Issuu on Google+

www.vcds.dnd.ca/cic

The Leadership

Magazine of the Canadian Cadet Movement

Issue 8 • Winter • 2002

Technology in Cadets Making learning fun for tech-savvy teens

Multicultural model Cadet proposals for a more inclusive cadet program

Where does Army League money go? Enforcing discipline Teaching our cadet leaders alternatives to push-ups


Cadence • Issue 8 • Winter • 2002

07

10 32

26


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

In Every Issue Opening notes .................................................................4

Roll call

Don’t become a borg! By BGen Daniel Pepin

Mail bag.............................................................................5 March past ........................................................................6 News from across the cadet movement

Forum: New ideas, best practices and lessons learned .....................................................30

Cover Stories Technology in the cadet movement ........................10 Technological convergence Making technology work for the whole cadet movement By Maj Guy Peterson

Securing our virtual private network ......................12 A safer network for cadet information By SLt Jennifer Stewart

Technophobia ................................................................15 When people fear technology

Teens and technology..................................................16 Today’s teens more tech-savvy than previous generations By Marsha Scott

Technology boosts data gathering But we aren’t ready to abandon traditional data collection methods yet By Capt Pat Arseneault

Web talk ..........................................................................33 Pictures worth a thousand words By Capt Ian Lambert

Viewpoint ........................................................................38 Enforcing discipline With push-ups forbidden as a disciplinary tool, cadet leaders should be taught the alternatives By Capt Steve Bedford

Becoming better officers............................................40 Continuous self-improvement By Lt(N) Paul Fraser

On the horizon..............................................................42 Quality of life in the cadet movement

Technology — friend or foe?....................................18 Technology may seem like a mixed blessing, but it’s made our work easier By Capt Dallas West

Out of this world..........................................................20 Aerospace program makes learning fun for cadets By Maj Ron Gowing

Getting real!...................................................................23 Virtual reality on the national air traffic control course

The way to go ................................................................24 Global positioning systems lead the way for army cadets

Flight simulation — any squadron can do it ...... 26 Centres of excellence promote flight simulator training in Pacific region By Maj Steve Deschamps

Internet shopping a hit! .............................................28 A technological success story By Capt Chris DeMerchant

All The Rest Where does Army League money go? ....................32 Each province and territory is different, but the bottom line is: army cadets! By Kim McDonald

Multicultural model .....................................................34 Positive initiatives to encourage inclusiveness in the cadet movement By WO1 Julie Gaudreau-Cormier, Sgt Sabrina Krivan, WO2 David Chee-Hing, CPO1 Sonya Purewal, WO Heather Brett and PO1 Cassandra Moen

Tools for life ..................................................................36 Giving cadets an advantage when entering the future job market By Capt Catherine Dubreuil

‘The little squadron that could’ ...............................41 Positive thinking gives heart to a struggling air cadet squadron and northern community By Shannan Wood

On the cover Some cadet corps and squadrons are using technology in innovative ways to make cadet training exciting. Sgt Oana Ardelean, 822 Air Cadet Squadron in Breslau, ON, is one of the lucky cadets taking part in 822’s imaginative aerospace program. A veteran of three ‘aerospace missions’, she was one of the first cadets to graduate from the program. She was also an instructor for the squadron’s first ‘moon mission’ at the Challenger Centre for Space Education in Toronto. (Photo by Maj Ron Gowing) Publication Mail Agreement #40065151

3


Cadence • Issue 8 • Winter • 2002

Opening notes

Don’t become a borg!

The leadership magazine of the Canadian Cadet Movement Issue 8 Winter 2002

Take a human approach to technology

This publication is produced on behalf of the Canadian Cadet Movement by the communication cell in the directorate of cadets at National Defence Headquarters. It is a professional development tool for officers of the Cadet Instructors Cadre (CIC), as well as other leaders in the cadet movement, including civilian instructors, senior cadets, members of the three Cadet Leagues, parents and sponsors. Regular Force and Reserve Force members (other than CIC officers) and others are also encouraged to read Cadence.

By BGen Daniel Pepin

It gives me great pride to rejoin the team of partners devoting themselves heart and soul to the Canadian Cadet Movement so that young people can realize their potential and have a lot of fun doing so. uring my 30 years of service, I have enjoyed working with a number of different cadet corps and summer training centres, including those at Valcartier, Cap-Chat and Mont St- Sacrement in Quebec and Lahr, Germany.

D

I can assure you that no one has to prove to me that the cadet movement is having a positive impact on Canadian society. That said, I am open to any suggestions you may have for improving the movement and ensuring its future. I have been asked to write on the theme of Technology and Cadets so I’ll begin by asking you a rather strange question. My question is aimed especially at young people and older people like myself who are crazy about science fiction. What is the difference between a Borg and a human being? The Borg was absorbed into its technology, while human beings make use of their technology. More seriously, my point is that despite all our technological progress we will always have a need for human contact. The technology explosion over the past decade has helped open up frontiers, boost trade, offer better access to information and improve communications. Technological progress, and computers in particular, have had — and are continuing to

have — an impact on our lives, notably our leisure and recreational activities. Among other things, computers are wonderful tools. They don’t make judgements, their mood never changes and they don’t feel resentment. However, we should not become so entranced by them that we start neglecting or even forgetting our human lives; people must get to know one another, speak to one another, understand one another and respect one another. The most effective way of influencing someone is through words and actions, which is not always possible through technology. For example, when we tell someone that we like him or her, it has a greater impact when the message is conveyed in person than when expressed in an e-mail. This can be explained by the fact that feelings and perceptions profoundly influence our behaviour. Our conduct must be based on the values cherished by our society, the same values fostered by the cadet movement. This explains why human contact is essential and why we must develop our ability to make use of it. Don’t become a Borg — take a human approach to technology. b – BGen Pepin is the new director general reserves and cadets.

It is produced with direction from the CIC Branch Advisory Council. Views expressed in this publication do not necessarily reflect official opinion or policy. Cadence is published four times a year. We welcome submissions of no more than 1,000 words, as well as photos. We reserve the right to edit all submissions for length and style. For further information, please contact: Editor, Cadence, Directorate of Cadets, National Defence Headquarters 101 Colonel By Drive Ottawa, ON, K1A 0K2. Internet e-mail: cadence@forces.gc.ca; or marshascott@cogeco.ca. Phone: 1-800-627-0828 Fax: 613-996-1618

Editorial Staff Co-publishers: Col Jon Ambler, Director of Cadets Capt(N) Jennifer Bennett, Director of Reserves, CIC branch co-advisor Editor: Marsha Scott Translation: Translation Bureau, Public Works and Government Services Canada Art direction: Director General Public Affairs Creative Services CS02-0448

Changing lanes

4

We did a ‘switcheroo’! We changed the theme of this issue to technology instead of quality of life to allow extra time for some QOL initiatives to come to fruition before we feature them in our spring issue.…Editor

CADETS

CANADA


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

Mail bag Helping me do my job find Cadence to be an invaluable publication. I read every issue from cover to cover and I firmly believe that it helps me to do my job better.

I

I read what various authors have to say and I try to incorporate much of what I learn from reading their thoughts into my day-to-day staff work and activity planning. Cadence has broadened my perspective and I thank you for that. I am very proud of this magazine as it represents the ‘voice’ of an organization that has been my home for almost 19 years. I have yet to come across a Canadian Forces publication that measures up to it. Great stuff! Capt Dallas West Area cadet officer (land) Regional Cadet Support Unit (Prairie) Detachment Regina

Defining a “cadet” y corps has just received the Summer 2002 issue of Cadence and, again, congratulations on a job well done. It’s packed with great stuff and I intend on making it a ‘must read’ for group discussions on leadership.

M

However, when reading Lt Ginette Thibodeau’s article (The future of cadet training), I was rather dumbstruck by the definition of cadet adopted by the Cadet Training Parameters Working Group. The adopted definition of cadet commences with “a young person that wants to belong to a group where they will have an opportunity to participate in a package of activities not found in other youth organizations….”. It is stunning in its amorphous generality and ability to be adopted by any “other youth organizations”. I would like to think that someone in the working group would have suggested something more like, “A cadet can be defined as ‘a young person that wants to belong to a group where they will have an opportunity to participate in a package of activities delivered in a military environment based on the model of the Canadian Forces and not found in other youth organizations….’” But if such a suggestion was put out to the working group already, then the conclusion is even more disheartening: the deliberate excision of that unspeakable heritage of ours, the Canadian Forces. Is that aspect of our organizational culture not what actually defines our movement?

Attribution error n the Summer 2002 issue of Cadence, the article entitled “A leadership message for cadets”, submitted by Capt Robert Comeau, was published without proper attribution to the original author, VAdm (ret’d) Gary Garnett.

I

The texts and the ideas in the article were extracted from VAdm Garnett’s speaking notes used, inter alia, during a visit to the Penhold Air Cadet Summer Training Centre on Aug. 8, 2000. We apologize to VAdm Garnett for this lack of acknowledgment and for any embarrassment this mistake may have created.

I have yet to meet anyone — military or civilian, cadet or parent — who would define our cadets without some reference to the military. If our movement is to deny that part of our organizational culture, then it cannot bode well for all of us who seek to retain our connection to the Canadian Forces and gain the respect of our fellow service personnel. Even worse, it belies the army cadet motto Acer Acerpori (As the maple, so the sapling) and betrays the trust of so many of our cadets. Thank you again for the fine work in Cadence. – Capt Steven Bedford 2402 (Governor General’s Horse Guards) Army Cadets Corps Toronto, ON b

Cadence reserves the right to edit for length and clarity. Please restrict your letters to 250 words.

5


Cadence • Issue 8 • Winter • 2002

March past: News from across the cadet movement Another role model? If he was alive today, Sgt Tommy Prince — an outstanding role model for the Canadian Aboriginal community — might have seen role model potential in Sgt Shane Morrissette. The cadet with 553 (Sgt Tommy Prince) Army Cadet Corps in Winnipeg won a silver medal at the 2002 North American Indigenous Games in Winnipeg this summer. Twenty-five teams from Canada, the United States and New Mexico — involving more than 6,000 First Nation Métis, Inuit and native American athletes, coaches, managers and officials— made it the largest gathering of its kind in Canadian history. Shane, who came away with the silver medal in his weight class, was one of three cadets from 553 who took part in the competition. Cadets Waylon Mousseau and Shawn Morrissette did not make the medal rounds.

Four officers and six cadets from the corps took part in opening and closing ceremonies. Throughout the week, the cadets acted as flag bearers at various medal presentations and Don Mackey, chairman of the corps’ sponsoring committee, made presentations at the events.Mr. Mackey recently received the Queen’s Golden Jubilee medal for his volunteer work. Sgt Tommy Prince was a citizen of the Brokenhead First Nation about 80 kilometers north of Winnipeg. During the Second World War he earned the Military Medal for “exceptional bravery” and the Silver Star (United States) for gallantry in action. King George VI awarded the medals to Sgt Prince at Buckingham Palace in London, England in 1945. Prince also received a variety of medals during the Korean Conflict and several civilian honours. During his life, he demonstrated that opportunity and good training could lead to success. Sgt Shane Morrissette Cadet Morrissette is demonstrating the same. b

(Photo by Don Mackey)

New York, New York MCpl Brian Curry is interviewed by media from around the world following the unveiling of the monument he designed.

6

More than 200,000 people a day — passing through the main concourse of a busy bus terminal near Times Square in New York — will be able to view a tribute to the victims of the Sept 11, terrorist attacks thanks to a Canadian working with Prairie Region Cadet Detachment Edmonton. As reported earlier in Cadence, air reservist MCpl Brian Curry conceived of the idea to build a 2.5 metre-high scale

model of the World Trade Center, with brass plaques bearing the names of all 2,987 victims forming the windows of the grey-tinted glass towers. One Canadian and two American flags, hats from the Port Authority’s police, the New York fire department and the New York paramedics complete the display. On Aug. 30, MCpl Curry delivered his tribute to the people of New York before a huge crowd and throngs of media. He unveiled the monument alongside Cedrick Fulton, general manager of the Port Authority

of New York and New Jersey. The Port Authority owns the former site of the World Trade Center. For some, the unveiling was an emotional experience, as they saw, for the first time, the names of their loved ones on an official monument. Many broke down as they located and touched the names of those they had lost. b – Adapted from an article and photos by Lt Dave Meister, Air Force Public Affairs.


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

Ambassadors for Canada’s past “As I walked across Red Beach at Dieppe, one of the soldiers who landed there 60 years ago said it still reeked of dead bodies, gunfire and the smell of adrenaline that kept them going. From then on, I knew this experience would bring an abundance of emotions for everyone, including myself,” says CPO1 Matthew Poitras of British Columbia. he trip through Canada’s past was also emotional for the four cadets who joined him on the memorable pilgrimage to commemorate the 50th anniversary of the Dieppe Raid. Their ‘destination’ was not only Dieppe, France, but also “a better understanding of the role Canadians played during the Second World War.”

T

During the Dieppe raid on Aug. 19, 1942, 907 Canadian lives were lost. At the Canadian War Cemetery in Dieppe, 707 Canadians lie at rest. Along with CPO1 Poitras, WO2 Courtney Johnson from the Yukon, WO Ashley DaSilva from Manitoba,

WO Gabrielle Bernier from Quebec and WO2 Adrienne Hanson from Nova Scotia visited Dieppe as official representatives of the cadet movement. Their escort officer was Capt Hubert Fafard, commanding officer of 2567 (Dunkirk) Army Cadet Corps in Laval, QC. CPO1 Poitras assisted one veteran who had lost his best friend at Dieppe and was looking for his friend’s burial place at a cemetery in Rouen. However, the cadet and veteran could not find the headstone. Later that day, someone from Veterans’ Affairs tracked down the burial location of the friend. “I felt as though my own best friend was found,” says CPO1 Poitras.

WO2 Johnson’s most memorable experience followed a ceremony at a small cemetery where two Canadian airmen are buried. An elderly fellow — with tears in his eyes — shook WO2 Johnson’s hand and thanked her. A female companion explained that the Germans had shot down the fellow’s brother during the war. The brother had been a friend of one of the Canadian airmen. “It finally Before the pilgrimage, CPO1 Matthew hit me exactly how the loss Poitras and WO2 Adrienne Hansen of someone during the placed a wreath at the national war war can affect a family,” memorial in Ottawa. (Veterans Affairs says WO2 Johnson. Canada photo)

WO2 Courtney Johnson with Edmund Reynolds, Dieppe Veterans and Prisoners of War Association. (Veterans Affairs Canada photo)

An important part of the cadets’ journey is their continuing role as ambassadors for Canada’s past and her veteran population. Veterans Affairs Canada has asked the cadets to share their experiences and memories with families, fellow cadets, friends, schoolmates and the community. The cadets kept a personal diary to record events, their thoughts, impressions and emotions during the pilgrimage. They also received pamphlets, fact sheets and other literature, as well as videos about Canada’s participation in the war, to assist them with presentations to schools, service clubs, news media, youth organizations and others. The cadets are also taking part in other commemorative events and projects. “I was able to put into perspective how important it is to remember our history and

to not take our freedom for granted,” says WO DaSilva. Asked why it is so important to remember, WO Bernier responds, “Before I visited the cemeteries, the number of deaths did not seem real to me. Then, when I saw all of those tombs, with the names, I realized what a waste it had all been. We must not make those mistakes again. In honour of them — many of them young people no older than me — we must remember.” An additional 35 cadets and staff made ‘unofficial’ visits to Dieppe. Among them were 3006 Army Cadet Corps in Dieppe, NB, 440 Army Cadet Corps in Oakville, along with some members of 2736 Army Cadet Corps in Toronto. Visit www.vac-acc.gc.ca for further information on the Dieppe pilgrimage. b

7


Cadence • Issue 8 • Winter • 2002

To NASA and beyond 17-year-old air cadet from 52 (City of Calgary) Air Cadet Squadron was one of 35 high school students from 18 different countries to attend NASA’s International Space School in Houston, Texas last summer.

A

“Cadets is a large part of my life and has already aided my goal and dream of becoming an astronaut,” says FSgt Tahir Merali, who was selected by the Aero Space Museum Association of Calgary to represent Canada at NASA’s Johnson Space Center.

Space cadet FSgt Tahir Merali

“Our real mission at the school was to come together from the four corners of the world and create an internationally collaborated manned mission to Mars,” he says.

“I was selected as the robotics engineer, a niche that Canada triumphs over in space, through both Canadarms.” The first of two weeks consisted of lectures from prominent NASA members, including six-time astronaut and two-time moon walker John Young, as well as Max Faget, who has designed every manned American spacecraft built to date. Especially inspiring was the cadet’s personal meeting with Canadian astronaut Julie Payette. There were also presentations on international and space law, health and exercise in space, physiological effects of space flight and the future of robotics in space flight. A significant interest in space is an important requisite for becoming a course candidate. FSgt Merali received some of that interest through Cadets during the national space scholarship course in the summer of 2001 in St-Jean, QC. The training officer of his squadron, which works closely with the Aero Space Museum, provided him with a letter of reference to accompany his application. The cadet views his experience as “life-changing” and says it significantly enhanced his knowledge of the world around him. In Western Canada, the Aero Space Museum is the sponsor of international space school candidates. In Eastern Canada, MD Robotics is the sponsor. Cadets interested in applying for the course should contact the sponsors directly, according to FSgt Merali, and should not forget to include their cadet involvement on their applications. For more detailed information in the application process, visit www.intspaceschoolfnd.org. b

Cadet saves drowning mother CWO Ashley Gulliford, 2754 Army Cadet Corps in Toronto (North York), has received the nation’s highest cadet honour — the Cadet Award for Bravery — for saving her mother from drowning. The 17-year-old performed the heroic feat in 1998 during a family vacation, when her mother was overcome by fatigue while swimming across a pond. Mrs. Gulliford had all but succumbed to a third descent underwater when Ashley swam from shore to assist her. She kept her mother’s head above the surface until her father could join the rescue effort. CWO Gulliford recalls the terror and fear she felt as she watched her mom slip under the water. “I did what seemed logical at the time, but looking back, I would change a lot. My first instinct was to swim under water and push her up, not thinking of the risks of doing so. This was not an act of courage or bravery, just one’s instinctive reaction to such a situation.”

8

CWO Gulliford will retire from her corps where she is regimental sergeant major in the spring to begin university studies. She plans to become a Crown Attorney. She also plans to become a CIC officer. “I’ve always wanted to become an officer so that I could give back to the organization and help others reach their full potential in the system,” she says. b

CWO Ashley Gulliford


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

Cadets mark Queen’s Jubilee When the Queen visited Canada in October for the Queen Elizabeth II Canadian Golden Jubilee tour to commemorate her 50 years as head of state, cadets from across Canada took part in welcoming ceremonies. At right, in a photo by Capt Nathalie Lauzon, air cadets from 795 Air Cadet Squadron in Iqaluit, Nunavut, welcome the Queen and Prince Phillip to Iqaluit Oct 4 on the royal couple’s first stop in Canada. Inset: Cadets from 3006 Army Cadet Corps in Dieppe, NB, greet the Queen in Moncton near the end of her 12-day tour. b

Fair and foul winds test cadets’ sailing skills Challenging winds, rain, sun and a spectrum of wave conditions greeted the 2002 Royal Canadian Sea Cadet national regatta in Kingston, ON, in August. More than 50 cadets from all parts of Canada took part in the event. “The venue tested racers’ light- and heavy-wind sailing skills,” says Tracy Terry, Pacific Region’s sail training program director and coach. “The level of competition between regions was the best we have seen.” Competition was tough each time the boats hit the water and 12 races were completed as scheduled. This year’s regatta also brought the cadets the added challenge of sailing in Pirate dinghies for the first time. The cadets created two fleets — a Kingston-class fleet of normal dinghies and a ‘Halifax’-class fleet of dinghies equipped with trapeze and spinnaker. Both the spinnaker — an extra colourful sail used when heading downwind — and the trapeze, which allowed cadets to hang far over the side of the boat, are designed to help the dinghies pick up speed.

Kingston-class winners were: First: PO1 Matthew Saulneir and QPO1 Dwayne Stuckless (Atlantic Region) Second: CPO2 Kyle Frost and PO1 Chad Grice (Pacific Region) Third: PO2 Andrew Pyza and QPO1 Colin Hoult (Central Region)

Halifax-class winners were: First: PO1 Chris Walter and PO1 Thomas Smith (Pacific Region) Second: PO2 Art Halpenny and CPO2 Mike McNulty (Central Region) Third: CPO2 Jeff Brady and PO1 Brooke Morgan (Pacific Region) The national regatta is co-sponsored each year by the Department of National Defence and the Navy League of Canada. b

9


Cadence • Issue 8 • Winter • 2002

in the Canadian Cadet

(Photo by Capt Michael Montague)

10


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

Movement Technological convergence Making technology work for the whole cadet movement By Maj Guy Peterson echnology takes many forms. At any time of the day, someone, somewhere, is developing a new electronic tool — software or hardware — just because it can be done!

T

The cadet movement is not immune to this. This explains why a corps or squadron near you (or maybe even your own) • has developed “the most fantastic database ever built” to track attendance; • is using bar code technology to manage its materiel supply; • has developed an on-line map and compass game; • has connected its computers into a local area network; or • is using flight simulators, or playing games on-line.

I can go on, but you get the point. The past few years have seen an explosion of technological advances at all levels of the movement, none more impressive than the creation of CadetNet and the Cadet Administration System. Although they suffer occasional growing pains, they keep evolving thanks to input from the field. Our appreciation for these advances grows when we remember that only a few years ago, we were using typewriters to fill out our administrative forms and summer camp applications as well as to communicate with headquarters. Technological growth of this magnitude does not come without a few hiccups. Most relate to our desire to better capture and manage information.

We are putting an unprecedented amount of effort into ensuring you have access to the best possible information when and where you need it. We are trying to carefully modernize a number of existing and often outdated processes and this takes longer than implementing brand new processes.

The need for convergence A key to making technology work better for the cadet movement is convergence. To converge is defined as “Come together as if to meet or join”. Convergent is defined as “Showing a tendency to become similar while evolving

continued on page 12

Cadets’ careers will be documented in the Cadet Administration System, using a single data base. Every level of staff — including detachment staff like Maj Pete Garton, Regina detachment commander, RCSU(Prairie) — will offer input into the same data base so that cadet information is always current. (Photo by Capt Dallas West)

11


Cadence • Issue 8 • Winter • 2002 continued from page 11

Securing

By ensuring that we are all using one single database, we go a long way towards ensuring that our cadets are better served.

to fill a similar niche”; or “Tending to reach only the most rational result”. You have all witnessed the arrival and evolution of regional and national web sites since 1995. Design and content of these web sites has changed. We now have web sites that are complementary, less repetitious and project a more co-ordinated image of what we are as a national organization. This is convergence. Converging our processes not only includes using common electronic tools, but also bet-

ter co-ordinating what is made available to the public and our members. It is better to have one single source of information that says the right thing, than five that offer slightly different and perhaps outdated information. Some exciting projects are currently on the drawing board to make your life easier. E-learning for officers is about to become a reality, reducing the time and costs associated with bringing everyone to central locations. We are also working on developing a training tool that will allow cadets and music instructors to download MP3

It is impossible to know where we will be 10 years from now. However we are committed to improving the quality of your experience by creating modern solutions to your needs. CadetNet already allows units to communicate with each other, their headquarters and summer training centres, thus reducing reply time and mailing costs. We are still exploring ways to enhance your on-line experience.

our virtual private network By SLt Jennifer Stewart

CadetNet Virtual Private Network (VPN) is our official administration network. VPN is a private data network that allows people in different geographical locations to connect and securely exchange information as if they were in the same building.

A

speed of communication between units and headquarters.

A moderator at each regional cadet support unit manages CadetNet at the regional level. The moderator CadetNet makes available to its users fields requests, filters content and e-mail, on-line chat and conferences. helps facilitate changes in a consisThrough conferences, users may tent manner. post information on news, policy A national administrator, whose job is changes, schedules, competition to make changes to the system, manrules, training material and a host ages CadetNet at the national level. of other subjects. Users in the field come up with most Currently, more than 7,000 users are of the ideas for content and network registered on CadetNet, including use. This grass-roots contribution people from cadet units, national and and support makes CadetNet a regional headquarters, detachments, real community. cadet summer training centres and regional cadet instructor schools. CadetNet currently enjoys great popularity with most cadet units All units should have received because it links all of us in a large CadetNet Virtual Private Network cyber-community and increases the Security Orders — the security

Security

12

versions of the music program, recorded by professional musicians — so that your cadets can hear exactly what the music should sound like when they play their instruments.

instructions that apply to CadetNet use. Account users are required to read these orders, as well as fill out and sign the Statement of Compliance form found there. The signed forms should be submitted to the national CadetNet administrator. All accounts without a signed statement of compliance will be de-activated. Please contact your regional moderator for more information. Over the past 18 months, we have been working with the military police to receive accreditation for our network. This accreditation will allow safe transmission of ‘Protected A’ information and the use of programs like the Cadet Administration System. Beginning Oct 15, TimeStep security software was required to access CadetNet.


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

Do we need the Cadet Administration System? This is the question asked most often during the past year.

and storing your cadet information. Detachments, summer training centres, regional cadet support units, directorate of cadets — as well as movements and supply people — also need and store it.

Dozens of databases exist across the movement — all capturing information at different times. Most of it is rarely updated. Technological advancement can Does this matter? Of course create problems if not controlled it does. and focused to serve us. The CAS is the best example of how technological convergence can benefit everyone.

Developing a local database to store information pertaining to your cadets is not a bad idea per se. But the fact is that you are not the only one requiring

However, securing a VPN like CadetNet — with users in all parts of the country accessing the system through the Internet — is difficult and almost impossible to accomplish without a few bumps along the way. To allow us to iron out a few unforeseen implementation problems and software conflicts, the requirement for TimeStep has been temporarily removed. As of Nov. 19, users were able to access CadetNet with, or without, TimeStep. We are currently trying

Here’s one reason why: You are sending a cadet on the cadet international exchange

to better determine the requirement for a protected system. Although the information found on CadetNet is still basic, we will add more and more resources for your professional use. So far, your feedback has been extremely positive and constructive.

program, and information on this cadet is drawn from a summer training centre database from two years ago. Unfortunately, the cadet has moved twice since then. What if his plane tickets are sent to the wrong address? What if his parents are divorced and a letter is mistakenly sent to the parent who is not entitled by law to know where that youth is located? What if his name is retyped four or five times and a typographical error changes the spelling of his name? continued on page 14

To keep contributing your ideas and comments, please visit the DCadets conference. Shortly, we will place a survey there, along with a conference allowing you to submit your feedback and opinions regularly.

Dozens of databases exist across the movement — all capturing information at different times. Most of it is rarely updated. Does this matter? Of course it does.

For further information and help logging on to CadetNet, please contact the CadetNet help desk at 1-800-213-7974 or (902)446-3936. b – SLt Stewart is the national CadetNet administrator.

Remember that Rome was not built in a day. WO Terry Hann, area cadet advisor for RCSU(Prairie) Regina Detachment, is a designated user of the CadetNet Virtual Private Network.(Photo by Capt Dallas West)

13


Cadence • Issue 8 • Winter • 2002 continued from page 13

What if plane access is denied because the name on his passport no longer matches the name on his plane ticket, which was booked using information from the old data base? These examples are not farfetched. They have actually happened in the past two years. Having too many databases replicating the same data pertaining to the same people increases the chances of mistakes being made. One way to solve this problem is to store information in one unique data repository and make modifications only to that repository. That’s why the Cadet Administration System has been created.

Only one database The entire career of a cadet will be documented in CAS — and in CAS only — by a limited number of individuals. The corps will enter and maintain the personal information and local headquarters progress, while summer training centre staff will enter summer training results. Detachment people will select on-line the cadets attending summer training centres after the corps commanding officer has sent the applications on-line. Movements staff will buy plane tickets using the name that you — at the local level — have entered. By ensuring that we are all using one single database, we go a long way towards ensuring that our cadets are better served. The information will be correct and maintained by authorized and competent individuals.

14

‘IT’ questions? Your region is the best place to start!

Technological growth of this magnitude does not come without a few hiccups.

Examples of technological convergence — such as the CAS — will be more frequent in the future, as we want to reduce the requirement to reinvent the wheel. A thousand heads may be better than one, but we don’t want to end up with a thousand versions of the same product. Log-on to CadetNet. You’ll find a conference there about the Cadet Administration System. We welcome your comments and ideas to make it better. Also, watch for a new conference where we’ll seek your opinions on CadetNet and its future.

any of you have sent us e-mails and letters requesting explanations about the future of information technology in Cadets. Many of your questions related to the use of a local area network, a local database, a troubleshooting phone number, the future of CadetNet, or information about the inauguration of the Cadet Administration System (CAS). Your questions deserve to be answered, but it would be extremely difficult to answer them all in Cadence.

M

Why? The cadet organization is a collaboration of national, regional and local levels, each with its own set of responsibilities. The implementation of information technology at the local level rests with each regional cadet support unit and its staff. Each region defines its own procedures: how computers and technology will be implemented at the unit level, when it will be done, who will do it and who will fix it. Each region is also responsible for adequate staffing so that all corps and squadrons receive the support they need as soon as possible, and are kept informed of the latest developments. In other words, one single answer to your questions does not exist, but rather six regional versions. Consult your regional web site, or the regional portion of CadetNet, to find answers to the most common questions. b

Remember: a ‘ship’ of our size takes more time to turn than a sailboat. By ensuring that our efforts meet your needs, our processes will converge toward a more efficient system, benefiting everyone. b – Maj Peterson is the information management co-ordinator with directorate of cadets.

Pacific Region’s IT support staff includes, from left, Maj Steve Deschamps, Sgt Gordon Litschel and Lt(N) Cameron Thornton. Regional staffs are responsible for IT support to corps and squadrons. (Photo by Capt Dallas West)


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

Technophobia Technophobia is fear or an intense dislike for technology. You may not even know you have it. echnophobes’ main source of anxiety is “the change of their environment.”

T

Most technophobic people react with mild anxiety, perhaps a faster heart rate or sweating, and with feelings of self-doubt. A common desire among technophobes is to return to “a simpler life, when people were less reliant on technology, in general, but more often than not, computers specifically.”

They also start to doubt themselves when they are shown the ‘right’ way to do something, which is usually easy for the person demonstrating, but is baffling to the person being shown. If the demonstrator is younger, this adds insult to injury. The thought that they can’t do something can seriously damage ego and self-esteem. They sometimes feel there is something wrong with them.

Many technophobes are worried about technology taking over. They are worried that humans will become as obsolete as technology itself can become and that the more reliant humans are on technology, the more humanity is lost.

Ignorance is the main cause of technophobia. The people who shun technology are generally the people who don’t understand it. Most people who hate technology hate it for the simple fact that it isn’t what they are used to.

Technophobes are constantly afraid that if they hit the wrong button, something terrible will happen, like the computer blowing up.

Usually, technophobia inflicts the older generation — the generation that hasn’t grown up with computer games or even calculators. The best treatment for technophobia is knowledge. Simple computer classes can help, with a group of peers that suffer the same problems and taught by a peer, rather than a young person. b

Symptoms of technophobia

– From an article on technophobia, published on www.evula.com.

• Fear of computers and related technologies • Resistance to automating processes • Unwillingness to change from one system to another, or one software to another • Highly critical of any technology changes or implementations • Passive resistance to new technology initiatives • Unwilling to attend training classes or providing excuses for not attending • Slow to learn new technologies • Relentlessly arguing the lack of need for technologies • Pleading “the old way is the best way!” • Convincing colleagues that “I have made it this far without technology. Why now?” b Source: “Technophobia is Conquerable!” by Uma Gupta, dean, college of technology, University of Houston, Texas.

15


Cadence • Issue 8 • Winter • 2002

Teensand Technology By Marsha Scott

The number one thing (besides spending power) that sets today’s teens apart from any other youth generation is their technological capacity, says teen magazine Verve. This fact can be found in the 2001 “Trendscan Report on Teen Lifestyles”, an annual national survey of Canadian teens between 12 and 19, conducted by Youth Culture – the company that publishes Verve. he article goes on to say that unlike their parents, today’s teens don’t even think twice about technology — it’s not a novelty, it’s a natural way of life.

T

Teens grew up with computers and the Internet as an integral part of their lives. Cell phones, pagers, answering machines, satellite TV and electronic devices are as natural for them as talking on the telephone. Even back in 1997, according to a Gallup Poll of U.S. Teens and Technology, American teenagers were very interested in and reliant on modern technology, both in the conduct of their daily lives and in terms of the subject matter that interested them. The Gallup/CNN/USA Today/National Science Foundation survey also found

16

that most teens thought strong computer skills and an understanding of technology would be essential tools for their future success. The survey noted relatively small differences between girls and boys in terms of their general orientation toward technology. Teenage boys and girls reported equal levels of computer usage, similar levels of use of various electronics, and expressed equal levels of confidence in their computer skills. “It seems that when it comes to technology, girls just want to have fun,” stated an article “Let the Boys be Mechanics: These girls want to Drive” in Computerworld. The girls interviewed saw technology — e-mail, cell phones and beepers, automated teller machines, microwaves and cell phones — simply as a “good tool”.

“The current generation of teens is not intimidated by technology and does not share the same fears as the rest of us concerning Internet. They are very tech savvy…”, concluded yet another study — a 1999 Internet teen research study by Cheskin (a leading full service market research and consulting firm) and Able Minds, Inc.(the founding company of the popular teen community web site www.cyberteens.com). The same study of 2,759 teens between 13 and 19 also found that teens are just as focused on social interaction on line as they are in the real world. Teens view the Internet primarily as a means to keep in touch with their friends and explore. Top teen web sites, including yahoo.com, hotmail.com and cyberteens.com are communication- or community-oriented.

“Today, kids are learning, playing, communicating, working and creating communities in very different ways than their parents,” says Warren Clark in “Kids and teens on the Net” in the Statistics Canada publication Canadian Social Trends. As leaders in the cadet movement, it is imperative that we understand how important technology is in teens’ lives. A recent poll of 1,000 teenagers, conducted by research firm RoperNOP Technology in conjunction with the magazine InformationWeek, found 94 per cent of the teens they surveyed said technology has a positive impact on their lives, while 90 per cent said it has had a positive impact on the world! So let’s review this important information about teens and technology:


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement • Technology is a natural way of life for today’s teens, who have more technological know-how than any previous teen generation. • Boys and girls are equally interested in technology. • Teens see technology as a great tool for learning, social interaction and fun. • Teens see technology as a positive force in their lives and on the world around them. • Teens believe that an understanding of computers and technology is vital to their success. Now let’s review what we’ve learned from cadets in our

own recent surveys and focus groups: • Cadets find classroom work boring. • Cadets want more hands-on training. • Cadets want a more active way of learning, filled with innovative and challenging activities. • In some instances, cadets are concerned about the poor quality of instruction in the cadet movement. Technology may, or may not, be an answer.

learning — that use new technology. They are aware of the potential benefits. Some see technology as increasing access to learning; some see it as improving the quality of learning. What’s most important is to understand that technology is not a magic cure-all. Teens see it as a tool that is fun. If we see it in the same light, technology can have a positive impact on their lives in the cadet movement, as well as outside it. b

Nevertheless, many of our leaders are trying alternative approaches to teaching — and

The technology

draw

If you want to attract the attention of young people, then it better be something good! These days, ‘something good’ is technology. flight simulator from the Shearwater Aviation Museum was a drawing card at the North Preston Daycare Centre Celebrity BBQ this summer. Capt Jermaine Downey, Regional Cadet Support Unit (Atlantic) and MCpl John Davidson, 12 AMS (Avionics) used the simulator as part of a diversity outreach and cadet recruiting initiative.

A

A significant number of youth — some as young as five years old — were attracted by the technology and within three hours, MCpl Davidson put many of them on the flight simulator. Those waiting in line learned about the cadet program from cadets with 117 Army Cadet Corps in North Preston, NS. The cadets set up a display and provided the visitors with stickers, lanyards, pencils and stories about the exciting things they do as army cadets. While their static display and cadet information may not have been the main draw, they took advantage of the captive audience to do some valuable recruiting. b

17


Cadence • Issue 8 • Winter • 2002

Technology —

friend or foe? Story and photo by Capt Dallas West

Technology brings change. And sometimes change is so dramatic that the resulting turmoil overshadows the positive aspects and prevents us from discovering the doors it has opened. orporations and organizations around the world have concluded that if they intend to remain competitive and relevant they must embrace technology to keep pace with our changing times. The cadet movement is no exception.

C

18

The last several years have seen quantum leaps in the introduction of technology into Cadets. Officers everywhere are retiring field message pads and ‘junior general’ kits in favour of palm pilots and laptop computers. Add to this desktop computers, photocopiers, fax machines, cellular phones, satellite phones and global positioning systems and it becomes clear that we are poised to administer and deliver

a cadet program in ways far advanced from those of our recent past.

CadetNet growing pains One advancement stands apart from the rest. CadetNet has forever changed the face of Cadets. Despite everything that CadetNet has to offer, however, we’re having trouble reaching across-the-board acceptance of it. Some find it indispensable, while others find it a nuisance. While it has given us the ability to communicate more efficiently at all levels, it is also teaching us a thing Capt Rhonda Notschaele, area cadet officer (air) with Regional Cadet Support Unit (Prairie) Detachment Regina, embraces new technology, including her lap top computer and palm pilot.

or two about frustration and the virtue of patience. “When CadetNet is working, I really like it,” says 2Lt Dan Dierker, commanding officer of 2293 Army Cadet Corps in Saskatoon, SK, and a doctor of agricultural economics. Accessing CadetNet from the University of Saskatchewan where he works makes things easier. “I find CadetNet to be really convenient,” he says. “I use it at work all the time. Bang…it’s right there and saves me from having to go to the armoury.” But TimeStep — CadetNet’s recently installed security software — has caused some annoyance (see page 12). The software hasn’t always worked for him, causing delays. Still, Lt Dierker appreciates the need for network security and is willing to take the bad with the good. Lt Jeff Sweitzer, commanding officer of 41 Air Cadet Squadron in Regina, SK, believes that technology is as important to the cadet movement as it is to big business because like any


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement corporation, we must keep up with the rest of the world. The computer programmer by trade also believes that electronic communications and on-line operations are here to stay. His unit uses CadetNet to conduct on-line training briefings and greatly reduce the amount of paperwork on file. Though the network has reduced his squadron’s administrative burden, he’s experienced spotty technical support. From his perspective, this has been the main problem with CadetNet, but he believes the provider is simply overwhelmed by the number of support requests. Civilian Instructor Ron Arnold is the squadron’s data entry officer. He says CadetNet has not impacted his area of responsibilities directly with the exception of the national database. The squadron has had its own database in place for a number of years, and the introduction of a national database has forced the

of 2370 Army Cadet Corps squadron to change the way it does business so it’s compatible in Regina (the top army unit in Saskatchewan last year). with everyone else. She adds that technology in This change caused some frusgeneral has helped her staff tration initially. It also brought to deliver the program more into question whether or not efficiently and professionally. what higher headquarters feels is necessary is truly in line with Continuing debate regarding the necessity of CadetNet would what local-level officers feel is be as fruitless as debating the necessary. necessity of the airplane or the “Technology at the unit level automobile. Instead of debating, is quite helpful,” he says, “but our focus should be on our that help comes at a price.” individual acceptance, collective commitment and the organizaIn the beginning, technology takes time and patience to use. tional education required to make this technology work. Buy-in is not really the problem. The real problem is ensuring that our people receive the In speaking with local headquar- training and education required ters and detachment personnel to fully use this technology as it becomes clear that the idea part of their professional of CadetNet, and technology in development. general, is quite popular and we Only through understanding, are, perhaps, moving closer to professional competence and broader acceptance. a willingness to learn will we “CadetNet has completely be able to make full use of the changed the way we communi- power being presented to us. cate with other units and the detachment,” says Capt Vinessa On-line pay submissions, supply orders, CF51s, 790s, tour Sullivan, commanding officer

Tapping technology’s power

A

lthough it is easy to get carried away by on-line advancements, we must never become so dependent on technology that we are unable to deliver the program when technology fails us. Sometimes we have no choice but to complete our annual training plans, lesson plans, tour requests and other administrative tasks by hand. This doesn’t happen often, but when it does, we must ensure that training doesn’t suffer.

requests, exercise approvals, forms, orders and regulations and e-mail help us conduct our daily operations with a speed and convenience unique to our generation. Very soon, the growing pains we are experiencing will be a thing of the past. The next time you sit down at your computer on a parade night remember that you could be sitting down to a typewriter without spell check or a thesaurus or, worse, with a pen and paper. The next time you send an e-mail, remember that you could be licking stamps and waiting weeks for a response. The next time your pay is direct-deposited into your account on time remember that you could be getting paid twice a year by cheque. Technology may seem like a mixed blessing at times, but overall, it’s made our work easier. b – Capt West is the common training officer, Regional Cadet Support Unit (Prairie) Detachment Regina.

When technology fails, soldier on. Get the job done and seek assistance in getting back on line as soon as possible. Never sit out longer than is absolutely necessary because you are out of touch. You have to remain in touch and in the middle of the action if you want your unit to have the same advantages that CadetNet offers to every other unit in the organization. b

19


Cadence • Issue 8 • Winter • 2002

Story and photos by Maj Ron Gowing

For cadets at 822 (Tutor) Squadron located in Breslau, ON, the future starts now. he sophistication of young Canadians in today’s world of cell phones, palm-pilots, global positioning systems, satellite-TV, Internet and truly realistic computer games has created an unparalleled challenge for local headquarters cadet activities.

T

It is the rapid evolution of technology that drives the world’s economy and what we are attempting is to open the eyes and minds of our cadets, putting them in step with their future. We take traditional training and enhance it in such a way that cadets learn, advance and excel while having fun. To meet this challenge we introduced a hands-on aerospace program at 822 Squadron in 1998. Following months of research, planning and study we graduated 45 cadets from our first astronautics program. The course culminated in a low earth orbit mission using the life-size shuttle simulator Endeavor at the Cosmodome space facility in Laval, QC.

20

This program demands and develops discipline, leadership, teamwork and critical

problem solving. Aviation subjects are embedded in the program including theory of flight, navigation, propulsion, aerospace design, construction, facilities and communications. It also exposes the cadets to the sociology involved in working closely with others in a contained environment for extended periods. Canada is recognized around the world for its contribution to space technology with the development of the Canadarm for NASA and the Canadarm II (SSRMS) for the International Space Station. “Robotics was identified as a strategic technology for Canada as it was a self-contained package that Canada could afford. It was recognized as a critical component of infrastructure which gave Canada a particular role and status in building the International Space Station”, according to Savinder Sachdev, director general of space systems, Canadian Space Agency. Today, we take great pride in the contribution one air cadet has made toward Canada’s success in space. We encourage our cadets to follow in the footsteps of Col Chris

Riding high on the Canadarm, Sgt Katie Gowing manoeuvres the arm into position to repair a communications satellite during low earth orbit mission onboard the shuttle simulator Endeavor.

Hadfield as they trace his work in aviation, space, robotics and the International Space Station. At our local headquarters, cadets study the mechanics and then assemble multi-directional robotic arms. They learn to manipulate the arms by remote control similar to the operation onboard the space shuttle. The next stage of development for the cadet is to program a computer, which controls basic functions of the robotic arm. During the last half of the 20th century, space travel became a reality. With the construction of the International Space Station, space shuttle launches have almost become an everyday occurrence. The proliferation of personal computers has made electronics and space exploration as common to the current generation as airplanes, electricity, indoor

plumbing and the telephone did for the past generation. If American astronauts can travel to the moon, why not Canadian air cadets?

A step beyond Taking space age ‘imagineering’ one step further, we introduced the squadron to the Challenger Centre for Space Science Education in Toronto. This put space travel within the grasp of those cadets willing to work, think and to imagine their future like never before. Many of the basic subjects studied by cadets in our local aerospace program are in close parallel with mandatory cadet training. To celebrate the millennium in 2000, 32 cadets participated in the local optional space


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

making learning training in preparation for an upcoming “moon mission”. In co-operation with staff at the Challenger Centre, squadron instructors participated in a ‘teachers’ program. Documentation and study material provided by the Challenger Centre is mission specific; however it comes with additional general aeronautical subjects that compliment cadet training. As space exploration continues, cadets focus on the next logical stepping stone in astronautic endeavours, a journey to Mars. In software trials conducted at our local headquarters, cadets used the off-the-shelf educational software Destination Mars. Although not as sophisticated as current ‘shoot ‘em up’ video games, this program can run on basically any IBM compatible computer with keyboard, sound and mouse. The software contains a desktop space simulator, database and archival library. It lets young cadets hone their skills in eye-hand coordination, problem solving, and computer research. Cadets are confronted with in-flight emergencies, operational tasking and experiments in aeronautics, navigation, mathematics, science, chemistry, geography, geology, medical and human behavior. At the end of each session the computer retains a record of the cadet’s progress and achievements. Making excellent use of the mission control launch facility and space vehicle simulator at the Challenger Centre, cadets fly their final mission to Mars. During the three hour flight the crew must perform the duties of all those employed in the space launch program.

fun!

The navigation team continually calculates trajectory changes. The medical team monitors the health and behaviour of the crew. Scientific teams carry out experiments on board the spacecraft and operate remote controlled robotic arms while ground control teams monitor all systems. In mid-flight a technical team, working in the clean room, assembles and launches space probes while the life support team ensures the availability of clean air and a constant healthy environment. The communication team maintains constant voice communication and data links as the lifeline between earth and space.

Rocketry — it’s a blast! The latest addition to our aerospace program is the study of rocket design and construction. As a support tool, we have selected SpaceCad , a software package, which cadets use to create their own rocket. They design all technical aspects of the rocket from the size of the fins, engine, body diameter, length and recovery mechanism. This information is input as data into a desktop computer where the cadets can then simulate the launch of their rocket. Through computer calculations they can observe the rocket’s flight prediction results in text and graph form. The computer can determine the proper size of engine, thrust characteristics, launch speed achieved, height of travel, rate of acceleration, centre of gravity, centre of power and trajectory. From this information the cadets modify their

Mission director Pauline Kishimoto gives 822 Squadron cadets a pre-launch briefing before their Mars mission onboard the Challenger Centre’s space vehicle simulator.

design prior to building an actual rocket. Under supervision of a qualified instructor they will conduct a live launch. With the addition of three flight simulators using computer-based programs 822 Squadron provides regular flight experience for cadets at all levels. This is an extremely cost-effective method of giving cadets some ‘stick’ time. The program is hands-on learning of airmanship, theory of flight, navigation, radio communications, airport facilities and air traffic control. The cockpit becomes the classroom. Coupled with the flight simulator is our air traffic control simulator. Cadets learn the skills and develop the tenacity required to control multiple arrivals, departures and ground movement of aircraft under very realistic conditions. We use an older but very viable Tower software package that utilizes both visual “out the window” control along with radar plots and

instrument flight rules traffic. Voice communication between the controller and the aircraft has been added to create a very realistic environment. Technology is only a tool. The degree of success in using technology is limited only by the users’ imagination and innovation. Someone once said, “What the mind of man can conceive and perceive the mind of man can achieve.” b – Maj Gowing is the commanding officer of 822 Squadron.

Mission flight director Sgt Alycia McQueen at her work station in mission control.

21


Cadence • Issue 8 • Winter • 2002

Out of r e a c h ? By Maj Ron Gowing

If you’re thinking that our aerospace program is beyond your reach, think again. For any air cadet squadron, “imagineering” — not money — is the key. reslau is a small village of 900 people, within a township of 12,000 people. Our squadron is self-sponsored. We do our share of fund-raising because we don’t have a lot of money and we are not handed things on a silver platter.

B

You can do what we did. Here’s how.

Cadets themselves can design and build a table-top housing that looks like any aircraft’s cockpit instrument panel, hiding an ‘everyday’ computer monitor inside. It costs less than three pizzas and a case of Coke. The software, Microsoft Flight Simulator, is available at Staples or Future Shop for the price of two music CDs. In our case, the cadet detachment commander provided every air cadet squadron in his area with a copy of the software. You can acquire old (not broken) computers for about a dime a dozen. We acquired 10 obsolete Pentium 100s and 233s when a local grocery chain upgraded their computer hardware.

Sgt Corey Kaune controls several aircraft on his radar simulator during air traffic control training. Sgt Kaune and his father assembled the ATC simulator for the squadron’s optional training program.

22

Squadrons within driving distance of Toronto can use the Challenger Centre for Space Science Education at less than $10 per cadet, but it

must be booked through their education department. Squadrons in Metro Toronto can get there for the price of a subway token. The ‘teachers’ program’ is free. The software, Destination Mars, is a made-for-education software, available for about $59 (US). It can be used on any old 486 or better computer with a mouse and an audio board. These computers cost from $20 to $30 at your local flea market. It’s the same story for air traffic control (ATC) software. Tower is an old software package that runs on anything with a capacity for Windows. I’m talking a dozen doughnuts and three cups of Tim Horton’s double-double. The cadet instructor for our ATC program was assisted by his dad in building the console for our ATC monitor. The robotic arms are available in kit form for a little over $100. They come complete with manuals. The OWI Robotics Training curriculum can be purchased for $39. The interface for any Windowsoperated computer is the biggest investment at about $250. Space data and information is available on the Internet or

from the Canadian Space Agency in St-Hubert, QC. Complete rocket kits can be purchased in educational bulk packs for about $7 per kit. We use an authorized and licensed launch field operated by the local rocket club about 15 kilometres away. When 822 Squadron moves in to its new Cadet Youth Development Centre, built and financed completely by volunteers and community donations, aerospace will be only one of the optional programs offered. We hope to offer other squadrons in the area the opportunity to participate in our programs and use our hardware. A little imagination can carry you a long way in satisfying the visual and perceptive needs and wants of young cadets. We are trying to take cadets out of the chalk and blackboard classrooms and create an atmosphere where they think and believe they are involved in something new, something big and something that has practical application in their world. For more information, call me at (519)653-6065 or send an e-mail to co822@hotmail.com. b


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

making learning

fun!

Getting r e a l ! Senior air cadets on the national air traffic control course crash and burn every summer. And it’s not the heavily academic early stage of the course that is the culprit. It’s the final stage at the Nav CANADA Training Institute in Cornwall, ON. very time the cadets make a mistake in the institute’s aerodrome simulator, the cadets witness aircraft crashing and burning before their eyes. Fortunately, it’s just virtual reality.

E

“Cadets will make mistakes,” says course director Maj (ret’d) Barry Cockerline, “and when they do, the consequences are very graphic. This reinforces what they learn, especially about their own abilities to make critical decisions.” Technology is undoubtedly the centrepiece of this prized course’s final week, conducted in the same facility where civilian and military air traffic controllers from all across Canada take their training. Cadets spend time in a sophisticated, computer-driven aviation control tower simulator, giving them the exciting handson experience of managing aerial traffic in a busy airport. Using a large surround 360degree screen, cadets control many kinds of aircraft, as they would at a real airport. Computer graphics generate the actual performance characteristics of various

vehicles and aircraft. Projectors simulate all kinds of weather and visibility conditions, as well as day and nighttime conditions. The computer graphics are so realistic that cadets feel as though they are in a live situation. It’s a ‘pressure-cooker’ environment in communications procedures, multi-tasking and decision-making that pays big dividends in developing personal management and self-confidence in the cadets. They also learn a lot more about what it’s like to work as an air traffic controller in a typical Canadian airport.

But the cadets who take the course each year do receive some practical training on three computerized tabletop trainers at the Cadet Regional Gliding School in Trenton. The networked computers give the students all the data they need to give positive air traffic control instructions — including information on inbound/outbound aircraft, weather and aircraft characteristics. Each cadet participates as an aerodrome controller, tower assistant, airport ground controller and pilot.

The cadets learn to maintain an accurate record of aircraft movements and develop their controller skills, such as proper radio techniques, decisionmaking and stress management. By the time the cadets reach Cornwall they are more than ready for the sophisticated virtual reality experience. And thanks to modern technology, it’s easier for them to decide if they want to pursue a future career in air traffic control. b

Getting ready for Cornwall Technology plays a lesser role in the earlier phases of the six-week course, which includes 17 days of academic classroom work.

Sgt Anastasia Scannell, 718 (Yukon) Air Cadet Squadron in Port Hope, ON, was one of 26 air cadets who took part in the 2002 national air traffic control course. She’s shown here in the virtual control tower in Cornwall. (Photo by Capt John Harris, regional public affairs, Central Region)

23


Cadence • Issue 8 • Winter • 2002

The way to go! “Learning is most effective when it’s fun.” – Peter Kline, The Everyday Genius.

hen 2528 Manitoba Dragoons) Army Cadet Corps in Virden, MB, received its new global positioning system (GPS) a year ago, supply officer Capt Kel Smith set out to make the oldest rural cadet corps in Manitoba the first in Canada to make a geocache. The idea was to learn how to use the electronic navigational aid, but at the same time, have fun learning.

W

“GPS is a great way to help cadets learn navigation. It’s like a little video game and makes learning a lot more fun for them. They also catch on to how it works a lot faster than officers do.” – Capt John Halfyard.

24

Geocaching is an entertaining adventure game for GPS users, and participating in a cache hunt is a good way to learn what the technology has to offer. The basic idea is for individuals/organizations to set up caches and then register where the caches are hidden (‘waypoints’) on the Internet. Geocachers then use the GPS longitudinal and latitudinal co-ordinates to find the caches. Cpls James Hay and Travis Langlois, accompanied by Capt Smith, took their corps’ new GPS out for a spin in the Assiniboine Valley, deep in the forest last January. After a good hike, they hoisted their geocache, containing shoulder flashes, ballcaps, Canadian Forces buttons, cadet information, crafts and other goodies, into a tree. In February, another team of geocachers — who were acting as ‘targets’ for a search exercise conducted by the Civil Air Search and Rescue Association in Brandon — found it. In the past year, funds were made available to each region to purchase global positioning systems for army cadet corps across Canada. Some regions distributed a GPS to each cadet corps; other regions kept the GPS in pooled stores from which corps and summer training centres could draw. Although the technology has existed since the 1980s, it’s relatively new to the cadet training program.

About GPS “GPS is an invaluable technological tool that compliments, but does not replace, the traditional magnetic compass that cadets have been familiar with,” says Capt Michael Montague, staff officer, army cadet training in Borden, ON. “It gives cadets a hands-on opportunity to see technology at work right in their hands.” The satellite-based navigation aid, made up of a network of 24 satellites placed into orbit by the U.S. Department of National Defense, was originally intended for military applications, but became available for civilian use. GPS satellites circle the earth twice a day in a precise orbit, transmitting signal information to earth. GPS receivers take this information and calculate the user’s exact location. The position is displayed on the device’s electronic map. A receiver must be locked on to the signal of at least three satellites to calculate a 2D position (latitude and longitude) and track movement.

Cpls James Hay and Travis Langlois do a GPS reading. (Photo by Capt Kel Smith)


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

making learning With four or more satellites in view, the receiver can also determine altitude. The GPS can work in most weather conditions, anywhere in the world, 24 hours a day. Receivers are accurate to within 15 metres on average.

The value of GPS Capt John Halfyard, commanding officer of 2515 Army Cadet Corps in St. John’s, NF, has been using GPS since 1997 when he was at Cadet Summer Training Centre Argonaut in Gagetown, NB. His corps’ cadet leaders are just beginning to use GPS in the gold star program. “I think GPS is a great way to help cadets learn navigation,” he says. “It’s like a little video game and makes learning a lot more fun for them. They also catch on to how it works a lot faster than officers do.” Capt Halfyard has taught officers how to use GPS devices on the CIC military occupation course at Regional Cadet Instructors School (Atlantic). “Once they saw how it worked, they thought it was a fabulous tool,” he says. Using the GPS, Capt Halfyard has organized regional navigational exercises for cadets. On a route reconnaisance, he records navigational points that the cadets can use to retrace the route, using the hand-held electronic device, a map and a compass. GPS is an invaluable technological tool that compliments, but does not replace, the traditional compass. (Photo by 2Lt Elisabeth Mills, Whitehorse CSTC public affairs)

fun!

A bonus to learning about the GPS is that cadets can use their knowledge on ‘civvie’ street. “GPS information can be stored on a computer and a world of things can be done with that information,” says Capt Halfyard, who studied the GPS as part of his civil engineering and technology course at school. “GPS is used in engineering, environmental work, forestry, construction and telecommunications. It’s commonly used in mapping. At school, Capt Halfyard learned to develop maps using GPS information fed into a geographic information system on the computer. Cadets are now using similar computergenerated maps. “GPS gives cadets a lot more confidence on a navigational exercise because they can’t get lost,” says Capt Halfyard. But the system has limitations, especially on a really cloudy day, when there’s a lot of electricity in the air, in dim forest, or surrounded by rocks that block satellite signals. That’s why its real value is in using it along with a map and compass. On the geocaching adventure in the deeply forested valley, Capt Smith said his group picked up signals from only three satellites. But when he returned at a later date to verify the co-ordinates, the GPS picked up signals from six to eight satellites. Technology takes centre stage in this modern-day version of the well-known fairy tale of Hansel and Gretel, who scattered bread crumbs along the forest path so they would be able to find their way home. “Cadets can find their way using ‘bread crumbs of data’ on the GPS,” says Capt Montague. “They can just look to their hand-held units to show them the way home.” b

GPS satellite facts • The 24 satellites making up the GPS space segment orbit the earth about 12,000 miles (19,200 km) above us. • They are constantly moving, making two complete orbits in less than 24 hours. • They travel at speeds of roughly 7,000 miles an hour (11,200 km/h). • GPS satellites are powered by solar energy. They have back-up batteries on board to keep them running in the event of a solar eclipse, when there’s no solar power. • Small rocket boosters on each satellite keep them flying in the correct path. • The first GPS satellite was launched in 1978. The full constellation was achieved in 1994. • Each satellite is built to last about 10 years. Replacements are constantly being built and launched into orbit. • A GPS satellite weights approximately 2,000 pounds (900 kg) and is about 17 feet (5.2 m) across with the solar panels extended. b

– Source: www.garmin.com/about GPS

For more on geocaching, visit www.geocaching.com. For more on the global positioning system, visit www.aero.org/publications/gpsprimer/index.html.

25


Cadence • Issue 8 • Winter • 2002

Flight simulation — any squadron can do it! Centres of excellence promote flight simulator training in Pacific Region By Maj Steve Deschamps ith the cost of computer hardware less than $2,000 each, simulator instruction to reinforce mandatory air cadet training makes more sense now than it has in the past 20 years since the first flight simulation software was introduced.

W

In 1992, it cost about $10,000 to put one simulator in place at my old North Vancouver squadron. Today the squadron has six simulators, all paid for by a sponsoring committee that knows simulators are well worth the extra fund-raising. Starting as early as 1989, simulators made their way into air cadet squadrons to promote and reinforce learning concepts of classroom training. A year ago, all air cadet squadrons in British Columbia received copies of Microsoft Flight Simulator 2002 Professional Edition. So did squadrons in Quebec and some squadrons in Ontario. In British Columbia, this was the precursor of a strategy to create centres of excellence around the province to encourage flight simulation.

26

Five computerized aircraft simulation centres have been

set up within proximity to a large number of air cadet squadrons: in North Vancouver at 103 (Thunderbird) Squadron, where it all started; in Aldergrove at 746 (Lightning Hawk) Squadron; in Penticton at 259 (Panther) Squadron; at 396 (City of Prince George) Squadron; and in Sydney at 676 (Kittihawk) Squadron. Each centre has two or more flight simulators. Each simulator runs the Microsoft Flight Simulator 2002 software, and the computer is equipped with yoke and rudder pedals to simulate flight controls. In many centres, high-speed Internet or local area networks allow simulator enthusiasts to connect one simulator to another and fly multiple aircraft with multiple pilots in one session. The idea behind centres of excellence in this province is to provide a focal point for other squadrons that are interested in having simulators but who need a place to start. Many parent committees and sponsors have embraced the concept. The enthusiasm in the community is encouraging. In Sydney, a benefactor donated all the hardware and software for a simulator when he heard of

local plans to build a centre. Other squadrons across Canada have had the same experience.

Making simulation more accessible The strategy is for squadrons to gain experience first in the five local centres of excellence. Once trained in flight simulation and how to use the centres, the squadrons would Simulation software has become increasingly then be encoursophisticated. Compare the old to the new here. aged to build their own centres of excellence. Funding would information on hardware and come from the squadrons’ own software, links to rudder and sponsoring committees. pedal vendors’ web sites, information on graphic cards To make simulator training easand more. ier at the local level, Regional Cadet Support Unit (Pacific) Once a squadron is equipped, has developed and posted a it can download and print lesset of training aids and lesson son plans, logbooks, pilot plans to the regional web site operating handbooks and at www.cadets.net/pac/aircad/ technical reference material. casc_e.asp. The web site has From the web site, squadrons


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

making learning can even download and install images of popular Canadian Forces aircraft on their simulators. This makes it easy for practically any squadron, anywhere in Canada to get involved in simulation training. And many have.

The benefits Experience has shown that cadets with simulator experience arriving for flying training at summer camps stand out from those with no simulator training. Simulator experience allows cadets to pick up the jargon, learn proper radio procedures and develop an ‘ear’ for cockpit radio communications, understand and become familiar with dashboard scanning and reading of instruments, and learn airport taxi and aircraft manoeuvring ‘rules of the road’. When they finally begin their flight training in a real aircraft, they are less overwhelmed and far more

fun!

relaxed when critical elements of flying are being taught. Many cadets learning how to fly use the simulators to practise emergency checklists. Emergencies in the air and on the ground require rapid, cool assessment of the situation and instinctual responses to situations to avert tragedies. The simulator is an excellent place to try out checklists and to see and experience, in a safe environment, concepts that would be dangerous to do in a real aircraft. For instance, what happens in severe icing conditions? What symptoms alert a pilot to icing? In a real aircraft, an instructor can only talk to the symptoms and explain theory. With a simulator, you can put the aircraft in cloud, drop the temperature and add moisture and voila! Icing conditions. The aircraft engine chokes and sputters. What do you do? No pilot would ever venture into severe icing conditions in a real plane to find out!

Many prospective pilots undergoing flying training at Regional Cadet Air Operations at CFB Comox during the summer use our simulators there to pre-plan and simulate actual cross-country navigation exercises before they complete their air work.

Simulator software comes with some impressive on-line manuals that supplement and reinforce the material in our standard manuals with graphics, sound and music. Simulator instructors can even ‘talk you through’ complex training lessons.

Simulators today allow for detailed actual rendering of terrain and landmarks. Pilot trainees can complete their simulated flights and check to see if their compass and directional planning is true. Because the simulators can be connected to the Internet, actual weather taken from airport meteorological reports is simulated in the flights. Consequently, the cadets can experience turbulence and unexpected conditions before they actually go flying. Many cadets have reported that this has given them added confidence on their solo crosscountry flights.

Aside from providing the learning benefits, the simulators are easily moved into the local malls where they become instant magnets for recruiting and public relations. Retention of second-year cadets has dramatically improved and squadron numbers have risen steadily in squadrons where simulators were introduced.

Another advantage of flight simulators is for flying scholarship candidates. During the fall and winter months, simulation centres can supplement ground school and allow prospective pilots to see imagery of real cloud formations. Concepts like Variable Omni Range (an aircraft navigation instrument that uses radio waves to guide the aircraft to airport beacons) can be reinforced by trial and error on the simulator without wasting fuel or getting lost. And prospective pilots can try it again and again until they get it right.

Get started now Flight simulator training is within reach of any cadet squadron in Canada. All you need is some space, a little money and the ability to connect to the Internet. Check out the Pacific region web site. It’s all there! Even if you are not a pilot, simulation is made easy with all of our web site information. This is a good example of how a grass roots idea — started by a local squadron — is changing how we train our cadets at the national level. b – Maj Deschamps is the staff officer in charge of information management for RCSU(Pacific) in Victoria. He is also a pilot and has been a flight simulator enthusiast since 1983.

Simulator software makes ‘flying’ realistic for Cpl Athene Benson, shown here with instructor WO2 Tim Eckensviller, 882 Squadron in Breslau, ON. (Photo by Maj Ron Gowing)

27


Cadence • Issue 8 • Winter • 2002

Internet shopping

a hit!

Story by Capt Chris DeMerchant and photos by 2Lt Chris Collins

Internet shopping may be taking a while to catch on with the general public, but in the cadet movement, everyone seems to be doing it. Clothing for cadets — and officers — is now being ordered on line. he on-line ordering of cadet clothing is in fact a resounding success story. Electronic ordering is now the preferred method for 92.5 per cent of all cadet corps and squadrons.

T All officers currently listed in the Canadian Forces database for Regular and Reserve Force personnel can now replace or purchase their nonoperational clothing through the on-line system. 28

What began as a project to save money has blossomed to become the pride of the Department of National Defence materiel management community.

Direct delivery It all began in 1997, with the initiation of a pilot project to allow direct delivery of cadet clothing to 1,120 cadet units across the country. The idea was to eliminate the ‘middleman’ role of supply depots and reduce the storage space requirements at cadet corps/squadrons. The pilot allowed cadet unit commanding officers to place demands for clothing directly with a contractor. By 1999, 89 per cent of commanding officers were satisfied with the new delivery process and, along

with detachment and regional cadet support staff, were requesting continued improvements.

Electronic ordering for cadets In October of that year, an electronic ordering system was introduced and a trial began to coincide with the provision of computers and Internet access to all cadet units. The trial was a huge success. Today, Internet ordering is conducted on-line via the contractor’s web site. The site is accessible using a password specific to the unit, which commanding officers receive annually by mail. Cadet corps and squadrons that have not yet ordered from the Internet automatically receive paper order forms from the contractor. The web site contains all of the tools necessary to interact with the contractor. It’s easy to use, provides an up-to-date accounting of the unit’s clothing budget (what’s been spent and what remains) and also gives the shipping status of orders already placed. Real-time order transmission makes it the fastest way to place and receive orders. The web site also allows cadet corps and squadrons to see the size calculated (based on the cadet’s measurements) before the order is confirmed and sent. Cadet Anthony Apolloni is fitted with a new uniform by the squadron’s supply officer, France Hurley. The on-line ordering of cadet clothing is a resounding success story.


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement This allows corps and squadrons to change sizes before shipping, if necessary.

Direct delivery for officers Due to the success of the cadet pilot, the Department of National Defence initiated the “Clothing On-Line” project in the fall of 2001 to allow on-line ordering and direct delivery of Distinctive Environmental Clothing (DEU) to all Regular Force members and Class C reservists.

What’s next? As successful as the clothing project has been, we can still do business better. With this in mind — and with the help of technological innovations like e-commerce — we will continue to improve service to you. b – Capt DeMerchant is the former directorate of cadets project director for the Cadet Clothing Program. Lt Collins is 51 Squadron’s training officer.

In November, the trial was expanded to include the same for all reservists, including CIC officers. All officers currently listed in the Canadian Forces’ database for Regular and Reserve Force personnel can now replace or purchase their non-operational clothing through the on-line system. Free replacements must be done within current limitations on the amount of clothing you’re allowed to exchange each year. (See sidebar). The trial does not include initial issue, operational clothing or clothing for the Supplementary Reserve and Canadian Rangers. The trial will run until June 28, 2003.

Supply officer France Hurley, 51 Air Cadet Squadron in Ottawa, measures cadet recruit Emily Roque-Lamoreux for a new uniform. Based on a cadet’s measurements, sizes can be calculated before an on-line order is confirmed and sent.

e-commerce makes it e-asy hether you are replacing your nonoperational clothing free of charge, or purchasing operational clothing, here’s the ‘fine print’ regarding your on-line shopping:

W

• You are allowed to replace clothing free of charge within current limitations. You are also allowed to purchase non-operational clothing within your entitlement. • There is no actual exchange of used clothing. You must dispose of your own worn-out clothing. A points system allows you to replace clothing within your point allocation. This will ensure that the system is not abused. There is also a limit to the number of items available annually, based on the scale of issue and the current exchange rate.

• The system will be based on an e-business solution for replacement clothing and an e-commerce solution for purchase of items. You will have two different accounts: a replacement clothing account (points) and a sales account. • Items will be delivered to the address you choose. • For the trial period, you will not be able to exchange non-operational clothing at clothing stores. This is necessary to prevent ‘doubledipping’. There is no restriction, however, on purchasing non-operational clothing or exchanging operational kit at clothing stores. b

29


Cadence • Issue 8 • Winter • 2002

Forum New ideas, best practices and lessons learned

Technology boosts data-gathering … But we aren’t ready to abandon traditional data collection methods yet By Capt Patrick Arseneault “Are your boots comfortable?” “Do you think this summer course is satisfactory?” “How did you like flying in a glider?” n the past two years, the directorate of cadets has asked you questions like these in surveys and studies.

I

And your response rate has been impressive. More than 8,400 of you responded to the Clothing Survey, 2,797 answered the Satisfaction Survey, and 1,384 (96.1 per cent of our target sample) took part in the Cadet Flying Program Study. With data this solid, senior managers have been able to make strategic decisions regarding the cadet program. A variety of means have been used to collect this data — including traditional paper-based surveys, focus groups and electronic surveys. Technology has proved to be an enabling tool because it’s quick and user-friendly. Data-gathering methods have been based on aims to reach a maximum number of participants and achieve high reliability. The choice has also been based on lessons learned from our own experiences and those of others. Here’s what we’ve learned. We are applying it to all future surveys, including the upcoming CIC Omnibus Survey (see sidebar).

30

• Electronic-version surveys do not always work on all computers. We learned this from the CIC Occupation Analysis (1999-2000) and the Satisfaction Survey (2001). Because we are such a large organization, we cannot assume that everyone — at the local level in particular — has identical versions of software at the time a survey is conducted. • Paper surveys on big samples may take more time, cost more money and increase the error ratio. For example, it took a team of five ‘Class A’ members three months to sort and manually enter the 8,400 Clothing Survey responses. Although this was a paper survey, computer software was required to analyze it. • On-line questionnaires are quick and user friendly, but you may not trust electronic media enough to pass on personal information this way. Only several thousand — of a target population of 100,000 Regular and Reserve Force members — chose to answer the on-line version of the Canadian Forces Self-Identification Census (2001). A total of 3,563 CIC officers answered this survey.


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement • The cost of conducting electronic surveys can be greater than the cost of conducting traditional paper-version surveys if optical mark readers and supporting software are required to read them. Optical mark readers (scanners) require high-precision printing to read the questionnaires and high-precision printing costs more. However, other types of scanning technologies are cheaper and more flexible. • Combining traditional methods of datacollection with electronic collection seems to work best for now. This combination allows respondents choice and increases the reach of the sample. It also allows comparisons of

different kinds of qualitative data. During the Cadet Flying Program Study, we distributed a paper questionnaire, with quick and easyto-answer questions, to a sampling of squadrons. We asked more complex questions in focus groups. Combining methods can be more expensive, but, for important issues, it may be worth it to compare and validate findings between the various media used to collect the information. With these lessons in mind, our next survey — the CIC Omnibus Survey — will use both traditional as well as technologically advanced means of data-collection. The choice is yours’! b

CIC Omnibus Survey f you are a CIC officer, the director of cadets and director of reserves want to know what you think of current human resources policies and directives affecting your employment, health, leave, training and so on.

I

They feel officers should have some say in policies and directives that affect them. That’s why another major study — the CIC Omnibus Survey — will soon be under way. January is the projected launch date. The aim of the survey is to assess your level of awareness and opinions on the policies and procedures applicable to you. It will ask for your opinions on human resource policies, alternate dispute resolution and distance learning. The intent is to reach all currently serving CIC officers.

“This combined method should allow us to gather data faster and give participants a choice regarding the data-gathering method they feel most comfortable with,” says Capt Patrick Arseneault, the quality assessment staff officer and research coordinator for the directorate of cadets’ strategic planning section. The questionnaire will also be designed as a handbook. Units will receive paper copies of the survey, allowing those who want to complete the paper version to do so. It will also allow participants preferring to answer the questions electronically to view a hard copy of the questionnaire beforehand.

“We understand that surveys take time to complete and it may be hard for you to take a few minutes during a cadet training night, or in between your job, school and family commitments,” says Capt Data will be collected in the ‘old-fashioned’ way Arseneault. “This is why we are trying to use meth— a standard mail-out of paper surveys. But it will ods that will simplify the process for you. Ultimately, also be collected on-line, using e-mail and CadetNet. the goal is to provide the cadet program’s senior A Help Line will support the survey. leaders with reliable information that will help them help you.” b

31


Cadence • Issue 8 • Winter • 2002

Where does Army League money go? Each province and territory is different, but the bottom line is: army cadets! By Kim McDonald oney is an important, and sometimes sensitive, issue and one that probably raises the most questions and concerns among stakeholders in the cadet movement.

M

must go into programs and services benefiting cadets.

Funding for army cadets comes from two sources — the Department of National Defence (DND) and the Army Cadet League of Canada — and the responsibilities of each are clearly defined in Queen’s Regulations and Orders (Cadets).

In “Making ‘Cents’ of it All” in the fall issue of Cadence, you may have read that the League receives a $250,000 annual grant from DND to carry out its mandate from the Minister of National Defence. This funding directly supports the efforts of the national office in Ottawa, leaving the provincial/ territorial branches to raise funds for themselves.

The Army Cadet League of Canada (and each of its provincial/territorial branches) is a registered charitable organization. Any money donated to, or collected by, the League must in some way be returned to cadets — whether it’s through awards and trophies, newsletters and postage or assistance with transportation and equipment. As a charitable organization, the League can provide charitable donation receipts to those persons wishing to make donations to an individual cadet corps.

32

By law, we are not allowed to make a profit and a percentage of our monies

Due to different fund-raising methods and opportunities across the country, many of the League’s provincial/territorial branches must turn to sponsoring committees and commanding officers to assist in paying liability insurance premiums. A few branches are fortunate enough to be able to cover these expenses on their own. Without liability insurance, cadets cannot take part in weekly parades, training exercises, tag days, etc. The League is responsible for funding all optional training, as well as financing anything not provided by DND, including band equipment, transportation and most importantly accom-

modations. Many corps are unable to afford the everincreasing cost of renting space for parade nights, and it is the League’s responsibility to step in and negotiate new contracts or find alternate venues. Since the financial situation varies from province to province, contacting the provincial/ territorial League in your region is the best way to get answers to your questions regarding finances. Another important, and sometimes overlooked, role the League plays is that of advocate for the army cadet program. The structure of the League is such that there is a strong voice at the national level with direct access to decision-makers. This direct link allows the League to provide input and make recommendations for change within the program. The League is responsible for implementing registration and screening for sponsoring committees and civilian volunteers working with the cadet corps. The League’s Board of Governors has just approved an updated national membership policy that will be implemented across the country this winter.

This policy does not prohibit members of the Cadet Instructors Cadre from joining the League. In addition, the League is implementing a national strategic plan that will be modified provincially/territorially to specifically address regional needs. More information on educating army cadet stakeholders about the plan will be available in the December 2002 issue of O-Group. In the end, the League is here to support army cadets. If you have specific questions regarding a policy in your region, contacting the provincial/ territorial branch of the League is your best course of action. Each region conducts its business a little differently, and for this reason provincial League policies may differ slightly. For a list of contacts in your region, please contact our tollfree number 1-877-276-9223 at the League’s national office. b – Kim McDonald is the League’s national communications officer.


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

Web talk

www.vcds.dnd.ca/cic

Pictures worth a thousand words By Capt Ian Lambert hotos can enhance the appeal of a cadet corps or squadron web site.

Basic Tips

Look out for people or objects moving between you and your point of interest. • Know the ‘rule of thirds’. Place your photo’s point of interest at an intersection of vertical and horizontal lines dividing your picture into thirds. Do not place it at the centre of your photo. • Remember that most of us look at photos from left to right. Because of this, do not place objects in the left margin of your photo. Based on photos we’ve received over the last couple of years, we’ve found that certain errors recur. These tips should help prevent them:

• Use action shots. Avoid the ‘grip and grin’ photo. Take photos of cadets doing things and of dignitaries interacting with cadets. • Keep it simple. Make one event or object in your photo the point of interest. Frame your photo to exclude other points of interest that would make your photo look too ‘busy’. • Try a different perspective such as standing on a chair, placing the camera on the ground, or turning the camera 90 degrees. • Be aware of what is around you. Watch out for objects in the foreground such as garbage or a flagpole.

• Try outdoor shots when possible: the lighting is usually better. If you do not have a camera with flash stay away from photos of cadets parading in poorly lit gymnasiums. • Leave space in front of marching cadets so it appears they are moving across the photo and not off the edge of it. Their eyes should look across the photo. • When taking pictures of people in uniform, the headto-toe shot is not needed — cut below the knees and give the person a little headroom. In most cases, it does not matter if a cadet is wearing his beret or wedge.

P

A good photo will encourage the user to stay on your site long enough and learn about your unit. A poor photo will send a user clicking elsewhere. Photos often offer information that would otherwise be hard to describe with words. They add colour and break up the monotonous flow of text, helping the user read online more easily. Here are a few basic tips to make your site look more professional.

• Move in closer. Most pictures are taken too far away. The general rule is to move two steps closer than what you think is close enough. • Make sure that the cadets smile!!! You want the user of your web site to know Cadets is fun. There is nothing ‘uncadet’ about smiling in uniform. • Forget the ‘Rambo’ photos. That is not the image that we want to project of our cadets.

Cropping Once photos have been transferred from film or a digital camera, crop them to reduce

the width and height and to bring out the point of interest. Also remember to describe the photo when putting it online with ALT=”” within the <IMG> tag and to provide caption information. Save photos in jpg/jpeg format with a resolution of 72 dpi (dots per inch) — the maximum resolution most monitors can display. For more information on taking photos and putting them online, go to www.google.ca and do a search on “photo composition”. – Capt Lambert is the national web site manager at directorate of cadets.

The rule of thirds. A road, a path, a fence, even a string of telephone poles in the first third of the photo can lead to your point of interest.

33


Cadence • Issue 8 • Winter • 2002

Multicultural mode l Positive initiatives to encourage inclusiveness in the cadet movement n September, six cadets from across Canada represented the cadet program at the 2002 Multiculturalism Youth Forum held in Edmonton, AB. The forum permitted 15- to 25-year-olds to offer their unique perspective on the success of multiculturalism in Canada, its strengths and its weaknesses. The forum was part of a larger international conference “Canada: Global Model for a Multicultural State” which looked back over Canada’s 30 years of leadership in multiculturalism.

I

“The discussions around women of visible minorities showed that we still have much to strive for in this country,” noted CWO Sonya Purewal, 18, from 263 (Beacon Hill) Sea Cadet Corps in Victoria. “I saw that youth have a key role to play in setting the example.” After a series of youth workshops and main conference sessions, the six cadets — one from each region — were tasked to identify areas where the cadet program could be more inclusive of the plurality of Canadian society. Their suggestions follow. We have learned that the majority of Canadians have an open mind to multicultural issues; however, we feel we can take more initiatives to make sure multiculturalism is better represented within the cadet program. As an example, the cadet program has taken steps to ensure that cadets of different religions can wear items of religious significance. The problem is not that cadets are being allowed to wear these items (or that they are of a different culture or religion), but rather the reaction of people when they see these items being worn. A video demonstrating different religious dresses of uniform — such as the turban worn by Sgt Rackinder Kombo — could be used to educate cadets on multiculturalism in the cadet program. (Albert Head CSTC photo)

34

We offer these propositions to make the cadet program more open to youth from our minority groups: • Know your cadets, including their religion and culture. Officers should be aware of holidays, festivals and days

of worship that would make a cadet unable to participate in training. • Create a calendar that outlines the religious holidays of the various religions. Individual cadet corps and squadrons should take into account these holidays when planning training. Mandatory training should not be scheduled on religious holidays of cadets within a cadet corps or squadron. • Implement a course or training session at the local level aimed at educating cadets (junior and senior alike) on multiculturalism in the program. The Cadet Harassment and Abuse Prevention program could be used as a basis for this program. Small videos could be made and shown in conjunction with CHAP. A video might demonstrate different religious dresses of uniform

(turban, religious jewellery, hajab, crucifix, Jewish skullcap). Dedicate a section in the handbooks solely to multiculturalism. Knowledge of multiculturalism is essential to develop in youth the attributes of good citizenship and leadership in the community. This will support the training already in the performance objective citizenship Re-emphasize the CHAP policy of zero tolerance on racism and bigotry. In recruiting campaigns, state that cadets will be able to wear their items of religious importance. Many cadets have had this problem at summer training centres and at the unit level. Offer a greater meal selection for cadets in individual meal packs, box lunches and mess halls. There is not enough


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

selection for cadets who are cadets, their needs are vegetarians. Only macaroni being addressed and cheese is available for • Refrain from assuming IMP lunches. that all francophones Select appropriate cadet know English section commanders for weekly phoning. (For example, • Create pages on the nationchoose a senior cadet who al Cadets web site to target is fluent in both Mandarin/ cadets and educate them on Cantonese and English to multiculturalism call Chinese cadets.) • Ensure officers are aware of Re-write and take out the the requirement for cadets reference to any religion in who’ve recently immigrated particular in the naval prayer. to attend weekend language The ending of the prayer classes in certain provinces. could be modified so that (In 778 Air Cadet Squadron, different cadets of various the unit’s commanding offibackgrounds have their cer wrote a letter for cadets own unique verse based on who were involved in Chinese their religion. school (almost 50 cadets) so they could participate in Use non-denominational a Saturday Remembrance names for events (for examDay parade. b ple, holiday banquet instead of Christmas banquet). This – By WO1 Julie Gaudreauis especially applicable for Cormier, 921Air Cadet units that have a large numSquadron in Ancienne-Lorette, ber of non-Christian cadets. QC; Sgt Sabrina Krivan, At summer training centres 825 Air Cadet Squadron in with national courses, have Yellowknife, NT; WO2 David bilingual flights, divisions and Chee-Hing, 778 Air Cadet platoons. Ensure that enough Squadron in Richmond Hill, bilingual staff cadets are hired ON; CPO1 Sonya Purewal, at training centres. Also: 263 Sea Cadet Corps in • Ensure all orders are delivVictoria, BC; WO Heather ered in both languages Brett, 2688 Army Cadet • Ensure that drill and Corps in Bridgewater, NS; ceremony are executed and PO1 Cassandra Moen, in both languages 45 Sea Cadet Corps in Saskatoon, SK. • Ensure that regardless of the number of francophone

‘Do you know your cadets?’ checklist • Are you aware of your cadets’ cultural background, religion and days of worship? • Are you aware of their primary language and that of their parents? • Does your corps/squadron ensure that documents for the parents are written in the language of the parent, or in simple English or French for parents who have only a basic knowledge of these languages? • Are you aware of your cadets’ dietary restrictions?

Cadets (from left) Moen, Krivan, Brett, Chee-Hing, Gaudreau-Cormier and Purewal came up with concrete suggestions to make the cadet movement more inclusive.

The way we were Canadian society during the 1930s and 1940s was not as open to people from different religious and racial groups as it is today, and neither was Cadets. When the Air Cadet League of Canada first chartered 219 B’nai B’rith Air Cadet Squadron of Toronto in 1942, the standard charter prevented all squadrons from accepting cadets who were black or born to parents of non-British birth. As a downtown Toronto squadron in an area populated predominantly by new immigrant families and minority religious and racial groups, 219 had to attract cadets from all backgrounds to succeed. The squadron sponsor, Toronto Lodge of B’nai B’rith, knew this and objected to any restrictions. The Air Cadet League reconsidered and the squadron became one of the first in Canada to admit cadets from immigrant backgrounds and the first to induct a black cadet. Although 70 per cent of its cadets were of the Jewish faith, the squadron retained a non-denominational character. The squadron was officially disbanded in 1949, but an unofficial alumni group remains active today. b – Adapted from an article by Arthur Downs, a former warrant officer, first class, with the squadron and an Ontario Provincial Committee director, and Morley Wolfe, a former corporal with the squadron and a deputy judge.

35


Cadence • Issue 8 • Winter • 2002

Tools

for life

Giving cadets an advantage when entering the future job market By Capt Catherine Dubreuil hat is every employer looking for and every young person striving to develop?

W

(Photo by 2Lt Elisabeth Mills, Whitehorse Cadet Summer Training Centre)

If you answered transferable skills, you are correct.

Youth are making the transition into a rapidly changing labour market that places a high premium on knowledge and skills.

What are transferable skills? If we look to the Concise Oxford Dictionary, transfer means “to move from one place to another”; and skills means “the ability to do something well”. Therefore, transferable skills are abilities that we can use in more than one place. More simply stated, Human Resources Development Canada (HRDC) describes transferable skills on its career planning web site as “skills that you have been developing throughout your life and that you would use in a wide variety of situations.” Why is it important for us to know about them? Youth are making the transition into a rapidly changing labour market that places a high premium on knowledge and skills, according to the HRDC youth employment strategy. The cadet movement recognizes the vital importance of guiding cadets in their development of these transferable skills. The Cadet Training Parameters Framework (arrived at last year and outlining the future of cadet training) states that the movement wants “to create bridges for cadets by helping them develop transferable skills”. This is all part of ensuring a “dynamic” training package. Transferable skills are grouped into varying categories, depending on who’s writing about them.

36

Human Resources Development Canada groups general transferable skills into four main categories — essential skills, management skills, leadership skills and contextual skills.

Essential skills include the abilities to: • read ; • calculate; • write; • operate a computer; • think, analyze and problem solve; • learn independently; • communicate effectively; • co-operate with others; and • work in teams. Management skills refer to abilities to: • organize and plan; • conduct marketing and evaluation; and • manage people, budgets and so on — basic resource management. Leadership skills refer to abilities to: • • • •

motivate others; assist others to achieve their potential; take risks; and formulate and champion a vision.

Contextual skills refer to abilities to: • operate in different settings — different countries or regions; and • operate in a culturally diverse workplace.


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement These cover the main transferable skills. As mentioned, different authors may group these into different categories, but generally we will see headings for communication skills, leadership skills and human relations skills. Amazingly, cadets have the opportunity to develop most, if not all, of these skills within the cadet training programs.

Many transferable skills can be developed in other areas of training as well. Our summer training courses, optional training courses and various activities emphasize the development of teamwork, personal and group motivation, communication, problem-solving, co-operation and various other skills.

Within the new cadet training framework, the major subjects in our training programs have been re-defined with transferable skill development in mind.

Cadets attending summer training courses train, live and work with cadets from other regions of Canada and the world and are introduced to other cultures and races, developing the “contextual” transferable skills that HRDC talks about. And even something as simple as taking part in a cadet dance provides an opportunity to develop interpersonal skills.

One of our goals in the leadership program, for example, is to help senior cadets develop as mentors and leaders in peer-led self-sustaining programs. Leadership courses will be re-designed, not only to educate cadets about leadership in a theoretical sense, but also to help them develop as practical leaders. As mentors, the senior cadets will instruct, provide advice to, guide and monitor the junior cadets. Senior cadets will also be expected to organize, manage and execute various activities — anything from a basketball game to a two-day outing for the corps or squadron. Leadership and management skills can be developed through this process. Contextual skills can be developed effectively within the citizenship package. Under the new definition, citizenship will include learning about and learning how to live and work with cultural and racial diversity within our local, national and international communities. Communications training will include public speaking, plus ‘marketing’. Cadets will pick up many essential skills as they learn to market themselves and build ties within the communities through their participation in programs.

As the training programs are re-designed to come in line with the objectives of the new cadet training framework, we will become even better at developing transferable skills. What does all this mean? Developing transferable skills is essential for the success of our senior cadets. We recognize this and will re-design training programs with a focus on them. Through our dedicated participation in training and activities, we can ensure our cadets develop these skills. According to the HRDC youth employment strategy, these skill requirements are sought after even at entry-level positions. With a strong transferable skills set, cadets will be at an advantage when entering the job market of the future. b – Capt Dubreuil is the educational development staff officer with the cadet training cell at directorate of cadets.

Developing transferable skills is essential for the success of our senior cadets. We recognize this and will re-design training programs with a focus on them.

To find more information on transferable skills, or examine your own transferable skills, visit: • The HRDC career planning web site at www.nextsteps.org/net/career/ • The Government of Canada web site for youth at www.youth.gc.ca/. Click on “Know your interests and skills” and this site will not only help you figure them out but will also help you create your personal skills inventory. • The University of Minnesota Duluth web site www.d.umn.edu/student/loon/car/self/career_transfer_survey.html. This site offers a transferable skills survey.

37


Cadence • Issue 8 • Winter • 2002

Viewpoint Enforcing discipline With push-ups forbidden as a disciplinary tool, cadet leaders should be taught the alternatives in the tool box By Capt Steve Bedford

“Conduct involving the proper exercise of responsibilities or authority related to the provision of advice, the assignment of work, counseling (sic), performance evaluation, discipline, and other supervisory/ leadership functions does not constitute harassment.” – DND/ CF Human Resources web site, Oct 30, 2001 ell a room full of cadet leaders that you think the Cadet Harassment and Abuse Prevention (CHAP) program is great and many cringe. Why the sour looks?

T

It is not the CHAP content: no cadet wants to be abused or harassed. CHAP is simply sound leadership made law, and the cadet movement has done a stellar job of training our members on how to avoid abusing their authority. The problem is that we seldom train our cadet leaders how to use their authority. We give them a job to maintain

38

‘good order and discipline’, and they feel abandoned when their authority is challenged. So they’ve come to the job site not knowing what’s in the toolbox.

The pros and cons of push-ups It was not so long ago that cadet leaders felt they had one disciplinary tool always in reach: the push-up. But the push-up was forbidden as physically abusive. Orders have been issued on this and that is the end of it. Good riddance.

Sentry laps may be a more suitable disciplinary tool. They demand concentration instead of sheer upper body strength.

From my experience (and I confess to giving out my share of push-ups as a cadet leader in the 1980s), the push-up was never an effective disciplinary tool. It needed to be replaced. However, before discussing a replacement, let us consider the three weaknesses (other than just the legal issue) that made the push-up ineffective as a disciplinary tool.

• It stigmatized the push-up as an exercise and physical training in general. See a lone cadet doing push-ups and you wonder what he did wrong, not admire his athleticism. • It wrecked morale. Fifty push-ups, for example, could humiliate a less-than-fit cadet and glorify the athletic miscreant, neither of which are objectives of a leader.


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement • It was inconsistent, often tailored to the physical state of the offender — an invitation to trouble. Raising the number of pushups until the offender wiped that smug look off his face led well-meaning but frustrated cadet leaders into the abusive aspect of push-ups. So we replaced the push-up and avoided these weaknesses. But perhaps we should be asking, “What features did the push-up have going for it?” • Outwardly, it supported our goal of promoting physical fitness; • It was simple. It required no detailed explanations, special equipment or arrangements. Just, “Drop and give me 20!”; • It had minimal impact on the offender’s cadet career: no chits on file, just a bit of correction that even junior cadet leaders could administer; and finally, • It required an immediate physical response to the cadet leader’s ire: “You’ve stepped out of line and now you will do this.”

Our current disciplinary tool Does the current replacement tool have these features? The recent take on policy implies that the replacement is a reasonable explanation accompanying every order. However, “Leading by explanation” is a pretty complex response for a junior cadet leader put on the spot to confront minor infractions. New cadets can rudely push boundaries, or test selected junior cadet leaders. Sometimes disgruntled subordinates do not care what the NCO has to say no matter how reasonable.

Raising the number of push-ups until the offender “wiped that smug look off his face” led well-meaning but frustrated cadet leaders into the abusive aspect of push-ups.

Then there are the cadets who are too insecure to apply themselves and, rather than try to impress anyone with their efforts, they fall back on what gets them through school: being class clowns. Leaders must always have a reason for their orders, but should they have to trot it out first to achieve compliance? Some state that having one more stripe is not sufficient reason to be obeyed. Yet the rank held by cadets is their source of legitimate power and sometimes it is just that simple. It is a bulwark for the cadets’ confidence and everyone prefers to be commanded by someone who appears to be confidently in command of his or her self.

Other alternatives? Perhaps a more suitable disciplinary tool could be sentry laps.

It is more than a moving ‘time out’ executed on the immediate order of the leader. It requires relatively simple marching of a designated ‘beat’ with outward turns, but it demands concentration instead of sheer upper body strength. Furthermore, moving at 60 paces per minute in a suitable open space, sentry laps are far less likely to be abused. Similar replacements could be considered. Clearly, however, replacing disciplinary tools must not be left to individual initiative.

The proper exercise of authority We have done an excellent job with CHAP. Now we should proceed to a new phase: how to exercise authority properly. A useful complement to the CHAP program would be a video-based program where

members view cadet leaders correcting cadets in varying circumstances with increasing assertiveness and then pick the point when the cadet leader has crossed the line into harassment or poor leadership. The ensuing discussions would prove worthwhile. Not taking action will be perceived as not supporting our subordinates. When we fail to support our cadet leaders, that is when they are prone to taking matters in their own hands. Sometimes, out of frustration from the abundance of responsibility and the dearth of authority, they may choose very bad tools for enforcing discipline. If we do not provide guidance, “Full Metal Jacket” might. b – Capt Bedford is the deputy commanding officer of 2402 (Governor General’s Horse Guards) Army Cadet Corps in Toronto.

39


Cadence • Issue 8 • Winter • 2002

Becoming better

officers Continuous self-improvement By Lt(N) Paul Fraser n each issue of Cadence, a page is dedicated to “becoming better officers”.

I

What does “becoming better officers” really mean to officers who are taking time from their own busy schedules to be leaders at local cadet units? Does it mean completing courses required for promotion or specialty courses required for supporting the mandatory program? Or is it a personal

“ Tell me and I will forget; show me and I will remember; involve me and I will understand.” – Association of Experiential Learning adaptation of a quote by Confucius.

40

goal to improve both as officers and Canadian citizens? In past issues of Cadence, we have discussed professional development as it relates to educational opportunities available through Royal Military College. The directorate of cadets has also taken on the responsibility of providing officers at the local headquarters with tools for personal improvement.

Capt Dave Nielsen spends time with Cadet Noreen Pettypiece at Whitehorse CSTC. To help leaders expand their understanding of youth, the re-designed national CIC web site will carry information on a number of subjects, including youth development. (Photo by 2Lt Elisabeth Mills, Whitehorse CSTC public affairs)

One way of accomplishing this is through the national CIC web site, which has been redesigned to inform you of resources available to you that pertain to training of youth, as well as personal development. Some of the subject areas that you can explore through the “training” section of the web site are:

The cadet program is a ‘youthcentred’ program within a changing society that encourages the continuous self-improvement of its leaders. An understanding, by the adult leadership, of youth development and effective educational ideologies creates an environment where senior cadets are better able to develop transferable skills.

• • • •

With this in mind you are encouraged to visit the national CIC web site (www.vcds.forces.ca/cic) to explore the many opportunities to expand your understanding of the youth that you lead each week. b

experiential learning; brain-based learning; leadership and ethics; personal change management; and • youth development There will be a brief synopsis on each subject with links to web sites and/or suggested reading for more detailed information.

– Lt(N) Fraser is the staff officer responsible for CIC national programs at directorate of cadets.

Four myths of learning: • School is the best place to learn. • Intelligence is fixed. • Teaching produces learning. • We all learn the same way. – Jeannette Vos. Principles explored in the Learning Revolution International Workshops


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

‘The little squadron

that could’ could Positive thinking gives heart to a struggling air cadet squadron and northern community It has been said that leadership is motivation and motivation is leadership and that the two elements are inseparable. To be motivated oneself and have the ability to motivate others can lead to triumph in the face of all odds. We hope this story inspires other corps/squadrons and leaders who face seemingly insurmountable odds. By Shannan Wood 12 Ptarmigan Air Cadet Squadron in Faro, Yukon is like “The Little Engine that Could”, a child’s tale, but one of the greatest stories of motivation and positive thinking ever told. Like the little engine, it just keeps saying “I think I can, I think I can” and manages to climb some seemingly impossible mountains.

2

Our struggling squadron — which currently boasts a membership of about 35 per cent of the eligible youth in this tiny community — refuses to give up. Faro is located about 425 kilometres northeast of Whitehorse. In 1997, its main industry — a lead and zinc mine — closed down and with no work available, the town’s population dwindled from 1,500 to about 300 people. Squadron numbers and support also dwindled. Leading Air Cadet Amber Allison, 212 Squadron, builds a shelter during a field exercise in Yellowknife. (Photo by 2Lt Elisabeth Mills)

A year later, our squadron sponsor — the Legion — closed down.

Although we had some funding, we didn’t have enough funds to heat the Legion building. With outside temperatures of from 20 to 40 degrees below zero and even colder inside, the building became unusable during winter months. But we moved the paperwork and equipment to my home and continued through our training year with no major problems. Our drill team took the trophy for the Yukon and even travelled to Cambridge Bay, Nunavut, for regional competition. When the squadron began its 2000 training year, volunteers with past squadron experience augmented the single civilian instructor to help with stores, outfitting, ordering and inventory. Once again, our cadets won the Yukon drill trophy and prepared for regional competition. The few businesses left in Faro struggled right alongside the cadet squadron. Some closed, while others supported the squadron as much as they could. Small donations and

bottle-drive fundraisers pulled the squadron through another training year. In the summer of 2001, a local business, Faro Real Estate, donated a newer building for squadron use, providing classroom, office and space for stores at no cost. With our cadet membership holding at about 26 per cent of those eligible, we were also happy to welcome three additional civilian instructors. With funds running out, we wrote letters to local businesses asking for help to heat our building. The donations were small, but added to other small donations from Youth Investment and Crime Prevention, we were able to finish our training year and begin again in September. Once again this year, we hosted the local Remembrance Day ceremony, ordering wreaths, selling poppies and arranging for speakers. The community was grateful to us

41


Cadence • Issue 8 • Winter • 2002 the entertainment. Local businesses and craftspeople donated door prizes. Out of 350 people in the village, 200 attended the dinner! Because this fund-raiser is so successful not only in raising funds, but also in bringing the community together, a spaghetti dinner is on our agenda again this year. Each year, we lose cadets as their parents find employment elsewhere. But the cadets who stay recruit others from a dwindling pool. We have struggled and continue to struggle to provide the best and safest training and learning environment for our teens. WO2 Laura Wood lays a wreath at the 2001 Remembrance Day ceremony to remember victims of the Sept 11 terrorist attacks. (JaGS Creative Works photo by Jan Sokowypnace)

for providing the Remembrance Day service. Last year, our senior cadet also laid a wreath to honour the victims of the terrorist attacks of last September 11.

up after them. They’ve held bottle drives, shovelled trails to the local Arboretum and Faro Falls and raffled off cords of firewood.

With the community struggling financially, we’ve had to be innovative with our fund-raising. The cadets have set up for community parties and cleaned

Our most successful fund-raiser was last year’s community spaghetti dinner. Cadets sold tickets, set up and served the meal. Local musicians donated

On the

Like the little engine that could, we think we can, we think we can…we can keep going and continue to give heart to the teens of this northern community. b – Civilian instructor Shannan Wood is the commanding officer of 212 Faro Air Cadet Squadron. She recently received the Queen’s Golden Jubilee medal for her ongoing dedication to the cadet program.

t isn’t easy to have a cadet squadron in Faro. The town has gone through quite a few changes and throughout all that, Shannan Wood and the volunteers have just persevered. I would say more than anything they’re a gutsy group — the volunteers and the kids.

“I

I see the pride when they’re out there…. It’s not just a cadet night — they are the youth that represent this community. Last year they were honoured individually by the town council for their commitment to the community.” – Michelle Vainio, Faro town councillor for two years

horizon

T

he theme of our next issue is “quality of life in the cadet movement” — an important issue for our readers.

Force pension issue, or as seemingly simple as commuting assistance. Quality of life discussion will not be restricted to officers.

We invite you to submit articles for the spring issue. They may discuss anything from pay and allowances, benefits, and the medical care you receive if injured while fulfilling your duties within the cadet movement to honours and awards, or any other quality of life issue. The subject may be as complex as the Reserve

When writing for Cadence, remember that it is the official leadership magazine of the Canadian Cadet Movement — a professional development tool for our leaders and trainers. Your articles should inform, educate, promote professional development and be based on fact.

42

Copy deadlines are Jan. 31, 2003 for the spring issue and April 25 for the summer issue. The theme of the summer issue will be “life-long learning”. To avoid disappointment, notify the editor well in advance regarding planned submissions


www.vcds.dnd.ca/cic

La revue du

leadership du Mouvement des cadets du Canada

Numéro 8 • Hiver • 2002

La technologie et les cadets Faire de l’apprentissage un jeu technique pour les ados avisés

Modèle multiculturel Propositions des cadets pour faciliter l’accueil dans le Mouvement

Où va l’argent de la Ligue des cadets de l’Armée? Application de la discipline Enseigner à nos cadets-chefs des solutions de rechange


Cadence • Numéro 8 • Hiver • 2002

07

10 32

26


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Dans tous les numéros

Présentation des articles

Mot d’ouverture..............................................................4 Évitons de devenir in Borg par le Bgén Daniel Pepin

La boîte aux lettres.........................................................5 Défilé..................................................................................6 Nouvelles glanées à travers le Mouvement des cadets

Forum : Idées novatrices, pratiques exemplaires et leçons retenues ................................30

Articles-vedette La technologie dans le Mouvement des cadets......10 Convergence technologique Utilisation de la technologie par l’ensemble du Mouvement des cadets par le Maj Guy Peterson

Protection de notre réseau privé virtuel ...............12 Garantir la protection des renseignements sur les cadets dans notre réseau par l’Ens 1 Jennifer Stewart

Technophobie ................................................................15 Quand la technologie fait peur aux gens

Les ados et la technologie..........................................16 Des adolescents plus avisés en matière de technologie que les générations qui les ont précédés par Marsha Scott

La technologie, amie ou ennemie? ..........................18 La technologie peut parfois sembler comme un cadeau empoisonné mais dans l’ensemble, elle nous facilite la tâche par le Capt Dallas West

Visions d’autres mondes ............................................20 Le programme aérospatial fait de l’apprentissage une partie de plaisir pour les cadets par le Maj Ron Gowing

Et si c’était vrai!............................................................23 La réalité virtuelle dans le cadre du cours national de contrôle de la circulation aérienne

La voie de l’avenir ........................................................24 La technologie portative indique aux cadets la voie à suivre

Simulation de vol – à la portée de tout escadron! ....26 La promotion de l’entraînement sur simulateur de vol dans la Région du Pacifique par le Maj Steve Deschamps

Le magasinage sur Internet – la solution gagnante! ...28 Une expérience technologique réussie par le Capt Chris DeMerchant

La technologie stimule la collecte de données Mais nous ne sommes pas prêts à mettre de côté les méthodes traditionnelles par le Capt Pat Arseneault

Parlons Web ...................................................................33 Des images valent mille mots par le Capt Ian Lambert

Point de vue ...................................................................38 Application de la discipline Vu l’interdiction des tractions comme outil disciplinaire, on devrait offrir des solutions de rechange par le Capt Steve Bedford

Devenir de meilleurs officiers ...................................40 L’autoperfectionnement continu Par le Ltv Paul Fraser

À l’horizon......................................................................42 La qualité de vie dans le Mouvement des cadets

Autres articles Où va l’argent de la Ligue des cadets de l’Armée? ....32 Cela dépend de la province ou du territoire, mais essentiellement aux cadets de l'armée! par Kim McDonald

Modèle multiculturel ...................................................34 Initiatives positives pour favoriser l’accueil dans le Mouvement des cadets Par l’Adj 1 Julie Gaudreau-Cormier, le Sgt Sabrina Krivan, l’Adj 2 David Chee-Hing, le Pm 1 Sonya Purewal, l’Adj Heather Brett et le M 1 Cassandra Moen

Des outils à vie..............................................................36 L’instruction des cadets, un avantage certain lorsque vient le moment d’intégrer le marché du travail par le Capt Catherine Dubreuil

« Le vaillant petit escadron ».....................................41 La pensée positive anime un escadron et une collectivité nordique tenaces par Shannan Wood

Sur la page couverture : Certains corps et escadrons de cadets se servent de la technologie de façon novatrice pour rendre l’entraînement des cadets attrayant. Le Sgt Oana Ardelean de l’Escadron des cadets de l’Air 822 à Breslau (Ont.) fait partie des cadets chanceux qui sont inscrits à l’audacieux programme aérospatial du 822. Comptant déjà trois « missions dans l’espace » à son actif, ce cadet fait partie des premiers diplômés du programme. Elle a aussi été instructrice pour la première « mission sur la Lune » de l’Escadron au Challenger Centre for Space Education à Toronto. (Photo par le Maj Ron Gowing)

Poste Publication no. de convention 40065151

3


Cadence • Numéro 8 • Hiver • 2002

Mot d’ouverture

Évitons de devenir un Borg ! La technologie doit demeurer un outil. par le Bgén Daniel Pepin

Je suis fier de joindre à nouveau l’équipe des partenaires qui travaillent et se dévouent sans retenue auprès du Mouvement des cadets du Canada afin que vous puissiez vous émanciper tout en vous amusant. u cours de mes 30 années de service, j’ai eu le plaisir d’être associé à divers Corps de cadets et Camps d’été, à Valcartier, à Cap-Chat, au Mont St- Sacrement et à Lahr, en Allemagne.

A

Je peux vous assurer qu’on n’a pas à me convaincre de l’impact positif qu’exerce le Mouvement des cadets du Canada sur la société canadienne. Ceci dit, je demeure toutefois toutes oreilles à vos suggestions pour l’améliorer et, ainsi, en assurer la perpétuation. On m’a demandé de vous écrire sur le thème de la technologie chez les cadets et pour le faire, je débuterai en vous posant une drôle de question. Pour les jeunes et également pour les moins jeunes comme moi qui sont des fervents de science-fiction, quelle est la différence entre un Borg et un humain? Eh bien! Le Borg a été assimilé par la technologie tandis que l’humain se sert de la technologie. Plus sérieusement, le point que je veux faire auprès de vous, c’est que peu importe le progrès technologique, il y aura toujours un besoin de contact humain. L’explosion technologique de la dernière décennie a contribué entre autres choses à ouvrir les frontières, à faciliter le commerce, à augmenter l’accès à l’information et à faciliter les communications. Les progrès technologiques et les ordinateurs en particulier, ont eu et continuent d’avoir un impact sur votre vie, vos loisirs et vos jeux récréatifs.

La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada Numéro 8 Hiver 2002 La présente publication est produite pour le compte du Mouvement des cadets du Canada par l’Équipe des communications de la Direction des cadets au Quartier général de la Défense nationale. C’est un instrument de perfectionnement professionnel destiné aux officiers du Cadre des instructeurs de cadets (CIC) et à d’autres leaders du mouvement des cadets, y compris les instructeurs civils, les cadets supérieurs, les membres des trois ligues de cadets, les parents et les répondants locaux. Les membres de la Force régulière et de la Force de réserve (autres que les officiers du CIC) sont aussi invités à lire Cadence. La revue est produite sous la direction du Conseil consultatif de la branche du CIC.

Les ordinateurs, entre autres, sont des outils merveilleux. Ils ne jugent pas, leur humeur est stable et dénuée d’animosité.

Les points de vue exprimés dans la présente publication ne reflètent pas nécessairement les opinions et la politique officielles.

Toutefois, cet outil ne doit pas nous accaparer au point de négliger ou d’oublier qu’entre humains, il est nécessaire d’apprendre à se connaître, à dialoguer, à se comprendre et à se respecter.

Cadence est publiée quatre fois par année. Vous êtes invités à nous faire parvenir des articles de 1000 mots au plus et des photos. Nous nous réservons le droit d’abréger tous les articles reçus et d’en adapter le style.

Le meilleur moyen d’influencer quelqu’un est par nos paroles et nos actions, ce qui n’est pas toujours possible par le biais de la technologie. Par exemple, lorsque vous dites à une personne que vous l’aimez bien, l’effet de lui dire en personne est plus grand que de le lui écrire par courriel. Cela peut s’expliquer par le fait que notre comportement est grandement influencé par nos sentiments et nos perceptions. Notre comportement doit être basé sur les valeurs chéries par notre société, et ce sont ces mêmes valeurs que prône le Mouvement des cadets du Canada. C’est pourquoi le contact humain est essentiel et qu’il faut que vous développiez les habiletés pour vous en servir. Servons-nous de la technologie d’une façon humaine et évitons d’agir en Borg. b – Le Bgén Pepin est le nouveau directeur général – Réserves et Cadets

Pour plus amples informations : Rédactrice en chef de Cadence Direction des cadets Quartier général de la Défense nationale 101, promenade Colonel-By Ottawa (Ontario) K1A 0K2. Adresse électronique : cadence@forces.gc.ca; ou marshascott@cogeco.ca. Téléphone : 1-800-627-0828 Télécopieur : 613-996-1618

Rédaction Coéditeurs : Le col Jon Ambler, directeur des Cadets Le capv Jennifer Bennett, directrice de la Réserve, coconseillère de la Branche du CIC Rédactrice en chef : Marsha Scott Traduction : Bureau de la traduction, Travaux publics et Services gouvernementaux Canada Direction artistique : Services créatifs de la direction générale des affaires publiques CS02-0448

Changement de voie

4

Nous avons fait « volte-face »! Nous consacrons ce numéro à la technologie plutôt qu’à la qualité de vie, afin d’accorder le temps nécessaire à la réalisation de certaines initiatives de QV dont nous parlerons dans notre numéro du printemps….La rédaction

CADETS

CANADA


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

La boîte aux lettres Votre magazine m’aide à faire mon travail

Définir un « cadet »

our moi Cadence est un magazine de très grande valeur. Je lis chaque numéro de la première page à la dernière et je crois que cela m’aide à mieux faire mon travail.

on corps de cadets vient de recevoir l’édition Été 2002 de Cadence, et félicitations encore une fois pour un travail bien fait. Le magazine est rempli d’articles intéressants et j’ai l’intention de demander à nos membres de lire le magazine en vue de discussions en groupe sur le leadership.

P

Je lis les propos de tous les auteurs et j’essaie d’intégrer dans mon travail d’état-major quotidien et dans la planification des activités ce que j’ai retenu de leurs opinions. Cadence a élargi mon optique et je vous en suis reconnaissant. Je suis très fier de ce magazine car il constitue la « tribune » d’une organisation pour laquelle j’ai travaillé pendant presque 19 ans. J’attends toujours une publication des FC qui pourra égaler la vôtre! – Capt Dallas West Officier des cadets du secteur (Armée) Unité régionale de soutien des cadets (Prairies) Détachement de Regina

Erreur concernant la source ans le numéro de Cadence de l’Été 2002, l’article intitulé « Un message sur le leadership à l’intention des cadets », soumis par le Capt Robert Comeau, a été publié sans qu’on mentionne le nom de l’auteur de l’article, le Vam Gary Garnett (retraité).

D

Les textes et idées de l’article étaient extraits des notes d’une allocution prononcée par le Vam Garnett, notamment au cours d’une visite au Centre d’instruction d’été des cadets de l’Air de Penhold, le 8 août 2000. Nous nous excusons auprès du Vam Garnett pour ce manque de précision et pour tout embarras que cette erreur a pu causer.

M

Toutefois, lorsque j’ai lu l’article du Lt Ginette Thibodeau L’avenir de l’instruction des cadets, j’ai été étonné de la définition d’un cadet adoptée par le Groupe de travail sur l’encadrement des paramètres d’instruction des cadets. La définition d’un cadet adoptée débute par « une jeune personne qui désire appartenir à un groupe où elle aura la possibilité de participer à une foule d’activités qu’on ne trouve pas dans d’autres organisations… ». La généralité amorphe de cette définition est étonnante; n’importe quel « autre groupe jeunesse » pourrait l’adopter. J’aurais aimé qu’un membre du groupe de travail propose quelque chose comme : « On peut définir un cadet comme ‘une jeune personne qui désire appartenir à un groupe où elle aura la possibilité de participer à une foule d’activités dans un environnement militaire basé sur le modèle des Forces canadiennes qu’on ne trouve pas dans les autres groupes jeunesse…’ » Mais si une telle suggestion a déjà été soumise au groupe de travail, la conclusion est d’autant plus démoralisante : la suppression délibérée de cet héritage indicible qui est le nôtre, les Forces canadiennes. Cet aspect de notre culture organisationnelle n’est-il pas ce qui définit vraiment notre mouvement? Je n’ai jusqu’à maintenant rencontré personne – militaire ou civil, cadet ou parent – qui définirait nos cadets sans faire référence d’une façon ou d’une autre aux FC. Si notre mouvement doit renier cet aspect de notre culture organisationnelle, cela ne présage rien de bon pour tous ceux d’entre nous qui désirent conserver leur allégeance aux FC et gagner le respect de leurs collègues militaires. Et pis encore, cela porte ombrage à la devise des cadets de l’Armée, Acer Acerpori (Tant vaut la sève, tant vaut l’érable) et mine la confiance d’un grand nombre de nos cadets. Merci encore de votre bon travail.

Cadence se réserve le droit d’abréger et de clarifier les articles. Veuillez vous limiter à 250 mots.

– Capt Steven Bedford Corps des cadets de l’Armée 2402 (The Governor General’s Horse Guards) Toronto (Ont.) b

5


Cadence • Numéro 8 • Hiver • 2002

Défilé Nouvelles glanées à travers le Mouvement des cadets Un autre modèle? S’il vivait encore, le Sgt Tommy Prince – le modèle par excellence pour la communauté autochtone canadienne – verrait peut-être chez le Sgt Shane Morrissette un autre modèle possible. Le cadet du Corps de cadets de l’Armée (Sgt Tommy Prince) 553 de Winnipeg a remporté une médaille d’argent lors des Jeux autochtones de l’Amérique du Nord 2002, qui ont eu lieu l’été dernier à Winnipeg. Cette compétition réunissant 25 équipes venues du Canada, des États-Unis et du Nouveau-Mexique, y compris plus de 6000 athlètes, entraîneurs, dirigeants et officiels Métis, Inuits, autochtones et représentants des Premières Nations des Amériques, était le plus grand rassemblement du genre dans l’histoire canadienne. Shane, qui est reparti avec la médaille d’argent dans sa catégorie de poids, était l’un des trois cadets du Corps 553 ayant pris part à la compétition. Les cadets Waylon Mousseau et Shawn Morrissette n’ont pas obtenu de médailles.

Quatre officiers et six cadets du Corps ont participé aux cérémonies d’ouverture et de clôture. Pendant toute la semaine, les cadets ont servi de porte-drapeaux lors de diverses remises de médailles et Don Mackey, président du comité de parrainage du Corps, a effectué des présentations. Le Sgt Tommy Prince faisait partie de la Bande indienne de Brokenhead, établie à environ 80 km au nord de Winnipeg. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, il a mérité la Médaille militaire pour son « courage exceptionnel » et la Silver Star (États-Unis) pour sa bravoure au combat. Le roi George VI lui a décerné ces médailles au Palais de Buckingham, à Londres, en 1945. Le Sgt Prince a aussi reçu diverses médailles pendant la guerre de Corée et plusieurs distinctions civiles. Au cours de sa vie, il a prouvé que l’occasion offerte et un bon entraînement pouvaient mener à la réussite. Le Cadet Morrissette en fait aussi la preuve. b

Le Sgt Shane Morrissette (Photo par Don Mackey)

New York, New York Le Cplc Brian Curry est interviewé par des journalistes du monde entier après le dévoilement du monument qu’il a conçu.

6

Plus de 200 000 personnes qui traversent chaque jour le hall principal d’une gare d’autobus achalandée près de Times Square, à New York, pourront voir un hommage aux victimes des attentats terroristes du 11 septembre 2001, grâce à un Canadien qui collabore avec le Détachement des cadets de la Région des Prairies à Edmonton. Comme nous l’avons déjà mentionné dans Cadence, le Cplc Brian Curry, un réserviste de la Force aérienne, a eu l’idée d’ériger

une maquette de 2,5 mètres du World Trade Center, comportant des plaques de laiton sur lesquelles figurent tous les noms des 2987 victimes, et qui servent de fenêtres aux tours de verre gris. Un drapeau canadien et deux drapeaux américains, des couvre-chefs de la police de l’autorité portuaire, du service des incendies de New York et du personnel paramédical de New York complètent l’exposition. Le Cplc Curry a présenté son hommage à la population newyorkaise le 30 août, devant une foule immense et une multitude de journalistes. Il a dévoilé le monument aux côtés de Cedrick

Fulton, le directeur général des autorités portuaires de New York et du New Jersey. L’autorité portuaire est propriétaire de l’ancien terrain du World Trade Center. Pour certains, le dévoilement était une expérience à forte charge émotive, car ils voyaient pour la première fois les noms de leurs chers disparus sur un monument officiel. Beaucoup se sont effondrés en repérant et en touchant les noms de ceux qu’ils ont perdus. b – D’après un article et des photos du Lt Dave Meister, Affaires publiques de la Force aérienne.


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Ambassadeurs du passé canadien « Pendant

que je traversais la plage Rouge de Dieppe, l’un des soldats qui a débarqué là il y a 60 ans a dit qu’on y sentait encore des relents de cadavres et de canonnade et l’odeur d’adrénaline qui les maintenait en action. J’ai alors compris que cette expérience serait une source abondante d’émotions pour tous les participants, moi y compris », raconte le Pm 1 Matthew Poitras de la Colombie-Britannique. e voyage dans le passé du Canada était aussi riche en émotions pour les quatre cadets qui l’ont accompagné lors du pèlerinage commémorant le 50e anniversaire du raid de Dieppe. Ce voyage n’avait pas pour seule « destination » Dieppe, en France, mais visait aussi à « mieux comprendre le rôle des Canadiens pendant la Deuxième Guerre mondiale ».

L

Pendant le raid de Dieppe, le 19 août 1942, 907 Canadiens ont perdu la vie, et 707 d’entre eux reposent au Cimetière de guerre canadien de Dieppe. En compagnie du Pm 1 Poitras, l’Adj 2 Courtney Johnson du Yukon, l’Adj Ashley DaSilva du Manitoba, l’Adj Gabrielle Bernier

du Québec et l’Adj 2 Adrienne Hanson de la Nouvelle-Écosse se sont rendus à Dieppe à titre de représentants officiels du Mouvement des cadets. Le Capt Hubert Fafard, commandant du Corps des cadets de l’Armée 2567 (Dunkerquee) à Laval (Qc) leur a servi d’officier accompagnateur. Le Pm 1 Poitras a aidé un ancien combattant ayant perdu son meilleur ami à Dieppe à chercher son lieu de sépulture au cimetière de Rouen. Le cadet et l’ancien combattant n’ont pas réussi à trouver la pierre tombale. Plus tard ce jour-là, un fonctionnaire d’Anciens combattants a déniché le lieu de sépulture de l’ami. « J’avais l’impression qu’on avait retrouvé mon meilleur ami », s’exclame le Pm 1 Poitras.

L’Adj 2 Johnson a vécu son expérience la plus mémorable après une cérémonie dans un petit cimetière où deux aviateurs canadiens sont inhumés. Un homme âgé, les larmes aux yeux, lui a serré la main et l’a remerciée. Une compagne a expliqué à l’Adj 2 Johnson que les Allemands avaient abattu le frère du vieillard pendant la guerre. Ce frère était ami avec un des aviateurs canadiens. « J’ai compris exactement ce que peut Avant le pèlerinage, le Pm 1 Matthew ressentir une famille qui Poitras et l’Adj 2 Adrienne Hansen perd un de ses membres déposent une couronne au Monument pendant la guerre », affirme commémoratif de guerre du Canada, l’Adj 2 Johnson.

à Ottawa. (Photo par Anciens combattants Canada)

L’Adj 2 Courtney Johnson en compagnie d’Edmund Reynolds de l’Association canadienne des anciens combattants et prisonniers de guerre de Dieppe. (Photo Anciens combattants Canada)

Le rôle des cadets à titre d’ambassadeurs du passé du Canada et de ses anciens combattants constitue un aspect important de leur voyage. Anciens combattants Canada a demandé aux cadets de partager leurs expériences et leurs souvenirs avec leurs familles, leurs compagnons cadets, leurs amis, leurs compagnons de classe et leur collectivité. Les cadets ont tenu un journal personnel pour y consigner les activités, leurs réflexions, leurs impressions et leurs émotions pendant le pèlerinage. Ils ont aussi reçu des brochures, des fiches de renseignements et d’autres documents, ainsi que des vidéos sur la participation du Canada à la guerre, pour être mieux en mesure de présenter des exposés aux écoles, aux sociétés philanthropiques, aux médias d’information, aux groupes jeunesse et à d’autres intéressés. Les cadets participent aussi à d’autres activités et projets commémoratifs. « J’ai pu comprendre à quel point il est important de nous souvenir

de notre histoire et de ne pas tenir notre liberté pour acquise », affirme l’Adj DaSilva. Interrogée sur l’importance de se souvenir, l’Adj Bernier précise : « Avant de visiter les cimetières, le nombre de décès me semblait irréel, mais en voyant tous ces tombeaux et tous ces noms, j’ai compris la perte que cela représente. Nous ne devons plus commettre ces erreurs. En leur honneur – beaucoup d’entre eux n’étaient pas plus vieux que moi – nous devons nous souvenir. » Un autre groupe de 35 cadets et instructeurs ont effectué des visites « officieuses » à Dieppe. On comptait parmi eux le Corps de cadets de l’Armée 3006 de Dieppe ( N.-B.), le Corps de cadets de l’Armée 440 d’Oakville et quelques membres du Corps de cadets de l’Armée 2736 de Toronto. Pour plus amples renseignements sur le pèlerinage à Dieppe, visitez www.vac-acc.gc.ca. b

7


Cadence • Numéro 8 • Hiver • 2002

Vers la NASA et au-delà n cadet de 17 ans de l’Escadron des cadets de l’air 52 (ville de Calgary) figurait parmi les 35 élèves du secondaire venus de 18 pays, à participer aux activités de l’International Space School de la NASA, à Houston au Texas, l’été dernier.

U

« Les cadets représentent une part importante de ma vie et m’ont déjà aidé à réaliser mon objectif et mon rêve de devenir astronaute », mentionne le Sgt s Tahir Merali, choisi par l’Aero Space Museum Association of Calgary pour représenter le Canada au Johnson Space Center de la NASA.

Cadet de l’espace : le Sgt s Tahir Merali.

« Notre véritable mission, à l’école, consistait à rassembler des gens des quatre coins du monde et à créer une mission avec équipage pour Mars dans le cadre d’une collaboration internationale, ajoute le Sgt s Merali. On m’a choisi à titre

d’ingénieur en robotique, un créneau où le Canada excelle dans l’espace, grâce aux deux bras canadiens. » La première des deux semaines d’activités était consacrée à des exposés de membres éminents de la NASA, incluant John Young, un astronaute qui a réalisé six missions et marché sur la lune à deux reprises, et Max Faget, qui a conçu chaque engin spatial habité construit jusqu’à maintenant aux États-Unis. La rencontre personnelle du cadet avec l’astronaute canadienne Julie Payette a été une source d’inspiration particulière. Il y a eu des exposés sur le droit international et spatial, la santé et l’exercice dans l’espace, les effets physiologiques du vol spatial et l’avenir de la robotique dans les vols spatiaux. On doit manifester un grand intérêt envers l’espace pour devenir candidat au cours. Le Sgt s Merali s’y est intéressé dans le cadre du cours national donnant droit à une bourse pour études de l’espace, dispensé aux cadets à l’été 2001 à Saint-Jean (Qc). L’officier d’instruction de cet escadron, qui collabore étroitement avec l’Aero Space Museum, lui a remis une lettre de référence à joindre à sa demande d’inscription. Le cadet juge cette expérience « marquante » et précise qu’elle a considérablement augmenté sa connaissance du monde qui l’entoure. Dans l’Ouest canadien, l’Aero Space Museum parraine des candidats pour l’International Space School. MD Robotics exerce ce rôle de parrain dans l’Est du Canada. Selon le Sgt s Merali, les cadets intéressés à s’inscrire au cours doivent s’adresser directement au parrain, et mentionner dans leur demande qu’ils sont cadets. Pour plus amples renseignements sur le mode d’inscription, visitez www.intspaceschoolfnd.org. b

Un cadet sauve sa mère de la noyade L’Adjuc Ashley Gulliford du Corps de cadets de l’Armée 2754 de Toronto (North York) s’est vu attribuer la distinction la plus prestigieuse qui puisse être décernée à un cadet, soit la Médaille de bravoure pour cadets, pour avoir sauvé sa mère de la noyade. La jeune fille de dix-sept ans a posé son geste héroïque en 1998, pendant un séjour de vacances en famille. Mme Gulliford s’est sentie épuisée alors qu’elle traversait un étang à la nage. Elle allait s’enfoncer dans l’eau pour la troisième fois lorsqu’Ashley s’est lancée à la nage depuis la rive pour la secourir, et lui a maintenu la tête hors de l’eau jusqu’à ce que son père puisse arriver pour lui prêter main-forte. L’Adjuc Gulliford se souvient de sa terreur et de sa crainte en voyant sa mère s’enfoncer dans l’eau. « J’ai fait alors ce qui m’a paru logique, mais en y repensant, je m’y prendrais tout autrement. J’ai eu pour premier réflexe de nager sous l’eau et de la soulever, sans penser aux risques. Ce n’était pas un geste de courage ou de bravoure, mais une simple réaction instinctive dans ce genre de situation. »

8

L’Adjuc Gulliford, actuellement sergent-major régimentaire de son Corps de cadets, prendra sa retraite au printemps pour commencer ses études universitaires. Elle prévoit devenir procureur de la Couronne. Elle veut aussi devenir officier du CIC. « J’ai toujours voulu devenir officier de manière à pouvoir donner en retour à l’organisation, et aider d’autres personnes à développer tout leur potentiel à l’intérieur du système », affirme-t-elle. b

L’Adjuc Ashley Gulliford


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Les cadets soulignent le Jubilée de la Reine Lorsque Sa Majesté la reine Élisabeth II est venue au Canada en octobre, à l’occasion de sa visite du Jubilée d’or commémorant ses 50 ans en qualité de chef d’État, des cadets de partout au Canada ont participé aux cérémonies d’accueil. À l’extrême droite, des cadets de l’air de l’Escadron des cadets de l’air 795 d’Iqaluit (Nunavut) accueillent la Reine et le Prince Phillip à Iqaluit, le 4 octobre, première escale du couple royal au Canada (Photo par le Capt Nathalie Lauzon). À droite, des cadets du Corps de cadets de l’Armée 3006 de Dieppe (N.-B.) accueillent la Reine à Moncton vers la fin de son périple de 12 jours. b

Des vents mettent à l’épreuve les techniques de voile des cadets Des vents difficiles, de la pluie, du soleil et toute une gamme de conditions de navigation ont régné pendant les régates nationales 2002 des cadets de la Marine, qui ont eu lieu en août à Kingston (Ont.). Plus de 50 cadets de partout au Canada ont participé à l’événement. « Ce rendez-vous a permis d’éprouver les techniques de voile par vents légers et violents des participants », précise Tracy Terry, directrice et entraîneure du programme de navigation à voile de la Région du Pacifique. « Nous avons constaté le niveau de compétition le plus élevé jamais vu entre les régions. » La compétition était vive chaque fois que les voiliers touchaient l’eau et nous avons terminé 12 courses comme prévu. Les régates de cette année ont aussi permis aux cadets de naviguer pour la première fois à bord de dériveurs Pirate. Les cadets ont créé deux flottes : une flotte de dériveurs normaux de classe Kingston et une flotte de dériveurs Halifax équipés de trapèzes et de spinnakers. Le spinnaker – une voile supplémentaire aux couleurs vives, qui sert à naviguer par vent arrière – et le trapèze, qui permet aux cadets de se pencher beaucoup au-dessus du bord, sont conçus pour aider les dériveurs à faire de la vitesse.

Les gagnants dans la classe Kingston sont : Premiers : le M 1 Matthew Saulneir et le Pm 1 Dwayne Stuckless (Région de l’Atlantique) Deuxièmes : le Pm 2 Kyle Frost et le M 1 Chad Grice (Région du Pacifique) Troisièmes : le Pm 2 Andrew Pyza et le Pm 1 Colin Hoult (Région du Centre)

Les gagnants dans la classe Halifax sont : Premiers : le M 1 Chris Walter et le M 1 Thomas Smith (Région du Pacifique) Deuxièmes : le M 2 Art Halpenny et le Pm 2 Mike McNulty (Région du Centre) Troisièmes : le Pm 2 Jeff Brady et le M 1 Brooke Morgan (Région du Pacifique) Les régates nationales sont parrainées chaque année dans le cadre d’un partenariat entre le ministère de la Défense et la Ligue navale du Canada. b

9


Cadence • Numéro 8 • Hiver • 2002

La dans le Mouvement des

Photo par le Capt Michael Montague

10


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

cadets

Convergence technologique Utilisation de la technologie par l’ensemble du Mouvement des cadets par le Maj Guy Peterson a technologie se présente sous différents aspects. À tout moment, quelqu’un, quelque part dans le monde développe un nouvel outil électronique (logiciel ou matériel).

L

Le Mouvement des cadets n’est pas à l’abri de ces changements. Ainsi, il se peut qu’un corps ou un escadron près de l’endroit où vous vous trouvez (ou peut-être même le vôtre) : • ait conçu « la base de données la plus incroyable jamais constituée » pour le suivi de la participation; • se serve de la technologie des codes à barres pour la gestion de son équipement; • ait réalisé un jeu de carte et de boussole; • ait relié ses ordinateurs à un réseau local; • utilise des simulateurs de vol ou joue à des jeux en ligne. Ce ne sont pas les exemples qui manquent.

Au cours des dernières années, nous avons été témoins d’une foule de progrès technologiques à tous les niveaux du Mouvement, dont les plus impressionnants ont trait à la création de CadetNet et du Système d’administration des cadets (SAC). Même s’ils connaissent des « problèmes de développement », ils continuent à évoluer grâce aux commentaires des gens sur le terrain.

d’une information de la meilleure qualité possible, au moment et à l’endroit où vous en avez besoin. Nous visons à moderniser avec minutie différents processus existants et souvent désuets : ces tâches demandent plus de temps que la mise en œuvre de processus entièrement nouveaux.

Pour apprécier ces progrès à leur juste titre, rappelons qu’il y a quelques années nous nous servions de machines à écrire pour remplir les formulaires administratifs, pour produire les demandes de camp d’été et pour communiquer avec le quartier général.

La convergence est cruciale pour garantir un bon fonctionnement des éléments technologiques pour le Mouvement.

Des progrès technologiques de cette ampleur ne surviennent pas sans quelques accrocs. La plupart ont trait à notre volonté de saisir et de gérer l’information d’une meilleure façon. Nous déployons des efforts sans précédent pour nous assurer que vous disposez

Vers la convergence

Converger signifie « se diriger vers un point commun ». Par « convergent », nous entendons « qui tend à devenir semblable tout en évoluant pour combler un créneau similaire » ou « qui ne tend qu’à atteindre le résultat le plus rationnel ». Vous avez tous été témoins de la mise en place et de l’évolution des suite à la page 12

La carrière des cadets sera documentée dans le Système d’administration des cadets dans une seule base de données. Chaque échelon de l’état-major – y compris celui du commandant du détachement Regina de l’URSC (Prairies), le Maj Pete Garton – contribuera aux entrées d’information de l’unique base de données afin que l’information sur les cadets soit toujours à jour. (Photo par Capt Dallas West)

11


Cadence • Numéro 8 • Hiver • 2002 suite de la page 11

Protection

En nous assurant que nous utilisons tous une seule base de données, nous contribuons à offrir un meilleur service aux cadets.

12

sites Web régionaux et nationaux depuis 1995. La structure et le contenu de ces sites ont certes changé. Nous disposons maintenant de sites Web complémentaires et moins répétitifs qui présentent une image davantage coordonnée de notre organisme, à titre national. C’est ce que nous appelons la convergence. La convergence de nos processus comprend non seulement l’emploi d’outils électroniques communs, mais une meilleure coordination des éléments mis à la disposition du public et de nos membres. Il vaut mieux présenter une seule source d’information dont le contenu est juste que cinq

éléments qui proposent des renseignements qui ne sont que quelque peu différents et peut-être même désuets.

pourront entendre la musique telle qu’elle doit être jouée à leurs instruments.

Certains projets intéressants qui visent à nous faciliter la tâche sont en cours d’élaboration. L’apprentissage électronique sera offert sous peu aux officiers : ainsi, on pourra réduire les coûts et les délais qui prévalent lorsque des participants doivent se déplacer au même endroit pour suivre un cours. Nous tentons en outre de créer un outil de formation à l’aide duquel les cadets et les instructeurs de musique vont pouvoir télécharger des versions MP3 de programmes musicaux enregistrés par des musiciens professionnels. Ainsi, les cadets

Nous ne pouvons pas prévoir ce que nous réserve l’avenir. Nous sommes toutefois résolus d’améliorer la qualité de notre vie en mettant au point des solutions modernes qui répondent à nos besoins. CadetNet permet déjà aux unités de communiquer les unes avec les autres, de même qu’avec leur QG et avec les centres d’instruction d’été, ce qui réduit le délai de réponse et les frais de poste. Nous recherchons toujours des moyens d’améliorer l’utilisation des moyens de communication en direct.

de notre réseau privé virtuel par l’Ens 1 Jennifer Stewart

Le réseau privé virtuel (RPV) CadetNet constitue notre réseau d’administration officiel. n RVP est un réseau privé de données permettant aux gens de différents emplacements géographiques de se connecter et d’échanger de l’information, comme s’ils étaient situés dans le même édifice.

U

CadetNet met à la disposition de ses utilisateurs des services de courriels, de discussion en ligne et de conférences. Par le biais des conférences, les utilisateurs peuvent afficher de l’information sur les nouvelles, les politiques, les changements, les calendriers, les règlements de compétition, le matériel d’instruction et de nombreux autres sujets. Il y a actuellement 7000 utilisateurs autorisés sur CadetNet, dont des unités de cadets, des QG national et régionaux, des détachements, des centres d’instruction d’été, des écoles régionales d’instructeur de cadets. CadetNet est très populaire auprès de la plupart des unités de cadets

puisqu’il nous relie en une grande privé virtuel CadetNet : il s’agit des cyber-collectivité et qu’il accroît les com- instructions de sécurité portant sur munications entre les unités et les QG. l’utilisation de CadetNet. Les utilisateurs de compte doivent lire ces ordres ainsi Un modérateur dans chacune des unités que remplir et signer la déclaration de régionales de soutien des cadets assure conformité qui y figure. Les formulaires la gestion de CadetNet à l’échelon signés doivent être transmis à l’admirégional. Il répond aux demandes, nistrateur national de CadetNet. filtre le contenu et aide à faciliter les Tous les comptes pour lesquels une changements de manière constante. déclaration de conformité n’aura pas été Un administrateur national, dont la produite seront désactivés. Pour plus tâche consiste à exécuter les change- amples renseignements, communiquez ments au système, gère CadetNet à avec votre modérateur régional. l’échelon national. Au cours des 18 derniers mois, nous Les utilisateurs sur le terrain proposent avons collaboré avec la police militaire la plupart des idées quant au contenu afin de faire accréditer notre réseau. et à l’utilisation du réseau. Cette Cette accréditation permettra la contribution et ce soutien à l’échelon transmission sûre d’information local font de CadetNet une vraie « protégée A » et l’utilisation de collectivité. programmes comme le Système d’administration des cadets.

Sécurité Toutes les unités doivent avoir reçu les consignes de sécurité du réseau

Depuis le 15 octobre, on doit disposer du logiciel de sécurité TimeStep pour accéder à CadetNet.


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Avons-nous besoin du SAC? C’est la question qui a été la plus souvent posée l’année dernière. Le Système d’administration des cadets constitue le meilleur exemple des avantages que nous pouvons tous retirer de la convergence technologique. Les progrès technologiques peuvent entraîner des problèmes s’ils ne sont pas maîtrisés et ciblés en fonction de nos besoins. Le développement d’une base de données locale pour le stockage de l’information se rapportant aux cadets n’est pas une mauvaise idée en elle-même. Toutefois, vous n’êtes pas la seule personne qui exige et qui stocke des renseignements

Toutefois, assurer la sécurité d’un RPV comme CadetNet – avec des utilisateurs de partout au pays qui accèdent au réseau par Internet – est une tâche difficile et quasi impossible à réaliser sans qu’il y ait quelques accrocs en cours de route. Afin d’aplanir les quelques accrocs de mise en œuvre du système et les conflits de logiciels, les exigences relatives à TimeStep ont été temporairement retirées. Depuis le 19 novembre, les utilisateurs accèdent à CadetNet avec ou sans TimeStep. Nous tentons actuellement de mieux définir les besoins d’un système de protection.

sur vos cadets. Les détachements, les centres d’instruction d’été, les unités de soutien régionales, la Direction des cadets ainsi que les responsables des mouvements et de l’approvisionnement ont aussi besoin de ces renseignements et ils en stockent. Des dizaines de bases de données existent dans le Mouvement : on y adjoint de l’information à différents moments. La plupart d’entre elles sont rarement mises à jour. Est-ce que ce point a une importance? Bien sûr que oui!

cadet est alors extraite de la base de données d’un centre d’instruction d’été qui remonte à deux ans. Malheureusement, le cadet a déménagé deux fois depuis lors. Qu’arrivera-t-il si son billet d’avion est envoyé à la mauvaise adresse? Qu’arrivera-t-il si ses parents ont divorcé et si la lettre est par mégarde envoyée au parent qui n’est pas autorisé, légalement, à savoir où le jeune se trouve? Qu’arrivera-t-il si son nom est tapé quatre ou cinq fois et si, suite à une faute de frappe, l’orthographe de son nom est changée?

Voici pourquoi : Vous affectez un cadet au Programme des échanges internationaux et l’information sur ce

Quoique l’information sur CadetNet est une information de base, nous ajouterons de plus en plus de ressources pour votre usage professionnel. Jusqu’à présent, votre feedback est très positif et constructif. Afin de continuer à nous envoyer vos idées et vos commentaires, visitez la conférence DCadets.

Qu’arrivera-t-il si on lui interdit de monter à bord de l’avion suite à la page 14

Nous y publierons bientôt un sondage, ainsi qu’une conférence vous permettant de soumettre régulièrement votre feedback et vos opinions.

Des dizaines de bases de données existent dans le Mouvement : on y adjoint de l’information à différents moments. La plupart d’entre elles sont rarement mises à jour. Est-ce que ce point a une importance? Bien sûr que oui!

CadetNet, communiquez avec le service d’assistance de CadetNet au 1 800 213-7974 ou (902) 446-3936. b

Souvenez-vous que Rome ne s’est pas construite en un jour.

– L’Ens 1 Stewart est l’administrateur national de CadetNet.

Pour plus amples renseignements ou de l’aide pour accéder à

L’Adj Terry Hann, conseiller régional des cadets au détachement Regina de l’URSC (Prairies), est un utilisateur désigné du réseau privé virtuel (RPV) CadetNet. (Photo par Capt Dallas West)

13


Cadence • Numéro 8 • Hiver • 2002 suite de la page 13

parce que le nom qui figure à son passeport est différent de celui qui apparaît sur son billet d’avion, qui a été réservé à l’aide de l’information se trouvant dans l’ancienne base de données? Ces exemples ne sont pas exagérés. Il s’agit de situations qui se sont produites au cours des deux dernières années. Le fait de disposer d’un trop grand nombre de bases de données qui contiennent les mêmes données se rapportant aux mêmes personnes augmente le risque d’erreurs. On peut régler ce problème en stockant l’information dans une seule banque de données et en apportant les modifications à cette banque. Voilà pourquoi nous avons créé le SAC.

Une seule base de données Toute la carrière d’un cadet sera documentée dans le SAC, et dans le SAC seulement, par un nombre limité de personnes. Le corps entrera et mettra à jour les renseignements personnels et les développements du QG local, tandis que le personnel du centre d’instruction entrera les résultats de l’instruction d’été. Les membres des détachements pourront sélectionner en ligne les cadets qui fréquentent les centres d’instruction d’été une fois que le commandant du corps aura envoyé les demandes en direct. L’état-major du Mouvement peut acheter des billets d’avion en utilisant le même nom que vous avez entré au niveau local. En nous assurant que nous utilisons tous une seule base de données, nous contribuons à assurer un meilleur service pour les cadets. En effet, l’information sera juste et elle

14

La TI vous intéresse? Des progrès technologiques de cette ampleur ne surviennent pas sans quelques accrocs.

sera conservée par des personnes autorisées et compétentes. Les cas de convergence technologique, comme le SAC, seront plus fréquents dans l’avenir, car nous préférons ne pas avoir chaque fois à réinventer la roue. En effet, plusieurs cerveaux valent mieux qu’un, mais nous ne voulons certes pas nous retrouver avec plusieurs versions du même produit. Reliez-vous à CadetNet. Vous y trouverez une conférence sur le SAC. Nous vous invitons à formuler des commentaires et des suggestions en vue d’améliorations. Par ailleurs, ne ratez pas la nouvelle conférence dans le cadre de laquelle nous vous demanderons votre opinion sur CadetNet et sur son avenir. N’oubliez pas : en faisant en sorte que nos efforts correspondent à nos besoins, nous garantissons la convergence des processus vers un système plus efficace et profitable à tous. b

Votre région est le meilleur endroit pour commencer! on nombre d’entre vous nous ont envoyé des courriels et des lettres demandant des explications sur l’avenir de la technologie de l’information chez les Cadets. Plusieurs de vos questions concernaient l’utilisation d’un réseau local, d’une base de données locale, le numéro de téléphone d’un service de dépannage, l’avenir de CadetNet ou des renseignements sur l’inauguration du Système d’administration des cadets. Vos questions méritent une réponse, mais il serait très difficile de répondre à toutes dans Cadence.

B

Pourquoi? L’organisation des cadets résulte d’une collaboration aux échelons national, régional et local, chacun ayant ses responsabilités propres. La mise en œuvre de la technologie de l’information (TI) à l’échelon local relève de chaque unité régionale de soutien aux cadets et de ses employés. Chaque région établit ses propres procédures : la façon dont on mettra en œuvre l’informatique et la technologie au niveau de l’unité, quand on le fera, qui s’en chargera et qui l’installera. Chaque région doit aussi se charger de la dotation afin que tous les corps et escadrons reçoivent le plus tôt possible le soutien dont ils ont besoin et soient mis au courant des derniers développements. Autrement dit, il n’existe pas une seule réponse à vos questions, mais plutôt six réponses provenant de six régions. Vous trouverez sur le site Web de votre région ou dans la rubrique Information régionale de CadetNet les réponses aux questions qui nous sont le plus souvent posées. b

– Le Maj Peterson est le coordonnateur de la gestion de l’information de la Direction des cadets.

Le personnel de soutien de la TI de la région du Pacifique comprend le Maj Steve Deschamps, le Sgt Gordon Litschel et le Ltv Cameron Thornton. Le soutien de la TI des corps et escadrons à l’échelon local relève du personnel régional.


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Technophobie La technophobie est la peur de la technologie ou une aversion marquée envers celle-ci. Vous pouvez en souffrir sans même le savoir. a principale source d’angoisse des technophobes est le changement de leur milieu.

L

La plupart des technophobes réagissent par une légère angoisse, peut-être une augmentation du rythme cardiaque ou de la transpiration, et un manque de confiance en soi. Les technophobes souhaitent revenir à un mode de vie plus simple, à une époque où les gens étaient moins dépendants de la technologie en général et, plus particulièrement, des ordinateurs.

Ils commencent aussi à douter d’eux-mêmes lorsqu’on leur indique la « bonne » façon de faire quelque chose, qui est en général facile pour la personne qui fait la démonstration et déroutante pour la personne qui apprend. Si la personne qui fait la démonstration est plus jeune, cela ajoute l’insulte à l’injure. La pensée qu’ils sont incapables de faire une chose est un coup dur pour l’orgueil et l’estime de soi. Les gens croient souvent que quelque chose ne va pas en eux.

Bien des technophobes craignent que la technologie prenne leur place. Ils redoutent que les humains deviennent aussi inutiles que la technologie elle-même peut le devenir : plus les humains utilisent la technologie, plus l’humanité court à sa perte.

L’ignorance est la principale cause de la technophobie. En général, les gens qui évitent la technologie ne la comprennent pas. La plupart des gens qui détestent la technologie se comportent ainsi simplement parce qu’ils n’y sont pas habitués.

Les technophobes ont peur d’appuyer sur le mauvais bouton et que quelque chose de terrible se produise, par exemple que l’ordinateur explose.

Habituellement, la technophobie touche la génération plus âgée, celle qui n’a pas connu les jeux d’ordinateur ou même les calculatrices dans son jeune âge.

Symptômes de la technophobie • • • • • • • • • •

Manifester une peur des ordinateurs et des technologies connexes Résister aux processus d’automatisation Être réticent au changement de système ou de logiciel Se montrer très critique envers les changements technologiques et les mises en place d’éléments technologiques Faire preuve de résistance passive face aux nouvelles initiatives de technologie Se montrer réticent à assister à des séances de formation ou donner des excuses pour ne pas y assister Mettre beaucoup de temps à apprendre les nouvelles technologies Mettre constamment en doute la nécessité de nouvelles technologies Affirmer que les anciennes méthodes sont les meilleures Convaincre ses collègues qu’on s’est débrouillé sans technologie jusqu’ici, pourquoi changer? b Source: Technophobia is Conquerable! par Uma Gupta, doyenne, college of technology, University of Houston, Texas.

Le meilleur traitement contre la technophobie est la connaissance. Des cours d’informatique simples, avec un groupe de collègues souffrant des mêmes problèmes et donnés par un autre collègue, plutôt qu’un jeune, peuvent s’avérer efficaces. b – D’après un article sur la technophobie publié sur www.evula.com.

15


Cadence • Numéro 8 • Hiver • 2002

Les etados la Technologie par Marsha Scott

Selon le magazine pour adolescents Verve, le principal aspect (outre le pouvoir d’achat) qui démarque les ados d’aujourd’hui des autres générations de jeunes est leur capacité technologique. Cette constatation est relevée dans le « Trendscan Report on Teen Lifestyles » de 2001; il s’agit du rapport d’un sondage national annuel réalisé auprès d’adolescents canadiens âgés de 12 à 19 ans par Youth Culture, la société qui publie le magazine Verve. ’article précise qu’à la différence de leurs parents, les ados d’aujourd’hui n’y songent même pas à deux fois lorsqu’il s’agit de technologie : ce n’est pas une nouveauté, c’est un fait de la vie.

L

Pendant toute leur enfance, les ordinateurs et Internet ont fait partie de la vie des ados d’aujourd’hui. Pour eux, les cellulaires, téléavertisseurs, répondeurs, la télévision par satellite et les appareils électroniques sont tout aussi naturels que le téléphone. Même en 1997, selon un sondage Gallup portant sur les ados et la technologie, les adolescents américains étaient très attirés par la technologie moderne et ils s’en servaient abondamment, tant dans le cadre de leur vie courante que pour les sujets qui les intéressaient. Ce sondage Gallup/CNN/USA Today/National Science Foundation a aussi révélé que la plupart des ados estimaient que de

16

solides aptitudes en informatique et la connaissance de la technologie étaient essentielles à leur réussite future. Le sondage a indiqué des différences relativement mineures entre les adolescents et les adolescentes en ce qui a trait à leur orientation générale face à la technologie. Ainsi, les garçons et les filles ont indiqué un degré égal d’utilisation de l’ordinateur et des degrés semblables d’utilisation des divers appareils électroniques et ils ont exprimé un niveau équivalent de confiance en leurs aptitudes informatiques. L’article « Let the Boys be Mechanics: These girls want to Drive » publié dans Computerworld précisait : « Il semble qu’en matière de technologie, les filles veulent seulement avoir du plaisir. » Les filles interrogées ont déclaré que pour elles, les éléments technologiques (courriels, cellulaires, téléavertisseurs, guichets automatiques et four à micro-ondes) ne constituaient que des « outils utiles ».

Un autre sondage réalisé en 1999 auprès d’adolescents par Cheskin (une société chef de file de la recherche et de la consultation sur le marché des services) et Able Minds, Inc. (société créatrice d’un site Web communautaire populaire auprès des ados, www.cyberteens.com) a indiqué : « La génération actuelle d’adolescents n’est pas intimidée par la technologie et n’a pas les mêmes craintes que nous face à Internet. Ils sont très avisés en matière de technologie. » Cette étude, qui a porté sur 2759 adolescents âgés de 13 à 19 ans, a aussi conclu que les ados accordent tout autant d’importance aux rapports sociaux par Internet qu’aux rapports dans le monde réel. Les ados perçoivent Internet principalement comme un moyen de garder le contact avec leurs amis et d’explorer. Les principaux sites Web des adolescents, dont « yahoo.com », « hotmail.com » et « cyberteens.com », sont axés sur les communications ou sur la communauté. Warren Clark, dans l’article « L’utilisation d’Internet

chez les enfants et les adolescents » paru dans la publication de Statistique Canada Tendances sociales canadiennes, écrit : « Aujourd’hui, les enfants apprennent, jouent, communiquent, travaillent et forment des groupes sociaux de manière très différente de leurs parents. » En qualité de chefs du Mouvement des cadets, nous devons absolument comprendre l’importante place que la technologie occupe dans la vie des adolescents. Les résultats d’un sondage réalisé récemment auprès de 1000 ados par la société de recherche RoperNOP Technology, en collaboration avec le magazine InformationWeek, sont les suivants : 94 % des adolescents interrogés ont déclaré que la technologie avait des répercussions positives sur leur vie, tandis que 90 % d’entre eux ont indiqué qu’elle avait une incidence positive sur le monde! Passons en revue les renseignements importants sur les ados et sur la technologie :


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada • La technologie est une chose naturelle pour les ados d’aujourd’hui, qui ont un plus grand savoir-faire technologique que n’importe quelle génération d’adolescents qui les a précédés. • Les adolescents et les adolescentes présentent un intérêt équivalent envers la technologie. • Les ados perçoivent la technologie comme un outil très utile pour l’apprentissage, pour les rapports sociaux et pour s’amuser. • Les ados estiment que la technologie constitue un facteur positif qui influe sur leur vie et sur le monde qui les entoure. • Les ados croient que la connaissance des ordinateurs et de la technologie est cruciale à leur réussite.

Voici ce que nous avons appris des cadets au cours des sondages que nous avons réalisés récemment et des réunions de groupes de discussion : • Les cadets estiment que les cours en salle de classe sont ennuyants. • Les cadets souhaitent davantage de formation pratique. • Les cadets veulent apprendre de façon plus active et prendre part à des activités novatrices et stimulantes. • Dans certains cas, les cadets sont préoccupés de la piètre qualité de l’instruction offerte dans le Mouvement des cadets. La technologie peut offrir une solution.

Néanmoins, bon nombre de nos chefs font l’essai de méthodes nouveau genre, pour l’enseignement et l’apprentissage, qui font appel aux technologies modernes. Ils sont au courant des éventuels avantages qu’ils peuvent en retirer. Certains perçoivent la technologie comme un outil qui accroît l’accès à l’apprentissage et d’autres estiment qu’elle améliore la qualité de l’apprentissage.

positives sur leur vie dans le Mouvement des cadets, ainsi qu’à l’extérieur du Mouvement. b

Nous devons avant tout comprendre que la technologie n’est pas une potion magique. Les adolescents la voient comme un outil agréable à utiliser. Si nous avions la même perception, elle pourrait avoir des conséquences

L’attrait de la technologie Pour attirer l’attention des jeunes, il faut que ce soit quelque chose de génial! Ce « quelque chose de génial » de nos jours, c’est la technologie. ’été dernier, un simulateur de vol du Musée de l’aviation de Shearwater a été le centre d’attraction du barbecue des célébrités qui a été organisé par le centre de jour de North Preston. Le Capt Jermaine Downey de l’Unité régionale de soutien des cadets (Atlantique) et le Cplc John Davidson du 12 EMA (Avionique) ont utilisé le simulateur dans le cadre d’une initiative de sensibilisation à la diversité et de recrutement de cadets.

L

Un grand nombre de jeunes, certains à peine âgés de cinq ans, ont été attirés par la technologie et au cours des trois heures. Beaucoup d’entre eux ont eu l’occasion de s’installer aux commandes du simulateur de vol avec l’aide du Cplc Davidson. Pendant que les gens attendaient en ligne, les cadets du Corps de l’Armée 117 à North Preston (N.-É.) circulaient pour donner de l’information sur le programme offert aux cadets. Les cadets ont monté un stand, remis des autocollants, des cordons, des crayons et entretenu les visiteurs avec des anecdotes sur les activités excitantes qu’ils accomplissent. Même si leur stand statique et l’information sur les cadets ne constituaient pas leur principal centre d’attraction, ils ont profité du public captif pour engager de nouvelles et précieuses recrues. b

17


Cadence • Numéro 8 • Hiver • 2002

La technologie :

amie ou ennemie? texte et photo par le Capt Dallas West

Le changement apporté par la technologie est parfois si radical que l’agitation produite éclipse les aspects positifs et nous empêche d’entrevoir les nouveaux horizons à découvrir. es sociétés et des organismes partout dans le monde ont déterminé que pour demeurer compétitifs et à jour, ils doivent adopter des moyens technologiques de pointe afin de suivre la cadence de notre époque. Le Mouvement des cadets ne fait pas exception.

D

Au cours des dernières années, nous avons été témoins de

18

l’introduction de moyens technologiques au sein du Mouvement des cadets. Les officiers rangent les carnets de campagne et les nécessaires de « petit général » en faveur d’ordinateurs de poche et d’ordinateurs portatifs. Ceuxci s’ajoutent aux ordinateurs de bureau, photocopieurs, télécopieurs, cellulaires, téléphones par satellite et systèmes mondiaux de localisation : il ne fait nul doute que nous devons administrer le programme des cadets à l’aide de méthodes bien plus évoluées que celles qui prévalaient même récemment.

Un élément du progrès se démarque des autres : Cadet Net a changé à jamais la face des Cadets.

L’accès à CadetNet depuis l’Université de la Saskatchewan, pour laquelle il travaille, est plus facile. « CadetNet est vraiment pratique. Je m’en sers sans cesse au travail. L’accès est instantané et je n’ai pas à me rendre au manège militaire. »

Malgré tout ce qu’offre CadetNet, nous avons de la difficulté à le faire accepter de façon globale. Certains estiment qu’il est indispensable, tandis que d’autres le jugent nuisible. Certes, il nous permet de communiquer plus efficacement à tous les niveaux, mais il nous apprend aussi à être patients et à composer avec la frustration.

Toutefois, TimeStep, le logiciel de sécurité de CadetNet qui a été installé récemment, a causé des ennuis (voir page 12). Pour le Slt Dierker, ce logiciel a connu des ratés et lui a occasionné des délais. Il convient toujours de la nécessité de disposer d’une sécurité réseau et, pour lui, les avantages qu’on en retire justifient les inconvénients.

« Lorsque CadetNet fonctionne, c’est merveilleux! » indique le Slt Dan Dierker, commandant du Corps de cadets 2293 de l’Armée à Saskatoon (Sask.) et docteur en économie agricole.

Le Lt Jeff Sweitzer, commandant du 41e Escadron des cadets de l’Air à Regina estime que la technologie est aussi importante pour le Mouvement des cadets qu’elle l’est pour les grandes entreprises car, à l’instar de ces sociétés, nous devons fonctionner au même rythme que le reste du monde.

Problèmes de développement de CadetNet

Le Capt Rhonda Notschaele, officier régional des cadets (air) auprès du détachement Regina de l’Unité régionale de soutien des cadets (Prairies), adopte la nouvelle technologie qui comprend son ordinateur portatif et son PalmPilot.

Ce programmeur informatique de profession croit que les communications électroniques et les opérations en ligne se sont définitivement installées. Son unité se sert de CadetNet pour la tenue de séances d’information en direct sur l’instruction


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada et pour réduire le nombre de documents papier dont on doit disposer. Le recours au réseau a permis de réduire le fardeau administratif de son escadron, mais il a du composer avec un soutien technique inégal. Selon lui, il s’agit du principal problème de CadetNet : il croit que le prestataire du service est simplement dépassé par le grand nombre de demandes de soutien présentées. L’instructeur civil Ron Arnold, préposé à l’entrée de données de l’escadron, précise que CadetNet n’a pas eu d’incidence sur son secteur de responsabilité, sauf en ce qui concerne la base de données nationale. L’escadron dispose de sa base de données depuis plusieurs années et la venue d’une base de données nationale l’a obligé à changer sa façon de fonctionner afin qu’elle soit compatible avec les méthodes des autres. Ce changement a causé une certaine contrariété au départ. On s’est demandé si les priorités énoncées par les QG supérieurs concordent réellement avec les besoins précisés par les officiers au niveau local. « La technologie est utile

au sein de l’unité, mais il ne faut pas oublier le revers de la médaille », précise-t-il. Au début, l’apprentissage des moyens technologiques demande du temps et de la patience.

Exploitation de la puissance de la technologie

le serait une discussion sur la nécessité de l’avion ou de l’automobile. Au lieu de discuter, nous devrions viser une acceptation générale, un engagement commun et l’éducation nécessaires au bon fonctionnement de cette technologie.

En fait, l’acceptation ne constitue pas le véritable problème : il s’agit plutôt de faire en sorte que les gens reçoivent la formation et En s’entretenant avec le personnel l’éducation nécessaires à une des QG et des détachements, il utilisation intégrale des moyens appert que le principe de CadetNet, technologiques, dans le cadre du et de la technologie en général, perfectionnement professionnel. est assez populaire et nous nous Pour pouvoir tirer le maximum approchons d’une acceptation des éléments qui nous sont progénérale. posés, nous devons nous assurer Selon le Capt Vinessa Sullivan, d’une compréhension, d’une commandant du Corps de cadets compétence professionnelle et 2370 de l’Armée à Regina (la pre- d’une volonté d’apprendre. mière unité de la Saskatchewan La transmission en ligne de l’an dernier), CadetNet a comdemandes de solde, de commanplètement transformé la façon des de matériel, de formules CF 51 de communiquer avec les autres et CF 790, de demandes de visite, unités et avec le détachement. d’autorisations d’exercice, de forElle ajoute que la technologie mulaires, d’ordres et de règlements, en général a aidé son état-major ainsi que le courriel, nous perà assurer une prestation plus mettent d’exécuter nos activités efficace et plus professionnelle courantes à une vitesse et selon du programme. une commodité inégalées jusqu’à La poursuite du débat sur l’utilité maintenant. Sous peu, les de CadetNet serait inutile, comme

ême s’il est facile de se laisser séduire par les progrès techniques en direct, nous ne devons pas être dépendants de la technologie au point où nous serions incapables d’assurer la prestation du programme en cas de panne technologique.

problèmes de développement que nous connaissons seront choses du passé. La prochaine fois que vous vous trouverez devant votre ordinateur un soir de rassemblement, rappelezvous que vous pourriez être assis devant une machine à écrire sans correcteur orthographique ou dictionnaire de synonymes ou, pire encore, avec seulement un crayon et un papier. La prochaine fois que vous envoyez un courriel, songez que vous pourriez être en train d’apposer un timbre sur une enveloppe et attendre des semaines pour la réponse. La prochaine fois que votre solde est déposée directement dans votre compte, sans retard, dites-vous que vous pourriez ne recevoir que deux chèques de paie par année. La technologie peut parfois ressembler à un cadeau empoisonné mais, dans l’ensemble, elle nous facilite la tâche. b – Le Capt West est l’officier de l’instruction courante, Unité régionale de soutien aux cadets (Regina).

M

Lorsque la technologie nous laisse tomber, faites appel au personnel. Assurez-vous que le travail est exécuté et demandez de l’aide pour rétablir la situation dès que possible.

Nous n’avons parfois d’autre choix que d’effectuer manuellement les plans d’instruction annuels, les plans de leçon, les demandes de visite et d’autres tâches administratives. Cela ne se produit pas souvent, mais lorsque c’est le cas, l’instruction ne doit pas en souffrir.

N’interrompez pas les activités plus longtemps que nécessaire, car vous perdriez le contact. Vous devez demeurer en contact et dans le feu de l’action pour que votre unité dispose des mêmes avantages que ceux offerts par CadetNet à toutes les autres unités de l’organisme. b

19


Cadence • Numéro 8 • Hiver • 2002

Visions d’autres mondes Le programme aérospatial fait de l’apprentissage une partie de plaisir pour les cadets par le Maj Ron Gowing

Pour les cadets de l’Escadron 822 (Tutor), à Breslau (Ont.) l’avenir commence dès maintenant. a sophistication des jeunes Canadiens dans le monde actuel des cellulaires, des assistants numériques, des systèmes de positionnement global, de la télévision par satellite, de l’Internet et des jeux sur ordinateur plus que réalistes a créé un défi sans précédent pour la mise sur pied des activités des cadets au QG local.

L

L’évolution rapide de la technologie mène l’économie mondiale et ce que nous essayons de faire, c’est d’ouvrir les yeux et les esprits de nos cadets afin de les préparer à leur avenir. Nous avons conservé l’instruction traditionnelle tout en la rehaussant de sorte que les cadets apprennent, progressent et excellent tout en s’amusant. Afin de relever ce défi, nous avons mis sur pied un programme aérospatial axé sur la pratique à l’Escadron 822 en 1998. Après des mois de recherches, de planification et d’études, 45 cadets sont sortis de notre premier programme d’astronautique. Le point culminant du cours a été une mission en orbite basse terrestre avec le simulateur grandeur nature de la navette Endeavor aux installations du Cosmodome à Laval (Qc). Ce programme exige et développe la discipline, le leadership, le travail d’équipe et la résolution de problèmes déterminants. Les sujets portant sur l’aviation sont intégrés au programme, y compris la mécanique du vol,

20

la navigation, la propulsion, la conception et la construction aéronautiques, les installations et les communications. Il met aussi les cadets en contact avec la sociologie associée au travail à l’étroit avec d’autres personnes dans un endroit restreint pendant de longues périodes.

Travaillant en hauteur avec le bras canadien, le Sgt Katie Gowing amène le bras en position pour réparer un satellite de télécommunication pendant la mission en orbite basse terrestre à bord du simulateur de navette Endeavor.

Le Canada est reconnu dans le monde pour sa contribution à la technologie spatiale avec le développement du bras spatial canadien pour la NASA et le télémanipulateur de la station spatiale pour la Station spatiale internationale.

Dans notre QG local, les cadets étudient la mécanique pour ensuite passer à l’assemblage des bras orientables. Ils apprennent à manipuler les bras au moyen d’une commande à distance dont le fonctionnement est similaire à celle de la navette spatiale. L’étape suivante du perfectionnement d’un cadet consiste à programmer un ordinateur qui contrôle les fonctions élémentaires du bras.

« La robotique a été définie comme une technologie stratégique pour le Canada car elle représentait un domaine où le Canada pouvait faire valoir ses compétences. Elle a été reconnue comme un composant essentiel de l’infrastructure qui a donné au Canada un rôle et un statut particuliers dans la construction de la Station spatiale internationale », explique Savinder Sachdev, directeur général des systèmes spatiaux de l’Agence spatiale canadienne. Aujourd’hui, nous éprouvons une grande fierté envers la contribution d’un cadet de l’Air aux succès du Canada dans le domaine spatial. Nous encourageons nos cadets à suivre les traces du Col Chris Hadfield au fil de son travail en aviation, dans l’espace, en robotique et dans le cadre de la Station spatiale internationale.

Au cours de la dernière moitié du XXe siècle, les voyages dans l’espace sont devenus une réalité. Avec la construction de la Station spatiale internationale, les lancements de navettes sont presque devenus une chose courante. La multiplication des ordinateurs personnels a fait en sorte que l’électronique et l’exploration spatiale sont devenues aussi courantes pour la génération actuelle que l’étaient les aéronefs, l’électricité, la plomberie et le téléphone pour la génération précédente. Si les astronautes américains peuvent se rendre à la Lune, pourquoi pas les Cadets de l’Air du Canada?

Toujours plus loin Voulant poursuivre un peu plus loin dans l’« imagénierie » de l’ère spatiale, nous avons amené l’escadron au Challenger Centre for Space Science Education à Toronto. Ce centre met les voyages dans l’espace à la portée des cadets qui sont prêts à travailler, à concevoir et à imaginer leur avenir comme jamais ils ne l’avaient fait. Beaucoup des matières de base étudiées par les cadets dans le cadre de nos programmes aérospatiaux locaux sont étroitement liées à l’instruction obligatoire des cadets. Dans le cadre des célébrations du millénaire en 2000, 32 cadets ont pris part à l’instruction aérospatiale locale, offerte sur une base facultative, afin de se préparer pour une éventuelle « mission vers la Lune ». En collaboration avec le personnel du Centre Challenger, les instructeurs


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Apprendre tout en de l’escadron ont participé au programme d’enseignants. La documentation et le matériel didacticiel fournis par le Centre Challenger sont spécifiques à la mission; cependant, ils couvrent d’autres sujets généraux en aéronautique qui viennent compléter l’instruction du cadet. Comme l’exploration spatiale se poursuit, les cadets se concentrent sur le prochain jalon logique des projets astronautiques, soit un voyage vers Mars. Au cours des essais de logiciels effectués à notre QG local, les cadets ont utilisé le didacticiel de série Destination Mars. Même s’il n’est pas aussi sophistiqué que les très populaires jeux d’action vidéo, ce programme peut rouler sur presque tout ordinateur compatible IBM doté d’un clavier, d’une carte son et d’une souris. Le logiciel comprend un simulateur spatial, une base de données et une bibliothèque de fichiers archivés. Il permet aux jeunes cadets de perfectionner leurs compétences en coordination oculo-manuelle, en résolution de problèmes et en recherche informatique. Les cadets doivent composer avec des urgences en vol, des tâches opérationnelles et des expériences dans les domaines de l’aéronautique, la navigation, la mathématique, la science, la chimie, la géographie, la géologie, la médecine et le comportement humain. À la fin de chaque séance, l’ordinateur conserve un fichier des progrès et des réalisations du cadet. Utilisant avec brio les installations de contrôle pour le lancement et le simulateur de véhicule spatial au Centre Challenger, les cadets décollent pour leur mission finale vers Mars. Pendant les trois heures de vol, l’équipage doit accomplir les tâches de tous ceux qui prennent part au programme de lancement spatial. L’équipe de navigation calcule continuellement les changements de trajectoire. L’équipe médicale surveille la santé

s’amusant!

et le comportement de l’équipage. Les équipes de travailleurs scientifiques effectuent les expériences à bord du véhicule spatial et manœuvrent les bras commandés à distance pendant que les équipes de contrôle au sol surveillent tous les systèmes. Vers le milieu du vol, une équipe technique, travaillant dans la salle blanche, assemble et lance les sondes spatiales pendant que l’équipe responsable du support vital veille à l’approvisionnement en air pur et au maintien continu d’un environnement sain. L’équipe des communications maintient des communications en phonie et des liaisons de données ininterrompues à titre de lien vital entre la Terre et l’espace.

La fuséonautique – un sujet explosif! Le dernier ajout à notre programme aérospatial est l’étude de la conception et de la construction de fusées. Comme outil de soutien, nous avons choisi SpaceCad, un progiciel dont se servent les cadets pour créer leur propre fusée. Ils conçoivent tous les aspects techniques de la fusée, de la taille aux dérives, le moteur, le diamètre du fuselage, la longueur et les moyens de récupération. Ces informations sont entrées comme données dans un ordinateur de bureau à partir duquel les cadets peuvent ensuite simuler le lancement de leur fusée. Au moyen de calculs effectués par l’ordinateur, ils peuvent suivre les résultats prévus pour le vol de la fusée sous la forme de texte et de graphiques. L’ordinateur peut déterminer les bonnes dimensions du moteur, les caractéristiques de poussée, la vitesse de lancement atteinte, la hauteur de la course, la vitesse d’accélération, le centre de gravité, le centre de poussée et la trajectoire. À partir de ces informations, les cadets modifient leur conception avant de construire une vraie

La directrice de mission, Pauline Kishimoto, donne un briefing avant le décollage aux cadets de l’Escadron 822 avant leur mission vers Mars à bord du simulateur de véhicule spatial du Centre Challenger.

fusée. Sous la supervision d’un instructeur qualifié, ils effectueront un vrai lancement. Avec l’ajout de trois simulateurs de vol reliés à des programmes informatiques, l’Escadron 822 offre aux cadets de tous les niveaux, la possibilité d’effectuer des vols sur une base régulière. Il s’agit d’une méthode très rentable qui permet aux cadets de se familiariser avec le fonctionnement d’un manche à balai. Le programme comprend l’apprentissage pratique de la science aéronautique, la mécanique du vol, la navigation, les communications radio, les installations aéroportuaires et le contrôle de la circulation aérienne. Le poste de pilotage devient la salle de cours. Nous disposons aussi d’un simulateur de système de contrôle aérien relié au simulateur de vol. Les cadets acquièrent les compétences et développent la ténacité nécessaires pour contrôler les multiples arrivées, départs et mouvements au sol des aéronefs dans des conditions très réalistes. Nous utilisons un vieux progiciel Tower, mais très fiable, avec une « fenêtre » de contrôle visuel, des tracés radar et des conditions de circulation, selon les règles de vol aux instruments (IFR).

La communication en phonie entre le contrôleur et l’aéronef a été ajoutée pour créer un environnement très réaliste. La technologie est seulement un outil. Le taux de succès lié à l’utilisation de la technologie est limité seulement par l’esprit d’imagination et d’innovation des utilisateurs. Quelqu’un n’a-t-il pas déjà dit, « C e q u e le cerveau de l’homme peut concevoir et percevoir, le cerveau de l’homme peut le réaliser. » b – Le Maj Gowing est commandant de l’Escadron 822.

La directrice de mission, le Sgt Alycia McQueen, à son poste de travail pendant le contrôle de la mission.

21


Cadence • Numéro 8 • Hiver • 2002

Hors de portée? par le Maj Ron Gowing

Si vous croyez que notre programme aérospatial est hors de portée, détrompez-vous. Pour tout escadron de cadets de l’Air, l’« imagénierie » est la clé et non l’argent. reslau est un petit village de 900 habitants situé dans un comté qui en compte 12 000. Notre escadron est autoparrainé. Nous faisons notre part en matière de recherche de financement car nous n’avons pas beaucoup d’argent et rien ne nous est offert sur un plateau d’argent.

B

Vous pouvez faire ce que nous avons fait et voici comment.

Les cadets peuvent concevoir et fabriquer une surface de travail qui ressemble au tableau de bord du poste de pilotage d’un aéronef quelconque et qui dissimule un écran d’ordinateur courant. Son coût : moins de trois pizzas et une caisse de Coke.

moins de 10 $ par cadet, mais il doit être réservé par leur département d’éducation. Les escadrons situés dans la communauté urbaine de Toronto peuvent s’y rendre pour le prix d’un billet de métro. Le programme d’enseignants est gratuit.

Le logiciel Microsoft Flight Simulator est vendu par les magasins Bureau en gros et Future Shop à un prix équivalent à deux CD de musique. Dans notre cas, le commandant du détachement a fourni une copie du logiciel à chaque escadron de cadets de l’Air de notre secteur.

Le logiciel Destination Mars est un didacticiel qui se vend environ 60 $US. Il peut être utilisé avec de vieux 486 ou des ordinateurs plus puissants dotés d’une souris et d’une carte son. Ces ordinateurs se vendent entre 20 et 30 $ aux marchés aux puces.

Vous pouvez acheter de vieux ordinateurs (encore fonctionnels) pour environ dix cents la douzaine. Nous avons acheté 10 Pentium 100 et 233 désuets lorsqu’une chaîne d’alimentation locale a effectué la mise à niveau de leur matériel informatique. Le Sgt Corey Kaune contrôle plusieurs aéronefs sur son simulateur de radar pendant l’instruction des contrôleurs aériens. Le Sgt Kaune et son père ont assemblé le simulateur ATC pour le programme d’entraînement facultatif de l’escadron.

22

Les escadrons situés près de Toronto peuvent utiliser le Challenger Centre for Space Science Education pour

C’est la même chose pour le logiciel de contrôle de la circulation aérienne (ATC). Tower est un ancien progiciel qui roule sur tout ordinateur capable d’exploiter Windows. Son prix : une douzaine de beignes et trois cafés très grand format chez Tim Horton. L’instructeur de cadets pour notre programme ATC a été aidé par son père pour fabriquer la console de notre moniteur ATC. Les bras sont vendus en trousse pour un peu plus de 100 $, y compris les manuels, et le programme de formation d’OWI Robotics est offert au prix de 39 $. L’interface pour tout ordinateur exploité sous Windows est le plus gros investissement à environ 250 $. L’information et les données aérospatiales sont affichées sur Internet ou peuvent être obtenues

auprès de l’Agence spatiale canadienne à Saint-Hubert (Qc). Des ensembles de fusées complets peuvent être achetés en vrac à des fins éducatives pour environ 7 $ l’ensemble. Nous utilisons un terrain de lance-fusées autorisé et doté d’un permis. Il est exploité par le club local d’amateurs de fusées et situé à environ 15 km. Lorsque l’Escadron 822 déménagera dans son nouveau Centre de perfectionnement pour les jeunes et les cadets, entièrement construit par des bénévoles et financé par des dons de la communauté, le programme aérospatial sera au nombre des programmes facultatifs offerts. Nous espérons pouvoir offrir l’occasion aux autres escadrons situés dans la région de prendre part à nos programmes et d’utiliser notre matériel. Un peu d’imagination peut vous donner la possibilité de satisfaire un grand nombre des besoins visuels et perceptifs, ainsi que des demandes des jeunes cadets. Nous essayons de sortir les cadets des salles de classe avec leurs tableaux noirs et de créer une atmosphère où ils peuvent réfléchir et prendre part à quelque chose de nouveau et d’important qui trouve une application pratique dans leur monde. Pour plus amples informations, contactez-moi au (519) 653-6065 ou à co822@hotmail.com. b


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Apprendre tout en

s’amusant!

Et si c’était vr a i ! Les cadets supérieurs suivant le cours national de contrôle de la circulation aérienne s’écrasent et sont dévorés par les flammes chaque été, et ce n’est pas en raison du premier volet très chargé du cours. Il s’agit plutôt du dernier volet qui a lieu à l’Institut de formation de Nav CANADA à Cornwall (Ont.). haque fois que les cadets commettent une erreur dans le simulateur d’aérodrome de l’institut, ils assistent à l’écrasement et à l’incendie de l’aéronef juste sous leurs yeux. Heureusement, il s’agit seulement de réalité virtuelle.

C

« Les cadets commettent des erreurs, et lorsqu’ils en font, les conséquences sont très graphiques », affirme le directeur du cours, le Maj (retraité) Barry Cockerline. « Cela vient renforcer ce qu’ils apprennent, plus particulièrement leurs propres aptitudes à prendre des décisions capitales. » La technologie est la pierre angulaire de la dernière semaine de ce cours de haute qualité, qui a lieu dans les mêmes installations où tous les contrôleurs aériens civils et militaires de partout au Canada viennent suivre leur formation. Les cadets passent du temps dans un simulateur de tour de contrôle perfectionné et piloté par ordinateur, ce qui leur permet d’avoir une expérience pratique et excitante de la gestion de la navigation aérienne dans un aéroport très fréquenté. Face à un grand écran s’étendant sur 360°, les cadets contrôlent de nombreux types d’aéronef comme ils le feraient dans un véritable aéroport. Le système infographique reproduit les caractéristiques de fonctionnement réels des

divers véhicules et aéronefs. Les projecteurs simulent toutes les sortes de conditions météo et de conditions de visibilité, ainsi que les conditions diurnes et nocturnes. Les images graphiques sont tellement réalistes que les cadets ont l’impression de vivre une situation réelle. C’est un environnement où s’entremêlent les procédures de communication, les tâches multiples et la prise de décisions, ce qui s’avère très profitable pour développer la gestion personnelle et la confiance en soi chez les cadets. Ils apprennent aussi beaucoup plus sur ce que constitue le vrai travail d’un contrôleur dans un aéroport canadien.

Cependant, les cadets qui suivent le cours chaque année reçoivent une certaine formation pratique sur trois simulateurs de table à l’École régionale de vol à voile des cadets à Trenton. Les ordinateurs fonctionnant en réseau fournissent aux stagiaires toutes les données nécessaires pour communiquer des instructions complètes aux fins du contrôle de la circulation aérienne, y compris les informations sur les aéronefs en rapprochement et en partance, les conditions météorologiques et les caractéristiques des aéronefs. Chaque cadet participe comme contrôleur d’un aérodrome, assistant à la tour de contrôle,

contrôleur de la circulation sur l’aérodrome et pilote. Les cadets apprennent à tenir des registres exacts des mouvements des aéronefs et développent leurs compétences comme contrôleurs, entre autres, les bonnes techniques pour les communications radio, la prise de décisions et la gestion du stress. Lorsque les cadets arrivent à Cornwall, ils sont fin prêts pour vivre une expérience unique de réalité virtuelle. Ainsi, grâce à la technologie moderne, il est plus facile pour eux de décider s’ils veulent entreprendre une carrière comme contrôleur de la circulation aérienne. b

Préparation en vue de Cornwall La technologie joue un rôle moins important au cours du premier volet du cours de six semaines, qui comprend 17 jours de travail en classe.

Le Sgt Anastasia Scannell de l’Escadron des cadets de l’Air 718 (Yukon) à Port Hope (Ont.) dans la tour de contrôle virtuelle à Cornwall. Elle faisait partie des 26 cadets qui ont suivi le cours national sur le contrôle de la circulation aérienne en 2002. (Photo par le Capt John Harris, Affaires publiques régionales, Région du Centre).

23


Cadence • Numéro 8 • Hiver • 2002

La voie de l’avenir! « L’apprentissage agréable est le plus efficace. » -Peter Kline, The Everyday Genius.

orsque le Corps de cadets de l’Armée 2528 (XII Manitoba Dragoons) de Virden a reçu son nouveau système mondial de localisation (GPS) il y a un an, le Capt Kel Smith, officier d’approvisionnement, s’est fixé comme objectif de faire en sorte que le plus ancien corps de cadets rural du Manitoba soit le premier au Canada à effectuer un jeu Géocaching. Il s’agissait d’apprendre à utiliser l’aide à la navigation électronique, tout en assurant un apprentissage agréable.

L

« Je crois que le GPS est très utile pour apprendre la navigation aux cadets. Il est semblable à un jeu vidéo et il rend l’apprentissage agréable. De plus, les cadets apprennent comment le système fonctionne bien plus rapidement que les officiers. » – Le Capt John Halfyard.

24

Le Géocaching est un jeu d’aventure intéressant pour les usagers du GPS et la participation à une chasse à la « cache » permet d’apprendre les détails de la technologie. Le principe est le suivant : des personnes ou des organismes définissent des caches, puis inscrivent sur Internet les endroits où ces caches (points de cheminement) se trouvent. Puis, les participants au Géocaching se servent des coordonnées GPS (longitude et latitude) pour trouver les caches. Les caporaux James Hay et Travis Langlois, accompagnés du Capt Smith, sont allés faire une promenade, en janvier dernier, avec le nouveau GPS de leur corps de cadets en pleine forêt dans la vallée de l’Assiniboine. Après une longue marche en forêt, ils ont hissé dans un arbre leur ensemble Géocaching, qui contenait des insignes d’épaule, des casquettes de baseball, des boutons des FC, des renseignements sur les cadets, des objets d’artisanat et d’autres éléments intéressants. En février, une autre équipe de Géocaching, qui faisaient office de « cibles » dans le cadre d’un exercice de recherche réalisé par l’Association civile de recherche et de sauvetage aériens de Brandon, a trouvé la cachette. Au cours de l’année dernière, chaque région a reçu des fonds pour doter les corps de cadets de l’Armée de GPS partout au Canada. Certaines régions ont distribué un GPS à chacun des corps de cadets. D’autres régions ont constitué un pool de GPS que les corps et centres d’instruction d’été peuvent emprunter. Quoique cette technologie existe depuis les années 1980, son utilisation dans le programme d’instruction des cadets est récente.

À propos du GPS « Le GPS est un outil technologique inestimable, mais il ne remplace pas la boussole magnétique traditionnelle que les cadets connaissent bien. Grâce au GPS, les cadets ont l’occasion de voir de leurs propres yeux de quelle façon cette technologie fonctionne », précise le Capt Mike Montague, officier d’état-major, instruction des cadets de l’Armée, à Borden (Ont.) Cette aide à la navigation par satellite, qui consiste en un réseau de 24 satellites mis en orbite par le Department of Defence des États-Unis, s’adressait au départ aux applications militaires, mais elle a été depuis mise à la disposition des civils. Les satellites GPS font le tour de la Terre deux fois par jour en suivant une orbite précise et ils transmettent des signaux d’information à la Terre. Les récepteurs GPS captent cette information et calculent l’emplacement exact de l’usager. Cette position est affichée sur la carte électronique de l’appareil. Le récepteur doit capter le signal d’au moins trois satellites pour calculer une position bidimensionnelle (latitude et longitude) et pour suivre les déplacements. S’il reçoit le signal de quatre satellites ou plus, le récepteur peut aussi déterminer l’altitude.

Les caporaux James Hay et Travis Langlois lisent un GPS. (Photo par le Capt Kel Smith)


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Apprendre tout en

s’amusant!

Le GPS peut fonctionner dans pratiquement n’importe quelle condition météo, partout au monde et 24 heures par jour. Les récepteurs font preuve d’une précision de plus ou moins 15 mètres, en moyenne.

Utilité du GPS Le Capt John Halfyard, commandant du Corps de cadets de l’Armée 2515, à St. John’s (T.-N.) utilise le GPS depuis 1997, alors qu’il était cadet au Centre d’instruction d’été Argonaut , à Gagetown (N.-B.). Les cadets-chefs de son corps commencent tout juste à utiliser le GPS dans le cadre du programme étoile d’or. « Je crois que le GPS est très utile pour apprendre la navigation aux cadets, indique-t-il. Il est semblable à un jeu vidéo et il rend l’apprentissage agréable. De plus, les cadets apprennent comment le système fonctionne bien plus rapidement que les officiers. » Le Capt Halfyard a enseigné aux officiers comment utiliser les appareils GPS dans le cadre du cours de développement professionnel militaire du CIC à l’École régionale des instructeurs de cadets (Atlantique). « Une fois qu’ils constatent de quelle façon il fonctionne, ils s’aperçoivent à quel point c’est un outil incroyable », précise-t-il. En utilisant le GPS, le Capt Halfyard a organisé des exercices régionaux de navigation pour les cadets. Dans le cadre d’une reconnaissance d’itinéraire, il enregistre les points de navigation dont les cadets peuvent se servir pour retracer l’itinéraire, à l’aide de l’appareil électronique portatif, d’une carte et d’une boussole. Le GPS est un outil technologique d’une très grande valeur qui s’ajoute à la boussole traditionnelle, sans pour autant la remplacer. (Photo par le Slt Elisabeth Mills, Affaires publiques, CIEC Whitehorse)

En plus d’apprendre à utiliser le GPS, les cadets peuvent appliquer les connaissances acquises au secteur civil. Selon le Capt Halfyard, qui a étudié le GPS durant son cours de génie civil et de technologie à l’école : « L’information du GPS peut être stockée dans un ordinateur et on peut effectuer une foule de choses à l’aide de cette information. On se sert du GPS en ingénierie, pour le travail environnemental, en foresterie, en construction et pour les télécommunications. On l’utilise couramment pour la cartographie. » À l’école, le Capt Halfyard a appris à produire des cartes à l’aide de l’information du GPS transmise à un système d’information géographique contenu dans l’ordinateur. Les cadets utilisent maintenant des cartes semblables générées par ordinateur. « Le GPS rehausse la confiance des cadets qui prennent part à un exercice de navigation, car ainsi ils ne peuvent pas se perdre », mentionne le Capt Halfyard. Le système a toutefois des limites, particulièrement par une journée très nuageuse, lorsqu’il y a beaucoup d’électricité dans l’air, dans une forêt sombre ou lorsqu’on est entouré de rochers qui empêchent les signaux satellites de passer. C’est pourquoi la méthode idéale consiste à s’en servir de pair avec une carte et une boussole. Au sujet de l’aventure de Géocaching dans la vallée à la forêt dense, le Capt Smith a indiqué que son groupe n’a capté que les signaux de trois satellites. Toutefois, lorsqu’il est retourné à cet endroit plus tard pour vérifier les coordonnées, le récepteur GPS a capté les signaux de six à huit satellites. La technologie occupe l’avant-scène dans cette version moderne du conte bien connu d’Hansel et Gretel, qui laissaient tomber des miettes de pain sur un chemin de forêt afin de pouvoir retrouver le chemin de la maison. « Les cadets peuvent retrouver leur chemin en se servant de ‘miettes de données’ sur le GPS, conclut le Capt Montague. Ils n’ont qu’à consulter leur appareil portatif pour connaître le chemin de la maison. » b

Satellites GPS • Les 24 satellites qui composent le segment spatial GPS sont en orbite à environ 12 000 milles (19 200 km) au-dessus de la Terre. • Ils se déplacent constamment et ils effectuent deux orbites complètes en moins de 24 heures. • Ils voyagent à une vitesse d’environ 7 000 milles (11 200 km/h). • Les satellites GPS sont alimentés par l’énergie solaire. Ils sont dotés de batteries de secours à bord qui assurent leur fonctionnement en cas d’éclipse solaire, car dans ce cas il n’y a pas d’énergie solaire. • De petits propulseurs-fusées situés sur chaque satellite les maintiennent dans le bon chemin. • Le premier satellite GPS a été lancé en 1978. La constellation complète a été réalisée en 1994. • Chaque satellite est construit pour durer environ 10 ans. On construit sans cesse des satellites de remplacement, qu’on met en orbite. • Le poids d’un satellite GPS est d’environ 2 000 livres (900 kg) et sa largeur est d’environ 17 pieds (5,2 mètres) lorsque les panneaux solaires sont déployés. b – Source : www.garmin.com/aboutGPS

Pour plus amples renseignements sur le Géocaching, visitez le site www.geocaching.com. Pour plus de détails sur le GPS, visitez le site www.aero.org/publications/gpsprimer/index.html.

25


Cadence • Numéro 8 • Hiver • 2002

La simulation de vol – à la portée de tout escadron! La promotion de l’entraînement sur simulateur de vol dans la Région du Pacifique par le Maj Steve Deschamps omme le coût d’un ordinateur représente moins de 2000 $, l’instruction sur simulateur de vol est beaucoup plus raisonnable qu’elle ne l’était au cours des 20 dernières années depuis l’arrivée du premier logiciel de simulation de vol.

C

En 1992, cela avait coûté environ 10 000 $ pour installer un simulateur à mon ancien escadron de North Vancouver. Aujourd’hui, l’escadron est doté de six simulateurs, tous payés par un comité de répondants qui sont convaincus que les simulateurs valent largement les efforts déployés pour recueillir des fonds supplémentaires. Dès 1989, les simulateurs ont commencé à être implantés au sein des escadrons de cadets de l’Air pour promouvoir et renforcer l’apprentissage de l’instruction en classe. L’an dernier, tous les escadrons de la Colombie-Britannique ont reçu des copies du Flight Simulator 2002, édition professionnelle, de Microsoft. Il en a été de même avec les escadrons au Québec et certains en Ontario. En Colombie-Britannique, il s’agissait de la phase préliminaire d’une stratégie visant à implanter des centres de perfectionnement partout dans la province afin de promouvoir la simulation de vol.

26

Cinq centres informatisés pour la simulation de vol ont été établis près d’un grand nombre d’escadrons : à North Vancouver à l’Escadron 103 (Thunderbird) où tout a commencé; à Aldergrove à l’Escadron 746 (Lightning Hawk); à Penticton à l’Escadron 259 (Panther); à l’Escadron 396 (City of Prince George) et à Sydney à l’Escadron 676 (Kittihawk).

D’autres escadrons à travers le Canada ont vécu la même expérience.

Chaque centre possède au moins deux simulateurs de vol qui roulent sur le Flight Simulator 2002 de Microsoft et l’ordinateur est doté d’un manche à volant et d’un palonnier pour simuler les commandes de vol. Dans plusieurs centres, l’Internet haute vitesse ou des réseaux locaux permettent aux amateurs de relier un simulateur à un autre et de faire voler plusieurs aéronefs avec leur pilote pendant une séance. L’idée sous-jacente des centres de perfectionnement de cette province consiste à offrir un point de convergence pour les autres escadrons qui sont intéressés à se doter de simulateurs, mais qui ont besoin d’un endroit pour commencer.

La stratégie consiste d’abord à acquérir de l’expérience dans les cinq centres de perfectionnement locaux. Une fois formés sur la simulation de vol et la façon d’utiliser les centres, les escadrons seraient ensuite amenés à bâtir leur propre centre. Le financement serait assuré par le comité de répondants de chaque escadron.

De nombreux comités de parents et répondants ont adopté le concept. L’enthousiasme qui règne au sein de la collectivité est stimulant. À Sydney, un bienfaiteur a donné tout le matériel et les logiciels pour un simulateur lorsqu’il a eu vent des plans de la communauté locale de bâtir un centre.

Rendre la simulation encore plus accessible

Le logiciel de simulation est devenu de plus en plus perfectionné. Comparez l’ancien avec le nouveau.

Afin de faciliter l’instruction sur simulateur à l’échelle locale, l’Unité régionale de soutien des cadets (Pacifique) a conçu un ensemble de matériel d’instruction et de plans de leçon qui a été affiché sur le site Web régional www.cadets.net/pac/aircad/ca sc_e.asp. On y trouve de l’information sur le matériel et les logiciels, des liens avec les sites de fournisseurs de manches à

volant et de palonniers et de l’information sur les cartes graphiques. Une fois l’escadron équipé, il peut télécharger et imprimer les plans de leçon, les carnets de route d’aéronef, les manuels d’utilisation de l’avion et les documents de référence technique. À partir du site Web, les escadrons peuvent même télécharger et


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Apprendre tout en installer les images des aéronefs très populaires des FC. Cela facilite la tâche de tout escadron au Canada qui veut s’engager dans l’instruction axée sur la simulation.

Les bénéfices Aux camps d’été axés sur l’entraînement au vol, l’expérience a démontré que les cadets ayant bénéficié de la simulation se démarquent de ceux qui n’ont eu aucune instruction sur simulateur. La simulation permet aux cadets d’assimiler le jargon, d’apprendre les bonnes procédures radio, de développer une « oreille » pour les communications radio d’un poste de pilotage, de comprendre le balayage et la lecture des instruments d’un tableau de bord et de se familiariser avec ceux-ci, et d’apprendre les règles aéroportuaires relatives à la circulation et aux manœuvres des aéronefs au sol. Lorsqu’ils commencent leur entraînement au vol sur un véritable aéronef, ils sont moins dépassés et beaucoup plus détendus dans l’apprentissage des notions essentielles du pilotage.

s’amusant!

Beaucoup de cadets qui apprennent le pilotage se servent des simulateurs pour pratiquer les listes de vérifications en cas d’urgence. Les urgences en vol et au sol exigent une évaluation rapide et pondérée de la situation et des réactions instinctives à des situations pour éviter des tragédies. Le simulateur est un excellent moyen pour essayer les listes de vérifications ainsi que pour voir et expérimenter, dans un environnement sûr, des concepts qui seraient autrement dangereux à faire sur un véritable aéronef. Par exemple, que se passe-t-il dans des conditions de givrage très intenses? Quels sont les signes annonciateurs de givrage? À bord d’un véritable aéronef, l’instructeur peut seulement parler des signes et expliquer la théorie. Par contre, avec un simulateur, vous pouvez faire voler l’aéronef dans des formations nuageuses, abaisser la température, augmenter le degré d’humidité, et voilà l’aéronef et son pilote aux prises avec des conditions de givrage. Le moteur de l’aéronef s’étouffe et a des ratés. Que faites-vous? Aucun pilote n’oserait s’aventurer dans des conditions de givrage très intenses pour essayer de le savoir!

De nombreux pilotes potentiels suivant l’entraînement en vol aux Opérations aériennes régionales des cadets à la BFC Comox pendant l’été utilisent nos simulateurs pour planifier et simuler des exercices de navigation avant de compléter leur apprentissage dans les airs.

Les logiciels de simulation viennent avec certains manuels en ligne qui complètent et renforcent la matière comprise dans nos manuels standards avec des graphiques, du son et de la musique. Les instructeurs sur simulateur peuvent même vous diriger au cours de leçons complexes.

De nos jours, les simulateurs permettent d’obtenir le rendu authentique du terrain et des points de repère. Les élèves pilotes peuvent effectuer leurs vols simulés et vérifier l’exactitude de leur compas et de leur cap. Comme les simulateurs peuvent être connectés à Internet, les conditions météo réelles provenant des rapports météo de l’aéroport sont simulées dans les vols. Ainsi, les cadets peuvent expérimenter des conditions de turbulence et des conditions imprévues avant de voler sur un véritable aéronef. Beaucoup de cadets ont reconnu que cela leur avait donné beaucoup de confiance pour effectuer leurs vols de navigation en solo.

Outre les avantages de l’apprentissage, les simulateurs peuvent être déplacés facilement dans les centres commerciaux avoisinants où ils agissent comme de puissants aimants pour les campagnes de recrutement et de relations publiques. Le taux de persévérance des cadets en deuxième année s’est grandement amélioré et les effectifs ont augmenté régulièrement au sein des escadrons qui se sont dotés de simulateurs.

Les simulateurs de vol procurent aussi un autre avantage pour les candidats aux bourses de formation de pilote. Pendant les mois d’automne et d’hiver, les centres de simulation peuvent être utilisés en complémentarité de l’école de formation au sol et permettre aux pilotes potentiels de voir des images de véritables formations nuageuses. Des concepts comme le Variable Omni Range (un instrument de navigation aérienne qui utilise les ondes radioélectriques pour guider l’aéronef jusqu’aux balises de l’aéroport) peuvent être renforcés selon le principe essai et erreur sur le simulateur sans gaspiller du carburant ou s’égarer. En outre, les pilotes potentiels peuvent l’essayer plus d’une fois jusqu’à le faire correctement.

Commencez dès aujourd’hui L’entraînement sur simulateur de vol est à la portée de tout escadron de cadets au Canada. Vous avez seulement besoin d’espace, d’un peu d’argent et des installations pour vous connecter à Internet. Visitez le site Web de la Région du Pacifique où vous trouverez tout ce dont vous avez besoin. Même si vous n’êtes pas pilote, la simulation est très facile avec toute l’information affichée sur notre site Web. Voici un exemple probant d’une bonne idée – amorcée par un escadron local – qui est en train de changer la façon de former nos cadets à l’échelle nationale. b –Le Maj Deschamps est l’officier d’état-major responsable de la gestion de l’information pour l’URSC (Pacifique) à Victoria. Il est aussi pilote et passionné du simulateur de vol depuis 1983.

Le logiciel de simulation rend le ‘vol’ réaliste pour le Cpl Athene Benson que l’on voit ici en compagnie de l’instructeur, l’Adj 2 Tim Eckensviller, de l’Escadron 882, à Breslau (Ont.). (photo par le Maj Ron Gowing)

27


Cadence • Numéro 8 • Hiver • 2002

Le magasinage sur Internet… la solution gagnante! Texte par le Capt Chris DeMarchant et photos par le Slt Chris Collins

Ça prendra peut-être un bout de temps avant que le grand public s’habitue à magasiner sur Internet, mais dans le Mouvement des cadets, c’est monnaie courante. Les cadets – et les officiers – commandent désormais leurs vêtements en ligne. a commande en ligne des vêtements des cadets connaît un franc succès, puisque 92,5 p. 100 de tous les corps et escadrons de cadets privilégie cette méthode.

L Tous les officiers dont les noms figurent dans la base de données des FC consacrée aux membres des Forces régulière et de réserve peuvent désormais remplacer ou acheter leurs vêtements non opérationnels par l’entremise du système en ligne.

28

Ce qui était à l’origine un projet visant à réaliser des économies fait aujourd’hui la fierté des responsables de la gestion du matériel du ministère de la Défense.

Livraison directe Tout cela a débuté en 1997, avec la mise en œuvre d’un projet-pilote visant à permettre la livraison directe de vêtements à 1120 unités de cadets dans l’ensemble du pays. On se proposait d’éliminer le rôle d’intermédiaire des magasins d’approvisionnement et de réduire l’espace d’entreposage dans les corps et escadrons de cadets. Le projet-pilote a permis aux commandants des unités de cadets de soumettre leurs demandes d’habillement directement à un fournisseur. En 1999, 89 p. 100 des commandants étaient satisfaits de la nouvelle méthode de livraison et tout comme le personnel de soutien des détachements et des unités régionales, réclamaient des améliorations constantes.

Transmission et saisie électronique des commandes des cadets En octobre de la même année, un système de commandes électroniques a été mis en œuvre et la période d’essai a coïncidé avec la mise à la disposition des unités de cadets d’ordinateurs et de l’accès à Internet. La période d’essai a connu un énorme succès. Aujourd’hui, on peut commander de l’habillement en ligne, sur Internet, sur le site Web du fournisseur. On accède au site à l’aide d’un mot de passe spécifique à l’unité, qui est envoyé aux commandants annuellement, par la poste. Les corps et escadrons de cadets qui n’ont pas placé de commandes sur Internet reçoivent automatiquement des formulaires de commande du fournisseur par la poste. Le site Web contient tous les outils pour interagir avec le fournisseur. Il est facile d’utilisation, fournit un relevé à jour du budget alloué à l’unité pour l’habillement (les dépenses et le solde), ainsi que des renseignements sur l’état d’acheminement des commandes reçues. La transmission des commandes en temps réel fait en sorte qu’il s’agit de la façon la plus rapide de transmettre des commandes et de recevoir la marchandise. Le site Web permet aussi aux corps et aux escadrons de cadets de vérifier les grandeurs (selon les mesures des cadets) avant de confirmer et d’expédier la commande. Les corps et escadrons ont ainsi la possibilité de modifier au besoin les grandeurs, avant d’expédier leur commande. L’agente d’approvisionnement de l’escadron, France Hurley, ajuste la cravate du cadet Anthony Apolloni qui vient de recevoir son nouvel uniforme. La commande en ligne des vêtements des cadets connaît un franc succès.


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Livraison directe aux officiers

Ensuite?

En raison de la popularité du projet-pilote à l’intention des cadets, le ministère de la Défense a mis de l’avant, à l’automne 2001, le projet « Vêtements en ligne » permettant la commande en ligne et l’expédition directe d’uniformes des trois éléments pour tous les membres de la Force régulière et des réservistes en classe C.

Bien que le projet d’habillement s’avère une réussite, il y a toujours matière à amélioration. Dans cet ordre d’idées – et grâce aux progrès techniques comme le commerce électronique – nous continuerons d’améliorer le service que nous vous offrons. b

En novembre, on a décidé de mettre ce service à la disposition de tous les réservistes, y compris les officiers du CIC. Tous les officiers dont les noms figurent dans la base de données des FC consacrée aux membres des Forces régulière et de réserve peuvent désormais remplacer ou acheter leurs vêtements non opérationnels par l’entremise du système en ligne. Le remplacement gratuit est assujetti aux restrictions en vigueur concernant le nombre d’articles qu’un membre peut échanger chaque année. (Voir l’encadré.) La période d’essai ne comprend pas la première dotation, les vêtements opérationnels ou les vêtements de la Réserve supplémentaire et des Rangers canadiens. La période d’essai se poursuit jusqu’au 28 juin 2003.

– Le Capt DeMerchant est l’ancien directeur des projets de la Direction des cadets, chargé du programme d’habillement des cadets. Le Slt Chris Collins est l’officier de l’instruction de l’Escadron 51.

France Hurley, de l’Escadron des cadets de l’Air 51, à Ottawa, prend les mesures de la recrue Emily Roque-Lamoreux pour son nouvel uniforme. Selon les mesures des cadets, les grandeurs peuvent être calculées avant de confirmer et d’expédier la commande.

Le commerce électronique vous facilite la tâche Qu’il s’agisse de remplacer sans frais vos vêtements non opérationnels ou d’acheter des vêtements opérationnels, voici quelques « petits conseils » concernant vos achats en ligne. • Vous pouvez remplacer vos vêtements sans frais, compte tenu des restrictions en vigueur. Vous pouvez aussi acheter des vêtements non opérationnels, compte tenu de votre allocation. • On ne peut échanger des vêtements usagés. Vous devez vous défaire de vos vieux vêtements. Un système de points vous permet de remplacer vos vêtements selon les points dont vous disposez. Ceci afin d’éviter qu’on abuse du système. Le nombre d’articles disponibles annuellement est aussi limité en fonction du barème de dotation et du taux de change en vigueur.

• Le système sera basé sur une solution d’entreprise électronique pour le remplacement de vêtements et de commerce électronique pour l’achat d’articles. Vous disposerez de deux comptes différents : un pour le remplacement de vêtements (points) et un compte de ventes. • Les articles seront expédiés à l’adresse que vous choisissez. • Pour la période d’essai, vous ne pourrez échanger de vêtements non opérationnels dans les magasins d’habillement. Cette mesure a pour but d’éviter le « cumul d’avantages ». Il n’existe aucune restriction, cependant, concernant l’achat de vêtements non opérationnels ou l’échange de vêtements opérationnels dans les magasins d’habillement.

29


Cadence • Numéro 8 • Hiver • 2002

Forum Idées novatrices, pratiques exemplaires et leçons retenues

La technologie stimule la collecte de données… Mais nous ne sommes pas prêts à mettre de côté les méthodes traditionnelles par le Capt Patrick Arseneault « Vos bottes sont confortables? » « Ce cours d’été était-il satisfaisant? » « C’était agréable de voler à bord d’un planeur? » u cours des deux dernières années, la Direction des cadets vous a posé des questions semblables dans le cadre de sondages et d’études.

A

Votre taux de réponse a été impressionnant. En effet, plus de 8400 d’entre vous avez répondu au sondage sur l’habillement, 2797 ont répondu au sondage sur la satisfaction et 1384 (soit 96,1 % de l’échantillon cible) ont pris part à l’étude du programme de vol des cadets. Grâce à ces excellents renseignements, les cadres supérieurs ont pu prendre des décisions stratégiques au sujet du Programme des cadets. On s’est servi de diverses méthodes pour recueillir ces données : des sondages traditionnels sur papier, des rencontres de groupes de discussion et des sondages électroniques. La technologie s’est avérée fort utile car c’est un moyen rapide et convivial. Les méthodes de collecte de données visaient à s’adresser au plus grand nombre possible de personnes et à assurer une grande fiabilité. On s’est aussi fondé sur les leçons à tirer de nos propres expériences et de celles d’autres organismes. Les conclusions auxquelles nous en sommes venus suivent. Nous en tiendrons compte pour les prochains sondages, dont l’enquête omnibus du CIC (voir l’encadré).

30

• Les sondages électroniques ne fonctionnent pas sur tous les ordinateurs. Nous avons constaté cette situation à la suite de l’analyse de professions du CIC (1999-2000) et au sondage sur la satisfaction (2001). Puisque nous représentons un organisme d’envergure, nous ne pouvons pas présumer que toutes les personnes, au niveau local en particulier, disposent de versions identiques des logiciels au moment de la réalisation du sondage. • Les sondages sur papier auprès d’échantillons considérables peuvent demander plus de temps, coûter davantage et comporter un taux d’erreur supérieur. Par exemple, une équipe de cinq militaires de « classe A » a mis trois mois pour trier et entrer manuellement les 8400 réponses reçues au sondage sur l’habillement. De plus, même s’il s’agissait d’un sondage sur papier, on a eu besoin d’un logiciel et d’un ordinateur pour analyser les résultats. • Les questionnaires en ligne sont rapides et conviviaux, mais les supports électroniques ne sont pas assez fiables pour qu’on puisse transmettre des renseignements personnels de cette façon. Seuls quelques milliers de personnes (parmi la population cible de 100 000 membres des Forces régulière et de réserve) ont choisi de répondre à la version en ligne du Recensement d’auto-identification dans les FC (2001). Au total, 3563 officiers du CIC ont répondu à ce sondage.


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada • Le coût de la réalisation de sondages électroniques peut être supérieur à celui de sondages traditionnels sur papier si on a besoin de lecteurs optiques et d’un logiciel pour lire les réponses. Les lecteurs optiques (scanners) exigent des questionnaires imprimés avec une grande précision et ce type d’impression est coûteux. Toutefois, on peut avoir recours à d’autres types de technologie de lecture optique moins coûteux et plus souples. • Le recours à une méthode mixte de collecte traditionnelle de données et de moyens électroniques semble la solution idéale. Cette méthode mixte permet aux répondants de choisir le moyen qui leur convient et on peut ainsi s’adresser à un échantillon plus grand. On peut aussi comparer différents types de données qualitatives.

Lors de l’étude du programme de vol des cadets, nous avons distribué à un échantillon d’escadrons un questionnaire papier ne comportant que des questions faciles qui pouvaient être répondues rapidement. Puis, nous avons posé des questions plus complexes dans le cadre de rencontres de groupes de discussion. L’agencement de méthodes peut s’avérer plus coûteux mais, pour des points importants, il peut être utile de comparer et de confirmer les résultats obtenus par les divers moyens de collecte employés. Pour notre prochain sondage, soit l’enquête omnibus du CIC, nous allons nous servir de moyens traditionnels ainsi que de moyens technologiques. Vous aurez ainsi le choix! b

Sondage omnibus sur le CIC i vous êtes officier du CIC, les directions des Cadets et des Réserves désirent connaître votre opinion sur les politiques et directives en matière de ressources humaines en vigueur actuellement qui ont une incidence sur votre emploi, votre santé, vos congés, votre formation, etc.

S

« Cette méthode combinée devrait nous permettre de rassembler les données plus rapidement et d’offrir aux participants la possibilité de choisir la méthode de collecte de données qui leur convient le mieux », mentionne le Capt Patrick Arseneault, officier d’état-major chargé de l’évaluation de la qualité et coordonnateur de la recherche pour la Section de planification stratégique de la Direction des cadets.

Ils pensent que les officiers devraient avoir leur mot à dire quant aux politiques et directives qui ont une incidence sur eux. C’est pourquoi une nouvelle étude Le questionnaire sera conçu sous forme de guide. importante – le sondage omnibus sur le CIC – devrait Les unités recevront des copies papier du sondage débuter en janvier. pour permettre à ceux qui désirent participer au L’objectif du sondage est d’évaluer votre connaissance sondage de cette façon, de le faire. Les participants et de connaître vos opinions sur les politiques et les qui préfèrent répondre aux questions en ligne pourront, procédures qui vous concernent. On vous demandera au préalable, lire la copie papier du questionnaire. votre avis sur les politiques en matière de ressources humaines, les solutions de rechange pour la résolution des différends et l’apprentissage à distance. On aimerait rejoindre tous les officiers du CIC en service. Les données seront recueillies selon la méthode traditionnelle – un sondage distribué par la poste. Mais elles seront aussi recueillies en ligne, par l’entremise de courriels et du CadetNet. Une ligne d’aide sera installée par la Direction des cadets pour appuyer le sondage.

« Nous comprenons qu’il faut consacrer du temps à répondre au questionnaire et il peut être difficile pour vous de trouver les quelques minutes nécessaires durant une soirée d’entraînement des cadets ou en dehors de vos responsabilités professionnelles et familiales, mentionne le Capt Arseneault. C’est pourquoi nous nous efforçons de recourir à des méthodes qui vous faciliteront la tâche. Le but ultime est de fournir aux dirigeants du Programme des cadets des renseignements fiables qui leur permettront de vous aider. » b

31


Cadence • Numéro 8 • Hiver • 2002

Où va l’argent de la Ligue des Cadets de l’Armée? Cela dépend de la province ou du territoire, mais essentiellement aux cadets de l'armée! par Kim McDonald ’argent est une question importante, et parfois délicate, qui soulève sans doute le plus de questions et de préoccupations chez les intervenants auprès du Mouvement des cadets.

L

être investi dans des programmes et services réservés aux cadets.

Le financement des cadets de l’Armée provient de deux sources – le ministère de la Défense nationale (MDN) et la Ligue des Cadets de l’Armée du Canada – et les responsabilités de chacun sont clairement définies dans les Ordres et règlements royaux des cadets du Canada.

Dans l’article « Comprendre le soutien » de l’édition Automne 2002 de Cadence, vous avez peutêtre lu que la Ligue reçoit une subvention annuelle de 250 000 $ du MDN pour remplir le mandat qui lui a été assigné par le MDN. Ce financement appuie directement les efforts du Bureau national à Ottawa, et les branches provinciales et territoriales doivent organiser elles-mêmes leurs collectes de fonds.

La Ligue des Cadets de l’Armée (et chacune de ses branches provinciales et territoriales) est une organisation caritative enregistrée. Tous les fonds remis ou recueillis par la Ligue doivent, d’une façon ou d’une autre, retourner aux cadets – que ce soit sous forme de remise de récompenses et de trophées, de bulletins d’information et de frais de poste ou d’aide liée au transport et à l’équipement. En tant qu’organisation caritative, la Ligue peut fournir des reçus pour dons de bienfaisance aux personnes qui désirent faire un don à un corps de cadets en particulier. En vertu de la Loi, il nous est interdit de réaliser des bénéfices et un pourcentage de nos fonds doit

32

En raison de la diversité des méthodes de collecte de fonds et des possibilités dans l’ensemble du pays, bon nombre de branches provinciales et territoriales de la Ligue doivent s’adresser aux comités répondants et aux commandants pour payer une partie des primes d’assurance de responsabilité civile. Quelques branches privilégiées arrivent à couvrir elles-mêmes ces frais. Sans assurance de responsabilité civile, les cadets ne peuvent participer aux rassemblements hebdomadaires, aux séances d’entraînement, aux jours de collecte publique, etc. La Ligue doit financer tout l’entraînement facultatif et tout ce qui n’est pas fourni par le MDN, notamment le matériel des musiques, le transport et surtout

le logement. De nombreux corps ne peuvent assumer le coût croissant de location du lieu de rassemblement et il revient à la Ligue d’intervenir et de négocier de nouveaux contrats ou de trouver des solutions de rechange. Compte tenu que la situation financière varie d’une province à l’autre, le meilleur moyen d’obtenir des réponses à vos questions concernant les finances est de contacter la Ligue provinciale ou territoriale de votre région. Un autre rôle important, souvent négligé, de la Ligue consiste à agir comme défenderesse du programme des cadets de l’Armée. La structure de la Ligue est telle qu’elle bénéficie d’une grande influence à l’échelle nationale et qu’elle a directement accès aux décideurs. Ce lien direct permet à la Ligue d’intervenir et de proposer des changements au programme. La Ligue doit mettre en œuvre l’inscription et la sélection des comités répondants et des bénévoles civils qui travaillent pour le corps de cadets. Le Conseil des gouverneurs de la Ligue vient d’approuver une nouvelle politique d’adhésion nationale qui sera mise en œuvre dans l’ensemble du pays cet hiver. Cette politique n’interdit pas aux membres du Cadre des

instructeurs de cadets d’adhérer à la Ligue. En outre, la Ligue met en œuvre un plan stratégique national qui sera modifié aux échelons provincial et territorial pour répondre aux besoins précis des régions. Vous obtiendrez plus d’information sur la façon de renseigner les intervenants auprès des cadets de l’Armée sur le plan dans le numéro de décembre 2002 de la revue O-Group. En bout de ligne, le but de la Ligue est de fournir un soutien aux cadets de l’Armée. Si vous avez des questions précises concernant une politique en vigueur dans votre région, nous vous invitons à contacter la branche provinciale ou territoriale de la Ligue. La façon de faire varie d’une région à l’autre et pour cette raison, les politiques de la Ligue à l’échelon provincial peuvent différer légèrement. Pour obtenir une liste des personnes-ressources dans votre région, appelez sans frais 1-877-276-9223 au Bureau national de la Ligue. b – Kim McDonald est agente nationale des communications de la Ligue.


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Parlons Web

www.vcds.dnd.ca/cic

Des images valent mille mots par le Capt Ian Lambert es photos peuvent rehausser l’attrait du site Web d’un corps ou d’un escadron de cadets.

L

Une bonne photo est invitante pour l’utilisateur qui demeurera peut-être plus longtemps sur votre site et il pourra s’informer sur votre unité. Une photo communique souvent des renseignements qui seraient difficiles à transmettre à l’aide de mots. Elle enjolive le site et rompt la monotonie du texte qui défile à l’écran tout en facilitant la lecture. Voici quelques trucs pour assurer un aspect professionnel à votre site.

Conseils pratiques • Présentez des photos d’action. Évitez les photos genre « souriez et de poignées de mains ». Prenez des photos de cadets en activité et de dignitaires interagissant avec des cadets. • Favorisez la simplicité. Concentrez-vous sur un événement ou un objet de la photo et faites-en le centre d’intérêt. Cadrez la photo afin d’exclure les autres points d’intérêt qui rendraient la photo « encombrée ». • Faites l’essai de différentes prises de vue. Vous pouvez par exemple vous placer debout sur une chaise, poser l’appareil photo sur le sol ou le faire pivoter sur 90 degrés. • Examinez les environs. Vérifiez si des objets se trouvent à l’arrière-plan, par exemple une poubelle ou un mât de drapeau. Prenez garde aux personnes ou aux objets qui peuvent se déplacer entre vous et le point d’intérêt.

• Tenez compte de la règle des tiers. Placez le point d’intérêt de votre photo au croisement des lignes verticale et horizontale partageant l’image par tiers. Ne le placez pas au centre de la photo. • N’oubliez pas que la plupart des gens regardent une photo de la gauche vers la droite. Ainsi, ne disposez pas les objets dans la partie gauche de la photo. Prévoyez une route qui se déplace à partir de la gauche. En examinant les photos reçues au cours des dernières années, on a constaté que certaines erreurs sont fréquentes. Ainsi, tenez compte des conseils suivants : • Prenez des photos à l’extérieur lorsque cela est possible, car la lumière y est en général meilleure. Si vous ne disposez pas d’un appareil photo avec flash, ne prenez pas de photos de cadets dans des gymnases où l’éclairage est mauvais. • Laissez de l’espace devant les cadets qui défilent, afin qu’ils semblent se déplacer dans la photo et non « sortir » de celle-ci. Vous devez aussi tenir compte du sens dans lequel le regard des personnes photographiées est dirigé : ils doivent regarder en diagonale dans la photo. • Lorsque vous prenez en photo des gens en uniforme, il n’est pas nécessaire de les prendre en pied : la photo peut s’arrêter aux genoux et vous pouvez ainsi laisser de l’espace au-dessus de la tête. Dans la plupart des cas, le fait que le cadet porte son béret ou son calot n’a aucune importance.

• Prenez la photo de près. La plupart des photos sont prises à une trop grande distance. Ne vous laissez pas intimider par l’uniforme : rapprochez-vous et prenez la photo voulue. La règle générale est la suivante : avancez de deux pas de plus que l’endroit que vous estimez correct. • Faites en sorte de faire sourire les cadets. Souvent, les cadets croient qu’il ne convient pas de sourire lorsqu’on porte l’uniforme. • Oubliez les photos à la « Rambo ». Ce n’est pas l’image de nos cadets que nous voulons projeter.

Cadrage Une fois que les photos ont été transférées de la pellicule ou de

l’appareil photo numérique, cadrez-les afin de réduire leur largeur et leur hauteur et pour faire ressortir le point d’intérêt. De plus, n’oubliez pas de décrire la photo lorsque vous la présentez au site Web, a l’aide de la commande « ALT=”” » dans la balise <IMG>. Enregistrez la photo en format « jpg/jpeg » à une définition de 72 points au pouce (il s’agit de la définition maximale que la plupart des écrans peuvent afficher). Pour plus de détails sur la prise de photos et la présentation de celles-ci sur Internet, passez au site www.google.ca et recherchez « composition photo ». b – Le capt Lambert est gestionnaire national du site Web de la Direction des cadets.

Règle des tiers : une route, un chemin, une clôture et même une suite de poteaux de téléphone dans le premier tiers de la photo peut vous mener à votre point d’intérêt.

33


Cadence • Numéro 8 • Hiver • 2002

modè l e

multiculturel Initiatives positives pour favoriser l’accueil dans le Mouvement des cadets n septembre, six cadets du Canada ont représenté le programme des cadets au Forum des jeunes sur le multiculturalisme 2002, tenu à Edmonton. Le forum a permis à des jeunes de 15 à 25 ans de donner leur opinion sur la réussite du multiculturalisme au Canada, ses points forts et ses faiblesses. Le forum constituait un volet d’une conférence internationale plus vaste « Le Canada : modèle d’état multiculturel pour le monde », où l’on a fait une rétrospective des 30 dernières années de leadership en matière de multiculturalisme au Canada.

E

« Les discussions portant sur les femmes des minorités visibles ont révélé qu’il y a encore beaucoup de travail à faire au pays, sur ce plan », a mentionné l’Adjuc Sonya Purewal, 18 ans, du Corps des cadets de la Marine 263 (Beacon Hill), à Victoria. « J’ai constaté que les jeunes ont un rôle clé à jouer, qui consiste à donner l’exemple. » Après une série d’ateliers et de discussions liées à la conférence principale, on a demandé aux six cadets – un de chaque région – de citer des domaines où le Programme des cadets pourrait faire preuve d’une plus grande ouverture quant à la pluralité de la société canadienne. Leurs suggestions sont énumérées ci-dessous. Nous avons appris que la majorité des Canadiens favorisent le multiculturalisme; nous avons toutefois le sentiment que nous pouvons faire davantage pour nous assurer que le multiculturalisme est mieux représenté dans le Programme des cadets.

Une vidéo montrant divers articles vestimentaires religieux – comme le turban que porte ici le Sgt Rackinder Kombo – pourraient servir à éduquer les cadets sur le multiculturalisme au sein du Programme des cadets. (Photo par le CIEC Albert Head)

34

À titre d’exemple, le Programme des cadets a pris des mesures pour que les cadets de diverses religions puissent porter des articles qui témoignent de leur appartenance religieuse. Le problème n’est pas de permettre aux cadets de porter ces articles (ou qu’ils appartiennent à une culture ou à une religion différente), mais plutôt la réaction des gens lorsqu’ils voient ces articles. Nous soumettons les propositions suivantes pour faire en sorte que le programme des cadets soit plus ouvert aux jeunes des groupes minoritaires : • Bien connaître vos cadets, y compris leur religion et leur culture. Les officiers devraient connaître les jours fériés, les festivals et les fêtes religieuses

qui pourraient empêcher un cadet de participer à l’entraînement. • Créer un calendrier qui souligne les fêtes religieuses des diverses religions. Les corps et escadrons de cadets devraient tenir compte de ces fêtes lorsqu’ils planifient leurs activités. L’entraînement obligatoire ne devrait pas avoir lieu lors de fêtes religieuses pour des cadets d’un corps ou d’un escadron. • Mettre en œuvre un cours ou une séance de formation à l’échelon local afin de sensibiliser les cadets (subalternes et supérieurs) au multiculturalisme au sein du programme. Ce cours devrait être basé sur le programme de prévention du harcèlement et de l’abus chez les cadets. On pourrait produire de courtes vidéos et les présenter dans le cadre du PPHAC, dont une pourrait illustrer divers costumes religieux (turban, bijoux religieux, hidjab, crucifix, kippa). • Consacrer une section des manuels au multiculturalisme.

La connaissance du multiculturalisme est essentielle au développement chez les jeunes des qualités de bon citoyen et de leader dans leur collectivité. Cela viendra complémenter la formation déjà disponible dans l’objectif de rendement portant sur la citoyenneté. • Insister de nouveau sur la politique du PPHAC voulant qu’on ne tolère aucun racisme ou sectarisme. • Mentionner dans les campagnes de recrutement que les cadets pourront porter les articles qui témoignent de leur appartenance religieuse. Bon nombre de cadets ont eu ce problème à des centres d’instruction d’été et à leur unité. • Offrir un choix plus vaste d’aliments aux cadets dans les rations individuelles de campagne (RIC), les boîtesrepas et les mess. Il n’existe pas assez de choix pour les cadets végétariens. Seuls du macaroni et du fromage sont disponibles dans les RIC.


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada • Choisir les cadets commandants • éviter de supposer que de section qui devront effectuer tous les francophones les appels téléphoniques hebconnaissent l’anglais. domadaires. (Par exemple, choisir • Créer des pages sur le site un cadet supérieur qui connaît Web national des Cadets bien le mandarin, le cantonais qui cibleront des cadets et l’anglais lorsqu’il s’agit et les sensibiliseront au d’appeler les cadets chinois). multiculturalisme. • Réécrire et abolir toute référence • S’assurer que les officiers sont à une religion en particulier au courant que dans certaines dans la prière de la Marine. provinces, les cadets qui ont La fin de la prière pourrait être immigré récemment doivent modifiée pour permettre aux suivre des cours de langue les cadets de diverses cultures et fins de semaine. (Le commanreligions de réciter leur propre dant de l’Escadron des cadets verset adapté à leur religion. de l’Air 778 a rédigé une lettre • Utiliser des noms neutres à l’intention des cadets qui pour qualifier les événements suivaient des cours de chinois (par exemple, utiliser réception (environ 50) pour qu’on leur des Fêtes plutôt que réception permette de participer à de Noël). Cela s’applique la cérémonie du Jour du principalement aux unités qui Souvenir un samedi. b comptent un grand nombre – Par : Adj1 Julie Gaudreaude cadets non catholiques. Cormier, Escadron des cadets • S’assurer que suffisamment de de l’Air 921, Ancienne-Lorette cadets bilingues sont employés (Qc); Sgt Sabrina Krivan, dans les centres d’instruction Escadron des cadets de d’été qui offrent des cours l’Air 825, Yellowknife, Adj2 nationaux à des escadrilles, David Chee-Hing, Escadron divisions ou pelotons des cadets de l’Air 778, bilingues. Aussi : Richmond Hill, Ont.; Pm1 • s’assurer que tous les Sonya Purewal, Corps des ordres sont donnés dans cadets de la Marine 263, les deux langues; Victoria; Adj Heather Brett, • s’assurer que les exercices Corps des cadets de l’Armée de drill et les cérémonies 2688, Bridgewater (N.-É.); ont lieu dans les deux et M1 Cassandra Moen, Corps langues; des cadets de la Marine 45, • s’assurer que peu importe Saskatoon (Sask.). le nombre de cadets francophones, on tient compte de leurs besoins;

« Connaissez-vous vos cadets? » – liste de vérification • Connaissez-vous la culture, la religion et les fêtes religieuses célébrées par vos cadets? • Connaissez-vous leur langue maternelle et celle de leurs parents? • Est-ce que votre corps ou escadron s’assure que les documents envoyés aux parents sont rédigés dans leur langue ou dans un anglais ou français simple pour les parents qui possèdent seulement une connaissance élémentaire de ces langues? • Connaissez-vous les restrictions relatives à la diète de vos cadets?

À partir de la gauche, les cadets Moen, Krivan, Brett, Chee-Hing, Gaudreau-Cormier et Purewal ont proposé des solutions concrètes pour favoriser l’accueil au sein du Mouvement des cadets.

Ce que nous étions Pendant les années 1930 et 1940, la société canadienne n’était pas aussi ouverte aux personnes de religion et de race différentes comme c’est le cas de nos jours, et les cadets non plus d’ailleurs. Lorsque la Ligue des cadets de l’air du Canada a reconnu initialement l’Escadron des cadets de l’Air 219 B’nai B’rith de Toronto en 1942, la charte standard empêchait tous les escadrons d’accepter les cadets qui étaient noirs ou nés de parents qui n’étaient pas d’origine britannique. En tant qu’escadron implanté au centre-ville de Toronto dans un secteur habité majoritairement par des nouvelles familles d’immigrants et des groupes religieux et raciaux minoritaires, le 219 devait attirer les cadets de toute origine pour réussir. Le parrain de l’escadron, le Toronto Lodge of B’nai B’rith, était au courant de cette situation et s’est opposé à toute restriction. Par la suite, la Ligue des cadets de l’air s’est ravisée et l’escadron est devenu l’un des premiers au Canada à accepter les cadets immigrants et le premier à introniser un cadet noir. Même si 70 pour 100 de ses cadets sont de confession juive, l’escadron a conservé un caractère non confessionnel. L’escadron a été officiellement dissous en 1949, mais un groupe non officiel d’anciens et amis demeure toujours actif. – D’après un article par Arthur Downs, un ancien adjudant de première classe de l’escadron et un directeur du Comité provincial de l’Ontario, et par Morley Wolfe, un ancien caporal de l’escadron et juge suppléant.

35


Cadence • Numéro 8 • Hiver • 2002

Des outils

à vie

L’instruction des cadets, un avantage certain lorsque vient le moment d’intégrer le marché du travail par le Capt Catherine Dubreuil

ue recherche un employeur et quelles qualités un jeune s’efforce-t-il de développer?

Q

Photo par le Slt Elisabeth Mills, Centre d’instruction d’été des cadets à Whitehorse.

Si vous avez répondu des compétences transférables, vous avez vu juste.

Les jeunes doivent intégrer un marché du travail en constante évolution où l’on insiste beaucoup sur les connaissances et les compétences.

Que sont les compétences transférables? Le dictionnaire nous apprend que le terme transfert signifie « se déplacer d’un endroit à l’autre » et que le terme compétences signifie « la capacité de bien faire quelque chose ». Donc, les compétences transférables sont des aptitudes dont nous pouvons nous servir à plus d’un endroit. Développement des ressources humaines Canada (DRHC) décrit, d’une façon plus simple, les compétences transférables sur son site Web sur la planification des carrières comme des compétences que vous avez développées durant votre vie et que vous utiliserez dans bon nombre de situations. Pourquoi est-il important de nous renseigner à leur sujet? Les jeunes doivent intégrer un marché du travail en constante évolution où l’on insiste beaucoup sur les connaissances et les compétences, conformément à la stratégie d’emploi des jeunes de DRHC. Le Mouvement des cadets reconnaît qu’il est essentiel d’aider les cadets à développer ces compétences transférables. L’encadrement des paramètres d’instruction des cadets (établi l’an dernier et qui décrit l’avenir de l’instruction des cadets) souligne que le Mouvement désire jeter un pont qui aidera les cadets à développer des compétences transférables. Tout cela est inclus dans la définition d’un programme de formation « dynamique ». Les compétences transférables sont groupées sous diverses catégories, selon l’auteur du document.

36

DHHC groupe les compétences transférables générales dans quatre catégories principales : les compétences essentielles, les compétences en gestion, les compétences en leadership et les compétences contextuelles.

Les compétences essentielles ont trait à la capacité de : • • • • • • • • •

lire; calculer; écrire; travailler à l’ordinateur; penser, analyser et résoudre des problèmes; apprendre de façon autonome; communiquer efficacement; collaborer avec les autres; travailler en équipe

Les compétences en gestion ont trait à la capacité de : • organiser et planifier; • faire du marketing et effectuer des évaluations; • gérer des gens, des budgets, etc. – gestion élémentaire des ressources. Les compétences en matière de leadership ont trait à la capacité de : • • • •

motiver les autres; les aider à atteindre leur potentiel; prendre des risques; formuler et promouvoir une vision.

Les compétences contextuelles ont trait à la capacité de : • fonctionner dans divers contextes – divers pays et régions; • fonctionner dans un milieu de travail mettant en présence diverses cultures.


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada Voilà pour les principales compétences transférables. Tel que mentionné, divers auteurs peuvent les grouper dans diverses catégories, mais généralement les titres couvrent les compétences sur le plan de la communication, du leadership et des relations humaines. Il est intéressant de constater que les cadets ont la possibilité de développer la plupart de ces compétences, sinon toutes, par l’entremise des programmes d’instruction des cadets. Dans le nouveau cadre d’instruction des cadets, les principaux sujets de nos programmes de formation ont été redéfinis en fonction du développement de compétences transférables. L’un de nos objectifs dans le programme de leadership, par exemple, consiste à aider les cadets supérieurs à développer leurs talents de mentors et de leaders par l’entremise de programmes autofinancés dirigés par les pairs. Les cours de leadership seront repensés, non seulement pour sensibiliser les cadets à l’aspect théorique du leadership, mais pour les aider à devenir des chefs pratiques. En tant que mentors, les cadets supérieurs fourniront l’instruction, les conseils, l’orientation et la supervision nécessaires aux cadets subalternes. Nous nous attendons aussi à ce que les cadets supérieurs organisent, gèrent et exécutent diverses activités – pouvant aller d’une partie de basket-ball à une sortie de deux jours du corps ou de l’escadron. Les compétences en leadership et en gestion peuvent être développées dans le cadre de ce processus. Le programme de citoyenneté permet de développer efficacement les compétences contextuelles. Selon la nouvelle définition, la citoyenneté comprendra l’apprentissage de la diversité culturelle et raciale au sein des collectivités locales, nationales et internationales et de la façon de vivre et de travailler dans ce contexte. L’instruction en matière de communication comprendra l’art oratoire et le « marketing ». Les cadets développeront de nombreuses compétences essentielles à mesure qu’ils apprendront à se faire valoir et à établir des contacts au sein de la collectivité, en participant aux programmes.

On peut aussi développer des compétences transférables dans d’autres volets de l’instruction. Les cours d’instruction d’été, les cours de formation facultatifs et diverses activités mettent l’accent sur l’apprentissage du travail d’équipe, la motivation personnelle et collective, la communication, la résolution de problèmes, la collaboration et diverses autres compétences. Les cadets qui suivent des cours d’instruction d’été, vivent et travaillent avec des cadets d’autres régions canadiennes et du monde sont confrontés à d’autres races et cultures; ils développent les compétences transférables « contextuelles » dont parle DRHC. Et même une activité aussi simple que de participer à une danse des cadets permet de développer des compétences interpersonnelles. Étant donné que les programmes d’instruction sont conçus en fonction des objectifs du nouveau cadre d’instruction des cadets, nous serons de mieux en mieux outillés pour développer des compétences transférables. Que signifie tout cela? Développer des compétences transférables est indispensable à la réussite de nos cadets supérieurs. Nous admettons ce fait et mettrons l’accent sur cet aspect dans la conception de nouveaux programmes d’instruction. Par notre participation dévouée à l’instruction et aux activités, nous pouvons faire en sorte que nos cadets développent ces compétences. Conformément à la stratégie d’emploi des jeunes de DRHC, ces compétences sont exigées même pour les postes de débutant. Ayant acquis un bagage solide de compétences transférables, les cadets auront une longueur d’avance lorsqu’ils intégreront le marché du travail. b – Le Capt Dubreuil est officier d’état-major préposée au perfectionnement de l’enseignement au sein de la cellule d’instruction des cadets de la Direction des cadets.

Développer des compétences transférables est indispensable à la réussite de nos cadets supérieurs. Nous admettons ce fait et mettrons l’accent sur cet aspect dans la conception de nouveaux programmes d’instruction.

Pour obtenir plus de renseignements sur les compétences transférables ou connaître vos propres compétences transférables, consultez : • Le site Web sur la planification des carrières de DRHC à l’adresse www.nextsteps.org/net/career/ • Le site Web pour les jeunes du gouvernement du Canada à l’adresse www.youth.gc.ca/. Cliquez sur « Connais tes intérêts et tes compétences » et ce site vous aidera non seulement à les découvrir, mais aussi à créer votre propre répertoire de capacités et aptitudes personnelles. • Le site Web de la University of Minnesota Duluth www.d.umn.edu/student/loon/car/self/career_transfer_survey.html. Ce site renferme un sondage sur les compétences transférables.

37


Cadence • Numéro 8 • Hiver • 2002

Point de vue Application de la discipline Vu l’interdiction des tractions comme outil disciplinaire, on devrait offrir des solutions de rechange par le Capt Steve Bedford

« L’exercice normal des responsabilités et de l’autorité associées à la prestation de conseils, à l’attribution de tâches, à l’orientation, à l’évaluation du rendement, à la discipline et à d’autres fonctions de supervision, ne constitue pas du harcèlement. » – Site Web des ressources humaines du MDN et des FC, 30 oct. 2001. ites à un groupe de cadets que le programme de prévention du harcèlement et de l’abus chez les cadets (PHAC) est formidable et plusieurs auront un mouvement de recul. Pourquoi?

D

Ce n’est pas le contenu du PHAC : aucun cadet ne veut être maltraité ou harcelé. Le PHAC est simplement un leadership avisé qui prend force de loi et le Mouvement des cadets a pris tous les moyens pour enseigner à ses membres à ne pas abuser de leur autorité. Le problème c’est que nous enseignons rarement à nos cadetschefs comment faire preuve d’autorité. Nous leur demandons d’assurer « le bon ordre et la discipline » et ils se sentent délaissés

38

lorsque leur autorité est mise à l’épreuve. Ils remplissent donc leurs fonctions sans connaître les outils dont ils disposent.

Les avantages et inconvénients des tractions

Le recours aux tours de piste de la sentinelle serait peutêtre une mesure disciplinaire plus appropriée. Ils exigent de la concentration plutôt qu’une force du haut du corps.

Il n’y a pas très longtemps, les cadets-chefs pensaient qu’ils avaient à portée de la main une mesure disciplinaire efficace : les tractions sur les bras.

aux tractions quand j’étais cadetchef, dans les années 1980), les tractions n’ont jamais été une mesure disciplinaire efficace. Il fallait les remplacer.

Mais on en a interdit le recours, sous prétexte qu’elles constituaient de la violence physique. Des ordonnances ont été publiées à cette fin et le problème est réglé.

Toutefois, avant de discuter d’un moyen de les remplacer, voyons les trois lacunes (autres que l’aspect légal) qui ont fait en sorte que les tractions se sont avérées inefficaces comme mesure disciplinaire.

Selon mon expérience (et je dois admettre que j’ai souvent recouru

• Elles ont stigmatisé les tractions comme exercice et outil de conditionnement physique en général. Quand vous voyez un cadet effectuer seul des tractions vous vous demandez quelle faute il a commise, vous n’admirez pas ses qualités d’athlète. • Elles ont miné le moral. Cinquante tractions, par exemple, pouvaient humilier un cadet en mauvaise condition physique et porter aux


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada nues un chenapan athlétique; ni l’un ni l’autre ne font partie des objectifs d’un chef. • L’exercice était incohérent, souvent adapté à la condition physique du contrevenant – une invitation au trouble. Augmenter le nombre de tractions imposées à un cadet jusqu’à ce que l’expression de suffisance s’évanouisse de son visage a conduit des cadetschefs à abuser des tractions. Nous avons donc remplacé les tractions et évité ces lacunes. Mais devrions-nous plutôt nous demander quels étaient les aspects positifs des tractions? • Il ne fait aucun doute qu’elles répondaient à notre objectif de promouvoir la bonne condition physique; • C’était simple. Cela n’exigeait aucune explication détaillée, équipement spécial ou adaptation. « Tu t’accroupis au sol et tu me fais 20 tractions! »; • Cela avait peu d’incidence sur la carrière du cadet récalcitrant : aucune mauvaise note au dossier, seulement une petite semonce même à la portée des cadets-chefs subalternes; • Cela exigeait une réaction physique immédiate à la colère du cadet-chef : « Tu as dépassé les bornes, maintenant tu vas faire ce que je te dis. »

La mesure disciplinaire en vigueur Est-ce que la solution de rechange actuelle possède ces caractéristiques? La politique adoptée récemment veut que chaque ordre s’accompagne d’une explication raisonnable. Toutefois, « le commandement justifié » est une mesure plutôt complexe pour un cadet-chef subalterne qui doit riposter à des infractions mineures. Les nouveaux cadets peuvent dépasser les limites ou mettre à l’épreuve des cadets-chefs subalternes ciblés. Des subordonnés mécontents se fichent parfois de ce que le sous-officier

Augmenter le nombre de tractions imposées à un cadet jusqu’à ce que « l’expression de suffisance s’évanouisse de son visage » a conduit des cadets-chefs à abuser des tractions.

a à dire, peu importe si ses propos sont sensés. Sans compter les cadets qui manquent de confiance en eux et n’osent pas prendre la place qui leur revient et qui, plutôt que d’essayer de faire bonne impression sur les autres par leurs efforts, se contentent de devenir les bouffons de la classe. Les chefs doivent toujours pouvoir justifier leurs ordres, mais doiventils s’excuser en premier lieu s’ils veulent qu’on les écoute? Certains disent que le fait de porter un galon de plus ne justifie pas qu’on vous obéisse. Mais le grade des cadets constitue leur source d’autorité légitime et parfois c’est aussi simple que cela. C’est un rempart qui augmente la confiance des cadets et tous préfèrent suivre les ordres d’un chef qui a confiance en lui.

D’autres solutions? Le recours aux tours de piste de la sentinelle serait peut-être plus approprié. C’est plus qu’un « temps d’arrêt » animé exécuté sur l’ordre du

chef. Il consiste en un exercice de marche relativement simple selon une « cadence » établie, avec des virages vers l’extérieur, qui exige de la concentration plutôt qu’une force du haut du corps. En outre, compte tenu du fait que le contrevenant doit se mouvoir à une cadence de 60 pas par minute dans un espace ouvert convenable, il y a moins de chance qu’on pousse à l’extrême les tours de piste de la sentinelle. On pourrait songer à des solutions de rechange semblables. Il est bon de préciser cependant que les mesures disciplinaires ne doivent pas être laissées à l’initiative individuelle.

L’exercice approprié de l’autorité Nous avons fait un excellent travail avec le PHAC. Nous devrions passer à une nouvelle étape : comment exercer efficacement l’autorité. Un complément utile au PHAC serait un programme basé sur la projection de vidéos où l’on verrait des cadets-chefs

corriger des cadets dans diverses circonstances avec un degré d’assertivité croissant, jusqu’à ce qu’on arrive au point où le cadet-chef dépasse les bornes et a recours au harcèlement ou fait preuve d’un leadership médiocre. Les discussions qui s’ensuivraient pourraient s’avérer très valables. Le fait de ne pas réagir pourrait être perçu comme un manque d’appui envers nos subalternes. Lorsque nous n’appuyons pas suffisamment nos cadets-chefs, nous les incitons à prendre les choses en main. Parfois, la frustration découlant d’une charge de travail trop lourde et l’inertie de l’autorité peuvent les pousser à utiliser des moyens très inefficaces qui sont loin de renforcer la discipline. b – Le Capt Bedford est commandant adjoint du Corps des cadets de l’Armée 2402 (The Governor General’s Horse Guards) à Toronto.

39


Cadence • Numéro 8 • Hiver • 2002

Devenir de meilleurs

officiers L’autoperfectionnement continu par le Ltv Paul Fraser ans chaque numéro de Cadence, une page est consacrée à « Devenir de meilleurs officiers ».

D

Que signifie « Devenir de meilleurs officiers » pour des officiers qui consacrent des heures de leur calendrier d’activités déjà chargé à diriger une unité de cadets? Cela signifie-t-il qu’ils doivent suivre les cours requis pour obtenir une promotion ou les cours spécialisés exigés dans le cadre du programme obligatoire?

« Dis-moi les choses, je les oublierai; montre-moi les choses, je m’en souviendrai; donnemoi la chance de participer et je comprendrai... » – Adaptation de l’Association for Experiential Education d’une citation de Confucius.

40

Ou s’agit-il d’un objectif personnel visant à devenir un meilleur officier et un meilleur citoyen canadien? Dans les derniers numéros de Cadence, nous avons discuté des cours de perfectionnement professionnel disponibles au Collège militaire royal. La Direction des cadets s’est aussi engagée à offrir aux officiers du quartier général local des outils de développement personnel. Le site Web national du CIC constitue un moyen d’y arriver; il a été modifié pour vous informer des ressources mises à votre disposition quant à la formation des jeunes et au développement personnel. Voici quelques-uns des sujets abordés dans la section « formation » du site Web : • • • •

l’apprentissage par l’expérience l’apprentissage neuromimétique le leadership et l’éthique la gestion du changement personnel • le développement des jeunes Chaque sujet sera résumé brièvement et on fournira des liens à des sites Web ou on proposera des lectures comme complément d’information. Le Programme des cadets est un programme « axé sur les jeunes » dans une société en pleine évolution qui préconise l’autoper-

Le Capt Dave Nielsen en compagnie du cadet Noreen Pettypiece, au CIEC Whitehorse. Le site Web national restructuré du CIC fournira des renseignements sur quantité de sujets, y compris le développement des jeunes, afin d’aider les chefs à mieux comprendre la jeunesse (Photo par le Slt Elisabeth Mills, Affaires publiques – CIEC Whitehorse).

fectionnement continu de ses chefs. Le fait que les dirigeants adultes soient conscientisés au développement des jeunes et aux idéologies pédagogiques efficaces crée un milieu où les cadets supérieurs ont plus de chance d’acquérir des compétences polyvalentes. Nous vous invitons à consulter le site Web national du CIC (www.vcds.forces.ca/cic) et à explorer les diverses possibilités qui vous permettront de mieux comprendre les jeunes que vous dirigez chaque semaine. b – Le Ltv Fraser est l’officier d’état-major responsable des programmes nationaux du CIC à la Direction des cadets.

Quatre mythes en matière d’apprentissage : • L’école est le meilleur lieu d’apprentissage. • L’intelligence est figée. • L’enseignement débouche sur l’apprentissage. • Nous apprenons tous de la même façon. – Jeannette Vos, Principes étudiés dans le cadre des ateliers internationaux sur la révolution de l’apprentissage.


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

« Le vaillant

petit escadron »

La pensée positive anime un escadron et une collectivité nordique tenaces On dit que leadership est synonyme de motivation et que motivation est synonyme de leadership et que les deux éléments sont inséparables. Si on est soi-même motivé et si on arrive à motiver les autres, on peut franchir tous les obstacles. Nous espérons que cet article inspirera les autres corps et escadrons et les chefs sont en apparence confrontés à des obstacles insurmontables. par Shannan Wood ’Escadron des cadets de l’Air 212 (Ptarmigan), à Faro, au Yukon, est comparable à « La vaillante petite locomotive », un conte pour enfants, mais l’un des articles les plus fascinants jamais écrits sur la motivation et la pensée positive. Comme la petite locomotive, il ne cesse de se répéter : « je pense qu’on est capable », et il réussit à franchir des obstacles apparemment infranchissables.

de 20 à 40 degrés sous zéro à l’extérieur et même plus froide à l’intérieur, le bâtiment ne pouvait être utilisé durant les mois d’hiver. Nous avons donc déménagé les documents et le matériel chez moi et avons poursuivi notre année de formation sans trop de problèmes. Notre équipe de drill a remporté le trophée pour le Yukon et s’est même rendue à Cambridge Bay, au Nunavut, pour participer au concours régional.

Notre vaillant escadron – qui compte un effectif d’environ 35 p. 100 des jeunes admissibles de cette petite collectivité – refuse de s’avouer vaincu.

Lorsque l’escadron a amorcé son année d’entraînement en 2000, des bénévoles ayant déjà fait partie de l’escadron ont donné un coup de main au seul instructeur civil pour la gestion courante du matériel et des stocks, la pourvoirie et les commandes. Une fois de plus, nos cadets ont remporté le trophée du Yukon pour le drill et se sont préparés en vue du concours régional.

L

Faro est situé à environ 425 km au nord-est de Whitehorse. En 1997, sa principale industrie – une usine de plomb et de zinc – fermait ses portes et en raison du manque de travail, la population du village a chuté de 1500 à environ 300 personnes. L’effectif et le soutien à l’escadron ont aussi chuté. Une année plus tard, le parrain de notre escadron – la Légion – fermait ses portes. Le cadet de l’Air de 1re classe Amber Allison de l’Escadron 212 construit un abri au cours d’un exercice à Yellowknife. (Photo par le Slt Elizabeth Mills)

Bien que nous ayons reçu du financement, nous ne disposions par d’assez de fonds pour payer les frais de chauffage du bâtiment de la Légion. Avec une température

Les rares entreprises de Faro ont prêté main-forte à l’escadron. Quelques-unes ont fermé leurs portes; d’autres ont tenté de leur mieux de fournir un soutien. Des dons minimes et des collectes de bouteilles ont permis à l’escadron de bénéficier d’une année additionnelle d’entraînement. À l’été 2001, une entreprise locale, Faro Real Estate, mettait

gratuitement à la disposition de l’escadron un bâtiment plus récent doté de salles de classe, de bureaux et d’un espace d’entreposage. Forts d’un effectif évalué à environ 26 p. 100 des jeunes admissibles, nous avons aussi eu la chance d’accueillir trois instructeurs civils supplémentaires. À court de fonds, nous avons écrit des lettres aux entreprises locales pour leur demander de nous aider à payer les frais de chauffage de notre bâtiment. Les dons ont été modestes, mais additionnés à d’autres dons modestes du Programme jeunesse actionnaire et du Programme de prévention du crime, ils nous ont permis d’achever notre année d’entraînement et de reprendre les activités en septembre. De nouveau cette année, nous avons organisé la cérémonie du Jour du Souvenir, commandé les gerbes de fleurs, vendu des coquelicots et retenu les services de conférenciers. La collectivité a apprécié le fait que nous ayons commémoré le Jour du Souvenir. L’an dernier, notre cadet supérieur avait déposé une gerbe de fleurs pour honorer les victimes de l’attaque terroriste du 11 septembre.

41


Cadence • Numéro 8 • Hiver • 2002 des prix de présence. Sur 350 résidants du village, 200 ont assisté au souper! Étant donné que cette activité connaît un tel succès non seulement en ce qui a trait à la collecte de fonds, mais comme moyen de rassembler la collectivité, le souper spaghetti sera de nouveau inclus dans notre calendrier d’activités cette année. Nous perdons des membres à chaque année parce que leurs parents trouvent un emploi ailleurs. Mais ceux qui restent en recrutent d’autres dans un bassin réduit. Nous avons lutté et continuons de le faire pour offrir à nos adolescents le milieu de formation et d’apprentissage le plus adéquat et le plus sécuritaire. L’Adj 2 Laura Wood dépose une couronne de fleurs au cours des cérémonies du Jour du Souvenir de 2001 pour rappeler les victimes des attaques terroristes du 11 septembre. (Photo du montage créatif JaGS par Jan Sokowypnace)

La collectivité étant aux prises avec des problèmes financiers, nous avons dû faire preuve d’imagination pour notre collecte de fonds. Les cadets ont organisé des soirées communautaires et ont nettoyé les lieux à la fin de la soirée. Ils ont organisé des collectes de bouteilles, ont pelleté les sentiers menant à l’Arboretum et aux chutes Faro

À

et ont organisé un tirage de cordes de bois de chauffage. Notre principale activité de collecte de fonds a été le souper spaghetti communautaire de l’an dernier. Les cadets ont vendu les billets, décoré la salle et servi le repas. Des musiciens locaux ont animé la soirée. Des entreprises et des artisans locaux ont offert

– L’ instructeur Shannan Wood est commandant de l’Escadron des cadets de l’Air 212, à Faro. Elle a reçu dernièrement la médaille du Jubilé d’or de la Reine pour son engagement continu envers le programme des cadets.

Je constate leur fierté lorsqu’ils sont à l’œuvre… Il ne s’agit pas seulement d’une soirée des cadets – ils sont les jeunes représentants de notre collectivité. L’an dernier, le conseil municipal leur a rendu hommage individuellement pour leur engagement au sein de la collectivité ». – Michelle Vainio, conseillère municipale de Faro depuis deux ans

l’horizon

otre prochain numéro a pour thème « les questions de qualité de vie dans le Mouvement des cadets », un sujet important pour nos lecteurs.

N

Nous vous invitons à soumettre des articles en prévision du numéro du printemps. Ils peuvent porter sur divers sujets, y compris la solde et les indemnités, les soins médicaux que vous recevez si vous vous blessez en effectuant votre travail dans le Mouvement des cadets, les récompenses et distinctions honorifiques ou tout autre sujet lié à la qualité de vie. Le sujet peut être aussi complexe que la question des pen-

42

Tout comme la vaillante petite locomotive, on pense qu’on est capables, on pense qu’on est capables… de poursuivre nos activités et de continuer de motiver les adolescents de cette collectivité nordique. b

«I

l n’est pas facile d’administrer un escadron de cadets à Faro. Le village a connu bien des changements et pendant tout ce temps Shannan Wood et les bénévoles ont tenu bon. Le moins qu’on puisse dire c’est qu’ils ont du cran – aussi bien les bénévoles que les jeunes.

sions de la Force de réserve, ou aussi simple en apparence que l’aide au transport quotidien. Les questions de qualité de vie ne se limitent pas aux officiers. Lorsque vous écrivez pour Cadence, rappelez-vous qu’elle est la revue officielle du leadership du Mouvement des cadets du Canada, un outil de perfectionnement professionnel destiné à nos chefs et à nos instructeurs. Vos articles doivent renseigner, former, promouvoir le perfectionnement professionnel et être fondés sur la réalité.

Les textes doivent être soumis avant le 31 janvier 2003 pour le numéro du printemps, et le 25 avril pour le numéro d’été. Le numéro d’été portera sur l’« éducation permanente ». Pour éviter les déceptions, informez la rédaction longtemps d’avance à propos des textes que vous prévoyez soumettre.


2002 4