Issuu on Google+

Un vrai journal

GRATUIT d’informations - n°148 - Avril 2013

En route pour le Bénin Dole Depuis quatre ans, le centre de sécurité routière Sylvain Ramel mène des actions de sensibilisation au Bénin. Lors de la récente visite d’une délégation béninoise, un projet d’importation de casques homologués à tarifs accessibles a été concrétisé.

P.17

Jura La Maison des adolescents inaugurée p. 3

Exposition

Dole Gestion de l’eau : publique ou privée ?

p. 15

Philippe Cognée aux beaux-arts - p.18

Effet ventre plat en 3 semaines ! www.naturhouse.fr 79, rue Pasteur - DOLE

03 84 79 26 98


2

/ Pays Dolois n°148 - Avril 2013

JURAMONTS COMTÉ

Crémerie et épicerie fine

COMME CHAQUE ANNÉE, NOUS SOMMES MÉDAILLÉS AU CGA DE PARIS :

Expéditio n dans tout e la France !

COMTÉ : 2 MÉDAILLES D’ARGENT - 1 MÉDAILLE DE BRONZE MORBIER : 1 MÉDAILLE D’OR Ouvert du lundi au samedi RACLETTE : 1 MÉDAILLE D’OR de 8 h à 12 h 30 / 13 h 30 à 19 h. Notre affineur : MONTS ET TERROIRS Les dimanches et fériés

de 8 h 30 à 12 h

SES COMTÉS ET SPÉCIALITÉS RÉGIONALES, VINS ET CHARCUTERIE…

Toute l’équipe Juramonts vous réserve un accueil particulier au sein de sa crémerie. Faites une halte à Poligny, capitale du Comté, pour découvrir nos spécialités jurassiennes et franc-comtoises ainsi que d’autres AOC de notre pays. Venez déguster nos produits, dialoguer avec des professionnels de la fromagerie, possibilité de visite de caves sur rendez-vous.

Ne partez pas sans votre morceau de Comté et du Juramonts !

TE VENTE DIREC

Tél. / Fax. 03 84 37 12 22 - 21, place des Déportés - 39800 POLIGNY www.comte-juramonts.com

Dole - Santé

La Maison des adolescents : une première dans le Jura Inaugurée le 12 mars dernier, la Maison des adolescents du Jura, située à Dole, accueille les adolescents de 12 à 19 ans pour des demandes variées, gratuitement et anonymement. Ce lieu d’écoute et d’aide est encadré par une équipe pluridisciplinaire de professionnels de santé.

La Maison des adolescents est le fruit d’une collaboration entre sept partenaires.

Située en contre­bas du Centre Hos­ pitalier Louis Pasteur, dans un bâti­ ment annexe, cette structure, pre­

mière du genre dans le départe­ ment, vient d’être inaugurée. Ses missions sont triples : accueillir les

adolescents, avec ou sans leur famille, former le réseau des pro­ fessionnels du département, et informer. Les ados peuvent d’ores et déjà frapper aux portes de la MDA pour des problématiques diverses : problèmes psycholo­ giques importants (troubles alimen­ taires, addiction…), questions d’orientations scolaires ou sociales, accompagnement vers des prises en charge extérieures… Ecoute, information et orientation tiennent une place centrale, et une prise en charge médicale est également assurée. Les mineurs n’ont pas besoin d’une autorité parentale et peuvent bénéficier gratuitement des services de la structure. L’équipe de la MDA, financée par

l’Agence régionale de santé (ARS), regroupe des psychologues, infir­ mières, addictologue, pédiatres, pédopsychiatres, assistante sociale, éducateurs, médecins généralistes, médecins du sport, dermato­ logues…

Une structure en réseau Envisagé en 2006, ce projet a che­ miné avant d’aboutir. Initié par l’an­ cienne majorité départementale, sous l’impulsion de Patrick Viverge, c’est en 2011 que la première pierre était posée. “Il a été difficile à mettre en œuvre car il repose sur un concept particulier” explique Patrick Viverge. “Les problèmes de violence et de délinquance adolescentes sont compris par le public et les pouvoirs publics, alors que la souffrance psy­ chologique est plus intime, plus per­ sonnelle. Il a fallu convaincre les élus de l’utilité d’une telle structure”. A

Céline Garrigues

Dole - LANCEMENT

DU SERVICE LOGEMENT DU POINT INFO JEUNESSE Ouvert le 19 février dernier, le nouveau Point Info Jeunesse de Dole a pour mission de répondre aux nombreuses préoccupations de la vie quotidienne des jeunes, tous azimuts. Parmi celles-ci, celle du logement est centrale. Pour répondre aux mieux à leurs attentes, la structure vient de lancer son service logement dédié spécialement aux conseils et à l’information sur le logement. Il informera les propriétaires et les jeunes sur les aides, fournira des conseils concernant les démarches à effectuer, aidera les jeunes à constituer leur dossier de demandes d’aides, et fera le point sur leur budget. Le service pourra aussi orienter les demandeurs vers des structures plus spécialisées, si le besoin s’en ressent. Par ailleurs, le Pont Info Jeunesse souhaite également s’adresser aux bailleurs privés qui auraient éventuellement des offres de logements à proposer. Une cotisation annuelle de 18 € leur sera demandée, et le propriétaire pourra mettre ses offres de logement autant de fois qu’il le souhaite, durant cette durée. Les offres seront ensuite diffusées dans la structure et sur le site Internet. Renseignements : Info Jeunesse Jura Dole, Vanessa Henry, 24 Place Nationale, 39100 Dole, 03 84 82 33 06.

Tavaux - RETRAITÉS SOLVAY :

Dole - Aménagement touristique

Le canal des Tanneurs s’offre une deuxième jeunesse Les vannes du canal des Tanneurs étaient vieillissantes et ne permettaient plus d’assurer un débit correct de l’eau, avec comme conséquences olfactives une stagnation des eaux. La Ville a décidé de redonner un coup de jeune à ce haut lieu touristique en aménageant un nouveau système de gestion hydraulique. Site touristique incontournable à Dole, le canal des Tanneurs, qui s’étend sur 225 mètres de long, fait partie des curiosités de la ville. Seulement, depuis quelque temps, la prolifération d’algues, causée par une stagnation des eaux, flétrissait les abords du cours d’eau, en plus d’engendrer des odeurs nauséabondes. Afin de rendre le lieu plus agréable tout au long de l’année, la Ville de Dole a entrepris des travaux d’aménagement du système de gestion hydraulique. En effet, les anciennes vannes, vétustes et grippées, étaient les respon­ sables de ces désagréments. Elles provoquaient une mauvaise régulation du débit de l’eau, et

l’époque, le projet avait soulevé des polémiques quant au choix du site : Dole avait été privilégiée, au détri­ ment de la ville préfecture. “Il y a une charte des MDA et la Maison doit être accouplée à un hôpital psy­ chiatrique. En cas de lourde patholo­ gie, il peut être nécessaire d’y envoyer un adolescent”, rappelle Patrick Viverge. Cette structure innovante travaille en réseau avec les autres centres de soins et d’édu­ cation du Jura. “Le but n’est pas de substituer, mais d’orienter” précise le conseiller général. Gérée par l’hôpital Louis Pasteur, la MDA a été mise en place par sept partenaires (Etat et Fondation Hôpi­ taux de Paris, Conseil général du Jura, Ville de Dole, l’ARS, le CH spé­ cialisé du Jura et le CH Louis Pas­ teur). Le budget global annoncé de 1 million d’euros a été respecté. Le bâtiment, BBC, abrite une grande salle de réunion et d’enseignement, une zone médicale avec des espaces privés de réception, et un secteur administratif. Le maire de Dole Jean­Claude Wambst s’est dit satisfait de l’ouverture de la struc­ ture qui faisait défaut dans le département. Le projet s’inscrit d’ailleurs dans un contrat local de santé signé entre Dole et l’ARS, avec pour objectifs de favoriser l’ac­ cès aux soins.

son niveau était souvent trop bas, été comme hiver. En plus d’être remplacées, ces vannes ont été également automati­ sées, en amont et en aval, per­ mettant une meilleure maniabi­ lité. La Lyonnaise des eaux, en délégation de service public avec la mairie, a été chargée d’effec­ tuer les travaux. Le renouvelle­ ment des vannes s’est déroulé le 11 février dernier, avant d’être automatisées. Elles pourront ainsi être pilotées à distance, afin de conserver un niveau d’eau constant toute l’année à l’intérieur du canal. Montant de l’opération pour la Ville de Dole : 157 000 euros. C.G.

LES AMIS EN ASSEMBLÉE GÉNÉRALE L’assemblée générale annuelle des AMIS (Association Mutualiste des Inactifs Solvay) a eu lieu à la salle Gérard Philipe de Tavaux sous la présidence de Bernard Faysse. La salle était pleine ! Il faut dire que cette association regroupe quelque 400 adhérents que la décision du CE Solvay, il y a quelques années, de séparer les actifs des inactifs a mis très en colère. Et pour cause ! La conséquence fut une augmentation importante de la cotisation des conjoints de ces anciens salariés. L’affaire est donc allée en justice. Le jugement en janvier dernier au TGI de Lons-le-Saunier s’est soldé par une condamnation de l’organisme de complémentaire de santé Malakoff-Médéric à verser 2 000 euros à l’association AMIS et à rembourser à ses sociétaires le trop-perçu de l’année 2010, le juge ayant considéré que les adhérents auraient dû être prévenus. Et maintenant ?

L’association est donc dans la phase d’attente suivant ce jugement. Régis Delacotte et Dominique Nicot, qui suivent particulièrement cette affaire n’ont pas exclu de convoquer une assemblée générale extraordinaire afin de décider de la suite à donner. Malakoff-Médéric n’ayant pas de bureau dans la région, ses représentants ont accepté d’organiser une permanence mensuelle au Centre de Formation Solvay à Tavaux. Les prochaines dates sont les 18 avril, 22 mai et 20 juin de 8 h 30 à 15 h. Que les retraités qui ont des soucis pour contacter cet organisme n’hésitent pas à demander l’aide JT d’AMIS pour se déplacer à ces permanences. Crédit photo : Stéphanie Stehelyn Photographie / Lyonnaise des Eaux.


4

/ Pays Dolois n°148 - Avril 2013

Val d’Amour - Urbanisme

Economie - Innovation sociale

L’urbanisme intercommunal, c’est

Rally’nov, un rallye pour récompenser

La communauté du Val d’Amour lance le premier plan local d’urbanisme intercommunal (PLUI) du Jura. Une initiative permettant aux communes d’anticiper la nécessité en 2017 de détenir un plan d’urbanisme.

D’avril à septembre 2013, Rally’nov prendra ses quartiers au gré de neuf étapes en Franche-Comté. Le concept est innovant : valoriser les entreprises candidates qui mettent en place des actions pour favoriser les échanges humains

dès maintenant pour le Val d’Amour

Le plan local d’urbanisme, ancien­ nement le plan d’occupation des sols, organise le développement communal en fixant les règles d’urbanisme : zones construc­ tibles, coefficient d’occupation des sols, prescriptions architectu­ rales… Ce plan s’occupe égale­ ment d’un volet environnemental sur la préservation de l’espace dans les années à venir et des consommations futures. Le PLUI valorise et protège le territoire du Val d’Amour.

Une nouveauté Jusqu’ici les PLU étaient gérés par les communes, néanmoins le développement des communau­ tés de communes a ouvert de nouvelles opportunités que le groupement communal du Val d’Amour a su saisir. Ainsi le pre­ mier PLU intercommunal du Jura, le deuxième en France, a été lancé ce mois­ci et s’étendra jusqu’en 2016. Une anticipation née de l’ac­ croissement du nombre de com­ munautés de communes, comme

l’explique Jean­Baptiste Voinot, directeur de l’intercommunalité du Val d’Amour : “L’urbanisation et l’aménagement du territoire ne se conçoivent plus à l’échelon communal, mais à l’échelon inter­ communal”. Le projet n’a été pos­ sible qu’avec la participation des 24 communes qui ont voté à l’unanimité la mise en œuvre du PLUI. La mutualisation des 24 plans communaux en un seul plan intercommunal a un double objectif : un raisonnement global sur le Val d’Amour, et la réalisa­ tion d’économies d’échelle, qui aura pour conséquence d’alléger le budget des communes. “Si chaque commune avait dû réviser, ou se doter de documents d’urba­ nisme, la dépense aurait été conséquente. Avec le PLUI, on fait beaucoup d’économie et on est plus efficace. Le PLUI permet à la ville de s’appuyer sur les avan­ tages et les atouts que peut apporter la campagne proche, il faut arrêter d’avoir des infrastruc­

les avancées sociales des entreprises

tures qui coûtent cher et qui auraient pu être mutualisées dès le début” martèle Jean­Marie Ser­ mier, président du Val d’Amour. Le PLUI portera la mention “Schéma de cohérence territo­ riale”, c’est­à­dire qu’il gère l’en­ semble des politiques sectorielles en matière d’urbanisme, d’habitat, de déplacements et d’équipe­ ments commerciaux, dans un environnement préservé et valo­ risé. La mise en place du PLUI commence ce mois­ci avec la phase de diagnostic du territoire, concernant l’environnement, l’économie, les services… S’ensui­ vra, en mars 2014, le projet d’aménagement et de développe­ ment durable qui s’attellera à défi­ nir l’orientation de l’aménage­ ment du territoire pour les années à venir. L’aboutissement des diffé­ rentes étapes est prévu pour jan­ vier 2016. Durant ces phases, des réunions publiques seront organi­ sées afin d’échanger avec la popu­ lation sur le PLUI. Claire Jacquesson

Dole - Le kayak made in Canoë Kayak Dolois Dans le monde de consommation actuel où l’achat prédomine sur la fabrication artisanale, le Canoë Kayak Dolois fait figure d’exception. Depuis trois ans, le club a diversifié son activité en ajoutant la réalisation de kayaks et dernièrement la création de kayaks de slalom junior.

Plus de 1 500 heures de travail ou l’équivalent d’une année de bénévolat. C’est le temps pour réaliser un kayak de slalom junior de manière artisanale. Une initiative originale née d’une nécessité comme l’explique Marco Rodrigues, l’un des quatre entraîneurs du club : “On a une section de petits mais les bateaux n’étaient pas

vraiment adaptés pour eux’’. Sous l’égide de l’un des fondateurs du club, Philippe Jacques, le Canoë Kayak Dolois a lancé en 2010, la construction de kayaks et de canoës adulte. L’idée de la fabrication de kayaks de slalom junior s’est imposée afin de pallier le manque de matériel spécifique à la morphologie des adolescents. Fort d’une longue expérience dans cette discipline, Philippe Jacques a confectionné un moule de kayak en fibre de verre. Ce support, indispensable à la fabrication d’autres bateaux, a déjà permis de concevoir un kayak de slalom junior à destination des enfants de 7 à 10 ans. Une démarche originale et pédagogique, comme le sou­ ligne Marco : “L’intérêt de cette démarche est de montrer aux jeunes qu’on peut construire de ses mains du matériel, on peut être en dehors de la consommation”. Les principales matières néces­ saires à la construction, le kevlar carbone et le carbone, sont relati­ vement coûteuses car issues de l’industrie du pétrole. Le prix d’un kayak en commerce oscille entre 1 000 et 2 000 euros, contre 700 pour un projet artisanal. En prenant part à cette initiative, les jeunes sont sensibilisés au coût d’une telle réalisation mais aussi aux diffé­ rentes étapes de la construction d’un kayak. Un apprentissage offrant une vision plus technique du sport qu’ils pratiquent. A l’heure actuelle, le Canoë Kayak Dolois est le seul en France à fabriquer artisanalement des kayaks de slalom junior, d’où l’intérêt d’autres clubs français souhaitant acquérir un ou plusieurs exem­ plaires. Pour l’instant, un kayak junior est déjà sorti des ateliers et la construction de 4 ou 5 bateaux supplémentaires est envisagée, Claire Jacquesson pour l’usage exclusif du club.

C’est la première fois qu’un tel projet se déroulera en Franche­ Comté : dès le mois d’avril, les entreprises de la région qui se sont inscrites au rallye entame­ ront le marathon des innova­ tions jusqu’à septembre 2013. L’objectif : valoriser les actions innovantes sur les aspects humains et sociaux. Il peut s’agir d’une nouvelle démarche ou pratique, d’un nouvel outil ou produit… Ces innovations s’arti­ culent autour de l’organisation, du temps de travail, des rela­ tions humaines, du manage­ ment, de la gouvernance… Concrètement, cela se traduit par une organisation interne ori­ ginale (par exemple : participa­ tion des salariés à la gouver­ nance, mise à disposition du personnel pour des œuvres

sociales…). C’est dans le but de favoriser le “capital humain” que les pouvoirs publics (Etat, Région, Europe) ont initié et financé Rally’nov. Il est organisé par Fact, association franc­com­ toise visant à améliorer les conditions de travail, ainsi que par RIFC (Réseau Innovation Franche­Comté) et la CRESS (Chambre régionale de l’écono­ mie sociale et solidaire). Au programme du rallye, neuf étapes : il s’agit en fait de mani­ festations sous diverses formes (échanges, débats, confé­ rences…) qui seront portées par les acteurs relais soutenant en Franche­Comté les entreprises et associations (Franche­Comté Active, Cetim et UIMM pour le Jura). “Le point commun de toutes les étapes est le témoi­

gnage de trois entreprises qui parleront de leur expérience devant un public d’entreprises et d’associations” explique Lydie Auger, en charge de la commu­ nication du projet à Fact. Au cours des manifestations, les innovations des entreprises can­ didates seront valorisées et consignées sur des fiches, puis mises en ligne par les parte­ naires. Certaines d’entre elles seront primées lors de la clôture régionale du rallye le 28 novem­ bre à Besançon. La première étape se déroulera le 8 avril à Besançon également, sous le thème “L’originale gouver­ nance”. Pour le Jura, les deux étapes se dérouleront le 5 sep­ tembre à Dole (“L’innovation sociale : un investissement col­ lectif d’intérêt général”) et le 11 septembre à Champagnole (“Management de l’innovation technologique”). C.G.

Candidature jusqu’au 30 avril, dossier à télécharger sur le site www.fact.aract.fr


Pays Dolois n째149 - Avril 2013 /

5


6

/ Pays Dolois n°148 - Avril 2013

La

Tarterie

des

Halles

Vente de fours

te Votre spécialiosis mobile ur à b régional du foon de vos Pizzas, pour la cuiss atins, Pains… Tartes, Gr LS… ,PROFESSIONNE SOCIATIONS S A , S R IE L U IC T R PA AURATION T S E R E D T P E C N UN CO ESTATIONS ! POUR VOS MANIF

l’année 2013. Ces personnes, qui devront résider dans le Jura, seront en priorité des bénéfi­ ciaires du RSA. Elles assureront le remplacement sur divers postes, pour de courtes durées : cuisine, ouvriers de mainte­ nance et agents d’entretien. Une expérience professionnelle qu’elles pourront ensuite valori­ Compserpro, collectif des quatre associations d’insertion professionnelle du Jura, vient ser. Le volume d’heures ne de signer une convention avec le Conseil général afin de mettre à disposition des per- devra pas dépasser en tout sonnes en difficulté d’insertion pour le remplacement des agents de collège. 4 500 heures pour l’année 2013. Du côté des syndicats, cet enga­ gement entre les associations et le Conseil général pose ques­ tions, tant sur le fond que sur la forme. En effet, les agents de collège revendiquent depuis longtemps déjà la mise en place d’équipes d’agents de remplace­ ment. La convention viendrait donc remettre en cause cette demande forte des syndicats, tout en aggravant à la précarisa­ tion des agents. Par ailleurs, les élus du personnel du Conseil Les présidents des quatre associations intermédiaires du Jura 2012, Compespro a accompa­ général n’auraient pas été infor­ signaient la convention le 11 mars dernier. gné 700 personnes salariées. Le més de la signature de cette Le collectif Compespro (Compé­ tures accompagnent les per­ collectif et le Conseil gérénal du convention. tences pour un service de proxi­ sonnes dans un parcours de Jura signaient le 11 mars dernier La CGT de son côté indique avoir mité) regroupe les quatre asso­ réinsertion professionnelle et une convention engageant l’as­ été interpellée par les équipes ciations intermédiaires du Jura proposent leurs services aux col­ sociation à mettre à disposition en place. Elle mène pour l’heure (1000 services, Jura Service, Elan lectivités et particuliers, dans des salariés pour le remplace­ un travail de concertation. emploi et Tempo). Ces struc­ tous les corps de métiers. En ment des agents de collège pour C.G.

Les publics en insertion pour

remplacer les agents de collège

Les élèves de 3e découvrent les métiers de l’agglomération

Une classe de 3e du collège de Tavaux était en visite le 14 mars dernier dans les locaux du Grand Dole pour découvrir les métiers de la fonction publique territoriale, et notamment de l’intercommunalité. Vaste programme pour une collectivité dont les compétences restent encore floues pour de nombreuses personnes !

Quinze élèves ont découvert les dessous de la communauté d’agglomération du Grand Dole le mois dernier, accompagnés par leur professeur Emmanuel Bourgeois. A l’initiative du pro­ jet, l’enseignant, qui est aussi délégué communautaire au

Grand Dole pour la ville de Sam­ pans, avait pour objectif de faire découvrir à ce petit groupe de découverte professionnelle les métiers cachés de la sphère publique. Depuis plusieurs années, cette option du collège de Tavaux propose une immer­

sion professionnelle dans tous les domaines, de l’artisanat au secteur privé, en passant par le milieu associatif. Pour aborder le plus largement possible le fonctionnement d’uns structure intercommunale, Mathieu Char­ tron, Directeur général des ser­

PO

39120 RAHON - 03 84 81 87 45

Jura - Insertion

Tavaux / Dole - Education

Ouverture les samedis de 9 h à 12 h et de 14 h à 19 h du mois d’avril au mois de septembre et sur rendez-vous les autres jours de la semaine

vices, a choisi comme fil conduc­ teur la couverture de l’Aqua­ parc. “C’est un projet majeur qui aura un impact sur les jeunes” explique Emmanuel Bourgeois. “Il permet d’aborder tous les métiers, de la prise de décision à la mise en place technique”. Après une brève présentation de l’agglomération par son président Claude Chalon et quelques questions hésitantes des adolescents, le projet de couverture de l’Aquaparc a été exposé, à travers ses différents aspects. Un dossier structurant assez complexe, d’autant que le concept de communauté d’ag­ glomération n’est pas toujours bien appréhendé. “Quand j’ai demandé aux jeunes ce qu’était le Grand Dole, ils ont répondu qu’il s’agissait du réseau de bus” reprend Emmanuel Bourgeois. “Nous avons réfléchi ensemble aux différentes collectivités. Les communes et les départements, les collectivités territoriales les plus anciennes, sont bien assimi­ lés, mais pour les régions et agglomérations, c’est plus vague”. Cette première plongée au cœur d’une collectivité territo­ riale, aura eu le mérite, si ce n’est d’éclaircir les zones d’ombre, de susciter peut­être quelques vocations… C.G.

Littérature

“Message... comme une image” : quand les mots deviennent un jeu Après “Jets d’encre” et le livre pour enfants “Téou”, Michel Giniès sortait il y a quelques mois son troisième ouvrage, “Message… comme une image”. Entre jeux de mots et de sonorités, allitérations et assonances, l’auteur livre un recueil de textes poétiques où les mots coulent comme une véritable musique.

Beaucoup pourront le confir­ mer : Michel Giniès, le maire de Damparis, est “accro” aux jeux de mots. A tel point que l’irrup­ tion de traits d’esprits et autres calembours sont devenus une mécanique et un réflexe. Il en convient d’ailleurs lui­même avec humour : “J’ai un esprit tordu !”. Son inspiration, il la trouve dans la vie quotidienne : dès qu’une sonorité, une phrase, un mot, jaillissent de

son esprit, il les consigne métho­ diquement dans un petit carnet. “Il est toujours sur moi, et j’y écris des notes, des phrases musicales. C’est une vraie pagaille ! Cela génère d’autres phrases, qui ensuite font un texte. Il faut que ça coule, qu’il y ait une musicalité”. Dans son premier ouvrage, “Jets d’encre”, les images, réalisées à partir de tâches d’encre, était un prétexte aux jeux de mots. Dans

ce nouvel opus, “Message… comme une image” on retrouve le fil conducteur du jeu d’esprit, mais cette fois­ci ce sont les textes qui prévalent sur les images, mais n’ont pas toujours de relations directes avec elles. Volant de mot en mot et de son en son, Michel Giniès fait coexister des associations incongrues : “écriture indélébile d’encre noire invisible... clarté d’ombre visible”. Il manie l’oxy­ more, le calembour et l’homo­ phonie avec subtilité. A tel point qu’on peut y perdre son latin… “Ce sont des textes qu’il faut relire, on ne perçoit pas forcé­ ment tout à la première lecture. Il y a des références culturelles, je reconnais qu’ils s’adressent un peu à un public intello”. Des mots aux “choses”, on y glisse aussi limpidement que la musique coule au fil des phrases. Chacun des textes est illustré par des photos person­ nelles de l’auteur, collectées au gré de ses voyages et balades. “Des instantanées” comme il les appelle : grâce à des jeux de lumière, il ressort autre chose que l’objet même de la photo. De la rouille sur un panneau se transforme après cliché en tête de cheval, le tronc d’un platane devient une tête de christ… “Les images, comme le texte, projet­ tent le lecteur dans un parcours de l’imaginaire”.

LE PORTAIL DU CDT S’OFFRE UN LIFTING

C.G.

Le mois dernier, le Comité départemental du Jura a mis en ligne son nouveau portail Internet (www.juratourism.com). Depuis la mise en ligne de son premier site en 2000, le CDT a toujours bénéficié d’une fréquentation correcte (882 833 visiteurs en 2012). “Nous nous efforçons d’être toujours innovants en matière d’Internet afin d’être une locomotive auprès de nos professionnels du tourisme” explique Jean-Pascal Chopard, directeur du CDT. Mais cette première version nécessitait une refonte fonctionnelle et structurelle. Dans ce nouveau portail dernière génération, un système d’information touristique a été élaboré. Cette base de données, qui a nécessité plusieurs mois de travail, centralise toute l’information touristique du département. Simple d’utilisation et ergonomique, son identité visuelle est épurée. Un type de navigation particulier permet de visualiser l’arborescence du site sans avoir à cliquer. Autre nouveauté, les sites Internet de l’offre touristique du Jura ont tous été regroupés sur ce portail unique, à l’instar de Jurathermes, Camping Jura, Jura du Grand Huit, Jura réservation et vignoble-jura.fr. Enfin, point important pour faciliter les démarches des touristes : ils pourront désormais réserver en ligne, soit parmi les 1 500 hébergements, soit parmi les séjours thématiques déjà organisés. L’objectif du CDT est d’atteindre le million de visites. Pour développer ce nouveau site, la structure a déboursé une enveloppe de 49 000 euros.


Pays Dolois n°149 - Avril 2013 /

7

I Publirédactionnel

TERRITOIRE D’HOMME LAVILLE Textes sous la responsabilité de l’annonceur - Reproduction interdite - © Pays Dolois n° 148

La mode au masculin Un savoir-faire dans le prêt-à-porter masculin unique dans le Jura. Alliant tradition et mode depuis 50 ans, Territoire d’Homme Laville est LA référence doloise en matière d’habillement. Installé depuis 50 ans, Territoire d’Homme Laville habille et conseille des générations d’hommes. Le secret d’une telle longévité ? Un accueil professionnel dans un magasin soigné et élégant où prend place un large choix de prêt­à­por­ ter moyen et haut de gamme de qualité. Au sein de ce vaste espace de vente, la qualité et le choix sont présents à travers les plus grandes marques de vêtements : Pierre Cardin et ses ensembles classiques raffinés en passant par Hugo Boss asso­

ciant la modernité au chic sans oublier les couleurs d’Eden Park et la marque intemporelle Lacoste. Sans oublier non plus l’incontournable sélection de Griffe Noire, la marque attractive du groupe. La mode masculine selon Territoire d’Homme Laville porte une attention toute particulière à la morphologie des hommes. La boutique habille la gent masculine en ajustant les coupes des vêtements à la taille de chaque homme.

Marine

La gamme des produits offre l’assurance aux Dolois d’un suivi et d’un service après­vente rigoureux et soucieux du bien­être de ses clients. À cet effet, un service de retouche est réalisé, sans sup­ plément, par une retoucheuse profes­ sionnelle au sein même de l’atelier du magasin. Un achat chez Territoire d’Homme Laville, c’est l’assurance de par­ ticiper à l’économie locale et au maintien du commerce de proximité dans la cité de Pasteur. Au service du plus beau jour de votre vie Avec l’arrivée de la saison des mariages, l’espace Cérémonie offre un espace dédié aux costumes de cérémonie. Car chaque mariage est unique, notre équipe tient à votre disposition un salon privé dédié à vos essayages. Sur simple demande, pendant ou en dehors des

Gregory Salustro

horaires d’ouverture, bénéficiez d’un accompagnement personnalisé en toute quiétude. Prenez le temps de découvrir et d’essayer notre gamme afin de trouver le costume qui vous siéra le mieux en cette grande occasion.

expérience professionnelle dans le textile afin de guider vos choix vestimentaires. L’arrivée de Marine dans la boutique, garantit un regard frais et contemporain sur la mode masculine. À la tête de l’éta­ blissement Gregory Salustro, ou Greg comme l’appellent ses clients, figure incontournable de la boutique Territoire d’Homme Laville dont la vision aiguisée satisfera toutes vos requêtes.

Une équipe qui a su évoluer À l’écoute de la clientèle, une équipe qui a su s’adap­ ter aux attentes de celle­ci. Fidèle au poste, Chantal, met à votre disposition son

Pour mieux vous conseiller

www.territoiredhomme-laville.fr

Territoire d’Homme - 46 Grande Rue - 39100 Dole - Tél. 03 84 82 00 95

U A E V U O N VOTRE ANIMALERIE ! DANS

Plus de2 700 m d’exposition

mars Depuis le 19

N I N A C E G A TOILETT

gnon ! votre compa à té u a e b e h faire un attend pour t de 14 h à 18 e h 2 1 à h 9 Mylène vous samedi de Du mardi au

N PROMOTIOIO N ALIMENTAT CHIEN

ZOO BOUTIC E EURO PECH

ENOTTES ZAC LES EP 39100 DOLE

03 84 69 07 25

5,80 € TTC

Le sac

25,90 € TTC

4 kg Mini ADULT pliable r + 1 Conteneu T R OFFE

800 gr Mini ADULT 2e sac acheté ! à moitié prix

Chantal

Magasin ouvert du mardi au samedi de 9 h 30 à 12 h et de 14 h 15 à 19 h.


8

/ Pays Dolois n°148 - Avril 2013

D E S V I L L A G E S E N PAY S D O L O I S - N ° 9 4 PERSONNALITÉS LIÉES À LA COMMUNE • CLAUDE DE LONGWY (1481-1561) : Fils de Philippe de Longwy, seigneur de Pagny et de Gevry, et de Jeanne de Bauffremont, il naquit en terre comtoise. Homme très pieux, il consacra sa vie à l’église, devenant chanoine puis évêque de Mâcon (1510 à 1529), puis évêque de Langres jusqu’en 1569. Il fut créé

cardinal de Gevry en 1533 par le pape Clément VII. Il fut également évêque de Périgueux puis évêque d’Amiens. Grand amateur d’art, il s’est éteint au château de Mussy sur Seine. • PLUSIEURS OFFICIERS SONT NÉS À GEVRY. Parmi eux le commandant d’Aubigney (1757­1835). • ENFANTS DU PAYS MORTS AU CHAMP D’HONNEUR : 19 en 1914/1918 – 1 en 1945.

A Gevry, l’aéroport

fait partie du paysage Baigné par le Doubs et la Clauge, Gevry a toujours vécu au rythme des crues, parfois désastreuses. A l’époque romaine et bien après, c’est vers ce lieu que l’on se dirigeait pour traverser le Doubs. Centre d’une importante seigneurie, un château fort particulièrement renommé a dominé jusqu’en 1636. Aujourd’hui, Gevry est un village tranquille où il fait plutôt bon vivre, malgré la présence de l’aéroport. Certains historiens ont fait de Gevry l’ancienne station romaine Dubris qui était men­ tionnée sur la carte de Peutin­ ger. En langue celtique, ce nom signifiait “passage d’une rivière”. D’autres ne sont pas de cet avis. Au 8e siècle, la localité s’appelait Gueveriacum (passage de la rivière à gué), lequel vocable devait se transformer au cours des siècles en Gèvre, Gevrey puis Gevry. Au 16e siècle, on par­ lait de Gevry­sur­le­Doubs.

Au temps où la moitié de Tavaux appartenait à Gevry Appartenant à la châtellenie de Dole, la seigneurie de Gevry, qui relevait directement des comtes de Bourgogne, comprenait le vil­ lage, Villette, Abergement­la­ Ronce, l’Abbaye de Damparis et la partie ouest de Tavaux, à par­ tir de l’église. Les seigneurs suc­ cessifs, longtemps issus des sires de Longwy, disposaient de divers droits comme la chasse et la pêche dans la rivière. Ils pou­ vaient également prélever du bois en forêt de Chaux et perce­ vaient un droit de péage pour la traversée du Doubs. Gérard, Jean et Philippe de Longwy, les trois fils de Jean de Longwy se succédèrent à la tête de la sei­ gneurie. Philippe est le père de Claude de Longwy qui fut cardi­ nal. Son deuxième fils Jean prit la succession, mais n’eut que trois filles. Françoise, l’aînée apporta Gevry en dot à Philippe Chabot en 1526. En épousant Charles de Lorraine, sa petite fille Marguerite apporta la sei­ gneurie de Gevry à cette famille

qui la conserva jusqu’en 1743, année de décès de Gaston Jean­ Baptiste de Lorraine. Mort jeune, il avait épousé Marie­ Louise de Rohan qui fut gouver­ nante de Louis XVI et de ses frères et sœurs. Sans enfants, la seigneurie fut léguée à Louis­ Henri­Joseph de Condé et Charles­Alain­Gabriel de Rohan qui furent les derniers seigneurs.

En 1793, leurs biens furent ven­ dus nationalement.

Un imposant château qui a disparu En bordure du Doubs, un impo­ sant château dominait la plaine autrefois. D’une superficie de un hectare et encadré par quatre tours circulaires, il était l’une des plus importantes forteresses Une église ancienne Ci-contre. L’ancien coq du clocher Le 14 juillet 2008 à Gevry. (cl. J.-P. Vilmont)

de la province. Le Doubs alimen­ tait les larges fossés l’entourant. Il dut faire face aux attaques de Louis XI en 1477 et 1479. Le châ­ teau résista, contrairement au village qui fut dévasté, pillé et brûlé. En 1582, les protestants l’assaillir à nouveau. En 1636, il ne put résister lors du siège de Dole et fut complètement incen­

dié. L’épidémie de peste qui s’abattit sur la région peu après enleva de nombreux habitants puisque seuls 12 ménages étaient recensés au village en 1659. Souvent habité, le châ­ teau le fut surtout par Jean de Côtebrune, second époux de Bonne de la Trémouille après le décès de Mathé de Longwy. Maréchal de Bourgogne, il y organisa de grandes fêtes de chevalerie jusqu’à sa mort en 1422. Plus tard, Jeanne de Vienne, veuve de Jean de Longwy y résida de 1462 à 1472. Françoise Chabot, veuve de Phi­ lippe Chabot l’habita à partir de 1543. Les matériaux furent ven­ dus nationalement en 1793.

Pas de commerces, mais une zone artisanale La municipalité avait créé un commerce communal, mais il a fini par fermer en 2008. Cepen­ dant, plusieurs artisans sont pré­ sents au village : Isogreen avec Franck Bonjour (isolation écolo­ gique de bâtiments), Fab’Ther­ mique avec Fabrice Mermoz (plomberie, chauffage et tuyau­ terie industrielle), Décombe Legrand (peinture, ravalement), Chaillot (transport de béton), Vidihna père et fils (charpente, couverture et zinguerie), Jean­ Camille Fontaine (architecte d’intérieur), Raymond Collet (atelier modeleur) et Bruno Nus­ baum (apiculteur). Notons la famille Chauveau qui propose des chambres d’hôtes. Une zone artisanale a accueilli plusieurs entreprises. Située en bordure nord de l’aéroport Dole Jura, une plateforme a été créée par Jean­Pierre Parizon qui, en 2008, fit l’acquisition de l’entre­ prise dirigée par Jean­Pierre Jol­

Jean-Pierre Parizon : “L’aviation a toujours été ma passion !” Après avoir fait une carrière dans l’automobile à Dole avec son frère Christian, ce passionné d’aviation depuis l’âge de 25 ans a décidé de se consacrer aux moteurs d’avions. “En 2008, Jean­ Pierre Jolliet vendait son affaire et je l’ai achetée”. Aujourd’hui, il a fait grandir la plateforme et, âgé de 60 ans, il demeure néan­ moins très actif. Il voit d’ailleurs d’un très bon œil le développe­ ment de l’aéroport. Son avion personnel est toujours prêt à décoller, la piste se trouve à moins de 100 mètres. “On dit que les retraités font ce qu’ils n’ont pas pu faire lors de leur vie active. Eh bien moi, c’est la même chose. Cette activité est un plaisir. Je me passionne également pour les avions de collection.” Un énorme Corsair de 1946 est en cours de restauration. “Je m’oc­ cupe de la motorisation, mais pas de la tôlerie”. liet, laquelle avait été fondée par son père Pierre Jolliet. C’est la mise au point et la fabrication de balises de détresse qui avait per­ mis de développer le site, parti­ culièrement bien placé pour tout ce qui concerne l’aéronautique. Aujourd’hui, Jean­Pierre Parizon est propriétaire d’une plate­ forme agrandie où se sont instal­ lées six sociétés qui coopèrent ensemble : Jolliet électronique dirigé par JP Parizon (1 salarié) – SECA dirigé par Jean­Michel Pfis­

ter (4 salariés) – Bourgogne aéroservice (atelier de mainte­ nance) dirigé par David Girard (4 salariés) – Epixen dirigé par Jean­ Michel Chevassus (3 salariés), Air Mana dirigé par Jean­Michel Guillon (9 salariés) et Jolliet Inno­ vation dirigé par Jean­Michel Pfister (2 salariés).

Stéphane Pâques : naisseur et engraisseur Seules deux exploitations agri­ coles demeurent dans ce village qui a remembré le territoire en


Pays Dolois n°148 - Avril 2013 /

1968. Il y en avait sept en 1980. L’EARL Le Pelleton de Stéphane Pâques associé avec son frère David élève des bovins de race charollaise. “Nous exploitons 160 ha et élevons 120 têtes de bétail. Notre spécialité est le veau que nous vendons pour la viande à l’âge de 3 ans” explique­t­il. Jean­Louis Baudard exploitant une EARL avec Phi­ lippe Ménétrier est plutôt orienté vers les céréales et les cultures maraîchères. “Nous exploitons 100 ha en salades, choux et autres pour le frais et l’industriel” La fermeture de l’usine Val D’Aucy entraîne quelques modifications. “Nous ne ferons plus de haricots et petits pois, mais nous allons nous spécialiser dans la produc­ tion de semences de maïs et de semences potagères”. Exploita­ tion familiale, de nombreux sai­ sonniers sont nécessaires selon les saisons.

Vous voulez communiquer dans Pays Dolois ?

Jacques Lombard : “La RN 5 est un danger pour le village” Maire depuis 1991, Jacques Lombard nous accueille dans sa belle mairie surmontée d’une croix et à l’intérieure de laquelle veille l’ancien coq du clocher. “Nous sommes dans l’ancien presbytère et la croix ne me gène pas” explique­t­il en souriant, précisant néan­ moins qu’il ne doit pas y avoir beaucoup de mairies en France où un tel symbole religieux accueille les administrés ! Il en est ainsi depuis 1988. L’église face à l’ancienne mairie est dédiée à Saint­Rémy et dépend aujourd’hui de la paroisse Sainte­Claire. Au 12e siècle, un tel édifice existait déjà, mais semblait être une succursale de l’église de Choisey. Convena­ blement entretenue, le culte y est célébré régulièrement par l’abbé Baudet. Natif de Salins,

La réserve naturelle de l’île du Girard Le 19 juillet 1982 était créée la réserve naturelle de l’île du Girard. Un très long parcours administratif de près de quinze années parsemé d’embûches diverses, ralenti, voire gelé à de nombreuses reprises fut néces­ saire. Mais la détermination de quelques scientifiques finit par

Raymond Collet : du modelage et de la déco après Idéal-Standard Licencié en 2011 après 13 années passées à l’usine Idéal­Stan­ dard, Raymond Collet a su rebondir en créant sa propre entre­ prise. Modeleur de formation, il fabrique ses moules et modèles dans lesquels il coule du marbre reconstitué pour faire des bas reliefs, des statues et divers objets, selon la demande du client. Plusieurs bustes dans des tailles différentes, comme celui de Vic­ tor Hugo ou d’autres personnages célèbres, animaux et différents objets décoratifs sont exposés. Effectuant également du reloo­ king de meubles, il faut visiter son atelier et son magasin au 11bis rue du Bréjon. Tél. 06 07 31 47 85. contact@atelier­modelage­deco.com ­ Site : www.atelier­modelage­deco.com. Un bon accueil sera réservé aux visiteurs. Raymond Collet participe également à de nombreuses expositions.

Jacques Lombard s’installa à Gevry en 1977. Cadre Commer­ cial, il était élu au conseil muni­ cipal en 1983, adjoint en 1989 et maire en 1991. Alors que ce nouveau mandat s’achève, de gros travaux d’assainissements ont marqué cette mandature : “Nous avons supprimé la sta­ tion d’épuration vieillissante et polluante, et l’avons remplacée par une station de reprise qui envoie nos rejets à la station de Dole­Choisey. Une partie de l’assainissement a ainsi été refaite et il faudra poursuivre au cours des années pro­ chaines”. De même le transfert du stade de foot à l’intérieur du village a amélioré la sécurité. Il faut dire que les lotissements ont fleuri à Gevry, d’où l’instal­ lation de jeunes couples avec des enfants. “Longtemps situé

de l’autre côté de la RN 5, il était très dangereux de traver­ ser pour accéder au stade. Je suis plus tranquille désormais ! L’école au cœur du village reste un centre de vie. Depuis 2006, notre école est intégrée dans un RPI formé avec Champdivers et Molay. Sur les 147 élèves, 57 sont de Gevry où nous avons conservé deux classes CP et CE1 avec Laure Monamy comme directrice et Angéline Gau­ dard". Sans vouloir s’engager sur l’avenir, le premier magis­ trat assure que les routes seront refaites au cours de cette année 2013. La présence d’une salle polyva­ lente permet une vie associa­ tive plutôt riche avec diverses activités : football club, pétanque, le Pays tranquille, la société de chasse, l’APGC, l’en­

aboutir. C’est ainsi que la 61e Réserve Naturelle d’Etat étai créée. C’est l’intérêt et la richesse biologique du site reconnu par tous qui a fini par déboucher sur cette création. S’étendant sur quelque 137 ha, cette vaste zone humide de la Basse Vallée du Doubs est située sur la rive droite de la rivière, au niveau de la confluence de la Clauge avec la Loue. Entre 1962 et 1965, à la suite d’importants travaux de réaménagement hydraulique et d’endiguement de la confluence du Doubs et de la Loue, il se forma une île tem­ poraire entre l’ancien cours du Doubs à l’ouest et le nouveau creusé plus à l’est. Elle est aujourd’hui dotée d’une richesse considérable tant floris­ tique que faunistique. Quelque 350 espèces de plantes, dont certaines très rares y sont recen­ sées. L’aspect sauvage et humide des lieux et le climat plutôt tempéré sont propices à l’accueil de plus de 120 espèces d’oiseaux, dont certains choisis­ sent cet endroit de paix pour faire une halte lors de leur migration. Les mortes et bras morts de cette réserve, ainsi que leurs roselières permettent la nidification de nombreuses espèces. Chevreuils, sangliers, Renards, martres… ont compris que cette île du Girard était sans danger pour eux…

ments témoignent d’une situa­ tion géographique intéressante. La chasse et la pêche sont des activités très prisées grâce au Doubs et à la présence de deux plans d’eau. Gaston Château né en 1919 et Denise Poncet de 1922 sont les doyens de ce vil­ lage accueillant qui considère la proximité de l’aéroport plutôt comme un atout. JT

Le conseil municipal Lombard Jacques : Maire Tepinier Daniel : 1er adjoint Bougaud Lucette : 2e adjoint Baudard Jean-Louis : 3e adjoint Bouteillez Serge Debiolle Christelle Guerin Gilles Jouffroy Patrick Ménétrier Philippe

9

Contactez notre régie commerciale :

06 13 04 60 19

tente Sports et Loisirs, le Comité des fêtes, les parents d’élèves et l’association du cha­ piteau de Gevry. Le tennis de table est une activité très fré­ quentée, beaucoup plus que l’entente musicale Gevry­ Fou­ cherans qui est en sommeil. Gevry appartient à l’agglo du Grand Dole, le maire étant d’ailleurs membre du bureau, responsable de la commission d’urbanisme commercial et des finances.

Milavec Patrick Pacaud Béatrice Pâques Jean-Louis Pâques Ludovic Pernin Emmanuel Les derniers maires 1935 – 1939 : Albert Baudard 1939 – 1945 : Joseph Lavrut 1945 – 1947 : Victor Mittaine 1947 – 1958 : Marc Pâques 1958 – 1971 : Paul Ménétrier 1971 – 1991 : Michel Bardoz 1991 - : Jacques Lombard Gevry (39100) Altitude : 192 à 198 m. Superficie : 531 ha et 180 ha de forêts Population : 656 habitants Canton de Dole Sud-Ouest Communauté d’agglomération du Grand Dole

La mairie et sa croix

Ainsi va Gevry encadré par la RN5, l’autoroute A39, le Doubs, la réserve du Girard et l’aéro­ drome qui couvre 45 % du terri­ toire. Les nombreux lotisse­

RBP Travaux Services

À votre disposition pour vos travaux d’intérieur et d’extérieur 19, rue de la Fontaine - 39700 AMANGE

03 84 70 52 73 - 06 70 72 48 00 rbptravauxservices@orange.fr

Peinture et lasure - Pose de papiers peints, toile de verre Réalisation d’enduits décoratifs NOUVEAU ! Réalisation d’enduits à effet “béton ciré” Revêtement de sol (hors carrelage) Préparation des maisons neuves (ponçage des bandes de placoplatre, etc.) Lavage à haute pression de façades, terrasses, murettes (avec ou sans traitement) Petits travaux divers : entretien de jardin, plantations, tonte…

Devis gratuit et sans engagement


10

/ Pays Dolois n°148 - Avril 2013

Jura - Coopération internationale

Jura - San José : une coopération fructueuse se tisse avec l’Uruguay

Un accord de coopération a été signé récemment entre les départements du Jura et de San José en Uruguay, visant à engager des actions communes dans différents domaines. Agriculture, tourisme… les deux territoires, forts de plusieurs similitudes, pourront s’enrichir mutuellement de leur savoir-faire respectifs.

La délégation jurassienne a visité plusieurs exploitations agricoles dans le département uruguayen de San José.

Récemment, une délégation du Conseil général du Jura faisait le déplacement à San José, départe­ ment situé dans le sud­ouest de

l’Uruguay. Objectif : sceller un accord de coopération, pour deux ans, portant sur différents domaines : production agricole,

tourisme, écocitoyenneté et for­ mation professionnelle. C’est en 2006 que se dessinait le rappro­ chement des deux territoires,

via le rectorat. Caractérisés par des similitudes notables, du point de vue de l’agriculture notamment, c’était l’occasion pour le Conseil général d’enga­ ger une réflexion sur des pistes de coopération. “José Falero, président du département de San José, nous a invités à venir découvrir son territoire. Les dates ont été arrêtées lors du vernissage d’une exposition en février, en présence de l’ambas­ sadeur d’Uruguay en France”, explique Christophe Perny, le président du Conseil général du Jura. Du 19 au 27 février der­ nier, la délégation jurassienne, composée notamment de Chris­ tophe Perny et de ses vice­prési­ dents en charge du tourisme et de l’agriculture, s’est envolée ­ non pas au départ de Dole­

Tavaux mais de Paris ­ en direc­ tion de Montevideo. Les visites organisées sur place ont permis de mettre en lumière les res­ semblances entre les départe­ ments : agriculture du vin et du fromage, tourisme rural... “Nous avons des objectifs communs avec San José” souligne Norbert Maire, vice­président en charge du tourisme. “Ils souhaitent développer le tourisme nature et l’agritourisme, ce qui permettra d’échanger nos expériences”. Un échange de formation profes­ sionnelle dans les domaines de l’agriculture et du tourisme figure également dans la liste des pistes de coopération, dont l’accord a été signé le dernier jour entre les deux présidents. “Nous avons pris contact avec les organismes de formation jurassiens pour mettre en place un échange d’étudiants et de formateurs” reprend Christophe Perny. “Il devrait rapidement se concrétiser”. En octobre prochain, ce sera au tour des Uruguayens de venir découvrir le Jura. Ils devraient également être représentés à la Foire du Jura, à cette même période, dans le cadre du thème sur l’Amérique du Sud. Céline Garrigues

Jura - Assemblée générale des Maires du Jura

Maires du Jura : inquiétudes locales et nationales Le 15 mars s’est tenue l’assemblée générale annuelle de l’Association des Maires et des présidents de communautés du Jura. L’occasion de présenter le bilan de l’année 2012 tout en exposant les actions et les inquiétudes qui parsèmeront 2013. Au­delà du département, Jacques Pélis­ sard a pointé du doigt les actions du ministère de l’Économie et des Finances. Une politique nationale en décalage avec les besoins locaux selon lui : “Bercy oublie l’essentiel et désavoue les communes comme si l’intercommunalité pouvait tout régler […], ce que Bercy oublie c’est que proximité vaut tranquillité et que les maires évitent bien des guerres”.

Un bilan positif

Avec plus de 250 participants, le succès de la soirée était au rendez­vous. Au cœur des préoccupations de l’assemblée le projet d’acte III de la décentralisation, la réforme des rythmes scolaires, les accompagnateurs dans les bus scolaires et le haut débit. La présidente départe­

mentale, Sylvie Vermeillet, et Jacques Pélissard, président de l’Association des Maires de France et maire de Lons­le­ Saunier ont interpellé le Conseil général et régional ainsi que la préfecture concer­ nant les préoccupations de leurs membres.

L’association est au service de la défense des communes jurassiennes. Un rôle par­ ticipatif qui s’illustre par sa participation dans les diverses commissions nationales départementales et régionales : l’AMJ a répondu à 80 sollicitations l’année pas­ sée. Cet organisme a également une fonction pédagogique auprès des élus locaux à propos des réformes mises en place en 2012. Avec l’aide d’intervenants extérieurs, l’AMJ a également proposé des réunions d’information où diffé­ rentes thématiques ont été abordées : fiscalité, urbanisme, plan communal de sauvegarde… L’association encourage les maires à travailler sur les Plans commu­

naux de sauvegarde afin d’anticiper les situations d’urgence ou de catastrophe, comme cela fut le cas dans la ville de Saint­Laurent­en­Grandvaux.

Le haut débit en 2013 ? Le dossier sensible de l’accessibilité des réseaux haut débit sera une des priorités de la confédération des élus durant cette nouvelle année. Le secrétaire général de l’AMJ, Jean­Louis Maitre, est revenu sur cette problématique dans le discours d’ouverture de l’assemblée. Son constat est clair : “Depuis l’année 2009, déclarée année du haut débit, rien n’a vraiment changé”. Principal responsable mis en cause par l’AMJ, le passage des réseaux public de haut débit au secteur privé qui a creusé des inégalités de terrain. Ainsi les sites pilotes bénéficient d’un vrai réseau performant au détriment des autres territoires obligés de se soumettre à une solution satellitaire. Bien que le dossier soit complexe, l’association sou­ haite que la mise en place des nouvelles décisions apporte des solutions fiables à la population que le haut débit a oubliée. Claire Jacquesson

Dole - Association sportive 50 ans du DAC : le club recherche ses anciens athlètes Cinquante ans après sa création, le Dole Athlétique Club s’apprête à fêter dignement cet événement le 25 mai prochain au Manège de Brack. Pour se remémorer les moments forts de la vie du club, les bénévoles lancent un appel aux anciens athlètes licenciés de 1963 à nos jours, et notamment aux femmes.

Crédit photo : collection Luc Vollard Le public dolois se déplaçait massivement lors des premières rencontres organisées par le DAC, dans les années 60. Ci-dessus, France - Allemagne espoir à Dole le 16 août 1964 : Roger Bambuck remporte le 100 m.

Après un demi­siècle d’existence, le DAC peut se prévaloir d’un bilan positif. Depuis 1963, date de sa création, la structure fonc­ tionne à plein régime, et les finances affichent aujourd’hui une bonne santé. Pour cette sai­ son, le club enregistre 240 licen­ ciés, pour un effectif maximum de 260 licenciés depuis sa créa­ tion. A Dole, la pratique de l’ath­ létisme remonte à la période après­guerre, avec un seul club corporatif existant à cette époque, l’Entente sportive des cheminots dolois. En 1963, Jean Zonca et Pierre Talagrand fon­ dent le Dole Athlétique Club, avec, dès les débuts, des moments forts : “Dole accueillait les stages des espoirs français. Guy Drut, Roger Bambuck notam­ ment firent leur première appari­ tion sous le maillot tricolore” raconte Jean­Pierre Gervais, vice­ président du DAC, et également

un des officiels présents dès les débuts du club. De grandes ren­ contres furent régulièrement organisées, attirant plus de 5 000 spectateurs à chaque fois : France­URSS espoirs (1965), France­RFA (1966)... Après cette période fastueuse, le club a conti­ nué sa mission de formation des jeunes athlètes. Elle organise éga­ lement plusieurs manifestations locales reconnues, à l’instar du 10 km de Cora Choisey et du cross de Tavaux. Le nouveau pré­ sident, Thierry Gautron, les diri­ geants et anciens athlètes ont tenu à célébrer dignement le cin­ quantenaire de leur club le 25 mai prochain au Manège de Brack. Ils lancent un appel aux anciens athlètes, notamment les femmes, qui seront les bienvenus C.G. pour cet événement. Contacts : Robert Barraux, 03 84 70 09 41 et Jean-Pierre Gervais,03 84 71 75 32

Le défi sportif d’Aurélien François, “Objectif Nord” fait une étape dans le Jura Le 15 mars dernier, ce militaire marseillais, dans son projet fou de rejoindre le Cap Nord depuis Marseille, s’arrêtait dans le Jura. Son objectif : promouvoir Handicap International à travers ce défi sportif et humanitaire intitulé “Objectif Nord”. Un voyage a vélo long de 4 300 km pour porter les couleurs de l’association et lancer des appels aux dons. Après la Drôme, l’Ardèche, l’Isère... le jeune homme a affronté les vents jurassiens et a passé une nuit chez l’habitant à Rainans. Pour soutenir Objectif Nord et faire un don : objectifnord.blogspot.fr


Pays Dolois n°149 - Avril 2013 /

B A R R I D N AG E V E A BARDAGE - CHARPENTE MÉTALLIQUE

Particulier - Industriel - Agricole

Nouvelle activité ! Rhabillage de façade Maison - Bardage/Isolation

DEVIS GRATUIT

2, rue du Stade 39120 CHAUSSIN

Tél. 06 78 54 02 89 Fax : 03 84 81 07 76

11


12

/ Pays Dolois n°148 - Avril 2013

Jura - Logement

Dole

Logement des personnes défavorisées :

un nouveau plan d’action

s’articulera autour de trois axes. Tout d’abord, proposer une offre de logement adapté qui permette la gestion des situations d’urgence, à l’instar des victimes de vio­ lences. Le PDALPD s’attellera également à lutter efficace­ ment contre les habitats insalubres. Enfin les parcours d’insertion dans le logement seront favorisés et étoffés avec un accompagnement social adapté.

Une action collective

Le Plan départemental d’action pour le logement des personnes défavorisées 2013-2017 a été signé le mois dernier par Christophe Perny, président du Conseil général, et Francis Vuibert, préfet du Jura. Instauré par la loi Besson du 31 mai 1990, le Plan dépar­ temental d’action pour le logement des personnes défa­ vorisées (PDALPD) définit des mesures d’aide permettant aux ménages en difficulté d’accéder ou de se maintenir dans un logement. Le renouvellement de ce document s’est effectué en mars dernier, après 18 mois de travail. Un processus minutieux portant sur l’actualisation du

plan 2013­2017, afin de prendre en compte de nouvelles lois comme celle de la mobilisation pour le logement et la lutte contre l’exclusion du 25 mars 2009. Le dossier inclut également la mutualisation de programmes juras­ siens déjà existants tels que le schéma départemental de l’autonomie ou celui s’occupant de l’accueil des gens du voyage piloté par le Conseil général. Le plan 2013­2017

Grâce au soutien des partenaires, communes, associa­ tions, organismes payeurs, de nombreux moyens ont été mis en œuvre pour permettre aux personnes éprou­ vant des difficultés spécifiques d’accéder à un logement décent et de disposer d’eau, d’énergie et des services téléphoniques. Principaux destinataires du PDALPD : les familles monoparentales, les personnes victimes de vio­ lences, les personnes handicapées, les personnes âgées fragilisées, les jeunes en situation de précarité, les familles très nombreuses et les gens du voyage.

Une agence immobilière alternative Le PDALPD souhaite créer et développer une agence immobilière sociale dans le département. Donner une vision sociale de l’immobilier, c’est le but de l’AIS. La structure souhaite utiliser la compétence d’agent immo­ bilier au service de l’insertion par le logement de per­ sonnes en difficulté. Le tout de manière à sécuriser le Claire Jacquesson risque locatif du bailleur privé.

Jura - Société

La folie Harlem Shake s’empare du Jura

Le “Harlem Shake” fait des émules dans le Jura. Fort de l’engouement provoqué par la toile, des associations, clubs de foot, ou anonymes jurassiens se pressent pour participer aux diverses manifestations prévues sur le département, ou pour réaliser leur propre vidéo. La dernière nouveauté : le Harlem Shake représentant une ville. Afin de rivaliser avec les autres communes, une certaine compétition est née. Avec plus ou moins de suc­ cès, les communes de Champagnole et Lons­le­Saunier ont déjà réalisé leurs vidéos. Celle de Lons­le­Saunier, tournée le 16 mars dernier, montre un public de jeunes Lédo­ niens qui décuple au fil de la danse frénétique. Dernier en date, le Harlem Shake de Dole réalisé sur le parvis de La Commanderie. Même si 70 personnes ont fait le dépla­ cement, seules une vingtaine a participé, signe que l’engouement autour de ce buzz commence à diminuer. Augustin Gomet, l’un des organisateurs avec la TNAC (Trio Nuova et Co) du rassemblement nous définit le but de l’opération : “Je veux, avec cet événement, montrer que Dole n’est pas une “Ville Morte” comme prétendent beau­ coup de personnes, et montrer que nous aussi les provinces nous savons nous amuser”. Il a également un avis sur les motivations des participants : “Pour eux c’est une façon de se défouler et de se libérer des contraintes de la vie de tous les jours”. Une vision partagée et complétée par un groupe de jeunes gens venu pour l’occasion : “On a été prévenu par Facebook. On est venu pour participer, comme les gens pouvaient le faire il y a quelques mois avec le Gangnam Style !”. Parmi les associations sportives juras­

siennes, le phénomène se répand. Les U15 du club de foot Jura Nord Foot publiaient leur vidéo le 17 mars dernier, suivis par l’équipe senior le 24 mars dernier. Les U15 du Football Club Poligny ne se faisaient par prier non plus pour se lâcher sur le Harlem C.J. Shake Made in Jura le 7 mars dernier.

Qu’est-ce que le Harlem Shake ? Un ’’Harlem Shake’’ est une vidéo d’une trentaine de secondes mettant en action un groupe de jeunes individus, dansant de manière farfelue sur le titre ’’Harlem Skake’’ du compositeur Baauer. Chaque vidéo suit le même scénario. Un individu masqué com­ mence à se déhancher, dans l’indifférence générale des personnes qui l’entourent, mais dès que retentissent les paroles “Do the harlem shake”, la totalité des participants, déguisés ou non, se mettent à danser de manière frénétique et loufoque. Lancé en février au Japon, le phénomène a rapidement pris une ampleur mondiale par le biais du site Internet You Tube et continue d’alimenter les discussions sur les réseaux sociaux.

SOS chatons ! Face à l’abandon massif des chatons à chaque printemps, la SPA de Dole lance un appel aux propriétaires de petits félins et tient à les prévenir dès aujourd’hui : l’association ne pourra recueillir les chats, car un virus particulièrement contagieux risquerait de faire des ravages au refuge. Chaque printemps, période propice aux abandons d’animaux, la SPA de Dole à Biarne voit arriver en masse des chatons abandonnés par des propriétaires pris de cours par une portée surprise de leur minette. Nombreux sont les propriétaires qui font l’économie d’une stérilisation, et préfèrent abandonner les chatons quand ils ne trou­ vent personne pour les adopter. A ce problème s’ajoute une autre complication, et pas des moindres. Ces dernières années, et notam­ ment en 2012, un virus très contagieux a fait son retour et a provo­ qué une mortalité importante parmi la population féline. Ce virus est responsable chez les jeunes chatons de moins de trois ans d’une maladie infectieuse incurable, la péritonite infectieuse féline, sorte de SIDA des chats. Pour une population dense de chats comme celle de la SPA, les conséquences d’une contamination pourraient être dramatiques. “Il suffit qu’un seul chaton porteur de ce virus soit intro­ duit au refuge pour que tous les autres soient menacés. En consé­ quence, notre rôle étant de sauver des animaux et non de les voir mourir les uns après les autres, nous avons décidé cette année de n’accueillir aucun chaton au refuge” explique Myriam Wieber, res­ ponsable de la chatterie du refuge. Pour lutter contre la proliféra­ tion, la Société protectrice des animaux rappelle que la stérilisation est la solution la plus efficace. Elle invite les personnes qui recueille­ raient de jeunes chats abandonnés à tenter de leur trouver un foyer par le biais de petites annonces. En parallèle, la SPA souhaiterait mettre en place un réseau de familles d’accueil chez qui les chats pourraient séjourner le temps de trouver un nouveau foyer. Renseignements : 06 79 03 96 10

Edition - “Participe Présent”

le magazine jurassien à forte valeur humaine ajoutée Dans son dernier numéro en vente actuellement, le trimestriel jurassien consacre un long dossier à Dole, “une ville au destin animé” Créé en 2009 par Benoît Chevrier, ancien journaliste du quotidien Le Progrès­Les Dépêches, le magazine Participe Présent a bien évo­ lué depuis son tout premier numéro et le salon Made in Jura où il fut présent. Made in Jura, le titre l’est resté puisqu’il est conçu et mis en page à Lons­le­Saunier. Mais depuis, il s’est régionalisé en 2011 avec une édition Doubs vendue à Besançon et Pontarlier. Comme son nom l’indique Participe Présent s’adresse à ceux qui veulent agir au quotidien pour que les choix faits aujourd’hui parti­ cipent au mieux être de demain. Des choix collectifs mais aussi nos engagements à titre individuel La santé et le monde médico­social, leur organisation régionalisée, les politiques qui les guident, les métiers qui les composent sont une des thématiques principales du magazine avec l’habitat et l’urba­

nisme, notre alimentation (à travers la rubrique Bio sphère), la vie associative, le développement durable, l’aménagement de nos ter­ ritoires sont parmi les rubriques principales emblématiques. Chaque trimestre un dossier est traité avec un angle franc­comtois : déserti­ fication médicale, gaz de schiste, la révolution numérique, l’émigra­ tion italienne. Ce printemps, c’est “L’aide et le soin à domicile dans l’œil du cyclone”. ADMR, Prodessa, HAD sont parmi les intervenants de ce dossier. Participe Présent est un magazine original, participa­ tif grâce à son club de lecteurs, une association composée d’amis et de soutiens qui aident à faire connaître le magazine dans leur envi­ ronnement et sont donc ses premiers ambassadeurs. Sa rédaction anime une émission hebdomadaire le mardi à 12 h 40 sur RCF Jura et co­produit une émission sur France Bleu Besançon chaque jour à 17 h 45. www.participepresent.net BCH Éditions, 3 rue Pasteur, 39000 Lons-le-Saunier 03 84 44 63 42 Rédaction : 06 24 45 42 03 – contact@participepresent.net Abonnements par internet pour la version papier (21 €) et la version numérique (7 €)

UN LIVRE SUR LES RECETTES AU COMTÉ Les éditions Marabout viennent de lancer une nouvelle collection baptisée “La petite crémerie”, avec pour commencer quatre petits livres dédiés aux fromages, dont le Comté. Découvrez 30 nouvelles recettes originales pour varier les plaisirs autour du Comté dans ce petit livre élégant, ludique et très abordable. “Comté, 30 recettes au fromage”, 3,50 € en librairie.


Pays Dolois n째149 - Avril 2013 /

13


14

/ Pays Dolois n째149 - Avril 2013


Pays Dolois n°148 - Avril 2013 /

Dole - Eau et assainissement

Le collectif Eau s’engage

15

Vous voulez communiquer dans Pays Dolois ? Contactez notre régie commerciale :

06 13 04 60 19

pour un retour en régie

Alors que la délégation de service public avec la Lyonnaise des eaux se terminera fin 2015, la question de la gestion de l’eau à Dole se pose. Publique ou privée ? Un collectif de citoyens dolois, créé il y a un an, milite pour un retour en régie publique et vient de lancer une pétition. Un vent de retour en régie pour la gestion de l’eau souffle partout en France. Avec la fin de nombreuses DSP d’ici une ou deux années, les col­ lectivités réfléchissent à reprendre la main sur ce bien publique. Cer­ taines dénoncent des tarifs trop élevés des sociétés privées comme Veo­ lia ou la Lyonnaise des eaux, d’autres tentent de négocier les prix pour continuer à profiter de l’expertise des opérateurs privés. A Dole, la DSP confiée à la Lyonnaise des eaux devait initialement se terminer fin 2014, mais elle a finalement été repoussée d’une année suite à la décision du conseil municipal au printemps 2012. L’échéance arrivera donc à la fin 2015, et d’ici là, les élus dolois devront prendre une décision. En atten­ dant, le collectif Eau de Dole, formé lors du Forum social de l’eau en avril 2012, espère bien faire entendre sa voix. Formé d’habitants de Dole et du Grand Dole, il soutient et s’engage activement pour un retour en régie publique de l’eau. Fort d’une conviction – il est possible de faire mieux et moins cher qu’une entreprise privée – le collectif mène des actions de sensibilisation auprès des Dolois. “Si la municipalité se donne les moyens, elle peut offrir un meilleur service” martèle Axel Fricke, membre du collectif. “L’eau est un bien important, elle doit être gérée par une collectivité qui ne cherche pas à faire des profits, à l’inverse des entre­ prises privées qui doivent reverser des dividendes aux actionnaires”. (A noter que dans le cadre de son émission “Le Blogueur” diffusé le dimanche à 19h, Arte a enquêté ce jeudi 28 mars dernier à Dole dans le cadre d’une thématique plus générale sur l’Europe et l’eau. A retrouver sur Arte à partir du 7 avril prochain.)

Une matinée d’information à Besançon

JEAN-CLAUDE WAMBST : “TOUT EST À BÂTIR” Dès janvier 2016, au terme de la délégation de service publique confiée à la Lyonnaise des eaux, la gestion de l’eau à Dole sera réorganisée. Soit par le service public, soir par une nouvelle DSP. Le maire de Dole, Jean-Claude Wambst, qui se positionne favorablement à un retour en gestion publique, souhaite mener une réflexion en concertation avec les habitants, les associations, et les élus. “Ma préférence n’est pas basée sur un dogme, et je ne souhaite pas que la réflexion soit établie sur ma conviction personnelle. La qualité du service doit être maximum. Il faudra que ce service fonctionne 24 h / 24, 365 jours sur 365. Les agents de la ville n’ont pas cette expertise. Tout est à bâtir”. Quand la ville avait repris en direct la gestion de la restauration collective il y a deux ans, le même scénario s’était imposé : la fin de la DSP avait été repoussée d’un an afin de préparer au mieux la transition. “La qualité est aujourd’hui au rendez-vous” rappelle Jean-Claude Wambst. Jusqu’à fin 2015, le maire de Dole a ainsi mis en place une commission consultative regroupant une vingtaine de personnes, élus et associations. Elle est à ce jour au début de sa réflexion. Concernant le prix du m3 de l’eau, l’édile rappelle qu’il n’a pas attendu une gestion publique pour appliquer une “tarification vertueuse”, qui consiste à payer moins si on consomme moins. Il tient également à souligner qu’il n’est pas inquiet quand à une éventuelle reprise en gestion publique : “Je ne fonctionne pas sur l’inquiétude, mais sur la maîtrise des choses. Aujourd’hui, je n’ai pas l’expertise, et je suis en attente de la découvrir. Il existe douze modèles de gestion, la régie directe en est un. Il faudra choisir le meilleur”.

CHRISTOPHE LIME : “UN INVESTISSEMENT À LONG TERME” 3

A Besançon, l’eau est depuis toujours gérée par la municipalité. Le prix du m , de 2,50 euros tout compris, est un des moins chers de France. La qualité est également un de ses points forts puisque son eau est l’objet d’une marque : la Bisontine. Christophe Lime, adjoint à l’eau et l’assainissement, accueillera les élus dolois le 13 avril prochain pour leur apporter son expertise. Il bénéficie également d’une vision nationale car il vient d’in­ tégrer la toute nouvelle Fédération Eau Publique, regroupant une vingtaine de grandes agglomérations françaises. Son but : se structurer au niveau national pour contrer la fédé­ ration des trois multinationales de l’eau (Veolia, Lyonnaise des eaux et Saur) et apporter leur expérience aux collectivités souhaitant reprendre la main sur l’or bleu.

Christophe Lime, une collectivité peut-elle offrir de meilleurs services qu’une entreprise privée forte du savoir-faire de ses ingénieurs ? Oui, à condition qu’il y ait une bonne gestion. Les ingénieurs et les techniques sont les mêmes dans le privé et dans le public, ce n’est pas plus difficile d’aller les recruter. La gestion d’un service d’eau doit prendre en compte des critères de prix, de qualité et de respect de l’environnement. C’est une gestion à long terme : il ne faut pas se projeter dans les cinq ans, mais dans les générations à venir.

La qualité doit être un des critères premiers d’investissement ? Une collectivité doit d’abord investir dans la qualité pour que l’eau soit bue en toute sécurité, avant de vouloir baisser les prix. Si les gens ne craignent pas de boire l’eau du robinet, nous avons calculé que cela représente une économie de 600 euros par an sur l’eau minérale. A Besançon, il n’y a jamais eu de pollution, ni de coupure d’eau.

Les investissements peuvent donc être lourds pour une petite collectivité ? Il faut un investissement au début, mais après, une commune, elle, ne distribue pas de dividendes à ses actionnaires, à l’inverse des entreprises privées. A terme, tout le monde s’accorde pour dire qu’une gestion publique coûte 30 % moins cher qu’en privé. Les entreprises se livrent une guerre sur les appels d’offres et baissent leur tarif de 30 % pour essayer de sauver les meubles. Malgré cela, il y a une forte tendance à un retour en régie en France : Nice, Brest, Montbéliard… s’y préparent.

Que direz-vous aux élus dolois lors de leur venue à Besançon ? Je leur dirai déjà qu’un retour en régie se prépare, il ne faut pas précipiter les choses, il faut connaître son réseau et son patrimoine. Ensuite, les priorités devront être ciblées, et le recrutement pourra débuter, sans forcément vouloir tout gérer. La facturation et le savoir-faire doivent être internes, mais certains domaines peuvent être sous-traités. Encore une fois, la perspective du long terme est importante, il ne faut pas chercher à baisser les prix immédiatement, mais d’abord investir dans le service.

maison

www.maisonbonin.fr

BONIN Rideaux & Linge de maison

CONFECTION SUR-MESURE : Conseil à domicile et pose.

s ! lle ns ve io ou ct N lle co

Lors de la première réunion de la commission consultative lancée par la mairie de Dole le 7 mars dernier, le Collectif a pu faire entendre ses arguments : “Deuxième point en faveur d’un retour en gestion publique : toutes les canalisations appartiennent et sont entretenues par la Ville, ce qui évite les mauvaises surprises” poursuit Axel Fricke. “De plus, la ville pourra compter sur le soutien de la municipalité de Besançon”. En effet, dans le cadre d’un partenariat entre les deux villes voisines, Chris­ tophe Lime, adjoint à l’eau et à l’assainissement à la mairie de Besan­ çon (voir ci­dessous) apportera son expérience et répondra aux interro­ gations des élus dolois. Le 13 avril prochain, une délégation doloise d’élus et de citoyens sera reçue en mairie de Besançon pour une mati­ née d’information. Le collectif Eau de Dole organise pour l’occasion un départ en bus de Dole. Pour donner du poids à leurs actions, le collec­ tif a lancé en parallèle une pétition. Plus de mille signatures ont déjà été recueillies. “Nous avons le sentiment que le maire de Dole a peur, il n’est pas opposé à l’idée, mais ne semble pas décidé”. Une peur de l’incon­ nue, tant d’un point de vue technique que juridique, que les élus devront envisager dans sa globalité. Céline Garrigues

Le 16 mars dernier, le collectif Eau de Dole dépassait les 1 000 signatures pour leur pétition.

VOILAGES LINGE DE MAISON TISSU D’AMEUBLEMENT STORE BATEAUX PAROIS JAPONAISES TRINGLES…

Z.A. - 2, chemin de Rougemont - Foucherans - Face à Netto

03 84 72 44 00


16

/ Pays Dolois n°149 - Avril 2013

I Publirédactionnel

Implanté depuis plus de 30 ans, Top Coiffure a su évoluer avec les modes capillaires pour proposer à la clientèle un service à la fois traditionnel tout en ayant à l’esprit une vision contemporaine de la coiffure.

Textes sous la responsabilité de l’annonceur ­ Reproduction interdite ­ © Pays Dolois n° 148

Dans un cadre chaleureux et détendu, Sabine, David et André Panouillot, Dédé comme l’appellent affectueusement les fidèles de l’endroit, s’occupent de vos cheveux avec des produits de renommée internationale tel que les gammes L’Oréal et Schwarzkopf. L’utilisation d’un équipe­ ment stérilisé garantit une hygiène irré­ prochable. Cette enseigne familiale, vous accueille au sein de deux salons coquets spécialisés chacun dans leur domaine. Le salon Mes­ sieurs conseille la gent masculine afin de

mieux répondre à leurs exigences et four­ nir une prestation de qualité. De la coupe brosse carré à la taille de barbe, rasage, coupe rasoir en passant par la création de motif tribal, les mains expertes de David et “Dédé” sont le gage d’un travail de qualité artisanale qui a su suivre les évo­ lutions de la mode capillaire. Quant au salon Dames, Sabine prend soin de toutes les chevelures féminines, de la simple coupe au chignon de mariage afin d’en faire une création unique propre à

chaque cliente. Autour d’un café ou d’un thé, ce lieu de convivialité permet de maintenir le lien entre tous. Les salons Top Coiffure offrent à la clien­ tèle une parenthèse détente tout en pre­ nant soin de leurs cheveux comme l’ex­ plique ‘‘Dédé’’ : “Ici, les clients se sentent beau de l’intérieur et de l’extérieur”. Salon intergénérationnel, Top coiffure coiffe les familles des plus petits aux plus grands pour tous les moments de la vie! Il est même possible de réserver les salons pour coiffer l’entourage des futurs mariés. Des bons cadeaux ainsi qu’une carte de fidélité sont disponibles afin de remercier les fidèles du salon. Un vrai commerce de proximité Chez les Panouillot, la coiffure n’est pas qu’une histoire commerciale. Entre potins et confidences, des liens se sont tissés entre les clients et leur coiffeur. Une amitié longue de plus de 30 ans pour les plus anciens. Pour les remercier, le salon a mis en place un service de transport permettant aux personnes âgées, ou à mobilité réduite, de les véhi­ culer jusqu’à leur coiffeur. Une solidarité qui va même plus loin. Vos artisans accompagnent leurs fidèles même lors de convalescences à l’hôpital. Un service totalement gratuit.

Pour mieux vous servir, le salon reçoit sur rendez­vous :

Salon Dames

Salon Hommes

Du mardi au jeudi : 9 h à 12 h / 14 h à 19 h Vendredi et samedi : 9 h à 17 h

Du mardi au jeudi : 8 h 30 à 12 h / 14 h à 19 h Samedi : 7 h 30 à 17 h


Pays Dolois n°148 - Avril 2013 /

NOUS VOUS PROPOSONS DU PERSONNEL, À PARTIR D’UNE HEURE DE TRAVAIL Simplification Administrative

CESU Préfinancés acceptés

RTICULIER ? VOUS ÊTES UN PA temps ? n ri p le r u o p e id Besoin d’a age… Travaux de jardin, nettoyage

et arbustes Taille des arbres de pelouse… du jardin, tonte

Informations : www.compserpro.com - 03

H

H

seront bientôt importés au Bénin

Depuis quatre ans, le centre de sécurité routière Sylvain Ramel mène des actions de sensibilisation en matière de sécurité routière au Bénin. Lors de la récente visite d’une mission béninoise, un projet d’importation de casques homologués à tarifs accessibles a été concrétisé. En juin prochain, une délégation jurassienne devrait à son tour se rendre au Bénin pour rencontrer le chef de l’Etat et faire la synthèse des actions déjà entreprises.

Alain Ramel, Koovy Yete et Kamel Gbankoto travaillent ensemble depuis plusieurs années pour mener des actions de sensibilisation à la sécurité routière au Bénin.

tion jurassienne en juin au Bénin. “Les casques seront homologués aux normes euro­ péennes avec des critères élabo­ rés ensemble depuis deux ans” explique Alain Ramel. “Il a fallu

trouver un compromis entre l’ac­ cessibilité au niveau des tarifs et la solidité. Nous serons vigilants sur les contrôles de qualité”. Les casques partiront directement de Chine pour rejoindre la fon­ dation Sylvain Ramel au Bénin. L’objectif, à terme, est d’équiper tous les Béninois. Un enjeu immédiat et national pour le pays. Durant une semaine à Dole, Koovy Yete a enchaîné les rendez­vous et les contacts concrets. “Nous avons aujour­ d’hui assez d’éléments pour pré­ parer un texte sur l’homologa­ tion en rentrant” indique le chargé de formation. “La thé­ matique de la sécurité routière commence à prendre chez nos politiques et à l’Assemblée nationale. L’éducation, la sensi­ bilisation et l’information sont un des volets importants de la sécurité routière au Bénin”. Céline Garrigues

Les Jurassiens au Bénin en juin Dans deux mois, une délégation jurassienne est attendue au Bénin avec pour objectif de rencontrer le Président de la République Thomas Boni Yayi, afin de lui expliquer le travail accompli ces dernières années. “Nous souhaiterions que le chef de l’Etat remette officiellement le premier casque homologué à un Béninois” explique Alain Ramel. Derrière ce geste symbolique, ce sera aussi l’occasion d’aborder diverses thématiques. “Environnementales” reprend Koovy Yete. “Il y a chez nous des problèmes importants de pollution avec les vidanges, les batteries et pneus abandonnés dans la nature. Nous aborderons également le thème de l’agriculture pour envisager des partenariats, notamment dans le domaine de l’agriculture intensive”. Le volet formation sera également au cœur des réflexions : comment alléger et faciliter le dispositif du permis de conduire, pédagogiquement et financièrement lourd.

59pa9r € *

personne

Séjour

Andalol usie

Costa del So

Du 1er au 8 mai / Du 8 au 15 mai / Du 15 au 22 mai 2013

e* En hôtel 4 étoiles ­ Formule All inclusiv ort (tout compris*) ­ Au départ de l’aérop de DIJON.

€ 1105 par Circuit

personne*

Trésor de Sicile 4 oct. 2013 ­ 8 jours / 7 nuits Du 27 sept. au

e­ En hôtel 4 étoiles ­ Pension complèt inement em ­ach pré en Au départ de TAVAUX vers l’aéroport de LYON.

€ 1620 par *

personne

Retrouvez des extraits vidéo de leur visite chez le chocolatier Damien Benetot, en pleine préparation des œufs de Pâques, sur notre facebook.

Arbois - LA MAISON PASTEUR LANCE UNE CAMPAGNE DE FINANCEMENT PARTICIPATIF AVEC MY MAJOR COMPANY Popularisé par My Major Company, le financement participatif est une démarche de financement innovante permettant aux internautes de financer des projets divers, essentiellement dans le domaine culturel. Leurs dons, symboliques ou plus conséquents, permettent, ou non, de faire aboutir la démarche. L’Académie des sciences, à qui la Maison Pasteur d’Arbois a été léguée en 1991, a pour projet de reconstituer une salle de classe du XIXe siècle dans la maison où Louis Pasteur a vécu et créé son laboratoire personnel. Dans cette salle de classe destinée aux scolaires et aux familles, des activités pédagogiques seront proposées tout au long de l’année autour des travaux de

Tr urs Entretiens extérie . s.. ur ou intérie

84 82 42 89 - e-mail : iaejuraservice@orange.fr - 39, avenue Eisenhower - DOLE

Centre Sylvain Ramel : les casques

notamment de contrôle tech­ nique. Après y être retourné à deux reprises pour poursuivre ses actions, en 2010 et 2011, deux députés béninois se dépla­ çaient à Dole en septembre 2011. Depuis, les choses se sont accélérées et les engagements se sont concrétisés. Avec notamment ce projet d’impor­ ter des casques homologués à tarifs réduits. Le mois dernier, une nouvelle mission se rendait à Dole pour en dessiner les contours. Koovy Yete, chargé de la formation au Centre national de sécurité routière du Bénin, et Kamel Gbankoto, attaché parle­ mentaire et président de l’asso­ ciation Jeunesse Mouve réseau ont pu confirmer leur projet avec Alain Ramel, et organiser la prochaine venue d’une déléga­

H

Pour un surc i ss u a s Nous pouvon n congé maladie... u s in so répondre à vos be uliers. tifs. ponctuels ou rég avaux administra

RENSEIGNEZ-VOUS SUR TOUS LES SERVICES PROPOSÉS !

Dole - Sécurité routière

Au Bénin, 70 % des usagers de la route se déplacent en cyclomo­ teur, soit plus de cinq millions de deux roues estimés dans le pays. Avec ce triste bilan : chaque jour, deux personnes sont tuées dans un accident de la route, et 65 % des blessés graves sont des usagers vulné­ rables, circulant sur des deux roues. Malgré l’obligation du port du casque, celui­ci fait sou­ vent défaut, et de plus, les matériaux utilisés posent des problèmes de sécurité. C’est en 2009 que le Dolois Alain Ramel, fondateur du centre de sécurité routière Sylvain Ramel en 2001, se rendait pour la première fois dans le pays d’Afrique occiden­ tale. Son objectif : mettre en place des actions de sensibilisa­ tion à la sécurité routière,

Réduction d’impôts de 50 %*

TREPRISE, N E E N U S E T Ê S U VO LLECTIVITÉ ? ASSOCIATION, CO roît d'activité,

Petits travaux… e étagère,

ires : pose d’un Travaux élémenta , porte qui racle… tringles à rideaux

* Sur les Services à la personne, si vous êtes un particulier

Louis Pasteur. Pour financer son projet (aménagement d’une pièce avec pupitres et bancs, bibliothèque, estrade, matériel scientifique...), l’Académie lance un appel aux internautes de la France entière via le site My Major Company : “Nous avons besoin de vous pour mettre en place ce beau projet à vocation pédagogique. Il ne pourra voir le jour sans votre aide !”. L’appel aux dons est de 5 000 euros, pour un budget total de 18 000 euros. A l’heure où nous bouclons ces lignes (28 mars), la participation atteignait 835 euros. Nous ne manquerons pas de vous tenir informés de l’avancée des dons !

Sri Lanka

Circuit au / 7 nuits Du 13 au 21 septembre 2013 ­ 9 jours e­ En hôtels 3 étoiles ­ Pension complèt inement Au départ de TAVAUX en pré­achem IS. vers l’aéroport de PAR

Licence n° 039120006 ­ * Prix hors assurance

H H

Rapidité

17


18

/ Pays Dolois n°148 - Avril 2013

Fabricant installateur sur mesure depuis 23 ans

Véranda Alu ou Bois Alu Fenêtres PVC ou Alu Pergola - Stores Volets roulants Alu Portails et portes de garages Nombreuses réalisations à visiter sur votre secteur

ETUDES ET DEVIS GRATUITS SUR DEMANDE

Nouveau Hall d’exposition Prix direct d’usine OUNANS - 03 84 37 71 73 / AUXONNE - 06 75 62 85 84

Dole - Musée beaux-arts - Jusqu’au 2 juin

Dole - Concert

Philippe Cognée expose à Dole Le musée des beaux-arts de Dole ouvre ses portes à l’exposition Philippe Cognée. Depuis le 16 mars jusqu’au 2 juin, les visiteurs sont invités à contempler la société contemporaine à travers le regard singulier de l’artiste. leurs à de la cire fondue. A l’aide d’un pinceau, le mélange est dis­ posé sur le support puis recou­ vert d’un film plastique. Cette opération donne un aspect brillant à l’ouvrage. Grâce à l’uti­ lisation d’un fer à repasser sur le film, la cire se liquéfie et déforme les formes contenues sous le plastique. Piégée sous une surface glacée, l’image déformée rend un visuel dont les contours laissent transpirer la réalité. Installée au rez­de­chaussée et au troisième étage, l’exposition de Philippe Cognée est à l’af­ fiche du musée des Beaux­Arts depuis le 16 mars jusqu’au 2 juin. Coproduite avec le musée de Grenoble, cette exhibition retrace le parcours artistique de Philippe Cognée depuis le début des années 90. Les réalisations de l’auteur mettent en exergue sa vision éphémère des choses :

“C’est l’idée de dire que nous sommes là aujourd’hui, mais que demain nous ne serons plus. A chaque fois, je réinvente une façon de voir les choses”. A par­ tir de photos ou de vidéos, modifiées ou non, les images sont ensuite projetées sur un support, en bois ou en toile, où l’artiste peint avec la technique de l’encaustique. Ce procédé associe des pigments de cou­

Google Earth ou les perspectives alternatives Les technologies actuelles ont leur place dans le travail de Phi­ lippe Cognée. Les vues satelli­ taires de Google Earth donnent une conception en relief des villes et de leurs infrastructures. Exposé au rez­de­chaussée du musée dolois, le tableau “Google H.I.U” en est l’exemple. Dans le cadre de cette toile, il a suffi à l’auteur de regarder les

grandes villes américaines avec le logiciel pour s’apercevoir que certaines constructions peuvent avoir un sens : “J’ai redressé les barres d’immeubles pour que cela devienne une écriture, illus­ trée par l’œuvre “Google C.I.E.U”.

Une exposition qui domine le public Le manque de décors a pour but d’étouffer la notion d’espace afin de mettre en avant la société exiguë actuelle. Philippe Cognée montre une vision abs­ traite du monde contemporain, ainsi la taille surdimensionnée des perspectives des œuvres a été déterminée pour que le public s’interroge : “Est­ce que nous regardons l’image ou est ce que c’est le tableau qui nous regarde ?”. A noter qu’une publication des œuvres de Phi­ lippe Cognée est en vente au musée des beaux­arts.

La nouvelle vie virtuelle du musée de Poligny Fermé depuis 1963, le musée municipal de la ville de Poligny rouvre virtuellement ses portes. Grâce au site Internet musee-poligny.fr, les internautes du monde entier pourront découvrir les différents objets issus du patrimoine culturel polinois. Une première dans la région, et une initiative assez rare en France !

Crédit photo : P. Guenat

Une des pièces qui a pu être numérisée : un plat kabyle à une anse

Ouvert en 1863 à l’initiative du docteur Bertherand, grand voya­ geur polinois et principal dona­ teur du musée, ce lieu culturel possède 8 000 pièces de collec­ tions. Parmi celles­ci, des sculp­ tures, des armes, des collections ornithologiques, un herbier ainsi

que des toiles issues de la réserve du Louvre. Pourtant peu de Polinois peuvent se vanter d’avoir un jour visité le musée de la ville, car celui­ci a fermé défi­ nitivement ses portes au public depuis une cinquantaine d’an­ nées. En cause : la vétusté du

Le 13 avril prochain au Manège de Brack, le groupe Tribute to Hallyday, autour de son incontournable chanteur dolois Johnny Success, revisitera les tubes qui ont fait la légende de Johnny Hallyday.

Claire Jacquesson

Poligny - Culture

lieu, celui­ci ne pouvait plus assurer la sécurité du public. Plu­ sieurs solutions ont été envisa­ gées quant à la réouverture du musée, mais aucune n’a pu aboutir faute de moyens. Afin de conserver ce patrimoine culturel, la capitale du Comté, aidée par la conservation départementale dirigée par Marie­Jeanne Lam­ bert, a réalisé un récolement. Depuis 2008, celui­ci a permis d’identifier, de répertorier et de numériser en haute définition une centaine de pièces issues des deux salles formant l’ancien musée. De là, l’idée d’un musée virtuel a émergé. Après quatre années de préparation, le pre­ mier musée virtuel en Franche­ Comté a été lancé en mars. Celui­ci offre en libre accès sur son site Internet, http://musee­ poligny.fr/, ses collections d’eth­ nologies et d’archéologie aux internautes de la planète. Acces­ sible à tous publics, le site donne

Johnny enflamme le Manège de Brack

accès aux numérisations des dif­ férentes pièces de collections. La configuration de l’ancien musée a été conservé, ainsi les ’“cyber visiteurs” peuvent visiter virtuel­ lement les deux salles. Un mode à 360 degrés permet de visuali­ ser quatre objets de manière globale. L’engouement autour de ce projet a permis de le finan­ cer aux trois quarts, soit 30 000 euros, avec les subventions allouées par les différents parte­ naires, le programme européen Leader +, le Conseil général, le Conseil régional et la Direction régionale des affaires culturelles. L’estimation du coût total étant de 40 000 euros. Dans le but d’étoffer le site, une nouvelle campagne de numérisation est déjà prévue ainsi que la création d’un accès audio pour faciliter l’accès aux personnes mal voyantes. Claire Jacquesson

Plus qu’un sosie, Gilles Glab, alias Johnny Success, est avant tout un interprète. S’il cultive le look du rockeur, il refuse de l’imiter. Le groupe “Tribute to Hallyday” est né en 2008, et depuis, la bande de potes sillonne les routes de France pour enflammer les salles de concert. Avec Henri­Pierre Pru­ dent à la batterie, Stephane Lanux à la basse, Yvan Jacquin au clavier, Gilles Douriaux et Yves Batisse aux guitares, Johnny Successe enchaîne les concerts aux quatre coins de la France (Bordeaux, Tours…) et à

l’étranger (Maroc, Allemagne). “Johnny Hallyday, quand on l’a dans la peau, ça devient naturel de le faire sur scène, et puis c’est tellement agréable de se fondre dans ce personnage hors du commun et de s’oublier un temps soit peu !” raconte le sosie, sans doute un des plus appréciés du public. Mais pour assurer un show digne de son idole, le Dolois ne doit pas seu­ lement faire travailler ses voca­ lises. Le physique et le mental tiennent une place essentielle. “Il faut, bien évidemment, tra­ vailler la voix, la technique, l’hy­

giène de vie, faire du sport… Un chanteur, quel qu’il soit, doit avoir une mentalité de boxeur”. Le 13 avril prochain, le groupe revisitera, dans leur version ori­ gnale, les plus grands titres de Johnny Hallyday : ceux qu’il n’in­ terprète plus sur scène, à l’instar de “Voyage au pays des vivants” ou “Rivière ouvre ton lit”, ou encore les grands tubes, comme “Quelque chose de Tennesse”. C.G.

Réservation à Cora Dole Choisey, ou :tributetohallyday@orange.fr ou sur le site www.tributetohallyday.com

ALAIN GOY EXPLIQUE SON MÉTIER AUX ÉLÈVES D’ÉCOLES DU GRAND DOLE Dans le cadre des animations en amont du festival du livre jeunesse les 5, 6 et 7 avril, six auteurs sont partis à la rencontre des jeunes élèves du Grand Dole le mois dernier. Alain Goy, l’auteur-illustrateur jeunesse et conteur en forêt de Chaux était de la partie. Il est intervenu dans dix classes pour expliquer son métier. Dans un premier temps, il présentait les différents métiers mis à contribution grâce à l’imaginaire d’un auteur : l’infographiste, l’éditeur, l’imprimeur, le diffuseur, le transporteur... Puis il expliquait aux élèves attentifs la “fabrication” d’un livre : l’idée de départ, la rédaction du texte, la mise en forme d’un chemin de fer… Enfin, l’auteur a imaginé avec chacune des classes une histoire. Les élèves étaient ensuite chargés de réaliser les pages et de les relier. Chaque classe amènera son ouvrage à Alain Goy pour le festival du livre jeunesse. “J’attends avec impatience l’arrivée des dix livres” s’enthousiasme le conteur. “Il y a des histoires remarquables que je pourrais lire en veillée. Il a fallu tout de même canaliser les idées et prendre les éléments qui ont une continuité. Je retrouverai avec plaisir tous les élèves”.


Pays Dolois n°148 - Avril 2013 /

NIQUET - TOIT et BOIS Sarl

Tout pour votre toit !

Charpente - Couverture - Zinguerie - Isolation I Publirédactionnel

L’ETS NIQUET / SARL TOIT ET BOIS, entreprise implantée dans le Val de Saône, est spécialisée en charpente, couverture, zinguerie et isolation. Consciente des enjeux écologiques et désireuse de conjuguer esthétisme et bien­être, une équipe de 7 professionnels vous conseille et concrétise vos projets de la création d’une habi­ tation à la rénovation du bâti existant.

DEVIS GR ATUIT

bardage, création de kiosque, auvent et ter­ rasse, bardage… Confort et esthétisme, plusieurs options sont disponibles pour rénover ou élaborer la cou­ verture de votre toit, la Sarl Toit et Bois peut vous proposer tous types de tuiles Béton ou Terre cuite, ardoise ou joint debout pour créer une habitation à votre image. Installateur conseil Velux, l’entreprise est Titulaire du label Eco artisan et avertie que 25 à aussi à même pour vous conseiller afin de 30 % des ponts thermiques de votre habitation créer ou de compléter votre équipement en peuvent provenir de votre toiture, l’entreprise fenêtre de toit. vous propose des solutions adaptées pour amé­ liorer l’isolation de votre maison et faire de votre L’Ets Niquet… Un artisan qui s’engage à vos toit l’allié idéal pour économiser. côtés et prend en charge votre projet en En charpente, cet artisan vous propose des bois neuf, rénovation ou entretien en vous propo­ de qualité adaptables à tous vos souhaits : agran­ sant étude personnalisée gratuite, conseils et dissement d’habitation, fermette pavillonnaire, travail de qualité…

Ets.

NIQUET - Toit et Bois SARL - 27, route de Dole - 21170 Losne

Textes sous la responsabilité de l’annonceur ­ Reproduction interdite ­ © Pays Dolois n° 148

Ets.

19

www.niquet-bois.fr

Tél. 03 80 39 22 55 Fax 03 69 99 01 00


20

/ Pays Dolois n°149 - Avril 2013

Nous sommes une petite écurie pour qui le bien-être des animaux est primordial. Tout est mis en œuvre pour leur épanouissement. L'équipe se compose de 5 personnes : Sylvie, Michel, Erica, Julie et Olivier ainsi que ponctuellement de cavaliers Pro dans différentes disciplines. Les cavaliers sont accueillis tout au long de l'année pour les cours, les stages de dressage, CSO, de voltige, d'endurance, de pony-game, de horse-ball, de spectacle, de travail en liberté, pour les passage d'examens fédéraux, etc.

À PARTIR DE ? Carte d’abonnement à partir de 7,20 €/heure en baby poney. Cours adulte à partir de 13 €/heure sur carte d’abonnement. Cours particulier à partir de 16,80 €/heure par carte d’abonnement.

MAIS AUSSI… Espace hivernage camping, pension pré/complète pour chevaux.

RENSEIGNEZ-VOUS VITE !


Pays Dolois n°148 - Avril 2013 /

Pratique !

Pensez à votre contrat annuel Renseignez-vous pour établir votre devis personnalisé !

www.maison-et-services.com/dole

Repassage

Ménage

Proximité

Un chargé de clientèle se déplace chez vous pour évaluer vos besoins en ménage et/ou en repassage / nettoyage / jardinage…

Vitres

Jardinage

-50 %

sur nos prestations avec la réduction ou le crédit d’impôt* * selon loi de finances et décrets en vigueur.

Qualité

Les intervenants sont recrutés pour leur savoir-faire et leur savoir-être. Les prestations font l’objet d’un suivi régulier (questionnaires de satisfaction, visites au domicile).

Tonte de pelouse Ramassage de feuilles Taille de haies / Désherbage Passage motoculteur…

Entreprise indépendante - RCS DOLE 494 540 305

Simplicité

Aucune formalité administrative, MAISON & SERVICES est l’employeur de votre intervenant et s’occupe de tout.

21

Maison et Services Jura - 74, rue des Arènes - DOLE - Tél. 03 84 72 42 13 - msdole@maison-et-services.com UN LIEU, UN NOM…

Le jardin Philippe à Dole Blotti entre le canal du Rhône au Rhin et le Doubs, le jardin Philippe appartient à l’histoire de Dole. Comme le Cours Saint-Maurice, cet espace fut baptisé du nom d’un personnage qui, tellement amoureux de cet endroit communal, le transforma en parc d’agrément. Qui était donc ce Philippe dont le nom résonne toujours dans la tête des Dolois ?

Lorsque, vers 1680, peu de temps après la conquête française, il aménagea de ses deniers un parc de promenade au pied des remparts, le conseiller, magistrat et diplomate Claude Ambroise Philippe ne se doutait pas qu’il serait un jour fortement amputé par un canal. C’est en effet en 1802 que le canal destiné à relier le Rhône au Rhin fut mis en service entre la Saône et Dole. Une grande fête fut organisée à cette occasion les 12 et 13 octobre. Les travaux de prolongement après Dole débutèrent en 1808. En mai 1852, lorsque le premier bateau à vapeur passa sur ce canal, il y avait foule dans ce jardin pour l’accueillir et l’applaudir.

alors de soumettre cette question aux Dolois eux­mêmes par référendum. Celui­ci eut lieu le 16 février 1902 et, alors que le Cours Saint­Mauris avait été abandonné par les édiles, c’est le choix de ce lieu qui arriva nettement en tête devant le jardin Phi­ lippe. Certes, le célèbre savant paraît bien esseulé au fond du Cours ! Pas sûr que les nombreux touristes visitant la ville l’aient tous trouvé pour le saluer ! Aujourd’hui, les bancs et les jeux pour enfants installés favori­ sent l’accueil et incitent les mères de famille à s’y promener. Cependant, entre canal et Doubs, il y a danger…

Le jardin au fil du temps

Claude Ambroise Philippe (1614-1698)

Avant d’être installé au Pasquier, le jeu de l’arquebuse qui se trouvait près du vieux château fut déplacé au jardin Philippe. Après la réfection du pont de la Charité qui borde ce parc, et l’enlèvement de tous les matériaux provenant de l’ancien octroi, certains auraient bien vu l’implantation de parterres de fleurs, mais à l’ombre des hauts remparts, ce n’était pas envisageable. Alors, on imagina la création d’un théâtre de verdure qui ren­ drait service aux associations locales, certaines comme les amis de la nature y organisant déjà des spectacles. D’autres font des concerts et des bals. Les deux allées d’arbres distantes de 16 mètres permettraient l’installation d’une scène et Dole se his­ serait alors au niveau des villes comme Beaune et Chalon­sur­ Saône qui possèdent déjà un tel théâtre. La location du lieu serait également un revenu destiné à l’entretien… L’arrivée du canal eut une telle emprise sur l’esplanade que le jardin Philippe se limita à un simple lieu de promenade à l’ombre des grands arbres et à proximité de la ville. En 1897, le conseil municipal décida d’ériger une statue en hom­ mage à Louis Pasteur mort en 1895. Faisant suite à un concours, c’est le sculpteur Antonin Carlès qui fut chargé de sa réalisation. Lorsque vint le moment de décider du lieu d’érection, différentes voix s’élevèrent, les uns choisissant le square Mallet ou la place Nationale, les autres le Jardin Philippe ou la place aux Fleurs, d’autres encore le Pasquier ou le Cours Saint­Mauris. Bref, de cette cacophonie, rien ne sortit ! Le maire Emile Renaud décida

Le jardin Philippe en 1900

Partenariat entre le Journal “Pays Dolois” et l’Education nationale des escaliers ou des escalators qui descendent sous terre dans des sortes de petits tunnels. C’est un vrai labyrinthe ! Pour se repérer, on a bien lu les pan­ neaux suspendus qui indiquent les directions par des flèches. On passe son ticket dans une machine qui nous laisse passer. Attention : les portes des wagons s’ouvrent et se refer­ ment très vite ! Il faut bien se tenir au départ ainsi qu’à l’arri­ vée car ça secoue !

Que de trafic !

Plus qu’un voyage, nous avons découvert une grande ville !

C’est parti pour Paris ! D’autres rues sont plus petites, certaines en pavés. Les Parisiens sont très pressés, ils semblent courir tout le temps ! On a donc dû apprendre certaines règles pour se déplacer, comme tou­ jours rester bien à droite en file indienne dans les escaliers rou­

Le jardin Philippe entre canal et Doubs

Saint-Jean-de-Losne

Rahon - Journalistes en herbe

Paris, c’est la capitale, une très grande ville de plus de neuf mil­ lions d’habitants. Pour traverser les boulevards, il faut faire très attention : ceux­ci sont très larges, à angle droit, et bordés de beaux immeubles comme on l’avait étudié en histoire.

Né à Besançon, cet habile diplomate joua un rôle marquant dans les guerres menées par Louis XIV pour réunir la Franche­Comté à la France. Ses négociations ne purent permettre au roi d’Espagne de conserver la province. Il le nomma néanmoins 1er président du parlement de Dole. Par la suite, Louis XIV le nomma président JT à mortier au parlement de Besançon.

lants ! Les gens peuvent ainsi circuler plus vite sur la gauche.

Un monde souterrain Pour nous déplacer à Paris, nous avons beaucoup marché et aussi emprunté le métro. Pour y accé­ der, nous sommes passés par

Quel vacarme à Paris ! Les klaxons, les sirènes et le bruit de la circulation qui ne s’arrêtent jamais, même la nuit ! On a remarqué des voitures, des motos, des bus bien sûr mais aussi énormément de taxis. Il y a même des tramways en plus du métro ! Ce qui nous a beaucoup plu, ce sont les “vélib” : c’est très pratique. On peut emprun­ ter un vélo à une station (il y en a un peu partout dans la ville) et

le déposer à une autre en fonc­ tion de son trajet. C’est écono­ mique, écologique et comme ça, on peut éviter les bouchons !

D’un mode de vie à un autre… Dans les rues, aucun enfant ne joue. Il y a peu d’herbe et pas de bois pour y construire des cabanes ! Les petits Parisiens sont obligés d’aller dans les parcs ou les jardins publics pour s’amuser ou jouer au ballon. Ca change de notre village ! A Paris, pas de vaches, de poules ni de chevaux. Par contre, on a observé beaucoup de pigeons, et même des sortes de mouettes qui se sont appro­ chées très près pour goûter avec nous … dans la cour du musée du Louvre ! Pour notre part, nous sommes ravis d’avoir pu devenir pigeons voyageurs afin de découvrir un peu notre belle capitale. Vive­ ment la prochaine fois !

GASTRONOMIE, HISTOIRE ET PATRIMOINE LES 6 ET 7 AVRIL PROCHAINS Après le succès du premier salon gourmand organisé en 2012, le Lions Club Val de Saône réitère l’opération les 6 et 7 avril prochains à la salle polyvalente de Saint-Jean-de-Losne. L’année dernière, 23 exposants avaient répondu présents et proposaient à la dégustation et à la vente des produits du terroir qui ont fait l’unanimité auprès des nombreux visiteurs. Le 2e salon gourmand espère bien obtenir cette année le même succès. Il sera accompagné le samedi 6 avril de 10 h à 18 h par les premières rencontres “Histoire et Patrimoine du Val de Saône” : puisque la culture et la gastronomie font souvent bon ménage, l’association Saône Nature et Patrimoine organise simultanément le 6 avril une journée de rencontre des historiens du Val-de-Saône (Auxonne, Saint-Jean-de-Losne, Seurre) qui présenteront en public leurs sujets d’étude favoris. Les visiteurs du salon pourront ainsi assister avec les autres publics à des présentations de sujets originaux concernant l’histoire et le patrimoine des cantons (le barrage d’Auxonne, l’Eglise des Maillys, la Croix-Girard de Maison-Dieu, le commerce et l’artisanat à la campagne, etc.). En prime, après le déjeuner, la visite historique de l’église de Saint-Jean-de-Losne. Salon gourmand : ouverture le samedi de 10 h à 20 h et le dimanche de 10 h à 18 h. Entrée 1,50 € (ou 3,50 € donnant droit à un verre sérigraphié). Rencontres “Histoire et Patrimoine du Val de Saône” samedi 6 avril de 10 h à 18 h.


22

/ Pays Dolois n°148 - Avril 2013

TROP DE CRÉDITS ? Repartez du bon pied et réalisez de nouveaux projets !

Pour une étude gratuite, discrète et sans engagement de votre part, contactez-nous au :

09 62 18 81 49

Payez une seu le mensualité sans changer d e compte banca ire

www.idesia.fr

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager. SARL SACOLIN (Société indépendante franchisée au réseau Idésia) ­ Intermédiaire en opérations de banque, travaillant sans exclusivité ­ 9, rue des Cosaques – 39500 DAMPARIS ­ RCS LONS LE SAUNIER 507 459 170 – Code APE 6619B Mandants : CFCAL, 1 rue du Dôme 67000 STRASBOURG – SYGMA, 66 rue des archives 75003 PARIS. Sous le contrôle de l’ACP (Autorité de Contrôle Prudentiel) – 61, rue Taitbout 75009 PARIS – Assurance de Responsabilité Civile Professionnelle conforme à la législation des IOBSP. Conformément à l'article 32 de la loi n°78­17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, les franchisés du réseau IDESIA disposent d’un traitement informatique des données personnelles, le responsable du traitement étant la société IDESIA CONSEILS (RCS NANCY 449 909 563). La finalité de ce traitement est d’apprécier la situation des clients en termes de solvabilité. Ainsi, les données recueillies sont destinées à IDESIA CONSEILS pour transmission, en cas d’acceptation du dossier de demande de financement, aux partenaires bancaires du réseau. Le client peut s’opposer au traitement des données pour motif légitime et peut refuser de fournir les données demandées ce qui peut justifier le refus du dossier de demande de financement. Le client dispose en tout état de cause d’un droit d’accès, de rectification, de suppression et d’opposition sur les données personnelles le concernant. Il lui suffit pour l’exercer d’écrire à l’adresse suivante : IDESIA CONSEILS – 9, square de Liège 54500 VANDOEUVRE­LES­NANCY ». Pour toute réclamation, merci d'écrire à Idésia service réclamation 9, square de Liège 54500 VANDOEUVRE­LES­NANCY. Aucun versement de quelque nature que ce soit ne peut être exigé d’un particulier avant l’obtention d’un ou plusieurs prêts d’argent.

Le parcours du cœur Tous les Dolois sont attendus au Parcours du cœur C’est le dimanche 7 avril sur les terrains du Pasquier que se déroulera le traditionnel parcours du cœur. Placé sous l’égide de la Fédération française de Cardiologie, le Parcours du Cœur de 2,5 km se déroule en dehors de tout esprit de compétition. Les participants ont la possibilité de marcher, de courir à l’allure qui leur convient. Le départ est fixé devant les vestiaires du Pasquier, à noter la présence de médecins, d’infirmiers (prise de tension artérielle avant et après le parcours.)

Jura Dolois, une saison mi figue mi raisin ! Au vu de la saison 2011-2012, Jura Dolois Basket visait une place sur le podium. Les aléas ont fait que JDB a perdu son entraîneur en cours de saison et que de nombreux joueurs ont été éloignés du parquet pour blessure. L’équipe n’obtient qu’une place dans le ventre mou de ce championnat.

SPORTS Rugby Fédérale 3

Tavaux qui rit, Dole qui pleure Il ne reste qu’une journée en Fédérale 3 et les places sont pratiquement attribuées. On sait que l’US Dole est reléguée en Honneur et que l’US Tavaux Damparis Abergement devrait continuer l’aventure en Fédérale 3 voire Fédérale 2 s’il réussit à passer sans encombre les deux tours des phases qualificatives du championnat de Fédérale 3.

La saison 2012-2013 touche à sa fin, le JDB occupe la sixième place au général, Président quel bilan tirez-vous de cet exercice ? Pour moi la fin de saison est bien trop tôt car on pourrait au moins aller jusqu’à fin avril. Nous avons onze victoires au compteur c’est un championnat bizarre car le dernier va descendre avec au moins neuf victoires. Cela ne s’est pratiquement jamais vu. Nous sommes quand même contents de ce résultat car on avait mis quand même le pied sur le podium il y a quelques semaines. C’est dommage d’avoir loupé une ou deux rencontres. Le côté positif est notre belle série de 8 matchs et 7 victoires. Plusieurs changements sont intervenus au cours de la saison 2012-2013, changement d’entraîneur, disqualification de l’équipe 2, que regrettez-vous cette saison ? Je ne regrette pas le changement d’entraîneur en cours de saison car cela nous a apporté beaucoup de satisfaction avec Jonathan Ruiz. Au sujet de l’équipe 2, ce qui est dommage, c’est que des joueurs qui avaient donné leur accord en début de saison pour évoluer avec l’équipe 2 ne tiennent pas leur engagement. La saison prochaine, nous n’aurons que deux équipes garçons. Il y a un désintéressement pour le

sport collectif, je pense qu’on devrait organiser un championnat du monde de téléphone portable ou de console. 2013-2014 se profile à l’horizon, avez-vous déjà des projets dans les tiroirs ? Oui, la volonté de part et d’autre de travailler avec Jonathan la saison prochaine. Il reste deux ou trois petites choses à régler. Au niveau des joueurs c’est un peu tôt pour en parler. Des bruits de couloir nous indiquent que certains joueurs vont quitter le club. Ils nous quitteront, on en retrouvera d’autres. Nous sommes sur une recherche avec un budget moins important. On fera une équipe avec les moyens du bord. L’équipe féminine va certainement terminée sur la 4e place du podium de Prénationale êtes vous satisfait de ce résultat ? Pour le club, c’est la satisfaction de la saison. Finalement elles s’en sortent bien. Il faudra regarder la saison prochaine, celles qui restent et celles qui nous quittent pour avoir une équipe compétitive pour évoluer en Prénationale. Mais on ne jouerait pas la montée.

Les Dolois sortent de la Fédé­ rale 3 après y avoir passé 16 sai­ sons. Une saison en demi teinte qui les envoient directement en Division Honneur. Comment en sont­ils arrivés à ce stade ? Le co­entraîneur Lionel Humblot a son explication : “Je suis revenu dans mon club sans me poser de questions. Quand j’ai pris la direction de l’équipe première tout était déjà bouclé. Je constate que déjà la saison der­

nière le club avait eu du mal à se maintenir. Avec la perte de nom­ breux joueurs cette saison, et un recrutement très faible (2 joueurs), nous n’avions pas un effectif assez suffisant tenir toute la saison. Cela ne s’est pas trop vu en début du champion­ nat car nous avions quand même gagné quelques matchs. Mais par la suite avec les bles­ sures, nous avons eu du mal à nous entraîner tous ensemble.

Suivez vos équipes ! Football LR2  02/03/13 Jura Nord-Pontarlier 1-0 10/03/12 Jura Dolois-Jura Lacs 0-2, Dannemarie-Jura Nord 1-1 16/03/13 Clémenceau-Jura Dole 1-1, Jura Nord-Arc/Gray 2-3 23/03/13 Racing Besançon-Jura Dolois 0-0 24/03/13 Ornans (2)-Jura Nord 2-2

Classement au 24/03/13 1.Racing Besançon - 2. Jura Lacs 3. Coteaux de Seille - 4. Jura Nord - 5. Clemenceau - 6. Jura Dolois - 7. Pontarlier (3) - 8. Arc/Gray - 9. Dannemarie - 10. Ornans (2) - 11. Triangle dʼOr Jura 12. Chatillon/Devecey.

LR3 Poule A

Poule B 03/03/13 Chaussin-Grimont 0-2, Foucherans-Plateau 25 0-2 10/03/13 Chaussin-Roche/Novillars (2) 2-1, Les Ecorces-Foucherans (reporté) 17/03/13 Montfaucon-Chaussin 1-0, Roche/Novillars (2)-Foucherans 1-0 24/03/13 Chaussin-Orchamps/Vennes 1-1, Foucherans-Planoise 2-3

Classement au 24/03/13 1. Plateau 25 - 2. Grimont - 3. Planoise St Ferjeux - 4. Orchamps/Vennes - 5. Roche/Novillars (2) - 6. Montfaucon - 7. Morteau/Montlebon (2) - 8. Racing Besançon (2) - 9. Chaussin - 10. Foucherans - 11. Les Ecorces - 12. Larians/Munans.

1re Division de District

03/03/13 Choisey-Sud Revermont 0-3 09/03/13 Besançon PS (2)-Choisey 4-2 17/03/13 Choisey-Noidans 0-5 23/03/13 Choisey-Val de Loue 2-5

10/03/13 Triangle dʼOr (2)-St Aubin 4-2, Aiglepierre-Trois Monts 0-2, 17/03/13 St Aubin-St Laurent 2-2, Trois Monts-Poligny 7-2 24/03/13 Jura Sud (3)-St Aubin 4-3, Jura lacs (2)-Trois Monts 4-3,

Classement au 23/03/13

Classement au 24/03/13

1.Besançon PS (2) - 2. Champagnole (2) - 3. Val de Loue - 4. Noidans - 5. Morbier - 6. Lons (2) - 7. Sud Revermont - 8. Frasne - 9. St Vit (2) - 10. Levier - 11. Bresse Jura (2) - 12. Choisey.

1.Poligny - 2. St Laurent - 3. Jura Lacs (2) - 4. Triangle dʼOr Jura - 5. Trois Monts - 6. Jura Sud (3) - 7. Montmorot - 8. Mouchard - 9. Aiglepierre - 10. St Aubin 11. Crotenay - 12. Arinthod.

Nous avons essayé de faire le mieux possible mais cela n’a pas marché dans la deuxième partie de la saison.” Du côté de l’USTDA, l’humeur est plus joyeuse. En effet, alors que la phase régulière du cham­ pionnat touche à sa fin, le club tutoie les sommets de sa poule. “Nous sommes très satisfaits de

ce que nous avons réalisé dans la première phase de la saison. Même si Givors nous a mis la pression depuis qu’ils sont reve­ nus partager les points chez nous. Notre dernier match à Besançon a été encourageant. Maintenant nous nous apprê­ tons à recevoir Vizille et puis fêter tous ensemble la première

place de la poule dans une semaine le 7 avril prochain à Tavaux et jouer les phases quali­ ficatives en étant premier. On espère aussi que certains joueurs comme Sylvain Dumard et Benjamin Mauchamp seront de retour pour les phases finales.” analyse le co­entraî­ neur de l’USTDA Didier Dejean.

2e Division de District Poule B

Mont/Vaudrey (2) 1-0, Pleure-Jura Nord (C) 0-2, PS Dole Crissey-Finoise 1-0

Handball

02/03/13 La Joux-Damparis (reporté) 09/03/13 Damparis-Jura Dolois (2) 0-1 10/03/13 Foucherans (2)-Lons (réserve), Jura Nord (2)-La Joux 2-1, Mont/VaudreyMolay 1-0, 16/03/13 Damparis-La Joux 2-0 17/03/13 Jura Dolois (2)-Lons 1-0, Beaufort-Jura Nord (2) 0-3, MolayRochefort/Amange (2) 1-0, Triangle dʼOrMont/Vaudrey 1-2, 23/03/13 Damparis-Beaufort 5-1, 24/03/13 Mont/Vaudrey-Foucherans (2) 2-4, Jura Dolois (2)-La Joux 5-3, Jura Nord (2)-Molay 4-1,

Classement au 24/03/13

Nationale 3 M Poule 6

Classement au 23/03/13

Classement au 24/03/13

1.PS Dole/Crissey, 2. Finoise, 3. Gevry, 4. Abergement, 5. Archelange, 6 Mouchard, 7. St Aubin, 8. Damparis (2), 9. Mont/Vaudrey (2), 10. Jura Nord (C), 11. Neublans, 12. Pleure

Rugby Fédérale 3 Poule 5 03/03/13 Tavaux-Givors 3-3, 17/03/13 Bièvre-Tavaux 16-15 24/03/13 Besançon-Tavaux 25-25

1.Damparis - 2. Jura Nord (2) - 3. Jura Dolois (2) - 4. Foucherans (2) - 5. Mont/Vaudrey - 6. Molay - 7. Beaufort - 8. Lons ASPPT - 9. La Joux - 10. Triangle dʼOr (3) - 11. Rochefort/Amange (2) 12. Choisey (forfait général).

1.Tavaux - 2. Givors - 3. Meyzieu - 4. Nuits/Georges - 5. Besançon - 6. Ampuis - 7. Vizille - 8. Bièvre - 9. Dole - 10. RC Dijon.

3e Division de District Poule C

Nationale 3 Poule L

10/03/13 Abergement-Damparis (2) 0-0, Archelange-Jura Nord 3-0 17/03/13 Finoise-Abergement 1-1, Mont/Vaudrey-Archelange 1-6, Damparis (2)-PS Dole Crissey 0-3 (forfait) 24/03/13 St Aubin (2)-Abergement 4-0, Archelange-Neublans 4-1, GevryDamparis (2) 2-1, Mouchard/Arc 2)-

02/03/13 Jura Dolois Basket-Tour AC 69-71 16/03/13 Autun-Jura Dolois Basket 87-79 23/03/13 Jura Dolois Basket-Auxerre 97-70

Basket

Classement au 24/03/13 1.Marne la Vallée, 2. Coulommiers, 3. Décines, 4. Autun 5. Vichy, 6. Jura Dolois Basket, 7. Melun, 8. Dijon, 9. Lons, 10. Auxerre, 11. Tour AC, 12. CLAR Lyon.

10/03/13 ES Besançon-Dole 42-33 16/03/13 Dieulouard-Dole 35-29 23/03/13 Dole-Haguenau 22-36

Classement au 24/03/13 1.Plobsheim - 2. Mulhouse 3. Dieulouard - 4. Vesoul - 5. Molsheim 6. Lure - 7. Strasbourg/Schiltigheim 8. Marmoutier - 9. Besançon - 10. Lons 11. Haguenau - 12. Colmar - 13. Rombas - 14. Dole.

Nationale 3F Poule 4 09/03/13 Dole-Altkirch 24-33 16/03/13 Rosières-Dole 26-22

Classement au 17/03/13 1.Reims - 2. Hochfelden Dettwiller 3. Achenheim Truchtersheim - 4. Altkirch 5. Yutz - 6. Amnéville - 7. Strasbourg/Robersaut - 8. Rosières st Julien - 9. Montigny - 10. Dole 11. Maiche - 12. Bogny.

Water polo Nationale 3 17/03/13 Belfort-Dole 19-16 23/03/13 Dole-Longwy (1) 23-5


Pays Dolois n°148 - Avril 2013 /

50 ans du DAC

LE CHIFFRE

23

Vous voulez communiquer dans Pays Dolois ?

Les 50 ans du DAC fêté le 25 mai

524 pilotes ont participé

Contactez notre régie commerciale :

Les anciens et les membres actuels du DAC sont en plein travail

dimanche 24 mars au traditionnel championnat Grand Est de BMX au Bois des Vernaux à Tavaux

06 13 04 60 19

pour mettre en place la fête qui sera organisée au manège de Brack à partir de 18 h. Les 500 premiers inscrits seront de la fête. Avant les festivités, les invités pourront assister sur le stade Robert Bobin au challenge Lachiche.

Charles Girard

diesthésiste Magnétiseur - Ra Apporte bien-être et détente par une solution naturelle

Sur rendez-vous Magnétisme curatif G 25 années d’expérience professionnelle. G Accompagnement et soulagement dans les soins du corps. G Rééquilibre les énergies et stimule les organismes affaiblis. G

G

Annonce 10 km de Cora

Motocross Stage UMD

Sportif du Mois 

Maxime Garessus (CNDR) a décroché samedi 23 mars la seule médaille (bronze) de son club aux championnats de France N2 à Mulhouse sur 50 mètres brasse en 31’’31.

Afin de préparer dans les meilleures conditions la saison 2013 de motocross, Frédéric Lanaud a mis en place un stage pour les pilotes de son club. Serge Guidetty, ancien pilote de Haute­Savoie, victorieux au premier concours de saut à Bercy (1995), participation au MX des Nations en Espagne en 2002…, diplômé d’état, était l’animateur de ce stage.

200 coureurs attendus à Cora

Le 21 avril prochain, le DAC et l’hypermarché Cora orga­ nisent sur le parking et dans les rues de Choisey la 14e édition des 10 km de Cora. Plusieurs épreuves sont au programme de cette course qualificative au challenge des courses hors stade du Jura. Dès 9 h 15, c’est la course “Duo” jumelée avec la course des minimes (4 600 m) qui donnera le coup d’envoi de cette nouvelle édition. Puis à 10 h, le starter donnera le départ de la course reine de la matinée. Viendra ensuite, comme il est de coutume le départ de toutes les courses jeunes.

PAGNY-LE-CHÂTEAU - 21250

03 80 29 03 14

Sarl Franc-Comtoise de Travaux Publics Particulier professionnel commune

Avenir cycliste Damparis Tavaux région Jura Dolois Foot 524 pilotes du Grand Est se sont affrontés sous une température hivernale au Bois des Vernaux Malgré un début de compétition avec beaucoup de chutes (sans gravité), 148 courses (race) ont passé le matin. Après une pause raccourcie pour permettre aux participants du Grand Est de ne pas rentrer trop tard, l’après­midi fut plus calme. Les pilotes de l’ACDTR se sont bien comportés avec beaucoup de concur­ rents en phases finales. La présence d’élites en catégorie prestige a donné un super spectacle.

Les partenaires en déplacement Quelques membres du Club JDF Partenaires avec le président Gilles Stepczak et le secrétaire Christophe Thevenot se sont rendus mercredi 6 mars à Nancy, au stade Marcel Picot, pour assister à la rencontre féminine internationale entre la France et le Brésil. Ange Di Caro, ami du sélectionneur Bruno Bili était à l’origine de ce projet. Les Dolois ont été reçus au stade par un autre Jurassien, le sympathique Denis Trossat, trésorier de la Fédération Française de Football avec lequel ils ont partagé un moment privilégié. Le match joué devant une assis­ tance record de 17 000 spectateurs a été d’une telle qualité qu’il a ravi le public (score final 2 à2). En prime, avant de quitter les lieux, les Jurassiens ont eu droit à une rencontre avec Bruno Bili et quelques joueuses de l’équipe de France.

Pour toutes vos réalisations

Fabricant d’enrobé

enrobés à chaud et travaux de finition Cours • Chemins Parkings • Cours d’usine

03 84 44 14 89 Route de Froideville - 39140 COMMENAILLES Email : sfctp@wanadoo.fr


24

/ Pays Dolois n°148 - Avril 2013

J U R A D O LO I S F O OT

Remise des maillots floqués aux couleurs de notre journal au JDF Depuis le début de la saison 2012­2013, Jura Dolois Football s’est tourné vers le “Pays Dolois” pour communiquer une fois par mois. Nous avons déjà évoqué dans nos pages lors des précé­ dentes éditions, le travail qui est effectué avec la classe football du collège Mont Roland, la situa­ tion de l’équipe U15, le travail effectué par le Club Partenaires ; ce mois­ci nous nous tournons vers Ange Di Caro qui nous explique pourquoi il est venu nous contacter. “Par l’intermé­ diaire de votre journal, nous vou­ lons parler de la nouvelle poli­ tique de notre club, aussi bien en ce qui concerne les équipes de jeunes que de l’équipe fanion. Nous voulons également que nos partenaires sachent ce que l’on fait à Jura Dolois depuis que Ber­ nard Stépien a pris la direction en juin dernier du Jura Dolois

Route des Villages La

Abergement-La-Ronce Vide-greniers Dimanche 28 Avril De 6h à 18h, Place Joseph Gaudillier et parkings. Organisé par “A tout chœur”. Gratuit pour les visiteurs. 2 euros le ml pour les exposants. Réservations au 03 84 72 38 40 ou 03 84 81 12 10

Auxonne Loto du foot Lundi 1er Avril A 14h à la Salle événementielle Bons d’achat de 20 € à 700 €

Repas-rencontres des anciens OREGA et THOMSON. Samedi 6 Avril A partir de 12h à la salle évènementielle. 40,00 € tout compris. Les conjoints sont admis. Inscriptions au 03 80 37 42 09 / 06 63 48 22 32 / 03 80 31 11 71.

Damparis Gala des arts martiaux Dimanche 21 Avril Compétition unique en Franche-Comté Avec la participation du Ring Dolois et des boxeurs Esbarrois + club de Karaté Entrée : 1 €. De 10h à 18h. Gymnase Auguste Delaune.

Brocante du Secteur Jeunes de Damparis Dimanche 28 Avril Place de la concorde, de 6h à 18h. Rens. 03 84 81 13 95

Dole Loto du Tennis Club de Dole Dimanche 21 Avril A la cafétéria du lycée Pasteur Mont Roland à 14h. Vente des cartons à partir de 12h30. Uniquement en bons d’achat. Animé par Jean-Claude.

Festival du livre jeunesse de Dole

Samedi 6 Avril La chorale de Champvans, la Clé des Chants, dirigée par Florence Grandclément associée au duo Piu Mosso, Sylvie Cuinet (accordéon-Piano) et Danielle Keller (violon-airs sifflés) donneront un concert à 20h30 en l’église de Champvans. Entrée libre, participation volontaire.

Du 5 au 7 Avril Après deux éditions couronnées de succès, La Commanderie de Dole s’apprête à accueillir 35 auteurs (15 de plus qu’en 2011 !) et 25 éditeurs. Essentiellement régionaux, ils ont tous roulé leur bosse et connaissent le succès dans l’hexagone et au-delà des frontières pour certains. Tous seront en dédicaces sur les stands de leurs maisons d’édition durant la durée du festival. Ils devraient également pour la plupart animer des ateliers de création (Kimiko, Saad Bouri, Laurent Audouin, Philippe Ug …) Des expositions et sept spectacles (15 représentations) viendront enrichir la programmation d’un festival qui prend encore un peu plus d’ampleur cette année. Tout est gratuit, comme toujours. Tous les renseignements sur le blog de la manifestation : http://ptitspapiers2013.blogspot.fr/

Choisey

Opérette “Le Chanteur de Mexico”

Champvans Puces de printemps Dimanche 21 Avril Au Champ de fête (rue de Miarle). Entrée libre pour les visiteurs. 2 € le mètre linéaire (pas de réservation). Renseignements 03.84.79.15.81 ou 03.84.82.62.59 Accueil des puciers à partir de 6h

Concert de La Clé des Chants

Théâtre Du 5 au 13 Avril Comédie de R. Capezzone au foyer rural, mise en scène par Florent Generet. Les trois scènes seront jouées par la section enfants. Les 5, 6, 12 et 13 avril à 20 h 30. Le 7 avril à 15 h.

Le 20 et le 21 Avril Opérette à grand spectacle avec “Jongleurs et Opérette” et pour la première fois à Dole, Mathieu Sempere. Musique de Francis Lopez. Mise en scène : Pierre Sybil. A La Commanderie le samedi 20 avril à 20h30 et le

dimanche 21 à 15h. Billetterie Point info spectacle 1 cours Clémenceau à Dole - 03 63 36 70 70, OT de Dole et Lons, et Points de vente habituels.

Concert de chant choral Dimanche 7 Avril Le Chœur des Roches (50 choristes), choeur d’hommes de Rochefort-sur-Nenon accueille la chorale dijonnaise Souliko (80 choristes) pour un grand concert commun à l’église StJean à 16h30. Tarif des entrées : 10 € en prévente à l’office du tourisme de Dole - 12 € sur place - Gratuit pour les 16 ans et moins accompagnés

"Entr’Acte" - L’aide aux aidants par PRODESSA Mardi 2 Avril De 14 h à 16h au 112 rue René Descartes. Thème : “Les troubles psycho-comportementaux : comment faire face ?” Ces temps sont destinés à toutes les personnes qui accompagnent au quotidien leur proche souffrant de la maladie d’Alzheimer ou de troubles apparentés. Ces temps d’échange visent à soutenir les aidants dans leur fonction d’accompagnement de la personne malade. Autour d’un café, 2 professionnels de l’équipe de l’Accueil de Jour animent ces temps d’échange. Inscription au 03.84.70.11.91 ou 06.22.13.01.98.

Grande friperie Secours Catholique Le 5 et le 6 Avril De 9h à 17h au temple 19 rue des Arènes. Venez faire un tour, en fouillant vous ferez peut-être des trouvailles. Vous ferez sûrement preuve de solidarité. Pour continuer nos actions, face à la précarité, nous avons besoin de vos dons.

Falletans Vide-penderie Dimanche 7 Avril Vente de vêtements d’occasion, chaussures, sacs à main. En salle chauffée. Contact 03.84.70.58.65 / 06.64.09.39.16

Vide-penderie Dimanche 7 Avril Salle St-Jérôme, de 8h à 18h. Tél. 03.84.70.58.65 ou 06.64.09.39.16

Fraisans

Romain

Marché de producteurs locaux

1er vide-greniers

Mercredi 10 Avril 30 artisans et producteurs locaux proposent leurs produits sur la place de l’Islote à Fraisans, de 16h à 20h. Articom, l’association des artisans et commerçants de la commune, organisatrice de l’événement récupère aussi à chaque marché les lunettes anciennes de vue ou de soleil dans un but humanitaire.

La Loye Soirée “Pot au Feu” Samedi 27 Avril Organisée par l’association des Cordiers de La Loye. Ouverture des portes à 19h30. Inscriptions jusqu’au mercredi 24 Avril au 03 84 71 04 20

Les Hays Loto gourmand Dimanche 7 Avril Organisé par le Club du Sourire à 14 h. Ouverture des portes à 12h30. Lots : jambon, rosette, terrine, plateau garnis, bons d’achats de 20 à 200 euros.

Longwy-sur-le-Doubs Théâtre Le 5 et le 6 Avril 20h30 au foyer rural comédie en 5 actes “Trente kilomètres à pied”. Entrée 6 euros ; gratuit pour les moins de 10 ans. Réservation possible au 03.84.81.68.57 ou 06.58.26.57.94

Losne Randonnée à Seurre Dimanche 21 Avril Rendez-vous place de la Mairie à 8h30. Durée 3h. Renseignements au 03.80.77.92.43 ou 06.66.61.36.74 Organisé par le Comité des fêtes de Losne

Soirée théâtrale Samedi 27 Avril A la salle des fêtes de Losne à 20h30 avec la troupe de Champvans “Les Zen Portepièces”. Renseignements au 03.80.77.92.43 ou 06.66.61.36.74 Organisé par le Comité des fêtes de Losne

Dimanche 7 Avril A l’occasion des 10 ans du videgreniers de Vigearde, le foyer rural a décidé de l’organiser à Romain. Attention les places sont limitées. prix 2€ le mètre. renseignements et réservations au 06.09.88.87.70

Saint Jean de Losne Bourse Militaria Dimanche 21 Avril A la Salle des Fêtes de 8h30 à 17h30. Echange et vente toutes choses qui est du militaria. Organisé par l’Amicale des casernes du 511°RT à Auxonne.

Ange Di Caro reçoit le jeu de maillots floqués “Pays Dolois”.

football. Il connaît bien le club puisque cela fait de très nombreuses années qu’il œuvre aussi bien comme joueur, éducateur etc. Notre premier objectif et de remettre en place une structure technique au niveau des éducateurs, ce que nous nous faisons actuellement par l’in­ termédiaire de réunion, de redonner la confiance aux jeunes pour qu’ils viennent avec d’autres joueurs dans notre club, puis remettre en place une équipe première digne de ce nom. Maintenant nous avons un bel outil à notre disposition avec le terrain synthétique.” Notre journal qui soutient également d’autres clubs est toujours très fier d’être aux côtés de ceux qui s’engagent à défendre les valeurs sportives du bassin dolois. Nous souhaitons que ce club continue d’évoluer dans l’enthousiasme collectif et reste un vecteur de plaisir qui fédère un grand nombre de personnes.

Longwy-sur-le-Doubs UN BON DÉPART POUR “30 KM À PIED” Le Marathon a débuté mi octobre pour la joyeuse équipe de théâtre de Longwy­sur­le­Doubs. Ces Longoviciens ont jeté leur dévolu sur la pièce “Trente kilomètres à pied” de Jean­Claude Martineau. Tou­ jours dans le thème de la bonne humeur. Sans dévoiler le sujet, on sait que deux vagabonds échouent dans un village pas piqué des vers. Nathalie, Sylviane, Christine, Virginie, Audrey, Marie­Hélène en décousent avec Pascal, Didier, Christophe et Jean­Jacques, puis Mar­ vin et Nicolas. Particularité du cru : ici pas de chef, il s’agit d’une mise en scène collective. Après le samedi 30 mars, les représentations se dérouleront les vendredi 5 et samedi 6 avril à 20 h 30. Entrée 6 euros. Réservations : 06 58 26 57 94 ou 03 84 81 68 57

Saint-Aubin Vide-greniers Dimanche 28 Avril Ouverture de la Maison du patrimoine. Entrée gratuite visiteurs 2 € le m exposants (sans réservation)

Loto Vendredi 5 Avril Animé par Dominique, au profit des écoles publiques de St Aubin. Vente des cartes : 18h début des jeux : 20h

Saint-Loup Marché bio Mercredi 10 Avril Marché bio sous les préaux au coeur du village de 16h30 à 19 h

Tavaux Loto Mercredi 10 Avril Animée par Brigitte. Salle Gérard Philipe, organisé par JDF (Jura Dolois Foot). A 14h

Thervay Concours de pêche à la truite Samedi 13 Avril Sur étang privé situé entre Thervay et Montrambert. Organisé par le Comité des Fêtes d’Ougney Inscription à partir de 13h Attention places limitées Début du concours à 13h45. Ouvert à tous. 1 lot aux 3 premiers. Inscriptions : 11 € Enfants – De 12 ans : 8 €. Restauration sur place. Pour tous renseignements tél. 03.84.81.09.83 ou 06.80.78.36.64

La Barre - “STOP ÇA CONTE

POUR DU BEURRE” DE LA COMPAGNIE LA CAROTTE

Attention ! Voici un détournement de conte revisité par un trio en plein délire. Et si on ne nous avait pas tout dit ! Et si le Petit Cha­ peron Rouge n’était pas si innocent que l’on croyait. Et puis le loup, est­ce bien un vrai loup ? L’histoire se réinvente devant nous et on assiste à des péripéties jusque­là inconnues du public qui devra prendre parti au cours d’un procès déjanté. De nouveaux person­ nages interviennent : la mère, un chasseur, l’assistante sociale… Ce spectacle pour grands et petits va à cent à l’heure : ça court, ça chante, ça danse ! Le monde des adultes et celui des enfants entrent en collision. Lequel sortira gagnant ? Entrée : 8 euros et 4 euros. Réservation au 03 84 71 34 62 ou par courriel daniel.bourgeois3@wanadoo.fr

Mont-sous-Vaudrey NOUVELLE EXPOSITION D’AMAUS L’association Amaus, chargée de l’animation du patrimoine de Mont­sous­Vaudrey, présente sa nouvelle exposition en salle du patrimoine de la mairie. Après les cartes postales anciennes du village en 2012, la nouvelle exposition mettra en valeur les métiers d’antan. Les lundis après-midi, jeudi et samedi matin et sur rendez-vous

Annoncez GRATUITEMENT vos manifestations sur www.paysdolois.fr Cette page Agenda nous est communiquée par les organisateurs. Nous ne pouvons être tenus responsables en cas d’inexactitude.


Pays Dolois n°149 - Avril 2013 /

25

NOUVEAU

constructeur créateur

à Dole ! Vous aimerez faire

construire Etre à votre écoute, évaluer vos besoins, comprendre vos envies… 1001 maisons réinvente la construction et s'installe maintenant à DOLE !

26, rue Louis-Pasteur - 39100 DOLE Siège social : 28, rue Louis de Broglie - 21000 DIJON

06 61 45 16 16 - 03 84 72 90 84

www.1001-maisons.fr 4 salles à votre service !

Studio

E-coach

ement p p o l e v é D & t r o Sp 0 avril Du 1er au 3ce tte publicité de sur présentation

3 mois de cours

OFFERTS !

sion pour 1 an d’adhé

18 AVRIL plus Ecoach… l’offreglaion ! complète sur la ré

Step Streching - Basic iers - Step Dance ss -fe os bd -a es Cuiss squet Pilates-Yoga-De Ga ban Training Ur g in ain Interval Tr Footing adapté ur - Body Coach 30 Minutes Mince ld, Toning, Atomic… Zumba, Zumba Go

NOUVEAU PUMP RIP Energie

Zumba Party s à Dole au Café Charle

Frais de dossier : 0 € Abonnement à partir de : 14,50 €/mois* * Sous conditions, voir au club

28 AVRIL

ricaine Stage de danse af

antal : Phil , Stephen et Ch écoute e tr vo une équipe à

20 20o 06 59ac5h 5 - Centre Mikad

Studio E-co - DOLE 6 rue Sombardier

-form.com contact@e-coach m

.co www.e-coach-form

En4 Coancvertril… Jeudi

TERRASSE PANORAMIQUE SUR LE CANAL DES TANNEURS

ROUGE BAISER NNÉE 80 11 Soirée A be alive” ! nser sur “Born to

dès 20 h 30

Jeudi

z da dès 20 h 30 Vene

Jeudi

MBA PARTY ch 18 ZU ec Av le Studio Ecoa

dès 19 h

Jeudi

ncert JAZZ VOCA 25 Co avec DIVA

dès 20 h 30

30

L

INGUES s… TR0C DEngFR er, sacs, fringue

toujours, Le café Charles c'estpa s, glaces, ta : à toutes heures ique un u lie un gaufres, dans à Dole !

Venez écha tion gratuite obligatoire, inscrip de 19 h à 21 h Réservation

Mardi

UITE mations ENTRÉEdeG1 R€ AT des prix des consom Majoration ts.Sauf le 30 avril. lors des évènemen

Canal des Tanneurs DOLE (sous le restaurant Le Moulin)

www.cafe-charles.com

De mai à septembre…

Ouverture 7/7j de midi à minuit et jusqu’à 1 h le week­end

Réservations et renseignements

03 84 69 22 48 Infos également sur le profil Facebook : page CAFE CHARLES


26

/ Pays Dolois n°149 - Avril 2013

AUBERGE DE LA GOUILLETTE

Menu du jour

Entrée + Pla t + Dessert

www.lagouillette.com Franck Vatel vous accueille dans un cadre lumineux et savoureux !

13,50 €

Nouvelle carte !

Uniquement le midi

32, route du Pont - 39120 PETIT NOIR - 03 84 81 62 37

Ouvert tous les jours sauf le mardi soir et le mercredi midi et soir

RECETTE

al n r u jo re t o v z e v u ro t e R en libre-service ! Dole

Seurre Pierre-de-Bresse

Champagnole

Médaillon de veau gratiné Recette pour 4 personnes Offerte par le restaurant La Gouillette à Petit Noir

Ingrédients G 4 médaillons de veau (environ 180 g) G 4 tranches de mozzarella G 2 échalotes

G G G G

1 gousse d'ail 1 verre de vin blanc 25 cl de jus de tomates Basilic

Franck VATEL

cette préparation et faire cuire l'ensemble au four 10 minutes. • Réserver les médaillons, déposer les tranches de mozzarella et faire fondre au four juste avant de servir. • Finissez au feu la sauce avec le basilic ciselé et une noix de beurre. Saler, poivrer.

Dressage Progression • Dans une poêle dans un peu d'huile, dorer les médaillons

des 2 côtés. • Retirer les morceaux, une fois saisis et faire revenir les échalotes hachées puis verser le verre de vin blanc. • Après réduction, verser le jus de tomates et l'ail haché. • Reporter le tout à ébullition. • Déposer les médaillons dans un plat allant au four, recouvrir de

E TAT C I V I L NAISSANCES

Gabin de Matthieu LOUBIERE et de Amélie RAMET, Authume Malo de Arnaud COLLET et de Leslie JACQUESON, Authume Fabio de Nicolas CARAUX et de Elodie BARILLOT, Baverans Eva de Alexandre ROBIN et de Evgenia MAKEENKOVA, Champagney Giulia de Gilles GUILLAUMOT et de Laila BOULAAZAIM, Champvans Axel de Patrice CULOT et de Sandra GUILLAUMOT, Champvans Evan de Geoffrey VERJUS et de Angélique HERBAUT, Champvans Thomas de Frédéric PECHIN et de Elsa GANNARD, Champvans Agathe de Alexandre PORTERET et de Laura DOLE, Châtenois Matthieu de Mathias HUELIN et de Héléna BLONDEAU, Chaussin Evan de William GARNIER et de Anne PONCET, Crissey Abby de David ATHIAS et de Alix LAMBERT, Dammartin Marpain Dastan de Xavier AYMONNIER et de Françoise GONTHIER, Damparis Nathan de Fabien SIMON et de Anne­Gaëlle BERNOUX, Damparis

Jordan de Nicolas CHOPARD et de Séverine FRATTINI, Damparis Salim de Mustapha LARAJ et de Karima M’BITEL, Dole Laureline de Martin LARIDANT et de Julie ESCLATINE, Dole Louise de Laurent PIOTELAT et de Marie GUIOT, Dole Romaissa de Rabie BALIT et de Souad SEDDIKI, Dole Mehdi de Adil TIGHJDINE et de Asma AÏT TIGHJDINE, Dole Maëlly de Loïc CHEIK BEN KADDOUR et de Ophélia BAINIER, Dole Lucie de Frédéric CHATELAIN et de Aurélie SOUILLOT, Dole Théo de Romain GROSJEAN et de Christelle PERRET, Dole Inacia de Isaias FERREIRA DA COSTA et de Laetitia NIVALLE, Dole Evan de Anthony LEVAVASSEUR et de Lydie JACQUOT, Dole Liyane de Guy PUTAUX et de Samira MOUHIB, Dole Chloé de Cédric OUDOTTE­TRULLARD et de Virginie CHATENET, Dole Dylan de Ludovic VERU et de Marilyne CARD, Étrepigney Mathéo de Romain MEUNIER et de Marie MATHIAS, Foucherans

• Dresser l'assiette avec le médaillon et la sauce au basilic. • Décorer avec courgettes, tomate cerise et basilic frais. • Accompagner avec rizotto ou légumes de votre choix.

Astuce du chef Vous pouvez rajouter un fond de veau (si possible bio) en cours de cuisson et ajouter une deuxième touche de couleur à votre assiette en mêlant à votre sauce de tomate une réduction de vin rouge avec un peu de fond de veau !

Lila de Michaël PODEVIN et de Laure GEOFFROY, Foucherans Nolan de Virgile AUBRIOT et de Aurore CHABRIER, Foucherans Célia de Manuel ESTIÉVENART et de Emilie GAUTHIER, Foucherans Léa et Julie de Gilles POMMIER et de Michèle CRESPO, FRANXAULT Joris de Sébastien SARDET et de Laurence CADIER, La Loye Jules de Renaud CUVIER et de Ingrid HUMBERT, Menotey Justin de Jean­Baptiste TINGUELY et de Elodie SIMONIN, Monnières Sarah de Alexandre ROY et de Lolita PROST, Mouchard Margot de Sébastien GIRARD et de Elise MARION, Petit­Noir Tom de Pierre MUTELET et de Maddy CHAUME, Rahon Jade de Vincent GAILLARD et de Aurélie NEYRAT, Saint­Aubin Chloé de Emilien SIMON et de Justine GABRIEL, Saint­Aubin Lucie de Laurent PANNAUX et de Céline MARTIN, Sampans Shana de Fernand DA SILVA et de Sabrina ALVES DA SILVA, Sampans Salma de Mohamed YAMINE et de Halima EL MERDAOUI, Sampans

Raphael de André PASCAL et de Nathalie BOULANGER, Tavaux Clément de Emmanuel MOYSE et de Lydie FOURNIER, Vaudrey Quentin de Nicolas GOEURY et de Mélanie GONTHIER, Villette les Dole Mehdi de Mohamed DILMI et de Francine GRESSIER, Villette les Dole

DÉCÈS

Claude REYMOND, Arbois, 87 ans Odile ROY épouse BRESSAND, Asnans­Beauvoisin, 79 ans Janine BLOT, Authume, 85 ans Madeleine EVAIN veuve NOIROT, Chaussin, 82 ans Aline VAUDELIN veuve ROTH, Chemin, 73 ans Robert FERRÉ, Chissey sur Loue, 78 ans Denis GABRIEL, Crissey, 59 ans René BERCQ, Damparis, 89 ans Odette LYET veuve VINCENT, Dampierre, 88 ans Simone FORTHOMME veuve ROUSSEAU, Dole, 87 ans Béatrice LARGENTIER, Dole, 63 ans Paulette OUDOT veuve VIEILLE, Dole, 89 ans Daniel FLAMBARD, Dole, 69 ans René NAVEL, Dole, 90 ans Francine FORT veuve LANAUD, Dole, 90 ans Lucette GORIOT veuve VENNE, Dole, 72 ans Georges JACQUOT, Dole, 74 ans Denise JULIEN veuve SYBOZ, Dole, 91 ans

Bernard JOLIMOY, Dole, 75 ans Madeleine BOUVARD veuve GELLION, Dole, 93ans Anne­Marie BOITEUX, Dole, 67 ans Denise BÉCOULET veuve CRANCE, Foucherans, 89 ans Paul CHAPUIS, Foucherans, 85 ans Marcel MONNIOTTE, Gendrey, 89 ans Jean­Marie BOICHUT, La Vieille­Loye, 67 ans Lucienne CANTAUX épouse SERRES, Lavangeot, 72 ans Henri GROS, Longwy sur le Doubs, 82 ans Colette CLERC veuve PETIT, Molay, 86 ans Edmond MEUNIER, Mont­sous­vaudrey, 80 ans Louis CAUTARD, Neublans­Abergement, 86 ans Jean BRUN, Ougney, 92 ans Daniel DHAUSSY, Ounans, 62 ans Odette PÉQUIGNOT veuve BASSET, Our, 85 ans Yvonne MAURY veuve MARCANDETTI, Parcey, 95 ans Albert MASTIER, Parcey, 85 ans Odete DOUSSOT veuve GUYON, Rahon, 91 ans Maxime MENIN, Romain, 86 ans Germaine LÉMARD veuve POUPON, Saint­Aubin, 95 ans Emile COUR, Souvans, 86 ans Michel RENARD, Tavaux, 67 ans

Lons-le-saunier

Saint-Vit

Orgelet… Contactez notre régie publicitaire Pays de Lons : 06 33 79 00 94 Pays Dolois : 06 13 04 60 19

Prochaine sortie le 29 avril dans plus de 46 000 boîtes aux lettres

Régie commerciale

Coralie Specte - 06 13 04 60 19 PAOh ! Siège social : 13, rue Alexandre Vialatte 39100 Dole Adresse Pays Dolois - Zone des Epenottes - BP 212 39102 Dole - Tél. 03 84 82 50 21 - Fax : 03 84 72 37 81 - n°ISSN : 1 778-820X Régie publicitaire : Tél. 03 84 82 50 21 / 06 13 04 60 19 commercial@paysdolois.fr Rédaction : redaction@paysdolois.fr Mise en page et photogravure PAOh ! Studio graphique - Dole / studio@paoh.fr Imprimé en France à 46 258 exemplaires


Pays Dolois n°149 - Avril 2013 /

27

Symphonie

Images non contractuelles

Éole

Rossignol Alizée

NOUVEAUX MODÈLES ! G G G G G G G

Étude GRATUITE et CHIFFRÉE

Tuiles en terre cuite + Film sous toiture Débords de toit en pignon et façade de 30 cm Carrelage partout sauf chambres Crépis écrasé Chauffage Gaz ou Aérothermie ou Poêle à granulés Assurances comprises Terrassement compris

TERRAINS DISPONIBLES SUR DOLE ET AUX ALENTOURS !

03 84 72 74 36

8, avenue Eisenhower- DOLE

www.maisons-optimal.com

Une spécialiste à vos côtés pour votre prêt immobilier LES BATISSEURS RÉUNIS Maisons traditionnelles, rénovation, agrandissement

2, avenue Georges-Pompidou - 39100 DOLE

03 84 82 55 75 contact@mbr-construction.com

Découvrez nos chantiers sur

www .mbr- const ructio n.com

! r e i t é m n o Négocier, c’est m

Immo % taux Accéder à la propriété devient simple

Catherine NONNOTTE BOUTON vous conseille sur les prêts immobiliers et vous accompagne étape par étape dans l’acquisition de votre bien. Sans aucun frais de courtage, et sans engagement, Immo % taux est LA solution pour ENFIN accéder à la propriété. Alors, qu’attendez-vous ?

orter us p o v z e Laiss

tout nons e r p nous en main

SANS AUCUN FRAIS ! Catherine NONNOTTE BOUTON Courtier en prêt immobilier - 49, rue Léon-Chifflot (entre la mairie et le théâtre) - DOLE

Tél. 03 84 81 36 53 - Fax. 03 84 81 10 93 Site : www.immotaux.com - Courriel : immotaux@orange.fr


28

/ Pays Dolois n°149 - Avril 2013

Les du sur-mesure sur-mesure Les professionnels professionnels du

FENÊTRES, PORTES, VOLETS, PORTES DE GARAGE, PORTAILS, CLOTURES, MARQUISES, STORES…

ISIR : O H C S U O N E D S N O IS A 4R puis 1995,

FRANÇAIS

Entreprise familiale de qualité, Service personnalisé de esures, Devis GRATUIT et sur-m proche de chez vous Fabrication française et G

G

2 adresses pour mieux vous servir !

G

G

JURA FENÊTRES 4 rue du Petit Mont- 39100 MONNIÈRES-DOLE

03 84 82 03 98 CÔTE D’OR DIFFUSION MENUISERIES

POR TES OUVE20R13TES DU 11 AU 13

AVRIL

6, rue de la Plucharde 21110 BRETENIÈRE-DIJON

03 80 36 40 70

VENEZ DÉCOUVRIR

ITION AGIR … ! ET LAISSEZ L’INreTU et se ferme d’un doigt Cette fenêtre s’ouv

C’est une révolution !

Utilisation intuitive et facile

x Pour ouvrir G LOCK, il suffit de tirer sur la poignée d’un simple geste.

tres.com www.grosfillex-fene

Comment recycler les Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques Le recyclage des DEEE

1er réflexe, avant de jeter, donnez, réparez ! Qu’est ce qu’un DEEE ? Un Déchet d’Equipement Electrique et Electronique est aussi appelé DEEE. Cela concerne les produits qui fonction­ nent à pile, sur secteur ou sur batterie.

Donner à une association ou sur internet : exemple de www.donnons.org qui permet de donner et de récupérer des objets gratuitement. Réparer : On jette trop facilement alors qu’il suffit parfois d’un petit rien pour remettre en fonctionnement un appareil. Voici quelques sites internet qui donnent trucs et astuces pour réparer : www.tout­electromenager.fr www.commentreparer.com

Orienter vers la bonne filière de collecte et de traitement Les DEEE peuvent être repris par les distributeurs qui vendent ce type de produit. C’est le fameux « 1 pour 1 » : à l’achat d’un nouvel appareil, le distributeur doit récupérer l’ancien. Depuis juin 2012 pour les grandes surfaces, le principe “1 pour 0” a été mis en place : reprise de tout appareil inférieur à 25 cm sans contre­ partie d’achat. Il s’agit en général des piles et batteries, des télé­ phones portables, des lampes basses consommation, des car­ touches d’encre et des petits appareils en mélange. Lorsque le principe du 1 pour 1 n’est pas applicable, vous devez les déposer dans l’une de nos déchèteries. Si le tri en déchèterie est res­ pecté, le recyclage est assuré !

Les DEEE sont classés en 3 catégories : • Gros électroménagers : réfrigérateurs, congélateurs, lavage, cuisson, chauffage • Écrans : téléviseurs, ordinateurs • Petit appareil en mélange : audio, vidéo, téléphone, outillage et jouet

Attention : Les magasins ne repren­ nent que les produits similaires à ce qu’ils mettent en vente. Carré orange : distributeur Carré bleu : déchèterie

Retrouvez la liste des déchèteries et distributeurs sur www.sictomdole.fr rubrique tri

Le recyclage des déchets permet d’éviter les pollutions et de récupérer des matières premières en voie de disparition. Le dépôt des DEEE dans les bonnes filières permet leurs prises en charge par les éco organismes agréés par l’Etat. On s’assure ainsi qu’ils sont acheminés vers les usines de recyclage afin d’isoler les composants dangereux et de séparer les matières recyclables. Début 2013, le SICTOM a adhéré à : • Écosystèmes, agréé pour la collecte et le traitement des DEEE • Recylum, agréé pour la collecte et le traitement des lampes

Tonnage collecté sur le territoire du SICTOM En 2012, 688 t de DEEE ont été collectées et ainsi recyclées, soit 8 kg/hab dont 0,6 kg ont été collectés par les distributeurs. Les gise­ ments sont estimés à 16 kg/hab/an, soit autant de tonnes qui ne sont pas recyclées car non orientées vers la bonne filière.

Impact financier des erreurs de tri 1 tonne de DEEE collecté et recyclée dans la bonne filière rapporte 73 € et permet de couvrir les dépenses pour ce déchet qui sont de 38 €/ tonne. Le surplus permet de financer une part du coût de collecte et de traitement du mauvais tri. Les erreurs de tri coûtent : • En bac jaune (emballages ménagers recyclables) 220 € la tonne. • En bac gris (ordures ménagères) 285 € la tonne. • En benne tout venant en déchèterie 167 € la tonne. Pour 688 tonnes de DEEE mal triées mises en bac gris, (on trouve encore des aspirateurs, bouilloires, batteries… en bac gris), la dépense engendrée est de 200 000 € alors que bien triée, la recette engendrée serait de 50 000 €.

TRIER, RECYCLER c’est GAGNER ! PROGRAMME LOCAL

SICTOM de la zone de Dole - 22, allée du Bois - 39100 BREVANS - Tél. 03 84 82 56 19 - Fax : 03 84 72 43 53 E-Mail : sictom-de-la-zone-de-dole@wanadoo.fr - Site internet : www.sictomdole.fr

de PRÉVENTION des DÉCHETS SYDOM du Jura


Pays Dolois 148