Issuu on Google+

Intention de vote à la présidentielle de 2012 Avril 2012

Sondage réalisé par

pour

LEVEE D’EMBARGO LE 3 AVRIL – 01H00


Fiche technique de l’intention de vote

Enquête réalisée par téléphone et par Internet* du 29 au 31 mars 2012 Recueil

Echantillon de 2 807 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Les intentions de vote sont établies auprès de 2 555 personnes inscrites sur les listes électorales.

Echantillon

La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, profession du chef de famille et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération. * Il ne s’agit pas d’un access panel

2


Un échantillon de 2 555 Français inscrits sur les listes électorales 2 enquêtes téléphoniques

Recueil

1 enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français recrutés par téléphone et interrogés par Internet*.

2 555 Français inscrits sur les listes électorales, soit un échantillon 3,5 fois supérieur à un échantillon d’intention de vote classique

Objectifs  Déterminer clairement le rapport de forces au premier tour en réduisant sensiblement la marge d’erreur  Analyser les résultats par catégories sociodémographiques  Analyser les reports de voix au second tour * Il ne s’agit pas d’un access panel 3


Note sur les marges d’erreur Comme pour toute enquête quantitative, cette étude présente des résultats soumis aux marges d'erreur inhérentes aux lois statistiques. Le tableau ci-dessous présente les valeurs des marges d’erreur suivant le résultat obtenu et la taille de l’échantillon considéré : Intervalle de confiance à 95% Résultats obtenus Taille de l’échantillon

5 ou 95%

10 ou 90%

20 ou 80%

30 ou 70%

40 ou 60%

50%

300

2,5

3,5

4,6

5,3

5,7

5,8

350

2,3

3,2

4,3

4,9

5,2

5,3

400

2,2

3,0

4,0

4,6

4,9

5,0

450

2,1

2,8

3,8

4,3

4,6

4,7

500

1,9

2,7

3,6

4,1

4,4

4,5

600

1,8

2,4

3,3

3,7

4,0

4,1

700

1,6

2,3

3,0

3,5

3,7

3,8

800

1,5

2,1

2,8

3,2

3,5

3,5

900

1,4

2,0

2,6

3,0

3,2

3,3

1 000

1,4

1,8

2,5

2,8

3,0

3,1

1,0

1,3

1,8

2,1

2,2

2,2

0,8

1,1

1,45

1,65

1,75

1,8

4 000

0,7

0,9

1,3

1,5

1,6

1,6

10 000

0,4

0,6

0,8

0,9

0,9

1,0

2 000 3 000

Echantillon

Exemple de lecture : Dans le cas d’un échantillon de 3 000 personnes, pour un pourcentage obtenu par enquête de 20%, la marge d’erreur est égale à 1,45. Le pourcentage a donc 95% de chance d’être compris entre 18,55% et 21,45%.

4


Préambule

Notre intention de vote a été effectuée auprès de trois échantillons représentatifs distincts de 1000 Français, soit près de 3000 au total, dont 2555 inscrits, afin de trancher clairement sur plusieurs sujets d’incertitude. Si nous ne pouvons y parvenir sur le duel pour la première comme pour la troisième places (les écarts étant de 1 point et la marge d’incertitude de +/1,5 points), ce macro-échantillon nous donne une photographie inégalable sur les tendances (baisse indéniable de Hollande au premier mais remontée au second du fait de la progression du total gauche au premier tour), et sur les profils des électeurs clés. Qui sont les électeurs Mélenchon ? Les abstentionnistes ? Comment pourraient se répartir finalement au second tour les électeurs de Bayrou et Le Pen qui se déclarent encore indécis ?

5


Synthèse de Gaël Sliman (1/4) 1 – Duels serrés pour la première comme pour la troisième place : Hollande et Sarkozy sont au coude-à-coude au premier tour, le socialiste ayant statistiquement davantage de « chances » d’être aujourd’hui en tête avec 28% contre 27%. Le duel pour la place de troisième homme est tout aussi serré Le Pen étant créditée de 15% et Mélenchon de 14%. Dans notre enquête François Hollande est toujours en tête au premier tour. Il dispose d’une avance mince (mais constante sur chacun des échantillons), sur Nicolas Sarkozy avec 28% contre 27% des intentions de vote. Par rapport à notre dernière mesure BVA effectuée il y a quinze jours pour Orange, la Presse Régionale et RTL, les deux favoris baissent de façon comparable : Hollande perd 1,5 points et Sarkozy 1 point.

Les marges d’erreur statistiques sont largement réduites compte-tenue de la taille de l’échantillon utilisé pour cette enquête. Elles sont de 1,5 point au lieu de plus de 2,5 points sur un sondage classique (voire +/- 3 points sur un sondage auprès de 700 inscrits). Elles n’interdisent toutefois pas que Sarkozy soit devant Hollande aujourd’hui : Dans le meilleur des cas de figure pour lui, et le pire pour Hollande, le score actuel pourrait être inversé amenant le Président à 28,5%, et le candidat PS à un niveau minimum de 26,5%. Si cette probabilité n’est pas exclue par notre mesure, elle est beaucoup moins forte que la probabilité inverse. Sur chacun de nos trois échantillons distincts, le socialiste devance le candidat de droite d’au moins un point. Il en est de même auprès des électeurs les plus sûrs d’aller voter et de leur choix. Auprès de ces électeurs les plus résolus, l’un comme l’autre creusent l’écart sur les « troisièmes hommes » et Hollande domine toujours Sarkozy. Depuis le 15 février dernier, date d’entrée en campagne du Président-candidat, son score n’a guère évolué, Sarkozy passant de 26% au lendemain de cette annonce (sondage BVA-Orange-le Presse Régionale-RTL réalisé les 15 février au soir et 16 février) à 27% aujourd’hui après 1 mois et demi de campagne très active (et après avoir culminé à 28% il y a quinze jours en plein cœur de l’affaire Merah). Hollande en revanche a clairement baissé, passant de 31% à l’époque à 28% aujourd’hui.

6


Synthèse de Gaël Sliman (2/4)

Outre ce match pour la première place, le premier tour recèle un autre duel indécis sur le nom du troisième homme. Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen se disputent cette position. Comme pour les deux favoris, l’écart observé entre Mélenchon et Le Pen (1 point) se situe dans les marges d’erreur statistique (+/- 1,5 points pour chacun), interdisant de garantir avec certitude lequel des deux a aujourd’hui l’ascendant sur l’autre. Le candidat du Front de gauche est stable à 14% tandis que la candidate du FN, tombée à son plus bas niveau en un an au moment de l’affaire Merah avec 13%, remonte à 15% et lui reprend symboliquement la troisième place. François Bayrou semble hors-jeu, chutant quant à lui à 11% (1 point de perdu en 15 jours et 3 points depuis le mois dernier) soit à une distance suffisamment significative d’un point de vue statistique (3 points) pour garantir qu’il ne serait aujourd’hui pas en mesure de disputer cette troisième place. L’observation des sous-totaux gauche-droite au premier tour montre aussi que si Jean-Luc Mélenchon prend des voix à Hollande, il récupère aussi des électeurs jusque-là abstentionnistes. Les reports de voix de son électorat, toujours très favorables à Hollande, suggèrent qu’il lui apporte finalement plus au second tour qu’il ne lui prend au premier. Entre le 15 février et le 1er avril, le total gauche au premier tour a progressé de 3 points passant de 43% à 46%, et le rapport au second tour est resté stable à 56/44 alors même que les reports du FN et du MoDem se sont améliorés en faveur de Nicolas Sarkozy et que les « abstentionnistes » de droite sont moins nombreux aujourd’hui qu’il y a un mois et demi.

7


Synthèse de Gaël Sliman (3/4) 2 – Zoom sur la sociologie des électorats La taille de notre échantillon nous permet également d’observer la sociologie des électorats. En 2007, Nicolas Sarkozy avait réussi à rassembler sur son nom 26% des ouvriers, faisant jeu égal avec Ségolène Royal (25%) et beaucoup mieux que Jean-Marie Le Pen (16%). Aujourd’hui, la candidate frontiste est la mieux placée auprès de ces électeurs (25%). Avec 22%, François Hollande est tendanciellement en baisse sur cette cible auprès de laquelle Jean-Luc Mélenchon progresse (16% aujourd’hui alors qu’il plafonnait aux alentours des 10% jusqu’en février), Nicolas Sarkozy est stable depuis plusieurs mois avec 20%. Deux catégories d’âge se distinguent particulièrement : les 18-24 ans et les 65 ans et +. Auprès des jeunes, François Hollande avec ses 25% fait mieux que Marine Le Pen (20%) et Nicolas Sarkozy qui, avec 19%, fait jeu égale avec Jean-Luc Mélenchon en net progrès sur cet électorat (il double en un mois). Les personnes âgées elles, se portent largement sur Nicolas Sarkozy (39%), qui, même s’il n’atteint pas les 45% de 2007 fait beaucoup mieux que François Hollande (27%). 3 - Hollande recreuse l’écart : après s’être réduite, l’avance de François Hollande au second tour s’accroît de nouveau avec 56% d’intentions de vote contre 44% à Nicolas Sarkozy. Au second tour, notre sondage montre que l’écart Hollande/Sarkozy se creuse de nouveau après s’être resserré il y a quinze jours, passant de 54/46 à 56/44. Il ne retrouve tout de même pas les très hauts niveaux observés sur notre précédent sondage BVA- Le Parisien-Aujourd’hui en France effectué il y a un mois (59/41) mais est parfaitement identique au niveau constaté le 15 février dernier après l’annonce officielle de candidature de Nicolas Sarkozy. La progression de Hollande observée depuis quinze jours semble suggérer qu’il profiterait paradoxalement de la vague de confiance affichée dans le camp adverse. Les commentaires sans doute excessifs autour de certains sondages de premier tour suggérant une reconquête de Nicolas Sarkozy pourraient jouer un rôle mobilisateur sur un électorat de gauche, peu enthousiasmé par « son » candidat, mais prompt à se mobiliser à l’idée d’une possible réélection de Nicolas Sarkozy.

8


Synthèse de Gaël Sliman (4/4) Dans une interview au Monde parue il y a 15 jours, Patrick Buisson, l’un des conseillers de Nicolas Sarkozy suggérait que les sondages de second tour sous-estimaient le Président-candidat, car beaucoup d’électeurs FN et MoDem de premier tour ne se prononçaient pas au second, alors qu’ils finiront par aller voter. S’il a partiellement raison sur ce point, notre enquête montre clairement qu’il a tort quant à la conclusion qu’il en tire : Oui, il est très probable que les 25% d’électeurs Bayrou et les 31% d’électeurs Le Pen de premier tour actuellement indécis sur le second tour se prononceront finalement. Et oui, il est vrai qu’ils constituent un réservoir de voix plus important pour Sarkozy que pour Hollande. Notre sondage montre que lorsqu’on leur demande qui des deux candidats ils souhaiteraient le moins avoir comme Président, leur choix est nettement défavorable au candidat socialiste. 45% des Bayrouistes indécis pour le second tour ne souhaiteraient pas avoir Hollande comme Président contre 26% qui ne voudraient pas de Sarkozy. Réciproquement, 51% des Lepenistes de premier tour ne voudraient surtout pas de Hollande contre 27% qui ne voudraient surtout pas de Sarkozy. Si l’on projette ce rapport sur notre intention de vote, en transformant ce sur-rejet de Hollande sur du vote, on constate une réserve de voix de 1,5 points en faveur du Président. Les 25% d’indécis Bayrouistes se reporteraient dans cette hypothèse à 45% sur Sarkozy, 26% sur Hollande, et 29% en abstention. Réciproquement, les 31% d’électeurs Lepenistes indécis sur le second tour se reporteraient finalement à 51% sur Sarkozy, 27% sur Hollande et 22% en abstention. Notre intention de vote recalculée à partir de ces résultats donnerait donc un rapport final de 54,5% contre 45,5% en faveur de François Hollande. Cette hypothèse en laboratoire ne permettrait donc pas d’imaginer un renversement de tendance à partir de nos données actuelles (il ne s’agit pas d’un pronostic futur). Elle serait pourtant très favorable à Nicolas Sarkozy, notre calcul n’intégrant pas les 15% de Mélenchonistes aujourd’hui indécis sur leur vote de second tour (qui pencheront probablement largement pour Hollande) pas plus que les nombreux abstentionnistes de premier tour qui iront voter au second. Or, le profil sociologique et politique de ces derniers suggère qu’ils constitueront une réserve de voix plus importante pour Hollande que pour Sarkozy. Gaël Sliman, Directeur de BVA Opinion

9


Intention de vote er 1 tour

10


Intention de vote 1er tour Si le 1er tour de l’élection présidentielle avait lieu dimanche prochain, et si vous aviez le choix entre les candidats suivants, pour lequel y aurait-il le plus de chance que vous votiez ? Rappels Orange-Presse Le Parisien Régionale-RTL 2-3 mars 21-22 mars Rappels présidentielle 2007

ST Gauche 36%

S/T Gauche 46%

Nathalie Arthaud

1%

< 0,5%

1%

Philippe Poutou

1%

< 0,5%

1%

14%

8%

29,5%

33%

2%

2%

12%

13%

28%

25%

1%

1,5%

1%

< 0,5%

< 0,5%

< 0,5%

13%

14%

Jean-Luc Mélenchon

14%

François Hollande Eva Joly Modem 19%

MoDem 11%

28% 2%

François Bayrou

11%

Nicolas Sarkozy ST Droite 45%

S/T Droite 43%

Nicolas Dupont-Aignan Jacques Cheminade

27%

Marine Le Pen 11

N’ont pas exprimé d’intention de vote : 7%

15%


Intention de vote 1er tour - Evolution 39% 36%

35%

34%

33%

31% 32% 27%

27% 23%

24,5%

21% 19% 17%

18% 18%

16%

30%

28% 24%

25% 23%

17%

7% 6%

4%

12

28% 25%

17%

6%

7%

5%

5%

12%

8%

8%

9% 7%

28% 27%

F. HOLLANDE

15%

M. LE PEN

N. SARKOZY

18% 16%

15% 14% 15% 14%

6% 4%

26% 26%

23%

11%

6%

29,5%

31%

7%

7%

14%

13% 13% 9% 12% 8%

14% J.-L. MELENCHON 11%

F. BAYROU


Intention de vote 2nd tour

13


Intention de vote 2nd tour Si le 2nd tour de l’élection présidentielle avait lieu dimanche prochain, et si vous aviez le choix entre les candidats suivants, pour lequel y aurait-il le plus de chance que vous votiez ?

Rappels

56%

44%

14

N’ont pas exprimé d’intention de vote : 13%

Orange-Presse Régionale-RTL 21-22 mars

Le Parisien 2-3 mars

54%

59%

46%

41%


Intention de vote 2nd tour - Evolution 64% 62% 61% 59% 58%

57%

58%

59%

58% 57%

56%

F. HOLLANDE

56% 54%

46% 43% 42% 42%

41% 39%

38% 36%

15

44% 43% 42%

44%

41%

N. SARKOZY


Reports de voix au 2nd tour Recalculé auprès des exprimés François Hollande

Nicolas Sarkozy

(NSP / abstention)

François Hollande

Nicolas Sarkozy

Electeurs de N. Arthaud

66%

12%

22%

85%

15%

Electeurs de P. Poutou

74%

6%

20%

92%

8%

Electeurs de J.-L. Mélenchon

80%

5%

15%

94%

6%

Electeurs de F. Hollande

99%

1%

-

99%

1%

Electeurs d’E. Joly

83%

11%

6%

88%

12%

Electeurs de F. Bayrou

37%

38%

25%

49%

51%

Electeurs de N. Sarkozy

1%

99%

-

1%

99%

Electeurs de N. Dupont-Aignan

43%

37%

20%

54%

46%

-

-

-

-

-

23%

46%

31%

33%

67%

Electeurs de J. Cheminade Electeurs de M. Le Pen

16


Analyse des ĂŠlectorats

17


Sociologie des électorats des 5 favoris Mélenchon

Hollande

Bayrou

Sarkozy

Le Pen

Homme Femme

15%

26%

11%

25%

18%

13%

30%

11%

29%

12%

18-24 ans 65 ans et plus

19%

25%

10%

19%

20%

8%

27%

10%

39%

12%

16%

22%

11%

20%

25%

16%

32%

16%

21%

9%

14%

27%

14%

31%

9%

16%

20%

13%

24%

22%

14%

28%

11%

27%

15%

Sexe

Age

CSP

Ouvriers Professions intermédiaires Cadres Abstentionnistes potentiels N’a pas voté au premier tour des régionales 2010 Rappel Intention de vote 1er tour 18


Zoom sur les électeurs de Bayrou et Le Pen et indécis de second tour Qui de Nicolas Sarkozy ou de François Hollande souhaiteriez-vous le moins avoir comme Président de la République ? Base : Electeurs de François Bayrou et de Marine Le Pen au premier tour et ne se prononçant pas au second tour

François Hollande : 48%

Nicolas Sarkozy : 27%

(NSP) : 25%

Réserves potentielles d’électeurs Recalculé auprès des exprimés

Voteraient probablement : Electeurs de F. Bayrou indécis au second tour (25% de son électorat) Electeurs de M. Le Pen indécis au second tour (31% de son électorat)

19

François Hollande

Nicolas Sarkozy

(Abstention)

François Hollande

Nicolas Sarkozy

26%

45%

29%

37%

63%

27%

51%

22%

35%

65%


sondage