Page 122

COACH

THIERRY LAUREY

0122 0123

OR NORME N°33 Passages

OR D’ŒUVRE

Texte : Jean-Luc Fournier

Photos : Nicolas Roses - RCSA

“ Tout ce que je cherche depuis vingt ans, Strasbourg me l’offre ! ” Il ne faut pas se fier aux images. Sur son banc, ou debout, toujours à l’extrême limite du rectangle blanc tracé à ses pieds, Thierry Laurey s’agite, crie, s’indigne quelquefois et, avec cet œil noir qui souvent « regarde par en-dessous », semble même parfois bouder… Il ne faut pas se fier aux images. A l’issue d’une saison où le Racing aura une nouvelle fois haussé son niveau, entretien avec un entraîneur heureux. Et serein… Nous n’étions alors qu’à deux matches des « vacances », à la veille d’un Racing - Rennes où les Bretons vainqueurs de la Coupe de France auront finalement battus les Alsaciens vainqueurs de la Coupe de la Ligue, le Racing terminant sa saison en beauté avec une victoire à Nantes. Ces deux derniers matches, de toute façon, n’avaient aucune importance hautement stratégique, le Racing ayant assuré son maintien depuis longtemps. Alors, on s’est posé dans une petite salle dans les bureaux du Racing et, très cool, Thierry Laurey a répondu à nos questions. Du coup, loin de l’effervescence et du stress du cœur de saison, on a eu l’impression de pouvoir mieux faire connaissance avec cette montagne de passion et discuter comme jamais… Or Norme. Thierry, en se rappelant ces trois dernières saisons, montée en Ligue 1 avec un titre, maintien, re-maintien et un trophée national majeur, on se dit qu’il y a des entraîneurs qui ont un plus mauvais bilan que celui-là, non ? Ouais, ouais… (avec un petit sourire). Il y a des moments où ça sourit et des moments où ça sourit un peu moins. Honnêtement, je trouve que ça va un peu trop vite. Parce que le club doit grandir en même temps suffisamment vite pour suivre le rythme.

Quelquefois, à leur retour en Ligue 2, certains clubs y restent quatre ou cinq saisons avant de retrouver le plus haut niveau national. Nous, il ne nous a fallu qu’un an… La saison dernière, il nous a donc fallu pallier à une forme d’urgence avec des garçons qui pour beaucoup arrivaient du championnat national. Ça a été chaud puisque, finalement, le maintien s’est joué sur pas grand chose. Du coup, pour cette seconde saison en Ligue 1, on a eu la possibilité de recruter suffisamment de joueurs aguerris pour améliorer suffisamment l’équipe. On est assez fier d’avoir réussi cette partie recrutement, du coup. A partir de là, on a fait une saison somme toute correcte. Bon, certaines personnes trouvent dommage qu’on ne finisse pas la saison sur le même rythme mais je voudrais rappeler que c’est le premier printemps où depuis sept ans, le Racing ne joue rien d’important sur sa fin de saison. Depuis sept ans, soit on a joué pour monter, soit on a joué pour ne pas redescendre aussitôt. Pour une fois qu’on a un peu de relâche… Les organismes ont été très sollicités d’une part, et psychologiquement et mentalement, c‘est difficile de se maintenir à un très haut niveau sur toute une saison. Surtout que nous avons quand même remporté un trophée national qui nous ouvre la porte des qualifications pour une coupe européenne…

Profile for Or Norme

Passages | Or Norme #33  

Passages | Or Norme #33  

Advertisement