Page 26

100 % cantal

Les deux pieds sous la table On trouve ici une cuisine assez ludique, qui se met en scène dans des contenants originaux pour le plaisir des yeux et des papilles. La carte change tous les deux mois, « comme 80 % de la vaisselle », précise Vincent Pirone, le chef. Côté décor, c’est l’esprit « récup » qui prédomine avec par exemple des chaises d’école en guise d’assises pour déguster les mets qui sortent de l’ordinaire. On met les pieds sous la table et le spectacle commence. rue du Salut, à Aurillac.

La Table des Matières Rue de l’Hôtel de ville, les produits locaux

sont mis en avant au fil d’une cuisine fusion aux influences diverses. Le credo de la Table des matières ? Sortir des sentiers battus et surprendre. Le risotto façon carbonara se décline à l’encre de seiche, le thon rouge du Japon se pare de saveurs provençales aux côtés d’une fleur de courgette en tempura, le poulet de Maurs se déguste à la sauce coco… Le tout en provenance, en majorité, de l’agriculture biologique. L’adresse propose aussi une partie épicerie fine pour prolonger le plaisir à la maison. Depuis plus d’un an, un petit frère est né rue du Salut, décidément une rue gourmande : L’art et la matière. Un bar à vins, qui associe principalement des vins nature ou bio au grignotage qualitatif à base de charcuteries et de fromages italiens, espagnols, corses et auvergnats. Autour de planches à partager, L’art et la matière propose aussi des cocktails comme le spritz vénitien ou la caïpirinha brésilienne.

26

Étape 4 : Aurillac, l’épatante Que serait un roadtrip cantalien sans une escale dans la capitale ? Aurillac surprend par son centre-ville dynamique… Les gourmets et gourmands trouveront à coup sûr leur bonheur. Rue Émile-Duclaux, la charcuterie de Paoli fait partie des boutiques centenaires du centreville d’Aurillac. L’échoppe a gardé tout son charme, ornée de fresques et de faïences, et propose une palette de saveurs du territoire cantalien, allant de la tête de veau aux célèbres tripoux qui font la fierté de Jean-Louis de Paoli. Rue des Carmes, la chocolaterie Delfine s’impose chez les « chocolaholic » invétérés. Un peu plus loin, la pâtisserie Le Diamant bleu propose des gâteaux classiques aux côtés de créations tendance. Dans cette même rue, on peut aussi prendre une pause café originale au Just Coffee avec un air new yorkais et déguster des cafés agrémentés de gourmandises en tout genre. Sans oublier, évidemment, l’Hôtel des Carmes, une adresse fraîchement

Le Petit Gourmet n°57  

Magazine de la gastronomie en Auvergne et plus si affinités. Roadtrip dans le Cantal et balade avec Cyrille Zen au programme.

Le Petit Gourmet n°57  

Magazine de la gastronomie en Auvergne et plus si affinités. Roadtrip dans le Cantal et balade avec Cyrille Zen au programme.

Advertisement