Page 55

par tout une mosaïque de peuples. On retrouve des notes orientales (mongoles, tatares et turques), russes, allemandes, françaises et juives. J’apprécie beaucoup la cuisine traditionnelle, mais la cuisine contemporaine me séduit par sa créativité, sa légèreté, son raffinement et son visuel, et surtout par sa façon de revisiter les plats en invitant au voyage. À l’époque communiste, il y avait surtout des restaurants polonais. Depuis l’an 2000, on trouve des tables françaises, italiennes, japonaises, russes… » Particularité que l’on aimerait partager, en Pologne les restaurants ouvrent à midi et servent des plats toute la journée, non-stop. « Souvent jusqu’à 23 heures, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus personne. »

2 RECETTES À SUIVRE AU PIED DE LA LETTRE !

Pierogi, Ravioles au potiron, accompagnées de cèpes et d’une sauce au curcuma et curry (pour 4 personnes) Farce et garniture : 250 g de potiron ou de potimarron (pesé épluché) → 40 g de parmesan → 4 cèpes (frais ou séchés) → 20 g de beurre. Pâte à ravioles : 150 g de farine + 30 g environ pour le plan de travail → 1 jaune d’œuf → 1 cs d’huile neutre (tournesol ou arachide) → Sel → Eau chaude (environ ½ verre). Sauce : ½ verre de bouillon de légumes (ou de volaille) → 1 cs de jus de citron → 15 cl de crème liquide fleurette → ½ cc de sucre → 1 pincée de noix de muscade → 3 pincées de curcuma → 3 pincées de curry → Sel, poivre → Persil ou ciboulette pour la décoration

Comme on sort une armada de dictionnaires avant de se lancer dans une traduction, Angelina a pris soin de préparer ses ingrédients et d’anticiper la préparation. La farce au potiron est fin prête et les cèpes mis à tremper, ce qui nous laisse le temps de poursuivre les échanges fructueux entre nos deux pays. « Tout au long de l’histoire, il y a toujours eu des liens très privilégiés entre la Pologne et la France. Louis XV a épousé Maria Leszczynska, Napoléon Bonaparte Maria Walewska. » Angelina a épousé Guy… « Même durant l’époque communiste,

Épluchez le potiron, enlevez les pépins, coupez la chair en dés et faites-la cuire dans un panier vapeur,

« SMACZNEGO ! »

jusqu’à ce qu’elle soit bien tendre. Laissez refroidir quelques instants, puis écrasez-la à l’aide d’une fourchette, incorporez le parmesan, salez, poivrez, saupoudrez de noix de muscade, mélangez bien ou mixez rapidement afin d’obtenir un mélange lisse et homogène. Réfrigérez pendant au moins une heure (voire la veille) afin que la farce ne mouille pas trop la pâte. Si vous utilisez des cèpes séchés, faites-les tremper dans un bol rempli d’eau chaude pendant au moins 30 minutes avant de les faire revenir dans du beurre à la poêle. Si vous disposez de cèpes frais, nettoyez-les et coupez-les en lamelles, faites chauffer du beurre dans une poêle et faites-les revenir quelques minutes. Réservez au chaud. Préparez la pâte à ravioles : versez la farine tamisée sur un plan de travail,

2

la Pologne est restée tournée vers l’Occident. » Angelina a appris à cuisiner auprès de sa grand-mère Eugénia. « Elle n’avait pas de recettes mais c’était une très bonne cuisinière. Mes grandsparents étaient agriculteurs, ils élevaient des vaches, des chevaux, des cochons. » Au quotidien, Angelina aime les plats simples et raffinés, végétariens de préférence, toujours servis de façon originale et soignée. Pas de hasard à ce qu’elle se soit lancée dans un blog culinaire, car pour elle « cuisiner c’est prendre soin de son corps, mais aussi de son âme ». Pour les Pierogi, servis aussi bien en entrée qu’en plat principal, elle s’est inspirée de la recette d’un jeune chef de cuisine polonais, Rafał Targosz, reprise par un autre grand chef du pays, Robert Sowa. « La farce que je propose ici n’est pas typiquement polonaise, car le potiron est un légume un peu moins consommé en Pologne qu’en France, mais c’est un de mes légumes favoris. » Les Pierogi sont paraît-il aussi délicieux en version sucrée, comme aux myrtilles.

faites un puits au milieu, ajoutez une pincée de sel et versez-y un jaune d’œuf et l’huile. Mélangez en ramenant la farine vers le centre, ajoutez de l’eau bien chaude (mais pas bouillante) au fur et à mesure que vous pétrissez la pâte, environ ½ verre d’eau chaude (ou plus, si nécessaire). Pétrissez jusqu’à obtenir une pâte lisse et homogène, ne la travaillez pas trop longtemps. Façonnez-la pour en faire une boule et filmez-la, puis laissez-la reposer pendant au moins une demi-heure à température ambiante. Saupoudrez le plan de travail de farine afin d’empêcher la pâte de coller et étalez-la finement. À l’aide d’un emporte-pièce (de 8 cm de diamètre) ou d’un verre découpez des cercles dans la pâte, disposez une petite cuillère de farce au centre de chaque cercle et fermez les ravioles, en pressant avec les doigts afin de bien coller les bords. Attention à ne pas mouiller les bords, sinon vous n’arriverez pas à les souder correctement et les ravioles pourront s’ouvrir à la cuisson. Puis pressez les bords avec une fourchette. Formez une boule avec les restes de pâte, puis continuez. Portez à ébullition

Barszcz et consorts 2

Bon appétit !

Lepetitgourmet57→octobre2016

55

Profile for Oxygène

Le Petit Gourmet n°57  

Magazine de la gastronomie en Auvergne et plus si affinités. Roadtrip dans le Cantal et balade avec Cyrille Zen au programme.

Le Petit Gourmet n°57  

Magazine de la gastronomie en Auvergne et plus si affinités. Roadtrip dans le Cantal et balade avec Cyrille Zen au programme.

Profile for oxygene