Page 59

qu’avec Deliveroo « je suis à 1500 euros net en faisant 30h par semaine. Avec les charges je suis à 1700. Mais je ne suis pas celui qui gagne le plus. Ça peut aller jusqu’à 2000 euros ». Lionel ajoute : « Je travaille essentiellement le week-end. C’est là où il y a le plus de commandes. C’est presque obligatoire de travailler le week-end si on veut choisir nos horaires ». Florian, l’autre coursier sur son fixi entre à ce moment-là dans la conversation : « Le planning c’est toujours un gros sujet ». Il ajoute : « Chez Deliveroo on a une liberté d’horaire relative. Il faut avoir de bonnes statistiques pour être bien classé, pour pouvoir réserver ses horaires en avance. Si on est régulier, qu’on bosse bien et qu’on fait le week-end on peut débloquer toutes les heures qu’on veut. Autrement c’est plus compliqué ». Ce système de planning fait justement partie des choses que l’administration reproche à Deliveroo. À partir des statistiques sur leur taux de présence, de connexion tardive et de participation aux « pics », c’est-à-dire les jours et heures d’affluence, les livreurs se voient attribuer un groupe de réservation. Ceux qui ont les meilleures statistiques, seront dans le premier groupe : le lundi à 11h ils pourront réserver plus de 50h de travail. Le deuxième groupe devra attendre 15h et aura entre 25 et 30h. Quant au troisième groupe, qui réservera à 17h, il ne lui restera que quelques heures à prendre. Lionel dit s’être toujours débrouillé pour être dans le premier groupe « pour pouvoir être plus flexible... Mais il suffit qu’un week-end on ne travaille pas pour basculer d’un groupe à l’autre ». « C’est pour ça que quand ils vendent ça en liberté d’horaire, ce n’est pas tout à fait vrai (…) Et puis ils embauchent tout le

‘‘ Chez Deliveroo on a une liberté d’horaire relative. Il faut avoir de bonnes statistiques pour être bien classé’’ temps donc ça bloque beaucoup de places » ajoute Florian. Cela n’empêche pas certains livreurs de cumuler plus de 60h de travail par semaine comme nous l’expliquera Karim un peu plus tard. En plus des 55h de travail qu’il arrive à réserver en étant dans le premier groupe, il lui arrive de récupérer les créneaux d’autres livreurs qui se désinscrivent à la dernière minute : « Parfois je travaille quatre, cinq jours d’affilés de 11h30 à minuit ». Ainsi Karim arrive

59

à gagner jusqu’à 3000 euros par mois hors taxes. Mais cela peut très vite changer. Car si les coursiers ratent un « pics », à savoir le créneau 20h-22h les vendredis, samedis et dimanches, leur note baisse et ils changent de groupe. S’ils prennent des vacances, il leur faudra une semaine pour retrouver leur place dans le premier groupe. Louis Lepioufle, chef des affaires corporatives chez Deliveroo, explique que ce système permet de

Ci-dessus : Lionel et Florian, place St-Etienne

Profile for Or Norme

Passages | Or Norme #33  

Passages | Or Norme #33  

Advertisement