Page 126

C’est vrai qu’aujourd’hui, tu es un peu obligé d’avoir cette emprise non seulement sur les joueurs et ton staff mais aussi quelquefois sur tes dirigeants et même quelquefois sur les supporters parce que tu dois tracer le sillon et donner la ligne directrice…

“ En Ligue 1, les mecs ne font de cadeaux à personne et s’ils peuvent même te ridiculiser, ils n’hésitent pas.”

0126 0127

OR NORME N°33 Passages

OR D’ŒUVRE

Texte : Jean-Luc Fournier

Photos : Nicolas Roses - RCSA

Or Norme. Sincèrement, il faut quand même de grandes forces pour tenir le choc… Ah ! ça, c’est sur que ça pompe de l’énergie ! Parce que tu veux toujours être encore plus performant, toujours faire mieux et même quand la saison est globalement réussie, tu analyses et tu analyses encore. Cette saison par exemple : on a fait seize matches nuls. Tu ne peux pas t’empêcher de penser que si quatre d’entre eux, un quart quoi, avaient débouché sur une victoire, tu serais beaucoup plus haut dans le classement. Huit points de plus et ce n’est plus tout à fait la même musique ! Mentalement, l’entraîneur est sans cesse avec ses joueurs pour les tirer vers le haut et leur montrer la voie. Après, côté image, j’ai la réputation d’être un gueulard mais ce n’est pas réellement ça. Bon, OK, ça m’arrive parce qu’on n’est quand même pas dans le monde des Bisounours. C’est complexe, c’est de l’humain… Avec mes joueurs, j’ai des relations d’homme à homme, je les considère comme des adultes responsables mais je les recadre pour ne pas qu’ils se comportent de temps à autre comme des enfants. J’ai été joueur, je sais de quoi je parle… Or Norme. Cette aventure que vous vivez à Strasbourg… Thierry Laurey. Une aventure, ça c’est le mot juste. C’est une aventure qui réclame un peu de performance mais c’est bien une aventure… Or Norme. … et donc on imagine à quel point vous prenez votre pied… Ça oui ! Comment expliquer ça ? Tout ce que je cherche depuis vingt ans que je suis devenu entraineur, Strasbourg me l’offre depuis trois ans… A Ajaccio, c’était déjà formidable mais je sentais que le club aurait du mal à aller encore plus haut. Dans ce métier, il faut bien connaître les us et coûtumes et ne jamais les perdre de vue. Quand tu deviens entraineur professionnel de football, tu peux durer trois mois ou dix ans, voilà. Donc, faut pas trembler. Faut être sûr de toi. Alors les gens peuvent bien

penser : « Il n’accepte pas la critique ! Il a le melon ! ». Non, si tu n’es pas sûr de toi, ne deviens pas entraîneur de football. Si tu rentres dans le vestiaire et qu’il y a parmi les joueurs deux ou trois fortes personnalités et que tu commences à trembloter, t’es mort ! C’est comme dans la jungle : quand les lions attaquent un troupeau de zèbres, ils ne visent pas celui qui est en pleine forme, ils tapent celui qui boite… Alors, oui, quelquefois, dans certaines situations où mes consignes ne sont pas respectées, par exemple, je m’énerve ! Mais moi je sais que si je suis énervé, je ne suis pas nerveux… Au contraire, je suis plutôt généralement sûr de moi, de mon staff et de mes joueurs : j’ai voulu qu’ils soient là, je me suis donc engagé à ce qu’ils progressent et donnent leur maximum et donc, j’assume… Or Norme. Pour finir, et en pensant à la saison prochaine qui va arriver vite et qui, au demeurant, est déjà dans la ligne de mire de tous ceux qui ont des responsabilités au Racing, quels sont les objectifs raisonnables qui peuvent être espérés ? A mon niveau, il va falloir gérer ces matches de qualification pour la coupe d’Europe, dans tous les domaines, sportifs, logistiques, intendance, récupération. C’est un vrai défi. Si on allait au bout, par exemple, cela nous ferait neuf matches du 1er août au 1er septembre. Avec le championnat, ça nous fait d’entrée deux matches par semaines, le jeudi et le dimanche. Alors, on va adapter les traditionnels matches amicaux de préparation. Certes, on ne gagnera pas l’Europa League mais cette compétition, on la prend au sérieux. Parallèlement, il va falloir prendre des points en championnat de façon à se retrouver dans une saison quasi normale dès le début septembre. Pour ça, il va falloir particulièrement bien gérer les temps de jeu individuels... Et c’est sans compter avec les matches internationaux que vont devoir jouer certains de nos joueurs. On va essayer de gérer tout ça au mieux. Malgré toutes ces contraintes, les joueurs vont avoir quatre semaines de vraies vacances, pour bien couper, et il y aura quatre semaines de préparation au lieu de cinq ou six, normalement. Mais je vous confirme que cette coupe d’Europe on va la jouer à fond, tout comme notre début de championnat. Et de ce côté là, on va vouloir encore progresser même si, bien sûr, on ne va pas escalader les escaliers quatre à quatre, tout le monde s’en doute bien… Il faut quand même rappeler que nous n’avons pas un budget à 70 ou 80 millions d’euros, comme certains. On est à 40 millions, quoi… Pour y arriver, on estime aujourd’hui que quatre ou cinq nouveaux joueurs suffiront. Mais bon, dans ce domaine, la vérité d’un jour peut très bien ne pas être celle du lendemain… Or Norme. De toute façon, tous les feux sont au vert,  c’est ça ? Oui. (grand sourire)

Profile for Or Norme

Passages | Or Norme #33  

Passages | Or Norme #33  

Advertisement