Issuu on Google+

Professional Development for Cadet Program Leaders

Connecting the dots Summer target for wide-area network Aerospace simulation High-tech optional training Professional development For the teachers

Issue 31

Spring/Summer 2010

Colonel-Commandant: “Transformational journey� for CIC


IN THIS ISSUE 12

Are you ready? Ask these questions and take these steps to gear up for the Canadian Cadet Organizations’ Wide Area Network. Maj Joel Templeman

Optional aerospace simulation training

14

13

Revamped FORTRESS in September A more user-friendly version of FORTRESS will add value to your work, while improving your work environment.

18

Charting a clear path forward Don’t wait a year to assess how well or poorly you are doing on the most critical priorities for your corps/squadron. Set 90-day goals that will help you accomplish your one-year goals. Maj Robert Craddock

Cadets in Breslau, Ont. enjoy an exciting “Introduction to Aerospace through Simulation” program in a topnotch facility that is open to cadets throughout Ontario.

24

Professionalism, professional development and leadership The citizens of Canada and your colleagues in uniform expect your professionalism. This message was one of many that MGen Paul Hussey, the new CIC Branch Colonel-Commandant, wants to pass on to CIC officers.

28

“Reasonable accommodation” reaps rewards 9 Army Cadet Corps in London, Ont., reaped unexpected rewards from fulfilling its “duty to accommodate” a 14-year-old cadet with cystic fibrosis.

30

Bringing professional skills to the Cadet Program: Part 2 Four CIC officers discuss how they use skills they have acquired as civilians to benefit the Cadet Program.

33

Managing squadron finances The hallmark of an excellent sponsoring committee is its competent handling of squadron finances. A vice-president and treasurer of the Air Cadet League discusses planning and managing finances, as well as squadron fundraising.

22

A first for professional development

Last December, directing staff from regional cadet instructors schools congregated for an official professional development (PD) session in Rigaud, Que. A theme of the event was the enhanced role of PD in future CIC training.

Bob Robert 36

National recognition for cadet training The New Zealand Cadet Forces has taken a novel approach to the challenge of recruiting and retaining cadets. Maj Bill Carruthers (NZCF)

40

Improving CIC training: How well are we doing? The CIC Training Organization has accomplished a lot towards its objective to offer high quality, dynamic, consistent and relevant training to CIC officers. LCdr Darin McRae

2

CADENCE

Issue 31, Spring/Summer 2010


DEADLINES The copy deadlines for the Fall 2010 and Winter 2010-2011 issues are June 4 and Oct. 8 respectively. The upcoming Fall issue will be a special commemorative issue dedicated exclusively to the 100th anniversary of the CIC. If you are interested in writing for an upcoming issue, or have a story idea, please contact the editor well in advance by email at marshascott@cogeco.ca or marshascott@cadets.gc.ca or by phone at 905-468-9371.

BRAVO!

FRONT COVER

10

Interconnecting the CCO community A national wide area computer network will connect all levels of the Canadian Cadet Organizations by this summer across Canada. Find out what it will mean for you. Here, Jean-François Héroux and WO Louis-Martin Farrier work in the CCO Net computer room in St-Jean, Que. (Cadence photo by OCdt Dimitri Papadopoulos) Maj Joel Templeman

Bravo! is a Cadence feature that recognizes leaders whose innovation, dedication and service are making a difference in the Cadet Program. This issue salutes Capt Cory Lohnes, the Regional Expedition Training Officer for Regional Cadet Support Unit (Central) and Deputy Commanding Officer of 1944 (Electrical and Mechanical Engineers) Army Cadet Corps in Creemore, Ont. He has been described as the “voice, inspiration and motivation” behind Central Region’s expedition program. He has also been called a human dynamo who is almost too good to be true. We invite you to submit your Bravo! nominations to bravo@cadets.gc.ca. Ensure your colleagues receive the recognition they deserve.

o! v a Br

Exciting program ahead for senior cadets

What do cadets between 16 and 18 years of age want and need? The answers are driving the design and development of new training for fi fthand sixth-year cadets. Lt(N) Michael Randell

20

26 IN EVERY ISSUE 4

Opening notes

5

Letters

6

News and notes

38 Viewpoint Professional Development for Cadet Program Leaders

3


OPENING NOTES

Marsha Scott

Transforming the CIC For a number of years, the CF has been on a transformational journey. Last June, Chief of the Defence Staff Gen Walter Natynczyk, said, “Transformation is a journey, and we must continually adapt our culture, doctrine, training and structures to meet the realities and demands of the next decade, at home and abroad.”

improving capabilities that contribute to mission success.

As part of the CF, Cadet Instructors Cadre officers are also on this transformational journey. MGen Paul Hussey, the new Colonel-Commandant of the CIC, says that even though CIC officers are concerned with “youth development”, rather than “war fighting”, their professional development framework is almost exactly the same as that for the CF: it includes a leadership and management foundation, the pillars of training, education, experience and self-development, and a “professional ideology” or “ethos”.

As Bravo! nominee Capt Cory Lohnes says in this issue, “We are a product of all our experiences. We cannot distinguish where the experience ends and that product begins.”

The mission of the Cadet Program is to contribute to the development and preparation of youth for the transition to adulthood, enabling them to meet the challenges of modern society, through a dynamic community-based program. If CIC officers are to be part of the ‘new leadership’ that MGen Hussey talks about on pages 24/25, they must embrace, direct, motivate and enable others to accomplish that mission professionally and ethically, while developing or

Cadence is a professional development tool for officers of the Cadet Instructors Cadre (CIC) and civilian instructors of the Cadet Program. Secondary audiences include others involved with or interested in the Cadet Program. The magazine is published three times a year by Chief Reserves and Cadets—Public Affairs, on behalf of the Director Cadets and Junior Canadian Rangers.

CIC officers can only do this if they accept the concept of professional development as lifelong learning.

Views expressed do not necessarily reflect official opinion or policy.

Some cadet leaders may say, “I have no time for professional development. I have too much to do already.” But professional development is not formal training only; it also includes dayto-day experiences on ‘civvie street’, in the Cadet Program and elsewhere. For a CIC officer, it could mean following the most up-to-date research on youth development.

For the editorial policy, submission guidelines, the current issue and back issues, please visit the national website at www.cadets.ca. Select “Library” from the left-hand menu, followed by “CIC Training”, then “Cadence”, and click on the option you prefer.

Testament to that are the four officers featured in “Bringing professional skills to the Cadet Program: Part 2” (page 30), who are using education and skills honed in their civilian lives to benefit cadets. Experience aside, your formal CIC training is integral to your ability to fulfill the Cadet Program mission. For this reason alone, you should read about the CIC Training Organization’s progress towards improving CIC training on page 40. Whatever you do, don’t forget to pack Cadence in your kit bag as you set out on your transformational journey. Whether reading about squadron financial management, how to gear up for the wide area computer network, or about best practices in the Cadet Program, enjoy the ride.

For a CIC officer, [professional development] could mean following the most up-to-date research on youth development. 4

Issue 31, Spring/Summer 2010

Cadence reserves the right to edit submissions.

Managing editor: Capt Kimberley Banaszkiewicz National Youth Public Affairs Officer – Director Cadets and Junior Canadian Rangers Editor: Marsha Scott, Antian Professional Services Contact information Editor, Cadence Director Cadets and Junior Canadian Rangers National Defence Headquarters 101 Colonel By Drive Ottawa ON, K1A 0K2 Email: marshascott@cogeco.ca cadence@cadets.gc.ca or marsha.scott@cadets.gc.ca Phone: Tel: 1-800-627-0828 Fax: 613-996-1618 Distribution Cadence is distributed by the Director Supply Chain Operation (DSCO) Publications Depot to cadet corps and squadrons, regional cadet support units and their sub-units, senior National Defence/CF officials and selected league members. Cadet corps and squadrons not receiving Cadence or wanting to update their distribution information should contact their Area Cadet Officer/Cadet Advisor. Translation: Translation Bureau Public Works and Government Services Canada Art direction: ADM(PA) Director Public Affairs Products and Services DGM-10-04-00016 A-CR-007-000/JP-001

CADENCE

Issue 31, Spring/Summer 2010


Former and current CIC officers in Afghanistan I just read the Fall 2009 issue of Cadence online and wanted to let you know that not all present and former CIC officers deployed to Afghanistan are working in strictly civilian roles at Kandahar Air Base. Some are deployed at various forward operating bases in and outside of Kandahar City. Cpl Roger Caron and I, Cpl Gary Hollender, were both deployed with the Royal Canadian Mounted Police em-

bedded in CF and U. S. Army units in Kandahar from March to December of last year. Cpl Caron is with the RCMP in Sherbrooke, Que; I am with the RCMP in Leduc, Alta. Cpl Caron was a cadet and then a CIL [Cadet Instructors List] officer in the 1970s, while I was a cadet and then a CIL officer in the 1980s. I returned to the CIC in 2006.

<

<

From left, Cpl Caron, Cpl Hollender and two other RCMP members holding the RCMP flag for Quebec while at Camp Nathan Smith.

LETTERS

Both of us and many other police officers deployed to Afghanistan were either cadets, CIC officers, or both, and have used the skills we learned through the Canadian Cadet Movement in dealing with our duties in Afghanistan. Lt Gary Hollender Assistant Training Officer 2561 (Royal Canadian Artillery) Army Cadet Corps Thorsby, Alta.

Cpl Hollender, while attached to the U. S. Army 293rd Military Police Company, assists with a humanitarian aid drop to children in Kandahar City.

Cadence framed Yesterday I met with MCpl José Paglinawan, one of my former cadets who ended up serving in Afghanistan. He thanked me for the article I wrote about him in Cadence (Spring/Summer 2009, “A few good men”).

He told me that colleagues in his unit printed and framed the article which now hangs at the Junior Ranks Mess at the Queens York Rangers, in Toronto. That’s cool!

Capt Paul Simas Deputy Commanding Officer 707 (MGen Richard Rohmer) Air Cadet Squadron Etobicoke, Ont.

Award ‘sweeps’ Although I know Cadence does not normally publish cadet awards, I thought our situation was unique enough to warrant a mention. For the first time in 20 years, a cadet won a double award at the Air Cadet League (Ontario Provincial Committee) annual general meeting in Toronto last October. WO1 Theresa Hanna, a cadet with 27 (City of London) Air Cadet Squadron, won the Robert Snider Memorial Award for outstanding com-

munity service and the RCAF Association Trophy for first place in the 2009 Effective Speaking Contest. To round out the ‘sweeps’, another cadet from our squadron, Sgt Jeffery Gillies, won the David Kessler Award as top cadet in the Aircraft Maintenance summer course, and 27 Squadron also received the A. R. Cousins Trophy for the highest proficiency among the 35 squadrons in the Western Ontario Area.

Professional Development for Cadet Program Leaders

At the risk of blowing my own horn, I received the Cadet Instructors Cadre Award of Excellence for the second time. I spend a minimum of 40 hours a week on cadet matters and am passionate about my ‘job’. This is my third command and it is a real privilege to work with cadets and to be part of their development. Maj Sharon Tambeau Commanding Officer, 27 Air Cadet Squadron London, Ont.

5


NEWS AND NOTES

Thinking big ties and games that cadets would enjoy. Two workshops were held in the afternoon: winning practices for units; and how to work with municipalities and schools. The annual Circle assembly followed the workshops, and in the afternoon participants attended a presentation by Camil Sanfaçon, a famous Quebec educator, who spoke about winning approaches to today’s teenagers. The day ended with an awards banquet and a dance.

<

The annual CIC Day in Eastern Region includes assemblies, workshops, guest speakers and social activities for members of the CIC Officers’ Circle.

Eastern Region’s 7th annual CIC Day took place on April 10 at HMCS QUEBEC (Mount Bénilde) at Bécancour, near Trois-Rivières, Que. The event was organized by the region’s CIC Officers’ Circle in collaboration with the regional cadet instructors school and the regional cadet support unit. The aim of the event was to get CIC officers to ‘think big’ by discovering effective

strategies for increasing and maintaining cadet strength, establishing positive relationships with the community and school administrations, and organizing stimulating and interesting sports activities. The conference was presented by CIC officers and civilian specialists. In the morning, participants stretched their legs and imaginations by learning about indoor and outdoor physical activi-

The event provided an opportunity for unit commanding officers and their teams of officers, civilian instructors, volunteers and key sponsoring committee members to participate not only in a professional training day but also in an activity aimed at bringing together the entire CIC and civilian community connected with the Cadet Program. It was a day to enjoy the pleasure of being together and exchange ideas. The CIC Officers’ Circle was founded seven years ago to bring together current and past CIC officers, as well as their civilian partners in the Cadet Program, for training. It also promotes pride and a feeling of belonging. The Circle has close to 1200 members who joined voluntarily.

Journey to excellence The CIC Training Organization achieved the National Quality Institute’s (NQI) Progressive Excellence Program (NQI PEP®) Level 1 last October. To achieve this level, the CIC Trg Org had to demonstrate a commitment to continuous improvement and the implementation of a long-term strategy to ensure the quality of training the organization provides across Canada. When the CIC Trg Org was created in 2005, the senior leadership began to develop and implement a Quality Management Framework (QMF) within the organization. “The accomplished work, based on the organization’s strategic

6

guidance, has allowed the organization to achieve this important milestone,” says LCol Tom McNeil, the Senior Staff Officer in charge of Personnel Policy and Training with Director Cadets and Junior Canadian Rangers. The team leading the QMF implementation is comprised of members of the Directorate Cadets and Junior Canadian Rangers, all five regional cadet instructors schools and a representative from Regional Cadet Support Unit (Northern). These members are currently identifying opportunities and the action required to continue to progress on their journey to excellence. Their aim is to meet the requirements

of PEP® Level 2 by showing a wide understanding of their approach to excellence and demonstrating improvement and good results in several key areas. Founded in 1992 by Industry Canada, the NQI is an independent, not-forprofit organization committed to advancing organizational excellence across Canada. Its comprehensive and practical framework for improvement comprises four progressive levels leading to organizational excellence. Submitted by Lt(N) David Pigeon Director Cadets and Junior Canadian Rangers – Training Program Evaluator. He acts as a leader on PEP® assessments for the CIC Trg Org.

CADENCE

Issue 31, Spring/Summer 2010


NEWS AND NOTES

Aircraft modeling program Are you interested in your cadets gaining a wealth of practical experience in the fundamentals of flight? Then get your squadron involved in an aircraft modeling program. About 14 squadrons across the country have taken advantage of the model aircraft program developed as a joint venture between the Air Cadet League and the Model Aircraft Association of Canada (MAAC). They have found the activity to be an affordable and interesting method of getting more ‘air’ into Air Cadets. MAAC has developed a graduated modeling program for cadets. The idea is for cadets to progressively advance from constructing and flying ‘stick gliders’ to free flight and radio-controlled powered scale models of aircraft. Where possible, MAAC members may assist with the instruction. The details of the program can be accessed at www.cpi-hamilton.ca/cadets/. Register your squadron with MAAC (Linda Patrick at Linda_maachq@ on.aibn.com) and get started. Receipts for purchases of modeling material up to $300 will be reimbursed when sent to the Air Cadet League of Canada, (OPC), 4900 Yonge Street, Suite 600, Toronto, ON, M2N 6B7.

696 (Golden Wing) Air Cadet Squadron in Blind River, Ont., is one squadron that has initiated a model aircraft building program. When the models are completed the cadets fly them in the gymnasium where they parade. A competition in March is an incentive to ensure that plans are followed meticulously and the construction process is completed accurately. Awards are presented at the annual ceremonial review to the top three cadets whose models were constructed and performed the best in competition. “Our cadets are fortunate to have the North Shore Radio Control Modelers of Elliot Lake, Ont. involved with our model building program,” says Capt Darla Hennessey, the squadron’s Commanding Officer. “These gentlemen come out and assist the cadets when they are building the stick gliders and twice a year, they invite the cadets to fly their remote-controlled planes. The cadets certainly look forward to it.” Submitted by MGen (ret’d) William Paisley, Air Cadet League/MAAC Co-ordinator Bob Hickman, from the North Shore Radio-Control Modelers, oversees 696 Squadron’s Cpl Brendan Folkes-Conrad as he operates one of the club’s radiocontrolled aircraft.

<

May 9 to 15

Aug. 25-Sept. 7

2010

National Marksmanship Competition

National-Domestic Army Cadet Expedition

Grant MacEwan University in Edmonton

Along the south shore of Newfoundland

Canadian Navy Centennial “Commemorate, Celebrate and Commit” Major activities include:

Contact: Capt Cameron Thompson cameron.thompson@forces.gc.ca

Contact: Capt Dearick Smith dearick.smith@forces.gc.ca

Aug. 22-27 (inclusive)

Oct. 3-22

National Sea Cadet Regatta

National-International Army Cadet Expedition Nepal (Mount Everest Base Camp)

Kingston, Ont. Contact: LCdr Peter Kay peter.kay@forces.gc.ca

Professional Development for Cadet Program Leaders

Contact: Capt Cory Lohnes cory.lohnes@forces.gc.ca

Travelling Road Show A musical tribute to 100 years of Naval Service to Canada Between May and November Additional information available at www.canadiannavy100.forces.gc.ca Naval Assemblies Esquimalt, June 10-13 Halifax, July 1-3

7


NEWS AND NOTES

Shoes for Souls If you have a pair of gently used shoes that still have some life in them, consider donating them to Kyle Warkentin, the volunteer Flight Training Officer (waiting to become a CIC officer) with 250 (Vimy) Air Cadet Squadron in Halifax, N.S. He is looking for 50 000 shoes.

While doing humanitarian work with his church last May in Zambia, Kyle saw first-hand the desperate living conditions that some face daily. He noticed that many Zambians did not wear shoes, exposing them to bacterial

Kyle, a student at Dalhousie University, is one of 25 young Canadians between the ages of 18 to 25 taking part in the one-year Order of Canada Mentorship Program, started by Her Excellency the Right Honourable Michaëlle Jean. Candidates are chosen for their deep commitment to their community and their interest in having a mentor to guide them on how to make a difference in society. The program provides an opportunity for Members of the Order to mentor young people in their fields of interest. It includes a two-day get-together in Ottawa with their mentors, followed by an online mentorship. The candidates are also invited to join in live online chats with the Governor General.

<

Last November, Kyle started a project called Shoes for Souls (similar to Soles4Souls, an American-based charity that has given away more than seven million pairs of new and gently used shoes since 2005 in more than 125 countries.) Kyle and the seven volunteers he recruited hope to collect 25 000 pairs of shoes to take to Lusaka, Zambia in June. Using online social media such as Facebook and Twitter, as well as Kijigi (a website that connects buyers to sellers and products to markets through classified ads), the 19-year-old has raised regional and national awareness for the plight of the destitute in places like Africa, Haiti and even Canada through Shoes for Souls.

agents which could easily infect them. Particularly susceptible are those with the AIDS/HIV virus. He started Shoes for Souls on his return home.

Kyle holds an African child in a tattered shirt during his visit to Zambia last May.

Kyle says the Cadet Program has helped boost his confidence and aid his personal growth. To learn about Shoes for Souls, contact Kyle at kylewarkentin@eastlink.ca or call him at 902-858-2315 or 902-830-8392. Submitted by A/SLt Tania Meloni, Assistant Public Affairs Officer, RCSU (Atlantic)

CIC officer demographics During the Professional Development session in Rigaud, Que. in December (page 22), participants learned these CIC officer demographics: • 97 percent of CIC officers work online. • 40 percent are officer cadets/naval cadets and second lieutenants/sub-lieutenants; 38 percent are captains/lieutenants (navy); three percent are majors/lieutenant commanders. • 65 percent are male; 35 percent are female. • 78 percent were cadets. • Education: 28 percent have high school diplomas; 36.6 percent have college/CEGEP diplomas; 29 percent have university degrees. • Employment: Clerical/administration – 12 percent; information technology – 10 percent; management – 20 percent;

8

• •

• •

public safety (police, firemen etc.) – 8 percent; and teaching/ education – 12 percent. Other jobs include construction, homemaker, sales, repair, marketing, Public Service and so on. Seven percent are unemployed. Years as officer: 6 to 15 years – 32 percent; 16 to 30 years – 12 percent. Hours in support of mandatory training per week: 1 to 4 hours – 30 percent; 5 to 12 hours – 60 percent (5 to 8 hours – 40 percent; 9 to 12 hours – 10 percent. Hours in support of optional training per week: 1 to 4 hours – 47 percent; 5 to 8 hours – 30 percent; 9 to 12 hours – 10 percent. 94 percent say a big bonus of being CIC officers is the opportunity to work with youth.

CADENCE

Issue 31, Spring/Summer 2010


NEWS AND NOTES

building relationships Last November, 30 junior cadets and 10 supervising senior cadets from 2818 (Hastings and Prince Edward Regiment) Army Cadet Corps in Belleville, Ont., participated in rock wall climbing. Rock wall climbing is a popular optional activity for cadets, particularly Army cadets who view it as an adventurous “Army thing to do”, says Capt Larry Allen, Commanding Officer. “It’s cool, it’s tons of fun and it takes some level of fitness, critical thinking and stamina.” The Belleville corps was luckier than many corps, however. The cadets were able to use the rock climbing wall at CFB Trenton, Ont.—the same facility used by CF members at the Canadian Forces Land Advanced Warfare Centre (CFLAWC), formerly known as the Canadian Parachute Centre. The cen-

tre is the army centre of excellence for training in free-fall parachuting, staticline work, mountain operations, the CF Pathfinder course and more. It all started when Capt Allen contacted Capt Larry Hockin, the administration officer with Training Company at CFLAWC, for permission to use a resource for a field exercise. Capt Hockin not only granted that request, but also asked if there was more he could do for the corps. Capt Allen mentioned the mock tower; in turn, Capt Hockin mentioned the rock wall and rappelling wall. When Capt Allen jumped at the opportunity, Capt Hockin also arranged for volunteers to instruct and supervise the cadets during the activity. The volunteers were fully qualified rock climbing instructors. “This is so impor-

tant because safety is huge in our organization,” says Capt Allen. “Because of the generosity of these CF members, our junior cadets will be able to participate annually in rock wall climbing and our senior cadets will be able to participate in mock tower jumping and abseiling.” To ensure the corps is well taken care of, the CO of the CFLAWC appointed Capt Hockin as the Cadet Liaison Officer to 2818 Corps. “Capt Hockin has been a tremendous asset to the corps,” says Capt Allen. “He knows what we’re planning for the entire year and will arrange things accordingly. The CFLAWC has already committed to training the senior cadets on the ‘mock tower’ (a mock parachute tower that the cadet can jump from) later this year.

Stars in their community Regional Cadet Support Unit (Atlantic) raised $10 000 during its 2009 Government of Canada Workplace Charitable Campaign (GCWCC), far surpassing its goal of $6000 and proving that innovation and persistence go a long way. Even $6000 was an ambitious goal for the Halifax-based unit, which, along with 14 members at the Nova Scotia detachment, numbers just under 100 members. CIC officers, Reserve and Regular Force staff and civilians donated an average of $100 per person. According to campaign co-ordinator Lt(N) Wes Mackey, the campaign was a great way to raise money for incredibly worthwhile charities. “What a difference this contribution will make to many lives,” he said. Where did the innovation and persistence come in?

place annually from September to December. For more information, go to www.gcwcc.org. Submitted by A/SLt Tania Meloni

According to Lt(N) Wojdylak, fundraising success is all about persistence. “You have to be realistic about your achievable goals,” she says. “Think about spreading out your target audience, have fun and most importantly think big!” Cdr Garrett Reddy, Commanding Officer of RCSU (A), says, “Thinking big is what the staff of RCSU (A) is capable of. Val wants to raffle a car next year!” The GCWCC is a Treasury Boardsanctioned charitable giving option developed exclusively for federal public servants. The national campaign takes

Professional Development for Cadet Program Leaders

<

Well in advance of the fall campaign, Lt(N) Valerie Wojdylak, the Regional Cadet Sea Corps staff officer for At-

lantic region, approached Kent Building Supplies for a donation. Knowing that the company supports its community and is proud to sponsor events and programs that foster the growth and development of Atlantic Canadians, she contacted the company’s national marketing department. The company donated a snow blower as a prize for raffle tickets—a generous incentive to charitable giving.

Cdr Reddy, Lt(N) Wojdylak and Lt(N) Mackey look forward to another successful campaign next year.

9


FEATURE

CCO Interconnecting the CCO community

>>>

A national wide-area computer network is being implemented across Canada at all levels of the Canadian Cadet Organizations and should be completed before this summer.

The purpose of the Canadian Cadet Organizations Wide Area Network (CCO Net) is to facilitate secure access to software applications used throughout the CCO, as well as to provide an easy-to-use interface up to the Protected A security designation. The new system will ensure that all information travelling through, and stored within, the CCO Net is protected and safe from Internet threats.

• The network will enable improved collaboration and communication for projects and other tasks using a common set of applications.

For updates, current information and quick facts about the CCO Net, please visit www.cadets.ca/areyouready.

• Information will be available to you when needed and easier to access. The CCO Net can greatly reduce the time you spend searching for information. You will also be able to transfer information securely.

User manual

Elements of this network have been in place at most regional cadet support units (RCSUs), cadet summer training centres (CSTCs) and corps/squadrons in Eastern Region for the past few years. This project expands the network to remaining corps/squadrons, the Director Cadets and Junior Canadian Rangers and all regional cadet instructors schools (RCISs).

• You will be able to move across Canada on training or employment without changing account information— for example, when you are employed at a CSTC that is not in your region, or when you are training at another RCIS.

What does the CCO Net mean for you? How will this upgraded and expanded network affect corps/squadron CIC officers and the organization as a whole? Ultimately, the CCO Net (when fully deployed) can help you meet your operational objectives and reduce your administrative burden. • You will have access to FORTRESS version 2, which is set to roll out at the end of August.

10

• We are moving towards a single sign-on so that when you connect to the network, a single username and password will give you access to all of your applications and other resources, including FORTRESS. • As an authorized network user, you will have access to common shared drives that contain useful files, forms and information. • You will be able to recover lost or corrupted files stored on network drives.

A new national CCO Net User Manual, with comprehensive instructions on how to connect and details on some of the new features available on CCOissued computers, is available in English and French.

Completing the security form You will be required to complete a single national Network Access and Authorization Form contained in the new national CCO Net Security Orders. Details on how to get these published documents and what you are required to do will come from your RCSU and/ or Regional IT Service Desk in the near future.

Accounts and passwords The CCO Net requires accountability and audit ability, and that all members log on with their own individual accounts and passwords. Those who

Information will be available to you when needed and easier to access. CADENCE

Issue 31, Spring/Summer 2010


This project expands the network to remaining corps/squadrons, the Director Cadets and Junior Canadian Rangers and all regional cadet instructors schools. do not have an account will still be able to log on to a CCO-issued computer using a local account and generic password, but this will only enable the computer to perform the functions of a word processor. In this mode, users will not have access to the Internet, nor will they be able to make use of enterprisebased applications such as FORTRESS or email.

monitored. Not all files will be shared with all users, and certain functions/ access will be restricted based on the need-to-know principle.

Restrictions

The network’s goal is “interconnecting people” within the CCO community. It is up to each of us to use this network to make our community more efficient

Internet sites may be restricted based on DND/CF policies and/or appropriate content and relevance to the business needs of the CCO. Any such restrictions will apply equally across the country.

Behind the scenes In April 2008, the Department of National Defence/Canadian Forces created an organization to implement and support information management/technology (IM/IT) in the Cadet Program. Its job is to analyze, develop, maintain and support technology that meets the business needs of the Canadian Cadet Organizations. The organization is called Director Enterprise Application Planning and Management 8, which falls under the umbrella of the Assistant Deputy Minister, Information Management. DEAPM 8 is made up of personnel from the former IT sections of RCSUs and D Cdts & JCR. It includes members of the Cadet Organizations Administration and Training Service—CIC officers and non-commissioned members—as well as DND civilian employees.

cated IT Service Desk for CCO users, DEAPM 8 also maintains the following in-service national applications: • FORTRESS, the cadet information database. • PASSERELLE, the cadet summer training centre information database in several regions. • CadetNet, the current email application. Other projects currently in development include: • FORTRESS upgrade to version 2 combining FORTRESS version 1 and PASSERELLE.

Headed by Richard Marcotte, the organization includes a mix of IT managers, analysts, technicians and service desk specialists from across the country. In addition to providing a dedi-

Professional Development for Cadet Program Leaders

>

• CCO Net expansion.

• Hosting services for the cadets.ca website.

• Email and collaboration software upgrades.

In general, the establishment of DEAPM 8 has created an environment that fosters synergy between the CCO and the broader DND/CF IT community from coast to coast to coast. The team is proud to serve the CCO and will announce many exciting IT changes in the near future.

Capt MathieuMichel Coulombe, FORTRESS v2’s project team lead, meets with staff in preparation for the roll-out in August. (Cadence photo by OCdt Dimitri Papadopoulos).

<

The network is limited to processing and storing up to Protected A information, and Internet access is filtered and

and effective and ultimately achieve a better Cadet Program for everyone.

11


FEATURE

Are you ready? As the CCO Net prepares to expand nation-wide, CIC officers and civilian instructors across Canada should ask, “Am I ready?” Here are a few questions that all corps and squadrons (with the exception of those in Eastern Region) should ask— along with steps to take—to gear up for this expanding infrastructure. • Is my corps/squadron currently outfitted with high-speed Internet? If not, contact your Regional IT Service Desk for direction on how to set up a high-speed connection at your facility. Although access is possible using a dialup connection, high speed is strongly recommended so you get the best possible experience from the CCO Net and the applications hosted within it (such as FORTRESS). Check out www.cadets.ca/ areyouready for contact links.

package when they enrol or re-enrol. This will be processed along with other enrolment documents. • Do I have a current and valid security clearance of at least Enhanced Reliability? All users who access the network resources (including the local non-Internet account) require, at a minimum, an Enhanced Reliability Check to access the computer. Contact your regional cadet support unit (RCSU) through your chain of command if you require assistance. • Do I have a CCO Net account? Each current staff member who needs access to the Internet or FORTRESS must have an individual account created for them. Information on how this will be accomplished will come from your RCSU and/or Regional IT Service Desk before this summer.

• Are the laptops currently issued to my corps/squadron configured for this network? The answer is: not in all cases. Most laptops must be physically updated with a new national standardized common software configuration. This software change will include the tools required to securely connect to the CCO Net. Your RCSU or Regional IT Service Desk will contact your corps/squadron with specific instructions on how to complete the upgrade before this summer. If you have answered “yes” to all of the questions above, then you are ready for the implementation of the CCO Net at your corps/squadron.

All new members will have a network access form included in their enrolment

CATO gets a makeover CATO 12-41, Acceptable Internet Use within the CCO, is a new CATO that will soon replace CATO 11-07, Internet Acceptable Use – Cadet Program. The new and improved CATO provides clear and concise direction for all network users within the CCO. The addition of sections that depict what kinds of activities are permitted and which are not, are specific about what you can or cannot do. The key message from this CATO is to always conduct yourself in a professional manner. Whether online or in person, you should project a positive image for the CF, DND and the CCO. You may notice that CATO 12-41 does not oppose the use of DND resources (i.e. computers, Internet etc.) for certain personal activities. For example, the authorized use section clearly states that a user may communicate with friends and family, do online banking, access news and much more, as long as these activities are for a reasonable duration and do not interfere with official duties. This is consistent with other DND policies, including DAOD 6001-1. Users may experience some limitations as DND/CF networks have filtered and monitored access to the Internet. This is required for either security (computer or personnel) and/or performance (speed) of the network. Not all sites or applications are available to users. DND/CF networks are primarily for business use, and personal use (where available) is an added benefit to the user. To learn more about acceptable use policies, please refer to the following: DAOD 6001-1, Acceptable Use of the Internet, Defence Intranet and Other Electronic Networks, and Computers DAOD 2008-0, Public Affairs Policy DAOD 2008-6, Internet Publishing DAOD 7023-0, Defence Ethics

12

CADENCE

Issue 31, Spring/Summer 2010


Revamped FORTRESS will soon evolve into a version that is engineered to keep up with the Canadian Cadet Organizations’ (CCO) fastchanging processes. In a more user-friendly and more robust design, version two (v2) of FORTRESS is developed by specialists from DEAPM 8 in collaboration with people within the CCO to fulfill our needs. Starting this September, the second version will replace the first, offering similar features but in an improved and enriched design. Among other things, it will be used to manage cadet data, promotions, attendance, training results, awards and qualifications. It will also be used to manage unit structure, plan the activity calendar and take the cadets’ attendance.

[FORTRESS] version two will add value to users’ work while improving their work environment.

in September inside out. At the end of the day, version 2 will add value to users’ work while improving their work environment. The transition from version 1 to version 2 will be as seamless as possible to corps/squadrons because most of the existing data from the former should migrate to the latter. Therefore, as long as the first version’s data is up-to-date, the second version will be also. The countdown towards the arrival of FORTRESS v2 has already started.

provide you with more details on the second version’s launch. However, you can already visit the Help and Resources Centre to learn more at www.cadets. ca/FORTRESSv2. Until the new FORTRESS application arrives, you can direct questions/comments to your RCSU or through your chain of command. FORTRESS – it’s our business. Get ready! Learn how to proceed at www. cadets.ca/getreadyforFORTRESSv2.

To help you get ready, the Help and Resources Centre (online since April) is filled with training tools and answers to your questions. You will need to visit this website frequently because more tools will be added as the FORTRESS v2 project evolves, especially from now to September. When the time comes, your regional cadet support unit (RCSU) will

The application is engineered to facilitate users’ work and to assist them in their duties. For example, the application has personalized notices generated automatically to help the user keep his or her data up-to-date. FORTRESS will eventually be used throughout every level of the CCO, thus reducing the administrative burden. For example, a cadet will be assigned to a summer course using the data captured by their corps/squadron. Moreover, since all of the cadet’s data will be centralized in FORTRESS, cadet summer training centre (CSTC) results will always be available for corps/squadron use.

<

It is mainly to allow a larger scope that the architecture of FORTRESS has been re-engineered from the

From left, civilian Denis Desnoyers, Capt Mathieu-Michel Coulombe (FORTRESS v2’s project team lead), Lt(N) Joé Mantha and Capt Éric Gendron want to ensure that the region’s transition to FORTRESS v2 is as seamless as possible. (Cadence photo by OCdt Dimitri Papadopoulos)

Professional Development for Cadet Program Leaders

13


BEST PRACTICES

Optional aerospace simulation training There’s nothing like being in exactly the right ‘space’ at the right time. Certainly, that is the case for cadets from 822 (Tutor) Air Cadet Squadron in Breslau, Ont. The cadets enjoy arguably one of the only facilities of its kind in Canada for their optional aerospace simulation program. The program is called “Introduction to Aerospace through Simulation” (ITATS) program—an outside-theclassroom hands-on aerospace experience that enhances national-standard air cadet training. It was designed by retired LCol Ronald Gowing, a former reservist and former commanding officer of 822 Squadron, as a no-cost training option for the squadron’s air cadets at all levels. It is carried out in the relatively new Regional Community Aerospace Facility at the Region of Waterloo Airport near Breslau, Ont. The program’s beginnings were humble. With limited resources (a single aviation flight simulator), the squadron started an aerospace program in 1998 as a hands-on option for air cadets. Over time, it evolved to a nine-module

aerospace simulation program, which includes rocketry, robotics, electronics, avionics, astronautics and space simulation. Accelerating the program’s growth was the move of 822 Squadron into a new ‘home’ called the LCol Ronald Gowing Cadet Youth Development Centre. (See sidebar on page 16) In 2004, a Regional Community Aerospace Facility and three classrooms were added to provide adequate space for the enhanced aerospace program.

Taking off The ITATS program really took off when it became available for air cadets across Ontario. “It’s an inexpensive way to give every cadet—from recruit to level five—the opportunity to ‘grip the stick’ and experience the thrill of controlling an aircraft in flight,” says LCol Gowing, who continues as a civilian volunteer with 822 Squadron and manages all ITATS programs. A team of aviation and aerospace volunteers instruct at the centre. More became involved in the program when it opened to classes of students from Ontario. In June 2007, the first class of Grade 7-8 students from Cambridge, Ont., launched the school aerospace experience

program. The program was aimed at students of an age eligible to join Air Cadets. Now, one week is set aside every June for Grades 6, 7 and 8 pupils from selected Region of Waterloo public and separate elementary schools to attend classes at the community aerospace facility. The high-tech facility includes classrooms, a drill hall, offices, an operations centre and more. In 2008, an Unmanned Aerial Vehicle (UAV), Satellite Technology (SAT) and Space Electronic modules were added. The facility also includes a full mission control centre, a flight deck with 30 flight simulators, an air traffic control simulator, an unmanned aerial vehicle control simulator (UAVS) and a two-place, multi-screen Hawker-De Havilland ‘glass cockpit’ flight crew training simulator.

Flight simulators The flight deck is an integrated simulator networked environment that allows cadets to fly solo, formation, aerobatic or search and rescue scenarios. The flight simulators provide an exciting practical application for classroom studies. “The 32 simulators are still not enough,” says LCol Gowing. “We had to set up our program in groups. While one group is flying, the other group is flight planning in the classroom.”

“It’s an inexpensive way to give every cadet— from recruit to level five—the opportunity to ‘grip the stick’”. …LCol Ronald Gowing < WO1 Goran Mihajlovic (since promoted) flies the advanced ITATS simulator.

He has enrolled in university to become an aerospace engineering officer for the CF.

14

CADENCE

Issue 31, Spring/Summer 2010


The flight simulators provide an exciting practical application for classroom studies. Space mission control centre Here, cadets manage flight components for a successful launch and a safe return flight to earth. Space flights to the Moon and Mars are all part of the cadet experience.

Currently under construction

tronauts, they learn procedures before progressing to computerization of the procedures. They use their knowledge to employ small robot arms onboard the space vehicle simulator. Level-four cadets have built a six-wheeled radiocontrolled Mars Crawler carrying two wireless video cameras. The crawler will be operated remotely with video transmitted back to the space vehicle.

Robotics

Unmanned aerial vehicle simulation

Cadets in the ITATS robotics module learn the basic theory of robotics, but the fun really begins with the opportunity to build a robotic arm. Like as-

The cadets use computers to help them design and test-launch rockets. The computer launch software provides accurate telemetry for fine-tuning design before each rocket is built. When the rocket performs to the planned design, mathematics and space science become fun!

Cadets of 99 Orillia Air Cadet Squadron participate in the ITATS air experience program at the Regional Community Aerospace Facility.

<

Rockets—design, build and launch <

“Our inter-planetary space vehicle simulator “True North” is progressing slowly,” says LCol Gowing. “Most of the command module is finished and we are currently working on the aerospace engineering module.” The space vehicle simulator will be 60 feet long with life-size interior working modules for a crew of 12. It consists of a command and control module, the aerospace engineering module and a space science-life support module. The life-support module will include a realworld growth chamber for plants and vegetables to feed astronauts during the long flight to Mars. The two-place selfcontained surface lander vehicle has been added to the belly of the main vehicle. In the virtual world, the “Lander” will separate and descend to the surface of Mars. The space simulator is scheduled for launch later this year.

Sgt Jacob Bailey operates the robotic arm. Recently promoted to warrant officer, second class, the 822 Sqn cadet has been accepted for pilot training at Sault Ste. Marie College this fall.

Air traffic control Cadets receive instruction in radio communications and air traffic control procedures. The ATC simulation gives cadets a realistic experience with both radar and tower operations. A new ATC ‘radar’ is networked with all 32 flight simulators and provides cadet air traffic controllers with a real challenge—handling all their own flight simulator traffic.

UAV simulation began in 2008 with the addition of the UAV ground control station simulator and a real-world continued on page 16

Professional Development for Cadet Program Leaders

15


BEST PRACTICES

continued from page 15

radio-controlled, hand-launched UAV. Cadets learn civilian-oriented UAV simulation, including search and assist, Arctic patrols, forest fire patrols, pollution patrols, drug interdiction and border security scenarios. A radio-controlled ‘Airborne Warning and Control System’ model aircraft with a five-foot wing span has been added. It includes an on-board radio-controlled digital camera as part of the real-time training exercise.

WO1 Adam Picard works on the space vehicle cockpit procedures training simulator. The 822 Sqn cadet has enrolled in college to become an aircraft maintenance engineer for the CF.

ITATS designer When LCol Gowing took over as CO of 822 Squadron, the cadets were training in a stable of a 19th century dairy barn located at the airport. Believing the facility to be “less than ideal for youth activities”, LCol Gowing headed an enthusiastic team of community volunteers to raise funds and build a youth centre where cadets could be accommodated. The centre was to function as more than a ‘home’ for the cadets. It was to provide a venue for positive youth development in the community—no-cost opportunities for all youth to participate and become successful, productive members of the community, no matter what their social, economic, ethnic, religious or family circumstances.

< 16

LCol (Ret’d) Gowing with Astronaut Chris Hadfield.

CADENCE

Issue 31, Spring/Summer 2010


Cadets train on state-of-the-art electronic search equipment, combining air and ground search procedures. In the simulator world, up to 16 different airports can be employed in a simulated search following an emergency location transmitted (ELT) signal. This is combined with a real-world cadet ground search team that is in constant radio contact with the simulator team. The ground team uses a ‘directionfinding’ antenna and radio receivers to locate a training ELT signal that has been placed at the same ground position (GPS) co-ordinates as used in the simulators.

Electronics, avionics and satellites Cadets have the opportunity to learn about satellite systems. The aerospace team has built two laser communication systems which will send voicemodulated signals on a laser beam from the mission control centre to a simulated satellite and on to the space vehicle simulator.

Overall squadron numbers have increased, and the cadets are learning new skills while having fun,” says LCol Gowing. “This facility allows excellent hands-on practice of aspects of space and aerospace already taught in the mandatory program,” adds Capt Andrea Onchulenko, Staff Officer for Air Cadet Program Development at Director Cadets and Junior Canadian Rangers. “This fantastic endeavour might inspire a cadet to pursue a career in space and make the sort of contribution that can change how we live our lives in the future.”

Sgt Jesse Grubb instructs a class of 822 Squadron senior cadets in the new Operations Centre.

<

Search and Rescue (SAR)

The goal was to give youth a sense of competence, usefulness, belonging and empowerment—all considered key to creating a positive, happy, healthy and successful life. Central to the approach was the understanding that all youth need access to developmental opportunities. The centre adopted the aviation, aerospace technology, space science education experience as a means of reaching out to cadets and other youth in the community. The construction of the new Cadet Youth Development Centre by volunteers and the community as a whole—entirely without government funding—allowed LCol Gowing to expand the program content and offer the optional ITATS program to cadets. Although it was designed for them, it soon became available to youth in the entire community and beyond. LCol Gowing served 24 years as an Air Force public affairs officer, followed by eight years as CO of 822 Squadron. He is in his fifth year as a member of both the Canadian Space Agency and the United States Air Force Auxiliary Educator programs. LCol Gowing recently completed Aerospace Educator training at the Canadian Space Agency in St-Hubert, Que., and Aviation and Space Educator training with the United States Air Force Auxiliary in Arlington, Virginia. For dedication to youth work, Rotary International named LCol Gowing and his wife, Bonnie, as “Paul Harris Fellows”.

Professional Development for Cadet Program Leaders

17


OFFICER DEVELOPMENT

Maj Robert Craddock

Charting a clear path forward As a commanding officer (CO), you need to ensure that you chart a clear path forward for your corps or squadron. To do this, you need goals: some ideas about three-year goals; a specific set of one-year goals; and some good 90-day goals. Why 90 days? It is enough time to accomplish something meaningful and close enough to create a sense of urgency to get on with things. It is also consistent with how most corps/squadrons operate (three quarters) and how most people plan their lives (seasonally). The bottom line is you can’t wait a year to assess how well or poorly you are doing on the most critical priorities for your team. A well-crafted path forward for your corps/squadron does the following: • Communicates your intent—where you plan to lead the team in the near future. • Engages critical stakeholders, particularly your key staff, in crafting the plan and in doing what is needed to succeed.

• Focuses the efforts of all involved, clarifying where effort should be applied first and most. • Helps you measure and evaluate your efforts. To ensure you move along a clear path forward, you should take four factors into account: what you want to accomplish (outcomes); why it is important (value); how you are going to do it (next steps); and what you plan to track (milestones).

What you want to accomplish To get things done, define what you want to accomplish in terms of future outcomes. This requires clear descriptions of what you want to do. Consider the options and then define what can be accomplished for each strategic priority.

Ask questions like: • What problem(s) can we solve in the next 90 days to make a significant improvement? • What opportunities can we pursue in the next 90 days to make a contribution? • What changes can we make in the next 90 days to either deliver a better program or enhance our capacity to deliver one later? Define goals that reinforce one another, build on past success and align with longer-term goals. Don’t pursue more than three to five goals at a time, or it will begin to sound like everything is equally important. There are always things to do or change at a corps/squadron. Breaking goals down into 90-day chunks will keep your team focused on immediate actions. Goals will also seem more achievable than harder-to-achieve goals that won’t be measured until the end of the current training year.

You can’t wait a year to assess how well or poorly you are doing on the most critical priorities for your team. 18

CADENCE

Issue 31, Spring/Summer 2010


Breaking goals down into 90-day chunks will keep your team focused on immediate actions. Why it is important Getting buy-in for goals is usually most successful if you have already involved your team in setting the goals. If this is not possible, be aware of the reason you chose the goals. Others will want to know why before they commit to working with you toward them. If your rationale is not clear or meaningful enough in their eyes, you won’t engage them. Be prepared to explain why these goals were selected and not others.

How you are going to do it As inspiring as the plan might be— and in spite of the urgency that 90-day goals create—there is a risk that little will happen unless you identify next steps. Next steps provide a clear focus for energy and action, and a means to assess the competence and commitment of those doing the work. The next steps are the most critical or immediate actions that move the team forward.

To help define the next steps, ask the following questions: • What can we do right now?

You and others need to know where the team stands with respect to the goals. To accomplish this, you need to measure progress day to day.

• What can we do this week? • What can we do this month? Commitment to the path grows out of accomplishment and momentum. If you really want buy-in, give your team something to do and then help them be successful doing it. Answer their doubts about next steps by clarifying the following: • Best practices—behaviours needed and expected. • Authority—their power to act and have influence. • Resources—available to help do the work right. • Contingencies—plans to problems along the way.

Professional Development for Cadet Program Leaders

What you plan to track

handle

Achievement of milestones energizes ongoing effort in the face of obstacles and other work demands. Decide what you will track. Better yet, have staff members decide what they will track, keep track of it, then report regularly in a visual way to capture the attention of your staff members and other key corps/squadron stakeholders. If you adopt and are rigorous about 90-day goals, you will find it much easier to keep the momentum going towards the one-year goals of your corps/squadron and along its clear path forward. Maj Craddock is the Area CIC Officer for Regional Cadet Support Unit (Prairie). He is also a partner in Key Consulting Group Inc. in Calgary.

19


BRAVO!

Human dynamo < Capt Lohnes on the Petawawa River during a training session for cadets and officers before Central Region’s summer expedition.

“Anyone who knows Capt Cory Lohnes—cadet or CIC officer—pushes themselves to be all they can be no matter what they do,” says Capt Richard Zablocki, who nominated Capt Lohnes for Bravo! “That is the mark of a true leader.” Capt Zablocki adds that Capt Lohnes is dedicated, hard working and has the energy of a human dynamo.” Capt Lohnes is the Regional Expedition Training Officer for Central Region. He is also the Deputy Commanding Officer and Training Officer for 1944 (Electrical and Mechanical Engineers) Army Cadet Corps in Creemore, Ont., the corps that Capt Zablocki commands. Several officers endorsed Capt Zablocki’s nomination. “If you write a list of the most desired qualities of a CIC officer, you will find that you will have described Capt Lohnes,” says Maj Kimberly O’Leary, Commandant of Regional Cadet Instructors School (Central). “He is a model of what we want for our program as he always puts the cadets, the program and his fellow officers before himself. And he is the epitome of inspirational leadership.” “There are those who sit on the sidelines and those who make a difference,” says Maj Jacqueline Pepper, Regional Cadet Training Officer. “Capt Lohnes brings to mind the words passionate, enthusiastic, committed, driven, loyal and energetic,” she says. “You just have to attend an expedition exercise and you come away telling yourself “I believe” and support this program, thanks to officers such as Capt Lohnes.”

Capt Phil Lusk, a part-time instructor at the school who has known Capt Lohnes for more than 15 years, agrees. “Capt Lohnes has the natural ability to motivate cadets and staff, even when the conditions are far from ideal,” he says. “He can convince everyone that a onekilometre portage on a cold and wet day is actually fun.” Capt Melanie Lantaigne, an expedition instructor, has known Capt Lohnes for 10 years and claims he is a great role model for the army cadet community. “He leads by example, whether he’s paddling through rapids, encouraging a frightened cadet down a rock face for the first time, or organizing professional development training for his expedition training staff,” she says. “He works tirelessly to develop next expeditions and improve existing ones. You can count on him to lift your spirits, push your limits and help you face your fears and achieve your goals.” An expedition training officer with RCSU (Prairie), Capt Nicole Stark says Capt Lohnes is the voice, inspiration and motivation behind Central Region’s expedition program. “The tireless dedication and enthusiasm he shows towards the program, the cadets and his fellow

officers directly correlate to the extreme success of the region’s expedition training. “It would not be what it is without him.”

Service Capt Lohnes joined the Cadet Program as a cadet in the early 1980s and aged out as the cadet commanding officer of 1944 Army Cadet Corps. He returned to the program as a civilian instructor in 1995 after completing his university studies and became a CIC officer a year later. “I have been happily involved ever since,” he says. He has filled almost every role imaginable at 1944 Corps, including commanding officer, administration officer and supply officer. He has been the National Star Certification Exam Instructor for 11 years, the air rifle team coach for nine years, the officer of primary interest for the orienteering team and the same for the drill team for four years. He’s also the corps’ abseil instructor, range safety officer, basic canoe instructor, canoe trip leader, cold weather instructor and firstaid instructor. Capt Lohnes has been employed in numerous training support roles over the

“You can count on him to lift your spirits, push your limits and help you face your fears and achieve your goals.” …Capt Lantaigne 20

CADENCE

Issue 31, Spring/Summer 2010


years at cadet summer training centres. If “action” is implicit in an activity— from moving water trip leader to traverse/zip line officer—he’s been involved at various command levels. He was employed as part of the Canadian Cadet Tattoo 2000 team, 2005 International Army Cadet Expedition, 2008 National Domestic Expedition and 2008 National Air Gun Grand Prix. He was also head coach of the National Rifle Team to Bisley in 2009. Also, he has held various directing staff/senior instructor positions for countless courses at RCIS (C) since 1999 and has worked on numerous special projects.

Dedication Capt Lohne’s dedication is partly due to the fact that he genuinely believes in the “immeasurable, positive impact” that the Cadet Program can have on an individual’s life—whether cadet or CIC officer. He cites his own experience as proof. Although many components of his own education, training and employment (including as a secondary school teacher, college professor, corporate manager and recreational programmer) have contributed to his development, he credits training he received in the Cadet Program for developing his social and cognitive competencies as well as leadership skills. “We are a product of

<

<

Capt Lohnes explains to cadets a canoeing demonstration by Capt Christine Hannan and Capt Melanie Lantaigne on the Petawawa River during pre-expedition training.

all our experiences,” he says, “and we cannot distinguish where the experience ends and that product begins.” He says the frequent feedback that he and other CIC officers receive from former cadets—unsolicited gratitude and validation of the influence that the Cadet Program has had on their lives— continues to deepen his conviction that the Canadian Cadet Movement is incredible and being a CIC officer is a most rewarding opportunity. Capt Lohnes is especially convinced of the merits of adventure training and outdoor education. “There is no better place than the Cadet Program to help facilitate this kind of potentially life-altering personal development to the widest possible audience,” he says. Capt Lohnes has had so many great experiences in the Cadet Program that it is difficult for him to cite the best: Meeting, as a member of the national rifle team, His Royal Highness Prince Philip in 1988, or meeting him again last summer when he was the team’s head coach? Watching his corps’ regimental sergeant major compete, or seeing that same cadet appointed in 2008 as RSM of the cadet summer training centre in Borden, Ont., and again in 2009 (a first-time achievement for a cadet)? Watching, during the 2000 Tattoo, his cadet abseil team complete a flawless

Professional Development for Cadet Program Leaders

Capt Lohnes helps cadet Jesse Keann to maintain the camp fire in James Bay Frontier during Central Region’s inaugural 2008 winter expedition. free-drop descent from the rafters of the Copps Coliseum in Hamilton, Ont., or witnessing time and time again a cadet complete an abseil descent of a much smaller wall, just moments after saying “I can’t do it”? Former cadet Dolena Matthews, the RSM Capt Lohnes speaks of above, says Capt Lohnes is a mentor—a hand that catches you when you fall to lift you back up again. “He will never give you the answers,” she says. “Instead, he motivates you to find them. I don’t think I would be the person I am today without his guidance and support. And the only thing he expects in return is for you to do your best.”

Last word Capt Lohnes encourages other CIC officers to communicate as much as possible how they feel about the Cadet Program and its benefits, as well as their role in leading it. “Our lives change; our situations change. But as long as we still believe in the merits of this program and have a desire to remain part of it—in whatever capacity we are able to commit to at the time—then there is likely some option to do that. You don’t have to leave the system completely because you are not able to commit to the full requirement of a corps/squadron position.” All photos by Lt Diego Alvarez-Ossa.

21


OFFICER DEVELOPMENT

Lt(N) Paul Fraser

A first for professional development

<

Approximately 160 CIC officers attended the session.

Directing staff from regional cadet instructors schools across Canada congregated for the first time ever for an official professional development (PD) session. The event was a resounding success and underscored the enhanced role of PD in future CIC training. Approximately 160 CIC officers—including a substantial contingent from Director Cadets and Junior Canadian Rangers (D Cdts & JCR)—met in Rigaud, Que., between Dec. 1 and 5. Participants heard presentations on a variety of subjects, ranging from quality in the CIC training organization and updates on CIC training to current adult learning theory, experiential learning, CIC officer demographics and personal learning styles.

development and leadership” by MGen (ret’d) Paul Hussey of Kingston, Ont., Colonel-Commandant of the Cadet Instructors Cadre and a former Director General Reserves and Cadets (page 24). Other guest speakers included Dr. Alan Okros of the Canadian Forces College in Kingston, who spoke on “The adult learner and generational differences” and Ms Andréa Legros from the Royal Military College Saint-Jean, who spoke on “Coaching practices.”

Among session highlights was a presentation on “Professionalism, professional

Col Craig Fletcher, Director Cadets and Junior Canadian Rangers, briefed

participants on the “Physical fitness strategy for the CIC” and LCol Tom McGrath, CIC Branch Advisor, discussed “The challenges of youth leadership today”. The event included breakout sessions (using facilitators) on adult learning, coaching (in the context of directing staff) and assessment practices and tools. There were other sessions on facilitation skill-building, classroom management, use of multi-media in the classroom, group dynamics and mentoring.

We have to earn the right to lead, and once earned, we have a duty as leaders to ensure that we evolve to remain effective. …Capt Joni Jean, part-time instructor at RCIS (Central). 22

CADENCE

Issue 31, Spring/Summer 2010


“Proficiency without professionalism equals mediocrity.” …MGen Hussey, Colonel Commandant of the CIC Purpose of the event in the CIC is an ongoing journey and “The event was as an excellent opportunity for communicating internally, as well as to a wider stakeholder audience, a number of different aspects of CIC activities,” said Maj Richard Butson, responsible for CIC training design and development at D Cdts & JCR. “We also wanted to draw attention to the development of leadership through mentorship from the broader CF community.” Maj Butson said he hopes participants will communicate their experience to the wider CIC population.

Participant feedback

Capt Deveau said MGen Hussey’s point of “Read everything” also hit home. “As CIC officers, we don’t always have the opportunity to take extra training, or participate in professional development seminars,” he said. “So a lot of our development will come through reading, being involved and getting into the mode of life-long learner.” MGen Hussey’s presentation also hit a chord with Capt Joni Jean, a part-time instructor at RCIS (Central). She felt a key point was that professionalism with-

Capt Jean, who is also the supply officer at 822 (Tutor) Squadron in Breslau, Ont. and a familiarization pilot with the Southern Ontario Gliding Centre in Welland, Ont., adds, “Our accountability as CIC officers to enhance our professionalism does not end the moment we take off our uniforms, depart from a training course, or complete a ‘coaching moment’ with a cadet. It is our duty to work towards self-development, whether through a course, education outside the Cadet Program, or exposing ourselves to a wide range of experiences where we can learn and expand our knowledge. However, without professionalism, none of that matters.” She said what rung most true with her was MGen Hussey’s statement that “Proficiency without professionalism equals mediocrity.”

CIC officers had many opportunities to interact and work together during the PD session.

<

He said one of the messages he got was that these are exciting times as CIC officers have a pivotal role in the success of the Branch and of the Canadian Cadet Movement as a whole. “We are steering the CIC Branch through improved governance and improved personnel (human resource) policies. We have an active Branch Advisory Council and now we have our own colonelcommandant.”

Capt Jean says she appreciated the knowledge she gained in the areas of adult learning, including the theory of andragogy (learning strategy focused on adults) and the impact it has on how instructors teach courses. “Reflecting back on this in preparation for courses, has, I believe, enabled me to be better prepared for the classes I instruct at the RCIS.”

<

One participant who has passed on the messages to his peers and commanding officer is Capt Greg Deveau, a part-time instructor with the Nova Scotia Training Centre/Regional Cadet Instructors School (Atlantic) and the administration officer of 2444 (King’s County) Army Cadet Corps in Aldershot, N. S.

will not happen overnight. We have to earn the right to lead, and once earned, we have a duty as leaders to ensure that we evolve to remain effective. What one officer does will reflect either positively or negatively on the organization as a whole, so we all have an obligation to work collectively to improve the professionalism of the CIC.

Capt Deveau says the main message he came away with was, “Get ready for change. Don’t watch from the sidelines. Take an active part in the development of the CIC Branch.”

“A lot of our development will come through reading, being involved and getting into the mode of life-long learner.” …Capt Deveau, Nova Scotia Training Centre

Professional Development for Cadet Program Leaders

23


OFFICER DEVELOPMENT

Professionalism, professional development and leadership If you wear the uniform and accept the Queen’s Commission, there are consequences, said MGen (ret’d) Paul Hussey, the CIC Branch Colonel-Commandant, to a gathering of CIC officers last December in Rigaud, Que. He added, “The citizens of Canada and your colleagues in uniform expect professionalism.” Instructors Cadre has been very successful and professional. Collectively, CIC officers should take pride in the journey so far. • Now, building on this success, CIC officers need to be a part of the “transformational journey” that the Profession of Arms in Canada has embarked upon. • Your journey now is to enhance your professionalism and cement it firmly with both internal and external strategic communication.

<

MGen Hussey

In the Fall 2005 issue of Cadence, MGen Hussey, then Commander of the Canadian Defence Academy, told our readers, “The Government of Canada has handed the CF the job of running its only federally sponsored youth organization. The CF does that through its CIC officers…and I would expect—as would any parent in the country—a degree of professionalism within the CIC.” MGen Hussey seized the opportunity of the first professional development session organized by national directing staff to reiterate his views on CIC officer professionalism, professional development and leadership. Among his messages were the following: • At 100 years of service, the Cadet

• Your journey now is to enhance CIC leadership development to better prepare CIC members who accept the leadership and management responsibilities, commensurate with wearing the CF uniform and the successive rank associated with those increasing responsibilities.

Defining a ‘profession’ MGen Hussey described these characteristics of a ‘profession’: • It is an exclusive and identifiable group. • It has a theory-based body of knowledge. • It has a special responsibility to society. • It is governed by a code of ethics that is regulated by members of the profession, accepted as legitimate by society and internalized by members of the profession.

He described a strategic change in the CF’s approach to leadership since 1997. He said Duty with Honour: The Profession of Arms in Canada is the intellectual and doctrinal basis for all personnel and professional development policies in the CF. Quoting from the publication, MGen Hussey said members of the profession “possess a systematic and specialized body of military knowledge and skills acquired through education, training and experience, and they apply this expertise competently and objectively in the accomplishment of their missions.” They also share a set of core values and beliefs found in the military ethos that guides them in the performance of their duty and allows a special relationship of trust to be maintained with Canadian society. Sustaining the profession is “about leadership”, said MGen Hussey. It’s about policies and programs; professional development; history, heritage and tradition; and self-regulation.

The ‘new leadership’ MGen Hussey defined the ‘new leadership’ as “directing, motivating and enabling others to accomplish the mission professionally and ethically, while developing or improving capabilities that contribute to mission success.” Within the military context, that means accomplishing military objectives (developing skills and enabling initiative); projecting Canadian values (ensur-

CIC officers need to be a part of the “transformational journey” that the Profession of Arms in Canada has embarked upon. 24

CADENCE

Issue 31, Spring/Summer 2010


The professional body of knowledge for CIC officers is “youth development”, rather than “war fighting”. There are some important differences in the CIC context, but at the fundamental level a great deal applies to our CIC officers. He described effective CF leaders as having responsibility, expertise, identity and a professional ideology, all of which help them to: • Get the job done. • Look after their people. • Think and act in terms of the larger team. • Shape change and exemplify professional ideology in all they do.

CIC professional development “It’s not going to happen overnight”, said MGen Hussey of professional development. “It is a cumulative process, with members acquiring the necessary professional qualifications, identity and understanding over time.”

be mastered over a member’s career. “New members are first exposed to this body of knowledge, and as they progress, the common body of knowledge is expanded in breadth and in depth.” The professional body of knowledge for CIC officers is “youth development”, rather than “war fighting”. But all of the other elements of the professional development framework are the same, including a leadership and management foundation, the pillars of training, education, experience and self-development, and the pinnacle of “professional ideology” or “ethos”. MGen Hussey asked the question: “Is the Cadet Instructors Cadre at 100 years at a tipping point?” He believes it is important for CIC officers to consider this question. Why? “Now is not the time to rest on our laurels as we introduce quality noncommissioned officers and non-commissioned members into the program with the advent of the Cadet Organizations Administration and Training Service,” he said. “As the rest of the CF raise the bar of professionalism and leadership development, CIC officers need to ‘re-connect’ and reinvigorate their responsibilities—as both commissioned officers in the CF and as leaders of Canadian youth and other members of the program they will be supervising.”

<

ing professional and ethical conduct); looking after your troops (generating commitment and honouring the social contract); complying with federal legislation (ensuring transparency and accountability); and reflecting Canadian society (accommodating diversity). A number of CF publications provide a framework for leadership in the CF, including Duty with Honour; Leadership in the Canadian Forces: Doctrine; Leadership in the Canadian Forces: Conceptual Foundations; Leadership in the Canadian Forces: Leading People; and Leadership in the Canadian Forces: Leading the Institution.

From left, Col Craig Fletcher, Director Cadets and Junior Canadian Rangers; MGen Hussey; and Cmdre Roger MacIsaac, Director General Reserves and Cadets, answer questions from the audience during the senior leadership panel discussion.

must meet public expectations of consistent and exemplary behaviour and conduct—a requirement that can best be met by insisting and ensuring that Canadian military professionals are always seen to be performing their duty with honour.”

< Capt Fred Clancy, the officer in

charge of the New Brunswick Training Centre (CFB Gagetown) of RCIS (Atlantic) enjoys a presentation during the PD session.

“The public is certainly influenced by its perception of the military as competent in the execution of its roles,” added MGen Hussey. “From the perspective of Canadians, however, it is not only what the profession does, but how it does it. In other words, the profession

The Colonel-Commandant said the common body of knowledge that unifies all members of the profession must

Professional Development for Cadet Program Leaders

25


CADET TRAINING

Lt(N) Michael Randell

Exciting program ahead for senior cadets < As senior cadets, Sgt Michael Lanctôt, left, and FSgt Étienne Fournier take on more responsibilities with 643 Air Cadet Squadron in StHubert, Que. Here they lead a survival exercise. (Cadence photo by OCdt Dimitri Papadopoulos)

As the Cadet Program Update writing boards enter their final year, we are designing and developing training for fifth- and sixth-year cadets. Understanding what cadets between 16 and 18 years of age want and need is our driving force. Phase Five / Master Cadet / Proficiency Level Five will be a structured, yet flexible, and engaging program in which the cadets take on greater responsibility for their own learning and progression towards achieving the qualification. The training at this level is predominately on-the-job training (OJT) in which the cadets are assigned to and/or seek out practical opportunities to develop their own knowledge and skills. The design team took into consideration a number of factors when examining cadets at this level, including:

26

• They have increased demands on their time outside of the Cadet Program, such as work, school, sports and other extracurricular activities. • They are beginning to take on much more responsibility with regard to the operation of their corps/squadron. Duties may include planning, organizing and conducting activities, instructing classes and performing leadership appointments in administration, supply, etc. • Youth are more technologically integrated and globalized than ever before. • They are making the developmental transition from childhood to adulthood.

Phase Five / Master Cadet / Proficiency Level Five training follows a similar structure to previous years, with the deletion of some components and the addition of others better tailored to the cadets’ needs.

Mandatory training At this level, mandatory training exists only when required to explain concepts not previously learned and required for the cadet to perform on the job. Because these cadets have increased demands on their time, they need flexible training. Mandatory training contains less than 12 periods scheduled during corps/squadron training sessions.

Understanding what cadets between 16 and 18 years of age want and need is our driving force. CADENCE

Issue 31, Spring/Summer 2010


Two new Performance Objectives (POs) have been added: PO 513 (Attend Workshops) and PO 514 (Pursue Individual Learning).

cadet develops the ILP in consultation with the course officer / training officer and it must be approved by the corps/ squadron commanding officer.

PO 513 provides cadets with an opportunity to interact with senior cadets outside their corps/squadron and from all elements. Each workshop has been designed to be a half day (approximately four hours) in length and reinforces topics already introduced by the corps/ squadron training program. Regional cadet support units/detachments will facilitate the workshops at different times throughout the year for fifth- /sixthyear cadets, either locally or on a larger scaleâ&#x20AC;&#x201D;determined by each region. Regions may choose to configure the half-day workshops (as resources allow) into training days or weekends. Cadets must complete at least four workshops to complete the qualification.

Complementary training

PO 514 requires cadets to choose a cadet activity / program area and demonstrate that they have dedicated extra time and effort towards bettering their own skills/knowledge or contributing to that program area. The participation and/or performance requirements are defined by the cadet through an Individual Learning Plan (ILP). The

Complementary training at this level exists as it did in the previous four years of the Cadet Program; however, it takes the form of self-study packages designed to be completed over three periods (90 minutes). Cadets are required to finish a minimum of three packages to complete the qualification. Eight self-study packages cover common topics and six self-study packages contain elemental content.

OJT OJT provides cadets with practical opportunities to continually develop knowledge and skills in the areas of leadership and instructional techniques. To help cadets be successful in the qualitative assessments related to the performance objectives for leadership and instructional techniques, ample and programmed opportunities must exist for the cadet to apply this knowledge and practise these skills.

On-the-job practical requirements (OJPR) Assessment at this level takes the form of an OJPR package consisting of both qualitative and quantitative assessments related to specific performance objectives. Cadets are responsible for completing these assessments as their own personal schedule allows and taking into consideration other commitments and activities at their corps/ squadron.

OJT [on-the-job training] provides cadets with practical opportunities to continually develop knowledge and skills. One example of an OJPR qualitative assessment would be completing as a group (with other fifth- / sixth-year cadets) a leadership project where they conceive, plan and carry out a training exercise for the corps/squadron. An example of an OJPR quantitative assessment would be completing a minimum number of hours of community service to complete the qualification.

Logbook As this level is intended to be largely self-directed in nature, the cadets will be given a tool to help guide and track their own progress. The logbook serves as both an aide-memoire and personal log. The content of the logbook includes a summary of information regarding assessment requirements for OJT and OJPR, as well as checklists to track the completion of these requirements. A calendar is included so the cadet can effectively manage their time by recording cadet commitments as well as school, work and other activities. One hope for the Phase Five / Master Cadet / Proficiency Level Five program is that it provides an engaging experience for senior cadets and improves retention at that level. The updated level training begins in September of 2012. Lt(N) Randell is the team leader of the Phase Five / Master Cadet / Proficiency Level Five writing board.

< Many senior cadets, like WO2 Evan Reis, shown here inspecting cadets at 845 Air Cadet Squadron in Mississauga, Ont., have part-time jobs and increased demands on their time. (Photo by 2Lt Jamie Larner)

Professional Development for Cadet Program Leaders

27


BEST PRACTICE

“Reasonable accommodation” reaps rewards

Cystic fi f brosis is like drowning on the inside. This training year, 9 Army Cadet Corps in London, Ont., has reaped unexpected rewards from fulfilling its ‘duty to accommodate’ a 14-year-old cadet with cystic fibrosis. In recent issues, Cadence has run a series of articles on the ‘duty to accommodate’ which, under human rights law, obliges us—as far as is reasonable—to accommodate cadets under various protected grounds. One of those protected grounds is physical disability, defined as any physical condition of an ongoing and permanent nature that has an impact on a person’s mobility, ability to participate, or appearance. In some instances, accommodating these cadets can be difficult for a corps/ squadron. In the instance of 9 Army Cadet Corps, it was a blessing. Not only have the cadet and his family benefited greatly, but so has the corps. The cadets and staff have bonded in a common goal, bringing them together as family. The experience has also personalized citizenship for the cadets, helping

them recognize the enormous impact they can have by helping others in the community.

Where it began Last summer, the cadet was diagnosed with advanced cystic fibrosis. Consequently, he was unable to attend summer training as planned. Capt Jason Burgoin, the new corps commanding officer, met with the cadet and his parents several times in the weeks to follow. Capt Burgoin had done some research on cystic fibrosis but wanted to know specifically what the cadet was going through and how the disease would affect his involvement in regular training or field exercises. He also wanted to know how his staff could assist the cadet.

Capt Burgoin then met with corps staff to discuss how they could help so that the cadet could continue to participate as much as possible in the full cadet program.

Accommodation The cadet takes a lot of medication and must use a respirator twice daily for 30 minutes. Nevertheless, he is able to take part in all mandatory and optional training. Sometimes, he is embarrassed by his coughing bouts, but his star-level instructor allows him to excuse himself, get a drink of water and calm down. The cadet participates in sports and the army cadet fitness test, pushing himself to his personal best. Staff members do not dictate how many push-ups he has

The cadet takes a lot of medication and must use a respirator twice daily for 30 minutes. 28

CADENCE

Issue 31, Spring/Summer 2010


“These are all small accommodations to allow him to participate like everyone else.” …Capt Burgoin to do, or how far he has to run; that is dictated by how the cadet is feeling. He is allowed to sit out of an activity when needed, but may be asked to do another activity instead. A passionate drummer in the corps’ pipe and drum band, the cadet rarely misses a weekly band practice because he is not feeling up to it. When planning an event away from the unit, or a field exercise, staff schedules enough time in the morning or at the end of the day for the cadet to take his medication. Sometimes, the cadet is wakened before the other cadets to allow him privacy for his treatment, or to ensure he won’t feel rushed. Staff members also make backup emergency plans beforehand and encourage the cadet to be honest about his limitations. “As staff, we are more vigilant, without being overprotective, especially during physical activities or in the field,” says Capt Burgoin. During March break, the cadet participated in a four-day hike on the Bruce Trail—part of the expedition portion of the Duke of Edinburgh program. “We had a detailed emergency plan, equipment we would not normally bring and

a power source for the cadet’s medical equipment,” says Capt Burgoin. “These are all small accommodations to allow him to participate like everyone else.” As well, the cadet’s father went along to help out. “The family are big supporters of the Cadet Program and want their son to take part as much as he can,” says Capt Burgoin. “They have no problem getting involved.”

Going beyond A concern of the family was that their son missed summer training last year and because of this, would be unable to attend camp in future years. Approached by Capt Burgoin, the corps’ sponsoring committee agreed to pay for the cadet’s attendance at a two-week Leaders in Training camp at Peacekeeper Park located north of Aylmer, Ont. The Park conducts adventure camps for physically, mentally and behaviourally challenged teenagers. Capt Burgoin says the cadet has touched his life and that his courage has been remarkable. “He sets high goals and strives to accomplish them in any way possible. I’m honoured to have him as one of my cadets.”

A step beyond Chest physiotherapy (CPT) is part of the cadet’s daily routine. This can be done manually, but even better is something called a ThAIRapy vest. The vest helps to break up the mucus that coats the lungs of someone with cystic fibrosis. A pulse generator delivers air to the vest, which vibrates the chest and clears the lungs. It has been found to be more effective than CPT in clearing mucous and can be done without the aid of another person (www.cystic-l.org/handbook/ html/physical_therapy.htm). It weighs only 30 pounds, is quiet and perfect for travelling. Its cost is $16 000! Capt Burgoin decided to host a benefit dinner and silent auction to raise money to help buy the vest for the cadet. The alumni association, sponsoring committee and Branch 317 of the Royal Canadian Legion endorsed the idea and helped make it happen. Cadets helped plan the event and sell tickets. Organizations were called for donations. About 120 people gathered for the March 20 benefit, when the corps presented a cheque for $11 000 to the family on behalf of the corps, citizens of London and others touched by the cadet’s story. One staff member, 2Lt Vikky Broad, was an impetus to raising funds. She said if the cadets raised $2000, they could shave her head. “2Lt Broad is now walking around with a bald head,” says Capt Burgoin. “We could not have done this without her. She is a dedicated CIC officer and cares deeply for the affected cadet and the other cadets.” “The corps is not done with raising awareness and funds for Cystic Fibrosis,” says Capt Burgoin. We are now planning to form a team of reservists and cadets who will participate in the Great Strides Walk for Cystic Fibrosis on May 30.”

Professional Development for Cadet Program Leaders

29


TRANSFERABLE SKILLS

Bringing professional skills to the Cadet Program—Part 2 Transferable skills are not specific to one particular type of job. They can be applied to a variety of different jobs or tasks. You may have developed transferable skills through your work experience, school, volunteering, hobbies or life experience. You may have developed them through Cadets. In the last issue, we introduced six CIC officers who have acquired skills on ‘civvie street’ that benefit the Cadet Program. In this edition, we introduce four more whose transferable skills contribute to their leadership success.

Maj Bob Mackay Fredericton, N. B. Area CIC Officer (Air), New Brunswick Banker Maj Mackay has been a banker for 27 years. During that time, he says, he has learned a lot about human resource management, business performance and performance management. He says the skills he has learned through his civilian employment helped him set goals for local staff, which he believes are key to corps/squadron success. His skills have also helped him communicate and set benchmark measurements to define squadron successes. What he learned about performance management as a banker—dealing with and recommending corrective action, as well as understanding and coaching to correct action—has also been useful in the Cadet Program. “That gave me the tools to sit and discuss performance and in a few cases, gave me the experience to deal with performance issues and ensure that I dealt with them according to Cadet Program regulations,” he says. As well, the skills Maj Mackay learned related to business performance— business planning, budget management, market analysis, recommending areas to expand the banking network and recommending areas to reduce the business footprint—are all helping him as an Area CIC Officer. “I am able to provide advice to the detachment commander concerning potential areas where we might want to consolidate operations, or provide a business case to relocate squadrons or expand, based on changing demographics,” he says.

Maj Mackay has developed a number of business skills in his work with the Royal Bank of Canada.

30

<

CADENCE

Issue 31, Spring/Summer 2010


Capt Jerry Firth CO, 225 (Taber Comet) Air Cadet Squadron, Taber, Alta. Child and youth-care worker

“My counseling experience plays a big role in scenarios where cadets have

<

In the school system, Capt Firth helps students develop life and social skills that help them sustain a healthy lifestyle. Much of his focus is on students with emotional behaviours, who struggle with everyday life settings.

Capt Firth at work.

concerns,” says Capt Firth. “I use my skills to deal with the situation without bias and to keep the situation controlled and calm.” He directly supports the squadron’s Unit Human Rights Advisor when the officer is concerned or uncertain about how to manage a situation. “The most beneficial skills I have acquired in my civilian career are patience, acceptance and understanding,” he adds. “Since most of the students I deal with have highly emotional behaviours, I need to be cool at all times, accept them and understand their situation. I use these skills as often as they are needed in the Cadet Program. These are skills that cadets, staff and parents most appreciate, as they ensure a calm environment that is conducive to the growth of youth.”

Capt Margaret Martin Administration Officer, 9 (London) Army Cadet Corps, London, Ont. Regional Field Officer, Duke of Edinburgh’s Award Capt Martin has held a variety of local and regional positions in Cadets, including Area Cadet Advisor (Western Ontario Area). She is also a former administrative assistant, Province of Newfoundland, and a former information officer, Junior Forest Warden Program. “I bring many life skills from my civilian life to my work as a CIC officer,” says Capt Martin. “During my civilian career, I have developed skills in administering and delivering youth programs, good public relations skills and great interpersonal skills.” In her current position, she works with youth from a wide demographic. “This gives me a unique perspective on how best to engage with youth at many levels, from at-risk youth, to youth in the justice system, to many school groups, Scouts, Girl Guides and other community groups and agencies.” Of course, everything she learns can be applied to cadets. Whether in Cadets, or in her civilian life, she enjoys championing youth achievement. And no matter what the circumstances, Capt Martin thinks the most important thing that youth care about is not necessarily how much you know, but that you care about them.

Capt Martin worked with cadets from 2697 (Brussels) Army < Cadet Corps last October in her role as regional field officer with the Duke of Edinburgh’s Award.

Professional Development for Cadet Program Leaders

31


TRANSFERABLE SKILLS Capt Cynthia Munro CO, 810 (Grant McConachie) Air Cadet Squadron, Edmonton Training and Development Specialist, Staff Learning and Development, University of Alberta In a perfect example of how transferable skills go back and forth between Cadets and civilian life, Capt Munro’s position as a Unit Human Rights Advisor (UHRA) in Cadets led to her employment until recently with the Office of Human Rights at the university. That civilian employment increased her knowledge in the areas of human rights law, case precedence and the duty to accommodate which, in turn, enhanced her role as the UHRA. Her skills also make her a more astute CO and help her lead in those areas, including writing recent articles for Cadence on the duty to accommodate diversity in Cadets. Capt Munro holds a Certificate in Conflict Management, which comes in handy for finding collaborative methods to handle issues among cadets, staff and parents. This has also helped her develop a seminar for senior cadets on managing conflict, which she says has made a big difference in her cadets’ behaviour. She applies what she has learned in her civilian job about leadership and staff training to leadership training for senior cadets. “My knowledge of training and development helps me understand how to make the most of cadet training,” she says. And her understanding of organizational culture has led her to strive for a respectful and inclusive unit with high morale and strong achievement. “My civilian career has helped me develop relationships and influence using a combination of collaboration and direction, to get maximum buy-in, feedback and eventually, results,” concludes Capt Munro.

< Capt Munro

32

<

at the University of Alberta.

CADENCE

Issue 31, Spring/Summer 2010


OFFICER DEVELOPMENT

Bob Robert

<

Managing squadron finances A definite hallmark of an excellent sponsoring committee, and therefore of an excellent squadron, is its competent handling of the squadron’s financial responsibilities. These responsibilities go beyond the 2005 Leagues/DND MOU (section 5.2.7) which states: “The intent of this section is to ensure that all money coming to the corps/squadron is assembled into one account controlled and administered by the sponsoring committee/Branch. Reporting of funds must be transparent and available to all stakeholders.”

Big business These days, most squadrons’ finances are (and should be) relatively big business compared to prior eras. While the annual expenditures (and revenues) for all squadrons across the nation averages just short of $30 000 and there are

still some squadrons with numbers below $10 000, many squadrons surpass the $100 000 mark. These are usually big squadrons with sponsoring committees that operate licensed bingos, but a significant number still surpass $75 000 without bingo operations. Squadrons, through their sponsoring committees, receive government grants/funds, have significant revenue from tagging and other lucrative fundraising projects, and own buildings etc. Some sponsoring committees are incorporated and many are registered charities. All this to say that obligations and responsibilities related to financial

matters are great and need competent and timely handling, not only to satisfy the legal / statutory / government and League requirements but also to serve the squadron program and cadets best.

Financial responsibilities The financial obligations and responsibilities rest largely—but by no means solely—with the sponsoring committee treasurer. They are also charged to the chair and the entire sponsoring committee, which need the co-operation of the commanding officer (CO) and squadron staff.

Capt Sylvain L’Heureux, CO of 1 (Montreal West) Air Cadet Squadron, and Della Robertson, the chairperson of the squadron’s sponsoring committee, hammer out details of the squadron’s proposed 20102011 budget. (Cadence photo by OCdt Dimitri Papadopoulos)

The sponsoring committee treasurer seeks CO input on the projected training program for the next year. continued on page 34

Professional Development for Cadet Program Leaders

33


OFFICER DEVELOPMENT

The squadron CO and key staff must keep the sponsoring committee and treasurer informed. continued from page 33

Responsibilities consist of: - Planning, prioritizing and budgeting - Raising funds - Managing and safeguarding the funds and assets - Providing advice - Producing reports - Maintaining files and archives.

Financial planning Planning is often left too late in a volunteer organization. As a result, key people often can’t be available as required, or source information is not there or developed. An event, activity or program without proper planning is likely to falter, if not fail. The corrective measures are to plan well in advance and follow up. The budget is the ultimate and primary overall planning tool. Ideally, here’s how the process should work: • Prior to April: The sponsoring committee treasurer seeks CO input on the projected training program for the next year. This may be done during regular sponsoring committee meetings, which the CO and key staff attend, or during a separate meeting, called by the CO. • April sponsoring committee meeting: The treasurer presents a draft budget, preferably already including the CO’s inputs. A treasurer who does not receive the CO’s inputs in advance should still bring a budget draft with anticipated and updated cost components for training, optional activities, facilities, support costs, assessments, honours and awards, required and attainable revenues from various sources and so on. (This is possible as squadrons largely repeat many activities from year to year.) The draft budget is

34

then discussed and refined to include missing elements between this meeting and the next. • May meeting: The treasurer presents a second draft budget. If complete and agreed to, sponsoring committee members vote upon and accept it. Although the CO and key staff do not vote, they do take part in deliberations leading to the vote. A good working relationship is important. If the budget still needs refinement, however, the vote is not held until the next meeting, and work continues. • June meeting: The treasurer presents the latest draft budget for final approval. From that approved budget, planning can then proceed to execute the training program and activities and to raise funds (see sidebar on fundraising). • Ongoing follow-up: The line items in the budget should correspond to the line items in the Air Cadet League Sponsoring Committee Annual Financial Report (Form ACC9). It is possible for the treasurer to present instant ‘how-goes-it’ budget data at every sponsoring committee meeting so that activities (expenditures) and/ or fundraising (revenues) can be adjusted as required. The CO and key staff attend and are fully involved in the process. This participation is not only important for the successful delivery of the program, but also because the CO signs the annual report as having read and understood it.

Managing funds The treasurer, with the sponsoring committee, must safeguard and manage funds appropriately. This includes investing, guarding against unwise deficits and building a reserve for rainy days. Provincial Committee directives as well as the Air Cadet League Policy and Procedures Manual are the source documents on this subject.

Providing advice The squadron CO and key staff must keep the sponsoring committee and treasurer informed so that the latter can provide the ongoing necessary financial advice to the committee and squadron.

Producing reports and maintaining files The treasurer must produce required claims (or assist the CO for DND claims) and filings and maintain required squadron financial and statutory files and archives. These include internal financial reports, Revenue Canada registered charity filings as applicable, corporation filings as applicable, GST Rebate claims as applicable, etc. Lastly, the treasurer must be prepared to do an orderly handover to a successor when the time comes. The financial obligations and responsibilities at a squadron are, for most squadrons, comprehensive but must always be met. They need due attention and competence by all, but by the sponsoring committee and the treasurer in particular. That competence is a key component and hallmark of a successful squadron. Successful squadrons do right for their air cadets. Congratulations to those squadrons that measure up! Bob Robert is a Vice-President and the Treasurer of the Air Cadet League. He also serves as chair of the League’s Finance Committee and is the treasurer of the sponsoring committee for 2 (VandenBos) Air Cadet Squadron in Whitby, Ont.

CADENCE

continued on page 35

Issue 31, Spring/Summer 2010


continued from page 34

Fundraising When it comes to raising funds, the sponsoring committee—with the help of the CO, staff, cadets, parents and even outside supporters—has a myriad of methods to choose from and/or develop. As ‘Air Cadets’ is a community-based program (mostly local but also provincial), so is fundraising. What works best depends on the following: •

Your community (urban or rural, wealthy or not, ethnicity, competing fundraisers, presence of service clubs, etc.);

Your own people’s willingness and imagination;

Your internal and external people’s connections (work place or social);

Your squadron’s integration into the community; and

Your public relations success

Major reported fundraisers go from ‘tagging’ (big in Ontario), to lottery/gaming proceeds or other government grants (in a few provinces), to Air Cadet League Provincial Committee (PC) lotteries, to participants’ contributions. The sponsoring committee plans tagging weekends and lottery ticket campaigns. Those who don’t have access to the ‘majors’ in fundraising display an incredible collective resourcefulness, imagination and drive in fundraising. Here are some of the scores of fundraising projects: Renting out tables and chairs

Raffles: Disney trip, trailer, car

Staffing concessions at fairs or the local stadium

Delivering phone books

Sales of Easter chocolate, calendars, puzzles, poinsettias, geraniums, mums, chickens, sausages, cookies, Avon, Regal, toilet paper, light bulbs or batteries

Christmas tree concession manning

Alumni club

Ducks Unlimited sandbagging

Parents’ dance

Staging a play or talent show

Producing and selling a squadron cook book

Hosting a pancake breakfast, crab dinner, BBQ

Garage sale, used books sale, bake sale, wine barrel sales

Bottle drive

Grocery bagging

Silent/live auctions

Coat checking

Trap shoot, turkey shoot

Ball hockey tournament, bowl-a-thon

Gift wrapping

A common fundraiser is selling lottery tickets. Here, Sgt Françis St.-Pierre, from 729 (Salaberry) Air Cadet Squadron in Valleyfield, Que., sells Lotto Quebec tickets to help raise funds for the squadron (Cadence photo by OCdt Dimitri Papadopoulos)

<

Let your imagination and opportunities drive your fundraising! The CO and appropriate staff must always provide supervision when cadets are involved in fundraising activities; otherwise it is not required. But good co-operation on ideas and campaigns is always welcome.

Professional Development for Cadet Program Leaders

35


CADET TRAINING IN NEW ZEALAND

<

New Zealand cadet activities will be assessed against the appropriate NZQA unit standards towards the National Certificate in Cadet Forces.

Maj Bill Carruthers (NZCF)

National recognition for cadet training New Zealand Cadet Forces (NZCF) has taken a novel approach to the challenge of recruiting and, more importantly, retaining cadets. The NZCF has developed a National Certificate in Cadet Forces at Level Two. The certificate has been approved by the New Zealand Qualifications Authority (NZQA)—the Crown entity (established under the country’s Education Act 1989) that seeks to ensure that New Zealand’s education qualifications are accepted as credible and robust, nationally and internationally. National qualifications give recognition and credit for standards-based knowledge and skills.

The new National Certificate in Cadet Forces is designed around the existing three-year training programs for the three Corps (navy, army, air) that constitute the NZCF. The NZQA approves and audits all national qualifications. These are assigned levels between one and 10. For example, a NZQA Level-One Qualification has been designed for 16-yearold students within the New Zealand education system, using existing syllabi; a university doctorate, on the other hand, is at Level 10.

Effects on the NZCF The incorporation of the National Certificate in Cadet Forces is having a number of effects on the NZCF. • NZCF officers involved in instruction are re-visiting their instructional skills and undertaking NZCF-sponsored courses to gain nationally recognized qualifications in education and training. This is critical to the credibility of the ability of the NZCF to offer the new national certificate.

Cadets now know that they are being assessed by the same assessment tools as other cadets, regardless of where they live. 36

CADENCE

Issue 31, Spring/Summer 2010


• The three-year training program of each Corps is being rewritten to identify areas pertinent to the national certificate, as well as subject areas taught outside the parameters of the qualification. • To ensure consistency of assessment, headquarters is developing common assessment tasks across the qualification. These assessments will be moderated by specifically trained NZCF personnel accepted by NZQA as approved assessors. • NZCF is developing units of learning, audited by NZQA, in areas commonly delivered in our training program for which no nationally audited learning units previously existed. Foot drill and knowledge of the New Zealand Defence Force are examples.

What does this have to do with cadets?

Although the certificate program is not yet fully incorporated into NZCF cadet units, we recognize positive spin-offs: • Training at cadet units is becoming far more focused on well-defined objectives. This has given instructors an unambiguous idea of what is required, and cadets have commented that they have a much clearer idea of why they are learning a particular body of knowledge or skill set. • Cadets now know that they are being assessed by the same assessment tools as other cadets, regardless of where they live. To a teenager the sense of being treated fairly is a powerful factor in their character. • The NCZF recognizes that young people today seek more tangible rewards for their efforts, rather than such time-honoured offerings as “It is good for you” or “You will enjoy

We can now offer a national certificate incorporating approximately 70 percent of our three-year training program. Our cadets can now gain formal recognition for their learning at a cadet unit, where previously, it went unrecognized by the education system

the experience”. Cadets can now gain something that has direct relevance to their formal education and which will be recorded on their Record of Achievement. This record, maintained by the NZQA, is a record of all national standards and qualifications that a person achieves during their lifetime. • More potential cadets may walk through the doors of the NZCF in the knowledge that they can gain credits towards their NZQA Certificates (levels one and two). They will need to spend three years with the organization to gain the full benefits of the program. This should have a positive impact on retention. Maj Carruthers is the Staff Officer (Education) at Headquarters NZCF in Wellington, New Zealand.

< Cadets must

spend three years with the NZCF to gain the full benefits of the certificate program.

For example, a 16-year-old high school student taking a year-long course in geography can gain 24 credits at Level One if they are successful. Students need 80 credits to gain their NZQA Level One Certificate. Now, students can earn some credits toward their required total (levels one and two) while serving with a cadet unit.

Canadian comparisons The fact that education in New Zealand is a national responsibility makes it easier for the NZCF to develop a National Certificate in Cadet Forces. That cannot happen in Canada, where education is a provincial responsibility. In Canada, however, the Air Cadet League, in particular, has championed the cause for Canadian cadets to receive high school credits for what they have learned in Cadets. Now, in many provinces across Canada, local or summer training can help cadets earn credits towards their high school diploma. In Canada, credits are earned under the broad title Prior Learning Assessment and Recognition (PLAR) or the Challenge Process. For the most up-to-date information on PLAR in Canada, visit www.capla.ca or www.cicic.ca. You may also want to visit www.aircadetleague. com/en/joinus/joinasacadet/, which discusses education credits by province, with contact information. At the same time, it is interesting to note that the NZCF is moving in a similar direction to the Canadian Cadet Movement. Under the Cadet Program Update, we have more national standards for cadet training and a tri-service policy on cadet promotions so that every cadet is assessed and promoted against the same criteria. As well, we are moving towards a national standard for CIC training.

Professional Development for Cadet Program Leaders

37


VIEWPOINT Lt Diego Alvarez-Ossa

<

Lt AlvarezOssa and Grade 11 student MCpl Dominic Watson of 2814 (Hamilton Service Battalion) Army Cadet Corps in Hamilton, Ont., during the service.

Helping Remembrance Day “grow like poppies” Last Nov. 11, an interesting article appeared in The Globe and Mail, titled “Why is Nov. 11 blooming?” The article pointed out that Canadians have a growing interest in Remembrance Day, which is “growing like poppies”. With summer approaching, this may seem a strange time to publish an article on the subject of Remembrance Day. However, with the Fall issue dedicated to the commemoration of the 100th anniversary of the Cadet Instructors Cadre, this is my last opportunity to discuss the subject within these pages before this Nov. 11. As commissioned officers and youth leaders in the Cadet Program, we (with our cadets) often commemorate Remembrance Day through our participation in local ceremonies and parades. For us, Remembrance Day is a significant event. Many others, however, don’t have the same opportunity to connect Remembrance Day to their current lives. For

students especially, Remembrance Day may not be as meaningful or relevant. Abandoned poppies ‘growing’ on the hallway floors of many secondary schools can be a sad witness to this. On Nov. 11, 2009, I had an experience that made me believe that we have a part to play in helping Remembrance Day bloom like poppies at our schools. At the same time, we may also help our corps/ squadrons blossom with new cadets.

Remembrance Day service Last November, I was teaching at St. Jean de Brébeuf Secondary School in Hamilton, Ont. On Nov. 11, I was joined by a music teacher at the school (a retired Reserve Force officer) and two students

(who are also cadets) to perform an almost one-hour long Remembrance Day ceremony before a crowd of more than 2000 students and staff. The cadets and I marched, stood at attention, saluted and removed our headdress during the national anthem, last post and réveillé, while the other officer played the bugle. We ended the service with one of the cadets laying a wreath in memory of those who have given their lives for this country. Unbeknownst to us, the school board’s Director of Education attended. To our surprise, she spoke to the crowd saying that this Remembrance Day assembly was the most relevant and meaningful she had witnessed over the years. Why? She said our contributions (officers who

In the days that followed, I noticed significantly fewer poppies on the hallway floors. 38

CADENCE

Issue 30, Winter 2009/2010


â&#x20AC;&#x153;Contact a school in your community and volunteer yourself and your cadets to participate in the 2010 Remembrance Day assembly.â&#x20AC;? â&#x20AC;ŚLt Diego Alvarez-Ossa were teachers at the school and cadets who were students there) had made the celebration not only about our past but also about our present and future. She ended her speech by saying that the Canadian Cadet Movement is an excellent opportunity for both teachers and students.

air cadet and sea cadet opportunities. By the end of the day, I had distributed a fair amount of pamphlets and had left an abundant stack of them in the Student Services Office for future consideration.

Seizing the moment

In the days that followed, I noticed significantly fewer poppies on the hallway floors. This may have been because they had been cleaned up by the custodian, or because no more poppies were being distributed now that Nov. 11 had passed. But I would like to believe that it was partly because the Remembrance Day assembly had a positive impact on the school.

That day, I used my laptop and digital projector (normally used to further curriculum objectives with students) to inform my students about what I do as a CIC officer in the Cadet Program. I told them about expedition training, showed them my regional and national expedition videos, and told them about the upcoming international army cadet expedition to the Mount Everest region of Nepal. I also told them about

In the next few weeks, many interested students approached me requesting more information about joining Sea, Army and Air Cadets. Depending on their age and grade, I recommended that they consider joining as cadets or as CIC officers. In every instance, I told them about various local corps and squadrons and distributed more pamphlets and bookmarks with the link to our national cadet website.

The cadets were especially pleased to hear her comments as this was the first time they had shared their cadet life with their school. Needless to say, their principal and teachers were also impressed with their sharp performance.

Remembrance Day 2009 was a positive experience for me, the cadets, and the school. If you have not already done so, I encourage you to contact a school in your community and volunteer yourself and your cadets to participate in the 2010 Remembrance Day assembly. Most importantly, Remembrance Day is an occasion to remember our fallen soldiers. But it is also an opportunity for us to make the celebration more meaningful and relevant to others. Finally, it is also an opportunity to share our role as youth leaders in the Cadet Program and give elementary and secondary students the information they need to decide if they want to be a part of this extraordinary program. Lt Alvarez-Ossa is currently an officer with the Regional Cadet Support Unit (Central) Expedition Cell and volunteers at various cadet corps in the region. He is also an Ontario-certified teacher completing his Master of Education degree at the University of Toronto.

<

School Principal Mark Daly and Director of Education Patricia Amos show their appreciation following the assembly.

Professional Development for Cadet Program Leaders

39


OFFICER TRAINING

LCdr Darin McRae

Improving CIC training: How well are we doing? The job of the CIC Training Organization is to ensure that every CIC officer is offered high quality, dynamic, consistent and relevant training—when it is needed at a location that provides the best balance between trainee availability and resource economy. To accomplish this, the CIC Trg Org created a Master Implementation Plan (MIP) that has been guiding the organization for more than four years. The good news is that many of the MIP’s objectives have been accomplished and others are nearing completion, according to LCol Tom McNeil, Senior Staff Officer in charge of Personnel Policy and Training at Director Cadets and Junior Canadian Rangers (D Cdts & JCR). The MIP tasks and goals feed the six goals of the organization.

Quality Management Framework (QMF) The organization is half way through developing and implementing a QMF. This includes creating and putting into place a process for continuous improvement and a cyclical review process for strategic change. National course evaluation tools have been developed and implemented, with the future including electronic critiques.

National partnership The organization has identified its partners (D Cdts & JCR, regional cadet support units and regional cadet instructors schools, and each of their responsibilities (who does what). It has clearly identified its clients (officers on training and employers of these officers) and stakeholders. Training management processes have been mapped to better deliver the various tasks within the organization.

40

Single national standard To ensure a single national standard, the CIC Trg Org has adopted the CF Individual Training and Education System and developed national course control documentation for regional training. This has included, among many things, designing and developing training plans and instructional guides and conducting trials. The organization has established an indepth program evaluation process and has started working on a common validation process to ensure effective training. These activities ensure that trainees have the knowledge and skill sets to do their job.

Optimization of resources The CIC Trg Org has designed a ‘national production model’, which plans the numbers of officers to be training per year on various courses, as well as associated costs. A national training directive authorizes CIC training. This directive includes a training schedule and outlines means of training delivery (such as weekend training and distributed learning).

Enhancement of organizational flexibility

amendments to the national schedule, to identify and respond to extraordinary changes in the demand for training (a demand for new training or more training in a specific area, for instance) and to access a pool of accredited instructors.

Equitable access to CIC training The organization has completed about 75 percent of the work needed to create and distribute national policies for CIC training delivery. This includes distributing the course loading process to cadet corps and squadrons and creating processes to identify needs and issues related to training access.

Updating the MIP An updated MIP will be submitted for approval in late 2010 and will cover the period beginning April 1, 2011 and ending in March 2016. The new MIP will take into account inputs from: the CIC Trg Org’s Unit Morale Profile survey, focus groups on defining quality, the CIC Trg Org’s Quality Action Plan, an updated environmental scan, a performance management update, DND’s Strategic Review, and results from a client and stakeholder survey to be conducted this year. LCdr McRae, Staff Officer Personnel Training Co-ordination at D Cdts & JCR, is responsible for monitoring the MIP.

To enhance the flexibility of training, the organization has made great strides in creating processes to make timely

CADENCE

Issue 31,Spring/Summer 2010


Perfectionnement professionnel pour les leaders du Programme des cadets

Relier les points Cible estivale pour le réseau étendu Simulation aérospatiale Instruction facultative en haute technologie Perfectionnement professionnel Pour les enseignants

Numéro 31

Printemps/Été 2010

Colonel commandant : « Le CIC en mode de transformation »


DANS CE NUMÉRO 12

14

Instruction aérospatiale facultative par simulation

13

Réorganisation du système FORTERESSE en septembre Une version plus conviviale de FORTERESSE ajoutera de la valeur à vos tâches et améliorera votre environnement de travail.

18

Indication claire de la voie de l’avenir N’attendez pas un an pour évaluer votre rendement par rapport aux priorités les plus critiques de votre corps/escadron. Fixez-vous des objectifs sur un horizon de 90 jours qui vous aideront à atteindre vos objectifs échelonnés sur un an. Maj Robert Craddock

24

Professionnalisme, perfectionnement professionnel et leadership Les citoyens du Canada et vos collègues militaires comptent sur votre professionnalisme. Ce message est l’un de ceux que le Mgén Paul Hussey, nouveau colonel commandant de la Branche du CIC, veut transmettre aux officiers du CIC.

28

L’« adaptation raisonnable » récolte les bénéfices Le Corps de cadets de l’Armée 9, London (Ont)., a récolté des bénéfices inattendus après avoir rempli son « obligation de prendre des mesures d’adaptation » à l’endroit d’un cadet de 14 ans qui souffre de fibrose kystique.

30

Fournir des compétences professionnelles au Programme des cadets – Deuxième partie Quatre officiers du CIC examinent comment ils mettent les compétences acquises dans leur emploi civil au service du Programme des cadets.

33

Gestion des finances des escadrons La marque d’un excellent comité de répondants est sa gestion compétente des finances d’un escadron. Un vice-président et trésorier de la Ligue des cadets de l’Air discutent de la planification et de la gestion des finances et des collectes de fonds pour l’escadron. Bob Robert

Les cadets de Breslau (Ont.) bénéficient d’un programme passionnant d’« Instruction aérospatiale facultative par simulation » dans une installation dernier cri ouverte aux cadets de l’Ontario.

Une première pour le perfectionnement professionnel

22

En décembre dernier, les dirigeants des écoles régionales d’instructeurs de cadets se sont réunis pour une séance de perfectionnement professionnel (PP) à Rigaud (Qc). Le rôle accru que jouera à l’avenir le PP dans l’instruction du CIC a été l’un des thèmes de la réunion.

36

Reconnaissance nationale pour l’instruction des cadets Les New Zealand Cadet Forces ont adopté une nouvelle approche pour faire face aux défis du recrutement et du maintien en poste des cadets.

Maj Bill Carruthers (NZCF)

40

Amélioration de l’instruction du Cadre des instructeurs de cadets (CIC) – Notre rendement L’Organisation de l’instruction du CIC a accompli beaucoup pour atteindre son objectif d’offrir une instruction de grande qualité, dynamique, cohérente et pertinente aux officiers du CIC. LCdr Darin McRae

2

Êtes-vous prêts? Questions à poser et étapes à franchir pour se préparer à l’arrivée du réseau étendu des Organisations des cadets du Canada. Maj Joel Templeman

CADENCE

Numéro 31, Printemps/Été 2010


DATES DE TOMBÉE Les dates de tombée des numéros de l’automne 2010 et de l’hiver 2010-2011 sont respectivement le 4 juin et le 8 octobre. Le numéro de l’automne prochain sera exclusivement consacré à la commémoration du 100e anniversaire du CIC. Si vous désirez fournir un texte pour le prochain numéro ou si vous avez une idée d’article, veuillez communiquer longtemps d’avance avec la rédactrice en chef par courrier électronique, à l’adresse marshascott@cogeco.ca ou marshascott@cadets.gc.ca ou par téléphone, 905-468-9371.

BRAVO! Bravo! est une chronique de Cadence qui permet de reconnaître les chefs dont les innovations, le dévouement et le service font une différence dans le cadre du Programme des cadets.

PAGE COUVERTURE

10

Établir un lien entre les membres de la collectivité des OCC Un réseau national d’ordinateurs étendu permettra d’établir un lien entre les organisations des cadets du Canada cet été. Découvrez comment cela vous touche. Ici, Jean-François Héroux et l’Adj Louis-Martin Farrier travaillent dans la salle des ordinateurs des OCC à St-Jean (Qc). (Photo de Cadence par l’Élof Dimitri Papadopoulos) Maj Joel Templeman

26

Passionnant programme en perspective pour les cadets supérieurs

Que veulent les cadets âgés de 16 à 18 ans et de quoi ont-ils besoin? Les réponses à ces questions déterminent la conception et la mise au point d’une nouvelle instruction pour les cadets de cinquième et sixième années. Ltv Michael Randell Perfectionnement professionnel pour les leaders du Programme des cadets

Ce numéro salue le Capt Cory Lohnes, officier régional de l’instruction pour les expéditions pour l’Unité régionale de soutien aux cadets (Centre) et commandant adjoint du Corps de cadets de l’Armée 1944 (génie électrique et mécanique) à Creemore (Ont.). On a dit de lui qu’il était « la voix, l’inspiration et la motivation » derrière le programme des expéditions de la région du Centre. On a aussi dit qu’il savait déployer une énergie incroyable. Nous vous invitons à soumettre vos propositions de candidat pour la distinction Bravo! à l’adresse de courrier électronique bravo@cadets.gc.ca. Assurez-vous que vos collègues recevront la reconnaissance qu’ils méritent.

o! v a Br

20 DANS CHAQUE NUMÉRO 4

Mot d’ouverture

5

Courrier

6

Bloc-notes

38 Point de vue

3


Mot d’ouverture

Marsha Scott

Transformation du CIC Depuis quelques années, les FC sont en mode de transformation. Au mois de juin dernier, le Gén Walter Natynczyk, Chef d’état major de la Défense, a déclaré : « La transformation est un cheminement et, tant au pays qu’à l’étranger, nous devons adapter la culture, la doctrine, l’instruction et l’organisation aux réalités et aux exigences de la prochaine décennie ».

Les officiers du CIC pourront réaliser leur mission seulement s’ils souscrivent au concept du perfectionnement professionnel comme un apprentissage se poursuivant toute la vie.

En tant que membres des FC, les officiers du CIC participent également à ce cheminement transformationnel. Selon le Mgén Paul Hussey, nouveau colonel commandant du CIC, le cadre d’activités du perfectionnement professionnel des officiers du CIC est presque le même que celui des officiers des FC, même si ces premiers se préoccupent du « développement des jeunes » plutôt que de la « conduite de la guerre ». En effet, il comprend une base de leadership et de gestion, les piliers que sont l’instruction, les études, l’expérience et le développement personnel, et une « idéologie professionnelle » ou un « ethos ».

Candidate retenue pour Bravo!, le Capt Cory Lohnes écrit dans le présent numéro : « Nous sommes le produit de toutes nos expériences et nous ne pouvons pas dire où finit l’expérience et où commence le produit ».

Certains chefs de cadets diront : « Je n’ai pas de temps à consacrer au perfectionnement professionnel » ou « j’en ai déjà trop à faire ». Pourtant, le perfectionnement professionnel ne se résume pas uniquement à une instruction officielle; c’est aussi des expériences quotidiennes, vécues dans le milieu de vie ordinaire comme dans le cadre du Programme des cadets. Il pourrait vouloir dire d’avoir à se conformer à la plus récente étude sur le développement des jeunes.

À l’appui de cette affirmation, il y a les quatre officiers mis en vedette dans l’article intitulé « Fournir des compétences professionnelles au Programme des cadets – Deuxième partie » (page 30) et qui apportent aux cadets une formation et des aptitudes acquises à l’extérieur du Programme.

La mission du Programme des cadets est d’aider, au moyen d’un programme communautaire dynamique, à développer les jeunes et à les préparer à l’âge adulte pour qu’ils soient capables de relever les défis de la société moderne.

Outre l’expérience, l’instruction officielle au sein du CIC fait partie intégrante de la capacité de mener à bien la mission du Programme des cadets. C’est pourquoi il importe de lire en page 40 les progrès accomplis par l’Organisation de l’instruction du CIC pour améliorer l’instruction.

Pour participer au « nouveau leadership » que mentionne le Mgén Hussey aux pages 24 et 25, les officiers du CIC doivent adhérer professionnellement et moralement à la mission, diriger d’autres à faire de même, les motiver et les habiliter, tout en perfectionnant ou en améliorant leurs capacités de réussir.

Quoi qu’il en soit, il ne faut pas oublier d’enfiler dans le sac à fourbis la revue Cadence au moment d’emprunter la route de la transformation. Tout un panorama : la gestion financière de l’escadron, les préparatifs de réseautage informatique étendu ou les pratiques exemplaires au sein du Programme des cadets. Bonne route!

Numéro 31, Printemps/Été 2010 Cadence est un outil de perfectionnement professionnel destiné aux officiers du Cadre des instructeurs de cadets (CIC) ainsi qu’aux instructeurs civils du Programme des cadets. Les destinataires secondaires comprennent tous ceux qui participent au Programme ou qui s’y intéressent. Le magazine est publié trois fois par année par les Affaires publiques – Chef – Réserves et cadets, au nom du Directeur – Cadets et Rangers juniors canadiens. Les points de vue exprimés dans cette publi­cation ne reflètent pas nécessairement l’opinion ou la politique officielle. Cadence se réserve le droit de réviser les articles qui lui sont soumis. Pour connaître la politique de rédaction, les lignes directrices de soumission d’articles, le numéro actuel ou les numéros précédents, veuillez visiter le site Web national, à www.cadets.ca. Sélectionnez « Bibliothèque » du menu de gauche, suivi « Le Cadre des instructeurs de cadets », puis « Cadence ». Vous pourrez alors cliquer sur l’option de votre choix. Rédactrice en chef : Capt Kimberley Banaszkiewicz Officier d’état-major – Recherche – Programmes jeunesse Directeur – Cadets et Rangers juniors canadiens Directrice de la rédaction : Marsha Scott, Antian Professional Services Renseignements Rédactrice en chef, Cadence Directeur – Cadets et Rangers juniors canadiens Quartier général de la Défense nationale 101, promenade du Colonel-By Ottawa, ON K1A 0K2 Courriel : marshascott@cogeco.ca cadence@cadets.gc.ca ou marsha.scott@cadets.gc.ca Téléphone : Tél. : 1-800-627-0828 Télécopieur : 613-996-1618 Distribution Cadence est distribué par le Dépôt des publications du Directeur – Operations de la chaîne d’approvisionnement (DOCA) aux corps et escadrons des cadets, aux unités régionales de soutien des cadets et à leurs sous-unités, aux cadres et officiers supérieurs de la Défense nationale et des FC ainsi qu’à certains membres des ligues. Les corps et escadrons qui ne reçoivent pas Cadence ou qui désirent mettre leurs renseignements à jour aux fins de la distribution doivent leur communiquer avec le conseiller cadets. Traduction : Bureau de la traduction, Travaux publics et Services gouvernementaux Canada Direction artistique : Directeur – Produits et services d’affaires DGM-10-04-00016 A-CR-007-000/JP-001

Le perfectionnement professionnel pourrait vouloir dire d’avoir à se conformer à la plus récente étude sur le développement des jeunes. 4

CADENCE

Numéro 31, Printemps/Été 2010


Officiers anciens et actuels du CIC en Afghanistan Je viens tout juste de lire le numéro d’automne 2009 de Cadence en ligne et je voulais vous dire que les officiers du CIC déployés en Afghanistan dans le passé et actuellement n’exercent pas tous des fonctions strictement civiles à la base aérienne de Kandahar. Certains d’entre eux sont déployés à diverses bases d’opérations avancées dans la ville de Kandahar et à l’extérieur. Le Cpl Roger Caron et moi-même, Cpl Gary Hollender, avons tous deux été dé-

COURRIER

ployés à Kandahar avec la Gendarmerie royale du Canada intégrée à l’unité des FC et de l’U. S. Army, de mars à décembre l’année dernière. Le Cpl Caron fait partie du détachement de la GRC de Sherbrooke (Qc), et moi, de celui de Leduc (Alb.).

Lui et moi, et beaucoup d’autres agents de police déployés en Afghanistan, étions soit cadets, officiers du CIC, ou les deux, et avons utilisé les compétences acquises au sein du Mouvement des cadets du Canada afin de nous acquitter de nos fonctions en Afghanistan.

Le Cpl Caron a été cadet et ensuite officier du CIC dans les années 1970, alors que j’ai été cadet, puis officier du CIC dans les années 1980. Je suis revenu au CIC en 2006.

Lt Gary Hollender Officier d’instruction adjoint Corps des cadets de l’Armée 2561 (Artillerie royale canadienne) Thorsby (Alb.)

<

<

À partir de la gauche, le Cpl Caron, le Cpl Hollender et deux autres membres de la GRC tenant le drapeau de la GRC pour le Québec au camp Nathan Smith.

Le Cpl Hollender, en affectation à la Compagnie de police militaire 293 de l’U. S. Army, collabore à un largage humanitaire pour les enfants de la ville de Kandahar.

Cadence encadrée Hier, j’ai rencontré le Cplc José Paglinawan, un de mes anciens cadets qui a été appelé à servir en Afghanistan. Il m’a remercié pour l’article que j’ai rédigé sur lui dans Cadence (printemps/ été 2009, « Des hommes d’honneur »).

Il m’a dit que les collègues de son unité ont imprimé et encadré l’article, qui est maintenant accroché au mess des caporaux et soldats des Queens York Rangers, à Toronto. Cela fait plaisir à entendre!

Capt Paul Simas Commandant adjoint Escadron des cadets de l’Air 707 (Mgén Richard Rohmer) Etobicoke (Ont.)

Un escadron rafle tous les prix Je sais que, généralement, Cadence ne publie pas de comptes rendus sur les récompenses décernées aux cadets, mais notre situation est, à mon avis, suffisamment unique pour en justifier la mention. Pour la première fois en 20 ans, un cadet a remporté deux prix lors de l’assemblée générale annuelle de la Ligue des cadets de l’Air (comité provincial de l’Ontario) à Toronto en octobre dernier. L’Adj 1 Theresa Hanna, cadet au sein de l’Escadron des cadets de l’Air 27 (Ville de London), a reçu le prix commémoratif Robert Snider

pour son service communautaire exceptionnel et le trophée de l’Association de l’ARC pour avoir obtenu la première place lors du concours d’art oratoire de 2009. Pour couronner le tout, un autre cadet de notre escadron, le Sgt Jeffery Gillies, s’est vu décerner le prix David Kessler à titre de meilleur cadet dans le cadre du cours d’été d’entretien des aéronefs, et l’Escadron 27 a également reçu le trophée A. R. Cousins pour avoir démontré le niveau de compétence le plus élevé parmi les 35 escadrons du secteur de l’Ouest de l’Ontario.

Perfectionnement professionnel pour les leaders du Programme des cadets

Au risque de me vanter, j’ai reçu le prix d’excellence du Cadre des instructeurs de cadets pour la deuxième fois. Je consacre un minimum de 40 heures par semaine aux questions concernant les cadets, et mon travail me passionne. J’en suis à mon troisième commandement, et c’est un véritable privilège de travailler avec les cadets et de prendre part à leur perfectionnement. Maj Sharon Tambeau Commandant, Escadron des cadets de l’Air 27 London (Ont.)

5


Bloc-notes

Voir grand ques et des jeux intérieurs et extérieurs qui intéresseraient les cadets. En aprèsmidi, deux ateliers ont eu lieu, l’une sur les pratiques gagnantes applicables aux unités, l’autre sur le travail de collaboration avec les municipalités et les écoles. L’assemblée annuelle du Cercle a fait suite aux ateliers, puis Camil Sanfaçon, éducateur québécois reconnu, a donné un exposé sur les approches adaptées aux adolescents d’aujourd’hui. La journée s’est terminée par un banquet palmarès et une soirée dansante.

<

La journée annuelle du CIC de la région de l’Est, destinée aux membres du Cercle des officiers du CIC, comprend des réunions, des ateliers, des conférenciers invités et des activités sociales.

La région de l’Est a tenu sa septième journée annuelle du CIC le 10 avril au NCSM Québec (Mont Bénilde), à Bécancour, près de Trois-Rivières, organisé par le Cercle des officiers du CIC, en collaboration avec l’École régionale des instructeurs de cadets et l’Unité régionale de soutien aux cadets.

gies efficaces pour accroître et maintenir les effectifs de cadets, établir des liens constructifs avec les administrations publiques et scolaires, et prévoir des activités sportives motivantes, l’événement comprenait des conférences données par des officiers du CIC et des spécialistes civils.

Conçu pour inciter les officiers à « voir grand » grâce à l’élaboration de straté-

Le matin, les participants se sont dégourdis et ont exercé leur imagination en apprenant à connaître des activités physi-

L’événement a permis aux commandants d’unité et à leurs équipes d’officiers, d’instructeurs civils, de bénévoles et de principaux membres des comités d’appui de participer non seulement à une journée de formation professionnelle, mais aussi à un rassemblement de tous les intervenants du Programme des cadets, tant des membres du CIC que des représentants de la collectivité. Cela a été une véritable occasion de renforcer les liens d’amitié et d’échanger. Le Cercle a été fondé il y a sept ans en vue de rassembler d’anciens et d’actuels officiers du CIC et des partenaires civils du Programme des cadets dans un but de formation. Constitué de près de 1 200 adhérents, il favorise aussi le sentiment d’appartenance et la fierté.

En route vers l’excellence En octobre dernier, l’Organisation de l’instruction du CIC (Org instr CIC) a atteint le niveau 1 dans le cadre du Programme d’excellence progressive de l’Institut national de la qualité (critères PEP® de l’INQ). Pour atteindre ce niveau, on doit manifester un engagement envers l’amélioration continue et la mise en œuvre d’une stratégie à long terme assurant la qualité de l’instruction donnée par l’organisation à l’échelle du Canada. À la création de l’Org instr CIC en 2005, la haute direction a commencé à élaborer et à mettre en place au sein de l’organisation un cadre de gestion de la qualité (CGQ). « Le travail accom-

6

pli, fondé sur l’orientation stratégique de l’organisation, a permis d’atteindre cet important jalon », déclare le Lcol McNeil, officier supérieur d’état-major responsable des Politiques et instruction (Personnel) au Directeur – Cadets et Rangers juniors canadiens. L’équipe chargée de la mise en place du CGQ comporte des membres du Directeur – Cadets et Rangers juniors canadiens, des cinq Écoles régionales d’instructeurs de cadets, et un représentant de l’Unité régionale de soutien aux cadets (Nord). Ces intervenants déterminent les occasions qui se présentent et les mesures nécessaires pour continuer à suivre la voie de l’excellence. Leur but est de remplir les critères PEP® de niveau 2 en manifestant une

connaissance étendue de l’approche en matière d’excellence, une amélioration et de bons résultats dans plusieurs domaines clés. Industrie Canada a créé l’INQ en 1992 comme organisme autonome et sans but lucratif pour favoriser l’avancement de l’excellence organisationnelle à l’échelle du Canada. Le cadre de gestion pour l’amélioration des activités, exhaustif et pratique, comporte quatre niveaux progressifs établissant l’excellence. Article présenté par le Ltv David Pigeon, évaluateur du programme d’instruction au Directeur – Cadets et Rangers juniors canadiens. Il agit en tant que dirigeant dans le cadre des évaluations du PEP® qui sont effectuées dans le cadre de l’Org instr CIC.

CADENCE

Numéro 31, Printemps/Été 2010


Bloc-notes

Programme de modélisation aéronautique Pour doter les cadets d’un bagage d’expériences en matière de principes de vol, il n’y a rien comme faire participer l’escadron à un programme de modélisation aéronautique. Environ 14 escadrons à l’échelle du pays se sont prévalus du programme de modélisation aéronautique établi conjointement par la Ligue des cadets de l’Air du Canada et les Modélistes aéronautiques associés du Canada (MAAC). L’activité s’est avérée un moyen abordable et intéressant pour renforcer la composante « air » des cadets de l’Air. Les MAAC ont développé un programme de modélisation progressif à l’intention des cadets, lesquels construisent et mettent en vol des planeurs simples avant de passer au vol libre et aux modèles échelles d’avion motorisés radioguidés. Dans la mesure du possible, les MAAC sont disposés à aider à l’instruction. Une description détaillée du programme figure à l’adresse www.cpi-hamilton.ca/cadets/. Inscrivez votre escadron au groupe des MAAC (Linda Patrick, Linda_maachq@ on.aibn.com) et initiez-le au programme. La Ligue rembourse jusqu’à concurrence de 300 $ les frais de matériel de modélisation à la réception d’un reçu d’achat transmis à l’adresse suivante : Ligue des cadets de l’Air du Canada, (CPO), 4900 rue Yonge, local 600, Toronto ON M2N 6B7.

L’Escadron des cadets de l’Air 696 Golden Wing de Blind River (Ont.), est l’un des escadrons ayant mis en œuvre un programme de construction de modèles d’avion. Les cadets font la démonstration du résultat de leur travail dans le gymnase où ils défilent. Un concours, tenu en mars, est une incitation à veiller à ce que les plans soient respectés méticuleusement et que le processus de construction soit achevé exactement. À l’occasion de la revue cérémoniale annuelle, une récompense est accordée aux trois cadets dont le modèle est le mieux construit et fonctionne le mieux. « Nos cadets ont la chance d’avoir l’appui du club des modélistes d’appareils radioguidés de la rive Nord (North Shore Radio Control Modelers), à Elliot Lake, en Ontario », déclare le Capt Darla Hennessey, commandant de l’escadron. « Ces hommes viennent donner un coup de main pour construire les planeurs simples et, deux fois par année, ils invitent les cadets à faire voler des avions radioguidés, ce qui n’est pas sans motiver les cadets. » Article présenté par le Mgén (Retraité) William Paisley, coordonnateur Ligue des cadets de l’Air/MAAC

Bob Hickman, membre du club des North Shore Radio-Control Modelers, surveille le Cpl Brendan Folkes-Conrad de l’Escadron 696, qui fait fonctionner l’avion radioguidé du club.

<

Du 9 au 15 mai

Du 25 août au 7 septembre

2010

Compétition nationale d’adresse au tir

Expédition nationale (au pays) des cadets de l’Armée

Centenaire de la Marine canadienne

Grant MacEwan University Edmonton

Sur la rive Sud de Terre-Neuve

Personne-ressource : Capt Cameron Thompson cameron.thompson@forces.gc.ca

Du 22 au 27 août (inclusivement) Régates nationales des cadets de la Marine royale canadienne Kingston (Ont.) Personne-ressource : Capc Peter Kay peter.kay@forces.gc.ca

Personne-ressource : Capt Dearick Smith dearick.smith@forces.gc.ca

Du 3 au 22 octobre Expédition nationale (internationale) des cadets de l’Armée Au Népal (le camp de base du mont Everest) Personne-ressource : Capt Cory Lohnes cory.lohnes@forces.gc.ca

Perfectionnement professionnel pour les leaders du Programme des cadets

« Commémorons, célébrons et engageons-nous » Activités principales :

Spectacle itinérant Mélodies et matelots, un hommage musical à « Un siècle de service naval au Canada » prévu pour les mois de mai à novembre D’autres renseignements figurent dans le site www.canadiannavy100.forces.gc.ca

Revues navales Esquimalt, du 10 au 13 juin Halifax, du 1er au 3 juillet

7


Bloc-notes

Shoes for Souls Si vous avez une paire de chaussures inutilisée qui pourrait encore servir, pensez à la donner à Kyle Warkentin, officier bénévole chargé de l’instruction au pilotage (en attente d’une affectation au CIC), à l’Escadron des Cadets de l’Aviation royale du Canada 250 Vimy, à Halifax (N.-É). Il veut recueillir 50 000 chaussures.

En faisant un travail humanitaire avec son église en Zambie, au mois de mai dernier, Kyle s’est rendu compte directement des conditions de vie désespérées auxquelles certaines personnes devaient faire face quotidiennement. De nombreux Zambiens ne portent pas de chaussures et s’exposent ainsi aux agents bactériologiques

Étudiant à l’Université Dalhousie, Kyle est parmi les 25 jeunes Canadiens âgés entre 18 et 25 ans qui participent au Programme de mentorat de l’Ordre du Canada, d’une durée d’une année, établi par Son Excellence la très honorable Michaëlle Jean, gouverneure générale du Canada. Les candidats au programme sont choisis en fonction de leur engagement dans la collectivité et de leur intérêt de disposer d’un conseiller les inspirant sur la manière de faire une différence dans la société. Le programme permet à des membres de l’Ordre du Canada de conseiller des jeunes dans leurs domaines d’intérêt. Le processus comprend deux journées de rencontre à Ottawa avec le conseiller, suivies de séances de mentorat en ligne. Les candidats sont invités également à se joindre à des séances de dialogue en ligne avec la gouverneure générale.

<

En novembre dernier, Kyle a mis sur pied le projet Shoes for Souls (à l’instar de l’organisme de bienfaisance américaine Soles4Souls qui a distribué depuis 2005 plus de sept millions de paires de chaussures, nouvelles ou presque, dans plus de 125 pays). Avec sept bénévoles qu’il a recrutés, il espère recueillir 25 000 paires de chaussures qu’il apportera à Lusaka (Zambie), au mois de juin. En exploitant les médias sociaux comme Facebook et Twitter, ainsi que Kijiji (un site Web qui met vendeurs, acheteurs et produits en relation avec les marchés par l’entremise de petites annonces), ce jeune homme de 19 ans a sensibilisé, par son projet, les gens de la région et du pays quant aux besoins des plus démunis dans des endroits comme le continent africain, Haïti et même le Canada.

infectieux, les personnes atteintes du VIH/SIDA en étant particulièrement susceptibles. Un fois rentré au pays, Kyle a lancé le projet Shoes for Souls.

Kyle et un enfant, vêtu d’une chemise déchirée, en Zambie, au mois de mai dernier.

Kyle avoue que le Programme des cadets a renforcé sa confiance et l’a aidé à grandir moralement. Pour obtenir plus de détails sur le projet Shoes for Souls, veuillez communiquer avec Kyle par courriel (kylewarkentin@eastlink.ca), ou en composant le 902-858-2315 ou le 902-830-8392. Article présenté par l’Ens 2 Tania Meloni, officier adjoint des Affaires publiques, URSC(A)

Démographie des officiers du CIC Lors d’une séance de perfectionnement professionnel tenue à Rigaud (Qc) en décembre (page 22), les participants ont pris connaissance des données démographiques qui suivent. • 97 p. 100 des officiers du CIC travaillent en ligne. • 40 p. 100 sont élèves-officiers ou aspirants de marine et sous-lieutenants ou enseignes de vaisseau de 1re classe; 38 p. 100 sont capitaines ou lieutenants de vaisseau; 3 p. 100 sont majors ou capitaines de corvette. • 65 p. 100 sont des hommes; 35 p. 100 sont des femmes. • 78 p. 100 ont été cadets. • Formation : 28 p. 100 ont un diplôme d’études secondaires; 36,6 p. 100 ont un diplôme d’études collégiales ou de CEGEP; 29 p. 100 ont un diplôme universitaire. • Profession : 12 p. 100 sont secrétaires ou administrateurs; 10 p. 100 sont techniciens de l’information; 20 p. 100 sont

8

• •

gestionnaires; 8 p. 100 sont policiers, pompiers, etc. (sécurité publique); 12 p. 100 sont enseignants ou formateurs; certains officiers du CIC travaillent en construction, au foyer, dans le domaine des ventes, de la réparation, du marketing, dans la fonction publique, etc.; 7 p. 100 sont sans emploi. Ancienneté : 32 p. 100 ont de 6 à 15 ans d’ancienneté; 12 p. 100 en ont de 16 à 30. Heures consacrées à la formation obligatoire, par semaine : 30 p. 100 consacrent de 1 à 4 heures; 60 p. 100 de 5 à 12 heures (40 p. 100 de 5 à 8 heures et 10 p. 100 de 9 à 12 heures). Heures consacrées à la formation facultative, par semaine : 47 p. 100 consacrent de 1 à 4 heures; 30 p. 100 de 5 à 8 heures; 10 p. 100 de 9 à 12 heures. 94 p. 100 des officiers reconnaissent qu’un avantage de leur travail au sein du CIC est la possibilité de travailler avec les jeunes.

CADENCE

Numéro 31, Printemps/Été 2010


Bloc-notes

Créer des liens En novembre dernier, trente cadets subalternes et dix cadets supérieurs superviseurs du Corps de cadets de l’Armée 2818 The Hastings and Prince Edward Regiment de Belleville, en Ontario, ont fait de l’escalade de mur à paroi rocheuse, activité facultative populaire chez les cadets, particulièrement chez les cadets de l’Armée qui, selon le Capt Larry Allen, commandant, y voient une aventure typique de l’Armée. « C’est motivant et agréable, mais exigeant sur les plans du conditionnement physique, de la pensée critique et de l’endurance. » Le Corps 2818 a sur les autres corps de cadets l’avantage d’avoir à sa disposition le mur à paroi rocheuse de la BFC Trenton, installation servant à l’entraînement des membres des FC en stage au Centre d’instruction supérieure en guerre terrestre des Forces canadiennes (CISGTFC), anciennement le Centre de parachutisme du Canada. Le CISGTFC est le centre

d’instruction par excellence de l’Armée de terre, notamment pour l’entraînement au parachute de chute libre ou à ouverture automatique, les opérations de montagne et le cours d’éclaireur patrouilleur. Tout a commencé lorsque le Capt Allen a communiqué avec le Capt Larry Hockin, officier d’administration à la Compagnie d’instruction du CISGTFC, pour obtenir l’autorisation d’utiliser une ressource pendant un exercice en campagne. Non seulement le Capt Hockin a donné son accord, mais il lui a aussi demandé s’il avait besoin d’autre chose. Le Capt Allen a mentionné la tour de simulation, ce à quoi le Capt Hockin a répondu qu’il y avait aussi le mur à paroi rocheuse et le mur pour la descente en rappel. Lorsque le Capt Allen s’est empressé d’accepter, le Capt Hockin a pris des dispositions pour recruter des bénévoles pour enseigner les techniques aux cadets et superviser l’activité.

Les bénévoles étaient des instructeurs d’escalade tout à fait qualifiés. « Cela est très important, car la sécurité est essentielle dans notre organisation », déclare le Capt Allen. « Grâce à la générosité des membres des FC, nos cadets subalternes feront annuellement l’escalade du mur à paroi rocheuse, tandis que nos cadets supérieurs pourront sauter de la tour de simulation et faire de la descente en rappel. » Pour bien servir le Corps 2818, le commandant du CISGTFC a attribué au Capt Hockin la fonction d’Officier de liaison – Cadets. « Le Capt Hockin représente un atout pour le corps de cadets », déclare le Capt Allen. « Il est bien au courant de ce que nous planifions pour l’année tout entière, et il prendra les dispositions qui s’imposent. » Le CISGTFC s’est déjà engagé à entraîner les cadets supérieurs sur la tour de simulation plus tard cette année.

Des étoiles au sein de leur collectivité L’Unité régionale de soutien aux cadets (Atlantique) a amassé 10 000 $ dans le cadre de la Campagne de charité en milieu de travail du gouvernement du Canada (CCMTGC), bien au delà de son objectif de 6 000 $, établissant ainsi que la persistance et l’innovation rapportent. Même 6 000 $ était un objectif ambitieux pour l’unité basée à Halifax et dont les effectifs comptent un peu moins de 100 personnes, y compris les 14 membres du détachement de la Nouvelle-Écosse. En moyenne, les officiers du CIC et les membres de la Force régulière, de la Force de réserve et du personnel civil ont donné 100 $ chacun.

En quoi y a-t-il eu innovation et persévérance au juste? Bien avant le début de la campagne d’automne, le Ltv Valerie Wojdylak, of-

Selon le Ltv Wojdylak, le secret du succès d’une activité-bénéfice est la persévérance : « Il faut être réaliste en matière d’objectifs, élargir le public cible, avoir du plaisir et, surtout, voir grand! » Pour sa part, le Capf Garrett Reddy, commandant de l’URSC(A), avoue que « le personnel de l’unité voit grand. L’an prochain, Valerie veut faire tirer au sort une voiture ». Approuvée par le Conseil du Trésor et réservée aux fonctionnaires fédéraux, la CCMTGC se déroule annuellement de septembre à décembre. Consultez www.gcwcc-ccmtgc.org.

<

« Cette contribution fera toute une différence dans la vie de nombreuses personnes », a déclaré le Ltv Wes Mackey, coordonnateur de la campagne. Selon lui, la CCMTGC est une excellente façon d’amasser des fonds pour des œuvres qui en valent la peine.

ficier d’état major du Corps régional des cadets de la marine (région Atlantique), a communiqué avec le service de marketing national de Kent Building Supplies, entrepreneur en matériaux de construction, sachant que l’entreprise appuie la collectivité et parraine des programmes qui favorisent la croissance et le développement du Canada atlantique. Véritable incitation à la générosité, l’entreprise lui a fourni une souffleuse à neige comme prix de tirage.

Le Capf Reddy, le Ltv Wojdylak et le Ltv Mackey prévoient une autre campagne fructueuse l’an prochain.

Article présenté par l’Ens 2 Tania Meloni

Perfectionnement professionnel pour les leaders du Programme des cadets

9


Article vedette

Établir un lien entre les membres de la collectivité des OCC

OCC

>>>

On procède actuellement à la mise en œuvre d’un réseau informatique national étendu dans l’ensemble du pays, à tous les niveaux des Organisations des cadets du Canada (OCC). Ce processus devrait se terminer avant cet été.

Le Réseau étendu des Organisations des cadets du Canada (REOCC) a pour but de faciliter l’accès sécuritaire aux applications du logiciel utilisé au sein des OCC et de fournir une interface conviviale ayant une désignation de sécurité de niveau « Protégé A ». Le nouveau système permettra de s’assurer que tous les renseignements qui circulent et qui sont sauvegardés sur le REOCC sont protégés et à l’abri des menaces venant d’Internet. Certains éléments de ce réseau sont déjà en place depuis quelques années dans la plupart des unités régionales de soutien aux cadets (URSC), des centres d’instruction d’été des cadets (CIEC) et des corps/ escadrons de la région de l’Est. Ce projet vise à élargir le réseau aux corps/escadrons restants, au Directeur – Cadets et Rangers juniors canadiens, et à toutes les écoles régionales d’instructeurs de cadets (ERIC).

Quelle incidence le REOCC aura-t-il sur vous? Quelle sera l’incidence de la mise à niveau et de l’élargissement de ce réseau sur les officiers du CIC des corps/escadrons et l’ensemble de l’organisation? Le REOCC permettra ultérieurement (lorsqu’il sera entièrement déployé) de vous aider à atteindre vos objectifs opérationnels et à réduire votre fardeau administratif. • Vous aurez accès à FORTERESSE v2 d’ici la fin août.

10

• Le réseau permettra d’améliorer la collaboration et la communication pour les projets et d’autres tâches grâce à l’utilisation d’un ensemble commun d’applications. • L’information sera mise à votre disposition en tout temps et sera plus facile d’accès. Le REOCC peut contribuer à réduire grandement le temps de vos recherches d’information. De plus, il vous permettra de transférer de l’information de façon sécuritaire. • Vous pourrez déménager n’importe où au Canada pour suivre une formation ou occuper un autre emploi sans avoir à modifier l’information de votre compte d’utilisateur. Par exemple, si vous décrochez un emploi dans un CIEC situé à l’extérieur de votre région ou si vous devez suivre une formation dans une autre ERIC. • Nous nous dirigeons maintenant vers un système d’identificateur unique. Ainsi, lorsque vous vous connecterez au réseau, vous n’aurez qu’à entrer un seul nom d’utilisateur et un seul mot de passe pour accéder à toutes vos applications et aux autres ressources, telles que FORTERESSE. • En tant qu’utilisateur réseau autorisé, vous aurez accès à des lecteurs partagés communs qui contiennent des fichiers, des formulaires et des renseignements utiles.

• Vous serez en mesure de récupérer des fichiers perdus ou corrompus stockés sur les disques du réseau. Pour obtenir des mises à jour, des renseignements récents et des faits en bref au sujet du REOCC, veuillez consulter l’adresse suivante : www.cadets.ca/content-contenu. aspx?id=96182&LangType=3084.

manuel de l’utilisateur Un nouveau manuel national de l’utilisateur du REOCC a été publié en anglais et en français. Il comprend des directives complètes sur la façon de se connecter et des détails sur certaines des nouvelles caractéristiques offertes sur les ordinateurs fournis aux OCC.

Comment remplir le formulaire de sécurité Vous devrez remplir le formulaire d’accès et d’autorisation d’accès au réseau national qui se trouve dans les nouvelles ordonnances nationales sur la sécurité du REOCC. Votre URSC ou le bureau de services de TI de votre région vous communiquera, dans un proche avenir, les détails sur la façon d’obtenir ces publications et les étapes à suivre.

L’information sera mise à votre disposition en tout temps et sera plus facile d’accès. CADENCE

Numéro 31, Printemps/Été 2010


Ce projet vise �� élargir le réseau aux corps/escadrons restants, au Directeur – Cadets et Rangers junior canadiens, et à toutes les écoles régionales d’instructeurs de cadets. Comptes d’utilisateur et mots de passe

servir des applications du réseau, telles que FORTERESSE ou le service de courriel.

OCC. Toutes ces restrictions s’appliqueront de façon égale partout au pays.

Le REOCC doit permettre d’assurer la responsabilisation et la vérification de tous les utilisateurs. Chaque membre devra donc ouvrir une séance en utilisant son propre compte d’utilisateur et son mot de passe individuel. Ceux qui ne possèdent pas de compte seront encore en mesure d’ouvrir une séance sur les ordinateurs des OCC à l’aide d’un compte local et d’un mot de passe générique, mais pourront seulement exécuter les fonctions associées à un logiciel de traitement de texte. Ce mode d’utilisation ne permettra pas aux utilisateurs d’accéder à Internet ou de se

Restrictions Les fonctions du réseau sont limitées au traitement et au stockage de l’information désignée « Protégé A », et l’accès à Internet est filtré et surveillé. Certains fichiers ne seront pas partagés avec tous les utilisateurs, et certaines fonctions et l’accès seront limités en s’appuyant sur le principe du besoin de connaître.

Le but du réseau est d’« interconnecter les gens » à l’intérieur de la collectivité des OCC. Il revient à chacun de nous d’utiliser ce réseau afin d’accroître l’efficacité de notre collectivité et, finalement, d’améliorer le Programme des cadets pour tous.

En coulisse En avril 2008, le ministère de la Défense nationale (MDN) et les Forces canadiennes (FC) ont créé une organisation pour mettre en œuvre et appuyer la gestion et la technologie de l’information (GI/TI) le cadre du Programme des cadets. Celle-ci a pour fonction d’analyser, d’élaborer, de maintenir et de favoriser les technologies qui répondent aux besoins opérationnels des Organisations des cadets du Canada.

aux TI pour les utilisateurs des OCC, la DPGAE 8 assure également le maintien des applications utilitaires nationales suivantes :

La nouvelle organisation est désignée sous le nom du Directeur – Planification et gestion des applications de l’entreprise (DPGAE) 8, et relève du Sous-ministre adjoint (Gestion de l’information).

• CadetNet, application utilisée actuellement pour les courriels.

La DPGAE 8 est formée du personnel des anciennes sections des TI des URSC et du D Cad & RJC. Elle comprend des membres du Service d’administration et d’instruction des organisations de cadets – des officiers du CIC et des militaires du rang – et des employés civils du MDN.

• FORTERESSE, base de données de renseignements sur les cadets; • PASSERELLE , base de données de renseignements des centres d’instruction d’été des cadets;

Voici d’autres projets en cours d’élaboration : • La mise à niveau de FORTERESSE v2 (combinant FORTERESSE v1 et PASSERELLE);

L’organisation, qui est sous la direction de Richard Marcotte, est composée de divers gestionnaires, analystes, techniciens et spécialistes des services du domaine des TI provenant de partout au pays. En plus de fournir un bureau de services dédié

Perfectionnement professionnel pour les leaders du Programme des cadets

>

• l’élargissement du REOCC;

• les services d’hébergement du site Web cadets.ca; • la mise à niveau des logiciels de courriel et de collaboration.

En résumé, la mise en place de la DPGAE 8 a permis de créer un environnement qui favorise la synergie entre les OCC et l’ensemble de la collectivité des TI au sein du MDN et des FC aux quatre coins du pays. L’équipe est fière de servir les OCC et annoncera de nombreux changements très intéressants en matière de TI dans un proche avenir.

Le Capt MathieuMichel Coulombe, responsable d’équipe du project FORTERESSE v2, rencontre les membres de son personnel en vue du lancement qui aura lien en août. (Photo de Cadence par l’Élof Dimitri Papadopoulos)

<

Les restrictions concernant l’accès aux sites Internet pourront être déterminées en fonction des politiques du MDN et des FC ou du contenu et de la pertinence en rapport avec les besoins opérationnels des

11


Article Vedette

Maj Joel Templeman

Êtes-vous prêts? Au moment où le Réseau étendu des organisations des cadets du Canada (REOCC) se prépare à un consulter l’adresse suivante : www. déploiement national, bon nombre d’officiers veuillez cadets.ca/areyouready). du CIC et d’instructeurs civils (IC) se posent • Est-ce que je possède une cote de la question suivante : « Suis-je prêt? ». sécurité valide, à tout le moins au Voici quelques questions que devraient se poser tous les corps et escadrons (à part de ceux de la région de l’Est) – de même que les étapes qu’ils devraient suivre – afin d’être prêts à cette infrastructure en plein expansion. • Mon corps/escadron a-t-il actuellement accès à Internet haute vitesse? Si la réponse est non, vous devez communiquer avec le bureau de services de TI de votre région pour connaître la façon de vous connecter à Internet haute vitesse dans votre bâtiment. Bien qu’un branchement par liaison commutée permette d’accéder à Internet, il est fortement recommandé de bénéficier d’un accès haute vitesse afin de garantir le meilleur fonctionnement possible du REOCC et des applications qu’il contient, telles que FORTERESSE. (Pour obtenir la liste des personnes-ressources,

niveau de fiabilité approfondie?

Tous les utilisateurs qui accèdent aux ressources du réseau (y compris le compte local hors Internet) doivent posséder au moins une cote de fiabilité approfondie valide pour se servir du système informatique. Pour obtenir de l’aide, veuillez communiquer avec votre URSC, par l’entremise de votre chaîne de commandement. • Est-ce que je possède un compte sur le REOCC? Un compte distinct devra être créé pour chaque membre du personnel nécessitant un accès à Internet ou à FORTERESSE. Votre URSC ou le bureau de services de TI de votre région vous renseignera sur la procédure à suivre à cet effet avant l’été 2010. Un formulaire d’accès au réseau sera inclus dans la trousse d’enrôlement de tous les nouveaux membres qui procèdent à leur

enrôlement ou à leur ré-enrôlement. Ce formulaire sera traité avec les autres documents d’enrôlement. • Les ordinateurs portatifs dont dispose mon corps/escadron sont-ils configurés pour permettre l’accès à ce réseau? La réponse est : pas dans tous les cas. La majorité des ordinateurs portatifs fournis aux corps/escadrons doivent être mis à jour manuellement en utilisant la nouvelle configuration logicielle normalisée commune à l’échelle nationale. Cette modification logicielle fournira les outils requis pour se connecter au REOCC de façon sécuritaire. Votre URSC ou le bureau de services de TI de votre région communiquera avec votre corps/escadron pour lui transmettre les directives précises à suivre en vue d’achever la mise à niveau avant l’été 2010. Si vous avez répondu « oui » à toutes les questions ci-dessus, vous êtes prêts pour la mise en œuvre du REOCC dans votre corps/escadron.

L’OAIC 11-07 fait peau neuve L’OAIC 12-41, Utilisation acceptable d’Internet au sein des OCC, est une nouvelle OAIC qui remplacera bientôt l’OAIC 11-07, Utilisation acceptable d’Internet – Programme des cadets. La nouvelle OAIC améliorée fournit une orientation claire et concise à tous les utilisateurs réseau des OCC. Les sections ajoutées précisent les types d’activités autorisées et interdites. Ce qui ressort avant tout de cette OAIC, c’est qu’il faut toujours se comporter de manière professionnelle. Que ce soit en ligne ou en personne, vous devez projeter une image positive des FC, du MDN et des OCC. Vous remarquerez peut-être que l’OAIC 12-41 n’interdit pas l’utilisation des ressources du MDN (c.-à-d., les ordinateurs, Internet, etc.) aux fins de certaines activités personnelles. Par exemple, la section sur les utilisations autorisées énonce clairement qu’un utilisateur peut communiquer avec des amis et des membres de la famille, effectuer des opérations bancaires en ligne, accéder aux nouvelles et beaucoup plus, tant que ces activités sont d’une durée raisonnable et n’interfèrent pas avec ses fonctions officielles. Cela est conforme aux autres politiques du MDN, notamment la DOAD 6001-1. Il se peut que les utilisateurs constatent certaines restrictions, car les réseaux du MDN et des FC sont dotés d’un dispositif de filtrage et de surveillance qui gère l’accès à Internet. Ce dispositif est nécessaire soit pour la sécurité (informatique ou personnelle) ou pour le rendement (vitesse) du réseau. Les utilisateurs ne peuvent donc pas accéder à tous les sites ou à toutes les applications. Les réseaux du MDN et des FC sont essentiellement destinés à un usage professionnel, et l’usage personnel (le cas échéant) constitue un avantage supplémentaire pour l’utilisateur. Pour en apprendre davantage au sujet des politiques sur l’utilisation légitime d’Internet, veuillez consulter les publications suivantes : DOAD 6001-1, Utilisation légitime d’Internet, de l’intranet de la Défense, d’autres réseaux électroniques et d’ordinateurs DOAD 2008-0, Politique d’affaires publiques DOAD 2008-6, Diffusion d’information sur Internet DOAD 7023-0, Éthique de la Défense

12

CADENCE

Numéro 31, Printemps/Été 2010


Réorganisation du système en septembre FORTERESSE passera bientôt à une nouvelle version, qui a été mise au point pour suivre l’évolution constante des processus des Organisations des cadets du Canada (OCC). La deuxième version (v2) de FORTERESSE est d’une conception plus robuste qui permet une utilisation plus conviviale, et a été élaborée par des spécialistes de la DPGAE 8 en collaboration avec d’autres membres des OCC afin de répondre à nos besoins. La deuxième version, qui sera en vigueur en septembre, remplacera la première, tout en offrant des caractéristiques similaires, mais dans un modèle amélioré et enrichi. Elle permettra entre autres de gérer les données sur les cadets, les promotions, la participation, les résultats de l’instruction, les récompenses et les qualifications. De plus, elle servira à gérer les unités, à établir le calendrier des activités et à vérifier l’assiduité des cadets.

La deuxième version [de FORTERESSE] permettra d’accroître la qualité du travail des utilisateurs tout en améliorant leur environnement de travail.

en tout temps aux résultats des centres d’instruction d’été des cadets (CIEC). L’architecture de FORTERESSE a été entièrement remaniée, surtout en vue d’élargir sa portée. Finalement, FORTERESSE v2 permettra d’accroître la qualité du travail des utilisateurs, tout en améliorant leur environnement de travail. La transition de la première à la deuxième version se fera le plus harmonieusement possible dans les corps/escadrons, puisque la plupart des données existantes de l’ancienne version seront systématiquement transférées à la nouvelle. Par conséquent, si les données de la première version sont à jour, celles de la deuxième le seront également.

aux cadets (URSC) vous fournira de plus amples renseignements sur le lancement de la FORTERESSE v2. Toutefois, vous pouvez déjà visiter le Centre d’aide et de ressources pour en apprendre davantage au sujet de FORTERESSE v2 et du processus d’auto-formation (www.cadets.ca/ FORTERESSEv2). En attendant qu’arrive l’application FORTERESSE v2, vous pouvez poser vos questions ou formuler vos commentaries à l’attention de votre URSC, ou pour le biais de votre chaîne de commandement. FORTERESSE – C’est à nous d’y voir. Soyez prêts! Apprenez comment procéder à www.cadets.ca/soyezpretpourFORTERESSE v2.

Le compte à rebours avant le lancement de la FORTERESSE v2 est déjà commencé. Pour vous aider à vous préparer, le Centre d’aide et de ressources est en ligne depuis avril, et abonde d’outils de formation et de réponses à vos questions. Vous devrez visiter ce site Web fréquemment, car d’autres outils seront ajoutés au fur et à mesure qu’évolue le projet FORTERESSE v2, et surtout à compter de maintenant, jusqu’en septembre. Le moment venu, votre Unité régionale de soutien

L’application a été conçue pour faciliter le travail des utilisateurs et les aider dans l’exercice de leurs fonctions. Par exemple, elle contient des avis personnalisés qui s’affichent automatiquement pour aider l’utilisateur à maintenir ses données à jour.

<

FORTERESSE sera ultérieurement utilisée à tous les niveaux des OCC, pour ainsi réduire le fardeau administratif. Par exemple, on pourra affecter un cadet à un cours d’été en s’appuyant sur les données saisies par son corps/ escadron. En outre, étant donné que toutes les données sur les cadets seront centralisées dans FORTERESSE, les corps/escadrons auront accès

De gauche à droite, M. Denis Desnoyers, le Capt Mathieu-Michel Coulombe, responsible d’équipe, le Ltv Joé Mantha et le Capt Éric Gendron veulent faire en sorte que le passage à FORTERESSE v2 se fasse de la façon la plus transparente que possible. (Photo de Cadence par l’Élof Dimitri Papadopoulos)

Perfectionnement professionnel pour les leaders du Programme des cadets

13


Pratiques exemplaires

instruction aerospatiale

facultative par simulation Il n’y a rien comme d’« occuper le bon espace au bon moment ». C’est en effet le cas des cadets de l’Escadron des cadets de l’Air 822 (Tutor), à Breslau (Ont.), qui bénéficient des installations de ce genre au Canada pour le programme facultatif d’instruction en aérospatial par simulation. En fait, le programme est véritablement une « introduction à l’aérospatial par simulation » (IAS), une expérience d’apprentissage pratique hors classe qui met en valeur l’instruction de normes nationales offerte aux cadets de l’Air. Le programme a été conçu par le Lcol (retraité) Ronald Gowing, ancien réserviste et ancien commandant du l’Escadron Tutor, comme une option d’instruction à titre gratuit pour les cadets de l’Air de tous les échelons, et est réalisé dans la Regional Community Aerospace Facility (installation d’aérospatial communautaire régionale), relativement nouvelle, à l’aéroport de la région de Waterloo, près de Breslau.

tenant une capacité de neuf modules de simulation, notamment la fuséonautique, la robotique, l’électronique, l’avionique, l’astronautique et la simulation spatiale.

Avec des ressources limitées (un unique simulateur de vol), l’escadron a mis sur pied un modeste programme d’aérospatial en 1998 comme une option d’activité pratique pour les cadets de l’Air. Le programme a évolué au fil du temps et comprend main-

Décollage

Le déménagement du l’Escadron Tutor dans de nouveaux locaux, soit au LCol Ronald Gowing Cadet Youth Development Centre (centre de développement jeunesse des cadets), a eu l’effet d’accélérer la croissance du programme. (Voir l’encadré latéral à la page 16.) En 2004, on y a ajouté l’installation d’aérospatial communautaire régionale et trois salles de classe pour offrir un espace adéquat au programme d’aérospatial amélioré.

Lorsque l’IAS pour cadets de l’Air a pris son essor, les cadets de l’ensemble de l’Ontario y ont eu accès. « C’est une façon peu coûteuse de donner à tous les cadets, de la nouvelle recrue au cadet inscrit au niveau cinq, l’occasion de « prendre les commandes » et d’éprouver la sensation de contrôler un aéronef en vol », déclare le Lcol Gowing, qui continue de donner de son temps comme civil au l’Escadron Tutor et qui gère tous les programmes d’IAS. Une équipe de bénévoles du Centre enseignent l’aviation et l’aérospatial. En peu de temps, le programme accueillait plus que des cadets en s’ouvrant à des classes d’élèves ontariens. En juin 2007, une classe d’élèves de septième et huitième années, de Cambridge (Ont.), lançaient les premiers leur propre programme d’expérience aéros-

patiale scolaire. Le programme était destiné aux élèves en âge d’admissibilité aux Programme des cadets de l’Air. À présent, une semaine de juin est réservée pour les élèves de sixième, septième et huitième années des écoles publiques ou séparées de la région de Waterloo en vue de leur participation au programme à l’installation aérospatiale communautaire. L’installation de haute technologie dispose de salles de classe, d’une salle d’exercices, de bureaux, d’un centre des opérations, etc. En 2008, on y a ajouté des modules, soit un véhicule aérien sans pilote, la technique des satellites et l’électronique de l’espace. L’installation comprend aussi un centre exhaustif pour le contrôle de missions, un poste de pilotage muni de 32 simulateurs de vol, un simulateur de contrôle de la circulation aérienne, un simulateur de contrôle d’un véhicule aérien sans pilote et un simulateur comportant un poste de pilotage Hawker-De Havilland à deux places et écrans cathodiques multiples pour l’instruction du personnel navigant.

Simulateurs de vol Le poste de pilotage est un environnement de simulateurs intégrés en réseau permettant aux cadets de choisir un scénario de vol en solo, en formation, de vol acrobatique ou de recherche et sauvetage. Les simulateurs sont une occasion intéressante de mettre en pratique la matière apprise en classe. « Les 32 simulateurs ne suffisent encore pas », déclare le Lcol Gowing. « Nous sommes obligés d’établir des programmes de

« C’est une façon peu coûteuse de donner à tous les cadets, de la nouvelle recrue au cadet inscrit au niveau cinq, l’occasion de « prendre les commandes » […]. » …LCol Ronald Gowing < 14

L’Adj 1 Goran Mihajlovic (depuis promu) pilote le simulateur avancé du programme d’IAS. Il s’est inscrit à l’université pour devenir ingénieur spatial au sein des FC. CADENCE

Numéro 31, Printemps/Été 2010


Les simulateurs sont une occasion intéressante de mettre en pratique la matière apprise en classe. groupes selon lesquels un groupe pratique le vol simulé tandis que l’autre apprend la planification de vol. »

Centre de contrôle de missions Ici les cadets gèrent les composantes du vol qui assurent le succès d’un lancement dans l’espace et d’un retour à la terre, les voyages à la Lune ou à la planète Mars faisant partie de l’expérience des cadets.

En construction

Les cadets participant au module de robotique dans le cadre de l’IAS apprennent la théorie de base de la robotique. Le vrai

Les cadets du l’Escadron (Orillia) participent au programme d’introduction à l’aérospatial par simulation (IAS) à l’installation aérospatiale communautaire régionale, gérée par le Centre de développement jeunesse des cadets.

<

Robotique

Fusées – Conception, construction et lancement

<

« La construction de notre simulateur de véhicule spatial interplanétaire « True North » progresse lentement », déclare le Lcol Gowing. « La majeure partie du module de commandement est terminée et nous travaillons sur le module de génie aérospatial. » Le simulateur de véhicule compte 60 pieds de long et est muni de modules intérieurs de grandeur nature, accueillant un équipage de 12 personnes. Il comporte un module de commandement et de contrôle, un module de génie aérospatial et un module soutien-vie en milieu spatial. Le module soutien-vie comprend un phytotron du monde réel pour la culture de plantes et de végétaux servant à nourrir les astronautes pendant le long vol à Mars. Un véhicule d’atterrissage à deux places a été ajouté à la partie inférieure du véhicule principal. Au cours de la simulation, le véhicule d’atterrissage se dégagera du véhicule principal et « atterrira » sur Mars. Le lancement de simulateur est prévu pour la fin de cette année.

travail, cependant, consiste à construire un bras robotique. À l’instar des astronautes, les élèves apprennent les procédures avant de les informatiser. Ils exploitent leurs connaissances pour employer de petits bras robotiques à bord du simulateur de véhicule spatial. Les cadets inscrits au niveau 4 ont construit un véhicule à six roues radiocommandé qui se promènera sur la surface martienne muni de deux caméras vidéo sans fil. Le véhicule est conduit à distance et transmet des séquences vidéo au véhicule spatial.

Le Sgt Jacob Bailey fait fonctionner le bras robotique. Récemment promu au rang d’adjudant de 2e classe, le cadet de l’Escadron Tutor a été accepté pour de la formation de pilotage au Collège du SaultSte-Marie cet automne.

Les cadets conçoivent et font des tirs d’essai de fusée à l’aide d’un logiciel de lancement, disposant de moyens télémétriques précis pour peaufiner le réglage du concept avant de construire la fusée. Rien ne motive davantage l’étude des mathématiques et des sciences de l’espace que le lancement d’une fusée qui atteint sa cible.

Contrôle de la circulation aérienne Les cadets reçoivent une instruction sur les communications radio et les procédures de contrôle de la circulation aérienne. Le simulateur leur fait vivre une expérience réaliste du radar et des opérations de tour de contrôle. Un nouveau « radar » est intégré en réseau à l’ensemble des 32 simulateurs de vol et pose un réel défi aux cadets contrôleurs aériens dans leur gestion du trafic aérien simulé.

Perfectionnement professionnel pour les leaders du Programme des cadets

suite à la page 16

15


Pratiques exemplaires

suite de la page 15

Simulation de véhicule aérien sans pilote La simulation de véhicule aérien sans pilote a commencé en 2008 avec l’ajout du simulateur de poste de contrôle au sol et un véhicule radiocommandé réel lancé à la main. L’apprentissage des cadets se fait au moyen de la simulation d’opérations civiles, y compris des missions de recherche et de sauvetage, des patrouilles de l’Arctique, de lutte contre la drogue et de surveillance de la sécurité frontalière. Un modèle d’aéronef doté d’un système aéroporté d’alerte et de surveillance, dont les ailes s’étendent à une longueur de cinq pieds, a été ajouté. Ce dernier comprend

L’Adj 1 Adam Picard apprend les procédures de poste de pilotage au moyen du simulateur d’instruction du véhicule spatial. Le cadet s’est inscrit au collège pour devenir ingénieur d’entretien d’aéronefs au sein des FC.

Concepteur de l’IAS Lorsque le Lcol Gowing devient commandant de l’Escadron Tutor, les cadets s’entraînent dans l’écurie d’une ancienne laiterie du XIXe siècle, située à l’aéroport. Croyant que l’installation était « moins qu’idéale pour des activités jeunesse », il dirigea une équipe communautaire de bénévoles enthousiastes pour amasser des fonds et construire un centre jeunesse qui pourrait accueillir des cadets. Ce centre devait être non seulement le « chez soi » des cadets, mais aussi un endroit de développement pour les jeunes de la collectivité, et où l’on offrirait sans frais à l’ensemble de la jeunesse des activités auxquelles participer pour réussir à devenir des membres productifs de la société, peu importe les circonstances sociales, économiques, ethniques, religieuses ou familiales.

< 16

Le Lcol Gowing (retraité), en compagnie de l’astronaute Chris Hadfield.

CADENCE

Numéro 31, Printemps/Été 2010


radio pour repérer un signal d’instruction ELT émis selon les mêmes coordonnées (GPS) que celles de l’équipe de simulation.

parole, du centre de contrôle de missions vers le simulateur de véhicule spatial en passant par un satellite de simulation.

Recherche et sauvetage (SAR)

Électronique, avionique et satellites

« Globalement, le nombre de membres à l’escadron s’est accru et les cadets développent des aptitudes tout en s’amusant », déclare le Lcol Gowing.

Les cadets ont l’occasion d’en apprendre davantage sur les systèmes satellite. L’équipe d’aérospatial a construit deux systèmes de communication qui transmettent par faisceau laser des signaux modulés par la

« Cette installation offre une excellente mise en application des composantes spatiales et aérospatiales enseignées dans le cadre du programme obligatoire », renchérit le Capt Andrea Onchulenko, officier d’étatmajor du développement du programme des cadets de l’Air au Directeur – Cadets et Rangers juniors canadiens. « Cet effort fantastique pourrait motiver un cadet à poursuivre une carrière dans l’espace et à contribuer à changer la façon de vivre de l’avenir. »

Les cadets s’entraînent au moyen d’équipement de recherche électronique de fine pointe qui réunit des procédures de recherche au sol et aérienne. En simulation, à la suite de la réception d’un signal d’émetteur de localisation d’urgence (ELT), il est possible de faire appel à 16 aéroports dans le cadre d’un effort de recherche. À cet effort s’ajoute celui d’une équipe de cadets de recherche au sol du monde réel qui maintient un contact radio constant avec l’équipe du simulateur. L’équipe au sol utilise une antenne de radiogoniométrie et des récepteurs

Le Sgt Jesse Grubb enseigne à des cadets supérieurs du l’Escadron Tutor dans le nouveau centre d’opérations.

<

une caméra numérique radiocommandée. Celui-ci s’insère dans le cadre de l’exercice d’instruction en temps réel.

Le but était de donner aux jeunes un sentiment de compétence, d’utilité, d’appartenane et d’autonomie, tous des éléments considérés comme étant nécessaires à une vie constructive. Au cœur de cette approche, il y a avait le concept que tous les jeunes ont besoin d’occasions qui favorisent leur développement. En adoptant l’aviation, la technologie aérospatiale et l’apprentissage des sciences de l’espace comme moyen de joindre les jeunes dans la collectivité, le Centre vient aider les cadets à atteindre leurs objectifs. La construction du Centre de développement jeunesse des cadets, achevée grâce aux efforts de bénévoles et de la collectivité dans son ensemble, et sans fonds publics, a permis au Lcol Gowing d’élargir le contenu du programme et d’offrir aux cadets le programme optionnel d’IAS. Même si ce programme avait été conçu pour les cadets, il n’a pas fallu longtemps pour qu’il devienne accessible à la collectivité environnante et plus éloignée. Le Lcol Gowing a travaillé pendant 24 ans en tant qu’officier des affaires publiques de la Force aérienne, puis huit ans au commandement du l’Escadron Tutor. Il entreprend une cinquième année de participation aux programmes d’enseignement de l’Agence spatiale canadienne et d’instructeurs auxiliaires de la Force aérienne des États-Unis. Il a récemment complété une instruction d’instructeur en aérospatial de l’ASC, à Saint-Hubert (Qc), et d’instructeur en aviation et en aérospatial de l’Air Force Auxiliary, à Arlington, en Virginie. Rotary International a accordé au Lcol Gowing et à son épouse, Bonnie, le titre de de « membres Paul Harris » en raison de leur dévouement auprès des jeunes.

Perfectionnement professionnel pour les leaders du Programme des cadets

17


Perfectionnement des officiers

Maj Robert Craddock

Indication claire de la voie de l’avenir À titre de commandant (cmdt), il vous incombe de tracer clairement la voie à suivre pour votre corps ou escadron. Pour y arriver, vous devez établir des objectifs : quelques idées d’objectifs triennaux, un ensemble précis d’objectifs annuels et quelques bons objectifs à atteindre en 90 jours.

• de mobiliser les intervenants essentiels, plus particulièrement votre personnel clé, afin de concevoir le plan et de prendre les mesures nécessaires en vue de réussir;

Pourquoi 90 jours? Cette période suffit pour accomplir quelque chose de significatif et correspond environ au temps nécessaire pour créer le sentiment qu’il est impératif de continuer d’avancer. Cela est également conforme à la manière de fonctionner de la plupart des corps/escadrons (période de trois trimestres) et à la façon dont la majorité des gens planifient leur vie (sur une base saisonnière). Vous ne pouvez donc pas attendre une année complète avant de déterminer si votre rendement est bon ou faible en rapport avec les priorités les plus importantes pour votre équipe.

• de concentrer les efforts de tous les participants, en précisant là où les efforts doivent être déployés d’abord et avant tout;

Une définition claire de la voie à suivre pour votre corps/escadron permettra : • de communiquer vos intentions – l’orientation que vous prévoyez prendre avec l’équipe dans un proche avenir;

• de vous aider à mesurer et à évaluer vos efforts. Pour vous assurer d’avancer sur la voie tracée, vous devez tenir compte des quatre facteurs suivants : que voulez-vous accomplir (résultats); en quoi est-ce important (valeur); comment y parviendrezvous (prochaines étapes); et quels éléments feront l’objet d’un suivi (jalons).

QUE SOUHAITEZ-VOUS ACCOMPLIR? Vous devez définir les résultats visés en vue de les obtenir. À cette fin, décrivez clairement ce que vous voulez accomplir. Examinez les options et déterminez ensuite les tâches à effectuer pour chaque prio-

rité stratégique. Posez-vous des questions, telles que : • Quels problèmes pouvons-nous résoudre dans les 90 prochains jours pour obtenir une amélioration significative? • Quelles occasions pouvons-nous saisir dans les 90 prochains jours pour apporter notre contribution? • Quels changements pouvons-nous apporter dans les 90 prochains jours pour améliorer le programme ou notre capacité d’en concevoir un autre ultérieurement? Établissez des objectifs qui se renforcent l’un l’autre, en prenant appui sur les réussites antérieures, et qui s’harmonisent avec les objectifs à long terme. N’essayez pas d’atteindre plus de trois à cinq objectifs à la fois ou il semblera que tout a le même degré d’importance. Il y a toujours des choses à faire ou des changements à apporter dans un corps/escadron. La répartition des objectifs en blocs de 90 jours permettra à votre équipe de se concentrer sur les mesures à prendre dans l’immédiat. De plus, les objectifs semble-

Vous ne pouvez pas attendre une année complète avant de déterminer si votre rendement est bon ou faible en rapport avec les priorités les plus importantes pour votre équipe. 18

CADENCE

Numéro 31, Printemps/Été 2010


La répartition des objectifs en blocs de 90 jours permettra à votre équipe de se concentrer sur les mesures à prendre dans l’immédiat. ront davantage réalisables que des objectifs mesurés uniquement à la fin de l’année d’instruction en cours.

les mesures les plus cruciales ou les plus immédiates pour permettre à l’équipe d’avancer.

En quoi est-ce important?

Pour vous aider à déterminer les prochaines étapes, posez-vous les questions suivantes :

L’acceptation des objectifs est généralement plus facile lorsque l’équipe a été amenée à participer à leur élaboration. Si cela est impossible, soyez conscient des raisons qui vous ont poussé à choisir ces objectifs, car les autres voudront les connaître avant de s’engager à les atteindre avec vous. Si votre justification n’est pas suffisamment claire ou valable à leurs yeux, vous ne réussirez pas à susciter leur participation. Préparez-vous à expliquer la raison pour laquelle vous avez privilégié ces objectifs contrairement à d’autres.

Comment y parviendrez-vous? Malgré l’exhaustivité du plan – et en dépit du sentiment d’urgence créé par les objectifs de 90 jours – vous risquez d’accomplir peu si vous ne déterminez pas les prochaines étapes. Les prochaines étapes fournissent une orientation claire pour les efforts et les mesures nécessaires, et un moyen d’évaluer la compétence et l’engagement de ceux qui accomplissent le travail. Elles représentent

• Que pouvons-nous faire maintenant? • Que pouvons-nous faire cette semaine? • Que pouvons-nous faire ce mois-ci? L’engagement à l’égard de la voie tracée est tributaire de la réussite et de l’élan du projet. Si vous souhaitez véritablement obtenir l’appui nécessaire, assignez des tâches aux membres de votre équipe et aidez-les à les accomplir avec succès. Répondez à leurs préoccupations concernant les prochaines étapes en précisant les éléments suivants : • les pratiques exemplaires – les exigences et les attentes en matière de comportement; • les pouvoirs – leur pouvoir d’agir et d’influer; • les ressources – mises à leur disposition pour les aider à accomplir leurs fonctions correctement; • les éventualités – les plans établis pour gérer les problèmes qui peuvent se présenter.

Perfectionnement professionnel pour les leaders du Programme des cadets

Quels éléments feront l’objet d’un suivi? Vous et les autres devez connaître la position de l’équipe vis-à-vis des objectifs. À cette fin, il vous faudra mesurer les progrès réalisés quotidiennement. L’atteinte de jalons permet d’alimenter les efforts en cours en présence d’obstacles et d’autres demandes de travail. Décidez des éléments qui feront l’objet d’un suivi. Mieux encore, laissez les membres du personnel choisir les éléments desquels ils feront un suivi, tenez-vous au courant à cet égard et faites rapport de vos constatations régulièrement en utilisant des supports visuels pour attirer l’attention des membres de votre personnel et d’autres intervenants clés du corps/de l’escadron. Si vous adoptez les objectifs de 90 jours et faites preuve de rigueur à ce sujet, vous constaterez qu’il sera plus facile de maintenir votre élan en vue d’atteindre les objectifs annuels de votre corps/escadron et tout au long de la voie à suivre. Le Maj Craddock est l’officier du CIC de secteur de l’Unité régionale de soutien aux cadets (Prairies). Il compte également parmi les partenaires de Key Consulting Group Inc. de Calgary.

19


BRAVO!

Une energie inepuisable « Tous ceux qui connaissent le Capt Cory Lohnes – cadets ou officiers du CIC – s’efforcent de toujours donner le meilleur d’eux-mêmes », dit le Capt Richard Zablocki, qui a proposé la candidature du Capt Lohnes pour le prix Bravo! « C’est là la caractéristique première d’un véritable leader. Le Capt Lohnes est un homme dévoué, très vaillant et doté d’une énergie inépuisable », ajoute le Capt Zablocki. < Le Capt Lohnes sur la rivière Petawawa durant une séance d’entraînement pour les cadets et les officiers avant l’expédition estivale de la région du Centre.

Le Capt Lohnes agit à titre d’officier régional responsable de l’instruction sur les expéditions à région du Centre. Il est également commandant adjoint et officier responsable de l’instruction du Corps de cadets de l’Armée 1944 (génie électrique et mécanique) de Creemore, en Ontario, qui est sous le commandement du Capt Zablocki. Plusieurs officiers ont approuvé la candidature proposée par le Capt Zablocki. Si vous dressez une liste des qualités les plus recherchées de la part d’un officier du CIC, vous remarquerez que vous avez là la description du Capt Lohnes », de dire le Maj Kimberly O’Leary, commandant de l’École régionale d’instructeurs de cadets (Centre). « Il est le modèle de ce que nous voulons pour notre programme, et il place toujours les besoins des cadets, du programme et de ses collègues avant les siens. Il est le leadership charismatique incarné! » « Il y a de ceux qui restent assis sur les côtés et d’autres qui font toute la différence. » ajoute le Maj Jacqueline Pepper, officier de l’instruction des cadets de la région. « Lorsque je pense au Capt Lohnes, les mots suivants me viennent à l’esprit : passionné, enthousiaste, engagé, dynamique, loyal et énergique », dit-elle. « Vous n’avez qu’à participer à un exercice d’expédition avec lui, puis vous en ressortez

en vous disant : « Je crois et j’appuie ce programme, grâce à des officiers tels le Capt Lohnes ». » « Le Capt Lohnes a la capacité naturelle de motiver les cadets et le personnel, même lorsque les conditions sont loin d’être idéales », mentionne le Capt Phil Lusk, instructeur à temps partiel à l’École régionale d’instructeurs de cadets (Centre), qui connaît le Capt Lohnes depuis plus de 15 ans. « Il est capable de convaincre quiconque qu’il est possible de prendre plaisir à effectuer un portage d’un kilomètre lors d’une journée froide et humide ». Le Capt Melanie Lantaigne, autre instructrice d’expédition au même endroit, connaît le Capt Lohnes depuis 10 ans et affirme qu’il est un modèle de comportement pour la collectivité des cadets de l’Armée. « Il donne l’exemple, qu’il soit en train de pagayer dans les rapides, d’encourager un cadet effrayé qui se trouve pour la première fois au pied d’une paroi rocheuse ou d’organiser une formation visant le perfectionnement professionnel de ses instructeurs d’expédition », dit-elle. « Il travaille d’arrache-pied à la planification des prochaines expéditions et à l’amélioration des expéditions existantes. Vous pouvez compter sur lui pour vous remonter le moral, repousser vos limites et vous aider à affronter vos peurs et à atteindre vos objectifs. »

Le Capt Nicole Stark, officier responsable de l’instruction sur les expéditions à l’URSC (Prairies), mentionne que le Capt Lohnes est la voix, l’inspiration et la motivation derrière le programme Expédition de la région du Centre. « L’inlassable dévouement et l’enthousiasme constant dont il fait preuve envers le programme, les cadets et ses collègues officiers sont en corrélation directe avec l’immense succès de la formation à l’expédition dans la région. Le résultat ne serait pas le même sans lui. »

Service Le Capt Lohnes s’est joint au Programme des cadets en tant que cadet au début des années 1980 et a effectué une grande partie de son service comme cadet commandant du Corps de cadets de l’Armée 1944. Il a recommencé à travailler pour le Programme à titre d’instructeur civil en 1995 après avoir terminé ses études universitaires, et est devenu officier du CIC l’année suivante. « Je suis comblé par mes fonctions depuis », dit-il. Il a exercé pratiquement toutes les fonctions imaginables au sein du Corps 1944, notamment celle de commandant, d’agent d’administration et d’officier d’approvisionnement. Il a été l’instructeur responsable de l’examen national de certification d’étoile pendant 11 ans, l’entraîneur de l’équipe de tir à la carabine à air comprimé pendant neuf ans et l’agent de première

« Vous pouvez compter sur lui pour vous remonter le moral, repousser vos limites et vous aider à affronter vos peurs et à atteindre vos objectifs. » …Capt Lantaigne 20

CADENCE

Numéro 31, Printemps/Été 2010


responsabilité de l’équipe d’orientation et de l’équipe de drill de précision pendant quatre ans. Il est également l’instructeur de descente en rappel, l’officier de sécurité du tir, l’instructeur de canotage de base, le chef d’expédition en canot, l’instructeur des opérations par temps froid et l’instructeur en secourisme du corps. Le Capt Lohnes a rempli de nombreux rôles de soutien à la formation au cours des années dans les centres d’instruction d’été des cadets. Si l’« action » était implicite dans une activité, il y participait à divers niveaux de commandement – que ce soit comme chef d’excursion dans des eaux en mouvement ou officier de tyrolienne. Il a pris part au Tattoo des cadets canadiens en 2000, à l’expédition internationale des cadets de l’Armée de 2005, à l’expédition nationale de 2008 et au Grand prix canadien de tir à air en 2008. Il a également été l’entraîneur-chef de l’équipe nationale de tir à la carabine au Bisley en 2009. De plus, il a occupé différents postes d’instructeur/d’instructeur principal d’une myriade de cours donnés à l’ERIC (C) depuis 1999, et a pris part à de nombreux projets spéciaux.

Dévouement Le dévouement du Capt Lohnes s’explique en partie par le fait qu’il est persuadé de l’« effet incommensurable et positif » que le Programme des cadets peut avoir sur la vie d’une personne – qu’il s’agisse d’un cadet ou d’officier du CIC. Il renvoie à sa propre expérience à titre de preuve. Même si de nombreuses composantes de son éducation, de sa formation et de sa carrière (y compris en tant qu’enseignant de niveau secondaire, pro-

<

<

Le Capt Lohnes explique à des cadets une démonstration de canotage donnée par le Capt Christine Hannan et le Capt Melanie Lantaigne sur la rivière Petawawa durant un entraînement préalable à l’expédition.

fesseur d’un collège, directeur d’entreprise et responsable de programmes de loisirs) ont contribué à son développement, il est d’avis que c’est la formation reçue dans le cadre du Programme des cadets qui lui a permis de perfectionner ses aptitudes sociales et cognitives, ainsi que ses compétences en matière de leadership. « Nous sommes le fruit de toutes nos expériences », dit-il, « et nous ne pouvons établir une distinction entre l’expérience et le résultat. » Il mentionne que les commentaires que lui et d’autres officiers du CIC reçoivent couramment d’anciens cadets – manifestation spontanée de gratitude et confirmation de l’influence du Programme des cadets sur leur vie – continuent de renforcer ses convictions à l’effet que le Mouvement des cadets du Canada est hors du commun, et que le fait d’être officier du CIC est une expérience fort enrichissante. Le Capt Lohnes est particulièrement convaincu de la valeur de la formation par l’aventure et de l’enseignement sur le terrain. « Il n’existe aucun meilleur moyen que le Programme des cadets pour rendre ce type d’expérience possiblement transformationnelle accessible au plus grand nombre de personnes possible », dit-il. Le Capt Lohnes a vécu tellement de belles expériences au sein du Programme des cadets qu’il lui est difficile de citer la plus significative : était-ce rencontrer, à titre de membre de l’équipe nationale de tir à la carabine, Son Altesse Royale le prince Philip en 1988, ou le rencontrer une deuxième fois l’été dernier lorsqu’il était l’entraîneur-chef de l’équipe? Était-ce d’observer la compétition à laquelle participait le sergent-major régimentaire de son Corps, ou de voir ce même cadet être nommé en 2008 et en 2009 à titre de SMR du Centre

Perfectionnement professionnel pour les leaders du Programme des cadets

Le Capt Lohnes aide le cadet Jesse Keann à entretenir le feu de camp à James Bay Frontier durant la première expédition de l’hiver 2008 de la région du Centre. d’instruction d’été des cadets de Borden, en Ontario (une première pour un cadet)? Ou était-ce de regarder, à l’occasion du Tattoo en 2000, les cadets de son équipe de descente de rappel effectuer une descente parfaite en chute libre à partir des chevrons du colisée Copps à Hamilton, en Ontario, ou de voir, à maintes reprises, un cadet réussir une descente en rappel d’un mur d’une hauteur beaucoup moins élevée peu après avoir dit : « Je ne peux pas y arriver »? Dolena Matthews, ancienne cadette dont parle le Capt Lohnes ci-dessus, dit qu’il est un mentor – une main qui vous attrape lorsque vous tombez, pour vous relever. « Il ne vous donnera jamais les réponses », dit-elle. « Il vous motivera plutôt à les découvrir. Je ne crois pas que je serais qui je suis aujourd’hui sans son orientation et son soutien. Tout ce dont il s’attend de vous en retour, c’est que vous fassiez de votre mieux. »

Dernier mot Le Capt Lohnes encourage les autres officiers du CIC à communiquer, autant que possible, leurs sentiments à l’égard du Programme des cadets, et de ses avantages, de même que le rôle qu’ils sont appelés à jouer au sein de ce dernier. « Notre vie et notre situation changent, mais tant et aussi longtemps que nous croirons à la valeur de ce Programme et que nous souhaiterons en faire partie – peu importe notre capacité d’engagement du moment – nous trouverons probablement une solution pour y arriver. Vous n’avez pas à quitter entièrement le système si vous n’êtes plus en mesure de répondre à toutes les exigences d’un poste dans un corps/escadron. » Toutes les photos par le Lt Diego Alvarez-Ossa.

21


Perfectionnement des officiers

Lt(N) Paul Fraser

Une première pour le perfectionnement professionnel

<

Environ 160 officiers du CIC ont assisté à la séance.

Le personnel d’instruction des écoles régionales d’instructeurs de cadets (ERIC) de l’ensemble du Canada s’est rassemblé pour la toute première fois pour une séance officielle de perfectionnement professionnel (PP). L’activité a connu un succès retentissant et a mis en évidence le rôle prépondérant que doit jouer le PP dans les futurs cours d’instruction du CIC. Environ 160 officiers du CIC, y compris un contingent considérable du Directeur – Cadets et Rangers juniors canadiens (D Cad & RJC), se sont réunis à Rigaud (Qc) entre le 1er et le 5 décembre. Les participants ont assisté à des présentations qui portaient sur une variété de thèmes, allant de la qualité de l’organisation de l’instruction du CIC et du remaniement de cette dernière, à la théorie actuelle de l’apprentissage des adultes, à l’apprentissage par l’expérience, à l’évolution des effectifs d’officiers du CIC et aux styles d’apprentissage personnels. Parmi les points saillants de la séance, mentionnons la présentation « Professionnalis-

me, perfectionnement professionnel et leadership » du Mgén (retraité) Paul Hussey de Kingston (Ont.), colonel commandant du Cadre des instructeurs de cadets et ancien Directeur général – Réserves et cadets (page 24). Au nombre des autres conférenciers invités, citons le M. Alan Okros du Collège des Forces canadiennes de Kingston, qui a traité de « L’apprenant adulte et les différences entre les générations », et Mme Andréa Legros, du Collège militaire royal de Saint-Jean, qui a parlé des « Pratiques de coaching ». Le Col Craig Fletcher, Directeur – Cadets et Rangers juniors canadiens, a informé les participants de la « Stratégie sur la

condition physique au sein du CIC » et le Lcol Tom McGrath, conseiller de la Branche du CIC, a présenté « Les défis liés au leadership chez les jeunes d’aujourd’hui ». L’activité comprenait des séances en petits groupes (dirigées par des animateurs) sur l’apprentissage des adultes, le coaching (dans le contexte du personnel d’instruction) et les pratiques et outils d’évaluation. D’autres séances ont été tenues sur l’acquisition de compétences en animation, la gestion de classe, l’utilisation du multimédia en classe, la dynamique en matière de groupe, et le mentorat.

« Nous avons acquis le titre de chef de file, et, une fois acquis, notre devoir en tant que dirigeants est de nous assurer d’évoluer pour rester efficace. » …Capt Joni Jean, instructrice à temps partiel à l’ERIC (Centre). 22

CADENCE

Numéro 31, Printemps/Été 2010


« La compétence sans professionnalisme est synonyme de médiocrité ». …Mgén Hussey, colonel commandant du CIC But de l’activité « Cette activité représentait une excellente occasion pour communiquer à l’interne, ainsi qu’avec un auditoire plus vaste d’intervenants, au sujet d’un certain nombre d’aspects différents des activités du CIC », mentionne le Maj Richard Butson, responsable de la conception et de l’élaboration de l’instruction du CIC à la D Cad et RJC. « Nous voulions également insister sur le perfectionnement du leadership par le biais du mentorat de la part de la collectivité des FC en général ». Le Maj Butson dit espérer que les participants partageront leur expérience avec l’ensemble de la population du CIC.

Rétroaction des participants

Le Capt Deveau a dit que la présentation du Mgén Hussey, « Lisez tout », a également eu un impact. « En tant qu’officiers du CIC, nous n’avons pas toujours l’occasion de suivre une instruction supplémentaire ou de participer à des séminaires de perfectionnement professionnel », a-t-il mentionné. « Une grande partie de notre perfectionnement se fait donc en lisant, en participant et en nous préparant à apprendre toute notre vie durant ». De plus, la présentation du Mgén Hussey a touché une corde sensible chez le Capt Joni Jean, instructrice à temps partiel à

Le Capt Jean, qui est également l’officier d’approvisionnement à l’Escadron des cadets de l’Air 822 (Tutor) de Breslau (Ont.), et pilote de familiarisation au Centre de vol à voile du Sud de l’Ontario, à Welland (Ont.), ajoute : « Notre responsabilité, à titre d’officiers du CIC, d’accroître notre professionnalisme ne s’arrête pas au moment où nous enlevons nos uniformes, quittons un cours d’instruction ou terminons une séance de coaching avec un cadet. Il est de notre devoir de favoriser l’autoperfectionnement, que ce soit par le biais d’un cours, de l’enseignement à l’extérieur du Programme des cadets ou de l’ouverture à un large éventail d’expériences grâce auxquelles nous pourrons apprendre et approfondir nos connaissances. Cependant, s’il n’y a pas de professionnalisme, rien de tout cela n’a de l’importance ». Elle a mentionné que l’énoncé du Mgén Hussey avec lequel elle était le plus d’accord était que : « La compétence sans professionnalisme est synonyme de médiocrité ».

Les officiers du CIC ont bénéficié de nombreuses occasions pour interagir et travailler ensemble lors de la séance de PP.

<

D’après le contenu des messages qu’il a reçus, il a mentionné qu’il s’agissait d’une époque formidable, car les officiers du CIC ont un rôle pivot à jouer dans la réussite de la Branche et du Mouvement des cadets du Canada dans son ensemble. « Nous gérons la Branche du CIC à l’aide d’une structure de gouvernance améliorée et de meilleures politiques de gestion du personnel (ressources humaines). Nous disposons du Conseil consultatif de la Branche et avons maintenant notre propre colonel commandant ».

Le Capt Jean dit avoir apprécié d’acquérir des connaissances dans les domaines de l’apprentissage des adultes, y compris la théorie sur l’andragogie (stratégie d’apprentissage axée sur les adultes) et son incidence sur la façon dont les instructeurs donnent leurs cours. « Selon moi, le fait de repenser à cette séance lors de la planification des cours m’a permis d’être mieux préparée pour ceux que je donne à l’ERIC. »

<

Le Capt Greg Deveau, instructeur à temps partiel à l’École régionale d’instructeurs de cadets (Atlantique), du Centre d’instruction de la Nouvelle-Écosse, et agent d’administration du Corps des cadets de l’Armée 2444 (comté de King) d’Aldershot, en N.-É., est l’un des participants qui a fait circuler les messages à ses pairs et à son commandant.

l’ERIC (Centre). Selon elle, un des points clés était que le professionnalisme au sein du CIC requiert un effort permanent et n’est pas une qualité qui s’acquiert du jour au lendemain. Nous avons acquis le titre de chef de file, et, une fois acquis, notre devoir en tant que dirigeants est de nous assurer d’évoluer pour rester efficace. Les actions d’un officier ont une incidence positive ou négative sur l’ensemble de l’organisation et c’est pourquoi nous devons tous travailler en collaboration pour accroître le professionnalisme au sein du CIC.

Le Capt Deveau mentionne que le message principal qu’il a retenu en parta était : « Préparez-vous au changement. Ne restez pas en retrait. Participez activement au développement de la Branche du CIC ».

« Une grande partie de notre perfectionnement se fait donc en lisant, en participant et en nous préparant à apprendre toute notre vie durant. » Capt Deveau, Centre d’instruction de la Nouvelle-Écosse

Perfectionnement professionnel pour les leaders du Programme des cadets

23


Perfectionnement des officiers

Professionnalisme, perfectionnement professionnel et leadership « Le fait de porter l’uniforme et d’accepter une commission de la Reine entraînent des conséquences », mentionne le Mgén (retraité) Paul Hussey, colonel commandant de la Branche du CIC, lors d’une réunion d’officiers du CIC tenue en décembre dernier à Rigaud, au Québec. Il ajoute : « Les citoyens canadiens et vos collègues en uniforme comptent sur votre professionnalisme ». • Le Cadre des instructeurs de cadets, qui célèbre ses 100 ans de service, a connu beaucoup de succès et a fait preuve d’un grand professionnalisme. Les officiers du CIC devraient tous être fiers de ce qui a été accompli jusqu’à maintenant. • Aujourd’hui, en s’appuyant sur cette réussite, les officiers du CIC doivent être « en mode de transformation », processus auquel ils sont engagés dans le cadre de la profession des armes au Canada. • Le processus consiste maintenant, pour vous, à accroître votre professionnalisme et à en solidifier les bases au moyen de la communication stratégique à l’interne comme à l’externe.

<

Mgén Hussey

Dans le numéro d’automne 2005 de Cadence, le Mgén Hussey, alors commandant de l’Académie canadienne de la Défense, disait à nos lecteurs : « Le gouvernement du Canada a confié aux FC la gestion du seul organisme jeunesse qu’il parraine. Les FC ont délégué cette responsabilité à leurs officiers du CIC […] et je m’attends, à l’instar de tous les parents du pays, à un certain degré de professionnalisme au sein du CIC ». Lors de la première séance de perfectionnement professionnel organisée par le personnel de direction national, le Mgén Hussey a saisi l’occasion pour réitérer son point de vue sur le professionnalisme, le perfectionnement professionnel et le leadership des officiers du CIC. Parmi les messages qu’il a transmis, on retrouve les suivants :

• Le processus consiste maintenant, pour vous, à favoriser le développement du leadership au sein du CIC pour mieux préparer les membres du CIC qui acceptent d’assumer les responsabilités de leadership et de gestion, de porter l’uniforme des FC et d’occuper le rang associé à ces responsabilités accrues.

Définition d’une « profession » Selon le Mgén Hussey, une profession comprend les caractéristiques suivantes :

Il signale qu’un changement stratégique s’opère dans l’approche du leadership des FC depuis 1997. Il déclare que Servir avec honneur : La profession des armes au Canada constitue la base philosophique et doctrinale de toutes les politiques de perfectionnement personnel et professionnel des FC. Le Mgén Hussey cite un passage de la publication dans lequel les membres de la profession sont décrits comme des personnes qui « possèdent un ensemble systématique et spécialisé de connaissances et de savoir-faire militaires, acquis par l’éducation, la formation et l’expérience. Ils appliquent cette expertise avec compétence et objectivité dans le cours de leurs missions ». De plus, ils partagent un ensemble fondamental de valeurs et de croyances formant l’ethos militaire qui les guide dans leur tâche et leur permet de maintenir un lien de confiance privilégié avec la population canadienne. Le maintien de la profession « passe par le leadership », dit le Mgén Hussey. La profession est maintenue grâce aux politiques et programmes, au perfectionnement professionnel, à l’histoire, au patrimoine et aux traditions et à l’autoréglementation.

• Il s’agit d’un groupe exclusif et identifiable.

Le « nouveau leadership »

• Elle repose sur un ensemble de connaissances théoriques.

Le Mgén Hussey définit le « nouveau leadership » de la façon suivante : « Diriger, motiver et habiliter de manière à ce que la mission soit accomplie avec professionnalisme et éthique, et chercher en même temps à développer ou à améliorer les capacités qui contribuent au succès de la mission ».

• Elle entraîne une responsabilité spéciale à l’égard de la société. • Elle est gouvernée par un code d’éthique qui est réglementé par les membres de la profession, jugé légitime par la société et compris par les membres de la profession.

Les officiers du CIC doivent être « en mode de transformation », processus auquel ils sont engagés dans le cadre de la profession des armes au Canada. 24

CADENCE

Numéro 31, Printemps/Été 2010


L’ensemble de connaissances professionnnelles des officiers du CIC est axé sur « le développement des jeunes » plutôt que sur le « combat ». Il existe quelques différences importantes dans le contexte du CIC, mais, au niveau fondamental, la majorité de ces pratiques s’appliquent à nos officiers du CIC. Il définit un dirigeant efficace dans les FC par la responsabilité, le savoir-faire, l’identité et l’idéologie professionnelle. Tous ces éléments l’aideront à : • garantir l’accomplissement des tâches; • s’occuper de ses troupes; • penser et à agir en fonction de l’équipe élargie; • prévoir les changements nécessaires et à personnifier l’idéologie professionnelle dans tout ce qu’il fait.

Perfectionnement professionnel au sein du CIC

Le Colonel commandant mentionne que la maîtrise de l’ensemble de connaissances communes qui unifie tous les membres de la profession s’échelonne sur toute la carrière. « Les recrues sont d’abord exposées à cet ensemble de connaissances dont l’ampleur et la portée s’élargissent au fur et à mesure. » L’ensemble de connaissances professionnelles des officiers du CIC est axé sur le « développement des jeunes » plutôt que sur le « combat ». Cependant, tous les autres éléments du cadre de perfectionnement professionnel sont les mêmes, y compris les fondements du leadership et de la gestion, les piliers de l’instruction, de l’éducation, de l’expérience et de l’autoperfectionnement, ainsi que le summum de l’« idéologie professionnelle » ou de l’« ethos ». Le Mgén Hussey a posé la question suivante : « À sa 100e année d’existence, le Cadre des instructeurs de cadets en est-il à un point critique? » Il est essentiel, selon lui, que les officiers du CIC réfléchissent à cette question. Pourquoi? « Ce n’est pas le temps de nous reposer sur nos lauriers, puisque nous procédons maintenant à l’intégration des militaires du rang responsables de la qualité et des militaires du rang dans le programme en raison de la création du Service d’administration et d’instruction des organisations de cadets », dit-il. « À un moment où les exigences en matière de professionnalisme et de perfectionnement professionnel deviennent plus strictes dans le reste des FC, les officiers du CIC doivent se familiariser de nouveau avec leurs responsabilités et les renforcer, à titre d’officiers commissionnés des FC et de dirigeants des jeunes Canadiens et d’autres membres du programme sous leur supervision. »

<

Dans le contexte militaire, cela signifie de réaliser les objectifs militaires (acquérir des compétences et faciliter l’initiative), de projeter les valeurs canadiennes (assurer un comportement professionnel et éthique), de s’occuper des troupes sous son commandement (susciter l’engagement et honorer le contrat social), de se conformer aux lois fédérales (assurer la transparence et la responsabilisation) et de refléter la société canadienne (tenir compte de la diversité). Un certain nombre de publications des FC précisent le cadre du leadership au sein des FC, notamment Servir avec honneur; Le leadership dans les Forces canadiennes : Doctrine; Le leadership dans les Forces canadiennes : Fondements conceptuels; Le leadership dans les Forces canadiennes : Diriger des personnes; et Le leadership dans les Forces canadiennes : Diriger l’institution.

À partir de la gauche, le Col Craig Fletcher, Directeur – Cadets et Rangers juniors canadiens, le Mgén Hussey et le Cmdre Roger MacIsaac, Directeur général – Réserves et cadets, répondent aux questions du public lors de la discussion d’officiers supérieurs sur le leadership.

ajoute le Mgén Hussey. « Du point de vue des Canadiens, ce qui importe aussi c’est la façon dont les membres de la profession accomplissent leurs tâches. En d’autres termes, les militaires doivent satisfaire aux attentes du public en ayant toujours un comportement et une conduite exemplaires. À cette fin, il faut veiller avec vigilance à ce que le militaire professionnel canadien serve toujours son pays avec honneur. »

<

Le Capt Fred Clancy, officier responsable du Centre d’instruction du Nouveau-Brunswick (BFC Gagetown) de l’ERIC (Atlantique) profite d’une présentation dans le cadre d’une séance de perfectionnement professionel.

« Le public est certainement influencé par sa perception de la compétence des forces militaires dans l’exécution de leurs rôles »,

« Cela ne s’acquiert pas du jour au lendemain », dit le Mgén Hussey en parlant du perfectionnement professionnel. « Il s’agit d’un processus cumulatif qui permet aux militaires d’acquérir, avec le temps, les qualifications professionnelles, l’identité et la compréhension nécessaires. »

Perfectionnement professionnel pour les leaders du Programme des cadets

25


Instruction des cadets

Ltv Michael Randell

Passionnant programme en perspective pour les cadets supérieurs < En tant que cadets seniors, le Sgt Michael Lanctôt, à gauche, et le Sgts Étienne Fournier assument de plus grandes responsabilités au sein de l’Escadron des cadets de l’Air 643 de St-Hubert (Qc). Ici, ils mènent un exercice de survie. (Photo de Cadence par l’Élof Dimitri Papadopoulos)

26

Les comités de rédaction chargés du remaniement du Programme des cadets entament leur dernière année. C’est pourquoi nous travaillons actuellement à la conception et à l’élaboration d’un programme d’instruction à l’intention des cadets de cinquième et de sixième années. La compréhension des attentes et des besoins des cadets âgés de 16 à 18 ans est notre force motrice. L’instruction de qualification de maîtrecadet, niveau 5 ou phase 5 sera un programme structuré, mais souple, et intéressant dans le cadre duquel les cadets seront appelés à assumer une plus grande part de responsabilité à l’égard de leur propre apprentissage et avancement en vue d’obtenir la qualification. À ce niveau, l’instruction est essentiellement une formation en cours d’emploi (FCE) au cours de laquelle les cadets se voient donner ou cherchent des occasions concrètes pour perfectionner leurs connaissances et leurs compétences.

L’équipe de conception a pris en compte un certain nombre de facteurs lors de l’examen de la situation des cadets de ce niveau, notamment : • Ils sont soumis à des contraintes supérieures sur le plan de leur horaire en dehors du Programme des cadets, telles que le travail, l’école, le sport et d’autres activités hors programme. • Ils doivent assumer beaucoup plus de responsabilités qu’auparavant en ce qui touche le fonctionnement de leur corps/escadron. Leurs responsabilités peuvent inclure la planification, l’organisation et la réalisation d’activités, l’instruction de groupes et l’exercice de fonctions de direction dans le domaine de l’administration, de l’approvisionnement, etc. • Les jeunes s’adaptent aux technologies et à la mondialisation comme jamais auparavant. • Ils effectuent la transition de l’enfance vers l’âge adulte.

L’instruction de qualification de maîtrecadet, niveau 5 ou phase 5 respectent une structure similaire à celle des années antérieures, mais certaines composantes ont été supprimées ou ajoutées en vue de mieux s’adapter aux besoins des cadets.

Instruction obligatoire À ce niveau, l’instruction obligatoire est seulement offerte lorsqu’il est nécessaire d’expliquer au cadet des concepts non étudiés antérieurement et requis dans l’exercice de ses fonctions. En raison des contraintes de temps auxquelles ces cadets font face, ils ont besoin d’une formation qui leur offre une certaine souplesse. L’instruction obligatoire comprend moins de 12 périodes prévues au cours des séances d’instruction du corps/ de l’escadron. Deux nouveaux objectifs de rendement (OREN) ont été ajoutés : l’OREN 513

La compréhension des attentes et des besoins des cadets âgés de 16 à 18 ans est notre force motrice. CADENCE

Numéro 31, Printemps/Été 2010


(Participation aux ateliers) et l’OREN 514 (Apprentissage individuel continu). L’OREN 513 fournit aux cadets l’occasion d’interagir avec des cadets supérieurs de l’extérieur de leur corps/escadron et de tous les éléments. Chaque atelier a été conçu pour durer une demi-journée (environ quatre heures) et permet d’approfondir les thèmes déjà abordés dans le programme d’instruction du corps/de l’escadron. Les unités ou détachements régionaux de soutien aux cadets animeront les ateliers tenus à différents moments au cours de l’année à l’intention des cadets de cinquième et de sixième années, localement ou à plus grande échelle – selon chaque région. Les régions pourront intégrer les ateliers d’une demi-journée (dans la mesure des ressources disponibles) à l’intérieur de journées ou fins de semaine de formation. Les cadets doivent participer à au moins quatre ateliers pour obtenir la qualification. En vertu de l’OREN 514, les cadets doivent choisir un domaine d’activité/de programme de cadets et montrer qu’ils ont consacré du temps et des efforts supplémentaires en vue d’accroître leurs compétences/connaissances ou de contribuer au domaine de programme choisi. Les exigences relatives à la participation ou au rendement sont définies par le cadet dans le cadre d’un plan d’apprentissage individuel (PAI). Le cadet élabore le PAI en collabo-

ration avec l’officier du cours/l’officier de l’instruction et doit le faire approuver par le commandant de son corps/escadron.

Instruction complémentaire Tout comme lors de ses quatre années précédentes au sein du Programme des cadets, une instruction complémentaire est offerte aux cadets supérieurs. Cependant, elle prend la forme de trousses d’autoformation à étudier en trois périodes (90 minutes). Les cadets doivent terminer un minimum de trois trousses pour obtenir la qualification. Huit des trousses d’autoformation traitent de thèmes communs et six autres contiennent des renseignements élémentaires.

FCE La FCE fournit aux cadets des occasions concrètes de perfectionner leurs connaissances et leurs compétences de façon continue dans les domaines du leadership et des techniques d’instruction. Pour aider les cadets à réussir les évaluations qualitatives liées aux objectifs de rendement en matière de leadership et de techniques d’instruction, il est essentiel de prévoir de multiples possibilités qui leur permettront d’appliquer ces connaissances et de mettre en pratique ces compétences.

Exigences pratiques la FCE À ce niveau, l’évaluation prend la forme d’une trousse d’exigences pratiques de la FCE qui comprend des évaluations à la fois qualitatives et quantitatives liées aux objectifs précise en matière de rendement. Les cadets ont la responsabilité d’effectuer ces évaluations lorsque leur horaire personnel le permet et de tenir compte des autres engagements et activités liés à leur corps/escadron. Une évaluation qualitative des exigences pratiques de la FCE pourra, par exemple, consister en un projet de leadership ef-

<

Perfectionnement professionnel pour les leaders du Programme des cadets

La FCE [formation en cours d’emploi] fournit aux cadets des occasions concrètes de perfectionner leurs connaissances et leurs compétences de façon continue. fectué en groupe (avec d’autres cadets de cinquième et de sixième années) dans le cadre duquel les cadets conçoivent, planifient et réalisent un exercice d’entraînement pour le corps/l’escadron. Une évaluation quantitative des exigences pratiques de la FCE pourra, par exemple, consister en un nombre minimum d’heures de service communautaire à effectuer pour obtenir la qualification.

Carnet de notes Étant donné que ce niveau vise en grande partie à favoriser l’auto-apprentissage, les cadets recevront un outil qui les aidera à orienter leurs activités et à effectuer un suivi de leurs propres progrès. Le carnet de notes sert à la fois d’aide-mémoire et de journal personnel. Il contient un sommaire de l’information concernant les exigences liées à l’évaluation de la FCE et des exigences pratiques connexes ainsi que des listes de contrôle pour vérifier la satisfaction de ces exigences. De plus, il renferme un calendrier pour permettre au cadet de gérer son temps de manière efficace en y inscrivant ses engagements à titre de cadet, ses activités liées à l’école et au travail ainsi que d’autres activités. Nous espérons que le programme de qualification de maître-cadet, niveau 5 ou phase 5 constituera une expérience enrichissante pour les cadets supérieurs et améliorera le taux de maintien en poste à ce niveau. Cette instruction remaniée sera offerte dès septembre 2012. Le Ltv Randell est le chef d’équipe du comité de rédaction du programme de qualification de maîtrecadet, niveau 5 ou phase 5.

Plusieurs cadets seniors, comme l’Adj 2 Evan Reis, qu’on voit ici en train d’inspecter l’Escadron des cadets de l’Air de Mississauga (Ont.), ont un emploi à temps partiel et des demandes croissantes sur leur temps. (Photo par le Slt Jamie Larner)

27


Pratiques exemplaires

L’« adaptation raisonnable » récolte les bénéfices

La fibrose kystique, c’est comme se noyer de l’intérieur. Au cours de la présente année d’instruction, le Corps des cadets de l’Armée de London 9, en Ontario, a récolté les fruits inattendus de son travail pour avoir rempli son « obligation de prendre des mesures d’adaptation » à l’endroit d’un cadet de 14 ans atteint de fibrose kystique.

Dans de récents numéros, Cadence a publié d’un objectif commun, ce qui les a réunis, ou aux exercices en campagne. Il souhaitait une série d’articles portant sur l’« obligation telle une famille. De plus, l’expérience a également savoir comment son personnel de prendre des mesures d’adaptation » qui, permis de personnaliser le concept de ci- pourrait aider le cadet. en vertu de la Loi sur les droits de la personne, toyenneté pour les cadets, ce qui les a aidés nous oblige, dans la mesure du raisonnable, à prendre conscience de l’énorme impact Le Capt Burgoin a ensuite rencontré le à tenir compte des besoins des cadets sui- qu’ils ont en venant en aide aux autres de personnel du corps afin de discuter d’une tousse. On suffoque. Les poumons se remplissent de liquide. Chaque respiration est un combat. C’est façon la façon dontleoncadet vit…pour et meurt. d’aider qu’il puisse vant divers motifs de distinction. La défi- la collectivité. continuer à participer à toutes les activités cience physique, qui compte parmi ces mois aujourd’hui, grâce à la recherche au Canada, les personnes atteintes de cette maladie génétique mortelle relèvent le défi et vivent plus du Programme des cadets, dans la mesure tifs de distinction, est définie comme toute Le commencement du possible. gtemps que jamais. Offrez votrephysique appui. Aidez les personnes affection de nature permanentefibro-kystiques à garder le courage de se battre. L’été dernier, le cadet en question a reçu un ayant une incidence sur la mobilité, la capacité de participer ou l’apparence d’une diagnostic de fibrose kystique avancée. Par Mesures conséquent, il n’a pas pu participer à l’inspersonne. d’adaptation truction d’été, tel que prévu. Le cadet doit prendre beaucoup de médiDans certains cas, il est difficile pour le corps/l’escadron de répondre aux besoins Le Capt Jason Burgoin, nouveau comman- caments et utiliser un appareil respiratoire MD de ces cadets. Pour ce qui est du Corps des dant du Corps, a rencontré le cadet et ses deux fois par jour pendant 30 minutes. parents à plusieurs reprises dans les semaiNéanmoins, il peut prendre part à toutes cadets de l’Armée 9, l’expérience fut profitable. Elle a été grandement bénéfique nes qui ont suivi. Le Capt Burgoin avait fait les activités de l’instruction obligatoire et non seulement pour le cadet et sa famille, quelques recherches sur la fibrose kystique, facultative. mais également pour le corps. Les cadets et mais voulait savoir précisément ce que viSes quintes de toux le gênent parfois, mais le personnel se sont engagés vers l’atteinte vait le cadet et comment la maladie affecterait sa participation à l’instruction régulière son instructeur de niveau étoile lui permet

www.aqfk.qc.ca | 1 800 363-7711

Donnez le souffle de vie

Le cadet doit prendre beaucoup de médicaments et utiliser un appareil respiratoire deux fois par jour pendant 30 minutes. 28

CADENCE

Numéro 31, Printemps/Été 2010


« Il s’agit de petites mesures d’adaptation à prendre pour lui permettre de participer comme tous les autres. » …Capt Burgoin d’aller boire de l’eau et de se reposer un peu. Le cadet participe aux activités sportives et au test de condition physique des cadets de l’Armée en donnant le meilleur de luimême. Les membres du personnel ne lui imposent pas un nombre d’extensions des bras à effectuer ou une distance précise à courir. Cela dépend plutôt de la façon dont le cadet se sent. Il est autorisé à se retirer d’une activité s’il en ressent le besoin, mais devra peut-être en effectuer une autre sur demande. Joueur de tambour passionné de la section de cornemuses et tambours du Corps, le cadet s’absente rarement de la pratique de musique hebdomadaire en raison d’une indisposition. Lors de planification d’une activité à l’extérieur de l’unité ou d’un exercice en campagne, le personnel prévoit suffisamment de temps le matin ou à la fin de la journée pour que le cadet puisse prendre ses médicaments. Quelques fois, on réveille le cadet avant les autres pour lui permettre de faire son traitement en toute intimité ou pour ne pas qu’il se sente pressé. En outre, les membres du personnel établissent des plans d’urgence à l’avance et encouragent le cadet à faire part de ses limites en toute honnêteté. « En tant que membres du personnel, nous sommes plus vigilants, sans toutefois être surprotecteurs, particulièrement lors des activités physiques ou sur le terrain », dit le Capt Burgoin. Pendant la relâche de mars, le cadet a pris part à une randonnée de quatre jours sur le sentier Bruce, dans le cadre de la por-

tion du programme du Duc d’Édimbourg consacrée à l’expédition. « Nous disposions d’un plan d’urgence détaillé, matériel que nous n’apportons pas en règle générale, et d’une source d’alimentation pour l’équipement médical du cadet », mentionne le Capt Burgoin. « Il s’agit de petites mesures d’adaptation à prendre pour lui permettre de participer comme tous les autres. » De plus, le père du cadet a offert son aide. « Ses parents appuient fortement le Programme des cadets et veulent que leur fils y participe le plus possible », affirme le Capt Burgoin. « Ils ne voient aucun problème à s’impliquer. »

Au-delà des attentes Les parents du cadet s’inquiétaient du fait que leur fils avait manqué l’instruction d’été l’année dernière et que, pour cette raison, il ne pourrait pas participer au camp dans les années à venir. Le Capt Burgoin a approché le comité répondant du Corps, qui a accepté de payer pour que le cadet puisse prendre part à un camp des leaders en formation d’une durée de deux semaines au parc des gardiens de la paix situé au nord d’Aylmer, en Ontario. Le parc organise des excursions d’aventure pour les adolescents qui présentent des troubles physiques, mentaux et comportementaux. Le Capt Burgoin affirme que le cadet l’a profondément touché et que son courage a été remarquable. « Il se fixe des objectifs élevés et s’efforce de les atteindre par tous les moyens possibles. C’est pour moi un honneur de le compter parmi mes cadets. »

Aller plus loin encore La kinésithérapie de drainage fait partie de la routine quotidienne du cadet. Ce traitement s’effectue manuellement, mais il existe un équipement encore mieux appelé la veste ThAIRapy. Cette veste aide à dégager le mucus qui recouvre les poumons d’une personne atteinte de fibrose kystique. Un générateur d’impulsions envoie de l’air dans la veste, ce qui fait vibrer le thorax et dégage les poumons. Cette méthode s’avère plus efficace que la kinésithérapie de drainage pour déloger le mucus et ne requiert aucune aide extérieure. (www.cystic-l.org/handbook/html/physical_ therapy.htm). La veste pèse seulement 30 livres, est silencieuse et convient parfaitement pour les voyages. Son coût est de 16 000 $! Le Capt Burgoin a décidé d’organiser un souper-bénéfice et une vente aux enchères par écrit pour collecter des fonds en vue d’aider le cadet à se procurer la veste. L’association des anciens, le comité répondant et la filiale 317 de la Légion royale canadienne ont appuyé le projet et ont contribué à sa concrétisation. Les cadets ont participé à la planification de l’événement et à la vente des billets. Les organisations ont été invitées à faire des dons. Environ 120 personnes se sont réunies pour la soirée-bénéfice du 20 mars, lors de laquelle le corps a remis un chèque de 11 000 $ à la famille au nom du corps, des citoyens de London et d’autres personnes touchées par l’histoire du cadet. Le Slt Vikky Broad, membre du personnel, a donné l’élan à la levée de fonds. Elle a dit que si les cadets amassaient 2000 $, ils pourraient lui raser la tête. « Le Slt Broad se promène maintenant sans un poil sur la tête », mentionne le Capt Burgoin. « Nous n’aurions pas pu y arriver sans elle. Officier dévoué du CIC, elle se soucie beaucoup du cadet concerné et des autres cadets. » « Le corps n’a pas fini de sensibiliser les autres à la fibrose kystique et de collecter des fonds pour cette cause », affirme le Capt Burgoin. « Nous prévoyons actuellement former une équipe de réservistes et de cadets pour participer à la marche Destination guérison pour la fibrose kystique le 30 mai. »

Perfectionnement professionnel pour les leaders du Programme des cadets

29


Compétences transférables

Fournir des compétences professionnelles au Programme des cadets : Deuxième partie Les compétences transférables ne sont pas exclusives à un emploi en particulier. On peut les utiliser dans le cadre de différents emplois ou de différentes tâches. Il se peut que vous ayez acquis des compétences transférables grâce à votre expérience de travail, à vos études, à vos activités de bénévole, à vos passe-temps ou à votre expérience personnelle. Vous avez peut-être perfectionné ces compétences grâce aux cadets. Dans le dernier numéro, nous avons présenté six officiers du Cadre des instructeurs de cadets (CIC) qui ont acquis des compétences dans le cadre d’activités de la vie civile qui sont utiles au Programme des cadets. Dans le présent numéro, nous en présentons quatre autres dont les compétences transférables les aident à être des dirigeants accomplis.

Maj Bob Mackay Fredericton, (N.-B.) Officier du CIC du secteur (Air), Nouveau-Brunswick Banquier Le Maj Mackay a été banquier pendant 27 ans. Durant ce temps, il a beaucoup appris sur la gestion des ressources humaines, le rendement des entreprises et la gestion du rendement. Il observe que les compétences qu’il a acquises grâce à son emploi civil l’ont aidé à accomplir cette tâche essentielle au succès du corps/de l’escadron qui consiste à définir des objectifs pour le personnel local. Ses compétences l’ont aussi aidé à proposer des jalons qui permettent de mesurer la réussite d’un escadron. Ce qu’il a appris comme banquier relativement à la gestion du rendement – élaboration et recommandation de mesures de redressement, compréhension et encadrement de la mise en œuvre – lui a aussi été utile dans le cadre du Programme des cadets. « J’ai ainsi acquis les outils nécessaires pour discuter de rendement et, dans certains cas, l’expérience requise pour faire face à des problèmes de rendement et m’assurer que je me conformais au règlement du Programme des cadets », déclare-t-il. De plus, les compétences liées au rendement des entreprises acquises par le Maj Mackay (planification opérationnelle, gestion budgétaire, analyse de marché, recommandations visant à développer le réseau des banques ou à réduire l’empreinte de l’entreprise) l’aident dans ses tâches d’officier du CIC du secteur. « Je suis en mesure d’offrir des conseils au commandant du détachement concernant des domaines dont nous voudrions regrouper les opérations, de présenter une analyse de rentabilisation visant à déménager les escadrons ou à agrandir, en tenant compte de l’évolution démographique », déclare-t-il.

Le Maj Mackay a acquis plusieurs compétences < en affaires au cours de son travail pour la Banque Royale du Canada.

30

CADENCE

Numéro 31, Printemps/Été 2010


Capt Jerry Firth Commandant (cmdt), Escadron des cadets de l’Air 225 (Taber Comet), Taber (Alb.)

Dans le cadre du système scolaire, le Capt Firth aide les étudiants à acquérir des connaissances de base et des aptitudes sociales qui les aident à mener une vie saine. Il porte une attention particulière aux étudiants présentant des problèmes émotifs et qui ont de la difficulté à évoluer au sein de situations sociales ordinaires.

<

Travailleur pour les soins aux enfants et à la jeunesse

Le Capt Firth au travail.

« Mon expérience du counseling joue un grand rôle dans les situations où les cadets ont des préoccupations », note le Capt Firth. « J’utilise mes compétences pour faire face aux problèmes sans parti pris, maîtriser la situation et demeurer calme. » Il appuie directement le CDPU de l’escadron quand celui-ci est incertain quant à la gestion d’une situation. « Les compétences les plus utiles que j’ai acquises dans ma carrière civile sont la patience, l’acceptation et la compréhension », ajoute-til. « Puisque la plupart des étudiants avec lesquels je transige ont des comportements fortement émotifs, je dois demeurer calme en tout temps, les accepter et comprendre leur situation. J’utilise ces compétences aussi souvent que j’en ai besoin dans le cadre du Programme des cadets. Ce sont des compétences que les cadets, le personnel et les parents apprécient grandement, car elles assurent un environnement calme favorable à la croissance des jeunes.

Capt Margaret Martin Officier d’administration, Corps de cadets de l’Armée 9, London (Ont.) Officier supérieur régional, Prix du Duc d’Édimbourg Le Capt Martin a occupé plusieurs postes au plan local et régional au sein des Cadets, y compris celui de conseillère des Cadets du secteur (secteur de l’Ouest de l’Ontario). Elle est également ancienne adjointe administrative pour la province de Terre-Neuve, et ancienne agente de l’information du Programme des gardes forestiers juniors. « J’utilise un grand nombre de compétences personnelles acquises durant ma vie civile ou mon travail d’officier du CIC », déclare le Capt Martin. « Durant ma carrière civile, j’ai acquis des compétences en administrant et en mettant en œuvre des programmes pour les jeunes, j’ai développé de bonnes habiletés en relations publiques et de grandes compétences interpersonnelles. » Dans son poste actuel, elle travaille auprès de jeunes provenant de milieux très variés. « J’ai ainsi un point de vue unique sur la meilleure façon d’obtenir l’engagement des jeunes de tous genres : les jeunes à risque, les jeunes du système de justice, un grand nombre de groupes d’étudiants, des scouts, des guides et d’autres groupes et organismes communautaires. » Il est clair que tout ce qu’elle apprend peut s’appliquer aux cadets. Que ce soit dans l’organisation des cadets ou dans sa vie civile, elle aime promouvoir les réalisations des jeunes. Le Capt Martin pense qu’en toutes circonstances, ce qui importe le plus pour les jeunes n’est pas nécessairement l’ampleur des connaissances, mais le fait que l’on se soucie d’eux.

Le Capt Martin auprès des cadets du Corps de cadets de l’Armée 2697 (Bruxelles) en octobre dernier dans le cadre de son travail d’officier supérieur régional pour le Prix du Duc d’Édimbourg. Perfectionnement professionnel pour les leaders du Programme des cadets

<

31


Compétences transférables Capt Cynthia Munro Cmdt, l’Escadron des cadets de l’Air 810 (Grant McConachie), Edmonton Spécialiste de l’instruction et du perfectionnement, Apprentissage et perfectionnement du personnel, Université d’Alberta Le poste occupé par le Capt Munro comme conseillère en matière de droits de la personne d’une unité (CDPU) dans l’organisation des cadets a conduit à son embauche par le Bureau des droits de la personne. Ce fait constitue un exemple parfait des transferts de compétences entre les cadets et la vie civile. Cet emploi civil lui a permis d’accroître ses connaissances dans les domaines des lois relatives aux droits de la personne, de la jurisprudence et de l’obligation de prendre des mesures d’adaptation, et a ainsi permis d’améliorer son travail de CDPU. Ses compétences en font aussi un commandant plus intelligent et l’aident à jouer un rôle de chef en ces matières, y compris dans la rédaction d’articles récents pour Cadence portant sur l’obligation de prendre des mesures d’adaptation à la diversité chez les cadets. Le Capt Munro détient un certificat en gestion des conflits, lequel lui est utile pour trouver des méthodes axées sur la collaboration nécessaire dans la gestion des questions ou problèmes auxquels sont confrontés des cadets, du personnel et des parents. Cela l’a aussi aidée dans la préparation d’un séminaire à l’intention des cadets supérieurs portant sur la gestion des conflits. Elle déclare que cet aspect a eu un impact déterminant sur le comportement des cadets. Ce qu’elle a appris sur le leadership et l’instruction du personnel dans son emploi civil, elle le met en pratique pour l’instruction sur le leadership à l’intention des cadets supérieurs. « Ma connaissance de l’instruction et du perfectionnement m’aide à tirer le maximum de l’instruction des cadets », observe-t-elle. Sa connaissance de la culture organisationnelle l’a menée à lutter pour l’avènement d’une unité respectueuse et axée sur l’inclusion, à favoriser un bon moral et à encourager des réalisations importantes. « Ma carrière civile m’a aidée à nouer des relations et à acquérir une influence en combinant collaboration et direction, afin d’obtenir un maximum d’adhésion, de participation et éventuellement de résultats », conclut le Capt Munro.

<

32

Le Capt Munro à l’Université d’Alberta. <

CADENCE

Numéro 31, Printemps/Été 2010


Perfectionnement des officiers

Bob Robert

<

Gestion des finances des escadrons Un excellent comité répondant, et par conséquent, un excellent escadron, se distinguent essentiellement par son aptitude à assumer les responsabilités financières de l’escadron de manière compétente. Ces responsabilités vont au-delà du PE de 2005 entre les ligues et le MDN (section 5.2.7) qui stipule que : « Le but de la présente section est de faire en sorte que tous les fonds que reçoit le corps/l’escadron soient versés dans un compte contrôlé et administré par la succursale/le comité répondant. Le compte rendu des fonds doit être transparent et être mis à la disposition de tous les intervenants ».

en moyenne, inférieures à 30 000 $ et que celles de certains d’entre eux se chiffrent toujours à moins de 10 000 $, un bon nombre d’escadrons dépassent le cap des 100 000 $. Il s’agit généralement de gros escadrons dont les comités répondants organisent des bingos autorisés, mais un nombre important d’escadrons dépassent tout de même les 75 000 $ sans tenir de bingos.

Des fonds considérables

Les escadrons, grâce à leurs comités répondants, reçoivent des subventions/fonds du gouvernement, génèrent des recettes substantielles des activités de financement et d’autres projets lucratifs de collecte de fonds, font l’acquisition d’immeubles, etc. Certains comités répondants sont constitués en personne morale et beaucoup d’autres sont des organismes de bienfaisance enregistrés. En somme, les obliga-

De nos jours, la majeure partie des finances des escadrons représentent (et doivent représenter) des fonds relativement considérables comparativement à auparavant. Bien que les dépenses annuelles (et les recettes) de tous les escadrons du pays soient,

tions et les responsabilités liées aux questions financières sont importantes, et il est nécessaire de s’en acquitter d’une manière compétente et opportune pour satisfaire aux exigences de la loi, du gouvernement et des ligues, mais également pour servir le mieux possible les intérêts du programme et des cadets de l’escadron.

Responsabilités financières Les obligations et les responsabilités financières incombent en grande partie – mais ne se limitent en aucun cas – au trésorier du comité répondant. Elles relèvent également du président et de l’ensemble du comité répondant, qui doivent compter sur la collaboration du commandant (cmdt) et du personnel de l’escadron.

Le Capt Sylvain L’Heureux, commandant de l’Escadron des cadets de l’Air 1 (West Montreal) en compagnie de Della Robertson, présidente du comité de répondants de l’escadron, peaufine les détails du budget de l’escadron proposé pour 2010-2011. (Photo de Cadence par l’Élof Dimitri Papadopoulos)

Le trésorier du comité répondant demande au commandant de fournir ses commentaires sur le programme d’instruction prévu pour la prochaine année. suite à la page 34

Perfectionnement professionnel pour les leaders du Programme des cadets

33


Perfectionnement des officiers

Le commandant et le personnel clé de l’escadron doivent tenir le comité répondant et le trésorier informés. suite de la page 33

Les responsabilités comprennent notamment : - la planification, l’établissement de priorités et la budgétisation; - la collecte de fonds; - la gestion et la protection des fonds et des biens; - la prestation de conseils; - l’établissement de rapports; - la tenue de dossiers et d’archives.

Planification financière Bien souvent, la planification a lieu trop tard dans un organisme bénévole. Par conséquent, il arrive fréquemment que les personnes clés ne soient pas disponibles autant que nécessaire ou que les renseignements de base soient introuvables ou incomplets. Une activité ou un programme qui n’a pas fait l’objet d’une planification appropriée a de fortes chances de perdre son efficacité, sinon d’échouer. Pour éviter ce type de situation, il faut planifier bien à l’avance et effectuer un suivi. Le budget est l’outil de planification fondamental et principal. Théoriquement, voici la façon dont le processus devrait se dérouler : • Avant avril : Le trésorier du comité répondant demande au commandant de fournir ses commentaires sur le programme d’instruction prévu pour la prochaine année. Il peut le faire lors des réunions ordinaires du comité répondant, auxquelles le commandant et le personnel clé assistent, ou pendant une réunion distincte convoquée par le commandant. • Réunion d’avril du comité répondant : Le trésorier présente un avant-projet de budget, qui comprend préférablement les commentaires du commandant. Si le trésorier n’a pas obtenu les commentaires du commandant à l’avance, il doit tout de même présenter un avant-projet de budget faisant état des éléments de coûts prévus et actualisés pour l’instruction, les activités facultatives, les installations, les dépenses de soutien, les évaluations, les distinctions honorifiques et les ré-

34

compenses, les recettes nécessaires et réalisables de diverses sources, et ainsi de suite (cela est possible étant donné qu’un bon nombre d’activités des escadrons se répètent souvent d’année en année). L’avant-projet de budget fait ensuite l’objet de discussions et d’améliorations afin d’inclure les éléments manquants dans l’intervalle, entre cette réunion et la suivante. • Réunion de mai : Le trésorier présente un deuxième avant-projet de budget. S’il est complet et approuvé, les membres du comité répondant se prononcent à cet égard et l’acceptent. Même si le commandant et le personnel clé ne votent pas, ils prennent part aux délibérations qui précèdent le vote. De bonnes relations de travail sont essentielles. Toutefois, si de plus amples améliorations au budget s’imposent, le vote aura seulement lieu lors de la réunion subséquente. • Réunion de juin : Le trésorier présente le dernier avant-projet de budget aux fins d’approbation finale. Il est ensuite possible d’amorcer la planification à partir du budget approuvé en vue mettre en œuvre le programme d’instruction et les activités, et de collecter des fonds (voir l’encadré sur la levée de fonds). • Suivi continu : Les postes du budget doivent correspondre aux postes du Rapport financier du comité répondant (Formulaire ACC9), présenté annuellement à la Ligue des cadets de l’Air. Le trésorier peut présenter des données budgétaires instantanées de suivi à chaque réunion du comité répondant pour permettre, au besoin, un rajustement au niveau des activités (dépenses) ou de la collecte de fonds (recettes). Le commandant et le personnel clé participent pleinement au processus. Leur participation est importante pour le succès de la prestation du programme, mais également parce que le commandant reconnaît avoir lu et compris le rapport annuel lorsqu’il le signe.

Gestion des fonds Le trésorier, en collaboration avec le comité répondant, doit assurer la protection et la gestion des fonds de façon appropriée, y compris les investissements, la protection contre les déficits démesurés et la constitu-

tion d’une réserve pour les temps difficiles. Les directives du comité provincial et le Manuel des politiques et des procédures de la Ligue des cadets de l’Air représentent les documents sources portant sur le sujet.

Prestation de conseils Le commandant et le personnel clé de l’escadron doivent tenir le comité répondant et le trésorier informés pour que le trésorier puisse prodiguer les conseils financiers nécessaires de façon continue au comité et à l’escadron.

Établissement de rapports et tenue de dossiers Le trésorier doit préparer les demandes nécessaires (ou aider le commandant en ce qui a trait aux demandes du MDN) et également classer et tenir les dossiers et les archives financières et réglementaires de l’escadron. Cela comprend les rapports financiers internes, les formalités administratives des organismes de bienfaisance enregistrés – Agence du revenu du Canada, le cas échéant, les documents s’il y a lieu, les demandes de remboursement de TPS au besoin, etc. En dernier lieu, le trésorier doit être prêt à transférer les dossiers de façon méthodique à son successeur le moment venu. Les obligations et les responsabilités financières des escadrons sont, pour la plupart d’entre eux, nombreuses, mais doivent toujours être respectées. Elles requièrent l’attention et la compétence de tous, mais particulièrement du comité répondant et du trésorier. La compétence est la composante essentielle et la caractéristique distinctive d’un escadron modèle. Les escadrons modèles s’occupent de leurs cadets de l’Air. Toutes nos félicitations aux escadrons qui sont à la hauteur! Bob Robert est vice-président et trésorier de la Ligue des cadets de l’Air. Il agit également à titre de président du Comité des finances de la Ligue et de trésorier du comité répondant de l’Escadron des cadets de l’Air 2 (VandenBos) de Whitby (Ont.).

CADENCE

suite à la page 35

Numéro 31, Printemps/Été 2010


suite de la page 34

Levée de fonds Le comité répondant – avec l’aide du commandant, du personnel, des cadets, des parents et même des partisans de l’extérieur – peut choisir ou élaborer une myriade de méthodes pour collecter des fonds. Le Programme des cadets de l’Air, tout comme la collecte de fonds, est un projet communautaire (en majeure partie à l’échelle locale, mais également provinciale). L’efficacité des méthodes est tributaire des éléments suivants : • votre collectivité (collectivité urbaine ou rurale, riche ou pauvre, l’ethnicité, la concurrence entre les collecteurs de fonds, la présence de clubs de bienfaisance, etc.); • la volonté et l’imagination des membres de votre collectivité; • vos relations à l’interne comme à l’externe (en milieu de travail ou sur le plan social); • l’intégration de votre escadron au sein de la collectivité; • votre succès en matière de relations publiques. Les principaux collecteurs de fonds connus utilisent des méthodes allant des activités de financement (importantes en Ontario) aux jeux de loterie, ou allant de subventions gouvernementales supplémentaires (dans quelques provinces) aux jeux de loterie du comité provincial de la Ligue des cadets de l’Air et aux contributions de participants. Le comité répondant prévoit des fins de semaine de financement et des campagnes de vente de billets de loterie. Les collectivités qui n’ont pas accès aux « principaux » collecteurs de fonds font preuve d’un esprit d’initiative, d’une imagination et d’un dynamisme incroyables pour collecter des fonds. Voici quelques-uns des multiples projets de levée de fonds possibles :

L’une des activités de financement courantes consiste à vendre des billets de loterie. Le Sgt Francis St-Pierre, de l’Escadron des Cadets de l’Air 729 Sallaberry-de-Valleyfield (Qc), vend des billets de Loto-Québec pour aider à amasser des fonds pour l’Escadron. (Photo de Cadence par l’Élof Dimitri Papadopoulos)

<

• donner des tables et des chaises en location; • les tirages au sort : un voyage à Disney, une caravane ou une voiture; • l’envoi de personnel pour les kiosques de concessionnaires lors des fêtes ou au stade local; • la livraison d’annuaires téléphoniques; • la vente de chocolat de Pâques, de calendriers, de casse-têtes, de poinsettias, de géraniums, de chrysanthèmes, de poulet, de saucisses, de biscuits, de produits Avon, de produits Regal, de papier hygiénique, d’ampoules ou de piles; • gérer un kiosque d’arbres de Noël; • un club d’anciens élèves; • ériger des murs de sacs de sable avec Ducks Unlimited; • une soirée de danse pour les parents; • monter une pièce de théâtre ou un spectacle d’artistes amateurs; • produire et vendre un livre de recettes de l’escadron; • organiser un déjeuner aux crêpes, un souper de crabe ou un barbecue; • une vente de garage ou une vente de livres usagés, de plats maison ou de tonneaux de vin; • une campagne de ramassage de bouteilles; • la mise en sac à l’épicerie; • des encans silencieux ou en direct; • la tenue de vestiaires; • des compétitions de tir; • un tournoi de hockey-balle ou un quillothon; • l’emballage de cadeaux.

Vous n’avez donc qu’à vous laisser guider par votre imagination et les possibilités pour organiser votre levée de fonds! Le commandant et le personnel approprié doivent toujours assurer la supervision des activités de collecte de fonds lorsque des cadets y participent. Autrement, cela n’est pas nécessaire. Cependant, la collaboration en ce qui touche les idées et les campagnes est toujours appréciée.

Perfectionnement professionnel pour les leaders du Programme des cadets

35


Les cadets d’ailleurs

<

Les activités des cadets de la NouvelleZélande seront évaluées selon les normes des unités de la NZQA appropriées en vue de l’octroi du certificat national des Forces des cadets.

Maj Bill Carruthers (NZCF)

Reconnaissance nationale de l’instruction des cadets Les Forces de cadets de la Nouvelle-Zélande (NZCF) ont adopté une approche novatrice pour relever le défi du recrutement de cadets, et plus important encore, les garder. Les NZCF ont élaboré un certificat national des Forces des cadets au niveau deux. Le certificat a été approuvé par la New Zealand Qualifications Authority (NZQA) – l’organisation d’État (établie dans le cadre de l’Education Act 1989 du pays) qui vise à s’assurer que les qualifications de la NouvelleZélande en matière d’enseignement sont considérées comme dignes de foi et solides, tant à l’échelle nationale qu’internationale. Les qualifications nationales servent à reconnaître la valeur des connaissances et des habiletés fondées sur des normes. Le nouveau certificat des Forces des cadets est conçu en fonction des programmes d’instruction actuels d’une durée de trois ans s’appliquant aux trois corps (marine, armée de terre et aviation) qui forment les NZCF.

La NZQA approuve et vérifie toutes les qualifications à l’échelle nationale. On assigne à ces dernières un niveau variant entre un et dix. Par exemple, on a créé une qualification NZQA de niveau un pour les élèves de 16 ans du système d’éducation de la Nouvelle-Zélande en utilisant des plans de cours existants; par contre, un doctorat universitaire se situe au niveau dix.

nent des cours donnés par les NZCF en vue d’obtenir des qualifications reconnues à l’échelle nationale en enseignement et en instruction, ce qui est essentiel pour assurer la crédibilité quant à la capacité des NZCF à offrir le nouveau certificat national.

L’intégration du certificat national des Forces des cadets a de nombreux effets sur les NZCF.

• Le programme d’instruction d’une durée de trois ans de chaque corps est actuellement révisé pour cerner les aspects pertinents dans le cadre du certificat national ainsi que les sujets abordés qui ne sont pas inclus dans les paramètres de qualification.

• Les officiers des NZCF participant à l’instruction révisent leurs compétences en matière d’instruction et entrepren-

• Pour assurer l’uniformité de l’évaluation, le quartier général élabore des tâches d’évaluation communes pour

Effets sur les NZCF

Les cadets savent maintenant qu’on les évalue au moyen des mêmes outils d’évaluation que ceux des autres cadets, peu importe l’endroit où ils vivent. 36

CADENCE

Numéro 31, Printemps/Été 2010


toute la qualification. Des membres des NZCF spécialement formés à ces fins et reconnus par la NZQA en tant qu’évaluateurs approuvés procéderont aux évaluations. • Les NZCF élaborent des unités d’apprentissage vérifiées par la NZQA dans les domaines couramment inclus dans notre programme d’instruction et pour lesquels il n’existait auparavant aucune unité d’apprentissage évaluée à l’échelle nationale. Les manoeuvres à pied et la connaissance de la Force de défense de la Nouvelle-Zélande en sont des exemples.

Quel est le lien avec les cadets? Nous pouvons maintenant offrir un certificat national intégrant environ 70 p. 100 de notre programme d’instruction d’une durée de trois ans. Nos cadets peuvent ainsi obtenir la reconnaissance officielle de leur apprentissage au sein d’une unité de cadets, alors qu’auparavant, cet apprentissage n’était pas reconnu dans le système d’éducation.

• dans les unités de cadets, l’instruction devient beaucoup plus centrée sur des objectifs bien définis. Cela permet aux instructeurs d’avoir une idée claire de ce qui est requis, et les cadets ont indiqué qu’ils ont une idée beaucoup plus précise des raisons pour lesquelles ils acquièrent un ensemble de connaissances ou de compétences donné; • les cadets savent maintenant qu’on les évalue au moyen des mêmes outils d’évaluation que ceux des autres cadets, peu importe l’endroit où ils vivent. Pour les adolescents, le sentiment d’être traités de façon équitable joue un grand rôle dans leur attitude; • les NZCF reconnaissent que les jeunes d’aujourd’hui recherchent des récompenses plus tangibles pour leurs efforts plutôt que des encouragements traditionnels tels que « C’est bon pour vous » ou « Vous aimerez l’expérience ». Les cadets peuvent maintenant obte-

Par exemple, un élève du secondaire âgé de 16 ans qui suit un cours d’un an en géographie peut accumuler 24 crédits au niveau un s’il le réussit. Les élèves ont besoin de 80 crédits pour obtenir leur certificat NZQA de niveau un. À présent, les élèves peuvent obtenir des crédits en vue d’atteindre le total requis (niveaux un et deux) tout en étant en service dans une unité de cadets.

nir quelque chose en lien direct avec leurs études et qui sera consigné dans leur bilan de rendement. Ce bilan tenu par la NZQA est un registre de toutes les normes et qualifications nationales qu’une personne atteint au cours de sa vie; • davantage de cadets potentiels pourraient franchir les portes des NZCF, sachant qu’ils peuvent acquérir des crédits en vue de leurs certificats de NZQA (niveaux un et deux). Pour tirer tous les avantages du programme, ils devront passer trois ans au sein de l’organisation, ce qui devrait avoir un effet positif sur le maintien en service. Le Maj Carruthers est l’officier d’état-major (éducation) au quartier général des NZCF à Wellington (Nouvelle-Zélande).

<

Pour tirer tous les avantages du programme, les cadets doivent passer trois ans au sein des NZCF.

Bien que le programme de certificat ne soit pas encore entièrement intégré dans les unités de cadets des NZCF, nous remarquons des conséquences positives :

Comparaisons canadiennes Étant donné qu’en Nouvelle-Zélande l’éducation est une responsabilité nationale, il est plus facile pour la NZCF d’élaborer un Certificat national des Forces des cadets. Cela ne peut se produire au Canada, car ici l’éducation relève de la compétence provinciale. Toutefois, au Canada, la Ligue des cadets de l’Air a travaillé pour que les cadets canadiens puissent obtenir des crédits d’études secondaires pour les compétences acquises au sein de l’organisation des Cadets. Aujourd’hui, dans de nombreuses provinces du pays, les cadets qui suivent un entraînement dans leur localité ou dans des centres d’instruction d’été peuvent obtenir des crédits qui seront valables pour leur diplôme d’études secondaires Au Canada, l’acquisition des crédits se fait dans le cadre du programme d’évaluation et reconnaissance des acquis (ÉRA) ou du processus de revendication des crédits. Pour obtenir des renseignements à jour sur l’ÉRA au Canada, visitez les sites Internet suivants : www.capla.ca ou www.cicic.ca. Vous pouvez également consulter le site www.aircadetleague.com/fr/joinus/joinasacadet/, qui traite des crédits pour études accordés par les différentes provinces et fournit les coordonnées des personnes à contacter. Il est également intéressant de noter que la NZCF évolue dans le même sens que le Mouvement des cadets du Canada. Suite à la mise à jour du Programme des cadets, nous disposons d’un plus grand nombre de normes nationales pour l’instruction des cadets et d’une politique sur les promotions des cadets s’appliquant aux trois éléments de sorte que l’évaluation et la promotion de tous les cadets se fondent sur les mêmes critères. De même, nous avons entrepris des démarches en vue d’établir une norme d’instruction nationale pour le CIC.

Perfectionnement professionnel pour les leaders du Programme des cadets

37


Point de vue Lt Diego Alvarez-Ossa

<

Le Lt AlvarezOssa et un étudiant de la 11e année, le Cplc Dominic Watson, (Bataillon de service de Hamilton) du Corps des cadets de l’Armée 2814 de Hamilton (Ont.).

Les adeptes du jour du Souvenir « poussent comme des coquelicots » Le 11 novembre dernier, un article intéressant intitulé Why is Nov. 11th blooming? (Pourquoi le 11 novembre prend-il une telle ampleur?) est paru dans le Globe and Mail. L’article stipule que les Canadiens ont un intérêt accru pour le jour du Souvenir. L’article stipule que les Canadiens ont un intérêt accru pour le jour du Souvenir qui « pousse comme des coquelicots ». Avec l’été qui approche, il pourrait paraître étrange de publier un article sur le jour du Souvenir. Toutefois, comme le numéro d’automne de Cadence est dédié à la commémoration du 100e anniversaire du Cadre des instructeurs de cadets, il s’agit de ma dernière chance de discuter de ce sujet dans le cadre de ces pages, avant le 11 novembre. En tant qu’officiers commissionnés et dirigeants de la jeunesse au sein du Programme des cadets, nous avons tous l’habitude d’épingler un coquelicot sur notre uniforme et de célébrer le jour du Souvenir en participant aux cérémonies locales et aux défilés militaires. Pour nous et nos cadets, le jour du Souvenir est un événement qui revêt une très grande importance.

Plusieurs autres, toutefois, n’ont pas l’occasion d’établir des liens comme nous avec le jour du Souvenir dans leurs vies. Il arrive donc souvent que plusieurs ne voient pas la pertinence ou la signification de l’événement, comme il est possible de le constater par les coquelicots tristement abandonnés sur le sol des couloirs de plusieurs écoles secondaires sur lequel ils semblent presque avoir poussé. Le 11 novembre 2009, j’ai vécu une expérience qui m’a porté à croire que nous avons un rôle à jouer afin que le jour du Souvenir pousse comme des coquelicots dans nos écoles. En ce faisant, nous favorisons également l’épanouissement de nos corps et escadrons par le biais du recrutement de nouveaux cadets.

Le service du jour du Souvenir En novembre dernier, j’enseignais à l’École secondaire St-Jean-de-Brébeuf de Hamilton (Ontario). Le 11 novembre, j’ai animé une cérémonie d’environ une heure, en compagnie d’un de mes collègues officiers qui enseigne la musique et de deux cadets qui étudient à l’école, devant une foule de plus de 2000 élèves et membres du personnel. Les cadets et moi-même avons défilé, nous sommes mis au garde à vous, avons salué et avons enlevé notre couvre-chef conformément au protocole militaire lors de l’hymne national, de la dernière sonnerie et du réveil, tandis que l’autre officier jouait du clairon. Un des cadets a clos la cérémonie en déposant une couronne à la mémoire de nos camarades disparus.

Au cours des jours qui ont suivi, j’ai remarqué qu’il y avait considérablement moins de coquelicots sur le sol des corridors. 38

CADENCE

Numéro 31, Printemps/Été 2010


« Communiquez avec une école de votre collectivité afin de vous porter bénévole, de même que vos cadets, pour prendre part à l’assemblée du jour du Souvenir de 2010. » …Lt Alvarez-Ossa Nous ne savions pas que la directrice de l’éducation du conseil scolaire était présente. À notre grande surprise, elle a parlé à la foule en disant que cetteassemblée du jour du Souvenir était la plus pertinente et la plus significative des assemblées dont elle avait été témoins au fil des années. Pourquoi? Elle a ensuite continué en expliquant la façon dont nos contributions (tant celle des professeurs de l’école qui sont officiers et celle des élèves qui sont cadets) avaient fait en sorte que cette célébration n’était pas uniquement à propos de notre passé, mais qu’elle portait également sur notre présent et notre avenir. Elle a conclu en disant que le Mouvement des cadets représente une excellente expérience tant pour les enseignants que les élèves. Les cadets étaient particulièrement heureux d’entendre cela. Il s’agissait de la première fois où ces derniers pouvaient partager leur expérience de cadet à même leur école, et inutile de dire que leur directeur et leurs enseignants étaient également très impressionnés par leur remarquable performance.

Au cours des jours qui ont suivi, j’ai remarqué qu’il y avait considérablement moins de coquelicots sur le sol des corridors. Je sais que le concierge les a peut-être enlevés en nettoyant et qu’on ne distribue plus de coquelicots après le 11 novembre, mais je me plais à croire que c’est également en partie à cause de l’impact positif que l’assemblée du jour du Souvenir a eu sur l’école. Les semaines suivantes, de nombreux élèves intéressés m’ont approché pour me demander davantage de renseignements sur la démarche à suivre pour se joindre aux cadets de la Marine, de l’Armée et de l’Air. En fonction de leur âge et de leur année d’études, je leur ai recommandé d’envisager la possibilité de devenir cadets ou officiers du CIC. Quoi qu’il en soit, je leur ai tous parlé des diverses unités locales et je leur ai distribué d’autres brochures ou signets sur lesquels se trouve le lien vers notre site Web national des cadets.

une école de votre collectivité afin de vous porter bénévole, de même que vos cadets, pour prendre part à l’assemblée du jour du Souvenir de 2010. Plus important encore, il s’agit d’une occasion de perpétuer le souvenir de nos camarades disparus, mais également de faire de la célébration un événement significatif et pertinent pour les autres. En conclusion, il s’agit également pour nous d’une occasion de partager notre rôle en tant que dirigeants des jeunes dans le cadre du Programme des cadets, et de donner de l’information aux élèves des niveaux primaire et secondaire sur la façon de prendre part à cet extraordinaire programme. Le Lt Diego Alvarez-Ossa est actuellement officier à l’Unité régionale de soutien des cadets (Centre), au sein de la cellule d’expédition, et il est bénévole au sein de divers corps de cadets de la région. Il est également un enseignant certifié en Ontario et termine sa maîtrise en enseignement à l’Université de Toronto.

Le jour du Souvenir de 2009 a été une expérience positive pour moi, les cadets et l’école. Si vous ne l’avez pas déjà fait, je vous encourage à communiquer avec

Profiter du moment présent Cette journée-là, je me suis servi de mon ordinateur portatif et de mon appareil de projection numérique (que j’utilise normalement pour maximiser l’apprentissage des élèves en vue d’atteindre les objectifs du programme d’études) pour parler à mes élèves de ce que je fais en tant qu’officier du Cadre des instructeurs de cadets, dans le cadre du Programme des cadets. À ce titre, j’ai parlé de l’instruction de l’expédition régionale (IER), j’ai présenté des vidéos de mes expéditions régionales et nationales, et j’ai discuté de la prochaine expédition internationale au mont Everest, au Népal. Je leur ai également parlé des possibilités qui s’offrent à eux en tant que cadets de l’Air et de la Marine. À la fin de la journée, j’ai distribué une quantité importante de brochures, et j’en ai laissé une foule au Bureau des services aux étudiants à des fins de consultation future.

<

Le directeur d’école Mark Daly et la directrice de l’Éducation, Patricia Amos, témoignent leur appréciation après l’assemblée.

Perfectionnement professionnel pour les leaders du Programme des cadets

39


Instruction des officiers

Capc Darin McRae

Amélioration de l’instruction du Cadre des instructeurs de cadets (CIC) – Notre rendement. L’Organisation de l’instruction du CIC (Org Instr CIC) a pour objectif de veiller à ce que chaque officier du CIC reçoive une instruction de haute qualité, dynamique, cohérente et pertinente – et qu’il la reçoive à un moment et à un endroit qui tient compte à la fois de sa disponibilité et des coûts. Pour y arriver, l’Org Instr CIC a créé un plan directeur de mise en œuvre (PDMO) auquel elle adhère depuis plus de quatre ans. Il est encourageant qu’un grand nombre des objectifs aient été atteints et que d’autres soient sur le point de l’être, selon le Lcol Tom McNeil, officier supérieur d’état-major chargé de la politique et de l’instruction du personnel au Directeur – Cadets et Rangers juniors canadiens (D Cad & RJC). Les tâches et les objectifs du PDMO sont axés sur les six objectifs de l’Organisation.

Cadre de gestion de la qualité (CGQ) L’Organisation est à mi-chemin de l’élaboration et de la mise en œuvre d’un CGQ , qui comprend la création et la mise en place d’un processus d’amélioration continue et un processus d’examen périodique en vue de changements stratégiques. Des outils d’évaluation des cours au niveau national ont été élaborés et mis en œuvre. Pour l’avenir, on prévoit instaurer la critique des outils électroniques.

Partenariat à l’échelle nationale L’Organisation a identifié ses partenaires (D Cad & RJC, unités régionales de soutien aux cadets et écoles régionales d’instructeurs de cadets et chacune de leurs responsabilités [qui fait quoi]). Elle a clairement identifié ses clients (officiers en instruction et employés de ces officiers) et les intervenants. On a créé des illustrations des processus de gestion de l’instruction afin de mieux réaliser les diverses tâches au sein de l’organisation.

4040

Standard national unique Dans le but d’instituer un standard national unique, l’Org Instr CIC a adopté un Système de l’instruction individuelle et de l’éducation dans les FC, et a préparé des documents de contrôle des cours au niveau national pour l’instruction régionale. On a, entre autres, procédé à la conception et à l’élaboration de plans d’instruction et de guides pédagogiques et administré des tests.

sant à apporter des modifications opportunes au calendrier national, à identifier les changements inhabituels qui surviennent dans les besoins d’instruction et à y répondre (demande d’une nouvelle instruction ou d’une autre instruction dans un domaine donné, par exemple), et à donner accès à un groupe d’instructeurs agréés.

Accès équitable à l’instruction du CIC

L’Organisation a établi un processus d’évaluation en profondeur des programmes et s’est engagée dans l’élaboration d’un processus de validation commun visant à assurer une instruction efficace. Ces activités permettent de s’assurer que les stagiaires possèdent les connaissances et les compétences requises pour réaliser leurs tâches.

L’Organisation a accompli environ 75 p. 100 du travail nécessaire à la création et à la diffusion des politiques nationales pour la prestation de l’instruction du CIC. On a, en particulier, diffusé le processus de contingentement de cours pour les corps et les escadrons de cadets et créé des processus permettant d’identifier les besoins et les enjeux liés à l’accès à l’instruction.

Optimisation des ressources

Mise à jour du PDMO

L’Org Instr CIC a conçu un « modèle de production national » qui prévoit le nombre d’officiers à instruire par année pour divers cours, ainsi que les coûts associés. Une directive nationale en matière de formation autorise l’instruction du CIC. Cette directive comprend un calendrier et décrit les moyens à utiliser pour donner l’instruction (comme l’instruction la fin de semaine et l’apprentissage à distance).

Amélioration de la flexibilité organisationnelle Afin d’améliorer la flexibilité organisationnelle, l’Organisation a accompli de grands progrès dans la création de processus vi-

On soumettra un PDMO mis à jour pour approbation à la fin de 2010. Ce PDMO couvrira la période commençant le 1er avril 2011 et se terminant en mars 2016. Le nouveau PDMO tiendra compte de l’enquête sur le moral de l’Org Instr CIC, des groupes de discussion pour la définition de la qualité, du plan d’action sur la qualité de l’Org Instr CIC, d’une analyse du contexte mise à jour, d’une mise à jour de la gestion du rendement, de l’examen stratégique du MDN et des résultats d’une enquête sur les clients et les intervenants à réaliser cette année. Le Capc McRae, officier d’état-major pour la coordination de l’instruction du personnel au D Cad & RJC, est chargé d’effectuer le suivi du PDMO.

CADENCE CADENCE

Numéro Numéro31, 31,Printemps/Été Printemps/Été2010 2010


Spring 2010