Page 1

des lacs et du Revermont Un vrai journal GRATUIT d’informations - n°71 - Avril 2013

DUBOIS NETTOYAGE ET SERVICE À DOMICILE

Nettoyage Lédonien

La garantie d’un nettoyage de qualité 14 av. Maillot - 39570 Montmorot

Publirédactionnel page 8

• Paiement CESU • 50% déductible d’impôt • TVA 7 %

Cages d’escaliers Nettoyage bureau Vitrerie Remise en état

Service à domicile Repassage Ménage Vitrerie Espaces verts

03 84 47 12 71

03 84 43 49 19 Publirédactionnel page 6

Ouverture du parc Jurafaune Grangessur-Baume Après bien des mésaventures, le parc animalier et botanique Jurafaune ouvrira enfin ses portes le 13 avril. Cet espace de trois hectares à vocation pédagogique, unique dans la région, abrite plus de 80 rapaces toute espèce confondue. Visite.

P.13

Maires du Jura

Des emplois pour la future ZAC du Rocher - p. 0



Inquiétudes locales et nationales - p. 4

Bulletin de participation Déposez ce bulletin à l’entrée de votre magasin

Sports Karting, boxe et trails - p. 16

Jardival - avril2013 - PD148

Lons

Nom : ………………… Prénom : …………………………… Adresse : ……………………………………………………… …………………………………………………………………… Tél :………………………………………………………………


2

/ Pays de Lons n°71 - Avril 2013

Lons-le-Saunier - Economie

Lons-le-Saunier

400 emplois pour la future ZAC du Rocher Achevé en 2014, le contournement ouest de Lons-le-Saunier ouvre de nouvelles perspectives en matière de développement économique. Christophe Perny, président socialiste du Conseil général souhaite y implanter une zone commerciale. Lors d’une réunion publique le mois dernier, les habitants du bassin lédonien ont pu faire part de leurs inquiétudes quant à ce projet. Attendu depuis longtemps, le chantier du contournement ouest de Lons­le­Saunier devrait toucher à sa fin en 2014. Meilleure accessibilité, moins d’embouteillages, réduction des émissions de CO2… le contour­ nement, malgré les hésitations dont il fut l’objet lors de sa phase d’étude, devrait apporter une meilleure qualité de vie. Maître d’ouvrage, le Conseil général du Jura se pose aujourd’hui la ques­ tion de son développement éco­ nomique et culturel, au niveau de la zone du Rocher. Christophe

Perny annonce un projet ambi­ tieux axé sur le commerce, les loisirs et la culture, et qui pour­ rait générer 400 emplois. Pour lui, l’offre commerciale, de loisirs et culturelle est trop réduite et ne permet pas d’attirer des visi­ teurs extérieurs au bassin de vie lédonien. Il pointe du doigt deux zones commerciales archaïques ne disposant pas de perspectives de développement. De nom­ breux Lédoniens préféreraient ainsi aller dépenser leur argent dans les agglomérations péri­ phériques, Besançon, Dijon ou

Bourg. Le futur pôle commercial, sur la zone du Rocher à Mont­ morot, s’étendrait sur une zone de 15 à 20 ha et se veut exem­ plaire en matière “de qualité architecturale, d’intégration urbanistique et de développe­ ment durable”. En clair, un site qui s’intègre dans le paysage et qui respecte l’environnement, avec un enjeu de taille : à l’en­ trée de la ville, il sera la vitrine du département.

“Le projet ne pénalisera pas le centre-ville” Le mois dernier, le Conseil géné­ ral du Jura conviait les habitants, commerçants et élus à une réunion d’information. Objectif : présenter le projet, et répondre aux inquiétudes des commer­ çants, notamment en matière de concurrence au centre­ville.

JURATIC ET LA CCI METTENT EN PLACE DES ATELIERS NUMÉRIQUES JuraTIC et la Chambre de commerce et d’industrie du Jura se sont associés afin de proposer aux collectivités et aux entreprises juras­ siennes un programme d’animation et de sensibilisation complet et gratuit. Ces “webschool” sont des ateliers numériques permet­ tant de se familiariser avec les outils du web. En parallèle, des ate­ liers JuraTIC, pour les usagers plus avancés, sont également pro­ Le projet s’articulera autour de cinq pôles d’activité : shopping, services d’accompagnement (aire de jeux, accueil d’auto­ car…), activités sportives et bien­ être (salle d’escalade départe­ mentale, piste BMX…), activités tourisme et culture (cinéma de plein air, musées locaux…) et activités loisirs et restauration. Aucun nom d’enseigne intéres­ sée par la zone n’a pour l’heure été communiqué. Si l’accueil du public a plutôt été favorable à ce projet, des inquiétudes liées à l’emploi au centre­ville ont été soulevées. L’éternel combat entre les défenseurs des aména­ gements des zones commer­ ciales, et les commerçants de proximité du centre­ville, sou­ vent hostiles à ce genre d’exten­ sion. Ils craignent de “subir le

contre coup de cette nouvelle zone pour leurs activités”. Chris­ tophe Perny s’est montré rassu­ rant : “L’enjeu est de créer une attractivité nouvelle qui retien­ dra les clients partant actuelle­ ment consommer ailleurs. Le projet ne pénalisera pas le centre­ville. C’est au contraire un moyen de dynamiser l’offre lédo­ nienne”. Reste maintenant à mettre d’accord les différents partenaires (Etat, Région, chambres consulaires, collectivi­ tés locales,...). Le planning prévi­ sionnel annonce une première phase d’études et de concerta­ tion jusqu’à 2014, le montage du dossier en 2015, et le démarrage des travaux en 2017 pour une ouverture du site en 2018. Céline Garrigues

Webschool Protection du patrimoine informationnel : 22 avril à la CCI de Dole, 4 novembre à l’EMC à Lons. Médias sociaux et réseaux sociaux : 21 mai à la CCI de Dole. E-commerce : 17 juin à l’EMC de Lons. Internet ou comment fidéliser vos clients : 23 septembre à l’EMC de Lons. Propriété intellectuelle et site Internet : 28 octobre à l’EMC de Lons. L’accessibilité Web, c’est quoi ? 25 novembre à Saint-Claude.

Ateliers JuraTIC E-réputation et identité numérique : 21 octobre à Juratic, Lons. Réseaux sociaux et entreprises : 27 mai à Juratic, Lons. E-commerce, quelle stratégie adopter : 24 juin à Juratic, Lons. Le cloud en pratique dans les entreprises : 15 avril à Juratic, Lons. Outils de gestion au service du développement de votre activité : 16 septembre à Juratic, Lons.

Economie RALLY’NOV, UN RALLYE POUR RÉCOMPENSER

Lons-le-Saunier - Initiative lycéenne

LES AVANCÉES SOCIALES DES ENTREPRISES

Charles Rozoy : “On peut réaliser ses rêves” Le 13 mars dernier, le médaillé d’or paralympique Charles Rozoy a fait le déplacement à Lons-le-Saunier afin d’inaugurer l’espace sportif à son nom au sein du lycée professionnel Montciel. Un moment de convivialité où les élèves ont pu échanger et appréhender le handicap sous un nouveau jour.

Détendu et souriant, Charles Rozoy a “donné une leçon de courage” aux élèves du lycée professionnel Montciel, le 13 mars lors de l’inauguration de l’espace sportif portant son nom. Avant d’aller découvrir la plaque et “l’espace Charles Rozoy”, le nageur s’est prêté, pendant plus d’une heure, au jeu des questions réponses avec les lycéens. De son régime alimentaire en période de compétition à sa médaille d’or aux jeux paralympiques de Londres 2012, en passant par son accident, il s’est

grammés.

livré sans détour devant une assemblée pendue à la moindre de ses paroles. Le jeune athlète de 26 ans s’est également intéressé aux doutes qui animent la jeunesse quant à l’avenir et à leurs rêves : “Quand j’étais petit et quand on me demandait ce que je voulais faire comme métier plus tard je répondais : je veux être champion olym­ pique. Ma maîtresse me disait que ce n’était pas un métier et pourtant c’était ce que je voulais faire. Aujourd’hui, je suis là pour rappeler que l’on peut réaliser ses rêves”. Changer le regard des élèves sur le handicap, c’était l’ob­ jectif du lycée professionnel Montciel de Lons­le­Saunier lors du Téléthon 2012. Les élèves du CAP 2CL ont voulu aller plus loin, et inspirés du slogan de l’édition 2012 ’’Oser vaincre’’, ils ont décidé de valoriser des sportifs handica­ pés. Dix prétendants ont été retenus et les classes se sont chargées de faire leur promotion auprès de la commu­ nauté scolaire. Intitulée ’’Pour eux qui ont osé vaincre’’, l’initiative s’est organisée à la manière d’une campagne électorale dont le vote final s’est déroulé le 6 décembre 2012. Charlotte et Sophie, élèves de première, bac pro secrétariat, ont choisi Charles Rozoy. Un choix et un sou­ tien de leur classe à l’athlète qu’elles justifient par son courage : ’’On a vu dans une de ses vidéos que beaucoup de gens disaient de lui qu’il était foutu, alors qu’avec même un bras il y arrive’’. Charles Rozoy a été élu ’’athlète de Montciel’’ devant Assia El Hannouni, médaillée d’or en athlétisme, et Elodie Lorandi, championne du monde 50 mètres nage libre. Claire Jacquesson

QUI EST CHARLES ROZOY ? Charles Rozoy est né le 4 mars 1987 à Chenove en Côte-d’Or. Depuis tout petit, il veut réaliser son rêve : devenir champion olympique. Un objectif qu’il travaille sans relâche par le biais de la natation. Licencié à l’Alliance Dijon Natation depuis plus de 16 ans, il entame sa carrière de nageur, mais des temps de qualifications trop justes lui ferment les portes du Pôle Espoir. En 2008, un accident de moto paralyse son bras gauche et marque l’arrêt de son parcours de sportif valide. Sa ténacité lui permet de surmonter son handicap et de débuter la compétition handisport. A partir de 2009, il enchaîne les titres aux quatre coins du monde, de champion d’Europe 100 mètres papillon à la médaille d’or en 100 mètres papillon aux jeux paralympiques de Londres 2012. Il est fait chevalier de la Légion d’honneur en 2013.

D’avril à septembre 2013, Rally’nov prendra ses quartiers au gré de neuf étapes en Franche­Comté. Le concept est innovant : valo­ riser les entreprises candidates qui mettent en place des actions pour favoriser les échanges humains. C’est la première fois qu’un tel projet se déroulera en Franche­Comté. L’objectif : valoriser les actions innovantes sur les aspects humains et sociaux. Il peut s’agir d’une nouvelle démarche ou pratique, d’un nouvel outil ou pro­ duit… Ces innovations s’articulent autour de l’organisation, du temps de travail, des relations humaines, du management, de la gouvernance… Concrètement, cela se traduit par une organisation interne originale (par exemple : participation des salariés à la gou­ vernance, mise à disposition du personnel pour des œuvres sociales…). Au programme du rallye, neuf étapes : il s’agit en fait de manifestations sous diverses formes (échanges, débats, confé­ rences…) qui seront portées par les acteurs relais soutenant en Franche­Comté les entreprises et associations (Franche­Comté Active, Cetim et UIMM pour le Jura). Le point commun de toutes les étapes est le témoignage de trois entreprises qui parleront de leur expérience devant un public d’entreprises et d’associations. Au cours des manifestations, les innovations des entreprises can­ didates seront valorisées et consignées sur des fiches, puis mises en ligne par les partenaires. Certaines d’entre elles seront primées lors de la clôture régionale du rallye le 28 novembre à Besançon. La première étape se déroulera le 8 avril à Besançon également, sous le thème “L’originale gouvernance”. Pour le Jura, les deux étapes se dérouleront le 5 septembre à Dole (“L’innovation sociale : un investissement collectif d’intérêt général”) et le 11 septembre à Champagnole (“Management de l’innovation technologique”).


Pays de Lons n째71 - Avril 2013 /

3


4

/ Pays de Lons n°71 - Avril 2013

JURAMONTS COMTÉ

Crémerie et épicerie fine SES COMTÉS ET SPÉCIALITÉS RÉGIONALES, VINS ET CHARCUTERIE…

COMME CHAQUE ANNÉE, NOUS SOMMES MÉDAILLÉS AU CGA DE PARIS :

Expéditio n dans tout e la France !

COMTÉ : 2 MÉDAILLES D’ARGENT - 1 MÉDAILLE DE BRONZE MORBIER : 1 MÉDAILLE D’OR Ouvert du lundi au samedi RACLETTE : 1 MÉDAILLE D’OR de 8 h à 12 h 30 / 13 h 30 à 19 h. Notre affineur : MONTS ET TERROIRS Les dimanches et fériés

de 8 h 30 à 12 h

Toute l’équipe Juramonts vous réserve un accueil particulier au sein de sa crémerie. Faites une halte à Poligny, capitale du Comté, pour découvrir nos spécialités jurassiennes et franc-comtoises ainsi que d’autres AOC de notre pays. Venez déguster nos produits, dialoguer avec des professionnels de la fromagerie, possibilité de visite de caves sur rendez-vous.

Ne partez pas sans votre morceau de Comté et du Juramonts !

TE VENTE DIREC

Tél. / Fax. 03 84 37 12 22 - 21, place des Déportés - 39800 POLIGNY www.comte-juramonts.com

Jura - Assemblée générale des Maires du Jura

Gastronomie

Maires : inquiétudes locales et nationales

UN LIVRE SUR LES RECETTES AU COMTÉ

Le 15 mars s’est tenue l’assemblée générale annuelle de l’Association des Maires (AMJ) et des présidents de communautés du Jura. L’occasion de présenter le bilan de l’année 2012 tout en exposant les actions et les inquiétudes qui parsèmeront 2013. Un bilan positif

Avec plus de 250 participants, le succès de la soirée était au ren­ dez­vous. Au cœur des préoccu­ pations de l’assemblée le projet d’acte III de la décentralisation, la réforme des rythmes sco­ laires, les accompagnateurs dans les bus scolaires et le haut débit. La présidente départe­ mentale, Sylvie Vermeillet, et

Jacques Pélissard, président de l’Association des Maires de France et maire de Lons­le­Sau­ nier ont interpellé le Conseil général et régional ainsi que la préfecture concernant les pré­ occupations de leurs membres. Au­delà du département, Jacques Pélissard a pointé du doigt les actions du ministère de

l’Économie et des Finances. Une politique nationale en décalage avec les besoins locaux selon lui : “Bercy oublie l’essentiel et désavoue les communes comme si l’intercommunalité pouvait tout régler […], ce que Bercy oublie c’est que proximité vaut tranquillité et que les maires évi­ tent bien des guerres”.

L’association est au service de la défense des communes juras­ siennes. Un rôle participatif qui s’illustre par sa participation dans les diverses commissions natio­ nales départementales et régio­ nales : l’AMJ a répondu à 80 solli­ citations l’année passée. Cet organisme a également une fonc­ tion pédagogique auprès des élus locaux à propos des réformes mises en place en 2012. Avec l’aide d’intervenants extérieurs, l’AMJ a également proposé des réunions d’information où diffé­ rentes thématiques ont été abor­ dées : fiscalité, urbanisme, plan communal de sauvegarde… L’as­ sociation encourage les maires à travailler sur les Plans commu­ naux de sauvegarde afin d’antici­ per les situations d’urgence ou de catastrophe, comme cela fut le cas dans la ville de Saint­Laurent­ en­Grandvaux.

Le haut débit en 2013 ?

bilité des réseaux haut débit sera une des priorités de la confédération des élus durant cette nouvelle année. Le secré­ taire général de l’AMJ, Jean­ Louis Maitre, est revenu sur cette problématique dans le dis­ cours d’ouverture de l’assem­ blée. Son constat est clair : “Depuis l’année 2009, déclarée année du haut débit, rien n’a vraiment changé”. Principal responsable mis en cause par l’AMJ, le passage des réseaux public de haut débit au secteur privé qui a creusé des inégalités de terrain. Ainsi les sites pilotes bénéficient d’un vrai réseau performant au détriment des autres territoires obligés de se soumettre à une solution satelli­ taire. Bien que le dossier soit complexe, l’association souhaite que la mise en place des nou­ velles décisions apporte des solutions fiables à la population que le haut débit a oubliée.

Le dossier sensible de l’accessi­

Claire Jacquesson

Logement - Plan départemental

Logement des personnes défavorisées : un nouveau plan d’action

Le Plan départemental d’action pour le logement des personnes défavorisées 2013-2017 a été signé le mois dernier par Christophe Perny, président du Conseil général, et Francis Vuibert, préfet du Jura.

Instauré par la loi Besson du 31 mai 1990, le Plan départemental d’action pour le logement des personnes défavorisées (PDALPD) définit des mesures d’aide per­ mettant aux ménages en difficulté d’ac­ céder ou de se maintenir dans un loge­

ment. Le renouvellement de ce docu­ ment s’est effectué en mars dernier, après 18 mois de travail. Un processus minutieux portant sur l’actualisation du plan 2013­2017, afin de prendre en compte de nouvelles lois comme celle de

la mobilisation pour le logement et la lutte contre l’exclusion du 25 mars 2009. Le dossier inclut également la mutualisa­ tion de programmes jurassiens déjà exis­ tants tels que le schéma départemental de l’autonomie ou celui s’occupant de l’accueil des gens du voyage piloté par le Conseil général. Le plan 2013­2017 s’articulera autour de trois axes. Tout d’abord, proposer une offre de logement adapté qui permette la gestion des situations d’urgence, à l’ins­ tar des victimes de violences. Le PDALPD s’attellera également à lutter efficace­ ment contre les habitats insalubres. Enfin les parcours d’insertion dans le logement seront favorisés et étoffés avec un accompagnement social adapté.

Une action collective Grâce au soutien des partenaires, com­ munes, associations, organismes payeurs… de nombreux moyens ont été mis en

œuvre pour permettre aux personnes éprouvant des difficultés spécifiques d’accéder à un logement décent et de disposer d’eau, d’énergie et des services téléphoniques. Principaux destinataires du PDALPD : les familles monoparentales, les personnes victimes de violences, les personnes handicapées, les personnes âgées fragilisées, les jeunes en situation de précarité, les familles très nombreuses et les gens du voyage.

Une agence immobilière alternative Le PDALPD souhaite créer et développer une agence immobilière sociale dans le département. Donner une vision sociale de l’immobilier, c’est le but de l’AIS. La structure souhaite utiliser la compétence d’agent immobilier au service de l’inser­ tion par le logement de personnes en dif­ ficulté. Le tout de manière à sécuriser le risque locatif du bailleur privé. Claire Jacquesson

Les éditions Marabout viennent de lancer une nouvelle collection baptisée "La petite crémerie", avec pour commencer quatre petits livres dédiés aux fromages, dont le Comté. Découvrez 30 nouvelles recettes originales pour varier les plaisirs autour du Comté dans ce petit livre élégant, ludique et très abordable. “Comté, 30 recettes au fromage”, 3,50 € en librairie.

Lons-le-Saunier UN NOUVEAU LOCAL POUR LE PARTI SOCIALISTE DU JURA Le mois dernier, le Parti socialiste du Jura inaugurait ses nouveaux bureaux sis 3 du quai Thurel, à Lons-le-Saunier. Le PS et l’Union départementale des élus socialistes et républicains ont acquis ensemble l’immeuble. Sur trois niveaux, les lieux, qui ont été rénovés, sont composés de plusieurs salles de réunion.

BRUNO BOULEFKHAD CONTINUE SON COMBAT À PARIS Comme nous l’indiquions dans l’article consacré à Bruno Boulefkhad dans le “Pays de Lons” du mois de février, le Lédonien est parti avec armes et bagages continuer son combat devant le siège de la Société générale. Son objectif : dénoncer les abus bancaires, qui seraient à l’origine de la faillite de son entreprise. Le 11 mars dernier, il s’installait boulevard Haussmann à Paris, devant le siège social de l’enseigne. Comme l’exigent les modalités, Bruno Boulefkhad se rend chaque lundi en préfecture pour effectuer la déclaration de manifestation publique. Dès le second jour de son siège, après une courte absence, le Jurassien avait la désagréable surprise de découvrir son matériel détérioré : il retrouve sa chaise, son parapluie et son panneau cassés. “Je n’accuse personne, je constate juste que je dérange” commente-t-il. Il s’est, depuis, équipé d’un panneau en aluminium. Deux avocats spécialisés du barreau de Paris, Me Feron Poloni et Me Lecoq Vallon ont étudié son dossier et lui apportent son soutien.

PROGRAMME DE LA SHNJ La Société d’histoire naturelle du Jura vient de dévoiler ses activités ouvertes à tous en avril. Le 8 avril, une sortie botanique est organisée dans la reculée de Baume-lesMessieurs. Le rendez-vous est fixé à 14 h sur le parking devant le camping, au hameau de la Peyrouse (organisateur Denis Tarare, tél. 03 84 43 37 47). Le 12 avril, une conférence est organisée à 20 h 30, au Centre Social, rue de Pavigny, à Lons-le-Saunier. Didier Chopard, technicien forestier à la Chambre d’agriculture, traitera de sylviculture.


Pays de Lons n°71 - Avril 2013 /

5

I Publirédactionnel

Les OuvertureS qui durent, déménagent !

D

ans la région polinoise, cela fait trente cinq ans que le nom de la famille Poux est apparu au rang des entreprises du bassin d’emploi. C’est en effet en 1978 que le patriarche Gilbert Poux s’est installé à son compte comme menuisier. A Abergement­le­Petit tout d’abord, où se situe toujours l’atelier de fabrication, avant que l’entreprise, désor­ mais dirigée par son fils Christophe, ne décide de venir s’installer il y a trois ans dans la Grande rue de la capitale du comté où elle se trouve désormais trop à l’étroit. Titulaire d’un BTS “fabrication industrielle bois”, héritier et dépositaire du savoir­faire paternel, Christophe Poux

a insufflé une nouvelle dynamique à l’en­ treprise artisanale familiale qui compte désormais trois employés administratifs, un commercial et une solide équipe de techniciens expérimentés, composée de quatre poseurs et d’un chef d’atelier. Depuis la mi­mars, c’est dans les locaux de l’ancien “Nouvel hôtel” de Poligny que l’entreprise Poux, qui reste l’une des der­ nières de la région à pouvoir se targuer de fabriquer elle­même ses menuiseries bois, vient de prendre ses quartiers dans des locaux flambant­neufs dotés d’une salle d’exposition de 200 m2. Un espace lumineux parfaitement aménagé qui met en valeur le matériel high­tech que distri­

bue l’enseigne polinoise et qui permet à la clientèle d’affiner son choix de visu et en toute tranquillité. Spécialisée dans le “sur­mesure” et la fabrication de menui­ series extérieures, la menuiserie Poux a depuis longtemps élargi son domaine de compétence aux menuiseries bois, bois­ alu, PVC et alu, portes de garage, volets, portails, et autres stores, pergolas et marquises... Sans déroger pour autant aux exigences de qualité qui sont les siennes. Chez Poux, on se refuse à instal­ ler du matériel “fermeture…éclair” qui fait le bonheur des courants d’air et le désespoir de leur propriétaire : “Tous nos produits sont de fabrication française.

Nous appartenons au réseau “Ouver­ ture S“ qui fédère 65 artisans dans tout l’Hexagone. L’appartenance à ce groupe­ ment nous permet d’offrir à nos clients des prix particulièrement ajustés et compétitifs. Par ce biais, ils bénéficient aussi des nombreux avantage du “Club confiance*”, précise Christophe Poux. Adhérente de la Confédération de l'Arti­ sanat et Petites Entreprises du bâtiment (CAPEB) du Jura, Labélisée “Eco­artisan” par l’organisme indépendant Qualibat, l’entreprise Poux a su mériter la confiance de plusieurs centaines de clients. Porteurs de projets, n’attendez plus : l'essayer, c’est l’adopter !

Jusqu’au 13 avril *Dans le cadre d’une démarche Parrainage, le Club confiance, outre un cadeau de bien­ venue, des conseils d’ulisaon et des offres exclusives, vous permet de recevoir jusqu’à 80 € de chèque cadeau et jusqu’à 400 € de remise sur son chaner pour votre filleul. Entre 12 et 18 mois après la livraison de votre chaner, vous bénéficierez gratui­ tement d’une visite de contrôle de vos me­ nuiseries. Jusqu’au 13 avril, l’entreprise Poux vous offre une “éco­prime” de 150 € pour l’achat de deux fenêtres.

Nouvelle adresse à Poligny 11, Avenue de la gare - 39800 POLIGNY - Tél. : 03 84 37 27 96 Découvrez toutes les activités et les produits de l’entreprise sur internet à l’adresse :

www.menuiserie-poux.fr

*voir condions en magasin

Menuiserie POUX

Textes sous la responsabilité de l’annonceur ­ Reproduction interdite ­ © Pays de Lons n°71

FENÊTRES - PORTES - VOLETS - PORTAILS www.ouvertures.com


6

/ Pays de Lons n°71 - Avril 2013

DUBOIS NETTOYAGE passe à l’Écologique

Textes sous la responsabilité de l’annonceur - Reproduction interdite - © Pays de Lons n°71

P

ortée sur les fonts baptismaux en 1963 par Gilbert Dubois, la société de nettoyage indus­ triel éponyme située à Montmorot a été reprise il y a maintenant dix­huit ans par ses filles, Véronique Renaud et Nathalie Blanchon. Solide­ ment implantée dans la zone de chalandise du grand bassin lédonien, l’entreprise Dubois net­ toyage s’est depuis longtemps imposée comme le partenaire naturel de nombreuses collectivités terri­ toriales, d’administrations, d’industriels, d’entre­ prises privées, d’hôtels, de gérant de copropriétés, de cabinets de professions libérales et auprès de particuliers soucieux de bénéficier chez eux des ser­ vices et des prestations d’un véritable professionnel. Adhérente à la fédération des entreprises de net­ toyage du grand Est, dont Véronique Renaud est d’ailleurs l’efficace secré­ taire générale, la PME Catharus emploie aujourd’hui une centaine de personnes – pour l’équivalent de presque cinquante emplois à

temps plein – et affiche un chiffre d’affaires avoisi­ nant 1,7 million d’euros. “Nous avons fait le choix de restreindre notre champ d’action au bassin lédonien car nous souhaitions instaurer une relation de proxi­ mité avec nos clients mais aussi avec nos employés. Cette proximité est un gage d’efficacité et nous per­ met une plus grande réactivité pour faire face sans délai à la demande de nos clients lorsque nous sommes sollicités”, détaille Véronique Renaud. Depuis un an, dans le sillage de ses deux dirigeantes déjà sensibilisées à titre personnel aux problèmes environnementaux, la société a opéré une mue industrielle qui l’a amenée progressivement à ban­ nir les produits de nettoyage traditionnels au profit de produits éco­labellisés dont les conséquences sur l’environnement et la santé de leurs utilisateurs sont nulles. Après des tests réalisés in situ sur des chantiers, Dubois Nettoyage utilise depuis un mois et demi ces produits qui s’inscrivent dans une démarche “zéro nuisance” environnementale et écologique. Sans pour autant que leur action et leur efficacité ne soient remises en cause. Bien au

contraire ! : “Le personnel a suivi une formation théorique ad­hoc au sein de l’entreprise pour décou­ vrir ces nouveaux produits. Ils sont 100 % biodégra­ dables en 28 jours pour toutes les molécules qui les composent. En la matière, cette gamme éco­label va même au­delà des recommandations et des pres­ criptions de la réglementation européenne qui pré­ voit un taux de 95 %”, détaille notre interlocutrice qui en profite pour tordre le cou à quelques idées reçues : “Ces produits écologiques ont énormément progressé en terme d’efficacité et leur léger surcoût est largement compensé par une concentration extrême qui fait que l’on en utilise très peu pour un meilleur résultat”. Parfaitement convaincue du bien fondé de cette évolution technologique, l’entreprise envisage de commercialiser dès la rentrée de sep­ tembre cette gamme de produits de nouvelle géné­ ration auprès de sa clientèle de particuliers. “Depuis que nous les utilisons, les clients ont pu jauger de leur efficacité et ils souhaitent maintenant les avoir en permanence chez eux”. Et quoi de plus naturel pour des produits… naturels et une démarche “éco” qui devrait rapidement trouver un large… écho !

Service à domicile

Nettoyage lédonien

03 84 43 49 19

03 84 47 12 71

14, avenue Maillot 39570 MONTMOROT

03 84 47 12 71

Le magasin est ouvert du lundi au jeudi de 9 h à 12 h et de 14 h à 18 h, et le vendredi de 9 h à 12 h et de 14 h à 17 h.


Pays de Lons n°71 - Avril 2013 /

7

Jura - Coopération internationale

Jura-San José : une coopération fructueuse se tisse avec l’Uruguay

La délégation jurassienne a visité plusieurs exploitations agricoles dans le département uruguayen de San José.

Récemment, une délégation du Conseil général du Jura faisait le déplacement à San José, départe­ ment situé dans le sud­ouest de l’Uruguay. Objectif : sceller un accord de coopération, pour

deux ans, portant sur différents domaines : production agricole, tourisme, écocitoyenneté et for­ mation professionnelle. C’est en 2006 que se dessinait le rappro­ chement des deux territoires, via

le rectorat. Caractérisés par des similitudes notables, du point de vue de l’agriculture notamment, c’était l’occasion pour le Conseil général d’engager une réflexion sur des pistes de coopération.

“José Falero, président du dépar­ tement de San José, nous a invités à venir découvrir son territoire. Les dates ont été arrêtées lors du vernissage d’une exposition en février, en présence de l’ambassa­ deur d’Uruguay en France”, explique Christophe Perny, le pré­ sident du Conseil général du Jura. Du 19 au 27 février dernier, la délégation jurassienne, compo­ sée notamment de Christophe Perny et de ses vice­présidents en charge du tourisme et de l’agri­ culture, s’est envolée – non pas au départ de Dole­Tavaux mais de Paris – en direction de Monte­ video. Les visites organisées sur place ont permis de mettre en lumière les ressemblances entre les départements : agriculture du vin et du fromage, tourisme rural... “Nous avons des objectifs

communs avec San José” souligne Norbert Maire, vice­président en charge du tourisme. “Ils souhai­ tent développer le tourisme nature et l’agritourisme, ce qui permettra d’échanger nos expé­ riences”. Un échange de forma­ tion professionnelle dans les domaines de l’agriculture et du tourisme figure également dans la liste des pistes de coopération, dont l’accord a été signé le der­ nier jour entre les deux prési­ dents. “Nous avons pris contact avec les organismes de formation jurassiens pour mettre en place un échange d’étudiants et de for­ mateurs” reprend Christophe Perny. “Il devrait rapidement se concrétiser”. En octobre prochain, ce sera au tour des Uruguayens de venir découvrir le Jura. Ils devraient également être repré­ sentés à la Foire du Jura, à cette même période, dans le cadre du thème sur l’Amérique du Sud.

Passenans - Théâtre

L’inventeur du cryptographe était jurassien

LES BALADINS DERRIÈRE LE RIDEAU

Né à Marigna-sur-Valouse, Edouard Hugon, instituteur et archéologue, fut également l’inventeur en 1920 du cryptographe, appareil permettant de coder des messages pour les rendre inintelligibles. Ses descendantes ont fait don de la machine à la ville de Lons. constitue une collection de fossiles. Il fouille à Chemilla, Chisséria, La Bois­ sière et Savigna des sites datant des âges des Métaux, l’Antiquité et le haut Moyen Âge. Les collections mises au jour sont déposées au Musée du Jura, à Lons­le­Saunier, et les principaux résultats sont publiés dans des revues scientifiques régio­ nales et nationales. Passionné égale­ ment par les nouvelles technologies, il met au point un appareil à usage essentiellement militaire, permettant

de chiffrer des messages, sans recou­ rir à un fil. Le cryptographe aurait contribué à plusieurs succès des ser­ vices de renseignements français pen­ dant la seconde guerre mondiale. Le mois dernier, deux des arrières petites filles d’Edouard Hugon, Nicole Court et Simone Bertrand, faisaient don de l’appareil au musée d’archéo­ logie du Jura. Un legs qui vient com­ pléter la collection de l’inventeur déjà présente dans les murs du musée. “C’est un chercheur qui a marqué le Jura” commente Jean­ Luc Mordefroid, direc­ teur du musée d’ar­ chéologie du Jura. “C’est un personnage que l’on connaissait déjà bien car il était historien et archéologue. Toutes ses collections d’archéologie ont été données au musée. Ce nouveau don fait cohérence à tout ceci”.

10 % sur les fournitures !

Addicts au comique et tragi-comique, les Baladins nous entraînent dans l’aventure du “théâtre”, car c’est bien de cela qu’il s’agit dans le spectacle présenté cette année. De Roland Dubillard à Jean-Claude Grumberg en passant par Jean-Michel Ribes, Guy Foissy et Karl Valentin, autant d’auteurs qui ont marqué notre siècle de leur plume cinglante et visionnaire et qui alimentent la succession de saynètes qui sera présentée les mois prochains à Passenans, Lons-le-Saunier et Arbois. Les coulisses, la technique, les comédiens en répétition, tout un monde pour nous dévoiler le théâtre, celui qui se joue “derrière le rideau”. Car on ne sait pas ce qu’il se passe derrière le rideau quand on n’est pas acteur… Le 5 avril à Passenans, le 3 mai à Lons-le-Saunier et le 4 mai à Arbois. Infos réservation : 03 84 37 30 50

*

sur présentation de ce bon

Fournitures de loisirs créatifs, nombreux produits diversifiés. Animation d’atelier ! 209, rue du Jura - 39570 MACORNAY

03 84 86 27 90 http://couleurs-et-creations.blog4ever.com/ Siret : 518 816 921 00010-NAF 4778C

06 33 79 00 94 Contact Régie publicitaire

Céline Garrigues

Lons-le-Saunier - Histoire

Fils d’agriculteur et de teinturier du sud du Jura, Edouard Hugon était un “hussard noir” de la IIIe République, surnom donné aux instituteurs publics après les lois scolaires de Jules Ferry. Il s’intéresse activement aux sciences naturelles, à l’archéologie et à l’histoire. En 1899, il devient membre de la Société d’émulation du Jura et participe aux réseaux de la recherche régionale et nationale. Il

Couleurs & Cre´ations

des lacs et du Revermont

* voir conditions en magasin

Un accord de coopération a été signé récemment entre les départements du Jura et de San José en Uruguay, visant à engager des actions communes dans différents domaines. Agriculture, tourisme… les deux territoires, forts de plusieurs similitudes, pourront s’enrichir mutuellement de leurs savoir-faire respectifs.


8

/ Pays de Lons n°71 - Avril 2013

LA MAISON DE LA POSE

I Publirédactionnel

SANITAIRE CHAUFFAGE ADOUCISSEUR - SALLE DE BAIN CLÉS EN MAIN - MOBILITÉ RÉDUITE - SPA BALNEO - SAUNA

Attention, un Douvre peut en cacher un autre ! entreprise de réaliser des salles de bains clés en main. Spécialiste avéré des adoucisseurs, Maxime suit les traces de son père pour ce qui concerne la polyvalence et l’adaptabilité. Après avoir brillamment obtenu sa vali­ dation d'installateur gaz en juin 2012, il n’en continue pas moins de se former en s’investissant dans des stages en électricité afin de compléter ses acquis. A eux deux, les Douvre père et fils forment une équipe dynamique respectueuse des règles de l'art, de son métier et de ses fidèles clients. Les réalisations de la Maison de la pose sont à découvrir sur le site Internet et sur Facebook

EN MAI UVERSAMTEDEI 4SMAI! PORMTAIE- VESNDO REDI 3 MAI -

De 10 h à 19 h

JEUDI 2 MAI 2013 MERCREDI 8 MAI - JEUDI 9 dis après-midi

sition ont lieu tous les mercre us… Des visites de la salle d’expo ez pas à prendre rendez-vo ainsi que le samedi. N’hésit

Salle d’exposition à Pannessières La Maison de la Pose - 80 Chemin de la Mouille - 39570 Pannessières

Ets.

BALIVET

www.lamaisondelapose.fr

Tél. 03 84 47 15 24 - 06 70 15 32 25 À votre service depuis

1998

eture rm fe la e d te s li ia c é p s le a n a is À Bletterans, le t r a e n o z n e e r u t ver joue la carte de… l’ou près de ne me fournis qu’au vet est formel : “Je installé “, s lle Ze s Le comme « ais nç fra l s e n nt n o i ica t c br a d fa é r i I Publ un fabricant de sges, ou Provelis, vier 1998, c’est sous Vo jan les ­ en ns e pt da m co n i utilise la technolo ric Installé à so s clients que Frédé ulants de la Loire qu se ro s … pé let de vo lop le ve ica dé t am n on la pressio r les sta­ nt SOMFY, ils ent résolu à modifie gie SOMFY. Concerna ité et e un Balivet s’est finalem re e rmant dont la fiabil nt nu rfo l’e ve pe de de ra e, ur ell ult ate du iel nd ivi ér fo at e ind m iqu ise du m pr le dyna gales dans le une assis­ tuts de son entre mps, que de che­ tions n’ont pas d’é n gérant, emploie ­te so ica tre pl tre en ap ou lé­ ais i, les M qu . ­ 03 ise en e expérim épo­ no À partir de votre té société en 20 rant de l’enseigne strative et une équip au sein de domaine de domotique. ­ gé ini isa le m or r ad ot pa te m u la tan ur r re rco min pa rmée uvez gé de la pose e portable, vous po poseurs ayant été fo e­ ts, je ne faisais que on ux m bu ph de fer dé r s de les fu e me té es A au “ ut i, : ! to qu e e s re nym distanc s aguerri et à mesu n et commander à ise. Des technicien mais de fenêtres. Au fur logique et de tio s en l’entrepr et de la fourniture no plu ion”. Expert Somfy ch at de te bit é ée ha nd nc ma tre va de l’a vo t on de de m’ s e re ur ts ra à tu es en se m cli t et s à fai liv t deric Ba riaux ayan du temps, me rgir le et enuisier conseil, Fré qui m’a incité à éla M des nouveaux maté ce e ssi st leur nc au c’e ge ’à er et qu de m es jus t l’é os en ts ch continu plus de vos proje Mainte­ e d’accompagner er ril – et il ne s’agit ion sur le marché, s et à les diversifier. rit êm ité pa m tiv ap ac i­ r s nt leu me co de ion p at rm cham 1 av bénéficier d’une fo alisation. À partir du ntra­ un rayon de cin­ ré ntreprise Balivet ce à l’e te –, cri ! ns on co iss Cir po e. n nu d’u s ême pa m et de r ul r un se à l’entou utes ses activités su to quante kilomètres a er Sur . lis ns ­ ra se tte lis ab Ble des ét artisanale de ne zo la ns Bletterans, l’activité da e, ueil, la clien­ concentrée à sit l’entrepôt et de l’acc de té cô ments Balivet est à , ce pla tranquillité dans clientèle de découvrir en toute ra ur 90 % sur une fidèle po ste le tè en t, le reliqua mbant­neuve la va lle d’exposition fla particuliers et, pour sa e oix un ch n so de er et ér s op ation proposés, direction d’administr fé­ mme des produits ré ga s se ’il eu qu br m ais M no s. ude parmi les iét qu collectivités locale e ut s to de en s ré eils éclai s en PVC, en bénéficier des cons s’agisse de fenêtre et es ie nc nt re ra ga u­ ro fre i of volets els d’une société qu alu et/ou bois, de la réputation nts, de professionn nt tta do ba s et it let tu vo gra de vis ou lants cennale et de dé r­ po avérées ont de es s, nc ge te les compé et portes de gara ux rie sé de s de store les frontières du tails, de clôtures, ngtemps franchi lo is pu de et ur rie d’intérieur ou d’exté ent. ric Bali­ départem dé Fré s, ise qu ar m de metures. À tous les types de fer nant, nous réalisons sont sou­ i qu metures de toit, l’exception des fer lières et cu rti pa e nc tes d’assura mises à des contrain r”, détaille notre cœur de métie ne constituent pas ise pr blettera­

DEVIS GRATUIT ** TVA 7 %

Textes sous la responsabilité de l’annonceur - Reproduction interdite - © Pays de Lons n°71

rience qui ne sont plus à démontrer et qui ont déjà fait le bonheur de plusieurs centaines de clients pour les­ quels il a réalisé des travaux de tous ordres : gros­ œuvre, peinture, décoration, agencement et même le choix des équipements et des accessoires. Professionnel passionné par son métier, plâtrier peintre décorateur de formation, doté d'un goût très sûr qu'enrichi sa pratique quotidienne, Christian Douvre est l’interlocuteur ad hoc pour vous guider dans le choix et la conception de votre projet et vous accompagner dans sa réalisation. Et ce d’autant plus aisément que, depuis 2010, son fils Maxime est venu le rejoindre au sein de l’entreprise familiale pour former un binôme polyvalent et complé­ mentaire. Installateur agréé PERMO depuis 2012, Maxime Douvre a apporté son savoir­faire dans le domaine “Plomberie, chauffage, Adoucisseur”, offrant à la Maison de la pose un nouveau champ de compé­ tences et une complémentarité qui a permis à cette

** Selon legislation en vigeur au 1er mars 2013

L’hiver tire à sa fin et les beaux jours ne devraient plus tarder. Avec le retour du printemps et des premiers bourgeons, revient aussi l’époque de concrétiser les projets et les envies de travaux que vous avez longue­ ment mûris devant la cheminée durant les longues soirées d’hiver. Car si l’hiver est propice au cocooning et à la réflexion, le retour du soleil incite, lui, à l’ac­ tion. Et pour mieux préparer le prochain hiver et ne pas être dépourvu quand la bise sera revenue, c’est dès maintenant qu’il vous faut penser à l’entretien ou au remplacement de votre chaudière, qu’elle soit à fioul ou à gaz, ou à la modification de vos radiateurs. Besoin d’aide et/ou de conseils ? À la Maison de la pose, vous venez avec vos pro­ blèmes et vous repartez avec… des solutions ! Artisan pluridisciplinaire, depuis quarante­ deux ans, Christian Douvre gère son entre­ prise avec un professionnalisme et expé­

*

- 10 %

Lons, eurs du Pays de

* Pour les lect feront ts Balivet vous les Etablissemen urnal, jo du ésentation bénéficier, sur pr e bl em ns l'e sur de 10% de remise es or d' ez uv po e vous des produits qu : et rn sur le site Inte et déjà découvrir

com www.ets-balivet.

03 8a4live4t@4wa4na9doo9.fr2 ets.b

BLETTERANS 0 14 39 e al an tis ar ne en Savignois - Zo Ets. Balivet - 3, chemin Textes sous la responsabilité de l’annonceur ­ Reproduction interdite ­ © Pays de Lons n° 71


Pays de Lons n°71 - Avril 2013 /

r Découvrez nos chantiers su w w w .m br -c on st ru ct io n. co m

LES BATISSEURS RÉUNIS

Maisons traditionnelles, rénovation, agrandissement

10, place de l’Ancien Collège

Tél. 03 84 24 68 64

LONS-LE-SAUNIER

contact@mbr-construction.com

Jura - Insertion

Les publics en insertion pour

remplacer les agents de collège Compserpro, collectif des quatre associations d’insertion professionnelle du Jura, vient de signer une convention avec le Conseil général afin de mettre à disposition des personnes en difficulté d’insertion pour le remplacement des agents de collège.

Les présidents des quatre associations intermédiaires du Jura signaient la convention le 11 mars dernier.

Le collectif Compespro (Compétences pour un service de proximité) regroupe les quatre associations intermédiaires du Jura (1000 ser­ vices, Jura Service, Elan emploi et Tempo). Ces structures accompa­ gnent les personnes dans un parcours de réinsertion professionnelle et proposent leurs services aux collectivités et particuliers, dans tous les corps de métiers. En 2012, Compespro a accompagné 700 per­ sonnes salariées. Le collectif et le Conseil général du Jura signaient le 11 mars dernier une convention engageant l’association à mettre à disposition des salariés pour le remplacement des agents de col­ lège pour l’année 2013. Ces personnes, qui devront résider dans le Jura, seront en priorité des bénéficiares du RSA. Elles assureront le remplacement sur divers postes, pour de courtes durées : cuisine, ouvriers de maintenance et agents d’entretien. Une expérience pro­ fessionnelle qu’elles pourront ensuite valoriser. Le volume d’heures ne devra pas dépasser en tout 4 500 heures pour l’année 2013. Du côté des syndicats, cet engagement entre les associations et le Conseil général pose questions, tant sur le fond que sur la forme. En effet, les agents de collège revendiquent depuis longtemps déjà la mise en place d’équipes d’agents de remplacement. La convention viendrait donc remettre en cause cette demande forte des syndi­ cats, tout en aggravant la précarisation des agents. Par ailleurs, les élus du personnel du Conseil général n’auraient pas été informés de la signature de cette convention. La CGT de son côté indique avoir été interpellée par les équipes en place. Elle mène pour l’heure un travail de concertation. C.G.

Association Défense de la vallée de la Vallière

La mobilisation continue... Le mois dernier, l’association Défense de la vallée de la Vallière tenait son assemblée générale. La structure ne se démobilise pas et continue ses actions de sensibilisation face à la pollution et aux nuisances dont la vallée est victime. Créée en 2002, l’association Défense de la vallée de la Vallière regroupe une centaine d’adhé­ rents soucieux de préserver le cadre naturel et patrimonial exceptionnel offert par la vallée de la Vallière. Faune, flore, cours d’eau, biodiversité, patrimoine bâti et industriel… autant de qua­ lités et d’intérêts que les adhé­ rents défendent avec force et

conviction. Plusieurs axes de tra­ vail sont au cœur des objectifs de l’association. “Faire valoir ses atouts dans un cadre environne­ mental et patrimonial, et faire que les adhérents eux­mêmes en soient conscients” explique Pierre Chavon, président de la structure. “Faire découvrir les sentiers de randonnée, les voies vertes. Nous souhaitons faire inscrire la vallée au Schéma régional de cohérence écologique”. Ce nouveau schéma, qui verra le jour en 2014 dans la région, vise à protéger certaines ressources naturelles et à entre­ tenir un bon état écologique de l’eau. Autre préoccupation de l’association : protéger la vallée de la pollution. Principaux accu­ sés : le trafic routier et les poids

lourds. Malgré les arrêtés com­ munaux interdisant la circulation des poids lourds de plus de 7,5 tonnes en transit dans les communes de Conliège, Perrigny et Revigny, certains camions continuent de traverser ces com­ munes. “Nous souhaitons un contournement est de la ville de Lons. Pour l’heure, cette question ne semble pas intéresser Chris­ tophe Perny” reprend Pierre Cha­ von. Enfin, l’aéroport de Dole Tavaux fut également à l’ordre du jour. Une “hérésie” pour l’asso­ ciation : “Multiplier les aéroports locaux ou régionaux ne semble pas opportun, surtout quand il existe déjà des aéroports interna­ tionaux comme Lyon et Genève”. C.G.

A Conliège comme dans d’autres communes de la vallée de la Vallière, les poids lourds continuent à circuler malgré les arrêtés communaux.

Lons - LE NOUVEAU CENTRE ÉQUESTRE DU LYCÉE MANCY INAUGURÉ Le 8 mars dernier, la présidente du Conseil régional Marie-Guyte Dufay

dans le cadre du plan basse énergie de la Région. Parallèlement, le centre

inaugurait le nouveau centre équestre du lycée Mancy. Entre 2008

équestre a été démoli puis reconstruit. Le bâtiment, en structure bois de

et mars 2012, l’établissement de Lons-le-Saunier a bénéficié d’une

2 300 m2, regroupe le manège et un espace d’activités. A côté, plusieurs

réhabilitation massive de son centre équestre et de son externat. Le lycée,

bâtiments hébergent les 65 boxes, et un cercle équin et trois paddocks ont

établissement d’excellence en matière de formation autour des métiers du

également été aménagés. Un autre bâtiment accolé de 1 000 m2 en

cheval, attire des élèves de toute la région. Chaque année, le lycée enregistre

structure bois-béton est destiné à l’accueil, aux salles de cours, à la salle de

environ 300 élèves inscrits. Alors que les installations étaient vétustes et non

sport… Enfin, un hangar pour le stockage du matériel, des engins agricoles,

fonctionnelles, le Conseil régional s’est engagé dans deux chantiers

du foin et du fumier a été construit. Le budget global s’élève à 9,6 millions

d’envergure pour offrir une seconde jeunesse au site : l’externat a été rénové

d’euros pour les deux chantiers.

9


10

/ Pays de Lons n°71 - Avril 2013

Jura - Société

Lons-le-Saunier - Evénement

La folie “Harlem Shake” s’empare du Jura

Psy répond favorablement à Jacques Pélissard

Le “Harlem Shake” fait des émules dans le Jura. Forts de l’engouement provoqué par la toile, des associations, clubs de foot, ou anonymes jurassiens se pressent pour participer aux diverses manifestations prévues sur le département, ou pour réaliser leur propre vidéo.

La dernière nouveauté : le Har­ lem Shake représentant une ville. Afin de rivaliser avec les autres communes, une certaine compé­ tition est née. Avec plus ou moins de succès, les communes de Champagnole et Lons­le­Sau­ nier ont déjà réalisé leurs vidéos. Celle de Lons­le­Saunier, tournée le 16 mars dernier, montre un public de jeunes Lédoniens qui décuple au fil de la danse fréné­ tique. Dernier en date, le Harlem

Shake de Dole réalisé sur le par­ vis de La Commanderie. Même si 70 personnes ont fait le déplace­ ment, seules une vingtaine a par­ ticipé, signe que l’engouement autour de ce buzz commence à diminuer. Augustin Gomet, l’un des organisateurs avec la TNAC (Trio Nuova et Co) du rassemble­ ment nous définit le but de l’opé­ ration : “Je veux, avec cet événe­ ment, montrer que Dole n’est pas une “Ville Morte” comme préten­

dent beaucoup de personnes, et montrer que nous aussi les pro­ vinces nous savons nous amu­ ser”. Il a également un avis sur les motivations des participants : “Pour eux, c’est une façon de se défouler et de se libérer des contraintes de la vie de tous les jours”. Une vision partagée et complétée par un groupe de jeunes gens venu pour l’occa­ sion : “On a été prévenu par Facebook. On est venu pour par­ ticiper, comme les gens pou­ vaient le faire il y a quelques mois avec le Gangnam Style !” Parmi les associations sportives juras­ siennes, le phénomène se répand. Les U15 du club de foot Jura Nord Foot publiaient leur vidéo le 17 mars dernier, suivis par l’équipe senior le 24 mars dernier. Les U15 du Football Club Poligny ne se faisaient par prier non plus pour se lâcher sur le Harlem Shake Made in Jura le 7 mars dernier.

Qu’est-ce que le Harlem Shake ? Un ’’Harlem Shake’’ est une vidéo d’une trentaine de secondes mettant en action un groupe de jeunes individus, dansant de manière farfelue sur le titre ’’Harlem Skake’’ du compositeur Baauer. Chaque vidéo suit le même scénario. Un individu masqué commence à se déhancher, dans l’indifférence générale des personnes qui l’entourent, mais dès que retentissent les paroles “Do the harlem shake”, la totalité des participants, déguisés ou non, se mettent à danser de manière frénétique et loufoque. Lancé en février au Japon, le phénomène a rapidement pris une ampleur mondiale par le biais du site Internet You Tube et continue d’alimenter les discussions sur les réseaux sociaux.

Baume-les-Messieurs / Chateau-Chalon - 5, 6 et 7 avril

Les métiers d’art sous les projecteurs Du 5 au 7 avril, les Journées européennes des métiers d’art se déclinent dans toute la France via des ateliers, démonstrations et portes ouvertes. Les deux villages de la Haute Seille se mobilisent pour offrir un programme d’animations qui mettra en lumière les artisans d’art et leur savoir-faire.

Baume-les-Messieurs Dans les cours et salles de l’Abbaye 5 avril. De 11 h à 19 h : expositions et démonstrations de savoir-faire. A 19 h : inauguration avec apéritif 6 avril. De 11 h à 19 h : expositions et démonstrations de savoir-faire. De 11 h à 18 h : l’exposition du Logis Abbatial sera exceptionnellement ouverte – Entrée gratuite. A 15 h : concert des boîtes frasniennes (concert a capella). A 17 h : concert de pierres chantantes

L’organisation d’un tel événement s’est imposée naturellement aux deux communes classées “Plus beaux villages de France”. Baume­les­Messieurs et Chateau­Chalon ont concocté pour ces 7e Journées européennes des métiers d’art un programme qui s’atta­ chera à mettre en lumière toute la diversité et la richesse des artisans d’art. Vannier, coutelier, tailleur de pierre, lithographe, fer­ ronnier, grapheur… les professionnels dévoi­ lent leurs secrets pour des découvertes inédites. Les deux communes ont immédia­ tement répondu favorablement à l’appel de l’association Plus beaux villages de France,

et ont sollicité l’office de tourisme des Coteaux de la Haute Seille pour coordonner les différentes animations. Les deux associa­ tions Artfelu (à Baume­les­Messieurs) et les Amis de Château­Chalon ont travaillé en étroite collaboration avec l’OT pour mener à bien le projet. Les places, les églises, les caves... seront le théâtre des démonstra­ tions des artisans d’art. Des animations (concerts, balades en calèche, combats médiévaux...) compléteront le programme pour faire de l’événement une véritable fête conviviale. C.G.

7 avril. De 11 h à 19 h : démonstrations de savoir-faire. De 11 h à 18 h : l’exposition du Logis Abbatial sera exceptionnellement ouverte – Entrée gratuite. A 15 h : concert de Matt

Chateau-Chalon Les artisans d’art et les animations seront parsemés à travers le village : place de l’église, école d’autrefois, Maison de la Haute Seille, caveau St-Vernier, salle du foyer rural, ancien alambic… 5 avril. De 11 h à 19 h : expositions et démonstrations de savoir-faire 6 avril. A 11 h : inauguration (place de l’église) De 11 h à 19 h : expositions et démonstrations de savoir-faire 7 avril. De 11 h à 19 h : démonstrations de savoir-faire

Suite au courrier de Jacques Pélissard à l’attention du manager de Psy, invitant la star du Gangnam Style pour l’inauguration du jardin coréen, ce dernier s’est montré touché par la démarche lédonienne. Reste à caler une date dans l’agenda bien chargé du chanteur coréen. Des centaines de Lédoniens se sont regroupés et se sont déhanchés pour un flash mob place de Bains pour lancer à leur tour l’invitation. au printemps restent infimes.

Lons change de braquet en matière de promotion

Entre Miami, Londres et Paris, Psy trouvera­t­il un créneau pour faire une halte à Lons­le­ Saunier ? C’est en tout cas le souhait de Jacques Pélissard, le député­maire de Lons, qui, dans une démarche originale et amu­ sante, a pris la plume pour envoyer une missive au chan­ teur du tube planétaire Gan­ gnam Style. Le courrier était expédié le 6 mars dernier à Park Jae­Sang (Psy) et à son manager. Dans cette dernière, le maire de Lons, de sa plus belle prose, invite le chanteur pour l’inaugu­ ration du jardin coréen. En effet, la ville obtenait le don de ce der­ nier dans le cadre d’une collabo­ ration avec la ville de Suncheon. “Il symbolisera également les liens d’amitié et de respect que nous avons tissés entre votre pays et notre commune” écrit Jacques Pélissard dans sa lettre. L’inauguration du jardin est pré­ vue en mai ou en juin. “Nous rêvons d’avoir un parrain tel que vous, afin de marquer d’une pierre blanche son inauguration.

Votre talent, votre sourire et votre réputation planétaire nous honoreraient (...). Vous avoir à nos côtés est un rêve. Beaucoup, à Lons­le­Saunier estiment qu’il est inaccessible. Pas moi”. C’est très rapidement que la réponse du manager de Psy est arrivée. S’il donne son accord de principe, la gageure sera de s’entendre sur une date, car la star sera en tournée mondiale en mai et en juin. “J’ai beaucoup et sincèrement apprécié votre vif intérêt pour Psy et votre démarche en faveur de la pro­ motion de la Corée du Sud. C’est la raison pour laquelle, on sou­ haite participer à cet événe­ ment. Cependant, aux mois de mai et de juin, ce sera malheu­ reusement difficile (...). Si toute­ fois, notre emploi du temps nous permet de venir en France, soit au printemps soit en été, on vous contactera volontiers” répond Kim Woojin, le manager de Psy. Les portes ne sont donc pas toutes fermées, même si les probabilités pour qu’il se libère

Depuis, un entretien en visio­ conférence a eu lieu entre Jacques Pélissard et le manager de Psy. Pour appuyer ce vent de folie qui tourne autour du pro­ jet, la mairie a invité les Lédo­ niens eux­mêmes à demander au chanteur de venir inaugurer le jardin. Le rendez­vous était donné au parc de Bains le 16 mars, et 300 Lédoniens se sont retrouvés pour un flash mob, et se sont déhanchés aux rythmes du Gangnam Style. La vidéo a été envoyée au manager de Psy et diffusée sur les réseaux sociaux. Depuis quelque temps, il n’aura échappé à personne que la Ville de Lons met le paquet sur sa promotion. A un an des munici­ pales, Jacques Pélissard met le grand braquet sur sa stratégie de communication. Le renouvel­ lement du site Internet il y a plu­ sieurs mois permet d’offrir aujourd’hui un portail beaucoup plus interactif, avec une mise en ligne quotidienne de l’actualité lédonienne. Sans oublier la venue il y a deux mois de l’émis­ sion “Midi en France” de France 3, qui a offert un sacré coup de pub à la ville dans toute la France. Si “l’opération Psy” aboutit, ce sera une nouvelle occasion de mettre Lons en lumière au niveau national. Et encore davantage si le député­ maire se prête à quelques pas du Gangnam Style... Céline Garrigues

Lons-le-Saunier ELIANE À L’AMUSERIE Eliane est avant tout un prénom. A travers leur jeu, les cinq comédiennes lui donnent des corps et des visages. Elles s’inspirent d’icônes féminines comme la Joconde en passant par Vénus pour créer de toutes pièces ces femmes, ces Elianes. “Eliane” est une pièce chorale où chaque comédienne peut laisser libre cours à ses extravagances personnelles. Le 19 avril à 21 h


Pays de Lons n°71 - Avril 2013 /

Salaisons du terroir Le goût du vrai et de l’authentique

I Publirédactionnel

Textes sous la responsabilité de l’annonceur ­ Reproduction interdite ­ © Pays de Lons n°71

C

harcutier de père en fils depuis… 2012” comme il aime à se définir, le sympathique Dominique Gissat ne manque ni d’humour ni de savoir­faire. A cinquante ans passés, celui que d’aucuns connaissent aussi pour ses talents de bouliste de haut niveau a décidé d'ouvrir un magasin, en novembre dernier, après avoir repris en janvier 2010 l'atelier de salaison d’un artisan dans la champêtre commune de Darbonnay. Idéalement situé à deux cents mètres en retrait de la route nationale 83 qui relie Lons à Poligny, à une quinzaine de minutes de voiture de

ces deux localités, et à cinq minutes de Sellières, son commerce jouxte un labo­ ratoire de 230 m2 ultra moderne, équipé de matériel haute technologie, où l’an­ cien boucher passe désormais une partie de son temps à préparer les saucissons, terrines, jambons, rillettes et autres gou­ leyantes spécialités qui font déjà le régal d’une clientèle de plus en plus impor­ tante, déjà fidèle au goût retrouvé de l’authentique et du traditionnel. Dès qu’on pousse la porte d’entrée de la coquette échoppe, on est accueilli par le sourire de l’heureux propriétaire des lieux dans une atmosphère emplie d’effluves odoriférants qui ouvrent l’appétit. Accro­ chés et rigoureusement alignés comme des œuvres d’arts, les jambons crus séchés, qui ont passé a minima six mois au séchoir avant d’être proposés à la vente, les noix de jambons, les cuisseaux de sanglier salés “à l’ancienne” crus au sel – surtout pas à la saumure ! – , des mor­ ceaux de « Brési » (du bœuf séché, Ndlr), les travers de porc épicés et les saucissons

Une gamme complète de Salaison artisanale sèche, cuite, salaison ou crue à découvrir sur le site :

www.salaisons-du-terroir-39.com Salaisons du Terroir - Tramelans - 39230 DARBONNAY

03 84 25 96 81 - 06 73 21 64 77

parfumés ont pris la pose dans une armoire en bois tandis que dans la vitrine réfrigérée attendent patiemment terrines de pâtés, saucisses de ménage au porc et au bœuf, andouilles à cuire tirées à la ficelle, saucisses au Comté et au vin jaune, boudin blanc au Macvin, terrine de

foie de volaille au Château­Chalon et autres rillettes. Un interminable inven­ taire à la Prévert de délices culinaires qui n’auraient pas déparés sur la table de Lucullus*. Le tout préparé dans le plein respect des règles de l’art et dans une volonté affirmée de promouvoir les pro­ duits du terroir et leurs producteurs. Et derrière le propos transpire la passion du métier et l’amour des choses bien faites : “Je ne travaille que du porc et du bœuf Franc­Comtois. Tous mes produits sont fabriqués sur place par mes soins avec des

boyaux et des produits naturels. A chaque fois que c’est possible, je me fournis chez des éleveurs locaux”. Un postulat qui a incité le Jurassien originaire du Deschaux à s’impliquer plus avant dans la démarche qualitative qui est la sienne et à élargir sa production : “Dès l’été, je vais proposer une gamme de produits bio et, avant ça, dès les premiers rayons de soleil, des spécialités à cuire au barbecue : des chipolatas nature ou parfumées, des mer­ guez, de la viande à barbecue, des brochettes mais aussi des salades. A par­ tir du mois de juin, j’ouvrirai la boutique le dimanche matin de 9 heures à midi”. Reste qu’après le goût, l’autre bonne sur­ prise, c’est… le prix ! “En supprimant les intermédiaires, je peux pratiquer des tarifs très abordables qui sont le plus sou­ vent moins onéreux que ceux pratiqués dans les grandes surfaces et pour une qualité incomparable”. Et ce ne sont pas les clients qui s’en plaindront… (*) Né en 115 avant J.­C., décédé vers 57 av.ant J.­C., Lucullus est un homme d'État et général romain qui est resté célèbre pour le faste de sa table et pour ses magnifiques jardins à Rome, sur l'emplacement desquels a été construite la célèbre villa Médicis.

Textes sous la responsabilité de l’annonceur Reproduction interdite © Pays de Lons n°71

Dominique Gissat, toujours prêt à votre écoute pour vous conseiller.

Plateaux à commander : raclette, fondue chinoise, pierrade, plat de charcuterie Ouvert du mardi au samedi, de 9 h à 12 h 30 et de 15 h à 19 h.

11


12

/ Pays de Lons n째71 - Avril 2013


Pays de Lons n°71 - Avril 2013 /

La

Tarterie

des

Halles

Vente de fours

te Votre spécialiosis mobile ur à b régional du foon de vos Pizzas, pour la cuiss atins, Pains… Tartes, Gr LS… ,PROFESSIONNE SOCIATIONS S A , S R IE L U IC T R PA AURATION T S E R E D T P E C N UN CO ESTATIONS ! POUR VOS MANIF

Ouverture les samedis de 9 h à 12 h et de 14 h à 19 h du mois d’avril au mois de septembre et sur rendez-vous les autres jours de la semaine

Le parc Jurafaune ouvre ses portes Après bien des mésaventures, le parc animalier et botanique Jurafaune ouvrira enfin ses portes le 13 avril prochain. Cet espace de trois hectares à vocation pédagogique, unique dans la région, abrite plus de 80 rapaces toute espèce confondue. Visite.

Un projet porté par la communauté de communes

René-Jean Monneret, président de l’association Jurafaune

Le projet était dans les tuyaux depuis plusieurs années, mais il faut avouer que René­Jean Mon­ neret, président de l’association Jurafaune, a joué de malchance et a accumulé les mésaventures. Malgré les galères, il ne perd pas son humour. Avec plus d’un an de retard sur le planning annoncé, le nouveau parc Jura­ faune ouvre ses portes le 13 avril.

Le bonnet solidement vissé sur la tête, René­Jean Monneret nous accueille sur le site où les béné­ voles s’activent aux derniers pré­ paratifs avant l’ouverture. Aupa­ ravant installé à Arlay, l’ancien parc Jurafaune s’essoufflait et peinait à attirer les visiteurs. En cause : un site difficile d’accès pour les autocars, avec un fort dénivelé. “L’association, qui existe

Il devenait urgent de rechercher un nouveau site pour accueillir le parc et ses pensionnaires. Plu­ sieurs pistes sont écartées, et finalement, celle de Granges­sur­ Baume paraît la plus encoura­ geante. La communauté de com­ munes des Coteaux de la Haute Seille, en charge de cette compé­ tence, parvient à réunir 80 % de subventions, les 20 % restants étant à sa charge. La demande d’autorisation de travaux est déposée en juillet 2010, pour une ouverture prévue en mai 2012. Mais d’importants retards dans les travaux ont retardé de plus de trois mois le jour J. “Nous n’avions aucune rentrée financière depuis deux ans, la situation était catas­ trophique en septembre” conti­ nue René­Jean Monneret. “Le directeur qui venait d’être embau­ ché a démissionné. Heureuse­

ment, dès septembre, un faucon­ nier professionnel a travaillé bénévolement tout l’hiver avec deux autres bénévoles pour nour­ rir les oiseaux et procéder aux derniers aménagements”. En parallèle, grâce à la générosité du public et aux fonds personnels avancés par son président, l’asso­ ciation parvient à se dégager une petite trésorerie d’avance, lui per­

mettant de sauver les meubles et de passer l’hiver. “Sauf que fin février, un Grand duc sauvage a attaqué nos volières. Une quin­ zaine d’oiseaux ont été retrouvés morts ou blessés gravement”. Pour éviter que cet incident ne se reproduise, la communauté de communes devra financer de nouveaux aménagements pour sécuriser les volières. C.G.

Sellières LES VOCAL’S NANA EN CONCERT À L’ÉGLISE Seize chanteuses amateurs vont vous faire découvrir, dans une ambiance chaleureuse, chants géorgiens, bulgares, africains, italiens, russes, malgaches, inuits, catalans, des pays de l’Est, juifs sérafades, brésiliens, cubains etc. Concert “Chant du monde” avec les Vocal’s nana et la participation de la Cie Rouge malice. Le 12 avril à 20 h 30.

Prochaine sortie le 29 avril Régie commerciale

Célian Borrull - 06 33 79 00 94

Charles Girard

diesthésiste Magnétiseur - Ra Apporte bien-être et détente par une solution naturelle

Sur rendez-vous Magnétisme curatif G 25 années d’expérience professionnelle. G Accompagnement et soulagement dans les soins du corps. G Rééquilibre les énergies et stimule les organismes affaiblis. G

G

PAGNY-LE-CHÂTEAU - 21250 Le Vautour fauve, un des pensionnaires du parc Jurafaune

Un sentier didactique

L’aire de démonstration

PO

39120 RAHON - 03 84 81 87 45

Granges-sur-Baume - Nature

depuis plus de 20 ans et qui a pour objectif la protection de la nature et des rapaces, avait du mal à survivre” raconte René­ Jean Monneret.

13

Trois types de volières ont été ou seront aménagés au sein du parc. Les premières accueillent les rapaces en permanence, été comme hiver. Ensuite, les volières de détention des oiseaux de démonstration ne sont pas visibles du public. Enfin, un centre de reproduction devrait bientôt voir le jour. “L’objectif est avant tout pédagogique” explique René-Jean Monneret. “Beaucoup de parcs jouent sur le spectacle, sans pédagogie. Nous avons souhaité faire voler nos oiseaux espèce par espèce pour apporter des informations sur leur alimentation, leur mode de vie…”. Le bâtiment d’accueil s’ouvre sur un sentier didactique. De nombreuses espèces sont abritées dans les volières le long du sentier : Hiboux petit duc, moyen duc et grand duc, Chouettes de l’Oural, hulotte, chevêche, Buse, Faucon sacre, Milan noir, Aigle royal, Pygargue, Vautour fauve... Si vous avez de la chance, vous pourrez admirer le condor, plus grand rapace du monde, faire la parade et déployer son magnifique plumage noir aux reflets métalliques. A la fin du sentier, une aire de démonstration permettra de présenter les rapaces sur les bras du fauconnier et dans les airs. L’association a pour objectif d’attirer 15 00O visiteurs par an.

03 80 29 03 14


Pays de Lons n°71 - Avril 2013 /

La

Tarterie

des

Halles

Vente de fours

te Votre spécialiosis mobile ur à b régional du foon de vos Pizzas, pour la cuiss atins, Pains… Tartes, Gr LS… ,PROFESSIONNE SOCIATIONS S A , S R IE L U IC T R PA AURATION T S E R E D T P E C N UN CO ESTATIONS ! POUR VOS MANIF

Ouverture les samedis de 9 h à 12 h et de 14 h à 19 h du mois d’avril au mois de septembre et sur rendez-vous les autres jours de la semaine

PO

39120 RAHON - 03 84 81 87 45

Granges-sur-Baume - Nature

Le parc Jurafaune ouvre ses portes Après bien des mésaventures, le parc animalier et botanique Jurafaune ouvrira enfin ses portes le 13 avril prochain. Cet espace de trois hectares à vocation pédagogique, unique dans la région, abrite plus de 80 rapaces toute espèce confondue. Visite. depuis plus de 20 ans et qui a pour objectif la protection de la nature et des rapaces, avait du mal à survivre” raconte René­ Jean Monneret.

Un projet porté par la communauté de communes

René-Jean Monneret, président de l’association Jurafaune

Le projet était dans les tuyaux depuis plusieurs années, mais il faut avouer que René­Jean Mon­ neret, président de l’association Jurafaune, a joué de malchance et a accumulé les mésaventures. Malgré les galères, il ne perd pas son humour. Avec plus d’un an de retard sur le planning annoncé, le nouveau parc Jura­ faune ouvre ses portes le 13 avril.

Le bonnet solidement vissé sur la tête, René­Jean Monneret nous accueille sur le site où les béné­ voles s’activent aux derniers pré­ paratifs avant l’ouverture. Aupa­ ravant installé à Arlay, l’ancien parc Jurafaune s’essoufflait et peinait à attirer les visiteurs. En cause : un site difficile d’accès pour les autocars, avec un fort dénivelé. “L’association, qui existe

Il devenait urgent de rechercher un nouveau site pour accueillir le parc et ses pensionnaires. Plu­ sieurs pistes sont écartées, et finalement, celle de Granges­sur­ Baume paraît la plus encoura­ geante. La communauté de com­ munes des Coteaux de la Haute Seille, en charge de cette compé­ tence, parvient à réunir 80 % de subventions, les 20 % restants étant à sa charge. La demande d’autorisation de travaux est déposée en juillet 2010, pour une ouverture prévue en mai 2012. Mais d’importants retards dans les travaux ont retardé de plus de trois mois le jour J. “Nous n’avions aucune rentrée financière depuis deux ans, la situation était catas­ trophique en septembre” conti­ nue René­Jean Monneret. “Le directeur qui venait d’être embau­ ché a démissionné. Heureuse­

ment, dès septembre, un faucon­ nier professionnel a travaillé bénévolement tout l’hiver avec deux autres bénévoles pour nour­ rir les oiseaux et procéder aux derniers aménagements”. En parallèle, grâce à la générosité du public et aux fonds personnels avancés par son président, l’asso­ ciation parvient à se dégager une petite trésorerie d’avance, lui per­

mettant de sauver les meubles et de passer l’hiver. “Sauf que fin février, un Grand duc sauvage a attaqué nos volières. Une quin­ zaine d’oiseaux ont été retrouvés morts ou blessés gravement”. Pour éviter que cet incident ne se reproduise, la communauté de communes devra financer de nouveaux aménagements pour sécuriser les volières. C.G.

Sellières LES VOCAL’S NANA EN CONCERT À L’ÉGLISE Seize chanteuses amateurs vont vous faire découvrir, dans une ambiance chaleureuse, chants géorgiens, bulgares, africains, italiens, russes, malgaches, inuits, catalans, des pays de l’Est, juifs sérafades, brésiliens, cubains etc. Concert “Chant du monde” avec les Vocal’s nana et la participation de la Cie Rouge malice. Le 12 avril à 20 h 30.

06 33 79 00 94 Contact Régie publicitaire des lacs et du Revermont

Charles Girard

diesthésiste Magnétiseur - Ra Apporte bien-être et détente par une solution naturelle

Sur rendez-vous Magnétisme curatif G 25 années d’expérience professionnelle. G Accompagnement et soulagement dans les soins du corps. G Rééquilibre les énergies et stimule les organismes affaiblis. G

G

PAGNY-LE-CHÂTEAU - 21250 Le Vautour fauve, un des pensionnaires du parc Jurafaune

Un sentier didactique

L’aire de démonstration

13

Trois types de volières ont été ou seront aménagés au sein du parc. Les premières accueillent les rapaces en permanence, été comme hiver. Ensuite, les volières de détention des oiseaux de démonstration ne sont pas visibles du public. Enfin, un centre de reproduction devrait bientôt voir le jour. “L’objectif est avant tout pédagogique” explique René-Jean Monneret. “Beaucoup de parcs jouent sur le spectacle, sans pédagogie. Nous avons souhaité faire voler nos oiseaux espèce par espèce pour apporter des informations sur leur alimentation, leur mode de vie…”. Le bâtiment d’accueil s’ouvre sur un sentier didactique. De nombreuses espèces sont abritées dans les volières le long du sentier : Hiboux petit duc, moyen duc et grand duc, Chouettes de l’Oural, hulotte, chevêche, Buse, Faucon sacre, Milan noir, Aigle royal, Pygargue, Vautour fauve... Si vous avez de la chance, vous pourrez admirer le condor, plus grand rapace du monde, faire la parade et déployer son magnifique plumage noir aux reflets métalliques. A la fin du sentier, une aire de démonstration permettra de présenter les rapaces sur les bras du fauconnier et dans les airs. L’association a pour objectif d’attirer 15 00O visiteurs par an.

03 80 29 03 14


14

/ Pays de Lons n°71 - Avril 2013

Poligny - Culture

La nouvelle vie virtuelle du musée de Poligny

Crédit photo : P. Guenat

Une des pièces qui a pu être numérisée : un plat kabyle à une anse

Fermé depuis 1963, le musée municipal de la ville de Poligny rouvre virtuellement ses portes. Grâce au site Internet musee-poligny.fr, les internautes du monde entier pourront découvrir les différents objets issus du patrimoine culturel polinois. Une première dans la région, et une initiative assez rare en France ! Ouvert en 1863 à l’initiative du docteur Bertherand, grand voya­

geur polinois et principal dona­ teur du musée, ce lieu culturel

possède 8 000 pièces de collec­ tions. Parmi celles­ci, des sculp­ tures, des armes, des collections ornithologiques, un herbier ainsi que des toiles issues de la réserve du Louvre. Pourtant peu de Polinois peuvent se vanter d’avoir un jour visité le musée de la ville, car celui­ci a fermé définitivement ses portes au public depuis une cinquantaine d’années. En cause : la vétusté du lieu, celui­ci ne pouvait plus assurer la sécurité du public. Plusieurs solutions ont été envi­ sagées quant à la réouverture du musée, mais aucune n’a pu aboutir faute de moyens. Afin de conserver ce patrimoine culturel, la capitale du Comté, aidée par la conservation dépar­ tementale dirigée par Marie­ Jeanne Lambert, a réalisé un récolement. Depuis 2008, celui­ ci a permis d’identifier, de réper­ torier et de numériser en haute définition une centaine de pièces issues des deux salles for­

mant l’ancien musée. De là, l’idée d’un musée virtuel a émergé. Après quatre années de préparation, le premier musée virtuel en Franche­ Comté a été lancé en mars. Celui­ci offre en libre accès sur son site Internet, http://musee­ poligny.fr/, ses collections d’eth­ nologies et d’archéologie aux internautes de la planète. Acces­ sible à tous publics, le site donne accès aux numérisations des différentes pièces de collec­ tions. La configuration de l’an­ cien musée a été conservée, ainsi les ’“cyber visiteurs” peu­ vent visiter virtuellement les deux salles. Un mode à 360 degrés permet de visualiser quatre objets de manière glo­ bale. L’engouement autour de ce projet a permit de le financer aux trois quarts, soit 30 000 euros, avec les subventions allouées par les différents partenaires, le programme européen Leader +, le Conseil général, le Conseil régional et la Direction régionale des affaires culturelles. L’estima­ tion du coût total étant de 40 000 euros. Dans le but d’étof­ fer le site, une nouvelle cam­ pagne de numérisation est déjà prévue ainsi que la création d’un accès audio pour faciliter l’accès aux personnes mal voyantes. Claire Jacquesson

Tourisme - Web

Ateliers de musique - Poligny

En immersion chez les Gnawa Le Polinois Arno Lorrentz a mis sur pied un programme d’échanges culturels et pédagogiques avec le Maroc. La seconde édition du stage d’arts musicaux est prévue du 15 au 22 avril.

A l’initiative de ce projet, Arno Lorrentz, à la tête d’un atelier de musiques actuelles et amplifiées à Poligny, a eu l’idée de mettre en place des séjours basés sur la rencontre artistique. C’est en 2010 que le projet prenait racine, alors que le Polinois prenait part à l’organisation d’une tournée avec des “Maîtres Gnawa” de Marrakech, musiciens traditionnels marocains. Il fait alors la connais­ sance de Mohamed El Beggar, avec qui l’idée de mettre en place des échanges culturels se tisse doucement. “J’ai eu envie de faire découvrir cet environnement, et des rythmes qu’on ne pratique pas chez nous, notamment le rythme ternaire. C’était aussi l’occasion de faire découvrir la culture marocaine” explique Arno Lorrentz. Ces stages sont destinés aux musiciens, conteurs, danseurs… de tous âges, et tous liés par une passion artis­ tique. L’année dernière, dix Jurassiens s’envolaient

pour Marrakech pour découvrir la musique Gnawa. “Ce fut une grosse claque à leur retour” raconte Arno Lorrentz. Pour cette deuxième édi­ tion du 15 au 22 avril, les participants seront hébergés dans un riad à Marrakech, géré par Arno Lorrentz et Mohamed El Beggar. Sur place, ils seront accueillis par une équipe franco­marocaine. Durant huit jours, ils vivront aux rythmes des échanges avec les maîtres Gnawa, les luthiers, les danseurs… Une rencontre avec le plus vieux conteur de la célèbre place Jemaa El Fna est pré­ vue. Durant cette semaine, les participants s’initie­ ront également aux percussions, au banjo, au chant, aux danses orientales, sans oublier le volet touristique. C.G. Il reste encore des places. Renseignements : Arno Lorentz Services Culturels, 20 bis rue de Faite, 39800 Poligny

Lons-le-Saunier - Exposition

“Sauvé des eaux, sauvé du temps” au musée des beaux-arts

Le portail du CDT s’offre un lifting Le mois dernier, le Comité départemental du Jura a mis en ligne son nouveau portail Internet (www.juratourism.com). Depuis la mise en ligne de son premier site en 2000, le CDT a toujours bénéficié d’une fréquentation correcte (882 833 visiteurs en 2012). “Nous nous efforçons d’être toujours innovants en matière d’Internet afin d’être une locomotive auprès de nos professionnels du tourisme” explique Jean­Pascal Chopard, directeur du CDT. Mais cette première version nécessitait une refonte fonctionnelle et structurelle. Dans ce nouveau portail dernière génération, un système d’information touristique a été élaboré. Cette base de données, qui a nécessité plusieurs mois de travail, centralise toute l’information touristique du département. Simple d’utilisation et ergonomique, son identité visuelle est épu­ rée. Un type de navigation particulier permet de visualiser l’arborescence du site sans avoir à cliquer. Autre nouveauté, les sites Internet de l’offre touristique du Jura ont tous été regroupés sur ce portail unique, à l’instar de Jurathermes, Camping Jura, Jura du Grand Huit, Jura réservation et vignoble­jura.fr. Enfin, point important pour faciliter les démarches des touristes : ils pourront désormais réserver en ligne, soit parmi les 1 500 hébergements, soit parmi les séjours thématiques déjà organisés. L’objectif du CDT est d’atteindre le million de visites. Pour développer ce nouveau site, la structure a déboursé une enveloppe de 49 000 euros.

Propres, les routes du Jura sont plus belles Chaque année au printemps, chacun de nous croise, aux bords de nos routes, une fourmilière de gilets jaunes armés de pinces et de sacs plastiques. Ce sont les agents des routes du Conseil général qui parcourent les principaux axes touristiques du département pour récupérer un maximum de détritus. En 2012, ce sont près de 62 tonnes de déchets qui, abandonnées par des usagers peu scrupuleux sur le réseau routier en dehors des aires aménagées à cet effet, ont été ramassées manuellement. La variété de ces déchets est très grande : bouteilles en verre, en plastique, sacs, papiers, pneus, batteries, encombrants... C’est une tâche ingrate, tant au niveau de l’hygiène que de la sécurité et de la pénibilité. Pour les touristes qui le visitent ou les habitants qui y vivent, le Jura doit garder sa beauté, sa qualité de vie et son image de département vert.

Alors quand vous ouvrez votre vitre pour jeter papiers ou bouteilles vides, soyez différent !

Jusqu’au 15 septembre 2013, le Musée d’Archéologie du Jura propose pour la première fois une exposition originale et itinérante, “Sauvé des eaux, sauvé du temps” au musée des beaux-arts de Lons. Elle explique comment une collection de pièces en matière organique a pu être restaurée par un laboratoire, le seul en France à effectuer la restauration des bois archéologiques. Le musée d’Archéologie du Jura conserve une riche collection de pièces archéologiques en matières organiques provenant de divers sites jurassiens ou de l’étranger. L’exposition “Sauvé des eaux, sauvé du temps” donne un éclairage nouveau sur la conservation et la restauration de ces objets en matériaux périssables et explique pourquoi ce mobilier est parvenu au musée malgré les dégradations auxquelles il peut être exposé (attaques biologiques, climatiques ou mécaniques). C’est également l’occasion d’attirer l’attention sur ce patrimoine fragile qui requiert une grande attention. Pour cela, la muséogra­ phie de l’exposition s’appuie en grande partie sur un contenu scientifique conçu par le laboratoire ARC­ Nucléart, le seul en France à effectuer la restauration des bois archéologiques avec une méthode singu­ lière. Au sein du CEA­Grenoble, l’équipe pluridisciplinaire du laboratoire retrace dans cette exposition 40 années d’expérience au profit des musées et de leurs collections. En parallèle à la présentation des techniques et des moyens mis en œuvre par ARC­Nucléart, une place est attribuée aux collections en matières organiques conservées par le musée d’Archéologie du Jura (bois secs, bois gorgés d’eau, bois animal, cuir, éponge animale, fibres végétales) et issues de sites archéolo­ giques jurassiens (sites palafittiques néolithiques de Chalain, site gallo­romain de Chavéria, sites médié­ vaux d’Ilay et de Présilly) ou étranger (collection d’égyptologie).

Atelier pédagogique pour les scolaires A partir du 8 avril, deux ateliers sont proposés par le Centre Jurassien du patrimoine pendant l’année scolaire. L’atelier “cordage et poterie” (à partir du cycle 3) présente la fabrication des cordes, des maté­ riaux utilisés, de leurs usages et de leur emploi dans la décoration. L’atelier “de l’animal à la chaussure” (CM et Collège) présente le travail du cuir et de ses emplois de la Préhistoire à l’époque romaine. Musée des beaux-arts, du mardi au vendredi : 14 h - 17 h. Samedi, dimanche et jours fériés : 14 h - 18 h


Pays de Lons n°71 - Avril 2013 /

I Publirédactionnel

Rubin

e r i a n e t r a Un p e c i v r e s e r à vot

15

IQUE ! EPHONE UN L E T E D O R UN NUME

5 4 3 4 4 2 4 8 03

.com e g a y o t t e n n se mettre www.rubi , créée pour le ia il m fa et son se une entrepri Guillot-Rubin

IN est r Anne es société RUB ujourd’hui pa ui sont à la fois distinct la a , 4 se 8 ri 9 1 p e is R u . p e e ll q e d s n t é n n it io ta iv ss is fe Ex is act l’hygiène pro ine selon tro au service de ubin, la société se décl eR frère Philipp taires. n e et complém té opre partenaire pr GE, c’est LE YA ployés TO em ET N 50 N RUBI s moins de Pa . ls ne eon si es ries, des entr pour les prof ice des indust rv use rib st au di nt de te se met la gran entaires ou de yage lim tto -a ro ne ag un es ur is pr t po rent égalemen comtion. Tous œuv domaine de l’hôtellerie, du le e ou ns bl da eu ité m al de qu es d’im rties commun e de merce, des pa x administratifs. Qu’il s’agiss au voirre sa bu le s s, de difficile encore erie ou de sols tr ents vi m de pe , ui tte éq ue s moq x meilleur au lié al s rié tis la e, pour sa faire faire des sa e irréprochabl èn gi hy e un onnel. Les nt assure milieu professi le e ct di e qu ent assurés les exigences es sont égalem , la remise qu ifi éc sp s nettoyage s, de canapé tement de tapi mande comme le trai e toute autre de qu i ns ai x au av tr s en état aprè propreté. s exigences de qui répond à de nettoyage@wanadoo.fr n. Contact : rubi

TI-TRAVAUX e l’activité MUL qu 05 20 en st C’e société Rubin. au sein de la s’est intégrée timent et une ation dans le bâ rrain, PhiAvec une form nées sur le te an 20 de e nc expérie vos dépanplace pour tous dé se n bi Ru lippe s, accompagné es maintenance nages ou petit et fiable. La alifié, minutieux erie, la de personnel qu rr cité, la se ur ri ct le l’é e, ri plombe re les revêteinture ou enco pe la , rie se ui men domaines pour sont autant de ments de sol ient, que vous reprise interv lesquels l’ent onnels. iers ou professi soyez particul à 7 % pour les it de TVA rédu ux ta un ec Av reprise RUBIN rticuliers, l’ent logements pa partenaire de deviendra un MULTI-TRAVAUX otidien. e confor t au qu taille pour votr x@orange.fr au n.multi.trav bi ru : ct ta on C

4

SERVICES

r et décapage pa ne le nettoyage n’utilisent que er nc co ité tiv Cette ac age. Elles e et Aérogomm tale qui Hydrogommag inérale ou végé l’enm e in ig or d’ s at r ul su an ct ns impa des microgr égradables et sa sur od bi se t po en re m le ue ta iq sont to 0 % écolog 10 é éd que permet oc ant pr rt e po C ux, cette techni par un im s do ve vironnement. us si pl ra ue, up ab co es au gomm mais be étaux, le plastiq la projection de ession. Alternatif au sablage e le bois, les m m m co ts or pp su e pr tuflux d’air à bass ement sur différents types de utilisés sont na e. Les abrasifs ficac in ig , or d’ ne e di ac an rf m d’intervenir ef su oix, al altération de la égradables (n le verre… sans s et 100 % biod ). Quelques exemples de te er in t en m rels, chimique ate de calcium es, volets, lcium, bicarbon le bois [meubl rcarbonate de ca re utilisé ce système : pour ers, poutres, te ut êt caliers, planch s, es , ue in iq suppor ts où pe rd an ja éc de m ls, pièces ls, meubles tres alliques, portai ét au portes, portai m ), s … et se ol as (v rr al le mét uret, te er re (murs, m rasses bois…), neries…), la pi on rr fe , rs . eu )] at radi uling… bateaux (antifo (mobile-home, ommage

est la plus à la personne es ic rv se lle-ci de ée en 2007, ce Cette activité é RUBIN. Cré ét tant , ci rs so ie la ul ic de rt récente soins des pa be x au r ue rib du netpermet de cont du ménage, du repassage, s verts. ne ai ce m pa n des es dans le do e dans l’entretie s particuliers, la qu es tr vi de toyage la vie de toujours plus ace et de Pour faciliter urses à leur pl co s le ire fa de e s reçues, os ée op id société pr ment aux re ai tr on C s. pa ment aux perpréparer les re nt pas unique se es de dr s’a ne souvent une ai ces services apportent bien le s rs ai ou m uj s to ée s âg pa sonnes qui n’ont es tiv ac rs pe ne 15 on sont alors réelle aux pers ces tâches. Ce ur de po er t up en cc nn s’o ie temps de qui interv s et exigeantes in, dans sonnes qualifiée tre intérieur ou de votre jard les. vo de nc s ou po tuel prendre soin N tions régulière ta SO AI es M pr LA de DE e le cadr SERVICES X AU N BI fis RU n t, io ta e réduct Agréée par l’E bénéficier d’un de s nt ie cl x permet au %. d’une TVA à 7 .fr cale de 50 % et services.maison@orange n. Contact : rubi

Avant aérog

mage Après aérogom

(N° d’agrément : R/041 211/F/039/S/022)

RUBIN - 335, ROUTE DE BESANÇON - LONS-LE-SAUNIER - Tél. 03 84 24 43 45 - Fax. 03 84 24 74 55

Textes sous la responsabilité de l’annonceur ­ Reproduction interdite ­ © Pays de Lons n°71 ­ avril 2013

ge a m m o g o r é A ’ L


16

/ Pays de Lons n°71 - Avril 2013

TROP DE CRÉDITS ? Repartez du bon pied et réalisez de nouveaux projets !

Pour une étude gratuite, discrète et sans engagement de votre part, contactez-nous au :

09 62 18 81 49

Payez une seu le mensualité sans changer d e compte banca ire

www.idesia.fr

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager. SARL SACOLIN (Société indépendante franchisée au réseau Idésia) ­ Intermédiaire en opérations de banque, travaillant sans exclusivité ­ 9, rue des Cosaques – 39500 DAMPARIS ­ RCS LONS LE SAUNIER 507 459 170 – Code APE 6619B Mandants : CFCAL, 1 rue du Dôme 67000 STRASBOURG – SYGMA, 66 rue des archives 75003 PARIS. Sous le contrôle de l’ACP (Autorité de Contrôle Prudentiel) – 61, rue Taitbout 75009 PARIS – Assurance de Responsabilité Civile Professionnelle conforme à la législation des IOBSP. Conformément à l'article 32 de la loi n°78­17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, les franchisés du réseau IDESIA disposent d’un traitement informatique des données personnelles, le responsable du traitement étant la société IDESIA CONSEILS (RCS NANCY 449 909 563). La finalité de ce traitement est d’apprécier la situation des clients en termes de solvabilité. Ainsi, les données recueillies sont destinées à IDESIA CONSEILS pour transmission, en cas d’acceptation du dossier de demande de financement, aux partenaires bancaires du réseau. Le client peut s’opposer au traitement des données pour motif légitime et peut refuser de fournir les données demandées ce qui peut justifier le refus du dossier de demande de financement. Le client dispose en tout état de cause d’un droit d’accès, de rectification, de suppression et d’opposition sur les données personnelles le concernant. Il lui suffit pour l’exercer d’écrire à l’adresse suivante : IDESIA CONSEILS – 9, square de Liège 54500 VANDOEUVRE­LES­NANCY ». Pour toute réclamation, merci d'écrire à Idésia service réclamation 9, square de Liège 54500 VANDOEUVRE­LES­NANCY. Aucun versement de quelque nature que ce soit ne peut être exigé d’un particulier avant l’obtention d’un ou plusieurs prêts d’argent.

Sports - Karting

Nelson Bondier à la maison ! La saison de karting 2013 bat son plein : après les deux premières épreuves de Vesoul et Septfontaine, la prochaine course se déroulera dans le Jura les 4 et 5 mai prochains.

Boxe - Gala du RA Lons Pour son gala annuel qui aura lieu le 13 avril prochain au Complexe sportif du Solvan à Lons à partir de 19 h 30, le président du Ring athlétique Lons, Fernando Dos Santos présentera trois combats professionnels. Dans le cadre du critérium national, en catégorie mi­moyens : Gueram Khatchaterian (RAL) affrontera Mickael Orlov de Courbevoie. En quart de finale du tournoi de France, catégorie super­légers, Mickaël Lacombe (RAL) sera opposé à Franck Petitjean de Clichy. Enfin, après sa retentissante victoire en Australie, Yoann Portailler clôturera la soirée face à un adversaire qui n’est pas encore connu.

Nelson Bondier s’imposait en 2012.

Cette manche comptant pour la qualifica­ tion au Championnat de France est orga­ nisée par l’ASK Moirans sur le circuit Jura­ cing Kart de Moirans­en­Montagne. Sur

ce circuit très sélectif où il n’est pas aisé de dépasser, il ne faudra pas négliger les chronos et les départs de manches. La météo peut aussi jouer les arbitres sur­

prises car le relief du tracé devient pié­ geux avec des zones qui sèchent diffé­ remment. Près d’une centaine de pilotes s’affronteront dans plusieurs catégories

allant du minikart (8 ans) au 125 cm3 à boîte de vitesse. Parmi ces séries, des Jurassiens sont présents. Chez les jeunes, il faudra suivre Colin Briot qui a rempilé en minime. Mais la catégorie où l’on voit surtout les Jurassiens, c’est la catégorie reine : le KZ125. Boîte de vitesse à 6 rap­ ports, 125 cm3 développant plus de 40 chevaux pour un kart pesant moins de 100 kg, un rapport poids puissance qui fait pâlir certaines supercars italiennes ! Pour maîtriser ces bolides, on peut comp­ ter sur Nelson Bondier : le pilote de Moi­ rans connaît la piste comme sa poche, nul doute qu’il va mettre un point d’hon­ neur à briller pour défendre ses titres de champion de ligue 2011 et 2012. Son camarade d’entraînement Maxime Goyard sera à surveiller également, il est toujours bien placé à domicile. Adrien Girard fait son retour après quelques années d’absence. Le pilote de Bletterans est pourtant un bon client, titulaire d’un BPJEPS Sport automobile, il n’a jamais lâché un volant durant cette interruption. Vincent Fallet nous vient de Menotey, et c’est un habitué du championnat capable de taquiner les leaders. Dans les autres courses à suivre avec intérêt, la Nationale qui est la catégorie de promotion par excellence, donne tou­ jours beaucoup de spectacle avec des bagarres à tous les étages. Chez les Rotax Max aussi on devrait avoir du sport, les promus Jouvanceaux et Vaison sont bien décidés à chatouiller les tauliers en place. Alain Cêtre www.acetre.tk

Entrée et accès aux paddocks gratuits

18e FOULÉES BLETTERANOISES Organisée par le Lons Athlétique Club, la 18e édition des Foulées Bletteranoises a tenu toutes ses promesses. 400 coureurs étaient engagés sur les courses seniors, sous un soleil resplendissant. Les deux Burundais

Trail - 6e Eco-trail des lacs

Le 28 avril prochain, le Club Omnisports Clairvalien organise son 6e Eco-trail. Cette manifestation sportive en plein cœur du pays des lacs permet de découvrir des parcours divers et variés, des lacs du 1er plateau aux contreforts des montagnes jurassiennes. Toujours inscrite dans une démarche écologique, l’Eco-trail des lacs continue de réduire son bilan carbone à chaque édition. Dès les premiers préparatifs jusqu’au lendemain de la manifestation, organisateurs et bénévoles s’efforcent d’adopter une démarche écoresponsable. Trois épreuves sont au programme : le 10 km “découverte” qui permettra à chacun de découvrir et s’initier au trail, le 18 km qui s’adresse aux coureurs plus habitués à ce type de course, et le 36 km, qui emmènera les concurrents les plus aguerris à travers les forêts et chemins jurassiens. Les départs seront donnés depuis le site du camping Fayolan à Clairvaux-les-Lacs. Un repas d’après course, une piscine chauffée et des masseurs attendront les coureurs au terme de l’épreuve !

Lons-le-Saunier - Trail des Reculées Le 7 avril prochain, la 9e édition du trail des Reculées s’élancera de Lons-le-Saunier. La section trail de l’Amicale Laïque Lédonienne, qui organise l’événement, a prévu cette année un volet connaissance de l’épreuve plus développé. Par ailleurs, pour varier un peu les parcours et les rendre plus techniques, une partie nouvelle a été insérée : elle concerne le 36 km et le 52 km. A signaler que le 52 km permettra d’engranger un point pour l’Ultra-trail du Mont Blanc. Le 16 km est inchangé, il est destiné comme son nom l’indique, à découvrir une autre façon de courir, plus près de la nature. Après la course, la convivialité reste un des objectifs des organisateurs, et le repas pris en commun constitue une rencontre incontournable, un lieu d’échange entre traileurs (H et F) et bénévoles.

Ezechiel Nizigiyimana et Eric Niyonsaba se sont imposés. Il faut remonter jusqu’à la 24e place pour trouver un Jurassien, Samuel Bellenoue (Lons Athlétique Club). Le record de 2000 n’est toujours pas tombé à Bletterans.


Pays de Lons n°71 - Avril 2013 /

17

Depuis quarante ans, pour vous, Ardiet réinvente le parquet

C

’est en 1968, dans un contexte poli­ tique tourmenté où l’on parlait plus de “pavé sous la plage” que de… parquet, que Jean Ardiet créait à Messia, près de Lons, la société qui porte son nom. Tout d’abord installée au cœur du village, rue du petit Tartre, l’enseigne artisanale était alors essentiellement spécialisée dans le ponçage, la rénovation et la vitrification des parquets. Plus tard, le fils de Jean Ardiet, Christian, intègre à son tour une entreprise familiale en pleine expansion qui va rapidement s’impo­ ser dans la région comme une des sociétés phare de ce secteur d’activité. Dans le même temps que l’embauche consécutive de plusieurs ouvriers qualifiés, à l’activité de rénovation, va s’ajouter celle de la pose de parquet. Devenu le partenaire incontour­ nable de nombreuses administrations,

collectivités territoriales, établissements sco­ laires, gérants de copropriété, d’architecte et de plusieurs centaines de particuliers, au milieu des années 90, Ardiet parquets prend ses aises dans ses locaux actuels, à la sortie de Messia, où les clients auront désormais tout loisir d’effectuer leur choix de matériaux en visitant le show­room de 80 m2. À cette même période, particulièrement sollicité dans la région de Besançon, Christian Ardiet, qui a entre­temps pris le relais de son père aux commandes de l’entreprise, installe une autre antenne dans la capitale de Franche­ Comté. À ce jour, sur ces deux sites, Ardiet parquets emploie six poseurs­ponceurs et quatre personnes qui gèrent le domaine administratif et commercial. Mais si Christian Ardiet reste le “Big Boss” de la société fami­ liale qu’il continue de chapeauter, cela n’a

pas empêché sa fille, Elise, de perpétuer la tradition familiale et d’agrandir la dynastie des spécialistes émérites du parquet. Depuis huit ans maintenant, la dynamique jeune femme est responsable de l’antenne juras­ sienne d’une société dont l’incomparable savoir­faire et le professionnalisme ne sont plus à prouver mais dont le principal objectif reste de pouvoir accompagner les projets de ses clients et de pouvoir répondre à leurs attentes : “ Si nous ne souhaitons pas nous positionner sur le segment du bas de gamme, qui ne répond pas à notre philoso­ phie et à nos exigences de qualité, pour autant, les produits que nous référençons présentent un excellent rapport qualité­prix et s’adressent à tout un chacun. Notre gamme est composée de produits Allemands et Belges, particulièrement originaux et fia­

bles mais pas plus chers ”, expose­t­elle. Chez Ardiet parquets, les porteurs de projets repartent avec des échantillons de lames qui leur permettront de valider chez eux, in situ, le choix des matériaux sur lesquels ils ont porté leur dévolu. Parquets stratifiés (par­ quets flottants pour le commun des mortels !) parquets traditionnels en bois massif comme le chêne, le châtaignier, par­ quets en bois exotique comme le teck ou le wengé ? Chez Ardiet, où on est libéré des contraintes commerciales et des mariages de raison avec certains fabricants, on vous apportera conseils et solutions avant même que de vous vouloir vous vendre quoi que ce soit : “la multiplicité de nos fournisseurs et de nos interlocuteurs couplée à notre indépen­ dance nous offrent un choix quasi illimité de solutions et de tarifs dont nos clients sont les

premiers bénéficiaires”, développe Elise Ardiet. Et si ça, c’est pas une bonne nouvelle, ça y ressemble sacrément…

Ardiet Parquets 319, rue Louis-Rémy 39570 Messia-sur-Sorne

03 84 43 05 10 Fax : 03 84 47 56 73 ardietparquets@wanadoo.fr

Découvrez Ardiet parquet sur Internet

www.parquets-ardiet.com


18

/ Pays de Lons n°71 - Avril 2013

Menu Grenouilles

Le Bouchon du Château

ement Sur réservation uniqu

36 € /personne

Tarte fine aux escargots de Bourgogne, crème de poireaux et tomme du Jura.

www.lebouchonduchateau.com 34, rue du viseney, 39570 MIREBEL Sur réservation au 03

ert : Entrée + plat + dess

Entrée

84 25 18 60

Plat seul :

26 € /personne

Plat

Cuisses de Grenouilles fraîches (225 g) en persillade d’ail rôtie et beurre du “Père Poulet” Risotto d’orzo ou frites.

Lucie et Olivi er P errard

Dessert

Parfait glacé à la griotte et liqueur de sapin, espuma vanille et crumble de sésame et noisettes.

RECETTE e r Servoll © Xavie

Noix de St-Jacques juste saisies, purée de patates douces au curry, crème de poireaux et poitrine de porc confite Recette pour 6 personnes Offerte par le restaurant Le bouchon du château

Les poireaux

Ingrédients G 24 belles noix de Saint-Jacques écossaises ou françaises G 2 poireaux G 100 g de beurre G 1 cuillère à soupe d’huile d’olive G 300 g de poitrine de porc G 4 cuillère à soupe de sauce soja G 3 Badiane étoilée G 10 graines d’anis vert

10 graines de coriandre 1 tige de citronnelle G 1 bouquet de coriandre fraîche G 2 patates douces G 50 g de gingembre frais G 1 boîte de lait de coco G 1 gros oignon G 1 gousse d’ail G Sel et poivre G Pâte de curry vert ou 1 cuillère à café de poudre de curry G G

PAOh ! Editions Siège social : 13, rue Alexandre Vialatte 39100 Dole

2 poireaux coupés sur la longueur. Laver à l’eau tiède puis émincés finement. Faire suer dans une casserole avec du beurre (fondant). Déglacer avec du fond de volaille, réduire, assaisonner et crémer. Réserver. • Faire suer, oignons, ail, gingembre, curry vert ou poudre, huile d’olive, ajouter les patates douces coupées en petits morceaux, (cuisson sans coloration). • Ajouter le fond de volaille à hauteur des ingrédients et laisser cuire 30 minutes. • Égoutter et réserver le bouillon de cuisson, puis mixer (robot coupe), ajouter du bouillon pour obtenir une texture lisse. Assaisonner et garder au chaud. • • • •

• Faire griller la poitrine de porc confite, avec un peu d’huile d’olive. • Faire chauffer tout doucement la purée de patates douces et la

Régie publicitaire : Tél. 03 84 82 50 21 / 06 33 79 00 94 commercial@paysdelons.fr

• Saisir les noix de Saint-Jacques dans une poêle chaude à l’huile

Rédaction : redaction@paysdelons.fr Mise en page et photogravure PAOh ! Studio graphique - Dole / studio@paoh.fr Imprimé en France à 34 847 exemplaires

Annoncez GRATUITEMENT vos manifestations sur

www.paysdelons.fr

E TAT C I V I L

Aya de Aïssa ALLATI et Hakima BOUALI, Chilly­le­Vignoble Juliette de Grégory PROST et Céline RENAUD, Neva de Jean­Adrien MARTIN et Audrey BIASI, Clairvaux­les­Lacs Arlay Paul de Olivier MOYEN et Aurélie Camille de Stéphane RAT et Françoise BOURGEOIS, Cogna POURCEL, Arthenas Eva de Florian CHARVIN et Amandine Maxime de Serge BRIZARD et Angélique FAUTRELLE, Commenailles BESSARD, Arthenas Ruben de Fabien COLART et Déborah DIAMÉ, Nolan de Mickaël NINET et Floriane BOISSON, Commenailles Beaufort Kimie de Lilian MALLY et Christèle BOUVARD, Maxym de Nicolas MEULLE et Virginie BRAILLY, Cosges Beaufort Gabin de David GRIGI et Aline GUETTE, Mélody de Thierry RICARD et Angélique Courbouzon MARTIN, Beaufort Quentin de Nicolas FAVEAU et Anne­Sophie Vince de Jesson GUERARD et Jennifer CHATELLE, Courlans PERNOT, Bletterans Ethan de Loïc DUPERTUIS et Sabrina CORBIN, Asya de Ulas YAPMIS et Yeliz KARACAY, Courlans Bletterans Lily­Rose de Laurent MIGNOT et Béatrice Nolan de Benoît BONDIVENNE et Sylvia ROUILLON, Courlaoux SCHRUOFFENEGER, Chavéria

NAISSANCES

• Réaliser un bouillon infusé avec les épices, la sauce soja

et les queues de coriandre fraîche. • Plonger la poitrine et laisser cuire au moins 3 heures

(cette cuisson peut être réalisée la veille). • Une fois cuite, laisser refroidir et couper en gros carrés.

Dressage

Adresse Pays de Lons - Zone des Epenottes - BP 212 39102 Dole - Tél. 03 84 82 50 21 - Fax : 03 84 72 37 81 - n°ISSN : 1 778-820X des lacs et du Revermont

Pour la poitrine de porc confite

crème de poireaux. d’olive et beurre environ une minute de chaque côté. • Disposer la purée de patates douces dans l’assiette, la poitrine

confite, les noix de St-Jacques saisies et une cuillère de crème de poireaux. (Vous pouvez aussi servir avec des asperges, du mangetout un peu croquant ou du pack Choi pour les confesseurs.) • Décorer avec quelques feuilles de coriandre fraîche et une petite goutte d’huile de noisette (si vous avez) sur les Saint-Jacques.

Arthur de et Anne­Lise GONIN, Courlaoux Maxime de Alan LASSAUGE et Caroline CHAUDAT, Courlaoux Damien de Kévin FAVOTTE et Stéphanie SAGAT, Cousance Arthur de Christian MARANO et Isabelle VALADARES, Crançot Mélissa de Romain CHASSARD et Pauline FERON, Crotenay Selena de Christophe MAINET et Virginie GAILLARD, Crotenay Djason de Jérôme LOCATELLI et Célina GINDRE, L'Étoile Jonas de Stéphane BRIDE et Muriel SAUCE, Largillay­Marsonnay Gabrielle de Benoît de DREUILLE et Aurore LANQUETIN, Lavigny Soline de Emmanuel KLINGUER et Aurélie DICHAMP, Lons­le­Saunier

Mathilde de et Charlène ROHNER, Lons­le­ Saunier Inès de Abderrahim BOUZELMAT et Marina PAGET, Lons­le­Saunier Inaya de Fayçal BRICK et Sarah STEPHAN, Lons­le­Saunier Léa de Cyrille DURAND et Céline GROS, Maisod Francesca de Domenico PICCOLO et Nicole ANDRÉ, Mesnois Eva de et Amélie FAVIER, Montmorot Hüseyin de Ugur KORKMAZ et Serap ONCU, Montmorot Léa de Nicolas MEURET et Catherine VIEUX, Montmorot Antoine de Sébastien FOURNIER et Jessica NICOLAS, Nogna Julia de Mickaël TILLIER et Christel BEAU, Orgelet

L’œil du chef, Olivier Perrard veille...

Line de Nicolas BASSET et Cindy PIANI, Poids­ de­Fiole Léandro de Guillaume PRIN et Lory BADAUT, Quintigny Maëllie de Gaël PERRON et Johannie ROMAND, Saint­Didier Anahita de Sébastien NORMAND et Carole MARION, Sellières Abygaelle de Olivier ROY et Aline GRILLOT, Tourmont Léon de Antoine ZANETTI et Anne POUSSIN, Vernantois Ilka de Olivier GENEVAUX et Kinga TÖKES, Vincelles

DÉCÈS

BESSON Michèle, Beaufort, 64 ans CHAUDAT Gilbert, Chapelle­Voland, 81 ans MAZIER Denise, Château­Chalon, 89 ans CHATEAU Jeanne, Commenailles, 96 ans

BOURDY Gaston, Commenailles, 84 ans FYON Gisèle, Cousance, 85 ans CLERC Christian, Digna, 63 ans TRÉVISAN Primo, Gevingey, 87 ans BRAUD Christiane, Hautecour, 75 ans LAGARDE Michel, Largillay­Marsonnay, 81 ans FOURNIER Madeleine, Le Fied, 94 ans BLONDEAU André, Le Fied, 89 ans MICHAUD Blanche, Lons­le­Saunier, 92 ans HOOFT Yoan, Lons­le­Saunier, 31 ans PRÊCHEUR Geneviève, Lons­le­Saunier, 83 ans BAEZA Roger, Lons­le­Saunier, 89 ans COLL Marguerite, Lons­le­Saunier, 90 ans TONETTI Bernard, Lons­le­Saunier, 83 ans MAGNIEN Renée, Lons­le­Saunier, 82 ans VORMELKER Rudi, Lons­le­Saunier, 88 ans TEIL Jean, Lons­le­Saunier, 100 ans VOISIN Alice, LONS­le­SAUNIER, 98 ans SECRÉTANT Henri, Lons­le­Saunier, 87 ans CHAVY Gérard, Lons­le­Saunier, 77 ans

REUBIRA Joseph, Lons­le­Saunier, 87 ans GROS Clémence, Lons­le­Saunier, 99 ans MATHON Jeannine, Lons­le­Saunier, 83 ans BERTRAND Paul, Lons­le­Saunier, 91 ans CAILLON Léonie, Lons­le­Saunier, 91 ans CARRIER Raymonde, Lons­le­Saunier, 91 ans CHAVANELLE Marie­Louise, Maynal, 91 ans SCALESE Carmine, Messia­sur­Sorne, 91 ans DALOZ Monique, Montmorot, 84 ans GANDELIN Jean­Claude, Montmorot, 77 ans SCHNEEBERGER Emile, Montmorot, 81 ans DURAFFOURG Evelyne, Montmorot, 69 ans MAUPOIL Paulette, Montmorot, 86 ans BONIN Marcel, Perrigny, 61 ans BAUX Juliette, Poligny, 93 ans MICHAUD Danielle, Poligny, 88 ans BROUTA Marcelle, Sellières, 88 ans CAMUS Gisèle, Trenal, 80 ans ANGONIN Maurice, Villevieux, 83 ans GOYPIERON Alain, Voiteur, 53 ans


Pays de Lons n°71 - Avril 2013 /

19

Etude de Maître BAVOUX Didier - Notaire 51,rue des Granges - 39140 BLETTERANS Tél. 03 84 85 03 76 - didier.bavoux@notaires.fr

Vos pages

RUFFEYSUR-SEILLE :

CHAPELLE VOLAND :

Immobilier

www.paysdelons.fr/immobilier/

Maison indépendante sur 1520 m2 de terrain, comprenant 2 logements, dépendances, chauffage gaz: 180.000 €. DPE D.

Immeuble d’habitation de Type F6 habitable à rénover avec terraindépendances : 145.000€ à débattre. DPE F.

ARLAY : Maison mitoyenne sur un coté, type F4, dépendance, terrain de 6 ares 78 centiares : 132.000€. DPE F.

ARLAY : Maison en pierres, à rénover, sur deux niveaux, dépendances, terrain. Prix: 99.500€. DPE G. BOSJEAN : Ferme bressane rénovée : 197.000€. DPE D. CHAPELLE VOLAND : Maison indépendante à terminer de rénover, dépendance, terrain de 44 ares 92 centiares : 102.000€. DPE F. LE PLANOIS : Maison de plain pied récente de Type F5, dépendance séparée, sur 19a de terrain : 158.000€. DPE D. LE PLANOIS : Maison Type bressane entièrement rénovée, dépendance, terrain de 15a environ : 195.000€. DPE D. BEAUREPAIRE EN BRESSE : Maison indépendante sur sous-sol, type F4, combles en cour d'aménagement, terrain de 2170 m2. 143.000 €. DPE D. BEAUREPAIRE EN BRESSE : Maison rénovée de type F5 sur sous-sol, terrain derrière la maison : 150.000 €. DPE E. COMMENAILLES : Deux terrains à bâtir de 13 ares, viabilisés : 35.000€ chacun. COURLANS: Maison à rénover avec grand terrain et dépendances: 95.700 €. DPE G. CHAUMERGY : Deux terrains à bâtir : l'un de 927 m2: 22.000€. / l'autre de 940 m2: 25.000€. BOIS DE GAND : Grande maison d’habitation avec box à chevaux attenant état neuf et terrain : 577.000€ à débattre. DPE D. BLETTERANS : Immeuble au Centre. 5 logements différents types-cour-dépendances : 195.000€. DPE E. BLETTERANS : Terrain à bâtir de 1950 m² : 35.000€. BLETTERANS : Centre bourg, maison indépendante de type F3 sur sous-sol, sur 553 m2 de terrain. 100.000€. DPE G. RUFFEY-SUR-SEILLE : maison renovée sur deux niveaux, cour devant, terrain derrière, terrasse, jardin, pré pour 4346m2.160.000 €. DPE E. RUFFEY-SUR-SEILLE : Bâtiment à rénover à usage d’habitation: 80.000€. DPE G. NANCE : Deux terrains à bâtir de 35 ares chacun : 40.000€ chacun.

18, rue Lafayette - LONS-LE-SAUNIER - 03 84 87 20 70

La meilleure adresse pour trouver la vôtre !

LONS LE SAUNIER - Appartement F3, Cuisine,

DPE F

Région ARLAY - Maison en pierre ayant fait l’objet

d’une rénovation en 1982. Cuisine, séjour, sdb, 2 wc, 2 chambres, grange, cave, cellier, 1 pièce aménagée. Réf.2288 132 000 € FAI

DPE G

LONS-LE-SAUNIER - Maison F7 - Rue Louis-Pergaud. 120 m2. Chauffage élec. Séjour salon, 2 chambres, grenier, sous-sol avec 2 garages, cave, buanderie, 1 ch. + wc. Disponible de suite. Loyer : 859 €. Charges : 46 €. (Garantie : 859 € - Hon. 644 €)

DPE NC

LONS - LOCAL - Av. Camille-Prost. 104 m2. Chauf. élec., Entrée secretariat, salle de réunion, wc, dég. 3 bureaux. Taxe foncière à la charge du locataire. Possibilité de louer conjointement avec local du RDC gauche (= 220 m2. Voir agence). Loyer : 1144 €. Charges : 40 €. (Garantie : 2288 € - Hon. 50 €)

ÀV EN DR E

ÀV EN DR E 1ER PLATEAU, à 8 mn de LONS-LE-SAUNIER. Maison 3 chambres, séjour avec cheminée, cuisine équipée, sdb et wc indépendant. 2 garages. Terrasse. Réf.2439 155 000 € FAI

DPE NC

LONS - centre ville - F3 à rénover, entrée avec

placard, cuisine, séjour, 2 chambres, sdb, wc. Possibilité de création d’un duplex. Réf.2308 74 000 € FAI

LO CA TIO N

LO CA TIO N

LO CA TIO N

séjour avec balcon, 2 chambres avec placards, salle de bains, toilettes. Cave et Garage. Réf.2446 77 000 € FAI

ÀV EN DR E

ÀV EN DR E

DPE NC

LONS LE SAUNIER - F4 dans résidence avec espaces verts. Cuisine équipée et grand séjour salon ouverts sur terrasse. 2 chambres, sdd, wc, cellier. Cave et garage.. Réf.2443 156 000 € FAI

Prost. 3e étage.33 m2, cuisine ouverte sur grand séjour, sdb avec douche, cave, parking, Surface utile : 46 m2. Chauf. élec. Disponible de suite. Loyer : 420 €. Charges : 50 €. (Garantie : 420 € - Hon. 315 €)

MONTMOROT - Appartement F2, entrée, cuisine

avec cellier, séjour ouvert sur balcon, 1 chambre, salle de bains et wc. Place de parking privée. Réf.2246 79 000 € FAI

DPE NC

LONS LE SAUNIER

- Centre ville, immeuble composé d’un local commercial avec vitrine sur rue, et 2 étages de bureaux à rénover. Réf.2411 175 000 € FAI

DPE D

LONS-LE-SAUNIER - Appartement F2 rue Camille

DPE E

ÀV EN DR E

nagée ouverte sur séjour, 1 chambre, sdb, toilettes. Emplacement de stationnement. Réf.2420 79 000 € FAI

DPE F

DPE E-F-G

1er PLATEAU - Ensemble immobilier composé de 7 appartements, dont 6 loués, 1 commerce, une grange. Réf.2423

320 000 € FAI

LO CA TIO N

MONTMOROT - F2 très bon état, coin cuisine amé-

ÀV EN DR E

étage, cuisine, séjour double avec balcon, 2 chambres avec placards, sdb, toilettes. Réf.2413 87 000 € FAI

DPE D

ÀV EN DR E

LONS-LE-SAUNIER - F4 dans quartier calme, 2e

DPE D

LO CA TIO N

DPE E

ÀV EN DR E

ÀV EN DR E

ÀV EN DR E

Retrouvez toutes nos offres sur www.sogeprim.fr

DPE F

LONS-LE-SAUNIER

- Appartement F3, Place de l’Hôtel de Ville, 67 m2, Entrée, cuisine, séjour, sdb, 2 chambres, balcon. Terrasse. Disponible de suite. Loyer : 469 €. Charges : 174 €. (Garantie : 469 € - Hon. 351 €)

DPE G

LONS-LE-SAUNIER - Maison F4, 68 m2, Gaz individuel. Chemin de Bonlieu. Libre le 18 avril 2013. Loyer : 648 €. Charges : 40 €.

(Garantie : 648 € - Hon. 486 €)


20

/ Pays de Lons n째71 - Avril 2013

Pays de Lons 71  

Pays de Lons 71

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you