Issuu on Google+

www.cadets.ca

The Leadership

Magazine of the Canadian Cadet Movement

Issue 3 • Fall • 2001

Communication Communication in the cadet movement has many faces: from communicating during a crisis to helping cadets explode their “inner bags of popcorn”.

Been there, done that! Professional development courses take time and effort, but they're worth it!

Looking at the Big picture Expanding employment opportunities for officers

Driving training Future officer training will be more job-specific and youth-related.


Cadence • Issue 3 • Fall • 2001

16

12

32

18 On the cover:

2

Succeeding in conveying information, or evoking understanding — as “communication” is defined — is vital to training cadets. Photo by Capt Philippe Gélinas, Valcartier Army Cadet Summer Training Centre photographer).


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

Roll call

In Every Issue Opening notes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 Cadence has a new editorial board

Mail bag. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 March past. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 News from around the cadet movement

Web talk . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29

Cover Stories The faces of communication . . . . . . . . . . . . . . . . 10 An open door . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Positive communication helps an officer meet the leadership challenges of commanding one of our largest summer training centres By 2Lt Lisa Currie

Be proactive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Sometimes, saying you have an ‘open door’ policy is not enough By Capt Bev Ennis

Crisis communications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 What the media need when things go wrong By LCdr Gerald Pash

Exploding cadets’ inner ‘bag of popcorn’ . . . . . 18 Pastoral workers communicate in a language teens understand By Jean-Claude Roy

Alternate dispute resolution . . . . . . . . . . . . . . . . 20

Using the Internet safely By Lt Adam Chubbs

Forum: New ideas, best practices and lessons learned . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Smiles guaranteed By SLt Tom Turner Cadet for a day By Lt(N) Julie Hillsden Calendar cadets

Becoming better officers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Expanding distance learning Military studies program offers new courses to officers in January By Lt(N) Paul Fraser

Viewpoint. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Been there, done that! Professional development courses take time and effort, but they’re worth it By SLt Tom Turner

On the horizon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40

When communication becomes an art form By Capt Bev Ennis

Effective speaking as a life skill. . . . . . . . . . . . . . 22 Contests give cadets experience in public speaking By Lionel Bourgeois

Have fun with public speaking. . . . . . . . . . . . . . . 23 ‘Tricks of the trade’ from an award-winning cadet leader By CPO1 Angel Payne

Holding off dry mouth . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Even officers can fear public speaking By Capt Paul McKee

A winning strategy . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Don’t wait for your recruiting campaign to plan your communications By Maj Carlo deCiccio

The sound of music . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Communicating in the international language By Capt Isabelle Bergeron

When communication falters . . . . . . . . . . . . . . . 28 The Army Cadet League sets out to improve its image By Brian Garagan

All The Rest Looking at the big picture . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 Expanding officer employment opportunities is just the tip of the iceberg for the new branch advisory council By Maj Harold Mendes

A skeptic reborn . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Making unit administration ‘simply simple’ By Capt Myles Penny

Are we satisfied with our training program? . . . 35 The Cadet Program Satisfaction Survey has the answers By Capt Patrick Arsenault

Common sense training . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 A book review By Capt Richard Novak

Driving training. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 Future officer training will be more job-specific and youth-related. By Capt Michael Blackwell

3


Cadence • Issue 3 • Fall • 2001

Opening notes from the editor It’s official. Cadence has an editorial board! That’s big news because it ensures that your magazine has the editorial policy and strategic direction it needs to become a dynamic publication by and for cadet movement leaders. he six regional advisors on the CIC Branch Advisory Council, as well as the human resources advisor from directorate of cadets, will represent cadet instructors cadre officers on the editorial board. And editorial board business will be an agenda item at each advisory council meeting, chaired by co-advisors Director of Reserves Capt(N) Jennifer Bennett, and LCol Al Memess, commandant of the Regional Cadet Instructor School (Eastern)

T

Your editorial board representatives are Maj John Torneby, Prairie; Maj Roman Ciecwierz, Central; Maj Richard Choquette, Eastern; LCdr Darin Reeves, Northern; as well as Maj Harold Mendes, directorate of cadets. Interim representatives — until elections are held — are LCdr Earle Ledger, Pacific, and Capt Marc Boudreau, Atlantic. The regional advisors will work hand in hand with their regional councils with regard to editorial board responsibilities. Senior cadets will be encouraged to give feedback on Cadence through public affairs officers at cadet summer training centres. They can also provide input at provincial and senior cadet forums throughout the training year.

4

The editor’s contact with league representatives will ensure league input. The editorial board will contribute theme and story ideas. It will also evaluate Cadence to ensure it is meeting readers’ needs. The board has chosen these themes for the next four issues: •

Winter 2001 — Diversity;

Spring 2002 — Recruiting and retention of officers and cadets;

Summer 2002 — Leadership (including models of leadership, ethics, risk management);

Fall 2002 — Civilian support to the cadet movement; and volunteerism.

If you have any story ideas related to these themes, send me an e-mail at ghscott@netcom.ca. Or call me at (905)468-9371. b

The leadership magazine of the Canadian Cadet Movement Issue 3 Fall 2001 This publication is produced on behalf of the Canadian Cadet Movement by the communication cell in the directorate of cadets at National Defence Headquarters. It is a professional development tool for officers of the Cadet Instructors Cadre (CIC), as well as other leaders in the cadet movement, including civilian instructors, senior cadets, members of the three Cadet Leagues, parents and sponsors. Regular Force and Reserve Force members (other than CIC officers) and others are also encouraged to read Cadence. It is produced with direction from the CIC Branch Advisory Council. Views expressed in this publication do not necessarily reflect official opinion or policy. Cadence is published four times a year. We welcome submissions of no more than 1,000 words, as well as photos. We reserve the right to edit all submissions for length and style. For further information, please contact: Editor, Cadence, Directorate of Cadets, National Defence Headquarters 101 Colonel By Drive Ottawa, ON, K1A 0K2. Internet e-mail: cadence@cadets.net; or ghscott@netcom.ca. Phone: 1-800-627-0828 Fax: 613-996-1618

Editorial Staff Co-publishers: Col Jon Ambler, Director of Cadets Capt(N) Jennifer Bennett, Director of Reserves, CIC branch co-advisor Editor: Marsha Scott Translation: Translation Bureau, Public Works and Government Services Canada Distribution: Address changes and distribution queries should be directed to Lt Ginette Thibodeau at 1-800-627-0828 or ad403@issc.debbs.ndhq.dnd.ca Art direction: Director General Public Affairs Creative Services 2001CS-0390

CADETS

CANADA


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

Mail bag Good review for Cadets pamphlet On the captain qualifying course 01009 Atlantic, we were assigned to comment on the new Cadets Canada pamphlet, The Cadet Experience. Here is our assessment. In our opinion, the booklet is a great means to promote the cadet program. First of all, the booklet is concise and complete, covering all three elements, sea, land and air. The tri-service format enlightens the public of the possibility of choices when joining the Canadian Cadet Movement. It is user-friendly, in that it includes the many forms of communication available to today’s public, including e-mail and web sites. Pictures of cadet corps members are clear and numerous. The information can be directed to parents, officials and future cadets. We also noticed space for each unit’s contact information. Finally, the booklet is written in both official languages to capture the full attention of all Canadian citizens. – Lt Angele Allain Lt Aaron Bourgeois SLt A. Learmouth

SLt Aaron Bennett SLt Rolene Pryor

Lacking diversity My name is Jermaine Downey. I am a captain, currently working as the staff officer pipes and drums in Regional Cadet Support Unit (Atlantic). I am a 28-year-old Black Nova Scotian male. I recently had a chance to go through the new Cadence magazine and found it to be very informative and attractive. I think it is a great way to keep all members of the cadet movement informed and aware of new ideas and changes within. I do however have one concern. When I first picked up the magazine I noticed one thing immediately — a significant lack of diversity in the presentation. The number of white cadets on the cover and inside the magazine is overwhelming. Thinking I might be too picky, I showed the magazine to several young black students whom I know in the city of Halifax and my home community of North Preston, NS. Basically I asked them to tell me what they thought about the magazine and the cadet program. Overwhelmingly the response was that many didn’t see a place for them in the program. When asked why, they cited the lack of racially visible minority cadets and officers.

‘Healthy’ respect for cadets With all due respect for Canada’s veterans and Legion members, a clean atmosphere for cadets should be a priority. We constantly encourage our cadets to have excellent uniforms, to strive for a healthy lifestyle, and to refrain from smoking and so on. Often cadets and officers are asked to participate in events held in Legion buildings, some of which have little or no smoke-free protocol, and subsequently reek of smoke. Does this not contradict the above policies and ideals which we are teaching? We need to respect the cadets and the health problems involved here for anyone having asthma, allergies, or other respiratory problems. As well, many cadet families can ill afford to send their ties, berets and caps to the dry cleaners any more often than is already necessary. Is there any policy in reference to this issue? If not, let’s develop one to better deal with it. – 2Lt Chris Chassé Supply and CHAP officer (and health care professional) 101 Air Cadet Squadron Moncton, NB

I know the cadet program is a diverse organization; however, there is a lot of room for improvement when it comes to recruiting and retaining cadets from other racial backgrounds. The posters and ads in the magazines are a good thing, as they illustrate diversity, but they are obviously staged. This is affirmed by the lack of racially visible cadets in the layout, doing everyday cadet activities. It’s no fault of the magazine. It’s just that there is a significant lack of representation from certain designated groups. I guess as a black CIC officer, I would like to see more of the faces of Canada represented in our publication. The success stories are out there, as well as the cadets and leaders. By including them you will open the door for many more. I hope that is what we want. Perhaps some thought should be given to dedicating an entire section of the magazine to diversity, until the issue of diversity is something none of us should ever have to think of again. – Capt Jermaine Downey RCSU (Atlantic) Editor: Diversity is the theme of our winter issue.b

5


Cadence • Issue 3 • Fall • 2001

March past: News from across the cadet movement We have some winners! By Lionel Bougeois and Guy Albert Eight air cadets have a little more change in their pockets these days after winning the Air Cadet League of Canada national 60th anniversary poster contest. The crosscountry competition was one of many special events this year marking the 60th anniversary of Air Cadets. Awards ranged in value from $100 to $275. Entries were in four categories, three by rank and one for computer-generated posters. First-place winners were: FSgt Emily Fleiischmann, 73 Thunderbolt Squadron, Deer Lake, NF; Cpl William Trvong, 34 Sabre Squadron, Regina; LAC Arielle Sepulveda, 856 Squadron, Pickering, ON; and Cpl Alex Dyck, 34 Sabre Squadron, Regina. Second-place winners were: FSgt Alex Regnier, 225 Taber Squadron, Taber, AB; Cpl Katherine Palaschak, 605 Tarry Squadron, Swift Current, SK; AC Sara Sicilia, 136 Kiowa Squadron, Ayr, ON; and Cpl Sophie Lecours, 901 Squadron, Val Belair, QC. b

6

– Mr. Bourgeois and Mr. Albert are Air Cadet League vice-presidents.

Jenelle goes to Jupiter By Cadet Jenelle Fisher went to the solar system’s largest planet, Jupiter, this summer! I was on the space course at the air cadet summer training centre in St-Jean, QC. Where else can you have a bunkmate from another planet?

I

My team was called ‘Thirsk Agency’, which was approached by CS Tech Canada to design and prepare a mission to one of Jupiter’s moons, Europa. Our agency designed, built and launched two rockets for the mission. As well, we designed

a habitat module and a robotic probe for the journey and exploration of Europa. We learned more about teamwork than anyone expected. Our training was extensive. With classes such as orbital mechanics and microcomputers, we became space experts. And because an ‘astronaut’ is more than just a brain, we trained and tested our physical selves as well. We all passed our zero-G training and multi-action rotation test. At the Cosmodome in Laval, QC, course cadets used the simulators that astronauts train in. The gyroscope made some a little queasy, but the weightless chair gave us a new sense of freedom. If you have ever looked at the stars and dreamed, I hope your name is on the list for a future space course. b – Cadet Fisher is a member of 810 (Grant McConachie) Air Cadet Squadron in Edmonton. Over the summer, 140 cadets took the national three-week space course at St-Jean, which is open to cadets from all three elements from across Canada.

Space camp cadets, including Cadet Sebastien Moore of 67 Air Cadet Squadron in Sherbrooke, QC, launched their rockets at the rifle range in St-Bruno, QC, in July. (Photo by SLt Amélie Leduc)


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

Thinking outside the ‘box-ing’ By OCdt Bob Sadler f you were thinking “inside the box”, you would never have linked a visit to Winnipeg by former heavyweight boxing champ, George Chuvalo, to a recruiting/public relations opportunity for the cadet movement.

I

But members of the Regular Force, Reserves and George Chuvalo gives a little added ‘punch’ to the cadets instructors cadre in Winnipeg were thinkCadets display booth. With Chuvalo, from left, are ing “outside the box” when they set up a display WO2 Tyler Horsman, 573 Air Cadet Squadron; booth in the foyer of the Winnipeg Arena, where CWO Adam Bidzinski, 2295 Army Cadet Squadron; OCdt Bob Sadler; and CPO2 Mark Nelson, 49 Sea Mr. Chuvalo spoke about the perils and pitfalls Cadet Corps. of substance abuse at a drug-prevention and awareness evening. Mr. Chuvalo lost three sons and a wife to substance abuse. The Manitoba Moose — an American Hockey League team that is the ‘farm team’ for the Vancouver Canucks — sponsored the event, offering free tickets to 4,000 high school students. Those staffing the ‘recruiting’ booth — including some cadets — were amazed that many in the audience were unaware of the opportunities that exist in the cadet movement for cadets and officers. By sharing their knowledge and experiences, however, they created some program awareness. Even Manitoba Premier Gary Doer stopped to chat. Mr. Chuvalo, inducted into the Canadian Sports Hall of Fame after 21 years as the reigning Canadian heavyweight boxing champion, talked about the importance of structured activities in keeping young people out of trouble. b – OCdt Sadler is with 573 Air Cadet Squadron in Winnipeg.

The measure of a good leader By Lt(N) Julie Hillsden If courage and determination are any measure of a good cadet leader, PO2 Ryan Willmer, 5 (Rainbow) Sea Cadet Corps in Victoria, BC, measures up. On Easter weekend, he was involved in an accident that left him with second and third-degree burns to his legs. He spent four weeks in hospital and had skin-graft surgery. He was released from hospital May 11. Ten days later he was the drum major for a combined 5 Corps and 263 (Beacon Hill) Sea Cadet Corps band in the Victoria Day Parade. This summer, he was chief of the physical education and recreation instruction department at HMCS Quadra and Quadra’s senior band drum major. b – Lt(N) Hillsden is the former commanding officer of 5 Sea Cadet Corps.

Drum major PO2 Ryan Willmer.

(Photo by Lt(N) Julie Hillsden)

New badge for Army Cadet League By Kim McDonald The Army Cadet League has adopted a new badge to better reflect its association with Royal Canadian Army Cadets. Support for the new badge was unanimous after league members decided their former badge did not accurately represent the league, its objectives, or its support of army cadets. The league’s new badge is a modified army cadet “maple leaf” badge. A banner below the maple leaf and motto clearly distinguishes the badge as belonging to the Army Cadet League, and portrays Canada’s bilingualism. You can see the new badge on page 28.

And a new newsletter too The badge is not all that’s new to the Army Cadet League. Keep your eyes open for a newsletter (name to be determined) in October, directed to army cadet program leaders. The newsletter will target national and provincial league members, CIC officers, sponsoring and parent committees, directorate of cadets staff and so on. The newsletter will address league and other adult leader issues of concern as they relate to army cadets. Another key focus will be educating army cadet program adult leaders about the function, operations, objectives and needs of the league. The newsletter will include best practices, fundraising continued on page 8

7


Cadence • Issue 3 • Fall • 2001

March past: (continued) and public relations topics, insurance information and other information geared toward understanding and learning how to better achieve desired results. b – Ms McDonald is the communications officer with the national office of the Army Cadet League of Canada.

Cadets with a green thumb In most instances, the approximately 70,000 cadets who take part in environmental projects from coast to coast each year as part of Cadets Caring for Canada (CCC), find reward enough in their efforts to be responsible citizens. But an Ontario sea cadet corps and navy league corps got something extra out of it this year. 153 Sea Cadet Corps and 154 Navy League Cadet Corps Unicorn, both in Woodstock, ON, won Woodstock’s “city beautiful award” (institutional category) for the flower gardens they created in the city park around their cadet building. The gardens have been their CCC project for the past two years. b

Cadet caddie From the July 12 Edmonton Journal… Mary Queen of Scots was an avid golfer who travelled with a corps of cadets and had one of them carry her bag. Somewhere along the way, that person started being called a “caddie”. b

8

CIC officer ‘parachuted’ into SkyHawks By Wayne Emde Talk about being parachuted into a job! Capt James Sebe is the first CIC officer to earn one of the 17 coveted positions on the Canadian Forces SkyHawks parachute demonstration team. The former cadet from 2862 (Royal Montreal Regiment) Army Cadet Corps earned his wings in 1986 on the cadet parachute course. Ten years later, as a civilian, he made his first free-fall jump. He learned last fall that he, like all CIC officers, was eligible to try out for the SkyHawks. And he made it. Capt James Sebe helps demonstrate the use “As a cadet, I never thought that what I was learning of SkyHawks equipment would be applicable for the rest of my life,” said Capt Sebe, as he waited at the airport in Vernon, BC for engine repairs to the team’s aircraft. Although the Vernon demonstration was cancelled, the SkyHawks spent an hour at Vernon Army Cadet Summer Training Centre speaking with cadets and demonstrating the use of their equipment.

A CIC officer since 1990, Capt Sebe is completing his bachelor of military art and science degree at Royal Military College. He hopes to finish by Christmas. His tour with the SkyHawks, which began in March, ends in October. b – Wayne Emde is the public affairs officer at the Vernon training centre.

Flying high Six cadets who had never been to an air show were ‘flying high’ in June when they attended the Quebec International Air Show in Sainte-Foy, QC. The trip was their reward for working hard all year and receiving awards at their unit’s annual ceremonial review To witness the aerobatic performances of both the U.S. Navy Blue Angels, who were visiting Quebec for the first time, and the Canadian Forces Snowbirds in one day was thrilling enough for the cadets from 313 Air Cadet Squadron in Edmundston, NB. But getting autographs and a photo taken with both world-renowned flying teams put the cadets right over the top! Back row, Blue Angels; middle row, Snowbirds; front row, from left, Sgt Dominique Frenette and FSgt Samuel Frenette, 313 Squadron cadets who attended the air show with their parents; 2Lt Eric Toussaint; civilian instructor Carole Beaupré; the award-winning cadets LAC Jason Turgeon, FSgt Jason Bouchard; WO1 Kathy Dubé, LAC Monica Lavoie; Cpl Patrick Couturier and LAC Gabriel Pitre; and commanding officer Capt Martin Beaupré (Photo by 2Lt Michel Soucy). b


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

Windows of opportunity for CIC officers his summer, a CIC officer was selected to lead a panReserve group to Australia for an international combined parade. A CIC officer was also chosen to represent Canada as an English second-language instructor in the Czech Republic. And, as luck would have it, Maj Claudia Ferland, the Ranger-Junior Canadian Ranger co-ordinator at the directorate of reserves, was the lucky officer chosen for both CIC officer ‘firsts’.

T

Although she was appointed for the Australia adventure, she won the instructor position, which was open to all reservists, in a rigorous selection process.

Maj Claudia Ferland leads the Canadian contingent in the Newcastle parade in Australia June 30.

Maj Ferland was among 10 Canadian reservists, representing every component of Canada’s Reserve Force, who travelled to Australia to support this year’s Australian Reserve Forces Day program. The Canadians visited Australian reserve units and marched in parades in Newcastle, Canberra and Sydney. Maj Ferland proudly led the parades, carrying the Canadian flag. As many as 8,000 current serving Australian reservists, veterans and reservists from Canada, the United States, Britain and New Zealand marched in the Centenary of Reserve Forces Parade in Sydney July 1. “It was not really about being a CIC officer,” says Maj Ferland. “It was about being part of the Reserve Force family, contributing as a reservist to an international force.” From a personal and professional development perspective, teaching in the Czech Republic was “phenomenal”, she says. The English as a Foreign language program, sponsored by the Interallied Confederation of Reserve Officers (CIOR), is designed to teach English to reservists from new NATO and Partnership for Peace countries. Started in 2000, the two-week course was expanded this year to include courses in both the Czech Republic and Estonia.

Navy League “at the helm” By Shailagh O’Shaughnessy With the publication of the latest Navy League of Canada newsletter, the organization has established another first. At the Helm is the quarterly newsletter issued to league members, partners and friends, but the summer edition was designed strictly with the cadet in mind. “Summer camp is here — and I’m lonely!” is but one of the articles that appears in the inaugural issue sent out to sea cadet summer training centres. The cover story is a letter, written by CPO2 Brandon Soeiro of Navy League Cadet Corps Revenge, detailing his experiences with the corps. The top navy league cadets and sea cadets of the year also receive ample recognition for their accomplishments. The league recognized the lack of material aimed directly towards the cadets it proudly supports and felt that an annual newsletter on summer training would prove beneficial. With this goal in mind, the league would like to increase submissions from the field so that next year’s issue can reach even loftier heights! b – Ms O’Shaughnessy is the communications officer with the Navy League’s national office.

Thirty-three students from the Czech Republic, Hungary, Poland and Lithuania took the Czech Republic course. Maj Ferland and Capt Jeff Nelson, a reservist from St. John, NB, as well as four other officers, taught it. “The mission transcended just teaching English,” says Maj Ferland. “For many of the students, it was their first contact ever with Canadian, British and American officers. The idea was to build relationships, build trust and partnerships. Here we were — just one Reserve Force — coming together to build a new environment for peace.” b – Maj Ferland, a band officer with 2644 (Régiment de Hull) Army Cadet Corps in Hull,QC, will share more of her experiences in our next issue.

9


Cadence • Issue 3 • Fall • 2001

The

Faces

10


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

of

Communication By Marsha Scott

In many ways, communication has become the production of ‘stuff’ — newsletters, videos, posters, news releases, booklets and web sites. It’s become the staging of events and invitations to reporters to become cadets for a day. And certainly, communication is these things. ut it is more. Probably the single most important aspect of communication is the simple, and sometimes not so simple, face-to-face communication we experience every day. The book Communicating Change, by T. J. Larkin and Sandar Larkin, even goes so far as to claim, “If it’s not face-to-face, it’s not communication.”

B

When we chose the communication theme for this issue, we had many kinds of communication in mind. But when cadet movement leaders began responding to our theme, we soon discovered even greater dimensions to communication. This issue explores just a few of them. The Oxford English Dictionary defines ‘communicate’ as, “succeeding in conveying information or evoking understanding.” If this is the measure of communication, then an officer chatting and listening to a staff cadet during lunch at a cadet summer training centre is communicating — if the officer understands a little bit more about

the cadet before he leaves. A nervous cadet giving an impromptu speech before a large audience is communicating if his message has been understood. An officer addressing a room full of parents and cadets is communicating if everyone leaves the meeting better informed. A designated spokesperson informing the media of the facts when a crisis occurs is communicating if the resulting news story is accurate. Communication can be reactive or proactive and result in a good or bad image. It can also be complex — an art form when used to resolve a conflict or dispute, or the doorway to a cadet’s heart when a pastoral worker speaks the cadet’s language. Finally, communication can be music — the international language that speaks to everyone. You will see these faces of communication in the pages to follow. You will see communication as it is in the cadet movement. And perhaps you will discover how you, as a leader, can communicate to enrich this movement and the youth in it. b

11


Cadence • Issue 3 • Fall • 2001

An

LCol Keough learns a lot about cadets during informal chats in the training centre’s new dining hall.

Open door You can’t distance yourself from youth and still run a youth training centre or program.

12

Positive communication helps an officer meet the leadership challenges of commanding one of our largest cadet summer training centres. Story and photos by 2Lt Lisa Currie ood leadership begins at the top and positive communication is key to it. That’s something LCol Charles Keough, the commanding officer of Argonaut Army Cadet Summer Training Centre in Gagetown, NB, has learned in his more than 25 years in the cadet movement. His open door policy and personal approach help keep him on top of issues that arise during the summer.

G

And there are issues. LCol Keough is acutely aware from year to year of recurring challenges that test the overall morale at the training centre. He understands the physical, mental and emotional strains of training centre life — the staff stress levels after working numerous hours and trying to meet the demands of quality training and cadet safety. “I consider everything that goes on at Argonaut as my personal responsibility,” says LCol Keough. “Everyone needs to know that they have people concerned about their welfare. I would like every staff member and course cadet to leave with positive thoughts about Argonaut, the cadet movement and most importantly about themselves and what they’ve accomplished throughout the summer.”

And that’s where communication helps. He believes in active two-way communication and when staff and officers pass on their dayto-day concerns, he’s sincerely interested in what they have to say. By listening, he also learns his staff’s strengths. “Many of my staff come from diverse backgrounds and may have hidden skills. They may be able to assist other staff members around the training centre,” he says. “Some officers are computer programmers, graphic artists, photographers, teachers, managers, and students. They all have something valuable to offer.” He also looks for opportunities to communicate with cadets because he knows small words of praise — whether to band members at the morning flag raising or to the staff cadets he sits and talks with at meal time — can make a huge difference to a cadet’s day. He believes a good leader should be seen and try to participate, whether in mess functions or cadet sports events, as much as possible. This style of leadership contributes toward what the cadet program is all about. “The cadet program tries to build into young people a positive attitude about themselves,” he says. “I know some


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement young people that have a hard time, but they say that at Cadets, for the first time in their lives, they feel they belong.” LCol Keough has never lost sight of what it’s like to be a cadet. “The reason I’m sitting in this chair is that I used to be a cadet,” he says. “I came up through the cadet program, and gained so much from it. I travelled to Expo 67; went to leadership camps and experienced positive leadership role models in my life. It was such a rewarding experience that I felt I owed the movement something. My whole family has been touched by the cadet world; my wife was a cadet, as well as my four children.” Although he is a commanding officer now, he is aware that he doesn’t always have all the answers and must rely on his staff to do their jobs. He knows that running Argonaut is a team effort that depends a lot on good communication. “I’ve learned that my interpretations of people, or how things are going to work, are not necessarily the interpretations of others,” he says. At a support meeting with his senior staff at the beginning of the summer, he told his staff that he looks at Argonaut as his family. “I’m sort of the ‘father figure’,” he said. “To find out what’s going on in my family, I speak with my family members. That includes course and staff cadets, as well as officers.”

But good leadership depends on more than communication You have to keep your finger on the pulse. You can’t distance yourself from youth and still run a youth training centre or program. It’s the same with the commanding officer of a cadet corps. You need that connection to create good working relationships.

Teaching requires good communication skills. Here, a staff cadet shows cadets how to take a bearing at the Argonaut Army Cadet Summer Training Centre.

You have to continually learn. Everyone learns from his or her weaknesses and LCol Keough is no exception. During his first year at the helm he recognized that he needed to do more detailed planning and preparation and looked to many sources to educate himself, reading as much material as possible, both military and civilian. “I read quite a lot on management, motivation, and leadership styles,” he says. “Right now I’m reading a book on sports and leadership. With physical fitness being one of the aims of the cadet movement, it fits in nicely. There is a lot of crossover between military and civilian management. If you are a good leader and manager in the military then that can also be achieved in the civilian world. You can motivate people regardless of whether they wear a uniform or not.” You have to believe in what you do. LCol Keough believes the cadet movement’s training program helps make youth good citizens. “Discipline, a sense of social responsibility, and leadership are all aspects that cadets learn,” he says. “Because of this training they stand out in their communities. Sometimes we expect everyone to have goals, but sadly enough not everyone does.

Cadet Sgt Vanessa Lagacy, 1242 Army Cadet Corps in Petit-Rocher, NB, communicates with her basic cadets.

13


Cadence • Issue 3 • Fall • 2001

When staff and officers pass on their day-to-day concerns, LCol Keough listens. He knows that running Argonaut is a team effort, so he depends on diverse input from his team.

You have to encourage the personal development of your staff

14

If you ask cadets, however, what they want to do with their lives, they usually have an indication of where they’d like to go.” You have to encourage the personal development of your staff. LCol Keough believes the personal development of his staff is important to the future of Argonaut and the cadet movement. Sending officers ‘out of region’ often helps a training centre evolve, not to mention open the officer to new experiences. Communication also helps here. “By getting to know my staff I can determine what their goals are and whether those goals are in line with their development,” he says. “When I look at an officer I look at the present, but I also try to look to the future, and see their potential.” Often this process takes many years and LCol Keough takes pleasure in watching a course cadet go on to become a staff cadet and then a mature and responsible leader. You have to be willing to accept responsibility. As the deputy commanding officer of Argonaut, LCol Keough had a different relationship with the staff, but the transition to commanding officer was not difficult. “I was concerned about doing the right things to ensure that the training centre would be run properly, and about doing the job that my superiors expected of me. I didn’t take it lightheartedly,” he says. He moved from

being responsible for certain departments to being responsible for everything. You have to make some tough decisions. One of the hardest decisions LCol Keough faces is the decision to send staff members or course cadets home before they finish their contract or training. Any commanding officer faces many situations that are somewhat unpleasant, but need to be addressed. LCol Keough says it helps though to set down policies right from the beginning — and communicate them — so there’s no confusion in anyone’s mind as to the do’s and don’ts. Cadet summer training centres have evolved quite a bit since the 1950s, but ‘the cadet’ has remained a constant. Cadets come to Argonaut for a multitude of reasons — to enhance their home corps training, take on challenges, or forge lifetime friendships. But they all look to their leaders for guidance. In the words of LCol Keough, “We owe it to ‘the cadet’ and society to become stronger leaders, improve the organization and give that guidance. b – 2Lt Currie was Argonaut’s public affairs officer. She is also the administration officer/public relations officer with 2647 Army Cadet Corps in Oromocto, NB.


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

Be

Proactive

Sometimes, just saying you have an “open door” policy is not enough. By Capt Bev Ennis

Effective communication requires more than waiting for someone to come through the door with a concern or complaint. It involves being proactive by foreseeing situations that are likely to have a negative impact and by initiating dialogue. uring the training year, many situations occur which may cause celebration for some cadets and disappointment for others. Rank appointments, summer camp nominations, awards presentations and other events that require the selection of one cadet over another can be difficult for commanding officers.

D

Many commanding officers will discuss these types of selections with unit staff and perhaps senior cadets. But, what else can be done to make these events easier for the cadets who face disappointment? • Communicate about the selection process. Print the selection criteria for medals in your newsletter, post the summer training course prerequisites where cadets (and their parents) can refer to them, give cadets a handout on promotion requirements, and talk about how cadets will be selected for trips. Communicate in as many different ways as possible what is expected of cadets if they wish to receive something. • Interview cadets at the beginning of each training year to learn what they hope to accomplish. This can be helpful if you are trying to select them for a position within the unit. It is also a good time to discuss what they will need to do to accomplish these goals.

• When you know that cadets are going to be upset or discouraged because they have not been selected for something, talk to each one of them ahead of time so that they do not experience the initial disappointment in front of their peers. For example, a commanding officer could let cadets know — before a promotion parade — who is not being promoted, why, and what skills they need to strengthen before the next promotion selections. Concluding such a conversation with reassurances and support will likely provide some much needed encouragement for the cadet. • Make unit staff available to speak with cadets who are feeling disappointed. Don’t expect the cadets to find you in your office. Be proactive by being out where they (and their parents) are. If they see you are available, they are more likely to feel comfortable approaching you. It’s very important to create a safe and welcome environment for cadets and their parents to discuss concerns. Our intent is to provide a positive experience for cadets who are striving to achieve success in the cadet program. We can minimize the impact of disappointing experiences through forthright, constructive communication and coaching. b

We can minimize the impact of disappointing experiences for cadets through forthright, constructive communication and coaching.

– Capt Ennis is the human rights advisor at Regional Cadet Support Unit (Pacific).

15


Cadence • Issue 3 • Fall • 2001

Crisis Communications What the media need when things go wrong

When speaking to the media, stay within your own area of responsibility or expertise, never say “no comment” and never lie.

By LCdr Gerald Pash n October 1999, 105 army cadets with 18 adult leaders were taking part in an adventure training weekend near Kamloops, BC. While the group was camped, an unoccupied van rolled through their campsite. Four cadets were hospitalized with broken limbs and 15 others were released after being treated for minor cuts and bruises.

I

The safety and welfare of cadets is always the foremost priority in cadet training. The program’s safety record, while not perfect, is nearly so, given that many activities like abseilling, flying, parachuting, canoeing, and marksmanship have an element of risk. Though not frequently, cadets have been seriously injured or have died while participating in cadet activities; and occasionally cadets have been the victims of inappropriate behaviour or abuse by their adult ‘leaders’. This article looks at the media relations activity required in a crisis. The information here is within the public affairs context and

is in addition to significant incident reporting procedures and other directives and orders. Media relations is not a matter of trivializing an incident or ‘spinning’ the story to the advantage of the organization. While how we deal with bad news is important for the organization, it has a potentially greater impact on the victim, the victim’s family, and public confidence in the cadet program. The tragic incident in Kamloops had all the elements of a public affairs disaster. However, the timely notification of the chain of command and attention to some basic rules on handling a crisis resulted in factual media coverage of an unhappy story with positive comment on the actions of the cadets and leaders at the scene. Department of National Defence/Canadian Forces public affairs policy is found in Defence Administrative Orders and Directives (DAOD) 2008. It is available under “resources” on the CIC section of CadetNet. All public announcements about any incident must be consistent with this policy and particularly with DAOD 2008-2 on media relations and public announcements, and DAOD2008-3 on issue and crisis management. Simply put, DND/CF policy is to inform Canadians of its policies, programs, services, activities, operations and initiatives in a manner that is accurate, complete, objective, timely, relevant, understandable and open and transparent within the law. Effective media relations in dealing with an issue or crisis means keeping the public informed in a timely and accurate manner. It is necessary therefore to respond quickly, decisively, and openly when things go wrong.

16

Cadets can be good media spokespersons in positive situations, as when Cadet Sophie Emilie Morisette, 221 Army Cadet Corps in Chicoutimi, QC, spoke with Radio-Canada during the Nunavik 2000 expedition. However, cadets should never be the designated spokespersons during a crisis.

Should a cadet be seriously injured or killed during cadet training, there is really no choice about whether or not someone speaks to the media. News media will get the story with or without our help. It is best that we give news organizations the story ourselves correctly and accurately.


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement Here are some points to remember: • Inform your higher headquarters immediately. Update your contact regularly. Include your sponsoring committee. Be sure there is a mechanism to inform parents of the nature of the mishap; • Inform the regional cadet public affairs officer. If he/she is not available, inform the nearest support base public affairs office, formation public affairs office, or DND public affairs office and request their advice; • Designate a single spokesperson to deal with media. The commanding officer should take personal charge, but may not be the most appropriate spokesperson. Depending on the circumstance it may be the regional cadet public affairs officer, training officer or other subject matter expert. In very special circumstances the president of the local sponsoring committee may have a direct involvement because the sponsor owns the hall that burned down or the vehicle involved; • Prepare a simple but factual news release. Include only factual information. Review the new release contents with the regional cadet public affairs officer who will take a final draft to the commanding officer of the regional cadet support unit as the approving authority; • Prepare some questions and answers about the incident. This will help the designated spokesperson keep focussed on the facts. Work with the public affairs specialist;

When speaking to the media, stay within your own area of responsibility or expertise; never say “no comment”; never lie; and if you don’t know or can’t answer, say so and why and/or offer to get the answer and call back. Be mindful of the essentials of security, accuracy, policy, and propriety. Security of the person and their privacy is paramount. The information you relate must be accurate. Policy issues must be adhered to (incidents of sexual abuse and harassment have very specific policy considerations with regard to the release of information). You must be concerned about the propriety of releasing the information and whether the spokesperson is the right person to speak about the issue. Media coverage of the incident in Kamloops emphasized the first-aid training of the cadets and the care and triage that was carried out before the ambulances arrived. The news release provided the basic facts of the accident, and a news conference allowed corps supervisors the opportunity to expand the story by responding forthrightly to media questions in an open forum. While the accident has brought some litigation, the immediate news reports were factual and either neutral or positive in tone because simple media relations principles were followed and news reporters were treated with courtesy and respect for their job. b – LCdr Pash is the public affairs officer for Regional Cadet Support Unit (Pacific).

• Respect personal privacy. Do not release personal information like home addresses or telephone numbers. Do not release names of victims until next of kin are informed. Where there is a police investigation you might leave it to the police to deal with these questions; • Respect the principles of judicial process, and federal laws such as the Privacy Act, Access to Information, and the Young Offenders Act, which govern the disclosure of information to the public; • Never speculate about the cause of the incident, the amount of damage, or the effect on future activity. These facts will be established by the summary investigation, the police and/or other officials and should be released only after the investigations are complete or on the advice of higher authority; • Keep a log of information that has been released and the names of reporters you have spoken to, the media they represent, and their telephone numbers; • Provide for regular updates and follow-up coverage; and • Provide clear and accurate information as quickly as possible. The media will check all their sources, hospitals, fire, police, ambulance, witnesses, neighbours, former cadets, anyone who can give impressions and you can prevent hearsay information from being reported.

Establishing positive working relationships with media representatives during good times can lay the groundwork for media relations during a crisis. Here, Radio Canada gets a close-up shot of a firstaid exercise at Rocky Mountain Army Cadet Summer Training Centre. (Photo by Capt Kel Smith)

17


Cadence • Issue 3 • Fall • 2001

EXPLODING Cadets’ inner ‘bag of popcorn’ I invited each boy and girl to find the bag of popcorn hidden inside themselves. Only too often, this bag of popcorn — crammed with talent, potential, good deeds, smiles and latent qualities — sleeps within us. I called upon the young people to make the popcorn inside themselves explode.

Pastoral workers communicate in a language teens understand By Jean-Claude Roy am often asked what role I play at army cadet summer training centres. I am a pastoral worker — and a communicator.

I

It may seem strange, but I must admit that I asked myself the same question when I attended my first summer training centre. It was then that I arrived at a clear understanding of my role. From my involvement in training centre activities, I began to understand the importance of pastoral workers to young people and personnel working with them. From the very beginning, a pastoral worker must be more than a mere presence — more than a sort of statue standing there rigid and unmoving.

The work of a pastoral worker starts immediately. As the saying goes, “You never have a second chance to make a good first impression.” From the moment we arrive, our job is to convey that we are relaxed, poised, not stressed and, finally, attentive to the most pressing needs of the young people, staff cadets and officers. Simply by listening closely to what they say, we create the ‘opening’ that is essential if we are to satisfy their human needs through dialogue and sharing. In my opinion, this is the main role played by pastoral workers in the area of communications. Having been trained in theology, a pastoral worker has been

prepared to serve as a sort of intervener. In addition to having intervention experience with young people, most pastoral workers at summer camps have some training in psychology, related to helping or counselling people. Some are also trained in conflict resolution. At summer camps, we must project and convey — through our actions — a professional image that has only one objective: to serve young people as a spiritual presence and not an evangelist on crusade. This role as a ‘spiritual presence’ means that everyone — irrespective of race, religion, sexual orientation, physical handicap or any other source of potential discrimination — must have access to the pastoral worker, who provides reassurance and lends an attentive ear to the signs and values of our time.

Cadets feel at ease talking to Arol Pinder who, as a pastoral worker in the summer training centre in Valcartier, has the ability to listen actively. He sometimes uses poetry to communicate.

18

Francine Gosselin talks to a group of cadets. More and more women are becoming pastoral workers. This ensures that female cadets can talk to a female pastoral worker if they wish.

Our initial task at a summer camp is to meet camp staff — officers and staff cadets — even before we meet with the cadets.


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement What is the aim of this meeting? To give them an understanding of the professional services we offer, to demystify our job and dispel certain fears they may have regarding our spiritual role.

Relating to cadets We meet cadets by company — talking to as many as 130 cadets at a time. My first presentation to them must be interesting and “in a manner adapted” to our times; consequently, I use modern music and activities to encourage these young people — who are sometimes tired after a long day — to interact with me and with each other. This year, I invited each boy and girl to find the bag of popcorn hidden inside them! Only too often, this bag of popcorn — crammed with talent, potential, good deeds, smiles and latent qualities — sleeps within us. Using this image, I called upon the young people to make the popcorn inside themselves explode during their time at camp by carrying out an interesting activity

and thereby enhancing their self-esteem. This creative approach to communication is even more important today, since young people quickly decide whether or not we (and other personnel) are approachable through our presentations. If we are interesting, they will come to us. But if we don’t capture their interest then and there, they won’t. This is important because cadets need to feel comfortable approaching us when they need to talk. If pastoral workers are creative in their communication, then cadets will open up to their own creativity. They will suggest more creative activities in their free time in the evenings, such as sing-a-longs, a talent show or even a graffiti day. We had a graffiti day where cadets drew pictures on three wooden walls. It gave them a chance to be creative, express themselves and prove to themselves that they are important. They had ‘popcorn popping up’! When my presentations find a favourable audience, the

Jean-Claude Roy uses modern music and activities to encourage cadets at the army cadet summer training centre in Valcartier to interact.

rest becomes easy. I can make myself available to deal with immediate needs. Sometimes we meet individually with cadets. Why? Confidential conversations with cadets are sometimes needed to address serious problems they will not share openly with their parents. These problems may include the pain of love, low self-esteem, inferiority complexes, poor interpersonal relations (particularly among only children), and other family problems. Facilitating introspection in young cadets facing problems opens the way to further soul searching by them. It is important that pastoral workers help them define the problems oppressing them or preventing them from functioning. The primary goal of a pastoral worker is to help cadets discover their own personalities. In many cases, young people do not know themselves very well and don’t like what they see.

Pastoral worker Gustin Poulin discusses a case with harassment counsellor Capt Karine Gaudreault at the summer training centre in Valcartier.

By helping these boys and girls to gain a better understanding of themselves, we prepare them to become citizens who, first of all, will achieve self-realization through an awareness of their strengths and weaknesses and, secondly, will eventually become good citizens in their own right. One vital quality needed for this type of work — and for the work of any cadet leader — is the ability to listen actively. Young people appreciate this quality. It is important to have pastoral workers at a summer training centre. Our smile, like our presence, must be contagious. The key to our success is always cultivating a “good mood”. Then we must communicate our joie de vivre to those around us to ensure that everyone has an unforgettable summer. b – Jean-Claude Roy was the senior pastoral worker at the army cadet summer training centre in Valcartier, QC.

19


Cadence • Issue 3 • Fall • 2001

Alternate dispute resolution When communication becomes an art form By Capt Bev Ennis f you have been involved in the cadet organization for any length of time, you’ve likely faced conflict with someone else or have had to resolve conflict between others. The truth is, conflict is a natural part of any organization where people interact with one another. It’s not necessarily good or bad — it just is! People have differences of opinion, perspective and interpretation. It’s how these differences are handled that determines the quality of our environment.

I

some cases, money. A small situation can quickly grow into something seemingly unmanageable. Often, the reason for not handling conflict is that we have not been given the necessary skills or knowledge to handle these situations. But alternate dispute resolution (ADR) may be helpful. The textbook definition of alternate dispute resolution is “any process used to resolve disputes which is not considered part of more formal or

The Canadian Forces are establishing dispute resolution centres across the country. They will help resolve conflict throughout the CF, but also within the cadet movement. traditional methods of resolving disputes. It includes a variety of processes such as negotiation (self-resolution), mediation (third-party assistance) and arbitration (third-party decision making). Right now, few of us have been trained in any of these methods. That’s going to change.

Conflict is handled well, not so well and sometimes, not at all. Generally, it is seen as a negative situation. People tend to back away from it, become opinionated, or become hostile. However, when managed properly, conflict can be a catalyst for change and growth. When conflict is effectively resolved, it can be an educational experience. Resolving conflict can be timeconsuming, frustrating and uncomfortable. However, allowing conflict to exist can reduce morale, increase stress and consume a lot of valuable time and energy. Not resolving conflict can be disastrous to individuals and the organization. It can cost relationships, productivity and, in

20

The Canadian Forces are establishing dispute resolution centres across the country. They will help resolve conflict throughout the CF, but also within the cadet movement. Recently, the Cadets human rights advisors, with key personnel from the directorate of cadets, met with executive director conflict management staff from the Department of National Defence to put the wheels in motion to make the resources available. Here’s what’s anticipated over the next few years: • An increased focus on alternate dispute resolution as a means of resolving conflict • Greater access to resources such as professional mediators and ADR training through the dispute resolution centres • Incorporation of ADR training into both officer and cadet training.

Human rights advisors in Cadets are helping put the wheels in motion to make dispute resolution resources available to the cadet movement. Here, the human resources advisor for Albert Head Air Cadet Summer Training Centre, Capt Doug Slwoski, looks as though he’s already resolved any disputes between these smiling cadets — David Field, North Delta, BC, and Kirra Ackerman, Port Coquitlam, BC.

One of our greatest leadership challenges is handling conflict and responding to complaints. Effective communication can go a long way to managing these


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement situations, first through prevention and then resolution of any concerns that do surface.

essary for the commanding officer or another staff member to assist in the resolution.

Sometimes the people involved will resolve the conflict themselves, but sometimes it’s nec-

When do you step in? If conflict is impacting on a unit’s operation or on unit members,

then it’s likely time to get involved. The key is encouraging resolution at the lowest possible level. Until the dispute resolution centres become operational,

you may be able to use the following useful tips on low-level conflict resolution and handling complaints effectively.

Conflict

&Complaints

Low-level conflict resolution

Effectively handling complaints

• Determine the nature of the conflict. You may wish to talk with each party individually before bringing them together. Sometimes perception plays a large role in conflict and if you can identify and sort out a misunderstanding from the outset, it may speed up the process. You can also find out what each person wants to see for a resolution and ensure that they are thinking about this reasonably.

• Acknowledge the complaint. A complaint may seem trivial but it is important to the person who is raising it. If the complaint is in writing, you will likely want to set up a time when you can meet with the complainant in person. Encourage open communication and listen carefully to their concerns without interrupting. Paraphrase what you are hearing to let them know that you understand.

• Bring the parties together. Set the ground rules for open, honest communication. Give the parties the opportunity to tell their stories. Encourage them to share the impact that the other person’s actions had on them but ensure that they refrain from judging or speculating on what the other person’s intentions were. Verify that they are listening to each other by asking them to paraphrase the other party’s concerns. Allow them to ask each other questions. Interject to keep the discussion going and on track. Add information only if you see a key piece missing.

• Be empathetic. Try to put yourself in the complainant’s position and see things from their point of view. This may help you understand the reason for their concern.

• Assist the parties in reaching a resolution. Ask them for suggestions and try to help them find common ground so they can come to an agreement. You may need to provide suggested resolutions, but remember that if you dictate the resolution, it is less likely to be successful. Ensure that they both understand the resolution and that they have a plan in place to follow through. • Follow-up with the parties to ensure that the resolution has been successful. Give them time for the resolution to be effective and then check in with each party to see how things are working. When intervening in a conflict, it’s important that you not take sides. Your role is to act as a catalyst for discussion, not an arbitrator who dictates the outcome. Those involved will be much more likely to feel satisfied with the outcome if they have actively participated in working towards finding it.

• Stay calm. Becoming argumentative or hostile is not going to help the situation. You may feel frustrated or angry at the complaint, but stay focused on coming to a resolution. • Provide information. Sometimes a complaint exists because of a lack of understanding. If this is the case, provide information (policy, process, prerequisites, and so on) to the individual that will help them understand. • Find out what complainants want. Ask them what they see as a resolution to their complaint. If their request is unreasonable, talk about it and try to guide them towards something more appropriate. Don’t make false promises, but let them know what you intend to do to address their complaint. • Take action. Once you have found a resolution, make sure that you follow through on what you have agreed to do. • Follow-up. Ensure that all required action has been taken to resolve the complaint. Check in with complainants to find out if they are satisfied with the resolution. This will show them that you are serious about the resolution and will also give you feedback on the process. b – Capt Ennis is the human rights advisor with Regional Cadet Support Unit (Pacific)

21


Cadence • Issue 3 • Fall • 2001

Effective speaking as a life skill Contests give cadets experience in public speaking By Lionel Bourgeois

You’re sitting in a large group when an officer says it is your turn to address the group for the next five minutes. Do you freeze? Not if you were a contestant in an Air Cadet League effective speaking competition, because you have experience in public speaking. he Air Cadet League believes one of the most important life skills cadets can attain is the ability to speak effectively with confidence in public. The effective speaking competitions are designed to:

T

• give cadets an opportunity to increase their self confidence and speaking ability; • promote the citizenship component of local unit training; • provide a focus for that component of the training syllabus, the leaders’ courses and summer training; and • increase public awareness of leadership and citizenship training at local, provincial and national levels. At almost every air cadet squadron in Canada, the sponsoring committee — supported by the squadron’s officers and civilian instructors — organizes a ‘speak off’ in January/February to determine its squadron’s most effective speaker. The winner goes on to zone/regional and provincial

22

contests by the end of April. Then at the league’s annual general meeting, the provincial champions compete for the national effective speaking title. At each level, local experts — often members of Toastmasters International — are contest judges. Certificates, plaques,

medallions and prizes vary, but something is awarded at each level. For example, each of the 12 Ontario zone/regional winners this year received $100 donated by Mary Anne Chambers, a staunch air cadet supporter and former league governor at both the national and provincial levels. Provincial winners have their fare paid to the national competition where they are hosted for three days and benefit from a cultural and citizenship experience. Each competitor chooses a subject for a five- to six-minute formal presentation. This year’s topics were: • A Canadian who has made (is making) a difference • Friends and friendship • What Air Cadets means to me • On the flight line — a Canadian aviation story • The future of Air Cadets in Canada • Canada and the world

Leading Air Cadet Menara Simeone, 60 Air Cadet Squadron in Charlottetown, PEI, tackles her impromptu speech at this year’s national contest in New Brunswick.

In addition, each cadet gives a two- to three-minute impromptu speech. The impromptu subject, given three minutes in advance, is the same for each contestant at each level.

Even the best can stumble in the impromptu speech. A few years ago my granddaughter Anne Marie, a flight sergeant at 778 Air Cadet Squadron in Richmond Hill, ON, called me in profound disappointment. She had won her squadron’s effective speaking competition twice and had given a flawless six-minute speech in the regional competition. But in the impromptu portion, she froze. The subject was “What do you do in your spare time?” On the phone, she said, “Gramps, between school, swimming, Cadets and work, I don’t have any spare time — so I froze.” She didn’t realize until too late that she could have spoken at length on that very point. Speaking well and confidently in public is an important life skill. But Cadets teaches another life skill related to communication that is equally important. In the words of Winston Churchill, “Courage is what it takes to stand up and speak. Courage is also what it takes to sit down and listen.” b – MGen (ret’d) Bourgeois is a current vice-president of the Air Cadet League.


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

Have fun with public speaking ‘Tricks of the trade’ from an award-winning cadet leader By Cadet CPO1 Angel Payne have been speaking competitively for the past five years. The thought of getting up in front of a crowd and speaking is surprisingly appealing to me because it gives me a sense of accomplishment. When I first set out to prepare a speech I spend a lot of time choosing a topic. I like to speak on things that I really care or feel strongly about.

I

For the past two years I have taken part in the annual triservice public speaking competition in St. John’s, NF. This year’s topic, ‘What our war veterans mean to me’, brought out some strong ideas from the cadets who took part. I was really impressed by the quality of writing and presentation — especially from some of the younger cadets. All cadet corps and squadrons across the province were invited to send one cadet to St. John’s for the competition. Within each unit, cadets prepared speeches and presented them before a panel of judges. The best speakers proceeded to St. John’s and four finalists were chosen. This year each of the elements was represented at the finals, with sea cadets PO2 Allison Higdon and myself, army cadet Sgt Gillian Milley and air cadet Sgt Andrew Critch.

Public speaking abilities are invaluable to anyone and are definitely an asset to cadets. All sea cadets take effective speaking as part of their ‘trade group three’ training at sea cadet summer training centres. Over the years, I have heard some of the best speakers during regional and provincial competitions. I have also learned some valuable ‘tricks of the trade’. • Public speaking is more about how you say it, than what you say. I was at one speakoff where most of the audience completely disagreed with the speaker’s viewpoint, but the person won because the presentation was absolutely outstanding. • It’s important to make direct eye contact with everyone in the room. Look people in the eye, when you are making a point. The best way to do this is practise your speech until you know it so well that you could present it in your sleep! (And if you want to really impress the judges, present your speech without cue cards!) • Posture, stance and movement during a speech can make or break your presentation. I’ve seen people rock

CPO1 Payne leaves her hands free to express her ideas naturally during public speaking.

back and forth, walk around the podium, gesture holding cue cards, throw sheets on the floor and shake uncontrollably from nervousness. ‘Stand easy’, stand with your legs slightly apart and your hands clasped in front. This gives you a relaxed and non-threatening stance. Place your cue cards on the podium ledge, leaving your hands free to help you express your ideas naturally. The main thing I have learned about public speaking is to have fun with it. I like to be the one to calm everyone down and make jokes and new friends. It might

be a competition, but that doesn’t mean you should take yourself too seriously. The key is learning how to take something that scares you and turn it into something that exhilarates you. That’s what being a cadet has given me the confidence to do. b – CPO1 Payne, 191 Labrador Sea Cadet Corps in Wabush, NF, has been a cadet for the past six years. She won first place in the tri-service cadet speak-off in St. John’s last March. She was also the camp chief at HMCS Acadia during the summer.

23


Cadence • Issue 3 • Fall • 2001

Holding off By Capt Paul McKee

Dry Mouth Even officers can fear public speaking

It’s a scene played out by unit commanding officers in almost every cadet corps and squadron throughout the country during recruiting drives. You’re about to give your best “welcome to the world of Cadets” speech to a room full of parents and cadets at the inaugural meeting when you’re overcome with dread! t’s natural to be nervous about public speaking. In fact, it’s quite healthy. It shows that you really care about doing well. Too much nervousness though can be detrimental to your presentation and message.

I

And while parents anxiously wait for their turn to ask about “the cost to them” and cadets wait to find out when they’ll be getting their uniforms, you’re doing your utmost to hold off dry mouth. Public speaking is an art form. It takes plenty of practice and a certain degree of personal comfort before you can actually master the form. Toastmasters, an international public speaking association, offers these tips to cushion the uneasiness of speaking to crowds. Know the room. Be familiar with the place you’re speaking in. Arrive early, walk around, and become comfortable with your surroundings. Those of us who welcome our young recruits to our ‘home’ units have the advantage here. At times however, we find ourselves without the comforts of ‘home’ and that’s when this tip is handy. Know the audience. Don’t be afraid to personally greet your audience as it arrives.

24

When you meet your audience, you have the advantage of answering pre-emptive questions. Because parents are likely to ask similar questions, you can be prepared with the answers to questions even before they’re asked. Know your material. We offer this straightforward tip during cadet public speaking sessions. If you’re uncomfortable with your material, you’re less likely to get your point across. Rehearse your presentation. Fewer surprises will help put you at ease.

for any problems you think you might have with your speech, you may call attention to something the audience hasn’t noticed. Concentrate on the message, not the medium. Focus attention away from your own anxieties and get the message out there instead. Once you know the audience is paying attention, your nervousness will dissipate. Turn your nervousness into positive energy. Harness your nervous energy and transform it into vitality and enthusiasm for your subject.

Relax. Ease your tension by doing some simple stretching exercises. The more you relax your body, the easier it will be to control those nasty little nervous habits like shuffling your feet and twirling your pen.

Gain experience. Experience builds confidence, which is a key to public speaking. If you really have a tough time with presentations, start with smaller audiences and build from there.

Visualize yourself giving your presentation. Imagine yourself speaking, with a loud, clear and assured voice. If you visualize yourself as successful, you will be successful.

Perhaps the best advice we can give to ourselves is from ourselves. Check the recruit-level handbooks for the tips we offer our youngest cadets on organizing, creating and communicating a worthwhile presentation. b

Realize that your audience wants you to succeed. Audiences want you to be interesting, stimulating, informative and entertaining. They’re not hoping that you’ll stumble. And even if you do, they likely won’t notice. Don’t apologize. If you mention your nervousness or apologize

– Capt McKee is the joint projects officer at Regional Cadet Support Unit (Northern) in Yellowknife, NT. Experience is the key to mastering public speaking. Here, LCol Charles Keough, commanding officer of Argonaut Army Cadet Summer Training Centre in Gagetown, addresses a large group of staff cadets. (Photo by 2Lt Lisa Currie)


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

A Winning Strategy Don’t wait for your recruiting campaign to plan your communications! By Maj Carlo deCiccio

We should view a cadet unit as a business, which has the goal of raising its profile and displaying its product and services to arouse the interest of its target publics. If we did this, we would take a medium-term and a long-term view when we planned our communications. ost cadet units and their sponsoring committees put communications on their agenda when planning their campaigns for recruiting and enrolling new cadets. Unfortunately, this is a short-term view, and represents an enormous challenge.

M

Imagine trying to arouse the interest of 12-year-olds in joining Cadets at the same time as you are leading them to discover an organization that all too often, is unknown to them. The same problem arises when we endeavour to interest other organizations in supporting our cadet unit activities. Under these circumstances, communications planning becomes essential to ensuring that our activities proceed smoothly and successfully. We should never forget that we are competing with other organizations that have the same target publics and interest in enrolling young people in their activities. If we continue to believe that the Cadets Canada program is the best kept secret in Canada, then we have a lot of work ahead of us to boost our visibility among Canadians. This means improving our communications, both internal and external.

Canada program and the partners responsible for that program. The unit’s internal communications should target unit personnel, members of the sponsoring committee, parents of cadets and cadets. Don’t forget that if the unit’s internal publics are well informed, those people can also assist in promoting and raising the organization’s profile. Each cadet corps and squadron and its sponsoring committee should prepare a yearly communications plan that contains the unit’s objectives, its internal and external communication messages, as well as the communications messages and tools for the cadet recruiting and enrolment campaigns. Remember that preparing a communications plan is a key step in increasing a unit’s visibility and gaining community support for all its activities. b – Maj deCiccio is the regional public affairs officer, Eastern Region.

External communications should be based on a strategy of promotion and visibility. Even before attempting to recruit new cadets or seek community support, cadet units should do their best to enhance awareness of the Cadets Canada program and publicize their product and services. Units should not focus exclusively on 12-year-old boys and girls, but should work to raise their profile among a target population consisting of parents, as well as children between the ages of 9 and 11. A simple message can be employed: Cadets exists, it offers challenges and friends galore, it’s free and young people can join at the age of 12. The communications strategy should be to provide this target population with the facts, thereby laying the groundwork for a subsequent recruiting and enrolment campaign whose message will be aimed at young people 12 years old and over. Internal communications should also employ an information strategy aimed at enhancing public knowledge of the Cadets

Before recruiting cadets, we must promote the cadet movement program and raise its visibility. Our presence at youth fairs is an excellent means of reaching our target publics.

25


Cadence • Issue 3 • Fall • 2001

of Music Sound & The

hqe

Communicating in the international language

By Capt Isabelle Bergeron

The Eastern Region Cadet Band uses music — the international language — to communicate a gentler image of the cadet movement. And because music is so important to young people, it is an effective means of communicating in a less conventional way. f you happen to be a cadet, a senior cadet, a former cadet, a civilian instructor or a CIC officer, and someone asks you where you discovered the cadet movement, you would likely reply: “My brother (or sister) was in the cadets”; “My father (or mother) is a unit commander”; “My cousin was a cadet”; or “My friend was a cadet”.

I

Too often, these are the typical responses. Although word of mouth is effective, it has its limits.

We are the first to vaunt the merits of our organization, but despite all our good intentions new members tend to be recruited from an extremely limited pool. How can we find new blood, connect with young people who are unfamiliar with us? For the past two years, the Eastern Region Cadet Band has tried to reach young people — and people in general — through a series of concerts staged throughout the region in the summer months.

Three band members warm up before a performance with Lt Valerie Vincelette, assistant musical director from 643 Air Cadet Squadron in St-Hubert, QC. From left, are, Cadets Maxime Poirier, 206 Sea Cadet Corps, Joliette, QC; Anna-Maria Moubayed, 2710 Army Cadet Corps in St-Hubert; and Louis-Martin Harbour, 643 Air Cadet Squadron in St-Hubert. (Photo by Capt Isabelle Bergeron).

They say that “Music soothes the savage breast”. This is the goal of the band. As many of us know, the image of Cadets that many of the general public have is that the Department of National Defence wants to make “little soldiers” out of cadets. We beg to differ. Perhaps this perception is understandable, considering that in many cases, people only see us during Armistice Day parades in the chilly and rainy month of November. But we on the inside know only too well that this image no longer corresponds to reality.

26

A young guest musical director directs a military march during the band’s concert at Cap-de-la-Madeleine, QC. (Photo by Cpl Catherine Bilodeau)

Cadets stand for so much more — physical fitness, leadership and good citizenship; lifelong friendships, sports, adventure, sailing, flying and of course, music.

Many of you came to see our concerts this summer. You no doubt realized, as we did, how successful music was in bringing people to an appreciation of Cadets. “Blue Suede Shoes” by Elvis illustrates the cadets’ sense of rhythm, “YMCA” by the Village People demonstrates their enthusiasm, “La Copa de la Vida” by Ricky Martin displays the movement’s ability to keep in tune with the times. Music, as a means of communication, provides a direct pipeline to the Canadian public. It serves as an appetizer to pique people’s curiosity. After the music, it is easier to talk about things like discipline and respect and one of the fundamentals of the movement — exceeding personal limits. The cadet musicians on the 2001 tour have seen these


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

Band member Cadet Maxime Poirier, 206 Cadet Corps, in Joliette, QC, traces a Cadets Canada tattoo on a youngster following a concert at the Aviation Museum in Ottawa.(Photo by Capt Isabelle Bergeron)

values from the inside — living for almost nine weeks in a relatively small group; practising for long hours; marching in interminable parades down city streets; playing in less than ideal weather conditions. Such challenges can be difficult to meet, particularly when cadets are tired. But the cadets rolled up their sleeves and travelled throughout the region to promote a movement in which they clearly believe because they’ve been a part of it!

Some detractors have said, “That’s a lot of money that should have gone to the units instead of to sending a small group on a nine-week organized trip.” Let me assure you, however, that this money earns dividends. It might not be apportioned as you might like, but it will bring you returns. Young people will be knocking at your unit door in September because they heard the music

Cpl Johanne Fortin and Cadet Alexandre Raymond, both from 761 Air Cadet Squadron in Kamouraska, QC, during a media interview at the TVA studio at Riviere-du-Loup, QC. The pair represented the Eastern Region Cadet Band and the cadet movement on the television program “La vie au Bas St-Laurent”. (Photo by Capt Isabelle Bergeron)

of the Eastern Region Cadet Band, while your cadets were busy honing their skills at training centres, rather than parading at festivals in your community. When your cadets return to your unit, they will be equipped to welcome new enrollees attracted by the band.

the Pokémons theme and insisting on a Cadets Canada tattoo on their cheek — some will show up when the time comes.

Music — as a means of communicating to promote Cadets Canada — is the mission of the 35 cadet musicians, 13 staff cadets and eight staff members You might not see the effects (CIC officers, Regular Force of the cadet tour this year, officers and non-commissioned but of the five-, six- and seven- members) on Tour 2001. year-olds that we met — eyes The tour gave the cadets an shining at the sound of opportunity to develop their musical skills, team spirit and discipline, and, fittingly enough, the cadets returned the favour by promoting the movement. b – Capt Bergeron was the public affairs officer for the Eastern Region Cadet Band.

The band parades through Parc Safari in Hemmingford, QC. The band performed approximately 30 concerts /parades in Eastern Region over the summer. (Photo by Cpl Catherine Bilodeau)

27


Cadence • Issue 3 • Fall • 2001

When

communication falters The Army Cadet League sets out to improve its image

By Brian Garagan

A whopping 71.8 per cent of respondents to an Army Cadet League survey on “image” said the league has a “fair” or “poor” image in their province. That was the bad news. he good news is that once the league heard about it and the initial shock wore off, the league set out with determination to improve that image.

T

At a highly charged conference in June in Valcartier, QC, about 35 league representatives from across Canada met to identify how the league can improve its support to army cadets and its performance in other areas like communication. The results of the image survey — carried out at the league’s request by its image committee — were presented to the league’s board of governors last April. The sounds of pain, anguish and yes, horror could be heard from the league’s board, despite the ratings of 39 to 40 per cent “good” and “very good” in many survey categories. The image committee distributed approximately 1,000 copies of the survey across the country. It received 303 responses, 61.1 per cent of them from cadet instructors cadre

28

officers and 12.6 per cent from league members. Most respondents lived in Ontario (42 per cent) and Quebec (21.3 per cent), with an almost even split between urban and rural communities. Responses were anonymous. Reading some of the frank comments was a real education in perception versus reality. What some of the league respondents perceived of the image of the league was not necessarily the reality. Overall, respondents were not favourable towards the league in the areas of involvement, relationship and effectiveness. For example, 61 per cent rated the league’s involvement level as “fair” to “poor”. The relationship between respondents’ organizations and the league was rated “fair” to “poor” 56.7 per cent of the time. And league effectiveness was rated “fair” to “poor” by 70.1 per cent of respondents. Ouch — ouch — ouch! On a more positive note, however, 53.5 per cent rated approachability of the league

to be “good” to “very good”, and 56.6 per cent rated the ease of contacting the league in their province to be “good” to “very good”. For the most part, respondents indicated awareness of the league, both nationally and provincially. Some 85 per cent indicated they had met league members in their province; however 30 per cent indicated that league members did not visit their corps. This one hurt. (I’m still aching). The survey concluded that “proactive actions are required by the army cadet league to improve the league’s image in all parts of Canada.” The final survey report made 14 recommendations to guide the league on its path of revitalization, renewal and strength. At the historic first-of-its-kind conference in Valcartier, league members examined every aspect of the league, including strengths, weaknesses, mission, basic documents, objectives, structure, activities, priorities, communications, memberships and partnerships.

A new branch crest will help improve the image of the Army Cadet League.

“We can say without a doubt that this special activity was a great success,” said national league president Gilles Dery. “We must put into place the recommendations and suggestions that were brought forth.” b – Mr. Garagan spearheaded the survey as chairman of the league’s image committee. Editor’s note: Kudos to the Army Cadet League for its courage in sharing this information with our readers. It show’s true commitment to change.


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

Web talk Using the Internet safely

www.cadets.ca Cadet Pitre, 313 Air Cadet Squadron, in an Internet familiarization class at the air cadet summer training centre in Greenwood, NS.

By Lt Adam Chubb

If you were a cadet or staff member at one of our training centres this summer, you more than likely underwent training on how to use a computer, how to ‘surf’ the Web, and how to properly send electronic mail. ost of us in today’s society are familiar with and know how to use computers. We use them for everything from keeping in touch by e-mail with friends around the world to typing school assignments. Computers have become a big part of our day-to-day routine. With more than 50 per cent of the world’s population on line, it has become increasingly important that everyone using this technology use it in a safe and proper manner.

M

The cadet movement has realized the importance of the Internet and information technology in society and is giving all cadets at summer training centres the opportunity to learn new computer skills to take home to their local cadet units and also to apply to their everyday lives. Cadets, depending on their age, are receiving varying levels of training, ranging from learning the parts of a computer to virus detection and removal. Training levels are determined by the cadet’s age and training courses they are attending, which gives them the level of difficulty most appropriate to their abilities. Along with training on how to use a computer, cadets between 13 and 14 years of age are taking part in a game called “Missing”, which takes them through a simulated investigation of an Internet abduction and illustrates the danger of on-line chat rooms. This program also makes cadets aware of what can happen if they don’t practise good Internet ‘etiquette’ and develops their problem-solving abilities.

The Internet familiarization program addresses the overall requirement for our youth to become fluent in the workings of the Internet — teaching them to communicate with people over the Internet and to exchange information and ideas in a professional manner. b – Lt Chubbs is the Internet training coordinator for Regional Cadet Support Unit (Atlantic). He oversaw the Internet/computer training program at the region’s training centres over the summer.

Cadets, depending on their age, are receiving varying levels of training, ranging from learning the parts of a computer to virus detection and removal.

Cadet Rideout, 537 Air Cadet Squadron, learned the dangers of on-line chat rooms during Internet familiarization classes this summer.

29


Cadence • Issue 3 • Fall • 2001

Looking at the

BIGpicture

Expanding officer employment opportunities are just the tip of the iceberg for the new Branch Advisory Council. By Maj Harold Mendes

W

certainly went a long way towards enhancing communication in all directions.

RAdm Raymond Zuliani, chief reserves and cadets, and BGen Paul Hussey, director general reserves and cadets, opened the July meeting of the council with the following advice:

Because the ongoing Reserve Force Employment Project (RFEP) has such far-reaching implications for all reservists, branch co-advisor Capt(N) Jennifer Bennett, the director of reserves, updated the council on progress to date.

hen the two top officers in the cadet movement give advice, the CIC Branch Advisory Council (BAC) listens!

• Consider expanding the employment opportunities of qualified CIC officers to fill the many vacant positions with the best person for the job; and • Clearly articulate your mandate and make your raison d’etre well known to all. The BAC intends to heed that advice and a lot more too, if the intense two-day meeting was any indication. As the human resources advisor with the directorate of reserves, I will be looking for ways to expand officer employment in positions that are mutually beneficial to both the organization and CIC officers. The council’s mandate is already clearly articulated in a framework document that will soon be finalized. And the intent is to communicate it — and everything else the council does — to ‘the world’. The July meeting

30

“Approximately 43 policies are under review within the RFEP — some stand-alone CIC policies and others Pan-Reserve. All have to be examined, amended or drafted and approved for implementation by July 2002,” said Capt(N) Bennett. The new Reserve employment framework will result in a number of changes, including new “classes of service”, 330-day employment periods for all Reserve annuitants, and an increase in the number of paid days for CIC unit employment. Effective April 1, 2002, the current classes of ‘A’, ‘B’ and ‘C’ service will cease to exist, replaced by two broad groupings: “those with terms and conditions of service reflecting a limited liability to serve (the ‘traditional’ Reserve terms of service) and those with terms and conditions reflecting an unlimited liability to serve”, (more closely associated with Regular Force service).

In the simplest terms, reservists will normally serve ‘Reserve service’ on a full-time or parttime basis and be compensated with Reserve pay at the current rate of 85 per cent. However, there may be times when it will be necessary to change a reservist’s terms and conditions of service (with consent) from limited to unlimited liability to serve (obligation to serve for a specified duration and/or in a location). This would be the case in ‘operations’ — a term to be defined by the environments. In these cases, reservists with unlimited liability to serve would be compensated at 100 per cent. Under the present classes of service, some reservists are eligible for 15 per cent more pay with no changes to terms or conditions of service. Class C at 100 per cent pay has not been equally accessible for all reservists and will cease at the end of current contracts. Capt(N) Bennett, who is on Class C service herself, realizes that the elimination of Class C service is a sensitive issue. However, she feels “It’s right and will ultimately level the playing field for all reservists!” She looks to BAC members as her “emissaries in the regions” and asks that they communicate the message that “a lot of hard work and thought has gone into these decisions”.

Effective April 1, 2002, the current classes of ‘A’, ‘B’ and ‘C’ service will cease to exist, replaced by two broad groupings An update was also given on the completed CIC Occupation Analysis. The analysis — part of the Military Occupation Structure change management project — determines the tasks, skills and knowledge needed for each job CIC officers must perform. The recommended model consists of one CIC Military Occupation Classification (MOC), with three sub-MOCs representing each element. All jobs, current and anticipated,


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement have been identified and cadet summer training centres, headquarters and so on are embedded within as occupational specialties. The Senior Advisory Group in Ottawa has approved the recommended structure and provided funding to proceed to the next phase. The next phase is the development of the Occupation Specification implementation process. (See more details on page 36.) The BAC is currently searching for and will nominate a willing and able participant to co-chair the team that will develop the implementation process. This will ensure that the Branch ‘has a say’ before the process is approved. The structure will establish minimum core competencies to level the playing field by adding consistent standards that will determine how CIC get recruited, selected, employed, remunerated, trained and promoted. In another important piece of meeting business, LCol Alan Memess was elected as the national branch co-advisor. (He had been acting as interim co-advisor). His role is to advise and champion — on behalf of the membership — professional concerns that have implications for the branch. LCol Memess stepped right into his new role by volunteering to champion a proposal to develop a single badge — based on the standard Canadian Forces pattern for badges — for all CIC officers. Other main items of business were: • Providing input into the Chief of Review Services overall review and consideration to expand the mandate of the Canadian Forces Liaison Council’s (CFLC)

‘employer support for Reserves’ program to include the CIC. The CFLC provides assistance and resources to reservists to allow them time off from their civilian work for military training and deployment without penalty to vacation time or loss of wages. Regional advisors are assisting in finding out the number of officers — either employed or attending a post-secondary school — who are having difficulty getting time off from work/school to attend night, weekend, or summer training. Maj Roman Ciecwierz, the regional advisor for Central Region who is working on the project, feels that “even small things — like being included in CFLC marketing material — would assist in getting employer support”. The report of findings is expected to be available by the end of the year. • Tabling the CIC BAC framework document. Among other things, the document describes how the council acts in an advisory capacity, but not as a grievance board. The council also has an advocacy role. BAC members have a responsibility to their constituents on macro issues. They are responsible for feeding issues up to senior management and advising them of potential solutions, through briefing notes. They are also responsible for feeding responses down to the ‘grassroots’ level. These communication channels will be made clear to officers so they know why they should communicate with regional advisors. Maj John Torneby, the regional advisor for Prairie Region,

Summer training centre jobs for officers are embedded in the new CIC military occupation structure as an “occupational specialty”. Lt Suzanne Jarvie, seen here giving a tasking to staff cadet Ben Stewart, was the flight commander for the introduction to instruction course at Albert Head Air Cadet Summer Training Centre this year. (Photo by Lt Marion Grant)

will circulate the framework document to branch members for comments prior to its final approval and distribution. • Agreeing to serve as the Cadence editorial board. Capt(N) Bennett will coordinate the development of editorial policy for council approval. For more information, see the editor’s opening notes on page 4. You will also find the names of the regional advisors there. • Recognizing the outstanding contribution of acting secretary LCdr Peter Kay, and the work of Capt Marc Boudreau, the interim regional advisor, Atlantic Region. The council encouraged both to continue their involvement with various aspects of the branch. Overall, the meeting was extremely productive. The council resolved several outstanding issues and moved forward on others, as members

enthusiastically took on new responsibilities. Look for lots of news in the coming year as we lead up to the council’s next meeting b

The new Reserve employment framework will result in an increase in the number of paid days for CIC unit employment.

31


Cadence • Issue 3 • Fall • 2001

Forum New ideas, best practices and lessons learned

Smiles guaranteed! By SLt Tom Turner s the public affairs officer at HMCS Ontario in Kingston, ON, for the past two years, I can claim one special success. I started e-mailing digital photos of camp activities home to the friends and families of the cadets at camp.

A

It started by accident when I spotted a 12-year-old general training cadet crying in the hall outside my office. She was homesick and was waiting for an officer to finish talking to her mother so that, as she told me, she could go home. In the midst of the teary-eyed explanation, curiosity overcame her and she asked about the camera equipment in my office. A quick demonstration was given and within a minute we were looking at her picture smiling back from my computer screen. I asked if her family had an e-mail address and within the next minute the picture was on its way to mommy. A blink of comprehension on the part of the cadet resulted in her running across the hall to tell her officer her mother had to get off the phone so she could check her e-mail, and no, she did not want to go home anymore. The incident made me think it might be a good idea to collect e-mail addresses from cadets and staff members. While the input was time-consuming, and incorrect addresses came back by the dozens, the project was more than worthwhile. Every two or three days, we sent out greetings from HMCS Ontario accompanied by two pictures showing what had gone on recently. To my surprise, we received mail thanking us every time we did it. We continued the practice at Ontario this year and it’s still a big hit. Perhaps you can adopt the idea and fit it into the activities of your training centre or local headquarters. The smiles are guaranteed. b

32

One of the “greeting cards” sent home from HMCS Ontario this summer. (Photo by SLt Tom Turner).


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

Calendar cadets adets and staff at the army cadet summer training centre in Valcartier, QC, went home with their own souvenirs of the summer — free calendars.

C

Public affairs officer Capt Nathalie Lauzon and her staff made the calendar their “challenge of summer 2001”. Their goal was to create a calendar that was better than ever before. Fortunately, the Valcartier training centre is a large one. “We have the people, the photography laboratory, four people in our public affairs section,” adds Capt Lauzon. “We know we are lucky.”

A public affairs staff challenge was taking enough photographs for the calendar. “Our goal was to have enough so that every cadet could look at it and say, ‘That’s me, I was there, or that’s my friend!” But the biggest challenge was time. “We had approximately four weeks to do everything,” says Capt Lauzon. “We had to find sponsors for every page, take the photos, design the calendar on our computer, make corrections, get the commanding officer’s approval, send it off for printing, receive the calendars and distribute them before the cadets left.”

Still, the public affairs section had a lot of help. Capt Lauzon engaged a “cadet committee” to be her eyes and ears around the training centre. In keeping with the training centre’s “challenge of summer 2001 theme, Capt Lauzon asked the cadets on the committee, each representing a different group or course, to keep their eyes and ears open for ‘challenges’ for the calendar. The cadets brought in poems, drawings, logos, photographs — anything they thought might be appropriate.

Before the training centre closed, 2,800 calendars were distributed. And if you look at the end of the calendar you’ll find a photograph of the cadet calendar committee 2001. b Capt Lauzon with the Valcartier summer training centre souvenir calendar.

Cadet for a day By Lt(N) Julie Hillsden t the beginning of the summer, I sent out a challenge to local media with an invitation to visit our summer training centre and be a “cadet for a day”. This year, we had three takers. A reporter from the base newspaper The Lookout spent a day with us and didn’t want to leave. A reporter from the local paper, the Goldstream Gazette, was unable to spend a whole day, but made two of four planned visits so he could take part in as many activities as possible. And, a reporter from the local television station came for the day.

A

The resulting media coverage was great and it gave reporters a chance to learn what a summer training centre and Cadets are all about. Here’s another idea you might want to try. Following each graduation ceremony at our summer training centre, there is a reception for the graduates and their guests. We take advantage of that opportunity to project on the drill hangar wall a Power Point presentation of 30 to 40 photographs that we have taken of the graduating course. This is immensely popular with the cadets and has had an added benefit: it’s boosted orders for a pictorial CD we make at the end of the year. If the cadets want the CD as a memento of their summer, they order it and we mail it to them after they’ve returned home. The CD — holding more than 100 photos — is a bargain at $7. b – Lt(N) Hillsden is the public affairs officer at the Albert Head Air Cadet Summer Training Centre in Victoria, BC.

Cadet for a day Carmel Ecker from The Lookout gets range instruction from FSgt Jarin Lundin at Albert Head Air Cadet Summer Training Centre. The results of the proactive communications were a front page photograph, an editorial and a two-page spread in the newspaper.

33


Cadence • Issue 3 • Fall • 2001

A skeptic

reborn

Making unit administration “simply simple” By Capt Myles Penny

They say you can’t teach an old dog new tricks. This isn’t always the case. I have been skeptical of the Way-Ahead change and renewal program for years, and have not made any secret of it to anyone. However, one shouldn’t make comments about what may be ‘broken’ if one isn’t prepared to help with the repairs. So I took my skepticism and experience, joined the administration action team and tried to make a difference. ather than go into a lengthy diatribe on why our action team could not complete its task — no matter how dedicated and hard working we were — I’ll simply say we did what we could. Eventually, our team kind of ‘faded away’, superceded by the administration tiger team. Team members have, however, kept in touch, shared views and assisted the tiger team as much as possible in its onerous task.

R

The administration tiger team consists of full-time members from across Canada. They have met at various times and locations and thoroughly and professionally torn apart every aspect of cadet administration. They have re-evaluated, thrown out, amended, corrected, shortened, redefined and rewritten just about every area of administration at every level. Various administration action team members have been invited to share our experience and expertise at these meetings. I participated in one meeting. I was extremely skeptical about the whole program and made no bones about it. I thought it was simply another costly piece of ‘window dressing’ that would go nowhere. Man, did this skeptic ever have his eyes opened! What can I tell you? The program works. The tiger team is doing a superb job. As I sat at the table, administration was being reduced, amended and rewritten before my eyes. Tiger team members are keen to reduce the workload at unit level. They want regional cadet support units (RCSUs) to take on more of the tasks that don’t require unit input. I was astounded!

34

However, we need to work out a couple of minor ‘snags’ if we are to fully benefit from this workload reduction. • RCSUs need to support and ensure this program works, rather than look for reasons why it won’t work; and • All units have to get on CadetNet and get it working as quickly as possible. CadetNet is truly going to be our saviour when it comes to reducing workload. It will reduce the need for keeping blank forms; facilitate officer enrollment; assist training, supply and attendance; and the list goes on and on. In short, it will make unit administration simply simple!

CadetNet is truly going to be our saviour when it comes to reducing workload.

I won’t ‘beat this horse’ any longer, except to say that the administration tiger team is working and working hard. I for one am no longer a skeptic. But the program will not work unless we all get behind it, support it, assist by putting forward workable ideas, and approach it with a ‘can do’ attitude. b – Capt Penny is the administration officer with 2294 Army Cadet Corps in Thunder Bay, ON. A former educator, he is now self-employed.


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

Are we

satisfied with our training program? The Cadet Program Satisfaction Survey has the answers. By Capt Patrick Arsenault e will soon know how satisfied cadets and personnel are with the cadet movement’s training programs. The results of the Cadet Program Satisfaction Survey (CPSS) will be released this fall.

W

The final report — based on nearly 2,800 responses — will be presented to regional cadet support unit commanding officers in October. The survey, posted on CadetNet just a few days before last Christmas, posed questions on local training, national programs and summer camps for each element. The two main questions were: “Are you satisfied?” and “Do you feel that this is important?” The findings will determine whether we need to change certain courses, or keep them as they are. The views of cadets are considered extremely important, since they are our ‘customers’.

Not so long ago, the simple idea of consulting members of the cadet movement was considered foolish and unfeasible. It seemed impossible to get in touch with so many cadets and officers. But with the advent of information technologies, communicating with the various elements of the cadet movement has become simpler and faster.

Why we do surveys When the CPSS was first posted, you may have thought, “Oh no! Not another survey!” But it’s imperative to understand why surveys are important. The cadet movement has undergone a multitude of changes within a short time. The cadet program is now obliged to exercise stricter control over its four main activities: local training, summer camps, cadet instructors cadre officer training and the organizations (headquarters).

Moreover, new programs have sprung up, such as adventure training, the cadet harassment and abuse prevention program, space camp and so on. We need to find out if the cadet program is working properly, achieving its objectives and satisfying its target clientele.

We anticipate producing one survey each year. Some surveys will encompass the entire cadet program; others will focus on more specific aspects.

We have received a number of comments pointing out that the electronic format does not always work and that paper would be Why do we survey officers, more convenient. We are always leagues, committees and parlooking at alternative approaches ents? Imagine a course, which to administering future surveys cadets find extremely interesting, (on-line surveys, visits to units but which officers find difficult or summer training centres, and to teach, or which is enormously so on.) This time around, about expensive. Knowing how cadets half of our survey responses and officers feel about a course were submitted on paper. can help us find solutions. We might be able to change the way Our sincere thanks to everyone the course is managed, without who completed the survey. b changing the content. Or we – Capt Arsenault is the quality might be able to reduce the assessment staff officer with course’s operating costs to allow directorate of cadets. for greater cadet participation. Canoeing photo by Melissa Woodcock, Argonaut ACSTC; Other photos by

The CPSS is the first in a series Capt Kel Smith, Rocky Mountain of surveys that the directorate ACSTC. of cadets will conduct.

35


Cadence • Issue 3 • Fall • 2001

Common sense training A book review By Capt Richard Novak

Collins, LGen Arthur S. Jr., U.S. Army, Common Sense Training: A Working Philosophy for Leaders, $24, 211 pages, ISBN 0-89141-676-5, available from Chapters bookstores. ommon Sense Training: A Working Philosophy for Leaders is intended for U.S. Army officers. But it is also applicable to cadet instructors cadre officers at both local headquarters and summer training centres because it discusses and analyzes what we do: training.

C

There are many chapters of interest to all officers: philosophy of training; common excuses for inadequate training; training management; training yourself and your chain of command; unit schools; training tips; competitions, testing and inspections; and physical training. LGen Collins’ writing style is clear and concise. I enjoyed reading his work, although another officer found it boring. The advice is mostly common sense: “The best way an army can gain the confidence of the people, not to mention those who are in the army, is to do the best job it can every day.” How many examples can you think of where planning the weekly evening session is ignored in favour of a multi-corps field training exercise? If everyone did their best at every session, wouldn’t we have more enthusiastic and skilled cadets? LGen Collins also writes on the importance of following a training schedule once it is published. How much training have you seen changed at the last minute to deal with the latest ‘crisis’, such as an area cadet officer visit?

36

Was it effective use of your followers’ time? Collins states that it usually isn’t, and the problem could be rectified in the next training cycle.

My favourite tip in (the supervise and inspect) section is to conduct early-morning inspections of barracks, wash areas and so on. I followed his advice…and was surprised by what I saw.

He also gives detailed directions on learning to see (supervise and inspect). My favourite tip in this section is to conduct early-morning inspections of barracks, wash areas and so on. I followed his advice last summer at an army cadet summer training centre and was surprised by what I saw. It isn’t easy to get up at 5 a.m. to go to the barracks, but do it. And bring your platoon commander’s notebook, as there will be plenty of notes to write. Another tip is about correction in front of senior officers or visitors. How often have you seen faults passed over because of a visitor? LGen Collins asked a German army corps commander his view on the subject and his response was truthful. “When he visited a unit and found errors that were not corrected, the only conclusion he could come to was that the commander did not recognize the deficiencies and therefore, was not competent to command.” These are but a few examples of LGen Collins’ wise tips. Overall, the book is a good read, packed with valuable instructions on how to lead and train followers. Most of these are readily applicable to anyone that works with cadets. All officers would do well to read this book and follow LGen Collins’ sage, common sense advice. b


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

Driving Training The new CIC Occupation Specification will make training more job-specific and youth-related. By Capt Michael Blackwell

Future officer training will focus more on dealing and communicating with youth. (Photo by Capt Philippe Gélinas, photographer for the army cadet summer training centre in Valcartier, QC.)

Where do we go now?

So what’s this mean to you as a CIC officer?

e’ve published three articles now on the CIC military occupation structure (MOS) change management project and some information is available on the CIC web site. But you may still have questions about it. With this in mind, here’s an update on what’s happening now and what it could mean for officers at local cadet units.

How does this affect officers, who are attending weekly training and administration nights and regular weekend activities?

W

Remember the large survey we completed last fall? The information we gathered and analyzed was used to develop an occupation specification (OS). This specification will drive training, as it details what skills and knowledge officers need to do our work. The next step of our project is to develop an occupation specification implementation plan — in other words, develop a plan to implement the results of the occupational analysis. We will convene a qualification standards and plan board where ‘grassroots’ CIC officers will add a ‘real’ perspective to the draft specification. This board will develop the performance objectives to determine when and how the skills and knowledge will be taught. Then, training boards will be convened to develop the lesson specifications and testing details. During this phase, an estimate will be made of the overall cost of implementing these changes. As well, a strategy will be developed to reach the new objectives. The completed implementation plan will cover all areas that affect the employment and training of CIC officers. Once the new program has been on the ground and running, the entire project will be validated. As the changes are immense and complex, this process will take a few years to complete.

It has many implications, the largest of which will be changes to CIC training. The training will be more job-specific with less duplication. An example is learning task procedures, which is currently taught on the basic officer qualification course, the junior officer leader’s course/military occupation course, and lieutenant qualification course. Subjects like task procedure will be taught only once, avoiding duplication and leaving time for other important training. Or, possibly, courses will be shortened so we can spend less time away from our homes, families and jobs. Our training will also include more appropriate training related to dealing and communicating with youth. OA results will also assist in streamlining our human resource policies, such as how we are recruited, employed and promoted. Some of the current practices are seen to be too easy. But as a cadre of volunteers, we must ensure that whatever system we adopt or policy we follow still entices people to join our ranks. For all you skeptics out there, I ask you to keep an open and objective mind during this journey together. Change is never easy but our purpose will always be to meet the aims and vision of the cadet movement. This project will help us get there. If we focus on maintaining a well-trained and professionally managed cadre of adult leaders, we will succeed in developing happy and responsible adolescents. b – Capt Blackwell is a CIC officer working with the CIC MOS change management project.

37


Cadence • Issue 3 • Fall • 2001

Becoming better

officers Expanding distance learning

The military studies program will offer two professional courses and four university-level courses to officers in January. By Lt(N) Paul Fraser n September 2000, the director of cadets established a co-ordination office to coordinate the voluntary participation of CIC officers in the Canadian Forces’ military studies program, formerly called the officers professional development program. The intent was to allow CIC officers — regardless of their geographical location or proximity to a CF unit or base — to take part in the self-study program if they wish. The program is designed to deepen and broaden the knowledge of officers, and to enhance an understanding of common and occupational skills and knowledge in the performance of their leadership responsibilities.

I

Changes to the program Since the publication of the spring issue of Cadence, changes have been made to the military studies program

to reflect changes to the professional military education component of the enhanced leadership model for Regular Force officers. The program will now consist of two professional (P) and four university (U)-level courses. These new courses — available in January 2002 — will be paper-based, self-study and self-paced distance learning courses with confirmatory examinations available in both official languages. Through their own efforts, CIC officers will have the opportunity to gain the same essential knowledge as Regular Force junior officers. These self-study packages will involve no formal instruction, as each package will contain the necessary reference material to complete the examinations.

New courses • Introduction to Military Law (P) • Introduction to Defence Management (P)

• Canadian Forces and Modern Society: Civics and Politics (U) • Human, Machine and War: Impact of Military Science (U) • War and Military History (U) • Leadership and Ethics (U) Details will be published on the CIC national Web site as they become available and in the next edition of Cadence.

One interim course Due to these program changes, only one course — Defence Organization and Establishment — is available to CIC officers as an interim course beginning in September. The course examination is scheduled for the week of December 9 to 15, 2001. Registration forms can be found on the CIC Web site or in the officer professional development information package, delivered to each corps and squadron in September. This course will not be credited

as a university-level course; rather it is a professional-level course for CIC officers. The aim of the Defence Organization and Establishment course is to improve officers’ familiarity with, and understanding of, the roles, responsibilities, organization, resources, operational activities and capabilities of the CF. It will also improve familiarity with the military heritage of the Royal Canadian Navy, Canadian Army, Royal Canadian Air Force and the Canadian Forces. For additional information on the Canadian Forces military studies program, visit the CIC Web site at www.vcds.dnd.ca/cic/pd-dp, or call the co-ordination office at 866-829-5237 between 9 a.m. and 5 p.m. (Eastern Standard Time). b

For additional information on the Canadian Forces military studies program, visit the CIC Web site at www.vcds.dnd.ca/cic/pd-dp,

38

or call the co-ordination office at 866-829-5237.


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

Viewpoint Been there, done that! Professional development courses take time and effort, but the rewards are free university credits and personal satisfaction By SLt Tom Turner

The Canadian Forces military studies program offers you the opportunity to earn university credit courses free of charge. The operative word here is e a r n. There isn’t a ‘bird’ course among them, so you should be prepared to dedicate yourself to your studies. y own experience with the program started two years ago when it was known as the officer professional development program and nicknamed ‘opee-dopee’. Living in a small community lacking any form of continuing education courses, the program sounded like just the thing to keep me from going brain dead in the ‘boonies’. After months of asking the wrong people to get me into the program, I finally made the right connection and the books arrived within a few weeks.

M

The first course materials consisted of two cerlox-bound books, each two fingers thick. The course material was, by turns of the page, variously interesting, boring, simplistic, and complicated. The 500 pages of study material had to be covered in the space of 90 days, and the recommended minimum study time was 75 hours. As day 60 passed, I realized 75 hours might not be enough. Finally, after three months of study, I arrived at CFB North Bay for my exam. The classroom was crowded, the exam three hours of multiple-choice, the questions tough and tricky. It was eight weeks before I had the exam results and knew for certain that I had passed. The second course materials weighed in at 50 per cent more than the first and recommended additional hours of study. My first experience had taught me to take their recommendations seriously. As a result, I scheduled an hour of study in the morning before work and another in the evening before bed. For those suffering insomnia, I highly recommend the volume on the Canadian Forces Recruiting Education and Training System. Ninety days later it was off to North Bay and another exam session. This time there were only three of us in the classroom and

SLt Tom Turner hits the books.

the multiple-choice answers all seemed to say the same thing. Whoever put that exam together had no evident sense of humour, and I used most of the allotted three hours to complete it. To my relief, a telephone message eight weeks later advised me of another pass. The third course was Military Law and the books arrived in a box heavy enough to earn me a dirty look from the post-lady. Manuals and books covered Queens Regulations and Orders, the Geneva Conventions, Official Secrets, continued on page 40

39


Cadence • Issue 3 • Fall • 2001 continued from page 39

maternity leave, pensions, travel benefits and the National Defence Act — all to be consumed within 90 days. When the day finally came, I found myself the lone challenger in the exam room and was beginning to ask myself the same question everyone else asked of me, “Why are you doing this?”

While I have no idea what benefit these courses provide in the CIC world, I still recommend them. Some subjects will teach you more than you ever wanted to know on the minutia of the arcane; others will leave you fascinated by your new understanding of a complex organization and its constant evolution.

The next courses upped the ante by requiring more than 100 hours of study and placing 20 per cent of the final mark on essays to be handed in before the exams began. Feeling confident because of an honours pass on the last exam, I slacked off a little and tried to write after only 80 hours of study. Bad move followed by a telephone message advising me I could try again in six months. Ouch!

Just keep in mind, these courses require you to study and to dedicate the time necessary towards achieving your goal. Do so and the university credits will be yours along with a great deal of personal satisfaction. b – SLt Turner was the public affairs officer at HMCS Ontario in Kingston, ON, this past summer. He is also the administration officer with 306 (Captain Kidd) Sea Cadet Corps in Elliot Lake, ON.

On the horizon anada’s experience with diversity, according to Canadian Heritage Multiculturalism, distinguishes it from most other countries. Our 30 million inhabitants reflect a cultural, ethnic and linguistic makeup found nowhere else on earth. The Canadian Cadet Movement, then, should be a reflection of that. Is it?

C

The Canadian Human Rights Act states that all Canadians (no matter how diverse) have the right to equality, equal opportunity, fair treatment and an environment free of discrimination. Does our cadet movement provide that kind of environment? Diversity in the cadet movement is the theme of our winter issue.

Copy deadlines are October 26 for the winter issue and February 1 for the spring 2002 issue. Advance notice of planned submissions is requested.

Clarification

he article entitled “Cadets as a free program”, which appeared on page 40 in the last issue of Cadence, may have left the impression that final agreement has been reached on this matter. In fact, this was still at the proposal stage. At its July 7-8 meeting, the partnership team reached agreement-in-principle on a proposal to remove all references to a “free program” in all publications and to address the issue under the heading of “financial obligations for participation in the Canadian Cadet Organization.” This is still under review and is subject to decisions arrived at in other areas.

T 40


www.cadets.ca

La revue du

leadership du Mouvement des cadets du Canada

Numéro 3 • Automne • 2001

Communication Les facettes de la communication sont nombreuses au sein du mouvement des cadets : à partir de la communication en temps de crise jusqu’à l’éclatement des ‘sacs de pop-corn intérieurs’

S’enrichir par l’étude Les cours de perfectionnement exigent temps et efforts, mais ils en valent la peine!

Avoir une vue d’ensemble Élargir la gamme des possibilités d’emploi des officiers

Orientation de l’instruction L’instruction des officiers davantage axée sur la nature des postes et sur les jeunes


Cadence • Numéro 3 • Automne • 2001

16

12

32

18 Sur la page couverture : Réussir à transmettre de l’information ou susciter

2

la compréhension – comme se définit la « communication » – est vital à l’instruction. (Photo par le capt Philippe Gélinas, photographe au Centre d’instruction d’été des cadets de l’Armée à Valcartier.)


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Dans tous les numéros

Présentation des articles

Mot de la rédaction.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 C’est officiel : Cadence a maintenant un conseil de rédaction!

La boîte aux lettres. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 Défilé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 Nouvelles glanées à travers le Mouvement des cadets

Parlons Web. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 Utiliser Internet en toute sécurité par le lt Adam Chubbs

Articles-vedette Les facettes de la communication . . . . . . . . . . . . 10 La politique de la porte ouverte . . . . . . . . . . . . . 12 Des communications positives aident un officier à relever les défis inhérents au commandement d’un des plus grands centres d’instruction d’été par le slt Lisa Currie

Aller au devant des autres.. . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Parfois, pratiquer la politique de la porte ouverte ne suffit pas. par le capt Bev Ennis

Les communications en temps de crise. . . . . . . . 16 Ce dont les médias ont besoin quand les choses tournent mal par le capc Gerald Pash

Les cadets font éclater leur ‘sac de pop-corn intérieur’ . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Les agents de pastorale communiquent dans un langage que les ados comprennent par Jean-Claude Roy

Forum : Nouvelles idées, meilleures pratiques et leçons retenues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Sourires garantis! par le slt Tom Turner Être cadet d’un jour par la ltv Julie Hillsden Un calendrier pour cadets

Devenir de meilleurs officiers . . . . . . . . . . . . . . . 38 Élargir le cadre du télé-apprentissage Le programme d’études militaires offrira de nouveaux cours aux officiers en janvier par le ltv Paul Fraser

Point de vue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 S’enrichir par l’étude Les cours de perfectionnement professionnel exigent temps et effort, mais on en retire des crédits universitaires gratuits et un enrichissement personnel par le slt Tom Turner

À l’horizon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40

Le règlement des différends : autre solution . . . 20 Quand la communication devient un art par le capt Bev Ennis

L’art oratoire en tant qu’aptitude à la vie quotidienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Des concours donnent aux cadets l’occasion de mieux parler en public par Lionel Bourgeois

Avoir du plaisir en parlant en public . . . . . . . . . 23 Des conseils utiles de la part d’un cadet-cadre lauréat par le C/pm 1 Angel Payne

Savoir rester calme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Même les officiers peuvent craindre de parler en public par le capt Paul McKee

Une stratégie gagnante. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Planifiez vos communications avant le recrutement de cadets par le maj Carlo deCiccio

La mélodie du bonheur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Communiquer avec la musique par le capt Isabelle Bergeron

Quand les communications déclinent. . . . . . . . . 28 La Ligue des cadets de l’Armée résolue à améliorer son image par Brian Garagan

Autres articles Élargir la gamme des possibilités d’emploi des officiers. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 Un des aspects du travail du nouveau Conseil consultatif de la Branche par le maj Harold Mendes

Renaissance d’un sceptique. . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Simplifier au maximum l’administration des unités. par le capt Myles Penny

Sommes-nous satisfaits de notre programme d’instruction?. . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 Le Sondage de satisfaction envers le Programme des cadets y répondra par le capt Patrick Arsenault

Apprendre à faire preuve de bon sens . . . . . . . . 36 Critique de livre par le capt Richard Novak

Orientation de l’instruction. . . . . . . . . . . . . . . . . 37 Dans l’avenir, l’instruction des officiers sera davantage axée sur la nature des postes et sur les jeunes par le capt Michael Blackwell

3


Cadence • Numéro 3 • Automne • 2001

Mot de la rédaction C’est officiel : Cadence a maintenant un conseil de rédaction! C’est important, car votre revue aura désormais la politique de rédaction et l’orientation stratégique qu’il lui faut pour devenir une publication dynamique réalisée pour et par les chefs du Mouvement des cadets. es six conseillers régionaux siégeant au Conseil consultatif de la Branche du CIC (CCB CIC) et le conseiller en ressources humaines de la Direction des cadets représenteront les officiers du cadre des instructeurs de cadets au conseil de rédaction. En outre, à chaque réunion du CCB, présidée par les co-conseillers, à savoir la capv Jennifer Bennett, directrice des réserves, et le lcol Al Memess, commandant de l’École régionale d’instructeurs de cadets (Est), les affaires du conseil de rédaction seront étudiées.

L

Vos représentants au conseil de rédaction sont le maj John Torneby (Prairies), le maj Roman Ciecwierz (Centre), le maj Richard Choquette (Est), le capc Darin Reeves (Nord), et le maj Harold Mendes (Direction des cadets). Les représentants intérimaires (en attendant la tenue d’élections) sont le capc Earle Ledger (Pacifique) et le capt Marc Boudreau (Atlantique). Les conseillers régionaux collaboreront avec les conseils régionaux quant aux responsabilités leur incombant au sein du conseil de rédaction. Les cadets supérieurs seront invités à donner leurs opinions sur Cadence par l’intermédiaire des officiers des affaires publiques, aux centres d’instruction d’été des cadets. Ils pourront aussi, tout au long de l’année,

4

s’exprimer là-dessus aux forums provinciaux et aux réunions de cadets supérieurs. Grâce aux rapports que la rédaction entretiendra avec les représentants des ligues, celles-ci auront l’occasion de faire connaître leur point de vue. Le conseil de rédaction proposera des thèmes et des sujets d’article. Il évaluera la revue pour s’assurer qu’elle répond aux attentes du lectorat.

La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada Numéro 3 automne 2001 La présente publication est produite pour le compte du Mouvement des cadets du Canada par l’Équipe des communications de la Direction des cadets au Quartier général de la Défense nationale. C’est un instrument de perfectionnement professionnel destiné aux officiers du Cadre des instructeurs de cadets (CIC) et à d’autres leaders du mouvement des cadets, y compris les instructeurs civils, les cadets supérieurs, les membres des trois ligues de cadets, les parents et les répondants locaux. Les membres de la Force régulière et de la Force de réserve (autres que les officiers du CIC) sont aussi invités à lire Cadence. La revue est produite sous la direction du Conseil consultatif de la branche du CIC. Les points de vue exprimés dans la présente publication ne reflètent pas nécessairement les opinions et la politique officielles. Cadence est publiée quatre fois par année. Vous êtes invités à nous faire parvenir des articles de 1000 mots au plus et des photos. Nous nous réservons le droit d’abréger tous les articles reçus et d’en adapter le style. Pour plus amples informations :

Le conseil a choisi les thèmes suivants pour les quatre prochains numéros :

Rédactrice en chef de Cadence Direction des cadets Quartier général de la Défense nationale 101, promenade Colonel-By Ottawa (Ontario) K1A 0K2.

Hiver 2001 – La diversité

Adresse électronique : cadence@cadets.net ou ghscott@netcom.ca.

Printemps 2002 – Le recrutement et la conservation des officiers et des cadets

Été 2002 – Le leadership (modèles de leadership, éthique, gestion des risques) Automne 2002 – L’appui accordé par les civils au Mouvement des cadets et le volontariat.

Si vous avez des sujets d’article à proposer sur ces thèmes, communiquezles moi à ghscott@netcom.ca ou appelez moi au 905-468-9371. b

Téléphone : 1-800-627-0828 Télécopieur : 613-996-1618

Rédaction Coéditeurs : Le col Jon Ambler, directeur des Cadets Le capv Jennifer Bennett, directrice de la Réserve, coconseillère de la Branche du CIC Rédactrice en chef: Marsha Scott Traduction : Bureau de la traduction, Travaux publics et Services gouvernementaux Canada Distribution : Pour signaler un changement d’adresse et pour toute question ayant trait à la distribution, communiquez avec le lt Ginette Thibodeau au 1-800-627-0828 ou ad403@issc.debbs.ndhq.dnd.ca Direction artistique : Services créatifs de la direction générale des affaires publiques 2001CS-0390

CADETS

CANADA


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

La boîte aux lettres Excellente critique de la brochure sur les Cadets Au cours de qualification pour capitaine 01009 (Atlantique), on nous a demandé d’évaluer la nouvelle brochure de Cadets Canada, « L’expérience cadet ». Voici notre évaluation. La brochure est, à notre avis un excellent moyen de promouvoir le Programme des cadets. D’abord, elle est concise et complète, et porte sur les trois éléments : la Marine, l’Armée de terre et la Force aérienne. La présentation axée sur les trois services éclaire le public sur la possibilité de choix qu’offre l’adhésion au Mouvement des cadets du Canada. La brochure est conviviale, en ce sens qu’elle comprend plusieurs formes de communications offertes au public aujourd’hui, y compris le courrier électronique et les sites Internet. Les photos des membres des corps de cadets sont claires et nombreuses. L’information peut s’adresser aux parents, aux chefs et aux futurs cadets. Nous avons aussi remarqué qu’il y a de l’espace où chaque unité peut ajouter des renseignements sur la personne avec qui communiquer. Enfin, la brochure est rédigée dans les deux langues officielles pour capter pleinement l’attention de toute la population du Canada. – Lt Angele Allain Lt Aaron Bourgeois Slt A. Learmouth

Slt Aaron Bennett Slt Rolene Pryor

La diversité manque J’exerce actuellement les fonctions d’officier d’état-major, cornemuses et tambours, de l’Unité régionale de soutien des cadets (Atlantique). Je suis Néo-Écossais de race noire âgé de 28 ans. J’ai récemment eu l’occasion de feuilleter la nouvelle revue Cadence et je l’ai trouvée très instructive et très attrayante. C’est, à mon avis, une excellente façon de tenir tous les membres au courant des nouvelles idées et de l’évolution du mouvement. Quelque chose m’inquiète toutefois. La première fois que j’ai lu la revue, j’ai tout de suite constaté une chose – un manque important de diversité sur le plan de la présentation. Il y a un nombre incroyable de cadets de race blanche sur la couverture et à l’intérieur de la publication. Craignant d’être trop difficile à satisfaire, je l’ai montrée à plusieurs jeunes étudiants de race noire que je connais à Halifax et à North Preston, la ville de la Nouvelle-Écosse où je réside. Je leur ai demandé essentiellement de me dire ce qu’ils pensaient de la revue et du Programme des cadets. Ils ont répondu en très grande majorité qu’ils ne voyaient pas de place pour eux dans le Programme. Je leur ai demandé pourquoi, et ils ont dit qu’il n’y avait pas assez de cadets et d’officiers des minorités visibles.

Un « sain » respect des cadets Malgré tout le respect que je dois aux anciens combattants et aux membres de la Légion du Canada, il devrait être prioritaire de fournir une atmosphère saine aux cadets. Nous encourageons constamment nos cadets à avoir une excellente tenue et un style de vie sain, à s’abstenir de fumer et ainsi de suite. Les cadets et les officiers sont souvent invités à des activités qui se tiennent dans les locaux de la Légion, où il n’y a bien souvent aucun ou à peu près aucun règlement antitabac et qui, à cause de cela, empestent la fumée. Cela ne contrevient-il pas aux politiques mentionnées ci-dessus et aux idéaux que nous enseignons? Nous devons respecter les cadets et tenir compte des problèmes qu’engendre la fumée pour tous ceux qui souffrent d’asthme, d’allergies ou d’autres troubles respiratoires. D’autre part, bien peu de familles de cadets ont les moyens d’envoyer les cravates et les bérets ou autres coiffures de leurs jeunes chez le nettoyeur plus souvent que c’est déjà nécessaire. Y a-t-il une politique concernant ce problème? Si non, rédigeons-en une pour mieux le régler. – Slt Chris Chassé, officier d’approvisionnement et du Programme PHAC (et professionnel de la santé) Escadron 101 des cadets de l’Air de Moncton Moncton (N.-B.)

Je sais que le Programme des cadets est un organisme diversifié, mais cela pourrait être mieux pour ce qui est du recrutement et de la conservation des membres des autres groupes ethniques. Les affiches et annonces présentées dans la revue sont intéressantes, car elles illustrent la diversité, mais c’est de toute évidence, une mise en scène. Le manque de cadets des minorités visibles en train de participer à des activités de tous les jours dans la mise en page en témoigne. L’équipe de rédaction n’y est pour rien. Cela tient tout simplement au fait qu’il y a un manque flagrant de représentation de certains groupes désignés. Je suppose qu’en tant qu’officier de race noire du CIC, j’aimerais que notre publication présente une image plus complète du Canada. Il y a des histoires à succès, des cadets et des chefs. Si l’on en tient compte, la porte s’ouvrira pour bien d’autres. J’espère que c’est ce que nous recherchons. Peut-être faudrait-il étudier la possibilité de consacrer une section entière de la revue à la diversité jusqu’à ce que cela soit parfaitement intégré à nos vies. – Capt Jermaine Downey URSC (Atlantique) NDLR : Le thème de notre numéro d’hiver est la diversité. b

5


Cadence • Numéro 3 • Automne • 2001

Défilé Nouvelles glanées à travers le Mouvement des cadets Nous avons des gagnants! par Lionel Bougeois et Guy Albert Huit cadets de l’air ont les goussets un peu mieux garnis ces jours-ci après avoir gagné le concours d’affiches du 60e anniversaire de la Ligue des cadets de l’air du Canada. Lancé à l’échelle du pays, le concours est un des nombreux événements spéciaux marquant le 60e anniversaire des Cadets de l’Air. Les prix variaient de 100 $ à 275 $. On pouvait s’inscrire au concours dans quatre catégories, trois selon le grade et une pour les affiches réalisées par ordinateur. Les premiers prix ont été remis au C/sgt s Emily Fleiischmann, de l’Escadron 73 (Thunderbolt), à Deer Lake (T.-N.), au C/cpl William Trvong, de l’Escadron 34 (Sabre), à Regina, au C/air 1 Arielle Sepulveda, de l’Escadron 856, à Pickering (Ont.) et au C/cpl Alex Dyck, de l’Escadron 34 (Sabre), à Regina. Se sont classés en deuxième place le C/sgt s Alex Regnier, de l’Escadron 225 (Taber), à Taber (Alb.), le C/cpl Katherine Palaschak, de l’Escadron 605 (Tarry), à Swift Current (Sask.), le cadet Sara Sicilia, de l’Escadron 136 (Kiowa), à Ayr (Ont.) et le C/cpl Sophie Lecours, de l’Escadron 901, à Val Bélair (Qc). b – MM. Bourgeois et Albert sont vice-présidents de la Ligue des cadets de l’Air.

6

Jenelle à Jupiter par le cadet Jenelle Fisher et été, j’ai fait un voyage à Jupiter, la plus grosse planète du système solaire pendant mon cours de sciences spatiales au Centre d’instruction d’été des cadets de l’air de Saint-Jean (Qc). À quel autre endroit peut-on partager un lit superposé avec un habitant d’une autre planète?

C

CS Tech Canada a demandé à mon équipe, le ‘Groupe Thirsk’, de concevoir et de préparer une mission sur Europe, un des satellites de Jupiter. Nous avons conçu, construit et lancé deux fusées pour la mission. Nous avons aussi dessiné un

module d’habitation et une sonde-robot pour le voyage et l’exploration du satellite Europe. Nous en avons appris beaucoup plus que prévu sur le travail en équipe. Nous avons eu un entraînement poussé. Des cours sur la mécanique orbitale et les microordinateurs, entre autres, ont fait de nous des spécialistes des sciences spatiales. Et parce qu’il ne suffit pas d’être intelligent pour être astronaute, nous nous sommes mis en bonne condition physique. Nous avons tous réussi l’entraînement à l’état d’apesanteur et subi avec succès l’épreuve de rotation sur chaise multiaxiale. Au Cosmodôme de Laval (Qc), des cadets du cours ont utilisé les installations de simulation servant à l’entraînement des astronautes. Des cadets avaient un peu mal au coeur en sortant du gyroscope, mais le siège d’apesanteur nous a donné un nouveau sentiment de liberté. S’il vous est déjà arrivé de rêver en regardant les étoiles, j’espère que votre nom figure sur la liste des candidats à un futur cours d’études spatiales. b – Le cadet Fisher est membre de l’Escadron 810 (Grant McConachie) des cadets de l’air à Edmonton. Au cours de l’été, 140 cadets ont suivi le cours national de sciences spatiales d’une durée de trois semaines à Saint-Jean, qui est offert aux cadets des trois services de toutes les régions du Canada.

Les cadets du camp spatial, dont le cadet Sébastien Moore de l’Escadron 67 des cadets de l’air à Sherbrooke (Qc) ont lancé leurs fusées au champ de tir de Saint-Bruno (Qc) en juillet. (Photo par le slt Amélie Leduc)


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Au delà de la boxe par l’élof Bob Sadler

par Kim McDonald

S’ils avaient pensé de façon traditionnelle, ils n’auraient jamais lié une visite à Winnipeg de l’ancien champion, poids lourds, George Chuvalo, à une occasion de recrutement ou de relations publiques pour le Mouvement des cadets. Les membres de la Force régulière, de la Réserve et du Cadre des instructeurs des cadets à Winnipeg pensaient toutefois de façon avant-gardiste lorsqu’ils ont installé un kiosque dans le hall de la patinoire de Winnipeg où M. Chuvalo a parlé des dangers et embûches de la consommation abusive d’alcools et d’autres drogues à une soirée de prévention et de sensibilisation à l’égard des toxicomanies. M. Chuvalo a perdu trois fils et une épouse à l’abus d’intoxicants. Les Moose du Manitoba – une équipe de la Ligue américaine de hockey qui est l’équipe école des Canucks de Vancouver – ont parrainé l’événement en offrant des billets gratuits à 4000 élèves du niveau secondaire.

George Chuvalo donne un peu plus de « punch » au kiosque des Cadets. On voit en compagnie de Chuvalo, à partir de la gauche, le C/adj 2 Tyler Horsman, de l’Escadron 573 des cadets de l’Air, le C/adjuc Adam Bidzinski, de l’Escadron 2295 des cadets de l’Armée, l’élof Bob Sadler et le C/pm 2 Mark Nelson, du Corps 49 des cadets de la Marine.

Les personnes affectées au kiosque de recrutement – ce qui comprend quelques cadets – ont été surprises d’apprendre que bien des gens dans l’auditoire n’étaient pas au courant des possibilités qu’offre le Mouvement aux cadets et aux officiers. Le fait de partager leurs connaissances et leur expérience leur a toutefois permis de se sensibiliser au programme. Même Gary Doer, le premier ministre du Manitoba s’est arrêté pour jaser. M. Chuvalo, qui a été intronisé au Temple canadien de la renommée après 21 ans de règne en tant que champion canadien des poids lourds, a parlé de l’importance des activités structurées pour garder les jeunes à l’abri des ennuis. b – L’élof Sadler est à l’Escadron 573 des cadets de l’air à Winnipeg.

La mesure d’un bon chef par le ltv Julie Hillsden Si le courage et la détermination sont la mesure d’un bon cadet-chef, le C/m 2 Ryan Willmer, du Corps de cadets de la Marine 5 (Rainbow) à Victoria (C.-B.) est à la hauteur. La fin de semaine de Pâques, il a été impliqué dans un accident et a subi des brûlures au deuxième et au troisième degré aux jambes. Il a passé quatre semaines à l’hôpital et a eu une greffe cutanée. Il sortait de l’hôpital le 11 mai et dix jours plus tard, il exerçait les fonctions de tambour-major au cours du défilé du Jour de Victoria regroupant les Musiques du Corps 5 et du Corps 263 (Beacon Hill) des cadets de la Marine. Cet été, il a dirigé le service d’éducation physique et de loisirs du centre d’instruction NCSM Quadra et était le tambour-major principal de la Musique du centre Quadra. b – Le ltv Hillsden est l’ex-commandant du Corps 5 des cadets de la Marine.

La Ligue des cadets de l’Armée a un nouvel insigne

Le C/m 2 Ryan Willmer, tambour-major. (Photo par le ltv Julie Hillsden)

La Ligue des cadets de l’Armée a adopté un nouvel insigne qui reflétera mieux son association avec les Cadets royaux de l’Armée canadienne. Le nouvel insigne a obtenu un appui unanime une fois que les membres de la ligue aient décidé que leur ancien insigne ne représentait pas bien la ligue, ses objectifs et son appui aux Cadets de l’Armée. Le nouvel insigne est une adaptation de l’insigne à « feuille d’érable » des cadets de l’Armée. Une bannière placée sous la feuille d’érable et une devise indiquent clairement que l’insigne appartient à la Ligue des cadets de l’Armée et représente le bilinguisme canadien. Vous pouvez voir le nouvel insigne à la page 28.

Et un nouveau bulletin d’information La Ligue des cadets de l’Armée n’a pas seulement un nouvel insigne. À compter d’octobre, elle publiera un bulletin d’information (dont le nom reste à déterminer) à l’intention des dirigeants du programme des cadets de l’Armée. Celui-ci sera axé sur les membres des échelons national et provincial de la ligue, les officiers du CIC, les comités de répondants et de parents, le personnel de la Direction des cadets et ainsi de suite. Le bulletin y abordera des sujets relatifs aux cadets de l’Armée qui intéressent les dirigeants de la ligue et d’autres animateurs-moniteurs. Une autre de nos principales priorités sera de donner de la formation aux animateurs-moniteurs du programme des cadets de l’Armée sur la fonction, le fonctionnement, les objectifs et les besoins de la ligue. Le bulletin présentera les meilleures pratiques, des articles liés au suite à la page 8

7


Cadence • Numéro 3 • Automne • 2001

Défilé

Un officier du CIC « parachuté » dans l’équipe des SkyHawks

(suite)

par Wayne Emde

financement et aux relations publiques, des renseignements sur l’assurance et d’autres renseignements visant à faire comprendre et apprendre la façon de mieux atteindre les résultats souhaités. b – Mme McDonald est officier des communications au bureau national de la Ligue des cadets de l’Armée du Canada.

Des cadets au pouce vert En général, les quelque 70 000 cadets qui participent aux projets environnementaux d’un océan à l’autre chaque année dans le cadre de Cadets du Canada à l’oeuvre n’ont besoin d’aucune autre récompense que de savoir qu’ils travaillent à devenir des citoyens responsables. Un corps de cadets de la Marine et un corps de cadets de la Ligue navale de l’Ontario en ont toutefois retiré davantage cette année. Le Corps des cadets de Marine 153 et le Corps 154 (Unicorn) des cadets de la ligue navale, tous deux de Woodstock (Ont.), ont obtenu le prix d’embellissement remis par la ville dans la catégorie institutionnelle pour les jardins de fleurs qu’ils ont créés dans le parc municipal situé à proximité des locaux des cadets. Les cadets se consacrent depuis deux ans à ce projet de Cadets du Canada à l’oeuvre. b

Un cadet caddie Selon l’Edmonton Journal du 12 juillet... Marie, reine d’Écosse, une ardente golfeuse, voyageait avec un corps de cadets, dont un des membres portait son sac. À un moment donné, on a commencé à appeler celui-ci un « caddie ». b

8

Et quel parachutage! Le capt James Sebe est le premier officier du CIC à obtenir un des 17 postes convoités au sein de l’équipe de parachutistes SkyHawks. Cet ancien cadet du Corps 2862 des cadets de l’armée (Royal Montreal Regiment) a obtenu son insigne ailé en 1986 au cours de parachutisme des cadets. Dix ans plus tard, c’est en tant que civil qu’il a fait son premier saut en commandé. Il a appris l’automne dernier qu’il était, comme tous les autres officiers du CIC, admissible à se présenter aux essais pour devenir membre de l’équipe des SkyHawks. Et il a réussi. Le capt James Sebe aide à montrer comment « Lorsque j’étais cadet, jamais je ne pensais apprendre utiliser l’équipement de l’équipe des quelque chose qui me serait utile tout le reste de mes SkyHawks. jours », disait le capt Sebe, alors qu’il attendait à l’aéroport de Vernon (C.-B.) que le moteur de l’avion de l’équipe soit réparé. Même si le spectacle devant être présenté à Vernon a été annulé, les membres de l’équipe des SkyHawks ont passé une heure au Centre d’instruction d’été des cadets de l’Armée à Vernon à jaser avec les cadets et à leur montrer comment utiliser leur équipement.

Le capt Sebe, qui est officier du CIC depuis 1990, achève son baccalauréat en art et en sciences militaires au Collège militaire royal. Il espère avoir terminé d’ici Noël. Sa période de service avec l’équipe des SkyHawks, qui a commencé en mars, prend fin en octobre. b – Wayne Emde est l’officier des affaires publiques du Centre d’instruction de Vernon.

Le summum du bonheur Six cadets qui n’avaient jamais vu un spectacle aérien auparavant étaient au comble du bonheur en juin alors qu’ils assistaient au spectacle aérien international de Québec à Sainte-Foy (Qc). Le voyage leur a été offert en récompense de l’ardeur au travail dont ils ont fait preuve toute l’année et parce qu’ils ont reçu des prix à la prise d’armes annuelle de leur unité. Le fait de voir la démonstration de voltige aérienne, tant des Blue Angels de la marine américaine, dont c’était la première visite à Québec, que des Snowbirds des Forces canadiennes, le même jour aurait été une récompense suffisante pour les cadets de l’Escadron 313 des cadets de l’Air, à Edmundston (N.-B.), mais celui d’obtenir des autographes et une photo en compagnie des deux équipes de pilotage de renommée mondiale dépassait leur attente. On voit en arrière, l’équipe des Blue Angels, au centre, l’équipe des Snowbirds et, en avant, de gauche à droite, le C/sgt Dominique Frenette et le C/sgt s Samuel Frenette, de l’Escadron 313 qui ont assisté à la fête aérienne avec leurs parents, le slt Eric Toussaint, Carole Beaupré, instructrice civile, les cadets qui ont gagné des prix : le C/ Air 1 Jason Turgeon, le C/sgt s Jason Bouchard, le C/adj 1 Kathy Dubé, le C/Air 1 Monica Lavoie, le C/cpl Patrick Couturier et le C/Air 1Gabriel Pitre, et le capt Martin Beaupré, commandant. (Photo par le slt Michel Soucy) b


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Conjoncture favorable aux officiers du CIC et été, un officier du CIC a été choisi pour diriger un groupe représentant l’ensemble des forces de réserve qui s’est rendu en Australie pour participer à un défilé interalliés international. Un officier du CIC a aussi été choisi pour représenter le Canada en tant que professeur d’anglais, langue seconde, en République tchèque. Et, comme par hasard, le maj Claudia Ferland, coordonnatrice des Rangers et des Rangers juniors canadiens à la Direction des réserves, a eu la chance d’être choisie pour exercer les deux fonctions qui constituent des « premières » pour les officiers du CIC.

C

Même si elle a été désignée pour l’aventure australienne, le maj Ferland a obtenu le poste d’instructrice, qui était ouvert à tous les réservistes, à la suite d’un rigoureux processus de sélection.

Le maj Claudia Ferland dirige le contingent canadien au cours du défilé qui a eu lieu à Newcastle, en Australie, le 30 juin.

Le maj Ferland était au nombre des dix réservistes canadiens représentant toutes les composantes de la Force de réserve du Canada qui se sont rendus en Australie pour appuyer le programme de la Journée des forces de réserve de l’Australie de cette année. L’équipe canadienne a visité les unités de la force de réserve de l’Australie et a participé à des défilés à Newcastle, à Canberra et à Sydney. Le maj Ferland a dirigé les défilés, portant avec fierté le drapeau canadien. Jusqu’à 8000 réservistes australiens actifs, anciens combattants et réservistes du Canada, des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de la NouvelleZélande ont participé au défilé du centenaire des forces de réserve à Sydney le 1er juillet. « L’important n’était pas d’être un officier du CIC, explique le maj Ferland. Il s’agissait de faire partie de la famille de la force de réserve, de contribuer à titre de réserviste à une force internationale. » D’un point de vue personnel et professionnel, enseigner dans la République tchèque était « phénoménal », ajoute-t-elle. Le programme d’anglais, langue seconde, parrainé par la Confédération interalliée des officiers de réserve (CIOR) vise à enseigner l’anglais aux réservistes des nouveaux pays membres de l’OTAN et du Partenariat pour la paix. Le cours d’une durée de deux semaines, qui a commencé en l’an 2000, a été élargi cette année pour comprendre des cours tant en République tchèque qu’en Estonie.

La Ligue navale « à la barre » par Shailagh O’Shaughnessy Avec la publication du dernier numéro de son bulletin d’information, la Ligue navale du Canada a établi une autre première. À la barre est le bulletin d’information trimestriel destiné aux membres, aux partenaires et aux amis de la Ligue, mais le numéro de l’été a été conçu exclusivement en fonction des cadets. L’article intitulé « C’est le temps du camp d’été...et je m’ennuie! » n’est qu’un des articles du numéro inaugural envoyé aux centres d’instruction d’été des cadets. L’article-couverture est une lettre dans laquelle le C/pm 2 Brandon Soeiro du Corps des cadets Revenge de la Ligue navale décrit l’expérience qu’il a vécue au sein du corps. On accorde aussi une grande place aux réalisations des cadets ayant reçu le prix national du cadet de la Ligue navale et du cadet de la Marine de l’année. La Ligue a reconnu le manque de publications orientées directement vers les cadets qu’elle appuie fièrement et a jugé qu’un bulletin d’information annuel sur l’instruction d’été serait bénéfique. Compte tenu de cet objectif, la Ligue aimerait augmenter le nombre de ses collaborateurs sur le terrain afin que le numéro de l’an prochain atteigne des sommets encore plus hauts. b – Mme O’Shaughnessy est l’officier des communications du bureau national de la Ligue navale.

Trente-trois étudiants de la République tchèque, de la Hongrie, de la Pologne et de la Lituanie ont suivi le cours en République tchèque. Le personnel enseignant était composé du maj Ferland, du capt Jeff Nelson, un réserviste de St. John (N.-B.), et de quatre autres officiers. « La mission allait au-delà du simple enseignement de l’anglais, indique le maj Ferland. C’était pour bien des étudiants leur premier contact avec des officiers canadiens, britanniques et américains. L’idée était d’établir des relations, d’instaurer la confiance et de conclure des partenariats. Nous formions donc une seule force de réserve réunie pour créer un nouvel environnement pour la paix. » b – Le Maj Ferland, un officier de musique du Corps de cadets de l’Armée 2644 (Régiment de Hull) à Hull, nous racontera d’autres aspects de son expérience dans notre prochain numéro.

9


Cadence • Numéro 3 • Automne • 2001

Les

facettes

10


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

de la

Communication par Marsha Scott

À bien des égards, la communication est devenue une affaire de production – de bulletin d’information, de vidéos, d’affiches, de communiqués, de brochures et de sites Web. C’est maintenant l’organisation d’événements et l’invitation de journalistes à devenir cadets pour une journée. Et assurément, la communication, c’est cela. ais c’est plus que cela. Les échanges face à face simples, et parfois plus ou moins simples, de tous les jours sont le plus important aspect de la communication. T. J. Larkin et Sandar Larkin vont jusqu’à affirmer dans le livre intitulé Communicating Change, que si ce ne sont pas des échanges face à face, il ne s’agit pas de communication.

M

improvisé devant un auditoire nombreux communique si son message passe. Un officier qui prend la parole devant une foule de parents et de cadets communique aussi si ceux-ci quittent la réunion mieux renseignés. Un porte-parole désigné qui met les journalistes au courant des faits en cas de crise communique si le reportage qui en résulte est exact.

Quand nous avons choisi le thème de la communication pour le présent numéro, nous pensions à bien des genres de communications, mais quand les dirigeants du Mouvement des cadets ont commencé à y réagir, nous en avons rapidement découvert bien d’autres facettes. Le présent numéro de la revue n’en explore que quelques-unes.

La communication peut être réactive ou proactive et peut engendrer une bonne ou une mauvaise impression. Elle peut aussi être complexe – un art lorsqu’elle sert à régler un conflit ou un différend ou le moyen utilisé par le travailleur de la pastorale pour toucher le coeur d’un cadet lorsqu’il parle son langage.

Selon Le Petit Larousse, le mot « communiquer » signifie « donner connaissance, faire partager à quelqu’un ». Si c’est ainsi qu’on évalue la communication, alors un officier qui bavarde avec un cadet-cadre pendant le déjeuner à un centre d’instruction d’été est à communiquer – s’il en apprend un peu plus à son sujet avant de le quitter. Un cadet nerveux qui fait un discours

Enfin, la communication peut prendre la forme de la musique – le langage international universel. Les pages qui viennent vous feront découvrir ces facettes de la communication. Vous verrez ce qu’est la communication dans le Mouvement des cadets. Et vous découvrirez peut-être comment, en tant que chef, on peut communiquer pour enrichir le mouvement et les jeunes qui en sont membres. b

11


Cadence • Numéro 3 • Automne • 2001 Le lcol Keough en a appris beaucoup sur les cadets en bavardant dans la nouvelle salle à manger du centre de formation.

La politique de la

porte ouverte

Quiconque veut diriger un centre ou un programme d’instruction pour des jeunes doit demeurer sur la même longueur d’ondes qu’eux.

12

Des communications positives aident un officier à relever les défis inhérents au commandement d’un des plus grands centres d’instruction d’été des cadets du Canada. texte et photos par le slt Lisa Currie e leadership est déterminé par les niveaux supérieurs de la hiérarchie, et des communications positives sont essentielles pour en assurer la qualité. Voilà une vérité que le lcol Charles Keough, commandant du Centre d’instruction d’été des cadets de l’Armée Argonaut, à Gagetown (N.-B.), a appris au cours de ses 25 ans d’appartenance au Mouvement des cadets. La politique de la porte ouverte qu’il pratique et son approche personnelle l’aident à se tenir au courant de tous les problèmes qui surgissent au cours de l’été.

L

Et il y a effectivement des problèmes! Le lcol Keough est conscient des difficultés qui reviennent d’une année à l’autre et qui mettent à l’épreuve le moral des gens au centre d’instruction. Il comprend que la vie au centre engendre des tensions physiques, mentales et émotionnelles (le degré de tension que le personnel éprouve après avoir travaillé de longues heures et essayé de satisfaire aux exigences inhérentes à la nécessité d’offrir une instruction de qualité et de veiller à la sécurité des cadets. « J’estime que je suis responsable de tout ce qui se passe au centre Argonaut, affirme le lcol Keough. Chacun doit savoir qu’il y a quelqu’un qui se soucie de son bien-être. Je veux que tous les membres du personnel et tous les cadets partent d’ici avec une opinion positive sur le centre, le Mouvement des cadets et, par-dessus tout, sur eux-mêmes et sur ce qu’ils ont accompli au cours de l’été. »

C’est sur ce plan que la communication est utile. Le lcol Keough croit en des échanges bilatéraux actifs. Quand le personnel et les officiers expriment leurs préoccupations quotidiennes, il s’intéresse à ce qu’ils ont à dire. En les écoutant, il se renseigne aussi sur leurs points forts. « Les membres de mon personnel ont des antécédents très variés et peuvent posséder des compétences qui ne sont pas évidentes. Ils sont peut-être en mesure d’aider leurs collègues du centre, maintient-il. Des officiers sont programmeurs, graphistes, photographes, enseignants, gestionnaires ou étudiants. Ils ont tous quelque chose de précieux à offrir. » Le lcol Keough cherche les occasions de communiquer avec les cadets, car il sait que les mots d’encouragement – qu’ils s’adressent aux membres de la musique militaire, le matin, au moment du lever du drapeau, ou aux cadets-cadres avec qui il s’assoit et dialogue à l’heure du repas – peuvent transformer la journée d’un cadet. Selon le lcol Keough, il faut autant que possible que le chef soit vu en train de participer aux activités du mess ou aux rencontres sportives des cadets, et qu’il le fasse effectivement. Ce genre de leadership respecte l’esprit du programme des cadets. « Le programme des cadets vise à amener ceux-ci à se percevoir sous un jour positif, déclare-t-il. Certains jeunes, je le sais, ont du mal, mais ils


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada disent que, dans les cadets, ils ont l’impression d’éprouver pour la première fois de leur vie un sentiment d’appartenance. » Le lcol Keough n’a jamais oublié ce que c’est que d’être cadet. « J’occupe le poste que j’ai aujourd’hui parce que j’ai moi-même été cadet, ajoute-t-il. J’ai gravi les échelons du programme et j’en ai beaucoup retiré. Je me suis rendu à Expo 67, j’ai fait les camps de leadership et j’ai connu des chefs dignes de ce nom dans ma vie. Cette expérience m’a tellement enrichi que j’ai estimé être en dette envers le Mouvement. Toute ma famille a été touchée par le Mouvement, car ma femme ainsi que mes quatre enfants en ont fait partie. » Bien que le lcol Keough soit aujourd’hui commandant, il sait qu’il n’a pas toutes les réponses et qu’il doit compter sur les membres de son personnel. Il sait que le bon fonctionnement du centre Argonaut résulte d’un travail d’équipe et dépend beaucoup de la bonne qualité des communications. « J’ai appris que la façon dont je perçois les gens et dont les choses sont censées fonctionner ne correspond pas nécessairement à l’opinion des autres », affirme-t-il. Lors d’une réunion avec ses cadres supérieurs, au début de l’été, le lcol Keough leur a dit que, pour lui, le centre Argonaut était sa famille. « J’en suis un peu le père, si l’on peut dire. Pour savoir ce qui se passe au sein de ma famille, je parle avec ses membres, ce qui inclut les cadets qui suivent les cours et le personnel qui les donne, ainsi que les officiers. »

Mais le bon leadership exige plus que des communications Il faut savoir prendre le pouls de l’organisation. Quiconque veut diriger un centre ou un programme d’instruction pour des jeunes doit demeurer sur la même longueur d’onde qu’eux. Cette vérité vaut aussi pour le commandant d’un corps de cadets. Ce rapport est essentiel pour créer de bonnes relations de travail.

Enseigner requiert de bonnes compétences en communication. Ici, un cadet-cadre montre à des cadets comment prendre un relèvement au Centre d’instruction d’été des cadets Argonaut.

On n’a jamais fini d’apprendre. Chacun apprend de ses erreurs, et le lcol Keough ne fait pas exception. Au cours de la première année de son commandement, il a constaté qu’il devait planifier et se préparer plus en profondeur; il a consulté de nombreuses sources pour s’instruire en la matière et il a lu beaucoup d’ouvrages tant militaires que civils. « J’ai beaucoup lu sur la gestion, la motivation et les styles de leadership. Je lis actuellement un livre sur les sports et le leadership. Voilà qui m’est fort utile, vu que la bonne condition physique est un des piliers du Mouvement des cadets. Il y a beaucoup de parallèles entre la gestion militaire et son équivalent civil. Quiconque sait diriger et gérer dans les forces armées peut motiver les gens dans le monde civil, qu’il porte un uniforme ou non. » Il faut croire en ce que l’on fait. Le lcol Keough estime que le programme d’instruction des cadets contribue à enseigner le civisme aux jeunes. « La discipline, un sens des responsabilités sociales et le leadership, voilà autant d’éléments que les cadets apprennent, déclaret-il. En raison de l’instruction reçue, ils se distinguent des autres dans leur collectivité. Parfois, nous nous attendons à ce que chacun ait un objectif, mais tous n’en ont malheureusement pas un. Quand on demande aux cadets ce qu’ils veulent faire de leur vie, ils ont habituellement une bonne idée de ce à quoi ils aspirent. »

Le C/sgt Vanessa Lagacy, du Corps des cadets de l’Armée 1242 Petit-Rocher (N.-B.), communique avec ses étudiants-cadets.

13


Cadence • Numéro 3 • Automne • 2001

Quand le personnel et les officiers expriment leurs préoccupations quotidiennes, le lcol Keough est à l’écoute. Il sait que diriger le centre Argonaut est un effort d’équipe, c’est pourquoi il compte sur la participation de son équipe.

Il faut encourager le personnel à se perfectionner

14

Il faut encourager le personnel à se perfectionner. Le lcol Keough croit que le perfectionnement personnel des membres de son équipe est important pour l’avenir du centre Argonaut et du Mouvement des cadets. Envoyer des officiers en dehors de leur région aide souvent le centre d’instruction à évoluer, à élargir leurs horizons. Sur ce plan aussi, les communications sont utiles. « En apprenant à connaître les membres de mon personnel, je peux cerner leurs objectifs et savoir si ceux-ci vont dans le sens de leur perfectionnement, soutient le lcol Keough. Je ne prends pas seulement en compte le présent, mais aussi l’avenir quand j’analyse la carrière d’un officier. J’essaie d’imaginer son potentiel. » Ce processus s’étend souvent sur de nombreuses années, et le lcol Keough se réjouit de voir un simple cadet devenir ensuite un cadet-cadre, puis un chef mûr et responsable. Il faut être prêt à accepter des responsabilités. En qualité de commandant adjoint du centre Argonaut, le lcol Keough entretenait des relations différentes avec le personnel, mais la transition au poste de commandant n’a pas été difficile. « Je voulais prendre les bonnes décisions pour garantir le bon fonctionnement du centre d’instruction et je tenais à bien faire le travail que mes supérieurs m’avaient confié. Je n’ai rien pris à la légère », affirme-t-il. Après avoir été chargé d’un certain nombre de services, il a accédé à la responsabilité entière du centre.

Il faut prendre des décisions difficiles. Renvoyer chez eux des cadets-cadres ou des cadets à l’instruction, avant la fin de leur contrat ou de leur formation constitue une des décisions les plus difficiles qu’il appartient au lcol Keough de prendre. Tout commandant fait face à de nombreuses situations plus ou moins plaisantes, mais il se doit de les régler. Le lcol Keough dit qu’à cet égard, il est avantageux de fixer et d’expliquer clairement les politiques dès le départ. Ainsi, tout le monde sait très bien ce qui est autorisé et ce qui ne l’est pas. Les centres d’instruction d’été des cadets ont beaucoup évolué depuis les années 1950, mais « le cadet » en est demeuré la constante. Les cadets viennent au centre Argonaut pour de nombreuses raisons, par exemple, pour parfaire la formation de leur propre corps de cadets, relever des défis ou nouer des amitiés durables. Toutefois, ils comptent tous sur les conseils de leurs chefs. Comme l’indique le lcol Keough : « Nous devons au cadet et à la société de renforcer nos qualités de chef, d’améliorer l’organisation et de donner aux jeunes l’orientation qu’ils recherchent. » b – Le slt Currie était officier des affaires publiques au centre Argonaut. Elle est aussi officier de l’administration et des relations publiques au Corps des cadets de l’Armée 2647, à Oromocto (N.-B.).


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Aller au

devant des autres

Parfois, pratiquer la politique de la porte ouverte ne suffit pas. par le capt Bev Ennis

Afin de favoriser l’efficacité des communications, il ne faut pas se contenter d’attendre que quelqu’un s’amène pour exprimer ses inquiétudes ou une plainte. Il faut savoir prévoir les situations risquant d’avoir des conséquences négatives, et amorcer le dialogue. endant l’année d’instruction, bien des situations qui enthousiasment certains cadets et en déçoivent d’autres se produisent. L’attribution des grades, les nominations pendant les camps d’été et la remise des prix et des récompenses sont au nombre des activités qui exigent du commandant de choisir certains cadets plutôt que d’autres.

P

De nombreux commandants discutent de ces choix avec le personnel des unités, voire avec les cadets supérieurs. Que peut-on faire d’autre pour faciliter les choses aux cadets risquant d’être déçus? • Faire connaître le processus de sélection. Exposez, dans votre bulletin, les critères de sélection des lauréats des médailles; affichez les conditions d’admission aux cours d’instruction d’été, là où les cadets (et leurs parents) peuvent les consulter; distribuez aux cadets un dépliant sur les critères de promotion; et discutez de la façon dont les cadets qui participeront aux voyages seront choisis. Faites savoir de toutes les façons possibles les exigences auxquelles les cadets doivent répondre pour profiter de tel ou tel avantage. • Interviewer les cadets au début de chaque année d’instruction pour savoir ce qu’ils espèrent accomplir. Cette méthode pourra être utile si vous essayez de choisir un(e) candidat(e) pour remplir un poste dans l’unité. C’est aussi une bonne occasion de les renseigner sur ce qu’ils devront faire pour atteindre leurs objectifs.

• Quand vous savez qu’un cadet sera troublé ou découragé parce qu’il n’aura pas été choisi pour telle ou telle activité, parlez-lui au préalable, de manière qu’il n’éprouve pas sa déception en présence de ses collègues. Par exemple, le commandant peut faire savoir aux cadets (avant le défilé de promotion) qui n’a pas été promu et pourquoi, et préciser quelles compétences les cadets non promus doivent améliorer pour réussir la fois suivante. Afin de fournir au cadet les encouragements dont il a tant besoin, il convient de le rassurer, en terminant la conversation, par des propos stimulants et positifs. • Faites en sorte que le personnel de l’unité se tiennent à la disposition des cadets déçus. Ne vous attendez pas à ce que les cadets viennent vous voir à votre bureau. Allez au devant d’eux en étant présents là où ils se tiennent (avec leurs parents). S’ils voient que vous êtes disponible, ils seront sans doute plus enclins à vous aborder.

Nous pouvons atténuer les conséquences d’une déception par des communications et des conseils directs et constructifs.

Il est très important de créer un milieu sûr et accueillant où les cadets et leurs parents pourront exprimer leurs préoccupations. Nous visons à offrir aux cadets la possibilité de vivre une expérience enrichissante et de réussir, par leurs efforts, au sein du Programme des cadets. Nous pouvons atténuer les conséquences d’une déception par des communications et des conseils directs et constructifs. b – Le capt Ennis est conseillère en droits de la personne à l’Unité régionale de soutien des cadets (Pacifique).

15


Cadence • Numéro 3 • Automne • 2001

Les communications

en temps de crise Lorsqu’on parle aux journalistes, il faut rester à l’intérieur de son propre secteur de responsabilité et de son propre domaine de compétence, ne jamais dire « aucun commentaire », ni mentir.

Ce dont les médias ont besoin quand les choses tournent mal par le capc Gerald Pash n octobre 1999, 105 cadets de l’Armée accompagnés de 18 chefs adultes participaient à une fin de semaine d’entraînement aventurier près de Kamloops (C.-B.). À un moment donné, une camionnette inoccupée a traversé leur campement. Quatre cadets ont été hospitalisés avec des membres fracturés et quinze autres ont été libérés de l’hôpital après avoir été traités pour des coupures et des contusions mineures.

E

La sécurité et le bien-être des cadets sont toujours prioritaires pendant l’instruction. Le dossier de sécurité du programme, même s’il n’est pas parfait, l’est presque, compte tenu du fait que de nombreuses activités, telles que le rappel, le pilotage, le parachutisme, le canotage et l’adresse au tir comportent un élément de risque. Même si cela n’a pas été fréquent, des cadets ont déjà été grièvement blessés ou sont morts alors qu’ils participaient aux activités du mouvement et d’autres ont déjà été victimes d’un comportement non convenable ou de violence de la part de leurs chefs adultes.

Le présent article porte sur les relations avec les médias en temps de crise. Les renseignements se situent dans le contexte des affaires publiques et s’ajoutent aux nombreuses procédures concernant la présentation des comptes rendus d’incident et autres directives et ordonnances. Les relations avec les médias vont plus loin que banaliser un incident ou présenter l’histoire à l’avantage de l’organisme. Si la façon dont nous traitons les mauvaises nouvelles a de l’importance pour l’organisme, cela peut avoir une plus grande incidence sur la victime et sa famille et sur la confiance de la population envers le Programme des cadets. L’incident survenu à Kamloops avait tous les éléments d’une catastrophe sur le plan des affaires publiques. Cependant, parce que la chaîne de commandement a été informée rapidement et qu’on a tenu compte des règles élémentaires de traitement des crises, les médias ont présenté un reportage conforme aux faits d’un incident malheureux et ont fait des commentaires positifs sur les mesures prises par les cadets et les chefs sur les lieux. La politique d’affaires publiques du MDN/des FC figure dans la série 2008 des Directives et ordonnances administratives de la Défense (DOAD). On trouve ce document sous la rubrique « Ressources » de la section du CadetNet portant sur le CIC. Toutes les annonces publiques sur les incidents doivent être conformes à cette politique et surtout à la DOAD 2008-2, intitulée Relations avec les médias et annonces publiques, et à la DOAD 2008-3, intitulée Gestion des problèmes et des crises.

16

Les cadets peuvent être de bons porte-parole auprès des représentants des médias dans les situations positives comme lorsque la cadette SophieÉmilie Morisette, du Corps des Cadets de l’Armée 221 à Chicoutimi (Qc) s’est entretenue avec les journalistes de Radio-Canada pendant l’expédition Nunavik 2000. Ils ne doivent toutefois jamais être les porte-parole désignés en temps de crise.

En termes simples, le MDN/les FC ont pour politique d’informer la population de leurs politiques, programmes, services, activités, opérations et initiatives d’une manière précise, complète, objective, opportune, pertinente, compréhensible, ouverte et transparente dans les limites imposées par la loi. Établir des relations efficaces avec les médias au sujet d’un problème ou d’une crise, c’est informer le public de la situation en temps opportun et avec exactitude. Il faut donc réagir rapidement, de façon décisive et ouverte quand ça va mal.


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada Si un cadet est grièvement blessé ou meurt pendant l’instruction, nous n’avons pas vraiment le choix de parler ou non avec les journalistes, car les médias d’information obtiendront l’histoire avec ou sans notre aide. Il est préférable de leur présenter les faits nous-mêmes avec exactitude. Voici quelques points à ne pas oublier :

Lorsqu’on parle aux journalistes, il faut rester à l’intérieur de son propre secteur de responsabilité et de son propre domaine de compétence, ne jamais dire « aucun commentaire », ne jamais mentir et, si l’on ne connaît pas la réponse ou qu’on ne peut répondre, il faut le dire, expliquer pourquoi et offrir d’obtenir la réponse et de rappeler.

• Informer son quartier général supérieur sans délai. Il faut faire le point sur la situation avec son contact régulièrement et ne pas oublier le comité des répondants. On doit s’assurer qu’il y a un mécanisme pour informer les parents de la nature de l’incident.

Il faut être attentif aux éléments essentiels de la sécurité, de l’exactitude, de la politique et des convenances. La sécurité et la vie privée de chacun sont primordiaux. Il ne faut communiquer que des renseignements exacts. Il faut respecter les questions de principe (il y a des considérations de principe très précises concernant la communication des renseignements dans les cas de violence sexuelle et de harcèlement). Il faut se demander s’il est approprié de communiquer les renseignements et si le porte-parole est celui qui doit aborder la question.

• Informer l’officier régional des affaires publiques des cadets. En son absence, on doit communiquer avec le bureau des affaires publiques de la base de soutien la plus proche ou avec celui de la formation ou du MDN et demander conseil. • Désigner un seul porte-parole pour traiter avec les médias. Le commandant devrait lui-même se charger de cette tâche, mais il pourrait ne pas être le porte-parole le plus approprié. Selon les circonstances, il pourrait être préférable que ce soit l’officier régional des affaires publiques des cadets, l’officier d’instruction ou tout autre expert en la matière. Dans des circonstances très particulières, le président du comité des répondants locaux peut intervenir directement lorsque, par exemple, le répondant est propriétaire des locaux détruits par l’incendie ou du véhicule en cause. • Rédiger un communiqué simple, mais fondé sur les faits. Le communiqué ne doit comprendre que les faits. Il faut en vérifier le contenu avec l’officier régional des affaires publiques des cadets, qui le fera approuvé par le commandant de l’unité régionale de soutien des cadets.

La couverture de l’incident de Kamloops par les médias a fait ressortir la formation en secourisme des cadets ainsi que les soins donnés et le tri effectué avant l’arrivée des ambulances. Le communiqué a fourni les faits essentiels de l’accident et une conférence de presse a donné aux surveillants du corps l’occasion de fournir plus de renseignements sur la situation en répondant en toute franchise aux questions des journalistes au cours d’une discussion ouverte. Même si l’accident a engendré un litige, les informations de presse immédiates reposaient sur les faits et étaient présentées sur un ton qui n’était ni neutre ni positif parce que des principes simples en matière de relations avec les médias ont été observés, que les journalistes ont été traités avec courtoisie et que leur travail a été respecté. b – Le capc Pash est l’officier des affaires publiques de l’Unité régionale de soutien des cadets (Pacifique).

• Rédiger des questions et réponses au sujet de l’incident. Cela aidera le porte-parole désigné à rester centré sur les faits. On doit travailler en collaboration avec le spécialiste des affaires publiques. • Respecter la confidentialité des renseignements. Il ne faut pas divulguer de renseignements personnels, tels que l’adresse et le numéro de téléphone à la maison. On ne doit pas communiquer les noms des victimes avant que les plus proches parents soient informés. S’il y a une enquête policière, on peut laisser la police s’occuper de ces questions. • Respecter les principes du processus judiciaire et les lois fédérales, telles que la Loi sur la protection des renseignements personnels, la Loi sur l’accès à l’information et la Loi sur les jeunes contrevenants, qui régissent la communication des renseignements au public. • Ne jamais spéculer sur les causes de l’incident, l’importance des dommages ou les effets sur l’avenir. Ces faits seront établis par l’enquête, la police ou d’autres agents responsables et ne devraient être communiqués qu’après la fin de l’enquête ou sur l’avis d’une autorité supérieure. • Tenir un registre des renseignements communiqués et du nom des journalistes à qui on a parlé, des agences de presse qu’ils représentent et de leurs numéros de téléphone. • Prévoir des mises à jour périodiques et de l’information complémentaire. Les journalistes vérifieront toutes leurs sources et communiqueront avec les hôpitaux, le service des incendies, la police, les services ambulanciers, les témoins, les voisins, les anciens cadets et toute personne pouvant donner ses impressions. Il est possible de prévenir la communication de renseignements sur la foi d’autrui en fournissant des renseignements clairs et exacts le plus rapidement possible.

Établir des relations de travail positives avec les représentants des médias lorsque les choses vont bien peut préparer le terrain pour les relations en temps de crise. On voit ici Radio-Canada prendre des images de l’exercice de premiers soins au Centre d’instruction d’été des cadets de l’Armée à Rocky Mountain. (Photo par le capt Kel Smith)

17


Cadence • Numéro 3 • Automne • 2001

Les cadets font

ÉCLATER leur ‘sac de pop-corn intérieur’ J’ai invité chaque garçon et chaque fille à découvrir leur sac de pop-corn intérieur! Ce fameux sac de pop-corn – rempli de talents, de potentiels, de bonnes actions, de sourires, de qualités à découvrir – stagne bien souvent à l’intérieur de soi. J’ai exhorté les jeunes à faire éclater leurs pop-corn intérieurs.

18

Les animateurs de pastorale communiquent dans un langage que les ados comprennent par Jean-Claude Roy n me demande souvent quel est mon rôle dans un camp d’été pour les cadets de l’Armée? Mon rôle en est un de communicateur et d’animateur de pastorale.

O

Fait étrange, je dois l’avouer, lors de mon premier camp d’été je me suis également posé la même question. C’est à ce premier camp que j’ai bien compris mon rôle. À partir de mes interventions, j’ai réalisé comment mon rôle était important pour tous les jeunes et pour le personnel qui les accompagne. Au tout début du camp d’été, l’animateur de pastorale se veut plus qu’une simple présence, qu’une sorte de statue fixe.

Le travail d’un animateur commence rapidement. Comme le dit si bien l’adage : « vous n’avez jamais une deuxième occasion de donner une première bonne impression ». Nous sommes donc appelés à donner dès notre arrivée les impressions les plus essentielles : être détendu, posé, pas stressé, à l’écoute des premiers besoins des jeunes, des cadets-cadres et du personnel officier. Le seul fait d’être « à l’écoute » des jeunes constitue une « ouverture » conditionnelle au dialogue et au partage pour tous les besoins d’ordre humanitaire que nous rencontrons. Voilà le rôle principal sur le plan de la communication que doit assumer, selon moi, un animateur de pastorale.

Les cadets se sentent à l’aise quand ils parlent avec Arol Pinder qui, en sa qualité d’agent de pastorale au Centre d’instruction d’été à Valcartier, sait pratiquer l’art de l’écoute active. Il recourt parfois à la poésie pour communiquer avec les jeunes.

Francine Gosselin s'adresse à un groupe de cadets. On compte de plus en plus de femmes chez les agents de pastorale. Cela permet aux cadets de sexe féminin qui le désirent de se confier à un agent de pastorale de sexe féminin.

Ayant reçu une formation théologique, l’animateur de pastorale a été préparé à être un intervenant. En plus d’avoir acquis une expérience d’intervenant auprès des jeunes, la plupart des animateurs de pastorale ont reçu une formation en psychologie, en relation d’aide ou en counseling. En outre, une formation en résolution de conflits nous est très utile. Dans un camp d’été, voilà l’image que nous devons à la fois projeter et faire ressortir; une image professionnelle qui ne vise qu’une chose : être au service des jeunes, comme présence spirituelle et non pas comme des évangélisateurs en croisade. Ce rôle de « présence spirituelle » nous ouvre à toutes et à tous – sans égard à la race, à la religion, à l’orientation sexuelle, au handicap physique ou à toute autre discrimination envers la personne – et procure une présence rassurante et une oreille attentive aux signes et aux valeurs de notre temps.


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada Notre première tâche dans un camp d’été est de rencontrer tout le personnel du camp – officiers et cadets-cadres – avant de rencontrer les cadets. Quel est le but de cette rencontre? Les informer de nos services professionnels, et démystifier une certaine peur qui peut les habiter quant à notre rôle spirituel. Nous rencontrons les cadets par compagnie – jusqu’à 130 cadets à la fois. À la première rencontre, l’animation doit être faite d’une façon intéressante et « adaptée » à notre temps, avec des chansons à la mode et des activités qui suscitent l’interaction des jeunes, qui sont parfois fatigués de leur journée. Cette année, j’ai invité chaque garçon et chaque fille à découvrir leur sac de pop-corn intérieur! Ce fameux sac de pop-corn – rempli de talents, de potentiels, de bonnes actions, de sourires, de qualités à découvrir – stagne bien souvent à l’intérieur de soi. J’ai exhorté les jeunes à faire éclater leurs pop-corn intérieurs et réaliser une activité intéressante et, du même coup, une thérapie d’estime de soi importante.

Cette approche créative est d’autant plus importante de nos jours, puisque les jeunes découvrent rapidement la performance des animateurs à partir de leurs présentations. Si nous sommes intéressants, ils viendront à nous. Si nous ne captivons pas leur intérêt ici et là, ils ne viendront pas. Cela est important puisque les cadets doivent se sentir à l’aise de nous approcher lorsqu’ils ont besoin de parler. Lorsque les animateurs de pastorale sont créatifs dans leur communication, la place à la créativité se fait facilement chez les cadets, suscitant ainsi leur intérêt pour participer à des activités intéressantes dans leur temps libre, telles que des soiréeschansons ou des journées-graffitis. Nous avons eu une journée-graffitis où les cadets ont dessiné sur trois murs en bois. Cela leur a donné l’occasion de s’exprimer, de montrer leur créativité et de se sentir importants. Ils ont pu laisser ‘éclater leur pop-corn’ Quand les présentations leur ont plu, la suite devient facile. Il s’agit d’être disponible pour répondre au besoin immédiat.

Jean-Claude Roy utilise la musique et des activités modernes pour encourager les cadets à s’exprimer, au centre d’instruction d’été des cadets de l’Armée, à Valcartier.

Nous rencontrons parfois des cadets de façon individuelle. Pourquoi? Un dialogue confidentiel est parfois nécessaire pour discuter de problèmes que le jeune ne partagerait pas ouvertement avec ses parents : une peine d’amour, la mésestime de soi, un complexe d’infériorité, une faible relation humaine avec autrui (surtout chez l’enfant unique) ou d’autres problèmes d’ordre familial. Faciliter un certain questionnement chez le cadet qui vit des difficultés ouvre la voie pour aller plus loin dans son questionnement personnel. Il importe de l’aider à identifier les problèmes qui l’accablent ou qui l’empêchent de fonctionner. Ce qui importe à un animateur de pastorale, c’est d’aider le jeune à découvrir sa personnalité. Souvent, le jeune ne se connaît pas bien et ne s’aime pas. En apprenant au jeune garçon et à la jeune fille à mieux se con-

naître, on les prépare à devenir un citoyen ou une citoyenne qui, d’une part, pourra se réaliser avec ses forces et ses faiblesses, et d’autre part, deviendra avec le temps un bon citoyen ou une bonne citoyenne à part entière. Une première qualité requise pour ce genre d’intervention – et pour celle de tout cadetcadre – est l’écoute active. C’est ce que les jeunes apprécient. La présence d’un animateur de pastorale dans un camp d’été est importante. Notre sourire, tout comme notre présence, doit être contagieux. La « bonne humeur » est la clé du succès. Il importe de communiquer notre joie de vivre aux autres pour faire en sorte que tous passent et vivent un camp d’été inoubliable. b – Jean-Claude Roy était animateur de pastorale principal au Centre d’instruction d’été des cadets des cadets de l’Armée à Valcartier

L’agent de pastorale Gustin Poulin discute d’un cas avec la capitaine Karine Gaudreault, conseillère en harcèlement au Centre d’instruction d’été à Valcartier.

19


Cadence • Numéro 3 • Automne • 2001

Le règlement des différends :

autre solution

Quand la communication devient un art par le capt Bev Ennis i vous êtes membre du Mouvement des Cadets depuis un certain temps, il vous est tout probablement arrivé de ne pas être d’accord avec quelqu’un ou d’avoir à amener deux parties à régler un différend. La vérité, c’est que le différend est un élément normal de tout organisme où les gens sont interdépendants. Ce n’est pas nécessairement bon ou mauvais – c’est tout simplement un fait de la vie! Les gens ont des divergences d’opinion. Ils envisagent et interprètent les choses autrement. C’est la façon d’aborder ces différences qui détermine la qualité de notre milieu de vie.

S

Les différends peuvent se régler de façon efficace ou plus ou moins bien et parfois ils ne se règlent pas du tout. En général, le différend est perçu comme étant une situation négative. On a tendance à s’en éloigner, à avoir des opinions très arrêtées ou à devenir hostile. Bien géré, le différend peut toutefois être un catalyseur de changement et de croissance. S’il est réglé de façon efficace, cela peut constituer une expérience éducative. Régler un différend peut prendre beaucoup de temps et être frustrant et désagréable. Le laisser subsister peut toutefois faire baisser le moral, augmenter la tension et consommer beaucoup d’énergies et de temps précieux. Il peut être désastreux pour les personnes et pour un organisme de ne pas régler les différends. Cela peut détruire les relations,

20

nuire au rendement et engendrer dans certains cas des pertes financières. Une situation de peu de gravité peut rapidement prendre des proportions impossibles à gérer. On explique souvent que si un différend n’a pas été réglé, c’est parce qu’on n’a pas les compétences ou les connaissances nécessaires pour venir à bout de ces situations. Le mode alternatif de règlement des différends peut toutefois être utile. Le mode alternatif de règlement des différends se définit comme toute méthode servant à régler les différends qui n’est pas considérée comme un élément d’une méthode plus formelle ou plus

Les Forces canadiennes sont à établir d’un bout à l’autre du pays des centres de règlement des conflits qui aideront à régler les conflits, non seulement dans l’ensemble des FC, mais aussi à l’intérieur du Mouvement des cadets. traditionnelle de règlement des différends. Il comprend divers procédés, tels que la négociation (initiative personnelle), la médiation (intervention d’une tierce partie) et l’arbitrage (prise de décision par une tierce partie). À l’heure actuelle, bien peu d’entre nous ont appris à appliquer l’une ou l’autre de ces méthodes. Cela va changer.

Les FC sont à établir des centres de règlement des différends d’un bout à l’autre du pays. Ceux-ci aideront à régler les différends non seulement dans l’ensemble des FC, mais aussi à l’intérieur du Mouvement des cadets. Récemment, les conseillers en matière de droits de la personne et le personnel clé de la Direction des cadets se sont réunis avec le personnel du bureau du directeur exécutif chargé de la gestion des différends au ministère de la Défense pour lancer le processus d’obtention des ressources. Voici ce qui est prévu pour les prochaines années : • Un plus grand recours au mode alternatif de règlement des différends pour régler les différends, • Un accès accru aux ressources, telles que les médiateurs professionnels et la formation sur le mode alternatif de règlement des différends, par l’intermédiaire des centres de règlement des différends,

Les conseillers en matière de droits de la personne et le personnel clé de la Direction des cadets ont lancé le processus d’obtention des ressources. Ici, le conseiller en matière de droits de la personne du Centre d’instruction d’été des cadets de l’Air à Albert Head, le capt Doug Slwoski, semble avoir résolu tout différend entre ces cadets souriants – David Field de North Delta (C.-B.) et Kirra Ackerman de Port Coquitlam (C.-B.).

• L’intégration de la formation sur le mode alternatif de règlement des différends à la formation des officiers et des cadets. Un de nos plus grands défis sur le plan du leadership est


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada de régler les différends et de répondre aux plaintes. La communication efficace peut être très utile à cet égard, d’abord en prévenant les problèmes et ensuite en réglant tout problème qui se présente.

Les intéressés règlent parfois eux-mêmes leurs différends, mais, dans certains cas, l’aide du commandant ou d’un autre membre du personnel est nécessaire.

À quel moment faut-il intervenir? Si le différend influe sur le fonctionnement ou sur les membres d’une unité, il est probablement temps. La clé est d’encourager la résolution du différend au niveau le plus bas possible.

Jusqu’à ce que les centres de règlement des différends soient opérationnels, les conseils utiles suivants sur la façon de régler les différends à un bas niveau et de régler efficacement les plaintes pourront peut-être vous servir.

Différends

et plaintes

Mesures à prendre pour régler les différends à un bas niveau

Comment traiter efficacement les plaintes

• Déterminer la nature du différend. On peut préférer parler avec chacune des parties individuellement avant de les réunir. La perception joue parfois un rôle important dans le différend et si l’on peut définir et démêler un malentendu dès le début, cela peut accélérer le processus. Cela permet aussi de découvrir ce que chaque personne envisage en tant que solution et de s’assurer que chacun a une attitude raisonnable.

• Accuser réception. Une plainte peut sembler insignifiante, mais elle a de l’importance pour la personne qui la présente. Lorsque la plainte est faite par écrit, on peut prendre rendez-vous avec le plaignant pour le rencontrer en personne. Il faut l’encourager à s’exprimer librement, écouter attentivement ses préoccupations sans l’interrompre et paraphraser ce qu’il dit pour lui faire savoir qu’on comprend.

• Réunir les parties. Il faut établir les règles de base permettant d’avoir des communications ouvertes et honnêtes. On doit donner à chacune des deux parties l’occasion d’expliquer sa version des faits. On invite chacune d’entre elles à décrire l’effet qu’ont eu les gestes de l’autre, en veillant à ce qu’elle s’abstienne de juger ou de présumer ses intentions. Pour vérifier si les deux parties s’écoutent l’une l’autre, on peut demander à chacune de paraphraser les préoccupations de l’autre. Il faut leur permettre de se poser des questions l’une à l’autre. On peut faire des commentaires pour entretenir la discussion et la garder sur la piste. On ajoute de l’information que lorsqu’on constate qu’il manque un élément clé.

• Faire preuve de compréhension. Il faut essayer de se mettre à la place du plaignant et d’envisager les choses de son point de vue. Cela permet de mieux comprendre la cause de son problème.

• Aider les parties à trouver une solution. Il faut demander aux parties de proposer des solutions et essayer de les aider à trouver un terrain d’entente pour arriver à un accord. Il peut être nécessaire de proposer des solutions, mais il ne faut pas oublier qu’un mode de règlement imposé a moins de chance de réussir. On doit s’assurer que les deux parties comprennent la solution et ont établi un plan pour y donner suite.

• Découvrir la solution qu’envisagent les plaignants. Il faut demander aux plaignants ce qu’ils envisagent en tant que solution. Si c’est déraisonnable, on en discute avec eux et on essaie de les orienter vers quelque chose de plus approprié. On ne doit pas faire de fausses promesses, mais il faut préciser quelles mesures on a l’intention de prendre pour régler la plainte.

• Vérifier le succès de la solution. Il faut accorder du temps aux parties pour mettre la solution en pratique, puis vérifier auprès de chacune pour savoir si tout va bien. Lorsqu’on intervient dans un différend, il importe de ne pas prendre parti. On doit jouer un rôle de catalyseur de la discussion et non celui d’un arbitre dictant la solution. Les parties intéressées seront probablement plus satisfaites des résultats si elles participent activement à la démarche.

• Rester calme. On n’améliore pas la situation en argumentant ou en étant hostile. Il se peut qu’on ressente de la frustration ou de la colère à l’égard de la plainte, mais il faut rester centré sur le règlement du différend. • Fournir de l’information. C’est parfois un manque de compréhension qui est à l’origine d’une plainte. Si c’est le cas, il faut fournir des renseignements (politique, méthodes, préalables et ainsi de suite) au plaignant pour l’aider à comprendre.

• Prendre les mesures nécessaires. Une fois la solution trouvée, on doit s’assurer de donner suite à ce dont on a convenu. • Faire un suivi. Il faut s’assurer que toutes les mesures nécessaires ont été prises pour régler la plainte. On doit communiquer avec les plaignants pour vérifier s’ils sont satisfaits de la solution, ce qui leur permet de constater le sérieux avec lequel on entend régler le différend et fournit aussi un feed-back sur le processus. b – Le capt Ennis est le conseiller en matière de droits de la personne de l’Unité régionale de soutien des cadets (Pacifique).

21


Cadence • Numéro 3 • Automne • 2001

L’art oratoire en tant qu’aptitude à la vie quotidienne Des concours donnent aux cadets l’occasion de mieux parler en public par Lionel Bourgeois

Vous faites partie d’un groupe quand un officier vous dit que c’est à votre tour de prendre la parole pendant les cinq prochaines minutes. Perdez-vous vos moyens? Pas si vous participez à un concours d’art oratoire de la Ligue des cadets de l’Air parce que vous avez de l’expérience dans le domaine. ans la Ligue des cadets de l’Air, on estime qu’une des plus importantes aptitudes à la vie quotidienne que les cadets peuvent acquérir est la capacité de parler en public de façon efficace et avec confiance. Les concours d’art oratoire sont conçus pour :

D

• donner l’occasion aux cadets d’accroître leur confiance en soi et leur capacité de s’exprimer; • promouvoir l’aspect du civisme de l’instruction donnée par l’unité locale; • orienter cette composante du programme de formation, des cours à l’intention des cadets-chefs et de l’instruction estivale; • sensibiliser davantage le public à la formation en leadership et en civisme donnée aux échelons local, provincial et national. Dans presque tous les escadrons des cadets de l’Air, le comité des répondants – soutenu par les officiers de l’escadron et les instructeurs civils – tient un concours d’art oratoire en janvier ou février pour déterminer l’orateur le plus efficace de l’escadron. Le gagnant accède au concours de la zone/ région et au concours provincial vers la fin d’avril. Puis, à l’assemblée

22

générale annuelle de la Ligue, les champions provinciaux se disputent le titre d’orateur le plus efficace du pays. À chaque étape du concours, des experts de la localité – qui sont souvent membres de Toastmasters International – sont les juges. Les certificats, plaques, médailles et prix varient, mais on remet quelque chose à chaque niveau. Par exemple, cette

année chacun des 12 gagnants de zone ou de région de l’Ontario a reçu un montant de 100 $ offert par Mary Anne Chambers, une ardente partisane des cadets de l’Air qui a aussi été gouverneure de la Ligue, tant sur le plan national que provincial. Les gagnants provinciaux se rendent gratuitement au concours national où ils sont reçus pendant trois jours et profitent d’une expérience sur le plan culturel et civique. Chaque concurrent choisit un sujet sur lequel il doit présenter un exposé formel d’une durée de cinq à six minutes. Les sujets de cette année étaient les suivants : • Une Canadienne ou un Canadien qui a provoqué ou provoque une différence. • Les amis et l’amitié. • Ce que signifie pour moi le fait d’être un cadet de l’Air. • Le matériel volant – une histoire d’aviation canadienne • L’avenir des cadets de l’Air au Canada • Le Canada et le monde

Le cadet-aviateur de 1re classe Menara Simeone, de l’Escadron 60 des Cadets de l’Air de Charlottetown (I.-P.-É.), entreprend son allocution impromptue au Nouveau-Brunswick.

Chaque cadet doit aussi faire une allocution improvisée de deux ou trois minutes. Le sujet, communiqué trois minutes à l’avance, est le même pour chacun à chaque niveau. Même les meilleurs peuvent trébucher pendant leur allocution improvisée. Il y a quelques

années, ma petite-fille Anne Marie, qui était sergent de section du 778e Escadron des cadets de l’Air à Richmond Hill, en Ontario, m’a téléphoné, profondément déçue. Elle avait remporté le concours oratoire de son escadron deux fois et avait présenté une allocution impeccable de six minutes au concours régional. Mais à l’étape de l’allocution impromptue, elle avait paralysé. Le sujet était « À quoi consacrez-vous votre temps libre? » Elle me dit au téléphone : « Grand-papa, entre l’école, la natation, les cadets et le travail, je n’ai aucun moment libre – j’ai donc figé. » Elle ne s’était rendu compte que trop tard qu’elle aurait pu s’exprimer longtemps sur ce point. Savoir parler en public de façon efficace et avec confiance est une importante aptitude à la vie quotidienne. Le Mouvement des cadets enseigne toutefois une autre qualité liée à la communication qui est tout aussi importante. Comme le disait Winston Churchill, « Le courage est la qualité dont on a besoin pour se lever et s’exprimer. C’est aussi la qualité qu’il faut pour s’asseoir et écouter. » b – Le mgén (retraité) Bourgeois est un des vice-présidents de la Ligue des cadets de l’Air.


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Avoir du

plaisir en parlant en public

Des conseils utiles de la part d’un cadet-chef lauréat par le C/pm 1 Angel Payne e participe à des concours d’art oratoire depuis cinq ans. L’idée de prendre la parole devant une foule m’attire étrangement parce que cela me donne un sentiment de satisfaction. Au moment de rédiger un discours, je consacre beaucoup de temps au choix du sujet. J’aime parler de choses que j’ai à cœur ou qui ont beaucoup d’importance pour moi.

J

Je participe depuis deux ans au concours d’art oratoire interservices à St. John’s (T.-N.). Cette année, il fallait expliquer ce que les anciens combattants signifient pour nous et les cadets se sont exprimés avec enthousiasme sur ce sujet. J’ai été impressionnée par la qualité des exposés et de la présentation – surtout chez certains des jeunes cadets. Tous les corps et escadrons de cadets de la province étaient invités à envoyer un de leurs membres à St. John’s. Les cadets de chaque unité ont rédigé des allocutions et les ont présentés devant un jury. Les meilleurs orateurs se rendaient ensuite à St. John’s où quatre finalistes ont été choisis. Cette année, chacun des trois éléments était représenté à la finale. Le C/m 2 Allison Higdon et moi représentions les cadets de la Marine, le C/sgt Gillian Milley, les cadets de l’Armée et le C/sgt Andrew Critch, les cadets de l’Air. Savoir parler en public est une qualité inestimable pour qui que ce soit et c’est indéniablement un atout pour les cadets. Tous

les cadets de la Marine apprennent à s’exprimer de façon efficace en public dans le cadre de leur formation professionnelle de niveau trois aux Centres d’instruction d’été des cadets de la Marine. Au fil des ans, j’ai entendu certains des meilleurs orateurs pendant les concours régionaux et provinciaux. J’ai aussi appris de précieuses « ficelles du métier ». • L’art oratoire tient davantage à la façon dont on s’exprime, qu’à ce que l’on dit. À un concours auquel je participais, l’auditoire en presque totalité était en désaccord avec le point de vue de l’orateur, mais celui-ci l’a présenté de façon absolument exceptionnelle, ce qui lui a valu la victoire.

Le C/pm 1 Payne a les mains libres, ce qui lui permet de s’exprimer avec naturel.

aide-mémoire, lancer des pages sur le plancher et trembler sans parvenir à s’arrêter à cause de la nervosité. Mettezvous en position repos, les jambes légèrement écartées et les mains jointes à l’avant. Cela donne un air décontracté et non menaçant. Placez vos fiches aide-mémoire sur le rebord du pupitre. Vous aurez ainsi les mains libres, ce qui vous aidera à exprimer vos idées de façon naturelle.

• Il est important d’établir un contact visuel direct avec tous les membres de l’auditoire. Il faut regarder les gens dans les yeux lorsqu’on veut faire ressortir un point. La meilleure façon d’y parvenir est de répéter son allocution jusqu’à ce qu’on la connaisse assez bien pour pouvoir le présenter dans son sommeil! (Et si vous voulez vraiment impressionner les juges, présentez votre allocution sans fiches aide-mémoire!) Ce que j’ai appris de plus important en ce qui concerne l’art • La posture, la position des pieds et les mouvements peu- oratoire, c’est qu’il faut avoir du vent favoriser ou détruire une plaisir à le faire. J’aime être celle allocution. J’ai vu des gens se qui calme tout le monde, raconte des histoires drôles et se fait balancer d’avant en arrière, de nouveaux amis. Même si c’est se promener sur la tribune, un concours, cela ne veut pas gesticuler avec les fiches

dire qu’il faut se prendre trop au sérieux. La clé est d’apprendre à transformer quelque chose de terrifiant en quelque chose d’exaltant. C’est ce que la confiance acquise chez les cadets m’a permis de réaliser. b – Le C/pm 1 Payne, du Corps 191 Labrador des cadets de la Marine de Wabush (T.-N.) est membre du Mouvement depuis six ans. Elle a remporté le concours d’art oratoire interservices qui s’est tenu à St. John’s en mars dernier. Elle a aussi exercé les fonctions de commandant du camp NCSM Acadia au cours de l’été.

23


Cadence • Numéro 3 • Automne • 2001

Savoir rester

calme

Même les officiers peuvent craindre de parler en public par le capt Paul McKee

Vous vous préparez à prononcer votre meilleure allocution pour accueillir les recrues au monde des cadets devant une salle remplie de parents et de cadets et vous êtes soudainement paralysé par la peur. C’est là une scène que les commandants de presque toutes les unités des corps et escadrons du pays jouent pendant les campagnes de recrutement. l est normal de se sentir nerveux lorsqu’il faut prendre la parole en public. En fait, cela est très sain. Cela indique que l’on se soucie vraiment de bien faire. Une trop grande nervosité peut toutefois nuire à la présentation du discours et au message.

I

Et pendant que les parents attendent avec impatience leur tour de demander combien il leur faudra payer et que les cadets sont impatients de savoir quand ils recevront leur uniforme, vous faites votre possible pour éloigner l’impression d’avoir la bouche sèche. Parler en public est une forme d’art qu’on arrive à maîtriser avec beaucoup d’exercice et un certain degré d’aisance personnelle. Toastmasters, un organisme international axé sur l’art oratoire, offre les conseils suivants pour atténuer le sentiment d’inconfort que l’on ressent lorsqu’on prend la parole devant un groupe. Familiarisez-vous avec la salle. Il est bon de connaître l’endroit où l’on doit prendre la parole. Arrivez tôt, faites le tour de la pièce et familiarisez-vous avec les lieux. Les membres de notre groupe qui accueillent nos jeunes recrues dans leurs sections locales ont l’avantage dans ce cas. Il nous arrive toutefois occasionnellement de nous retrouver ailleurs que dans le confort de « chez soi » et c’est alors que ce conseil est précieux.

24

Faites connaissance avec l’auditoire. Ne craignez pas d’accueillir personnellement les gens à leur arrivée. Vous pourrez répondre aux questions anticipées. Parce que les parents ont tendance à poser des questions similaires, vous pouvez être prêt à répondre aux questions avant même qu’elles ne soient posées. Connaissez votre matériel. Nous offrons ce conseil simple au cours des séances de formation sur l’art de parler en public à l’intention des cadets. Celui qui ne connaît pas bien son matériel aura probablement de la difficulté à passer son message. Répétez votre exposé. Le fait d’avoir moins de surprises vous aidera à vous sentir plus à l’aise. Détendez-vous. Atténuez la pression en faisant des exercices d’assouplissement simples. Plus on est détendu, plus il est facile de maîtriser les petites habitudes nerveuses, telles que marcher en traînant les pieds et faire tournoyer son stylo. Imaginez-vous en train de présenter votre exposé, en train de parler d’une voix forte, claire et assurée. Si vous vous imaginez comme ayant du succès, vous réussirez. Dites-vous que l’auditoire veut que vous réussissiez. Le public souhaite que votre allocution soit intéressante, stimulante, instructive et divertissante. À la réunion d’initiation des recrues, par exemple, on veut tout simplement en savoir le plus possible

au sujet du programme. L’assistance ne souhaite pas que vous trébuchiez et, si cela se produit, on ne le remarquera probablement pas. Ne vous excusez pas. Lorsqu’on mentionne sa nervosité ou qu’on s’excuse pour toute difficulté qu’on pourrait éprouver en prononçant son allocution, on peut attirer l’attention sur quelque chose que l’auditoire n’a pas remarqué.

cadets sur la façon d’organiser, de créer et de prononcer une allocution qui en vaut la peine. b – Le capt McKee est l’officier des projets conjoints de l’Unité régionale de soutien des Cadets (Région du Nord), à Yellowknife ( T. N.-O.).

Concentrez-vous sur le message et non sur le moyen. Dégagez-vous de vos propres inquiétudes et faites plutôt passer le message. Dès que vous saurez que l’auditoire est attentif, votre nervosité disparaîtra. Transformez votre nervosité en énergie positive. Exploitez votre énergie nerveuse et transformezla en vitalité et en enthousiasme pour votre sujet. Gagnez de l’expérience. Avec l’expérience vient la confiance, qui est la clé de l’art oratoire. Si vous avez réellement de la difficulté à faire un discours, commencez avec de petits auditoires et progressez graduellement. Le meilleur conseil vient peutêtre de sa propre expérience. Vérifiez dans les manuels des recrues les conseils que nous donnons à nos plus jeunes L’expérience est la clé de l’art oratoire. Ici, le lcol Charles Keough, commandant du Centre d’instruction d’été Argonaut des cadets de l’Armée, à Gagetown, s’adresse à un groupe nombreux de cadets-chefs. (Photo par le slt Lisa Currie)


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Une stratégie gagnante Planifiez vos communications avant la campagne de recrutement

par le major Carlo deCiccio

Il faut considérer une unité de cadets comme une entreprise qui doit se faire connaître et qui veut positionner son produit et ses services pour intéresser ses publics-cibles. Ce faisant, nous planifions nos communications avec une perspective à moyen terme et à long terme. a plupart des unités de cadets et leurs comités répondants vont mettre à l’ordre du jour les communications lorsqu’il s’agit de planifier leurs campagnes de recrutement et d’inscription de nouveaux cadets. C’est malheureusement une vision à court terme et un défi énorme à relever.

L

Imaginer susciter l’intérêt de jeunes de 12 ans à se joindre aux cadets en même temps que vous leur faites découvrir une organisation qui bien souvent leur est inconnue. Le même problème survient lorsqu’il s’agit d’intéresser d’autres organismes à soutenir les activités des cadets à l’unité. La planification des communications devient alors un élément essentiel pour la bonne marche et le succès des activités. Il ne faut pas oublier que nous sommes en compétition avec d’autres organisations qui veulent aussi intéresser les mêmes publics-cibles à souscrire à leurs activités. Si nous croyons encore que le programme Cadets Canada est le secret le mieux gardé au Canada, nous avons beaucoup de pain sur la planche afin de nous rendre plus visible au sein de la population. Il faut donc améliorer nos communications tant à l’externe qu’à l’interne.

et les cadets. Il ne faut pas oublier que si le public interne est bien informé, il peut aussi aider à la promotion et la visibilité de l’organisation. Chaque corps et escadron de cadets et son comité répondant devrait planifier annuellement un plan de communication qui comprend les objectifs et les messages de communications externe et interne ainsi que les messages et les outils de communication pour les campagnes de recrutement et d’inscription de cadets. La planification des communications constitue un enjeu essentiel de la visibilité d’une unité et de l’appui de votre communauté à toutes vos activités. b – Le maj deCiccio est l’officier des affaires publiques régional, Région de l’Est

Les communications externes doivent se concentrer sur une stratégie de promotion et de visibilité. Avant même d’essayer de recruter de nouveaux cadets ou de chercher des appuis au sein de la collectivité, il importe de mieux faire connaître le programme Cadets Canada et de positionner votre produit et vos services. Il ne faut pas miser uniquement sur les jeunes de 12 ans, mais assurer votre visibilité auprès d’un public de parents et de jeunes de 9 à 11 ans. Un message simple peut être employé : les cadets ça existe, c’est plein de défis, on peut s’y faire des amis, c’est gratuit et on peut s’y inscrire dès l’âge de 12 ans. La stratégie de communication ne devrait qu’informer ce public-cible en préparation d’une prochaine campagne de recrutement et d’inscriptions avec des messages qui s’adresseront, cette fois, à des jeunes de 12 ans et plus. Les communications internes devraient aussi inclure une stratégie d’information permettant de mieux faire connaître le programme Cadets Canada et ses partenaires qui en sont responsables. Les communications internes de l’unité devrait cibler le personnel de l’unité, les membres du comité répondant, les parents des cadets

Avant de recruter des cadets, nous devons promouvoir le Mouvement des cadets et en accroître la visibilité. En participant aux salons de la jeunesse, nous profitons d’une excellente occasion de travailler à la réalisation de nos objectifs de communication.

25


Cadence • Numéro 3 • Automne • 2001

La

mélodie du bonheurh q e

&

Communiquer avec la musique

par le capt Isabelle Bergeron

La Musique des cadets de la Région de l’Est se sert de la musique – le langage international – pour communiquer une image plus modérée du mouvement des cadets. Et parce que la musique importe beaucoup aux jeunes, c’est un excellent moyen de communiquer de façon moins conventionnelle. ue vous soyez cadet, cadet supérieur, ancien cadet, instructeur civil ou officier du CIC, et que l’on vous demande où vous avez découvert le mouvement des cadets, vous répondrez probablement : « mon frère (ma sœur) en faisait partie »; « mon père (ma mère) est commandant d’unité »; « mon cousin (cousine) était cadet »; « mon ami est cadet ».

Q

Trop souvent, ce sont les réponses que nous entendons. Le boucheà-oreille est efficace, mais il a ses limites. Nous sommes les premiers à vanter les mérites de notre organisation mais, malgré toute notre bonne

volonté, l’inscription de nouveaux membres se fait à l’intérieur d’un bassin très restreint. Comment peut-on aller chercher du sang neuf, des jeunes qui ne nous connaissent pas? Depuis maintenant deux ans, la Musique des cadets de la Région de l’Est tente de rejoindre les jeunes et toute la population en général pendant l’été par le biais d’une série de concerts à travers la région. Selon l’adage, « la musique adoucit les mœurs ». C’est là l’objectif de la Musique des cadets de la Région de l’Est.

Trois membres de la Musique se mettent en train avant un spectacle, en compagnie de l’adjointe au directeur musical, le lieutenant Valérie Vincelette de l’Escadron des cadets de l’Air 643 à Saint-Hubert (Qc). À partir de la gauche, les cadets Maxime Poirier du Corps des cadets de la Marine 206 à Joliette (Qc), Anna-Maria Moubayed, du Corps des cadets de l’Armée 2710 à Saint-Hubert et Louis-Martin Harbour de l’Escadron des cadets de l’Air 643 à Saint-Hubert. (Photo par le capitaine Isabelle Bergeron).

Comme vous le savez, l’image des cadets véhiculée à travers la population en général est que le ministère de la Défense veut faire des cadets de « petits soldats ». Cette perception est compréhensible puisque bien des gens ne voient les cadets que lors du défilé du jour du Souvenir frisquet et pluvieux de novembre. Pourtant, nous savons fort bien que cette image ne reflète pas la réalité. Les cadets, c’est beaucoup plus que cela. C’est la condition physique, le leadership, le civisme. C’est aussi des amis pour la vie, les sports, l’aventure, la navigation, le pilotage et, bien sûr, la musique.

26

Un jeune directeur musical invité dirige une marche militaire au cours d’un concert présenté par la Musique des Cadets de la Région de l’Est au Cap-de-la-Madeleine, (QC). (Photo par le caporal Catherine Bilodeau)

Vous avez pu constater avec nous cet été comment les gens peuvent apprécier les cadets par

la musique. Blue suede shoes d’Elvis évoque le rythme des cadets, YMCA de Village People affiche le dynamisme des cadets, la Copa de la vida de Ricky Martin montre la capacité du mouvement à être en bon accord avec son époque. La musique est un moyen de communication par lequel nous piquons la curiosité des gens. Il est plus facile après un concert d’aller leur parler de discipline, de respect et de ce qui constitue la base du mouvement : le dépassement de soi. Les cadets-musiciens de la tournée 2001 ont vécu ces valeurs de l’intérieur : s’activer pendant près de neuf semaines au sein d’un groupe relativement restreint; subir de longues heures de pratique; participer à d’interminables défilés à travers les rues des villes;


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Le cadet Maxime Poirier, du Corps des cadets de la Marine 206 à Joliette, fait un tatouage Cadets Canada à une jeune fille au musée de l’Aviation d’Ottawa. (Photo par le capt Isabelle Bergeron)

jouer sous des conditions climatiques pas toujours clémentes. Ces simples défis, jumelés à la fatigue des cadets, peuvent s’avérer difficiles à relever. Ils ont pourtant tous retroussé leurs manches et parcouru la région afin de faire la promotion du mouvement dont ils font partie. Certains détracteurs ont dit : « Voilà de l’argent qui aurait pu servir aux unités plutôt que de payer un voyage organisé de neuf semaines à un petit groupe. »

Laissez-moi vous dire que cet argent a rapporté des dividendes. Il ne vous est pas attribué comme vous le souhaiteriez, mais il vous revient sous forme de jeunes qui viendront frapper à la porte de votre unité au mois de septembre car ils auront entendu la Musique des cadets de la Région de l’Est, alors que les vôtres étaient occupés à

Le caporal Johanne Fortin et le cadet Alexandre Raymond, de l’Escadron des cadets de l’Air 761 à Kamouraska (Qc), au cours d’une entrevue médiatique dans les studios de TVA à Rivière-du-Loup. Les deux représentaient la Musique des Cadets de la Région de l’Est à l’émission La vie au Bas St-Laurent. (Photo par le capt Isabelle Bergeron)

parfaire leurs connaissances aux centres d’instruction plutôt que de défiler dans le cadre de festivals communautaires. À leur retour à votre unité, vos cadets supérieurs accueilleront les nouveaux arrivants que la musique aura attirés.

avoir un tatouage Cadets Canada sur leur joue, plusieurs se présenteront le temps venu.

La musique comme moyen de communication et de promotion de Cadets Canada, voilà la mission qui incombait aux 35 cadetsVous ne verrez peut-être pas les musiciens, aux 13 cadets-cadres effets de la tournée des cadets et aux 8 membres du personnel cette année, mais au nombre de (officiers CIC, officiers de la jeunes de 5, 6 ou 7 ans que nous régulière ou militaires du rang) avons rencontrés, dont les yeux de la tournée 2001. brillaient au son de la chanson La tournée a donné aux cadets thème des Pokémons, l’occasion de développer leur et qui voulaient talent pour la musique, leur esprit absolument d’équipe ou leur discipline, et par un juste retour des choses, les cadets l’ont bien rendu au mouvement, en faisant sa promotion. b – Le capt Bergeron est officier des affaires publiques de la Musique des cadets de la Région de l’Est Défilé de la Musique des Cadets de la Région de l’Est au parc Safari à Hemmingford (Qc). La Musique des cadets s’est produite en une trentaine d’occasions dans des concerts et défilés dans la Région de l’Est au cours de l’été. (Photo par le cpl Catherine Bilodeau)

27


Cadence • Numéro 3 • Automne • 2001

Quand les

communications déclinent La Ligue des cadets de l’Armée résolue à améliorer son image par Brian Garagan

Un énorme 71,8 % des personnes ayant répondu au sondage sur la perception de la Ligue qui a été mené par la Ligue des cadets de l’Armée ont déclaré que dans leur province, on la perçoit comme étant de satisfaisante à mauvaise. Voilà les mauvaises nouvelles. es bonnes nouvelles, c’est qu’après avoir appris cela et avoir absorbé le choc et l’étonnement initiaux, la Ligue s’est mise au travail pour changer cette impression.

L

À une réunion tenue à Valcartier (Qc) en juin, où l’atmosphère était très tendue, à peu près 35 représentants de la Ligue, venant de partout au Canada, ont cherché à déterminer comment leur organisme peut fournir un meilleur appui aux cadets de l’Armée et son rendement dans d’autres domaines comme les communications Les résultats de ce sondage, qui a été confié au Comité chargé d’améliorer l’image de la Ligue, ont été présentés au bureau des gouverneurs à l’occasion de l’assemblée générale annuelle en avril dernier. On pouvait entendre les cris de douleur, d’anxiété et même d’horreur des membres du bureau des gouverneurs, même si dans bien des catégories du sondage, 39 à 40 % des réponses se situent entre « bon » et « très bon ». Le Comité chargé d’améliorer l’image de la Ligue a distribué un millier d’exemplaires du sondage

d’un bout à l’autre du pays. Il a reçu 303 réponses, dont 61,1 % viennent d’officiers du Cadre des instructeurs de cadets et 12,6 %, de membres de la Ligue. Les répondants, pour la plupart, sont de l’Ontario (42 %) et du Québec (21,3 %) et se répartissent presque également entre les localités urbaines et rurales. Les réponses étaient anonymes. La lecture de certains des commentaires très francs a été une vraie leçon sur la perception par rapport à la réalité. La façon dont la Ligue est perçue par certains de ses membres ne correspond pas nécessairement à la réalité. Dans l’ensemble, les réponses concernant la participation, les relations et l’efficacité ne sont pas favorables à la Ligue. Par exemple, selon 61 % des répondants, le degré de participation de la Ligue varie de « passable » à « mauvais ». La qualité des relations entre le groupe dont ils font partie et la Ligue est notée de « passable » à « mauvaise » dans 56,7 % des cas. En ce qui concerne le degré d’efficacité de la Ligue, 70,1 % des répondants jugent qu’il varie de « passable » à « mauvais ». Aïe! Aïe! Aïe! Sur une note plus positive toutefois, mentionnons que 53,5 % des

28

répondants sont d’avis que le degré d’accessibilité de la Ligue est « assez bon » ou « très bon » et que 56,6 % des participants estiment que les communications avec la Ligue de leur province varient de « bonnes » à « excellentes ». Les répondants indiquent, pour la plupart, qu’ils connaissent la Ligue, tant nationale que provinciale. Environ 85 % d’entre eux ont dit avoir rencontré des membres de la Ligue dans leur province, mais dans 30 % des cas, on indique que le corps dont on fait partie ne reçoit pas la visite des membres de la Ligue. Cela a fait mal. (C’est encore douloureux.) Les conclusions du sondage sont que « la Ligue des cadets de l’Armée doit prendre des mesures proactives pour améliorer son image partout au Canada ». Le rapport final présente 14 recommandations visant à guider la Ligue sur la voie de la revitalisation, du renouveau et de la force. À cette réunion historique de Valcartier, la première du genre, les membres de la Ligue ont examiné tous les aspects de l’organisme, y compris ses côtés forts et ses faiblesses, sa mission, ses documents de base, ses objectifs, sa structure, ses activités, ses

Un nouvel insigne pour la branche aidera à améliorer l’image de la Ligue des cadets de l’armée.

priorités, ses communications et ses partenariats. « Nous pouvons affirmer sans le moindre doute que cette activité spéciale a connu beaucoup de succès », affirme Gilles Dery, président national de la Ligue. « Nous devons mettre en application les recommandations et propositions présentées. » b – M. Garagan, à titre de président du Comité chargé d’améliorer l’image de la Ligue, a été le fer de lance du sondage. NDLR : La Ligue des cadets de l’Armée mérite des félicitations pour avoir eu le courage de partager ces renseignements avec nos lecteurs. Cela témoigne d’une volonté de changement réelle.


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Parlons Web Utiliser Internet en toute sécurité par le lt Adam Chubb

www.cadets.ca Le cadet Pitre, de l’Escadron des cadets de l’air 313, pendant un cours de familiarisation à Internet au centre d’instruction d’été des cadets de l’air, à Greenwood (N.-É.).

Si vous faisiez partie des cadets ou du personnel présents à l’un de nos centres d’instruction cet été, vous avez fort probablement reçu une formation sur la façon d’utiliser un ordinateur, de naviguer sur le Web et d’envoyer convenablement du courrier électronique. ans la société d’aujourd’hui, la majorité d’entre nous savent comment se servir d’un ordinateur. Nous les utilisons pour toutes sortes de choses, par exemple pour entretenir par courriel des relations avec des amis dispersés dans le monde entier ou dactylographier des travaux scolaires. Les ordinateurs occupent désormais beaucoup de place dans notre vie quotidienne. Plus de la moitié de la population mondiale est maintenant branchée à Internet, de sorte qu’il devient de plus en plus important que tous ceux et celles qui utilisent cette technologie le fassent en respectant les règles de la sécurité et de l’étiquette.

D

Le Mouvement des cadets comprend l’importance d’Internet et de l’infotechnologie dans la société et procure à tous les cadets fréquentant les centres d’instruction d’été la chance d’acquérir, en informatique, de nouvelles compétences dont ils peuvent ensuite faire bénéficier leurs unités locales de cadets et qu’ils peuvent appliquer dans leur vie de tous les jours. Tout dépendant de leur âge, les cadets suivent des cours de divers niveaux et apprennent, par exemple, à reconnaître les pièces d’un ordinateur ainsi qu’à détecter et à enlever les virus. Le niveau de l’instruction est fonction de l’âge du cadet et des cours auxquels il est inscrit; de cette façon, chacun fait face à un degré de difficulté proportionnel à ses capacités. Outre qu’ils apprennent à utiliser un ordinateur, les cadets de 13 à 14 ans s’adonnent à un jeu appelé « Disparu! » (Missing) : il s’agit d’une enquête simulée sur un enlèvement relié à Internet. Le jeu fait voir les dangers inhérents aux groupes de discussion en ligne. Il sensibilise aussi les cadets à ce qui

risque d’arriver s’ils n’observent pas la nétiquette et leur apprend à résoudre des problèmes. Le programme de familiarisation à Internet repose sur la nécessité pour nos jeunes de devenir des internautes avertis; il leur apprend à communiquer avec les autres par l’intermédiaire d’Internet et à échanger renseignements et idées d’une façon professionnelle. b – Le lt Chubbs est coordonnateur de la formation Internet à l’Unité régionale de soutien des cadets (Atlantique). Au cours de l’été, il a supervisé le programme de formation sur Internet et les ordinateurs aux centres d’instruction de sa région.

Tout dépendant de leur âge, les cadets suivent des cours de divers niveaux et apprennent, par exemple, à reconnaître les pièces d’un ordinateur ainsi qu’à détecter et à enlever les virus.

Le cadet Rideout, de l’Escadron des cadets de l’air 537, apprend les dangers du clavardage pendant un cours de familiarisation à Internet cet d’été.

29


Cadence • Numéro 3 • Automne • 2001

Élargir la gamme des possibilités d’emploi des officiers : un des aspects du travail du nouveau Conseil consultatif de la Branche par le maj Harold Mendes uand les deux officiers les plus hauts gradés du Mouvement des cadets donnent des conseils, le Conseil consultatif de la Branche du CIC (CCB CIC) écoute!

Q

Le cam Raymond Zuliani, Chef – Réserves et cadets, et le bgén Paul Hussey, Directeur général – Réserves et cadets, ont ouvert la réunion de juillet du CCB en fournissant les conseils suivants : • envisager d’élargir la gamme des possibilités d’emploi des officiers compétents du CIC, afin de combler les nombreux postes vacants avec les meilleurs candidats possible; • exposer clairement le mandat et faire connaître à tous la raison d’être du CCB. Si l’on s’en tient à l’intensité de la réunion de deux jours, le CCB compte bien donner suite à ces conseils et faire bien plus encore. À titre de conseiller en ressources humaines de la Direction des réserves, je chercherai des façons d’élargir les horizons des officiers du CIC en les plaçant dans des postes qui leur seront profitables et où ils aideront l’organisation à progresser. Le mandat du Conseil est déjà clairement énoncé dans un document cadre qui sera bientôt achevé. Il s’agira ensuite de le faire connaître – ainsi que tout ce que le Conseil fait – au reste du « monde ». La réunion de juillet a certainement contribué grandement à améliorer les communications dans tous les sens.

30

Comme le Projet d’emploi de la Réserve a des conséquences profondes pour tous les réservistes, le co-conseiller de la Branche, le capv Jennifer Bennett, Directrice – Réserves, a mis le Conseil à jour sur les progrès accomplis jusqu’ici. « Quarante-trois politiques font l’objet d’un examen dans le cadre du Projet d’emploi; certaines intéressent uniquement le CIC, et d’autres toutes les réserves. Elles doivent toutes être examinées, modifiées ou rédigées et approuvées en vue d’être mises en œuvre d’ici juillet 2002 », affirme le capv Bennett. Le nouveau cadre d’emploi de la Réserve entraînera divers changements, notamment de nouvelles classes de service, des périodes d’emploi de 330 jours pour tous les réservistes pensionnés, et une hausse du nombre de jours d’emploi payés dans une unité du CIC. Dès le 1er avril 2002, les classes de service actuelles (A, B et C) cesseront d’exister et seront remplacées par deux grands groupes : les personnes dont les conditions de service attesteront une obligation limitée de servir (conditions de service typiques de la Réserve), et celles dont les conditions de service incluront une obligation illimitée de servir (conditions s’assimilant davantage au service dans la Force régulière). Cela signifie que les réservistes serviront soit à plein temps, soit à temps partiel, aux conditions typiques de la Réserve et qu’ils

seront rémunérés au taux actuel de 85 p. 100. Toutefois, des circonstances pourront se présenter où il faudra modifier les conditions de service d’un réserviste (avec son consentement), qui aura dès lors l’obligation illimitée de servir (pour une période définie et/ou dans un endroit particulier). Ce serait le cas dans le contexte des « opérations » – mot que les services doivent définir, et le taux de rémunération serait alors de 100 p. 100. En vertu du système actuel des classes de service, certains réservistes ont droit à 15 p. 100 de plus sans que leurs conditions de service soient modifiées. La classe C (taux de 100 p. 100) n’a pas été accessible également à tous les réservistes et cessera d’exister à la fin des contrats en cours. Le capv Bennett, ellemême en service de classe C, comprend que l’élimination de cette dernière est délicate. Cependant, elle estime que cela est indiqué et que la décision de le faire mettra tous les réservistes sur un pied d’égalité. Pour elle, les membres du CCB sont ses « émissaires dans les régions »; elle leur demande d’y faire comprendre que les décisions prises dans ce dossier l’ont été après de longs travaux et une réflexion approfondie. Une mise à jour a aussi été faite sur l’Analyse des groupements professionnels du CIC, qui a été achevée et qui s’intègre au projet de gestion du changement de la Structure des groupements

Dès le 1er avril 2002, les classes de service actuelles (A, B et C) cesseront d’exister et seront remplacées par deux grands groupes.

professionnels militaires (GPM). L’Analyse précise les compétences et les connaissances nécessaires pour remplir chacun des postes confiés aux officiers du CIC et les tâches qui incombent à chacun. Le modèle recommandé comprend un GPM pour le CIC et trois sousGPM, soit un pour chaque Élément. Tous les postes, actuels et prévus, y sont désignés; les centres d’instruction d’été des cadets, les quartiers généraux, y constituent des spécialités. Le Groupe consultatif supérieur, à Ottawa, a approuvé la structure


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada recommandée et fourni des fonds pour que les travaux passent à la prochaine étape qui consiste à élaborer le processus d’application de la description du GPM. (Voir les détails, à la page 36.) La Branche cherche actuellement et nommera un participant compétent disposé à coprésider l’équipe qui mettra le processus sur pied. Ainsi, la Branche aura son mot à dire avant que le processus soit approuvé. La structure définira des compétences de base minimales afin d’uniformiser les chances pour tous et toutes; elle ajoutera des normes de recrutement, de sélection, d’emploi, de rémunération, de formation et de promotion des membres du CIC. Sur un autre plan important, au cours de la réunion, le lcol Alan Memess a été élu co-conseiller national de la Branche. (Il avait rempli ce rôle à titre intérimaire.) Il a pour rôle de fournir des conseils et de faire valoir, au nom des membres, les préoccupations professionnelles ayant des conséquences pour la Branche. Le lcol Memess a aussitôt assumé son rôle en offrant de promouvoir une proposition portant sur l’adoption d’un seul insigne (inspiré du modèle standard des FC) pour tous les officiers du CIC. Parmi les autres points importants abordés à la réunion figuraient les suivants : • Dans le cadre de l’étude menée par le Chef – Service d’examen, demander que le CIC profite lui aussi du programme qui vise à encourager les employeurs à appuyer la Réserve et qui relève du Conseil de liaison des FC (CLFC). Le CLFC fournit une aide et des ressources aux réservistes pour qu’ils puissent laisser leur emploi civil en vue de recevoir une instruction militaire et d’être déployés sans subir une perte de salaire ou de jours de vacances. Les conseillers régionaux aident

le CLFC à savoir combien d’officiers – employés ou fréquentant un établissement postsecondaire – ont du mal à obtenir la permission de s’absenter de leur travail ou de l’école pour recevoir une instruction en soirée, au cours des fins de semaine ou l’été. Le maj Roman Ciecwierz, conseiller de la Région du Centre qui travaille à ce projet, estime que même de petites choses (p. ex., être mentionné dans les documents de marketing du CLFC) aideraient à susciter l’appui des employeurs. Le rapport et ses conclusions devraient être disponible d’ici la fin de l’année. • Présentation du document cadre du CCB CIC. Le document décrit, entre autres, comment le Conseil remplit un rôle consultatif, en précisant que ce n’est pas une commission de règlement des griefs. Les membres du CCB se font aussi les champions de leurs groupes respectifs dans les macro-dossiers. Il leur incombe de communiquer les dossiers à la haute direction et de lui faire connaître les solutions éventuelles au moyen de notes d’information. Il leur appartient aussi de faire circuler les réponses reçues jusqu’au dernier échelon de la chaîne de commandement. Ces modalités de communication seront exposées clairement aux officiers pour qu’ils sachent pourquoi ils doivent se tenir en rapport avec les conseillers régionaux. Le maj John Torneby, conseiller de la Région des Prairies, fera circuler le document cadre auprès des membres de la Branche pour qu’ils le commentent, avant les stades de l’approbation finale et de la distribution.

Les postes pour officiers aux centres d’instruction d’été des cadets s’intègrent à la structure des groupes professionnels militaires en tant que « spécialités ». Le lt Suzanne Jarvie, qui attribue ici une tâche au cadet-cadre Ben Stewart, était le commandant d’escadrille pour l’introduction au cours d’instruction au Centre d’instruction d’été des cadets de l’Air à Albert Head. (Photo par le lt Marion Grant)

l’élaboration de la politique de rédaction pour la faire approuver par le Conseil. Pour en savoir plus, voir le mot de la rédaction, à la page 4. Y figurent aussi les noms des conseillers régionaux. • Souligner la remarquable contribution du secrétaire intérimaire, le capc Peter Kay, et le travail du capt Marc Boudreau, conseiller intérimaire de la Région de l’Atlantique. Le Conseil a encouragé les deux hommes à continuer le rôle qu’ils assument dans les divers secteurs de la Branche. Dans l’ensemble, la réunion a été très productive. Le Conseil a réglé plusieurs questions en suspens et progressé à d’autres égards, tandis que ses membres ont assumé de nouvelles responsabilités avec enthousiasme. L’année qui vient sera riche en nouvelles, à mesure que nous nous rapprocherons de la prochaine réunion du Conseil. b

Le nouveau cadre d’emploi de la Réserve entraînera une hausse du nombre de jours d’emploi payés dans une unité du CIC.

• Accepter de servir le comité de rédaction de Cadence. Le capv Bennett coordonnera

31


Cadence • Numéro 3 • Automne • 2001

Forum Nouvelles idées, meilleures pratiques et leçons retenues

Sourires garantis! par l’ens 1 Tom Turner ’exerce les fonctions d’officier des affaires publiques du NCSM Ontario, à Kingston (Ont.), depuis deux ans, et, à ce titre, je peux revendiquer la réussite d’une entreprise particulière. J’ai commencé à envoyer par courriel aux amis et aux familles des cadets qui sont au camp des photos numériques des activités qui s’y déroulent.

J

Cela a commencé par hasard. Un jour j’aperçois un cadet de 12 ans en formation de base, pleurant à la porte de mon bureau. Elle s’ennuyait de sa famille et attendait qu’un officier ait fini de parler à sa mère, me dit-elle, pour pouvoir retourner à la maison. Pendant qu’elle m’expliquait en pleurs son problème, la curiosité a pris le dessus et elle m’a demandé ce qu’était l’équipement photographique qui se trouvait dans mon bureau. J’ai fait une démonstration rapide et, moins d’une minute plus tard, nous regardions la photo de la cadette souriante à l’écran de mon ordinateur, et moins d’un instant après lui avoir demandé si sa famille avait une adresse électronique, la photo prenait le chemin de la maison. Une lueur de compréhension traversa le regard de la jeune fille et elle a franchi le corridor en courant pour aller dire à son officier d’informer sa mère de raccrocher pour vérifier son courrier électronique et qu’elle ne voulait plus retourner à la maison. L’incident m’a amené à penser qu’il serait peut-être bon de recueillir les courriels des cadets et des membres du personnel. Si ce travail a pris du temps et si des dizaines d’adresses étaient erronées, le projet a plus que valu la peine. À tous les deux ou trois jours, nous envoyions des messages du NCSM Ontario accompagnés de deux photos montrant ce qui s’était passé au cours des jours précédents. J’ai été surpris de recevoir à chaque fois des remerciements par retour du courrier.

Une des « cartes de vœux » envoyées par le NCSM Ontario l’été dernier. (Photo par le slt Tom Turner)

32

Nous avons poursuivi cette pratique au NCSM Ontario cette année et cela a encore eu beaucoup de succès. Peut-être voudrez-vous adopter cette idée et l’intégrer aux activités de votre centre d’instruction ou de votre quartier général local. Les sourires sont garantis. b


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Un calendrier pour cadets es cadets et le personnel du Centre d’instruction d’été des cadets de l’armée à Valcartier (Qc) ont rapporté leurs propres souvenirs de l’été à la maison – des calendriers gratuits.

L

Le capt Nathalie Lauzon, officier des affaires publiques, et le personnel de sa section se sont lancés comme « défi de l’été 2001 » de créer un calendrier supérieur à tous les précédents. Heureusement, le centre d’instruction de Valcartier est vaste. « Nous avons les gens et le laboratoire de photomécanique, quatre membres dans la section des affaires publiques, indique le capt Lauzon. Nous savons que nous sommes fortunés. »

Le défi du personnel des affaires publiques a été d’obtenir assez de bonnes photos pour réaliser le calendrier. « Notre objectif était d’avoir assez de photos pour que chaque cadet puisse dire : ‘C’est moi, j’étais là, ou c’est mon ami!’ » Mais le plus grand défi était le facteur temps. « Nous avons eu environ quatre semaines pour tout réaliser, indique le capt Lauzon. Nous avons dû trouver des commanditaires pour chaque page, prendre les photos, faire la mise en page électronique du calendrier, faire les corrections, obtenir l’approbation des commandants, faire faire l’impression, recevoir les calendriers et les distribuer avant que les cadets ne quittent. »

Et encore, la section des affaires publiques a eu beaucoup d’aide. Le capt Lauzon a créé un « comité de cadets » à qui elle a demandé d’être ses yeux et ses oreilles partout dans le centre d’instruction. En se conformant au thème de l’été 2001 du centre d’instruction, le « défi », le capt Lauzon aux cadets du comité – chacun représentant un différent groupe ou cours – d’ouvrir leurs antennes pour relever les « défis » du calendrier. Les cadets ont rapporté des poèmes, des dessins, des logos, des photos – tout ce qu’ils croyaient être approprié.

Avant que le centre d’instruction ne ferme ses portes, 2800 calendriers ont été distribués. Et si vous regardez à la fin du calendrier, vous verrez une photo du comité 2001 du calendrier des cadets. b

Le capt Lauzon présente le calendrier souvenir du Centre d’instruction d’été à Valcartier.

Être cadet d’un jour par le ltv Julie Hillsden u début de l’été, j’ai lancé un défi aux représentants des médias locaux les invitant à venir visiter notre centre d’instruction d’été et à y passer une journée en tant que cadet. Cette année, trois journalistes ont accepté notre invitation. Un reporter du Lookout, le journal de la base, qui a passé une journée avec nous ne voulait plus partir. Un journaliste du journal local, la Goldstream Gazette, n’a pu venir pour une journée complète au camp, mais il y a fait deux de quatre visites prévues afin de pouvoir participer au plus grand nombre d’activités possible. De plus, un représentant de la station de télévision locale est venu pour la journée.

A

La couverture médiatique consécutive a été formidable et cela a permis aux journalistes d’apprendre à connaître un centre d’instruction d’été et le Mouvement des cadets. Voici une autre idée qui pourrait vous tenter. À nos centres d’instruction d’été, nous tenons après chaque cérémonie de fin de cours une réception pour les diplômés et leurs invités. Nous profitons de l’occasion pour projeter sur le mur de la salle d’exercices un diaporama en Power Point de 30 à 40 photos de la promotion sortante. Cette activité très populaire auprès des cadets présente un autre avantage : elle a fait monter en flèche les commandes de CD d’images que nous produisons à la fin de l’année. Les cadets qui veulent obtenir le disque compact en souvenir de leur été le commandent et nous le leur envoyons par la poste après leur retour à la maison. À sept dollars, le disque compact – qui contient plus de 100 photos – est une bonne affaire. b – Le ltv Hillsden est l’officier des affaires publiques du Centre d’instruction d’été Albert Head des cadets de l’Air, situé à Victoria (C.-B.)

Le cadet d’un jour Carmel Ecker de The Lookout obtient ses instruction de tir du C/sgt s Jarin Lundin au Centre d’instruction d’été des cadets de l’Air à Albert Head. Les résultats de cette communication proactive sont une photo à la une, un éditorial et une double page dans le journal.

33


Cadence • Numéro 3 • Automne • 2001

Renaissance

d’un sceptique

Simplifier au maximum l’administration des unités par le capt Myles Penny

On dit que rendu à un certain âge, on n’apprend plus de nouveaux trucs. Ce n’est pas toujours le cas. Pendant des années, j’ai douté du succès du programme de changement et de renouveau Choix d’avenir et je ne l’ai caché à personne. On ne doit toutefois pas faire de commentaires sur ce qui est peut-être « brisé » à moins d’être prêt à participer aux réparations. J’ai donc pris mon scepticisme et mon expérience, et j’ai rejoint l’Équipe d’intervention – Administration pour essayer de faire une différence. u lieu de faire un long discours sur les raisons pour lesquelles l’Équipe d’intervention dont je faisais partie n’a pu achever son travail – malgré son ardeur à la tâche – je dirai tout simplement que nous avons fait notre possible. Notre équipe a fini par « disparaître » en quelque sorte, remplacée par l’Équipe spéciale – Administration. Les membres de l’équipe sont toutefois restés en communication, ont échangé des points de vue et ont aidé l’Équipe spéciale le plus possible à s’acquitter de sa lourde tâche.

Nous devons toutefois éliminer quelques obstacles pour profiter pleinement de cette réduction de la charge de travail.

L’Équipe spéciale – Administration se compose de membres à temps plein de toutes les régions du Canada. Elle s’est réunie à quelques reprises et en divers endroits et a mis professionnellement en morceaux chaque aspect de l’administration des cadets. Elle a réévalué, rejeté, modifié, corrigé, abrégé, redéfini et réécrit à peu près toutes les tâches administratives de chaque niveau. On a invité divers membres de l’Équipe d’intervention – Administration à venir partager leur expérience et leur savoir-faire à ces réunions.

Le CadetNet sera réellement notre sauveur pour ce qui est de réduire la charge de travail. Il diminuera la nécessité de conserver des formulaires vierges et facilitera l’enrôlement des officiers, la formation, l’approvisionnement et la tenue des registres de présence, et ainsi de suite. Bref, il rendra l’administration de l’unité vraiment simple.

A

J’ai assisté à une réunion. J’étais très sceptique à l’égard de l’ensemble du programme et je n’y suis pas allé avec le dos de la cuiller. Je pensais qu’il s’agissait d’une autre « mise en scène » qui n’irait nulle part. Je vous assure qu’on m’a ouvert les yeux. Que puis-je dire? Le programme fonctionne. L’Équipe spéciale accomplit un travail magnifique. Pendant que j’étais assis à la table, les tâches administratives s’allégeaient, se transformaient et se réécrivaient sous mes yeux. Les membres de l’Équipe spéciale tiennent à réduire la charge de travail à l’échelon de l’unité. Ils veulent que les unités régionales de soutien des cadets (URSC) assument un plus grand nombre de tâches n’exigeant pas de renseignements de l’unité. Je n’en croyais pas mes oreilles!

34

• Les URSC doivent appuyer le programme et s’assurer qu’il fonctionne bien au lieu de chercher des raisons pour lesquelles il ne marchera pas; • Toutes les unités doivent se joindre à CadetNet et le faire fonctionner le plus vite possible.

Le CadetNet constituera sûrement notre planche de salut, car il réduira notre charge de travail.

Je peux maintenant dire que l’Équipe spéciale – Administration travaille et qu’elle travaille dur. Pour ma part, je ne suis plus sceptique. Le programme ne fonctionnera toutefois que si tous lui accordent leur appui, y contribuent et y collaborent en proposant des idées réalistes et en adoptant une attitude positive. b – Le capt Penny exerce les fonctions d’officier d’administration auprès du Corps 2294 des cadets de l’Armée à Thunder Bay Ont.). Il a quitté le monde de l’enseignement et est travailleur autonome.


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Sommes-nous

satisfaits de notre programme d’instruction? Le Sondage de satisfaction envers le Programme des cadets y répondra par le capt Patrick Arsenault ous saurons bientôt dans quelle mesure les cadets et le personnel sont satisfaits des programmes d’instruction du Mouvement des cadets. Les résultats du Sondage de satisfaction envers le Programme des cadets (SSPC) paraîtront cet automne.

peu pratique de consulter les membres du Mouvement des cadets. Il semblait impossible de joindre de si nombreux cadets et officiers. Toutefois, grâce aux technologies de l’information, il est devenu plus simple et plus rapide de communiquer avec les divers éléments du Mouvement.

Le rapport définitif (fondé sur près de 2800 réponses) sera remis aux commandants des unités régionales de soutien des cadets en octobre.

Pourquoi exécuter des sondages?

N

Le questionnaire, diffusé sur le CadetNet, quelques jours avant Noël 2000, abordait les thèmes de l’instruction locale, des programmes nationaux et des camps d’été de chaque élément. Les deux principales questions étaient les suivantes : « Êtes-vous satisfait? » et « Trouvez-vous cela important? » Les constatations nous aideront à savoir s’il faut modifier certains cours ou les conserver tels quels. Les points de vue des cadets importent au plus haut point, car les cadets sont nos « clients ». Il n’y a pas très longtemps, on estimait qu’il était stupide et

Quand le questionnaire du SSPC a été diffusé pour la première fois, vous vous êtes peut-être exclamé : « Ah non! Pas un autre sondage! » Or, il est capital de comprendre l’importance des sondages. Le Mouvement a subi de multiples changements en peu de temps. Le Programme des cadets doit maintenant exercer un contrôle plus rigoureux sur ses quatre activités principales : l’instruction locale, les camps d’été, l’instruction des officiers du Cadre des instructeurs de cadets, et les organisations (quartiers généraux). En outre, de nouveaux programmes ont vu le jour, par exemple, la formation par l’aventure, le programme de

prévention du harcèlement et des mauvais traitements, le camp spatial. Nous devons savoir si le Programme fonctionne, s’il atteint ses objectifs et s’il satisfait aux attentes de la clientèle visée.

le Programme des cadets, et d’autres, sur des aspects plus particuliers de ce dernier.

Nous avons reçu un certain nombre de commentaires précisant que la version électroniPourquoi le questionnaire s’adresse que ne fonctionne pas toujours -t-il aux officiers, aux ligues, aux bien et qu’il serait plus pratique comités et aux parents? Imaginez d’utiliser un questionnaire imprimé. un cours qui intéressent beaucoup Nous cherchons toujours d’autres les cadets, mais que les officiers moyens d’exécuter les sondages trouvent difficile à donner, ou qui (sur Internet, visites sur place est très coûteux. En sachant ce que dans les unités ou dans les cenles cadets et les officiers pensent tres d’instruction d’été, etc.). du cours en question, nous sommes Cette fois-ci, environ la moitié mieux à même de trouver des solu- des questionnaires nous ont tions aux problèmes. Nous réussi- été remis sur papier. rons peut-être à changer la façon Nous remercions sincèrement dont le cours est géré, sans en tous ceux et celles qui ont modifier le contenu. Ou nous pourrempli le questionnaire. b rons peut-être en réduire les frais de fonctionnement pour qu’un – Le capt Arsenault est officier plus grand nombre de cadets d’état-major (Évaluation de puissent le suivre. la qualité) à la Direction des cadets. Le SSPC est le premier d’une série de sondages que la Direction des Photo de canotage par Melissa Woodcock, CIECA Argonaut. Autres cadets exécutera. Celle-ci vise à en réaliser un par année. Certains photos par le cap Kel Smith, CIECA Rocky Mountain. sondages porteront sur tout

35


Cadence • Numéro 3 • Automne • 2001

Apprendre à faire preuve de bon sens Critique de livre par le capt Richard Novak

Collins, lgén Arthur S. fils, U.S. Army, Common Sense Training: A Working Philosophy for Leaders, ISBN 0-89141-676-5, 211 p. Prix : 24 $. Offert aux succursales de la librairie Chapters. e livre intitulé Common Sense Training: A Working Philosophy for Leaders est destiné aux officiers de l’armée américaine, mais il s’applique aussi à ceux du Cadre des instructeurs de cadets, tant du quartier général local que des centres d’instruction d’été, parce qu’il porte sur l’instruction et qu’il en fait l’analyse.

L

De nombreux chapitres intéresseront tous les officiers : la philosophie de l’instruction, les excuses que l’on entend souvent pour expliquer une instruction insuffisante, la gestion de l’instruction, la formation autodidacte et la chaîne de commandement, la formation donnée par les unités, les conseils sur l’instruction, les compétitions, les contrôles et les inspections et l’entraînement physique. Le style du lgén Collins est clair et concis. J’ai bien aimé son livre. Par contre, un autre officier l’a trouvé ennuyeux. Il y est essentiellement question de bon sens. Par exemple l’auteur dit que le meilleur moyen pour une armée d’obtenir la confiance de la population, sans parler de celle des militaires, est de faire de son mieux tous les jours. Ne pouvez-vous pas trouver de nombreux exemples de cas où la planification de la soirée hebdomadaire d’instruction est mise de côté au profit d’un exercice d’entraînement en campagne regroupant plusieurs corps? Si chacun faisait de son mieux à chaque séance d’instruction, nos cadets ne seraient-ils pas plus enthousiastes et plus compétents? Le lgén Collins souligne aussi l’importance d’adhérer à un programme de formation une fois qu’il a été publié. Combien de fois avez-vous modifié l’instruction à la dernière minute pour vous occuper de la dernière « crise », telle que la visite d’un officier

36

des cadets du secteur? Était-ce là faire un usage efficace du temps de vos disciples. Selon le lgén Collins, ce n’est généralement pas le cas et le problème pourrait être corrigé au cours du cycle d’instruction suivant.

L’auteur explique de façon détaillée comment apprendre à voir. Le conseil que je préfère dans cette section (surveiller et inspecter) est celui de faire l’inspection matinale du casernement, des salles de toilette et ainsi de suite. J’ai suivi ce conseil ... et ce que j’ai vu m’a beaucoup surpris.

L’auteur explique de façon détaillée comment apprendre à voir (surveiller et inspecter). Le conseil que je préfère dans cette section est celui de faire l’inspection matinale du casernement, des salles de toilette et ainsi de suite. J’ai suivi ce conseil l’été dernier à un centre d’instruction d’été des cadets et ce que j’ai vu m’a beaucoup surpris. Il n’est pas facile de se lever à 5 h pour se rendre au casernement, mais faites-le. Et n’oubliez pas votre carnet de commandant de peloton, car vous aurez bien des choses à noter. Un autre conseil porte sur les corrections devant les officiers supérieurs ou les visiteurs. Combien souvent passe-t-on des fautes sous silence parce qu’un visiteur est présent? Le lgén Collins a consulté le commandant d’un corps d’armée allemand à ce sujet et celui-ci a répondu franchement que lorsqu’il visitait une unité et constatait que certaines fautes n’étaient pas corrigées, la seule conclusion à laquelle il pouvait arriver, c’était que le commandant était incapable de reconnaître les défaillances et qu’il était donc inapte au commandement. Ce sont seulement quelques exemples des conseils judicieux du lgén Collins. Dans l’ensemble, c’est un ouvrage intéressant, rempli de renseignements utiles sur la façon de diriger et de former ses disciples, qui s’appliquent, pour la plupart, à quiconque s’occupe de cadets. Tous les officiers auraient avantage à lire ce livre et à suivre les conseils sages et pleins de bon sens du lgén Collins. b


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Orientation de l’instruction Dans l’avenir, l’instruction des officiers sera davantage axée sur la nature des postes et sur les jeunes. par le capt Michael Blackwell

À l’avenir, l’instruction des officiers insistera davantage sur les relations et les communications avec les jeunes. (Photo par le capt Philippe Gélinas, photographe au Centre d’instruction d’été des cadets de l’Armée à Valcartier)

Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait?

Ce que cela signifie pour vous en tant qu’officier du CIC?

ous avons déjà publié trois articles sur le projet de gestion de l’affiliation du CIC avec la structure de groupes professionnels militaires (GPM). Il y a aussi des renseignements dans le site Web du CIC. Vous vous posez peut-être encore des questions à ce sujet. Je ferai donc le point sur la situation et sur ce que cela pourrait signifier pour les officiers des unités locales de cadets.

Comment cela influe-t-il sur les officiers qui participent aux soirées hebdomadaires de formation et d’administration et aux activités régulières de fin de semaine?

N

Vous rappelez-vous le long sondage de l’automne dernier? Les renseignements que nous avons recueillis et analysés ont servi à élaborer une description de groupes professionnels militaires (DGPM). Cette DGPM orientera l’instruction, car elle décrit les compétences et connaissances dont les officiers ont besoin pour accomplir leur travail. La prochaine étape du projet consiste à établir un plan de mise en oeuvre de la DGPM – en d’autres termes, à dresser un plan en vue de la mise en application des résultats de l’analyse des professions. Le comité chargé de la norme et du programme de qualification tiendra une réunion où les officiers « de la base » du CIC ajouteront une perspective « réelle » à la description provisoire. Ce conseil rédigera les objectifs de rendement pour déterminer quand et comment les compétences et connaissances seront enseignées. Des conseils d’instruction se réuniront ensuite pour rédiger les descriptions de leçons et les caractéristiques des épreuves. Pendant cette étape, une estimation du coût global de la mise en oeuvre de ces changements sera faite et une stratégie sera élaborée en vue de l’atteinte des nouveaux objectifs. Le plan de mise en oeuvre complet englobera tous les éléments ayant une incidence sur l’emploi et l’instruction des officiers du CIC. Une fois que le nouveau programme sera bien rodé, le projet sera validé dans sa totalité. Étant donné qu’il s’agit de changements énormes et complexes, ce processus prendra quelques années.

Les conséquences seront nombreuses et la plus importante porte sur l’instruction du CIC. L’instruction sera davantage axée sur l’emploi et il y aura moins de chevauchement. Par exemple, on enseigne actuellement les méthodes d’exécution des tâches pendant le cours de qualification élémentaire d’officier, le cours de chef subalterne/cours de GPM et le cours de qualification de lieutenant. Les sujets tels que les méthodes d’exécution des tâches ne seront enseignés qu’une seule fois, ce qui permettra d’éviter le chevauchement et laissera du temps pour d’autres cours importants. Peut-être aussi pourrions-nous abréger certains cours, ce qui nous permettrait d’être moins souvent loin de nos foyers, de nos familles et de nos postes. L’instruction comprendra aussi des cours plus appropriés sur les relations et les communications avec les jeunes. Les résultats de l’analyse des professions nous aideront aussi à simplifier nos politiques en matière de ressources humaines, telles que celles qui concernent les méthodes de recrutement, l’utilisation du personnel et les promotions. Certaines des pratiques actuelles sont perçues comme étant trop faciles. Nous devons toutefois, en tant qu’équipe de bénévoles, veiller à ce que nos méthodes et nos politiques continuent d’amener les gens à adhérer au mouvement. J’invite tous les sceptiques à garder un esprit ouvert et objectif pendant ce périple que nous ferons ensemble. Le changement n’est jamais facile, mais notre but, qui est de réaliser les objectifs et la vision du Mouvement des cadets, restera toujours le même. Ce projet nous aidera à y parvenir. Si nous restons centrés sur la conservation d’une équipe de cadres bien formés et gérés de façon professionnelle, nous réussirons à former des adolescents heureux et responsables. b – Le capt Blackwell est un officier du CIC qui fait partie de l’Équipe du projet de gestion de l’affiliation du CIC avec la structure de GPM

37


Cadence • Numéro 3 • Automne • 2001

Devenir de meilleurs

officiers Élargir le cadre du télé-apprentissage Le programme d’études militaires offrira deux cours de formation professionnelle et quatre cours de niveau universitaire aux officiers en janvier. par le ltv Paul Fraser n septembre 2000, le directeur des cadets a établi un bureau pour assurer la coordination de la participation volontaire des officiers du CIC au programme d’études militaires des FC, antérieurement le programme de perfectionnement professionnel des officiers. L’intention était de permettre aux officiers du CIC – où qu’ils se trouvent sur le plan géographique et quelle que soit leur proximité d’une unité ou d’une base des FC – de suivre les cours de formation autodidactique s’ils le souhaitent. Le programme est conçu pour approfondir et élargir les connaissances des officiers et favoriser la compréhension des compétences et connaissances communes et professionnelles dans l’exercice de leurs fonctions de commandement.

professionnelle du modèle de leadership amélioré à l’intention des officiers de la Force régulière. Le programme comprendra deux cours de formation professionnelle (P) et quatre cours de niveau universitaire (U). Il s’agira de nouveaux – à compter de janvier 2002 – cours de télé-apprentissage autodidactiques sur support papier et à rythme libre offrant des épreuves de confirmation dans les deux langues officielles. Les officiers du CIC auront la possibilité d’acquérir, grâce à leurs propres efforts, les mêmes connaissances de base que les officiers subalternes des FC. Ces trousses autodidactiques ne comprendront pas de cours structurés. Chacune contiendra la documentation nécessaire pour se présenter aux examens.

Modifications apportées au programme

Nouveaux cours :

E

Depuis la publication du numéro du printemps de Cadence, le programme d’études militaires a été modifié de façon à refléter les changements apportés à la composante de la formation militaire

• Initiation au droit militaire (P) • Initiation à la gestion de la défense (P) • Les Forces canadiennes et la société moderne : instruction civique et politique (U)

• L’être humain, la machine et la guerre : l’incidence de la science militaire (U) • La guerre et l’histoire militaire (U) • Le leadership et l’éthique (U) Les renseignements détaillés seront publiés dans le site Web national du CIC dès qu’ils seront disponibles, ainsi que dans le prochain numéro de Cadence.

Cours provisoire Un cours sera offert à titre provisoire à compter de septembre 2001 Compte tenu de ces modifications apportées au programme, un seul cours – Organisation et effectif de la Défense – sera offert aux officiers du CIC à titre provisoire à compter de septembre. L’examen est prévu pour la semaine du 9 au 15 décembre 2001. On trouvera le formulaire d’inscription dans le site Web du CIC ou dans la trousse d’information sur le perfectionnement professionnel des officiers livré à tous les corps et escadrons en septembre. Ce cours ne

comptera pas en tant que cours de niveau universitaire; il s’agit plutôt d’un cours de formation professionnelle à l’intention des officiers du CIC. Ce cours vise à faire mieux connaître et comprendre les rôles, les fonctions, l’organisation, les ressources, les opérations et les capacités des FC. Il permettra aussi de mieux connaître le patrimoine militaire de la Marine royale du Canada, de l’Armée canadienne, de l’Aviation royale du Canada et des Forces canadiennes. Pour obtenir plus de renseignements sur le programme d’études militaires des FC, visitez le site Web du CIC à l’adresse www.vcds.dnd.ca/cic/pd-dp ou téléphonez au bureau de coordination au 866-829-5237 entre 9 h et 17 h (heure normale de l’Est). b

Pour obtenir plus de renseignements sur le programme d’études militaires des Forces canadiennes, visitez le site Web du CIC à l’adresse www.vcds.dnd.ca/cic/pd-dp

38

ou téléphonez au bureau de coordination au 866-829-5237.


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Point de vue S’enrichir par l’étude Les cours de perfectionnement exigent temps et effort, mais ils en valent la peine par le slt Tom Turner

Le programme d’études militaires des Forces canadiennes offre la possibilité de mériter des crédits universitaires gratuitement. Le mot clé est ici m é r i t e r. Pas de cours facile dans ce programme : il faut donc être prêt à se consacrer à l’étude! ’ai découvert le programme il y a deux ans, quand il s’appelait encore Programme de perfectionnement professionnel des officiers (PPPO). Je vivais dans une petite localité dépourvue de toute forme d’éducation permanente; le PPPO m’a donc paru tout indiqué pour me stimuler le cerveau dans mon isolement. Après avoir passé des mois à m’adresser à des personnes qui ne savaient pas comment m’aider à m’inscrire au programme, j’ai trouvé quelqu’un qui m’a donné les bons conseils, et j’ai reçu les manuels quelques semaines plus tard.

J

J’ai d’abord reçu deux livres à reliure Cerlox, épais de deux pouces chacun. Tout dépendant des pages, la matière était intéressante, ennuyeuse, simpliste ou complexe. Il fallait assimiler les 500 pages en 90 jours, et l’on recommandait d’y consacrer au moins 75 heures. Rendu au 60e jour, j’ai compris qu’il me faudrait sans doute plus que 75 heures. Après trois mois d’étude, je me suis présenté à la BFC North Bay pour y subir l’examen. La salle de classe était bondée, l’examen durait trois heures, les questions à choix multiples étaient difficiles et remplies de pièges. Il m’a fallu attendre huit semaines avant de connaître les résultats et de savoir que j’avais réussi. Le deuxième envoi pesait sensiblement plus que le premier, et l’on recommandait d’y consacrer plus d’heures d’étude aussi. Fort de l’expérience acquise au premier coup, j’ai pris ce conseil au sérieux. J’ai donc étudié pendant une heure le matin, avant d’aller au travail, et une heure le soir, avant de me coucher. À ceux qui souffrent d’insomnie, je recommande fortement la lecture du volume sur le Service du recrutement, de l’éducation et de l’instruction des Forces canadiennes! Quatre-vingt-dix jours plus tard, je suis allé subir un autre examen à North Bay. Cette fois, nous n’étions que trois. Les réponses aux questions à choix multiples semblaient toutes quasi identiques. La personne qui a élaboré cet examen n’avait certes pas le sens de l’humour, et j’ai dû prendre presque tout le temps alloué pour terminer l’examen. À mon grand soulagement, j’ai appris, par téléphone, huit semaines plus tard, que j’avais réussi. Le troisième cours portait sur le droit militaire. La caisse de livres était tellement lourde que la postière m’a jeté un regard réprobateur! Les manuels et les autres documents couvraient les Ordonnances et

Le slt Tom Turner se met à l’étude.

règlements royaux, les Conventions de Genève, la Loi sur les secrets officiels, les congés de maternité, les pensions, les prestations de voyage et la Loi sur la Défense nationale. Il fallait parcourir tout cela en 90 jours. Le jour de l’examen, j’étais le seul à le subir et je me suis mis à me demander, comme tout le monde d’ailleurs, pourquoi je m’imposais cette torture. À la prochaine étape, on a monté la barre : on exigeait plus de 100 heures d’étude, et 20 p. 100 de la note finale était réservée aux dissertations à remettre avant l’examen. Sûr de moi après avoir obtenu une note avec mention à l’examen précédent, j’ai pris les choses un peu plus à la légère et subi le test après suite à la page 40

39


Cadence • Numéro 3 • Automne • 2001 suite de la page 39

seulement 80 heures d’étude. Erreur! En effet, j’ai reçu un appel téléphonique m’informant que je pouvais me présenter de nouveau six mois plus tard. Malheur! Bien que je ne voie pas au juste les avantages que ces cours procurent dans le contexte du CIC, je recommande de les suivre. Certains cours renseignent plus qu’on ne le voudrait sur certains détails, mais d’autres vous fascinent en jetant un nouvel éclairage sur une organisation complexe et son évolution constante.

Rappelez-vous que, pour suivre ces cours avec succès, il faut travailler et étudier pendant de longues heures. En y mettant l’effort voulu, vous obtiendrez les crédits universitaires et vous en tirerez une grande satisfaction personnelle. b – Le slt Turner était officier des affaires publiques au NCSM Ontario, à Kingston (Ont.) l’été dernier. Il est officier d’administration au Corps de cadets de la marine 306 (Captain Kidd), à Elliot Lake (Ont.).

À l’horizon ’expérience du Canada vis-à-vis la diversité se distingue par rapport aux autres pays, selon Patrimoine canadien (Multiculturalisme). Nos 30 millions d’habitants reflètent une composition culturelle, ethnique et linguistique qui ne se trouve nulle part ailleurs sur la planète. Le Mouvement des cadets du Canada devrait alors être le reflet de cette réalité. L’est-il?

L

La Loi canadienne sur les droits de la personne stipule que tous les Canadiens (peu importe leur diversité) ont droit à l’égalité, aux chances égales pour tous, à un traitement équitable et à un milieu exempt de discrimination. Est-ce que notre Mouvement des cadets offre ce genre de milieu? La diversité dans le Mouvement des cadets constitue le thème de notre numéro d’hiver.

Dates limites de présentation des articles : le 26 octobre, pour le numéro d’hiver, et le 1er février, pour celui du printemps 2002. Vous êtes priés d’informer la rédaction d’avance de votre intention de soumettre un article.

Précision

’article intitulé Les cadets, un « programme libre », figurant à la page 40 du dernier numéro de Cadence peut avoir laissé l’impression qu’une entente finale était intervenue sur cette question. En fait, c’était encore à l’état de proposition. À sa réunion des 7 et 8 juillet, le Comité de partenariat a conclu une entente de principe sur une proposition prévoyant la suppression de toutes les mentions de « programme libre » de toutes les publications et leur remplacement par « Exigences financières relatives à la participation à l’Organisation des cadets du Canada ». Cette question est toujours 40 en cours d’examen et dépend des décisions qui seront prises dans d’autres domaines.

L


2001 3