Page 1

Bienvenue chez vous ! habitat

Construire demain, durablement 2012

nouveau

grand

Angle

l’actualité économique de la montagne thiernoise > n° 10 - juillet

Proximité

Combe Après Guillaume Stéphanie (Planet’fleurs), et Séverine Muzeau (Ludibois) Grand Guilhem (Ongla’dom), nouveau Angle dresse à trois jeunes le portrait de installés à entrepreneurs La Monnerie-le-Montel, et Saint-Victor-Montvianeix territoire peut Chabreloche. Le grâce à croire en son avenir contribuent à ces jeunes qui économique, relancer l’activité notamment en développant De de proximité. des commerces joue son côté, la Communauté rôle : en relançant elle aussi son Monnerie, le marché de La édition de dont la première (le 11 mai la nouvelle formule un vif succès, dernier) a connu qu’il est possible elle a démontré Preuve d’inverser les tendances. que l’on que c’est en innovant avancer les peut aussi faire

rapido

etc. entre terre & couteaux

Pôle enfance jeunesse tourisme

choses.

Passionnée de

lecture, Céline

a choisi L’enfant

de l’Océan de

Frédéric Adolph.

> la monnerie

Sur le chemin de

Céline Rousselle

Christian Genest, Vice-Président

journal édité de communes par la communauté thiernoise de la montagne : la publication directeur de Paul Rodier, Président rédaction : Jérôme Kornprobst

grandangle@agencek.com conception :

www.oxygene-graphisme.com

la librairie-presse 30 ans, a repris Céline Rousselle, er plein la tête. Depuis le 1 février, a déjà de nouvelles idées Elle à vendre, de La Monnerie. ce commerce était en

L

missions en intérim Céline j’en ai donc immédiatement e sourire de Céline mon qualité de secrétaire, parlé à Grégory, d’avoir Rousselle fait plaisir incitée à avait le sentiment à conjoint. Il m’a question. à voir et invite six mois de fait le tour de la petite me renseigner… achat, entrer dans la « Accueil, service aujourd’hui, c’est « Sur je n’avais pas démarche et librairie rebaptisée service clients… ! ». ». Pour toute ma vie devenu réalité le chemin du livre envie de passer d’origine, un stage derrière un cette thiernoise Après avoir suivi professionnelle petits grossesses formation maman de deux bureau. » Deux à la CCI et une et demi plus auprès garçons de 6 ans et un congé parental à ses frais à Bron à de et 5 ans et résidant la crise étant passée du CEFODIP (Centre depuis six tard, maman métiers de Celle-sur-Durolle par là, la jeune formation aux est un à son grand désarroi la diffusion de la presse), ans, le commerce « Je suis réalise de véritable atavisme. combien il lui serait Céline a bénéficié et nièce de de de retrouver un petite-fille, fille l’ACCRE (reconversion toujours eu compliqué à ses chômage commerçants, j’ai job correspondant chose il y a eu ce ses indemnitésdépart), du envie d’avoir quelque pro de attentes. Et puis bac >>> « J’ai vu que en capital à moi. » Après un coup de destin. longues secrétariat et de

<I

Dans ce numéro, Grand Angle, le supplément éco de la CCMT

n°21 // juillet 2012 // bulletin d’information de la Communauté de communes de la Montagne Thiernoise // www.ccmt.fr

Projet éducatif territorial

Les écoles donnent le « la »


2 // sommaire

sommaire

7

9 grand Angle

l’actualité économique e de la montagn thiernoise > n° 10 - juillet

2012

Proximité

Combe Après Guillaume Stéphanie (Planet’fleurs), et Séverine Muzeau (Ludibois) Grand Guilhem (Ongla’dom), nouveau Angle dresse à trois jeunes le portrait de installés à entrepreneurs ontel, La Monnerie-le-M ntvianeix et Saint-Victor-Mo territoire peut Chabreloche. Le grâce à croire en son avenir contribuent à ces jeunes qui économique, relancer l’activité notamment en développant De de proximité. des commerces joue son côté, la Communauté rôle : en relançant elle aussi son Monnerie, le marché de La édition de dont la première (le 11 mai la nouvelle formule un vif succès, dernier) a connu qu’il est possible elle a démontré Preuve d’inverser les tendances. que l’on que c’est en innovant avancer les faire aussi peut

rapido

I-IV

Passionnée de

lecture, Céline

> la monnerie

a choisi L’enfant

de l’Océan de

Frédéric Adolph.

in de

Sur le chem Céline Rousselle sse la librairie-pre 30 ans, a repris Céline Rousselle, er plein la tête. Depuis le 1 février, a déjà de nouvelles idées Elle à vendre, de La Monnerie. ce commerce était en

L

missions en intérim Céline j’en ai donc immédiatement e sourire de Céline mon qualité de secrétaire, parlé à Grégory, d’avoir Rousselle fait plaisir incitée à avait le sentiment à conjoint. Il m’a question. à voir et invite six mois de fait le tour de la petite me renseigner… achat, entrer dans la « Accueil, service aujourd’hui, c’est « Sur je n’avais pas démarche et librairie rebaptisée service clients… ! ». ». Pour toute ma vie devenu réalité le chemin du livre choses. envie de passer d’origine, un stage derrière un cette thiernoise Après avoir suivi professionnelle Christian Genest, petits grossesses formation t maman de deux bureau. » Deux à la CCI et une Vice-Présiden et demi plus auprès garçons de 6 ans et un congé parental à ses frais à Bron à de et 5 ans et résidant la crise étant passée du CEFODIP (Centre le depuis six tard, la jeune maman métiers de Celle-sur-Durol aux là, par journal édité formation est un de communes à son grand désarroi la diffusion de la presse), ans, le commerce par la communauté « Je suis réalise thiernoise de de la montagne véritable atavisme. combien il lui serait : Céline a bénéficié un et nièce de la publication petite-fille, fille directeur de compliqué de retrouver (reconversion de eu l’ACCRE Paul Rodier, Président toujours à ses chômage commerçants, j’ai job correspondant rédaction : chose il y a eu ce ses indemnitésdépart), du envie d’avoir quelque pro de attentes. Et puis Jérôme Kornprobst bac ncek.com >>> « J’ai vu que en capital à moi. » Après un grandangle@age coup de destin. longues de et conception : secrétariat aphisme.com www.oxygene-gr

10 L’actu en bref  Budget 2012

13 4 6

Pôle enfance jeunesse tourisme

Bienvenue chez vous !

7

Enfance

RAM : Favoriser les bonnes relations entre parents et assistantes maternelles 9 jeunesse

Musique : les écoles donnent le « la » 10 économie

Grand Angle, l’actualité économique en montagne thiernoise I-IV entre terre & couteaux n°21 // juillet 2012

<I

16 habitat

Construire demain, durablement à Chabreloche, l’éco-quartier du Renard à l’étude

13 15

tourisme

Gîte d’étapes de Rochemulet, une nuit au bout du monde

16

culture

Photo : le cyanotype, une révélation ! Théâtre : effroyablement beau

18 19


édito // 3

édito Bienvenue aux « Chatilles » « Les Chatilles » est le nom retenu parmi toutes les propositions pour l’EHPAD (maison de retraite) de La Monnerie. C’est un clin d’œil au passé puisque ce nom désigne les chutes métalliques bien connues en coutellerie. Une fois encore, la Montagne Thiernoise puise dans ses racines pour construire son avenir. Ce grand chantier va débuter, tout comme celui de l’ALSH (Centre de Loisirs) à Arconsat pour compléter l’offre de services sur notre territoire, alors que s’achève la réalisation du pôle Enfance-Jeunesse et Tourisme. Personnes âgées, tourisme, loisirs, jeunesse, mais aussi habitat, cadre de vie… Forte du dialogue avec ses partenaires du secteur économique, agricole ou forestier, la Communauté de Communes de la Montagne Thiernoise Paul Rodier président de la Communauté de communes de la Montagne Thiernoise

connaît ses besoins et investit de façon réfléchie, afin que personne ne se sente abandonné. Depuis 1994, patiemment nous avons construit en unissant nos forces pour dépasser nos faiblesses et nous avons sans cesse cherché à améliorer vos conditions de vie. Dans cette œuvre collective, les associations ont apporté leur force et il est juste que nous leur apportions un soutien : l’agent d’accueil touristique leur consacrera une partie de son temps. Rassemblés, maintenons le cap et continuons de construire l’avenir.

Au siège administratif Anne Bertho, animatrice en charge de l’enfance-jeunesse et de l’interculturalité. Christophe Castanié, directeur, en charge des politiques contractuelles. Marie-France Chalencon, comptable. Estelle Chambon, chargée de mission tourisme, culture et communication. Emmanuelle Chevalerias, accueil et secrétariat. Maléka Fournier, agent de développement local, chargée de la politique sociale et de l’habitat. Julien Lacroix, animateur en charge du développement économique et de l’emploi. Pierre-Emmanuel Mulot, chargé de mission environnement. Brigitte Rouchon, agent d’entretien. à l’accueil de loisirs sans hébergement La Source Florence Georges, animatrice. Céline Guédon, directrice-adjointe. Elodie Roger, directrice. Carole Sarry, secrétaire/comptable. Au pôle enfance-jeunesse et tourisme Marion Chastaing (absente sur la photo), agent d’accueil et d’animation. Marlène Emerard, directrice adjointe. Isabelle Ravalomanda (absente sur la photo), directrice.

Communauté de Communes de la

MONTAGNE THIERNOISE

Entre Terre & Couteaux Pont de Celles 63250 Celles-sur-Durolle Directeur de Publication : Paul Rodier Rédaction : Agence k’ - Clermont-Fd Conception graphique, PAO : www.oxygene-graphisme.com Crédit photo couvertures : © Jérôme Kornprobst Crédits photos : Agence K’, ingimage, CCMT. Impression : Color Team N° ISSN : 1635-3730 dépôt légal 2012

juillet 2012 // entre terre & couteaux n°21


4 // l’actu

en bref

Passerelle

Disparition

Dans le cadre du projet éducatif, le RAM organisait le 29 juin dernier une journée « Passerelle » avec l’école maternelle de Palladuc. Trois enfants du RAM ont ainsi pu découvrir leur future école pour la rentrée 2012.

En raison de difficultés récurrentes, l’association Melting Potes a été contrainte de cesser son activité. Les élus de la CCMT réfléchissent toutefois au maintien d’activités cruciales comme l’aide aux devoirs.

Parution Le guide des associations, en cours de réalisation, paraîtra comme prévu à l’automne 2012. Née à l’issue du 1er Forum des associations en 2011, l’idée de ce guide est de répertorier l’ensemble des associations du territoire.

Loisirs En charge de l’Accueil de Loisirs La Source, la CCMT a lancé la construction d’un nouveau bâtiment à Arconsat sur un terrain de 9 000 m2 afin de compléter son offre. Au cœur du projet éducatif territorial, l’ALSH offrira une superficie de 770 m2 de locaux (3-6 ans et 7-12 ans) pour 1 000 m2 d’espaces extérieurs. Répondant aux principes dits HQE (Haute Qualité Environnementale), ce bâtiment a demandé un investissement prévisionnel de 2 006 555 € H.T. subventionné à 60 % par le Conseil général du Puy-de-Dôme, la Région Auvergne, la CAF et le FEDER. Fin des travaux prévue pour l’automne 2013.

Les Chatilles Le choix des entreprises pour construire la future maison de retraite a été arrêté. Les travaux commenceront en juillet pour une durée de 22 mois environ. Le montant total du marché de travaux s’élève à 5 193 107,01 € HT.

Jeu de mains Du 26 mars au 18 mai dernier, la CCMT exposait les clichés d’Évelyne Deveaux. L’exposition « Histoire de mains » présentait les prises de vue réalisées par la photographe de l’automne 2010 au printemps 2011 à la résidence Chandalon dans le cadre des activités de l’Association Les Amis de Chandalon et avec la participation du RAM.

Après avoir lancé un appel à idées, le nom retenu est Les Chatilles, nom donné aux chutes métalliques issues de la coutellerie.

Mise aux normes Propriétaire du Centre Artistique de la Montagne Thiernoise à La Montférie (Viscomtat), la CCMT a effectué des travaux de mise en sécurité incendie du bâtiment, achevés à la fin du printemps, pour un montant de 45 320 € H.T. Pour mémoire, ce bâtiment accueille depuis septembre 2010 l’association gymnastique et trampoline de la Montagne thiernoise.

FISAC Après avoir réhabilité la zone d’activités de Racine, les élus ont souhaité porter leur action économique en direction des commerçants et artisans avec l’appui du FISAC (Fonds d’Intervention pour les Services l’Artisanat et le Commerce). L’objectif est de financer des actions qui permettent de préserver et développer un tissu d’entreprises de proximité. Aussi, une étude est en cours pour revoir toute la signalétique d’entreprises sur la Montagne Thiernoise ; des outils de promotion des activités locales (annuaire d’entreprises, salons…) verront bientôt le jour. Enfin, si l’état donne un avis favorable au dossier, la CCMT pourra, comme dans le cadre de l’opération Habitat, financer des projets d’investissement d’entreprises relatifs à la modernisation, à la sécurisation et la mise en accessibilité des locaux.

entre terre & couteaux n°21 // juillet 2012


l’actu en bref // 5

nouveau

Au fil des lames et de la Durolle

La commune de La Monnerie-le-Montel vient de lancer son marché du vendredi. Nouveau jour, nouvel horaire (16h19h), nouvel emplacement et nouveaux commerçants : l’inauguration, vendredi 11 mai, a connu un vif succès. (lire Grand Angle).

La quatrième édition du salon « Au fil des lames et de la Durolle » se tiendra au stade de La Monnerie-leMontel les 28 et 29 septembre 2012. Rappelons que l’édition 2011 avait réuni 170 exposants et 2 000 visiteurs. Les passionnés de couteaux et les curieux pourront une nouvelle fois assister à des démonstrations de forge et participer à des ateliers de montage.

Valorisation

Nouveauté cette année : des concours culinaires à destination des professionnels et amateurs.

La première phase des travaux de réaménagement autour de la traverse de la D2089 comprendra l’enfouissement des réseaux et devrait débuter d’ici à la fin de l’année 2012. La reconfiguration de l’éclairage public devrait suivre. Rappelons que cette vaste opération a pour objectif final la réhabilitation et la valorisation de la Durolle.

Le coin de la forêt Voirie forestière Financées entièrement par l’état, l’Europe, le Département et la Communauté de Communes, les opérations de création de voiries forestières ont pour objectif de permettre l’accès des grumiers aux parcelles forestières en vue de leur gestion. Le tracé frontalier de 2 km entre Sainte-Agathe et Viscomtat, au niveau de la Croix de Loupeux, est en cours de chantier avec une phase de terrassement et d’assainissement terminée, et des travaux d’empierrement qui devraient s’achever cet été. Prochaine étape : le chemin des Vernières (Viscomtat – Chabreloche – Celles-sur-Durolle) avec un démarrage espéré des travaux en octobre prochain.

Réglementation de l’utilisation de la voirie forestière Essentielle pour la bonne gestion des parcelles forestières, l’utilisation

de la voirie forestière est soumise à réglementation. En effet, les communes de la Montagne thiernoise ont pris un arrêté municipal pour leur bonne utilisation. Ainsi, tout chantier d’exploitation forestière doit faire l’objet d’une déclaration (courrier, mail, téléphone…) auprès de la mairie concernée. Cette déclaration doit être effectuée par le propriétaire puis l’exploitant et préciser la quantité de bois à exploiter, les différentes entreprises chargées d’intervenir sur le chantier, les dates de début et de fin de débardage et des dépôts, les zones de dépôt ainsi que les chemins et voies utilisées. En complément de cette déclaration, il pourra être établi un état des lieux avant et après le chantier, à la demande de la mairie ou de l’exploitant. Cette réglementation est une mesure indispensable pour préserver les voies communales et les chemins ruraux.

Réglementation des boisements En cours de révision, les nouvelles réglementations des boisements de Palladuc, Celles-sur-Durolle,

La-Monnerie-le-Montel, Arconsat, Viscomtat, Chabreloche et Ste-Agathe seront effectives dès cet automne. Elles ont pour objet de concilier le cadre de vie avec les activités forestières et agricoles en définissant les parcelles dont le boisement sera interdit, réglementé ou libre. Objectif : permettre le juste équilibre entre habitation, agriculture et forêt.

Subventions Le département du Puy-de-Dôme poursuit son programme d’aides destinées aux propriétaires forestiers. Achat de nouvelles parcelles, gestion sylvicole durable (dépressage, élagage, première éclaircie, reboisement…), suppression de boisements gênants, toutes les aides sont répertoriées dans le guide des aides forestières 2012 disponible à la CCMT et sur le site web www.ccmt.fr. Pour toute demande, contactez Pierre-Emmanuel Mulot au 04 73 51 88 23.

juillet 2012 // entre terre & couteaux n°21


6 // l’actu

en bref

Plus d’investissements

malgré des ressources en baisse Le conseil communautaire organisé à Palladuc le 27 mars était consacré à la présentation du budget 2012. Il a été adopté à l’unanimité. Réalisé dans le cadre de la mise en place de la réforme fiscale, ce budget montre que pour la deuxième année consécutive, la communauté vivra sur des ressources autres que la TP (Contribution Économique Territoriale, Contribution sur la valeur ajoutée des entreprises, Taxe Habitation, Taxe Foncier Non Bâti, Taxe sur les surfaces commerciales, Impôt sur les entreprises de réseaux et diverses compensations).

Ressources de la communauté en 2012 4 247 038  € 26%

11% 63%

Impôts, taxe ordure ménagère et taxe séjour Subventions et dotations Autres ressources

Dépenses de fonctionnement en 2012 4 247 038  € 33%

35 30 25 20

20% 21% 13%

15 10

6%

5

2%

5%

Paul Rodier : Avec 4 830 701 € d’investissements, l’augmentation est effectivement de 14,9 % et due à la réalisation de l’Ehpad de La Monnerie. Pour le fonctionnement, (4 247 038,80 €), l’explication repose sur la nécessité de virer plus d’argent vers la section d’investissement (340 232 € pour 2012 contre 75 778 € en 2011) ainsi que sur l’augmentation des charges de personnel pour faire fonctionner les nouveaux équipements (+16 %). Malgré tout, les dépenses de personnel ne représentent que 20 % des dépenses réelles de fonctionnement.

Comment la communauté a-t-elle financé ces investissements ? Paul Rodier : Nous avons fait appel à l’emprunt pour le pôle enfance et l’Ehpad car la dette de la communauté est faible à ce jour. Le total encourt des dettes en 2012 est de 481 306 € soit 60 € par habitant. Le total de l’annuité des dettes en 2012 est de 47 500 €.

Des ressources en baisse, une explication ?

0

Paul Rodier : Les contributions et les dotations provenant de l’État sont en baisse de 2 % avec 1 805 669 € contre 1 846 039 € en 2011. La dotation de compensation est en baisse de 1 % ce qui représente 11 332 €.

Personnel Ordures ménagères Reversement aux communes Virement budgets annexes Autres charges Subventions aux associations

Quels seront les taux appliqués concernant la taxe d’habitation, la CET (Contribution économique Territoriale) et la TFNB (Taxe Foncière sur le Non-Bâti) ?

Dotations aux amortissements

Projets d’investissement 2012 5 883 159  € 12%

Le budget 2012 affiche une augmentation de 8,5 % pour le fonctionnement et de 14,9 % pour les investissements. Comment expliquer ces hausses ?

Paul Rodier : malgré ces hausses d’investissement et de fonctionnement, les élus communautaires ont souhaité ne pas augmenter les taux de TH (taxe d’habitation), de CET et de TFNB.

5%

1% 2%

34%

31%

3%

Les taux proposés (recalculés dans le cadre de la réforme de 2010) seront de 21,53 % pour la contribution foncière des entreprises, 8,96 % correspondant à la fraction du taux lié au transfert de TH, 3,97 % correspondant à la fraction du taux lié au transfert de TFNB et 14,50 % correspondant à la TEOM.

12% Zones activités Pôle enfance et jeunesse Voirie forestière Autres dépenses Maison de retraite de la Monnerie

Concernant la TEOM (Taxe Enlèvement des Ordures Ménagères), la CCMT prendra à sa charge la somme de 34 931 € sur son propre budget pour équilibrer recettes et dépenses.

Aides à l'habitat Valorisation paysage Construction centre de loisirs

entre terre & couteaux n°21 // juillet 2012


enfance jeunesse tourisme // 7

Pôle enfance jeunesse tourisme

Bienvenue chez vous ! Le 24 mai 2011, la première pierre du pôle enfance-jeunesse et tourisme était symboliquement posée par Jean-Yves Gouttebel, président du Conseil général et Paul Rodier, président de la CCMT. Le 1er octobre prochain, ce bâtiment de 900 m2 planté sur près de deux hectares de terrain ouvrira officiellement ses portes au public. Multi-accueil et RAM pour la petite enfance, espace jeunesse pour les ados, tourisme… Ce pôle proposera une large palette de services à la population. Visite guidée. Côté route, tourisme et jeunesse En rejoignant le pôle depuis la route D2089, vous aurez accès à l’espace tourisme et jeunesse. 1 - Le pôle tourisme Ce vaste accueil touristique aura pour vocation d’être une véritable vitrine du territoire en offrant un espace de documentation pour tout savoir sur l’hébergement, les activités nature, les spectacles, les animations (espace d’affichage)… Marion Chastaing, qui vient d’être recrutée, se chargera de vous aiguiller dans vos recherches. C’est également ici que seront désormais présentées les expositions des nombreux artistes locaux et que vous pourrez vous procurez vos billets de spectacles dans le cadre de la saison culturelle. Ce lieu sera enfin le lieu de rencontre et d’échange avec les membres associatifs du territoire.

2- Le pôle jeunesse est l’une des nouveautés majeures proposées par ce pôle. Cet espace réservé aux adolescents (12-17 ans) sera développé pour eux et avec eux. Il sera le prolongement de l’ALSH La Source, dédié aux plus grands, afin de répondre au mieux aux souhaits des adolescents. Le recrutement d’un animateur est prévu.

Côté jardin, le pôle petite enfance Accessible en voiture (parking de 23 places) ou à pied, le rez-de-jardin est l’espace dédié à la petite enfance.

1- Le hall d’accueil propose notamment un espace vestiaire avec un banc et des casiers nominatifs qui faciliteront la transition au cours de laquelle les enfants enlèvent leur manteau, mettent leurs chaussons… Ce hall dessert l’espace multi-accueil, à gauche, et le RAM à droite. Pratique : en entrant, sur la droite, un local à poussettes.

2- Le multi-accueil (type halte garderie et crèche) est doté d’une vaste salle d’activité de plus de 50 m2. Biberonnerie, salle de psychomotricité, espaces jeux et lecture ainsi que trois dortoirs complètent cet espace. Le multi-accueil sera dirigé par Isabelle Ravalomanda (directrice) et Marlène Emerard (directrice adjointe). Il pourra accueillir jusqu’à 12 enfants simultanément.

3- Le Relais Assistante Maternelle (RAM) accueillera les enfants et leurs assistantes maternelles dans une salle d’activités de près de 50 m2. Ce RAM sera animé par une Éducatrice de Jeunes Enfants dont le recrutement est en cours.

juillet 2012 // entre terre & couteaux n°21


8 // enfance

jeunesse tourisme Isabelle Ravalomanda, directrice du Multi-accueil

« Répondre aux besoins des familles » L’ENVIRONNEMENT Érigé entre la D2089 et la Durolle, le pôle soignera ses abords avec notamment un cheminement piéton prévu jusqu’à la Durolle, un espace pique-nique, un espace jeux pour les enfants du Pôle avec un petit potager et un verger. Enfin, la zone humide sera bien évidemment conservée et pourra faire l’objet de visites pédagogiques.

Le budget 2 200 000 euros financés à 60 % par le Conseil général (35 %), le Conseil régional (11,5 %), la CAF (9 %), l’Europe (2 %) et une subvention du Conseil régional liée à l’utilisation du bois (1,5 %).

Depuis le 2 mai dernier, Isabelle Ravalomanda met en place le fonctionnement du multi-accueil. Après sept années passées à celui de Marat (Pays d’Olliergues), cette éducatrice de jeunes enfants originaire de Saint-Pourçain-surSioule, devra veiller à ce que tout soit prêt pour le 1er octobre : démarches administratives, aménagement de l’espace, fournitures, restauration et recrutement. Avec Marlène Emerard, directrice adjointe et deux auxiliaires de puériculture, elles seront donc quatre personnes pour gérer ce multiaccueil. « Le multi-accueil débutera avec 12 places simultanées pour trois modes de garde : l’accueil régulier (type crèche), l’accueil occasionnel (type halte garderie) et l’accueil d’urgence. Les deux auxiliaires de puériculture seront en charge de l’accueil des familles et des enfants

Marion Chastaing, agent d’accueil et d’animation à l’espace touristique Recrutée comme agent d’accueil et d’animation à l’année au sein de cet espace, Marion Chastaing vient ainsi seconder Estelle Chambon, responsable de la politique touristique à la CCMT. Transfuge de l’office de tourisme

de la Vallée de l’Ance, Marion aura une double casquette : l’accueil et l’animation touristique et les relations avec le monde associatif du territoire. C’est elle qui sera notamment chargée de la réalisation du guide des associations (première parution à l’automne 2012) et de l’organisation du prochain forum (septembre 2013). En attendant l’ouverture du bâtiment, Marion Chastaing vous accueille à la CCMT.

et assureront leur bien-être et leur développement au quotidien. Avec Marlène, nous alternerons entre travail administratif et accueil des enfants. » Cette équipe aura ainsi pour mission de développer l’accueil collectif sur le territoire en complément de l’accueil individuel chez les assistantes maternelles ou les gardes à domicile : « Chaque mode de garde a sa raison d’être. L’objectif est surtout de répondre au plus près des besoins des familles. Nous sommes là pour accueillir tous les enfants et serons en mesure d’orienter les parents vers le RAM si nécessaire. » Réponse globale aux problèmes récurrents rencontrés par de nombreux parents, le multi-accueil devrait aussi favoriser l’implantation de nouvelles populations. « Nous répondrons aux besoins des enfants âgés de 10 semaines à 3 ans révolus. C’est un service essentiel pour de nouveaux habitants potentiels ; quand le problème de la garde des enfants est résolu, le plus dur est fait. Ce pôle sera une réussite, j’en suis persuadée. »

Jours et horaires d’ouverture 2012 : Du 9 juillet au 2 septembre et les vacances de Toussaint : du lundi au samedi (sf jeudi) : de 9 h 30 à 12 h  et de 13 h 30 à 18 h. Du 3 septembre au 30 septembre et du 11 octobre au 23 décembre (hors vacances Toussaint) : du mardi au samedi matin (sf jeudi) : de 9 h à 12h et de 14 h  à 17 h 30.

« La bonne santé d’un territoire se prépare de manière transversale : la qualité de vie compte, le dynamisme économique est important, la richesse associative et culturelle est essentielle, la capacité d’accueil en crèches ou à l’école est déterminante. Tout cela est lié. Avec ce pôle, une large palette de services est offerte à la population. » Olivier Chambon, vice-président de la Communauté de communes, président de la commission enfance-jeunesse.

entre terre & couteaux n°21 // juillet 2012


enfance // 9

RAM

Favoriser les bonnes relations entre parents et assistantes maternelles Quand on est jeune parent, la recherche d’un mode de garde puis les premiers contacts avec un(e) assistant (e) maternel (le), un(e) garde à domicile ou une structure ne sont pas toujours évidents. Alors le RAM a lancé le « Livret d’accueil du jeune enfant, pistes d’échange. »

P

aul Rodier, président de la CCMT, et Olivier Chambon, vice Président en charge de la commission enfance-jeunesse, ont présenté jeudi 2 février le « Livret d’accueil du jeune enfant, pistes d’échange ». Nouvel outil destiné à faciliter le premier échange entre

maternelle ou d’une garde à domicile. Pour Paul Rodier, « ce livret renvoie les parents à leurs responsabilités en leur donnant des éléments pour éviter quelques écueils dans leur recherche de garde d’enfants. » De son côté, Olivier Chambon estime que « ce livret peut permettre de bien démarrer une relation entre parents et professionnels de la garde d’enfants et de mieux connaître le travail de ces spécialistes de la petite enfance. »

Sur le dos de l’escargot

Le premier entretien

les professionnels de la petite enfance et les futurs parents-employeurs, ce livret illustré par les enfants aborde onze thématiques parmi lesquelles le sommeil, l’alimentation ou le doudou. « Nous avons décidé d’élaborer ce livret d’accueil du jeune enfant afin de faciliter les premiers échanges entre professionnels et parents employeurs. En effet, mieux se connaître est primordial afin de confier son « petit » en toute tranquillité, toute confiance. Ce document aborde différentes thématiques — la période d’adaptation, le sommeil, l’hygiène corporelle… — et propose des pistes de dialogue lors des premières rencontres. Cet outil n’a pas de valeur contractuelle mais constitue un plus dans les relations entre parents et professionnels de l’accueil du jeune enfant. », explique Marlène Emerard, responsable du RAM et à l’origine du projet. Ce livret est disponible gratuitement dans les mairies du territoire et sera fourni aux nouveaux parents en recherche d’une assistante

Pour faire suite à cette initiative, le RAM a organisé dans les locaux de la CCMT le 26 avril dernier une table ronde animée par la psychologue Jacqueline Imbert, sur le thème du « Premier entretien entre parents et assistantes maternelles ». À destination des assistantes maternelles et parents employeurs du territoire, cette soirée entrait dans le cadre de la mission du RAM pour la professionnalisation des assistantes maternelles. Au programme : le premier contact téléphonique et le premier entretien. « Adopter une attitude positive et professionnelle, savoir se présenter et mettre en avant certains points comme une formation, une participation active au RAM, le respect d’une éthique professionnelle… sont autant d’atouts à faire valoir », résume Jacqueline Imbert. Chaque assistante maternelle doit en effet pouvoir séduire ses futurs employeurs en exposant ses motivations pour cette profession, en décrivant les tâches professionnelles quotidiennes, en présentant sa famille… Rien d’insurmontable, mais autant s’y préparer.

Le 5 avril, la troupe Lililabel a présenté son spectacle « Sur le dos de l’escargot » devant des enfants médusés par la poésie de Françoise Glière et Jean-Michel Plasse. Musique, douceur, poésie… La compagnie Lililabel manie aussi bien le langage du corps que celui du verbe. Organisé dans le cadre de la saison culturelle de la CCMT, ce spectacle entièrement gratuit et adapté aux tout petits a conquis la trentaine de personnes présentes.

Contes de printemps Comme en 2011, l’association des Amis de Chandalon a organisé une séance de contes à l’occasion du printemps. Dix enfants, sept assistantes maternelles et neuf résidents ont ainsi pu écouter attentivement trois histoires et quelques comptines narrées par les bénévoles de l’ABLF (Association des Bibliothèques du Livradois Forez) avant de profiter d’une petite collation offerte par l’association.

juillet 2012 // entre terre & couteaux n°21


10 // jeunesse

Musique à l’école

Les écoles donnent le « la » Illustration des actions menées dans le cadre du Projet Éducatif Territorial, les séances animées par les musiciens intervenants en milieu scolaire ouvrent des horizons nouveaux pour les enfants des classes de primaire.

C

laire Mével et Antoine Parlange sont étudiants au CFMI de Lyon (Centre de Formation des Musiciens Intervenants) et ont effectué un stage de neuf mois dans les écoles de Palladuc, Viscomtat, La Monnerie-le-Montel et Celles-sur-Durolle dans huit classes au total. « Nous sommes d’abord musiciens et notre mission est de développer des actions pédagogiques

sur le terrain scolaire. Nous sommes des artistes à l’école et tentons d’emmener les enfants dans notre esthétique musicale. », explique Claire, accordéoniste et pianiste. Pour cette séance du vendredi à Celles, Claire commence avec les CE2, accordéon en bandoulière. L’objet fascine, les enfants adorent. « Nous travaillons par exemple sur des haïku, poèmes japonais très courts, qui nécessitent un travail important sur le souffle, sur la voix et nous nous appuyons sur des partitions contemporaines. » Des séances pointues, que les professeurs des écoles n’ont pas nécessairement la compétence ou le temps d’animer. Mais la complémentarité semble évidente. « Avec ma classe de CE2, j’en ai profité pour travailler aussi sur des haïku que l’on va mettre en scène. C’est une belle interdisciplinarité et la musique aide les plus inhibés à se livrer un

peu plus. Et puis un instrument, c’est beau, cela crée de l’échange. », confie Juliette qui participe à la séance avec ses élèves. « Il est vrai que dans le cadre de ce travail collectif, des enfants en échec scolaire peuvent trouver d’autres manières de fonctionner avec la musique, qui fait appel à une autre forme « d’intelligence » peut-être. Ils vont pouvoir alors s’exprimer, être écoutés, devenir curieux, s’affirmer davantage. » renchérit Claire. Chaque séance commence par un rassemblement pour participer à une écoute, déceler les instruments du Moyen-Âge ou les langues étrangères chantées comme le yiddish. Quels instruments ? Quelle organisation ? Un vrai travail d’investigation musicale. Claire raconte, partage, joue, chante face à son jeune public, conquis, émerveillé par ses doigts qui courent sur l’instrument. Puis c’est l’échauffement vocal, à l’occasion d’une ronde dans laquelle les enfants s’amusent à se lancer des sons : « Pour bien chanter, il faut savoir décontracter son corps tout en restant dans une certaine fermeté, être bien placé. L’échauffement est important. », explique la jeune Strabourgeoise de 22 ans. Le crescendo et le decrescendo n’ont plus de secret pour les écoliers et après la répétition de « Jean Doucement » dont la cinquième strophe était encore très approximative en ce 26 avril, la troupe studieuse est passée à l’exécution du haïku « Ici et là ». Chef d’orchestre du jour, Arthur distribue et reprend les sons aux trois groupes de chanteurs avec maestria. « Je passe au milieu des cercles, je leur donne la voix puis je repasse au milieu et je reprends les voix. Pour Lucas, c’est plus simple, je lui touche la tête pour qu’il démarre ou cesse le chant. Ce serait bien que les différents sons soient plus marqués, plus variés. » Une vocation est-elle née ? Pour Juliette, « cette répétition de haïku a été une belle séance. »

» suite page 15 entre terre & couteaux n°21 // juillet 2012


rapido

grand

Angle

l’actualité économique de la montagne thiernoise > n° 10 - juillet 2012

Proximité Après Guillaume Combe (Planet’fleurs), Stéphanie Muzeau (Ludibois) et Séverine Guilhem (Ongla’dom), Grand Angle dresse à nouveau le portrait de trois jeunes entrepreneurs installés à La Monnerie-le-Montel, Saint-Victor-Montvianeix et Chabreloche. Le territoire peut croire en son avenir grâce à ces jeunes qui contribuent à relancer l’activité économique, en développant notamment des commerces de proximité. De son côté, la Communauté joue elle aussi son rôle : en relançant le marché de La Monnerie, dont la première édition de la nouvelle formule (le 11 mai dernier) a connu un vif succès, elle a démontré qu’il est possible d’inverser les tendances. Preuve que c’est en innovant que l’on peut aussi faire avancer les choses.

Christian Genest, Vice-Président journal édité par la communauté de communes de la montagne thiernoise directeur de la publication : Paul Rodier, Président rédaction : Jérôme Kornprobst grandangle@agencek.com conception : www.oxygene-graphisme.com

Passionnée de lecture, Céline a choisi L’enfant de l’Océan de Frédéric Adolph.

> la monnerie

Sur le chemin de

Céline Rousselle Depuis le 1er février, Céline Rousselle, 30 ans, a repris la librairie-presse de La Monnerie. Elle a déjà de nouvelles idées plein la tête.

L

e sourire de Céline Rousselle fait plaisir à voir et invite à entrer dans la petite librairie rebaptisée « Sur le chemin du livre ». Pour cette thiernoise d’origine, maman de deux petits garçons de 6 ans et demi et 5 ans et résidant à Celle-sur-Durolle depuis six ans, le commerce est un véritable atavisme. « Je suis petite-fille, fille et nièce de commerçants, j’ai toujours eu envie d’avoir quelque chose à moi. » Après un bac pro secrétariat et de longues

missions en intérim en qualité de secrétaire, Céline avait le sentiment d’avoir fait le tour de la question. « Accueil, service achat, service clients… je n’avais pas envie de passer toute ma vie professionnelle derrière un bureau. » Deux grossesses et un congé parental plus tard, la crise étant passée par là, la jeune maman réalise à son grand désarroi combien il lui serait compliqué de retrouver un job correspondant à ses attentes. Et puis il y a eu ce coup de destin. « J’ai vu que

ce commerce était à vendre, j’en ai donc immédiatement parlé à Grégory, mon conjoint. Il m’a incitée à me renseigner… six mois de démarche et aujourd’hui, c’est devenu réalité ! ». Après avoir suivi un stage à la CCI et une formation à ses frais à Bron auprès du CEFODIP (Centre de formation aux métiers de la diffusion de la presse), Céline a bénéficié de l’ACCRE (reconversion de ses indemnités chômage en capital de départ), du >>> <I


> chabreloche >>> NACRE (prêt à taux 0) et de l’aide de Créa-Thiers par l’intermédiaire d’un autre prêt à taux 0. « Le prêt consenti par Créa-Thiers est l’équivalent de mon apport personnel. Ma seule obligation était d’accepter une marraine en la personne de Claire Castillo, ancienne expertcomptable. J’ai accepté cette condition sans le moindre

métier est rentré assez vite. » Quant à son développement, Céline Rousselle a déjà des idées. « Je suis d’une famille de pêcheurs et quand j’étais petite, je rêvais d’un commerce d’articles de pêche. Je vends déjà les cartes alors j’aimerais concevoir dans la boutique un coin pêche. J’ai déjà contacté des fournisseurs. » Dynamique

Petit Casino de Chabreloche

Légumes et

« Surtout, ne pas m’enfermer dans une routine. » souci, au contraire. Je ne connais pas tout mais je me sens moins seule. » Un bon coup de peinture et une rapide réorganisation du magasin et Céline était prête à ouvrir boutique. « On m’a demandé si j’avais poussé les murs tellement les clients ont été surpris. »

Surprendre le client Pour Céline, la journée commence à l’aube avec la réception du quotidien régional à 5 h 45 dont la livraison aux abonnés doit être assurée avant 8 heures. « Je m’appuie sur quelqu’un pour les 130 abonnés, je ne m’occupe que du centre bourg. » Car à 6 h 45, la boutique ouvre. Journaux, magazines, papeterie, livres, jeux à gratter, point photo, relais colis… Céline essaie d’offrir un maximum de choix d’articles. « Le plus dur a été d’organiser la journée avec les livraisons des fournisseurs. Mais le

et entreprenante – « le soir je suis épuisée mais ce n’est pas grave ! » – Céline a su se préserver deux après-midi dans la semaine pour sa famille. « C’était important pour moi. Je ferme les aprèsmidi des samedis et des dimanches. Les clients savent que j’ai des enfants et ils le comprennent. » Pour ce client habitué qui repart avec La Montagne sous le bras, « Céline a apporté une touche de fraîcheur et de jeunesse, un autre regard sur le magasin. C’est essentiel pour un commerce de proximité. » En septembre, Céline effectuera sa première rentrée scolaire, une période clé pour les fournitures en papeterie. Ensuite, il sera temps d’imaginer des idées de développement de l’activité. « Je regarde ce qu’il se fait ailleurs. Je ne veux surtout pas m’enfermer dans une routine, il faut toujours essayer de surprendre le client. Cette perspective me plaît, je suis bien contente. »

Sur le chemin du livre Céline Rousselle Rue de la gare à La Monnerie-le-Montel Ouverture du lundi au vendredi de 6 h 45 à 12 h 15 et de 14 h 45 à 19h, les samedis de 7h à 12 h 30 et les dimanches de 7h à 12h. Tél. : 09 75 92 13 03.

II >

Depuis septembre 2011, le Petit Casino de Chabreloche a trouvé ses nouveaux gérants. Séverine Brebion et Christophe Specque aiment leurs clients et ça se voit.

> saint-victor-montvianeix

Mehdi Dozissard

À

L’homme

29 ans, Mehdi Dozissard a lancé son entreprise en exploitation forestière. Basée à Saint-Victor-Montvianeix, l’EURL est spécialisée depuis octobre 2011 dans l’abattage mécanisé. « J’ai travaillé pendant huit ans dans cette filière puis j’ai eu envie de travailler pour moi. C’est plaisant. » Et pour Mehdi, il a fallu faire vite : « Je devais absolument me

lancer avant la fin 2011* sinon, j’aurais été contraint de retourner à l’école. Et pour être franc, je n’en avais pas envie. » Le jeune exploitant originaire de Thiers a donc fait jouer son expérience et bénéficié d’un prêt à taux zéro accordé par Créa-Thiers, « un coup de pouce pour une nouvelle entreprise. » Mais pour financer l’acquisition de son abatteuse, Mehdi a aussi été contraint de


poissons frais A

Petit Casino, Chabreloche Ouverture du lundi au samedi de 7h à 12 h 30 et de 15h à 19 h 30. Livraisons gratuites. Tél. : 04 73 94 22 30

u Petit Casino de Chabreloche, ce qui compte aujourd’hui, c’est l’accueil, le service. Derrière ce changement, Séverine Brebion, 31 ans, et Christophe Specque, 33 ans, multiplient les initiatives pour rendre le commerce plus attrayant. « À notre arrivée, le magasin était en fort ralentissement ; un magasin vide, ce n’est pas très engageant. Nous avons essayé de le remettre en place et de le garnir en mettant l’accent sur l’approvisionnement en fruits et légumes, et en développant davantage le dépôt de pain et de viennoiseries », explique Séverine. Puis il y a eu le fromage à la coupe (Laiterie Garmy à Orléat) ou encore le banc de poissons, chaque mercredi. « Ce type de produits nécessite une attention particulière mais la nouveauté a connu un vif succès. Il est d’ailleurs préférable de passer commande ! », sourit Christophe. Pas de rayon

des bois contracter un prêt bancaire. « Ce sont des investissements lourds et je pense déjà à investir dans une nouvelle machine, neuve cette fois. » Abattage, ébranchage, billonnage… Mehdi Dozissard passe le plus clair de son temps dans la forêt pour le compte de scieurs, gestionnaires de parcelles ou propriétaires particuliers. « Ces derniers ne représentent que 10 % de mes clients. Les plus nombreux sont

boucherie en revanche, « il y a deux bouchers à Chabreloche, chacun son métier. » Pour ce couple avec deux enfants, un commerce local de proximité a de l’avenir si la notion de service est au rendezvous : « Ici, la population a vraiment envie de conserver ses commerces locaux. La cantine se fournit chez les commerçants de Chabreloche, beaucoup d’associations aussi. À nous de jouer le jeu. C’est la raison pour laquelle nous développons la livraison gratuite pour nos clients. »

LE MERCREDI, C’EST JOUR DE POISSON Maître d’hôtel au Splendid à Châtel-Guyon, Christophe Specque avait déjà changé de vie professionnelle en rejoignant Séverine dans son commerce de fleurs à Riom. « C’est vrai, je ne suis pas hostile au changement. Ce que j’aime, c’est le contact avec les gens. » Et puis Séverine en a eu assez de vivre son

commerce de fleurs avec « l’angoisse perpétuelle de l’arrivée des factures. » Le couple s’est alors mis en tête de se relancer vers un projet commun. « Nous avons vendu le magasin, contacté Casino, effectué un stage en août 2011 et le groupe nous a proposé ce magasin. Cela a été très rapide et à Chabreloche, on est bien tombés. » Salariés du groupe Casino, Séverine et Christophe n’ont plus qu’à se concentrer sur la gestion de la boutique. « Nous pouvons nous impliquer dans la vie locale, créer des liens avec le monde associatif, Christophe avec Les Amis de Chandalon, moi avec les réunions de parents d’élèves… Nous avons même réussi à nous préserver une demi-journée par semaine chacun. Nous sommes très heureux de ce changement de vie. » Lola, quatre ans, vient de rentrer de l’accueil de loisirs… Une autre journée commence !

Contact : Mehdi Dozissard – 06 68 02 10 07

les scieurs, environ 60 % ». Issu d’une famille de forestiers, Mehdi Dozissard, qui peut abattre grâce à sa machine jusqu’à 200 m3 par jour, ne se voyait pas travailler dans un autre domaine. « J’aime être en pleine nature et je compte sur le bouche à oreille pour mon développement. » Si vous avez des coupes franches à faire ou des éclaircies à réaliser, vous savez ce qu’il vous reste à faire.

* depuis janvier 2012, il est obligatoire de suivre une formation de 6 mois.

juin 2012 // entre terre & couteaux n°21 < III


> brèves

14 // rubrique

> la monnerie-le-montel

Jour de marché à La Monnerie

Désormais, c’est le vendredi !

Il régnait une effervescence inhabituelle vendredi 11 mai rue de la gare à La Monnerie-le-Montel. Baignées par le soleil, les terrasses des cafés et la devanture de l’épicerie Casino locale avaient largement débordé sur le trottoir. C’était jour de marché et la fanfare locale s’égosillait ! Dans la rue, une dizaine de commerçants ambulants : vêtements, artisanat, fromages, maraîcher bio et même glacier… comme un air de vacances.

> Auberge

Depuis le 5 juin, Gisèle Fauron et Lionel Thévenet ont repris la gérance de l’auberge de la Louvière à Saint-Victor-Montvianeix. Ouverture midi et soir du mardi au dimanche. Renseignements et réservations au 06 76 76 33 67.

> Co-voiturage

Compte tenu de l’utilisation grandissante du parking de la zone de Racine par les véhicules légers (6 voitures en moyenne en 2011, 10 aujourd’hui), les élus ont décidé de réaliser une aire dédiée au co-voiturage, qui se situera en face de l’entreprise Setforge Gauvin. En partenariat avec le Conseil général, la CCMT va ainsi financer l’aménagement d’une quinzaine de places de stationnement durant cet été.

> Rouet de Boulary

Le vendredi après-midi, c’est plus pratique et surtout plus convivial, cela fait une belle animation pour la commune. Nous sommes très contentes. » Côté commerçants, il était encore un peu tôt pour se prononcer : « Ça a commencé doucement mais c’est normal. Au début, les gens regardent tranquillement, prennent leur temps. Mais je serai là la semaine prochaine », promet Michèle depuis son stand de vêtements.

Le marché est un lieu où l’on se retrouve. Avec le maire JeanLouis Gadoux, nous étions sur la même longueur d’onde et nous avons pris la décision d’aller solliciter les commerçants », se souvient Michel L’Anton, responsable de l’aménagement du el ont nnerie-le-M Marché de La Mo i : En anticipant à partir du 11 ma territoire à la CCI. De nouveau jour, çants, le FISAC (Fonds nouveaux commer son côté, Jean-Louis t, men nouvel emplace nouveaux horaires, d’Intervention ations ! anim Gadoux savoure : elles nouv À vendredi ! pour les Services « J’avais bien dit que l’Artisanat et le nous réussirions à Commerce), cette remplir la rue ! Je opération a reçu suis heureux mais il le soutien de la faut travailler pour CCI du Puy-deque ce succès dure. » Dôme. « J’ai tout À noter dans vos agendas, le de suite adhéré, cela m’est marché de La Monnerie-leapparu comme une évidence Montel, c’est chaque vendredi pour un territoire qui brasse des populations différentes. de 16h à 19h. ygene-graphisme.com conception www.ox

Pratique et convivial

- ne pas jeter sur

la voie publique.

En relançant son marché hebdomadaire en partenariat avec la CCMT et la Chambre de Commerce et d’Industrie du Puy de Dôme, la commune de La Monnerie-le-Montel semble avoir fait le bon choix. « C’était une volonté municipale. Tous les commerçants n’ont pas adhéré mais tant pis. Il fallait se lancer, créer une dynamique dans le centre-bourg de La Monnerie qui connaît un déclin commercial important. Désormais, ce marché hebdomadaire devra grossir et se pérenniser », argumente Jocelyn Fournet-Fayard, élu municipal et lui-même charcutier-traiteur ambulant sur des marchés voisins.

Une réflexion va être menée sur une éventuelle réhabilitation du rouet de Boulary situé à La Monnerie-le-Montel. En effet, il s’agit du seul rouet en état de fonctionner sur la Durolle, et il est important de conserver ce patrimoine inestimable pour notre territoire. Une étude d’opportunité va être lancée prochainement.

Communauté

Dans les allées du marché, les curieux semblent déjà conquis. Ainsi Claire et Paulette se réjouissent de cette nouveauté : « Le samedi matin, il n’y avait qu’un commerçant, c’était triste, je n’y allais plus.

IV >

de Communes

MONTAGNE

el La Monnerie-le-Mont

tél : 04 73 51 43 - rue de la Gare -

11

de la

THIERNOISE

Communauté de Communes de la

MONTAGNE THIERNOISE

Communauté de Communes de la Montagne thiernoise Pont de Celles 63250 Celles-sur-Durolle Tél.: 04 73 51 89 93 Fax : 04 73 51 89 00 www.ccmt.fr


jeunesse // 11 » suite de la page 10 Et Claire de conclure : « Il n’y a pas d’école de musique généraliste sur le territoire. S’impliquer dans ce type de projet éducatif est une façon d’ouvrir sur la musique pour tous, un projet de rassemblement des écoles aussi. Avec Antoine (violoncelle, trombone, guitare), nous inculquons quelques bases incontournables pour avancer, chacun de notre côté. Nos lignes artistiques sont différentes mais se rejoindront pour le spectacle présenté devant toutes les écoles. » Le 26 juin dernier, la salle de la Patriote devait en effet être le théâtre de la restitution du travail fourni. Tous ensemble.

Le savez-vous ? Qu’est-ce qu’un tympanon ? Instrument composé d’une caisse trapézoïdale sur laquelle sont tendues des cordes de laiton que l’on frappe avec deux baguettes d’acier ou deux petits maillets de bois, et qui fut très répandu jusqu’au XVIIe s. Le même instrument qu’un cymbalum, instrument traditionnel hongrois à cordes frappées qui accompagne souvent les ensembles de musique tzigane. Qu’est-ce qu’un psaltérion ? Un instrument qui mélange harpe et violon. Une cithare dont les cordes de nombre variable sont pincées, grattées ou frappées (selon les époques) et munie d’une caisse de résonance plate de forme triangulaire ou trapézoïdale, en usage dans l’Antiquité et dans l’Europe médiévale.

Le point sur les commissions du Projet Éducatif Territorial (PET)

Déjà beaucoup de concret Identifier et valoriser les ressources du territoire En piste pour le sport ! Le guide des associations paraîtra comme prévu à l’automne 2012. Marion Chastaing, chargé de l’accueil touristique et de la vie associative, sera l’interlocutrice unique pour toutes les demandes liées au monde associatif.

intégration à la rentrée.

temps valorisants pour les enfants (le spectacle de musique s’est déroulé à la salle de la Patriote de Celles-surDurolle !). Pour finir en beauté, une journée de valorisation de l’ensemble des projets était prévue le 22 juin au domaine de La Planche avec tous les enfants et les enseignants ayant participé au PET. L’occasion pour les enfants, si la météo le permettait, de découvrir les ateliers auxquels ils n’ont pas participé cette année.

L’idée de création d’un club informatique Ados-Seniors est toujours d’actualité. Il ne manque plus que quelques adolescents pour transmettre leur savoir vers ces personnes du 3e âge curieuses de découvrir Internet.

Favoriser l’interculturalité Découvrir le monde par le jeu

De son côté, surfant sur la dynamique du forum des associations, l’ALSH La Source a joué la carte sport avec ses journées « En piste pour le sport ». Chaque mercredi, les enfants ont ainsi pu découvrir une nouvelle activité — judo, tir à l’arc, trampoline, basket, VTT — avec la complicité des associations sportives du territoire volontaires.

Favoriser les passerelles intergénérationnelles Échanges

La commission a pris son envol et de quelle manière ! Elle projette de mettre en place à La Monneriele-Montel le mercredi 26 septembre une journée dédiée aux jeux du monde. Une manière très ludique de découvrir d’autres cultures, avec la participation des accueils de loisirs le matin et du grand public l’après-midi.

Harmoniser l’articulation des temps de l’enfant et du jeune : les écoles impliquées Travail et valorisation

Les centres de loisirs AEP et La Source ont rendu visite au club du 3e âge de Celles-sur-Durolle pour des après-midi autour des jeux de société. Le 29 juin dernier, le RAM a permis à trois jeunes enfants d’aller découvrir leur future école maternelle de Palladuc pour une meilleure

Développer des projets pour les jeunes de 12-17 ans Option cinéma En attendant l’ouverture officielle du pôle jeunesse (1er octobre 2012) dont l’espace ados sera conçu pour et par les jeunes, Céline Guédon (ALSH La Source) a animé des ateliers jeux et loisirs au collège chaque lundi. L’intérêt porté au montage vidéo a motivé la mise en place d’un camp multisports et vidéo (3 jours à Pâques) et la réalisation d’un courtmétrage. À suivre…

Les nombreux projets se poursuivent. Théâtre et musique (lire plus loin) ont été l’occasion de faire découvrir aux écoliers de nouveaux horizons. Les travaux de restitution entre les écoles en présence des parents ont aussi constitué des

juillet 2012 // entre terre & couteaux n°21


12 // jeunesse

ALSH La source

Un morceau d’Afrique à Chabreloche Le 11 avril dernier, la salle jazzy de Chabreloche a vibré au son du jembé et des dum-dum de Naby Camara et de Philippe. Pendant les vacances de Pâques, la troupe Bofa-Fatala a animé pour les enfants de l’ALSH La Source — mais aussi pour les adultes — un stage de danse africaine. Les nombreux enfants présents ce jour-là ont pu laisser libre cours aux mouvements de leur corps avant de s’intégrer dans une chorégraphie menée par le chef de danse, Naby Camara. « Il y a une partie improvisation mais pas seulement. Aujourd’hui, nous avons appris la danse des récoltes qui se fait dans les villages en Guinée. Là-bas, en face à face, chaque danseur exprime son métier en dansant. Chaque scène de la vie quotidienne se traduit en danse : la femme qui pêche, le coupeur de palmier… », raconte Naby, Sénégalais par sa mère, Guinéen par son père. Au-delà de la danse, ce type de stage est aussi l’occasion de partager un morceau de culture. « En Afrique, le chant est omniprésent. Si tu ne chantes pas, comment veux-tu aller travailler ? Le chant enlève la fatigue, soulage et te nourrit. Ça ne changera jamais. »

Cet été, catamaran ou cheval ? Pour cet été, l’ALSH La Source a planifié de nombreuses activités, sorties et séjours à ne pas manquer parmi lesquels : - Vulcania - Le parc de la Drosera - Escalade à Chabreloche - Paléopolis - Sortie accrobranche nocturne pour les ados 12-17 ans - Séjour Garabit du 9 au 13 juillet (voile catamaran…) pour les 12-17 ans - Séjour pêche du 16 au 20 juillet pour les enfants à partir de 9 ans - Séjour à la ferme du 16 au 18 juillet pour les 4-9 ans - Séjour Cheval du 23 au 27 juillet pour les 7-9 ans - Séjour Moussaillon les 23 et 24 juillet pour les 4-6 ans - Séjour Cheval du 30 juillet au 3 août pour les enfants à partir de 10 ans - Séjour itinérant avec ânes du 6 au 10 août pour les 7-10 ans Renseignements et inscriptions : ALSH intercommunal La Source 04 73 94 29 14.

entre terre & couteaux n°21 // juillet 2012


habitat // 13

Habitat

Construire demain,

durablement Dans le cadre de la première phase du Programme Local de l’Habitat (PLH, lire les n° 19 et 20), le cabinet Urbanis a présenté le résultat du diagnostic. Dans le même temps, la commune de Chabreloche poursuit l’étude concernant la création de son éco-quartier. Une bonne politique de l’habitat doit viser loin.

U

n PLH, c’est définir une stratégie en matière d’habitat pour une période de six ans. Première étape d’un vaste dossier qui en compte trois (diagnostic, orientations et programme d’actions), le diagnostic a été rendu en ouverture du conseil communautaire du 26 avril dernier. Réalisée sur un bassin de vie s’étendant sur la Montagne Thiernoise, Thiers Communauté, Entre Dore et Allier et Pays de Courpière, les résultats de cette étude ont fait ressortir les spécificités liées au territoire de la Montagne thiernoise. « C’est un travail en entonnoir. Nous sommes partis d’un constat global sur ce bassin de vie pour vous présenter aujourd’hui ce qui vous intéresse le plus : le diagnostic de votre Communauté de communes » a insisté Nicolas Crozet, du Cabinet Urbanis.

Dans une présentation sans concession, les points noirs du territoire liés à son habitat ont ainsi été mis en exergue. Et notamment une forte vacance des logements (14 %), trop de logements indignes et des centres bourgs qui se sont vidés peu à peu. Le diagnostic en dix points.

1

La population a baissé (-6 %) mais le parc de logements a augmenté (+9,5 %) avec un taux élevé de constructions par rapport au nombre d’habitants. Conséquence directe : une augmentation des logements vacants notamment dans les centres bourgs.

2

Le revenu moyen de la population locale est inférieur de 13 % à celui des habitants du Puy-de-Dôme, ce qui montre que plus des trois-quarts de la population pourraient prétendre à des logements sociaux.

3

Le prix de vente des logements en Montagne Thiernoise est assez faible (930 € le m2 contre 1 200 € en plaine). Ce prix est attractif pour des jeunes seniors ou de jeunes actifs mais ces cibles se tournent plus volontiers vers l’acquisition d’un terrain et la construction d’une maison neuve, et bénéficient ainsi de la possibilité d’un prêt à taux 0. Les locaux eux, disposeraient d’une capacité d’achat pour un budget compris entre 100 000 et 120 000 €.

4

Malgré un enjeu important, l’offre de logements sociaux ne représenterait qu’environ 3 % de la totalité des logements du territoire alors que 74 % de la population pourrait en bénéficier.

5

En raison de logements inadaptés (trop grands, trop vétustes, en bord de route, sans terrain…), la demande reste toutefois largement en dessous de l’offre (0,69 demande pour une offre en Montagne Thiernoise contre 3 demandes pour une offre à Thiers). La vacance des logements sociaux va donc elle aussi augmenter.

juillet 2012 // entre terre & couteaux n°21


14 // habitat

6

Alors que l’accession à la propriété a explosé en plaine, ce n’est pas le cas en Montagne Thiernoise. Il convient donc de réfléchir à d’autres outils pour l’accession sociale à la propriété.

7

Pour les besoins spécifiques de logements, la Montagne Thiernoise est un excellent élève concernant l’accueil des personnes âgées avec un taux d’équipement supérieur de 26 % à la moyenne départementale. Un effort reste à faire pour faciliter le maintien des personnes âgées à leur domicile avec des logements ordinaires mieux adaptés au vieillissement.

8

À l’échelle du bassin de vie étudié et particulièrement en plaine, il est constaté que l’urbanisation est responsable de la perte de 177 ha de terres agricoles chaque année, soit

l’équivalent d’une commune comme La Monnerie-le-Montel tous les 6 ans. Les élus doivent garder en tête que s’ils sont héritiers des schémas existants, leurs décisions actuelles et futures auront des conséquences. En plaine, le réseau de voirie est estimé à 932 m par ménage, il n’est que de 38 m à Chabreloche. D’où la nécessité de mieux organiser le développement du territoire en matière d’habitat.

9

Comme on peut le faire pour du matériel électroménager, le diagnostic a décerné un E pour l’étiquette énergétique du territoire en matière d’habitat (la moyenne nationale affiche elle aussi un E). De gros efforts sont donc à réaliser pour lutter contre la précarité énergétique.

10

Le parc d’habitat indigne est élevé en Montagne Thiernoise. Il concerne principalement des personnes âgées ou de jeunes agriculteurs.

« CE N’EST PAS UNE FATALITÉ » Si l’on en juge par les résultats obtenus grâce aux actions menées depuis 2006 sur le territoire de la Montagne Thiernoise (OPH et PIG), on peut être optimiste. En effet, le PIG a plutôt bien fonctionné, si l’on excepte le dossier de l’insalubrité, avec des résultats encourageants pour les propriétaires occupants notamment (accessibilité pour personnes âgées ou handicapées). La suite du PLH sera donc là pour conforter cette implication dans l’habitat, étudier un programme d’orientations à l’échelle de la Communauté de communes en se recentrant progressivement sur les problématiques de chaque commune. « La prochaine étape sera la phase d’orientations avec l’organisation d’ateliers. Ce diagnostic est un peu dur mais nécessaire, ponctue Nicolas Crozet et permet de tirer deux grands enseignements : votre politique d’habitat doit tenir compte de l’évolution de la ville de Thiers et la stratégie qui consiste à laisser construire n’importe où

ne répond pas à la problématique du parc existant, vide le territoire et ne répond pas aux besoins des ménages. Mais rien n’est une fatalité, les étapes ultérieures vont permettre de prendre les problèmes un par un pour renverser la tendance. » Rendez-vous au printemps prochain pour la présentation du programme d’orientations.

Rappel « Le programme local de l’habitat définit, pour une durée de six ans, les objectifs et les principes d’une politique visant à répondre aux besoins en logements et en hébergements, à favoriser le renouvellement urbain et la mixité sociale, et à améliorer l’accessibilité du cadre bâti aux personnes handicapées en assurant entre les communes et entre les quartiers d’une même commune une répartition équilibrée et diversifiée de l’offre de logements » - art. L302-s du CCH

3 questions à Georges Chossière, vice-président chargé de l’habitat

« Un enjeu de taille » à quoi sert un PLH ? G.C. : C’est un outil de travail pour améliorer le bien vivre sur le territoire dans le domaine de l’habitat mais pas seulement. Un PLH a aussi des répercussions sur la voirie, les transports. Raisonner l’habitat, c’est être capable d’harmoniser la vie de tous les jours et de contrer les difficultés rencontrées par la population. Que vous a appris ce diagnostic ? G.C. : Nous connaissons nos

difficultés liées au transport, au vieillissement de la population et à la vacance de nombreux logements. Mais je ne pensais pas que c’était à ce point. Ce diagnostic nous permet de prendre conscience de nos atouts et de nos faiblesses. Il était la première étape indispensable avant la phase d’orientations et le programme d’actions.

entre terre & couteaux n°21 // juillet 2012

Et maintenant, que va-t-il se passer ? G.C. : En nous appuyant sur ce diagnostic, nous allons élaborer le programme d’orientations qui devrait être finalisé à l’automne. Nous allons organiser des ateliers avec des représentants de chaque commune. Les problèmes de La Monnerie ou Chabreloche ne sont pas les mêmes que ceux de Sainte-Agathe ou Saint Victor. Le programme d’actions devrait suivre en 2013. L’enjeu est de taille.


habitat // 15

à Chabreloche

L’éco-quartier du Renard à

l’étude

Comme un écho au diagnostic du PLH, la commune de Chabreloche a lancé l’étude concernant son futur éco-quartier. Mais c’est quoi au juste un éco-quartier ? « C’est un quartier envisagé selon des critères d’environnement, d’écologie et de développement durable. L’idée est de concevoir un quartier peu gourmand en superficie et doté d’habitations peu consommatrices d’énergie », indique Christian Barges, maire de Chabreloche. Mais ce n’est pas tout. Pour Mireille Carton, qui pilote ce projet, « un écoquartier doit aussi favoriser une certaine mixité, qu’elle soit sociale, générationnelle ou professionnelle. C’est une vision très collective de la vie de voisinage avec une mutualisation de certains moyens, un potager et un verger collectif… L’histoire de la Montagne Thiernoise avec une tradition de solidarité et de communauté familiale, nous laisse penser que cet aspect collectif peut fonctionner. » Typologie de logements adaptée à une mixité sociale, récupération des eaux de pluie pour des aménagements paysagers, proximité des transports, écoles et commerces pour limiter les déplacements, revitalisation du centre-bourg, cet éco-quartier du Renard serait le premier à voir le jour sur le territoire. « C’est une volonté municipale. Le Parc Livradois-Forez et le CAUE préconisent ce type d’opérations. C’est une autre conception de l’habitat mais c’est dans l’air du temps. » Pour Christian Genest, premier adjoint, « ce type de projet valorisera la commune

et pourrait séduire de nouveaux arrivants. » Le projet, dont l’étude architecturale a été confiée à B. Bouchet et H. Receveur, devrait s’achever d’ici à la fin de l’année, et pourrait compter une vingtaine d’habitations.

Lutter contre la précarité énergétique L’Agence nationale de l’habitat (État), le Conseil général du Puy-de-Dôme et la CCMT ont signé un Protocole territorial d’aide à la rénovation thermique des logements privés. Parmi les objectifs de ce protocole, il s’agira d’identifier et d’accompagner les ménages les plus modestes dans la réalisation des travaux prioritaires leur permettant d’obtenir une amélioration d’au moins 25 % de la performance énergétique du logement, leur ouvrant droit, notamment, à l’aide de l’Anah et à l’aide de solidarité écologique de l’État. Robert par exemple possédait une chaudière des années soixante-dix avec un ballon d’eau chaude qui a rendu l’âme. « J’ai fait faire plusieurs devis pour un montant total de 8 500 € ! J’ai monté un dossier avec l’aide de Martine Teullet et de l’Anah et j’ai touché 4 200 € de subventions. J’ai aussi obtenu un prêt à taux zéro de la part du Conseil général pour un montant de 3 000 €. Faites le calcul ! Du coup, j’ai la Rolls des chaudières et ma consommation a baissé de 40 %. Ça vaut vraiment le coup de se bouger. » Une prime majorée est accordée si les travaux réalisés génèrent une baisse de la consommation énergétique du logement d’au moins 25 %.

Pour bénéficier de l’aide de solidarité écologique de l’État - Être propriétaire et occuper son logement - Améliorer d’au moins 25 % la performance énergétique du logement - être accompagné par un opérateur d’ingénierie spécialisé - être éligible aux aides de l’Anah : le logement doit être la résidence principale, achevé depuis au moins 15 ans - Les revenus du foyer occupant doivent être inférieurs à 11 358 € pour une personne seule et 16 611 € pour un couple.

+ d’infos PACT Puy-de-Dôme 04 7 342 30 80 Permanence CCMT les 2es jeudis de chaque mois de 10 h 30 à 12h.

juillet 2012 // entre terre & couteaux n°21


16 // tourisme

Gîte d’étape de Rochemulet

Une nuit au

bout du mo

Après deux ans de travaux, le gîte d’étape de Rochemulet s’apprête à passer son premier été. À sa tête, deux anciennes professeures des écoles originaires de la région parisienne qui ont eu le coup de foudre pour l’endroit. Elles attendent les visiteurs.

R

ien de tel, après une bonne journée de marche, que de déposer ses chaussures à l’entrée du gîte, de prendre une bonne douche puis de passer une soirée chaleureuse en partageant un repas roboratif concocté par les hôtes des lieux en compagnie d’autres randonneurs. Au bout du monde, à Rochemulet exactement, le cadre est extraordinaire. Sophie Pélissier et Ariane Boillot, ferventes amatrices de rando, raquettes et autre ski de fond, ont créé le gîte d’étape qu’elles auraient bien aimé trouver plus souvent sur leur chemin pour marquer une halte salvatrice. Au bout du sentier ou depuis la terrasse suspendue, à perte de vue, la chaîne des Puys, le Sancy et le Plomb du Cantal. Ici, pas de dortoir mais des chambres à partager. Simplicité et bon goût sont au rendez-vous, tout comme la convivialité : « La table monastère accueille douze couverts. Nous cuisinons dans la même pièce, de préférence des spécialités locales. Ce qui importe, c’est l’esprit de famille. Les randonneurs mèneront de

manière très ponctuelle la même vie que nous. » Et la vie d’Ariane et Sophie se veut la plus saine possible : petit potager, repas bio, fournisseurs locaux… Sophie sera même en mesure de vous proposer une cuisine ayurvédique dont elle a le secret.

ÉCO-GITE, LABEL HANDICAP Avec quatre chambres (2, 3 ou 4 personnes), une vaste salle d’activités et un coin salon pour partager une partie de dés ou lire un bon bouquin, ce gîte de France trois épis de 240 m2 offre des volumes très séduisants. Labellisé Tourisme Handicap avec notamment une chambre en rez-dejardin qui possède une salle de douche adaptée et sa propre terrasse, le gîte de Rochemulet a aussi décroché le label éco-gîte. Tout un programme ! « Les matériaux utilisés sont sains : pierre, optibric, mélange de chauxchanvre pour éviter les ponts thermiques et plaques de liège.

entre terre & couteaux n°21 // juillet 2012

Les murs de soubassement jusqu’au premier étage font 50 cm d’épaisseur » souligne Ariane. Au-dessus, l’ossature bois réalisée par un menuisier du pays est fabriquée en douglas. « C’est ça aussi le label éco-gîte. Limiter l’empreinte carbone et privilégier toutes les ressources locales ». Pour l’isolation intérieure, la ouate de cellulose a été soufflée dans le toit et projetée sur les murs faisant de l’endroit un véritable cocon. Gala, la chatte de la maison qui ronronne près du poêle, ne s’y est d’ailleurs pas trompée. Pour chauffer l’eau, 9 m2 de capteurs solaires ont été installés sur le toit. « Nous avons un ballon solaire couplé avec une VMC double flux et reliés à notre poêle danois qui agit comme un bouilleur. La chaleur produite est utilisée soit pour chauffer l’eau soit pour chauffer l’air grâce à la VMC. » Triple vitrage au Nord, double vitrage au Sud, une isolation sans faille, une technologie de pointe… Le gîte de Rochemulet a passé


tourisme // 17

nde

le Diagnostic Perdition Énergétique (DPE) et décroché le fameux label. Mais l’esprit éco-gîte va plus loin : « C’est aussi une somme de petits détails : nous avons réalisé des achats sur le Bon coin, acheté notre électroménager dans une entreprise qui emploie des personnes en réinsertion, nos draps sont en coton bio et de marque française et bien sûr, toutes les peintures utilisées portent l’éco-label » souligne Sophie. Depuis quelques semaines, le gîte de Rochemulet a donc ouvert ses portes. Et même si vous habitez la région, l’expérience vaut la peine d’être tentée. L’espace d’une soirée, vous aurez le sentiment d’avoir voyagé, très loin.

Coup de cœur pour les petits carreaux en céramique qui mettent en scène animaux acrobates, éléphants, oiseaux ou écureuil sur les murs de la cuisine. Tél. : 09 60 12 72 84 06 60 40 00 63 www.giteetaperochemulet.fr

Les élus soutiennent le tourisme Lors d’une réunion d’échange et d’information (27 février) à destination des acteurs touristiques, Paul Rodier a exprimé la volonté marquée par les élus communautaires de soutenir les acteurs de ce secteur et d’accompagner le développement touristique. L’occasion était belle de présenter l’espace touristique du pôle enfance – jeunesse – tourisme, véritable outil de développement et vitrine du territoire. « Cet espace a pour objectif d’inciter les touristes à prolonger leur séjour (52 % ne passent qu’une nuit sur le territoire) et de véhiculer une image dynamique et attractive du territoire. Dans cet esprit, nous avons procédé au recrutement d’une personne à temps complet avec un contrat de travail annualisé, réorganisé la commission tourisme et culture et mis en place des actions mutualisées avec l’Office de Tourisme de Thiers Communauté. » Parmi les idées nouvelles, il a été proposé de créer des rencontres ponctuelles et thématiques tout au long de l’année, qui pourraient se dérouler directement chez les acteurs touristiques afin de favoriser la connaissance des prestataires entre eux. Des efforts se poursuivent aussi en matière de signalétique touristique, d’information avec, toujours, la publication de cartes touristiques, programmes des animations et guide des associations (parution à l’automne). Mais si les élus font preuve d’une volonté farouche pour soutenir l’activité touristique, on peut s’interroger sur le peu de professionnels du tourisme présents ce jour-là. Vous êtes professionnels du tourisme ? Ces rencontres sont faites pour vous, participez !

juillet 2012 // entre terre & couteaux n°21


18 // culture

Photo

Le cyanotype,

une révélation ! Dans le cadre de leur résidence artistique, les photographes Maïa Etchart et Flora Fanzutti ont animé un atelier intitulé « Photographier autrement ». Ou la découverte d’une technique ancienne : le cyanotype.

C

réée au milieu du XIXe siècle, la technique du cyanotype est un procédé photographique monochrome négatif grâce auquel on obtient un tirage photographique bleu de Prusse, bleu cyan. Le 25 avril, Geneviève, Sylvain, Nadine, Gilles et Mireille ont participé à ce drôle d’atelier photo, sans appareil photo ! Si Nadine et Gilles connaissaient le procédé théorique — « nous avions vu une expo mais tout cela restait très abstrait, nous avions envie d’apprendre » —, les autres participants ignoraient tout du cyanotype. « J’avais envie d’apprendre autre chose. On est bichonné, les explications sont simples et claires », se réjouit Geneviève qui définit le procédé à sa façon : « c’est un peu comme faire des ombres chinoises ». Parmi les techniques les plus simples, le cyanotype peut être réalisé par tout le monde, sans matériel particulier. « C’est accessible à tous. Il s’agit d’un procédé par contact. On enduit un support, papier, tissus… avec une solution chimique composée de citrate ferrique d’ammonium (vert) et de ferricyanure de potassium. On dispose les objets de son choix sur le support et on expose aux rayons du soleil. Il reste ensuite à rincer le support à l’eau » explique Maïa Etchart. Afin de reproduire l’expérience chez lui, Sylvain a soigneusement noté les bons dosages dans un petit carnet : « Pour 200 ml de préparation il faut 25 gr de citrate ferrique d’ammonium (vert) pour 100 ml d’eau et 10 gr de ferricyanure de potassium pour 100 ml d’eau !  »

entre terre & couteaux n°21 // juillet 2012

Ensuite, la magie opère. Le fond du support devient bleu, un cyan dont la densité peut varier selon la durée de l’exposition ou l’ajout d’eau oxygénée, et laisse apparaître en négatif les objets initialement posés sur le support. Au moment de révéler les résultats, l’excitation est à son comble chez tous les participants. Feuilles, fleurs, napperons, lames de couteau… absolument tout peut être utilisé. « Nous avons fait l’expérience grandeur nature en exposant nos corps sur un grand drap blanc. La lumière a fait le reste » sourit Flora Fanzutti.


culture // 19

théâtre

Effroyablement beau Une grosse centaine de collégiens a assisté vendredi 30 mars à la salle des fêtes de La Monnerie-le-Montel à la représentation d’Effroyables Jardins. Seul sur scène, Philippe Laurent a raconté avec une grande sensibilité les malheurs de la guerre, l’histoire de son père… Un instituteur résistant devenu otage de l’ennemi. Organisé dans le cadre de la saison culturelle de la Montagne thiernoise, en partenariat avec la commune de La Monnerie-leMontel, le collège, les associations Le cercle d’étude de la seconde guerre mondiale de Thiers et sa région et Melting Potes, cet après-midi théâtre pour les classes de 3e a débuté avec la lecture d’un texte par un collégien, en préambule. « Certains témoins mentionnent qu’aux derniers jours du procès de Maurice Papon, la police a empêché un clown, un Auguste, au demeurant bien mal maquillé et au costume de scène bien dépenaillé, de s’introduire dans la salle d’audience du palais de justice de Bordeaux. Il semble que ce même jour, il ait attendu la sortie de l’accusé et l’ait simplement considéré, à distance, sans chercher à lui adresser la parole. L’ancien secrétaire général de la Préfecture du Gironde a peut-être marqué ce clown, mais rien n’est moins sûr. Plus tard, l’homme est revenu régulièrement, sans son déguisement, assister à la fin des audiences et aux plaidoiries. À chaque fois, il posait sur ses genoux une mallette dont il caressait le cuir tout éraflé. Un huissier se souvient de l’avoir entendu dire, après que fut tombé le verdict : sans vérité, comment peut-il y avoir de l’espoir ? » Au cœur d’un mois d’avril très hivernal, Maïa a travaillé sur les arbres et les sous-bois, Flora sur l’apparition et disparition de la forêt. « Grâce à ce type de résidence, il est possible de prendre son temps pour expérimenter, travailler sur de nouvelles pistes. » Après quinze jours passés sur le territoire, les deux jeunes femmes reviendront au mois de septembre pour présenter le fruit de leur travail et proposer un nouvel atelier le 19 septembre. Avis aux amateurs.

Découvrir www.florafanzutti.com www.pixelsmemory.com

Renseignements Estelle Chambon, CCMT - 04 73 51 87 89

SEUL SUR SCèNE L’ennemi est incarné par le gardien allemand, Bernard, clown dans le civil, qui souffre finalement autant que ses prisonniers. Comme une véritable thérapie encadrée par le cousin Gaston, lui aussi otage au moment des faits, le personnage principal comprend enfin mieux la passion des clowns que son père lui a infligée toute sa vie. Cette belle parabole a donné lieu par la suite à une rencontre entre le comédien et les collégiens. Pour débattre de ce sujet et poursuivre ce travail de mémoire, Philippe Laurent a en effet rendu visite aux adolescents dans leur classe. Quand l’art et l’histoire se rencontrent.

juillet 2012 // entre terre & couteaux n°21


etc. entre terre & couteaux

n°21 // juillet 2012 // bulletin d’information de la Communauté de communes de la Montagne Thiernoise // www.ccmt.fr

Retrouvez toute l’actu de la ccmt sur www.ccmt.fr nouvelle: version

+ réactif l + fonctionne + simple + d’actu + vivant …

entre terre et couteaux n°21  

magazine de la Communauté de communes de la Montagne Thiernoise

entre terre et couteaux n°21  

magazine de la Communauté de communes de la Montagne Thiernoise

Advertisement