Issuu on Google+


SOMMAIRE

Edito

Actualité page 3 English Box page 6 A Cup of tea with page 8 Zoom sur page 9 Reportage page 10 Sport page 12 High tech page 15 Culture page 16 Cinéma Littérature Musique Scène Idée

Fashion page 20 Cuisine page 21 Your box page 22 Divertissement page 23

L

e soir du 31 décembre, la tradition veut que l’on se remémore l’année. On pense à ce qui nous a marqué, ce qui nous a ému ou parfois énervé. On pense à toutes ces choses qui nous ont surprises, les événements inattendus. Après réflexion, 2009 fut un bon cru : Election du Premier Président Noir aux Etats-Unis, Barack Hussein Obama, de quoi faire frissonner les Républicains puritains. Ce même Président recevra le prix Nobel de la paix ! Premières révoltes massives des Iraniens contre Mahmoud Ahmadinejad qui parviennent aux oreilles et parfois même aux yeux de l’Occident par des moyens inattendus (myspace et autres réseaux). Grâce aux nouvelles technologies (téléphones portables, internet…), les manifestants ont pu filmer et alerter la communauté internationale. L’année 2009 aura connu l’anniversaire des soixante ans de la proclamation de la République populaire de Chine par Mao Zedong, place Tian’anmen. La chine aime faire les choses en grand! Après les prouesses organisationnelle et technique

lors des Jeux Olympiques à Pékin en 2008, la Chine ressort le grand apparat. On en oublierait presque les massacres de Tian’anmen, l’absence de liberté d’expression … Premier sommet environnemental à Copenhague. C’est surtout le premier sommet environnemental à avoir mobilisé le plus d’attention à travers le monde. Il ne fut pas le sommet des Chefs d’Etats ni le sommet des spécialistes en matière de Climat mais celui de la population et de ses préoccupations. Nous avons également remarqué, durant ce sommet, la présence et la collaboration (si faible soit-elle) de grandes puissances qui refusaient tout compromis jusqu’alors. 2010 a déjà, elle aussi, son lot de nouveautés : Première année sans Mickael Jackson, Philippe des 2BE3, Robert McNamara, Omar Bongo, Rafael Caldera, Claude Lévi-Strauss et Philippe Seguin pour ne citer qu’eux. Premier Président permanent de L’Union Européenne : j’ai nommé Mr Herman Van Rompuy (ex Premier ministre belge)

secondé par la Britannique Catherine Ashton. Bien que l’on puisse se demander si Mr Herman Van Rompuy ait suffisamment de pouvoir pour coordonner les travaux des 27 Chefs d’Etat et de gouvernement, il faut tout de même reconnaître l’avancée institutionnelle réalisée. C’est enfin, l’année du Premier numéro de notre journal Out of the box. Eh oui, le numéro 0, sorti en Décembre 2009, a connu le succès : plus de 1700 visites sur le site, 640 membres au groupe Facebook et vos félicitations nombreuses. Nous vous remercions pour votre engouement, certains d’entre vous ont même décidé de participer à l’aventure ! Libre à vous d’être les prochains à écrire ou à faire la promotion de votre liste ainsi que de vos événements. Il ne nous reste plus, alors, qu’à vous souhaiter une excellente année 2010, pleine de nouveautés, de bonheur et d’accomplissement, telle est la coutume… Camille GUEUCIER

TEAM LEADER : Anouar Hachemane, Camille Gueucier, Ellyn O’Byrne-Baudot, Clément Durand, Agathe Caron, Abdoullah Sardi, Alexis Furtak, Pauline Guiset, Lucile Koch, Anne Sophie Greff, Delphine Heinrich. JOURNALISTES : Guillaume Coulet, Alexandre Durieux, Raphaëlle Grodner, Paul Marie Rombaut, Benoit Convert, Laura Gallet, Aimé Christian Abizera, Nils Gerardin, Romain Hardy, Flore Granet, Marion Gea, Sonia Imad, Fabien Piccirillo, Priscille Aubin, Nathalie Abouab, Dominique Dacher, Camille Henry, Julie Guffroy, Laura Martinez, Laura Procyk, Pierre Musso, Sophie Sarian, Charlotte Plicque-Etchecopar. Contact : journalrms@gmail.fr Nos REMERCIEMENTS à : Isabelle Chevalier, François Bonvalet, Olivier Michaux , Chloé Durville , L’association ACCESS, Nathalie Guffroy , Marc Besse, Anne-Cécile Juillet


Obama, le principe de réalité

S

i Mr Obama a incontestablement su fédérer autour de lui les déceptions de l’ère Bush, les actuelles difficultés qu’il rencontre à réaliser ses promesses de campagne risquent de faire le lit d’un retour des Républicains. Ces derniers ont récemment remporté les élections dans les Etats de Virginie et du New Jersey, aux gouverneurs traditionnellement démocrates. Serait-ce le signe de la fin de l’Obamamania ? Très attendu sur la scène internationale, le charismatique président ne semble pas avoir tellement changé l’état du monde au terme de son premier exercice, malgré des débuts prometteurs. Encensé dans les pays alliés heureux de voir les EtatsUnis rompre avec la brutalité de la précédente décennie, Obama est même parvenu à entamer le dialogue avec certains régimes que l’appellation d’«axe du mal» ou d’«Etat voyou» avait enfermés dans un dangereux mutisme. Pour autant, les programmes nucléaires nord coréen et iranien continuent bon train. La condamnation des occupations

russes et israëliennes n’ont eu d’effet ni en Géorgie ni en Palestine et le discours du Caire n’a visiblement pas attendri le monde musulman. La stratégie du chef suprême de l’US army sème la confusion. La perspective de livrer à lui même un Iraq déstructuré inquiéte tous les protagonistes du conflit. Sur l’Afghanistan, les longues hésitations ont été perçues comme un aveu de faiblesse; l’envoi de troupes supplémentaires irrite les pacifistes et le retrait programmé pour 2011 surprend l’aile dure de l’armée, à l’image du sénateur McCain qui estime qu’«on ne gagne pas une guerre en disant à ses ennemis que l’on va s’en aller». À l’intérieur du pays, Obama donne l’impression de devoir gouverner à minima, quand beaucoup voyaient en lui un puissant réformateur. Sous sa forme actuelle, le nouveau système de santé se situe bien en deça des promesses. Adopté le 24 décembre, le texte ne prévoit pas la création d’un assureur public qui permettrait une couverture effective-

ment universelle. Des villes comme Détroit, sinistre de l’automobile que la pauvreté condamne à un taux de mortalité infantile comparable à celui du Sri Lanka, se sentent définitivement abandonnées. Sur le volet écologique, les Etats-Unis n’ont pas plus brillé que les autres lors du sommet de Copenhague et le passage à l’acte ne semble pas être à l’ordre du jour. Enfin, s’il a su éviter au pays de sombrer dans la phénoménale récession que laissait envisager la crise, il ne s’est pour l’instant pas attaqué aux causes profondes de celle-ci. Faut-il pour autant accuser Obama de faiblesse ? Les raisons du blocage se trouvent plutôt dans le parfait équilibre des pouvoirs du système américain où, même démocrate, le Congrès n’est jamais acquis au président. Les secrétaires d’Etat sont ceux qui mènent véritablement la politique en leurs domaines respectifs et, issus d’une stratégie d’ouverture, tous ne sont pas favorables au changement. À la défense, Robert Gates est hérité de l’administration Bush. Aux finances, on retrouve une équipe issue de l’ère Clinton, architecte du système qui a conduit le pays au bord du gouffre, avec des conseillers comme le spécialiste des dérèglementations Lawrence Summers. Le sourire et la jeunesse de Mr. Obama président donc une équipe entravée par son propre héritage. Cet antagonisme plonge le pays dans un doute auquel certains préfèreraient l’erreur. Aurélien MAINZWILLER

3


4

Les banques critiquables , les banques blâmables , les banques discutables…mais les banques primordiales.

D

epuis début 2008 les autorités publiques ont agi pour sauver le système bancaire. Elles l’ont recapitalisé en permettant le renforcement des fonds propres des institutions pour assurer leur solvabilité. Elles ont ensuite rétabli des conditions monétaires et financières favorables au financement de l’économie. Enfin, elles ont soutenu l’activité par des mesures budgétaires appropriées. Depuis le système bancaire est en mutation. En effet, la faillite de certaines banques comme Lehman Brothers le 15 septembre 2008 et les difficultés financières de nombreuses autres ont eu pour conséquence la restructuration et la concentration des établissements bancaires mondiaux. Les banques d’investissement n’existent plus que de manière ponctuelle. Elles ont soit disparu soit

été adossées à des banques universelles. C’est par exemple le cas de Merill Lynch qui fut reprise par Bank of America. Les banques universelles, que l’on peut définir comme des banques regroupant des activités de détails, d’investissement et de financement, ont aussi entamé un rapprochement avec les banques de dépôt. C’est notamment le cas de La Banque Populaire et de la caisse d’Epargne. Certaines banques sont les grandes gagnantes de ce grand bouleversement : J.P. Morgan, BNP Paribas, Banque of China... En plus d’agir dans un environnement oligopolistique, elles profitent désormais d’un allégement des contraintes institutionnelles en matière de concurrence. De plus, elles ont à leur disposition d’abondantes liquidités et elles profitent

Developpement Durable

P

de taux d’intérêt très bas de la part des différentes banques centrales. Elles sont ainsi quasi assurées d’une rentabilité élevée. Tout est réuni pour que les banques puissent à nouveau mener une politique moins timide en matière de crédit. et donc assurer leur rôle de financement de l’économie, sans lequel la croissance est impossible. Consolidation du système bancaire, baisse des taux, relance budgétaire, les mesures sont donc prises de façon cohérente pour que souffle à nouveau un vent d’optimisme sur l’économie mondiale. Le F.M.I. a ainsi revu ses prévisions de croissance à pour l’année 2009 à la hausse: plus de 3% en décembre contre 2.5% en juillet.

arce que le développement durable est l’affaire de tous, Out Of The Box vous propose chaque mois de prendre le pouls de notre planète :

Alexandre DURIEUX

Ellyn O’BYRNE-BAUDOT

L’île de Bird aux Seychelles, un exemple de développement durable Véritable île-hôtel, Bird est un espace dans lequel le tourisme est la seule activité économique. Tout à fait indépendante, la structure possède son propre groupe électrogène et sa station d’épuration. Seuls les produits alimentaires sont importés. L’hôtel s’est engagé à la protection de son environnement et à la régulation du rapport entre l’Homme et la nature mais aussi dans le degré d’implication des communautés locales. Ainsi sur Bird, le personnel est entièrement seychellois. L’île atteint aujourd’hui un taux de durabilité de 100%, dépassant largement ses voisines Denis, Desroches et Alphonse. C’est donc avec succès que Bird réussit à mêler luxe et écotourisme.


6

Big Scanner is watching you…

S

ince the attempted Christmas Day bombing of a Northwest Airlines plane heading from Amsterdam to Detroit, many airports and airlines have been forced to increase their already tight security. And one of the most discussed measures is the “body scanner” , also called “imaging technology”. It looks like scanners that we already have in airports but instead of just blinking when you have keys for instance, it shows your entire body in 3D on a screen and almost everything that one has can be seen. Is it going to be spread all over the world ? That is not sure since it has been shown that the body scanners are too huge, too slow and too expensive (one million Euros each). That is why some governments are thinking about selecting passengers. But the issue is that certain passengers are certainly going to be chosen according to the color of their skin, to their religion or to their ethnic origin. And it is easy to imagine which part of the population is going to be targeted leading to discrimination. Some officials, as Peter King, a republican representative from the state of New York, have acknowledged this, stating : “most of the Muslims are fantastic people but 100% of Islamic terrorists are muslin and nowadays they are our enemies. So even if the religion shouldn’t be the main criteria, we shouldn’t go back and not include Muslims

into lists of potentially dangerous people.” In fact, what is truly dangerous with that and what some people think, without saying it, is to start setting up separate flights, namely, going back to a form of segregation. The body scanners also raise an issue which has been less looked on by the press, but which is no less important: the fact that they partly break child porn laws. The creation of inappropriate images of children goes against the Protection of Children Act of 978 in the UK for example, since it forbids people to create even “pseudo-images” of a child. This issue might lead to the exemption of all passengers under 18, thus giving rise to security problems, since children are nowadays allowed to travel alone, and children martyrdom may be at hand. Moreover, even if the airport security officers receive official permission to scan the children, the parents do not have the right to give consent to the making of an indecent image of their own child. Civil liberties group also cry foul as some fear, especially celebrities, that their private silhouette might find their way onto the internet, at which point they become virtually inerasable. Airport authorities say that only one security officer will see the passengers in a remote location before it is deleted and that faces will be blurred, yet the NGOs

retort that most notably private parts are still visible. In addition, there has been in the past numerous leaks regarding private data held by public institutions, especially in the UK. One may then rightfully wonder about the safety of his private data. Especially since the Member of European Parliament Philip Bradbourn says that the scanner adds “very little increased benefit for security”. One might ask as well why authorities are so keen to guarantee the security of air travelers whereas very few security measures have been taken regarding trains and other means of public transportation. Although in the end, the airport authorities may have the last say as the modified machines in the Canadian airports give a schematic point of view of the passenger. Last but not least, since there can be terror attack in the subway, supermarkets or other places, why not have body scanners there too? And babies should also be looked after since people can carry bombs through them as we have noted before. Today we need to take off our shoes and our belt; who knows if tomorrow there might be nudist flights. Paul-Marie ROMBAUT, Laura GALLET, Aimé ABIZERA


8

Marc Besse

J

ournaliste aux Inrockuptibles, a bien voulu rencontrer l’équipe interview d’Out of the Box. Souriant, calme et disposé, nous avons pu nous entretenir avec lui et parler de son dernier livre, Bashung(s) : une vie, ainsi que de son parcours.

Comment s’est passée votre première rencontre avec Bashung ? C’était en 1990, lorsqu’il a écrit la bande-son de mon adolescence. Au départ on achète un disque pour embêter ses parents et finalement, il devient un disque familial. Il y avait toujours dans les chansons de Bashung quelque chose qui venait se lier à un moment de ma vie. Ensuite, étant journaliste, j’ai décidé de le rencontrer. Il m’a dit : « Pourquoi tu veux qu’on se voit ? Pour faire l’amour ? ». Il m’a invité à dîner et ne m’a pas adressé un mot. Douze ans plus tard, on se revoyait pour huit heures d’interview.

Justement, pouvez-vous nous rappeler la façon dont a été accueillie la « musico-biographie » sur Noir Désir, sachant qu’elle est sortie juste après la mort de Marie Trintignant ? La question était : « Fallait-il la sortir ou pas ? ». Le groupe a bien voulu la sortir et elle a été accueillie d’une manière bizarre par le public. Au début, ils l’ont achetée pour de mauvaises raisons et le réel intérêt pour le groupe n’est venu qu’après. J’ai même été qualifié d’opportuniste. La première personne qui me dit qu’on peut réaliser un livre sur un groupe en seulement trente jours, je lui tire mon chapeau !

Vous avez également fait les biographies de Noir Vous écrivez dans les Inrockuptibles, un journal pluDésir et de Björk. De quelle manière un tel projet tôt jeune et iconoclaste, qu’est-ce qui vous donne ens’amorce-t-il ? vie de rester dans ce journal ? Ma première était celle de Noir Désir : je connaissais le groupe et on m’a proposé de faire une biographie. Comme j’avais déjà réalisé beaucoup d’interviews, j’ai accepté. Plus tard, Bertrand Cantat tue Marie Trintignant et la biographie sort quand même. J’aurais pu m’arrêter là mais j’avais commencé des interviews avec Björk. J’ai eu la prétention non démesurée de vouloir encapsuler leur envies et leurs doutes de création, et puis parce que j’aime bien ce qu’ils apportent à la musique. Il faut aussi qu’ils en aient l’envie. Ce ne sont donc pas vraiment des biographies, mon dernier livre l’est devenu suite à la mort d’Alain.

Déjà je ne suis plus très jeune ni iconoclaste (rires).C’est plutôt une histoire de famille. En 1990, il n’y avait pas de place pour les journalistes non parisiens dans les journaux de la capitale, j’ai toujours habité à Toulouse et les Inrocks ont été les seuls à montrer une ouverture en me prenant. Je leur ai donc bien rendu. Je n’ai pas besoin d’expliquer pourquoi j’ai envie d’écrire un papier, cela m’est naturel, je le fais et on me fait confiance. Nils GERARDIN, Delphine HEINRICH


Gilles GEA , chef de projet en infrastructure informatique chez IBM Service financier (offres de financement) ; Service de gestion des contrats (enregistrement et suivi de contrats, facturation…); Service achat (achat de matériels, fournitures, bâtiments dans les offres d’hébergement de site informatique, sous-traitance….) ; Service technique (techniciens d’installation, maintenance…). Quelles compétences personnelles sont nécessaires pour ce travail ? Quel métier exercez-vous chez IBM ? La connaissance des infrastructures informatiques (maPendant dix ans, j’ai travaillé chez IBM comme Chef de tériels et réseaux). Projet de secours-information, puis Bid Manager (resLa capacité à gérer les conflits (contraintes techniques/ ponsable du montage de proposition commerciale), je besoins client/contrat) et les différentes équipes (technisuis depuis trois ans Chef de Projet en infrastructure ciens des services généraux, sous-traitants, intervenants informatique (Gestion des sites d’hébergement des sysdu client…). tèmes d’information d’une banque). Qu’est ce qu’un chef de projet chez IBM? Il y a deux principaux « types » de chef de projet : Le chef de projet avant vente qui s’occupe du montage de la proposition commerciale et participe aux différentes réunions de présentation chez le client, et le chef de projet chargé de la mise en œuvre chez le client. Il aide le client à utiliser la solution vendue et gère les contrats (respect des engagements,…).

Quelles relations entretenez-vous avec vos clients ? Il s’agit de relations ponctuelles, téléphone et mail principalement. Il y a cependant des réunions contractuelles hebdomadaires et mensuelles avec les comités de production, de pilotage et de suivi.

Y a-t-il beaucoup de concurrence sur ce marché de l’emploi ? En quoi consiste votre travail ? Non, car il y a peu d’entreprises capables de gérer l’inMon travail consiste en la gestion des implantations formatique de grandes entreprises telles que les banques et des mouvements de tout matériel sur les sites avec ou les groupes de supermarchés ou industriels. la prise en compte des contraintes liées à ces matériels (consommation électrique, dissipation calorifiques, Quelles sont les perspectives d’avenir dans ce métier ? connexions aux différents réseaux, encombrement, Devenir Service Manager, Ingénieur Commercial, planning client…) People Manager…. Je suis également Adjoint au Service Manager, responsable du contrat vis-à-vis du client et du suivi permaUne fourchette de salaires pour cet emploi : nent de la qualité des prestations effectuées. 30K€ à 40K€ annuel Quelles sont les professions qui s’y rattachent ? Spécialistes (dénommés architectes) des différents domaines techniques (par exemple architectes de base de données, réseaux, serveurs, logiciels systèmes…);

Marion GEA, Camille GUEUCIER et Sonia IMAD

9


10 Reims Europe 2020 vs G10 ?

C

onnu pour son terroir viticole, Reims connaît un rayonnement européen et mondial mais son attractivité économique demeure faible : aujourd’hui elle perd des habitants au profit du sud et de l’ouest du pays. Comment Reims peut-elle envisager son avenir de façon positive ? Le projet de Reims Europe tente ainsi d’y répondre en intégrant deux notions (contradictoires peut être) : c’est la première fois que Reims et les neufs communes environnantes se rassemblent autour de l’idée de la cohérence de leur territoire commun (G10) et que l’agglomération rémoise lance un grand projet urbain moderne et durable. Depuis 2008, trois architectes et leurs cabinets d’expertises respectifs planchent ainsi sur la rénovation de la ville contenant trois axes majeurs : la restauration d’un cadre de vie de qualité, l’augmentation de l’offre de logement et la création de pôles d’excellence. Christian Devillers, Bruno Fortier et Philippe Panerai proposent alors à Reims un plan durable urbain sur une vision de long terme: cap sur 2020 ! En effet, pour attirer des cadres et notamment des cadres supérieurs l’agglomération rémoise se doit d’améliorer son cadre de vie : Reims doit placer le développement durable au premier plan. C’est en proposant des solutions en terme d’économies d’énergie (en 10 ans la ville pourrait passer de 15% d’énergies renouvelables pour la consommation de chauffage à 50%), de réductions des déplacements (développement des transports en commun) et de développement des services et commerces de proximité dans un cadre urbain réhabilité, que vivre à Reims fera bon vivre. Une question majeure a ainsi émergé au cours de la réalisation de ce grand projet urbain: comment gérer la fin de l’autoroute A4 qui traverse la ville? La réponse la plus prometteuse consiste à transformer l’autoroute actuelle en un « boulevard avec des carrefours pour desservir les quartiers et atteindre le centre de Reims rapidement depuis la périphérie » . Agrémenté d’une deuxième ligne de tramway et d’un réseau de bus densifié, ce nouveau boulevard contribue-

rait à relier les quartiers entre eux, soit à créer un cadre de vie globalement unifié. Désormais parler d’un Reims sud et nord n’aurait plus de sens : tel est l’enjeu majeur de ce grand projet urbain! Il ne nous reste alors plus qu’à espérer que le réaménagement de l’autoroute A4 soit aussi réussi que la mise en place de la ligne TGV à Reims qui la relie à la capitale… Quant à l’augmentation de l’offre de logement, elle ne se limite pas au nombre: en effet la ville seule pourrait actuellement absorber 10% de population supplémentaire. Le problème majeur consiste à réorganiser les quartiers: « l’agglomération rémoise est discontinue, il y a des zones peu denses et des friches qu’il faut combler » . Ainsi, les trois architectes s’entendent sur la création de logements dans les endroits peu peuplés de Reims mais ne souhaitent pas transformer les terrains agricoles en terrains à bâtir. Au contraire, il leur est nécessaire « d’utiliser ces terrains au profit d’une agriculture vivrière aux limites de la ville […]. » . Produire et consommer sur place. Tel est le second enjeu de développement durable pour Reims 2020. Finalement Reims 2020 c’est une configuration urbaine étonnamment compacte faisant face à des paysages remarquables pour créer, tout autour de Reims, un parc régional équivalent à ceux de Lille, Düsseldorf ou Turin tout en faisant le choix d’un important projet de développement: la question d’attractivité de la ville s’accompagne dès lors de celle de sa taille critique à l’intérieur du G10 ! Penser Reims comme métropole à l’échelle du G10 représente un total de 750 000 habitants, c’est-àdire la taille d’une grande métropole européenne comme Strasbourg, Francfort ou Séville. Flore GRANNET et Marion GEA Christian DEVILLERS Reims métropole magazine n°112 décembre 2009 Philippe PANERAI Reims métropole magazine n°112 décembre 2009 Philippe PANERAI Reims métropole magazine n°112 décembre 2009


12

Agenda Sportif 2010

Sport Insolite : le VTT sur neige

L’année 2010 sera encore une fois riche en événements sportifs. Voici une liste non exhaustive des compétitions qui vont marquer l’année 2010.

Janvier

Coupe d’Afrique des Nations de football (Angola, 2010) 10 au 31 janvier 2010 Championnat d’Europe de Handball Masculin Du 19 au 31 janvier en Autriche Open d’Australie 18 au 31 Janvier

Février

Le tournoi des six nations 2010 du 6 février au 20 mars 2010 XXIe Jeux Olympiques d’hiver du 12 au 28 février, à Vancouver

Avril

Trophée Ecricome 2 et le 5 avril à Nancy Début des playoffs de la NBA le 17 Avril 42ème édition de la Course croisière EDHEC du 17 avril au samedi 24 avril au port du Moulin Blanc de Brest

Mai

Final de l’Europa League de foot le 12 mai 2010 au Stade HSH Nordbank Arena (Hambourg) Finale de la H-Cup de Rugby le 22 mai au Stade de France. Finale de la league des Champions de foot 22 mai au stade Santiago Bernabéu (Madrid) Finale du Top 14 le 29 mai stade de France Finals de la league des Champion de Hand 29 et 30 mai à Cologne Roland Garros 18mai au 6 juin

Juin

XIXème coupe du monde de Football du 11 Juin au 11 Juillet en Afrique du Sud Tournoi de Wimbledon lundi 21 juin au dimanche 04 juillet

Juillet

La 97e édition du Tour de France aura lieu du 3 au 25 juillet

Août

Championnats du monde de Badminton du 23 au 29 Août à Paris Bercy US Open 30 Août au 12 septembre

Novembre

Championnats du monde d’escrime Du 4 au 13 novembre à Paris Alexandre DURIEUX

P

our ceux à qui un bon sentier bien escarpé ne suffit plus… faites découvrir de nouveaux terrains à votre VTT ! Attention, sport à pratiquer en montagne mais en dehors des horaires d’ouverture des pistes de ski. Et tant mieux ! Après une journée de ski, on enfourche son VTT pour de nouvelles sensations fortes. Quelques conseils toutefois : couvrez vous bien car le froid, surtout en descente, se fait vite ressentir et risque de gâcher votre plaisir ! Un temps bien froid et si possible ensoleillé sans trop de vent, une neige bien compacte ou verglacée (évitez la poudreuse ou la neige fondue) et des chemins pas trop pentus (pistes noires absolument déconseillées) sont les conditions idéales pour pratiquer le VTT sur neige. Par mesure de précaution, louez des VTT avec des pneus adaptés. Il faut compter jusqu’à 50 euros l’heure dans la majorité des stations (par exemple Tignes, Avoriaz (randonnées), La Clusaz, etc.). Ce tarif comprend l’encadrement, le VTT, les protections (casque, protège dos, protège tibias). 3, 2, 1, 0 PARTEZ !! De nombreuses courses de VTT sur neige sont organisées à travers la France et à l’étranger: en Auvergne le Trophée « Iceman » au Lioran par exemple, une vingtaine dans le Colorado aux Etats Unis, à Tignes une course professionnelle,… Et pour les mordus de la glisse, voici une manière originale de détourner vos skis : le snowbike. Pour cela prenez un vélo, munissezvous de ski mX-kit et vous voilà équipés. Il vous suffit de remplacer vos roues par des petits skis et c’est parti ! Toutes les stations de ski acceptent les snowbike… donc n’hésitez pas à tenter cette nouvelle expérience ! Pauline GUISET


14

Basketball : NBA 2010: l’année des Cavaliers ? Cleveland est irrésistible depuis le début de la saison, survolant la conférence est avec un pourcentage de victoire de 77%. L’équipe de Mike Brown joue un ton au-dessus alternant parfaitement jeu collectif bien huilé et performances individuelles de haute volée, notamment grâce à un Lebron James fidèle à lui-même tournant à 30 pts-7 passes-7 rebonds depuis le début de la saison. «L’élu» espère décrocher son premier titre de champion NBA, il pourra notamment compter sur Shaquille O’Neal, l’homme au quatre bagues de champion. Le «Shaq» contribue à l’équilibre de l’équipe dans les phases défensives mais également en attaque où l’équipe avait tendance à trop se reposer sur le talent de James.

La Lakers pour le doublé. Si Cleveland peut se targuer de posséder Lebron James, les Lakers ont un joueur capable de faire la différence à tout moment en la personne de Kobe Bryant. Le dernier MVP* de la finale NBA 2009 semble parti sur les mêmes bases avec une moyenne de 30 pts par match permettant à son équipe d’atteindre un pourcentage de victoire de 81% et de se poser en favori à sa propre succession. Cependant, les outsiders font légions avec les Celtics emmené par le duo Pierce-Garnett et le Magic d’Orlando de Dwight Howard à l’est. A l’ouest, seuls les Dallas Mavericks et les Nuggets de Denver peuvent poser problème aux hommes de Phil Jackson. En attendant les playoff, le duel à distance que se livre les Cavaliers et les Lakers promet d’être

explosif. *MVP (most valuable player). Joulane HADDIOUI

Football : Un niveau… pas au niveau !

C

ristiano Ronaldo, Messi, Aguero, Kaka, Ribéry, Gourcuff, Eto’o, Torres ou Drogba comptent parmi les meilleurs joueurs actuels de la planète football. Qu’ils soient anglais, argentins, ivoiriens, camerounais ou français, jamais le football mondial n’aura compté autant de grands noms. Si notre génération peut se targuer d’avoir vu l’éclosion de génies du football, force est de constater que le niveau actuel du football européen est inévitablement en baisse. Les flux financiers et les transferts faramineux de l’été dernier n’ont fait qu’empirer les déséquilibres déjà existants. Les millions d’euros dépensés par les clubs les plus riches n’ont fait qu’accroitre les inégalités au niveau national et européen sans pour autant toujours porter leurs fruits … Que ce soit en France ou dans les autres grands championnats européens, un problème est latent. Les grands ne sont pas forcément au rendez-vous et le spectacle offert n’est pas toujours à la hauteur.

En Espagne, on peut bien évidemment compter sur le Real Madrid et le Barça qui occupent le haut de l’affiche. En France, Bordeaux qui mise depuis quelques années sur la stabilité domine outrageusement le championnat. Un gouffre semble actuellement les séparer des 2 Olympiques ou du PSG censés être les « grands » de notre championnat. Ce sont ainsi des clubs comme Auxerre, Montpellier ou Lorient qui sont au contact, en haut du classement… En Italie le constat est le même… Les intéristes semblent bien trop seuls pour être inquiétés dans la course au Scudetto. La Juventus éliminée de la Ligue des Champions n’y est pas, les nouveaux transferts n’étant pas au niveau espéré. Le Milan AC compte sur un Ronaldinho en convalescence, orphelin de son ancien prodige brésilien parti en Espagne. La même analyse peut être faite en Allemagne avec un Bayern de Munich loin d’être au top de sa forme. En Angleterre, Liverpool n’est plus au rendez-vous : l’élimination prématurée de ces derniers en Ligue Des Champions et les problèmes financiers qui guettent les propriétaires font naitre une crise ouverte … Espérons que la Coupe du Monde en Afrique vienne rendre le sourire aux amateurs du ballon rond… Fabien PICCIRILLO


Windows sur Mac ! Vous possédez un ordinateur Mac et vous enragez à chaque fois qu’un logiciel n’existe que sur Windows ? Pas de panique, il est en effet possible de faire tourner Windows sur votre Macintosh, grâce à un logiciel gratuit édité par Apple dénommé Boot Camp. Le principe de Boot Camp réside dans la création d’un « dual-boot » Mac Os /Windows. Derrière ce mot barbare se cache un principe relativement simple : une fois Windows installé, vous pourrez tout simplement choisir, à chaque démarrage de votre ordinateur, si vous souhaitez utiliser Mac Os X ou Windows ! Concrètement, l’installation de Windows se fait par l’intermédiaire du Finder en suivant le chemin: applications/ utilitaires/assistant Boot Camp. Il ne vous reste alors plus qu’à vous laisser guider par l’assistant et consulter l’aide

Un geek à votre service

ainsi que le cd d’installation de Mac Os X Leopard que vous avez eu avec votre ordinateur. Les versions de Windows prises en charge à 100% sont : •Windows XP (service pack 2) •Windows Vista Apple vient de déclarer que Windows 7 sera bientôt compatible à 100%. détaillée en cas de besoin. Néanmoins, avant de procéder à l’installation, vérifiez bien : -que votre Mac soit équipé d’un processeur Intel (c’est le cas de tous les Macintosh vendus à partir du début de l’année 2006) -que votre système d’exploitation soit Mac Os X Leopard (ou plus récent) -que vous ayez au moins 10 Go d’espace libre sur votre disque dur. -que vous possédiez un disque d’installation de Windows (avec une clé valide)

À ce propos, n’oubliez pas que vous pouvez bénéficier de tous ces logiciels gratuitement grâce au partenariat entre Microsoft et RMS (cf article du mois dernier). En espérant que cet article soit utile à tous les Mac-users de Rms et de Navarre, nous vous souhaitons de pouvoir enfin profiter pleinement des plaisirs du côté obscur de la force (SPSS …ou autres !) Abdoullah SARDI, Alexis FURTAK

Un problème? Une question ? Une suggestion? Contactez nous par mail: abdoullah.sardi@rms.fr et alexis.furtac@rms.fr

15


16 Cinéma Esther Ces derniers temps, on n’a cessé de nous annoncer la sortie de pseudo-films d’épouvante à faire frissonner les plus durs d’entre nous. Les conclusions furent fort décevantes… Mais Esther nous démontre le contraire. C’est enfin un film d’horreur qui répond à son dessein principal : faire peur et provoquer le cauchemar ! Imaginez que vous avez adopté une jolie petite fille pleine de joie, intelligente et vive d’esprit. Vous êtes les parents les plus heureux du monde… Mais connaissez-vous réellement cette fille  ? Qui est-elle ? D’une sobriété époustouflante, ce film réussit la gageure de nous montrer la perversité de l’enfance. Freud écrivait que l’enfant est un pervers polymorphe. Esther en est une illustration éclatante.

Pas si simple ...

Déjà, en arrivant dans la salle, je me suis demandé si je ne m’étais pas trompé… Il n’y avait que des quinquagénaires qui semblaient être envoyées par leur sexologue. Ce film est une thérapie pour vieilles femmes divorcées qui rêvent de revenir avec leur ex-mari. Meryll Streep est très décevante. Elle ne joue pas, elle surjoue. Tout est surjoué. Il ne manquerait plus que des sous-titres nous demandant de rire ou de pleurer. « Riez », « pleurez » lit-on. Tout cela se mêle et s’entremêle dans une mise en scène foutraque, au petit bonheur la chance…

3/10

Anouar HACHEMANE

Mais est-elle vraiment une enfant  ? Qui est-elle encore une fois ? L’intrigue, mise en scène en crescendo, nous offre un plaisir plein d’adrénalines, des émotions sublimées par des acteurs impressionnants et d’un talent inouï. Un bon film d’horreur se regarde mille fois, même en connaissant la fin, on est toujours effrayé. Celui-là est d’une intensité dramatique peu commune saupoudrée de scènes suscitant un stress presque jouissif ! A adopter sans hésitation… Anouar HACHEMANE 8/10

Bright Star

Certaines scènes sont grandement appréciables (chant a cappella d’une dizaine d’hommes, vent qui soulève des rideaux, des draps, une robe, repos sur le feuillage d’un arbre…), et les acteurs jouent très bien, mais je n’ai pas pu ou su déguster la poésie des vers qui défilent tout au long du film. Les héros (dont le poète John Keats) s’aiment d’un amour fou, et Jane Campion (La leçon de piano) fait tout pour filmer l’intensité de cet amour. Elle ne filme que lui tout en lui donnant la parole grâce aux vers du poète. Mais ce romantisme manque de souffle. Je regrette d’être passée à côté de Bright Star, mais le film ne m’a résolument pas touchée –j’étais pourtant une cible rêvée. Il regorge de trouvailles et de scènes proprement magnifiques, comme la première, réellement poignante et symbolisant parfaitement la douleur éprouvée en amour. Une simple aiguille transperce une toile. C’est la seule scène qui m’ait réellement atteinte.

6/10

Agathe CARON

Tetro On pourra parler des autres films sortis récemment en salles, mais il ne s’agira pas toujours réellement de cinéma. Dans ce film Coppola nous impose des longueurs, mais ce n’est que pour mieux nous encourager à observer la richesse des plans. Ce film se déguste. Il se déguste donc sur la longueur, mais aussi sur la largeur, à l’horizontale, à la verticale… Il y a de la douceur dans les forts –et sublimes- traits de Tetro. De la douceur dans sa voix et dans ses gestes. Pourtant c’est son jeune frère (Benny), venu tenter de le retrouver à Buenos Aires après dix ans de séparation, qui apporte en apparence sa touche juvénile au film. C’est donc l’histoire d’un homme que l’on imagine tout de suite talentueux, mais qui ne fait rien pour lever le voile sur ses mystères, qui l’empêchent pourtant de s’accomplir en tant qu’écrivain. Et

mystérieux, il l’est. Or d’après le dictionnaire, un mystère « s’étudie, s’approfondit, se pénètre ». Coppola le fait de la façon la plus artistique qu’il soit. Le présent est en noir et blanc – le passé en couleurs. A ses heures perdues, Tetro est éclairagiste : la beauté du film réside en grande partie dans les jeux de lumière. Les acteurs sont eux-mêmes d’un charme et d’une beauté sans doute peu contestables. Tetro est viril, latin, magnétique, et… a trouvé une femme aussi intense et forte que lui. Benny est angélique, enjoué, et il veut comprendre son histoire : il veut comprendre son frère coûte que coûte. Avec une exagération toute assumée, il me semble que le film peut notamment être mis en équation : le meilleur de la photographie + le meilleur de la dramaturgie (pour la gestion de l’espace) + le meilleur du ballet (pour la gestuelle des personnages) = Tetro.

9/10

Agathe CARON


17

Avatar Pour : << -Alors ? Bluffant… non ? - Ah c’est ça : c’est le mot. >> D’un côté il y a la découverte d’un monde. Un monde bleu, vert et auto-éclairé par une énergie naturelle. Un monde plein de petites et moins petites bestioles qu’on a l’impression de voir pour la première fois, alors que le nombre de films ayant conçu des bêtes dans le même genre ne cesse d’augmenter. A l’instar de « Jakeskully », j’ai été happée par ces bleu-alentours. Le scénario n’est pas d’une originalité folle, mais qu’importe quand un film nous plonge tant dans un univers inconnu et fantastique. De l’autre, il y a les pseudo-messages délivrés par l’équipe de Cameron. Spiritualité, respect de la nature, respect des us et coutumes qui nous sont étrangers. Je n’ai

été horripilée à aucun moment par ces messages qui ne prétendent heureusement pas à la subtilité, et pour cela je suis reconnaissante. Alors que nous sommes braqués par des leçons de morale et de développement durable, celle-là –si c’en est une- est passée en douceur. C’est un blockbuster, mais c’est peut-être aussi un film qui symbolise un tournant majeur dans l’industrie du cinéma : 3D, maîtrise parfaite des images de synthèse, et surtout la réussite d’être allé au bout du fantasme avataresque. 8/10

Contre : J’aurais eu envie de louer la beauté magique de ce néo-western, acclamer la dénonciation du colonialisme et de l’asservissement, de la lutte contre le mauvais « blanc » venant voler les richesses des petits hommes bleus…Mais non ! Patatras ! Je ne peux pas, c’est plus fort que moi ! Qu’est ce que c’est que ce truc  qui a coûté plus d’un demi-milliard ?! Pendant 3 heures, on est immergé dans un monde verdâtrobleuâtre, avec une histoire sans queue ni tête à suivre un personnage qui passe de l’humain handicapé à l’avatar tout bleu galopant dans les forêts fluorescentes de la planète Pandora. Misère… Oui, l’acteur principal qui incarne un ancien marine en manque d’adrénaline joue le traître qui finit par tomber amoureux d’une minette extra-terrestre (une cheyenne de l’espace) coiffée de locks, avec des taches de rousseurs bleues et une queue pendante qui lui apprend que sa civilisation mérite d’exister et que les petits blancs avec leurs machines et leur technologie ne doivent pas tuer leur biosphère. Que c’est gnangnan !

Agathe CARON

L’excentricité forcée lasse dès la première demi-heure. Il ne faut pas oublier, ai-je envie de dire, que l’étrangeté n’est pas une qualité en soi, et qu’un navet peut aussi coûter des milliards... Le film, qui est d’une prouesse esthétique indéniable, d’une technologie de pointe à l’image de l’argent investi, est anéanti par un scénario niaiseux et pataud ! Le pire, c’est à la fin (hé oui, j’ai supporté malgré l’urticaire crée par les lunettes en plastique qui m’ont permis d’entrer dans le monde « écolo-gloubiboulgan » de la planète Pandora …et en 3D !…), le personnage devient un Na’vi, comme si, encore une fois, l’amour ne pouvait pas exister entre deux êtres différents… Ce film, aussi frais et léger qu’un vieux tube de crème auto-bronzante, lasse les plus petits, et endort les plus anciens. L’esthétisme, c’est bien, mais une histoire qui tient la route, c’est mieux ! Cette fois-ci, j’aurais aimé envoyer un avatar le voir à ma place ... Anouar HACHEMANE

Théâtre Commençons la nouvelle année avec de la douceur… Abandonnons la froideur de l’hiver pour nous emmitoufler dans la chaleur magnifiquement jazzy de Maria Pia de Vito, les 16 et 17 janvier au Grand Théâtre avec Djaz à l’Opéra n°1. Ponctué de musique durant janvier, le Théâtre continue de nous bercer aux rythmes de valses et de polkas des Musiques à danser, les 9 et 10. Amoureux des planches, pas de panique, mais rendez-vous du côté de la Comédie. Du 19 au 22, Simon Delétang, poète et auteur de théâtre allemand, nous écrit For ever Müller depuis l’autre côté du mur : « Entre nous, croît un mur, regarde ce qui croît sur ce mur ». Mais le rendez-vous incontournable est sans doute celui-ci, La terreur du boomerang, à partir des textes d’Anne Kawala (du 27 janvier au 4 février). Connus pour leurs éléments épars, leurs récits autobiographiques, voyages merveilleux et traités philosophiques,

ils donnent naissance à cette pièce d’un genre nouveau auquel on assiste, oreille aux aguets, les pieds campés au milieu d’un champ de maïs transgénique… Maintenant, souvenez-vous ! Zoopsie Comedi était à Reims en décembre. Parmi les paillettes, la mode et les costumes, vos yeux n’en ont pas assez vu ? Amis parisiens, à vos fauteuils ! Noisy-le-Grand accueille la troupe le 13 janvier pour la suite de leur tournée. Enfin, Elfriede Jelinek n’arrête plus de nous faire rêver. Après Sportstück présenté à Reims le mois dernier, poursuivez votre « groopy tour » avec les Amantes à Paris, du 7 au 29 janvier, à La crypte d’Al Hana (Paris14). Profitez-en, rien ne finit jamais … Nathalie ABOUAB


18 Littérature

Le Symbole Perdu, Dan Brown

L

e Symbole Perdu, nouveau best-seller de Dan Brown - l’auteur du Da Vinci Code - n’est pas passé inaperçu pendant les fêtes comme vous avez tous pu le constater. Et pourtant, le titre nous renseigne déjà sur la trame. On s’y perd. Le début nous donne mal à la tête et on a l’impression de relire le Da Vinci Code dans un espace différent, avec un changement de société secrète: l’auteur est passé de l’Opus Dei à la franc-maçonnerie cette fois-ci. Un conseil pour ceux qui n’ont pas aimé le Da Vinci Code: ne le lisez pas, car on a l’impression que l’auteur a trouvé sa recette, on se demande parfois si ce n’est pas un pastiche du Da Vinci Code. La recette est simple: différents tableaux avec différents parcours qui finissent par se recouper autour d’un personnage creux: Robert Langdon; il ne sert qu’à faire avancer l’histoire par sa connaissance des symboles mais on ne sait pas vraiment qui c’est, ce qu’il fait là toujours au bon moment. Les personnages-type sont les mêmes que dans le Da Vinci Code: l’illuminé solitaire et méchant, le commissaire

qui n’a aucune sensibilité et qui perturbe l’action, et la femme adjuvante qui est là pour que l’action progresse. Mais ne soyons pas trop cruels. Pour un roman policier, il se tient, malgré tous les clichés qu’il recèle, et on finit par se prendre au jeu à la moitié du livre même si ce n’est pas digne d’un grand prix littéraire; le caractère divertissant est, on ne peut pas le nier, plutôt réussi.

comme le Principe Supérieur ou le Grand Architecte de l’Univers. Cela permet de réunir des membres de religions différentes» p.47. Tous à vos compas! Nils GERARDIN

Par ailleurs, pour les passionnés de francmaçonnerie, Dan Brown a bien étudié la question et les passages relatifs à la doctrine maçonnique sont instructifs. La description des rites est précise et il n’affabule pas. Les futurs initiés de RMS sauront à quoi s’attendre! «Les religions promettent le salut, elles croient en une théologie précise, et convertissent les non-croyants [...] Les maçons ne vous garantissent pas le salut, n’adhèrent à aucune théologie et se moquent éperdument de vous convertir. [...] Plutôt que des entités théologiques précises telles que Dieu, Allah, Bouddha ou Jésus, ils se réfèrent à des notions plus abstraites

Musique Airbourne, la relève d’AC/DC

A

irbourne, c’est d’abord deux frères : Joel –chant et guitare- et Ryan –batterie- O’Keeffe, Australiens et passionnés de hard rock tels que AC/DC et Rose Tattoo. Ils seront vite rejoints par David Roads à la guitare rythmique et Adam Jacobson à la basse- aujourd’hui remplacé par Justin Street- enchaînant dès lors les concerts dans les pubs de Melbourne. Ils réalisent des premières parties pour les Rolling stones et Mötley Crue alors même que -chose remarquable- ils n’ont produits qu’un EP. Finalement leur premier album Runnin’Wild sort en 2008 chez Roadrunner. Les titres de ce premier essai sentent bon le hard rock des années 80 : des riffs et des paroles simples et efficaces, une voix suraiguë et un tempo qui ne ralentit jamais. Quant à leurs performances scéniques, elles

A partir de là, la comparaison avec AC/DC est évidente et inévitable. Tout les rappelle jusqu’à leur origine australienne. Il est clair qu’Airbourne n’apporte rien de nouveau au rock’n’roll mais ils ont le mérite –et ce n’est pas peu- de nous faire revivre la grande époque du hard rock. Leur deuxième album s’intitulera No guts no glory et sort début mars. Il sera suivit d’une tournée européenne puis américaine. On murmure par ailleurs qu’ils pourraient bien être cet été de nouveau au Hellfest, avis aux amateurs. sont aussi ébouriffantes que leur musique et c’est vraiment là qu’ils sont les meilleurs. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir Joel grimper sur les échafaudages de la scène pour s’y accrocher et jouer ses accords déchaînés la tête à l’envers.

Dominique DACHER


19

THEM CROOKED VULTURES : Them Crooked Vultures (2009)

L

es supergroupes ont la cote ces temps-ci, et Them Crook Vultures en est le meilleur exemple. Réunir Dave Grohl (Nirvana), Josh Homme (QOTSA) et John Paul Jones (Led Zeppelin) sur un même projet, voilà qui a le don de mettre l’eau à la bouche…Y goûterez-vous ? Tout d’abord, un premier soulagement, la sauce a pris entre nos trois hommes, créant un véritable ensemble où le frontman de QOTSA s’est cependant taillé la part du lion…Le « son Homme » est en effet présent de bout en bout, avec une maîtrise et un côté accrocheur irréprochables, mais qui nuisent au duo de choc GrohlJones trop en retrait. Malgré ce constat, il faut avouer que la musique des Them Crooked Vultures a le mérite d’envoyer sévère. Cet album est une pure démonstration de puissance, à laquelle s’ajoute la sensualité

signée Homme, pour un résultat extrêmement séduisant… On se perd cependant dans un fourmillement d’idées et de sonorités, façon jam entre icônes du rock où chacun apporte ce qu’il sait faire de mieux. De véritables pépites, comme la psychédélique « Caligulove » ou la trépidante «  Gunman  » feront malgré tout l’unanimité sur cet album qui n’est peut-être pas aussi révolutionnaire et génial que pouvait le laisser espérer un tel trio, mais respire le rock, la puissance, le plaisir, et fait ainsi honneur à ses maîtres. Tiffany CANTEGREL

Idées Le besoin de singularité aujourd’hui : dangers et illusions

A

u centre de toutes nos préoccupations actuelles, il y a l’individu, il y a ce «vous» devenu en quelques décennies l’objet fondamental aussi bien de la démarche quotidienne que des grandes réflexions économiques et sociales. En effet, pour le magazine Time, la personnalité de l’année 2006, c’était déjà «vous» ; pour les entreprises commerciales, «vous» êtes au cœur de la démarche de vente depuis bien longtemps (tous nos lecteurs rémois connaissent maintenant la théorie du «one-to-one», qui met le consommateur au principe du protocole de production). Deux exemples parmi tant d’autres qui prouvent la remarquable prédominance de l’individu sur la communauté. Toutefois, l’homme demeure également un être social, et, en ce sens, il ressent un besoin naturel et incompressible de se rapprocher de ceux qui lui ressemblent. Les mouvements culturels incarnent le vecteur de rapprochements sociaux, en suivant des prétextes qui vont des pratiques traditionnelles aux loisirs les plus incongrus. Ce fractionnement de la société est nécessaire dans le sens où il fonde et garantit la diversité dans la population. Mais c’est la rencontre entre, justement, la sublimation moderne de l’individu et ce besoin de rassemblement qui est intéressante, car elle se trouve au principe des dérives du communautarisme dit «actuel». Ce n’est pas systématiquement le fait de se regrouper qui présente une menace pour l’in-

tégrité sociale (au contraire), mais plutôt la projection paradoxale de l’individualisme au sein du processus de communautarisation. L’individu, considéré «a priori», exprime le besoin de se différencier, et se sert pour cela de l’affiliation : et c’est là que se situe le danger. En effet, on remarque de plus en plus que la distinction personnelle se fait par l’adoption d’un «contre-courant» général : si avant, il était de bon ton de faire ceci, alors maintenant, il est préférable de faire le contraire. L’inversion tendancielle des protocoles de différenciation est un phénomène socialement intéressant, mais il exacerbe encore plus les clivages communautaires et souligne par ailleurs le caractère dédaigneux des détracteurs d’un mode de vie justement critiqué pour l’être lui-même. Voilà la double erreur : vouloir à tout prix se singulariser peut, d’une part, mener au rejet aveugle - et parfois hautain - d’une pratique finalement anodine, et, d’autre part, conduire à l’effet inverse, c’est-à-dire à «l’anticonformisme conformiste», comme l’avait ironiquement évoqué Léon Werth à propos d’André Gide… Romain HARDY


20

Richard Avedon, révélateur de beauté humaine uel lien peut-il y avoir entre le musée du jeu de paume de Paris et l’international center of photography de New York me direz-vous ? Et bien ces hauts lieux d’exposition internationaux ont tous deux été les humbles hôtes des œuvres de l’un des photographes de mode les plus talentueux de ces dernières décennies : Richard Avedon. Son génie artistique, allié à son De Marilyn Monroe à Andy Warhol, professionnalisme, a donné lieu à des photographies de mode consi- des Beatles à Prince, de Sean Penn dérées aujourd’hui comme de véritables à Barack Obama, être pris en photo par Avedon était devenu une véritable œuvres d’art. Photographe phare de Harper’s Bazaar consécration. Unique mais reconnaissable, sobre puis de Vogue, cet homme de talent a aussi réussi à s’imposer comme l’un mais lumineuse, l’empreinte « Avedon des portraitistes les plus renommés au » a su marquer le monde de la mode monde. Musiciens, politiques, acteurs mais aussi celui de la photographie. Car ou encore écrivains du 20ème siècle, cet artiste novateur ne s’est pas limité pratiquement tous se sont fait tirer le aux strass des univers mondains ; il a portrait en noir et blanc par cet artiste. en effet été capable de mettre en scène

Q

Portrait d’un nouveau style e sac chargé de magazines de mode, je m’apprête à prendre le train direction Paris. Ne pouvant attendre une minute de plus pour dévorer les pages de ces derniers, je dégaine mon ELLE sur le quai et le feuillette rapidement afin de me donner un avant goût de l’immense plaisir qui m’attend une fois bien installée sur mon siège de deuxième classe- la moindre économie est en effet très appréciable en cette période de soldes. A la page 84, un article s’intitulant « New Vintage » attire particulièrement mon attention; il décrit le nouvel engouement pour le style récup’. De Londres à New York en passant par Paris, aujourd’hui les filles qui ont les meilleurs looks sont souvent celles qui jouent la carte vintage. Il faut dire que c’est souvent la meilleure façon d’adopter un style bien à soi et de ne pas avoir un placard identique à celui des ses ami(e) s. Ces petites boutiques sont de véritables mines d’or mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, elles s’adressent aux fashionistas les plus expertes en matière de mode: s’habiller vintage

L

une beauté plus poignante au travers de diverses séries de clichés réalisées dans une seconde partie de sa vie, dont l’une des plus marquantes est « In the American West ». Richard Avedon, en partant à la conquête de l’ouest des EtatsUnis, est parti à la conquête de l’essence de l’Homme. « Mon sujet n’est pas l’Ouest ; j’aurais pu faire ces photos en n’importe quel lieu du monde. Ces portraits parlent des gens, comme tout ce que je fais. Peu importe l’Ouest. » Richard Avedon Voilà ce que ce photographe a su réaliser à merveille tout au long de son oeuvre et ce, aussi bien dans sa carrière dans la mode que dans ses projets artistiques personnels : faire jaillir l’humanité de ses sujets et nous faire part avec simplicité mais grandeur d’une beauté humanisante. Sophie SARIAN

n’est pas aussi simple que d’aller shopper chez Zara et H&M. Si certaines pièces sont de véritables petites merveilles et rendent notre look unique, d’autres peuvent très vite, au contraire, nous faire tomber dans le total look Dallas. A en croire l’article qui se réfère à l’instance suprême de la fripe, les pièces à chiner rapidement seraient: la veste militaire, la robe à imprimé liberty, les lunettes rondes, la chemise à carreaux, la chemise en jean et le sac Lady…Liste non exhaustive. Finalement, je vais peut être changer mes plans moi et reporter la visite du musée du Louvre avec ma sœur pour une visite des temples parisiens de la mode vintage. La Joconde attendra une prochaine virée parisienne. Avouez-le, vous auriez fait le même choix non ? Laura MARTINEZ

Les bonnes adresses vintage Kiliwatch 64, rue Tiquetonne, 75002 http://espacekiliwatch.fr Noir Kennedy 12, rue du Roi de Sicile, 75004 Noirkennedy.fr (shopping en ligne) No Good Store 52, rue des Martyrs, 75009 Vochdom 72, rue Condorcet, 75009 Mamie Blue et Mamie 69 et 73, rue Rochechouart, 75009 Mamie-vintage.com


SAVOUREMOIS La gastronomie étudiante

s a p e R Idées Entrée

OM PANIERGARNI.C n la cuisine au quotidie

Tartines Italiennes Sur quatre tranches de pain toastées (1/2 baguette), disposez l’équivalent de deux tomates et une boule de mozzarella sous forme de carpaccio. Arrosez d’un petit filet d’huile d’olive, parsemez de basilic et dégustez.

Plat

Macaroni Jeannette Faites cuire 250 g de maPas d’idées de repas ? Pas le temps de sortir faire les courses et pourtant vos amis caroni dans du bouillon de viennent dîner ce soir et vous ne voulez pas les décevoir ? Alors, nous avons trouvé volaille ou de boeuf. Pour votre garniture, liez un jaune LE site fait pour vous. d’oeuf avec un peu de sauce Qu’est-ce qui distingue réellement tomates. Enfin, incorporez paniergarni.com des autres sites ? aniergarni.com vous propose de votre garniture avec vos pâtes, L’exhaustivité des ingrédients à nombreuses recettes originales, classaupoudrez de gruyère râpé sélectionner (plus de 600) ainsi que sées selon le type de plat, la difficulet faites gratiner pendant 10 la diversité et la clarté des recettes té, le coût et le temps de réalisation. min. proposées. C’est simple, rapide et efficace ! Grâce à paniergarni.com vous pouDessert Le petit «+» vez non seulement retrouver la reBananes à la noix de coco cette du tiramisu que vous aimez tant Des repas équilibrés Coupez deux bananes en Les gourmands qui se surveillent mais aussi trouver la recette idéale tranches épaisses. Faites qui épatera vos amis tout en vous dé- aimeront pouvoir connaître la valeur fondre l’équivalent de deux nutritionnelle (Kcal) de chaque plat. barrassant des restes qui encombrent cuillères à soupe de confiture votre frigo. (votre préférée). Plongez les Le petit «-» tranches de bananes dans la Une présentation confiture et roulez les dans le Pour cela, il vous suffit de cliquer sur «light» râpé de noix de coco. Servez L’interface du la fonctionnalité « Fond de réfrigéfrais. site est un peu rateur » à droite de votre écran et de sélectionner les ingrédients dont vous sommaire... Anne-Sophie GREFF et Jean disposez. SILIPANNHA

P

21


22

C’est un moment ordinaire, un trajet de train pour rentrer chez moi, qui me laisse le temps de regarder par la fenêtre. Le train s’arrête à une station devant une zone industrielle, j’aime l’atmosphère qu’il règne à cet endroit précis. Sans trop réfléchir, je m’empresse de prendre mon appareil pour prendre la photo. Le contrôleur siffle, le train va repartir, je me dépêche, les portes se ferment. Je retourne à ma place avec la satisfaction d’avoir effectué un geste nécessaire. C’est alors qu’un homme s’approche de moi « Excusez-moi, je peux savoir ce que vous trouvez beau dans cette usine pour la prendre en photo ? ». A moitié honteuse, je lui réponds simplement « les couleurs ». En effet, il était 17h, le soleil se couchait, mêlé aux nuages bleus foncés de l’orage passé il inondait le paysage d’une lumière aux tons orangés. L’appareil photo en main, je me laisse porter par ce qui m’entoure. C’est un temps, une longueur, qui m’est nécessaire pour rompre la course de la vie. Un cliché c’est une attention portée aux surprises, aux aléas du réel qui se compose sous nos yeux. J’observe et m’approprie ce qui m’entoure grâce à la photo et ça me donne l’impression d’être plus vivante. Clodia D Pour publier dans Your Box envoyez vos articles à : agathe.caron@yahoo.fr


Capricorne : Vous êtes en

Persévérez, il s’en rendra compte et vous en récompensera. Travail : Vous êtes plus agréables et imposez vos décisions en douceur. Ne soyez toutefois pas trop conciliant car cela pourrait vous rendre faible aux yeux de vos collègues.

grande forme, prêt(e) à repartir sur de bonnes bases en cette nouvelle année et tout cela avec dynamisme et ambition. Amour : Ne soyez pas trop parano, votre chéri(e) vous aime telle que vous êtes, vous et personne d’autre. Argent : Quelques folies pendant Cancer : Le froid ne suffit pas les vacances mais la rentrée devrait à atteindre votre moral d’acier vous permettre de rééquilibrer et vos rapports avec vos proches votre budget. ne cessent de s’améliorer ce qui contribue à cette bonne humeur. Verseau : Les quelques kilos pris Amour : Vous êtes confrontés à pendant ces vacances ne suffisent des vérités blessantes. Acceptez -les, elles vous aideront à avancer. pas à miner votre moral au beau Travail : Vous avez du mal à fixe. Ne perdez surtout pas votre travailler en équipe ce mois-ci, sourire. Amour : Votre situation la solitude et le travail individuel vous convient, célibataire ou en couple et vous profitez de chaque vous conviennent mieux. instant sans vous inquiétez. Continuez ! Argent : Pensez à Lion : Un manque de motivavous limiter dans vos dépenses. tion se fait ressentir ce mois-ci. Pensez à vous reposer et tout Poissons : Vous vous inquiétez repartira comme avant. Amour : de votre futur et vous concentrez Votre conjoint vous étouffe, vous beaucoup sur cela ce mois-ci. Re- avez besoin de prendre l’air. Impolâchez un peu la pression. Amour sez-vous en douceur, il ne vous en aimera que davantage en voyant : Vous veillez à ce que vos amis vos apprécient et faites tout pour votre caractère. Travail : Vous leur faire plaisir. Vous avez raison cherchez à vous faire discret(e) car l’amitié est la seule vraie valeur et faites votre travail ni plus, ni moins. mais pensez également un peu à vous-même. Travail : Votre sérieux et votre amabilité vous rend très Vierge : Vous changez beaucoup apprécié du groupe au sein duquel d’humeur ce mois-ci et les gens vous travaillez. qui vous entourent ont un peu de mal à vous comprendre. Amour : La routine fait souffrir votre Bélier : Vous vous montrez couple, pensez à prendre des tel que vous êtes sans complexe initiatives qui vous en sortent. ce qui vous rend rayonnant(e). Travail : Vous vous montrez trop Amour : Toutefois, vous vous exigeants au bureau. Calmez-vous, concentrez trop sur votre travail tout le monde n’a pas votre dynaet votre relation de couple en misme et votre énergie. Utilisez la souffre. Pensez à communiquer pour votre couple. avec votre autre moitié. Travail : Vous êtes assidu(e) et organisé(e) ce qui vous avantage dans votre Balance : Vous vous montrez métier. sous votre vrai jour à tout le monde ce qui peut plaire mais peut également… déplaire. Faites Taureau : Vous êtes honnête attention, gardez toujours une et énergique ce qui vous rend certaine réserve avec les gens que apprécié de tous mais attention, limitez-vous, la vérité peut blesser vous connaissez le moins. Amour parfois inutilement. Amour : Vos : Vous perdez patience sous les critiques répétées et parfois amours ne sont pas au beau fixe injustifiées de votre jules. Il est mais patientez le grand amour sous pression, comprenez-le et n’est probablement pas très loin. n’oubliez surtout pas que vous Travail : Vous êtes ingénieux et créatif et vos nouvelles idées vous l’aimez. Travail : Vous prenez des initiatives susceptibles de donner font gagner un temps précieux. de bons résultats dans un avenir pas si lointain. Gémeaux : Vous recherchez de la nouveauté et avec votre dynamisme, vous allez découvrir de nouveaux horizons. Amour : Vous consacrez de plus en plus de temps à votre partenaire mais il ne semble pas y être sensible.

Origine de la basilique Saint Remi à Reims ? Il s’agit d’un édifice chrétien construit aux alentours de l’An mil. Elle se nomme ainsi à la suite de Rémi, évêque de Reims durant soixante-quatorze ans . Il baptisa le roi Clovis Ier le 25 décembre 496 (certains doutes sur la date subsistent) et fut honoré apôtre des Francs. Il est également l’un des cinq patrons de

France au côté de saint Martin, saint Denis, sainte Jeanne d’Arc et sainte Thérèse de Lisieux. On raconte que sa naissance avait été annoncée par un ermite aveugle, saint Montan, qui recouvra la vue grâce au lait maternel de sa mère Sainte Céline, peu après la naissance de Remi.

Somewhere in Reims

Donnant sur le parvis de la cathédrale, cette devanture n’a vraiment pas l’air d’un bureau… Ellyn O’BRYNE-BAUDOT

Scorpion : Vous êtes dans une forme

olympique et vous cherchez à servir de grandes causes. Continuez dans cette voie. Amour : Vous êtes d’humeur joueuse et si vous n’avez pas encore rencontré le grand amour, vous testerez un bon nombre d’hommes/femmes ce mois-ci grâce à votre sourire charmeur. Vous tâtonnez jusqu’à trouver la personne parfaite. Travail : Vous êtes plutôt hésitant et mou. Faites attention ou vous allez vite vous faire dépasser par d’autres plus énergiques.

Sagittaire : Votre humeur est un peu

morose ce mois-ci. Ressaisissez-vous, l’avenir vous réserve de belles surprises. Amour : Vous souhaitez vous isoler et votre conjoint, très compréhensif, accepte ce besoin de solitude provisoire. Travail : Vous recherchez à tout prix à faire des alliances dans votre travail pour respecter le fameux adage : « L’union fait la force ». Continuez mais pensez à ne pas en mettre de côté en chemin.

SUDOKU la solution le mois prochain

Horoscope

Au nom de toute l’équipe de Out Of The Box, merci d’avoir lu ce numéro.

23



Out of the Box - Numéro 1