Issuu on Google+

N°8 - AOUT

J’AI TESTÉ POUR VOUS :

LE SONISPHÈRE ! (QUI SE TROUVE AUSSI ÊTRE MON 1ER FEST MÉTAL.)

+ SEX TOYS STORY LA JAPAN EXPO BEEYOU NEW YORK DESSINS DE MARVIN...


2 | OUATwebzine

EQUIPE REDACTEUR EN CHEF + DIRECTEUR ARTISTIQUE Florian Bahuet

CHARGテ右 DE COMMUNICATION Pauline Mizon

MANAGER DES RELATIONS INTERNES Emmanuelle Jourdan

BLOGUEUSE

Mathilda Dupuis

CHRONIQUEURS Aurore Monclin Clテゥment Piot Florian Bahuet Florie Jacob Mathilda Dupuis Morgane Alaimo Pauline Mizon


OUATwebzine | 3

EDITO CERTES, LE MOIS DE JUILLET ÉTAIT MITIGÉ MAIS JE PENSE QUE LA CHALEUR VA MONTER AVEC CE DERNIER NUMÉRO. VENEZ APPRÉCIER L’HISTORIQUE DU SEX TOY AVEC FLORIE, PARTAGER LE PREMIER FEST MÉTAL DE MATHILDA, LA PREMIÈRE FOIS DE MORGANE À LA JAPAN EXPO, L’ENTRETIEN DE PAULINE AVEC MARVIN OU ENCORE CELUI AVEC OUSSAMA ET BOUTAÏBA - LES FONDATEURS DE BEEYOU -, LA CLÔTURE DES FLANERIES MUSICALES DE REIMS AVEC CLÉMENT OU ENCORE LE VOYAGE D’AURORE. ET TOUT ÇA DANS UN MÊME NUMÉRO !

// Florian Bahuet


4 | OUATwebzine

SOMMAIRE

J’AI TESTE POUR VOUS : LA JAPAN EXPO

6

LE PIQUE-NIQUE DE CLÔTURE DES FLÂNERIES MUSICALES :

10

SEX TOYS STORY

14

LA SÉLECTION CINÉ

18

J’AI TESTÉ POUR VOUS : LE SONISPHÈRE ! (QUI SE TROUVE AUSSI ÊTRE MON 1ER FEST MÉTAL.)

20

DESSINS DE MARVIN

28

BEEYOU32 QUAND LE RÊVE DEVIENT RÉALITÉ : NEW YORK CITY.

36

LE CARTO CREW : UNE ASSOCIATION QUI VA « CARTONNER »

40

LA PLAYLIST

44


OUATwebzine | 5


6 | OUATwebzine

J’AI TESTE POUR VOUS : LA JAPAN EXPO/COMIC CON PARIS

J’ai testé pour vous :

La Japan Expo Texte // Morgane Alaimo Photographies // Maéva Sudarovich

Ça y est je l’ai fait, j’ai enfin mis les pieds à la Japan Expo/Comic Con Paris, ça fait approximativement une bonne paire d’années que je souhaitais m’y rendre. J’ai sauté le pas genre la veille pour prendre les billets et le lendemain, roulez jeunesse : welcome Le Parc des Expositions de Villepinte ! Alors, il faut savoir que moi, les mangas, les poneys roses et les sushis c’est pas trop mon truc, donc pour moi la Japan expo était dans ma tête un ramassis de geeks...GROSSE ERREUR ! Ainsi j’ai solennellement décidé de vous faire partager ma journée dans cet énorme événement qui rassemble des milliers de personnes passionnées ou simplement curieuses (comme moi) autour de la culture japonaise ou comment s’en prendre plein les mirettes en 6 heures.

TOP CHRONO !


// 10H  En route pour l’avant périph de Paris (encore heureux !) pour se rendre donc à la Japan Expo, termos de café au taquet et exercice vocal dans la caisse pour se mettre de bonne humeur. Après moult périples sur la route (soit trouver la bonne sortie) nous arrivons sur le parking du parc des expos de Villepinte. 15 minutes de queue pour avoir son billet, dingue non ? Pour des gens qui n’en avaient pas. En regardant autour de moi pour faire passer le temps je me retrouve quelques années en arrière en voyant un mec en Pikachu et une nana en Ondine. (ca commence bien!)

// 11H  Surexcitation, nous sommes à l’intérieur, et c’est terriblement immense ! Il y a une foule de dingue, qui m’impressionne carrément, on se sent un peu con en regardant que 70% des visiteurs sont déguisés et toi...pas. On se décide à faire un premier tour de repérage pour se familiariser avec l’ambiance et les différentes parties de l’expo soit : -les salles d’activités autour des différents arts japonais. -les scènes réservées au Cosplay -les stands d’objets divers et de fringues -les parties d’expositions d’artistes -les parties des différents développeurs de jeux vidéo -sans oublier la fameuse partie web. Voilà quelques exemples de ce qu’on pouvait trouver à la Japan expo, autant vous dire qu’on a pas le temps de s’arrêter plus de 10 minutes sur un stand !

OUATwebzine | 7


8 | OUATwebzine

// 12H 

Non ce n’est pas encore l’heure de manger.En sachant que dans notre petit groupe les garçons sont en majorité, nous sommes directement entraînés vers les stands de jeux vidéo entre Final Fantasy, Mario, Kingdorm Heart etc. Je remarque des vrais fous de la manette, dommage je ne pourrais pas participer avec eux, j’arrive pas à finir un niveau sur Mario ! Après avoir fini notre petit tour dans la partie « gamers », on trouve un stand de make up professionnel réservé à la zombification. Terrible ! Là s’avance un grand gaillard habillé tout en noir, maquillé avec une saignante perfection, visage détruit sang dégoulinant et corps camouflé par des horrifiantes entrailles, tout pour faire flipper ! Qu’il fait bon d’aller prendre l’air durant une pause clope, c’est ici que je remarque les costumes tellement différents des cosplayers. Ce qui est le plus impressionnant c’est qu’ils les ont presque tous créés eux-mêmes, à l’artisanal quoi ! Et pour tout vous dire c’est très réussi !

// 13H Retour à ma partie préférée, le coin des petits stands où l’on peut acheter de tout ! Beaucoup de ces minis boutiques proposent des articles tels que les peluches, les portes clefs, les sacs etc.. Tout pour rendre une nana hystérique.

vintage et colorés ou devant une paire de boucles d’oreilles avec des petits gâteaux. Sur tous ces stands j’aperçois ces jeunes filles appelées « Lolita » (bien sûr il y a plusieurs styles vestimentaire de Lolita) une mode venant du japon où les tenues, selon le style, se constituent de robes à froufrou, de couleurs pastels ou de teintes plus sombres, inspirées également du monde de l’enfance agrémentées de petits objets fantaisies ou comme j’ai pu souvent le voir de jolies ombrelles en dentelle.

// 14H  On va enfin casser la croûte ! Dans la logique tu vas à la Japan expo et tu essayes au moins de manger.. japonais, ce qui fut impossible à cause d’une attente de dingue et pourtant l’odeur de cette nourriture...bon passons j’ai mangé un sandwich au poulet de toute façon. Durant notre attente pour le super sandwich, on aperçoit la scène spéciale Cosplay. C’est ici que les jeunes gens déguisés dans leurs personnages dévoilent tous leurs atouts : leurs créations de costumes, mais également la passion qui les anime. J’ai alors compris que le Cosplay, ça n’était pas seulement poser devant une foule, mais aussi jouer à fond son personnage et montrer qu’on est passionné ! Du coup je suis un peu dégoutée de pas avoir mis mes oreilles de chat et mes moustaches..

Maintenant direction les stands des Comics, bonjour Spiderman, Superman, Batman et tous les superhéros qui ce finissent en « MAN » ! On y trouve plein de BD, de figurines, de tableaux et également Mais il y a aussi des stands très des accessoires tels que les Batarang de intéressants comme ceux des jeunes créateurs qui proposent leurs collections de Batman, bref on se retrouve dans nos rêves vêtements ou de bijoux fantaisie, comment d’enfance à sauver le monde en costume de justicier masqué. ne pas craquer devant des pendentifs


// 15H 

OUATwebzine | 9

La Japan expo c’est du monde, beaucoup de bruit, et une partie relaxation ! Malheureusement je n’ai eu le temps que de passer devant les stands prévus à cet effet. On y trouvait des petits coins tranquilles pour apprendre des techniques de détente avec un professeur en petit groupe, où l’on pouvait acheter des produits de relaxation comme les huiles essentielles, les massages et diverses autres choses portant sur le bien-être. Au fur et à mesure que la journée passe je me suis rendue compte d’un autre phénomène archi présent dans la Japan, les « FREE HUGS » autrement dit : comment passer sa journée à essayer de se faire câliner tout en espérant choper un 06. Bon évidemment je stéréotype un peu pour vous faire rigoler, mais voir des cartons FREE HUGS toute la journée, au début on est vraiment tenté et puis après beaucoup moins Ainsi les adeptes de cette pratique se retrouvent dehors en petit groupe et hurlent des « choses » (je comprenais rien en fait.) et se jettent les uns sur les autres pour un calinou collectif. Après avoir fait le tour plus détaillé de l’expo, c’est l’instant photo, j’ai ainsi eu la grande chance de faire la groupie auprès des Daft Punk, et mes deux acolytes photographes s’en sont donné à cœur joie en shootant Mario et Luigi, Mister zombie, l’équipe de Stargate SG-1, et d’autres personnalités représentées dans le salon.

// 16H Pas le temps de goûter, il faut rentrer à la maison ! Mon objectif de la journée fut un échec total je n’ai pas trouvé de peluche Pikachu satisfaisante... Mais vous l’aurez compris, j’ai adoré ma journée à la Japan expo, des gens accueillants, passionnés, plein de belles découvertes sur cette culture, et un événement qui rassemble, le plus important je crois. A bas les préjugés que j’avais auparavant ! Du coup je me fixe deux objectifs pour l’année prochaine : 1- Trouver ma foutue peluche Pikachu. 2- Venir déguisée.

RESULTAT DU TEST :


10 | OUATwebzine

Le pique-nique de cl么ture des Fl芒neries Musicales :

Le pique-nique de cl么ture Texte // Cl茅ment Piot


OUATwebzine | 11

Depuis le temps qu’il est le climax des Flâneries Musicales de Reims, le fameux concert pique-nique au Parc de Champagne n’a plus grand chose à prouver puisqu’il rencontre toujours un franc succès. Cette année aurait pu se passer différemment à la vue de la météo du début de semaine, mais nous sommes arrivés ce 21 juillet parfaitement secs et sommes repartis dans le même état. Alors que pour les éditions précédentes la soirée s’organisait autour du jazz, cette année c’est le thème de la musique de cinéma qui a été choisi pour tenir le grand rôle avec l’orchestre Colonne de Laurent Petitgirard. Il est donc 19h lorsqu’on arrive au Parc de Champagne après avoir bataillé longuement pour trouver un endroit où garer la voiture (qu’on se le dise, le vélo y a quand même que ça de vrai). On arrive à présent au cœur de l’arène où quelques milliers de rémois sont assis dans l’herbe dégustant leur première coupe de champagne. A peine sommes nous installés que débarque sur scène un homme, Roberto d’Olbia dit « le dresseur de piano », en charge de la première partie. Celui qui est reconnu comme étant l’un des pionniers du one-piano-man-show nous a donc proposé son concept, c’est-à-dire mélanger humour et piano. Pour être honnête, je reste persuadé que l’humour et la musique ne se mélangent pas, ou du moins pas facilement (je ne connais que Tenacious D qui réussisse à donner quelque chose d’à peu près bon, d’un côté comme de l’autre). Mais le spectacle a eu l’air de plaire au public champenois qui n’hésitait pas à participer lorsque d’Olbia l’y invitait. Il a su se montrer à la hauteur de sa réputation en revisitant des morceaux classiques de la variété mais également de ses références personnelles, tout en ponctuant son jeu de notes d’humour plus ou moins recherchées.


12 | OUATwebzine

Tout le spectacle reposait sur une histoire qu’il racontait, c’est-à-dire que si l’on perdait le fil conducteur, il était plus compliqué de revenir et de tout comprendre, mais la bonne humeur communicative de l’homme a suffit à laisser au public un sourire au coin des lèvres avant la suite du spectacle. Même si j’ai pu réentendre des classiques du piano et de la chanson française je reste un peu déçu de ne pas l’avoir entendu reprendre Baba O’Riley de The Who, enfin bon ça ne m’a pas gâché la soirée pour autant. Nous y voila, les musiciens s’installent sur scène pendant que le public se ressert en champagne en attaquant une tarte aux fruits de saison. Tandis que le soleil commence doucement à disparaitre derrière les arbres, l’orchestre lui entame son voyage au cœur des compostions de John Williams, célèbre compositeur de musiques de films, à l’honneur de cette soirée. Les hommes de Laurent Petitgirard ont revisité des grands classiques du cinéma de Lucas et de Spielberg en commençant par la somptueuse Marche De Superman, et ont poursuivi avec E.T, Les Dents De La Mer ou encore Star Wars. Ils ont également interprété le thème de la Liste De Schindler, un concerto pour violons absolument sublime que j’ai ainsi découvert et qui m’a convaincu de regarder le film. L’orchestre Colonne a donc clôt son set avec les thèmes principaux de Harry Potter en rappelant aux spectateurs le talent de John Williams (maintenant âgé de 80 ans) mais également l’importance de la musique dans le cinéma. Car en effet, à l’écoute de ces morceaux mythiques, l’image des films associés revient et les souvenirs que chacun a vécu devant ces films remontent à la surface ; là est toute la

beauté et la magie de la musique. C’est sur les remerciements du chef d’orchestre que se termine le concert, et sur ces mêmes mots que commence le feu d’artifices, tombée de rideau de la soirée. Si je devais formuler une seule déception sur cette soirée, c’est le manque d’attention de la majorité du public qui a créé un brouhaha incessant durant le concert empêchant les autres d’apprécier pleinement, ce qui peut d’ailleurs sembler paradoxal avec le silence de cathédrale qui a régné ensuite pendant le feu d’artifices. Si l’on devait résumer le concert pique-nique au Parc de Champagne, il faudrait tout simplement dire que c’est un instant où chaque sens est comblé : L’ouïe évidemment avec le magnifique concert, le goût grâce au champagne qui nous ravit le palais, l’odorat avec l’agréable odeur du cigare de mon voisin, le touché avec l’herbe qui nous glisse entre les doigts, et enfin la vue du splendide couché de soleil auquel on assiste. Ce concert est un moment fort de la vie estivale rémoise, et il le restera sans doute longtemps.


OUATwebzine | 13


14 | OUATwebzine

Sex Toys Story

Texte // Florie Jacob Je vous vois bien venir avec votre œil torve, votre fil de bave au coin de la bouche et vos ricanements intempestifs… ! Eh bien oui ce mois-ci nous allons parler des sex toys mais d’une manière historique, oui messieurs dames. N’écoutant que mon envie de vous transmettre des informations ludiques je vais de ce pas vous en apprendre des bien belles sur ces petits objets de plaisir qui ravissent tant la gente féminine (et parfois masculine, voir même les deux en même temps !).


OUATwebzine | 15

C’est au temps de l’antiquité grecoromaine qu’apparait le premier objet pourvoyeur de plaisir appelé OLISBO par les grecques, signifiant pénis artificiel : au moins c’est clair, pas de doute sur ce à quoi pouvait servir ces objets ! Ce sont les marins et autres guerriers partant parfois pour de loooongues durées qui offraient l’olisbo à leur compagne, histoire qu’elles n’aillent pas chercher un autre popol pour se satisfaire durant leur période de désert sexuel imposé. L’olisbo était alors taillé dans la pierre (mouais), le jade (mouais aussi) ou le bois (ouch… j’espère qu’ils avaient inventé la ponceuse à cette époque parce que merci pour les échardes). Les Romaines, n’étaient pas en reste et avaient à leur disposition un GAUDE MIHI, ce qui signifiait « réjouis-moi » en latin médiéval (d’où le nom gode michet aujourd’hui). Leur sex toy antique était fait de bronze, de céramique ou d’ivoire (elles étaient bien plus chics ces romaines… !) L’asie fut aussi un vivier de création sex toyenne , en effet, le kama sutra préconisait déjà 3000 ans AV JC (ouuh mais ce type d’écriture me rappelle les cours d’histoire au collège, Mme Pougeoise si vous me lisez, voyez ce que je suis devenue !!! ), l’utilisation d’objets durant l’acte sexuel afin de l’optimiser et ce, pour les deux partenaires. Les Chinoises étaient d’ailleurs de sacrées petites malines puisque ce sont elles les premières à avoir fabriqué des gode michets en résine et en gomme (ce qui devait être nettement plus confortable que les godes en pierre ou en bois de nos amies grecques !) Au Japon, le gode michet a même sa propre légende, car au 8ème siècle,

l’impératrice Shotoku (nom relativement évocateur d’ailleurs…) a reçu comme présent un superbe gode de la part d’un de ses amants un peu trop âgé afin de remplacer son bambou défaillant… N’estce pas romantique… ! Enfin, à l’époque EDO (1603-1868), le gode michet était tellement répandu dans les contrées asiatiques qu’il se vendait en porte à porte (Toc, toc, toc : Bonjour c’est la madame de chez Godemichware !!) A la renaissance, on parlera de PASSATEMPO (passe temps) ou de DILETTO (délice, d’ailleurs chez nos amis anglophone le gode s’appelle le Dildo…). Et c’est aussi à cette époque que Matéo Renaldo Colombus, fut le premier à décrire (anatomiquement j’entends) le clitoris et à comprendre que sa stimulation provoquait un orgasme (super futé le gars !) Ronsard quant à lui sera le premier pseudo-misogyne face à ces objets de plaisir, puisque dans un de ses poèmes il écrira que sa maîtresse Hélène préférait « sa main et son godemichet » (Ben il fallait te poser des questions Pierrot… !) Ce n’est qu’en 1829, que Georges Taylor a inventé le vibromasseur à vapeur (imaginez un peu l’engin…) appelé « vibrateur ». Dans un premier temps il fut utilisé pour calmer les douleurs musculaires (tiens ça me rappelle les dames dans les pages de la Redoute…) puis au fil du temps, son utilisation fut détournée (bah tiens… !) pour en faire un remède contre l’hystérie, maladie psy touchant uniquement les femmes : on passait alors le dit vibrateur sur tout le corps de l’hystérique en insistant sur la vulve afin de déclencher un orgasme et donc de calmer le mal qui rongeait la mécréante… (No Comment)


16 | OUATwebzine

____________________________________ En 1883, suite à quelques modifications, le Dr Joseph Mortimer Granville optimisa le vibrateur afin de traiter 6 patientes en 1h au lieu d’une seule pour le premier joujou vibrant (comme dirait ma grand-mère : on n’arrête pas le progrès !) Enfin, concernant notre période actuelle, le vibromasseur a été vu pour la première fois sur grand écran dans le premier film pornographique datant de 1915 « A free ride », lui donnant alors une connotation malsaine voir perverse… Ce n’est que très récemment que le vibromasseur et tout ses petits cousins (type canard, œuf vibrant, boules de geisha et j’en passe…) ont retrouvé leur titre de noblesse laissant derrière eux leur réputation obscure pour ne devenir (et rester je l’espère) que de simples accessoires de plaisir personnel ou à partager ! ____________________________________


OUATwebzine | 17

CREATIONS OF PLAGUE


18 | OUATwebzine

La sélection ciné

La seélection cinée _______________________________ Bien sur, il y a un tas de films à voir chaque mois. Même si ça aurait été tentant d’aller voir Sexy Dance 4, Miami Heat de Scott Speer, Friends with Kids de Jennifer Westfeldt, Rebelle de Mark Andrews ou encore Total Recall de Len Wiseman (avec le très appétissant Colin Farrell.), on a eu d’autres raisons pour aller voir les autres. Texte // Mathilda Dupuis


// LE DESSIN ANIMÉ

OUATwebzine | 19 // LA COMÉDIE BRITISH // LE FILM FRANÇAIS

L’étrange Pouvoir de Norman de Chris Butler et Sam Fell, on le conseille parce qu’il a l’air plutôt cool dans le genre pseudo-flippant ! Sortie prévue le 22 Août.

My Best Men de Stephan Elliott, parce que les Anglais savent faire la fête ! Sortie prévue le 8 Août.

Mobil Home de François Pirot, parce que pour un film français, il a l’air pas trop mal ! Sortie prévue le 29 Août.

// LE FILM DE VAMPIRES // LE FILM DE BRUTE

// MENTION SPÉCIALE

Abraham Lincoln, Chasseur de Vampires de  Timur Bekmambetov, parce que Tim Burton produit ce film et que je n’ai pas encore tout à fait perdu espoir quant aux bon films vampiriques ! Sortie prévue le 8 Août.

Mention spéciale pour David & Madame Hansen de Alexandre Astier, un autre film français qui a l’air très prometteur ! Cependant ne vous attendez pas à des blagues lourdes à la sauce Kaamelot, il y est question d’une femme atteinte d’Alzheimer !

Expendables 2 de Simon West, parce que Chuck Norris joue dedans et ça, c’est pas négociable ! Bon et aussi parce que le premier était ma foi, pas trop mal et parfois même drôle, je le confesse.. Sortie prévue le 22 Août.


20 | OUATwebzine

J’ai testé pour vous : le Sonisphère !(qui se trouve aussi être mon 1er fest métal.)

J’ai testé pour vous  (qui se trouve aussi être mon 1er fest métal.) Texte // Mathilda Dupuis Photographies // Pauline Mizon


: le Sonisphère !

OUATwebzine | 21


22 | OUATwebzine

// C’EST PARTI ! Le Sonisphère, festival de métal situé à Amnéville, proposait pour sa deuxième édition des groupes comme Evanescence, Lostprophets, Soufly, Baroness ou encore Marilyn Manson ! C’est donc naturellement que nous sommes partis au Sonisphère avec le rédac’ chef et vos deux chroniqueuses métal favorites, Pauline et Manue ! Bon j’avoue peut-être pas si naturellement que ça, je n’y serais probablement pas allée seule et encore moins pour une programmation où je ne connaissais même pas la moitié des artistes. Quoi qu’il en soit c’est carrément motivée et intriguée à l’idée de découvrir l’univers des métalleux que j’arrive au camping de la forêt le vendredi soir ! Le festival en lui-même ne commence que le samedi mais il y avait déjà quelques groupes qui se produisent la veille sur la scène off et au Snowhall ! C’est de cette façon que l’on a découvert Fate Scream, l’un de nos coups de cœur de la programmation !


// LE SAMEDI 7 JUILLET

OUATwebzine | 23

Les concerts se passent sur deux scènes, l’Apollo et la Saturn, une étant à l’intérieur et l’autre à l’extérieur. Le bon point c’est que les concerts s’enchaînent mais ne se chevauchent pas, il est donc impossible de rater un concert involontairement et ça, c’est ce que j’appelle de l’innovation ! C’est l’un des rares fest où tu ne te retrouves pas à méditer à un moment de la journée pour savoir si tu ferais mieux d’aller voir tel ou tel groupe alors que tu meurs d’envie de voir les deux ! On a donc pu voir des groupes comme Black Stone Cherry, Machine Head, Marilyn Manson, Faith No More, Pachuco Cadaver ou encore Combichrist (pâle imitation de Rammstein) et Meshuggah (dont le chanteur a déclenché une pluie presque diluvienne en se mettant à chanter) en ce premier jour de fest !

// Faith No More

Et comme un bonheur (je fais référence à la pluie et aux Messieurs Météo de Meshuggah) n’arrive jamais seul, on a appris qu’Evanescence avaient annulé leur concert parce que la grand-mère de la chanteuse est décédée quelques jours plus tôt ! Le bon point de ce samedi c’était Machine Head qui n’ont pas une réputation de bêtes de scène pour rien ! Même si je me suis retrouvée au centre d’un Circle Pit dès la première chanson, (Manue me protégeant tel un vaillant garde du corps et moi ne sachant pas quoi faire, un peu paniquée, je l’admets) j’ai kiffé le concert ! // Machine Head


24 | OUATwebzine

// LE DIMANCHE 8 JUILLET

Après un samedi plutôt satisfaisant et un gros coup de cœur pour Faith No More, qui soyons honnêtes, nous en ont mis plein la vue avec leur mélange de métal/funk/jazz, on se réveille (à cause d’un connard qui gueulait apéro à 9h30 du mat’) de «bonne humeur» et prèts à assister aux concerts qu’on attendaient tous à savoir Baroness, Lostprophets, Evanescence et Soulfly ! Bon, on s’était fait une raison pour Evanescence mais c’était sans compter sur l’annulation de la moitié des concerts du dimanche pour cause d’intempéries (merci Meshuggah) donc pas de Lostprophets et encore moins de Baroness ! Imaginez mon désespoir, j’écoutais Lostprophets quand j’avais 14-15ans, l’émo à mèche que j’étais aurait rêvé de ce moment ! C’est donc déçus et trempés que l’on s’est rabattus sur la scène Apollo où se produisaient Porn Queen, Armored Saint, The Darkness ou encore Soulfly et Lacuna Coil ! Soulfly, groupe de Max Cavalera (Cavalera Conspiracy), ont carrément mis le feu et ce n’est pas paniquée (comme à la vue de mon premier Circle Pit) mais fascinée que j’ai regardé Max Cavalera crier dans son micro «Open the Circle Pit ! Right fucking now!» et oui la métalleuse en herbe que je suis balayait la foule du regard l’air de dire «Sainte Mère de Dieu, quelque chose d’énorme est sur le point d’arriver» un peu comme Gandalf à la découverte de l’anneau de Sauron ! Bref, j’étais comme une gamine la veille de Noël et ça c’était avant de l’entendre dire «Wall of Death» à travers un charabia d’anglais ! Soulfly ont égayé notre journée et c’est sur cette dernière impression que nous avons quitté le Sonisphère !

// Max Calavera

// Soulfly


// COUPS DE CŒUR

OUATwebzine | 25

Soulfly, groupe de Max Cavalera. A écouter Jumpdafuckup et Gladiator ! Faith No More, qui ne s’étaient pas produit depuis 11ans, ont fait leur comeback cette année ! A écouter leur reprise de This Guy’s In Love With You et Woodpecker From Mars ! Fate Scream, petit groupe d’Épinal qui donnait un concert sur la scène Off. A écouter sur leur Myspace : myspace. com/fatescreammetal ! Et à découvrir sur facebook : facebook.com/fatescream ! J’ai aussi eu un gros coup de cœur pour les métalleux en eux-mêmes! Derrière leur apparence de gros durs, ils sont en fait de gros nounours, adorables et carrément gentils ! La preuve ? Pendant un concert un mec a fait tomber ses lunettes, ils s’est mis à quatre pattes pour les ramasser, tout le monde autour de lui a voulu le relever et quand ils ont compris qu’il cherchait ses lunettes, il y avait une petite dizaines de métalleux à quatre pattes en train de les chercher ! Ce n’est pas le genre de chose que l’on verrait dans les autres concerts ou festivals !

// COUPS DE GUEULE Les concerts annulés, évidemment, mais surtout le manque d’informations sur le site du festival et sur place ! Il y avait encore des gens qui arrivaient pour voir Evanescence le dimanche en fin d’après-midi. De plus, aucune information n’ont été données sur quels concert étaient annulés avant l’avant dernier concert !


26 | OUATwebzine

Si vous aussi vous voulez tenter un fest métal pour la première fois, voici un petit guide !

// LES BONS PLANS

// LES POGOS POUR LES NULS :

Si vous venez faire un tour au Sonisphère (ou juste à Amnéville), on vous conseille ...

Le pogo classique, tout le monde connaît ! Tant que tu mets ton coude dans les côtes du mec à côté, le contrat est rempli !

Fonzie Diner, entre deux concerts, on vous conseille fortement d’aller manger un Burger dans cet American Diner ! Les prix sont abordables et c’est délicieux !

Le Circle Pit, c’est quand tout le monde se met à tourner en rond, toujours en mettant des coups de coude et de pied au voisin. Évidemment tout le monde ne tourne pas dans le même sens sinon ce n’est pas drôle! Le Wall of Death, à mon humble avis, le pire pogo que j’ai jamais vu, c’est un peu comme une reconstitution d’une guerre entre des Spartiates et des Perses. Le publique forme deux rangs et le but c’est de se rentrer dedans en courant! Et parce qu’il y en a toujours un qui veut faire le malin, il y a 50% de chances pour qu’un mec reste au milieu en attendant qu’on lui rentre dans le lard !

// LES V COMMANDEMENTS DU POGO : I. Quand quelqu’un tomber tu verras, à se relever tu l’aideras! II. Si quelqu’un de blessé tu vois, slamer jusque devant la scène tu le feras! III. Si un Wall of Death se forme autour de toi, au milieu tu ne resteras pas! IV. Si dans un Circle Pit tu es pris, accroche toi au bras de ton ami(e)! V. Si un mec vient te montrer ses pieds, fait le slamer!

// La carte du Fonzie Diner Le Snowhall, si vous avez une heure ou deux à tuer, allez skier ! Les skis vous seront prêtés et vous aurez libre accès aux pistes pour moins de 20€ les deux heures! Bien moins alléchante que l’année précédente, la programmation 2012 du Sonisphère réservait quand même de bonnes surprises ! L’année dernière, on avait pu voir Slipknot, Airbourne, Metallica, Anthrax, Volbeat ou encore Slayer sur les scènes du festival, rien de comparable à cette année mais je dois avouer que j’ai vraiment aimé y participer cette année ! L’année prochaine, je vise plus grand ! On se retrouve au HellFest !!


OUATwebzine | 27

// I Killed The Prom Queen

// Black Stone Cherry


28 | OUATwebzine

dessins de Marvin


OUATwebzine | 29

On a rencontré Marvin, un rémois qui s’exprime par le dessin et qui expose en ce moment à l’Appart Café de Reims.

//QU’EST-CE QUI TE MOTIVE ?

C’est toujours agréable de dessiner, de produire quelque chose qui nous Texte // Pauline Mizon ressemble. Et puis c’est un passe-temps Illustrations // Marvin comme un autre, comme on peut aimer jouer au foot, danser, chanter… n’importe // RACONTE-NOUS MARVIN, D’OU quelle activité !

TU VIENS ?

Je viens d’ici, de Reims, plus précisément de Saint-Brice. Après le BAC j’ai fait un DUT carrières sociales mais j’ai arrêté parce que j’ai connu quelques soucis à la fin de mes études et j’ai préféré me réorienter. Je bosse en intérim en ce moment parce que le dessin ne me fait pas encore manger !

// COMMENT EST NEE CETTE PASSION, CE GOUT POUR LE DESSIN CARICATURAL ? Je crayonne depuis que je suis gamin. Au lycée, j’étais le mec au fond de la classe, près du radiateur, qui s’ennuyait pendant les cours et qui faisait le con pour amuser les copains. J’ai commencé à caricaturer mes profs, les gens autour de moi, à dessiner des trucs dégueulasses etc… Puis je me suis intéressé à l’actualité, et voilà. D’où vient la passion, j’en sais rien au final !

//MAIS CE N’EST PAS UN DON QUAND MEME ? Un don, non, dessiner ça s’apprend, ça se travaille. Mes premiers dessins étaient simples et pas très travaillés, mais petit à petit j’ai pris de la technique et ensuite ça va tout seul, du moins, ça commence à venir…

C’est aussi le côté un peu provocateur, satirique qui me fait fonctionner. J’aime titiller les gens, retenir leur attention et parfois les choquer. Et ça me permet aussi de partager mes idées, mon regard sur l’actualité et mon ressenti. Je dessine ce qui m’interpelle pour interpeller les gens avec. Ce n’est pas toujours profond ni subtil, des fois c’est juste un truc qui me fait marrer ! Mais par-dessus tout, je m’amuse et je le fais sans me poser la question de pourquoi je le fais !


30 | OUATwebzine

//J’IMAGINE QUE TU T’INSPIRES BEAUCOUP DE L’ACTUALITE ? Oui, je m’en inspire souvent, mais c’est aussi parce que c’est ce qui me fait réagir. C’est-à-dire que tu fais ça en fonction de ton humeur et ce qui conditionne ton humeur, ton inspiration, c’est ce que tu vis au quotidien. J’ai eu une période où je mettais LCI en boucle et je dessinais ce que je voyais. J’étais pas mal productif niveau actualité et politique. En ce moment un peu moins, je ne regarde pas beaucoup la télé, je n’ai pas le temps. Et depuis les élections présidentielles, il ne se passe plus grandchose non-plus. Du coup je suis plus sur des dessins qui traitent des mœurs ou qui sont assez neutres. Par exemple, le dessin de Tintin, je l’ai fait quand le film est sorti au ciné.

//COMMENT ÇA SE PASSE LA PRODUCTION D’UN DE TES DESSINS ? Je mets en moyenne ½ heure, 1 heure pour les caricatures assez simples. Je fais un trait assez abstrait au crayon, que je repasse au feutre ensuite. Puis je scanne la feuille pour coloriser et faire les retouches sur Photoshop. J’ajuste le texte, je corrige les petits détails et j’imprime !

//PARLE-NOUS UN PEU DE TON EXPO. Dans le passé on avait déjà exposé un peu ici avec Le Rince Doigts (ndlr : magazine satirique distribué à Reims entre 2010 et 2011) au bout du 3ème numéro, pour faire connaître un peu le truc. Et comme ça s’est bien passé, j’ai gardé l’idée dans un coin de ma tête.


OUATwebzine | 31

Je suis revenu il y a un mois à l’appart café, et il y avait une expo en place, du coup je me suis dit que ça serait sympa de m’installer ici. Je suis allé voir le patron qui m’a dit que c’était libre en Juillet et j’ai dit BANCO ! Ce n’était pas prémédité et ça s’est fait un peu à l’arrache, mais ça rend pas mal.

//PAR QUEL BIAIS AS-TU FAIT CONNAITRE TON ŒUVRE ?

Sinon, j’envoie des dessins partout régulièrement, mais ça prend du temps de s’insérer dans un grand hebdomadaire. Et puis ça reste un peu présomptueux pour le moment de prétendre à ça !

//POUR FINIR, UN P’TIT MOT POUR OUAT ?

Un p’tit mot !

Avec des potes, on s’est dit que ça serait sympa de faire un petit magazine qui regrouperait nos dessins, et c’est là qu’est né le Rince-Doigts. On aimait bien les dessins du style Reiser, Siné, Cabu… et les magazines genre Hara Kiri et on trouvait que ça manquait, que ça ne se faisait plus. L’idée n’était pas d’écouler le maximum d’exemplaires, mais de produire quelque chose qui nous plaisait. Notre objectif était de tenir un an, donc de balancer 12 numéros. Finalement, on a tenu un peu plus… Mais on a arrêté pour l’instant parce que c’est du boulot !

//TU N’AS JAMAIS ESSAYE D’INCRUSTER TES DESSINS DANS DES GRANDS JOURNAUX ? Ce n’est pas évident, c’est quand même assez saturé comme secteur. Mais dès que j’ai une opportunité, une occasion, je fonce ! Par exemple, j’ai participé à un concours Ciné-mensuel il y a peu, qui faisait gagner une 4ème de couverture au meilleur dessin et une publication sur leur site aux 20 premiers. Malheureusement, j’ai pas eu la 4ème de couv’ mais je suis arrivé dans les 20 premiers.

Vous pourrez retrouver Marvin dans le mensuel « Z Minus » du mois d’Août dans une page consacrée au Rince Doigts. Mais aussi ici : http://blogdemarvinchao. blogspot.fr/ et sur sa page Facebook : dessins de Marvin


32 | OUATwebzine

Beeyou

________________________________________________________________ Parce qu’il ne suffit pas d’être plein d’expérience et vieux pour monter sa boîte, OUAT a rencontré deux jeunes rémois plein d’avenir qui ont créé leur propre entreprise. Ça donne envie… Interview // Pauline Mizon et Florian Bahuet ________________________________________________________________

Nom : Mecheri Prénom : Boutaïba Ville : Reims Age : 20 ans Diplômes : DUT GEA (Gestion des Entreprises et des Administrations) Fonction : Directeur général

Nom : Sahbani Prénom : Oussama Ville : Reims Age : 20 ans Diplômes : DUT GEA (Gestion des Entreprises et des Administrations) Fonction(s) : Directeur Marketing et Chroniqueur/ Reporter pour Reims TV,


OUATwebzine | 33

//RACONTEZ-NOUS, COMMENT VOUS VOUS ETES RENCONTRES ? B : On vient de la même formation. On s’est rencontrés en cours lors de notre DUT. Je suis allé vers Oussama naturellement, c’est quelqu’un de très ouvert, de très comique. De là, une amitié s’est liée et on a envisagé de monter ensemble un projet. Et je savais déjà que si j’avais envie de monter un projet un jour, ce serait avec lui, parce qu’il est vraiment actif et dynamique. Le feeling, simplement.

O : Tu racontes trop bien fréro …

//COMMENT EST NE BEEYOU ? O : On avait un projet à faire en DUT et lui comme moi, on ne voulait pas reprendre un projet déjà tracé. On a donc monté un dossier pour mettre en place un nouveau système de communication au sein de l’IUT. On a rassemblé une équipe de 5 personnes autour de nous qui nous ont

finalement lâché parce qu’ils trouvaient le projet trop gros. Des profs nous ont suivi mais nous ont abandonné aussi, donc on s’est retrouvés tous les deux pour faire tout ça. Finalement le projet nous a été refusé en 2ème année. Mais on l’a gardé dans un coin parce qu’après des allers-retours sur Paris, des personnes ont consolidé notre idée de départ. Tous les deux on avait l’esprit entrepreneurial et on voulait monter notre boîte, durant nos études, le travail ne nous fait pas peur. Du coup on a bossé pendant quasiment un an sur ce projet pour pouvoir monter notre boîte qui a été officialisée le 3 janvier 2012…

B : …via le site Beeyou.fr

//PARLEZ-NOUS UN PEU DE BEEYOU, C’EST QUOI LE CONCEPT ? O : C’est une solution écoresponsable de diffusion de l’information. En d’autres termes, on propose aux entreprises de diffuser leurs contenus multimédias (vidéos, images, musiques,


34 | OUATwebzine

plaquettes… etc) directement sur des supports digitaux (smartphones, tablettes, ordinateurs portables…). Et c’est totalement éco-responsable parce que numérique. Et on bosse autour d’une seule technologie qui est le Wifi Marketing. B : On est parti du constat que dans les campagnes de Street Marketing, les gens sont réceptifs à la distribution de flyers, mais que beaucoup jetaient le flyer 30 secondes après. Donc on a trouvé le concept pas mal d’envoyer directement le flyer sur mobile.

//EXPLIQUEZ-NOUS CE QUE C’EST QUE LE WIFI MARKETING ? O : C’est hyper-simple ! On a une borne wifi qu’on relie à une borne internet via un câble Ethernet. Quand l’utilisateur veut se connecter à internet, il rejoint un réseau wifi et il se connecte à Google par exemple. Là, quand l’utilisateur rejoint le réseau et qu’il se connecte à une page internet, il reçoit d’abord une page de publicité ou d’information. Ça peut être soit de la promotion d’un produit, d’un service ou l’annonce d’un évènement. B : Et en extérieur c’est le même principe sauf que la personne reçoit simplement un message.

O : Notre force c’est qu’on peut géolocaliser nos campagnes et cibler la clientèle. Dans le sens où on va installer une borne à tel endroit ce qui va permettre de communiquer sur tel ou tel fichier. Par exemple tu vas installer une borne au Gin Pamp entre 20h et 22h, tu mets un message pour que les personnes rejoignent le réseau wifi, tu sais qu’à cette heure tu vas avoir que des jeunes. Ca dépend du lieu en fait. On propose aussi une option statistique qui permet de savoir combien de personnes ont ouvert le fichier, où et à quelle heure.

//QUEL EST L’AVENIR DE BEEYOU ? O : Actuellement, on est en refonte parce qu’on est en train d’améliorer nos services, nos packs. On est en train de se reconsolider en interne pour pouvoir exister sur la suite sur le terrain. C’est bien de bosser avec 2-3 bornes, mais on a besoin de bases en amont pour mettre une cinquantaine de bornes. C’est donc pour ça qu’on est en refonte pour pouvoir entamer notre nouvelle entrée sur le marché.

//ET VOUS VIVEZ DE BEEYOU OU VOUS FAITES QUELQUE CHOSE A //VOUS ETES LES PREMIERS A FAIRE COTE ? ÇA ?

O : À notre lancement oui… Là pour B : On est les pionniers sur ce concept l’instant non, puisqu’on est en refonte donc mais la technologie existe déjà à l’étranger. on n’a pas de clients (on a stoppé toutes Donc oui, on est les premiers en France à les demandes). Mais prochainement, oui, faire ça ça sera possible. C’est ce qu’on souhaite en tout cas.

//ET VOUS POUVEZ CIBLER LES PERSONNES QUI RECEVRONT VOS MESSAGES ?


//QU’EST-CE QU’ON PEUT VOUS SOUHAITER POUR LA SUITE ? B : Que le projet fasse le buzz, qu’on puisse ainsi se développer localement, nationalement voir internationalement. Que ça marche tout simplement.

OUATwebzine | 35

B : J’encourage tous les projets rémois, donc je vous souhaite ça continue et que ça cartonne ! O : Je vous souhaite le meilleur, que vous puissiez faire ce que vous voulez et que vous deveniez un webzine incontournable à Reims mais surtout en France.

O : La santé, le bonheur et la réussite pour ma famille, mes proches et moi même. Un BEEYOU à Florian, Pauline et à C’est le plus important !! toute l’équipe du Ouat

//UN P’TIT MOT POUR OUAT ? (Un Pierre, Feuille, Ciseaux, s’impose pour choisir qui commence. Et c’est Boutaiba qui gagne 3-2 !!)

Vous pouvez retrouver toutes ces infos sur http://www.beeyou.fr


36 | OUATwebzine

Quand le rêve devient réalité : New York City.

Quand le rêve devient réalité

New York City

Qui n’a jamais rêvé d’aller aux Etats-Unis ? Pour moi, c’était bien plus qu’un rêve. Et depuis ce jour où mes pieds ont foulé le sol de «la ville qui ne dort jamais», j’ai réalisé qu’il ne faut «jamais dire jamais». J’ai toujours voulu aller à New-York, j’y suis allée. Voici quelques lignes, pour vous raconter à quel point ces moments passés là-haut, resteront gravés à jamais dans ma mémoire. LET’S GO GUYS ! Photographies et Texte // Aurore Monclin


OUATwebzine | 37

// UN RÊVE QUI SE RÉALISE. En 2009, je suis en terminale au lycée Colbert de Reims. J’apprends alors que le voyage scolaire de l’année est prévu pour : NEW-YORK. C’est mon coeur qui explose en mille morceaux. Et si mon rêve était sur le point de devenir tout à coup réalité ?

grand qu’en France. On a tout le temps les yeux et la tête levés, tellement il y a de choses à voir.

Le soir, après avoir déposé nos valises et fait la répartition des chambres, une question est posée par l’un des profs : «vous voulez aller vous coucher ou visiter un peu la ville ?». QUELLE QUESTION ! LET’S Je vous explique vite fait le topo pour GO IN NYC BABY ! être «séléctionné» pour faire partie de ce Malgré le décalage horaire, c’est voyage. Il fallait donc écrire une «lettre de l’excitation qui l’emporte sur la fatigue. motivation». En effet, il y avait bien trop Lorsque j’arrive devant Times Square ce de demandes pour un nombre limité de soir-là, je comprends que ça y est, j’y suis ! places. Le jour où j’ai vu mon nom sur le Je vis mon rêve. «I’m living my dream.» Tout panneau d’affichage des participants, j’ai est illuminé, même en pleine nuit. Les rues sauté partout comme une détraquée. Oui sont bondées, alors que nous sommes en oui je l’avoue ! semaine... Tout est tellement différent de // UN PETIT PAS POUR L’HUMANITÉ, ce que nous pouvons vivre en France. Je ne vais pas vous raconter mon voyage jour UN GRAND PAS POUR... MOI ! après jour, sinon je prendrais bien trop de place dans ce numéro pour le webzine ! ;-) Je me souviens comme si c’était Mais laissez-moi vous raconter quels sont hier du premier pas que j’ai posé aux mes moments phares de ce voyage pas Etats-Unis. Oh my God comme disent les américains ! J’y étais quoi. Les pulsations de comme les autres. mon coeur ne faisaient qu’accélèrer. Mes camarades, les profs et moi arrivons le soir dans notre auberge de jeunesse, notre lieu d’habitation durant cet inoubliable séjour. C’était juste grandiose. Pour y arriver on a pris le métro, le bus... c’est juste un truc de malade comment tout est dix fois plus

Tout d’abord bien sûr donc, Times Square de nuit, mais aussi de jour ! La boutique M&M’s, les McDonald’s à chaque coin de rue, les panneaux illuminés sur tous les buildings, toutes les boutiques qui feraient pâlir de jalousie l’avenue des Champs-Elysées à Paris !


38 | OUATwebzine

La visite de la Statue de la Libérté reste aussi gravée dans ma mémoire. Déjà, je vous laisse imaginer le temps d’attente rien que pour se faire fouiller, passer au détécteur de métaux et j’en passe. Depuis les attentats du 11 Septembre 2001, les Etats-Unis sont devenus vraiment très prudents, et méfiants ! Comment ne pas citer justement, ce moment où je me suis arrêtée devant ce site en reconstruction... Ground Zero. Je vous jure que ce fut l’un des moments le plus chargé en émotion dans toute ma vie. Je voyais encore les images des gens fuyant les tours qui s’écroulaient en 2001... Mes yeux étaient embués par les larmes qui montaient. Douloureux moment, mais surtout très intense. Je pourrais aussi vous parler de ces endroits mythiques, où certains films ont été tournés. Notamment le Guggenheim Museum, le musée de Men in black. Ou encore la fameuse bibliothèque que l’on peut voir innondée dans Le jour d’après. Ou bien la très célèbre Gare Grand Central Terminal, vue dans plusieurs films. Sans oublier des endroits comme Central Park ; des monuments comme l’Empire State Building, ou le Crystler Building ! La cathédrale Saint-Patrick, le «Brooklyn Bridge». Des quartiers comme Manhattan, Brodway, Harlem...


OUATwebzine | 39

// LE RETOUR À LA RÉALITÉ. L’un des moments les plus durs, c’est quand tout ça s’arrête. Le retour en France fait l’effet d’un véritable choc ! Ce fut très dur pour moi. Aujourd’hui je donnerai tout pour y retourner encore. Cette ville est définitivement la ville de mes rêves. Je ne remercierai jamais assez ce lycée pour m’avoir donné cette chance, peut-être LA chance de ma vie d’aller dans ce pays qui était inaccessible à mes yeux... Je souhaite à chaque personne de vivre un moment, un voyage comme celui-là. Ca change la vie, sincèrement. En tout cas ça a changé la mienne. Je vous laisse profiter de ces quelques clichés que j’ai eu la chance de prendre lors de mon séjour en avril 2009. ENJOY !


40 | OUATwebzine

Le Carto Crew : une association qui va « cartonner »

une association qui va « cartonner » ________________________________________________________ Juin 2011, La Cartonnerie, fameuse salle de concert rémoise, a besoin d’aide. Ils ont besoin de bénévoles pour venir prêter main forte à l’équipe de la Carto. C’est ici que commence l’histoire du Carto Crew… Texte // Florian Bahuet Photographies // Carto Crew ________________________________________________________


OUATwebzine | 41

Le Carto Crew, c’est une association de bénévoles, créée sous l’impulsion de la Cartonnerie, qui réunit des personnes de divers horizons. L’activité initiale du Carto Crew était donc d’aider l’équipe de la Carto à deux niveaux : la promotion des évènements de la Carto (flyage, animations) et l’aide lors des évènements qui s’y déroulent (installation, vestiaire, accueil, tractage...). Le temps fort de l’association reste le festival électro Elektricity. Ce festival demande une grande mobilisation des bénévoles du Carto Crew avant et pendant le festival. En effet, les bénévoles s’occupent de la promotion de l’événement en distribuant des flyers ou encore en aidant aux jeux concours dans les bars mais aussi lors du festival en accueillant les artistes, aménageant le parvis de la Cathédrale ou en accueillant le public.

// UN BLOG NOMMÉ F.L.A.I.R Mais le Carto Crew, ce n’est pas qu’une aide à la Cartonnerie. C’est aussi s’investir dans l’animation culturelle de Reims et ses alentours. C’est donc tout naturellement que l’association a créé son blog nommé le F.L.A.I.R pour « Front de Libération des Arts et des Initiatives de la ville de Reims » - www.flair-cartocrew.com – qui permet aux bénévoles de partager les événements auxquels ils ont assistés mais aussi à promouvoir les bonnes choses de la région.


42 | OUATwebzine

Ce blog regroupe les différents pôles créés par le Carto Crew. Le pôle média qui regroupe les live reports avec des photos et vidéos des soirées de la Cartonnerie : ce sont les bénévoles, qui aident sur une soirée, qui rédigent. On y trouve aussi des chroniques sur divers événements rémois que ce soient concerts, théâtre ou expositions et un agenda qui regroupe les événements et les initiatives de Reims. Un deuxième pôle est présent : le pôle vidéo. Les bénévoles réalisent des interviews des artistes locaux et des premières parties des concerts programmés à la Cartonnerie mais aussi des personnes qui sont à l’origine de projets qui animent Reims.

// DU CARTO CREW AU CARTO SHOW

Le Carto Crew, c’est aussi le pôle radio avec les bénévoles qui animent le Carto Show sur Radio Jeunes Reims. Une chronique de 5 minutes où les bénévoles rappellent la programmation de la Cartonnerie ainsi que les événements rémois et vous font découvrir les différents projets créés par des rémois. Le Carto Crew vous réserve aussi bien des surprises mais je n’ai pas le droit de vous en parler alors restez à l’affut ! Si vous êtes intéressés par le bénévolat, sachez que les inscriptions sont ouvertes. Bien sur, on vous fera le plaisir de vous communiquer où et comment le faire dès que les informations seront disponibles ! Et si vous voulez les soutenir et suivre leur actu, rejoignez-les sur Facebook et sur Twitter !

// Une partie du Carto Crew


OUATwebzine | 43

Fuite une

Les graphistes sont des voleurs, les photographes sont des menteurs.

http://www.facebook.com/LaFuiteStudio


La playlist

44 | OUATwebzine

La playlist Après avoir débarqué dans une dimension inconnue, j’ai découvert des tas de groupes pas mal du tout dont je ne soupçonnais même pas l’existence! Voici la playlist des chansons qui ont titillé mes oreilles (peu habituées au métal), qui m’ont fait taper du pied et hocher la tête! Je vous mets aussi quelques morceaux qu’on aurait probablement entendu si les intempéries n’avaient pas fait des leurs! Enjoy! Les chansons qu’on a aimé :

Jumpdafuckup – Soulfly Blood Fire War Hate – Soulfly Woodpecker From Mars – Faith No More The Cowboy Song – Faith No More Halo – Machine Head Blame It On The Boom Boom – Black Stone Cherry The Beautiful People – Marilyn Manson Everybody Have A Good Time – The Darkness

Les chansons qu’on aurait aimé entendre :

Can’t Catch Tomorrow – Lostprophets Lithium – Evanescence Call Me When You’re Sober – Evanescence Cocainium – Baroness Wanderlust – Baroness

La playlist est à retrouver sur le compte youtube de OUAT : www.youtube.com/OUATwebzine


OUATwebzine | 45


46 | OUATwebzine

Retrouvez nous sur facebook.com/OUATwebzine twitter.com/OUATwebzine

ouatwebzine.fr // aout 2012


OUATwebzine #8