Page 1

Cantines : 2nde grève en deux ans L’Adjoint à l’Education de M Collomb prend les familles en otages

La rentrée 2010 fut déjà marquée par des difficultés dans les cantines et une grève du personnel. Deux ans après, nous sommes de nouveau confrontés à une grève. Quelques informations sont nécessaires pour bien comprendre les enjeux. Environ 22000 repas/jour sont servis dans les 125 restaurants scolaires de la ville, et le nombre de repas augmente d’année en année. Pourtant de nombreuses familles ne peuvent accéder au service de la cantine. La responsabilité de l’inscription repose sur les directions des écoles. En début d’année, les parents sont invités à choisir entre la cantine et l’étude du soir. Les changements en cours d’année sont difficiles, les nouvelles inscriptions aussi. Le coût unitaire du repas est le plus élevé de France (10 €). La grille tarifaire appliquée aux familles plafonne à 6,30 €, un sommet inégalé dans les autres grandes villes. Le prix moyen facturé aux familles (3,6€) est lui aussi un des plus élevés. Enfin, le service est-il à la hauteur des besoins de nos enfants ? Bien souvent ils n’ont que vingt minutes pour déjeuner. Il ne s’agit plus d’un temps de repos. Ont-ils seulement le temps de déjeuner correctement ? Pour les plus jeunes, une étude mériterait d’être réalisée, ainsi qu’une mesure de la quantité de nourriture jetée. Autant de conséquences plausibles à un fonctionnement insatisfaisant. L’Adjoint à l’Education, M Fournel, n’avait de cesse de répéter en 2010 que ce service public était facultatif. Est-ce pour cela que l’organisation est si défaillante ? Chaque jour la Ville fait appel à 1200 vacataires pour servir les enfants. A leur côté des saisonniers, des fonctionnaires à temps partiel (13h 30), soit de nombreux travailleurs pauvres pour assumer ce service public local. S’ajoutent bien sûr des titulaires mais aussi, de façon plus surprenante, des personnels de l’éducation nationale, comme régisseurs de cantine. L’ensemble constitue une organisation lourde et complexe. Le taux d’absentéisme est de 17%, et les absents ne sont remplacés qu’à 59%. Bien des dysfonctionnements s’expliquent. Nous demandons que les cantines deviennent un sujet prioritaire. Et nous pouvons améliorer ce service public local en faisant preuve d’imagination. Nous proposons la mise en place de partenariats avec les restaurants à proximité des écoles pour accroître et diversifier le nombre de repas. Nous proposons la création d’un groupement d’employeurs afin de créer des emplois à temps plein, d’améliorer les conditions de travail et la qualité du service. L’Adjoint à l’Education refuse par principe toutes solutions nouvelles. Il est le principal responsable de la situation actuelle. Eric LAFOND, et les modérés à Lyon Nos propositions sur www.lyonmoderes.fr


tract cantine  

grève des cantines

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you