Page 1

www.cadets.forces.gc.ca

Issue 11 • Fall • 2003

The Leadership

Magazine of the Canadian Cadet Movement

Citizenship: Contributing to the public good

Rising to the 'challenge' Earning high school credits through cadet training

Hitting the mark Building a championship marksmanship team

Accommodation Taking stock of local infrastructure


Cadence • Issue 11 • Fall • 2003

06

20

24

11


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

Roll call Cover Stories Citizenship: contributing to the public good.......10 The Governor General’s view of citizenship

Committed to citizenship ...........................................12 By Capt Catherine Griffin

New Canadians ‘find their feet’ as citizens in Cadets ....................................................13 By Capt Eric Montmarquette

Remembrance ................................................................14 Helping young people relate to remembrance By Capt Joseph McEachren

Forum: New ideas, best practices and lessons learned .....................................................28 Hitting the mark Keys to building a championship marksmanship team

Viewpoint ........................................................................34 Youths need guidance to make them better citizens By Maj Tom Davis

On the horizon .............................................................36 Training in the Canadian Cadet Movement will be the theme of our winter issue.

Building good citizens .................................................16 Everyone wins when cadets serve the community LCdr Gerry Pash

Community involvement .............................................18 Make it a priority and enjoy the benefits By LCol(ret’d) Ted Gilbank

Building bridges............................................................20 Strategies for forging links in your community

All The Rest Rising to the ‘challenge’.............................................24 Help cadets receive high school credits for what they have learned in Cadets By Craig Hawkins

Accommodation acumen ...........................................26 Taking stock of local headquarters infrastructure By LCdr Neil Martin

CIC omnibus survey.....................................................27

In Every Issue Opening notes .................................................................4 Making cadets better Canadians By Col Jon Ambler

Mail bag.............................................................................5 March past ........................................................................6

Who responded? By BGen Daniel Pepin

Clarifying civilian roles in cadet corps and squadrons...............................................................30 Upgrading CadetNet ...................................................33 By Lt(N) Jennifer Stewart

News from across the cadet movement

On the cover Nothing seems to symbolize citizenship more than the Canadian flag. Here, Sgt Rachel Selkirk, 15 Air Cadet Squadron in Medicine Hat, Alta., salutes while WO2 Logan Binda, 176 Air Cadet Squadron in Winnipeg, raises the Canadian flag at the air cadet summer training centre in Penhold, Alta. (Photo by Capt Andrew MacLeod) Publication Mail Agreement #40065151

3


Cadence • Issue 11 • Fall • 2003

Opening notes

Making cadets better Canadians By Col Jon Ambler

As always, time passes quickly and as I prepare for the new challenges ahead of me, I look back at the challenges I faced over the past two years. he cadet program makes an enormous difference in the lives of cadets and the people around them. I know in my heart that their experience in Cadets — no matter what the length of their stay — has made them better Canadians. This fact alone shows that we are actually meeting the aims of the movement. Not least of these aims is developing good citizenship.

T

To me “good citizenship” is more than having a working knowledge of how a bill becomes a law; rather it is an individual embracing and living the core values of what it means to be a Canadian citizen. Good Canadian citizens are concerned with individual human rights and dignity, as part of a functional and caring society that recognizes the strength in diversity. Good Canadian citizens are protective of freedom of speech, religion and association. They know that with freedom and rights comes the responsibility to use them wisely. They also know that we are free to promote unpopular positions; in their private lives, they are free from having to adopt the ‘party line’. Good Canadian citizens are mindful of the huge sacrifices made by previous generations to guarantee these freedoms and the ongoing efforts of those that serve in the Canadian Forces in the cause of peace and security. Remembrance is an essential element of good citizenship.

4

Good Canadian citizens are engaged and active in their communities; the spirit of the volunteer shines brightly in their hearts. They do not turn away from an issue — they turn towards it — freely giving of themselves to the greater good. How do cadets learn these lessons? In large part it is from the excellent leadership and conduct of the officers of the Cadet Instructors Cadre who serve as exemplary role models for cadets. My parting thought to you, therefore, is to never underestimate the profound and important role you play in developing the youths that join our program, and I encourage you to keep up the excellent work. I urge you to take advantage of this venue — which is Cadence — to foster your professional development by building on your existing knowledge and experience. I thank you all for your efforts. I ask that you, as good Canadian citizens, take a moment and be proud of yourselves for what you do. The pat on the back you receive today is well earned. b Editors note: Col Ambler is currently commander of the Canadian component of the Multinational Force of Observers in El Gorah, Egypt. The new director of cadets is Col Robert Perron.

The leadership magazine of the Canadian Cadet Movement Issue 11 Fall 2003 This publication is produced on behalf of the Canadian Cadet Movement by the communication cell in the directorate of cadets at National Defence Headquarters. It is a professional development tool for officers of the Cadet Instructors Cadre (CIC), as well as other leaders in the cadet movement, including civilian instructors, senior cadets, members of the three Cadet Leagues, parents and sponsors. Regular Force and Reserve Force members (other than CIC officers) and others are also encouraged to read Cadence. It is produced with direction from the CIC Branch Advisory Council. Views expressed in this publication do not necessarily reflect official opinion or policy. Cadence is published four times a year. We welcome submissions of no more than 1,000 words, as well as photos. We reserve the right to edit all submissions for length and style. Back issues of Cadence are available on line at www.cadets.forces.gc.ca. For further information, please contact: Editor, Cadence, Directorate of Cadets, National Defence Headquarters 101 Colonel By Drive Ottawa, ON, K1A 0K2. Internet email: cadence@forces.gc.ca; or marshascott@cogeco.ca. Phone: 1-800-627-0828 Fax: 613-996-1618 Distribution: Address changes and distribution queries should be directed to 1-800-627-0828 or to cadence@forces.gc.ca.

Editorial Staff Co-publishers: Col Robert Perron, Director of Cadets Col Thomas Tarrant, Director of Reserves, CIC branch co-advisor Editor: Marsha Scott Translation: Translation Bureau, Public Works and Government Services Canada Art direction: ADM (PA) Marketing and Creative Services CS03-0314 A-CR-007-000/JP-001

CADETS

CANADA


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

Mail bag Lifelong learning ongratulations and many thanks for your Summer 2003 issue of Cadence magazine.

C

The theme of lifelong learning was an excellent choice and was very well portrayed. As one who first became involved with cadet activities some 54 years ago, I can attest to the lifelong benefits of the program. – Leonard Jenks Past president Air Cadet League of Canada

Re-learning learning our issue on lifelong learning has prompted me to tell my story.

Y

Until five years ago, my involvement with Cadets was simply supporting a son in Air Cadets and a husband in the CIC. Although I appreciated and understood the value of what both of them gave to and gained from the cadet movement, I had no intention of becoming more involved. Chairing a school board and following the sports and music endeavours of our daughters had taken most of my spare time. But then, poof, all three kiddies were gone, my husband and I had moved from Grand Falls, N.B., to the Moncton region, and I had time on my hands. When my husband decided to become an officer with 101 (Moncton) Air Cadet Squadron, he suggested I come along as a volunteer. I agreed to help in supply. The following year I became a civilian instructor and the supply officer. I still had no intention of considering the CIC; after all, I had never been a cadet, had not studied for decades and was 51 years old! My own profession — as a medical lab technologist — is about as removed as imaginable from anything military.

About a year later, I was enrolled and off to CFB Gagetown to start the basic officer course. My husband, Capt Maurice Chassé, had convinced me that the CIC appreciates maturity and wisdom, which can mesh well with the energy and enthusiasm of young officers. Also, this would be something we could do together in our pending retirement. I also realized I could do more for the cadets as an officer. And, I had become intrigued by the challenge. My first few weekends at basic officer qualification were pure survival, but I was too stubborn to quit. I hooked up with the only other person older than I, and we pushed and hauled each other along, studying long hours together. We figured out that it is only about twice as difficult for those who have never been cadets! We worked twice as hard and finished the course in fairly decent shape. The main point I wish to make here is that it is never too late to learn new ‘stuff’, to do new things, to change the course of your life. Actually, it is refreshing and good for the soul. My not-so-young friend and I have now tracked through several more courses, averaging about 90 percent in lieutenant and captain qualification courses. Have we ever re-learned learning! My course buddy Capt Charlotte Carr may become commanding officer of her army unit this fall. I carry on as supply officer and unit human resources advisor at 101 Moncton — captain rank pending for next March barring any major ‘screw-ups’ or unforeseen personal circumstances. I have found that many of my skills developed working in the fast-paced and demanding hospital atmosphere are a valuable asset in most any other setting and that some of the leadership tricks lately learned in CIC courses are applicable within my job. Everybody wins, but who wins the most? Cadets of course, and that’s what it’s all about. – Lt Chris Cutten-Chassé 101 (Moncton) Air Cadet Squadron

Correction Our Summer 2003 issue stated that MWO Mark Morin, the winner of the logo design contest for the 125th anniversary of the Royal Canadian Army Cadets, belonged to 2967 (Walden Irish) Army Cadet Corps in Naughton, Ont. It should have been 2964 Corps. b

Cadence reserves the right to edit for length and clarity. Please restrict your letters to 250 words.

5


Cadence • Issue 11 • Fall • 2003

March past: News from across the cadet movement

Kidd’s Odyssey Cadets from 306 Sea Cadet Corps CAPTAIN KIDD in Elliot Lake, Ont., had a ‘whale’ of a journey this summer in a refurbished 8.2-metre whaler. In 28 days, the cadets completed an epic training voyage called “Kidd’s Odyssey”, traversing approximately 1,200 kilometres from Blind River, Ont., to Ottawa. Originally built as a warship lifeboat for the Canadian Navy in 1968, the whaler was later used as a training vessel. More than 3,000 hours of volunteer labour and substantial community support were invested in the refurbishment — a project viewed with pride by cadets, their officers and local supporters. The whaler, dubbed the ‘City of Elliot Lake’, was launched June 19. The project’s second phase encompassed a month of ‘sea’ trials for the whaler and full small-boat handling certification for every cadet in the corps. The whaler’s journey followed the northeast contour of Georgian Bay to Port Severn, and there, entered the Trent-Severn Waterway. The route followed the waterway to Trenton, through the Bay of Quinte and Lake Ontario to Kingston and then through the Rideau Canal to the nation’s capital.

Cadets from 306 Sea Cadet Corps strike a ‘Titanic’ pose as they approach Killarney during Kidd’s Odyssey.

6

The odyssey’s main mission was to provide a uniquely memorable training experience for the cadets who acted as crew. Along the way, cadets from other corps were invited to spend a day or two as crew members. The cadets accumulated a wealth of hands-on experience in seamanship, naval traditions and safe small-craft handling and learned a precious lesson in history and heritage. They also attracted pledges and donations for Sunshine Dreams for Kids — the non-profit organization that fulfills the dreams of a lifetime for kids with severe physical disabilities or life-threatening diseases. b

Help us get better! The mission of Cadence is the professional development of cadet movement leaders. With this in mind, send us your comments or suggestions about the magazine and the pertinence of its content. Do you find the information useful, or are we missing the mark? Take a few minutes to send us your thoughts at cadence@forces.gc.ca or by mail to: Cadence-Directorate of Cadets National Defence Headquarters 101 Colonel By Drive Ottawa, ON, K1A 0K2


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

Juno Beach landing A CIC officer has landed on Juno Beach…with a new job! NCdt Edward Ross, an administration officer with 53 Sea Cadet Corps BARRIE and a teacher in Barrie, Ont., has put both ‘jobs’ on hold to take a position as the first program manager of the new Juno Beach Centre in France.

New badge and his wife’s grandfather landed on Juno Beach on D-Day.

Cadets who qualified this past summer as army cadet leader instructor -drill and ceremonial, are wearing a new badge.

One of his responsibilities is to oversee the centre’s web page. He is also in charge of interpretive programs and the centre’s costumed staff.

A group of Second World War veterans developed the Juno Prime Minister Jean Chretien and Beach Centre. At first, they French Prime Minister Jean-Pierre organized exchange visits for Raffarin opened the centre Canadian and Dutch school — the first museum in France children to continue the hisdedicated to Canada’s Second toric bonds that developed World War effort — June 6. between the two countries “Canadian military history has during the war. But when they always been close to my heart,” realized more was needed, plans says NCdt Ross, a former air went ahead for the centre at cadet and army cadet. So when Courseulles-sur-Mer on a site he saw the job posting on the overlooking the Normandy beach website, he applied. The posiwhere so many young Canadians tion had personal meaning for died on June 6, 1944. him, as both his grandfather

If you lose your new badge, or did not receive one, you can obtain the badge through your area cadet officer/cadet advisor. Because it is a ‘regional’ badge, cadet corps cannot order the badge directly. The first program manager of the new Juno Beach Centre, NCdt Edward Ross

Although his commitment in France is open-ended, NCdt Ross will resume his work with the cadet movement on his return. b – Adapted from an article by Maj Tony Keene.

Cadet movement support praised Pacific Region’s top Royal Canadian Mounted Police officer has received a commendation for “her leadership in publicly and enthusiastically supporting the cadet movement” in the region.

Deputy Commissioner Busson has encouraged those in her command to become involved in the cadet program. b

Those who completed the course previously will continue to wear the former badge. b

Changing times Beginning in September 2004, the publication dates of Cadence are changing so that all four issues of the magazine go to cadet corps and squadrons. Since local cadet training is at the heart of the cadet program, we will endeavour to provide local cadet instructors with the information and tools they need to run the best training program possible.

Deputy Commissioner Beverley Busson received the Vice-Chief of the Defence Staff Commendation at the Army Cadet Summer Training Centre in Vernon, B. C. The award citation acknowledges her tangible initiatives to facilitate and support RCMP officers that also serve as CIC officers.

This change will mean that cadet instructors receive more timely information on program changes, the background behind policy decisions and best practices.

A total of eight RCMP members were employed over the summer at the Vernon training centre, including commanding officer LCol Terry Kopan. Approximately 30 RCMP members are CIC officers with corps and squadrons in British Columbia. While the RCMP has a long history with the cadet program, members could only support Cadets as civilian instructors and not as CIC officers. Separate regulations governing RCMP and the Canadian Forces prohibited concurrent service. In 1998, however, both departments removed the restriction and in accordance with the RCMP priority of providing services for youth,

Further information on this badge and other uniform supply changes will be available in the package each cadet corps/ squadron receives from Logistiks in September.

Deputy Commissioner Beverley Busson; RAdm JeanYves Forcier, Commander Maritime Forces Pacific; and LCol Terry Kopan abseil at ACSTC Vernon.

As a result of this new publication cycle, Cadence will no longer be available at cadet summer training centres. To ensure a smooth transition, we will combine the spring and summer 2004 issues of the magazine, which will be published in mid-May. b

7


Cadence • Issue 11 • Fall • 2003

New website passwords By now, all corps and squadrons should have new website passwords for Logistik. Logistik sent the new passwords at the end of August to the unit mailing addresses it had on file. The last date for accessing www.logistikunicorp.com with old passwords was Sept. 1. Logistik also mailed complete instructions to units in August regarding ordering and delivery of the new cadet parka, scheduled to begin this fall. If you haven’t received your new password, or ordering information, call Logistik toll free at 1-888-326-8688 to verify your mailing address. In the Montreal region call 514-326-5767. Or send an email to cadetinfo @logistikunicorp.com. b

Looking for corps crests! The directorate of cadets is working with the national office of the Navy League of Canada to build a database of corps crest information for every sea cadet corps in Canada. They need your help.

was approved; as well as the date the corps was created and disbanded (if applicable). If you have an electronic copy of your corps crest and any of the above information, please email it to the Navy League’s national office at national@navyleague.ca.

The database will contain: corps name, number, location, motto and colours (if applicable); corps crest blazon — heraldic language that defines the devices and colours of the badge; a description of the corps crest significance; the date the crest

The Navy League actually owns all corps crests and would like to make these resources available to everyone. b

Recruiting working group A recruiting working group will convene this fall to consider, among other things, updating and redesigning cadet recruiting material for the summer of 2004. Existing pamphlets, brochures and posters are five years old and do not necessarily reflect current needs.

With working group input, the directorate and the leagues will develop the working group’s terms of reference. The working group may also consider recruiting strategies that are more aligned with the actual operation of the cadet movement — such as taking a local, rather than a national, approach to recruiting. b

Although recruiting is a league responsibility, the directorate of cadets and the three leagues will take a collaborative approach to recruiting to optimize available resources.

Perfect attendance WO1 Sarah Clement and FSgt Rae-Jeanne Brown, cadets with 600 (Starfighter) Air Cadet Squadron in Atikokan, Ont., may not be perfect — but their attendance is. The pair can boast of perfect attendance throughout their entire cadet careers. For both, that has meant six years of never missing a Tuesday training night at their squadron, located two hours west of Thunder Bay, Ont. Their friendship — and a common love of Cadets — is at the heart of their success. They both joined late in the training year, so had to repeat the first year because they’d missed so much training. The pair developed a bond. “Rae and I volunteered for everything that was offered to us,” says WO1 Clement. “We were on biathlon, air rifle and drill. We did apple drive for the Kiwanis and tag day for the Legion, side by side.”

says WO1 Clement. “Now we weren’t just participating in events, but were helping to organize and run them.” Being on every team and attending every event was difficult. At the same time, school was getting harder and the pressure started to build. With each other’s support, however, the pair thrived. WO1 Clement says their captain also helped them through every step of the way and “our squadron — our big family — was right behind us.” Finally, they were teaching classes instead of taking them and leading parades and drill movements, instead of following. FSgt Brown finished her last training year this year, assisting the squadron’s training officer. She is now in college. WO1 Clement will miss her, but plans to stay with the squadron until she ages out next April.

“We helped each other through tough times,” adds FSgt Brown.

8

Things started getting tough when they became sergeants. “All of a sudden, we started to get responsibilities,”

Perfect partners FSgt Rae-Jeanne Brown and WO1 Sarah Clement

“Sarah and I have been through many things in Air Cadets, and we always tried to look at the positive side of everything,” says FSgt Brown. On a positive note, perhaps they’ll be together again as CIC officers. b


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

Share your best practices

Creativity and innovation recognized LCdr Gerry Pash, the regional public affairs officer for Regional Cadet Support Unit (Pacific) has received an award of merit for being “at the vanguard of pro-active public affairs and media relations” in the cadet movement.

Looking for a new idea for recruiting, fundraising, or even a Cadets Caring for Canada project?

LCdr Pash received the award from George Rioux, assistant deputy minister of public affairs with the Department of National Defence, and Vice-Chief of the Defence Staff LGen George MacDonald.

Visit the best practices section of CadetNet and see what other corps and squadrons are doing.

The award recognizes individuals who have found a creative or innovative way to make a major improvement to public affairs operations or services. The award specifically recognizes LCdr Pash’s innovative approach to providing ready-to-use media materials to simplify work for unit officers and sponsors. b

LCdr Gerry Pash

Sailing saga It’s not every day that sea cadets get a chance to sail aboard a transatlantic racing ship with renowned Quebec yachtsman Georges Leblanc. PO1 Daniel Tremblay-Girard and PO2 Debbie Côté, both of 257 Sea Cadet Corps in Chicoutimi, Que., did just that. The pair won a competition open to cadets 16 years of age and over, which gave them an apprenticeship aboard the sailing ship Ciment Saint-Laurent Ocean — a vessel normally reserved for ocean competitions. They left Halifax, N.S., last May and in eight days, sailed the St. Lawrence River to Levis, Que. — more than 700 nautical miles.

The vessel’s skipper, Georges Leblanc, has competed several ocean races and covered more than 85,000 nautical miles. Last November, he took part in the prestigious Route du Rhum — a solo, transatlantic odyssey of more than three weeks from Saint-Malo, France, to the port of Pointe-a-Pitre in Guadeloupe in extreme conditions. He is author of a book on his adventures called “Pushing the Limits”. When the cadets left Halifax, the sea was choppy with two- to three-metre waves. The temperature hovered around 5 degrees Celsius. They ran into fog, rain and even snow during their journey. “Just having that feeling of being part of an international racing team — that was really something,” says PO1 Tremblay-Girard. “This trip gave me a chance to get to know an extraordinary man…. He had a saying for every situation, and the one I’ll always remember is: ‘If you’re going to do something, do it well!’”

PO2 Debbie Côté and PO1 Daniel Tremblay-Girard with renowned Quebec yachtsman Georges Leblanc aboard the transatlantic racing ship Ciment Saint-Laurent Ocean. Marchpast is continued on page 36

“I learned how to run a huge racing vessel and how to use maritime charts,” adds PO2 Côté. “This experience will earn top spot in my list of best memories.” b

To find the best practices section, go to ‘unit resources’ and then ‘BP’. The section is divided into eight categories, including commanding officers, administration, training, supply, publicity and the three above. After checking out others’ best practices, why not share your own? b

It’s a go! The practice of providing free rations and quarters for CIC officers and Supplementary Reserve members working at cadet summer training centres will continue. The practice has been under review since last January. Legal opinion confirmed in May that both CIC officers and Supplementary Reserve members may continue to be attached posted to CSTCs and that they may continue to receive free rations and quarters — even within the geographic area of their “unit of origin” provided that they are unable to eat where they would normally and subject to approval of local authorities responsible for the CSTC. CIC officers and Supplementary Reserve members will not be eligible, however, for incidentals because of the different terms of employment under which Regular and Primary Reserve members serve. b

9


Cadence • Issue 11 • Fall • 2003

Citizenship:

contributing

10

Whether visiting a community animal shelter, carrying out environmental clean-ups, entertaining disabled children, celebrating history, parading through a community, or raising the Canadian flag… cadets learn a lot about citizenship in the cadet movement.


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

to the public good The Governor General’s view of citizenship n 1949, Adrienne Clarkson came to Canada with her family as an immigrant and refugee. Today, she is Governor General of Canada and commander-inchief of the Canadian Forces.

I

In light of this accomplishment, it is no wonder that “citizenship” has special meaning for Governor General Clarkson. At a citizenship and Caring Canadian awards ceremony in March in Calgary, she said that two of the most important aspects of a Canadian’s life in society are a willingness to accept the duties and responsibilities of citizenship, and a willingness to contribute to the public good. In that sense, Canadian Cadet Movement leaders fulfil a significant citizenship role in Canada. CIC officers, who are also members of the Canadian Forces Reserves — and other cadet movement leaders, including thousands of volunteers — contribute to the public good by accepting the responsibility to lead this country’s youth. No matter what the cadet movement teaches cadets in citizenship classes, or through community service across this great land, our cadets’ most meaningful lessons in citizenship may come from you, as a role model.

As you carry out your duties in the cadet movement, Governor General Clarkson’s views on citizenship may come to mind. In speaking to new Canadians, she has said that as a citizen, we take on all that this country is and has been. “Our citizenship is not a buffet table,” she says. “It is a fixed menu.” As a “Canadian citizen by adoption”, she says she embraces the breadth of Canadian history — its triumphs as well as its tragedies. Cadet movement leaders contribute to the public good by leading Canadian youths. Here, Lt Joel Templeman, training officer for 146 “I took on the burden of the (Boeing of Canada) Air Cadet Squadron in Winnipeg, is a role model shameful treatment of Japanese of a good citizen during his squadron’s Cadets Caring for Canada Canadians during the Second project. Called “environmental defenders” in a Winnipeg Free Press World War and the injustices article, 18 cadets, two officers and a civilian volunteer filled 50 to 60 garbage bags with trash from a stretch of the city’s Seine River on June 14. done to our black loyalists in (Photo by Ryan Blair) Nova Scotia. I also feel implicated in the pride of our parIn accepting that history, how- one of you will win a Governor ticipation and victories in the ever, we can also welcome the General’s literature award, or a First and Second World Wars; performing arts award or any of and in our having been instru- opportunities that citizenship mental in writing the Declaration brings — now and in the future. the awards that are given in the name of the Governor General of Human Rights at the United In a citizenship ceremony in to recognize outstanding Nations in 1947. Ottawa in June, Governor General achievement and contribution “I take pride in the underground Clarkson told new citizens, to Canada. I hope that one of “You are now free to live out railway to Canada for slaves your children or grandchildren fleeing north to freedom; the a complete dream for you and might become Governor General.” law and order brought to the your children. I hope you will In the pages that follow, you will frontier towns and regions by a not only be law abiding, good few brave men of the Northwest citizens, but that you will aspire read about the cadet movement’s to be great and interesting commitment to citizenship and Mounted Police. And I feel citizens. I hope that some day to the development of those shame at the deportation of kinds of citizens. b Acadians and at the treatment you, or one of your children, will be invested into the Order of many young Aboriginals of Canada — our country’s in residential schools. These highest civilian order. Or that things all go together.”

11


Cadence • Issue 11 • Fall • 2003

Committed

to Citizenship

By Capt Catherine Griffin

The Canadian Cadet Movement is committed to citizenship. t is no accident that one of the three aims of the movement, set out in the Queen’s Regulations and Orders, is to “develop in youth the attributes of good citizenship and leadership”. In our vision, we speak of our cadets as “valued members of a community” and Canadians who embrace multiculturalism and treat people equally. In fact, many cadet program activities are designed to nurture the cadets’ growth as good citizens and assist them in developing the attributes explained by Col Jon Ambler in his opening remarks.

I

Commitment to citizenship training begins with local training. The mandatory training programs for Sea, Army and Air Cadets include citizenship as a performance objective, with several classes dedicated to the subject in their course training plans. Included in this training are such topics as systems of government, knowledge of community groups, information/familiarization of the CF, Canadian history and heritage and information on volunteerism. These topics are truly fundamental to citizenship development and are, as previously stated, mandatory parts of local training programs.

12

Commitment to citizenship extends beyond the classroom in the cadet movement. Every cadet unit is also required to participate in citizenship activities as part of mandatory training. Most units participate in many more citizenship activities than what is outlined in the course training plans. Our cadets and officers take part in Cadets Caring for Canada, Remembrance Day, Battle of the Atlantic Sunday, exchanges and competitions. Cadets are, as a result, a constant visible presence in their local communities, where they meet fellow citizens, discover local history and traditions and give back to the community. Local training requirements initiate this local community involvement. Commitment to citizenship is demonstrated not only through involvement locally, but also through active involvement nationally and internationally. Cadets participate in summer training, national and international exchanges, expeditions and competitions. Our cadets travel to countries such as Germany, England, Japan, Australia, Sweden and the United States. They are given opportunities to share their local and national history,

culture and traditions with cadets from across Canada and around the world. They proudly exhibit Canada’s “cultural mosaic. Participating cadets develop an understanding of and appreciation for the immense diversities within and outside our country. They appreciate Canada’s historical and current role in the world. It is obvious that training and activities designed and implemented in the cadet movement demonstrate a very strong commitment to citizenship. Citizenship is fundamental to the program. The cadet movement affords cadets many opportunities to act as volunteers and active community members. As a result, our cadets become aware of diversities and are tolerant and respectful of others; gain a good understanding of their nation’s history and what it means to be a Canadian; and are proud of our democratic and free country. Our cadets exemplify what it is to be good Canadian citizens. The cadet program makes this commitment to Canada and delivers on it! b – Capt Griffin is the educational development staff officer with the cadet training cell at the directorate of cadets.

Share your Thoughts he directorate of cadets recognizes that many opportunities exist to enhance the citizenship component of the current training program.

T

As part of our Cadet Program Update Project, we would like to build on the citizenship program we have and invite you to assist in this process. You have been creatively developing and designing citizenship activities in your units for many years. Please take this opportunity to tell us what “citizenship” means to you and share examples of what you do at your unit to help your cadets develop the attributes of citizenship. Send your thoughts and ideas to griffin.cr@forces.gc.ca.

– Thanks in advance for your information and efforts.


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

New Canadians ‘find their feet’ as citizens in Cadets By Capt Eric Montmarquette

The notion of citizenship plays a major role in our organization. Arriving at a definition of “citizenship”, however, is not as easy as it might seem; you are sure to have as many answers as people. Providing a definition capable of satisfying everyone will pose a challenge to our organization. n defining this concept, we might begin with the concepts of social engagement, assumption of responsibility, respect, knowledge of ourselves, our origins, our history…the list is endless. But my experience in Cadets has changed some of my old assumptions.

I

In 1991, 2719 Army Cadet Corps moved to the neighbourhood of Côte-des-Neiges in Montreal. This part of Montreal probably has more ethnic groups per square kilometre than anywhere else in Quebec. Between 1992 and 1996, when I commanded the unit, we had roughly 70 cadets from more than 30 countries in the world. Most of these were young people newly arrived in Canada — young immigrants who had left their country of origin with their parents. The result was a hodgepodge of cultures, customs and beliefs. I saw the corps as a community unto itself; I could not compare it with any other cadet corps I had known. I had difficulty communicating with my cadets, who had just begun to learn the French language and absorb a new culture and society that did not reflect who they were. They were not yet — and they told me this — Canadians; they were simply living here, holding to a belief that they would eventually return to their home country. This was an attitude that I could easily understand since everything they identified with was somewhere else; for the sake of their personal well-being, they had to remould themselves, adapt and ‘find their feet’ again. This broad cultural spectrum made the operation of this cadet corps different from what I had previously known. My usual points of reference also changed; there had to be some effort on my part if I was to make contact with them. We had yet to form a truly united community that worked together.

The key to success lay in finding common points of reference, a reason to pull together; we had to appreciate our similarities and our differences. Corps staff racked their brains to find a common foundation for our community that would enable it to live in harmony. The answer came from the young people. One shared passion united them: soccer — a sport played around the world. At 2719 we played soccer — sometimes to the detriment of the mandatory training program. Ultimately, however, we were better for it. We now had a common point of reference, a foundation on which to build our community; we no longer saw our differences but only our similarities. And when the cadet corps began winning competitions, we all realized that by working together and listening to one another, we could accomplish great things. At the risk of seeming naive, I like to think that soccer and a stint in a cadet corps enabled these young people to join the larger group — that it helped them take their place not only within the cadet corps, but also in the community and Canada. I like to think it gave them the necessary tools to serve as good citizens no matter where life might take them. b – Capt Montmarquette is currently the staff officer for adventure training at Regional Cadet Support Unit (Eastern). He has worked with several cadet corps and has been commanding officer of two. In September, he took command of 2831 Army Cadet Corps in St-Basil-le-Grand.

13


Cadence • Issue 11 • Fall • 2003

Helping young people relate to

Remembrance By Capt Joseph McEachren

How can we, as leaders, help today’s youth relate to remembrance? n Canada, remembrance appears largely associated with Remembrance Day. November 11 is the date our country pauses to remember the sacrifices made in the name of freedom and democracy.

I

For many adults, that date is still significant, but we are often unsure about its relevance for young people. As we move further away from the two Great Wars, youths have little to connect with to fully appreciate the effects those wars had on Canada and the world. Interestingly, both the terrorist attacks of Sept. 11, 2001 in

Participating in a pilgrimage commemorating the 60th anniversary of the Dieppe Raid in August of 2002 helped CPO1 Matthew Poitras and WO Gabrielle Bernier “remember”. So did their chat with Bruce Carnall of the Naval Officers’ Association of Canada. (Veterans Affairs Canada photo)

14

the United States and the current crisis in Iraq have made remembrance slightly more relevant to young people. This year, a joint working group — sponsored by Veterans Affairs Canada, the Canadian Cadet Movement, the Dominion Institute, Encounters with Canada, the Royal Canadian Legion, Heritage Canada and the Canadian War Museum — formed to assist participating organizations to teach youths the meaning and importance of remembrance. The working group concluded that the meaning of remembrance has not changed — just how youths relate to it.

The group’s project did its best to meet three main objectives: • Respect the legacy of our past; • Preserve the essence of the meaning and importance of remembrance; and • Reinterpret and reposition key remembrance messages for today’s youth. The working group conducted qualitative research nationally with youths (some who selfidentified as cadets) and social science educators to test seven key remembrance messages. Four were well received. Connecting our cadets to these messages is the challenge that we as leaders, instructors and educators face. Remember, it is important to reflect on present world situations to maintain a modern context for cadets.

Message 1 “As Canadians, we believe that every human being has fundamental human rights and that we share the responsibility for protecting them at home and around the world.” This key message was the strongest of them all. In the wars of the 20th century, Canada did not fight for power, influence, or territory, but for an idea. Many Canadians gave


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement up their homes, families, and often their lives to uphold their belief that every human being has the right to live his or her life as they choose. As Canadians, we still share a firm commitment to the idea of fundamental human rights for everyone. Around the world, everyone has a right to freedom, truth, justice, knowledge and peace.

Message 2 “Heroes are ordinary Canadians who choose to stand up for what we believe in— freedom, truth, justice, knowledge and peace.” Some believe that heroes are hard to find. Yet, throughout our nation’s history, ordinary Canadians of all ages, from all walks of life, have done extraordinary things to protect others’ rights and freedoms. They were young women and men, much like today’s youth. They did not set out to become heroes, but through their courage, determination, and sacrifice, we live in a peaceful, democratic country. Today, ordinary Canadians continue to become heroes by sacrificing their safety, security, and sometimes their lives to fight for the rights and freedoms of people at home and around the world.

Message 3 “As Canadians, we have been handed a rich legacy of peace, freedom and identity. It is now up to us to preserve and pass on this legacy to future generations.” Wars are not just stories of the past; they are going on right now in countries all over the world. Wars are fought for many different reasons. However, if Canada becomes involved in

a conflict, it will be to protect a people’s right to live in peace and freedom. Canadian veterans have a long history of standing up to tyranny. They have left us a precious legacy of peace. It is up to all Canadians, now and forever, to preserve what these brave men and women fought for.

Message 4 “We remember and reflect upon those who served and died protecting Canadian values— the same values, which we strive to protect here and elsewhere in the world.” Most Canadian youths cannot remember war experiences. For many young Canadians, veterans are ‘old’ men and women, and “war” has very little effect on their daily lives. However, thanks to the courage, determination, and sacrifice of past generations of young Canadians — young people very much like them — we now live in peace. During the 20th century, Canadians of all ages and from all walks of life travelled to distant lands where they fought terrible wars. Many of them did not come home for many years, many were badly injured and some died and were buried in foreign soil. Those who stayed behind made sacrifices too — working hard to support those who were involved in operations overseas. Why did everyone work so hard? Why did they make such huge sacrifices? Because they believed that all human beings have the right to live in peace and freedom. And, they believed that these rights were in danger and were worth fighting for. Today, by pausing to remember them and their gifts to the world, we say “ thank you” to these brave men and women — and to those who continue to fight

for freedom and democracy around the world. Remembrance comes easily to those who lived through a significant event, but it is difficult for today’s young people to remember something they have not experienced. As leaders, however, we can convey the importance of remembrance to our cadets within a modern context, while still preserving valuable links to the past. One way is to give cadets something tangible they can connect with. They are more apt to make their own remembrance connections if they can listen to a veteran, touch his medals, ask a peacekeeper questions or view a journalist’s photo collage.

There are many occasions for remembrance during the calendar year. As leaders, we should strive to raise awareness outside of a prescribed time of year to empower youth to form their own meanings of remembrance. Remembrance is an important value in our lives. One thing most youths understand is that we, as Canadians, share a common set of values and our belief in these values continues to shape us as a nation. b – Capt McEachren is the staff officer for music program development at directorate of cadets. He was a member of the Veterans Affairs, Canada Remembers division, joint education working group.

15


Cadence • Issue 11 • Fall • 2003

Building good citizens Everyone wins when cadets serve the community By LCdr Gerald Pash he Canadian Cadet Organization was founded to meet a community need.

T

Cadet corps first received formal recognition in 1879 when Militia General Order 18 authorized the formation of “Associations for Drill in Educational Institutions” for young men over 14 years of age. The cadets were to be instructed in military drill and training as part of the educational program. Today, even though Cadets is a national youth program, its public face continues to be most visible in the local community. Yet, public appearances by cadet units within their communities vary across the country. Many units go quietly about their training behind the walls of a local armoury or other Canadian Forces establishment; others are tucked away in Legion and community halls, or schools — all out of public view. The Cadets Caring for Canada initiative has resulted in a somewhat higher public profile, but many units still limit their participation in community events to Remembrance Day parades, poppy sales, events with a military connection, or unit fundraising activities. The cadet program aim “to develop in youth the attributes of good citizenship and leadership” is clear direction that

16

Cadets Caring for Canada (CCC) has resulted in a somewhat higher public profile for cadet units. In collaboration with the National Capital Commission, cadets from 2644 Army Cadet Corps in Gatineau, Que., helped rebuild stone walls located on the grounds of the Mackenzie King Estate in Gatineau Park as part of their CCC initiative. (Photo by Capt Nathalie Lauzon)

cadets should be involved in — and serve as an effective resource for — their local communities. Further, the most recent defence policy document recommends that a key focus of the cadet program should be citizenship and the personal development of cadets. It is vital that cadet units identify activities that will ensure that their cadets and unit make a visible contribution to their community through community service projects that are beyond self-serving

fundraising activities and that raise the profile of the cadet program. The result will be that the program and cadets will be seen as an active and contributing community resource. Not only do citizenship activities and community service help the community and build good citizens, but they may also result in added benefits flowing directly to the cadet unit.

Added value There is a saying among professional fundraisers that goes,

“Before you can fundraise — you have to friend raise.” Being a community resource makes friends. And friends — whether they are service clubs, service support groups, or individuals — provide funds. Another reason to become involved in the community is the public relations value it brings. Media and the public are often quick to condemn and report negatively on young people as a group for the anti-social acts of a few. Too few news reports feature the thousands of


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement teenagers who provide community service individually and as members of church groups, health support organizations like Red Cross, St. John Ambulance and Candy Stripers, Scouts and Guides and particularly Sea, Army, and Air Cadets. Reports of young people doing positive things in their community are often reported as the exception, but when they are reported, they are exceptionally well reported. The fact that cadets are easily identified through their uniform provides an enormous opportunity to raise the profile of cadets and the cadet organization and win friends for the program. Another aspect of community service is the opportunities for cadets to display leadership abilities as they plan and execute a project. Whether supervising a team, or taking individual responsibility, leadership is an important aspect of community service.

Community service guidelines Following some community service guidelines is a good idea: • Activities should not compete with commercial organizations. They should directly support bona fide non-profit community service organizations and provide an obvious benefit to the community at large. • The level of community service should be commensurate with the unit’s resources and should not interfere with the primary training program. Activities should not overextend either the unit leadership or the cadets themselves.

• Activities must be safe and without potential liability. For instance, cadets directing motorists to park or directing traffic is not a permitted activity. On the other hand, cadets acting as ushers or handing out programs may be ideal as long as there is no crowd control involved. The list of potential community service activities and community organizations that may benefit from the assistance of cadets is long in most communities.

Kinds of community service One particularly useful service that cadets can perform and reap good profile from is doorto-door canvassing for nationally recognized health service organizations such as the Heart Fund, Diabetes Association, Canadian National Institute for the Blind, Canadian Cancer Society and so on. In one hour, 20 cadets in teams of two can easily canvass a typical urban area and raise $1,000 for the cause. The sight of two uniformed cadets on the doorstep supporting these organizations

sends a strong message about the work, worth and value of our program’s youth and translates into higher than usual donations. Twenty cadets are easily supervised with two roving adults, and the cadets will work together to make sure proper receipts are issued and donations are recorded and accounted for. Of course, some community service activities follow from general cadet training. These include participation in community parades, providing a flag party for any civil function or gathering — including conventions and picnics, giving a band performance, and playing the last post, reveille and lament at remembrances. Some activities provide a spontaneous source of funds such as having cadets serve as cloakroom attendants at large community functions. A ‘tip’ jar will attract significant funds in return for little effort.

Win-win situation When cadets are involved in community service, everyone wins. Cadets can use the time towards qualifying for the Duke of Edinburgh Award,

Royal Canadian Legion and Strathcona medals and become eligible for other community service recognition within the unit and the community at large. By keeping complete records, commanding officers will have solid evidence upon which to base nominations for outstanding community service for community-wide recognition such as “Youth Citizen of the Year.” The unit will benefit as a result of a higher profile in the community and thereby be top of mind among groups wanting to direct funding to worthwhile groups that show they are a resource to the community. Finally, the nation benefits. When young people participate in community programs, they become part of the communitybuilding process. They are more likely to respect what has been established and continue their community involvement when they are adults. Community service builds good citizens! b – LCdr Pash is the regional public affairs officer, Regional Cadet Support Unit (Pacific)

Cadets from 65 Air Cadet Squadron in Ponoka, Alta., do not limit their community event participation to poppy sales. In addition to more traditional Remembrance Day activities, they raise the squadron’s profile by taking part in many of the small community’s events.

17


Cadence • Issue 11 • Fall • 2003

Community

involvement Make it a priority and enjoy the benefits By LCol (ret’d) Ted Gilbank The squadron is so well known in Oshawa that its crest and visuals depicting its history are incorporated into a prominent mural adorning a downtown building.

f you travel across the country, you will find cadet units that believe their main purpose is to provide training that emphasizes the military aspect of the cadet program. In these units, involving cadets in the community is well down on the priority list.

I

Many years ago, 151 (Chadburn) Air Cadet Squadron in Oshawa, Ont., was one of those units. The squadron had many interesting ‘cadet things’ that it just had to accomplish and little time to devote to community needs. In 1969, however, Squadron Leader Norman Cairns — the senior officer of the day for Air Cadets in Ontario — jolted the squadron out of its rather introverted attitude. He demanded that each air cadet unit invite a different local dignitary to visit and inspect the unit each month. His objective was to gain public support for the

cadet program and to make the cadet unit much more visible in the eyes of the community. After a lengthy period of procrastination, 151 Squadron finally invited former squadron leader and Air Force padre Monsignor Paul Dwyer to visit the squadron. As the Monsignor had served in the Air Force and was currently the head of the local Catholic Church, he seemed to be the ideal choice as a prominent local dignitary. After inspecting the cadets, he asked a variety of questions about cadet training. During this discussion he quietly announced that he would like to make a donation to the squadron’s flying scholarship program. This visit — grudgingly arranged — marked the beginning of a friendship that lasted for the rest of the Monsignor’s life. Not only did he continue to make donations to the squadron, but he also became a friend of the air cadets. He could always be counted upon to assist the squadron when it needed help. This wake-up call — and pressure by the Air Cadet League of Canada — marked the turning point in this squadron’s attitude towards its involvement in the community. Today, the squadron’s cadets are involved in many community events. Some of these events — parades, static displays, cadet tag days and lottery ticket sales — simply give the squadron public exposure and allow our cadets to get out and meet the public. In other instances, the cadets physically assist various organizations. The squadron

18

Following its ‘wake-up’ call, 151 Squadron enthusiastically seizes opportunities to raise its profile — and the profile of Cadets — in the community. Here, FSgt Kyle Attanasio addresses a luncheon meeting of the Rotary Club of Oshawa.


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement lends a hand at the Sports Hall of Fame awards dinner, helps the Rotary Club plant trees, provides a band to lead the Santa Claus parade in the small town of Cannington and assists the fundraising activities of the Diabetes Association at Trafalgar Castle in Whitby, just to name a few. During this past year alone, the squadron assisted other community organizations in 18 different activities. Our cadets have also been personally involved with individual organizations and families associated with the squadron. They have been guest speakers at both the Rotary Club of Oshawa and the Rotary Club of Whitby. And they have attended several memorial services and assisted families in their time of sorrow and grief. At the local level, our cadets have visited organizations and their facilities. In the past year, they have been to Quebec City, Val D’Or, Que., and Washington, DC. In fact, our squadron has completed more than 50 different community activities during this past training year. All of these experiences are part of the program to get cadets out and active in Canadian society. This extensive involvement has given the squadron and our cadets a high profile in the community. It has also brought the squadron numerous civic honours, among them the granting of the Freedom of Durham Region and the Freedom of the City of Oshawa. Last year, a mural about the squadron and its namesake Lloyd Chadburn was unveiled on a wall in downtown Oshawa.

of Canadian life. One of the mottos of the Rotary Club that sponsors this squadron is “service above self”. Hopefully, cadets who are encouraged to assist others through their cadet activities will carry this attitude into adulthood. If a cadet unit is highly visible in the community, it will also be visible to local employers and community leaders who may one day wish to employ a former cadet. If they know about the cadet training program, they will know that the individual had training and experiences that would make that person an asset to their organization. This squadron has found that community involvement instils in the cadets a foundation for continuing service to others, educates them to the needs of their community and exposes them to a variety of life experiences. All of these efforts add up to one of the primary goals of the cadet program — citizenship. b – LCol (ret’d) Gilbank is a former cadet and past commanding officer, who now serves as a civilian instructor with 151 Air Cadet Squadron.

Public acceptance of the squadron has removed the need for us to actively recruit new cadets. Even without a recruiting program, 151 Squadron is now the largest cadet unit in Ontario.

Public acceptance of the squadron has removed the need for us to actively recruit new cadets. Even without a recruiting program, 151 Squadron is now the largest cadet unit in Ontario. Squadron achievements and community recognition are of course important and help emphasize the reasons cadets should be actively involved in the community. However, the maturing effects of these experiences are of much greater importance to the individual cadet, for they reach to the heart of the Canadian Cadet Movement. Volunteer activities help prepare cadets for their future role in our society by getting them actively involved in different aspects Cpl Rachel Puglisevich, 151 Squadron, offers citizen Bob Stuart a piece of cake on the official opening of his new aeronautical museum at the Oshawa airport. This was just one of 50 ‘citizenship’ activities that the squadron participated in during the 2003 training year.

19


Cadence • Issue 11 • Fall • 2003

g b r n i i d d l g i e Strategies for u s B forging links in your community

By Marsha Scott

Teaching cadets about citizenship starts in local communities across the country. Community service — a hands-on means of conveying the meaning of citizenship to young people — requires cadet movement leaders to build bridges within their communities. o get a broad perspective on how local leaders build these bridges, we spoke to four officers and a civilian instructor, who were identified as successful in forging ties within their communities. They represent large and small corps/squadrons, located in cities and small towns in three different regions.

T

Each had their own distinctive perspective on connecting with their communities and strategies for it. Their success depends on a number of factors: strategic thinking; personality and attitude, how well they knew their communities, their ability to ‘market’ their units; and perhaps, most important of all, their personal commitment to building better citizens. Here, they share their experiences.

20

Think strategically Commanding officers (COs) play a critical strategic role in their corps/squadron citizenship and community service programs. COs should approach community service with strategic objectives in mind, says Maj Guy Peterson, commanding officer of 2920 Army Cadet Corps in Gatineau, Que. Although the most important strategic objective is training cadets to become good citizens, other objectives can also be important. Maj Peterson’s corps — with 125 cadets and 25 adult supervisors — has an extremely busy training schedule. The corps opens its doors to cadets and staff for training and recreation on more than 200 days or evenings per year. In his leadership role, Maj Peterson has to be careful that his

3019 Army Cadet Corps’ community service project — renovating the town’s “Welcome to Rankin Inlet” sign — quickly won the heart of the community. The first thing the cadets did was stick a Nunavut nameplate over the sign, which still placed Rankin Inlet in the Northwest Territories.

cadets and staff are not burned out by countless fruitless community activities. “We rarely do volunteer work just for the sake of it,” he says. Located in a city of 230,000, it would be easy to become overextended with so many requests for community service. Another problem is people or organizations within the community who may view cadets as “cheap labour”. This is unacceptable, he says,

and his job is to ensure that doesn’t happen. So, although the corps does a lot of community service with no payback in mind — other than what it teaches cadets about giving, the objective of other activities is often reciprocity. Like Maj Peterson, there are times when LCdr Comer — commanding officer of Sea Cadet Corps WARRIOR in


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement Edmonton — has to say “no” to community service. But he ensures he stays in that organization’s good graces by always contacting the organization, explaining why his corps cannot take part and offering other resources they may try. Still, LCdr Comer believes that the more his corps gets out into the community, the higher profile the corps has. With 85 cadets, his corps always puts 100 percent effort into any community event, and considers all requests. As a CO, he tries to “grow” the citizenship program and strategically chooses high profile activities that give him lots of bang for his buck. His cadets helped out at the 60th anniversary of the Canadian WRENS, the l0th reunion of the Italian Naval Association, the Klondike Days parade and the media launch of the Klondike Days sourdough raft race. His cadets were also among 400 cadets participating in last year’s Grey Cup parade in Edmonton. Maj Peterson believes that cadet movement leaders are in a perfect position to approach community service strategically. “We ‘possess’ something of extraordinary value to the community: well-organized, disciplined and well-supervised young people,” he says. “It’s up to us to market this value to the community at large.” He says a commanding officer

— and others associated with the corps or squadron for that matter — must be able to ‘position’ the services that cadets can provide so that arrangements become mutually beneficial.

commanding officers from all three elements on “relationships between corps and squadrons and their communities”. “Community involvement is their door to great networking on behalf of their units,” he says.

His corps does 5,000 hours of community work a year. Maj Peterson is quick to point out, however, that it’s “only one hour per week per person”.

Put your personality and positive attitude to work

He does not underestimate the citizenship value to cadets of doing something for nothing; however, he believes that many commanding officers are too reticent to ask for something in return for services rendered. “It’s important to get your name in the hat,” he says. “You have to keep in mind that you are also a community group and you cannot survive only on the gratitude of those you help.”

To a large extent, “yes”!

He will be addressing this issue when he speaks this fall to other Eastern Region

Does this mean that personality is a major factor in building bridges, or that the success of a unit’s community service depends on the attitude of the CO or other officers in charge?

“Commanding officers are pivotal to the success or failure of their units’ participation in community events,” says LCdr Comer. “They can either consider it a low priority, or a high priority that will benefit both the corps and the cadets.”

Michele Ashby, a civilian instructor (CI) and administration officer for 3019 Army Cadet Corps in Rankin Inlet, Nunavut, agrees. Her husband, Capt Tim Hinds, is her unit’s commanding officer. Like her husband, CI Ashby believes that citizenship is one of the most important values that the cadet program instils in youth. “These kids are at a very formative stage in their lives,” she says. “If they don’t learn these values now, they may never take hold. Our society in general and our community in particular can be greatly improved by simple things. If our youth are encouraged to think about these things and other ways to contribute to our community now, hopefully, they’ll continue to think that way as adults.” Capt Virginia Davis, training officer and former commanding officer of 702 (Lynx) Air Cadet Squadron in the city of Saskatoon, is another officer who believes citizenship training continued on page 22

Cadets from 702 (Lynx) Air Cadet Squadron delivered 1,000 kilograms of food and gifts to a “working poor” family in the city of Saskatoon last Christmas — enough to carry the family well into spring. Lighting a community service spark in the cadets required a strategic shift in thinking by squadron leaders.

21


Cadence • Issue 11 • Fall • 2003

continued from page 21

is essential; however, not necessarily what is in the handbook. “Young people learn more from hands-on training than from book training,” she says. “The cadet program needs to be more flexible to allow young people to develop their own ideas.” Flexibility can make citizenship training and community service even more dependent on the personality and attitude of the person running the activity. “Strong leadership from all the officers is necessary to make an undertaking successful,” claims Capt Davis, referring specifically to her unit’s unique annual Christmas hamper project. Personality and attitude were factors in turning a run-of-themill community service project into one that has sparked the imaginations of her cadets. “We do a Christmas hamper project as nobody else does,” says Capt Davis. Last year, the squadron delivered almost 1,000 kilograms of food and gifts to a “working poor” family — a single mom with five children — enough to carry the family through Christmas and well into the spring.

of 212,000,” she says. But her personal philosophy — one she stresses to her cadets — is that they do not have to be seen and recognized to do good in this world, and the fact is, life does not always acknowledge our deeds. Certainly, her cadets now recognize the impact of good citizenship on one family’s life.

Know your community CI Ashby has discovered the secret to building bridges in a small community — choosing projects that win the heart of the community. This is what’s happening in Rankin Inlet, a predominantly Inuit community of about 2,500, located on the northwest coast of Hudson Bay. CI Ashby says her cadets — all Inuit — are renovating the town’s “Welcome to Rankin Inlet” sign. Though it may sound like a

minor project, the cadets and other community members have collected more than 50 racks of caribou antlers to replace the damaged and stolen antlers that used to be attached to the arch over the sign many years ago. At the same time, the cadets have covered the part of the sign that still read “Northwest Territories”—a change long overdue, considering that it’s been four years since Nunavut was created. It can be easier to create bonds in a small community where everyone knows everyone else. This seems to be the case with Capt Stan Monkman, commanding officer of 65 Air Cadet Squadron in Ponoka, Alta. Located approximately 130 kilometres south of Edmonton, Ponoka is a community of about 6,300 and the squadron’s 52 cadets come from as far as 50 kilometres away. It seems to Capt Monkman that his squadron members practise citizenship just about every time they turn around.

Turning the project into something that achieved her goal of lighting a spark in her cadets required her to change strategy in mid-stream and to build stronger ties with community businesses, a group of police officers, project co-sponsors and even parents. The squadron now “adopts” a needy family every year. Forging links in the community of Saskatoon is very difficult, says Capt Davis. “We are but a minute speck in this large city

22

In a small community, even a cadet donating blood can become a ‘photo op’ for a local corps or squadron. When Capt Stan Monkman’s ‘marketing plan’ swings into action, cadets from 65 Air Cadet Squadron in Ponoka make the pages of the local newspaper.

This suits Capt Monkman, a retired Regular Force chief warrant office, whose personal views on citizenship tend to drive his squadron’s numerous community service efforts. “Having served overseas in the military, I developed what I feel is a special Canadian pride,” he says. “It’s a pride that should have been developed well before going overseas. It will not happen overnight, but we can develop that Canadian pride in our young people if we work on it properly now. I fully believe that we must be active, participating citizens to make Canada a better place for all,” he says. Ponoka’s size certainly makes it easier for Capt Monkman to pursue one of his more unique citizenship activities — “mock scholarship boards”. He calls upon the community — lawyers, school principals, human resource staff, Legion executive members and store managers to name a few — to volunteer to take part in two mock boards a week for four


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement weeks in February. These act as virtual scholarship boards for the cadets, allowing them to practise in front of total strangers before appearing in front of a real scholarship board. Not only do the cadets meet prominent community members, but also the community meets them, discovering their maturity and confidence. Being seen as trustworthy and dependable young citizens has opened many employment doors for the cadets, placing them ahead of their non-cadet peers in hiring lines, says Capt Monkman.

‘Market’ your unit Even though his community is small, Capt Monkman works hard to ensure his cadets have a high profile in the community.

He never misses an opportunity to ‘advertise’ in Ponoka, or the surrounding communities. Both former and current cadets have purchased a winter storm-tech jacket and a summer ‘hoody’ that identify the squadron. And at the annual squadron dining-in night, mayors of four local communities, presidents of three Legion branches and politicians are seated at the head table. These dignitaries are so impressed with the cadets that the skids are greased when the corps requires a favour from a surrounding town or business. But this networking goes beyond dignitaries. Alongside the cadets are not only parents, but also their favourite relatives. He calls the local newspaper even when a cadet is donating a litre of blood. If the local newspaper can’t be there,

a member of his parent committee submits an article and photograph to the media.

a declaration from the mayor and were front-page news in the local newspaper.

Attracting media attention can be more difficult in a larger city; however, building a public profile can be done through even the simplest things.

“You will be astounded by the formal and informal publicity that your unit will get from other community groups you help,” says Maj Peterson. “Community leaders often belong to other volunteer groups or sit on boards. They exchange best practices and network. All you need to do is get your name in the hat so they are also talking about your cadets. No amount of money can buy you that kind of coverage in the local media.”

In 2001, Maj Peterson’s corps won Gatineau’s prestigious “community and cultural group of the year” award. What did it cost him? Nothing. He simply filled out an application form, explaining to the city what his corps represents to its community. What did it change? Everything. “It dramatically changed the perception that other community groups and elected leaders have of our cadets,” says Maj Peterson. When City Council recognized the corps’ community involvement and local leadership, his staff and senior cadets received

Think strategically, put your personality and positive attitude to work, know your community and market your corps. These strategies work for some of our leaders. Will they help you build bridges in your community? b

‘Perks’ of community service • Last year, 702 Air Cadet Squadron received a cheque for $10,000 for a squadron trip from a local Foundation. A mother — moved by what Cadets does for the community and by its encouragement of her son to become more generous and caring — approached the foundation and explained what Air Cadets is all about. – Capt Virginia Davis

• After our cadets cleaned up a Gatineau area at the request of a city counsellor in 1999, the counsellor asked if I needed anything for my kids. I needed a range where my cadets could practise. A bargain was struck. We have since been using a local community centre — free of charge. That’s $1,500 less in funds that 2920 Army Cadet Corps has to raise every year. A gift of $6,000 so far. – Maj Guy Peterson.

• Sea Cadet Corps Warrior cleaned up a car park, and the owner of the company was so impressed with the maturity and organizational skills of the cadets that he offered the senior cadets summer employment if they were available. – LCdr Leon Comer.

• Because of the exposure 65 Ponoka Squadron receives and community support, we were able to burn the mortgage two years ago for the building we parade in. – Capt Stan Monkman

23


Cadence • Issue 11 • Fall • 2003

Rising to the

‘challenge’ Help cadets receive high school credits for what they have learned in Cadets By Craig Hawkins an being a cadet help earn a high school graduation diploma? The surprising answer to this question is … yes!

C

In many provinces across Canada, cadets have opportunities to use their local headquarters or summer training to help them earn credits towards their high school diploma. Many colleges, universities, industries and community groups have long recognized that learning does occur outside the four walls of a classroom and have given students (or employees) credit for this learning. In the past, provincial ministries of education have not been as willing to extend this recognition to high school students. This is starting to change.

Gaining a credit through PLAR is often based on a challenge process. Students must present evidence that their outside learning has enabled them to meet expectations for a specific course that is offered in the secondary school program. This evidence can take many forms such as course reports, letters of reference, a portfolio of work, or an actual demonstration of the skills performed by the student. In almost all jurisdictions, each student must demonstrate that he or she has met the same expectations that a student who took the classroom course would have to meet.

Once the student has presented evidence of readiness to the educator, he or she is able to complete the challenge process. Today a number of provinces This assessment may include a are allowing students to receive formal examination, demonstrahigh school credits for learning tion, performance, assessment that has taken place outside a of student work and so on. regular classroom. These credits A teacher usually administers are earned under the broad title the final challenge assessment. of Prior Learning, Assessment If the student is successful in and Recognition (PLAR) or the the challenge, he or she is then Challenge Process. Ontario has awarded the credit, which recently joined Alberta, British appears on their transcript. Columbia, New Brunswick, How does this challenge Nova Scotia and Saskatchewan process work in real life? in offering students the opporHere is one example of a cadet tunity to gain high school challenging for a credit. credits for outside learning. WO2 John Smith from 123 Squadron in Toronto, Ont.,

24

Many provinces have high school leadership courses that could be challenged by senior cadets who have held a staff or senior position at a summer training centre or local unit. (Cap-Chat Army Cadet Summer Training Centre photo)

attends the senior leaders course during the summer months. After returning to his squadron, he is involved in a number of leadership activities. WO2 Smith decides to challenge “peer leadership” — a Grade 11 course offered by his local school board. He collects a package of materials — including his senior leaders course report — to demonstrate that he has met the same expectations as the high school course. Also included in his package are letters of reference from his commanding officer, a sample of a weekend training activity that he planned and implemented and a videotape of several lessons that he taught at local headquarters. He presents these to his principal who reviews the material and determines that student

John Smith has provided reasonable evidence to support his challenge of this course. John’s principal then forwards the material, along with a formal application, to the school board that outlines criteria and oversees the challenge. If successful, WO2 Smith will receive the same credit for his senior leaders course as students who took the high school’s peer leadership course. What courses are eligible for challenge, and what cadet courses would help support a challenge? Each provincial jurisdiction sets its own rules, so cadets must check with their school principal or guidance counsellor before starting to assemble their documentation.


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement However, here are some examples:

place on their own time. For students who just happen to be cadets, it provides an • A six-week athletic leadership opportunity to link the training course, supported by other and education they receive samples of leadership in the through participation in both area of sports or athletics at the summer program and the the unit level, could support local headquarters program a challenge for a physical to their high school diploma. and health education credit. • A level 6 music course, and Cadets who think they have the ‘right stuff ’, should take teaching or performing at the PLAR challenge. They have the unit level, might form nothing to lose, and a high the basis for a successful school credit to gain! challenge of a high school music credit. Check out these websites for • Many provincial jurisdictions more information about PLAR: have high school leadership Alberta: courses that could be challenged by senior cadets www.learning.gov.ab.ca/ who have successfully com- educationguide/guide.asp? pleted a six-week leadership id-062520 course, held a staff position Follow up by reading Appendix 3 or a senior position at the (available as a link on the local level. above site) Not all summer training or local headquarters training can form the basis of a successful PLAR challenge. Cadets need to make sure that they can demonstrate that they are meeting the same course expectations as their counterparts in the regular high school program. Cadets should always talk to a counsellor or school administrator before beginning this process. Remember, each province has its own unique rules, regulations and procedures; what applies in one part of the country may not apply in another. Prior Learning, Assessment and Recognition is one way that educational jurisdictions are recognizing that learning can take place outside a regular school or classroom. PLAR offers students increased flexibility to plan and organize their secondary school program and to receive formal recognition for learning that has taken

British Columbia www.bced.gov.bc.ca/ grad_req_rev/gp_2004.pdf New Brunswick www.gnb.ca/0000/ plar-era/e/index-e.asp Nova Scotia: doc-depot.ednet.ns.ca/ psp.html Check out pages 45-46 Ontario:

For students who just happen to be cadets, PLAR provides an opportunity to link the training they receive in Cadets to their high school diploma. FSgt Alain Pentony, teaching an introduction to instructors course at Trenton Air Cadet Summer Training Centre, marks a drill period. (Photo by 2Lt Joshua Brambrough)

How you can help • Encourage your cadets to read this article • Encourage your cadets to speak to their guidance counsellor or school principal about Prior Learning, Assessment and Recognition • Write a letter of reference for the cadet • Provide cadets with course reports to support their application

Saskatchewan:

• Provide the cadet or school principal with summaries of the expectations (course training standards) for the various summer courses

www.sasked.gov.sk.ca/docs/ policy/course/pol.html b

• Provide the cadet with opportunities to use the various skills under supervised conditions

www.edu.gov.on.ca/extra/ eng/ppm/129.html

– Mr. Hawkins is a high school principal and vice-president of the Air Cadet League of Canada. He completed this article with files prepared by Jeannie Wilson, Simcoe County District School Board, Midhurst, Ont.

• Videotape the cadet’s performance – Source: The December 2002 edition of Central Region’s Cadet Instructors’ News E-zine at www.central.cadets.ca/public/ecadre_Dec02_e.html

25


Cadence • Issue 11 • Fall • 2003

Accommodation

acumen Taking stock of local headquarters infrastructure By LCdr Neil Martin he current cadet program is successfully delivered in a wide variety of infrastructure at the local level — ranging from modest to state-of-the-art.

T

Both the Department of National Defence (DND) and our three league partners — through numerous sponsors in local communities — provide accommodation. However, the leagues are ultimately responsible to provide suitable accommodation for the local program where the department is unable to provide it. At many meetings over the years, DND and the leagues have discussed local accommodation and some of the challenges encountered.

to determine the overall picture of accommodation in support of the local program. Because DND had the resources, an administrative mechanism (the CF 790, Cadet Unit Statistical Report), and connectivity, it took the lead in gathering the data. The aim was to take an inventory of corps and squadron accommodation and infrastructure, and determine if valid links exist between usage and needs. A secondary goal was to estimate the cost or value of facilities used at local headquarters in support of the cadet program. Even without the study, we know that local sponsors and the leagues provide a tremendous amount of support in communities. We distributed the study as an annex to the CF 790 this year. Corps/squadron commanding officers have been completing the requested information in concert with their sponsors and the leagues.

Unfortunately, little substantive information has existed to adequately discuss accommodation issues when they arise, or even to estimate the quantity and quality of the resources used in more than 1,000 communities across the country.

Once the information is tabulated, we will share it with our league partners and follow up with an article in the winter issue of Cadence.

That’s about to change. This fall, with the completion of the local headquarters (LHQ) accommodation and infrastructure study, we will finally have the solid information needed to provide a starting point for future discussions on LHQ training facilities and accommodation.

Whatever the outcome, a well-established fact is that regardless of the facility a corps or squadron is housed in, the cadet program is delivered successfully. This is a good indication that it is mainly the people who deliver and support the program — not the facility — that make it successful. b

More on this study In November 2002, the National Cadet Advisory Group — now named the National Cadet Council — agreed that a study should be undertaken

26

The ‘home’ of 1705 (British Columbia Dragoons) Army Cadet Corps in Vernon, B.C. (Photo by Wayne Emde)

–LCdr Martin is the staff officer, infrastructure, with directorate of cadets.


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

CIC omnibus survey Who responded? By BGen Daniel Pepin he count is in. A total of 1,745 officers responded to the Cadet Instructors Cadre (CIC) omnibus survey. Although analysis is not yet complete, and we won’t be able to share that analysis with you until later, we wanted to inform you now of the survey response rate.

T

As the director general of reserves and cadets, I directed that the survey be conducted. My objective was to solicit the views of all serving CIC members on a number of important issues. Among them was establishing the level of awareness of CIC officers towards selected human resources policies; assessing officer perceptions of the nature of conflicts in the cadet movement; collecting information about CIC work habits; and seeking opinions on the viability of using distributed learning as a means of delivering training to cadet movement officers. The information obtained from survey responses will guide the development, refinement, and implementation of new and revised policies. It will also provide direction in reducing the gap that currently exists between Canadian Forces policies and their application to CIC officers. The following information paints a picture of those who completed the survey:

Atlantic

Eastern

Central

Prairie

Pacific

Northern

1006

1222

1330

879

546

29

Population of CIC officers by region

• The gender representation was 65.8 percent male and 80 34.2 percent female. 70 This distribution is similar to gender 60 representation within the cadet 50 instructors cadre. 40 • The response rate in terms of official 30 language was 23.7 percent 20 Francophone and 76.3 percent 10 35% 29% 34% 26% 50% 76% Anglophone. 0 Again, these Response rate by region findings closely resemble the **Note the numbers on the vertical line represent the percentage of the total number of CIC Officer participants in the applicable region. current linguistic mix of CIC officers. • Members were adequately The accompanying graph is • The distribution of responrepresented both at local a visual representation of the dents by element was headquarters (78.9 percent) 46.7 percent air, 31.3 percent respondent profile. and other headquarters army, and 22.1 navy. We thank the respondents who levels (21 percent). This • Close to 12 percent of the participated in this exercise response supports our belief respondents reported having and consider their input as that we have captured the served either in the Regular representative of the views and voice of a great number Force or Primary Reserve. opinions of most CIC officers. of local officers. Based on such a broad-base • The education level of the • When comparing responparticipants shows that only representation, we can now dents with the number of proceed with an in-depth .8 percent of CIC officers members on the slate in the have less than a high school analysis of the survey and satisfy six regions, Northern and our initial objective. Survey education. 40.3 percent of Pacific regions produced findings will be published in the respondents have coma more than 50 percent pleted university studies — a series of reports that will be response rate. The overall made available in due course. from a certificate to a PhD. response rate from the 5.5 percent of our population Be sure to check future issues CIC population across the of Cadence for results of the has completed graduate country was 34.8 percent. omnibus survey. b degrees.

27


Cadence • Issue 11 • Fall • 2003

Forum New ideas, best practices and lessons learned

Hitting the mark Keys to building a championship marksmanship team hat does it take to build a championship marksmanship team?

W

It takes teamwork and the confidence that comes from competition, says Capt Gary Scrivens, commanding officer of 2610 Army Cadet Corps in Sheet Harbour, N.S. It also takes a whole lot more. What makes him so sure? When 2610 Corps was reactivated in 1985, Capt Scrivens believed the corps needed a marksmanship program to capture and hold the cadets’ interest. He considered .22-calibre rifles, but with no range facilities in the area, he had to choose air rifles.

• An area for a range that allows ample range time; and • Interested and dedicated cadets who are willing to spend the time required. “All three of these, listed in their order of importance, must be present to have a good program,” says Capt Scrivens. “Without someone who is willing to devote eight to 10 hours a week on a marksmanship

program, your team will not develop into a top-calibre team,” he adds, although the time may become less as that person’s skills improve. Range time — at least eight hours per week — is also important. Finally, interested cadets are core. “If your unit does not have cadets who are willing to give the time and effort that is required, your program will not be successful.”

“If your unit is lucky, has a good coach and if your team members learn quickly, you could be competitive in a year or two.”

There was no turning back. Overcoming challenges along the way (see sidebar), the corps persevered to produce a winning marksmanship team. Here, he shares what he has learned.

A good program According to Capt Scrivens, three things — listed here in their order of importance — must be present to have a good program: • An adult, most likely an officer, who will devote the time required;

28

Capt Gary Scrivens with the 2003 marksmanship team from 2610 Army Cadet Corps in Sheet Harbour, N.S.


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

How long will it take? How quickly your program produces a national winning team will depend on a number of factors. “If your unit is lucky, has a good coach and if your team members learn quickly, you could be competitive in a year or two,” says Capt Scrivens. Another factor, he says, is natural talent. Cadets with natural ability will progress faster than others, but they won’t reach the top without desire. “If you have a cadet that has natural ability, plus the desire, you have a winner.”

Some help along the way The Canadian Cadet Movement Daisy Air Rifle Training Manual is an excellent source of information and tips on coaching.

The important thing to remember, he says, is to learn from all your training and compete in as many matches as you can — including the Dominion of Canada Rifle Association winter postal matches and inter-corps competitions. He also advises, “When you enter a match, do your best and don’t worry about the final results. It is a learning process, whether you finish first or last.” His team members are taught that they have no control over their competitors — only their own shots. “We tell them to focus on their own game and don’t be concerned about what others are doing.” The condition of your air rifles is also vital to success. Like all rifles, air rifles require cleaning and maintenance. Your cadets will only be as good as the equipment they use.

• Air rifles should be cleaned using cleaning pellets after 500 rounds or sooner if needed. • Rifles must also be lightly oiled as per the manufacturer’s instructions. • Rifles should be tested for consistent velocity, using a chronograph at least once a training year. Any rifle that does not meet the specifications should be repaired.

Last words Any cadet corps can have a successful marksmanship program if they want it, says Capt Scrivens. But you won’t win if you don’t work on developing a good program and if you find excuses like, ‘it’s no good entering because we don’t have a chance of winning’.

As all cadet corps and summer training centres now have Daisy air rifles and as cadets love the challenges marksmanship presents, Capt Scrivens believes every corps should work to develop a good marksmanship program. “Our main focus as leaders is our young cadets and developing good skills to start.” Editor’s note: According to LCol(ret’d) Cal Lindsey, president of the Nova Scotia branch of the Army Cadet League, the branch has promised the corps further support. The Nova Scotia provincial command of the Royal Canadian Legion has also given $1,000 annually for the past six years to help defray travel costs for units competing in the provincial match. b

Challenges and opportunities When Capt Scrivens chose air rifles for his marksmanship program, he successfully met some challenges along the way. lthough air rifles were approved for cadet use, they were not available through the supply system. So 2610 Army Cadet Corps raised funds to buy three Anschutz air rifles at a cost of about $300 each.

A

With little formal training and little idea of what was needed to build a proper rifle range, the corps drew on common sense and a ‘try and test’ method to find the best kind of backstop for their firing. The cadets were highly motivated and enthusiastic. Each cadet fired a number of times throughout the 1987 training

year, which ended with an inter-corps match. Capt Scrivens recognized the Dominion of Canada Rifle Association winter postal program as an excellent opportunity for his cadets to hone their marksmanship skills in formal competition. The corps has been competing in those matches ever since, winning numerous awards. Then, because the provincial rifle association didn’t have shoulder-to-shoulder matches, Capt Scrivens started the Sheet Harbour Army Cadet Air Rifle match—an annual competition

open to every army cadet corps in Nova Scotia. The provincial event was so successful that the corps sponsored the event until 1996, when the Army Cadet League took it over. Another frustrating hurdle was that in spite of the fact that the corps had many good cadets with excellent marksmanship skills, they could not take the marksmanship course because they did not fire .22-calibre rifles. This changed in 1993, however, when air rifle was introduced at the national level. A year later, the air rifle team match was

the first shoot at the national marksmanship championship. Every year since, 2610 Army Cadet Corps has represented Nova Scotia at the national competition. In 1999, the corps placed first in ‘unit team match’ and first in ‘provincial team match’. The team won ‘top unit team’ at the nationals in 2000 and 2001, and placed third in 2002 and 2003. The ‘top shot’ at the nationals in 2000 and 2001 was a corps member, and in 2003, unit cadets took first- and secondplace ‘individual’. b

29


Cadence • Issue 11 • Fall • 2003

Clarifying civilian roles in cadet corps and squadrons What is the role of civilian support structures affiliated with cadet corps or squadrons? n the Viewpoint page of our last issue, Marjolaine Guay, a member of the ‘civilian committee’ of 2623 Army Cadet Corps in St-Hubert, Que., expressed her views on the role of the corps’ civilian committee.

O [Navy League] branch members are familiar with the policies and regulations that govern [sea cadet] corps. Their role is to work with the corps, while responding to outside inquiries.

30

She discussed the importance of partners in the Canadian Cadet Movement understanding and respecting each other’s roles within the authority framework. In response to that article, we asked the three leagues to clarify the roles of civilian support structures. Below, Shailagh O’Shaughnessy, the national communications manager for the Navy League; Terry Whitty, executive director of the Army Cadet League; and Beverley Burke, public relations chair of the Air Cadet League, respond. Let us first clarify the civilian support structure that exists for all three elements: the local sponsor. Under the Queen’s Regulations and Orders for the Canadian Cadet Organizations (QR(Cadets)), every cadet corps and squadron is required to have a local sponsor, defined as “…the organization or person accepted by, or on

behalf of, the Chief of Defence Staff to undertake responsibility of the formation and financial support of the cadet corps, other than that provided by the appropriate supervisory sponsor or the Canadian Forces.” The local sponsor is the only local civilian ‘entity’ defined in QR(Cadets). To clarify the role of civilian support structures in relation to local sponsors, we must look at each element separately since each league uses slightly different terminology within its organization: • The Navy League branch — the local level of the Navy League — is the local sponsor of every sea cadet corps. Its members are typically parents, but can include almost anyone from the community, including veterans, former cadets, CF members and community leaders. The term ‘branch’ is used instead of local sponsor. • Army cadet corps local sponsors are usually community organizations, social clubs, or organizations related to the affiliated unit. In recent years, the Army Cadet League has set out to form ‘sponsoring committees’ at army

cadet corps to complement the support offered by the local sponsor. Sponsoring committee members are typically parents, but can include almost anyone from the community, as with Navy League branches. Sponsoring committees are often involved in the day-to-day support of the corps. They are sometimes called parent committees or civilian committees. Sometimes, however, an army cadet corps will have a separate parent committee comprised uniquely of parents — a sort of PTA (parent teacher association) for cadets. • Air cadet squadron sponsors are usually community organizations or social clubs. In some cases, more than one organization sponsors a squadron. A sponsoring committee is formed to represent the sponsor(s) on a day-to-day basis. The sponsoring committee membership is similar to that of the Navy League branch and army cadet corps sponsoring committee. An air cadet squadron may also have a separate parent committee to assist the sponsoring committee


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

Civilian support to sea cadet corps The Navy League has defined the roles and responsibilities of a branch (in addition to the roles and responsibilities of local sponsors detailed in QR(Cadets)). Some of the duties are recruiting cadets and officers; providing financial support; providing facilities, training aids and equipment not supplied by the CF; and finally, working in conjunction with the corps on cadet recreational programs — also known as optional training. There are specific guidelines on the financial responsibilities of branches, their authority and restrictions within the Navy League as a whole. One of the branch’s roles is to support the optional training portion of the sea cadet training program. The corps work in conjunction with the branches to determine which activities qualify as optional training and which ones the branch will sponsor. In this aspect, it is critical that the branch and

corps work together for the benefit of the training program. For parents, working with the branch can allow them to support the corps and gain an understanding of how the cadet program works. Branch members are familiar with the policies and regulations that govern the corps. Their role is to work with the corps, while responding to outside inquiries. It can be a challenging process, but one that has been successful since the inception of the partnership between the Navy League and DND in 1942.

Civilian support to army cadet corps The Army Cadet League is the ‘supervisory sponsor’ that oversees the local sponsor and other civilian support to Army Cadets… at least that is what can be inferred from QR(Cadets); however, the practical application of this mandate is a bit more ‘interesting’.

The Navy League branch — the local level of the Navy League — is the local sponsor of every sea cadet corps. Here, LCdr Jennifer Stewart, commanding officer of Sea Cadet Corps FALKLAND in Ottawa, is shown with Peter Christie, president of the Ottawa branch, which sponsors the corps.

Army cadet corps — for most of their 125-year existence — were sponsored by Militia or Regular Force units affiliated with each corps. In those days, cadet corps were considered to be extensions of the regimental family. These regimental units attempted to provide teenagers with a unique opportunity to develop independence and personal character, firmly based in that unit’s own particular history and traditions. Each corps looked to its regiment for support and leadership. Financial support was sporadic, and parent involvement was actually frowned upon as being intrusive and unwanted. Many old Cadet Services of Canada and Cadet Instructor List officers discouraged any help from parents. But times changed, and army cadet corps were not immune to changing public attitudes and budget restrictions within a reorganized modern Canadian military. Direct local support from affiliated units dried up. Parents across Canada instinctively rose to the task of raising money and supporting their local army cadet corps. The creation of the Army Cadet League in 1971 brought structure to this spontaneous process; however, the overall situation prompted the late Jim Boyle, president of the Army Cadet League (Ontario) to quip that, “The relationship of the league to the parents’ committees resembles that of a parent born after the child.” His remark was descriptive of the growing pains that Army Cadets was experiencing, and still does to some extent today.

The current challenge of the Army Cadet League is to deliver the direction and leadership the sponsoring committees need to enable them to become a supportive and effective force behind the cadet movement for years to come.

The League set out to form structured ‘sponsoring continued on page 32

31


Cadence • Issue 11 • Fall • 2003

In a successful air cadet squadron, both sides of the partnership have a great many responsibilities and therefore, communication, complicity, respect/trust, tolerance and teamwork are necessary.

continued from page 31

committees’ at each cadet corps to add to the support provided by the local sponsor and to bring together the various sources of help from the community: parents, league members, members of military associations and volunteers of every description. Many commanding officers (COs) that had adamantly resisted forming sponsoring committees, can now be heard breathing sighs of relief as these committees grow in effectiveness. These COs are more than ready to attest that the involvement of the parents and sponsoring committees is needed and should be welcomed. Sponsoring committees are now a major source of support to cadet corps. The mix of diverse ‘stakeholders’ provides a dynamic and healthy element of support that commanding officers draw upon

for both financial and practical assistance. Duties and structure vary from region to region and from corps to corps. The current challenge of the Army Cadet League is to deliver the direction and leadership the sponsoring committees need to enable them to become a supportive and effective force behind the cadet movement for years to come.

Civilian support to air cadet squadrons Generally, one or more members of the local sponsor of an air cadet squadron are responsible for ensuring liaison with the cadet unit. The role of the group of people formed under the auspices of the local sponsor — the sponsoring committee — is to liaise with and provide for the operational needs of the squadron. Over the years the role of parent committees has become more important. As more and more organizations or service clubs find that they can no longer provide adequate support to air cadet squadrons, several things have happened. In some cases parents have joined the sponsoring committee, or formed a separate parent committee to work with and assist the local sponsoring committee. In other cases, the local sponsor has relinquished sponsorship and the parent committee has become the official local sponsor. While the provision of financial assistance is very important, it is by no means the sponsoring

32

committee’s only responsibility. The committee also provides effective support for all aspects of squadron training by working closely with the CO and staff. While developing social, sports, cultural, inter-unit and other recreational activities, the CO consults with cadets and the sponsoring committee. The sponsoring committee decides which activities to support and provides the required funding. With regard to cadet reviews — awarding of promotions, summer camps and so on — the primary responsibility rests with the commanding officer and squadron staff. Again the CO is responsible for ensuring the committee is aware of the processes to ensure transparency and for including the sponsoring committee where required by DND policy (i.e. scholarships from the Cadet Scholarship Fund). The sponsoring committee has a duty to ensure fairness and provide input to the processes. In a successful air cadet squadron both sides of the partnership have a great many responsibilities and therefore, communication, complicity, respect/trust, tolerance and teamwork are necessary. In the areas of policy and training, all these skills and traits are critical and essential to the success of the squadron. The roles of civilian support structures affiliated with cadet corps or squadrons vary somewhat by element. Regardless of the element, however, civilians play a pivotal role in the continuing viability of every corps and squadron. b

Civilian volunteers Mike Smith, maroon shirt, and Craig Shultz, blue shirt, helped 2137 Army Cadet Corps ‘pioneer course’ cadets in Calgary build a rope bridge last year during a field exercise.


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

Upgrading CadetNet By Lt(N) Jennifer Stewart

CadetNet has been upgraded to version 7.1, offering more features, options and tools. or users of the web interface, these features, options and tools will be available on login. For users of the FirstClass client — the locally installed CadetNet software — you will be required to install new software to take advantage of the upgrade.

F

Each region will provide specific instructions and files for updating Department of National Defence-issued computers.

• Display message and document content as it would print, or as slides in a presentation • Specify default content view and magnification • Change, temporarily, content magnification • Resize and rotate pictures in viewer windows

Menus and toolbars Features, options and tools The ‘CadetNet — What’s New’ conference within ‘Help-Aide’ highlights the new features, options and tools. We have also provided you with a ‘features slide show’. A CadetNet tutorial is also in the works.

General Specify the time zone for your client Type users’ names to locate them in the ‘Who’s Online?’ list Search message and document histories Create slide presentations Add background pictures to messages and documents Create bookmarks without having to select the target object

• Use simple, or advanced message-handling rules for mailboxes and conferences • Create rules for incoming and outgoing messages.

Forwarding or redirecting

Views • View your desktop with four different options — Classic, FirstClass Explore, Explore No Preview and Explore Side by Side. Choose an option for start-up.

Calendars • Check participants’ free times and conflicts • View whether participants have accepted or declined • Specify the start and duration of your work day, plus default event start times and duration

Printing

Mail Rules

• Choose between the classic forwarding or redirecting mail methods • View the redirected history record on redirected messages

File transfer • Attach FirstClass objects • Attach uploaded files and files attached to other objects • Attach files to personal addresses

Some key changes will allow you to:

• • • • • •

• View reorganized and simplified menus. The conferencing and connection menus are merged into a collaborative menu. • Display text plus icons, or icons only on toolbar buttons

• Print immediately from the toolbar button • Specify print layout options for different types of objects So far, your feedback has been extremely positive and constructive. To continue contributing your ideas and comments, please visit the ‘Feedback/Commentaires’ conference found within the ‘DCadets’ conference. b

Installing the new FirstClass client To install the new FirstClass client on your personal computer, login to CadetNet and go to the ‘HelpAide’ conference. In the folder ‘Installations’, you will find both the Macintosh and Windows installers for version 7.1. Download and unzip the appropriate installer and double-click the executable file (*.exe).

– Lt(N) Stewart is the national CadetNet administrator

33


Cadence • Issue 11 • Fall • 2003

Viewpoint Youths need guidance to make them better citizens CIC officers provide it! By Maj Tom Davis embers of the Cadet Instructors Cadre (CIC) are old-fashioned and out of touch with today’s society.

M

Before you throw a shoe at me, let me explain. I say this because when we see a young person who is acting inappropriately, we do something about it. We don’t just ignore it. Occasionally, I wonder if I am having much impact on the young people who join Cadets, but my doubts fade when I look at some others who have not joined our program. Recently I was going through a drive-through at McDonald’s. As I drove around the side of the building, four teenagers walked across the lane in front of me. As they walked, one of them threw some garbage on the ground. As they passed my window, I said “Excuse me, you dropped something.” “No I didn’t” replied the guilty, young man. “Yes, you did — I watched you,” I responded. And knowing he was caught, he cocked his head to the side, put his hands on his hips and said,

34

“Well, you know there are people who are paid to pick that up.” On another recent occasion, I was in a small town and had to leave a restaurant for a moment. As I left the restaurant, four young people were sitting on the sidewalk outside; one of them had a bicycle that was partly blocking the restaurant entrance. I walked around it, but when I returned a few minutes later the bicycle was still blocking the door. I asked whom the bicycle belonged to and when one of the kids responded, I asked if he could move the bike aside as it was blocking the door. All four of them looked at me with a stunned expression on their face, apparently because I had dared to speak to them. This leads me to the question, “When did adults become afraid of young people?”

Communicating with teens Adults often become nervous around teenagers they do not know. Possibly this is because of their appearance — bandannas

In most cases — as with these young people from 876 Air Cadet Squadron — the teen ‘uniform’ simply reflects current styles, not negative attitude.

and baggy clothes — and negative images of them portrayed in the media. However, in most cases, the clothing simply reflects current styles, not negative attitude. When I see my cadets dressed in ‘civvies’, they are generally dressed in the same way, but there is nothing to be nervous about around them. There’s little doubt that the skills we learn as CIC officers in the areas of leadership, instructional technique and effective speaking equip us better to communicate with teens. We know that now-perhaps more so than in the past—it is important when addressing today’s youth to talk to them, not at them. Certainly, engaging teens in conversation is essential for gaining a better understanding of them and vice versa.

Expectations and consequences Another CIC officer has pointed out to me that if adults pay attention to the poor behaviour of young people at all, they try to justify it rather than correct it. There’s something wrong with this approach. Even though adults are increasingly unable or unwilling to provide it, today’s youths need just as much guidance as in past years. Yet, there appears to be an impression in society that only a parent has the right to correct their child. If so, we really are out of touch in the CIC because we tell cadets when their behaviour is out of line and what our expectations are. Young people today are not inherently different from times


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement past, but the way they are raised — free to do and act as they wish, with little consequence — has resulted in some significant attitude problems, as the above examples show. Along with changes in raising children have come changes in disciplining them. In line with this, the cadet system has seen remarkable changes in how we may discipline cadets. As a cadet on the senior leadership course, I remember having to wash two and a half-ton trucks because I had ‘railroad tracks’ instead of a single crease in my pants. Although this sort of discipline is no longer acceptable, I believe discipline is still necessary to let young people know the consequences of not meeting expectations.

The basis of good citizenship, in my opinion, is how we relate to other people in society. In the air cadet program the first thing Level 1 cadets read in their training manual is about the rights and privileges they are guaranteed as citizens of Canada under The Charter of Rights and Freedoms. The Cadet Harassment and Abuse

Prevention program further reinforces the rights cadets have. However, it is important for us as CIC officers to teach the cadets that they also have responsibilities as good citizens, not least of which is to respect the rights of their fellow cadets within the corps or squadron. Cadets carry the training they receive in the cadet program with them throughout their lives. It enables them to contribute to their communities in positive, meaningful ways.

By outlining our expectations of how cadets should behave early in their cadet career and continually reinforcing those expectations, I think we make cadets better citizens. I hope we stay old-fashioned! b – Maj Davis is the commanding officer of 876 (Lincoln Alexander) Air Cadet Squadron in Malvern, Ont.

Relating to others in society In the cadet program, we teach lessons in many subjects. However, one of the main goals of the cadet program is to develop in youth the attributes of good citizenship and leadership.

A group of 876 Squadron cadets “meeting expectations” with their squadron’s namesake — Lincoln Alexander, Ontario’s former lieutenant-governor.

The flip side Even teens who are cadets sometimes forget the meaning of good citizenship. That is why setting expectations of behaviour — and continually reinforcing them — is necessary in our corps and squadron training. ast April, the directorate of cadets received this letter from a concerned citizen about the behaviour of cadets.

L

“I wanted to relay an incident that occurred this past Friday with some cadets from the Toronto area. I was at my local grocery store and four cadets were canvassing for support. I am usually very supportive of cadets; however, I was not so in this case. The group of four were congregated at the exit door of the Loblaws store and were all sitting, asking people if they wanted to donate money. An older gentleman did not have change with him and was greeted with a sarcastic comment from one of the boys.

I walked to my car behind this man who indicated that he had change in his car, but said, ‘I’ll be damned if I give those delinquents money after those comments.’ It is my opinion that if a group is seeking monetary support from the public, they need to do more than simply dress in a spiffy uniform. Attitude is as important as appearance. Boy Scouts and Girl Guides are always smiling, standing and polite and as such, always garner a contribution from me. Needless to say, the cadets did not get a donation from me either.” b

35


Cadence • Issue 11 • Fall • 2003

March past: continued from page 9

gt Michael Dilliott, a cadet with 23 (Optimist) Air Cadet Squadron in St. Catharines, Ont., is arguably the first Canadian cadet ever to visit a Luftwaffe — a German Federal Air Force base.

S

Cadet visits Luftwaffe

In Germany on a three-month international student exchange, Sgt Dilliott asked his ‘host parents’ if there was any possibility of visiting a base, even though traffic through the Luftwaffe is restricted. With persistence and some luck — a colleague of his host mother is the secretary to the German Minister of National Defence — Sgt Dilliott was invited to visit the Luftwaffe at Rheine. The base is the home of Jagdgeschwader 72 — an air combat war games squadron removed from active duty and practising combat manoeuvres in the F4 Phantom multi-strike fighter with squadrons from all over Germany.

On the

Sgt Dilliott toured the base, attended briefings and visited the control tower, mission planning centre, war room, supply-hold and maintenance hangars. He visited armoured F4 cells, where the aircraft were dug into the ground and covered with armour and grass. He also watched several missions and with an instructor, flew the F4 Phantom simulator for half an hour before landing safely.

“There are no German cadets and the Germans think Cadets is impressive — especially Air Cadets,” says Sgt Dilliott. “The Germans I spoke with particularly admire Canadian cadets for becoming active in building their own lives at such a young age.” b

horizon

“Training” is the theme of the winter issue of Cadence. ver the last couple of years, officers from across the country have been working hard with staff at the directorate of cadets to address issues raised by local and cadet summer training centre staffs. During that time, efforts have been aimed at stabilizing and enhancing cadet training.

O

In our next issue, we will provide some updates on advances in local and summer training in the sea, army and air cadet training programs. We will also have an update on the CIC military occupational structure change management program, with some answers to what’s being done and where CIC training is going.

36

Copy deadlines are October 15 for the winter issue, published in December, and Feb 4, 2004 for the combined spring-summer issue, published in May. The theme of the spring-summer issue will be CIC officers as members of the Canadian Forces. To avoid disappointment, notify the editor well in advance regarding planned submissions.


www.cadets.forces.gc.ca

Numéro 11 • Automne • 2003

La revue du

leadership du Mouvement des cadets du Canada

Le civisme : contribuer au bien commun

Relevez le défi Aidez les cadets à se faire créditer la formation reçue chez les Cadets

Comment faire mouche Former une équipe pour les championnats d’adresse au tir

Hébergement Le point sur les infrastructures


Cadence • Numéro 11 • Automne • 2003

06

20

24

11


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Présentation des articles Articles-vedette Le civisme : contribuer au bien commun...............10 Point de vue de la Gouverneure générale sur le civisme et la citoyenneté

Engagement envers le civisme...................................12 par le Capt Catherine Griffin

De nouveaux Canadiens « s’acclimatent » chez les Cadets..............................................................13 par le Capt Eric Montmarquette

Aider les jeunes à percevoir la signification du souvenir .....................................................................14 par le Capt Joseph McEachren

Produire de bons citoyens .........................................16 Tous tirent parti du service communautaire des cadets par le Captc Gerald Pash

L’engagement social .....................................................18 En faire une priorité et en tirer les avantages par le Lcol (retraité) Ted Gilbank

Comment construire des ponts ..............................20 Des stratégies pour tisser des liens dans votre collectivité

Dans tous les numéros Mot d’ouverture..............................................................4 Comment faire des cadets de meilleurs citoyens canadiens par le Col Jon Ambler

La boîte aux lettres.........................................................5

Défilé................................................................................. 6 Nouvelles glanées à travers le Mouvement des cadets

Forum : Idées novatrices, pratiques exemplaires et leçons retenues ................................28 Comment faire mouche Éléments clés pour former une équipe qui participera aux championnats d’adresse au tir

Point de vue ...................................................................34 Les jeunes ont besoin de conseils pour devenir de meilleurs citoyens par le Maj Tom Davis

À l’horizon......................................................................36 « L’instruction » sera le thème du numéro d’hiver de Cadence.

Autres articles Relevez le défi................................................................24 Aidez les cadets à se faire créditer au secondaire la formation reçue chez les Cadets par Craig Hawkins

Précisions sur l’hébergement....................................26 Le point sur l’infrastructure des quartiers généraux locaux par le Captc Neil Martin

Sondage omnibus du CIC .........................................27 Qui sont les répondants? par le Bgén Daniel Pepin

Précisions sur le rôle des civils dans les corps et escadrons de cadets.............................30 Version améliorée de CadetNet ...............................33 par le Ltv Jennifer Stewart

Sur la page couverture : Rien ne semble plus symboliser la fierté canadienne que le drapeau du Canada. Ici, le Sgt Rachel Selkirk, de l’Escadron des cadets de l’Air 15 à Medicine Hat (Alb.), salue alors que l’Adj 2 Logan Binda de l’Escadron 176 à Winnipeg, hisse le drapeau canadien au Centre d’instruction d’été des cadets de l’Air à Penhold (Alb.). (Photo par le Capt Andrew MacLeod) Poste Publication no. de convention 40065151

3


Cadence • Numéro 11 • Automne • 2003

Mot d’ouverture

Comment faire des cadets de meilleurs citoyens canadiens par le Col Jon Ambler

Comme toujours, le temps passe vite, et en me préparant aux nouveaux défis qui m’attendent, je repense à ceux que j’ai relevés au cours des deux dernières années. e Programme des cadets fait une différence énorme dans la vie des cadets et des gens qui les entourent. Je sais dans mon for intérieur que l’expérience qu’ont vécue les cadets dans le Mouvement — peu importe la durée de leur séjour — a fait d’eux de meilleurs Canadiens. Ce fait à lui seul montre que nous atteignons effectivement les objectifs du Mouvement, et le développement du civisme n’en est pas le moindre.

L

Pour moi, le civisme, c’est plus que d’avoir une connaissance pratique de la façon dont un projet de loi devient une loi. C’est d’embrasser et de vivre les valeurs fondamentales d’un citoyen canadien. Un bon citoyen canadien se préoccupe des droits et de la dignité de la personne en tant que membre d’une société fonctionnelle à visage humain qui reconnaît la richesse de la diversité. Un bon citoyen canadien sauvegarde la liberté d’expression, de religion et d’association. Il sait qu’avec les droits et libertés vient la responsabilité de les utiliser sagement. Il sait aussi que nous sommes libres de défendre des positions impopulaires. Dans sa vie privée, il n’a pas à adopter la « discipline de parti ». Un bon citoyen canadien n’oublie pas les énormes sacrifices qu’ont faits les générations antérieures pour garantir ces libertés et les efforts continuels de ceux qui servent dans les Forces canadiennes pour la cause de la paix et de la sécurité. Se souvenir est un élément essentiel du civisme.

Un bon citoyen canadien est engagé et actif dans sa collectivité. L’esprit de bénévolat brille dans son cœur. Il ne se détourne pas des problèmes, mais se tourne vers ceux-ci, donnant généreusement de son temps pour le plus grand bien de tous. Comment les cadets apprennent-ils ces leçons? C’est dans une grande mesure grâce au très bon leadership et à l’excellente conduite des officiers du Cadre des instructeurs de cadets qui sont des modèles de comportement exemplaires pour les cadets. La dernière réflexion que je vous livre est donc la suivante : ne sous-estimez jamais le rôle profond et important que vous jouez dans le développement des jeunes qui adhèrent à notre programme. Je vous invite à continuer votre excellent travail et je vous conseille vivement de tirer avantage de la tribune qu’offre Cadence pour vous améliorer sur le plan professionnel en bâtissant sur les connaissances et l’expérience que vous avez déjà. Je vous remercie pour tous vos efforts. Je vous invite à vous arrêter un moment, en tant que bons citoyens canadiens, et à vous enorgueillir de ce que vous faites. Les félicitations que vous recevez aujourd’hui sont bien méritées. b NDLR : Le Col Ambler est actuellement commandant de l’élément canadien de la Force multinationale et Observateurs à El Gorah, en Égypte. Le Col Robert Perron est le nouveau directeur des Cadets.

La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada N u m é r o 11 A u t o m n e 2 0 0 3 La présente publication est produite pour le compte du Mouvement des cadets du Canada par l’Équipe des communications de la Direction des cadets au Quartier général de la Défense nationale. C’est un instrument de perfectionnement professionnel destiné aux officiers du Cadre des instructeurs de cadets (CIC) et à d’autres leaders du mouvement des cadets, y compris les instructeurs civils, les cadets supérieurs, les membres des trois ligues de cadets, les parents et les répondants locaux. Les membres de la Force régulière et de la Force de réserve (autres que les officiers du CIC) sont aussi invités à lire Cadence. La revue est produite sous la direction du Conseil consultatif de la branche du CIC. Les points de vue exprimés dans la présente publication ne reflètent pas nécessairement les opinions et la politique officielles. Cadence est publiée quatre fois par année. Vous êtes invités à nous faire parvenir des articles de 1000 mots au plus et des photos. Nous nous réservons le droit d’abréger tous les articles reçus et d’en adapter le style. Les numéros déjà parus de Cadence sont accessibles en ligne à www.cadets.forces.gc.ca. Pour plus amples informations : Rédactrice en chef de Cadence Direction des cadets Quartier général de la Défense nationale 101, promenade Colonel-By Ottawa (Ontario) K1A 0K2. Adresse électronique : cadence@forces.gc.ca; ou marshascott@cogeco.ca. Téléphone : 1-800-627-0828 Télécopieur : 613-996-1618 Distribution : Adressez vos questions relatives aux changements d’adresse et à la distribution au 1-800-627-0828 ou à cadence@forces.gc.ca.

Rédaction Coéditeurs : Le Col Robert Perron, directeur des Cadets Le Col Thomas Tarrant, directeur de la Réserve, coconseillère de la Branche du CIC Rédactrice en chef : Marsha Scott Traduction : Bureau de la traduction, Travaux publics et Services gouvernementaux Canada Direction artistique : SMA (AP) Marketing et Services créatifs CS03-0314 A-CR-007-000/JP-001

4

CADETS

CANADA


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

La boîte aux lettres L’apprentissage continu élicitations et mille mercis pour votre numéro de l’été 2003 de Cadence.

F

Le thème de l’apprentissage continu est un excellent thème et il a été très bien décrit. En tant qu’un des premiers à s’être engagé dans les activités des cadets il y a 54 ans, je peux attester des avantages continus du programme. – Leonard Jenks Ex-président Ligue des cadets de l’Air du Canada

Nous avons réappris à apprendre otre numéro sur l’apprentissage continu m’a incitée à raconter mon histoire.

V

Jusqu’à il y a cinq ans, ma participation au Mouvement des cadets se limitait à appuyer mon fils qui faisait partie des Cadets de l’Air et mon époux qui était membre du CIC. Même si je comprenais la valeur de ce qu’ils donnaient tous les deux au Mouvement des cadets et de ce qu’ils en retiraient, je n’avais aucune intention d’y participer davantage. La présidence d’un conseil scolaire et les activités sportives et musicales de nos filles avaient occupé presque tous mes loisirs, mais alors, hop, nos trois enfants sont partis, mon mari et moi avons déménagés de Grand Falls (N.-B.) à la région de Moncton, et j’avais du temps de libre. Lorsque mon époux a décidé de devenir officier à l’Escadron des cadets de l’Air101 (Moncton), il m’a proposé de l’accompagner en tant que bénévole. J’ai accepté d’aider dans le domaine de l’approvisionnement. L’année suivante, je suis devenue instructrice civile et officier d’approvisionnement. Je n’avais toujours pas l’intention de m’enrôler dans le CIC. Après tout, je n’avais jamais fait partie du Mouvement des cadets, je n’avais pas fait d’études depuis des décennies et j’avais 51 ans! Ma propre profession de technologue de laboratoire médical est à peu près aussi loin qu’imaginable de tout ce qui est militaire. Environ un an plus tard, j’étais enrôlée et je partais pour la BFC Gagetown pour commencer à suivre le cours élémentaire

d’officier. Mon mari, le Capt Maurice Chassé, m’avait convaincue que le CIC apprécie la maturité et la sagesse, qui peuvent bien cadrer avec l’énergie et l’enthousiasme des jeunes officiers. De plus, nous pouvions aussi faire cela ensemble pendant notre retraite. Je me suis aussi rendue compte que je pouvais faire davantage pour les cadets en tant qu’officier. Et le défi m’intriguait. Les premières fins de semaine du cours de qualification de base des officiers, j’ai purement réussi à survivre, mais j’étais trop têtue pour abandonner. Je me suis liée d’amitié avec la seule autre personne qui était plus âgée que moi et nous nous sommes poussées l’une l’autre, étudiant de longues heures ensemble. Nous avons compris que ce n’était qu’à peu près deux fois plus difficile pour ceux qui n’ont jamais été cadets. Nous avons travaillé deux fois plus dur et avons terminé le cours en assez bon état. Je veux surtout faire remarquer qu’il n’est jamais trop tard pour acquérir de nouvelles connaissances et pour changer l’orientation de sa vie. En fait, c’est rafraîchissant et bon pour le moral. Mon amie qui n’est pas tellement jeune et moi avons suivi plusieurs autres cours et avons obtenu une note moyenne de 90 p. 100 aux cours de qualification de lieutenant et de capitaine. C’est le cas de dire que nous avons réappris à apprendre. Ma compagne de cours, le Capt Charlotte Carr, deviendra peut-être commandant de son unité de l’Armée à l’automne. Je continue de travailler en tant qu’officier d’approvisionnement et conseillère en ressources humaines du 101 Moncton – et je devrais accéder au grade de capitaine en mars prochain à moins d’un problème grave ou de circonstances personnelles imprévues. J’ai découvert qu’un grand nombre de compétences que j’ai acquises en travaillant dans le climat exigeant et au rythme rapide de l’hôpital sont un atout précieux dans presque tout autre contexte et que certain des trucs de leadership que j’ai appris plus tard aux cours du CIC s’appliquent dans mon emploi actuel. Tout le monde gagne, mais qui gagne le plus? Les cadets bien sûr, et c’est de cela qu’il s’agit. – Le Lt Chris Cutten-Chassé Escadron des cadets de l’Air 101 (Moncton)

Correction ans le numéro de l’été 2003, nous avons mentionné que l’Adjum Mark Morin, le gagnant du concours de logo lancé à l’occasion du 125e anniversaire des Cadets de l’Armée était membre du Corps des cadets de l’Armée 2967 (Walden Irish) à Naughton (Ont.). Cela aurait dû se lire « du Corps 2964 ». b

D

Cadence se réserve le droit d’abréger et de clarifier les articles. Veuillez vous limiter à 250 mots.

5


Cadence • Numéro 11 • Automne • 2003

Aidez-nous à nous améliorer!

Défilé

La mission de Cadence est le perfectionnement professionnel des leaders du Mouvement des cadets.

Nouvelles glanées à travers le Mouvement des cadets

L’Odyssée du Capitaine Kidd Les cadets du Corps des cadets de la Marine 306 (Captain Kidd) à Elliot Lake (Ont.), se sont drôlement bien amusés cet été au cours de leur voyage à bord d’une baleinière de 8,2 m remise à neuf. En 28 jours, ils ont fait un voyage de formation épique, appelé « l’Odyssée du Capitaine Kidd », traversant à peu près 1200 km pour se rendre de Blind River (Ont.) à Ottawa. Construite initialement en tant qu’embarcation de sauvetage d’un navire de guerre pour la Marine canadienne en 1968, la baleinière a plus tard servi de navire-école. Plus de 3000 heures de bénévolat et un grand appui de la collectivité ont été investis dans la remise à neuf — un projet dont les cadets, les officiers et les partisans locaux sont fiers. La baleinière, surnommée « City of Elliot Lake », a été lancée le 19 juin. La deuxième phase du projet a englobé un mois d’essais « en mer » et la qualification de tous les cadets du corps en manœuvre de petites embarcations. Durant son voyage, la baleinière a suivi le contour nord-est de la baie Georgienne jusqu’à Port Severn, où elle est entrée dans la voie navigable TrentSevern. Après avoir suivi la voie navigable jusqu’à Trenton, elle a traversé la baie de Quinte et le lac Ontario pour se rendre à Kingston et a ensuite parcouru le canal Rideau jusqu’à la capitale du pays. L’odyssée visait principalement à fournir une expérience unique mémorable aux cadets qui ont servi d’équipage. Le long de la route, les cadets

Des membres du Corps de cadets de la Marine 306 prennent la pose rendue célèbre par le film « Titanic », à l’approche de Killarney, pendant l’Odyssée Kidd.

6

d’autres corps ont été invités à passer un jour ou deux à bord en tant que membres d’équipage. Les cadets ont accumulé énormément d’expérience pratique dans le domaine du matelotage, des traditions navales et de la manœuvre sécuritaire de petites embarcations et ont appris une précieuse leçon dans le domaine de l’histoire et du patrimoine. Ils ont aussi obtenu des dons et des promesses de dons à l’intention de Rayons de soleil pour enfants — l’organisme sans but lucratif qui réalise les rêves d’une vie des enfants atteints d’une déficience physique ou d’une maladie grave. b

En gardant cela à l’esprit, envoyez-nous vos commentaires ou propositions concernant la revue et la pertinence de son contenu. Trouvez-vous l’information utile ou sommes-nous à côté de la plaque? Prenez quelques minutes pour nous communiquer vos idées à cadence@forces.gc.ca ou, par la poste, à l’adresse suivante : Cadence — Direction des cadets Quartier général de la Défense nationale 101, promenade du Colonel-By Ottawa, ON K1A 0K2


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Débarquement à Juno Beach

Nouvel écusson

Un officier du CIC débarque à Juno Beach… avec un nouvel emploi! L’Aspirant de marine (Aspm) Edward Ross, qui est officier d’administration du Corps des cadets de la Marine 53 (Barrie) et est enseignant à Barrie (Ont.), a mis ces deux « emplois » en veilleuse pour accepter le poste de premier gestionnaire de programme au Centre Juno Beach en France.

Le poste revêt une importance particulière pour lui puisque son grand-père et celui de son épouse ont tous deux débarqué sur la plage Juno le jour J.

Les cadets qui se sont qualifiés cet été en tant que cadet-chef instructeur de l’armée, exercice et cérémonial, portent un nouvel écusson.

Ses fonctions sont, entre autres, de gérer la page Web, les programmes d’interprétation et le personnel en costume du Centre.

Si vous perdez ou n’avez pas reçu votre nouvel écusson, vous pouvez en obtenir un par l’intermédiaire de l’officier des cadets ou du conseiller des cadets de votre secteur. Parce qu’il s’agit d’un écusson « régional », les corps de cadets ne peuvent le commander directement.

Le premier ministre Jean Chrétien et le premier ministre de la France, Jean-Pierre Raffarin, ont inauguré le Centre — le premier musée français commémorant la contribution du Canada à la Deuxième Guerre mondiale — le 6 juin. « L’histoire militaire canadienne a toujours été chère à mon cœur », affirme l’Aspm Ross, un ancien cadet de l’Air et de l’Armée. Par conséquent, lorsqu’il a vu l’offre d’emploi dans le site Web, il a présenté sa candidature.

Un groupe d’anciens combattants de la Deuxième Guerre mondiale a réalisé le projet du Centre Juno Beach. Il a d’abord organisé des visites d’échange entre les élèves des écoles canadiennes et hollandaises pour maintenir les liens historiques tissés entre les deux pays pendant la guerre, mais lorsqu’il s’est rendu compte qu’il fallait faire quelque chose de plus, il a donné suite à son projet de construction du Centre à Courseulles-sur-Mer, à un endroit surplombant la plage de Normandie où tellement de

Le premier directeur des programmes du nouveau Centre Juno Beach, l’Aspm Edward Ross.

jeunes Canadiens sont morts le 6 juin 1944. Même si son engagement en France est d’une durée indéterminée, l’Aspm Ross reprendra son travail au sein du Mouvement des cadets à son retour. b – Adaptation d’un article du Maj Tony Keene.

Félicitations pour l’appui accordé au Mouvement des cadets L’officier supérieur de la région du Pacifique de la Gendarmerie royale du Canada a reçu une mention élogieuse pour « le leadership dont elle fait preuve en appuyant ouvertement et avec enthousiasme le Mouvement des cadets » dans la région.

aux services à la jeunesse, la sous-commissaire Busson a encouragé les membres de son commandement à participer au Programme des cadets. b

La Sous-commissaire Beverley Busson a reçu la Mention élogieuse du vice-chef de l’état-major de la Défense au Centre d’instruction d’été des cadets de l’Armée à Vernon (C.-B.). La Mention élogieuse reconnaît ses initiatives concrètes visant à aider les officiers de la GRC qui servent aussi en tant qu’officiers du CIC.

En 1998, toutefois, les deux ministères ont supprimé la restriction et, suivant la priorité qu’accorde la GRC

Les personnes qui ont suivi le cours antérieurement garderont l’ancien écusson. b

Les temps changent À compter de septembre 2004, les dates de publication de Cadence changeront pour que les corps et escadrons de cadets reçoivent les quatre numéros de la revue. Étant donné que l’instruction locale des cadets est au cœur du Programme des cadets, nous nous efforcerons de fournir aux instructeurs de cadets locaux les renseignements et outils dont ils ont besoin pour fournir le meilleur programme d’instruction possible. Ce changement signifiera que les instructeurs de cadets seront informés plus rapidement des modifications apportées au programme, du pourquoi des décisions stratégiques et des pratiques exemplaires.

Huit membres de la GRC au total ont travaillé au Centre d’instruction de Vernon pendant l’été, y compris le commandant, le Lcol Terry Kopan. Environ 30 membres de la GRC sont des officiers du CIC servant dans les corps et escadrons de la Colombie-Britannique. Si la GRC a établi des liens depuis longtemps avec le Programme des cadets, les membres ne pouvaient appuyer les cadets qu’en tant qu’instructeurs civils et non en tant qu’officiers du CIC. Les règlements distincts régissant la GRC et les Forces canadiennes interdisaient le service simultané.

On trouvera plus amples renseignements sur cet écusson et sur d’autres changements concernant l’approvisionnement en uniformes dans la trousse que chaque corps et escadron de cadets recevra de Logistik en septembre.

La sous-commissaire Beverley Busson, le Cam JeanYves Forcier, Commandant des Forces maritimes du Pacifique, et le Lcol Terry Kopan font de la descente en rappel au CIECA Vernon.

Compte tenu de ce nouveau cycle de publication, Cadence ne sera plus offerte aux centres d’instruction d’été des cadets. Pour que la transition se fasse en douceur, les numéros du printemps et de l’été de 2004 de la revue seront regroupés. Ce numéro combiné sera publié à la mi-mai. b

7


Cadence • Numéro 11 • Automne • 2003

Nouveaux mots de passe pour le site Web Tous les corps et escadrons doivent maintenant avoir de nouveaux mots de passe pour le site Web de Logistik. À la fin d’août, la société Logistik a envoyé les nouveaux mots de passe aux adresses postales des unités qu’elle avait au dossier. Le premier septembre était le dernier jour où il était possible d’utiliser les anciens mots de passe pour accéder au site www.logistikunicorp.com. Logistik a aussi posté des instructions complètes aux unités en août sur la façon de commander les nouveaux anoraks des cadets et sur la livraison de ces vêtements, qui doit commencer à l’automne. Si vous n’avez pas reçu votre nouveau mot de passe ou les renseignements sur la façon de commander, vous pouvez communiquer avec Logistik sans frais au numéro 1 888 326-8688 pour vérifier votre adresse postale. Si vous êtes de la région de Montréal, composez le (514) 326-5767. On peut aussi envoyer un courriel à cadetinfo@logistikunicorp.com. b

À la recherche des écussons de corps! signification et la date d’approbation de l’écusson et la date de la création et de la dissolution (s’il y a lieu) du corps.

La Direction des cadets est à créer, en collaboration avec le bureau national de la Ligue navale du Canada, une base de données contenant de l’information sur les écussons de tous les corps de cadets de la Marine du Canada et a besoin de votre aide.

Si vous avez une copie électronique de votre écusson de corps et certains des renseignements mentionnés ci-dessus, veuillez les envoyer par courriel au bureau national de la Ligue navale à national@navyleague.ca.

La base de données contiendra : le nom, le numéro, l’emplacement, la devise et les couleurs (s’il y a lieu) du corps, le blason de l’écusson de corps — les termes de blason qui définissent les figures et couleurs de l’insigne, une description de la

La Ligue navale est propriétaire de tous les écussons de corps et voudrait permettre à tous d’avoir accès à ces ressources. b

Groupe de travail sur le recrutement Un groupe de travail sur le recrutement se réunira à l’automne pour étudier, entre autres, l’actualisation et la nouvelle conception du matériel de recrutement des cadets pour l’été 2004. Les dépliants, brochures et affiches actuels, qui existent depuis cinq ans, ne reflètent pas nécessairement les besoins actuels. Même si le recrutement relève des ligues, la Direction des cadets et les trois ligues adopteront une méthode de recrutement

commune pour optimiser les ressources disponibles. Le mandat du groupe de travail sera rédigé par la Direction des cadets et les ligues avec l’apport du groupe. Le groupe de travail étudiera peut-être aussi des stratégies de recrutement qui s’alignent mieux sur le fonctionnement réel du Mouvement des cadets — tel qu’une approche locale plutôt que nationale. b

Dossier d’assiduité parfait L’Adj 1 Sarah Clement et le Sgt s Rae-Jeanne Brown, de l’Escadron des cadets de l’Air 600 (Starfighter) à Atikokan (Ont.), ne sont peut-être pas parfaites — mais leur dossier d’assiduité l’est. La paire peut se targuer d’avoir eu un dossier d’assiduité parfait pendant toute leur carrière de cadets. Dans les deux cas, cela signifie qu’elles n’ont jamais manqué pendant six ans un soir d’instruction du mardi à leur escadron situé à deux heures de route à l’ouest de Thunder Bay (Ont.). Leur amitié — et un amour commun des cadets — sont au cœur de leur succès. Elles se sont toutes deux enrôlées tard au cours de l’année d’instruction et ont dû reprendre la première année parce qu’elles avaient manqué une aussi grande partie de l’instruction. Un lien d’amitié s’est noué entre les deux cadets.

commencé à avoir des responsabilités, indique l’Adj 1 Clement. Nous ne faisions plus que participer aux activités, nous aidions à les organiser et à les tenir. » Il était difficile de faire partie de toutes les équipes et d’assister à toutes les activités. En même temps, les études devenaient plus exigeantes et la pression commençait à s’accumuler. En s’entraidant, les deux cadets ont toutefois progressé dans la voie du succès. L’Adj 1 Clement confie que leur capitaine les a soutenues continuellement et que « l’escadron — notre grande famille — était derrière nous ». Enfin, elles donnaient des cours au lieu d’en suivre et dirigeaient les défilés et mouvements de drill au lieu de suivre.

« Nous nous sommes portées volontaires, Rae et moi, pour tout ce qui nous était offert. Nous participions ensemble au biathlon, au tir à la carabine à air et au drill, à la vente de pommes du groupe Kiwanis et à la collecte publique de la Légion », affirme l’Adj 1 Clement. « Nous nous entraidions dans les moments difficiles », ajoute le Sgt s Brown.

8

La situation est devenue compliquée lorsqu’elles sont devenues sergents. « Tout d’un coup, nous avons

Des partenaires exemplaires : le Sgt s Rae-Jeanne Brown et l’Adj 1 Sarah Clement.

Le Sgt s Brown a terminé son dernier cours d’instruction cette année, aidant l’officier de l’instruction de l’escadron. Elle est maintenant au collège. L’Adj 1 Clement la manquera, mais elle a l’intention de rester à l’escadron jusqu’à ce qu’elle atteigne l’âge limite en avril prochain. « Sarah et moi avons vécu bien des expériences dans les Cadets de l’Air et nous avons toujours essayé de voir le côté positif des choses », soutient le Sgt s Brown. Pour terminer sur une note positive, disons qu’elles se retrouveront peut-être en tant qu’officiers du CIC. b


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Partagez vos pratiques exemplaires

Créativité et innovation reconnues Le Captc Gerry Pash, l’officier régional des affaires publiques de l’Unité régionale de soutien des cadets (Pacifique) a reçu un prix d’excellence parce qu’il est « à l’avant-garde des affaires publiques et des relations médiatiques proactives » dans le Mouvement des cadets.

Vous êtes à la recherche de nouvelles idées pour recruter ou recueillir des fonds ou même d’un projet à réaliser dans le cadre de Cadets du Canada à l’œuvre?

Le Captc Pash a reçu son prix des mains de George Rioux, sous-ministre adjoint aux affaires publiques au ministère de la Défense nationale et du vice-chef d’état-major de la Défense, le Lgén George MacDonald. Le prix vise à reconnaître le mérite des personnes qui ont trouvé une façon créative ou novatrice d’améliorer considérablement les opérations ou services des affaires publiques. Il reconnaît plus particulièrement la méthode novatrice qu’utilise le Captc Pash pour fournir du matériel publicitaire prêt à l’emploi pour simplifier la tâche aux officiers et aux répondants de l’unité. b

Visitez la section des pratiques exemplaires de CadetNet pour savoir ce que font les autres corps et escadrons.

Le Captc Gerry Pash

Aventure nautique Ce n’est pas tous les jours que les cadets de la Marine ont l’occasion de naviguer à bord d’un navire de course transatlantique avec Georges Leblanc, le renommé navigateur de Québec. C’est justement ce qui est arrivé au M1 Daniel TremblayGirard et au M 2 Debbie Côté, tous deux du Corps des cadets de la Marine 257 à Chicoutimi (Qc). Les deux cadets ont remporté un concours ouvert aux cadets de 16 ans et plus qui leur a permis de faire un stage d’apprentissage à bord du voilier Ciment Saint-Laurent Océan, un navire normalement réservé aux compétitions océaniques. Ils ont quitté Halifax en mai dernier et en huit jours ont franchi une distance de plus de 700 milles marins sur le Saint-Laurent pour se rendre à Lévis(Qc).

Le skipper du voilier, Georges Leblanc, a participé à plusieurs courses océaniques et a parcouru plus de 85 000 milles marins. En novembre dernier, il a pris part à la prestigieuse Route du Rhum — une odyssée transatlantique en solitaire d’une durée de plus de trois semaines qui l’a mené de Saint-Malo en France au port de Pointe-à-Pitre en Guadeloupe dans des conditions extrêmes. Il a écrit un livre sur ses aventures, qui s’intitule « Au-delà des limites ». Quand les cadets ont quitté Halifax, la mer était houleuse et il y avait des vagues de deux à trois mètres. La température oscillait autour de 5 ˚C. Il y a eu de la brume, de la pluie et même de la neige pendant leur voyage. « Juste le sentiment de faire partie d’une équipe de course internationale — c’était vraiment quelque chose, relate le M 1 Tremblay-Girard. Ce voyage m’a permis de connaître un homme extraordinaire…. Il avait un mot pour chaque situation et celui dont je me souviendrai toujours est : ‘Ce qui vaut la peine d’être fait vaut la peine d’être bien fait’. » « J’ai appris à conduire un énorme bateau de course et à utiliser des cartes maritimes, ajoute le M 2 Côté. Cette expérience comptera parmi mes meilleurs souvenirs. » b

Le M 2 Debbie Côté et le M 1 Tremblay-Girard en compagnie du célèbre yachtman québécois Georges Leblanc, à bord du bateau de course transatlantique Ciment Saint-Laurent Océan. Défilé suite à la page 36

Vous trouverez la section des pratiques exemplaires en passant par la section des ressources des unités. La section est divisée en huit catégories comprenant celles des commandants, de l’administration, de l’instruction, de l’approvisionnement, de la publicité et les trois mentionnées ci-haut. Après avoir pris connaissance des pratiques exemplaires des autres, pourquoi ne pas partager les vôtres? b

Feu vert! La pratique consistant à fournir le vivre et le logement gratuitement aux officiers du CIC et membres de la Réserve supplémentaire qui travaillent aux centres d’instruction d’été des cadets se poursuivra. Cette pratique est à l’étude depuis janvier dernier. Un avis juridique a confirmé en mai que les affectations temporaires des officiers du CIC et des membres de la Réserve supplémentaire peuvent se poursuivre et qu’ils peuvent continuer de recevoir le vivre et le logement gratuitement. Cela s’applique aussi aux personnes travaillant dans le secteur géographique de leur unité d’origine, dans la mesure où il leur est impossible de prendre leurs repas où ils le font habituellement et sous réserve de l’approbation des autorités locales responsables du centre d’instruction. Les officiers du CIC et le personnel de la Réserve supplémentaire ne seront toutefois pas admissibles aux frais accessoires car leurs conditions d’emploi diffèrent de celles des membres de la Régulière et de la Première réserve. b

9


Cadence • Numéro 11 • Automne • 2003

Le civismecontribuer :

10

Qu’ils visitent un abri des animaux, fassent du nettoyage écologique, divertissent des enfants handicapés, célèbrent une page historique, défilent dans la collectivité ou portent le drapeau canadien…les cadets en apprennent beaucoup sur le civisme au sein du Mouvement.


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

au bien commun Point de vue de la Gouverneure générale sur le civisme et la citoyenneté n 1949, Adrienne Clarkson et sa famille immigrent au Canada en tant que réfugiés. Aujourd’hui, elle occupe la fonction de gouverneure générale du Canada et de commandante en chef des Forces canadiennes.

E

À la lumière de cet accomplissement, on ne s’étonne point que la « citoyenneté » ait un sens particulier pour Mme Clarkson. À Calgary, lors d’une cérémonie de civisme et du Prix du Gouverneur général pour l’entraide tenue en mars, Mme Clarkson a expliqué que deux des aspects les plus importants de la vie d’un Canadien ou d’une Canadienne dans notre société sont la volonté d’accepter les devoirs et responsabilités de la citoyenneté et celle de vivre en contribuant au bien commun. À cet égard, les leaders du Mouvement des cadets du Canada remplissent un rôle important grâce à l’accent qu’ils mettent sur le civisme au Canada. Les officiers du CIC, aussi membres de la Réserve des Forces canadiennes, ainsi que les autres leaders du Mouvement, dont des milliers de bénévoles, contribuent au bien commun en acceptant la responsabilité de diriger la jeunesse de notre pays. Peu importe ce que le Mouvement enseigne dans les cours sur le civisme ou ce qui est appris grâce au service communautaire accompli partout dans notre vaste pays, les leçons sur le civisme les plus importantes pour nos cadets pourraient provenir de vous, en tant que modèle de comportement.

Au fil de vos tâches au sein du Mouvement des cadets, le point de vue de Mme Clarkson sur la citoyenneté pourrait vous venir à l’esprit. Lors d’un discours aux nouveaux Canadiens, elle a dit qu’en tant que citoyen, il faut accepter tout ce que le pays représente à l’heure actuelle et son histoire. « Notre citoyenneté n’est pas un buffet, explique-t-elle, c’est Les chefs du Mouvement des cadets contribuent au bien collectif un menu déjà établi. »

en guidant les jeunes Canadiens. Ici, le Lt Joel Templeman, officier de l’Instruction à l’Escadron des cadets de l’air 146 (Boeing of Canada) à Winnipeg, constitue un modèle de comportement en matière de civisme au cours du projet Cadets du Canada à l’œuvre. Surnommés les « défenseurs écologiques » dans un article du Winnipeg Free Press, 18 cadets, deux officiers et un bénévole civil ont rempli entre 50 et 60 sacs de rebuts ramassés le long et dans la rivière Seine, le 14 juin. « J’ai assumé le honteux traitement (Photo par Ryan Blair)

Comme citoyenne du Canada par adoption, elle nous confie qu’elle embrasse la totalité de l’histoire du Canada : ses triomphes comme ses tragédies.

qui a été infligé aux Canadiens d’origine japonaise pendant la Deuxième Guerre mondiale, et les injustices dont ont souffert les loyalistes noirs de NouvelleÉcosse. Je suis aussi tributaire de la fierté liée à notre participation et à nos victoires pendant les Première et Deuxième Guerres mondiales; il en est de même pour notre rôle important dans la rédaction de la Déclaration des droits de l’homme aux Nations Unies en 1947.

du traitement de nombreux jeunes Autochtones dans les pensionnats. Toutes ces choses vont ensemble. » En acceptant ce passé, toutefois, nous pouvons aussi accueillir les possibilités offertes par la citoyenneté, maintenant et dans l’avenir.

À Ottawa, en juin, pendant une cérémonie de citoyenneté, Mme Clarkson s’adresse aux nouveaux citoyens : « Vous avez Je suis fière du « chemin de fer » maintenant totale liberté de clandestin, le passage secret réaliser complètement votre d’esclaves qui fuyaient vers le rêve, pour vous et pour vos nord pour atteindre la liberté au enfants. J’espère que vous ne Canada; je suis fière de l’ordre serez pas seulement de bons public apporté, à l’époque des citoyens respectueux des lois, pionniers, par quelques courageux mais que vous allez souhaiter membres de la Police montée devenir des citoyens intéressants du Nord-Ouest. Et j’ai honte doués de vraie grandeur. J’espère de la déportation des Acadiens,

qu’un jour vous, ou l’un de vos enfants, serez décoré de l’Ordre du Canada — la décoration civile la plus élevée de notre pays. Ou que l’un d’entre vous gagnera un prix littéraire du Gouverneur général, ou un prix pour les arts de la scène, ou n’importe laquelle des distinctions qui sont attribuées au nom du Gouverneur général afin de reconnaître l’excellence d’une réussite exceptionnelle et d’une contribution remarquable au Canada. J’espère que l’un de vos enfants ou petits-enfants pourra devenir Gouverneur général. » Dans les pages qui suivent, vous en apprendrez plus sur l’engagement du Mouvement des cadets envers le civisme et sur le développement de ces jeunes. b

11


Cadence • Numéro 11 • Automne • 2003

Engagement

envers le civisme

par le Capt Catherine Griffin

Le Mouvement des cadets du Canada est engagé envers le civisme. e n’est pas par hasard que l’un des trois objectifs du mouvement, décrits dans les Ordres et règlements royaux, soit de « développer chez les jeunes l’esprit de civisme et les qualités de chef ». Dans notre vision, nous parlons de nos cadets comme de membres précieux de la collectivité, et de Canadiens qui adhèrent au multiculturalisme et traitent avec les autres dans l’égalité. En fait, de nombreux programmes d’activités des cadets visent la formation de bons citoyens et favorisent le développement des caractéristiques dont parle le Col Jon Ambler dans son mot d’ouverture.

C

L’engagement envers le civisme s’inculque d’abord dans le cadre de l’instruction locale. Le civisme fait partie intégrante des objectifs de rendement précisés dans l’instruction obligatoire pour les programmes des cadets de la Marine, de l’Armée et de l’Air. Dans les plans de cours, de nombreuses heures sont consacrées à ce sujet. On y traite, entre autres, des systèmes gouvernementaux, des groupes communautaires, des FC, de l’histoire du Canada et de son patrimoine ainsi que de bénévolat. Ces questions sont tout à fait essentielles à l’éducation civique, et comme nous l’avons déjà mentionné, elles sont obligatoires dans les programmes d’instruction. Dans le Mouvement des cadets, l’engagement envers le civisme ne se limite pas à la salle de classe.

12

Chaque unité de cadets doit aussi participer, dans le cadre de l’instruction obligatoire, à des activités mettant à contribution le sens civique, et l’on constate que la plupart des unités dépassent le nombre d’heures prescrites dans les plans de cours. Nos cadets et nos officiers participent à Cadets du Canada à l’œuvre, aux cérémonies du jour du Souvenir et du Dimanche de la bataille de l’Atlantique ainsi qu’à des échanges et à des compétitions. Les cadets s’assurent ainsi d’être présents de manière constante et visible dans leurs collectivités locales, là où ils sont en contact avec leurs concitoyens, où ils découvrent leur histoire et leurs traditions locales, et où ils peuvent rendre un peu de ce qu’ils ont eux-mêmes reçus. Ce sont les exigences de l’instruction locale qui amorcent cette interaction dans leur milieu. L’engagement face au civisme ne transparaît pas uniquement au niveau local, mais se fait également sentir grâce à une active contribution à l’échelle nationale et internationale. Les cadets participent à l’instruction d’été ainsi qu’à des expéditions, des compétions et des échanges nationaux et internationaux. Les cadets voyagent dans des pays tels que l’Allemagne, l’Angleterre, le Japon, l’Australie, la Suède et les États-Unis. Ils ont alors l’occasion de partager leur histoire, leur culture et leurs traditions, locales et nationales, avec des cadets de partout au

Canada et dans le monde, et c’est avec fierté qu’ils affichent la mosaïque culturelle du Canada. De plus, les cadets qui participent à ces activités comprennent et apprécient l’immense diversité qui existe au Canada et à l’étranger. Ils apprennent aussi à connaître le rôle passé et actuel du Canada, sur la scène mondiale. De toute évidence, l’instruction et les activités conçues et mises en place dans le Mouvement des cadets démontrent un engagement profond envers le civisme. L’éducation civique constitue l’une des bases du programme.

Partagez vos idées a direction des Cadets reconnaît qu’il existe maintes façons d’améliorer le volet civisme de son programme de formation actuel.

L

Dans le cadre de notre projet de mise à jour du Programme des cadets, nous désirons développer davantage notre programme sur le civisme actuel et nous vous invitons à participer au processus.

Le Mouvement des cadets offre à ceux-ci de nombreuses possibilités de participer, à titre de bénévoles ou de membres actifs, à l’avancement de leur collectivité. Ils prennent ainsi conscience de la diversité et deviennent tolérants et respectueux des autres. En outre, ils acquièrent une bonne compréhension de l’histoire de leur pays et de ce que cela signifie d’être Canadien, et c’est pourquoi ils éprouvent de la fierté à être citoyen d’un pays libre et démocratique.

Vous élaborez et concevez de façon créative des activités encourageant le civisme dans vos unités depuis des années, profitez de l’occasion pour nous dire ce que « civisme » signifie pour vous et nous donner des exemples de ce vous faites dans vos unités pour aider vos cadets à développer les qualités propres à un bon citoyen. Veuillez transmettre vos points de vue et vos idées à griffin.cr@forces.gc.ca.

Nos cadets sont des exemples probants de bons citoyens canadiens. Le programme des cadets s’engage envers le Canada à les former, et il tient ses promesses! b

Nous vous remercions à l’avance des renseignements que vous nous communiquerez et de vos efforts.

– Le Capt Griffin est officier d’état-major au développement de l’instruction au sein de la cellule d’instruction des cadets à la Direction des cadets.


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

De nouveaux Canadiens « s’acclimatent » chez les Cadets par le Capt Eric Montmarquette

La notion de civisme joue un important rôle au sein de notre organisation. L’élaboration de la définition du terme « civisme », toutefois, n’est pas une tâche facile : en effet, chaque personne a sa propre définition. Ainsi, l’établissement d’une définition qui satisfait tout le monde pose un problème pour notre organisation. our définir la notion en question, nous pouvons commencer par les concepts propres à l’engagement social, l’acceptation de responsabilité, le respect, la connaissance de nous-mêmes, de nos origines, de notre histoire : la liste est sans fin. Cependant, mon expérience au sein des Cadets a changé certaines de mes anciennes croyances.

P

En 1991, le Corps des cadets de l’Armée 2719 a déménagé dans le quartier Côte-des-Neiges à Montréal. Cette partie de la ville compte sans doute le plus grand nombre de groupes ethniques au kilomètre carré que n’importe quelle autre région du Québec. Entre 1992 et 1996, alors que j’étais commandant de l’unité, nous comptions environ 70 cadets provenant de plus de 30 pays du monde. Il s’agissait pour la plupart de jeunes qui étaient au Canada depuis peu, soit de jeunes immigrants qui avaient quitté leur pays d’origine avec leurs parents. Il en résultait un méli-mélo de cultures, de coutumes et de croyances. Je voyais le corps comme une collectivité propre; il ne se comparait à aucun autre corps de cadets que j’avais eu la chance de connaître. J’avais de la difficulté à communiquer avec mes cadets, qui commençaient à peine à apprendre le français et à assimiler une nouvelle culture et une nouvelle société qui ne correspondaient pas à ce qu’ils connaissaient. Ils n’étaient pas encore (ils me l’ont dit eux-mêmes) des Canadiens : ils vivaient simplement au Canada et croyaient retourner un jour dans leur pays d’origine. Je pouvais aisément comprendre cette attitude, car tout ce qu’ils connaissaient était différent. Dans leur propre intérêt, ils devaient revoir leurs positions, s’adapter et « s’acclimater » à nouveau. En raison de ce large spectre culturel, le fonctionnement de ce corps de cadets était différent de ce que j’avais connu auparavant. Mes points de repère habituels devaient également changer : je devais faire un effort pour établir des contacts avec les cadets. Nous n’étions pas encore une collectivité unie travaillant de façon concertée.

La clé de la réussite consiste à trouver des points de repère communs et une raison de se rapprocher. Il nous fallait apprécier nos similitudes et nos différences. L’état-major du corps s’est creusé les méninges afin de trouver un dénominateur commun à notre collectivité qui lui permettrait de vivre en harmonie. La réponse est venue des jeunes. En effet, ils avaient tous la même passion : le soccer, un sport qui se joue partout au monde. Au Corps 2719, nous jouions au soccer, parfois au détriment du programme de formation obligatoire. En bout de ligne, toutefois, nous en sortions gagnants. Nous avions en effet un point de repère commun, des assises sur lesquelles nous pouvions établir notre collectivité. Nous étions portés à voir davantage nos similitudes plutôt que nos différences. Puis, lorsque notre corps de cadets a commencé à remporter des compétitions, nous nous sommes rendus compte qu’en travaillant en collaboration et en nous écoutant réciproquement, nous pouvions accomplir des merveilles. Au risque de paraître naïf, je peux dire que le soccer et un certain travail au sein d’un corps de cadets ont aidé ces jeunes à se joindre au grand groupe. Cette méthode les a aidés à se tailler une place non seulement au sein du corps de cadets, mais également dans la collectivité et au Canada. Je crois qu’ils ont ainsi appris à être de bons citoyens, peu importe où ils se trouvent. b – Le Capt Montmarquette est officier d’étatmajor de la formation par l’aventure à l’Unité régionale de soutien aux cadets (Est). Il a travaillé au sein de plusieurs corps de cadets et il a été commandant de deux d’entre eux. En septembre, il a accepté le commandement du Corps de cadets de l’Armée 2831 à Saint-Basile-le-Grand.

13


Cadence • Numéro 11 • Automne • 2003

Aider les jeunes à percevoir la signification

du souvenir par le Capt Joseph McEachren

Comment pouvons-nous, en qualité de chefs, aider les jeunes d’aujourd’hui à trouver la signification du souvenir? u Canada, le souvenir semble en bonne partie associé au jour du Souvenir. Le 11 novembre est le jour où, au pays, on se penche sur les sacrifices qui ont été faits au nom de la liberté et de la démocratie.

A

Pour de nombreux adultes, ce jour est toujours important, mais nous sommes souvent incertains au sujet de sa pertinence pour les jeunes. Plus nous nous éloignons des deux grandes guerres, moins les jeunes n’ont de point de repère pour pouvoir apprécier véritablement l’effet de ces deux guerres sur le Canada et sur le monde. Fait intéressant, les attaques terroristes du 11 septembre 2001 aux États-Unis et la crise actuelle en

Participer à un pèlerinage pour marquer le 60e anniversaire du raid de Dieppe en août 2002 a aidé le PM 1 Matthew Poitras et l’Adj Gabrielle Bernier à « se souvenir ». Leur clavardage avec Bruce Carnall de l’Association des officiers de la marine du Canada en a fait autant. (Photo par Anciens combattants Canada)

14

Iraq ont rendu le souvenir un peu plus pertinent pour les jeunes. Cette année, on a mis sur pied un groupe de travail conjoint, parrainé par Anciens Combattants Canada, le Mouvement des Cadets du Canada, l’Institut du Dominion, Rencontres du Canada, la Légion royale canadienne, Héritage Canada et le Musée canadien de la guerre, qui doit aider les organisations participantes à inculquer aux jeunes la signification et l’importance du souvenir. Ce groupe de travail a conclu que la signification du souvenir n’a pas changé : ce qui a changé, c’est la façon dont les jeunes la perçoivent. Le groupe s’est efforcé d’atteindre les trois principaux objectifs établis :

• Respecter le patrimoine de notre passé; • Préserver l’essence de la signification et de l’importance du souvenir; • Réinterpréter et repositionner les messages clés sur le souvenir en fonction des jeunes d’aujourd’hui. Le groupe de travail a réalisé une recherche qualitative à l’échelle nationale auprès de jeunes (dont certains ont déclaré être des cadets) et d’éducateurs des sciences sociales, afin de faire l’essai de sept messages clés sur le souvenir. Quatre de ces messages ont reçu un bon accueil. L’acceptation de ces messages par nos cadets est le défi que nous devons relever, en qualité de chefs, d’instructeurs et d’éducateurs. Précisons qu’il importe de tenir compte de la conjoncture mondiale actuelle afin d’assurer un contexte moderne pour les cadets.

Premier message « En qualité de Canadiens, nous estimons que chaque être humain a des droits fondamentaux et que nous avons tous la responsabilité de protéger ces droits au pays et ailleurs dans le monde. » Ce message clé était le plus important de tous. Au cours des guerres du XXe siècle, le Canada n’a pas combattu pour le pouvoir, l’influence ou le territoire, mais pour une idée. De nombreux Canadiens ont renoncé à leur foyer, à leur famille et souvent à leur


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada vie pour défendre leur croyance que chaque être humain a le droit de vivre sa vie comme bon lui semble. À titre de Canadiens, nous avons un engagement commun et ferme envers le principe des droits humains fondamentaux pour tous. Partout au monde, tous les gens ont droit à la liberté, à la vérité, à la justice, à la connaissance et à la paix.

Deuxième message « Les héros sont des Canadiens ordinaires qui choisissent de défendre ce en quoi nous croyons : la liberté, la vérité, la justice, la connaissance et la paix. » Certains croient que les héros sont rares. Malgré tout, dans toute l’histoire de notre pays, des Canadiens ordinaires de tous âges et de tous horizons ont accompli des choses extraordinaires afin de protéger les droits et la liberté d’autres personnes. Il s’agit de jeunes femmes et de jeunes hommes fort semblables aux jeunes d’aujourd’hui. Ils ne voulaient pas au départ être des héros mais grâce à leur courage, à leur détermination et à leur sacrifice, la paix et la démocratie prévalent dans notre pays. Aujourd’hui, des Canadiens ordinaires sont encore une fois des héros car ils sacrifient leur sécurité et parfois leur vie en se battant pour défendre les droits et la liberté de personnes au pays et à l’étranger.

Troisième message « En qualité de Canadiens, nous avons hérité d’un riche passé de paix, de liberté et d’identité. Il nous revient de préserver et de transmettre cet héritage aux générations futures. » Les guerres n’appartiennent pas simplement au passé : de nombreux pays sont en guerre, aujourd’hui, de par le monde. Les guerres sont engendrées par de nombreuses différentes causes. Toutefois, si le Canada prend part à un conflit, c’est pour protéger le droit d’un peuple à vivre en paix et en liberté. Les anciens combattants canadiens

se sont depuis longtemps élevés contre la tyrannie. Ils nous ont laissé un précieux héritage de paix. Il revient aux Canadiens, aujourd’hui et pour toujours, de préserver ce que ces braves hommes et femmes ont défendu.

Quatrième message « Nous nous rappelons et nous honorons les personnes qui ont servi et qui sont mortes en défendant les valeurs canadiennes. Il s’agit des mêmes valeurs que celles que nous nous efforçons de défendre, au pays et ailleurs au monde. » La plupart des jeunes Canadiens ne peuvent pas se souvenir des expériences de guerre. Pour bon nombre d’entre eux, les anciens combattants sont des « vieillards », et la « guerre » a très peu d’effet sur leur vie de tous les jours. Toutefois, grâce au courage, à la détermination et au sacrifice des générations passées de jeunes Canadiens, des jeunes très semblables à eux, nous vivons maintenant en paix. Pendant le XXe siècle, des Canadiens de tous âges et de tous horizons se sont rendus à des endroits éloignés où ils ont pris part à des guerres terribles. Bon nombre d’entre eux ne sont revenus au pays qu’après de nombreuses années, beaucoup ont été gravement blessés et certains sont morts et ont été enterrés en pays étranger. Ceux qui sont restés au pays ont également fait des sacrifices et ont travaillé d’arrache-pied afin d’appuyer les personnes qui participaient aux opérations à l’étranger. Pourquoi ces personnes ont-elles travaillé si fort? Pourquoi ont-elles fait de tels sacrifices? Parce qu’elles croyaient que tous les êtres humains ont le droit de vivre en paix et en toute liberté. De plus, elles estimaient que ces droits étaient en danger et qu’ils valaient la peine qu’on les défende. Aujourd’hui, en prenant le temps de nous souvenir d’elles et de leur contribution, nous remercions ces braves hommes et femmes et ceux qui continuent à se battre

pour la liberté et la démocratie partout au monde. Il est facile de se souvenir pour les personnes qui ont vécu un événement marquant, mais il est difficile pour les jeunes d’aujourd’hui de se souvenir de quelque chose qui leur est étranger. En qualité de chefs, toutefois, nous pouvons communiquer l’importance du souvenir à nos cadets dans le cadre d’un contexte moderne, tout en assurant un lien important avec le passé. À cet égard, nous pouvons par exemple offrir aux cadets quelque chose de tangible qui a un sens pour eux. En effet, le souvenir prendra davantage forme pour eux s’ils ont l’occasion d’entendre un ancien combattant et de toucher ses médailles, s’ils peuvent poser des questions à un soldat de la paix ou s’ils ont la possibilité de voir les photos qu’un journaliste a prises.

Il y a de nombreuses occasions de se souvenir pendant l’année. En tant que chefs, nous devons chercher à sensibiliser les jeunes à divers moments de l’année afin de les inviter à élaborer leur propre définition du souvenir. Le souvenir est une valeur importante dans notre vie. Une chose que la plupart des jeunes comprennent, c’est qu’à titre de Canadiens, nous avons un ensemble de valeurs communes et notre foi envers ces valeurs continue à façonner notre nation. b – Le Capt McEachren est l’officier d’état-major du développement du programme de musique à la Direction des cadets. Il a été membre du ministère des Anciens Combattants, Direction générale du Canada se souvient, groupe de travail conjoint sur l’éducation.

15


Cadence • Numéro 11 • Automne • 2003

Produire de bons citoyens Tous tirent parti du service communautaire des cadets par le Captc Gerald Pash ’Organisation des cadets du Canada a été fondée pour répondre à un besoin de la société.

L

Les corps de cadets ont été dûment reconnus en 1879, quand l’Ordonnance générale numéro 18 de la Milice a autorisé la création des « associations d’exercice militaire dans les institutions scolaires » pour les jeunes hommes de plus de 14 ans. L’exercice et l’entraînement devaient faire partie du programme de formation des cadets. Aujourd’hui, même si le Mouvement des cadets est un programme national pour les jeunes, il est toujours plus visible dans la société à l’échelon local. Les apparitions publiques des unités de cadets dans leurs collectivités varient toutefois d’un bout à l’autre du pays. De nombreuses unités vaquent tranquillement à leurs programmes d’instruction dans les manèges militaires locaux ou d’autres établissements des FC et d’autres sont dissimulées dans les locaux de la Légion et les salles communautaires ou les écoles — toutes hors de la vue du public. L’initiative Cadets du Canada à l’œuvre les a mises un peu plus en évidence, mais bon nombre d’entre elles restreignent toujours leur participation aux activités communautaires, aux défilés du Jour du souvenir, à la vente de coquelicots, aux activités ayant un lien avec les militaires ou aux activités de collecte de fonds de l’unité. Le but du programme des cadets, à savoir « développer les qualités de chef et l’esprit de civisme » chez les jeunes, indique clairement que les cadets doivent œuvrer dans leurs collectivités

16

L’initiative Cadets du Canada à l’œuvre (CCO) a mis les unités de cadets un peu plus en évidence. En collaboration avec la commission de la capitale nationale, des cadets du Corps des cadets de l’Armée 2644 à Gatineau (Qc) ont participé à la restauration d’un mur de pierres au domaine Mackenzie-King dans le parc de la Gatineau comme initiative de CCO. (Photo par le Capt Nathalie Lauzon)

locales et leur servir de ressource efficace. En outre, le document d’orientation le plus récent de la Défense recommande que le programme des cadets soit principalement centré sur le civisme et le développement personnel des cadets. Les unités de cadets doivent définir des activités qui leur permettront à elles et aux cadets de faire une contribution visible à leur collectivité par l’intermédiaire de projets de service communautaire qui vont au delà des activités de financement intéressées et font mieux connaître le Programme des cadets. Le programme et les cadets seront alors perçus comme une ressource communautaire active qui collabore

avec d’autres et est digne de l’appui de la collectivité.

soutien militaires ou de personnes — fournissent des fonds.

Non seulement les activités de civisme et le service communautaire aident la collectivité et produisent de bons citoyens, mais ils peuvent aussi contribuer à faire tirer directement avantage à l’unité de cadets.

Il faut aussi s’engager dans la collectivité parce que c’est important sur le plan des relations publiques.

Valeur ajoutée Les spécialistes du financement disent qu’« avant de pouvoir recueillir des fonds, il faut d’abord se faire des amis ». Lorsqu’on est une ressource communautaire, on peut se faire des amis, et les amis — qu’il s’agisse de clubs philantropiques, de groupes de

Les médias et le public condamnent souvent les jeunes et font des commentaires négatifs sur ceuxci en tant que groupe à cause des actes antisociaux de quelques-uns d’entre eux. On parle trop peu souvent des milliers d’adolescents qui offrent des services communautaires individuellement et en tant que membres de groupes confessionnels, d’organisme d’appui à la santé, tels que la Société de la Croix-Rouge,


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada l’Ambulance Saint-Jean et les bénévoles, les Scouts et les Guides et surtout les Cadets de la Marine, de l’Armée et de l’Air. Les jeunes qui font des choses positives au sein de leur collectivité sont souvent décrits comme des cas d’exception, mais lorsqu’on en parle, on le fait exceptionnellement bien. Les cadets sont faciles à reconnaître en raison de leur uniforme, ce qui fournit une excellente occasion de rehausser le profil des cadets et de l’Organisation des cadets et de rallier des amis au programme. La possibilité de faire preuve de sa compétence en leadership en planifiant et en réalisant des projets est un autre aspect du service communautaire. Le leadership, que ce soit sous la forme de la supervision d’une équipe ou d’une responsabilité individuelle, est un aspect important du service communautaire.

Directives sur le service communautaire Il est bon de suivre quelques directives sur le service communautaire : • Les activités ne doivent pas faire concurrence à celles des entreprises commerciales. Elles doivent aider directement les organismes de service communautaire à but non lucratif et fournir un avantage évident à la collectivité dans son ensemble. • Le niveau de service communautaire doit être conforme aux ressources de l’unité et ne doit pas nuire au programme d’instruction principal. La direction de l’unité ou les cadets ne doivent pas en entreprendre trop pour leurs moyens. • Les activités doivent être sans danger et ne doivent pas entraîner de responsabilité. Par exemple, il n’est pas permis aux cadets de diriger les automobilistes vers des places de stationnement

ou de diriger la circulation. Le travail de placeur ou de distribution de programmes peut par ailleurs constituer un emploi idéal dans la mesure où il ne comporte pas de travail de maîtrise des foules. La plupart des collectivités ont une longue liste des activités liées aux services communautaires et des organismes communautaires qui sont susceptibles de profiter de l’aide des cadets.

Genre de services communautaires Un service particulièrement utile que les cadets peuvent fournir et qui leur donnera une bonne réputation est la sollicitation à domicile pour les organismes de la santé reconnus, tels que l’Association des fonds pour les maladies du cœur, l’Association du diabète, l’Institut national canadien pour les aveugles, la Société canadienne du cancer et ainsi de suite. En une heure, dix équipes de deux cadets chacune peuvent facilement recueillir 1000 $ pour la cause en faisant du porte -à porte dans une zone urbaine typique. La vue de deux cadets en uniforme qui appuient ces organismes communique un puissant message au sujet du travail et de la valeur des jeunes qui font partie du programme

et se traduit en dons plus élevés que d’habitude. Vingt cadets peuvent facilement être supervisés par deux adultes itinérants. Les cadets, pour leur part, travailleront ensemble pour s’assurer que les reçus appropriés sont remis et que les dons sont consignés et comptabilisés. Bien entendu, certaines activités de service communautaire sont liées à l’instruction générale des cadets, dont la participation aux défilés communautaires, la fourniture d’une escorte au drapeau pour toute cérémonie ou tout rassemblement civil — y compris les congrès et pique-niques, la présentation d’un concert, ainsi que l’exécution du dernier clairon, du réveil et de la complainte le Jour du souvenir. Certaines activités, telles que les fonctions de préposé au vestiaire aux importantes réceptions communautaires, sont une source de fonds spontanée. Un bocal pour les pourboires attirera beaucoup de fonds en retour d’un effort minime.

Situation favorable à tous Lorsque les cadets participent aux services communautaires, tout le monde est gagnant. Les cadets peuvent faire compter le temps pour se qualifier pour le Prix du Duc d’Édimbourg et les médailles

de la Légion royale canadienne et de Lord Strathcona et devenir admissibles à d’autres récompenses accordées pour le service communautaire au sein de l’unité et de la collectivité dans son ensemble. En tenant des dossiers complets, les commandants auront une preuve solide sur laquelle fonder les mises en candidature pour des récompenses pour service exceptionnel attribuées à l’échelle de la collectivité, telles que le prix du « Jeune citoyen de l’année ». L’unité profitera du fait d’avoir une meilleure réputation dans la collectivité et sera reconnue parmi les groupes désireux d’aiguiller des fonds vers des groupes méritants qui montrent qu’ils sont utiles à la collectivité. Le pays en profite aussi. Les jeunes qui participent à des programmes communautaires s’intègrent au processus de développement de la conscience communautaire et sont plus susceptibles de respecter ce qui a été établi et de continuer de participer aux activités de la collectivité à l’âge adulte. Le service communautaire produit de bons citoyens. b – Le Captc Pash est l’officier régional des affaires publiques de l’Unité régionale de soutien des cadets (Pacifique).

Des cadets de l’Escadron des cadets de l’Air 65 à Ponoka (Alb.), ne limitent pas leur participation à des activités communautaires à la vente de coquelicots. Outre les activités traditionnelles liées au Jour du Souvenir, ils rehaussent le profil de l’escadron en participant à de nombreuses activités communautaire.

17


Cadence • Numéro 11 • Automne • 2003

L’engagement social En faire une priorité et en tirer les avantages par le Lcol (retraité) Ted Gilbank L’escadron est tellement bien connu à Oshawa que son écusson et les visuels illustrant son histoire sont incorporés à une grande murale agrémentant un édifice du centre-ville.

i vous parcourez le pays, vous rencontrerez des unités de cadets qui croient que leur seul objectif est de donner de l’instruction articulée autour de l’aspect militaire du Programme des cadets. Dans ces unités, la participation des cadets aux activités de la collectivité est bien loin dans la liste des priorités.

S

Il y a longtemps, l’Escadron des cadets de l’Air 151 (Chadburn) à Oshawa (Ont.), était une de ces unités. Ayant beaucoup d’intéressantes « tâches de cadets » qu’il lui fallait absolument accomplir, l’escadron avait peu de temps à consacrer aux besoins de la collectivité. En 1969, toutefois, le Commandant d’aviation Norman Cairns — l’officier supérieur de service des Cadets de l’Air en Ontario — a secoué l’escadron et lui a fait changer son attitude plutôt introvertie. Il a exigé que chacune des unités de cadets de l’Air invite chaque mois un différent dignitaire de la localité à venir visiter et inspecter

l’unité. Il voulait amener la population à appuyer le Programme des cadets et rendre l’unité de cadets beaucoup plus visible dans la collectivité. Après une longue période de tergiversations, l’Escadron 151 a enfin invité monseigneur Paul Dwyer, ancien commandant d’escadron et aumônier de la Force aérienne, à lui rendre visite. Vu qu’il avait déjà servi dans la Force aérienne et qu’il était le chef actuel de l’église catholique locale, celui-ci semblait être la personnalité locale idéale à inviter. Après avoir inspecté les cadets, le prélat a posé diverses questions sur l’instruction des cadets. Au cours de l’entretien, il a tranquillement annoncé qu’il voulait faire un don au programme de bourse d’études en pilotage de l’escadron. Cette visite — organisée à contrecoeur — a marqué le début d’une amitié qui a duré pendant tout le reste de la vie du prélat. Non seulement monseigneur Dwyer a-t-il continué de faire des dons à l’escadron, mais il est aussi devenu un ami des cadets de l’Air. On pouvait toujours compter sur lui pour aider l’escadron lorsque c’était nécessaire. Ce réveil — et la pression exercée par la Ligue des cadets de l’Air du Canada — a marqué le point tournant de l’attitude de cet escadron à l’égard de son engagement communautaire. Aujourd’hui, les cadets de l’escadron participent à de nombreuses activités de la collectivité. Quelques-unes de ces activités — les défilés, les expositions stationnaires, les jours de collecte publique et la vente de billets de loterie — donnent simplement une exposition médiatique à l’escadron et permettent aux cadets de sortir et de rencontrer la population. À d’autres moments, les cadets aident physiquement divers organismes. L’escadron prête son concours à l’occasion du

18

À la suite de son ‘réveil’, l’Escadron 151 a saisi avec enthousiasme l’occasion de rehausser son profil — et le profile des cadets — au sein de la collectivité. Ici, le Sgt s Kyle Attanasio prononce une allocution devant des membres du Rotary Club d’Oshawa réunis pour un déjeuner-rencontre.


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada souper de distribution des prix du Temple de la renommée des sports, aide le Club Rotary à planter des arbres, fournit la musique pour ouvrir le défilé du Père Noël dans la petite ville de Cannington et participe aux activités de financement de l’Association du diabète à Trafalgar Castle, à Whitby, pour ne nommer que quelques activités. L’an dernier seulement, l’escadron a aidé d’autres organismes communautaires en participant à 18 activités différentes. Nos cadets se sont aussi engagés personnellement auprès d’organisations et de familles associés à l’escadron. Ils ont été invités à prendre la parole devant les membres du Club Rotary d’Oshawa et de Whitby. Ils ont aussi assisté à plusieurs services commémoratifs et ont appuyé les familles pendant leurs moments de chagrin.

au Canada. Une des devises du Club Rotary qui parraine l’escadron est « Servir d’abord ». Les cadets qui sont encouragés à aider les autres au moyen des activités des Cadets garderont, nous l’espérons, cette attitude à l’âge adulte. Si une unité de cadets est très visible dans la collectivité, elle le sera aussi pour les employeurs locaux et les dirigeants de la communauté qui souhaiteront peut-être un jour engager un ancien cadet. Si ceux-ci connaissent le programme d’instruction des cadets, ils sauront que la personne a acquis une formation et une expérience qui en feront un atout pour leur entreprise. L’escadron a découvert que l’engagement social donne aux cadets la base nécessaire pour continuer de servir, leur permet d’apprendre quels sont les besoins de leur collectivité et leur donne une expérience diversifiée.

À l’échelon local, nos cadets ont visité diverses organisations et leurs installations. L’an dernier, ils sont allés à Québec, à Val-d’Or (Qc), et à Washington, DC. En fait, l’escadron a accompli plus de 50 différentes activités communautaires au cours de la dernière année d’instruction. Toutes ces expériences font partie du programme visant à rendre les cadets plus actifs dans la société canadienne.

Tous ces efforts correspondent à l’un des principaux objectifs du programme des cadets : le développement du civisme. b – Le Lcol (retraité) Gilbank est instructeur civil à l’Escadron des cadets de l’Air 151. C’est un ancien cadet et un ancien commandant de l’escadron.

Cette participation considérable a donné une grande visibilité à l’escadron et aux cadets dans la collectivité. Elle a aussi permis à l’escadron d’obtenir beaucoup de distinctions honorifiques, dont le droit de cité dans la région de Durham et dans la ville d’Oshawa. L’an dernier, on a dévoilé une peinture réalisée sur un mur du centre-ville à Oshawa, dont le thème était l’escadron et Lloyd Chadburn, son éponyme.

L’acceptation de l’escadron par le public a supprimé la nécessité de recruter activement de nouveaux cadets. Même sans programme de recrutement, l’Escadron 151 est devenu l’unité de cadets comptant le plus de membres en Ontario.

L’acceptation de l’escadron par le public a supprimé la nécessité de recruter activement de nouveaux cadets. Même sans programme de recrutement, l’Escadron 151 est devenu l’unité de cadets comptant le plus de membres en Ontario. Les réalisations de l’escadron et la reconnaissance de la collectivité sont évidemment importantes et aident à souligner les raisons pour lesquelles les cadets doivent s’engager activement dans la collectivité. L’effet de maturation de toutes ces expériences a toutefois beaucoup plus d’importance pour le cadet sur le plan individuel, parce qu’il va au cœur du Mouvement des cadets du Canada. Les activités bénévoles aident les cadets à se préparer pour le rôle qu’ils joueront plus tard dans notre société en les faisant participer activement à différents aspects de la vie Le Cpl Rachel Puglisevich de l’Escadron 151 Squadron offre un morceau de gâteau à Bob Stuart lors de l’inauguration officielle de son nouveau musée aéronautique à l’aéroport d’Oshawa. Cela ne constituait qu’une des 50 différentes activités communautaires auxquelles l’escadron a participé au cours de l’année d’instruction 2003.

19


Cadence • Numéro 11 • Automne • 2003

r t u s i n r e o c d es po t n e m n m t Des stratégies pour tisser o s C des liens dans votre collectivité par Marsha Scott

L’enseignement du civisme aux cadets commence dans les collectivités locales du pays. Le service à la collectivité — une façon pratique de faire comprendre le civisme aux jeunes — exige que les chefs du Mouvement des cadets construisent des ponts dans leurs collectivités. our avoir une idée générale de la façon dont les chefs locaux construisent ces ponts, nous avons parlé à quatre officiers et à un instructeur civil, qui réussissent, nous a-t-on dit, à tisser des liens dans leur collectivité. Ceux-ci représentent de grands et de petits corps et escadrons situés dans des villes et des petites localités de trois régions différentes.

P

Chacun avait son point de vue personnel sur la façon d’établir des rapports dans sa collectivité et des stratégies pour y parvenir. Leur succès dépend d’un certain nombre de facteurs : la pensée stratégique, la personnalité et l’attitude, le degré de connaissance de la collectivité, la capacité de « vendre » son unité et peut-être surtout la volonté de former de meilleurs citoyens. Ils partagent ici leur expérience avec nous.

Penser de façon stratégique Le commandant joue un rôle stratégique de première importance dans les programmes de civisme et de service à la collectivité de son corps ou escadron.

20

Un commandant doit aborder le civisme avec des objectifs stratégiques à l’esprit, affirme le Maj Guy Peterson, commandant du Corps des cadets de l’Armée 2920 à Gatineau (Qc). Même si l’objectif stratégique le plus important est d’enseigner aux cadets à devenir de bons citoyens, d’autres objectifs peuvent aussi avoir de l’importance. Le Corps du Maj Peterson — comptant 125 cadets et 25 surveillants adultes — a un programme de formation très chargé. En effet, il accueille les cadets et le personnel pour l’instruction et les activités de loisir plus de 200 jours et soirs de l’année. Dans son rôle de commandant, le Maj Peterson doit veiller à ce que ses cadets et son personnel ne soient pas usés par d’innombrables activités communautaires vaines. « Nous travaillons rarement bénévolement pour le plaisir de la chose », indique-t-il. Étant donné que nous sommes situés dans une ville de 230 000 habitants, il serait facile d’en entreprendre trop pour nos moyens, compte tenu des nombreuses demandes de services communautaires. La possibilité que les gens et organismes locaux considèrent les cadets comme de la « main-d’œuvre bon marché »

Le projet de service communautaire de rénovation du panneau portant la mention « Bienvenue à Rankin Inlet » de la ville a rapidement conquis le cœur de la communauté. La première chose qu’ont accompli les cadets a été l’installation d’une plaque au nom de « Nunavut » pour recouvrir la partie du panneau portant les mots « Territoires du Nord-Ouest ».

est un autre problème possible. Cela est inadmissible, à son avis, et son travail est de s’assurer que cela ne se produira pas. Par conséquent, même si le corps des cadets rend beaucoup de services à la collectivité sans rien attendre d’autre en retour — que ce que cela enseigne aux cadets au sujet de la générosité, l’objectif des autres activités est souvent la réciprocité. À l’instar du Maj Peterson, le Captc Comer — commandant

du Corps des cadets de la Marine Warrior à Edmonton — doit parfois refuser du travail communautaire, mais il s’assure de continuer d’être en faveur auprès des responsables de l’organisme en communiquant avec eux dans tous les cas pour expliquer pourquoi son corps ne peut participer à l’activité et proposer d’autres ressources avec qui ils peuvent communiquer. Par ailleurs, le Captc Comer estime que plus son corps de cadets participe à la vie de la collectivité, plus il accroît sa visibilité.


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada Le corps, qui compte 85 cadets, s’engage toujours à fond dans toute activité communautaire et étudie toutes les demandes.

qu’a le bénévolat pour développer l’esprit civique des cadets, mais il pense que de nombreux commandants hésitent trop à demander quelque chose en échange des En tant que commandant, il essaie services rendus. « Il importe de de développer le programme mettre son nom dans le chapeau, de civisme et choisit de façon indique-t-il. Vous ne devez pas stratégique les activités de oublier que votre groupe est aussi premier plan qui lui rapportent un groupe communautaire et qu’on un bon rendement. ne peut survivre en comptant Ses cadets ont donné un coup uniquement sur la gratitude de main à l’occasion du 60e de ceux qu’on aide. » anniversaire du Service féminin de Il traitera cette question dans la Marine royale du Canada, de l’exposé sur la relation entre les e la 10 réunion de l’Italian Naval corps et escadrons et la collectivité Association, du défilé de la ruée qu’il présentera à l’automne à vers l’or du Klondike et du lanced’autres commandants des trois ment dans les médias de la course services de la région de l’Est. en radeau de l’époque de la ruée « La participation aux activités vers l’or du Klondike des vétérans. communautaires est la porte Ils étaient aussi parmi les 400 menant à la constitution d’un cadets qui ont participé au défilé excellent réseau pour leurs de la Coupe Grey à Edmonton unités », poursuit-il. l’an dernier. Selon le Maj Peterson, les chefs du Mouvement des cadets sont très bien placés pour aborder le service à la collectivité de façon stratégique. « Nous ‘possédons’ une chose qui a une valeur extraordinaire pour la collectivité : des jeunes bien organisés, disciplinés et bien supervisés, atteste-t-il. C’est à nous de vendre cette valeur à la collectivité dans son ensemble. » À son avis, un commandant — et les autres personnes qui sont associées au corps ou à l’escadron — doivent être capables de « placer » les services que les cadets peuvent offrir de façon que les ententes deviennent mutuellement avantageuses.

Mettre sa personnalité et son attitude positive à l’œuvre Cela signifie-t-il que la personnalité est un facteur important de la construction de ponts ou que le succès

du service à la collectivité d’une unité dépend de l’attitude du commandant ou des autres officiers responsables? Oui, dans une grande mesure! « Le commandant est l’élément essentiel du succès ou de l’échec de la participation de son unité aux activités communautaires, affirme le Captc Comer. Il peut lui accorder une faible priorité ou une haute priorité qui sera à l’avantage tant du corps que des cadets. » Michele Ashby, instructrice civile (IC) qui est l’officier d’administration du Corps des cadets de l’Armée 3019 à Rankin Inlet (Nt), abonde dans le même sens. Son époux, le Capt Tim Hinds, est commandant de son unité. À l’instar de son mari, elle estime que le civisme est une des valeurs les plus importantes que le programme inculque aux jeunes. « Ces jeunes sont à une étape très formatrice de leur vie, soutient-elle. S’ils n’apprennent pas ces valeurs aujourd’hui, elles ne s’établiront peut-être jamais. Nous pouvons améliorer notre société en

général et notre collectivité en particulier en faisant des choses simples. Si nos jeunes sont invités à penser à ces choses et à d’autres façons de contribuer à la collectivité aujourd’hui, ils continueront de penser comme cela une fois adultes. » Le Capt Virginia Davis, officier de l’instruction et ex-commandant de l’Escadron des cadets de l’Air 702 (Lynx) à Saskatoon, est un autre officier qui estime qu’il est essentiel d’enseigner le civisme, mais pas nécessairement ce qu’il y a dans le manuel. « Les jeunes apprennent davantage d’une formation pratique que d’une formation livresque, allègue-t-elle. Le Programme des cadets doit être plus souple pour permettre aux jeunes de développer leurs propres idées. » La souplesse peut rendre l’apprentissage du civisme et du service à la collectivité encore plus dépendant de la personnalité et de l’attitude de la personne qui dirige l’activité. « Tous les officiers doivent faire preuve d’un leadership fort pour qu’un projet soit un succès », affirme le Capt Davis, se reportant plus précisément au projet annuel unique des paniers de Noël de son unité.

suite à la page 22

Son corps de cadets fournit 5000 heures de travail communautaire annuellement. Le Maj Peterson ne manque toutefois pas de faire remarquer rapidement que ce n’est « qu’une heure par semaine par personne ». Le Maj Peterson ne sousestime pas la valeur Les cadets de l’Escadron des cadets de l’Air 702 (Lynx) ont livré 1000 kg de nourriture et de cadeaux à une famille « à faibles revenus » de Saskatoon à Noël l’an dernier — assez pour subvenir aux besoins de la famille jusqu’à une bonne partie du printemps. Éveiller une étincelle relativement au service communautaire chez les cadets requiert un changement stratégique de la façon de penser des chefs d’escadron.

21


Cadence • Numéro 11 • Automne • 2003

suite de la page 21

La personnalité et l’attitude sont des éléments qui ont transformé un projet de service à la collectivité ordinaire en un projet qui a capté l’imagination de ses cadets. « Notre projet de paniers de Noël n’est semblable à aucun autre », souligne le Capt Davis. L’an dernier, l’escadron a livré près de 1000 kg de nourriture et de cadeaux à une famille « à faibles revenus » — une femme chef d’une famille monoparentale comptant cinq enfants — assez pour subvenir aux besoins de la famille pendant la période des fêtes et une bonne partie du printemps. Pour que le projet atteigne le but qu’elle s’était fixé, à savoir d’éveiller une étincelle chez ses cadets, elle a dû modifier sa stratégie à mi-chemin — et établir des liens plus solides avec les entrepreneurs de la localité, un groupe d’agents de police, les commanditaires conjoints du projet et même les parents. L’escadron « adopte » maintenant une famille dans le besoin chaque année. Il est très difficile de tisser des liens dans la collectivité à Saskatoon, selon le Capt Davis. « Nous sommes un groupe minuscule dans cette grande ville de 212 000 habitants », dit-elle. Sa propre philosophie — qu’elle s’efforce de communiquer à ses cadets — c’est qu’il n’est pas nécessaire d’être vu et reconnu pour faire du bien dans ce monde et que la vie ne reconnaît pas toujours ce que nous faisons. Assurément, ses cadets reconnaissent maintenant les effets du civisme sur la vie d’une famille.

localité d’environ 2500 habitants — composée principalement d’Inuits — qui est située sur la côte nord-ouest de la baie d’Hudson. L’IC Ashby affirme que ses cadets — tous des Inuits — sont à rénover le panneau portant la mention « Bienvenue à Rankin Inlet » de la ville. Même si cela semble être un projet de peu d’importance, les cadets et d’autres membres de la collectivité ont recueilli plus de 50 ramures de caribous pour remplacer les bois qui étaient fixés à l’arche surmontant le panneau il y a de nombreuses années et qui ont été endommagés et volés. Les cadets ont aussi recouvert la partie du panneau portant les mots « Territoires du Nord-Ouest » — un changement qui devait être fait depuis longtemps, étant donné que le Nunavut a été créé il y a quatre ans. Il peut être plus facile de créer des liens dans une petite localité où tout le monde se connaît. Cela semble être vrai dans le cas du

Capt Stan Monkman, le commandant de l’Escadron des cadets de l’Air 65 à Ponoka (Alb.). Située à environ 130 km au sud d’Edmonton, la ville de Ponoka est une localité comptant environ 6300 habitants où est basé l’escadron — les cadets habitent dans un rayon de 50 km de la ville. Le Capt Monkman a l’impression que son escadron fait preuve de civisme à peu près chaque fois qu’il fait un mouvement. Cela convient au Capt Monkman, adjudant-chef de la Force régulière à la retraite, dont les vues personnelles sur le civisme ont tendance à motiver les nombreux efforts de son escadron sur le plan du service à la collectivité. « Ayant servi outre-mer, j’ai développé ce que j’estime être une fierté canadienne spéciale, reconnaît-il. Cela aurait dû être fait bien avant mon séjour à l’étranger. Cela ne se fait pas du jour au lendemain, mais nous pouvons développer cette fierté canadienne chez nos jeunes si nous procédons de la bonne façon aujourd’hui. Je suis tout à fait convaincu que nous devons être des citoyens actifs oeuvrant pour que le Canada soit un meilleur endroit pour tous. »

Il faut connaître sa collectivité L’IC Ashby a découvert que le secret de la construction des ponts dans une petite localité est de choisir des projets qui gagnent le cœur de la collectivité. C’est ce qui se produit à Rankin Inlet, une

22

Dans une petite localité, un cadet donnant du sang devient une occasion de photo aux fins de publication pour un corps ou un escadron local. Lorsque le ‘plan de marketing’ du Capt Stan Monkman a été mis en pratique, les cadets de l’Escadron des cadets de l’Air 65 à Ponoka ont commencé à faire la nouvelle dans les pages du journal local.

Compte tenu de la taille de Ponoka, c’est certainement plus facile au Capt Monkman de poursuivre une de ses activités les plus exceptionnelles en matière de civisme, « les comités de bourses d’études simulés ». Il invite les membres de la collectivité — avocats, directeurs d’école, personnel des ressources humaines, membres de l’exécutif de la Légion, gérants de magasin, pour n’en nommer que quelques-uns — à faire partie, à titre bénévole, de deux comités simulés par semaine pendant quatre semaines en février. Ceux-ci servent de comités de bourses d’études virtuels aux cadets et leur permettent de s’exercer devant de purs étrangers, avant de se présenter devant un comité de bourses d’études réel. Cela permet non seulement aux cadets de rencontrer des membres importants de la collectivité, mais aussi aux membres de la collectivité de rencontrer les cadets et de découvrir leur maturité et leur confiance. Selon le Capt Monkman, le fait d’être vus en tant que jeunes citoyens dignes de confiance et fiables a ouvert la porte de beaucoup d’employeurs aux


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada cadets, les plaçant devant leurs collègues qui ne font pas partie du Mouvement dans les files de recrutement.

tellement impressionnés par les cadets que ça baigne dans l’huile lorsque le corps demande une faveur à une ville ou à une entreprise locale.

« Vendez » votre unité

Ce réseautage va toutefois au delà des dignitaires. Les parents ainsi que les membres de la parenté préférés des cadets sont aussi à côté de leurs jeunes pour les appuyer.

Même si sa localité est petite, le Capt Monkman travaille dur pour que ses cadets y soient très en évidence. Il ne manque jamais une occasion de « faire de la publicité » à Ponoka ou dans les environs. Les anciens cadets et les cadets actuels ont tous acheté un manteau d’hiver de style storm-tech et un vêtement d’été de style hoody identifiant l’escadron. En outre, au dîner réglementaire annuel de l’escadron, les maires de quatre collectivités locales, les présidents de trois filiales de la Légion et des gens du milieu politique sont assis à la table d’honneur. Ces dignitaires sont

Il téléphone à la presse locale — même lorsqu’un cadet va donner un litre de sang. Si le représentant de la presse locale ne peut être présent, un membre du comité des parents remet un article et une photographie aux médias. Il peut être plus difficile d’attirer l’attention des médias dans une grande ville, mais on peut développer un profil public même au moyen des choses les plus simples. En 2001, le corps de cadets du Maj Peterson a obtenu le titre

prestigieux de groupe culturel et communautaire de l’année de Gatineau. Combien cela a-t-il coûté? Rien. Il a tout simplement rempli un formulaire de présentation de candidature expliquant à la ville ce que son corps représente pour sa collectivité. Qu’est-ce que cela a changé? Cela a tout changé. « Cela a changé de façon spectaculaire l’impression qu’ont de nos cadets les autres groupes communautaires et les dirigeants élus », rapporte le Maj Peterson. Lorsque le conseil municipal a reconnu la participation communautaire du corps et son leadership dans la collectivité, son personnel et ses cadets supérieurs ont reçu une déclaration du maire et ont fait les manchettes du journal local.

Peterson. Les dirigeants communautaires font souvent partie d’autres organismes bénévoles ou de comités. Ils échangent les pratiques exemplaires et font du réseautage. Tout ce qu’il vous faut faire, c’est de mettre votre nom dans le chapeau pour qu’ils parlent aussi de vos cadets. Aucune somme ne peut vous acheter une couverture de ce genre dans les médias locaux. » Pensez de façon stratégique, mettez votre personnalité et votre attitude positive à l’œuvre. Connaissez votre collectivité et vendez votre corps de cadets. Ces stratégies aident certains de nos chefs à obtenir de bons résultats. Vous aideront-elles à construire des ponts dans votre localité? b

« Vous seriez étonné de voir la publicité officielle et autre qu’obtiendra votre unité des autres groupes communautaires qu’elle aide, indique le Maj

Les « à-côtés » du service à la collectivité • Après que nos cadets eurent nettoyé un secteur de Gatineau à la demande d’un conseiller municipal en 1999, celui-ci m’a demandé si j’avais besoin de quoi que ce soit pour les jeunes. Il me fallait un champ de tir où mes cadets pourraient s’exercer. Nous avons conclu un marché. Nous utilisons depuis lors un centre communautaire local — gratuitement. C’est une somme de 1500 $ que le Corps des cadets de l’Armée 2920 n’a pas à trouver chaque année et cela représente un don de 6000 $ à ce jour. – Maj Guy Peterson.

• À cause de l’exposition qu’il reçoit et du soutien de la collectivité, l’Escadron 65 (Ponoka) a réussi à purger il y a deux ans l’hypothèque grèvant l’immeuble où il tient ses rassemblements. – Capt Stan Monkman

• Le Corps des cadets de la marine Warrior a nettoyé un terrain de stationnement et le propriétaire de l’entreprise a été tellement impressionné par la maturité et le sens de l’organisation des cadets qu’il a invité les cadets supérieurs à travailler pour lui au cours de l’été, s’ils sont libres. – Captc Leon Comer

• L’an dernier, l’Escadron des cadets de l’Air 702 a reçu un chèque de 10 000 $ d’une fondation locale pour faire un voyage. Une mère — émue de voir ce que le Mouvement des cadets fait pour la collectivité et à quel point il aide son fils à devenir plus généreux et plus soucieux des autres — est allée rencontrer les gens de la fondation pour leur expliquer le Programme des Cadets de l’air. – Capt Virginia Davis

23


Cadence • Numéro 11 • Automne • 2003

Relevez

le défi Aidez les cadets à se faire créditer au secondaire la formation reçue chez les Cadets par Craig Hawkins aire partie des Cadets peut-il aider à obtenir un diplôme d’études secondaires? Étonnamment, la réponse à cette question est … oui!

F

Dans nombre de provinces du Canada, les cadets peuvent faire créditer l’instruction reçue au quartier général local ou pendant l’été pour obtenir leur diplôme d’études secondaires. De nombreux collèges, universités, entreprises et groupes communautaires reconnaissent depuis longtemps qu’on peut apprendre ailleurs qu’entre les quatre murs d’une classe et tiennent compte de la formation que les élèves (ou employés) acquièrent ailleurs. Dans le passé, les ministères de l’Éducation n’étaient pas disposés à étendre cette reconnaissance aux élèves du niveau secondaire. Cela commence à changer. Aujourd’hui, des provinces permettent aux élèves d’obtenir des crédits d’études secondaires pour les connaissances acquises à l’extérieur d’une classe ordinaire. Ces crédits s’acquièrent dans le cadre du processus général d’évaluation et de reconnaissance des acquis (ERA) ou du processus de revendication de crédits. L’Ontario a récemment rejoint les rangs de la Colombie-Britannique, de l’Alberta, de la Saskatchewan, du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse en offrant aux élèves la possibilité d’obtenir des crédits

24

d’études secondaires pour la formation reçue hors du milieu scolaire. L’acquisition d’un crédit dans le cadre de l’ERA repose souvent sur un processus de revendication. Les élèves doivent prouver que leur formation acquise à l’extérieur leur permet de répondre aux attentes établies à l’égard d’un cours précis du programme d’études secondaires. Cela peut se faire de bien des façons. On peut, par exemple, présenter des rapports de cours, des lettres de référence ou un portfolio, ou encore montrer qu’on a acquis les compétences voulues. Dans presque toutes les provinces, l’élève doit prouver qu’il répond aux mêmes attentes qu’un élève qui suit le cours en classe. Après avoir fourni à l’éducateur la preuve de son état de préparation, l’élève peut subir une épreuve visant à montrer qu’il répond aux exigences. L’évaluation peut comprendre un examen officiel, une démonstration de ses compétences, l’exécution de tâches, une analyse du travail de l’élève et ainsi de suite. Un membre du personnel enseignant est généralement chargé de faire l’évaluation finale. Si l’élève réussit dans sa revendication, il obtient le crédit demandé, qu’on inscrit dans son relevé de notes. Comment procède-t-on pour revendiquer les crédits d’études? Voici un exemple :

Des provinces offrent des cours de formation en leadership de niveau secondaire pour lesquels les cadets supérieurs qui ont occupé un poste d’état-major ou un poste supérieur au niveau du quartier général local pourraient revendiquer un crédit. (Photo du Centre d’instruction d’été des cadets de l’Armée à Cap-Chat)

L’Adj 2 John Smith de l’Escadron 123 à Toronto suit le cours de cadet-chef pendant l’été. À son retour à l’escadron, il participe à un certain nombre d’activités liées au leadership. Il décide de revendiquer les crédits offerts pour le cours de formation au soutien entre pairs, un cours de 11e année offert par son conseil scolaire local. Il réunit des documents, dont son rapport du cours de cadet-chef, pour prouver qu’il répond aux attentes prévues pour le cours de niveau secondaire. Il joint aussi à son dossier des lettres de référence de son commandant, un exemple d’une activité de formation de fin de semaine planifiée et réalisée par lui et une vidéo décrivant plusieurs cours qu’il a donnés au quartier général local. Il présente ce dossier au directeur de son école qui détermine, après examen, que John a fourni des

preuves raisonnables de sa capacité de revendiquer les crédits prévus pour le cours en question. Le directeur envoie ensuite les documents accompagnés d’une demande officielle au conseil scolaire qui est chargé de décrire les critères et de surveiller l’examen. S’il réussit à l’examen, l’Adj 2 Smith recevra le même crédit pour son cours de cadet-chef que les élèves qui ont suivi le cours de formation au soutien entre pairs de l’école secondaire. Quels sont les cours admissibles à la revendication de crédits d’études et quels cours des cadets permettent de soutenir une telle revendication? Chaque province a ses propres règles. Les cadets doivent donc se renseigner auprès du directeur ou du conseiller en orientation de leur école avant de commencer


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada à rassembler leurs documents. Voici toutefois quelques exemples :

programme d’études secondaires et recevoir une reconnaissance officielle de la formation obtenue • Un cours de moniteur d’édupendant leurs temps libres. Il offre cation physique d’une durée aux élèves qui font partie des de six semaines soutenu par d’autres exemples de leader- Cadets la possibilité de rattacher à leur diplôme d’études seconship dans le domaine des daires l’instruction et l’éducation sports ou de l’athlétisme à qu’ils reçoivent dans le cadre de l’échelon de l’unité pourrait leur participation au programme étayer une revendication de crédit pour un cours d’éduca- estival et au programme du quartier général local. tion physique et d’hygiène. • Un cours de musique de Les cadets qui pensent avoir ce sixième niveau et enseigner qu’il faut peuvent revendiquer ou jouer à l’échelon de l’unité leurs crédits. Ils n’ont rien à perdre pourrait servir de base à la et cela peut leur permettre revendication d’un crédit d’obtenir un crédit d’études pour un cours de musique secondaires. de niveau secondaire. Pour obtenir plus amples ren• Des provinces offrent des seignements sur l’ERA, consultez cours de formation en leadles sites Web suivants : ership de niveau secondaire pour lesquels les cadets Alberta : supérieurs qui ont suivi un www.learning.gov.ab.ca/ cours de formation en leadership d’une durée de six educationguide/guide. semaines et occupé un poste asp?id-062520 d’état-major ou un poste Lire ensuite l’Annexe 3 (un des supérieur au niveau du liens du site en question). quartier général local pourColombie-Britannique : raient revendiquer un crédit. Les cours d’instruction d’été ou donnés au quartier général local ne se prêtent pas tous à une demande d’ERA qui sera accueillie. Les cadets doivent pouvoir prouver qu’ils satisfont aux mêmes attentes à l’égard du cours que leurs homologues du programme régulier d’études secondaires. Il faut toujours rencontrer un conseiller ou un administrateur de l’école avant d’entreprendre cette démarche. Rappelez-vous que chaque province a ses propres règlements et ses procédures uniques et que ce qui s’applique dans une partie du pays pourrait ne pas s’appliquer dans l’autre. L’évaluation et la reconnaissance des acquis est un moyen qui permet aux autorités compétentes en matière d’enseignement de reconnaître qu’on peut obtenir de la formation ailleurs qu’à l’école ou en classe. Ce processus offre plus de souplesse aux élèves pour planifier et organiser leur

www.bced.gov.bc.ca/grad_req_ rev/gp_2004.pdf Nouveau-Brunswick : www.gnb.ca/0000/plar-eraf/ index-f.asp Nouvelle-Écosse : http://doc-depot.ednet.ns.ca/ psp.html Se reporter aux pages 45-46. Ontario :

Le processus général d’évaluation et de reconnaissance des acquis offre aux élèves qui font partie des Cadets la possibilité de rattacher leur instruction de cadet à leur diplôme d’études secondaires. Ici, dans le cadre d’un cours d’introduction au cours d’instructeurs au CIEC(Air) Trenton, le Sgt s Alain Pentony évalue une période de drill. (Photo par le Slt Joshua Brambrough)

Voici comment aider les cadets • Inviter les cadets à lire le présent article. • Inciter les cadets à s’entretenir avec leur conseiller en orientation ou leur directeur d’école au sujet de l’ERA. • Rédiger des lettres de référence à l’intention des cadets concernés. • Fournir aux cadets des rapports de cours à l’appui de leurs demandes.

Saskatchewan :

• Fournir aux cadets ou aux directeurs d’école un résumé des attentes (p. ex., normes d’instruction) relativement aux divers cours d’été.

www.sasked.gov.sk.ca/docs/po licy/course/pol.html b

• Fournir aux cadets des occasions de mettre en pratique, sous surveillance, leurs différentes habiletés.

www.edu.gov.on.ca/extra/fre/ ppm/129f.html

– M. Hawkins est directeur d’une école secondaire et vice-président de la Ligue des cadets de l’Air du Canada. Pour rédiger le présent article, il a consulté les dossiers établis par Jeannie Wilson, du Simcoe County District School Board, à Midhurst (Ont.).

• Enregistrer le rendement des cadets sur bande-vidéo. – Source : Numéro de décembre 2002 du Magazine d’information électronique des instructeurs de cadets de la Région du Centre, à l’adresse suivante : www.central.cadets.ca/public/ecadre_Dec02_f.html

25


Cadence • Numéro 11 • Automne • 2003

Précisions sur l’hébergement Le point sur l’infrastructure des quartiers généraux locaux par le Captc Neil Martin e Programme des cadets actuel est offert avec succès dans une grande variété d’infrastructures au niveau local, de la plus modeste à celle de pointe.

L

Le ministère de la Défense nationale (MDN) et nos associés des trois Ligues, par l’entremise de nombreux répondants des collectivités locales, fournissent l’hébergement. Toutefois, les ligues ont en bout de ligne la responsabilité d’offrir des locaux adéquats pour le programme local, dans les cas où le gouvernement n’est pas en mesure de le faire. À de nombreuses réunions au fil des ans, le MDN et les Ligues ont discuté de l’hébergement local et de certains des problèmes auxquels on se bute.

d’ensemble de l’hébergement à l’appui des programmes locaux. Étant donné que le MDN dispose de ressources, d’un mécanisme administratif (le CF 790, Rapport annuel d’inspection des cadets) et d’une connectivité, il a pris la direction de la collecte des données. On visait à dresser l’inventaire des installations et de l’infrastructure des corps et des escadrons ainsi qu’à déterminer s’il y a une concordance valable entre l’utilisation et les besoins. On souhaitait également estimer le coût ou la valeur des installations utilisées aux quartiers généraux locaux pour le Programme des cadets. Même sans l’étude, nous savons que les répondants locaux et les Ligues offrent un soutien considérable dans les collectivités. Cette année, nous avons distribué l’étude sous forme d’annexe au rapport CF 790. Les commandants des corps/ escadrons ont produit l’information demandée en collaboration avec leurs répondants et les Ligues.

Malheureusement, on disposait de très peu de renseignements adéquats pour pouvoir discuter correctement des questions touchant l’hébergement qui se présentaient ou même pour estimer la quantité et la qualité des ressources employées dans plus d’un millier de collectivités partout au pays.

Une fois que l’information aura été compilée, nous la communiquerons à nos associés des Ligues et nous ferons un suivi sous la forme d’un article qui paraîtra dans le numéro d’hiver de Cadence.

La situation est sur le point de changer. Cet automne, l’étude sur l’hébergement et l’infrastructure des quartiers généraux locaux sera achevée, et nous disposerons enfin de l’information concrète nécessaire pour entamer des discussions sur les installations d’instruction et l’hébergement des quartiers généraux locaux.

Quel que soit le résultat, un fait demeure incontesté : peu importe les installations dont dispose un corps ou un escadron, le Programme des cadets est efficace. Cela démontre que ce sont les gens et non les installations qui sont garants de la réussite du programme. b

Plus de détails sur l’étude En novembre 2002, le Groupe consultatif national des cadets, qui porte maintenant le nom de Conseil national des cadets, a convenu qu’on devait réaliser une étude afin de déterminer la situation

26

– Le Captc Martin est l’officier d’état-major, infrastructure, à la Direction des cadets. La « maison-mère » du Corps des cadets de l’Armée 1705 (British Columbia Dragoons) à Vernon (C.-B.). (Photo par Wayne Emde)


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Sondage omnibus du CIC Qui sont les répondants?

Atlantique Est 1006

1222

Centre

Prairie

Pacifique Nord

1330

879

546

29

Population des officiers du CIC par région

par le Bgén Daniel Pepin Les résultats ont été compilés : au total, 1745 officiers ont répondu au sondage omnibus du Cadre des instructeurs de cadets (CIC). Même si l’analyse des données n’est pas encore terminée, et même si nous ne pourrons vous communiquer les résultats de cette analyse que plus tard, nous tenons à vous informer du taux de réponse au sondage. En qualité de directeur général des réserves et des cadets, j’ai demandé la réalisation de ce sondage. Je sollicitais l’opinion de tous les membres actifs du CIC au sujet de différentes questions importantes. Il s’agissait notamment de l’établissement du degré de sensibilisation des officiers du CIC envers certaines politiques de ressources humaines, de l’évaluation de la perception des officiers au sujet de la nature des conflits prévalant au sein du Mouvement des Cadets, de la collecte de renseignements sur les habitudes de travail du CIC et de la formulation d’une opinion sur le bien-fondé du recours à l’apprentissage à distance pour offrir une formation aux officiers du Mouvement des Cadets. L’information recueillie dans le cadre du sondage servira à orienter le développement, la mise au point et la mise en œuvre des politiques nouvelles et révisées. Elle donnera également des indications sur la façon de réduire l’écart qui prévaut actuellement entre les politiques des Forces canadiennes et leur application aux officiers du CIC.

Voici des renseignements sur les personnes qui ont répondu au sondage.

80

• Les répondants 70 étaient à 65,8 % des hommes et à 34,2 % 60 des femmes. Cette répartition équivaut 50 à la proportion d’hommes et de 40 femmes au sein du Cadre des instruc30 teurs de cadets. • Les répondants, du 20 point de vue de la langue officielle, 10 35% 29% 34% 26% 50% 76% étaient à 23,7 % francophones et à 0 76,3 % anglophones. Taux de réponses par région Encore une fois, ces résultats se ** Les chiffres dans la ligne verticale représentent le pourcentage de la participation des officiers du CIC dans la région correspondante rapprochent de la représentation actuelle de ces deux • La répartition des répondants Le graphique joint présente groupes parmi les officiers entre chaque élément est le profil des répondants. du CIC. 46,7 % pour la Force aéri• Les membres étaient repNous remercions les répondants enne, 31,3 % pour l’Armée résentés adéquatement en qui ont participé au sondage et de terre et 22,1 % pour ce qui concerne les quartiers nous estimons que leurs réponses la Marine. généraux locaux (78,9 %) et sont représentatives des points les autres niveaux de quartier • Près de 12 % des répondants de vue et des opinions de la pluont indiqué avoir servi dans la général (21 %). Ce taux de part des officiers du CIC. Grâce Force régulière ou la Première réponse corrobore notre à une telle représentation, nous réserve. affirmation à l’effet que nous pouvons réaliser une analyse en avons recueilli l’opinion d’un • En ce qui concerne le niveau profondeur du sondage conforgrand nombre d’officiers locaux. d’instruction des participants, mément à notre objectif initial. précisons que seulement • Si on compare le nombre Les résultats du sondage seront 0,8 % des officiers du CIC des répondants à celui des communiqués par le biais d’un n’ont pas de diplôme d’études membresdes six régions, on secondaires. Au total, 40,3 % ensemble de rapports qui seront constate que les régions du des officiers ont fait des études offerts en temps utile. Ne ratez Nord et du Pacifique ont fait pas les prochains numéros de universitaires (du certificat preuve d’un taux de réponse au doctorat). En outre, 5,5 % Cadence pour prendre connaisde plus de 50 %. Le taux sance des résultats du sondage de nos membres détiennent de réponse global du CIC omnibus. b un diplôme de deuxième ou à l’échelle du pays a été de troisième cycle. de 34,8 %.

27


Cadence • Numéro 11 • Automne • 2003

Forum Idées novatrices, pratiques exemplaires et leçons retenues

Comment faire mouche Éléments clés pour former une équipe qui participera aux championnats d’adresse au tir ue faut-il pour bâtir une équipe qui participera aux championnats d’adresse au tir?

Q

Il faut travailler en équipe et avoir la confiance qui vient de la compétition, selon le Capt Gary Scrivens, commandant du Corps des cadets de l’Armée 2610 à Sheet Harbour (N.-É.). Il faut aussi beaucoup plus que cela. Qu’est-ce qui le rend aussi sûr de lui? Lorsque le Corps 2610 a été réactivé en 1985, le Capt Scrivens estimait avoir besoin d’un programme de tir de précision pour capter et retenir l’intérêt des cadets. Il a envisagé d’utiliser des carabines de calibre .22, mais étant donné qu’il n’y avait pas de champ de tir dans la région, il a opté pour des carabines à air comprimé.

• Un adulte, plus probablement un officier, qui y consacrera le temps nécessaire; • Un endroit pour un champ de tir offrant beaucoup de temps de disponibilité; • Des cadets intéressés et dévoués qui sont prêts à consacrer le temps nécessaire. « Ces trois éléments énumérés en ordre d’importance sont indispensables pour avoir un bon programme », affirme le Capt Scrivens. « À moins que quelqu’un ne soit disposé à consacrer entre huit

et dix heures par semaine à un programme de tir, votre équipe ne deviendra pas une équipe du plus fort calibre », insiste-t-il, bien que le programme puisse exiger moins de temps au fur et à mesure que les compétences de cette personne s’améliorent. Le temps de disponibilité du champ de tir — au moins huit heures par semaine — est aussi important.

« Si votre unité est chanceuse, dispose d’un bon instructeur et si les membres de votre équipe apprennent rapidement, elle pourrait être concurrentielle au bout d’un an ou deux. »

Enfin, il est essentiel que les cadets soient intéressés. « Si votre unité ne compte pas de cadets qui sont prêts à consacrer le

Il n’était pas question de faire marche arrière. Surmontant les défis qui se présentaient en cours de route (voir encadré), le corps a persévéré et produit une équipe de tir gagnante. Le Capt Scrivens partage ici avec nous ce qu’il a appris.

Un bon programme Selon le Capt Scrivens, il faut trois éléments — énumérés ici en ordre d’importance — pour avoir un bon programme :

28

Le Capt Gary Scrivens en compagnie de l’Équipe d’adresse au tir de 2003 du Corps des cadets de l’Armée 2610 à Sheet Harbour (N.-É.).


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada temps et l’énergie qu’exige le programme, celui-ci n’obtiendra pas de succès. »

Combien de temps cela prendra-t-il? Le temps nécessaire pour produire une équipe gagnante de calibre national dépend d’un certain nombre de facteurs. « Si votre unité est chanceuse, dispose d’un bon instructeur et si les membres de votre équipe apprennent rapidement, elle pourrait être concurrentielle au bout d’un an ou deux », indique le Capt Scrivens. Un autre élément, à son avis, est d’avoir des cadets qui ont un don inné. Les cadets qui sont naturellement doués progresseront plus vite que les autres, mais ils n’atteindront pas le sommet à moins d’avoir de la détermination. « Si un de vos cadets est naturellement doué et a, en plus, de la détermination, vous avez un gagnant. »

De l’aide en cours de route Le Manuel d’instruction Carabine à air comprimé (Daisy) du Mouvement des cadets du Canada est une excellente source d’information et de conseils sur l’instruction. L’important, selon le Capt Scrivens, c’est de ne pas oublier qu’il faut tirer profit de tous les cours et participer au plus de matchs possibles — y compris les matchs hivernaux entre compétiteurs éloignés de l’Association de tir Dominion du Canada et les compétitions entre les corps. Il prodigue aussi le conseil suivant : « Lorsqu’on participe à une compétition, il faut faire de son mieux et ne pas s’inquiéter du résultat final. C’est un processus d’apprentissage, que l’on obtienne la première ou la dernière place. » Il dit aux membres de son équipe qu’ils ne sont pas maîtres de leurs compétiteurs — mais seulement de leurs propres tirs. « Nous leur disons de se concentrer sur leur propre jeu et de ne pas se préoccuper de ce font les autres. »

L’état de votre carabine à air comprimé est aussi essentiel au succès. Il faut nettoyer et entretenir les carabines. Les cadets ne seront qu’aussi bons que l’équipement qu’ils utilisent.

nous inscririons-nous puisque nous n’avons aucune chance de gagner? »

Étant donné que tous les corps de cadets et tous les centres d’instruction d’été des cadets ont maintenant des carabines à • Il faut nettoyer les carabines air comprimé Daisy et que les à air comprimé à l’aide de cadets adorent les défis que tampons de nettoyage après avoir tiré 500 coups, ou moins présente le tir de précision, le Capt Scrivens estime que chaque si c’est nécessaire. corps devrait travailler à élaborer • Il faut les lubrifier légèrement conformément aux instructions un bon programme de tir de précision. « En tant que chefs, nous du fabricant. nous intéressons surtout à nos • Il faut aussi vérifier si la vitesse cadets et à développer de bonnes est constante au moyen d’un aptitudes pour commencer. » chronographe au moins une fois par année d’instruction. Toute NDLR : Selon le Lcol (retraité) carabine ne répondant pas aux Cal Lindsey, président de la filiale de la Nouvelle-Écossse de la Ligue exigences doit être réparée. des cadets de l’Armée, la filiale a promis de continuer d’aider le corps Mot de la fin de cadets. La Direction provinciale Tout corps de cadet peut avoir de la Nouvelle-Écosse de la Légion un programme de tir de précision royale canadienne donne aussi qui a du succès, selon le Capt 1000 $ annuellement depuis six ans Scrivens. Il est toutefois impossible pour aider les unités qui participent de gagner sans élaborer un bon au match provincial à payer leurs programme et si nous trouvons frais de déplacement. b des excuses telles que « pourquoi

Défis et possibilités Lorsque le Capt Scrivens a choisi la carabine à air comprimé pour son programme de tir de précision, il a rencontré des défis le long de la route et il les a relevés avec succès. ême si les carabines à air comprimé sont approuvées pour l’instruction des cadets, on ne pouvait les obtenir par l’intermédiaire du système d’approvisionnement. Le Corps des cadets de l’Armée 2610 a donc recueilli des fonds pour acheter trois carabines à air Anschutz au coût d’environ 300 $ chacune.

M

Ayant peu de formation structurée et ne sachant à peu près pas ce qu’il fallait pour construire un champ de tir adéquat, le corps a fait preuve de bon sens et a utilisé la méthode par tâtonnements pour trouver le meilleur genre de butte de tir.

de 1987, qui s’est terminée par une compétition entre les corps. Le Capt Scrivens a reconnu que le programme de matchs hivernaux entre compétiteurs éloignés de l’Association de tir Dominion du Canada offrait à ses cadets une excellente occasion de perfectionner leurs compétences en tir de précision dans le cadre d’une compétition officielle. Le corps participe à ces matchs depuis lors et a gagné de nombreux prix.

Ensuite, parce que l’association provinciale de tir ne tenait pas de matchs épaule à épaule, le Capt Scrivens a lancé la compétition de tir à la carabine à air comprimé Les cadets étaient très motivés et des cadets de l’Armée de Sheet très enthousiastes. Chacun des Harbour — une compétition cadets a tiré un certain nombre de annuelle ouverte à tous les corps fois au cours de l’année d’instruction de cadets de l’Armée de la

Nouvelle-Écosse. Cette activité provinciale a obtenu un tel succès que le corps l’a commanditée jusqu’à ce que la Ligue des cadets de l’Armée prenne la relève en 1996. Une autre embûche s’est présentée. Même si le corps comptait beaucoup de bons cadets possédant d’excellentes compétences en tir, ceux-ci ne pouvaient pas suivre le cours de tir de précision parce qu’ils n’utilisaient pas des carabines de calibre .22. Cela a toutefois changé en 1993, lorsque la carabine à air a été introduite à l’échelon national. Un an plus tard, le match de tir à la carabine à air en équipe était la première épreuve au championnat de tir national.

Depuis cette année-là, le Corps 2610 représente chaque année la Nouvelle-Écosse à la compétition nationale. En 1999, il a remporté la palme au match entre les équipes représentant l’unité ainsi qu’au match en équipe provincial. L’équipe a raflé les honneurs parmi les équipes d’unités au championnat national en l’an 2000 et en 2001 et s’est classée troisième en 2002 et en 2003. Le « meilleur tireur » au championnat national de 2000 et de 2001 était un membre du corps et, en 2003, les cadets de l’unité ont obtenu la première et la deuxième places aux épreuves individuelles. b

29


Cadence • Numéro 11 • Automne • 2003

Précisions sur le rôle des civils dans les corps et escadrons de cadets Quel est le rôle des structures de soutien civiles affiliées aux corps et escadrons de cadets?

Les membres de la filiale de la Ligue de la Marine connaissent les politiques et règlements régissant le corps. Ils doivent travailler en collaboration avec le corps tout en répondant aux demandes de renseignements de l’extérieur.

30

D

ans l’article « Point de vue » du dernier numéro de Cadence, Marjolaine Guay, membre du « comité civil » du Corps des cadets de l’Armée 2623 à Saint-Hubert (Qc), exprime son point de vue sur le rôle du comité civil du corps.

de ce corps de cadets. Le répondant local n’est pas responsable des services fournis par le répondant-superviseur approprié ou les Forces canadiennes. » Le répondant local est la seule entité civile locale définie dans les OR (Cadets).

Elle traite de l’importance pour les partenaires du Mouvement des cadets du Canada de comprendre et de respecter les rôles de chacun à l’intérieur du cadre d’autorité.

Pour préciser le rôle des structures de soutien civiles par rapport aux répondants locaux, il faut examiner chaque service séparément étant donné que chaque ligue utilise une terminologie légèrement différente à l’intérieur de son organisation :

En répondre à cet article, nous avons demandé aux trois ligues de préciser les rôles des structures de soutien civiles. Shailagh O’Shaughnessy, directrice nationale des communications de la Ligue navale; Terry Whitty, directeur exécutif de la Ligue des cadets de l’Armée, et Beverley Burke, responsable des relations publiques à la Ligue des cadets de l’Air, nous répondent. Précisons tout d’abord la structure de soutien civile qui existe pour les trois éléments : le répondant local. Conformément aux Ordres et règlements royaux des cadets du Canada (OR (Cadets)), tous les corps et escadrons de cadets doivent avoir un répondant local. « ‘Répondant local’ désigne, relativement à un corps de cadets, la personne ou l’organisme accepté par le Chef de l’état-major de la Défense, ou en son nom, pour assumer la responsabilité de la formation et du soutien financier

• La filiale de la Ligue navale — le niveau local de la Ligue navale — est le répondant local de tous les corps de cadet de la Marine. Ses membres sont typiquement des parents, mais peuvent comprendre presque tout membre de la collectivité, y compris les anciens combattants, les anciens cadets, les membres des Forces canadiennes et les dirigeants de la communauté. On utilise le mot « filiale » au lieu du terme « répondant local ». • Les répondants locaux des corps de cadets de l’Armée sont généralement des organismes communautaires, des clubs philanthropiques ou des associations liées à l’unité affiliée. Ces dernières années, la Ligue des cadets de l’Armée a entrepris de former des « comités de répondants » pour compléter le soutien

offert aux corps de cadets de l’Armée par le répondant local. Les membres de ces comités sont typiquement des parents, mais ils peuvent comprendre à peu près tout membre de la collectivité comme dans le cas des filiales de la Ligue navale. Les comités de répondants participent souvent au soutien quotidien du corps. On les appelle souvent comités de parents ou comités civils. Parfois, un corps de cadets de l’Armée peut toutefois avoir un comité de parents distinct composé uniquement de parents — une sorte d’association de parents d’élèves et d’instituteurs pour les cadets. • Les répondants des escadrons de cadets de l’Air sont habituellement des organismes communautaires ou des clubs philanthropiques. Dans certains cas, un escadron peut être parrainé par plus d’un organisme. Le comité de répondants est constitué pour représenter le ou les répondants quotidiennement. Il est constitué à peu près de la même manière que la filiale de la Ligue navale ou le comité de répondants du corps des cadets de l’Armée. Un escadron de cadets de l’Air peut aussi avoir un comité de parents distinct chargé d’aider le comité de répondants.


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

L’appui offert par les civils aux corps des cadets de la Marine La Ligue navale a défini les rôles et responsabilités de la filiale (qui s’ajoutent à ceux des répondants locaux décrits dans les OR (Cadets)). Les fonctions de la filiale sont, entre autres, de recruter les cadets et les officiers, de fournir un soutien financier, des installations et le matériel didactique qui n’est pas fourni par les FC et, enfin, de travailler en collaboration avec le corps aux programmes de loisir des cadets — aussi connus sous le nom d’instruction facultative. Il existe des directives précises sur les responsabilités financières des filiales, leurs pouvoirs et les restrictions dont elles font l’objet à l’intérieur de la Ligue navale dans son ensemble. Un des rôles de la filiale est d’appuyer la partie de l’instruction facultative du programme d’instruction des cadets de la Marine. Le corps travaille de concert avec les filiales pour déterminer les activités qui entrent dans l’instruction facultative et celles que la filiale commanditera. À cet égard, la filiale et le corps

doivent travailler de façon concertée dans l’intérêt du programme d’instruction. Quant aux parents, le fait de travailler en collaboration avec la filiale peut leur permettre d’aider le corps et de comprendre le fonctionnement du Programme des cadets. Les membres de la filiale connaissent les politiques et règlements régissant le corps. Ils doivent travailler en collaboration avec le corps tout en répondant aux demandes de renseignements de l’extérieur. Ce processus peut s’avérer difficile, mais il donne de bons résultats depuis que le partenariat entre la Ligue navale et le ministère de la Défense nationale a été établi en 1942.

L’appui offert par les civils aux corps de cadets de l’Armée La Ligue des cadets de l’Armée est le « répondant-superviseur » chargé de surveiller le soutien fourni aux cadets de l’Armée par le répondant local et les autres civils… tout au moins selon les OR (Cadets). L’application pratique de ce mandat est toutefois un peu plus « intéressante ».

La filiale de la Ligue navale — le niveau local de la Ligue navale — est le répondant local de tous les corps de cadet de la Marine. Ici, le Captc Jennifer Stewart, commandant du Corps des cadets de la Marine Falkland à Ottawa, est en compagnie de Peter Christie, président de la filiale Ottawa qui parraine le corps.

Les corps de cadets de l’Armée ont eu comme répondants, pendant la plus grande partie de leurs 125 années d’existence, les unités de la Milice ou de la Force régulière affiliées à chacun d’eux. À cette époque, ils étaient considérés comme des prolongements de la famille régimentaire. Ces unités régimentaires essayaient de fournir aux adolescents une occasion unique fermement enracinée dans leur histoire et leurs traditions particulières de développer leur autonomie et leur caractère personnel. Chaque corps comptait sur son régiment pour obtenir un appui et un leadership. L’aide financière était sporadique et on désapprouvait la participation des parents, qui était jugée importune et indésirable. Beaucoup d’anciens officiers des Services de cadets du Canada et du Cadre des instructeurs des cadets repoussaient toute aide des parents. Les temps ont toutefois changé et les corps de cadets de l’Armée n’étaient pas immunisés contre les nouvelles attitudes du public et les restrictions budgétaires dont ils ont fait l’objet à l’intérieur des forces militaires canadiennes modernes réorganisées. L’aide financière locale provenant directement des unités affiliées s’est tarie. Les parents de partout au pays se sont montrés à la hauteur de la tâche de recueillir des fonds au soutien de leur corps de cadets locaux. La création de la Ligue des cadets de l’Armée en 1971 a structuré ce processus spontané. La situation générale a toutefois incité feu Jim Boyle, président de la LCAC (Ontario) à affirmer avec esprit que « la relation entre la Ligue et les comités de parents ressemble à celle qui existerait entre un enfant et ses parents nés après lui ». Sa remarque décrit bien la crise de croissance dont souffraient et souffrent encore dans une certaine mesure aujourd’hui les Cadets de l’Armée. suite à la page 32

Le défi actuel de la Ligue des cadets de l’Armée est de fournir l’orientation et la direction dont les comités de répondants ont besoin pour pouvoir devenir une force qui fournira un soutien efficace au Mouvement des cadets pendant de nombreuses années.

31


Cadence • Numéro 11 • Automne • 2003

Dans un escadron des cadets de l’Air qui a du succès, les deux parties au partenariat ont un grand nombre de responsabilités et, par conséquent, la communication, la complicité, le respect et la confiance ainsi que le travail d’équipe sont nécessaires.

suite de la page 31

La Ligue a entrepris de former des « comités de répondants » structurés pour chaque corps de cadets afin d’ajouter à l’appui fourni par le répondant local et de réunir les diverses sources d’aide de la collectivité : les parents, les membres de la Ligue, les membres des associations militaires et les bénévoles de tous genres. De nombreux commandants qui s’opposaient résolument à la formation de comités de répondants poussent maintenant un soupir de soulagement à mesure que l’efficacité de ces comités s’accroît. Ils sont plus que prêts à attester que la participation des parents et des comités de répondants est nécessaire et doit être bien accueillie. Les comités sont devenus une source importante d’aide pour les corps de cadets. L’agencement des divers « intervenants » fournit un élément de soutien dynamique et sain où

les commandants puisent pour obtenir une aide financière et pratique. Les fonctions et la structure du comité varient d’une région à l’autre et d’un corps à l’autre. Le défi actuel de la Ligue des cadets de l’Armée est de fournir l’orientation et la direction dont les comités de répondants ont besoin pour pouvoir devenir une force qui fournira un soutien efficace au Mouvement des cadets pendant de nombreuses années.

L’appui offert par les civils aux escadrons de cadets de l’Air Généralement, un ou plus d’un membre du comité de répondants local d’un escadron de cadets de l’Air est chargé d’assurer la liaison avec l’unité de cadets. Le groupe de personnes réunies sous les auspices du répondant local — le comité de répondants — est chargé d’assurer la liaison avec l’escadron et de pourvoir à ses besoins opérationnels. Au fil des ans, le rôle des comités de parents a pris de l’importance. Depuis que de plus en plus d’organismes ou de clubs philanthropiques se rendent compte qu’ils ne sont plus en mesure de fournir un soutien satisfaisant aux escadrons de cadets de l’Air, plusieurs choses se sont produites. Dans certains cas, les parents ont adhéré aux comités de répondants ou ont formé un comité de parents distinct qui travaille en collaboration avec le comité de répondants local et lui apporte son aide. Dans d’autres cas, le répondant local a cessé de jouer le rôle de répondant et le comité de parents est devenu le répondant local officiel. Si la fourniture d’une aide financière est très importante, c’est loin d’être la seule responsabilité

32

du comité de répondants. Le comité doit aussi fournir un appui efficace à tous les aspects de l’instruction de l’escadron en travaillant en étroite collaboration avec le commandant et le personnel. Lorsqu’il met sur pied des activités sociales, sportives, culturelles et inter-unités ainsi que d’autres activités de loisir, le commandant doit consulter les cadets et le comité de répondants. Le comité décide quelles activités il appuiera et fournit les fonds nécessaires. Pour ce qui est des examens relatifs aux cadets — l’attribution des promotions, les camps d’été et ainsi de suite — c’est le commandant et le personnel de l’escadron qui en sont les premiers responsables. Encore une fois, le commandant doit s’assurer que le comité est au courant des processus visant à garantir la transparence et veiller à l’inclure lorsque la politique du MDN l’exige (c.-à-d. dans le cas des bourses du Fonds de bourses d’études des cadets). Le comité de répondants a le devoir de garantir l’équité des processus et d’y contribuer. Dans un escadron des cadets de l’Air qui a du succès, les deux parties au partenariat ont un grand nombre de responsabilités et, par conséquent, la communication, la complicité, le respect et la confiance ainsi que le travail d’équipe sont nécessaires. Dans le domaine de la politique et de l’instruction, tous ces traits et compétences sont indispensables au succès de l’escadron. Les rôles des structures civiles de soutien affiliées aux corps et aux escadrons de cadets varient selon les éléments. Toutefois, qu’importe l’élément, les civils jouent un rôle pivot dans la viabilité continue de chaque corps et escadron. b

Le bénévole civil Mike Smith (tee-shirt marron) et Craig Shultz (chemise bleue) ont aidé les cadets du « cours de pionniers » du Corps des cadets de l’Armée 2137 à Calgary a construire un pont de corde l’an dernier au cours d’un exercice en campagne.


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Version améliorée de

CadetNet

par le Ltv Jennifer Stewart

Introduction d’une version plus puissante de CadetNet adetNet est passé à la version 7.1. Il offre maintenant des caractéristiques, des options et des outils améliorés.

C

Visualisation

Chaque région fournira les instructions et les fichiers requis pour la mise à jour des ordinateurs distribués par le ministère de la Défense nationale.

• Disposer son bureau de quatre façons différentes : en mode Classique, Exploration FirstClass, Exploration sans visualisation ou Exploreur côte à côte. Choisissez une option de démarrage. • Afficher le contenu du message et du document tel qu’il sera imprimé ou sous forme de diapositives d’un diaporama. • Préciser le mode d’affichage du contenu par défaut et l’agrandissement. • Changer temporairement l’agrandissement du contenu. • Redimensionner et faire pivoter les images dans les fenêtres.

Caractéristiques, options et outils

Menus et barres d’outils

La conférence « CadetNet — What’s New-Quoi de neuf » qu’on trouve à l’intérieur de la conférence « Help-Aide » souligne les nouvelles caractéristiques et options et les nouveaux outils qu’apporte la nouvelle version. Nous avons créé un diaporama pour vous informer des caractéristiques. Une nouvelle version du didacticiel relatif à CadetNet est aussi en voie de préparation.

• Visualiser des menus réorganisés et simplifiés. Les menus des conférences et des connexions sont fusionnés dans un menu coopératif. • Afficher le texte et les icônes ou seulement les icônes sur les boutons de la barre d’outils.

Les principaux changements vous permettront de :

• Joindre les objets du logiciel FirstClass. • Joindre les fichiers téléchargés et les fichiers joints à d’autres objets. • Joindre des fichiers aux messages.

Les utilisateurs qui ont une interface Web se verront offrir ces caractéristiques, options et outils lors de leur procédure d’entrée en communication. Les utilisateurs du client FirstClass — le logiciel de CadetNet installé localement — devront installer un nouveau logiciel pour tirer avantage de la mise à jour.

Renseignements généraux • • • • • •

Préciser le fuseau horaire à son client. Taper les noms pour les repérer dans la liste de « Qui est connecté ». Chercher des messages et des documents dans l’historique. Créer des diaporamas. Ajouter des images d’arrière-plan aux messages et aux documents. Créer des signets sans avoir à sélectionner l’objet cible.

Transfert des fichiers

Calendriers • Vérifier les temps libres et les conflits d’horaire des participants. • Voir si les participants ont accepté ou refusé l’invitation. • Préciser le début et la durée de sa journée de travail et, par défaut, la date du début de l’événement et sa durée.

Impression Règles relatives au courrier • Utiliser des règles de traitement du courrier simples ou avancées pour les boîtes aux lettres et les conférences. • Créer des règles concernant les messages entrants ou sortants.

Expédition ou réexpédition • Choisir entre les modes d’expédition ou de réexpédition classiques. • Consulter l’historique des messages réexpédiés.

• Commander l’impression directement de la barre d’outils. • Préciser les options de présentation de différents genres d’objets.

Installation du nouveau FirstClass Pour l’installation du nouveau logiciel FirstClass sur votre ordinateur personnel, connectez-vous à CadetNet et allez à la conférence « Help-Aide ». Dans le dossier « Installation », vous trouverez à l’intérieur les procédures d’installation de la version 7.1 pour Macintosh et Windows. Téléchargez et décompressez le fichier d’installation approprié et double-cliquez sur le fichier exécutable (*.exe).

Jusqu’à présent, nous avons obtenu un feed-back très positif et très constructif de votre part. Pour continuer de nous communiquer vos idées et vos commentaires, visitez la conférence « Feedback/ Commentaires » qui se trouve sous la conférence « DCadets ». b – Le Ltv Stewart est administratrice nationale de CadetNet.

33


Cadence • Numéro 11 • Automne • 2003

Point de vue Les jeunes ont besoin de conseils pour devenir de meilleurs citoyens Les officiers du CIC leur en prodiguent par le Maj Tom Davis es membres du Cadre des instructeurs de cadets (CIC) sont vieux jeu et ont perdu le contact avec la société d’aujourd’hui.

L

Avant de me jeter un soulier à la tête, permettez-moi de m’expliquer. Je dis cela parce que lorsque nous voyons une jeune personne agir de façon qui n’est pas convenable, nous intervenons au lieu de fermer les yeux. Je me demande parfois si j’ai beaucoup d’influence sur les jeunes qui s’enrôlent dans le Mouvement des cadets, mais mes doutes disparaissent lorsque je regarde quelques autres jeunes qui ne s’y sont pas enrôlés. J’étais récemment dans la voie du service au volant du restaurant McDonald. Pendant que je conduisais autour de l’immeuble, quatre adolescents ont traversé la voie devant moi. En marchant, l’un d’eux a jeté des déchets sur la chaussée. Lorsque les jeunes sont arrivés à la hauteur de ma fenêtre, j’ai dit au jeune coupable : « Excuse-moi, tu as échappé quelque chose. » « Non, je n’ai rien échappé », m’a-t-il répondu. « Oui, je t’ai vu », lui ai-je dit. Se sachant pris, il a penché la

34

tête sur le côté, a mis les mains sur ses hanches et m’a dit « Eh bien, vous savez, il y a des gens qui sont payés pour ramasser ça. » À une autre occasion dernièrement, j’étais dans une petite ville et j’ai dû quitter un restaurant pendant un certain temps. Quatre jeunes étaient assis sur le trottoir à l’extérieur du restaurant. L’un d’eux avait une bicyclette qui bloquait partiellement l’entrée du restaurant. J’ai fait le tour de la bicyclette, mais lorsque je suis revenu quelques minutes plus tard, la bicyclette bloquait toujours l’entrée. J’ai demandé qui en était le propriétaire et, lorsqu’un des jeunes a répondu, je lui ai demandé s’il pouvait la déplacer parce qu’elle bloquait l’entrée. Les quatre jeunes m’ont regardé d’un air abasourdi, apparemment parce que j’avais osé leur parler. Cela m’amène à me poser la question « depuis quand les adultes ont-ils peur des jeunes? ».

Comment communiquer avec les adolescents Les adultes deviennent souvent nerveux lorsqu’ils sont en présence d’adolescents qu’ils ne connaissent pas et c’est peut-être à cause de leur apparence — de

Dans la plupart des cas, comme ces cadets de l’Escadron des cadets de l’Air 876, l’uniforme des adolescents reflètent tout simplement les modes courantes et non une attitude négative.

leurs foulards de tête de style bandannas et de leurs vêtements trop amples — et de l’image négative que les médias présentent des jeunes. Dans la plupart des cas cependant, leurs vêtements reflètent tout simplement les modes courantes et non une attitude négative. Lorsque mes cadets portent des vêtements civils, ils sont généralement habillés de la même façon, mais il n’y a aucune raison de se sentir nerveux. Il n’y a aucun doute que les compétences que nous acquérons en tant qu’officiers du CIC dans le domaine du leadership, des techniques d’enseignement et de l’art oratoire nous rendent plus aptes à communiquer avec les adolescents. Nous savons maintenant — et peut-être plus que dans le passé — qu’il faut dialoguer avec les jeunes d’aujourd’hui et non leur parler tout simplement. Il est certain qu’il faut engager la conversation avec les adolescents pour mieux les comprendre et vice versa.

Attentes et conséquences Un autre officier du CIC m’a signalé que si les adultes prêtent la moindre attention au mauvais comportement des jeunes, ceux-ci essaient de justifier leur conduite au lieu de la corriger. Il y a quelque chose qui ne va pas. Même si les adultes sont de plus en plus incapables ou veulent de moins en moins conseiller les jeunes, ceux-ci ont besoin de conseils tout autant que par les années passées. On semble toutefois avoir l’impression dans la société que seul les parents ont le droit de corriger leur enfant. Si c’est le cas, nous sommes vraiment dépassés dans le CIC parce que lorsque les cadets ne se comportent pas comme ils le devraient, nous le leur disons et nous leur faisons part de nos attentes. Les jeunes d’aujourd’hui ne sont pas différents en soi de ceux des années passées, mais la façon


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada dont on les a éduqués — en les laissant libres d’agir à leur gré sans que cela n’entraîne trop de conséquences — a engendré d’importants problèmes sur le plan de l’attitude, tel que l’indiquent les exemples ci-dessus. Avec les changements survenus dans l’éducation des enfants sont venus les changements sur le plan de la discipline. Ainsi, l’organisation des cadets a modifié de façon sensible sa façon de discipliner les cadets. Je me rappelle avoir dû laver des camions de deux tonnes et demie lorsque je suivais le cours de cadet-chef parce que j’avais deus rails au lieu d’un seul pli sur mon pantalon. Même si la discipline de ce genre n’est plus admissible aujourd’hui, j’estime que la discipline est toujours nécessaire pour faire savoir aux jeunes que s’ils ne répondent pas aux attentes, il devront en subir les conséquences.

sur les rapports que nous avons avec les autres dans la société. Dans le Programme des cadets de l’Air, ce que les cadets de niveau 1 lisent en tout premier lieu dans leur manuel d’instruction, ce sont les droits et privilèges qui leur sont garantis, en tant que citoyens du Canada, par la Charte canadienne des droits et libertés. Le Programme de prévention du harcèlement

et de l’abus des cadets renforce aussi les droits qu’ont les cadets. Nous devons toutefois, en tant qu’officiers du CIC, enseigner aux cadets qu’ils ont aussi, en tant que bons citoyens, des responsabilités, dont la moindre n’est pas de respecter les droits de leurs collègues du corps ou de l’escadron. Les cadets conservent toute leur vie la formation qu’ils reçoivent dans le Programme des cadets. Cela leur permet de contribuer à la société de façon positive et significative.

En informant les cadets de nos attentes à l’égard de leur comportement dès le début de leur carrière dans le Mouvement, et en renforçant continuellement ces attentes, je pense que nous en ferons de meilleurs citoyens. J’espère que nous resterons vieux jeu! b – Le Maj Davis est commandant de l’Escadron des cadets de l’Air 876 (Lincoln Alexander) à Malvern (Ont.).

Les rapports avec les autres dans la société Dans le Programme des cadets, nous enseignons de nombreux sujets. Un des principaux objectifs du Programme est toutefois de développer chez les jeunes les qualités de civisme et de leadership. Le civisme repose, à mon avis,

Un groupe de cadets de l’Escadron 876 ‘répondent aux attentes’ en compagnie de l’éponyme de leur escadron, Lincoln Alexander, ancien lieutenant-gouverneur de l’Ontario.

L’autre face Même les adolescents qui sont cadets oublient parfois ce que c’est que d’être un bon citoyen. C’est pourquoi il faut établir des attentes à l’égard du comportement dans l’instruction du corps et de l’escadron — et les renforcer continuellement. n avril dernier, la Direction des cadets a reçu la lettre suivante d’un citoyen inquiet du comportement des cadets.

E

« Je tiens à vous relater un incident, impliquant des cadets de la région de Toronto, qui est survenu vendredi dernier. J’étais à l’épicerie locale. Quatre cadets y faisaient une collecte de fonds. Je suis généralement solidaire des cadets, mais pas cette fois-là. Les quatre cadets étaient réunis à la sortie de l’épicerie Loblaws. Ils étaient tous assis et demandaient des dons aux gens. Un homme âgé s’est présenté. Il n’avait pas de monnaie et un des jeunes l’a accueilli avec un commentaire sarcastique.

Alors que je suivais cet homme en allant vers ma voiture, il m’a dit qu’il avait de la monnaie dans sa voiture, mais a ajouté : « que le diable m’emporte si je donne de l’argent à ces délinquants après ces commentaires. » Si un groupe demande un appui monétaire au public, il doit à mon avis faire plus que de porter un uniforme épatant. L’attitude est tout aussi importante que l’apparence. Les Scouts et les Guides sont toujours souriants, se tiennent debout et sont polis et, par conséquent, obtiennent toujours un don de ma part. Inutile de dire que les cadets n’ont rien eu de moi non plus. » b

35


Cadence • Numéro 11 • Automne • 2003

Défilé suite de la page 9

e Sgt Michael Dilliott, un cadet de l’Escadron des cadets de l’Air 23 (Optimist) à St. Catherines (Ont.), est sans doute le premier cadet canadien à visiter une base de la Luftwaffe, la Force aérienne de l’Allemagne fédérale.

L

Un cadet visite une base de la Luftwaffe

Pendant qu’il était en Allemagne dans le cadre d’un programme d’échange international d’étudiants d’une durée de trois mois, le Sgt Dilliot a demandé aux parents de sa famille d’accueil s’il y avait une possibilité de visiter une base de la Luftwaffe, même si la circulation y est restreinte. Avec de la persistance et de la chance — un collègue de la mère de sa famille d’accueil est secrétaire du ministre de la Défense nationale de l’Allemagne — le Sgt Dilliott a été invité à visiter la base de la Luftwaffe à Rheine. La base abrite le Jagdgeschwader 72 — un escadron de manoeuvres de combat aérien retiré du service actif qui pratique

À

des manoeuvres de combat dans le chasseur polyvalent F4 Phantom avec des escadrons venant de toutes les régions de l’Allemagne.

Le Sgt Dilliott a visité la base, a assisté à des briefings et a visité la tour de contrôle, le centre de planification des missions, la salle de planification, le hangar d’aviation et les hangars-ateliers. Il a visité les cellules de F4 blindées, où les aéronefs étaient retranchés et recouverts d’un blindage et de gazon. Il a aussi surveillé plusieurs missions et a piloté, avec un instructeur, le simulateur du F4 Phantom pendant une demi-heure avant d’atterrir en toute sécurité. « Il n’y a pas de cadets en Allemagne et les Allemands estiment que les cadets, et surtout les cadets de l’Air, sont impressionnants, relate le Sgt Dilliott. Les Allemands à qui j’ai parlé admirent tout particulièrement les cadets canadiens parce qu’ils participent activement à leur développement personnel à un aussi jeune âge ». b

l’horizon

« L’instruction » sera le thème du numéro d’hiver de Cadence. u cours des dernières années, des officiers de partout au pays ont accompli, en collaboration avec l’état-major de la direction des cadets, un travail considérable en vue de régler les problèmes soulevés par le personnel des unités locales et des centres d’instruction d’été des cadets. Durant cette période, les efforts investis visaient la stabilisation et l’amélioration de l’instruction des cadets.

A

Notre prochain numéro présentera les progrès accomplis dans le cadre des programmes d’instruction d’été et locale des cadets de la Marine, de l’Armée et de l’Air. Nous ferons aussi le point sur le programme de gestion des changements touchant la structure des groupes professionnels militaires, et nous apporterons quelques éclaircissements sur ce qui a déjà été fait et sur ce qui s’en vient en ce qui concerne l’instruction du CIC.

36

La date de tombée pour le numéro d’hiver, publié en décembre, est le 15 octobre, et le 4 février pour le numéro jumelé printemps-été, publié en mai. Le thème de ce dernier traitera des officiers du CIC en tant que membres des Forces canadiennes. Pour éviter toute déception, informez la rédaction longtemps à l’avance de vos projets d’articles.

2003 3  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you