Issuu on Google+


SOMMAIRE

Edito

Actualité page 3 English Box page 6 A Cup of tea with page 8 Zoom sur page 9 Reportage page 10 Sport page 12

Ovide’s month High tech page 15 Culture page 16 Cinéma Littérature Musique Scène Idée

Fashion page 20 Cuisine page 21 Your box page 22 Divertissement page 23

V

oilà février et le mauvais vent qui a maintenant presque filé. A la faveur du prochain printemps, la métamorphose est déjà en marche. Entre l’ombre et la lumière d’une Londres mutante, vous verrez sans doute illuminer dans les salles obscures, Sherlock Holmes. On vous souhaite d’assister à l’éclosion de ce précieux cocon urbain. Désormais pensez donc papillon. L’environnement mondial aussi change de peau : même le régime dictatorial chinois dont l’industrie fait des ravages écologiques dans le delta des Perles s’ouvre à la construction durable : Dongtang, ville de demain prend forme et colore de vert les conclusions de Copenhague. Peut-être s’agit-il de greenwashing, mais retenons l’avancée quand même ! D’un tout autre ordre, Haïti, organise doucement

sa reconstruction. Architectes d’urgence, organismes et états viennent en aide à l’île, injustement qualifiée de « maudite ». Dans le brouillard des ruines, des artistes réussissent toutefois à faire émerger tableaux, fresques et photographies. Ne regardons donc pas les conséquences de ce séisme par le seul prisme mélodramatique que se plaisent à nous montrer des médias, mais par les créations qu’elles peuvent engendrer. La rédaction

Camille GUEUCIER , Anouar HACHEMANE, Ellyn O’BYRNE-BAUDOT, Aimé ABIZERA, Nathalie ABOUAB, Priscille AUBIN, Agathe CARON, , Guillaume COULET, Dominique DACHER, Clément DURAND, Alexandre DURIEUX, Coralie Ferreira, Alexis FURTAK, Laura GALLET, Marion GEA, Nils GERARDIN, Flore GRANET, Anne Sophie GREFF, Raphaëlle GRODNER, Julie GUFFROY, Pauline GUISET, Joulane HADDIOUI, Delphine HEINRICH, Camille HENRY, Sonia IMAD, Laura MARTINEZ, Fabien PICCIRILLO, Charlotte PLICQUE-ETCHECOPAR, Paul marie ROMBAUT, Abdoullah SARDI, Sophie SARIAN, Jean SILIPANNHA Contact : journalrms@gmail.fr Nos remerciements à : Bernard WEBER, Isabelle CHEVALIER, Out Of The Box remercie chaleureusement les boulangeries et magasins rémois qui, dans leur grande générosité, nous ont permis d’organiser un petit déjeuner en faveur des populations haïtiennes et de récolter 956 euros.


Les Etats-Unis, la France, la Grande Bretagne ou comment tenir les droits de l’homme dans une main et un revolver dans l’autre.

«

Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences alors qu’ils en chérissent les causes. » Cette phrase de Bossuet résume parfaitement le rapport qu’ont les pays les plus développés à l’égard de la paix et de l’armement. En effet, les pays les plus développés tels que les Etats-Unis, la France ou la Grande Bretagne s’auto-proclament ambassadeurs de la paix et n’hésitent pas à critiquer ouvertement les pays hostiles et les responsables d’initiatives violentes. Pourtant, les plus grands marchands d’armes sont les cinq membres permanents de l’ONU (15 milliards $ pour les USA , 8 Millards $ pour la France, 12 Milliards $ pour la Russie). Les ventes d’armes sont pour les pays exportateurs une entrée d’argent non négligeable, en particulier en temps de morosité économique dans la mesure où l’armement est un secteur qui ne

connaît pas la crise. Preuve en est, en 2009 les exportations françaises en matière d’armement ont augmenté de 21% et l’objectif pour 2010 est de dépasser la barre des 10 milliards $. Ce secteur est donc fortement bénéfique à l’économie française et plus de 180 000 emplois lui sont directement liés. Dans l’armement, plus que dans n’importe quel autre secteur, l’avantage économique met de côté toute question éthique. D’ailleurs, de nombreuses affaires ont fait scandale. La dernière par exemple, fut celle de l’Angolagate dans laquelle l’Etat français avait vendu des armes soviétiques au gouvernement angolais en 1994 alors que la guerre civile venait de reprendre. Pour éviter tout nouveau scandale, le ministère des Affaires étrangères français ne cesse de répéter qu’une relance des exportations d’armes ne se fait jamais aux dépens d’une politique

de défense des droits de l’Homme et rappelle que le gouvernement autorise uniquement les «ventes d’armes aux pays qui ne les retourneraient pas contre leur population». La question de l’armement n’est cependant pas aussi simple qu’un choix entre moralité ou entrée financière. Force est de constater que les Etats restent méfiants et ne souhaitent en aucun cas perdre la capacité de se défendre. Par conséquent, si les pays les plus développés arrêtent de vendre des armes, les pays importateurs iront se fournir chez des vendeurs peu scrupuleux. Ainsi une arme vendue par la France est une arme de moins vendue par un trafiquant d’arme. Les Etats ont ainsi plus de contrôle et évitent le plus souvent la vente d’armes à des seigneurs de guerre. Alexandre DURIEUX

3


4

Le numéro un dans la tourmente

T

oyota était il y a quelque mois à son apogée. Passé premier constructeur mondial, son dynamisme et sa santé contrastaient avec l’agonie de ses éternels rivaux américains et la morosité des marques européennes. Le groupe était parvenu à passer outre la fierté et la méfiance des consommateurs occidentaux en arguant une qualité irréprochable. Mais une polémique touchant à la sûreté des véhicules pourrait bien le mener à la faillite. Des défauts manifestes au niveau du freinage et de l’accélération seraient à l’origine de 815 accidents et de 19 décès aux États-Unis d’après le groupe Safety Research and Strategies qui s’appuie sur les rapports de la toute puissante National Highway Traffic Safety Administration. Parmi les cas emblématiques, celui de cette Lexus (haut de gamme de Toyota) bloquée à 200 km/h sur une autoroute californienne, tuant ses quatre passagers. C’est plus spécialement le modèle phare de Toyota qui est visé : la Prius hybride. Ce modèle, le plus vendu aux États-Unis, se veut révolutionnaire par sa double motorisation électrique et thermique, sa récupération de l’énergie au freinage et sa gestion informatique de l’accélération pour plus de sobriété. Trop alternatif ? Peut-être. Sur les modèles circulant en Amérique et au Japon, les accélérations ont une fâcheuse tendance à se bloquer et les freins à ne plus répondre, faisant de la Prius un véritable danger roulant.

Developpement Durable : Dongtang, la Terre du futur

Les plaintes s’accumulent : 77 au Japon et 102 aux États-Unis en 2009. Jusque là, Toyota s’était contenté de demi-mesures consistant à vérifier que les tapis de sol ne bloquaient pas les pédales, bien décidé à ne pas interrompre sa fulgurante ascension. Aujourd’hui, le groupe doit procéder au plus grand rappel de l’histoire de l’automobile : 8,2 millions de véhicules pour un coût estimé à 1,4 milliards de dollars. Il lui en coûtera vraisemblablement aussi son image de marque. Trop préoccupée par la croissance, la marque a avoué avoir été moins regardante sur la qualité des pièces livrées par les fournisseurs. Mais une certaine arrogance dans la conception du système électronique embarqué à bord des véhicules serait la véritable origine du problème. Akio Toyoda, président du groupe et petit fils du fondateur a publiquement présenté ses excuses, une figure imposée au Japon mais qui vaut pour un aveu de culpabilité aux États-Unis où les ventes sont à l’arrêt. Il s’est déclaré sincèrement désolé avant d’affirmer que ses voitures sont sûres. Le ministre Japonais des affaires étrangères parle de grave menace pour la crédibilité de l’ensemble de l’industrie nationale. L’automobile emploie au Japon 17% de la population active et constituait la dernière fierté économique du pays.

Bienvenue à Dongtang (Chine), première ville écologique du monde. Située à l’embouchure du Yangzy, à l’extrémité orientale de la grande île de Chongming, la citée née au milieu des marais est entourée de parcs protégés et de réserves marines. Ici, les immeubles n’ont pas plus de huit étages, leurs toits sont recouverts de gazon pour recycler l’eau. Les routes sont aussi aménagées afin qu’il soit plus rapide d’aller au travail à pied qu’en voiture. En ce qui concerne les véhicules, ils sont tous hybrides. Spécialisée dans l’architecture durable, c’est la société APUR (laquelle a déjà travaillé pour les jeux olympiques de Pékin) qui est chargée par la Chine de rendre cette ville autosuffisante en énergie. C’est à l’occasion de l’exposition universelle de Shanghai en 2010 que la République Populaire de Chine dévoilera entièrement cette vitrine et prouvera au monde que croissance et développement durable peuvent coïncider sur son territoire.

Guillaume COULET

Ellyn O’BYRNE-BAUDOT


6

Heart of Blindness

E

astern Congo. If one was to walk around Reims asking what they think of what is currently happening in this region, it is likely that most students would admit having never heard about it. Quite a strange sight for the “most lethal conflict of since World War II” which has claimed “at least 30 times as many lives as the Haiti earthquake” and more than the Holocaust according to Nicolas D. Kristof of the New York Times. So what happened, one may ask ? Officially, the Second Congo War, also known as Africa’s World War is supposed to have ended in 2003. Yet, despite the end of the armed conflict which involved eight different African countries over power in the Democratic Republic of Congo, a strife in Eastern Congo continues with rape, violence…business as usual. Business is the key word in this region of the world since there is a lot of wealth to be had. Some may remember Blood

Diamond which speaks of Sierra Leone’s 1999 Civil War in this respect. It is the same, but on a larger and longer scale. At the heart of the conflict are several factions which fight for territory in the North and South part of the Kiviu region located alongside Rwanda and Burundi. To complete the picture, one might also add that the Congolese army is part of the horror and that the UN is being suspected of corruption and collusion in the interest of some countries. Moreover, despite Rwanda’s exemplary behavior at home, its role is similarly shady. However, trying to describe the situation in a clear manner, by distinguishing one or several conflicts would be useless given the chaos and the complexity of the region. For the rage is not only about wealth, there is also much hatred fueled by ethnic resent, as Congolese versus Rwandese but also Hutus versus Tutsis, reminding the Rwanda tragedy, are fighting each other. It is strange

how in this post-colonial world, so many serious conflicts erupt in so little time in such a localized region. One could also mention the conflict, in terms of violence and ethnic tensions as well as stakes around oil and other natural resources in Darfur, just up north of the Democratic Republic of Congo. Here, once again, despite the ongoing violence of militias, there has been in recent months very few media coverage, maybe once again due to private, or public interests, China being the most notable regarding oil but the corporations which need the ores to make LCD screens sold throughout the world, among others, should be also mentioned. A good reason, in those green times to not only ask what am I eating but what am I funding… Paul-Marie ROMBAUT, Aimé ABIZERA, Laura GALLET


8

Bernard WERBER

A

l’occasion de sa venue à RMS, Bernard Werber s’est entretenu avec l’équipe d’OFTB. Son dernier roman, Le Miroir de Cassandre, raconte l’histoire d’une jeune fille qui semble pouvoir prédire l’avenir mais qui est confrontée à l’indifférence du monde extérieur vis-à-vis de ses prédictions. L’auteur des Fourmis a bien voulu nous en dire davantage sur cette dernière œuvre et sur son parcours.

OFTB : Pouvez-vous résumer en quelques mots l’histoire de votre dernier livre ? B.W : C’est l’histoire d’une jeune fille de 17 ans qui ne connaît pas son passé, et qui découvre qu’une des clefs de sa vie réside dans son prénom ; elle connaît le même sort que la Cassandre antique car elle peut voir l’avenir mais personne ne l’écoute. Elle va donc fuir le monde normal pour aller dans un endroit où on l’écoute : un dépotoir où des clochards vont l’aider à arrêter les attentats terroristes, et à réfléchir à un monde meilleur. OFTB : Qu’est-ce que la Ligue de l’Imaginaire dont vous faites partie ? B.W : C’est un regroupement d’auteurs qui essaie de lutter contre la terreur du système littéraire français actuel. Pour l’instant, on se réunit et on réfléchit. On se définit comme hors du système. Le système, c’est des vieilles personnes avec des vieilles mauvaises habitudes qui règnent depuis très longtemps, qui font des mauvais livres et qui vous présentent souvent des autobiographies dans les médias. On essaie de lutter contre ça et on veut proposer autre chose… OFTB : On sait que vous êtes très lus en Russie et au Japon. Comment expliquez-vous un tel succès dans ces pays-là ? B.W : Parce que ce sont des pays tournés vers le futur. Ils ont connu des problèmes dans le passé et ils s’intéressent donc à ce qui est nouveau. En France, on vit avec la nostalgie de la

grandeur passée, on a donc peur de la nouveauté. OFTB : Vous vous êtes également lancé dans la réalisation il y a quelques années. Comment a été accueilli votre film ? B.W : Oui, il était trop neuf. Le système cinématographique, qui est encore une bande de copains, n’en a pas voulu car il n’y avait pas de « stars » ; il a donc été très mal distribué. Ceux qui ont voulu le voir n’ont pas pu finalement. OFTB : Est-ce qu’il y a un auteur qui vous donne envie d’écrire ? B.W : Oui. Philippe Cadique. C’est un écrivain qui sort de l’ordinaire, du système. Ce que j’entends par système, ce sont les mandarins établis par certains dès qu’il y a une profession artistique qui paraît et qui sont désignés comme références. Ces gens ne font que comploter pour se maintenir au pouvoir et ils oublient leur fonction première. Cela arrive dans la littérature qui est un domaine censé être libre. Le but d’un artiste libre est de dénoncer ça et Philippe Cadique est parvenu à le faire. OFTB : Pour finir, quelle question aimeriez-vous qu’on vous pose ? B.W : J’aime bien qu’on me pose : « quelle question aimeriez-vous qu’on vous pose ? » (rires) Nils GERARDIN, Delphine HEINRICH


9

Michael Hirsch Sup de Co, Promo 2010 Master Marketing et communication

Quel a été ton meilleur souvenir à RMS ? Difficile de n’en choisir qu’un…mes meilleurs moments dans cette école sont ceux que j’ai pu partager avec d’autres : la victoire de la campagne BDA 07-08, les pièces de théâtre dans lesquelles j’ai joué en 2008 et 2009, ainsi que les amphis des admissibles en 2009. Quels stages as-tu effectué depuis ton entrée à RMS ? En 1A, stage dans une agence de conseil en communication spécialisée dans le luxe, la mode, la beauté et la lingerie. En tant que chef de projet junior, j’étais en charge de nombreux projets d’éditions (leaflets, dossiers de presse, consumer mags) : gestion des relations clients (brief marketing, budget, retroplanning), opérations qui peuvent découler des projets d’éditions (achat d’art, organisation de shootings…), élaboration de plans de communication stratégiques dans le cadre d’appels d’offre (Aubade et Yoplait). En 3A, stage de six mois en tant qu’assistant chef de projet marketing international chez L’Oréal, pour Skin Care Professionnel Kéraskin Esthetics. J’ai eu la chance de développer une gamme de produits du concept au lancement avec tout ce que cela implique: en amont, les brainstorming, le développement du concept, les pré-tests et en aval les relations avec l’industrie, les agences de packaging et de créa, les tests des produits, la rédaction du dossier marketing et la création d’outils de vente, les présentations devant les équipes locales… J’entame à présent une nouvelle expérience de 6 mois en planning stratégique à New York dans une agence de publicité spécialisée dans la beauté, les parfums et la joaillerie. Des conseils pour trouver un stage dans le luxe ? Le premier conseil est d’avoir une réponse claire à cette question : « Pourquoi souhaitez-vous travailler dans le luxe

michael.hirsch@hotmail.fr ?». On vous posera à coups surs cette question en entretien ! Le second conseil est de ne rien laisser au hasard. Ceci implique d’avoir une stratégie claire de recherche de stage (quelles entreprises ? quel poste ? quel réseau utiliser ? quel timing ?), d’avoir des « argumentaires de vente » impeccables (CV, Lettre de motivation…) et d’être prêt pour un entretien à tout moment (connaissance du marché, de l’actualité…). Saisissez également toutes les opportunités : jeux d’entreprises, forums et networking divers et varié… Enfin un dernier conseil : motivation, détermination, et abnégation. Quand une porte se ferme devant vous, passez par la fenêtre ! Est-il plus intéressant d’effectuer un stage pour une agence de communication ou pour une marque précise ? Les marketeux purs diront surement que les agences sont des tocards qui méritent qu’on les exploite… Les communicants (d’agence) répondront qu’en vérité ce sont eux qui ont le pouvoir. L’agence donne à voir énormément (plusieurs clients = plusieurs stratégies), apprend l’humilité et la rigueur et accroît la sensibilité visuelle ; le marketing force à se concentrer sur une problématique et à la creuser à fond, apprend aussi la rigueur, et accroît considérablement la sensibilité produit. Quelles sont, selon toi, les qualités nécessaires pour travailler dans le domaine du luxe? Avoir le talent de Karl Lagarfeld et la fortune de Bernard Arnault ou alors se contenter d’être pro-actif, différent (et de l’assumer), rigoureux, très bon communicant et d’avoir une très grande sensibilité visuelle/produit/marché…What else ? Y a-t-il beaucoup de concurrence/de débouchés dans ce secteur? Beaucoup d’appelés et peu d’élus, évidemment. On pourrait dire en somme, que c’est déjà un luxe que d’y travailler… Une fourchette de salaires pour un chef de produit travaillant dans le domaine du luxe ? Et bien pour le coup ce sera effectivement une fourchette et pas un râteau… En premier job, en général, c’est entre 36 et 42K€. Marion GEA, Camille GUEUCIER et Sonia IMAD


10 Go GrΣΣk : entrez dans l’univers des fraternités américaines

D

elta Phi, Kappa Kappa Gamma, Gamma Phi Beta  : ces noms vous font peur et ne vous disent pas grand chose ? Pourtant ils sont l’un des piliers de la vie estudiantine américaine : les fraternités (ou sororités pour les filles) séduisent chaque année environ 16% des étudiants. Chaque lettre est l’initiale d’une devise grecque. Si elles alimentent beaucoup de légendes urbaines : rites d’initiations quasi-mystiques, orgies monumentales… elles communiquent en réalité très peu et entretiennent le mystère. Sur le campus chaque fraternité a sa réputation : pour les filles Kappa Kappa Gamma, à la réputation plus que sulfureuse, c’est « chlamydia quasi garantie » ! D’autres sont très prestigieuses : les Skulls and Bones de Yale comptent parmi eux les Bush père et fils, ainsi que John Kerry. Elles possèdent même leur propre île : Deer Island au large de New-York. On mesure le pouvoir d’une fraternité selon le nombre de ses membres à la tête de grandes entreprises : Donald Trump, Rockfeller, Whitney sont eux aussi passés par les bancs de fraternités renommées. Devenir frère signifie faire part d’un réseau d’affaires mondial : cela va du simple stage de fin d’études au financement d’une entreprise à hauteur de plusieurs millions. Mais une fraternité repose surtout sur des valeurs et des règles de conduite communes : beaucoup se veulent des sociétés de gentlemen soudées par l’esprit d’appartenance : chaque fraternité a son emblème, son hymne, ses couleurs, sa façon de parler ou de se saluer. Garder le secret est la règle n°1, et même si aujourd’hui, sur le campus, les membres sont relativement faciles à identifier, révéler son appartenance serait vécu comme une trahison. Aucun des membres des Skulls and Bones n’aurait admis faire par-

tie du club très select, même à ses proches… On l’aura compris la fraternité fonctionne en vase clos et y entrer se mérite : avoir des parents riches et célèbres ou euxmêmes anciens membres de la fraternité facilite l’entrée. Mais pour le commun des mortels tenter de rejoindre une fraternité s’apparente à un parcours du combattant. Les histoires les plus folles circulent sur ce que les promettants (les candidats) ont à relever pour rejoindre la fraternité : étrangler un hamster ou encore avoir des relations « intimes » avec une chèvre… Tout commence en début d’année quand les freshmen : les premières année font le tour des Maisons. Chaque fraternité fait alors le show et dévoile son hymne et ses valeurs aux potentiels membres. Les sélectionnés passent alors trois mois dans l’immense maison et ils sont soumis à une série de tests (comme mémoriser mot à mot les interminables listes vieilles d’un siècle des principes fondateurs) qui aboutit éventuellement à l’épreuve finale : le bizutage. Une fois intégrés, une nouvelle vie commence pour les jeunes membres : ils peuvent habiter dans l’immense Maison privée de la fraternité ou tout ou presque est permis par le président de la fraternité qui est souvent un dernière année. Loin des règlements des dortoirs du campus c’est fête 24H/24. C’est alors cet esprit blablabla qui fait le succès des fraternités. D’ailleurs certaines ont ouvert des chapters (succursales) en France : les Sigma Theta Pi sont sur les campus de Lyon, Grenoble et Amiens. N’importe où dans le monde des étudiants peuvent faire une demande pour ouvrir une succursale sur leur campus : alors pourquoi pas à RMS ? Flore GRANNET et Marion GEA


12 Dic’s Over A

rriver à la hauteur de Manchester United ou du Real Madrid n’est pas chose aisée sportivement, cela l’est encore moins économiquement en raison de la différence de régime fiscal mais surtout parce que le football, que ce soit en Angleterre ou en Espagne, est considéré comme un «business» à part entière. En France, la vision que les politiques ont du football est beaucoup moins pragmatique que celle de la Perfide Albion, ils considèrent le droit à l’image collective comme une niche sociale et fiscale bénéficiant exclusivement aux sportifs professionnels, d’où la décision du Parlement de supprimer le DIC. Régi par l’article L.222-2 du code du sport, son principe est simple. En sus de leurs salaires, certains «pros» reçoivent des revenus spéciaux relatifs à la commercialisation de l’image collective de l’équipe. La particularité de ce revenu, c’est qu’il n’est pas soumis aux cotisations du régime général de la sécurité social. Cependant, afin d’éviter toute dérive, le DIC est limité à un maximum de

30% de la rémunération brute totale du sportif. L’ensemble des dirigeants du football français s’accorde pour qualifier cette mesure de démagogique et de complètement infondée vu qu’elle va accroître le fossé entre les clubs français et ceux des grands championnats européens en terme d’attraction et de compétitivité. Frédéric Thiriez, président de la LFP, s’indigne de l’attitude «démagogique» des parlementaires et des pouvoirs publics à qui le football professionnel verse chaque année 600 millions d’euros d’impôts et de charges sociales.

des dirigeants des clubs de L1 qui avaient pris en compte le DIC dans leur budget salaire et qui fustigent la décision des parlementaires en faisant planer la menace de la fuite des joueurs de talents à l’instar de Benzema, parti au Real Madrid où les conditions salariales sont plus avantageuses notamment grâce à la fameuse «loi Beckham», sorte de DIC à la sauce espagnole. Cependant, comme le pensait feu Philippe Séguin, grand connaisseur du football et de ses arcanes, on ne peut pas prendre de l’argent au football amateur pour espérer arriver au niveau de Chelsea. Il prônait la suppression du DIC afin de rendre l’univers footballistique plus transparent et plus stable économiquement. Joulane HADDIOUI

On peut comprendre la réaction

Racisme en Italie

M

ario Balotelli attaquant de l’Inter de Milan est né à Palerme de parents ghanéens le 12 août 1990. Agé de tout juste 19 ans, « Super Mario » n’en fini pas de faire parler de lui. Ses statistiques affolent les compteurs, aussi bien à l’Inter qu’en équipe d’Italie espoir où il est déjà devenu plus qu’indispensable. Son ascension est si vertigineuse et son talent tellement évident qu’on pense déjà à en faire la future star d’attaque italienne lors de la prochaine coupe du monde en Afrique du Sud. Celui qui se considère plus que jamais comme un véritable italien rêve de revêtir la tenue de la Squadra dans l’hémisphère sud. Mais en Italie du côté des « tifosis », le son de cloche est bien évidemment différent… Le racisme continue de laminer le football italien. Mario Balotelli a essuyé une pluie d’insultes racistes dans différents stades que ce soit à Turin ou à Sienne ces derniers temps. Des injures et des gestes d’une

mal ces attitudes inadmissibles. Mais regardons l’Angleterre bon sang! Pourquoi ne pas suivre son modèle ? Elle qui a réussi à expulser ses « hooligans » hors des stades et qui nous propose aujourd’hui le plus beau spectacle au monde… Le championnat d’Italie est en berne, tâchons de nous concentrer sur le jeu plutôt que sur les tribunes… Aux instances désormais de se donner les vrais moyens pour mettre une fin à ces désordres qui prennent une ampleur sans précédents… rare violence mais qui commencent à devenir monnaie courante dans les curves des stades transalpins… Ainsi, on pouvait entendre s’élever des stades : « Un italien noir n’existe pas », « Si vous sautez, Balotelli va mourir, sautons ! », « Balotelli sale nègre, fils de p*** »,… La fédération italienne et les instances en place ont bien du mal à mettre à

Fabien PICCIRILLO


14 Sport Insolite : la pétanque des neiges On en a tous marre du froid, des manteaux, de la pluie… On aimerait tellement pouvoir retrouver les joies de l’été, le soleil,… Alors pour vous faire patienter j’ai la solution ! Quoi de plus représentatif d’un été sudiste que la pétanque ? Et bien je vous propose de revisiter ce sport national en l’adaptant aux rudes conditions climatiques rémoises. Je vous présente pour ce mois de Février la pétanque des neiges ! Ce sport est devenu une véritable tradition au Québec avec la création de « l’international de pétanque sur neige » ou encore du « tournoi mondial de pétanque des neiges » créé en collaboration avec L’amicale des Boulistes Amateurs et buveurs de pastis d’Aix en Provence. Il y a déjà eu deux éditions de « l’international de pétanque sur neige », par une tempéra-

ture moyenne de -19 degrés et sur un lac gelé. En effet, il s’avère que les terrains neigeux sont excellents pour pratiquer la pétanque, aucune adaptation n’est nécessaire, on peut jouer tout à fait normalement. La preuve : 175 participants et 20 équipes ont participé au dernier international de pétanque sur neige. En France, la pétanque sur neige

Les titans des océans

catamaran Alinghi 5 à l’entraînement

2

009 a été l’année de la voile avec la seconde victoire de Michel Desjoyaux au Vendée Globe (Tour du monde des monocoques en solitaire et sans escale), la victoire de l’équipage Ericsson 4 à la VOLVO OCEAN RACE, le record de traversée de l’Atlantique à la voile battu par Pascal Bidegorry en 3 jours et 15 heures, une trépidante transat Jacques Vabre, et le record du monde de vitesse à la voile par l’hydroptère qui a dépassé la barre des 50 nœuds sur un mile (soit 1,6 km à plus de 100 km/h de moyenne). Mais 2010 commence fort avec la 3eme tentative de Franck Cammas qui, après avoir chaviré au large de la NouvelleZélande en 2008 puis abandonné sur avarie de bras arrière bâbord en novembre 2009, va tenter pour la troisième fois de remporter le trophée Jules Verne (record du tour du monde en équipage). Bruno Peyron avait placé la barre haute en le bouclant en 21 jours en 2005, sur son maxi-ca-

est également pratiquée en montagne, aux portes sud-ouest des Hautes-Alpes par exemple, à Dévoluy où ce sport fait partie intégrante du programme des activités dans une ambiance estivale et conviviale. Superdévoluy et La Jouedu-Loup ont même lancé des tournois de pétanque sur neige chaque semaine après 17h pour les fins de journée de ski. Alors n’hésitez plus, il n’y a plus de saison pour jouer à la pétanque ! Prévoir juste une tenue bien chaude et le traditonnel litre de pastis pour affronter les températures négatives. Pauline GUISET

tamaran Orange 2, avant de battre le record de traversée de l’Atlantique, immédiatement pulvérisé par Franck Cammas en moins de 100 heures. Le français pourrait d’ailleurs être rejoint par Banque Populaire 5, qui envisageait également de tenter l’exploit pour l’hiver. Une véritable course-poursuite dans le petit monde des multicoques transocéaniques… La 32ème coupe de l’America, quant à elle se déroulera à Valence, et opposera les Suisses sur Alinghi 5, un catamaran dantesque de 90 pieds, aux Américains sur leur trimaran BMW Oracle, dont voile-aile culmine à 57 mètres. Budgets colossaux et prouesses technologiques ponctuées par un thriller judiciaire, l’événement nautique le plus prestigieux au monde promet le plus grand show jamais vu. A l’heure où vous lisez ces lignes, les étraves devraient déjà avoir fendu les lignes de départ. En attendant que les modalités de la course permettent le retour d’autres équipes pour les prochaines années (aucune autre équipe n‘a eu dernièrement les moyens de participer), nous pourrons en 2010 nous régaler avec un programme de navigation épique, clos par le départ le 31 décembre de la Barcelona World Race, course autour du monde à deux équipiers sur les monocoques IMOCA 60. Entre deux cours de compta, je vous suggère un bord virtuel sur sailingnews.tv et adonnante.com, deux sites proposant des vidéos marines prodigieuses. Une drogue qui me permet de tenir le temps d’un hiver inéluctablement terrestre. Mathieu GUEUDET


Microsoft Office 2010 Beta téléchargeable La nouvelle mouture tant attendue de la suite bureautique office de Microsoft vient de débarquer sur la toile. Que dire sur cette nouvelle version … Microsoft nous pond une version remixée d’Office 2007 avec une interface utilisateur plus « fluide » et un ruban qui remplace le menu et la barre d’outils. Souvenez-vous le ruban fut premièrement introduit sur office 2007 et nous permettait d’avoir tous les outils de la suite sous la main et ce en quelques clics. Ce dernier se retrouve dorénavant intégré à tous les logiciels de la suite (Access, Word, Excel, Outlook etc...) et , innovation majeure, il devient totalement personnalisable . De plus, office 2010 tire profit de toutes les fonctionnalités de la barre de tache de Windows 7 et introduit de nouvelles animations et caractères Un geek à votre service

(chose qui peut servir à embellir vos présentations de marketing et vous faire gagner quelques points). Powerpoint, quant à lui, se voit doté d’un outil de montage vidéo simple et efficace qui vous permettra de personnaliser vos vidéos (plusieurs formats sont désormais acceptés). A noter également la refonte du design de cette mouture. On retrouve en effet un volet windows blanc tirant parti des effets visuels introduit par Windows vista et présent sur Win-

dows 7. Pour ceux qui ne sont pas convaincus par le nouveau design de cette suite, ils auront la possibilité de choisir entre deux thèmes. Pour finir, je dirais que cette suite bureautique d’office reprend tout ce qui faisait la réussite d’Office 2007 en l’améliorant et le peaufinant. En effet, office 2010 est plus abouti que son aîné et tire partie de toutes les fonctionnalités du nouvel OS de Microsoft. Enfin, sachez que vous aurez droit à une mise à niveau gratuite vers Office 2010 pour tout achat d’office 2007 entre le 5 mars 2010 et le 30 septembre. Alléchant, non ? Lien : http://www.microsoft.com/ france/office/2010/beta/default. mspx Abdoullah SARDI, Alexis FURTAK

Un problème? Une question ? Une suggestion? Contactez nous par mail: abdoullah.sardi@rms.fr et alexis.furtac@rms.fr

15


16 Cinéma

L’autre Dumas

Shutter Island

Dans les années 1950, un policier, Teddy Daniels part enquêter avec son coéquipier sur une île où de dangereux criminels sont reclus dans un hôpital psychiatrique. Scorsese réussit à adapter le roman de Denis Lehane en recréant l’ambiance des vieux films des années 50 où le stress se mêle à la beauté des images. Dicaprio s’impose à nous par ce personnage troublant qui passe de la surpuissance au doute total. La paranoïa est entretenue par une mise en scène qui stimule nos sens et qui exacerbe le questionnement sur la frontière entre raison et folie, entre le vrai et le faux. A.H 9/10

Percy Jackson Les jeunes adolescents anglo-saxons ont de la chance vous me direz  ! Après Harry Potter qui découvre à 11 ans qu’il est sorcier, c’est maintenant le petit Percy… Ce dernier apprend qu’il est le descendant d’un Dieu grec (Poséidon) et qu’il est au cœur d’une querelle divine car il aurait dérobé la foudre de Zeus…Patatras ! Bon…des scènes à rallonge où il se bat contre des monstres tout droit sortis de la de la mythologie, des grandes scènes d’héroïsme, un peu d’amourette, et voilà. Ce film finit rapidement par devenir un grand moment de solitude…les personnages manquent nettement de profondeur…ou simplement de sens. Enfin le scénario est dénué de souffle, et osons le dire, frise le ridicule. Fils de Poséidon avec un i-phone dans la poche…et puis quoi encore !

4/10

Anouar HACHEMANE

Auguste Maquet (Benoît Poelvoorde) travaillait pour Alexandre Dumas (Gérard Depardieu). Le film ne suggère pas ; il dit explicitement que quand une collaboration est à ce point rapprochée, on peut se demander qui influence qui, qui inspire, qui est inspiré, qui est romancier. Dommage, donc, qu’il n’y ait pas plus d’espace entre les lignes, que ce ne soit pas assez intriguant, ou que tout nous soit servi sur un plateau. Le film est sympathique, ni plus ni moins : les acteurs jouent très bien, nous sommes plongés dans la révolution à laquelle Alexandre Dumas a participé, et les femmes font tourner la tête des hommes. Pour ce qui est de la littérature –toute en suggestion- il faudra aller piocher ailleurs. Agathe CARON

5/10

In the Air Il est certes plaisant de voir George Clooney faire autre chose que siroter un café -et dans « quoi d’autre » qu’une comédie pouvait-on le voir ? – mais j’ai le regret de dire que le film fait partie de ceux pour lesquels on peut arrêter le visionnage en plein milieu et oublier de le reprendre. Comme toujours dans une comédie, on apprend la vie. Vivre seul et ne dépendre de rien, c’est bien, mais c’est vivre à côté de la plaque. Comme toujours dans une comédie, le personnage principal en voit de toutes les couleurs. Il se fait balader par une femme à force de vouloir prendre le risque de devenir normal, et est mis en concurrence avec une jeunette qui propose une nouvelle méthode de licenciement. Oui, car le travail de cet homme toujours en transit est d’aller licencier des personnes à la place de leurs boss, trop soucieux de leur santé pour le faire eux-mêmes. L’idée est sympa. Mais on s’ennuie.

5/10

A.C


Théâtre A petit mois, petite programmation

La comédie mélange les styles... Du 22 au 25 février, Une maison de poupée et Rosmersholm, d’Ibsen : d’un côté, «Maison de poupée », critique d’une société où la gente masculine réduit les femmes au rang de

poupées. De l’autre, « Rosmersholm » raconte comment la sensuelle et manipulatrice Rebekka va chambouler la vie d’un riche conservateur. Dans ce spectacle, Stéphane Braunschweig associe ces deux pièces pour lier « héroïsme et radicalité », où les personnages cherchent de nouvelles valeurs sur lesquelles reconstruire leur vie. Le Grand Théâtre tout en musique… Le 11 février, Djaz à l’Opéra n°2, par Laura Littardi: le deuxième volet de cette saga nous rappelle les racines italiennes grâce à la voix étincelante de la chanteuse. Dans un flot rythmé et poétique, les horizons musicaux se croisent, du jazz à la pop-soul. Le Quintet nous offre, au rythme d’improvisation, une musique toute en nuances. Les 26 et 27 février, Massacre, de Wolfgang Mitterer : entre luttes de pouvoir, trahisons et violence fanatique, cet opéra contemporain porte un regard nouveau sur l’inclination humaine au massacre. Il redonne vie avec force et créativité à l’œuvre noire et profonde qu’est la pièce Massacre à Paris de Christopher Marlowe dont il s’est inspiré. Une composition de génie qui s’articule autour d’une trame électronique préenregistrée et citations de musique baroque. C’est ainsi un voyage entre les époques, les références pour un opéra riche en couleurs. Nathalie ABOUAB

Expo Deux styles, deux artistes… une expo ! Qui a dit que les œuvres de Matisse et de Rodin étaient de styles complètement différents  ? Certes, Rodin est connu pour ses sculptures et Matisse pour ses toiles fauvistes, néanmoins, ils partagent beaucoup de points communs. L’exposition « Matisse & Rodin » au Musée Rodin à Paris vous propose de découvrir les liens qui se tissent entre leurs œuvres. On apprend alors que les deux artistes se sont rencontrés en 1899 et que Matisse vouait une grande admiration pour Rodin, dont il s’est inspiré. Tous deux sont fascinés par le corps humain, la danse et le mouvement, comme en témoignent les esquisses de nus, les sculptures et les dessins présents dans cette exposition. C’est un vrai régal pour les yeux comme pour l’esprit, tant les œuvres sont belles et le parallèle

intéressant. Profitez de l’occasion pour visiter le musée Rodin et admirer le célèbre Penseur en vous baladant dans les jardins.

Camille HENRY

« Matisse & Rodin » au Musée Rodin à Paris. Jusqu’au 28 février 2010. Fermé le lundi. 5€ pour les étudiants (musée+exposition)

17


18

Idées

Missive artistique L’expérience artistique, ce moment où l’on saisit l’essence d’une œuvre, ne s’incarne pas seulement dans une contemplation catégorique qui ferait appel à l’unique stimulation de nos cinq sens ; de même que l’Art n’a pas seulement pour finalité la reproduction matérielle d’un objet ou d’une idée. L’Art mène au-delà. Vous l’avez sans doute déjà éprouvé, ce sentiment serein et impénétrable, qui naît de la rencontre avec l’œuvre et qui transcende la satisfaction liminaire de nos sens. Expliciter ce sentiment n’est pas ici notre affaire ; mais à partir de celui-ci, nous proposons de définir l’Art autrement qu’en tant qu’un «simple» savoir-faire agençant un protocole et un concept en vue de produire une œuvre. Détachons-nous à présent de son aspect le plus profane, à savoir le sensible, pour plonger dans son plus divin, c’est-à-dire l’intelligible. Dans son travail, l’artiste absorbe la réalité, la digère, l’interprète, la refaçonne puis la transcrit dans un dialecte dont il est seul maître, tout cela pour livrer un message qui va au-delà de la satisfaction plastique d’un quelconque public. L’artiste se pose en messager, et l’art constitue son langage ; l’œuvre symbolise l’aboutissement ultime, par analogie, la lettre déposée par le facteur, la missive parvenue aux mains du destinataire, du public. «Les grands artistes sont ceux qui imposent à l’humanité leur illusion particulière». Guy de Maupassant, Pierre et Jean, 1887. Voilà le formidable attribut de l’Art : il s’agit d’un dialecte qui, parce qu’il s’impose à l’humanité, véhicule un message ambivalent, suspen-

du entre singularité (parce que provenant du seul artiste) et universalité (parce que saisissable par tous). L’Art est un langage qui ne serait ni relatif ni universel, qui serait singulièrement parlé par l’artiste et majoritairement compris par le public : il détient la formidable capacité à lier artistes et non-artistes, malgré toutes les divergences de perception qui pourraient les séparer. Depuis les premiers travaux artistiques jusqu’à la jungle contemporaine des flux de communications, il ne cesse de représenter l’unique media capable de fournir la pure objectivité à partir d’une perception exclusivement subjective. Dans cette expérience de l’Art décrite au début, le message est délivré par l’artiste d’une façon qui n’est pas anodine et qui transcende la simple lecture de la réalité par quelqu’un d’autre : absorbée, modelée puis retranscrite à travers l’œuvre, cette réalité devient une vérité aux yeux de celui qui la contemple, en ce sens qu’elle abrite une expérience réinterprétée du réel, c’est-à-dire un phénomène que l’artiste a singularisé et passé au crible de son intellect. De la réalité à la vérité, le message artistique demeure là, inhérent à la signification profonde de l’œuvre, et non pas à ses seules caractéristiques plastiques ; il soulève le voile qui couvre la vérité et transmet celle-ci à l’audience. Auguste Rodin le déclara justement : «Il n’y a réellement ni beau style, ni beau dessin, ni belle couleur : il n’y a qu’une seule beauté, celle de la vérité qui se révèle». Romain HARDY


19

Musique

Le retour de Noir Désir Le 11 septembre 2001 sortait Des visages des figures. Si cette date marque les attentats du World Trade Center, elle est aussi celle du dernier album studio de Noir Désir. Inutile d’épiloguer sur ce qui s’en suivra : Bertrand Cantat est condamné à huit ans de prison en 2003 pour l’homicide de Marie Trintignant. Comme une conclusion, un double live –qui se vendra extrêmement bien- sort en 2005 aux airs d’album posthume. Difficile pourtant de croire que l’incarnation du rock français signe ici sa fin. Noir Désir fut fondé en 1984 à Bordeaux. Leurs débuts sont clairement marqués par l’influence des Doors (Bertrand Cantat ne cache pas sa passion pour Jim Morrison) et de grands auteurs tels que Baudelaire, Rimbaud ou encore Edgar Poe. C’est un groupe clairement anti-conformiste et les premiers albums appartiennent à une mouvance alternative, Noir Désir gagnant en maturité leur sonorité devient par la suite plus douce et leurs textes plus engagés. Mais plus que leurs albums ce sont surtout leurs prestations scéniques plus qu’incroyables qui les feront connaître : Bertrand Cantat n’en sort d’ailleurs pas indemne et après chaque tournée

doit se faire opérer des cordes vocales. En 2008 un nouvel album est enfin annoncé mais le grand retour du groupe se fait dans la discrétion : le 12 novembre deux chansons inédites sont mises en ligne sur leur site officiel. Gagnant/Perdants et Le temps des cerises (reprise d’une chanson écrite en 1866 et chantée pendant La Commune) sont deux titres écrits en réaction contre la crise des subprimes révélant l’envie –toujours présentedu groupe de réagir face à l’actualité. Ces deux chansons ont été proposées en téléchargement gratuit jusqu’au 17 mars 2009 et constitueront le premier single de leur nouvel album. Celui-ci initialement prévu pour 2009 ne sortira finalement que fin 2010, en effet il semblerait que bien que toutes les musiques soient composées le groupe peine à finaliser ses textes. En attendant la sortie de cet album, une biographie du groupe écrite par Pierre Mikaïloff est disponible depuis janvier.

Littérature

Mon Enfant de Berlin Encore un roman biographique. Encore la Seconde Guerre mondiale. Dans ce nouveau roman, Anne Wiasemsky tente de faire le portrait de sa mère, Claire Mauriac, la fille de l’écrivain. Le roman commence en 1944 et se termine en 1948, à la naissance de cet «  enfant de Berlin  » qui n’est qu’autre qu’Anne Wiasemsky. Pendant tout ce temps, Claire, 27 ans, est ambulancière de la Croix-Rouge française à Berlin. A elle et son équipe incombe la tâche de trouver, récupérer et soigner les prisonniers français libérés à la fin de la guerre. Elle connaît donc la fastidieuse reconstruction de Berlin et cette «  année zéro  » sans fin. C’est presque un choc de réaliser que pour ces membres de la Croix-Rouge, la «  guerre  » s’est prolongée de trois ans. Cependant, ces événements ne sont pas mis en relief, ils ne forment qu’une toile de fond superficielle. Première déception.

Peut-être faut-il alors lire ce roman comme le parcours des meilleures années d’une jeune fille. Ainsi, on voit Claire trop heureuse de s’affirmer dans un milieu où elle n’est plus la fille de mais où elle est une jeune fille jolie, vivante et utile. On voit aussi la joyeuse et solide amitié qui règne entre tous les hommes et femmes qui participent à cette mission de reconstruction. Mais là encore, on est toujours mis à distance. On ne voit ces fêtes qu’à travers de très courtes lettres. La jeune femme est toujours lointaine, floue et fade. Même les rapports complexes qu’elle entretient avec ses parents ne sont pas fouillés, analysés. Reste alors la grande histoire d’amour. En effet, c’est à cette époque que Claire rencontre l’homme de sa vie. Cet homme, Yvan Wiasemsky, a déjà plus d’épaisseur car ses lettres sont bien plus vivantes que celles de Claire. Cepen-

Dominique DACHER dant cet amour qui « rayonne sur toute l’équipe  » ne transparaît pas du tout pour le lecteur. Tout est toujours trop rapide. Ainsi le lecteur a l’impression étrange de lire les aventures d’une héroïne de roman alors qu’il s’agit d’une jeune femme réelle qu’on dit dotée d’une forte personnalité. Peut-être que cette mise à distance veut montrer l’insouciance d’une femme qui ne se préoccupe pas de questionner et approfondir mais de vivre et agir  ; le plus souvent Claire apparaît comme une enfant gâtée. Même si les dernières pages sont largement meilleures, le résultat est décevant. On a tous les ingrédients pour faire le portrait vibrant d’une passionnée traversant l’histoire mais trop souvent ce roman ressemble au journal de n’importe qui. Priscille AUBIN


20 Le jour d’avant

Il est 22h et des poussières sur Arte. Impatiente, j’attends sur mon canapé que le documentaire de Loic Prigent, Le jour d’avant, commence. Après Chanel et Marc Jacobs pour Louis Vuitton, il propose cette fois, avec une grande ingénuité, de pénétrer dans les coulisses des défilés les plus prestigieux et pose cette question simple mais capitale : que se passe t-il durant les 24 heures qui précèdent les défilés ? Durant quatre fois cinquante minutes qui suivent respectivement Karl Lagerfeld pour Fendi, Jean Paul Gaultier, Proenza Schouler et Sonia Rykiel, c’est avec surprise et engouement que nous découvrons toute la pression et l’affolement qui règnent dans les coulisses de chacun de ces génies. Car il faut l’avouer, 24 heures avant le défilé, rien n’est prêt, ou presque : le choix des mannequins, l’ajustement des tenues à ces dernières, certaines

robes à découdre et recoudre car elles ne correspondent pas à ce que l’on attendait… parfois, c’est trente secondes avant de monter sur le podium que les mannequins se font reprendre leurs tenues ! Loic Prigent nous plonge ainsi dans un monde surprenant et filme avec justesse le monde fascinant de la mode et de la création. Il lui confère une dimension plus humaine et moins superficielle, dévoilant à chaque fois le travail de titan réalisé par les artisans de l’ombre- couturiers et couturières, maisons de borderies spécialisées, maroquiniers venant des quatre coins du monde… Mais aussi par les créateurs eux-mêmes, minutieux et très à l’écoute de leur entourage professionnel : rien ne leur échappe et rien n’est, en effet, laissé au hasard. Le réalisateur nous démontre alors que la mode c’est aussi ça, une précision et un investissement à couper le souffle,

une frivolité derrière laquelle se cachent une culture et une économie à soutenir, défendre et préserver… et il nous fige sur notre canapé. En cinquante minutes, tenus en haleine par le dénouement final de ce travail formidable, nous nous sommes attachés à l’équipe et c’est finalement avec une joie immense- mais un certain regret de la quitter si vite- que nous partageons son bonheur immense face au résultat toujours grandiose. La bonne nouvelle, c’est que Loic Prigent a eu l’excellente idée de mettre rapidement son œuvre sur dvd … pour ceux et celles qui n’ont pas pu suivre la saga en direct mais aussi pour les véritables inconditionnels… A bon entendeur. Le Jour d’avant, Loic Prigent, coffret de quatre dvds disponible depuis le 3 février. Laura MARTINEZ

Une touche d’Orient en Occident

Q

ue vous évoque le Liban ? La violence me direz-vous. Et bien moi je répondrais l’élégance et la volupté. En effet, ce pays, marqué par de nombreux conflits qui se sont perpétués de 1975 à 1990, a vu émerger depuis quelques années de nombreux créateurs qui se distinguent par des collections empreintes de classe et de glamour. D’ailleurs, cette « vague libanaise » a même déferlé sur l’univers très prisé de la Haute Couture en Occident ; les rendez-vous les plus importants de la mode dans le monde entier comme les « Fashion Weeks » de Paris et de New York ne sauraient plus se passer de leurs hôtes libanais. Elie Saab, Georges Hobeika, Basil Soda, Zuhair Murad, Georges Chakra, parmi les plus connus, sont les nouveaux chouchous de ces dames ! Elie Saab, précurseur de la mode dans son pays, a été parmi l’un des premiers à s’imposer au niveau international, ce qui a permis à ses compatriotes de suivre avec succès le même chemin. Que ce soit les créateurs cités précédemment ou ceux plus récents comme Dany Atrache, Rabih Kayrouz ou Khaled El Masri, ces génies orientaux dont les robes de soirées restent les pièces fétiches ont en commun : des lignes épurées, des matières fluides et aériennes, des couleurs monochromes, pastelles ou « nude » allant jusqu’à la transparence, mais aussi des broderies et des paillettes d’une extrême finesse. A tous ces éléments vient s’ajouter

un savoir-faire inégalé, pour au final, donner naissance à des créations d’une élégance et d’une volupté sans précédent. C’est donc naturellement que je vous invite à vous rendre sur les sites de ces créateurs pour regarder leurs collections et leurs derniers défilés. Les mots se bousculent dans mon esprit pour vous résumer leur travail tant il m’a émerveillée : magique, sobre, magnifique, brillant, original, surprenant, classe, sexy, précis…En bref, assister au défilé d’un créateur libanais c’est assister à un pur instant de beauté ! Et pour info : la fashion week de Paris se tiendra du 2 au 10 mars 2010. Sophie SARIAN


Friends

Le cocktail de Chandler : le Blue Lagoon Dans un shaker, frapper les ingrédients dans l’ordre suivant avec 5 glaçons pilés : • 6 cl de vodka • 3 cl de Curaçao bleu • 6 cl de jus de pamplemousse • 3 lampées de chartreuse verte Servir dans un verre Lowball ! Le cheese cake du central perk : Ingrédients (pour 6 personnes) : - 1 paquet de cookies au chocolat ou de speculoos - 240 g de kiri - 1 œuf - 1 tasse de sucre + 3 cuillères à soupe - le jus d’un citron - 5 grosses cuillères à soupe de fromage blanc - 1 grande boîte de crème fraîche (50 cl) - 10 g de beurre Préparation : La pâte : Ecraser les cookies, les mettre dans un plat, et parsemer de beurre en morceaux. Passer 2 min au micro-ondes. La crème : Battre le kiri avec l’œuf et le sucre, ajouter 3 très grosses cuillères à soupe de fromage blanc et le jus de citron. Verser la crème sur la pâte, et passer 4 min au microondes. Pour la 2ème couche de crème (facultative): Battre 3 cuillères à soupe de sucre avec la crème fraîche et 2 cuillères à soupe de fromage blanc. Etaler dans le plat, sur la première crème (ne pas mélanger). Passer 3 min au micro-ondes. Laisser refroidir au frigo (4 h minimum).

Sex and the City

21

Le cocktail de Carrie : le Cosmopolitan Dans un shaker, frapper les ingrédients dans l’ordre suivant avec 5 glaçons pilés : • 4 cl de vodka • 1,5 cl de Cointreau • 3 cl de jus de canneberge • 1,5 cl de jus de citron vert Servir dans un verre à cocktail en forme de cône ! Les Cupcakes (environ 10) de Magnolia Bakery : Faire fondre au micro-ondes 100g de chocolat noir pâtissier pendant 1.30min. Ajouter 30g de beurre et mélanger le tout. Incorporer 2 œufs, 40g de sucre et 50g de poudre de noisettes et mélanger. Verser la préparation dans des moules à muffin ou à cupcakes. Faire cuire pendant 4min à 750 W au micro-ondes. Pour le glaçage (facultatif ) : Travailler 100 g de beurre ramolli avec 200 g de sucre glace. A vous d’ajouter ensuite extrait de café, vanille, cacao en poudre, colorants…

Sophie SARIAN, Ellyn O’BYRNE-BAUDOT


22

Mon nom est Vladimir et j’aime démesurément les inventaires. Noter, répertorier, classer, accumuler, voilà mon hobby. Dans ma tête c’est un tel foutoir qu’il faut bien y mettre de l’ordre d’une façon ou d’une autre. Un inventaire pour les légumes verts, un pour les prénoms anglosaxons, un autre à propos des mots grecs qui sonnent bien… Je collectionne les inventaires en somme. Là vous vous dites sans doute que vous avez trouvé un con à inviter pour un prochain diner. Pourtant, l’inventarisme est un passe- temps à prendre au sérieux. Pour moi, c’est une maladie. Le docteur Prévert a diagnostiqué chez moi « un trouble compulsif de l’inventarisme porté sur toute personne ou objet existant ». Petit, je rassemblais dans des carnets des citations et expressions littéraires que j’aimais et voulais retenir. En grandissant, cette habitude s’est étendue à d’autres sujets. Je tiens aujourd’hui des listes

pour des tas de choses. Il faut distinguer, les inventaires créatifs qui datent de mes années d’études, des inventaires purement pratiques, rébarbatifs mais absolument nécessaires. Je peux même vous énumérer mes genres d’inventaires grâce à l’inventaire d’inventaires que je viens de commencer. Bref. Mon problème est que je suis aujourd’hui dépendant de mes répertoires. Je ne pense que par ces juxtapositions de mots privés de tout contexte. C’est terrible l’inventarisme, sachez-le. Tess Pour publier dans Your Box envoyez vos articles à : agathe.caron@ yahoo.fr


Horoscope Capricorne : Une humeur un peu morose ce mois-ci. Allez plus vers les autres, cela vous aidera à retrouver le sourire.

de Julie GUFFROY

amoureux(se) vous empêche de perdre le sourire.

Lion : Pensez à être plus attentif aux besoins de vos Verseau : proches sinon ils finiront Pensez à être plus ambi- par s’éloigner de vous. tieux et vous verrez que vous y arriverez. Vierge : Vous vivez dans votre Poisson : monde et parfois, le Votre porte-monnaie a retour à la réalité est un mal résisté aux soldes. peu … brutal. Essayez Pensez à être un peu plus de vous y préparer un raisonnable. peu mieux. Bélier : Un nouveau mois qui vous prépare de belles surprises.

Amis rémois, à vos bulles !

Qu’attendons-nous aujourd’hui d’un vin aussi fin que le champagne ? Certainement pas qu’il nous aide dans une quelconque envie de binch drinker, mais peut être qu’il nous rappelle à quel point nous avons la chance d’être français ? L’élargissement éventuel des Balance : vignobles AOC en ChampagneTout va bien ce mois-ci Ardennes remet en cause la : les finances, les amours qualité future du champagne et le travail. A quand et la crédibilité de son prix face la promotion ? Bientôt probablement !

Taureau : Votre sens de l’organisation et votre caractère Scorpion : agréable vous font pro- Ne malmenez pas trop gresser dans votre travail. votre vie personnelle au profit de votre vie proGémeaux : fessionnelle. Vous finirez Votre moral est au beau pas le regretter. fixe et votre bonne humeur se transmet à votre Sagittaire : entourage. Continuez ! Pensez à faire la fête un peu moins et à vous reCancer : poser un peu plus. Il faut Votre nouvel(le) préserver votre santé.

au marché actuel. Cependant il semblerait malgré ces problèmes qui émergent, que le champagne et le luxe en général ne soient pas si gravement touchés par la crise et surtout, que le champagne soit toujours très ancré dans le patrimoine culturel français. En effet, cette image historique du produit lui permet encore d’évincer toute forme de possible concurrence telle que l’émergence d’un vin pétillant anglais « le bubbly » qui n’aura malheureusement jamais le cachet « à la française », encore aujourd’hui, gage de qualité et de savoir faire pour les consommateurs du monde entier. Coralie FERREIRA

Somewhere in Reims

SUDOKU

Rassemblement d’automobiles de collection rue des élus. Ellyn O’BRYNE-BAUDOT

23



Out of the Box - Numéro 2