Page 13

8h - C'est l'horaire critique. Le rush. Le métro est plein. Plein à craquer. Pas de communication : 64% des usagers ont des écouteurs, 33% lisent, les 3% restant ont le regard fixe et vide.

Ça peut vous arriver à cette heure « Le métro à l'heure de pointe ? Je le prends tous les jours, je le connais par cœur. Ce n'est pas compliqué. Quand vous aurez laissé passer trois trains et que vous parviendrez enfin à vous agglutiner dans le quatrième, vous avez 90% de chances de finir coincé entre Arnaud, 20 ans - qui écoute un hard-rock surpuissant dans son iPod dès 8 heures, à un volume qui en fait profiter toute personne bloquée dans un rayon de 5 mètres -, mais aussi Jacques, 40 ans - qui vous offre son cocktail d'odeur café/clope/aprèsrasage/déodorant Axe Voodoo/gel Vivelle Dop-, et Estelle, 50 ans - tailleur bleu, maquillage bien prononcé, tellement absorbée par la lecture de Direct Matin qu'elle en a "oublié" de se lever de son strapontin quand la 437ème personne est entrée dans la rame. » « Je fonce dans le tas pour sortir du métro »

« Un voyage plaisant donc, mais le moment de la descente arrive... Difficile à dire qui sont les pires : ceux qui poussent pour monter alors que personne n’est encore descendu, ou ceux qui bouchent la sortie et qui ne réagissent pas aux "pardon" parce qu’ils ont leurs écouteurs... » « Faut bien que je descende. J'y vais à coup de "pardon, pardon, pardon". Toujours pas de réaction. Je hausse le ton : "PARDON, PARDON". Personne ne bouge. Finalement, je sors les épaules, je fonce dans le tas et j'arrive à sortir. Et un mec que j'avais osé bousculer parce que cet abruti était bien sûr en plein milieu - enlève ses écouteurs et me dit : "Non mais vous pourriez dire pardon !" Et votre journée ne fait que commencer...»

Parole(s) - N°5  

Cinquième numéro du magazine Parole(s)

Parole(s) - N°5  

Cinquième numéro du magazine Parole(s)

Advertisement