Issuu on Google+

a v r i l Rejoignez-nous sur

2013

Paroisse Saint-Sauveur - 38 rue de la Fosse Marine - 37100 Tours - 02 47 54 46 19 - paroisse.saint-sauveur@orange.fr

Consultez notre site internet : www.saint-sauveur.doyenne-tours-nord.fr

PRÊTS À TESTERL’ÉMERVEILLEMENT... ?

Édito

M

erveilles, merveilles ! C’est merveilleux ! Cette expression vient spontanément à l’esprit lorsque l’on contemple l’un ou l’autre des éléments de notre PÈRE univers : une pierDANIEL ZORDAN re, une fleur, un animal... Certains fruits de l’intelligence humaine appellent eux aussi cette acclamation enthousiaste. L’émerveillement correspond à un étonnement qui se mue en admiration : Mon Dieu que c’est beau ! Étonnement : Je n’ai rien vu de pareil ! Admiration : Je ne me lasse pas de contempler cela ! Pour nous chrétiens, le Christ Ressuscité est la merveille des merveilles. Il est, en effet, notre principe, notre voie et notre fin. C’est de Lui que nous venons, en Lui que nous cheminons, vers Lui

que nous marchons (Paul VI). Les lectures de la Veillée pascale nous tracent un cheminement suivant une courbe ascendante qui atteint son sommet en Jésus-Christ, le Beau Berger. Le poète de la Création s’émerveille devant l’infiniment grand et l’infiniment petit (Patrick Richard). Lorsqu’il évoque l’être humain, il surenchérit pour bien montrer que là, assurément, on atteint déjà un point culminant : Et Dieu vit que cela était trèsbon-et-beau ! Cependant l’être humain n’est pas un terme absolu. De plus, le mauvais usage qu’il fait de sa liberté le désoriente. Il est perdu, il est pécheur. Aussi avant d’aboutir au sommet, au Christ – Homme Nouveau, seul capable de donner à Dieu le nom de Père car il est le Fils éternel – il faut parcourir l’œuvre du Salut depuis Abraham en passant par Moïse et les prophètes. L’œuvre du Salut est accomplie en et par Jésus Christ. Nous y sommes plongés par le baptême. Merveilleuse Miséricorde de Dieu !

En réalité, le mystère de l’homme ne s’éclaire vraiment que dans le mystère du Verbe Incarné : Image du Dieu invisible (Col 1,15), il est l’Homme parfait qui a restauré dans la descendance d’Adam, la ressemblance divine, altérée par le premier péché (Gaudium et Spes 22). Cette œuvre du Salut nous l’avons vécue intensément durant le Triduum, nous la vivons chaque Dimanche. Les servants d’autel nous y aident. Merci à eux ! Cette œuvre du Salut est offerte à tous les hommes, à travers le temps et l’espace. Le Père Bruno l’a expérimenté au Tchad. Une cure d’émerveillothérapie vous est proposée par une mère de famille. Les saints que nous fêtons en ce mois d’avril sont d’excellents maîtres. Ajoutons-y Saint François, le patron de notre Pape. En ce temps de Pâques, ne nous lassons donc pas de chanter, à l’instar de Marie : Merveilles, merveilles que fit pour nous le Seigneur ! Alléluia ! 

Mission du mois  Trouver chaque jour du mois d’avril une raison simple de s’émerveiller ; la noter sur un carnet, tout relire en fin de mois, et se rendre compte des grâces... Pourquoi ne pas partager cette expérience en famille…? À renouveler sans modération !!

 Prière pour les vocations, en famille : Trois Je vous salue Marie par jour : Un pour les vocations sacerdotales, un pour les vocations religieuses, un pour les couples chrétiens et leur famille.

Pour aller plus loin : Conférence en libre écoute sur notre thème de l’émerveillement (conférence + résumé écrit) sur http://www.serviteurs.org/L-emerveillement-un-chemin-de-conversion-du-coeur.html


Témoignage

D

epuis quelques années, la Communauté des Béatitudes organise à Nouan-le-Fuzelier, au mois de février, de courtes retraites d’un week-end pour les mères de famille. Parmi elles, Bénédicte. Cette session revêtait un caractère particulier, car elle y avait convié sa mère et sa sœur, vivant toutes deux fort loin. Tout à la joie de les retrouver de façon si insolite et de vivre ce temps fort de partage spirituel, Bénédicte a vécu ces trois jours comme une action de grâce. Consciente de la chance inestimable d’avoir des relations paisibles avec sa famille, elle a promis aux autres mères présentes de prier pour elles pendant un an afin que la paix entre aussi dans leur foyer et dans leurs relations avec leur fratrie et leurs parents. « L’incitation du célébrant à vivre l’eucharistie dominicale en communion avec nos époux m’a marquée. J’ai aussi

aimé l’idée de noter des qualités de notre époux et de nos enfants durant chaque jour de carême et de leur offrir la liste le jour de Pâques. » En effet, les mères ont été invitées à pratiquer l’émerveillement quotidien pour remettre les faits à leur juste place et louer le Seigneur en toute chose. Il s’agit de vivre dans la bénédiction. C’est un acte de foi. Pour l’illustrer, l’oratrice a raconté cette anecdote : « Une communauté religieuse suisse s'est vue réduite à peau de chagrin suite au départ de 19 de ses membres. Tous se désolaient de cette perte et se lamentaient continuellement. La supérieure de la communauté décida que chaque membre restant devrait trouver chaque jour une raison de s'émerveiller, la noter sur un papier et en remercier le Seigneur. Un an plus tard, il était entré dans la communauté exactement le même nombre de personnes que celles qui étaient parties... »

Témoignage

L’ ém er vei l l em e n t d’u n e Eg li s e en m a r ch e… .

L

e 10 janvier dernier, le Père Bruno est arrivé au Tchad à N’Djaména. Accueilli par le Père Jacquineau, il a été très vite plongé dans la vie locale. « L’Eglise du Tchad est à peine âgée de 50 ans, elle est très vivante, et riche d’un vrai dynamisme. Lorsqu’on propose une activité, un enseignement, une retraite, les fidèles y répondent et sont heureux de participer ! C’est plutôt enthousiasmant! » « Du 14 au 20 février, j’ai vécu en dehors de N’Djaména. Monseigneur Coudray évêque de Mongo m’a emmené visiter son diocèse qui représente presque la moitié de la superficie de la France ! Il n’y a qu’un seul curé pour une des régions de ce diocèse, et les chrétiens ne le voient que 10 à 15 jours par an ! C’est une communauté très jeune et là aussi de multiples activités et mouvements sont proposés : servants d’autel, quêteuses (pour les jeunes filles), chorale,

Il nous est si aisé de pleurer sur notre sort alors que chaque jour le Seigneur accomplit des merveilles pour nous. Durant un enseignement sur le thème Aie le courage d’être heureuse, l’intervenante a exhorté l’assemblée à pratiquer l’« émerveillothérapie ». Plus qu’un désir, c’est un choix concret qui se vit au présent, dans mon réel. Rien que pour aujourd’hui, comme disait Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus. Le prêtre présent, précise Bénédicte, nous a rappelé que nous avions, avec notre famille, une obligation de moyens, pas de résultats. Le moyen, c’est la Parole de Dieu. Un regard nouveau est puisé dans notre intimité avec le Seigneur. Trop s’intéresser aux résultats revient à se fixer sur la quantité. Or il faut aimer les fragilités et les pauvretés de notre conjoint, les nôtres, celles de nos enfants. Apprendre à accepter nos imperfections : c’est toute notre vie chrétienne. »  Cécile Chevillard

JEC, Légion de Marie… et la communauté de base. » La communauté de base est la structure de base de la paroisse. Pouvant réunir jusqu’à 100 personnes, elle se réunit toutes les semaines, lit la parole de Dieu, écoute des enseignements, se donne des nouvelles, prie les uns pour les autres et fait la quête pour soutenir les plus faibles. Les défis pour cette nouvelle Église du Tchad ? Le père Bruno en voit deux : le dialogue avec l’Islam (il y a 50% de musulmans, surtout basés au nord du pays) et le combat contre l’arrivée d’une culture matérialiste qui éloigne de Dieu ! « Je trouve ces chrétiens remplis de courage ; ils vivent dans une certaine pauvreté de moyens pastoraux, matériels et financiers mais ils font preuve de joie, de dynamisme et de créativité, et surtout, ils vivent de l’essentiel : le rassemblement entre eux, la prière, la louange, l’échange… Quel témoignage !  Stéphanie Droineau


JEUNESSE 2000 - POUR LES 16-30 ANS

Zoom sur un service...

Week-end portes-ouvertes de l’Église 48 heures pour rencontrer Dieu Du vendredi 5 avril - 19h au dimanche 7 avril - 14h15 à Marmoutier Prévoir un pique-nique pour le vendredi soir, un sac de couchage et un tapis de sol. Inscriptions au 06 81 88 54 36

SOIRÉE AVEC LES CATÉCHUMÈNES L’accueil de celui qui est différent

Les servants de messe de la paroisse : ils sont présents sur tous les clochers. Ils se réunissent au Christ-Roi un samedi par mois, de 10h45 à 12h15. Il est possible d’intégrer le groupe...

SOIRÉE DU JEUDI

P e t i t f r è r e d e J é s us

C

omme Jésus au temple qui écoutait et posait des questions, la quarantaine de servants d’autel de notre paroisse est réunie autour du père Thibault, qui prend cela très à cœur : «Moi-même, j’ai servi la messe de 8 à 18 ans, cette expérience m’a marqué.» En ce jour de rameaux, pour écrire mon article, je me glisse dans la sacristie et les observe : armé de son missel, notre vicaire entreprend de rappeler une à une les étapes de la semaine sainte et interroge les enfants de chœur. Pas facile de capter leur attention ! Mais le bon père est patient et il fait quelques blagues. L’ambiance est détendue. En révisant les gestes de la liturgie, ces jeunes reçoivent un catéchisme complet et vivant : pour les huiles de la messe chrismale, chacun plonge le nez dans le Saint chrême, et hop ! un petit rappel sur les sacrements. Les mystères s’incarnent, le sacré rentre par les 5 sens. Après la théorie, la pratique : contents de se dégourdir les jambes, ils enfilent aubes et cordons

Mercredi 10 avril 20h30 au Centre Pastoral Tous les paroissiens sont invités !

(blanc, violet, jaune ou bleu selon les compétences) et se groupent au fond de l’église pour répéter la procession. Qui attrape un cierge, un autre l’encensoir et la petite troupe se met en branle : le mouvement n’est pas très harmonieux. «On reprend ce déplacement» demande le vicaire. Patiemment, il les ramène à l’essentiel : «l’esthétique, c’est très important, mais ce n’est pas un spectacle. Vous devez poser des gestes priants, pédagogiques, pour inviter les fidèles à prier». Après la semaine sainte, ils auront des cernes sous les yeux, de la cire dans les cheveux, mais seront heureux ! Car la joie et la complicité qui unissent le groupe sont palpables. Est-ce le camp vécu à la Toussaint qui soude l’équipe ou la proximité de l’autel qui a sur eux un effet merveilleux ? Quoiqu’il en soit, chers enfants de chœur, pour ce si beau service que vous rendez, toute la paroisse vous dit : merci ! Marie Joulie

À nouveau, le père Bruno donnera son témoignage sur son expérience au Tchad Jeudi 11 avril 20h30 au Centre Pastoral

JMPV Journée mondiale de prière pour les vocations Dimanche 21 avril N’oublions pas cette intention et parlons de toutes les vocations avec nos enfants… !

À NOTER ! Fête paroissiale de fin d’année Dimanche 23 juin Louange, joie, jeux, fraternité, Eucharistie (action de grâce), jeunes, enfants, adultes, prêtres, religieuses, laïc, amitié, partage, … Tous présents pour bénir Dieu et vivre de sa grâce !

PÈLERINAGE EN TERRE SAINTE Sur les pas du Christ… « Tu as aimé, Seigneur, cette terre... » Du 3 au 12 juin 2013 Il reste encore deux ou trois places Renseignements au service diocésain des pèlerinages : 02 47 31 14 44


La vie des saints...

Petit quizz pour s’émerveiller ! Très concrètement, le bon Dieu agit dans nos vies… Il est intervenu aussi dans la vie de ces 5 saints... Saurez-vous deviner leur identité ? Les réponses seront données dans le numéro du mois de mai, ou sur le site internet de la paroisse dès la sortie de ce journal. J’ai vécu au Moyen-Âge : un soir de Noël, j’étais alitée et ne pouvais donc pas aller à la messe. Par une intervention divine j’ai « vu » et « entendu » à distance la joyeuse célébration de Noël. Cela m’a valu d’être la patronne de la télévision ! Qui suis-je ? Après avoir soigné les malades, je contracte la peste et me

On joue ?

cache dans une grotte isolée, pour ne contaminer personne. Comment survivre ? Une source d'eau pure apparaît dans cette grotte et chaque jour un petit chien vient m'apporter un pain frais. Intrigué, son maître le suit et me soigne. Je guéris. Qui suis-je ? Alors que je suis malade depuis 4 ans, je vis mon dernier hiver dans une grande souffrance. Une cousine me rend visite, je lui demande d’aller me cueillir une rose dans mon jardin. Une rose ? En plein hiver ? La cousine pense que je déraisonne. Mais de retour dans notre village natal, elle passe devant le jardin de mon enfance et y découvre une splendide rose rouge : elle la cueille avec émotion et revient me la porter. Qui suis-je ? Mes parents, très pieux, se désolaient de ne pas avoir d’enfant. À 60 ans, miraculeuse-

ment, ma mère me donne le jour. Enfant, déjà, je bénéficie de l’intervention concrète de Dieu, comme le jour où j’ai grandi subitement au cours d’un pèlerinage alors que j’étais restée anormalement petite. Plus tard, grâce à ma prière, un nourrisson mort avant d’avoir été baptisé ressuscite miraculeusement : du ciel, j’intercède en faveur des couples stériles. Qui suis-je ? Je suis jalousé par de nombreux prêtres vivant dans les villages autour du mien car leurs paroissiens avaient beaucoup d’estime pour moi. Un jour, on me fait porter un pain empoisonné, mais, avant que je puisse le manger, un corbeau surgit, s’en empare et le jette dans un précipice. On me représente souvent avec un corbeau. Qui suis-je ? Marie Joulie

re... u t c e l e d Un peu Marie-Claire Dulché et Florence Loeuillet nous proposent… Face à la crise générée par l’extension très rapide de l’ordre qu’il a fondé, Saint François d’Assise se retrouve plongé au cœur d’une douloureuse épreuve. Ce récit nous livre toute la genèse de son combat intérieur : de la profonde tristesse de voir certains frères se détourner de l’intuition première de vivre de l’esprit de pauvreté évangélique, jusqu’au recouvrement d’une paix joyeuse formulée en une ultime louange et adoration. Nous découvrons avec émerveillement ce chemin libérateur qu’emprunte le « poverello » dans la solitude de son ermitage de montagne. Précieux enseignement, précieux éclairage pour nous lorsque, face à la remise en question de nos projets, le découragement nous saisit et l’amertume pointe le bout de son nez. 

Eloi LECLERC, La sagesse d’un pauvre, éd. Desclée de Brouwer | 12€

Témoignage édifiant ! De la délinquance au sacerdoce... Rien ne prédestinait René Luc à devenir prêtre. Né de père inconnu, délinquant à l'adolescence, sa vie va basculer par la grâce de Dieu et le témoignage d'un ancien caïd de New-York. Élevé dans le milieu du grand banditisme, René-Luc rencontre le Christ à l'adolescence et choisit une nouvelle voie : il deviendra prêtre. «Oui, tant de vies peuvent changer lorsqu’elles accueillent Dieu en plein cœur !» : ainsi se conclut ce grand témoignage. Comme un point de départ et de continuation, l’image de son ordination porte ce verset : «Qui demeure en l’Amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en Lui.»

Père RENÉ-LUC, Dieu en plein cœur, éd. Presse de la renaissance|17 €


journal avril