Issuu on Google+

PRESSE/WEB


http://www.francofolies.com/programmation/concert.aspx?id=9641


http://www.atuvu.ca/serie.php?sid=506


http://www.cyberpresse.ca/actualites/200809/08/01-667162-un-scenario-inimaginable.php

Pendant une heure, un groupe de Montréal, Deya, a interprété des chansons reggae, dont une du regretté leader des Wailers, sa célèbre "Rebel Music". Et le plus étonnant, c'est que la salle était pleine comme un oeuf, qu'une vingtaine de personnes ont dansé au pied de la scène et que les autres ont semblé apprécier cette rare incursion de la musique jamaïcaine en terre saguenéenne. Si la pluie a incité maints visiteurs à jeter un oeil dans la bâtisse, le fait que la plupart soient restés témoigne de la qualité des interprétations. Le groupe, qui comprend huit personnes, n'avait jamais chanté dans la région. Or, dès le coup d'envoi, par l'entremise d'une composition baptisée "Moyen-Orient", il a fait la preuve de son sérieux. La basse ronronnait, complice de la guitare et des percussions. Le beat qui en résultait correspondait à l'idée qu'on se fait du reggae, tout comme le travail des deux choristes dont les harmonies vocales, autant que les mouvements dansants, revendiquent une lointaine parenté avec ceux des I-Threes qui accompagnaient Marley dans les années 70. Comme l'a expliqué Nicolas, le chanteur, le reggae permet d'exprimer une forme d'engagement non-violent, d'où la décision de Deya d'opter pour ce mode d'expression. Il le fait parfois en français, mais hier, les paroles étaient difficiles à saisir, par moments. Néanmoins, quelques bribes de messages ont été bien captées par l'auditoire, qui comprenait de 150 à 200 personnes. Ainsi, sur une pièce d'Alpha Blondy intitulée "Brigadier Sabari", il est question d'une opération Coup de poing menée par la police de la Côte d'Ivoire il y a quelques décennies. Sans connaître le contexte, juste pour la beauté du rythme, des dizaines de spectateurs ont scandé "Opération Coup de poing" plusieurs fois, à la demande du chanteur. Il a aussi été question d'Haïti et du Brésil grâce à des compositions livrées en créole et en portugais, ainsi que d'un thème familier de ce côté-ci du parc des Laurentides: la déforestation. "On a vu des paysages extraordinaires en venant chez vous. Ça ne nous tente pas de retourner à Montréal", a confié Nicolas avant de proposer "une chanson sur les arbres". Alors que certains rêvent de compliquer l'accès aux études supérieures (pour ne prendre qu'un exemple au hasard), il est rafraîchissant de constater qu'au Québec, il y a encore des jeunes qui chérissent d'autres valeurs que celles qui tiennent dans un bilan comptable. Juste pour ça, les membres de Deya méritent une gommette.

Des visiteurs persistants Il a cessé de pleuvoir pendant le spectacle de Deya, si bien qu'au milieu de l'après-midi, le site de la zone portuaire a fait le plein de visiteurs. Malgré le ciel menaçant, une réalité à laquelle est confronté le festival depuis jeudi, on constate que les amateurs de musiques du monde ne sont pas faits en chocolat.

...


http://www.cyberpresse.ca/arts/musique/201001/15/01-939364-haiti-une-chanson-pour-la-cause.php

Les membres du groupe reggae montréalais Deya, finalistes des 13es Francouvertes en 2007, ne pouvaient rester insensibles à la tragédie qui frappe Haïti. Nik Myo, chanteur de Deya qui s'exprime en français et en créole dans ses chansons, a grandi dans ce pays frappé par le tremblement de terre. Le groupe a donc monté une page web (deyamusic.tumblr.com) à partir de laquelle on peut télécharger une touchante version acoustique inédite de Haïti pas fini, collaboration entre Deya, le réputé guitariste Toto Laraque - l'oncle de Nik Myo - et le rappeur Drê-D, aussi de racines haïtiennes. Recevez, mais donnez, aussi: le groupe offre sa chanson en téléchargement gratuit, mais invite les Québécois à faire un don au CECI, à YELE (l'organisation caritative fondée par Wyclef Jean), Oxfam ou la Croix-Rouge canadienne.


http://tounesetmusique.blogspot.com/2010/01/deya-sensibilisation-et-musique.html


http://www.flashquebec.info/nouveau/deya-du-bon-reggae-aux-bobards/



DEYA - Dossier de presse (section presse)