Issuu on Google+

juin Rejoignez-nous sur

2013

Paroisse Saint-Sauveur - 38 rue de la Fosse Marine - 37100 Tours - 02 47 54 46 19 - paroisse.saint-sauveur@orange.fr

Consultez notre site internet : www.saint-sauveur.doyenne-tours-nord.fr

OÙ DEMEURES-TU ?

Édito

JEAN 1,38

A

voir un « chez soi » ! C’est le rêve de tous ceux qui n’en ont pas. La maison (ou l’appartement) est l’espace que l’on aménage à son goût, le lieu où l’on se sent bien. On peut y accueillir sa famille, ses amis, et même des gens de passage. Si on a la chance d’avoir un petit jardin, on y cultive des fleurs, des légumes ou des fruits qu’on peut partager avec le voisinage (comment peut-on laisser pourrir des cerises, prunes ou pêches, quand tant de gens n’ont pas les moyens de s’en offrir ?). Pourtant, la maison ne doit pas devenir un lieu de repliement sur soi, d’isolement, à l’abri des vicissitudes de ce monde qui nous entoure. En agissant ainsi, nous risquons d’oublier l’appel du Christ et de l’Eglise à ouvrir nos portes. En demandant à Jésus « Où demeures-tu ? » les disciples s’intéressent plus à ce qu’Il est qu’à son domici-

le, même si ce dernier en dit beaucoup sur nous. La maison est aussi le lieu privilégié de la rencontre personnelle avec le Seigneur : « Quand tu pries, retire-toi dans ta chambre » (Mt 6,6). Le Christ nous invite à puiser dans un véritable cœur-à-cœur, la force d’être les acteurs de cette nouvelle évangélisation à laquelle nous invite notre Eglise. L’été qui approche permettra à certains, de quitter provisoirement leur maison, pour des vacances de détente ou des rencontres familiales. La rupture avec le quotidien est nécessaire. Mais, parce que nous savons que notre vie terrestre n’est qu’un pèlerinage, ce peut être l’occasion de prendre le temps d’un ressourcement dans des sanctuaires, comme, par exemple, la grotte de Lourdes. Espace de recueillement, source de vie intérieure, maison d’accueil de nos âmes, service des malades et infirmes, lieu d’exercice d’une authentique solidarité, Lourdes demeure le sanctuaire par excellence, pour les chrétiens. Plus de 12000 personnes viennent d’y

vivre le rassemblement « Diaconia 2013 » qui nous invite à plus de fraternité dans notre Eglise. L’association « Habitat et Humanisme » ainsi que les Maisons de Saint-Martin, s’efforcent de prendre en compte quelques-uns de ceux que l’exclusion a « jeté » dans la rue, mais cela ne dispense pas d’amener chacun sa pierre au vaste chantier de la solidarité. Et puis, le logement ne suffit pas, il faut encore un accompagnement personnalisé pour que les pauvres s’en sortent. Enfin, pour ceux qui ne peuvent envisager un long déplacement, notre diocèse ne manque pas de lieux de ressourcement : la Maison de Prière à Saint-Cyr, la Basilique Saint-Martin, l’Ile Bouchard, Candes St Martin… « Ma maison sera appelée : maison de prière pour tous les peuples » rappelle Jésus (Mc 11, 17). Pendre le temps de se retrouver pèlerin, ne serait-ce que quelques heures, pour se mettre à l’écoute d’un Autre, pour m’inviter chez lui. Tiens, et si je sortais un peu de ma maison… ? 

Mission du mois  Faire le tri dans sa maison et se délester de l'inutile. Le donner à une association ou le proposer dans la rubrique "coup de pouce" du site de la paroisse [en donnant toutes les informations utiles (coordonnées, description détaillée, photos…) à paroisse.saint-sauveur@orange.fr ou au 02 47 54 46 19, ou directement au Centre Pastoral ou au presbytère — nous ne prenons aucun objet directement!]


Témoignage La Maison de Saint-Martin Témoignage de Christiane et Daniel Baudry

L

a Maison de Saint-Martin est une association qui a pour but, dans la fidélité évangélique, d’accueillir des personnes parmi les plus désocialisées, incapables d’une prise en charge de leur vie au quotidien et réduites à errer de foyer d’accueil d’urgence en squat. Dans la Maison de Saint-Martin, elles sont logées, elles sont entourées et accompagnées. Christiane et Daniel Baudry, parmi d’autres bénévoles sont présents auprès de ces personnes. Quelle est l’importance de la maison pour vous ? C : La maison renvoie à la cellule de base, à l’enfance, où l’on se sent protégé. La Maison de Saint-Martin est un endroit où des personnes fragilisées peuvent se refaire, et pour certaines se relancer vers l’avenir !

Je pense à Jean-Claude qui ne parlait pas quand il est arrivé… déboussolé, le regard vide il semblait perdu… 15 jours après, il allait beaucoup mieux. Les personnes qui habitent la Maison de SaintMartin se sentent en sécurité, réapprennent à se structurer sur le long terme, à discuter avec les bénévoles, à prendre des repas ensemble, à vivre en communauté ! J’ai vu des familles rassurées de voir leur proches installés dans une maison et venir les visiter ; dans la rue ce n’est pas possible ! D : La maison est une assise ! Chacun a besoin de stabilité sinon de grandes angoisses apparaissent. Les personnes sans abri deviennent malades car elles n’ont pas de sécurité maternelle et affective. Vous allez vivre bientôt à Saint-Pierre des Corps dans la maison, propriété de l’association « La Maison de SaintMartin ? » Nous vivrons dans une partie de l’ancienne maison avec les 3 personnes qui y vivent déjà, 8 autres viendront s’instal-

ler dans le bâtiment neuf en fin de construction. L’association souhaiterait garder 2 chambres, pour que d’autres personnes chrétiennes puissent venir goûter à cet appel évangélique. Nous avons besoin les uns des autres pour vivre notre foi. Pourquoi vivre au milieu d’eux… ? Les personnes accueillies à la Maison de Saint-Martin sont abandonnées de leur famille, amis et société, elles n’ont plus de travail et ont des problèmes psychologiques. La présence des bénévoles permet une présence affective, attentive à chacun dont elles ont énormément besoin ! Daniel est proche d’eux physiquement ; il leur coupe les cheveux, leur lave les pieds, les prend dans ses bras… « Nous les emmenons aux tables ouvertes de la paroisse, faire des activités à l’extérieur, en vacances ou à des festivités… ». La Maison permet de retrouver une vie fraternelle !  Stéphanie Droineau

Zoom sur un mouvement… Habitat et Humanisme Indre et Loire Le couvent des capucins un lieu où il fait bon vivre

L

’ancien bâtiment conventuel de la rue de la Pierre abrite depuis décembre 2010 une « pension de famille » gérée par Habitat et Humanisme. À l’origine d’Habitat et Humanisme, un prêtre Yoann, 33 ans, pensionnaire de la maison de famille "les capucins" et MaryLyonnais, Bernard vonne Simon, bénévole Devert, qui veut «permettre à des personnes en difficulté de se reconstruire » et selon lui, «les installer dans un quartier valorisant est important». Comme partout, la délégation 37 de l’association s’appuie sur de nombreux bénévoles. Le prêtre confirme : «la fragilité des uns fait appel à la responsabilité des autres ». Parmi ces au-

tres qui se sont sentis responsables, il y a Maryvonne. Dynamique et avenante, cette paroissienne du quartier de la Tranchée ne porte pas ses 80 ans, et son engagement à la maison des Capucins la maintient dans une joie profonde. «Je viens chaque mardi, c’est une visite gratuite, juste pour être là, vivre des liens d’amitié». Car les 24 résidants, aux parcours de vie souvent chaotique, ont trouvé là un abri et se reconstruisent aussi grâce à l’amitié des bénévoles. Une vie faite d’autonomie (chaque appartement est indépendant) et d’entraide, d’esprit communautaire. Ce partage simple entre les pensionnaires et les bénévoles autour d’activités manuelles, récréatives, sportives, culinaires (…) vient combler la soif de chacun : celle de vivre en frères, au cœur d’une maison accueillante et rassurante. Vous voulez rejoindre l’équipe de Bénévoles…? 02 47 53 97 95 ou www.lescapucins@habitat-humanisme.org Marie Joulie


Retour sur événement Diaconia 2013 à Lourdes avec les blessés de la vie Le service du frère au cœur de la vie chrétienne

JOURNÉE COMMUNAUTAIRE DIMANCHE 23 JUIN 2013

La dernière pour notre curé !!! Vous êtes tous invités, enfants, enfants du caté, jeunes, jeunes de l’aumônerie, parents, grands-parents, toutes les personnes proches ou moins proches de notre communauté, À venir partager cette belle journée communautaire… Au programme

Sœur Anne-Marie

R

eligieuse de l’Immaculée Conception, sœur AnneMarie fait partie des 12 000 pèlerins (dont 180 tourangeaux) ayant rejoint le sanctuaire marial de Lourdes pendant trois jours à l’Ascension. Elle accompagnait MarieLaure, qui vivait de la prostitution il y a quelques années, et qu’elle a rencontré au Nid. Car aujourd’hui à 76 ans, pleine d’énergie, sœur AnneMarie milite au sein du Mouvement du Nid et prend son quart régulièrement, de 22h à 1h du matin, pour aller à la rencontre des personnes prostituées dans les rues de Tours. Dans l’angoisse de la nuit, ces entrevues sont riches et appréciées des femmes postées sur le trottoir. « On ne s’apporte pas soi, mais Jésus » précise sœur Anne-Marie qui ne part pas sans avoir participé aux vêpres chez les Clarisses et pris un temps d’adoration, en sus de sa messe quotidienne et de son temps d’oraison matinal. Pour elle, ce temps de retrouvailles à Lourdes avec plus de trois mille personnes fragilisées — « mais nous le sommes tous » précise-t-elle — était une expérience très

Marie-Laure

forte de fraternité, « un temps festif qui rompt avec la routine ». « Si nous ne faisons pas tout ce que nous pouvons pour nos frères, nos eucharisties sont tronquées » a écrit Benoît XVI. Et comme le souligne le pape François, « il est temps d’aller aux périphéries de l’Eglise et de la société ». De son côté Marie-Laure a énormément apprécié ces trois jours de prière et de partage. Ce furent trois jours de larmes qui l’ont lavé de ses épreuves, trois jours de rencontres et de compassion. « Fragile, je le suis, mais j’ai rencontré plus fragile que moi. J’ai beaucoup pleuré et cela m’a lavée. Je me suis sentie soutenue, accueillie et je repars plus à même de soutenir les autres ». Pour elle, comme pour beaucoup d’autres, la parole s’est libérée. Marie-Laure a attiré la confiance des gens, a partagé leurs détresses et réalisé une fois de plus combien nous avions besoin les uns des autres. Et de l’Autre.  Cécile Chevillard

10h : accueil 11h : messe 12h30 : verre de l’amitié servi par la paroisse et pique-nique partagé (vous pouvez apporter des grillades pour le barbecue) 14h30 : après-midi détente, jeux, danses,... Apportez ballons et jeux pour les enfants ! 16h30 : vêpres et fin CONFÉRENCE SUR LA THÉORIE DU GENRE Par Michel Boyancé Doyen de l'IPC– Facultés Libres de Philosophie et de Psychologie Enjeux du nouveau concept de « genre » De quoi s’agit-il ? Peut-on parler du genre à la place du masculin ou du féminin ? Quelles en sont les implications ? Quelle société se dessine alors ?

Mardi 18 juin — 20h30 au Centre Pastoral LA NUIT DES ÉGLISES - SAMEDI 6 JUILLET Une proposition nationale : ouvrir et animer les églises dans la nuit du 1er samedi de juillet.

Dans la paroisse Au Christ-Roi : entre 21 h et 23 h À Saint-Symphorien : entre 21 h et 23h À Notre-Dame-d’Oé et Chanceaux : entre 20h et 23h ►Visite de l’église et historique, animations musicales, lectures de textes. À Notre-Dame-d-d’Oé, vidéo sur Marie à 22h30. À Chanceaux, diaporama sur saint Martin à 21h30. Tous les détails sur le site internet rubrique « À la Une, dans la paroisse »


Devenir saint au XXIe siècle... La maison-cathédrale de Mongo Quand chrétiens et musulmans se donnent la main pour construire une cathédrale...

L

a création par le Vatican du diocèse de Mongo au Tchad est récente : elle date de 2001. Jusqu’à maintenant, une aire de prière en paille et piquets métalliques sert de cathédrale à l’entrée de la ville. Mais cette aire ne peut accueillir tous les fidèles le Dimanche (300 personnes environ) ni les rassemblements plus importants. Un bâtiment-cathédrale est tout un symbole. Voici ce qu’écrivait Monseigneur Coudray, évêque de Mongo, en janvier 2012 : «Les chrétiens, si peu nombreux, éprouvent le légitime désir d’avoir un tel édifice religieux. Pour eux-mêmes, d’abord : ils veulent ainsi pouvoir contempler leur identité chrétienne comme inscrite dans l’espace de manière visible et digne. Ensuite, devant la large majorité musulmane, en dialogue fraternel avec les minarets, les chrétiens désirent une cathédrale qui puisse témoigner, au

Nouveau

milieu du peuple de l’islam, que l’Eglise, qui sert socialement les musulmans sans aucune discrimination, est aussi un peuple de priants. » Les photos montrent la construction, commencée en janvier 2012. Les ouvriers, des musulmans de Mongo, sont fiers d’y participer. La cathédrale est une maison de famille, en Afrique comme ici. On y célèbre les moments heureux et douloureux. Dieu y parle à son peuple et en prend soin. C’est la maison de la louange et de l’adoration. On doit pouvoir s’y sentir bien. J’étais heureux, durant mon séjour au Tchad, d’assister à la construction de cette cathédrale placée sous le patronage de saint Ignace et d’être le témoin d’une Eglise vivante qui se construit avec les fidèles chrétiens. 

e : Bibliothèqu

Amis lecteurs et lectrices, Pas de sélection d’ouvrages ce mois-ci mais l’annonce de la création d’une bibliothèque en ligne pour notre paroisse : La Biblio Saint-Sauveur COMMENT ÇA MARCHE ? Toutes les personnes qui le souhaitent peuvent prêter des ouvrages qui seront ajoutés au stock de prêt (détails plus bas) Pour ceux qui ont internet : prochainement vous pourrez consulter La Biblio en ligne, sur le site de la paroisse. Vous y trouverez des ouvrages auxquels sera associé un numéro. Il vous suffira de réserver votre livre sur la boîte mail : bibliosaintsauveur@gmail.com Nous préviendrons le ou la propriétaire du livre que vous désirez emprunter, ce propriétaire mettra l’ouvrage à votre disposition à l’accueil du centre pastoral chaque premier samedi du mois. Vous le rapportez avant le premier samedi du mois suivant. Pour ceux qui n’ont pas internet : vous trouverez la liste des ouvrages disponibles à l’accueil du cen-

Père Bruno

en ligne

tre pastoral. La réservation se fera par téléphone chez Cécile, Stéphanie ou Florence (voir numéros plus bas). Ensuite la démarche reste la même. Pour plus de précisions sur les dépôts ou retraits, vous pouvez lire attentivement la charte de La Biblio jointe au journal de ce mois. Si vous désirez proposer des ouvrages dans notre bibliothèque, vous pouvez remplir une liste comme proposé au dos de la charte, la déposer au Centre Pastoral ou l’apporter à la journée communautaire du 23 juin. Cette bibliothèque en ligne sera fonctionnelle dès la rentrée de septembre. Quelques numéros utiles Cécile Chevillard : 02 47 32 04 56 Stéphanie Droineau : 02 47 31 93 98 Florence Loeuillet 02 47 51 83 38 Et voilà, bonnes lectures…! Marie Claire Dulché


Journal paroissial juin