Page 66

Photos : Franck Disegni - Bertrand Gay/AFP - DR Texte : Gilles Chavanel OR CADRE OR NORME N°33 Passages

067 066

Alex Lutz, César 2019 du meilleur acteur

tendresse. Ils analysent leur travail respectif avec le regard critique du spectateur.

sement. La profession avait compris mon cheminement artistique ! » Puis, très vite, le quotidien a repris le dessus…

« Tom a une oreille musicale, il a le sens du rythme d’un sketch ou d’un spectacle. Il est curieux et ouvert. » Et Alex d’ajouter « Je ne connais personne qui n’aime pas Tom ». Tom reconnaît que les qualités d’Alex compensent ses défauts. « Il aime les zones d’inconfort, c’est un bosseur, il ne lâche rien. Il couve longtemps et soudain c’est l’impulsion créatrice. Moi je suis plutôt paresseux et le processus de création me fait ch... ».

ARTISANS DU PLAISIR

Alex se dépeint comme un « stakhanoviste du plaisir qui est dans ce métier ». Tout le passionne. Il est prêt à tous les mariages artistiques même improbables. Tom reconnaît qu’il manque parfois de vision « par trouille », et de confiance aussi. « Mais ça va mieux », selon Alex. Chaque fois qu’ils démarrent un nouveau projet ils en parlent beaucoup. C’est comme ça qu’ils construisent leur identité artistique. Les idées de l’un, l’énergie de l’autre. Vingt-cinq ans de création dans un univers qui leur est propre. Alex Lutz est lucide. « Je suis mégalo depuis l’âge de treize ans, mais je trouve que rester simple est un garde-fou. La simplicité c’est la politesse de la vie ». Que se passe-t-il alors quand Cannes accueille avec enthousiasme Guy et que les César lui décernent le titre de meilleur acteur ? « J’en avais envie, je l’espérais. Et quand j’ai entendu mon nom je suis passé par trois phases : la sidération, l’émotion et l’apai-

Dans ce quotidien, il y a le boulot, mais aussi de longues ballades ensemble, à pied ou à cheval. Des escapades à Strasbourg. Des silences et brusquement des rires. Pour rien, juste un regard. Malgré leurs plannings de fous, ils se voient une fois par semaine. Et parfois c’est « shopping ». Avec des thématiques. Un jour chaussures ; un autre, pulls ou montres ! Et puis l’un des deux suggère un sauna, mais ils n’ont pas de maillots de bain. Qu’à cela ne tienne : ils filent en acheter un. Le même, ça va sans dire ! La vie simple de deux amis. Une vie à préserver à tout prix. On arrivait au terme de l’entretien. Et là Alex Lutz a fait campagne. « La réussite c’est comme les saisons pour un paysan. Quand on a fini la cueillette des mirabelles, il faut commencer avec les pommes ». Je ne sais pas si l’ordre est bon, mais l’allégorie est parlante. Celle du perpétuel recommencement avec tous les aléas de la météo artistique. Une blague a scellé leur amitié. Elle se perpétue, puissante, tendre et tolérante. « Le rire ce n’est pas dans la tête, c’est dans le cœur », conclut Alex. Tom acquiesce. Il est 23 heures. Personne n’est venu leur demander un autographe. Être comme tout le monde c’est aussi leur plaisir. Leurs rêves et leur complicité en prime…

Profile for Or Norme

Passages | Or Norme #33  

Passages | Or Norme #33  

Advertisement