 31


Ablation du polype et cicatrisation

Ecole de formation - Module "Promouvoir le dĂŠpistage des cancers"

- Page 32


Le dépistage organisé du cancer colorectal

Ecole de formation - Module "Promouvoir le dépistage des cancers"

- Page 33


Cancers du colon et du rectum Résultat du dépistage - France 2009 2.700.000 personnes dépistées Taux de participation : 34 % 2,7 % Tests Hémoccult POSITIFS Hommes : 3,3 % - Femmes : 2,3 % 50-54 ans : 2,2 % - 70-74 ans : 3,4 % 87 % COLOSCOPIES FAITES 7,5/1.000 Adénomes 2,2 /1.000 Cancers dont 60 % de bon pronostic Ecole de formation - Module "Promouvoir le dépistage des cancers"

Source INVS

- Page 34


Pourquoi promouvoir le dépistage du cancer du côlon-rectum ?  Le cancer colorectal est fréquent et grave.  Le dépistage est un bon moyen :  d’éviter des cancers colorectaux en détectant et retirant les polypes (lésions précancéreuses)  de bien soigner les cancers débutants.  Un grand nombre de décès pourrait être évité chaque année : Participation

Réduction de la mortalité

100 %

40 % (6.000 décès)

50 %

20 % (3.000 décès)

10 %

4%

Ecole de formation - Module "Promouvoir le dépistage des cancers"

- Page 35


Pourquoi promouvoir le dépistage du cancer du côlon-rectum ?  Un petit cancer est moins grave et plus facile à traiter  Les traitements sont moins lourds 

Amélioration de la qualité de vie

Ecole de formation - Module "Promouvoir le dépistage des cancers"

- Page 36


Dépistage organisé du cancer colorectal Perspectives d’un nouveau test de recherche de sang dans les selles 

De nouveaux tests immunologiques sont aujourd’hui disponibles.



Mais ils ne sont pas encore utilisés dans le cadre du programme de dépistage organisé du cancer colorectal (sauf sites pilotes).



La Haute Autorité de Santé a recommandé en décembre 2008 de substituer ces nouveaux tests au test Hémoccult II®. L’INCa a publié un guide relatif aux modalités de migration en décembre 2011.



Mais des problèmes d’organisation ne sont pas encore réglés : matériel et qualification des centres de lecture… Ecole de formation - Module "Promouvoir le dépistage des cancers"

- Page 37


Les acteurs du dépistage des cancers Au niveau national 1-Pilotage des programmes

4-Recherche

2-Recommandation 5-Communication Information

3-Evaluation

… et d’autres associations Ecole de formation - Module "Promouvoir le dépistage des cancers"

- Page 38


Les acteurs du dépistage des cancers Au niveau local La population cible

Etat et Assurance Maladie (via ARS) + éventuellement Conseil général financent

Caisses d’assurance maladie transmettent les fichiers des assurés à inviter

participe

Centre de coordination des dépistages assure la mise en œuvre des programmes de dépistage selon un cahier des charges précis

Les associations (dont la Ligue) Informent, sensibilisent et peuvent apporter un financement complémentaire

Professionnels de santé • informent et sensibilisent • réalisent des tests dépistage (mammo, frottis) • assurent le suivi en cas de test positif Gynécologues Gastro entérologues

Centre de lecture lit les tests Hémoccult

Ecole de formation - Module "Promouvoir le dépistage des cancers"

Médecins généralistes Radiologues et centres radiologie agréés - Page 39


Les acteurs du dépistage des cancers Au niveau local 90 structures de gestion des dépistages (départementales, interdépartementales ou régionales)  gèrent et assurent la sécurité des fichiers des personnes concernées

 envoient les lettres d’invitation et de relance  sensibilisent et informent les personnes concernées  organisent la formation des professionnels de santé concernés  assurent le suivi des dépistages  veillent à la qualité du dispositif  collectent les données pour le pilotage et l’évaluation des programmes et les transmettent à l’InVS  assurent l’approvisionnement des médecins généralistes en tests de dépistage Ecole de formation - Module "Promouvoir le dépistage des cancers"

- Page 40


La Ligue nationale contre le cancer et ses comités départementaux Visitez notre site internet www.ligue-cancer.net Contactez-nous 0 810 111 101 (prix d’un appel local) Soutien psychologique, permanence juridique et sociale, assurabilité Suivez nos actualités Facebook https://www.facebook.com/laliguecontrelecancer Twitter http://twitter.com/laliguecancer Face au cancer, on est plus forts ensemble La Ligue a besoin de tous ceux qui souhaitent lui apporter une aide


Module formation cancer colorectal LIGUE CONTRE CANCER