Page 3

En 2013, Parole(s) adopte métro et dodo au chaud Par Philippe Lesaffre, fondateur

Oui, le temps passe vite. 2013 est arrivé et nous vous présentons - déjà - le cinquième numéro de Parole(s). Toujours le même principe nous anime : traquer le témoignage aux quatre coins de France, trouver des histoires, tristes ou drôles, que nous ne parvenons pas assez à dénicher "ailleurs", et que nous vous réservons chaque mois. Comme ce papier au cœur du métropolitain parisien. Des millions de franciliens l'empruntent pour se rendre au boulot, au dodo, au bistrot, au restau. Les gens font parfois un peu la gueule, c'est sale, ça pue, certes, mais notre rédacteur en chef, accompagné de son bon scribe, a trouvé des anecdotes craquantes.

Ses maux de janvier

Pour le premier mois de l'année, aussi, l'un de nos reporters a rencontré des bénévoles d’une paroisse qui donnent, à Paris, des vêtements aux plus démunis en cette période de (grand) froid. Si cela se trouve, Cécile Duflot, qui a voulu, en décembre dernier, réquisitionner des locaux vides de l'Eglise au nom de la solidarité nationale, connaît ces gens-là. Si cela se trouve… Et, sinon, à la fin de l'année dernière, un élu municipal d'opposition s'est agité dans sa commune chérie. Il habite Houilles. Il a mal et souhaite que sa ville yvelinoise soit rebaptisée "Oville" pour faire comme ses habitants, devenus, en 1943, les Ovillois. Cela sert-il vraiment à quelque chose de changer le nom d'une commune ? Parole(s) a mené l'enquête… Je n'oublie pas Notre Héros et ses galères quotidiennes. Mais je ne vous en dis pas plus… Vous n'avez qu'à feuilleter nos pages, réalisées avec soin, pour connaître ses maux de janvier.

Parole(s) - N°5  

Cinquième numéro du magazine Parole(s)

Parole(s) - N°5  

Cinquième numéro du magazine Parole(s)

Advertisement