Page 1

 

 

Aumônerie de  l’Enseignement  Public  SERVICE JEUNES  7 rue Notre Dame  BP 139  77107 MEAUX CEDEX  Tel : 01 64 36 41 12  Fax : 01 60 44 00 12  27/06/2008 

Voici  en  quelques  pages  la  vie  de  Saint  Paul,  un  lexique  des  mots  utilisés  par  lui  avec  un  éclairage  de sens ainsi que des prières.     Vous  trouverez  toute  cette  documentation  sur  le  site  consacré  à  Saint  Paul  du  Diocèse  de  Versailles :  www.anneesaintpaul.fr  .  Notamment,  des  explications  des  lectures  des  messes  des  dimanches de juin 2008 à juin 2009. 


BIOGRAPHIE     « Je suis Juif. Né à Tarse en Cilicie, j'ai cependant été élevé ici dans cette ville,   

et c'est aux pieds de Gamaliel que j'ai été formé à l'exacte observance de la  Loi  de  nos  pères,  et  j'étais  rempli  du  zèle  de  Dieu,  comme  vous  l'êtes  tous  aujourd'hui.  

J'ai  persécuté  à  mort  cette  Voie,  chargeant  de  chaînes  et  jetant  en  prison  hommes et femmes,  comme le grand prêtre m'en est témoin, ainsi que tout 

le collège des anciens. J'avais même reçu d'eux des lettres pour les frères de    Damas,  et  je  m'y  rendais  en  vue  d'amener  ceux  de  là‐bas  enchaînés  à       

Jérusalem pour  y  être  châtiés.  Je  faisais  route  et  j'approchais  de  Damas,  quand tout à coup, vers midi, une grande lumière venue du ciel m'enveloppa  de son éclat. Je tombai sur le sol et j'entendis une voix qui me disait: "Saoul,  Saoul,  pourquoi  me  persécutes‐tu  ?"  Je  répondis:  "Qui  es‐tu,  Seigneur  ?"  Il  me dit alors: "Je suis Jésus le Nazaréen, que tu persécutes" ».  Ac 22, 3‐10 

D

ifférentes sources pour connaître Paul 

Chapitre : BIOGRAPHIE 

2  

Le lecteur  de  la  Bible  dispose  de  deux  sources  pour  mieux  connaître  Paul,  son  œuvre  et  ses  intuitions  spirituelles :  ses  lettres,  autrement  appelées  épîtres,  et le récit des Actes des Apôtres dont Luc est l’auteur.   Ces  deux  sources  sont  l’une  et  l’autre  nécessaires  pour  tenter  une  reconstitution de la vie de Paul. Il faut cependant préciser qu’elles  ne  sont  pas  du  même  ordre  et  ne  se  révèlent  pas  toujours  compatibles.  En  effet,  chacune  de  ces  sources  a  sa  propre  visée.  Dans  ses  lettres,  Paul  n'a  pas  pour  but  de  raconter  sa  vie :  il  s’adresse  à  des  communautés  ou  à  un  frère  chrétien.  Les  Actes,  quant à eux, sont bien l'œuvre d'un historien. Luc y fait de Paul un  portrait  qui  dit  davantage  ce  que  représente  la  figure  du  missionnaire pour sa propre communauté.     


1

Paul, juif zélé, devenu persécuteur de chrétiens    (5/10 – vers 34)   

    Saul, juif de la Diaspora et citoyen romain. 

Saul, qui ne sera appelé Paul que plus tard, est probablement né entre les années 5 et  10 de l’ère chrétienne, à Tarse, en Cilicie (Asie Mineure, actuellement au sud‐est de la  Turquie). Il semble avoir grandi dans une famille juive de la tribu de Benjamin et se  présente lui‐même comme « citoyen » romain.     

    Une formation religieuse de haute qualité.  Il  fréquente  probablement  l’école  rabbinique  de  Tarse  avant  d’être  envoyé  par  ses  parents  à  Jérusalem  auprès  de  maîtres  religieux  célèbres.  Saul  sera  profondément  marqué par l’enseignement de l’un d’entre eux, Gamaliel, pharisien de renom. Il ne  paraît pas avoir connu Jésus de Nazareth, ni avoir été informé des trois années de son  ministère public.   

    Témoin passif du martyre d’Etienne.  Devenu lui‐même pharisien fervent, de stricte observance, il est présent à Jérusalem  lors du martyre d’Etienne : « Les témoins avaient déposé leurs vêtements aux pieds  d'un jeune homme appelé Saul » (Ac 7, 58). « Saul, lui, approuvait ce meurtre » (Ac 8,  1).   

    Paul, persécuteur zélé.  A  la  suite  de  la  mort  d’Etienne,  une  violente  persécution  s’élève  contre  l’Eglise  Jérusalem, entraînant la dispersion des disciples du Christ. Le zèle de Saul le conduit à  poursuivre  ces  chrétiens,  qu’il  considère  comme  une  menace  pour  le  judaïsme  officiel,  tant  sadducéen  que  pharisien.  Avec  zèle,  il  s’engage  à  détruire  ce  nouveau  mouvement qu’il appelle « la Voie ». Dans ce but, il reçoit du grand prêtre des lettres  le mandatant pour conduire les arrestations.   

2

Le temps obscur des commencements (vers 34 – 45) 

Chapitre : BIOGRAPHIE 

     

3  

    Conversion sur le chemin de Damas.   

C’est en  se  rendant  à  Damas  dans  l’intention  de  rechercher  les  premiers  chrétiens  qu’une force surnaturelle le terrasse. Le Christ lui apparaît et il reçoit la révélation de  la foi.  


« Il faisait route et approchait de Damas, quand soudain  une  lumière  venue  du  ciel  l'enveloppa  de  sa  clarté.  Tombant  à  terre,  il  entendit  une  voix  qui  lui  disait:  "Saoul, Saoul,  pourquoi  me  persécutes‐tu ?"  "Qui es‐tu,  Seigneur  ?"  demanda‐t‐il.  Et  lui  :  "Je  suis  Jésus  que  tu  persécutes. Mais relève‐toi, entre dans la ville, et l'on te  dira  ce  que  tu  dois  faire".  Ses  compagnons  de  route  s'étaient arrêtés, muets de stupeur : ils entendaient bien  la voix, mais sans voir personne. Saul se releva de terre,  mais, quoiqu'il eût les yeux ouverts, il ne voyait rien. On  le  conduisit  par  la  main  pour  le  faire  entrer  à  Damas.  Trois jours durant, il resta sans voir, ne mangeant et ne  buvant rien » (Ac 9, 3‐9)   

    Pour Paul et le christianisme naissant : une expérience  fondatrice.  L’évènement  est  un  véritable  retournement  pour  Saul.  Vingt  ans  plus  tard,  Paul  le  présente  dans  sa  lettre  aux  Galates  (Ga  1,  12‐17)  comme  le  cheminement  providentiel qui va illuminer sa foi juive en lui faisant découvrir la profondeur de la  Révélation.  A  trois  reprises  (Ac  9,  1‐19 ;  22,  5‐16 ;  26,  9‐18),  les  Actes  des  Apôtres  évoquent  la  « conversion  de  Saul  de  Tarse »,  soulignant  ainsi  combien  il  s’agit  d’un  épisode  majeur  pour  le  christianisme  naissant.  Après  l’expérience  de  cette  illumination  intérieure,  Paul  est  conduit,  aveugle,  jusqu’à  Damas  où  l’attend  un  certain Ananie. Trois jours  plus tard,  il  reçoit  de  ce disciple  du Christ  le baptême  et  recouvre la vue.    

Chapitre : BIOGRAPHIE 

    Temps mystérieux de l’initiation. 

4  

L’instruction du  nouveau  chrétien  reste  des  plus  mystérieuses.  Dans  sa  lettre  aux  Galates,  Paul  insiste  sur  son  initiation,  présentée  comme  un  long  mûrissement :  « aussitôt,  sans  consulter  la  chair  et  le  sang,  sans  monter  à  Jérusalem  trouver  les  apôtres  mes  prédécesseurs,  je  m'en  allai  en  Arabie,  puis  je  revins  encore  à  Damas.  Ensuite,  après  trois  ans,  je  montai  à  Jérusalem  rendre  visite  à  Céphas  (Pierre)  et  demeurai  auprès  de lui  quinze  jours  :  je  n'ai  pas  vu  d'autre  apôtre,  mais seulement  Jacques, le frère du Seigneur: et quand je vous écris cela, j'atteste devant Dieu que je  ne mens point » (Ga 1, 16‐20). Le livre des Actes des Apôtres, quant à lui, suggère une  autre  version :  il  signale  simplement  « quelques  jours  passés  avec  les  disciples  à  Damas » (Ac 9, 19), avant de présenter Paul prêchant avec audace la foi chrétienne  dans  les  synagogues  de  Damas  et  de  Jérusalem.  Le  témoignage  de  la  lettre  aux  Galates doit probablement être retenu : Paul se met à l’école des apôtres du Christ,  avant de partir évangéliser la Syrie et la Cilicie (Ga 1, 21).    


3

Le premier voyage missionnaire (45­47)    

    Appelé par Barnabé pour partir en mission. 

Revenant à  Tarse  après  son  court  séjour  à  Jérusalem,  Paul  s’est  probablement arrêté à Antioche de Syrie, troisième ville de l’Empire après Rome et  Alexandrie d’Egypte, où réside une petite communauté chrétienne. Il pourrait s’y être  lié d’amitié avec Barnabé, originaire de Chypre. Ce dernier fait appel à ce juif devenu  chrétien lorsque sa communauté, sous la motion de l’Esprit Saint, l’envoie évangéliser  l’île  de  Chypre.  Jean,  aussi  appelé  Marc,  cousin  de  Barnabé  se  joint  à  eux.  Le  « premier  voyage  missionnaire »  de  Paul  débute  lorsque  les  trois  disciples  embarquent au port de Séleucie pour joindre l’île voisine.    

    De ville en ville, Paul devient chef de mission. 

Chapitre : BIOGRAPHIE 

L’équipe missionnaire  effectue  un  voyage  aller‐retour,  selon  le  récit  d’Ac  13‐14.  Ils  visitent brièvement Chypre. A partir de cette étape, le converti du chemin de Damas  n’est plus désormais appelé que par le nom latin de Paul et passe du rôle secondaire      

5  

d’accompagnateur à  celui  de  chef  de  mission.  Marc  choisit  alors  de  quitter  Paul  et  Barnabé,  et  rejoint  Jérusalem.  Les  deux  disciples  gagnent  ensuite  la  Pamphylie  (Pergé)  et  prêchent  autour  d'Antioche  de  Pisidie.  Cherchant  à  convertir  les  Juifs,  ils  annoncent le Salut et la résurrection en Jésus dans les synagogues (Ac 13, 14‐42). La   


Bonne Nouvelle  divise  la  communauté  juive  mais  est  bien  accueillie  par  l’auditoire  païen.  Pourtant  devant  l’opposition  croissante,  les  disciples  sont  obligés  de  partir  précipitamment  (Ac  13,  50‐52).  Ils  se  rendent  ensuite  à  Iconium,  où  une  situation  semblable  se  reproduit,  malgré  les  « signes  et  prodiges »  (Ac  14,  3)  opérés  par  les  missionnaires.  A  Lystres,  Paul  guérit  un  paralytique  et  la  population,  émerveillée, le  confond alors, lui et son compagnon, avec les dieux « Zeus et Hermès » (Ac 14, 12).  Leur démenti leur vaut une violente attaque : Paul est laissé pour mort dans un fossé.  Revenant  à  lui,  il  part  avec  Barnabé  pour  Derbé  où  ils  font  « bon  nombre  de  disciples » (Ac 14, 21). Sur le chemin du retour, ils ne repassent pas par Chypre et se  rendent  directement  de  Pergé  à  Antioche.  Arrivés  au  terme  du  voyage,  ils  rendent  compte  de  cette  première  mission  et  Paul  rapporte  « comment  il  avait  ouvert  aux  païens la porte de la foi » (Ac 14, 27).   

4

L’Assemblée de Jérusalem (48/49)   

    Faut­il circoncire les païens convertis ?  

Lors de la venue de Paul à Antioche, de nombreux païens ont embrassé la  foi  chrétienne.  Ils  ont  été  baptisés  sans  qu’il  leur  soit  imposé  de  suivre  les  prescriptions de la Thora. Mais des disciples judéens, plus traditionnistes, réclament  fermement  que  les  nouveaux  convertis  respectent  les  préceptes  juifs  et  soient,  eux  aussi, circoncis. Pour trancher le litige, la communauté d’Antioche décide d’en référer  à l’Eglise mère de Jérusalem. Paul, Barnabé et quelques frères sont alors envoyés en  délégation auprès des apôtres (Ac 15, 1‐2).   

Chapitre : BIOGRAPHIE 

    La décision des apôtres et de l’Eglise de Jérusalem. 

6  

Arrivés à  Jérusalem,  ils  font  le  récit  des  conversions  de  païens  que  Dieu  avait  accomplies par leur ministère (Ac 15, 4). Devant les apôtres et  les anciens, Pierre lui‐ même  témoigne  de  son  appel  à  convertir  même  les  païens  et  juge  inutile  que  leur  soient  imposées  les  prescriptions  de  la  Thora  (Ac  15,  7‐12).  Jacques,  chef  de  la  communauté  de  Jérusalem,  adopte  leur  position.  Finalement,  l’assemblée  réunie  tranche  la  question  et  renvoie  Paul,  Barnabé,  accompagnés  de  Jude  et  Silas,  munis  d’une lettre pour les chrétiens d’Antioche annonçant leur décision :   « Les apôtres et les anciens, vos frères, aux frères de la gentilité qui sont à Antioche,  en Syrie et en  Cilicie, salut! (…) L'Esprit Saint et nous‐mêmes avons décidé de ne pas  vous  imposer  d'autres  charges  que  celles‐ci,  qui  sont  indispensables  :  vous  abstenir  des  viandes  immolées  aux  idoles,  du  sang,  des  chairs  étouffées  et  des  unions  illégitimes. Vous ferez bien de vous en garder. Adieu ! » (Ac 15, 23.28‐29).   

    Le premier concile ?   L’assemblée  de  Jérusalem  a  donc  pris  une  décision  sur  une  question  cruciale  du  christianisme naissant : l’ouverture de la foi chrétienne aux païens sans leur imposer  les préceptes de la Thora. La tradition chrétienne reconnaîtra dans ce discernement  ecclésial le modèle des conciles futurs.   


5

Deuxième voyage missionnaire (49­52)   

    Avec Paul, un difficile compagnonnage missionnaire… 

Paul et Barnabé souhaitent visiter à nouveau les communautés qu’ils avaient  rencontrées  lors  du  premier  voyage  missionnaire.  Refusant  d’emmener  Jean‐Marc  qui  les  avait  précédemment  abandonnés  à  Pergé,  Paul  se  dispute  avec  Barnabé  et  décide  de  partir  finalement  avec  Silas  (Ac  15,  36‐40).  A  deux,  ils  vont  traverser  la  Turquie actuelle d’est en ouest, soit plus de mille kilomètres.  

Chapitre : BIOGRAPHIE 

    L’Esprit conduit la mission et la Parole voyage.  

7  

Paul retrouve  à  nouveau  les  communautés  fondées  en  Cilicie  et  Pysidie.  À  Lystre,  il  rencontre  Timothée  qui  continue  le  voyage  avec  eux  (Ac  16,  1‐3)  et  deviendra  un  compagnon  inséparable.  Ensemble,  ils  parcourent  la  Galatie  et  la  Mysie,  guidés  par  l’Esprit Saint. Ce dernier leur indique en effet avec force la route à emprunter et celle  à  éviter  (Ac  16,  7).  À  Troas  d'Alexandrie,  ils  choisissent  de  gagner  l’Europe  et  s'embarquent  pour  la  Macédoine.  Arrivés  à  Philippes,  Paul  libère  une  servante  possédée par un esprit de divination. Ses maîtres, perdant une source importante de  revenus, s’en prennent aux missionnaires qui sont jetés en prison. Un séisme, marque  de  l’intervention  divine  en  faveur  des  témoins,  délivrent  les  prisonniers.  Après  la  conversion de leur geôlier et les excuses des autorités, Paul et Silas poursuivent leur  route,  évangélisant  Thessalonique  et  Bérée.  A  Athènes,  capitale  culturelle  de  la  Grèce, Paul engage en public une vive controverse avec les habitants versés dans la   


philosophie. Puis,  devant  l’Aréopage,  Paul  déploie  un  discours  exemplaire,  modèle  d’argumentation  et  de  pédagogie  en  monde  païen.  Il  recourt  avec  brio  à  sa  double  culture  hellénistique  et  biblique.  Mais  l’évocation  de  la  résurrection  du  Christ  fait  s’éloigner  son  auditoire  qui  le  prend  pour  un  doux  rêveur :  « A  ces  mots  de  résurrection des morts, les uns se moquaient, les autres disaient: "Nous t'entendrons  là‐dessus  une  autre  fois" »  (Ac  17,  32).  Seuls  quelques  Athéniens,  dont  Denys  l’Aréopagite, accueilleront la foi chrétienne.   

    Une longue halte à Corinthe.  A  l’issue  de  ce  second  voyage  missionnaire,  Paul  fait  une  longue  halte  à  Corinthe.  Pendant dix‐huit mois, il partage sa vie entre son métier de fabriquant de tente et la  prédication  missionnaire  chaque  jour  de  Sabbat  (Ac  18,  3‐4).  C’est  à  Corinthe  qu’il  reçoit  des  nouvelles  inquiétantes  de  la  communauté  de  Thessalonique.  Avec  l’aide  d’un scribe, Paul leur adresse vers 50‐51 une première épître : la première lettre aux  Thessaloniciens.  La  seconde  lettre  aux  Thessaloniciens  suivra,  entre  70  et  100,  dont  l’attribution à Paul est plus discutée. A Corinthe, où il enseigne « aux gens la parole  de Dieu » (Ac 18, 11), son témoignage est loin d’être unanimement accueilli. Après un  procès  intenté  par  les  Juifs  hostiles  devant  le  proconsul  Gallion,  Paul  s’embarque  finalement pour Ephèse. Puis, prenant le bateau jusqu’à Césarée‐Maritime, il regagne  Jérusalem ou plus probablement Antioche, son port d’attache, pour quelques temps.   

6

 Troisième voyage missionnaire (53­56)    

    A Ephèse, Paul confronté aux Juifs et aux fidèles   

Chapitre : BIOGRAPHIE 

      d’Artémis. 

8  

Paul ne  s’installe  pas  pour  autant  à  Antioche.  Il  est  désireux  de  retourner  voir  les  communautés fondées par lui en Grèce et en Asie Mineure. Il choisit de repartir pour  le  pays  des  Galates  et  la  Pisidie,  et  veut  faire  escale  à  Ephèse,  où  il  s’est  trop  brièvement arrêté au voyage précédent. Il atteint la ville après une année de route et  fréquente  alors  assidûment  la  synagogue  pour  y  annoncer  la  Bonne  Nouvelle.  L’hostilité croissante des Juifs le conduit à s’établir dans une école privée tenue par  une  certain  Tyrannos.  L’œuvre  missionnaire  y  est  intense :  « Il  en  fut  ainsi  deux  années  durant,  en  sorte  que  tous  les  habitants  de  l'Asie,  Juifs  et  Grecs,  purent  entendre  la  parole  du  Seigneur »  (Ac  19,  10).  Le  témoin  rencontre  certains  succès,  non pourtant sans épreuves, comme il l’écrira aux Corinthiens : « je resterai à Ephèse  jusqu'à la Pentecôte ; car une porte y est ouverte toute grande à mon activité, et les  adversaires sont nombreux » (1 Co 16, 8‐9).   

    Intense activité épistolaire.  D’Ephèse,  Paul  envoie  probablement  ses  lettres  aux  Philippiens,  à  Philémon  et  aux  Galates dans les années 55‐56. Trois autres lettres, jugées authentiques, suivront à la  fin  de  son  séjour  de  deux  ans  dans  la  ville :  la  première  et  la  deuxième  lettre  aux  Corinthiens et la lettre aux Romains.     


Paul, forcé de fuir, regagne Jérusalem.  Le  succès  de  la  prédication  de  Paul  provoque  la  colère  des  orfèvres  d’Ephèse,  marchands de statues à l’effigie de la déesse locale, Artémis. La corporation organise  une manifestation, et devant l’émeute, Paul doit fuir la ville en secret.  Après un séjour en Grèce et une halte à Philippes où il célèbre les fêtes de la Pâque,  Paul  rejoint  le  port  de  Néapolis,  embarque  pour  Troas  et  poursuit  en  cabotage  jusqu’à  Milet.  Il  convoque  alors  les  anciens  de  l’Eglise  d’Ephèse,  ville  d’où  il  a  été  chassé,  pour  leur  faire  ses  adieux  avec  émotion  et  leur  confier  la  communauté :  «  Vous savez vous‐mêmes de quelle façon, depuis le premier jour où j'ai mis le pied en  Asie, je n'ai cessé de me comporter avec vous (…). Pourvu que je mène à bonne fin  ma  course  et  le  ministère  que  j'ai  reçu  du  Seigneur  Jésus  :  rendre  témoignage  à  l'Evangile  de  la  grâce  de  Dieu.  Et  maintenant  voici  que,  je  le  sais,  vous  ne  reverrez  plus mon visage (…). Soyez attentifs à vous‐mêmes, et à tout le troupeau dont l'Esprit  Saint vous a établis gardiens (…). A présent je vous confie à Dieu et à la parole de sa  grâce (…). Il y a plus de bonheur à donner qu'à recevoir » (Ac 20, 18‐35).  Puis,  quittant  un  auditoire  en  sanglot,  il  embarque  et  finit  son  trajet  par  bateau  jusqu'à Césarée‐Maritime, d’où il rejoint à pied Jérusalem. 

Chapitre : BIOGRAPHIE 

   

9  


7

L’arrestation de Paul et son voyage captif à Rome       

(57­62)    

    A Jérusalem, Paul est confronté à une ultime  persécution. 

Arrivé à Jérusalem, Paul salue les anciens et Jacques, et leur relate la progression de  la  mission  chez  les  païens.  Mais  l’apôtre  des  Gentils  va  se  retrouver  à  nouveau  confronté à l’opposition des Juifs qui voit en lui un anti‐conformiste farouche, impie  et  dangereux  qui  trahit  le  judaïsme.  Alors  qu’il  entreprend  une  démarche  sur  l’esplanade  du  Temple,  il  est  reconnu  et  vilipendé  par  les  Juifs  d’Asie.  On  l’accuse  d’avoir  fait  pénétrer  des  Grecs  dans  l’enceinte  du  Temple  et  ainsi  profané  le  Lieu  Saint  (Ac  21,  27‐29).  Attaqué,  il  ne  doit  son  salut  qu’à  l’intervention  de  la  garde  romaine. Arrêté, il n’échappe aux fouets qu’en arguant de sa citoyenneté romaine. A  plusieurs reprises, Paul est alors conduit à s’expliquer devant le peuple, les autorités  juives  et  le  pouvoir  civil.  Pour  le  faire  échapper  à  un  complot,  il  est  finalement  transféré à Césarée‐Maritime afin d’y comparaître devant le tribunal du Procurateur.   

    La requête de Paul : comparaître devant César.  Deux  années  durant,  il  est  retenu  captif  à  Césarée‐Maritime.  Chaque  interrogatoire  est pour lui l’occasion de témoigner avec audace du Christ et de sa propre expérience  de foi. Il réclame finalement de comparaître devant César lui‐même à Rome. A l’issue  de  son  interrogatoire,  le  procurateur  Festus  consent  à  sa  demande :  il  sera  envoyé  dans la capitale de l’Empire pour y être jugé par l’Empereur lui‐même.   

Chapitre : BIOGRAPHIE 

    De Césarée à Rome : un voyage aventureux.  

1 0  

Paul, sous  bonne  garde,  embarque  donc  vers  Rome.  Commence  alors  un  périlleux  voyage en mer marqué par une très violente tempête de quatorze jours. Finalement,  le bateau de Paul fait naufrage et le missionnaire captif échoue avec tout l’équipage  sur l’île de Malte. Au cours de ce long épisode à suspens dit « du naufrage de Paul »  (Ac  27,  1‐28,  10),  le  témoin  du  Christ  bénéficie  d’une  vision  divine  l’invitant  à  encourager les autres passagers. Par sa présence et ses conseils avisés, il permet le  salut de tous. Sur l’île, Paul guérit les barbares malades, signe d’un salut rejoignant ce  monde  païen.  Bénéficiant  de  la  grande  reconnaissance  des  insulaires,  il  reprend  la  route de Rome. La fin du voyage est alors plus paisible (Ac 28, 11‐16).    

      Grâce à Paul captif, la Bonne Nouvelle rejoint la capitale de  l’Empire.  Arrivé enfin à Rome, Paul s’adresse encore aux Juifs. Aux dernières lignes du livre des  Actes, son propos à leur égard sonne comme une sentence : « Sachez‐le donc : c'est  aux païens qu'a été envoyé ce salut de Dieu. Eux du moins, ils écouteront » (Ac 28,  28). Pourtant, il est dit en épilogue du livre qu’« il recevait tous ceux qui venaient le   


trouver, proclamant le Royaume de Dieu » (Ac 28, 30). « Tous », probablement Juifs,  païens  et chrétiens : à  la  fin  du récit  des Actes,  Paul  atteint  Rome  et,  grâce à  lui, la  Bonne Nouvelle rejoint la capitale du monde, lieu de l’universel. Désormais, la Parole  de Grâce est clairement offerte à tous.   

  Depuis sa captivité, Paul se serait encore adressé aux  communautés.   

De cette  captivité,  décrite  par  le  livre  des  Actes,  dateraient  les  épîtres  dites  « de  la  captivité »  (l’épître  aux  Colossiens  et  l’épître  aux  Ephésiens),  ainsi  que  les  « Pastorales » (l’épître à Timothée et l’épître à Tite). L’authenticité paulinienne de ces  quatre écrits est largement discutée aujourd'hui. 

8

Chapitre : BIOGRAPHIE 

1 1  

 Après la captivité à Rome, qu’est devenu Paul ?             Le silence sur la fin de sa course missionnaire. 

Le livre des Actes s’achève sur la captivité de Paul à Rome. Rien n’est dit de l’issue du  procès  en  comparution  devant  César,  ni  de  la  mort  de  Paul.  Il  est  probable  que  le  témoin  du  Christ  a  bénéficié  d’un  non‐lieu :  son  innocence  est  attestée  à  plusieurs  reprises au fil des derniers chapitres du livre. Mais ensuite, où son zèle apostolique  l’a‐t‐il encore conduit ?   


Selon la tradition : Paul témoin du Christ jusque dans sa  mort.   Des traditions postérieures, dès le IInd siècle, tentent de combler ce silence. Certaines  font  allusion   à  un  voyage  vers  « l’extrême‐ouest »,  peut‐être  l’Espagne.  D’autres  affirment  qu’il  serait  retourné  visiter  ces  communautés  de  Grèce,  de  Macédoine  et  de Mysie qu’il affectionnait tant. Il aurait été alors de nouveau arrêté vers 66. Celui  qui se prétendait apôtre au même titre que les Douze aurait été décapité en 67, sous  Néron,  sur  la  voie  d’Ostie,  non  loin  du  Tibre,  près  du  lieu  où  les  archéologues  ont  aujourd'hui identifié sa tombe.   

LEXIQUE PAULINIEN   Accomplir parfaitement Rm 13,8 et 10

accomplir [parfaitement] la Loi / l’accomplissement

[parfait] de la Loi Le verbe plèroun et le nom de la même famille plèrôma disent la notion de plénitude. Ils s’appliquent également à l’accomplissement d’une prophétie : un événement vient donner une plénitude de sens à la parole du prophète en la dépassant et en l’ouvrant sur un avenir. Ainsi, dans l’évangile de Matthieu, dix « citations d’accomplissement », introduites par la formule « Ceci arriva pour que s’accomplisse la parole du prophète », inscrivent dans la fidélité de Dieu à ses promesses la nouveauté radicale de son plan de salut. Pour Paul, comme pour Matthieu, la loi donnée par Dieu à son peuple reçoit

Chapitre : LEXIQUE PAULINIEN 

sa plénitude de sens – s’accomplit parfaitement – quand celui qui s’y conforme

1 2  

enracine son obéissance aux commandements divins dans l’amour de Dieu et de son prochain.

Adam

1 Co 15,22 En effet, c’est par Adam que meurent tous [les hommes]

Paul utilise la référence à Adam pour une lecture typologique de l’Écriture : Adam est figure (type) du Christ. Il la développe plus amplement dans la lettre aux Romains (cf. Rm 5,1s).


Adoration véritable Rm 12,1 c’est là pour vous l’adoration véritable Comme le verbe latreuo, le nom latreia désigne, dans le grec profane, un service rendu contre salaire. Dans la LXX, il a pris un sens technique et fait référence au « service » de Dieu. Il ne s’agit pas de la pure exécution des rites mais d’un service rendu « avec tout son cœur » (Dt 10,12). Dans le NT, le sens religieux est le seul qui se rencontre, comme dans la Septante. De plus, quand il s’agit des chrétiens, il désigne uniquement un culte spirituel (non pas rituel). L’adjectif logikon qualifie ici un culte conforme à la nature de Dieu et de l’homme. Mais dans des contextes analogues, chez des auteurs juifs ou grecs il sert à marquer la différence entre le culte formel et extérieur et le culte véritable qui engage l’homme tout entier.

Aimer Rm 8,28

quand les hommes aiment Dieu

Pour Paul, l’amour de Dieu est premier ; il s’est manifesté par l’envoi du Fils. Le Christ nous aime lui qui a consenti à donner sa vie non pour des justes mais pour des pécheurs. Aucun obstacle ne pourra nous séparer de son amour. Pour Paul, les chrétiens sont les « bien-aimés de Dieu ». En retour, les hommes doivent s’aimer entre eux. Il est rare que Paul parle de l’amour de l’homme pour Dieu. Il le fait ici pour souligner la vocation au bonheur que Dieu

Chapitre : LEXIQUE PAULINIEN 

désire pour l’humanité.

1 3  

Alliances Rm 9,4

Les alliances

Les alliances parcourent l’histoire d’Israël, d’Abraham à David. Le Seigneur s’engage comme partenaire de son peuple pour l’arracher à une situation d’oppression et le faire pleinement participer à son amour.


Appeler Rm 8,28

puisqu’ils sont appelés selon le dessein de son amour

L’histoire du salut se déroule au rythme des appels que Dieu adresse à ceux qu’il veut charger de transmettre sa parole : Abraham, Samuel, Jérémie…. et Paul. L’initiative de Dieu est toujours première et son appel est une invitation à répondre librement à son amour.

Chair Rm 8,9

La chair et l’Esprit

La sphère terrestre est celle de « la chair », en opposition à la sphère céleste, de « l'Esprit ». C'est le monde de l'histoire humaine dans lequel, par exemple, l'homme peut être identifié par les liens charnels qui le rattachent à ses ancêtres. Cela vaut pour le Christ « issu, selon la chair, de la lignée de David, établi, selon l'Esprit Saint, Fils de Dieu » (Rm 1,3) ; en ce cas, la sphère terrestre n'est pas considérée négativement, comme pécheresse et hostile à Dieu, mais simplement limitée et provisoire, elle n'est pas décisive pour le salut. L'antithèse décisive, chez Paul comme dans l'AT, est entre l'homme et Dieu. Dans ses lettres (cf. par ex Ga 5,16-18 : « marchez sous l'impulsion de l'Esprit et vous n'accomplirez plus ce que la chair désire. Car la chair, en ses désirs, s'oppose à l'Esprit et l'Esprit à la chair »), Paul évite soigneusement d'opposer « par l'Esprit / par la chair » : la chair n'est pas une puissance qui opère de la même façon que l'Esprit. La chair et l'Esprit ne sont pas deux forces entre Chapitre : LEXIQUE PAULINIEN 

lesquelles l'homme peut toujours choisir librement. La chair est, pour Paul, tout

1 4  

ce qui est humain et terrestre, ce qui inclut le fait d'être juste à l'égard de la loi. Mais dans la mesure où cela entraîne l'homme à y mettre sa confiance et à y trouver sa sécurité, cela prend le caractère d'une puissance opposée à l'œuvre de l'Esprit. La chair englobe l'homme dans toutes ses dimensions physiques et mentales. Ce qui se tient à l'opposé n'est pas le spirituel mais Dieu. Ainsi, pour Paul,


– l'homme n'est pas d'abord déterminé par sa nature ni par sa constitution physique ni par le monde matériel qui l'entoure. Il est définitivement qualifié par sa relation à Dieu et, par conséquent, par sa relation à ses frères. – Le salut ne consiste pas à se retirer de ce qui est corporel (la sexualité) pour aller vers le spirituel (l'étude de la Loi ou l'ascétisme). Le corps et les capacités mentales forment un tout qui exprime la vie humaine. Les deux peuvent ou bien séparer de Dieu ou bien être mis au service de Dieu. – La chair n'est pas une sphère intrinsèquement mauvaise ou spécialement dangereuse. La chair devient mauvaise uniquement quand on construit sa vie sur elle. L'homme qui se comprend comme chair se décrit comme asservi à ce qui peut l'éloigner de Dieu. Il peut le ressentir si fort que la chair semble être une puissance qui contrôle l'homme. – La rédemption n'est pas un événement qui abolit ce qui est corporel. A cause de l'incarnation, la chair est appelée à manifester la vie de Dieu, à condition qu'elle se laisse assumer par l'Esprit. Le dualisme qu'on croit déceler chez Paul relève en fait d'une option fondamentale où il n'y a pas de demimesure puisqu'il s'agit de choisir la vie ou la mort. Dans ce contexte, la chair est du côté de la vie, pour la vie.

Cœur Ph 4,7

gardera votre cœur (kardia)et votre intelligence (nous, noèma)

dans le Christ Jésus Dans le NT, et chez Paul en particulier, l'emploi de ce mot est en accord avec l'AT., mais encore plus que dans la Septante, l'accent est mis sur le cœur Chapitre : LEXIQUE PAULINIEN 

comme organe principal de la vie psychique et spirituelle, le lieu où Dieu

1 5  

témoigne de Lui-même. Il désigne le centre de la vie intérieure, siège de toutes les forces et fonctions de l'âme et de l'esprit : — dans le cœur habitent sentiments, émotions, désirs et passions : Ph 1,7 : « je vous porte dans mon cœur » — le cœur est le siège de la compréhension, source de la pensée et de la réflexion : Rm 1,21 : « ils se sont fourvoyés dans leurs vains raisonnements et leur cœur insensé est devenu la proie des ténèbres ».


— il est aussi le siège de la volonté : 1 Co 7,37 : « Mais celui qui a pris dans son cœur une ferme résolution, hors de toute contrainte ». — Le cœur représente aussi l'ensemble de l'intériorité face à l'extériorité de l'homme (son visage) : 1 Th 2,17 : « Pour nous, frères, séparés de vous pour un temps, loin des yeux mains non du cœur… » — le cœur est suprêmement le centre en l'homme vers lequel Dieu se tourne, dans lequel la vie religieuse est enracinée, qui détermine la conduite morale : 2 Co 3,3 : « Vous êtes une lettre du Christ confiée à notre ministère, écrite non avec de l'encre, mais avec l'Esprit du Dieu vivant, non sur des tables de pierre, mais sur des tables de chair, dans nos cœurs ».

Communion Ph 2,1

si l’on est en communion (koinônia) dans l’Esprit

Formé, comme le verbe (koinônein) et l’adjectif (koinonos) de la même famille, à partir de l’adjectif koinos « commun », ce nom d’action est largement utilisé depuis l époque classique pour désigner toute action de faire ou d’avoir en commun : « prendre part à « , « s’associer avec ». Le terme apparaît dans la Septante et notamment en Sg 6,23 et 8,18 où se trouve l’idée qu’une participation ou une non participation à la sagesse peut modeler entièrement une existence d’homme. Six emplois de ce nom structurent cette lettre. Le premier (en 1,5) désigne clairement une « part active prise à » l’annonce de l’évangile, explicitée

Chapitre : LEXIQUE PAULINIEN 

ensuite par une participation des Philippiens aux épreuves de l’apôtre (1,7 et

1 6  

4,14). Paul a accepté des Philippiens cette koinônia (qui s’est concrétisée en une aide financière) parce qu’elle est le signe de la part qu’ils prennent à sa « grâce d’évangélisateur, dans la défense et l’affermissement de l’évangile » (1,7). Cette grâce de l’apôtre passe par la « conformation » de sa propre vie à celle du Christ et par la « participation à ses souffrances » (3,10) dans l’attente de la résurrection. La koinônia aux souffrances du Christ, c’est ce mouvement de don de soi jusqu’à la mort sur la croix qui fut celui du Christ. À la suite de l’apôtre, c’est toute la communauté qui est appelée à conformer son « corps


d’humiliation pour devenir « corps de gloire ». Se conformer au mouvement du Christ, c’est vivre en lui, en une unité où chacun reconnaît l’autre comme supérieur à soi ; c’est participer à l’Esprit (koinônia pneumatos ici, en 2,1) qui donne à chacun des charismes différents.

Condition Ph 2,6

la condition de Dieu / la condition de serviteur

– Le terme grec morphè (litt : « forme ») caractérise à la fois la réalité (son être Dieu) et la métaphore (il a pris le rôle d'un esclave) : il dénote la « forme », non pas en termes de traits extérieurs par lesquels on reconnaît quelque chose, mais en termes de caractéristiques et de qualités essentielles (ce qui caractérise véritablement une réalité donnée). Dans son existence terrestre, Jésus a pris la qualité essentielle de ce que signifie être esclave : alors que dans la forme de Dieu, il s'est vidé lui-même, dans l'apparence d'un homme, il s'est abaissé lui- même, dans un acte « d'obéissance » dont le « jusqu'à la mort » et « la mort sur une croix » dit le degré.

Couronne 2 Tm 4,8

la couronne du vainqueur

Dans les versets 6–8, l’auteur de la lettre fait écho à certains passages de la lettre aux Philippiens où Paul recourt à la métaphore de la course pour décrire sa détermination à mener à bien sa mission. Ainsi, en Ph 3,12.14 : « Certes, je ne suis pas encore au bout, mais je poursuis ma course… Je cours vers le but pour remporter le prix auquel Dieu nous appelle là-haut ». Ici, la communauté Chapitre : LEXIQUE PAULINIEN 

n’a aucun doute sur le sort éternel de l’Apôtre : il est sûr de la récompense

1 7  

finale.

Création Rm 8,19

la création aspire de toutes ses forces

Ce terme paulinien, en référence à Gn 1, désigne l’univers et tout ce qui le compose.


Culte Rm 9,4

Le culte

Au Temple, le culte permet la rencontre entre Dieu et les siens. Sous une autre forme, il se célèbre aussi à la synagogue par l’étude de la Loi. Paul parle ici du culte rendu par les fils d’Israël au Dieu qui leur a manifesté sa gloire.

Délivrance Rm 8, 23

nous attendons notre adoption et la délivrance de notre corps

Le terme grec « apolutrôsis », quelquefois traduit par « rédemption », signifie en son sens profane, le rachat, par l’état romain, de citoyens romains devenus esclaves à la suite de défaites militaires. Paul l’emploie ici pour désigner la fin de la mort, l’épanouissement de la filialité, la venue du monde neuf.

Dépouillé Ph 2,6

Il s’est dépouillé

L’égalité du Christ avec Dieu trouve son expression dans le « il s'est dépouillé ».Là est le fondement de la conception paulinienne de la croix : sur la croix, le véritable caractère de Dieu a été pleinement manifesté. Le verbe « se dépouiller » se comprend par opposition à « revendiquer » (harpagmon, litt : « se saisir de » – cf. le personnage d’Harpagon chez Molière) : Dieu n'est pas un être qui « met la main sur » et « saisit » mais

Chapitre : LEXIQUE PAULINIEN 

quelqu'un qui donne pour le salut des autres.

1 8  

Destiner Rm 8,29

il les a aussi destinés (par avance) à être l’image de son Fils

Ce verbe est quelquefois traduit par « prédestiner ». Avec beaucoup d’autres verbes précédés du même préfixe (« connaître par avance » au même verset, « préparer d’avance », « choisir d’avance ») il signifie que Dieu préside à toute chose pour le Salut des hommes. Ce préfixe projette dans le temps une priorité qui est de l’ordre de la relation entre Dieu et les hommes. Paul veut avant tout dire que Dieu nous a aimés le premier. Son amour ne porte pas atteinte à notre liberté.


Esprit Rm 8,26

l’Esprit [Saint] vient au secours de notre faiblesse

(D’après l’article « Esprit saint, Esprit de Dieu » dans le Vocabulaire des épîtres de Paul (Cahiers Évangile 88) Dans l’Ancien Testament, l’Esprit (grec pneuma ; hébreu rouah) qualifie Dieu en sa puissance, en son pouvoir créateur, en ce qu’il a de plus intime et qu’il communique à l’homme. Paul reprend cet aspect et le développe : l’Esprit Saint est don de Dieu, c’est l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts. Parmi les multiples fonctions de l’Esprit de Dieu que Paul s’attache à montrer dans ses lettres (l’Esprit de Dieu justifie, sanctifie, parle, enseigne, révèle, donne la connaissance du Mystère, anime et construit le corps de l’Église, habite dans les cœurs), il y a celle de son intercession en notre faveur pour nous aider à prier.

Rm 8,9

La chair et l’Esprit

La sphère terrestre est celle de « la chair », en opposition à la sphère céleste, de « l'Esprit ». C'est le monde de l'histoire humaine dans lequel, par exemple, l'homme peut être identifié par les liens charnels qui le rattachent à ses ancêtres. Cela vaut pour le Christ « issu, selon la chair, de la lignée de David, établi, selon l'Esprit Saint, Fils de Dieu » (Rm 1,3) ; en ce cas, la sphère terrestre n'est pas considérée négativement, comme pécheresse et hostile à Dieu, mais simplement limitée et provisoire, elle n'est pas décisive pour le

Chapitre : LEXIQUE PAULINIEN 

salut. L'antithèse décisive, chez Paul comme dans l'AT, est entre l'homme et

1 9  

Dieu. Dans ses lettres (cf. par ex Ga 5,16-18 : « marchez sous l'impulsion de l'Esprit et vous n'accomplirez plus ce que la chair désire. Car la chair, en ses désirs, s'oppose à l'Esprit et l'Esprit à la chair »), Paul évite soigneusement d'opposer « par l'Esprit / par la chair » : la chair n'est pas une puissance qui opère de la même façon que l'Esprit. La chair et l'Esprit ne sont pas deux forces entre lesquelles l'homme peut toujours choisir librement. La chair est, pour Paul, tout ce qui est humain et terrestre, ce qui inclut le fait d'être juste à l'égard de la loi.


Mais dans la mesure où cela entraîne l'homme à y mettre sa confiance et à y trouver sa sécurité, cela prend le caractère d'une puissance opposée à l'œuvre de l'Esprit. La chair englobe l'homme dans toutes ses dimensions physiques et mentales. Ce qui se tient à l'opposé n'est pas le spirituel mais Dieu. Ainsi, pour Paul, – l'homme n'est pas d'abord déterminé par sa nature ni par sa constitution physique ni par le monde matériel qui l'entoure. Il est définitivement qualifié par sa relation à Dieu et, par conséquent, par sa relation à ses frères. – Le salut ne consiste pas à se retirer de ce qui est corporel (la sexualité) pour aller vers le spirituel (l'étude de la Loi ou l'ascétisme). Le corps et les capacités mentales forment un tout qui exprime la vie humaine. Les deux peuvent ou bien séparer de Dieu ou bien être mis au service de Dieu. – La chair n'est pas une sphère intrinsèquement mauvaise ou spécialement dangereuse. La chair devient mauvaise uniquement quand on construit sa vie sur elle. L'homme qui se comprend comme chair se décrit comme asservi à ce qui peut l'éloigner de Dieu. Il peut le ressentir si fort que la chair semble être une puissance qui contrôle l'homme. – La rédemption n'est pas un événement qui abolit ce qui est corporel. A cause de l'incarnation, la chair est appelée à manifester la vie de Dieu, à condition qu'elle se laisse assumer par l'Esprit. Le dualisme qu'on croit déceler chez Paul relève en fait d'une option fondamentale où il n'y a pas de demimesure puisqu'il s'agit de choisir la vie ou la mort. Dans ce contexte, la chair

Chapitre : LEXIQUE PAULINIEN 

est du côté de la vie, pour la vie.

2 0  

Esprits (les) Rm 8,38

ni les esprits ni les puissances

Les contemporains de Paul attachaient beaucoup d’importance à des puissances cosmiques intermédiaires entre la divinité suprême et notre monde. Paul énumère dans ces versets une liste de forces angéliques ou démoniaques pouvant être hostiles à l’homme. Ce qui compte pour l’apôtre, c’est l’absolue supériorité du Christ. La résurrection a scellé la victoire sur les puissances par excellence que sont la mort et le péché. Même si notre


langage supporte difficilement la cosmologie impliquée par la personnification de ces puissances, il reste que Jésus a montré que l’amour était plus fort que la mort et le péché.

Etre maudit Rm 9,3

être maudit, séparé du Christ (littéralement « être anathème »)

Le terme grec anathema signifie : ce qui est posé au-dessus. Dans l’AT, il s’agit de l’offrande, posée au dessus de l’autel du Temple et donc exclusivement consacrée à Dieu. Dans le NT, l'anathème devient une sentence de malédiction. La personne qui en est frappée est alors retranchée de la communauté des fidèles.

Faiblesse Rm 8,26

l’Esprit [Saint] vient au secours de notre faiblesse

Ce mot caractérise la condition humaine livrée à ses propres ressources. C’est dans cet état que Dieu nous a rejoint pour nous arracher à la mort. La faiblesse marque notre corps actuel. Pour les combats de la vie de foi, la force de l’Esprit nous est indispensable.

Gloire Rm 8,18 / Rm 9,4

la gloire

Le terme grec doxa (dont le premier sens est « opinion ») désigne aussi le « renom, l’éclat, la splendeur ». Il traduit l’hébreu kabod (dont le radical évoque le poids et donc la richesse). Dans la LXX, il dit la présence de Dieu Chapitre : LEXIQUE PAULINIEN 

au milieu des siens et la puissance de ses manifestations (cf. la vision du

2 1  

prophète en Is 6,3). C’est par la gloire du Père que Jésus a été ressuscité, affirme Paul (Rm 6,4). Le Christ est « le Seigneur de gloire » (1 Co 2,8) et, par lui, la gloire est aussi l’attribut des enfants de Dieu.

Gueule du lion 2 Tm 4,17

J’ai échappé à la gueule du lion !

L’expression reprend l’image du berger qui se bat contre les lions pour


arracher de leur gueule les agneaux sans défense. L’assistance divine a permis à Paul d’accomplir sa mission.

Intelligence Ph 4,7

gardera votre cœur et votre intelligence (nous, noèma) dans le

Christ Jésus De la même famille que le nom du même sens nous, typiquement paulinien, le terme noèma désigne la pensée, ce qui est élaboré par l’intelligence. Le nous est pour Paul un principe dynamique de discernement, appelé à se renouveler dans l’Esprit pour rendre le chrétien de plus en plus apte à discerner, avec responsabilité, le dessein de Dieu dans les situations concrètes de son existence.

Jour 2 Tm 4,8

en ce jour-là,

Dans l’AT, le jour du Seigneur est un jour de jugement, à la fois jour de colère et de miséricorde qui verra l’établissement de la justice de Dieu. Pour Paul comme pour l’auteur de la lettre à Timothée, ce jour est celui de la parousie du Christ, lorsque le Seigneur viendra nous chercher pour nous faire entrer dans la gloire du Royaume. Paul peut l’attendre avec confiance.

Justes, justifier

Chapitre : LEXIQUE PAULINIEN 

Rm 8, 30 sa gloire

2 2  

il en a fait des justes ; et ceux qu’il a justifiés, il leur a donné

Dieu appelle l’homme pour que celui-ci soit « justifié », c’est-à-dire qu’il devienne « juste » en écoutant sa parole et en obéissant à sa volonté. La réconciliation que Dieu propose en Jésus-Christ offre à chacun de trouver sa juste place devant Lui et d’avoir ainsi part à sa gloire. Dans la Bible, le juste est le contraire de l’impie qui se détourne de Dieu.


Moment 2 Tm 4,6

le moment (kairos) de mon départ est venu.

À la différence du terme grec chronos qui saisit le temps dans son déroulement chronologique, le kairos désigne le temps de manière qualitative. L’expérience du temps est celle d’un moment plein, décisif. La venue du Christ a été un kairos définitif. C’est par rapport à ce « temps » de l’accomplissement du Salut vécu par les chrétiens que Paul réfléchit à sa mort prochaine.

Paix Ph 4,7

la paix de Dieu, qui dépasse tout…/ le Dieu de la paix sera avec

vous Pour le NT, la paix, comme présence et proximité de Dieu, nous est donnée en Jésus Christ. L’expression « la paix de Dieu (v.7) / « le Dieu de la paix » (v. 9) exprime l’essentiel du don de Dieu aux hommes. Ce don se manifeste dans la communauté comme fruit de l’Esprit (Rm 8,6). L’expression la plus forte apparaît ici : dans la confiance et la remise de soi totale à Dieu, par la prière et l’action de grâce, le chrétien reçoit « une paix qui surpasse toute compréhension ». La lettre aux Éphésiens insistera sur la paix comme réconciliation : elle est l’œuvre du Christ réconciliant les ennemis – le Juif et le Grec – et faisant la paix dans sa chair sur la croix (Ep 2,14-17). On ne peut dire avec plus de force

Chapitre : LEXIQUE PAULINIEN 

que la paix est la vie même du Christ donnée aux hommes.

2 3  

Personne Rm 12,1

à lui offrir votre personne et votre vie en sacrifice saint

Il s’agit ici de l’homme tout entier dans son existence concrète, la personne. C’est par notre corps que nous sommes membres du Christ (1 Co 6,15).

Premier ressuscité Co 15,20 endormis)

le premier ressuscité (prémices de ceux qui se sont


Le crucifié est déjà ressuscité comme les « prémices (aparchè) de ceux qui se sont endormis (du sommeil de la mort) ». Les croyants ressusciteront seulement après la fin des temps. Les lettres deutéro-pauliniennes présentent les chrétiens comme déjà ressuscités spirituellement dans le Christ (Col 2,12 et Ep 2,6). Sans gommer l’espérance chrétienne, elles portent le regard surtout sur les biens d’un salut déjà en notre possession. Paul tient davantage compte de l’avenir du salut.

Promesses Rm 9,4

Les promesses de Dieu

Chez Paul, l’auteur de la promesse est toujours Dieu le Père. La promesse de base est la bénédiction initiale accordée à Abraham et à sa descendance. À David, Dieu promet un descendant dont il assurera « pour toujours » la royauté : « Je serai pour lui un père et il sera pour moi un fils » (2 S 7,14).

Puissances Rm 8,38

ni les esprits ni les puissances

Les contemporains de Paul attachaient beaucoup d’importance à des puissances cosmiques intermédiaires entre la divinité suprême et notre monde. Paul énumère dans ces versets une liste de forces angéliques ou démoniaques pouvant être hostiles à l’homme. Ce qui compte pour l’apôtre, c’est l’absolue supériorité du Christ. La résurrection a scellé la victoire sur les puissances par excellence que sont la mort et le péché. Même si notre Chapitre : LEXIQUE PAULINIEN 

langage supporte difficilement la cosmologie impliquée par la personnification

2 4  

de ces puissances, il reste que Jésus a montré que l’amour était plus fort que la mort et le péché.

Réconciliation Rm 11,15

le monde a été réconcilié [avec Dieu]

Le terme grec employé pour dire la « réconciliation » (katallasso) se réfère à une reconstruction ou à un entier renouvellement. Le radical grec appelle, en


effet, l’idée d’un changement de situation. Tels ces anciens esclaves qui, après le décret de Jules César lors de la complète reconstruction de Corinthe, commencent une nouvelle vie de citoyen. Le mot, non valorisé religieusement jusque-là dans l’hellénisme, prend chez Paul une résonance nouvelle : il s’agit d’une vie à reprendre dans un contexte nouveau.

Réintégrer Rm 11,15

quand ils seront réintégrés

Le terme grec pour dire la « réintégration » (proslèmpsis) suggère la pensée d’une « addition » nouvelle. Après la mise à l’écart d’Israël peut venir sa réintégration, à la manière d’une résurrection des morts. Une telle séparation et mise à l’écart a provoqué le surgissement d’une nouvelle création chez les Nations par la mission chrétienne. De ce mal a surgi le bien des Nations. Mais s’il y a eu séparation et retournement de la situation en faveur des Nations, qui peut dire si Dieu n’opérera pas encore un autre retournement de situation ? L’Apôtre résout le cas théologique de l’Israël qui n’accepte pas encore le Christ à l’aide de cette dialectique. Il va d’ailleurs poursuivre l’argument en l’appliquant aux nations, ainsi menacées d’un autre retournement possible de la part de Dieu.

Rejet Rm 11,15

quand ils ont été mis à l’écart (leur rejet [est] réconciliation

du monde) Chapitre : LEXIQUE PAULINIEN 

Ce nom (apobolè) a le sens de « mise à l’écart », « soustraction » mais non

2 5  

pas d’une chute irréversible.

Ressusciter 1 Co 15,20

Le Christ est ressuscité d’entre les morts

Le verbe grec égerein a pour premier sens « se dresser », d’où « se réveiller ». Il permet à Paul de souligner la nouveauté et le réalisme de la résurrection.


L’Apôtre insiste sur ce motif pour dire tout à la fois le réalisme de la résurrection et la distance ou la discontinuité entre la vie d’aujourd’hui et le « corps spirituel » (1Co 15,12s et 35s).

Sacrifice Rm 12,1

à lui offrir votre personne et votre vie en sacrifice saint

Le terme grec thusia a un sens exclusivement cultuel, chez les Grecs comme dans la Septante. La spiritualisation apparaît déjà dans le Ps 51 (50), 19 : « le sacrifice qui plaît à Dieu, c’est un esprit brisé ».

Sagesse Rm 11,33

la sagesse (sophia) et la science (gnosis) de Dieu !

L’infidélité d’Israël elle-même, en dépit des apparences, est tout entière ordonnée au dessein salvifique de Dieu en faveur de son peuple (Rm 9,17). Tel est l’enseignement central de Paul dans ls chapitres 9–11. Cet enseignement se résume dans un cri d’admiration : Dieu est capable de faire servir jusqu’au péché des hommes à leur propre bien. C’est ce qu’il nomme la « sagesse » de Dieu : celui-ci ne veut pas le péché mais il est capable de le faire entrer dans son plan de salut.

Saints Rm 8, 27

il sait qu’en intervenant pour les fidèles (litt. « Les saints »)

Chapitre : LEXIQUE PAULINIEN 

l’Esprit veut ...

2 6  

Dans l’A. T., le saint est celui que Dieu consacre pour son service. En Christ, les croyants sont sanctifiés, mis à part par l’appel de Dieu. Ils sont donc saints. Sans être pour autant meilleurs que les autres, ils sont appelés à percevoir jour après jour dans leur vie quotidienne cette sanctification reçue du Christ et à en vivre plus intensément.


Science Rm 11,33

la sagesse (sophia) et la science (gnosis) de Dieu !

L’infidélité d’Israël elle-même, en dépit des apparences, est tout entière ordonnée au dessein salvifique de Dieu en faveur de son peuple (Rm 9,17). Tel est l’enseignement central de Paul dans ls chapitres 9–11. Cet enseignement se résume dans un cri d’admiration : Dieu est capable de faire servir jusqu’au péché des hommes à leur propre bien. C’est ce qu’il nomme la « sagesse » de Dieu : celui-ci ne veut pas le péché mais il est capable de le faire entrer dans son plan de salut.

PROPOSITINS PRIERES  L’Hymne à la charité (1 Co 13, 1-8)

Chapitre : LEXIQUE PAULINIEN 

2 7  

J’aurais beau parler toutes les langues de la terre et du ciel, si je n’ai pas la charité, s’il me manque l’amour, je ne suis qu’un cuivre qui résonne, une cymbale retentissante. J’aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu, et toute la foi jusqu’à transporter les montagnes, s’il me manque l’amour, je ne suis rien. J’aurais beau distribuer toute ma fortune aux affamés, j’aurais beau me faire brûler vif, s’il me manque l’amour, cela ne me sert à rien. L’amour prend patience ; l’amour rend service ; L’amour ne jalouse pas ; Il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil ; Il ne fait rien de malhonnête ; Il ne cherche pas son intérêt ; il ne s’emporte pas ; Il n’entretient pas de rancune ; il ne se réjouit pas de ce qui est mal, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai ; Il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout. L’amour ne passera jamais.


Vivre en communauté chrétienne (2Co 13, 11­13)  Frères, soyez dans la joie, Cherchez la perfection, Encouragez-vous, Soyez d’accord entre vous, vivez en paix, Et le Dieu d’amour et de paix sera avec vous. Exprimez votre amitié En échangeant le baiser de paix. Tous les fidèles vous disent leur amitié. Que la grâce du Seigneur Jésus Christ, L’amour de Dieu t la communion de l’Esprit Saint soient avec vous tous.

Prière à Saint Paul   

Glorieux saint Paul, Apôtre plein de zèle, Martyr par amour du Christ, obtiens-nous une foi profonde, une espérance ferme, un amour brûlant pour le Seigneur afin que nous puissions dire avec toi : ’’Ce n’est plus moi mais le Christ qui vit en moi’’. Aide-nous à devenir des apôtres qui servent l’Eglise avec une conscience pure, des témoins de sa grandeur et de sa beauté au milieu des ténèbres de notre temps. Avec toi nous louons Dieu notre Père, ’A lui la gloire, dans l’Eglise et dans le Christ pour tous les âges et tous les siècles.’ Amen

Chapitre : LEXIQUE PAULINIEN 

(Source : http : //catholique-nanterre.cef.fr)

2 8  

Saint Paul  

Voici en quelques pages la vie de Saint Paul, un lexique des mots utilisés par lui avec un éclairage de sens ainsi que des prières. Vous tro...